AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Il faut se fixer des buts avant de pouvoir les atteindre /ft.Therence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Il faut se fixer des buts avant de pouvoir les atteindre /ft.Therence   Dim 16 Aoû - 11:30


©copyright

  

Basket
"Il faut se fixer des buts avant de pouvoir les atteindre."

L'histoire commençait toujours pareil, le réveil sonnait, je sélectionnais quelques fringues, puis je partais me doucher. Pourtant, aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres, nous étions jeudi, et alors me dira-t-on ? Alors le jeudi, j'avais trois heures de sport d'affilé, et il se trouvait que le sport en question était le basket. Avant l'esprit farceur, j'étais vraiment nulle, incapable de rattraper le ballon, et encore moins de marquer. Mais l'esprit farceur ne m'avait pas apporté que de mauvaises choses, et mes super réflexes étaient l'un des avantages. J'étais devenue, en très peu de temps, une pro au basket, et j'en avais vite fait mon sport préféré. Les profs de sport qui disaient que tout le monde pouvait avoir A+ en basket étaient de sacrés menteurs. J'étais l'exemple même que ce qu'ils avançaient été totalement faux. Il suffisait d'avoir de bon réflexes, ou bien d'être au top de sa forme.
Je courais un peu sur place, enfilais un short, un crop top et un gilet, et descendais au rai-de-chaussée avec le même entrain. J'avais appris hier, par un gars de ma classe, que nous allions affronter dans un match, une autre classe du lycée. Et l'idée de leur mettre une bonne raclée me ravissait.
Je prenais un petit déjeuner bien consistant, histoire de ne pas m'effondrer en plein match, puis je sortais avec mon sac de sport sur le dos. La matinée risquait d'être éprouvante ! Je ne passais pas par la forêt, de peur d'arriver en retard au cour de sport. Même si je connaissais les bois comme ma poche, il m'était déjà arrivé de ne plus m'y retrouver.
Il était environ neuf heure du matin, et le ciel était déjà si bleu qu'il faisait mal aux yeux. Aucun nuage ne venait le voiler. Parfois, il m'arrivait de penser qu'il faisait bien trop beau tous les jours, et que c'était mauvais pour ma santé morale. Le mauvais temps était une très bonne raison d'être de mauvaise humeur, le fait qu'il fasse beau les trois quarts de l'année, effaçait 50% des occasions de faire la gueule. J'aimais être joyeuse, j'adorais même, mais mon côté bougon me manquait un peu.
Une idée me titilla l'esprit, je pouvais très bien créer mon mauvais temps, dans ma réalité. Et ainsi, personne ne comprendrait pourquoi j'étais de mauvaise humeur ! Cette idée était fantastique ! Torturer le cerveau des gens était une activité dont je ne pouvais me passer. Quand j'y réfléchissais à deux fois, j'étais vraiment l'une de ces personnes étranges du style savants fous.
J'étais ravie d'être aussi originale et astucieuse.
Grâce à toutes ces pensées, le trajet m'avait parût beaucoup moins long. Et c'était donc avec bonheur que je constatais que le lycée se dressait déjà devant moi. Je traversais plusieurs couloirs, puis débouchais sur le gymnase. Ce lieu m'était familier, et je m'y sentais bien. M'enfin, toute l'équipe de basket était déjà prête, et moi j'observais les murs.
Me sentant observais, je secouais la tête, haussais un sourcil, et allais me changer en hâte.
J'adorais ma tenue de sport, autant que les chemises et les crop top. Je troquais mon short en jean contre un short de sport noir, bien plus confortable. Et pour le haut, ce serait une brassière de sport noire et bordeaux. A, ce que je pouvais aimer ces deux couleurs magnifiques. Je complétais ma tenue avec des air max bordeaux et noirs -on ne s'en serait pas doutés-, et je retournais dans le gymnase. Pour moi, s'habiller était un art que je pensais maitriser.
Je rejoignais ma classe et commençais à m’entraîner dans mon coin, avec un ballon.

Ft.Therence Garnet

Sauney de Never Utopia
  
Revenir en haut Aller en bas
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 778
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Il faut se fixer des buts avant de pouvoir les atteindre /ft.Therence   Dim 13 Sep - 1:53



Remise en forme
Jeudi matin, un ciel parfaitement dégagé et l'air frais qui laisse présager des températures plus douces au fil des heures. Le temps idéal pour une séance de sport en plein air.

Je quitte les vestiaires avec une solide paire de baskets aux liserés écarlates aux pieds, un jogging et un débardeur noirs qui épouse ma musculature, et je m'étire les bras en grinçant de la gorge et remue mollement des épaules pour me réveiller un peu. Je ne pète pas la forme, mais je préfère avoir basket qu'être coincé dans une salle de classe. Une fois n'est pas coutume, j'ai eu le nez trop plongé dans mes leçons depuis plusieurs jours pour ne pas éprouver un immense besoin de me dépenser au bahut.

J'attends les instructions du prof avec le reste de ma classe, assis sur le bitume et peu réactif aux boutades d'un camarade qui a visiblement passé une très bonne nuit, lui. Ah ouais, c'est vrai, aujourd'hui c'est une rencontre avec une autre classe pour évaluer le niveaux, et tout le blabla. Tans mieux, savoir qu'il va y avoir du challenge ce matin me sort de ma léthargie. Me confronter toujours aux mêmes larrons ça devient fatiguant, on essaie forcément de ce caser par affinités et par niveaux quand l'enseignant ne décide pas des équipes, mais même en me mesurant aux bons, je fini par perdre tout intérêt. C'est un jeu bon sang, pas un tournoie avec une coupe à la clef! Commettre une petite faute devrait faire réagir certains, mais pas de quoi me blâmer et finir par me fuir parce que je ne joue pas dans les règles.

Bref. J'observe l'autre classe à peine plus loin, à la recherche de visages connus et pour me faire une idée des adversaires qui nous attendent. J'identifie le groupe de bimbos qu'on entend déjà crisser si on pète l'ongle de l'une d'elles et jouir en cœur à leur premier panier. Le fétu de paille à jerker de la partie dès les premières secondes d'un bon rentre dedans à titre d'exemple : quoi de mieux pour être sur de se faire respecter que montrer qu'on hésitera pas à outrepasser quelques règles? Et puis autant virer les inutiles si on veut un jeu digne de ce nom. Je repère les mecs qui ont au moins assez d'énergie et d'esprit de compétitions dans tout le lot et j'esquisse un sourire moqueur à leur intention, quand une petite silhouette file dans mon champ de vision pour raser le mur du gymnase. C'est quoi ça? La brune disparait dans les vestiaires sans se formaliser des regards sur elle, ni spécialement pressée, ni à la recherche d'un contact particulier, elle a l'air perdue dans son monde. Ça, c'est probablement la marginale de sa classe, et si je m'amuse de son retard, je l'oublie aussitôt pour en revenir aux choses beaucoup plus sérieuses. La bande de sportif adverse m'ignore, conscient que je ne cherche qu'à les provoquer, et le prof nous explique le déroulement de la séance.

Tsss... Ça me vexe que l'autre ne prenne même pas la peine de considérer ma provoc'. Où est l’intérêt si je suis le seul à chercher la bagarre? Ils sont trop sérieux. Le prof nous siffle d'aller nous échauffer, et je me charge d'aller dénicher un ballon, perdu dans mes réflexions. Pourtant, je ferais peut-être bien de m'assagir un peu. Dans l'hypothèse ou on aurait faillit me donner une leçon capitale en m'accusant d'être un fauteur de trouble, le genre de truc difficile à oublier, je crois que deux choix se présentent à moi. Soit j'accepte de changer et de devenir quelqu'un de plus effacé, un gars auquel on ne pourrait plus reprocher ses bêtises et à qui il serait juste de donner une leçon, soit je nie la morale qui s'est imposée à moi et je persiste dans mes vilaines actions, quoique plutôt innocentes si on les comparent à de véritables délits.

Je regarde les ballons disparaitre uns a uns. Ne tiens qu'à moi de décidé, et je le sais. Si je choisi la première option, alors ça voudra dire que le c*nnard qui m'en a fais bavé a bel et bien eu une influence sur moi. Si je choisi la seconde... alors ce sera la preuve que cette histoire n'était rien de plus qu'un mauvais coup en voie de guérison, et qu'au final il n'en restera qu'un mauvais souvenir duquel j'aurais réussi à me détacher. Sans séquelle.

Mon choix est fait. Est-ce que j'arriverais à être autrement que l'emm*rdeur que je suis de toute façon? La supériorité dont je fait preuve sur mes camarades, c'est ce qui fait qu'on me respecte, mes moqueries sont le réceptacle d'un humour qui séduit les plus réceptifs. Je plonge la main dans le bac et ne rencontre que du vide.

-Therence, qu'est-c'tu fous?


Oui, qu'est-ce que je fous? Quelques minutes de rêvasseries et tous les ballons ont été pris.
Je retourne auprès de deux camarades de ma trempe avec qui s'est devenu une habitude de passer les heures de sport, un haussement d'épaule dé-concerné en guise d'excuse. Doit bien y avoir un autre ballon qui traine quelque part?...
Je hausse un sourcil aux rebonds successifs qui semblent m’appeler. Je reconnais la brunette de tout à l'heure qui joue dans son coin, ses vêtements légers de plus tôt troqués pour un énergique ensemble noir et rouge. Ben voilà, je savais bien qu'on en trouverais un autre!

-Hé!

Elle m'ignore ou elle ne m'a pas captée?

-La retardataire!

Elle ne peut pas ignorer que c'est bien a elle que je m'adresse maintenant. J'approche en lui faisant signe d'envoyer la balle.

-Tu sais, le but c'est pas de s'entrainer en solo.

Je hausse les sourcils conciliant pour l'inciter à partager. Mais une fois son ballon entre les mains, je me contente d'un sourire malin et m'éloigne avec pour rejoindre la bande en abandonnant la fille là. Qu'est-ce qu'elle espérait, que j'allais la convier à venir jouer avec nous? Les gars rigolent. Qu'elle se trouve une autre équipe, moi j'avais juste besoin de la balle.

J'éprouve un plaisir simple mais irrésistible à la voir plantée là, les mains vides, et à comprendre qu'elle s'est faite avoir. Qu'on est 10 ans, 15 ans, 20 ans, y a des boutades qui font toujours le même effet. Entre deux passes, je lui offre un petit sourire en coin et l'ignore de plus belle pour me concentré sur mon seul objectif : m'amuser au dépend des autres.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut se fixer des buts avant de pouvoir les atteindre /ft.Therence   Dim 13 Sep - 8:53


©copyright

 

On va jouer au renard et au chasseur...
"Plus la patience est grande, et plus belle est la vengeance."

Je faisais rebondir mon ballon avec énergie, n'éprouvant pas le besoin de me mêler aux autres, le regard fixé sur la balle orange, un sourire malicieux aux lèvres. Alors que je n'attendais la venue de personne, j'entendais quelqu'un m'appeler. M'en contre-fichant, je continuais d'observer mon ballon. Une fraction de secondes après, on m’appelait de nouveau, mais les mots employés me firent l’effet d'une épine qui s'enfonce dans la peau.

-La retardataire!

Étant constamment sur les nerfs, j'arrêtais vivement mon ballon et foudroyais le jeune homme du regard -bien qu'il soit plutôt bien battit et que je ne puisse le nier-.
Il faisait un pas en avant et m'invitait à lui envoyer la balle -ce que je n'avais pas du tout envie de faire-, alors, d'un air sympathique et compréhensif il ajoutait:

-Tu sais, le but c'est pas de s'entrainer en solo.

Mh, et pourquoi pas ? Ce ne serait pas pour être gentille, mais pour voir quel genre de personne peut bien être ce type. En tant normal, je n'aurais certainement pas partagé, mais là c'était pour une étude scientifique. Je comparais un peu le jeune homme à un cobaye...
Un sourire sympathique aux lèvres -mon sourire malicieux n'était pas le plus rassurant- je lançais le ballon au cobaye, attendant avec une impatience débordante sa réaction. Et sa réaction vint plus rapidement que prévu. Il prenait la balle, me lançait un sourire malicieux et s'éloignait pour rejoindre ses camarades.
Ce qu'il n'avait pas encore compris, c'était que j'étais le chasseur, et qu'il était -mh à quoi on pourrait le comparer d'autre qu'un petit cobaye insignifiant ? Il fallait avouer que le coup du ballon était plutôt bien pensé.- le renard. Le renard était malin et croyait avoir gagner, mais ce n'était qu'une piètre illusion. Quand on s’attaquait à Maya Ikoli, il y avait toujours des représailles. En plus, je n'avais besoin de personne d'autre que moi pour avoir la honte.
Étant donné que le cobaye-renard n'arrêtait pas de me lancer des regard pour profiter de ma "peine". Il il faut avouer que j'aurais fait pareil si j'étais à sa place, mais ce n'était pas le cas.
Maintenant, la balle était dans mon camp, et le match n'avait pas commencé. J'avais encore le temps de me venger.
Bien entendu, j'aurais put utiliser mes illusions, mais je voulais jouer faire ça en me mettant au niveau de mon adversaire: à l'humaine. En vérité, je ne savais pas s'il était autre chose qu'un humain, mais je n'avais que cette hypothèse pour pouvoir le considérer comme tel.
J'attendais maintenant qu'il arrête de me regarder pour pouvoir mettre mon plan à exécution. Quand son regard ne croisait plus le mien, je passais à l'action.

Je m'approchais du petit groupe de garçon tout en slalomant entre les autres joueurs. Rapidement, j'étais à quelques pas d'eux. Aucun ne m'avait remarqué, tant mieux, et ils se contentaient de se faire des passes, me rendant la tâche plus facile, mais bien moins divertissante.
La balle était dans les mains de l'un des coéquipier du cobaye, je savais qu'il allait lui faire la passe. Un sourire malicieux se dessina sur mes lèvres, et dès que le ballon ne fut plus en contact avec les mains du type, je m'élançais vers le ballon en mouvement, me glissait juste devant Mr.Renard et attrapais le ballon, mon ballon. J'étais maintenant si près du jeune homme que je sentais sa chaleur corporelle. Je me retournais face à lui et ses muscles saillants -une vue plutôt agréable d'ailleurs- et lui donnais une pichenette en plein milieu du front. Un sourire malicieux se dessinait sur mes lèvres, accompagnée d'une lueur de défi scintillant dans mon regard corbeau. Serrant l'objet de ma convoitise entre mes bras, je déclarais:

-On ne t'a jamais appris la galanterie ?

Je haussais un sourcil, non, c'était certain que non.

-Un conseil, la prochaine fois renseigne toi sur la personne à qui tu t'adresses, cobaye. Vu que je suis sympathique, et que tu me fais un peu pitié, je vais te donner une petite info. Je m'appelle Maya Ikoli, et je suis une pro au basket, contrairement à toi, j'appuyais mon index sur son torse en plissant le regard, et reprenais en bégayant, et tous tes muscles...

Info n°2: Maya ne sait pas se tenir. Ça, il aurait put le voir tout seul.
Je faisais un pas en arrière et commençais à faire rebondir mon ballon, faisant attention à ce que personne ne vienne me le prendre. Si ça arrivait, j'attraperais le poignet du mal élevé, et lui tordrais pour le convaincre de ne pas réessayer. Nan mais ho, on ne me faisait pas de mal, tous ceux de me classe le savait, et avaient une bonne raison pour ne pas le faire: quand on me faisait du mal, il se passait des choses étranges et très effrayantes, appelées: des illusions.
On me prenait pour une sorcière, mais ça ne me déplaisait pas.

Therence "cobaye-renard" & Maya "abeille-chasseuse"

Sauney de Never Utopia
 
Revenir en haut Aller en bas
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 778
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Il faut se fixer des buts avant de pouvoir les atteindre /ft.Therence   Mer 16 Sep - 1:11



Miss Maya et Mister Renard
Hou, quel regard... la retardataire est à prendre avec des pincettes on dirait. Alors soit, pour cette première approche envers la camarade que je ne connais que de très loin, je me montre plus sympathique en indiquant le ballon que je convoite... et qu'elle à la bêtise de me passer.
C'est trop facile. Carrément bas, mais je suis d'humeur à me contenter de peu en ce début de mâtinée. Je souris franchement en me défoulant avec la bande alors qu'elle m'analyse de sa place. Mépris? Rancune? Qu'importe, elle ne doit pas cogiter du bon, et c'est le principal. Mais elle n'est qu'un hors-d’œuvre, c'est pas contre une insignifiante comme elle que j'espère me battre au cours des matchs à suivre...

Je détourne les yeux de l'équipe adverse qui joue plus loin pour intercepter le ballon, sans me douter qu'une bestiole en a profitée pour se faufiler entre les joueurs et venir se jeter en pleine trajectoire. Qu... Elle? Je me trouve nez-à-nez - torse-à-nez? - avec la reclus. Elle est plus vive que je le pensais, je répond à son petit sourire d'un plissement menaçant des paupières. Elle se croit maligne, hein? Mais elle me connait p...
Je rêve, elle vient de me foutre une chiquenaude entre les deux yeux?! Je cligne c*nnement des mirettes et elle en profite pour s'éloigner avec la balle calée contre sa poitrine.

-On ne t'a jamais appris la galanterie ?


-Mince... t’espérais un "s'il te plais" ou un "merci"?

-Un conseil, la prochaine fois renseigne toi sur la personne à qui tu t'adresses, cobaye.


Cobaye? Je ricane parce que je vois pas où elle veut en venir avec ce surnom stupide.

-Parce que tu vaut la peine que je me renseigne?

Pour qui elle se prend? C'est pas vraiment le genre de fille qu'on remarque au premier coup d’œil, et j'ai du mal à l'imaginait capable de marquer les esprits, quel que soit son petit caractère. Et je suis pas un cobaye. De toute façon, y a plus pertinent comme insulte, qu'elle enrichisse son vocabulaire l' "attardée".

-Vu que je suis sympathique, et que tu me fais un peu pitié, Pitié?! Mais je vais le lui rendre en pleine tête ce ballon! je vais te donner une petite info. Je m'appelle Maya Ikoli, et je suis une pro au basket, contrairement à toi.

-Juges pas sans avoir testé, Maya...

-... et tous tes muscles...


Je laisse tomber la mine coléreuse et souris avec interêt, flatté que la jeune fille soit obnubilé par les pectoraux qu'elle parcourt du bout des doigts. Tu vois, tu parles beaucoup ma jolie, mais à ce moment précis, je sais que tu se fiches bien de la galanterie ou de quoi que ce soit d'autre...

Elle fait glisser son index hors du vêtement et s'éloigne avec le ballon. Je ne la quitte pas des yeux, enthousiasmé. Elle a de la jugeote et de la répartie. Et elle pense sérieusement que l'affaire s'arrête ici?
Je me fous des copains qui veulent juste poursuivre l'exercice en faisant chouiner une fille si possible, je ne prête plus attention au reste de la classe qui s'entraine ou au profs qui surveillent. C'est cette nana que j'observe et vers laquelle je m'élance subitement pour lui chiper la balle au rebond, d'une ample volée. Trois pas pour garder un minimum de distance et je lui fait face en dribblant fièrement.

-Pas assez rapide.

Ça fait des années que je pratique le basket. A titre d'amusement et de choix scolaire, j'ai jamais envisagé d'intégrer un club et viser des coupes, mais ce sport me plait et je suis pas mauvais quand je m'y met sérieusement. Elle approche pour la récupérer, je recule, elle tente de me l'enlever, j'esquive promptement. J'entends un pote soupirer : je joue à nouveau solo. C'est faut, je joue avec la petite Maya.

-Trop petite. rie-je en prenant plaisir à garder la balle en l'air et la sentir obligée de me coller dans l'espoir de la récupérer.

Elle a de jolis yeux sombres, un nez mutin, des formes raisonnables. Elle est pas moche la peste. Le type insiste pour que je lui fasse la passe, mais je considère la brunette qui s'agite sous mon menton. J'ai pas besoin de faire appel à eux pour continuer de la faire bougonner.  
Je fais mine d'envoyer l'orange mais la garde bien en main en faisant volte-face pour m'enfuir avec en direction du panier.

-Pas assez réactive!

Elle n'en démord pas, et heureusement sinon le jeu perdrait tout son sens. Elle me rejoint rapidement et se met en travers de mon chemin, bien décidée à récupérer SA balle, mais je compte sur mes longs membres et un bon élan pour contrer la distance... et marquer. Un panier qui ne vaut rien pour cet échauffement, mais c'est ma manière de faire comprendre à la jeune fille que je me débrouille pas si mal en la matière, et que...

-...T'es pas aussi exceptionnelle que tu le raconte. constatè-je exagérément déçu.

Mon petit public m'acclame tandis que j'écarte les bras en signe d'évidence. Admet le petite Maya, t'es pas aussi forte que ce dont tu te vantes, et ton cobaye est trop endurant pour toi!

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut se fixer des buts avant de pouvoir les atteindre /ft.Therence   Mer 16 Sep - 14:40


©copyright

 

Outrée
"Une femme blessée est une femme dangereuse et imprévisible"

-Parce que tu vaut la peine que je me renseigne ?

J'avoue que cette insulte m'avait un peu outré, mais je ne laissais rien paraître, un sourire malicieux aux lèvres et une lueur insolente dans les prunelles. Le mélange parfait pour agacer quelqu'un.

-Juges pas sans avoir testé, Maya...

Tester ? Pas besoin de tester, le gars qui se tenait en face de moi était le parfait cliché de l'ado arrogant et sportif. Pourtant, j'étais curieuse de savoir si un petit agneau pas du tout virile se cachait derrière cette façade de brute de décoffrage. Ma curiosité était piquée à vif, j'avais envie d'en savoir plus sur ce type.
Je driblais tout en réfléchissant, mon attention n'était plus focalisée sur le ballon, mais ailleurs dans mes pensées. Et cette erreur eut un prix, MON ballon. Je secouais la tête pour revenir à la réalité et lançais un regard mauvais à Monsieur Renard et son menton fièrement relevé, qui ne peut s'empêcher de gratifier ma non-action d'un:

-Pas assez rapide.

Je résistais furieusement à l'envie d'utiliser mes pouvoirs, ce serait déloyal, et même si faire les choses justes n'était pas franchement l'une de mes habitudes, ça en deviendrait une le temps de ce match. Si je fichais une raclée au jeune homme en ne me servant que de mon potentiel humain, ce serait une vraie victoire.
J'abandonnais donc mes mauvaises pensées, ou plutôt je les stockais dans un coin poussiéreux de mon esprit, et je laissais naître un sourire joueur sur mon visage.
Je lui lançais un air désintéressé, tout en me redressant puis quand il j'avais l'impression qu'il perdait en attention, je faisais un pas en avant, une main tendue pour essayer de lui piquer le ballon. Mais Monsieur Renard esquive mon attaque minable.
J'essayais ensuite de me hisser sur la pointe des pieds pour tenter ne serait ce que d’effleurer la balle, mais mon adversaire la gardait en l'air, les bras levés. Je sautillais un peu, mais rien n'y faisait, et une nouvelle remarque ne met pas longtemps à arriver:

-Trop petite.

J’émettais un grognement, oui tout à fait, comme un animal, enfin ça ressemblait plus à un bruit du genre "arrrrgh", mais c'était quand même un grognement. Ça l'amusait de profiter de mes faiblesses ! Bon, si la situation avait été inversée, j'aurais fait la même chose. Il fallait l'avouer, j'aimais blâmer les autres pour des fautes que j'aurais put moi même commettre.
Mon regard noir passait rapidement du ballon au visage amusé de mon adversaire.
D'un geste vif, ce dernier envoyait la balle à l'un de ses coéquipiers. Je pivotais vers le camarade en question et haussais un sourcil quand je ne voyais pas l'objet orange entre ses mains. Il était magicien ou quoi ? La voix audacieuse de mon adversaire me rappelait à l'ordre:

-Pas assez réactive !

Quand mes yeux corbeaux étaient attirés par une tâche orange et familière, je laissais échapper un juron, j'avais peut être sous-estimé le jeune homme, et surestimé mes capacités humaines... Je m'empressais de venir m'interposer entre le panier et le détenteur du ballon, même si je savais pertinemment que ça ne changerait rien au fait que mon rival marquerait, et que je serais plus agacée encore.
Comme prévu, Monsieur Renard marquait, et j'étais agacée par son narcissisme et son jeu astucieux.

-...T'es pas aussi exceptionnelle que tu le raconte.

Quoi ? Douter de mon potentiel au basket était une chose, mais employer de tels mots en était une autre, si il y avait bien une chose que je ne supportais absolument pas, c'était qu'on me dise que je n'étais qu'une pâle copie des autres personnes vivant sur cette terre.
Les amis du "vainqueur" l'acclamèrent, pendant que je lui lançais de nouveau un regard noir, adoucie un court instant par le sourire charmeur qui se dessinait sur son visage.
Je me mordais furieusement la lèvre inférieur, si bien que je sentis bientôt le goût métallique du sang sur ma langue, puis je me tournais vers le joyeux public. Mes pouvoirs faisaient partit de moi, si je n'arrivais pas à gagner, c'était simplement car je me limitais à utiliser la partie humaine de celle que j'étais. Mais pour vaincre Monsieur Muscles, j'avais besoin de plus que mon humanité. J'avais besoin d'être un esprit farceur.
Je faisais taire les admirateurs du narcissique en les exposant à une illusion plutôt effrayante, que j'avais longuement travaillé: seuls, dans une salle juste assez lumineuse pour voir la silhouette de quelqu'un à travers une fenêtre brisée et pour finir en beauté, un cri peu rassurant.
J'avais créé ce petit scénario durant une mauvaise passe de ma vie, mais maintenant, ça allait carrément mieux, et j'avais trouvé une utilité à cette illusion.
Satisfaite du silence généré et des visages devenus pâles des coéquipiers de Mr Renard, je lui lançais un sourire carnassier et déclarais sur un ton bien moins enfantin que lorsque je l'avais rencontré:

-Très bien, ça suffit, tu vas comprendre pourquoi on ne me cherche pas d'ennuis.

J'allais tromper le renard à son propre jeu.
Les yeux rivés sur le jeune homme, je faisais un pas vers lui. Alors, que j'étais à une vingtaine de centimètres du ballon, je lançais soudainement un regard inquiet derrière lui, comme si j'avais entendu quelque chose. Son attention détournée du ballon qu'il avait ramassé un peu plus tôt, je le prenais simplement d'un geste vif. La curiosité était humaine, et pour pouvoir provoquer le jeune homme, il fallait utiliser l'une de ses faiblesses connues: être un humain.

Placée à quatre ou cinq pas de Mr Renard, le ballon en mains, et un sourire satisfait, je me mettais à dribler en lui lançant un regard provocant. Ses ruses ne marcheraient plus !
Le jeune homme tenta une approche, mais je l'esquivais avec une facilité déconcertante. Les réflexes humains de mon adversaire ne faisaient pas le poids face à mes réflexes surnaturels. Je faisais quelques pas en driblant et pliais un peu les genoux pour sauter et marquer. Le ballon avait touché le cadre puis avait tourné sur le panier avant de tomber dedans, devant mon regard brillant de fierté.
Je pivotais vers le garçon aux prunelles noisettes qui avais rappliqué et l'observais, à la fois satisfaite et amusée.
Le vrai match commencerait bientôt, et j'étais prête.

Mr Renard et Mlle l'abeille

Sauney de Never Utopia
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut se fixer des buts avant de pouvoir les atteindre /ft.Therence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut savoir prendre son envol avant que le temps nous emporte. [Sunggyu Kim/Raphaël Kolliam]
» Chaque famille a ses secrets, il faut bien réfléchir avant de les déterrer.
» Vous devez préciser un titre avant de pouvoir envoyer votre message.
» Il faut frapper avant d'entrer [Pv Damian]
» "Rien ne sert de courir, il faut partir à point." Hum!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Gymnase-
Sauter vers: