AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Embrouille et picole [Matrim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Embrouille et picole [Matrim]   Sam 11 Juil - 12:46


Embrouille et picole





Minuit : heure du crime pour certain, de la franche biture pour d’autres. Pas de bol pour Charlie, il ne pouvait s’offrir ni l’un, ni l’autre. Il n’aurait pourtant pas craché dessus mais il comptait suffisamment de visites en taule à son actif pour quelqu’un qui visait le profil bas, quant à se mettre minable… Il avait fait une croix dessus il y avait de ça plusieurs années déjà. Errant dans les rues de Beacon Hills, le garou ruminait sur son infortune, les mains dans les poches, cherchant à tromper l’ennui. C’était sa soirée de relâche mais il manquait de pratique pour ce qui était de trouver seul à s’occuper. Il avait même songé à appeler sa frangine pour lui demander des nouvelles, c’était dire. L’ours s’arrêta un instant au milieu du pont qu’il traversait. Il observa l’eau qui coulait en bas, les bâtisses qui cernaient la rivière, puis gratta sa joue mal rasée. Autant aller boire un verre, même s’il ne pourrait pas se mettre dans le même état que les autres, c’était toujours dans un bar qu’il trouverait le plus d’animations.


*


« Alors chochotte, on traîne tout seul ce soir ?? »

Intéressé, l’ours releva le museau. Il était capable de sentir une bonne embrouille venir à des kilomètres et pour une fois, rien à voir avec les dons qu’on lui avait octroyé. L’enseigne du bar brillait à quelques pas dans la nuit et sous un des néons tape-à-l’œil, trois types semblant un brin éméché en cernaient un quatrième. Une configuration que Charlie aurait reconnue entre milles pour l’avoir souvent pratiqué côté surnuméraire. La suite promettait d’être intéressante et le jeune homme s’en trouva ragaillardi. Dommage qu’il n’ait pas prévu le pop corn.

« Chopez moi cette petite merde ! »

Ah, le futur souffre-douleur ne devait pas savoir tenir sa langue : de là où il se trouvait, le garou n’avait pas entendu ce qu’il avait marmonné mais vu leur réaction, ça plaisait moyen à ses agresseurs. Le premier coup ne tarda pas à venir. L’ours grimaça. En plein dans la face, ça n’avait pas dû faire du bien. De façon assez surprenante, le type solitaire ne tentait pas de fuir. Il tituba un instant puis… puis les choses devinrent un peu confuses. Charlie fronça les sourcils, perplexe. L’inconnu ripostait mais clairement, il avait un autre atout en poche que ses poings, atout que l’ex délinquant avait bien du mal à déterminer avec exactitude. Lui qui se vantait de pouvoir gérer n’importe quelle bagarre, ça lui faisait un peu mal au cul de ne rien comprendre à celle-là ! L’un des gars s’écroula, semble-t-il empêtré dans ses propres fringues, et l’ours se décida enfin. D’un pas tranquille, il se rapprocha de l’altercation et puisque l’assailli était aux prises avec l’un des deux restant, il profita que le troisième larron reculait d’un pas pour le faucher au niveau des chevilles d’un mouvement rapide. L’autre chuta lourdement :

« Putain mais t’es qui toi ??

— Ça avait l’air marrant alors je suis venu jouer aussi. »

Sans plus de manière, il saisit le type au sol par le col et le projeta plus loin. Il avait beau avoir contrôlé sa force, l’homme s’écrasa à quelques mètres mais en profita pour filer aussitôt sans demander son reste. Charlie grimaça. Les jouets étaient moins marrants de nos jours. Ennuyé, il jeta un coup d’œil aux deux autres combattants toujours debout et constata qu’il n’en restait plus qu’un. Enfonçant les mains dans ses poches, il l’observa d’un air critique, puis renifla une odeur bien connue dans l’air, odeur qui lui tira un sourire entendu.

« Toi, tu pues le loup à des kilomètres ! »

Un pas le porta à la hauteur du jeune homme qu’il renifla à nouveau.

« Tu pues le loup, mais t’en es pas un. » Constata-t-il, presque intrigué.

Les lumières artificielles redessinaient les traits de l’inconnu et faisaient luire ses yeux d’une façon très étrange. Un vert mordoré qu’il n’avait jamais vu ailleurs. Le garou fronça un peu plus les sourcils, penchant la tête, puis haussa les épaules.

« Bon, c’est pas tout ça mais moi, j’vais me chercher un verre. »

Avec un peu de chance, il ferait de l’hydromel ici : il s’en léchait d’avance les babines. Poussant la porte, il retint cette dernière à l’attention de l’homme auquel il n’avait même pas demandé son nom. Qu'était une identité quand on avait tapé sur les mêmes types, après tout !

© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: Embrouille et picole [Matrim]   Mar 14 Juil - 14:21




Las vegas prequel

Charlie et Matrim
Et voilà. Un soir de plus, à noyer le poisson. Noyer mon chagrin. Noyer tout ce que vous voudrez, mais pourvu que ce soit dans l’alcool. Je savais pourquoi je me retrouvai là. Pourquoi j’avais fait ce parcours, pourquoi j’empruntai de nouveau ce sentier qui ne menait à rien, si ce n’est hors de portée de Matthias, pour le protéger. Mais sa présence me manque. Douloureusement. Alors je remplace une addiction par une autre. Je remplace les caresses et les baisers par des glaçons et de la vodka. Je remplace ses mots et sa belle âme par des injures et des instincts primaires. L’odeur de sa peau par celle du whisky… L’enivrement de ses lèvres par la brulure dans mes veines…

Certains soirs, il ne se passait rien, a part une gueule de bois pour moi. Je passai alors les jours suivants à travailler, à jouer le rôle dans la pièce de théâtre merdique qu’était ma vie. Mais pas ce soir. Oh non. Ce soir, c’était un soir avec des bleus et du sang.

Tout avait commencé par des commentaires désobligeants, dans le bar, parce que j’avais souris à un beau mec, qui me l’avait rendu d’ailleurs. Le beau mec en question s’était vite taillé alors que les mots « tapiole » , « tarlouze » et autre « chochotte » commençaient à fuser… Je me souvenais avec un sourire de la réaction de Mick suite à une situation presque similaire, dans un bar, avec Matthias… Même le souvenir de la vue magnifique sur le torse parfait de Mick n’arrivait pas à me consoler , ce soir, car le sourire qui y arrivait était de plus en plus loin de moi, un sourire et une gentillesse doublé d’un talent remarquable… Alors j’avais levé un regard noir sur l’individu et lui avait fait une proposition qui l’avait fait rougir jusqu’aux racines et qui lui avait valu d’être la risée de sa bande de connards qui gravitaient autour de lui comme des mouches autour d’un étron. Il était partit bien vite, suivi de sa bande.

Le temps de me vider mon verre, je me rendis compte qu’il était temps d’aller vider ma vessie, et prendre un peu l’air. A peine sortis, avisant un trottoir et une rigole dans une rue sans quidam, je sus que j’avais fait une erreur. Ou , plutôt, je su que je cherchai ça depuis le début de la soirée. Des pas sur le bitume me renseignèrent avant même d’entendre le connard de tout à l’heure.
« Alors chochotte, on traîne tout seul ce soir ?? »
- non mais ne cherche pas, toi et moi, ça ne pourra jamais coller. J’ai même plus envie de te dépanner, tu vois… Les ptites bites, ça m’intéresse pas..
« Chopez moi cette petite merde ! »

Je pris un poing en pleine figure, le type étant plus rapide que ce à quoi je m’étais attendu. Le temps de secouer la tête, et de cracher un peu de sang, je relevais le visage, un sourire provocateur accroché. Mes yeux étaient la promesse de bien des douleurs, car le type recula d’un pas. Un autre en profita pour s’approcher, dans le but manifeste de m’en coller une. Ma bestiole rua, et je la lâchait sur lui, alors que ses chaussures lui faisaient faire des pas sans coordination, et que ses fringues se tordaient et se serraient sur lui, l’empêtrant. Mon poing vola droit dans sa mâchoire et il s’écroula, le nez en patate, d’une jolie couleur violette grandissante.

Mais, alors que mes mains se resserraient sur des prises de basculement sur son comparse, vestiges de mon entrainement auprès de mon père, je fus surpris de voir qu’un autre individu venait apparemment à mon aide, s’occupant d’un troisième, qui chuta lourdement. Son invective auprès de mon « sauveur » reçu une réponse surprenante, qui me fit sourire malgré la situation.
— Ça avait l’air marrant alors je suis venu jouer aussi. »

Il fit preuve alors d’une grande force, alors qu’il envoyait valdinguer le type, qui s’enfuit en courant après s’être relevé.
Je profitai de la confusion pour assommer mon adversaire et le dernier finit par se décider à s’enfuir lui aussi.
« Toi, tu pues le loup à des kilomètres ! »
« Tu pues le loup, mais t’en es pas un. »

Un garou ? Les mots du type me firent mal. Alors même ainsi, on pouvait encore sentir l’odeur de Matthias sur moi. Le type était du genre costaud, baraqué, et je n’eus pas le temps de l’observer tellement plus, car il décréta avoir soif et rentra dans le bar.
Après une hésitation, crachant une dernière fois un peu de sang, et m’essuyant la bouche, je le suivis, curieux.
-merci.. pour… enfin merci.. je t’en dois une
Je lui tapais virilement sur l’épaule, et lui demandait ce qu’il voulait boire. Bizarrement, ma tronche un peu amochée avait l’air d’avoir fait taire les commentaires désobligeants. Le barman avait même un petit sourire satisfait.

-pour la maison, dit-il.. Ils ont eu ce qu’ils méritaient.. Vous êtes ensemble alors ? Vous avez bien raison de vous en foutre, de ces commentaires homophobes.

Je faillis m’étrangler en recrachant une partie de mon verre. Moi ? Avec lui ? Je le regardais, rouge tomate. Et pu enfin voir à quoi il ressemblait. Je souris à cette vue, et cachait immédiatement ma gêne dans un autre verre, que je payais ce coup-ci. Il faisait chaud, tout d’un coup.









© Fiche by Mafdet MAHES


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Embrouille et picole [Matrim]   Ven 17 Juil - 18:52


Embrouille et picole





Ambiance plutôt tranquille dans le bar. Ou tendue, il avait du mal à déterminer. Quoiqu’il en soit, on aurait presque entendu une mouche voler, les conversations se limitaient à des bribes de murmure. Lui qui cherchait un peu d’animation aurait fait aussi vite demi-tour s’il n’y avait eu cette petite altercation de bienvenue sur le trottoir. Qui aurait cru que la bande d’abrutis sortait de cet établissement tranquille ? L’ours se gratta la joue, indécis, puis pris le parti de s’installer au comptoir, emplacement stratégique lorsqu’il s’agissait d’accéder le plus rapidement possible à un verre. La lumière tamisée lui permettait à présent de mieux discerner les traits de « la victime » et il grimaça. Visage séduisant c’est vrai, mais salement amoché quand même.

« Vache, t’as morflé. » Remarqua-t-il alors que l’inconnu lui tapait amicalement l’épaule en s’installant à ses côtés.

S’affalant sur son tabouret les coudes sur la table, Charlie mâchonnait l’intérieur de sa joue en attendant sa récompense durement méritée. Bah quoi ? « Je t’en dois une », ça voulait pas dire qu’il lui paierait un verre ? Le barman intervient cependant, se rapprochant avec un sourire entendu. Le jeune homme se contenta de hausser un sourcil sans répondre, jetant un coup d’œil à son voisin. Leurs regards se croisèrent une seconde mais déjà, le loup-qui-n’en-était-pas-un plongeait dans son verre, le rouge aux joues. Un sourire effleura les lèvres de l’ours : ça pour le coup, c’était toujours marrant.

« Un hydromel. »

La pinte sur le compte du gentil barman fut avalée d’une lampée et le garou s’essuya les lèvres du revers de la main. Pas à chier, ça se buvait comme du petit lait ! Faisant signe à l’homme derrière le comptoir de lui en remettre une, il la liquida de la même façon. A côté de lui, le type à qui il comptait bien faire payer l’addition était plongé dans son deuxième verre lui aussi :

« C’est quoi ton nom alors ? Si on sort ensemble, ça serait mieux que je sache. »

Comme si les supposer ensemble était parfaitement normal, le ton de l’ours était détaché, teinté d’une indifférence démentie par son sourire vaguement taquin, expression assez rare chez lui pour le faire remarquer. Il guettait en réalité si le rouge gagnerait à nouveau les joues du jeune homme. Jugeant qu’il l’avait assez fait mariner, il lui tendit la main :

« Moi c’est Charlie. »

A la main tendue suivie le verre et il trinqua sans hâte. Un peu moqueur, il observait son voisin. Quelque chose lui disait que ce dernier n’était déjà pas net quand il était sorti du bar et deux pintes plus tard, son esprit ne devait pas s’éclaircir :

« Alors ? Déjà pinté ? T’as du pot, profites en, on a pas tous cette chance. »

© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: Embrouille et picole [Matrim]   Dim 19 Juil - 11:19




Las vegas prequel

Charlie et Matrim
Mon fard se noyait dans mon verre, et je commençai à reprendre une contenance. Une bonne bagarre et de l’alcool, voilà tout ce dont j’avais besoin pour survivre à mon enfer personnel, que j’avais délibérément choisis. Que faisait-il ? Etait-il triste ? Il devait être en sécurité, auprès de Parker et d’Anna. En fait, je l’avais poussé vers eux. Son chagrin ne durera pas auprès d’eux. Le mien pouvait se noyer dans l’alcool et dans l’utilisation de mon pouvoir. Je connais bien la tristesse, ce fut ma seule compagnie pendant si longtemps. J’en connais les moindres variations, je saurai vivre avec. Peut-être pas longtemps, mais au moins le temps de trouver une solution définitive à mon problème… Céléano.

« Vache, t’as morflé. » me dit mon nouveau pote du soir. Si il savait. Je me contentai d’hocher la tête, quoi dire de toute façon ? L’alcool s’insinuait doucement dans mes veines, m’apportant le repos de l’âme, du cœur.
Mes soupçons quant à la nature de mon invité se firent plus présent, alors qu’il avalait coup sur coup deux pintes d’hydromel, sans sourciller.
« C’est quoi ton nom alors ? Si on sort ensemble, ça serait mieux que je sache. »
-matrim. C’est matrim. Et je suis pas un loup…Alors comme ça on sort ensemble ? et on est content ? on a fait une belle affaire ? De la bonne marchandise ? Mon regard se fit insistant, et j’eus la satisfaction de voir une jolie couleur sur le visage de mon narquois de sauveur du soir. Un partout, balle au centre.

« Moi c’est Charlie. »il ne semblait pas lui en vouloir, au contraire, il avait un sourire taquin. Je lui souris également, mes yeux indigos pétillants.

« Alors ? Déjà pinté ? T’as du pot, profites en, on a pas tous cette chance. »

Mon esprit embrumé mit un moment avant de comprendre. Évidemment, si ce que je soupçonnais était juste, il ne pouvait pas se murger comme moi… Triste… Mais pas inévitable.
-je dois pouvoir faire quelquechose pour ça… Je vai aux toilettes… tu me rejoins ?

Fis-je avec un clin d’œil. Le résultat me fit sourire, victorieux. En vérité, j’avais besoin de retrouver figure humaine, et puisque les « choses » avaient tendance à marcher un peu mieux lorsque je les appliquait sur moi, j’empruntai une poche de glaçon au barman, en passant. Devant la glace, j’aidais ma compresse de fortune a agir un peu plus efficacement. Rien de bien transcendant, mais mieux que rien. Si ce type était un garou, et si je lui demandais gentiment, il pourrait peut-être m’aider avec la douleur et les contusions ? J’espérai.

Regardant dans le miroir, je le vis, tout sourire. Il était séduisant, ya pas a dire. Mais ma douleur et l’alcool étaient eux aussi très séduisants.
-tiens, dis toi que c’est un acompte. Je lui jetai une bille rose, qu’il choppa agilement au vol. Il me regardait, interloqué. Un regard vert lumineux de ma part suffit à déclencher ce que la bille renfermait. Euphorie, lascivité.. ce qui se rapprochait le plus des effets de l’alcool, finalement. Je vis à son visage étonné qu’elle faisait effet.







© Fiche by Mafdet MAHES



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Embrouille et picole [Matrim]   Ven 24 Juil - 14:41


Embrouille et picole





Charlie avait réussi à conserver son expression dégagée un certain temps mais le regard appuyé de Matrim lui fit prendre de belles couleurs qui cassaient un peu cette apparence de sureté. Jouant avec le col de son verre vide qu’il observa un instant, il finit par relever les yeux sur son voisin de bar qu’il jaugea du regard, sourire en bannière de retour. Ce qu’il pensait de la marchandise ?

« On aurait pu plus mal tomber… »

Abandonnant des yeux son mec de la soirée, il adressa un signe au barman pour qu’il lui en remette une autre avant de revenir à Matrim.

« Je sais que tu n’es pas un loup. » Avoua-t-il d’un ton détaché.

L’homme marqua une pause, l’indifférence de son expression détrompée par l’intensité de son regard. Charlie n’aurait jamais pu devenir un champion de la déduction, un de ces détectives qui, de trois pailles et un verre à pied, devine tout l’emploi du temps du suspect, un champion de scrabble accusé d’avoir tué son garde-champêtre parce qu’il avait mangé son chien. Niveau surnaturel par contre, il arrivait maintenant à faire quelques connexions élémentaires. Pour les besoins de la cause, ce n’était pas ses potes qui auraient pu lui filer des coups de main sur ce sujet. Mat’ n’était pas un loup, ça allait de soi. Mais à coup sûr, il en connaissait un. Ou alors il se frottait à toutes les créatures qu’il croisait, ce qui était plus inquiétant. Et puis surtout, il était à peu près certain qu’il était… autre chose.

« Ce dont je ne suis pas sûr, c’est de ce que tu es. »

Les sourcils du jeune homme s’étaient froncés, signe d’une intense réflexion qui malheureusement, ne mena à rien. On ne pouvait pas gagner à tous les coups et il se consola dans sa nouvelle chope. A défaut d’avoir les effets éthyliques que n’importe quel honnête homme aurait été en droit d’attendre, au moins le liquide avait-il bon goût.

« Je dois pouvoir faire quelque chose pour ça… Je vais aux toilettes… Tu me rejoins ? »

Les joues de l’ex-délinquant rougirent et il dut se mordiller la lèvre pour retenir à grande peine un sourire lorsqu’il releva les yeux de son verre, jetant un coup d’œil à son voisin. Garçon direct, il appréciait qu’on ait la même franchise envers lui. Ça c’était de l’invitation comme il les aimait : cash et sans tourner 107 ans autour du pot. Persuadé qu’il allait passer du bon temps sans avoir eu grand-chose à faire, il finit son verre et profita que le barman était retourné pour échapper à sa vigilance et filer sans hâte vers les toilettes. Sans déconner, il ne détenait peut-être pas la palme de la déduction mais qui aurait pu imaginer que les mots de Matrim cachaient un peu plus que cela ?

« Qu’est-ce que tu fous ? »

La question avait été posée sans agressivité. Appuyé contre la porte, le garou observait le jeune homme s’activer devant le miroir, une poche de glace sous le menton. Question plus rhétorique qu’autre chose, il voyait bien ce qu’il était en train de faire. Ce qui l’intriguait, c’était la concentration que Matrim y mettait. Une jolie performance pour quelqu’un de déjà bien pinté, et pourquoi faire vu la situation ? Le garou n’eut pas le temps de se poser plus de questions, tendant la main par réflexe, il réceptionna au creux de sa paume une petite bille rose. Charlie fronça les sourcils. Il y avait définitivement un truc qu’il ne captait pas dans la situation.

« De… »

Matrim s’était tourné vers lui, ses yeux virèrent au vert. Exactement la même teinte que lorsqu’ils se trouvaient sur le trottoir devant le bar. Dans les mains de l’ours, la bille éclata et se diffusa en un instant. Soudain, il vit le monde différemment. Sensation extraordinaire de quelque chose qu’il n’avait pas ressenti depuis une éternité, en tout cas pas forte de ce combo entre euphorie et imperceptible perte de repères. Hébété, le cuistot bafouilla quelques mots avant de se reprendre temporairement. Un large sourire gagnait ses lèvres.

« Woah. J’avais oublié que c’était comme ça ! Comment tu… tu fais ? »

Un pas le mena au côté du jeune homme et il s’appuya sur le lavabo pour se pencher vers le miroir, observant avec attention son propre visage comme s’il le découvrait pour la première fois. Ses yeux dévièrent ensuite vers le reflet de Mat’ et un rire étouffé lui échappa alors qu’il observait sa face tuméfiée, face qu’il poussa du bout du doigt :

« Ça fait mal ? »

La grimace qu’il tira à son compagnon le fit rire de plus belle et sans plus de façon, il l’attira vers lui. La subtilité n’était déjà pas son fort en temps ordinaire, elle ne risquait pas de l’étouffer maintenant qu’il voyait la vie en rose bille. Capturant d’autorité les lèvres du jeune homme, il s’écarta ensuite, moqueur :

« Et là, ça faisait mal ? »

© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !


Dernière édition par Charlie Crowley le Dim 26 Juil - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: Embrouille et picole [Matrim]   Dim 26 Juil - 11:15




Las vegas prequel

Charlie et Matrim
Je regardai ma tronche dans le miroir, et je voyais que ce n’était pas bien grave. La sensation de plus en plus grisante de l’utilisation de mon pouvoir se combinait à merveille avec les effets de l’alcool. La douleur refluait un peu, et mon « traitement » était plus efficace qu’il n’aurait dû l’être. Depuis que je lâchais la bride à mon don, ma « bestiole » semblait comme… apaisée. Comme si le fait d’utiliser ses différentes applications entérinait un accord entre elle et moi. Elle était moins imprévisible, moins impétueuse, moins dangereuse. Et j’adorai la sensation de l’utilisation du pouvoir. Je sentais presque les différents matériaux, je sentais mon esprit les diriger, les pousser, les investir… Et j’y trouvais une sorte de réconfort.

Le type qui m’avait aidé dehors était étrange. Je n’arrivai pas à savoir ce qu’il était exactement. Je me complaisait dans ma dérive, je m’en rendait compte, mais ça ne changeait rien aux faits. Savoir n’est pas pouvoir, contrairement à ce que me répétait inlassablement céléano lorsque j’étais enfant. Un regard jeté dans le miroir m’indiqua que mon « sauveur » était finalement venu.
« Qu’est-ce que tu fous ? »
Je me retournai vers lui, ôtant la poche à glaçons.

-je tente de faire partir la douleur, dis-je alors que le jeune homme réceptionnait la bille. Sa surprise fut une récompense en soit, mais les expressions et sensations qui se dessinaient sur le visage du jeune homme valaient leur pesant d’or. J’imaginai sans peine ce que ça pouvait être que de retrouver des sensations perdues.

« Woah. J’avais oublié que c’était comme ça ! Comment tu… tu fais ? »

Alors qu’il se rapprochai du lavabo pour se regarder plus attentivement, sans doute pour voir les effets sur ses pupilles, je lui répondis simplement.
-Tu as un don. Ou tu es .. un garou ? Et moi je suis autre chose. Je peux agir sur les objets, et véhiculer des sensations ou des pensées à travers eux… Je pense que c’est ce qui se rapproche des effets de l’alcool. Si tu es bien un garou, ça doit faire longtemps que tu as pas ressentis ça.. Cadeau… » je haussais les épaules, souriant.

« Ça fait mal ? »

Il venait d’appuyer sur mon bleu, et je grimaçais effectivement de douleur. Ce type se fichait de ma tronche. J’allais lui envoyer une bonne tirade bien sentie lorsqu’il me prit au dépourvu. Il me roula un palot plutôt intense, auquel mon corps en manque répondit facilement à mon grand désarroi. Etais-je si faible que ça ?
« Et là, ça faisait mal ? »

Mes yeux brillaient, sous l’effet de l’alcool et de la tristesse.
-oui, ça fait mal. Plus que tu ne le crois…

Je vis au regard de Charlie qu’il était un peu gêné. Il paraissait bourru. Il me faisait penser à une brute au grand cœur, je ne saurai dire pourquoi…
-mais la douleur, c’est ce qui maintient en vie, non ? Je le regardai. Il y avait quelque chose en lui de désabusé, dans son attitude. Comme si il se laissait pousser par les hasards de la vie.. Je me trompais peut-être.

Je soupirai un grand coup.. Marre de ma vie de merde.. Marre de vivre les mêmes choses, nuit après nuit. S’il fallait que je fuis, autant fuir loin, et dans l’excès.
-on se casse ?
Il me regardait, perplexe, et allumeur.
-d’ici. De cette ville.. De cette vie… Même si c’est pas longtemps.. Je… j’ai besoin d’un break… Et si on faisait un truc dingue, avec un mec rencontré à peine quelques heures plus tôt ?
Je plantais mon regard dans le sien, nos deux visages très proches. Il avait envie de remettre ça, je le voyais, mon corps aussi, même si mon coeur saignait.

-tu m’accompagnerais ? Vers la ville des excès ? Ou on pourrait être, au moins quelques jours, autre chose que notre propre caricature ? Je peux te redonner le goût des sensations grisantes. Et j’ai besoin d’un mec qui me prenne pas la tête.. Comme toi. Accompagne-moi. Vegas. Fric. Fête. Alcool, et, avec moi, retrouve ces sensations.

C’était totalement dingue, complètement spontané et sans doute, si je n’avais pas été bourré, me serai-je trouvé ridicule. Mais cette idée, je m’en rendais compte, trotait dans ma tête depuis un moment… J’avais déjà envoyé quelques cadeaux à Matthias, mais j’avais besoin de fric.. Et pourquoi pas après tout ? La bas, je pourrai avoir ce dont j’avais besoin.

Finalement, après m’avoir taquiné, il me montra qu’il pouvait être efficace contre la douleur. On riait encore alors qu’on arrivait près du parking.
Ma caisse était loin d’être classe, mais elle était fiable…
-dernière chance de réfléchir. On y va. Comme ça. Sans rien. Sans affaire. Sans attache. On achètera ce qu’il faut sur place, ou en route.. Marre de réfléchir, marre de jouer au mec rangé, sans histoire..

Je lui indiquait la place au volant, car j’étais bourré, et pas lui.. Même si je pouvais lui en donner la sensation aussi souvent qu’il le voulait.
Il sembla hésiter un moment, puis pris le volant en me traitant de barge, mais avec une certaine tendresse qui me fit sourire, surtout lorsqu’il ajouta qu’il allait me manger tout cru…. Ce qui ne me rassura pas outre mesure.








© Fiche by Mafdet MAHES



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Embrouille et picole [Matrim]   Mar 28 Juil - 12:39


Embrouille et picole





« Je suis bien un garou, mais pas un loup. Alors, à ton avis ? »

L’euphorie ne le quittait plus. La preuve : on ne l’aurait surement pas trouvé à jouer aux devinettes en temps ordinaire. Le nez presque collé à la glace sale, il était aux premières loges pour assister à la dilatation de ses pupilles. Etirant exagérément ses joues de ses mains, il finit par se lasser de jouer avec son propre visage et s’attaqua à celui de Mat’. Clairement oui, il se foutait de lui, mais homme d’action même dans la simili ivresse, il ne laissa pas la possibilité à sa victime de riposter et lui coupa l’herbe sous le pied d’un baiser enflammé. Reculant avec un sourire goguenard, il tomba sur le regard triste du jeune homme. Quoi, il embrassait si mal ? Vu la façon dont l’autre avait répondu, ça ne devait pourtant pas être tant horrible !

« Heu… Répondit fort intelligemment le nounours pris au dépourvu. Boah, je sais pas si ça maintient mais tant que t’as mal, c’est que t’es pas crevé ouais… »

Définitivement, lorsque vous vouliez parler philosophie, ce n’était pas à un ours qu’il fallait s’adresser. Ou pas à celui là en tout cas. L’ex délinquant fourra ses poings au fond de ses poches. Matrim scrutait son visage et le garou plissa les yeux pour lui renvoyer un regard faussement suspicieux. Tout ce qu’il était capable de déduire pour le moment, dans son grand sens de la psychologie, c’était que ce type n’avait pas l’alcool joyeux. Et que lui-même ne serait jamais un grand joueur d’échec : il n’aurait jamais prévu que la situation tourna ainsi.

« On se casse ? »

Ça, par exemple, il ne l’avait pas vu venir. En tout cas pas la tirade qui s’en suivit. Son sourire en coin largement suggestif devint peu à peu perplexe. Oh il aurait bien eu des propositions… d’activités mais très en deçà de ce que Matrim semblait avoir en tête. La tension n’était pas retombée entre eux, au contraire, et presque nez à nez avec lui, le séduisant jeune homme n’échappa à ses lèvres voraces que parce que ses mots détournaient son attention. Pas facile de se concentrer sur deux choses à la fois, la bille faisait toujours effet.

« Je… Heu… »

Il avait une case en moins ce type. L’avantage, c’était que lui aussi. Marre de la solitude, de n’avoir plus que lui-même et personne pour lancer ce genre de projet à la con dans lequel il se jetait toujours les yeux fermés, pourvu qu’il y ait quelqu’un à suivre. Même bourré, Mat’ dégageait le genre de magnétisme que Charlie avait toujours aimé chez ses meilleurs potes. Et puis il y avait la promesse de ces petites billes qui, définitivement, rendaient la vie plus belle quand on avait un coup de mou. Le sourire de l’ours réapparut, plus gamin et enthousiaste qu’il ne l’aurait voulu. La faute à ce foutu état euphorique aussi, comment vouliez-vous garder un minimum de crédibilité en tant qu’ours mal léché avec ça ?

« Ok, je marche ! »

La tentative de soin sur la personne de son nouveau meilleur pote depuis au moins, pff, une heure, se solda par un fou rire qui les poursuivit jusqu’au parking. Clairement les ours n’avaient pas les mêmes prédispositions à la guérison d’autrui que les loups, sans doute parce qu’ils n’étaient pas fait pour vivre en meute. Avec un peu de chance, au moins Matrim profiterait-il d’un vague effet placebo.

« Mec, sourit-il en s’installant derrière le volant, c’est l’histoire de ma vie ça… »

Enfin, ne pas réfléchir et faire ce qui lui passait par la tête sans penser aux conséquences, en tout cas. Jouer au mec rangé, c’était beaucoup plus récent et honnêtement, cela ne lui convenait pas.

« Moi, tant que j’ai mon 4h, tout va bien. » Acheva-t-il en démarrant, lançant un sourire gourmand et suggestif à son appétissant passager.

Vegas n'avait qu'à bien se tenir.

© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: Embrouille et picole [Matrim]   Lun 17 Aoû - 18:01

la suite ICI


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Embrouille et picole [Matrim]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» François l'embrouille Péage
» Après une "embrouille"
» Embrouille familiale [pv Ethel] Terminé!
» Le Style Mirkwoodien
» Blog de Marc Bazin: René Préval, un héritage embrouillé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Restaurants / Bars-
Sauter vers: