AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Présumé coupable [Sophie]

Aller en bas 
AuteurMessage
Charlie Crowley

avatar



Messages : 342
Points : 531
Réputation : 164

Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Présumé coupable [Sophie]   Dim 5 Juil - 14:37


Présumé coupable






Il n’y avait pas de justice.

Des mois qu’il s’efforçait de se tenir à carreaux, qu’il refrénait ses instincts pour conserver son secret, ce qui impliquait de ne pas envoyer voler les gens à tout bout de champs lorsqu’ils s’attaquaient à ses protégés, Hununpa seul savait à quel point c’était dur... Et il fallait que ça tombe sur lui !

Il n’avait pas été fin sur ce coup-là. Les médisants auraient argué du fait qu’il l’était rarement mais il se trouvait que pour avoir grandi dans les milieux plutôt craignos de Phoenix, il était d’ordinaire plutôt réactif face à ce genre de situation. Par exemple, quand il avait vu débouler les trois types dans leur grosse voiture, à cette heure de la soirée où les clients ne se bousculaient apparemment pas, il aurait pu se méfier. Mais non. Il arrivait à peine et le réservoir de sa moto était presque vide, il ne voulait pas risquer la panne sèche pour trois crétins qui se croyaient plus couillus que les autres. Et puis il y avait eu les coups de feu. Là encore, une retraite stratégique aurait été forte à propos. Seulement, le plein était encore en cours et on avait jamais vu un mec de sa bande reculer devant une arme à feu, d’autant plus si elle n’était pas pointée dans sa direction. Les pneus du 4x4 des braqueurs avaient crissé lors de leur démarrage sur les chapeaux de roue : Charlie estimait qu’il lui restait bien au moins cinq minutes avant que les flics ne déboulent. C’était sur ce coup là qu’il avait vraiment mal calculé. Ils n’avaient donc rien d’autres à branler dans ce patelin ??

L’ours leva les yeux au ciel. En face de lui, les deux policiers l’observaient d’un air suspicieux tandis qu’un troisième, à quelques pas derrière, ânonnait quelque chose dans son talk-walkie. Le nez du jeune homme se plissa dans une expression dégoûtée. Ah le talk-walkie, enfant chérie de la flicaille de tout poil ! Ils avaient une façon de s’accrocher à ce petit boitier de métal… comme des gros niais sirupeux murmurant des mots d’amour à l’autre bout du fil. Ou comme s’il les rendait plus fort, parfois à part égale avec leur flingue !

Personne n’avait été blessé. De ce qu’il avait compris, les coups de feu étaient des tirs de sommation. La caisse par contre gisait éventrée au milieu du comptoir et le vendeur veillait la défunte après avoir répondu aux premières questions. A présent, c’était lui qui se trouvait sous les feux des projecteurs et une chose était certaine, il ne faisait pas un tabac. Oui il les avait vus arriver. Non il n’avait pas réagi. Non il ne s’était pas affolé, n’avait pas appelé les flics ni ne s’était inquiété de l’état des gens à l’intérieur. Non, il ne connaissait pas ces types ! Et non, il n’était pas là pour faire le guet !

« Mais j’ai rien fait, abruti de poulet ! »

L’insulte lui avait échappé. Vieille habitude datant d’une époque où les forces de l’ordre n’étaient qu’un adversaire à peine à sa mesure, fort qu’il était de toute sa bande. C’était à qui trouverait la meilleure injure, à qui ricanerait le plus longtemps au nez des flics, et tant pis pour les heures de garde à vue en prison. L’honneur était sauf, les copains étaient toujours là pour venir vous taper dans la main avec un air entendu quand vous sortiez enfin de derrière vos barreaux.

Plaqué sans sommation contre le capot de la voiture le plus proche, le jeune homme gronda et sollicita tout ce qu’il pouvait réunir de self-control pour ne pas envoyer voler plus loin les deux agents de l’ordre qui le maintenait.

Il y avait des jours comme ça où on aurait mieux fait de rester planqué au fond de sa tanière…

© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Présumé coupable [Sophie]   Lun 6 Juil - 19:12



Beacon Hills... Haut lieu du crime en devenir ? Sophie n'en savait rien tandis qu'elle dirigeait sa Ford Ranger sur la voie de gauche, enclenchant son clignotant. Tandis qu'elle arrêtait son véhicule au feu rouge la représentante des forces de l'ordre remonta ses cheveux en un chignon impeccable dont aucune mèche ne dépassait. Vérifiant qu'elle avait bien son Glock 23 dans son holster d'épaule elle enfila sa veste. Redémarrant elle pensa à l'appel qu'elle avait reçue quelques minutes plus tôt. Un braquage dans un des nombreuses stations services de la banlieue ainsi que l'arrêt d'un suspect. Apparemment ils avaient réussi à voler toute la caisse sans blesser le pauvre employé qui se trouvait. Mais l'un de leurs aurait poussé l'avantage trop loin et tentait de remplir son réservoir avant de filer. C'était sans compter sur la patrouille de police qui passait non loin de là. Et qui l'avait attrapé. Apparemment il s'était rendu sans opposer de résistance et avait un dossier assez chargé d'après le département judiciaire. Un fugitif en cavale ?

Une mission pour un Marshall Deputy alors. Et qui était mieux placée que la seule représentante de cette agence gouvernementale de la ville ? Personne. C'était pourquoi en pleine soirée Sophie garait sa voiture non loin de celle des policiers et descendait en regardant autour d'elle. Pour un coin perdu Beacon Hills attirait décidément les ennuis. Tout allait de mal en pis depuis des années et ce n'était que maintenant qu'elle était déployée ici. Voyant le jeune homme elle eut du mal à croire qu'il eut avoir avec le crime commis une vingtaine de minutes plus tôt mais son expérience lui avait prouvé que cela ne faisait pas tout. Nombre de jolies têtes blondes basculaient du mauvais côté de la loi lorsque les soucis d'argent ou de dépendance les rattrapaient. Et dès lors c'était la dégringolade en enfer. Ou en en prison. Approchant à grands pas la jeune femme sourit poliment au policier qui l'avait contacté et alors qu'elle se tournait vers le prisonnier, celui laissa échapper une exclamation qui ne plut guère. En quelques secondes seulement il se retrouva plaqué contre un capot, un de ses tortionnaires appuyant inutilement de tout son poids dans son dos.

"Messieurs il n'est pas nécessaire de faire preuve de violence. Surtout si vous ne lui avez pas dit les droits Miranda."

La voix, calme et posée, était cependant autoritaire et ne souffrait d'aucun refus. L'homme baissa la tête, honteux. En effet les droits Miranda était la base de toute arrestation et ne pas avoir les avoir lu placer les deux hommes en situation périlleuse. Se rapprochant du jeune homme Sophie le regarda droit dans les yeux, fermement campée sur ses pieds.

"Vous avez le droit de garder le silence. Si vous renoncez à ce droit, tout ce que vous direz pourra être et sera utilisé contre vous devant une cour de justice. Vous avez le droit à un avocat et d’avoir un avocat présent lors de l’interrogatoire. Si vous n’en avez pas les moyens, un avocat vous sera fourni gratuitement. Durant chaque interrogatoire, vous pourrez décider à n’importe quel moment d’exercer ces droits, de ne répondre à aucune question ou de ne faire aucune déposition. Avez-vous compris les droits que je viens de vous lire ? En ayant ces droits à l’esprit, voulez-vous me parler ? "

Revenir en haut Aller en bas
Charlie Crowley

avatar



Messages : 342
Points : 531
Réputation : 164

Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Présumé coupable [Sophie]   Mer 8 Juil - 14:37


Présumé coupable






Ce n’était ni la première, ni la dernière fois qu’il se faisait étalé contre un capot, mais c’était toujours aussi irritant. Les deux hommes pesaient sur son dos et prenaient un malin plaisir à lui enfoncer le coude entre les omoplates. Quelle susceptibilité, tout ça pour une petite vanne ! Plus sérieusement, il allait y avoir du sang : il en choperait par les chevilles et le fracasserait sur l’autre jusqu’à ce qu’il soit enfoncé dans le bitume du parking jusqu’au genou ! Est-ce qu’étaler leurs boyaux dans toute la forêt ferait de lui un parjure au serment tacite qu’il avait prêté en tant que protecteur de tous les êtres vivants ? Il devait bien y avoir moyen d’obtenir une dérogation pour tous ces poulets… Pas question qu’il lève la moindre griffe pour eux le jour où la basse-cour se ferait attaquer ! Ca leur apprendrait à continuellement fourrer un ours dans leurs clapiers à lapin.

Une voix de femme lui parvint soudainement, stoppant ses délires aviaires, et l’ours dressa l’oreille. Trop absorbé par cette litanie de questions exaspérantes, il ne lui avait pas prêté attention à son arrivée. Les deux hommes abandonnèrent à regret leur perchoir et l’un d’eux saisit son épaule pour le redresser avec brusquerie. D’une secousse, Charlie s’arracha à sa poigne. (Ex ?) Délinquant et policier s’affrontèrent du regard sans cacher leur animosité mutuelle. Le garou remit le col de sa veste en place d’un geste méprisant. Comme si l’état de sa tenue était vraiment une question qui le préoccupa, c’était juste pour narguer ces abrutis un peu plus longtemps.

Malgré l’envie de lui en coller une qui brillait au fond de leurs yeux, les deux flics acceptèrent finalement de se mettre en retrait et il tourna son regard brun et méfiant vers la nouvelle venue. La jeune femme avait un charme certain mais d’expérience, il savait qu’il ne fallait pas s’y fier. Un visage d’ange pouvait cacher le pire des flics. Son ton, sa posture ferme, tout laissait présager qu’il n’avait pas affaire à un agent de bas étage. Suffisait de voir comment elle avait remis les deux autres à leur place : mauvais avec lui, mais tout honteux devant les beaux yeux verts et autoritaires. Charlie redressa le menton, l’expression insolente, copiant inconsciemment les postures qu’adoptaient ses potes les plus hargneux, ceux qu’il suivait les yeux fermés.

« Ouais ouais, j’ai compris, commenta le jeune homme avant même qu’elle n’atteigne la fin de son speech. Miranda et moi on se connait déjà ! »

Elles se comptaient sur les doigts, les figures d’autorité qu’il respectait, et aucun représentant de la loi n’en faisait parti. L’ours se mordit l’intérieur de la joue, se contenant avec difficulté. Qu’est-ce qu’il pouvait détester leur petit laïus. Il aurait presque pu le réciter par cœur et pourtant, il se fichait toujours comme d’une guigne de ce qu’il impliquait.

« J’ai rien à vous dire, lâcha-t-il, le visage fermé, c'est pas moi j'ai rien fait. »

Réponse réflexe du temps où c'était effectivement lui mais que nier lui faisait gagner du temps. Pour une fois, ça n'était pas totalement faux. Disons qu'il fallait juste oublier l'outrage à agent. Comme les agents en question s'apprêtaient à intervenir de nouveau, il eut un geste excédé :

« J’ai répondu à vos questions débiles deux fois déjà, démerdez vous avec ça ! »

*

« Demain, au poste, c'est compris ?

- Ouais, ouais... »

De mauvaise grâce, Charlie se saisit de l'injonction qu'on lui tendait pour le fourrer sans ménagement dans la poche de son jean. Son regard mauvais fut bien vite couvert par la visière du casque et il planta là les trois flics et leur enquête après avoir fait gronder le moteur de la moto juste sous le nez de l'agent qui l'observait partir d'un air dégoûté. La mise en cabane n'aurait pas lieu ce soir.


© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Présumé coupable [Sophie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présumé coupable
» Crise haitienne : Trouver le coupable ? Le pdt, PM, leaders ou Minustah!
» Résumé de l'intrigue
» Résumé progressif
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Station Service-
Sauter vers: