AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brian O'Conner

avatar

Humeur : Troublé...
Messages : 684
Réputation : 105
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Dim 16 Aoû - 22:35


Mecano à dos


Feat : Nausicäa Kaer



C'est à mon tour de recevoir les gens qui viennent faire une déposition ou porter plainte. Ce n’est pas vraiment ce que je préfère dans le travail de policier, mais c’est toujours mieux que d’enregistrer les dossiers à classer ou de faire une déclaration parce qu’on a tiré deux balles avec son arme de service. La bureaucratie nous asphyxie avec ses procédures qui finissent par donner plus de travail qu’il n’est nécessaire.

Une dame est venue déclarer la perte de son labrador. Je lui ai conseillé de mettre des affiches dans son quartier, mais promis que le signalement de son familier serait donné aux voitures de patrouilles. Mais la sexagénaire a surtout besoin d’une oreille attentive. Le chien est tout ce qui lui restait de sa famille. Veuve, elle avait perdu sa fille, son beau-fils et leurs deux enfants dans un des avions qui s’était encastré dans une des twin tower de New York un certain 11 septembre. Rassurer, réconforter, c’est aussi mon travail. Alors je lui assure que nous ferons ce qui est en notre possible pour retrouver son animal si précieux à ses yeux. Suit une mère de famille qui veut porter plainte contre son voisin qui empiète sur son terrain. La matinée se poursuit, le poste de police ne désemplit pas. Sur le siège en face de moi se succède des gens si différents. pour chacun d'eux, leur problème doit être évidement notre priorité numéro un. Les dossiers s’entassent et les hommes se lassent. Nous n’avons pas l’affectif nécessaire pour assurer convenablement toutes ces affaires. Cela me désole, mais dans le tas, je sais pertinemment des dossiers qui seront classés sans suite faute de moyens. Le chien de la vieille dame passera après les coups et blessure d’un mari violent.

Je fais une pause et vais me servir une tasse de café. Il est tiède et pas bien fort, mais on n’a rien de mieux. Un passage rapide aux sanitaires et me revoilà prêt pour continuer. Alors que j’arrive avec ma tasse de café pratiquement froid, une jeune femme semble m’attendre. Les mains sur les hanches et le soupire pas très discret me laissent penser que cela risque de ne pas être plaisant.

- Que puis-je pour vous mademoiselle ?

J’essaye de rester neutre avec une attitude polie. Mais je ne peux m’empêcher de détailler celle qui est devant moi. Vient-elle de tomber en panne de voiture ? Car elle a du cambouis sur le nez et ses doigts ont visiblement visité un moteur, ou tenté de le faire. Puis un détail me surprend. Je ne l’avais pas noté tout de suite à cause de l’éclairage. Cette fille n’a pas les deux yeux de la même couleur. C’est la deuxième fois que je rencontre quelqu’un avec cette caractéristique oculaire. Cela donne à son regard quelque chose de dérangeant, un peu comme les yeux si clairs de Jordan. On dit que nos yeux sont la fenêtre de notre âme.

Toutefois le pli soucieux sur le front de cette belle fille me ramène à la réalité de mon métier. Je l’invite à prendre place et à me raconter ce pourquoi elle est venue. Elle a peut-être eu un accident, pourtant elle ne me semble pas blessée. Je pose ma tasse. Comme à chaque fois, je finirai mon café totalement froid. Pas que cela me gêne réellement, à l’armée il était courant de se restaurer sans pouvoir faire réchauffer nos aliments.

Quand la belle me précise qu’elle est mécano, je ne peux m’empêcher de sourire. Elle ? Bricoler avec une clé de douze dans un moteur… La vue arrière peut-être intéressante, mais je doute que les pannes mécaniques un peu ardues sont à portée de ses petites mains fragiles. Au grognement qu’émet la belle sauvageonne, je devine sans mal qu’elle me prend pour un macho. Bon j’avoue que ma réaction peut le laisser penser, mais l’imaginer démonter une boite à vitesse m’est un peu difficile. Quand elle mentionne la disparition d’une personne, je reprends mon sérieux et l’écoute attentivement.

- Je vous écoute mademoiselle. Je vais avoir besoin de votre nom et de votre adresse pour le dossier.




© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Mar 18 Aoû - 1:55






Flic en carton rencontre Mécano en mousse




Feat : Brian ♥


Cela faisait quoi ? Trois ou quatre mois que j'étais ici non ? Ce foutu alpha avait enfin fini par me donner l'adresser de ma cousine et en arrivant là-bas, après avoir foutu une peur bleue au concierge pour qu'il me donne les clés, je dus constater que l'appartement était vide depuis un moment. Non pas par les aliments pourris dans le frigo ou autre, mais simplement, car l'odeur résiduelle de Max avait presque disparut au lieu d’emplir les lieux. Et cela me foutait les jetons. Ryan avait-il retrouvé ma trace et capturé Max pour me menacer ? En plus d'avoir mon frère... Je crois qu'à ce moment-là, j'ai perdu la boule au point de me défoncer les poings contre un mur en béton armé. Mauvaise idée au vu de la douleur et sachant que je m'étais brisé presque tous les doigts sous la rage. Je devais sauver ma famille. Une fille d'alpha ne se laisse pas intimidée comme ça. Même après cinq ans d'enfer. Je savais que ma relation avec Andrew devait rester secrète, car si Max avait bien disparu à cause de Ryan, Andrew craignait bien pire. J'avais refusé son fils dans mon lit, de l'épouser, il tuerait Drew pour ça. Et pas rapidement.

Alors, si au début, je l'avais cherchée partout avec mes propres moyens, n'hésitant pas à utiliser de mes dons pour faire peur ou torturer un peu, j'étais arrivée à la conclusion qu'elle n'était plus en ville. Ou alors que j'étais incapable de la trouver sans aide. Quoi de plus vexant pour une femme comme moi que de découvrir qu'au final, je ne suis pas si forte que ça ? Peut-être que quelqu'un d'extérieur me le fasse remarquer. Oui. Du coup, une seule option s'était imposée à moi : aller voir les flics. Du moment que je ne tombais pas sur cette louve en cloque insupportable, ça m'allait. Une rencontre avec elle, pas deux. C'était dangereux, pour moi évidemment.

Quelques jours plus tard, alors que j'avais enfin un trou dans mon emploi du temps, je sortis du garage, le visage barbouillé de cambouis, mais bon, je m'en foutais un peu... Bon ok, totalement. J'étais le meilleur garagiste de la ville non ? A part ses putains de bagnoles de richard que je ne pouvais pas réparer à cause de l'électronique, je pouvais monter et démonter une caisse seule dans la journée. Bref, n'ayant pas de voiture, car je me plaisais à courir à droite à gauche, ça tenait une ligne d'enfer, je partis donc à pied en direction du poste de police, essayant de trouver ce que je leur dirais. Je me voyais mal arriver en balançant la vérité.

Hey salut les poulets! Voilà le topo, je suis une louve garou, et mon cousin garou aussi à disparu sans doute à cause d'un alpha qui veut ma peau ? J'ai des supers dons de la mort qui tuent mais j'ai besoin de faibles humains comme vous comme chair à canon! On y va ?!


Je finirais mes jours en HP avec ça... Quoique... Ce ne serait pas une si mauvaise idée en fait!!! Je serais inatteignable là-bas, je ferais bien de réfléchir à ça. Mais à quoi je pensais franchement ? Perdre ma liberté ? Obéir à des imbéciles consanguins ? Nannnnnn. Pas mon truc, je préférais courir pour ma vie que rester dans une cellule capitonnée en fait. A force d'être dans mes pensées, je percutais quelqu'un. Je le regardais de haut alors qu'il rampait comme une merde à mes pieds, un rictus de satisfaction déformant mes traits. J'étais une garce, je devais le rester. Je lui écrasais donc la main en continuant ma route alors qu'il m'insultait de tous les noms, me faisant gronder dangereusement. Ne pousse pas trop le bouchon mon vieux où tu finirais sans tête. Bref, je continuais ma route et arrivais rapidement au poste, mais là, cerise sur le gâteau, l'accueil était vide. Mais ce n'est pas vrai... Un autre grognement m'échappa alors que je m'adossais contre le mur en croissant les bras. J'attendrais le temps qu'il faudra, mais l'un de ses flics en cartons m'aideraient. Je le jurais sur la survie de Maxine. Une odeur m'assaillit le nez et je me redressais, les mains sur les hanches en poussant un soupire d'exclamation.

Le policier semble enfin remarquer ma présence après avoir posé sa tasse dans un coin, il lève le nez vers moi et j'imagine parfaitement le cheminement de ses pensées. Une bimbo en treillis noir et débardeur gris avec du cambouis sur elle, qui avait tenté une réparation sur un moteur avant de se casser un ongle. Tsss. Les hommes. Ils avaient beaucoup de mal à accepter qu'une femme soit qualifiée dans un métier dit d'homme, allez comprendre. Leurs fiertés qui en prenaient un coup ? Ou simplement le fait qu'ils ne soient pas les plus dominants ? Que sais-je ?

- Que puis-je pour vous mademoiselle ?

Je sentais son regard couler le long de mon corps. Je me savais belle et je ne le cachais pas, mais je ne me montrais pas non plus, je restais moi-même, un peu garçonne, mais de quoi bouger amplement et rapidement en cas de combat surprise. Je n'étais pas spécialement grande mais certainement pas chétive, j'avais du muscle et le fait d'être un garou faisait de moi une bonne combattante de base. Si on ajoutait à ça, l'éducation reçue par mon père et ma place de bêta de tête dans sa meute... Ouais, je savais me défendre et tuer s'il fallait.

-Nausicäa Kaer, gérante du Lukos Kaer Auto. Je viens signaler une disparition.

À son sourire, je devine rapidement qu'il ne me prend pas au sérieux pour mon métier et cela me fait grogner. Je dois tenter de rester calme, mais ce n'est vraiment pas facile avec ce genre d'homme. Tous aussi con et buté que les loups au final. Mon accent français me tape sur le système à ce moment précis, mais que puis-je y faire ? Toujours est-il qu'il semble prendre en compte la gravité de mes paroles et semble pensif pendant quelques secondes.

- Je vous écoute mademoiselle. Je vais avoir besoin de votre nom et de votre adresse pour le dossier.

-Pas ici. Ce que j'ai à dire est quelque peu... Sensible et pourrait causer un problème diplomatique. Zavez un bureau ou un sous-fifre comme vous est trop incompétent pour ça ?


Bon, j'y étais allé fort, mais je me vengeais très clairement de ses sous-entendus de plus tôt. Mon sourire en coin ne trompait pas là-dessus. En attendant, je lui sortis ma carte d'identité et les papiers d'autorisation pour son séjour ici, encore valable plus d'un an. Ne sachant pas combien de temps m'aurait prit les recherches, j'avais pensé à large, mais maintenant, je trouvais ça parfaitement inutile, six mois auraient sans doute suffi. Après je n'avais aucune photo récente de ma cousine et cela compliquerait les choses. Une bretonne perdue dans les tréfonds de l'Amérique.

-Pour faire court, ma cousine a disparu, je ne sais pas depuis combien de temps, mais au minimum d'un bon mois. J'étais venu ici pour vivre avec elle, mais en trois mois, je ne l'ai jamais revu. Notre dernière rencontre remonte à nos... Treize ans ? Un truc comme ça. Je peux vous emmener chez elle, j'ai les clés, ainsi qu'à son boulot, mais personne de l'a vu depuis près de deux mois. Son... Amant n'a plus aucune nouvelle d'elle. Donc voilà.

Je passais sous silence les problèmes avec la France. Pour le moment, j'étais penchée en avant sur le comptoir, ne quittant pas le flic des yeux. Et je devais avouer qu'il était superbe. Du genre que je me taperais bien...



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Brian O'Conner

avatar

Humeur : Troublé...
Messages : 684
Réputation : 105
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Mar 18 Aoû - 18:30


Le Flic en carton rencontre
la Mécano en mousse


Feat : Nausicäa Kaer



- Je vous écoute mademoiselle. Je vais avoir besoin de votre nom et de votre adresse pour le dossier.
 -Pas ici. Ce que j'ai à dire est quelque peu... Sensible et pourrait causer un problème diplomatique. Zavez un bureau ou un sous-fifre comme vous est trop incompétent pour ça ?


Elle y allait un peu fort la mécano du dimanche. Je venais de passer ma matinée à écouter des « affaires » qui nécessitaient, selon les plaignants, l’urgence la plus absolue. Les gens ne savent pas mesurer l’importance de leurs problèmes. Surtout, ils pensent qu’en se faisant alarmant, ils passeront devant les autres. Je jette un œil à la pile de dossiers qui s’empilent depuis que j’ai pris mon poste, relève mon regard vers l’arrogante. J’ai bien envie de la renvoyer à Jordan. Le pauvre est totalement submergé, il la renverrait aux fraises et la belle serait alors bien obligée de traiter avec les sous fifres. Mais je respecte trop mon supérieur hiérarchique pour me servir de lui afin de moucher cette insolente.

- Pour faire court, ma cousine a disparu, je ne sais pas depuis combien de temps, mais au minimum d'un bon mois. J'étais venu ici pour vivre avec elle, mais en trois mois, je ne l'ai jamais revu. Notre dernière rencontre remonte à nos... Treize ans ? Un truc comme ça. Je peux vous emmener chez elle, j'ai les clés, ainsi qu'à son boulot, mais personne de l'a vu depuis près de deux mois. Son... Amant n'a plus aucune nouvelle d'elle. Donc voilà.

Je ne dis rien et tente d’assimiler la tirade que cette fille vient de me sortir. Elle s’était penchée par-dessus la banque et… me détaillait comme une marchandise exposée à la vente. Elle me parle de disparition et me mate sans vergogne. Mes barrières se lèvent instinctivement. Ma négation du contact avec autrui s’est muée en phobie. L’idée de passer potentiellement pour un jouet sexuel aux yeux de cette fille me hérisse le poil. De manière sèche, je lui plaque le formulaire à remplir, lui tourne le dos et enfin l’invite à me suivre dans une pièce réservée aux entretiens privés. Et pour finir de marquer ma désapprobation, je lui fais comprendre qu’elle doit me remplir son papier avant qu’on entre dans le vif du sujet. Parfois la bureaucratie a un bon côté et l’excès de zèle aussi. La tigresse s’ébroue mais finit par obtempérer. Je sais me montrer borné et elle semble l’avoir compris. Elle me rend mon papier, non sans claquer le stylo sur la table.

- Nausicäa Kaer – gérante du Lukos Kaer Auto. -  21 ans – Lieu de résidence : Le garage Lukos Kaer Auto

Je relis à haute voix la fiche et coche quelques cases réservées à l’administration qui permettra de ranger ce dossier dans la bonne pile. Reposant le papier, je la regarde quelques instants pour jauger de son sérieux.

- Mademoiselle Kaer… Pouvez-vous être plus précise dans votre explication ? Car ce que vous venez de dire est truffé d’incohérence… Vous dites que votre cousine a disparue depuis au moins un bon mois, et que vous ne l’avez pas revu en trois mois depuis votre arrivée. Mais que vous savez que personne ne la vue depuis deux mois…  et si votre dernière rencontre remonte à vos treize ans… Pourquoi ne pas avoir contacté votre cousine à votre arrivée il y a trois mois si vous veniez justement pour vivre chez elle ? Et quelle est votre estimation claire de sa disparition ?

La mécano plisse le front à mes questions, elle semble compter sur ses doigts et secoue la tête surement prise avec un dialogue intérieur avec elle-même.

- Mademoiselle Kaer, êtes-vous sûre que votre cousine à disparue ? Prenez-vous des médicaments comme des anxiolytiques ? Car ces molécules peuvent faire…

C’est à ce moment-là que je me dis que notre mobilier est solide. Car la table vacille dangereusement quand la rebelle se redresse vivement semblant me grogner dessus comme un chien de garde Seule mon expérience me permet de ne pas sursauter. Visiblement elle n’apprécie pas que l’on mette en doute ses propos.

- J’ai besoin que vous soyez précise mademoiselle, quelle est le nom de votre cousine ?

Je ne sais pas quel œil fixer. Le bleu ou celui à la nuance violette ? Aller va pour le bleu, il est moins étrange. Je reste calme et impassible, mais en face de moi cela commence à bouillir sévèrement. Je décroise imperceptiblement les mains, prêt à riposter si besoin.


© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Sam 22 Aoû - 21:15






Tu me tapes sur le système




Feat : Brian ♥


C'est qu'il a du caractère le petit flic. Il me claque un formulaire sous le nez alors que ma louve gronde, approuvant totalement ce petit geste de domination. Elle voulait le provoquer, le défier, se battre avec. Il lui plaisait. Bien que je soit avec mon loup, un gamin de dix-neuf ans... Merde, c'est du détournement de mineur ça non ? Bref, ce flic avait de quoi me tenir éveillée des nuits entières pour... Je secouais la tête en remplissant le formulaire, gardant un petit sourire en coin. J'étais étonnée qu'il ne détourne pas rapidement le regard à cause de mes yeux. Je savais que ça avait quelque chose de gênant. Mais ça faisait partie de mes charmes, et comme le reste, je les exposais sans les cacher, mais sans être dans le vulgaire non plus. Je n'étais pas une putain. Une fois le papier remplis, je claque le crayon sur la table en le défiant du regard. Dommage qu'il ne soit pas loup... L'envie de le dominer, de lui montrer que j'étais plus puissante me broyait les entrailles, mais je ne devais pas céder. Je ne devais pas le mordre.

Le petit poulet en carton se met à énumérer les principales informations à mon sujet, non sans me regarder, comme pour jauger. Et ouais sous mes airs de chaudasse prête à écarter les cuisses pour l'entendre crier mon nom, se trouvait une femme très inquiète pour le seul membre de sa famille encore en vie et sans doute en danger par sa faute. Mais je ne comptais me montrer faible pour autant. Et si mon visage garda cet air si taquin et joueur, mon regard était dur et inquiet.

- Mademoiselle Kaer… Pouvez-vous être plus précise dans votre explication ? Car ce que vous venez de dire est truffé d’incohérence… Vous dites que votre cousine a disparue depuis au moins un bon mois, et que vous ne l’avez pas revu en trois mois depuis votre arrivée. Mais que vous savez que personne ne la vue depuis deux mois… Et si votre dernière rencontre remonte à vos treize ans… Pourquoi ne pas avoir contacté votre cousine à votre arrivée il y a trois mois si vous veniez justement pour vivre chez elle ? Et quelle est votre estimation claire de sa disparition ?

Bah ouais. Comment lui expliquer clairement la chose alors même que je ne dois pas parler du côté surnaturel de l'affaire ? Perdant mon attitude de garce, je redevins la Nausicäa sérieuse, réfléchissant à quoi lui dire. Si j'étais tombée sur Ruby, cela aurait été plus simple, elle savait qui j'étais et Cahir était son ancien Alpha, elle aurait compris ma détresse. Une louve était profondément attachée à sa famille. Maxine était tout ce qu'il me restait. Je n'avais pas accepté la dominance de Cahir par plaisir, j'étais loin d'être une excellente bêta, il se serait grandement passé de moi. Mais voilà, il m'avait assuré, promit, la protection de Maxine et là...

- Mademoiselle Kaer, êtes-vous sûre que votre cousine à disparue ? Prenez-vous des médicaments comme des anxiolytiques ? Car ces molécules peuvent faire…

Que... Quoi ? Il... Oh Putain ! Un long grognement monta en moi et je ne fis rien pour le retenir. Il me faisait bouillir de rage à me remettre ainsi en question ! Je me mis debout en frappant la table avec force, je n'étais pas faible ! Mais je dus me contenir pour ne pas laisser ma louve prendre le dessus et le tabasser jusqu'à ce que ce faiblard me supplie de lui sauver la vie sauve. Merde ! Je savais pertinemment ce qui arrivait à Max ! Ou tout du moins, je m'en doutais.

- J’ai besoin que vous soyez précis mademoiselle, quel est le nom de votre cousine ?

-Maxine Evans. Je ne prends rien du tout !

Puis je me mis à fulminer en français, ma langue natale, pour me calmer et ne pas l'éviscérer sur place. Je me levais et me mis faire les cent pas, tel une lionne en cage. Comment lui expliquer toute l'histoire depuis le commencement ? Bordel ! J'étais tant en colère que mon aura de dominante saturait l'air de la pièce ! À se rythme là, Ruby allait rappliquer et m'en foutre une belle ! Depuis qu'elle est enceinte, l'alpha était sur les nerfs et moi, je lâchais littéralement toute mes envies de meurtre comme ça... Ce qui me permit de me calmer un peu en fait. De plus, je sens l'anxiété de l'homme augmenter, il était sur ses gardes. Je me mets donc loin de lui pour qu'il ne se sente pas en danger. Fini de jouer. Je pose dos au mur et croise les bras sous ma poitrine.

-Je suis française. Ma famille a été exterminée quand j'avais quinze ans et ma... Famille d'accueil m'a pas mal maltraité. À mes vingt et un an, je me suis enfui et je suis venue ici dans l'espoir de retrouver Max. Je l'ai eu au téléphone et j'ai rencontré son... Tuteur, qui ma prit sous son aile aussi. Sauf que voilà : je fuis ma... Famille d'accueil, car ils veulent se venger du bordel que j'ai foutu en partant. Ils m'ont torturé pendant presque six ans et maintenant, ils veulent me forcer à revenir. Et pour ça, ils ont pris la seule famille qu'il me restait : ma cousine. Je suis tenté de rentrer en France pour me rendre, mais si je fais ça, personne ne les arrêtera jamais. Je sais qu'elle est toujours ici, mais qu'elle est prisonnière... On a un lien spécial elle et moi. Je ne parle pas de magie, mais sa famille, a elle aussi, à été réduite à néant. Et je connais l'al... Le patriarche de ma famille d'adoption : c'est un psychopathe. Il doit être en train de la torturer pour savoir ou je suis. Je l'ai eu au téléphone peu après mon arrivée ici, elle allait bien et elle devait passer me voir. Mais elle n'est jamais venue, alors je suis allé chez elle et là, surprise, c'était vide, depuis un bon moment. Pourtant, il y avait toujours la nourriture dans le frigo, le linge n'était pas étendu, les poubelles pas sorties. Elle n'est pas partie, elle n'est jamais rentrée.

J'avais tout balancé d'un coup, sans le lâcher du regard, lui prouvant que je ne mentais pas. Mais je ne disais pas tout non plus. Il ne pouvait pas comprendre. Et même s'il était un représentant de la justice ici, je ne lui faisais pas confiance. Il avait toutes les informations en main. Allait-il me croire ? Où me rire au nez ? On ne pourra pas dire que je ne faisais pas d'effort pour rester un minimum poli.



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Brian O'Conner

avatar

Humeur : Troublé...
Messages : 684
Réputation : 105
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Dim 23 Aoû - 14:38


Drôle de nana


Feat : Nausicäa Kaer



Cette nana est une vraie furie. Je révise mon jugement sur ses capacités physiques. Si elle posséde un garage, c’est bien qu’elle doit en avoir les capacités et surtout de faire face à toutes les remarques sexistes qui ne doivent pas manquer. Moi-même j’ai émis un doute, pas étonnant qu’elle soit toujours sur l’attaque.

-Maxine Evans. Je ne prends rien du tout !

Je note le nom de la personne qui semble avoir disparue. Le ton sur lequel Mademoiselle Kaer affirme ne rien prendre est sec et furieux. Elle se met à parler dans une langue que je suppose être de l’italien ou du français. Je n’ai pas brillé sur les bancs de l’école, hormis pour mes notes en sport. Je ne reconnais pas les mots que j’entends pour leur attribuer une origine.

La rageuse commence un manège de fauve en cage. Je vais pour lui demander de se calmer et s’asseoir, mais finalement je me tais. Bouger à l’air de lui faire du bien, ou plutôt canalise sa colère. J’attends sagement qu’elle repasse à l’anglais. Lui signifier que je ne capte pas un mot de ce qu’elle dit me parait inutile. Enfin elle semble se calmer, ou de s’apercevoir qu’elle ne me donne pas la meilleure des impressions.

-Je suis française. Ma famille a été exterminée quand j'avais quinze ans et ma... Famille d'accueil m'a pas mal maltraité.

Bon, j’ai ma réponse concernant la langue étrangère qu’elle utilise. Par contre son histoire d’extermination m’inquiète un peu. Déjà j’échafaude des hypothèses, Il existe plein de raisons pour « exterminer » une famille et la première c’est un règlement de compte. La disparition de sa cousine me laisse penser qu’il puisse s’agit d’une affaire de « familles »… une affaire de mafieux. La suite de sa tirade me laisse perplexe.

- À mes vingt et un an, je me suis enfui et je suis venue ici dans l'espoir de retrouver Max. Je l'ai eu au téléphone et j'ai rencontré son... Tuteur, qui ma prit sous son aile aussi.

Je note l’existence de ce tuteur et colle un point d’interrogation quant à son identité. La suite me laisse penser que je vais avancer dans une affaire délicate avec des zones d’ombre.

- Sauf que voilà : je fuis ma... Famille d'accueil, car ils veulent se venger du bordel que j'ai foutu en partant. Ils m'ont torturé pendant presque six ans et maintenant, ils veulent me forcer à revenir. Et pour ça, ils ont pris la seule famille qu'il me restait : ma cousine. Je suis tenté de rentrer en France pour me rendre, mais si je fais ça, personne ne les arrêtera jamais. Je sais qu'elle est toujours ici, mais qu'elle est prisonnière... On a un lien spécial elle et moi. Je ne parle pas de magie, mais sa famille, a elle aussi, à été réduite à néant. Et je connais l'al... Le patriarche de ma famille d'adoption : c'est un psychopathe. Il doit être en train de la torturer pour savoir ou je suis. Je l'ai eu au téléphone peu après mon arrivée ici, elle allait bien et elle devait passer me voir. Mais elle n'est jamais venue, alors je suis allé chez elle et là, surprise, c'était vide, depuis un bon moment. Pourtant, il y avait toujours la nourriture dans le frigo, le linge n'était pas étendu, les poubelles pas sorties. Elle n'est pas partie, elle n'est jamais rentrée.

Elle m’avait dit tout ça, reprenant à peine sa respiration et surtout sans me lâcher du regard, comme si j’avais la capacité de savoir si elle mentait ou non. Ce qui était certain, son inquiétude pour sa cousine ne me semblait pas feinte. Toutefois il y a de nombreux non-dits qui risquent de poser problème pour la suite. Je retourne la feuille d’ouverture de plainte et pose le stylo dessus. Avec ce geste, je lui fais comprendre que je me mets « out of record ».

- Mademoiselle Kaer, y a-t-il des « éléments » qui me seraient utile de connaitre pour pouvoir vous aider efficacement ?

Je suis conscient que cette fille est en limite de la loi. Pas forcément elle, mais son entourage me semble être des plus suspects.


© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Sam 29 Aoû - 22:58






Complication




Feat : Brian


Il était facile de comprendre que cet humain ne me croyait pas. Ou plus précisément, qu'il comprenait que quelque chose sonnait faut dans ma déclaration. Mais je ne pouvais tout bonnement pas lui dire que j'étais un loup-garou. Je me mordis la lèvre quand il prit enfin la parole après avoir retourné la feuille et levait un regard sérieux vers moi. Je lui fis un signe affirmatif de la tête quand il me posa sa question. Définitivement, Cahir aurait mieux réussit que moi à s'en sortir. Puis une idée me vint. C'était si évident que je n'y avais même pas pensé. Je poussais un long soupire, je n'aimais pas mentir, j'étais bien trop cash pour ça, mais la situation l'exigeait.

-Écoutez, malgré ma façon d'être, je vous respecte, mais voilà... Les éléments dont vous souhaitez que je vous parle, vous mettraient en danger, Ruby... Enfin Miss Volpa est au courant de la situation, mais à cause de sa grossesse, je ne veux pas la déranger, pouvez-vous lui faire confiance, à elle, concernant ce qu'elle sait, mais sans vous le dire ? Je n'ai pas envie d'avoir votre mort sur la conscience. Je suis loin d'être la sans-cœur qu'il paraît. J'ai besoin de votre aide pour la chercher, ce que je peux vous donner, c'est une description complète de Ryan Rhaël, ses habitudes, ses goûts. Mais je ne connais pas assez bien cette ville pour savoir où chercher. Je vous en pris, je sais que vous voulez comprendre, mais je ne peux pas tout vous dire. Vous ne me croiriez pas.

Je ne le suppliais pas, loin de moi cette idée, c'est un signe de faiblesse. Je ne m'ouvrais pas à lui non plus et non, je ne mettais pas en doute ses capacités. J'étais sincère avec lui et je voulais réellement le protéger d'une mort certaine... Ou pire, d'une morsure inopiné et du joug d'un alpha complètement cinglé. J'avais pris un ton doux, que seul Andrew me connaissait. Et Therence aussi. Il devait comprendre que je ne pouvais rien dire de plus sans que cela menace sa vie. Mais par contre, je pouvais lui montrer mes cicatrices. Quoique non. Pour un humain, elles étaient trop fines et effacées pour qu'ils puissent comprendre la barbarie de la chose. Seul un loup le pouvait. Notre pouvoir de guérison était puissant, alors pour que l'on en garde des marques...

Je réfléchissais à cent à l'heure pour qu'il m'aide, il ne semblait pas être le genre d'homme à lâcher prise, même quand il risquait sa vie. Et je le respectais pour ça, mais... Non. Je vins à la conclusion que je chercherais Maxine seule, sans aide et donc, sans vie à risquer. Autre que la mienne, bien sûr. Mais par où commencer ? Il fallait que je me secoue les puces, j'étais louve, chasseuse et prédatrice. Je devais simplement me mettre en chasse et je la retrouverais. Je la sauverais. Je ferais tout pour, car elle seule pouvait m'aider à sauver mon petit frère.



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Brian O'Conner

avatar

Humeur : Troublé...
Messages : 684
Réputation : 105
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Mar 1 Sep - 21:11


Balade en eaux troubles


Feat : Nausicäa Kaer



Pas besoin d’avoir fait l’école de police pour comprendre que cette femme ne me montrait que la partie visible de l’iceberg. J’avais deux solutions, soit je la mettais face à ses incohérences, et cela risquait de tourner au rapport de force, soit je passais outre les zone d'ombre pour me concentrer sur un but : retrouver Maxine Evans. Pour que cette fille vienne voir la police, c’est qu’une part d’elle-même n’était pas foncièrement mauvaise ou bien qu'elle à un peu foi dans mon métier. Ce qu’elle me cache doit forcément avoir une explication légitime, peut-être pas au regard de la loi, mais manifestement non dénué d'un bon sens de réserve.

-Écoutez, malgré ma façon d'être, je vous respecte, mais voilà... Les éléments dont vous souhaitez que je vous parle, vous mettraient en danger, Ruby... Enfin Miss Volpha est au courant de la situation, mais à cause de sa grossesse, je ne veux pas la déranger, pouvez-vous lui faire confiance, à elle, concernant ce qu'elle sait, mais sans vous le dire ?

Le fait qu’elle mentionne l’adjointe Volpha m’interpelle. Cela fait plusieurs fois déjà, que je surprends des conversations entre les deux adjoints qui se taisent dès que je passe. Aux quelques mots que j’ai pu saisir au vol, je sais juste qu’il ne s’agit pas de discussions personnelles habituelles entre deux collègues. L'armée m'a appris à ne pas me mêler des conversation des gradés. Je n'en suis donc pas vexé, toutefois ma curiosité est éveillée à ces messes basses à répétition.

- Je n'ai pas envie d'avoir votre mort sur la conscience. Je suis loin d'être la sans-cœur qu'il paraît. J'ai besoin de votre aide pour la chercher, ce que je peux vous donner, c'est une description complète de Ryan Rhaël, ses habitudes, ses goûts. Mais je ne connais pas assez bien cette ville pour savoir où chercher. Je vous en prie, je sais que vous voulez comprendre, mais je ne peux pas tout vous dire. Vous ne me croiriez pas.

Son affaire a l’air sérieuse, suffisamment pour que je mette de côté temporairement les zones d’ombre de son histoire. Puis cette fille me demande clairement de l’aider et il faut être aveugle pour ne pas percevoir sa détresse sous son arrogance. Je ne peux pas ignorer son appel à l'aide. Puis j'en serais bien incapable, c'est dans ma nature.

- Soit Mademoiselle. Donnez-moi la description de ce Ryan. Avec un peu de chance il est déjà connu de nos services.

Je l’écoute me décrire le gars en question et note au mieux les détails qu’elle me décrit. Je réfléchis à quoi je peux corroborer pour confondre ce type.

- Miss Kaer, nous allons commencer par aller visiter l’appartement de votre cousine. Il y a peut-être quelque chose qui vous a échappé.

Alors que je la laisse m’attendre vers l’accueil, je demande à Jordan si cela ne dérange pas que je m’absente pour aider cette femme et démarrer l’enquête. L’envie de sortir du poste est grande, je me fais donc convainquant. Soit Jordan a autre chose en tête, soit il me fait confiance, mais j'obtiens son aval sans difficulté. Je ressors et fais signe à la mécano de me suivre. Je ne peux m’empêcher de sourire face à son dégoût de devoir monter dans une voiture de flic.

- A l’avant, c’est toujours mieux qu’à l’arrière dans ce type de véhicule.

A mon clin d’œil elle comprend que je la charrie. Elle m’offre donc son premier vrai sourire avant de reprendre une mine inquiète. Je n’ai pas dit à Jordan, tout ce que Mademoiselle Kaer m’a dit, notamment sur l’aspect dangereux du suspect. Je roule à une vitesse raisonnable. Si l'urgence existe, mettre en danger des piétons ne fera pas revenir la cousine de la mécano plus vite. Elle fait une remarque sur le bruit du moteur qui donne des signes de faiblesses.

- C'est le soucis quand vous êtes le bleu du poste de police. Vous écopez de la voiture la plus pourrie. Je la bricolerais bien moi-même, mais la seule mécanique que je connais, c'est celle des armes de guerre.



© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Ven 4 Sep - 15:28






Marché conclu




Feat : Brian


Je me mordais la lèvre alors qu'un silence de mort s'abattait entre nous à la suite de ma tirade. Ou monologue... Bref. Je cachais comme je pouvais mon impatience, il devait une décision sérieuse, importante, ce n'était pas le moment de me le mettre à dos. Sur la défensive. Quand ses mots traversèrent ses lèvres, mon cœur s'emballa de joie et je vins le serrer avec une force insoupçonnée en lui embrassant la joue. Seigneur ! Il acceptait de m'aider ! Je lui souris de tout mon cœur cette fois, le remerciant avant de me reculer en grimaçant. Oups. C'était une agression ou… ? Parce que bon, je suis comme ça, je frappe quand on me gave, mais je sais être... Gentille ? Quand on m'aidait. Je repris mon sérieux et lui décrivis Ryan.

-Miss Kaer, nous allons commencer par aller visiter l’appartement de votre cousine. Il y a peut-être quelque chose qui vous a échappé.

Aucun souci pour ça ! Je l'attendais à l'accueil, entortillant une mèche de mes cheveux entre mes doigts tout en réfléchissant. Avais-je vraiment fait le bon choix ? Le protégerais-je en cas de soucis ? Oui. Même si je le voulais, je ne pourrais pas le laisser en plan si les choses tournaient mal. Il m'aidait, mettant de côté mon histoire bancale, tout ça pour m'aider à sauver ma cousine. Je ne le lâcherais pas. Et puis se serait un sacrilège de laisser un si bel homme mourir. Une fois dehors, je ne pus m'empêcher de grimacer en voyant la voiture de patrouille, ce qui fit sourire ce beau flic. Donc, il savait sourire !

- À l’avant, c’est toujours mieux qu’à l’arrière dans ce type de véhicule.

-C'est sûr m'enfin... Je préfère quand même courir !

Il devait me prendre pour une grande sportive. En soit ce n'était pas faut, puisqu'en temps que louve, courir et me dépenser était dans ma nature, mais... Je ne pouvais le lui dire en ces termes, ainsi me contentais-je de cela. Je ne peux résister à lui tirer la langue face à sa taquinerie, il n'était peut-être pas si macho le poulet... Je m'installe à ses côtés, perdant tout air prédateur quand je le regardais. Je sursautais presque en entendant le bruit du moteur. Bon dieu... Il roulait dans une machine de la mort ! Un truc à la destination finale !

-Hey beau gosse, le moteur ne va pas tenir si vous ne vous en occupez pas ainsi !

-C'est le souci quand vous êtes le bleu du poste de police. Vous écopez de la voiture la plus pourrie. Je la bricolerais bien moi-même, mais la seule mécanique que je connais, c'est celle des armes de guerre.

-On va passer un marché le poulet ! En soit ce n'était pas faut, puisqu'en temps que louve, courir et me dépenser était dans ma nature, mais... Je vous devrais bien ça ! Ah... Et désolée si je parais... Et désolée si je parais... Je ne suis pas encore totalement adepte de votre langue et ses subtilités.

Je lui mentais un peu, mais je n'aimais pas être trop... Solennelle, j'étais ainsi, et je ne faisais preuve d'aucun irrespect pour lui, au contraire, mon cœur battait de respect pour lui. Je lui indiquais le chemin, le regard perdu dans le paysage défilant par la fenêtre. Je fredonnais sans même m'en rendre compte, perdu dans un passé perdu depuis si longtemps. La voiture se gara et je repris pied dans le présent pour regarder le bâtiment où avait vécu ma cousine. Qui avait toute d'une sœur pour moi.

Je lui fis signe de me suivre, en silence. Je n'avais plus le cœur à rire tandis que nous grimpions vers la demeure de celle qui me manquait. Je m'arrêtais devant la porte, tremblant doucement, cherchant à cacher mon désarroi. J'inspirais profondément avant d'ouvrir la porte. Il ne se dégageait aucune chaleur humaine de cet endroit. Sur une étagère, une photo d'elle et moi à nos treize ans. Nous riions sur la photo, nous étions heureuses. Mais c'était il y a bien longtemps. Je couchais la photo pour la cacher, ne supportant pas de la voir. J'avais mal au cœur. Maxine me manquait. Jamais je ne pleurerais, j'avais perdu cette faculté il y a longtemps. Mes dernières larmes avaient été pour Andrew. Après qu'il m'est brisé. Je m'étais juré de ne plus jamais pleurer et pourtant, mon cœur versait des larmes. Je laissais le policier faire ce qu'il devait faire. L'odeur de Max avait presque disparu... D'ici un jour ou deux se serait fini.

Ryan Rhaël:
 



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Brian O'Conner

avatar

Humeur : Troublé...
Messages : 684
Réputation : 105
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Mar 8 Sep - 11:57


Balade en eaux troubles


Feat : Nausicäa Kaer



- On va passer un marché le poulet ! En soit ce n'était pas faute, puisqu'en tant que louve, courir et me dépenser était dans ma nature, mais... Je vous devrais bien ça ! Ah... Et désolée si je parais... Et désolée si je parais... Je ne suis pas encore totalement adepte de votre langue et ses subtilités.

Ça pour une louve… je l’aurais plutôt traitée de tigresse, mais c’est peut-être une expression française. La jeune mécano m’indique le chemin pour rejoindre l’appartement de sa cousine. Sur le trajet, elle reste plutôt silencieuse et perdue dans ses pensées. Elle se met à fredonner une mélodie que je ne connais pas, mais qui a des intonations assez triste. Pas besoin d’être un devin pour comprendre qu’elle est réellement inquiète. Je devine son tempérament fougueux qui n’a pas l’habitude de demander de l’aide, et pourtant c’est ce qu’elle vient de faire. Son arrogance de tout à l’heure a laissé place à un désarroi palpable. Doucement je me gare devant le numéro qu’elle m’a indiqué. Comme à chaque fois les badauds se retournent et nous observent. Les gens sont curieux de savoir ce qui amène une voiture de la police.

Nausicaä me fait signe de la suivre. Je lui emboîte donc le pas, non sans observer les alentours pour juger du quartier, et des témoins éventuels. Ouvrir la porte de l’appartement semble être une épreuve pour la jeune femme, comme si elle risquait d’y trouver le pire. Je lui serre doucement l’épaule pour la réconforter, nous entrons enfin.

Nausicaä s’avance et s’arrête au milieu du salon, levant les mains dans un geste avorté empreint d’impuissance et de peine. Je vois une photo représentant deux jeunes filles qui sourient. Je devine les traits de la mécano sur l’une des gamines. Je suppose que l’autre doit être Maxine. A quoi ressemble-t-elle maintenant ?

Doucement, je tourne sur moi-même pour avoir une vision d’ensemble, puis je commence une fouille méthodique. Je vais dans la cuisine. Le réfrigérateur délivre une odeur pestilentielle quand je l’ouvre. En effet, la locataire des lieux est partie en laissant des aliments périssables. Cela ne semble donc pas être un départ volontaire. Mais est-on venu l’enlever ici, ou l’a-t-on empêchée de rentrer ? Dans l’évier, une assiette sale, des couverts, un pot de yaourt vide et un verre font une nature morte assez glauque. La poubelle par contre est totalement vide. Je trouve étrange que si elle avait pris le soin de sortir ses poubelles elle-même, qu’elle ait laissé le pot de yaourt. Oubli, ou quelqu’un a voulu faire disparaitre quelque chose ?

Le salon est un peu en désordre, mais rien de choquant. La télécommande de la télévision est sur le tapis au pied du canapé. Mais rien ne prouve qu’elle ne soit pas juste tombée de l’accoudoir par négligence. Dans la chambre, le lit est défait. La porte de la penderie est entrouverte. Quand je l’ouvre, je ne vois que des vêtements de femme. Mais quelque chose me gêne dans la disposition des cintres dans la penderie. Ils ne sont pas répartis uniformément sur la barre.  Un peu comme si on avait pris au hasard un tiers du contenu du placard sans se donner la peine d’ôter les cintres, ni de choisir les vêtements. Il me semble évident qu’il en manque.

- Miss ? Je crois qu’il manque des vêtements. Comme si quelqu’un en avait attrapé une poignée sans faire le tri.

Un tour dans la salle de bain me laisse penser que ce n’est pas Maxine qui est partie à la va vite empoignant des affaires sans regarder. Car il y a sa brosse à dent et tous ses produits de beauté.

- Certains éléments me laissent penser qu’elle n’est pas partie d’ici de son plein gré. Pourtant il n’y a aucune trace de lutte. Elle a peut-être été enlevée ailleurs et quelqu’un est venu fouiller ici après.

Je regarde Nausicaä, sa détresse se lit sur son visage. Je tente de me faire rassurant.

- Je vais aller questionner le voisinage et leur décrire Ryan Rhaël. Il faudra en faire un portrait-robot. Ça va mademoiselle ?

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Mar 15 Sep - 18:59






Course poursuite




Feat : Brian


Bordel de... J'avais lâché que j'étais une louve ! C'était parti tout seul et de façon tellement naturelle que je n'en étais pas rendu compte sur le moment. Bordel de... Comment pouvait-on être aussi conne ? Rien ne me disait que ce n'était pas un chasseur je le regardais du coin de l'oeil et si il avait soulever ma phrase, il n'en paraisait pas si dérangé que ça, ce qui m'apaisait un peu. J'allais devoir faire franchement attention si je ne voulais pas me cramer seule et qu'il me considère comme un monstre. Je n'avais pas vraiment le temps de me mortifier pour ma bêtise que nous, voilà devant chez Max. Il y a des gens qui nous regardent, mais je les ignore, ma cousine passait avant tout. Je devais la sauver. Une fois dans l'appartement, je le laisse faire son boulot, restant dans un coin.

Je ne comprenais pas vraiment pourquoi Ryan se serait donné la peine d'enlever Max. Enfin, si je comprenais, je n'étais pas idiote, mais pourquoi ne pas avoir cherché à me joindre pour me menacer. Il n'était pas du genre patient. Une pensée horrible s'imprima au fer rouge dans ma tête : et s'il la torturait pour savoir où j'étais ? Connaissant la pitchoun, elle ne lâcherait rien. Merde ! Parle Max, ne cache pas où je me trouve, qu'il vienne ! Connaissant la pitchoun, elle ne lâcherait rien.

- Miss ? Je crois qu’il manque des vêtements. Comme si quelqu’un en avait attrapé une poignée sans faire le tri.

Je fronçais les sourcils. Miss ? Sérieusement ? Je le rejoignais et vis qu'il disait vrai, je serrais les dents pour retenir difficilement un grognement menaçant. Je luttais pour rester humaine alors que la rage m'envahissait. Je le tuerais. Coûte que coûte, il mourrait. Je luttais pour rester humaine alors que la rage m'envahissait.

- Certains éléments me laissent penser qu’elle n’est pas partie d’ici de son plein gré. Pourtant, il n’y a aucune trace de lutte. Elle a peut-être été enlevée ailleurs et quelqu’un est venu fouiller ici après. Je vais aller questionner le voisinage et leur décrire Ryan Rhaël. Il faudra en faire un portrait-robot. Ça va mademoiselle ?

-Appelez-moi Nausicäa, je ne suis qu'une gamine, pas la peine d'être aussi polie. Et ça m'énerve en prime. Je suis d'accord pour le portrait-robot. Non ça ne va pas, je suis inquiète. Mais je vous fais confiance.

Dire que je me sentais mal serait mentir. Je bouillonnais de haine. On avait véritablement enlevée sa cousine, son petit bébé, à cause de ma propre faiblesse. Comment ne pas être haineuse ? Je le tuerais, je lui arracherais les entrailles et lui couperais les couilles ! Il allait souffrir, autant que j'avais souffert ! Il... Une odeur de loup me fit relever la tête d'un coup. Il m'était inconnu, mais lorsque mon regard croisa celui de ce bêta, je compris. Ryan avait surveillé l'appartement de Maxine. Cette fois-ci, le grognement m'échappa, animal et je bousculais le policier sans ménagement pour le lancer à la poursuite de celui qui m'apporterait les réponses quant à savoir où elle était.

Je dévalais les escaliers, usant de ma puissance de garou pour ne pas me faire semer, mais il avait beaucoup d'avance et je perdrais rapidement son odeur en ville si je ne me dépêchais pas. L'urgence de la situation m'obligeait à tout donner, courir dans la rue en évitant les humains n'était pas simple, mais je devais y arriver je... Me stoppais net. Il n'y avait plus aucune trace de foutu loup ! L'odeur résiduelle se mélangeant trop facilement avec les odeurs de la ville me faire lâcher un chapelé de juron à faire s'évanouir une none. Je l'avais perdue ! Des larmes vinrent me piquer les yeux et malgré toute ma force, je ne pus les retenir et enfouis mon visage entre mes mains pour laisser libre cours a ma colère et tristesse... J'vais perdu la seule piste que j'avais...



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Brian O'Conner

avatar

Humeur : Troublé...
Messages : 684
Réputation : 105
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Mer 16 Sep - 12:27


Investigation


Feat : Nausicäa Kaer



L’appartement de Maxine Evans a bien été déserté par sa locataire. La nourriture périmée dans le réfrigérateur, le bloc de vêtements qu’il manqué dans son armoire sont autant de preuves de ce fait. Toutefois rien ne me permet d’affirmer si elle est partie de son plein gré pour fuir quelque chose ou si elle a bien été enlevée. Nous ne pouvons pas faire grand-chose pour quelqu’un qui disparait de son plein gré, mais si cette dernière hypothèse est la bonne, l’état de l’appartement ne montre aucune trace de lutte. Ce qui engendre deux pistes. Celle où elle se serait fait surprendre ici de manière discrète, soit elle a été enlevée à l’extérieur et quelqu’un est venu prendre les vêtements. Dans les deux cas, il faut interroger le voisinage. Je m’inquiète pour celle qui me signale cette disparition.

-Appelez-moi Nausicäa, je ne suis qu'une gamine, pas la peine d'être aussi polie. Et ça m'énerve en prime. Je suis d'accord pour le portrait-robot. Non ça ne va pas, je suis inquiète. Mais je vous fais confiance.
- D’accord Nausicäa. Sachez que je ne vous considère pas comme une gamine et que je prends au sérieux la disparition de votre cousine.


Pas une gamine, mais quelqu’un d’impulsif… Ce qu’elle me prouva dans l’instant en bondissant hors de l’appartement non sans me bousculer. J’ai trop l’habitude des combats pour ne pas voir qu’elle a perçu quelque chose. Je la suis donc dans les escaliers que nous dévalons à grand bruit. Une fois dehors, elle s’arrête un temps infime en… levant le nez comme si elle humait l’air, puis elle reprit sa course effrénée.

- Qu’est-ce que vous avez…

Ma question se perd dans le vide, la jeune femme est déjà à trente mètres de moi. Je lui emboite le pas et tente de m’engouffrer dans le sillage qu’elle vient de créer parmi les passants. L’avantage de mon uniforme fait que les gens s’écartent en me voyant courir, pensant de toute évidence que je poursuis Nausicäa. Je suis pourtant entrainé à la course, puisque je m’entraine chaque matin avec Jordan. Mais cette fille est sacrément rapide. Elle me rappelle Janice que j’avais eu beaucoup de mal à rattraper.

Nausicaä m’aurait semé si elle ne s’était pas brusquement arrêtée à une intersection. Quand j’arrive à sa hauteur, je note qu’elle n’est même pas essoufflée.  Sacrée athlète ! Toutes les filles de la région sont-elles des championnes de course à pied ?

Je ne sais pas comment la réconforter alors qu’elle masque ses yeux humides sous ses mains. Je sens sa tristesse et surtout sa frustration.

- Qu’avez-vous vu Nausicäa ?

Elle me parla d’un homme qui visiblement devait faire partie de la bande de ce Rhaël.

- D’accord. Je vais aller interroger les gens du voisinage et recueillir des témoignages. Pendant ce temps vous retournez au poste de police pour me faire le portrait-robot de Rhaël et ajoutez aussi celui du type que vous venez de courser. J’avertis le central de votre venue, ils vous attendront. On va ainsi gagner du temps d’accord ? Je vous rejoins au poste de police dès que j’ai fait la tournée des voisins.

Nausicäa accepte et part de son côté alors que je rebrousse chemin. Sur le trajet j’interroge les gens et j’ai déjà une idée de l’allure due l’homme qui vient de fuir. L’appartement de Maxine Evans serait donc sous surveillance. C’est un point à ne pas négliger. Une fois devant l’immeuble, je procède méthodiquement, commençant par les différents appartements qui le compose, je bougerais ensuite en étoile en fonction de ce qu’on me dira.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer   Jeu 17 Sep - 4:09






Fin de tout...




Feat : Brian


Merde ! Merde ! Merde ! Merde ! Je l'avais, je tenais la clé pour retrouver Max et je venais de la perdre ! Elle m'avait filée entre les doigts !!! Étais-je donc si pathétique que je n'arrivais pas à suivre celui qui aurait pu me mener à elle ? Faible ! Cahir et Luka avaient raison ! J'étais faible et inutile ! Non pas qu'ils aient dit un jour que je le sois, mais honnêtement, je me sentais inutile a présent. À tel point que je finis par pleurer de tristesse oui, mais surtout de frustration. Je me haïssais aussi. Si j'étais resté sous le joug de Ryan, Maxine n'aurait jamais eu à subir ça. Je serais morte à l'heure actuelle, mais elle serait sauve. Pourquoi ne m'étais-je pas simplement résignée à mon propre sort ? Parce que j'en avais été incapable. Le policier arrive peu après en me demandant ce que j'avais vu. Je lui explique, omettant les détails lupin de la chose pour ne pas qu'il me prenne pour plus folle.

- D’accord. Je vais aller interroger les gens du voisinage et recueillir des témoignages. Pendant ce temps, vous retournez au poste de police pour me faire le portrait-robot de Rhaël et ajoutez aussi celui du type que vous venez de courser. J’avertis le central de votre venue, ils vous attendront. On va ainsi gagner du temps d’accord ? Je vous rejoins au poste de police dès que j’ai fait la tournée des voisins.

Ouais, bonne idée et délicate façon de dire que je gênais. Mais j'obtempérais. Chose relativement rare pour moi, mais, pour une fois, j'obéirais. Je ne pouvais rien faire d'autre. Je fis signe au policier que j'y allais, le laissant travailler et fit un footing jusqu'au poste, histoire de me vider un peu la tête. On m'accueillit pour le portrait robot, qui pris presque deux heures à faire, mais j'avais une excellente mémoire et a la fin, nous avions le parfait visage de Ryan et de son complice que j'avais appelé Monsieur Y. J'aurais pu mettre X, mais j'aimais trop le professeur Xavier pour faire ça.

J'aurais dû attendre le retour de ce policier, mais je ne tenais pas, j'avais besoin de réconfort et une seule personne ici pourrait me la donner. Donc en sortant du poste, je ne pris pas la direction de chez-moi, mais celle de chez Andrew. Il finit par m'ouvrir et là, je fondis en larmes, devant lui, choquée de me voir ainsi

-Bébé... J'ai besoin de toi...

Fin du RP



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
 
Mécano à dos Feat Nausicäa Kaer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Drôle de Réveil ft. Nausicäa Kaer
» La Bibliothèque de Nausicäa Kaer [En cour]
» Visite chez le mécano(intro)
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Poste de police-
Sauter vers: