AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Badges


Classement au
10 août 2019


Amance Jouve

►►►◄◄◄


Alex Cormier

►►►◄◄◄


Peter Hale



Classement au
27 juillet 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Isaac Lahey

►►►◄◄◄


Mathieu Lamy



Classement au
6 juillet 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Peter Hale



Classement au
22 juin 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Amance Jouve



Classement au
08 juin 2019


Derek Hale

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
25 mai 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
11 mai 2019


Richard Turner

►►►◄◄◄


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Mafdet Mahes



Classement au
27 avril 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Richard Turner



Classement au
13 avril 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Andy Turing



Classement au
30 mars 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Arizona Blake



Classement au
16 mars 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Amadeï Caïmbeul



Classement au
2 mars 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Wesley Beaumont

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro



Classement au
16 février 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Vicky Anderson

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
2 février 2019

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez
 

 Run together | feat Jordan & Jansen

Aller en bas 
AuteurMessage
Brian O'Conner

Brian O'Conner

Run together | feat Jordan & Jansen Symbol19
Alias : Le nonos de Jordan
Âge du personnage : 31 ans
Humeur : Troublé...
Messages : 800
Points : 839
Réputation : 118
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyMer 23 Sep - 18:16


Run together


Feat : Jordan Parrish & Jansen Avery



Mon souffle régulier se cadense machinalement sur ma foulée. Avec Jordan, nous sommes directement partis de chez moi en direction de la forêt. Je l’héberge dans cette maison que j’ai achetée grâce à lui, pour une durée indéterminée qui sera fonction de ses besoins et de ses envies. Nous n’avons pas vraiment discuté de cette cohabitation dans son aspect purement pratique. Elle s’est faite de manière instinctive, parce qu’il est indéniable que nous avons chacun besoin de l’autre. Jordan a plus de facilité que moi pour exprimer ce besoin que j’accepte sans oser avouer que c’est peut-être aussi ce que j’attends. Devant moi, il met ses faiblesses à nues si aisément, qu’il en devient touchant et très déconcertant. Sa sincérité m’aide à gérer mon propre stress dès qu’une proximité s’opère entre nous, comme pendant les nuits où nous dormons l’un contre l’autre. Il m’apprivoise petit à petit. Et pour la première fois depuis si longtemps, j’aime cela.

J’ai du mal à définir notre relation et joue probablement à l’autruche en y voyant une fraternité un peu poussée. Notre passé militaire me permet de penser ainsi. Je suis encore trop lâche pour avoir le courage de m’attarder à analyser ce trouble qui me réchauffe le corps quand je sens sa respiration dans sur cou, ou la pression de sa main sur la mienne lors de nos cauchemars respectifs.  Mon immense placard s’est enrichi de quelques affaires lui appartenant. Je n’ai toujours rien de plus que lorsque j’ai emménagé, reportant tout achat après les travaux. Je diffère l’achat du lit avec le prétexte des travaux salissants. Cependant ma chambre est terminée… Je crois que je n’ai pas envie qu’il dorme dans la chambre d’à côté et je suis trop couard pour assumer la portée de ce que signifierait de partager le même lit alors qu’un autre est disponible dans la pièce d’à côté…

J’ai donné rendez-vous à Jansen à l’orée de la forêt, au début du chemin forestier que nous empruntons régulièrement pour nos entrainements. Initialement, je lui avais indiqué la maison, puisqu’il est déjà venu. Néanmoins pour une raison connue de lui seul, il avait préféré un point sur notre parcours. Avait-il compris que Jordan habitait chez moi ? Quelles conclusions en avait-il tirées ? Je ne savais d’ailleurs pas comment présenter la chose… Jansen allait s’occuper du jardin. Il me faudra bien lui donner une raison quant à la présence de Jordan et du lit unique. La salle de bain étant à côté de la chambre, Jansen en aura un moment ou l’autre l’utilité. Il ne pourrait pas manquer de le remarquer. Je soupire et procrastine sur ce sujet délicat.

Lorsque j’avais évoqué à Jordan la possibilité que Jansen se joigne parfois à nous lors de nos entrainements matinaux, une certaine réserve était passée de manière furtive dans son regard, avant qu’il accepte de bon gré. Je crois que sa réticence de partager cet instant avec quelqu’un d’autre m’avait fait plaisir. Jansen ne viendra pas tous les jours, ça nous laissera des moments rien qu’à deux. C’est d’ailleurs cette demande de Jansen pour se joindre à nous qui m’avait fait réaliser combien ces moments matinaux étaient devenus importants entre Jordan et moi.

Nous longeons une rue qui sépare le quartier résidentiel de la forêt. J’aperçois Jansen qui semble s’échauffer sur place. La tenue sportive qu’il a lui va bien. Son métier lui donne un sens inné pour se mettre en valeur. Jordan et moi sommes en jogging et tee-shirt échancrés. Cela m’avait d’ailleurs bien fait rire quand il avait amené des affaires, car une fois mélangés au lavage, nous sommes bien incapables de reconnaitre ce qui appartient à chacun. Nous avons le même attrait pour les vêtements basiques. Il est vrai qu’il n’a amené que l’essentiel. Nous nous arrêtons au niveau  du jeune serveur-danseur. J’avais expliqué de manière brève le contexte de ma rencontre avec Jansen et évoqué à demi-mot ce qui m’avait poussé à en faire un camarade. Jordan me connait maintenant suffisamment bien pour savoir que je n’accorde pas mon amitié facilement. C’est clairement l’apparente fragilité de Jansen qui m’avait fait baisser ma garde.

- Jordan, je te présente Jansen Avery. Il travaille au Pink Print. Jansen, voici Jordan Parrish, adjoint du shérif.

Si leur poignée de main est chaleureuse, je note qu’ils s’observent mutuellement. Ce moment dur quelques infimes secondes de trop. Avec sa nature si particulière, Jordan perçoit-il quelque chose de particulier ? Jansen semble également un peu étonné en regardant l’adjoint.

- Nous y allons ?

© Fiche par Mafdet Mahes


Run together | feat Jordan & Jansen Sign_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1114-brian-o-conner-flic-loyal-mais-un-peu-trop-fonceur-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1180-les-liens-de-brian-o-conner
Jordan Parrish

Jordan Parrish

Run together | feat Jordan & Jansen Hellho10
Alias : Hellhound, toutou d'enfer
Âge du personnage : 28
Humeur : Mystérieux
Messages : 330
Points : 485
Réputation : 145
Date d'inscription : 28/02/2015
Localisation : Bureau du Sherif

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyVen 25 Sep - 17:25








Run Together



J’ai une impression bizarre depuis ce matin. En fait, je me sens presque exalté, tout en ayant une Chappe de plomb sur le cœur, en repensant à ma perte irréparable trop récente pour avoir guérit. J’avoue être heureux des moments que je partage avec Brian, et je regrette déjà à l’avance le moment où je vais devoir rentrer chez moi, et de nouveau affronter la réalité sans l’avoir près de moi, sans pouvoir chahuter avec lui ou me sentir bien parce que je l’aide. En partant de chez lui, ce matin, je me projette, et je n’ai pas envie d’arriver au moment où on se donnera de nouveau rendez-vous à mi-chemin pour notre footing. En fait, l’avoir à mes côtés me rassure, je sais que tant qu’il est là, je ne peux pas sombrer.

Aucun de nous deux n’est dupe, je pense. Les travaux avancent lentement. Beaucoup plus lentement qu’ils ne devraient, car ni lui ni moi n’avons envie de rompre le charme, pour ainsi dire. Parfois, nous passons des heures à ne pas parler, juste a peindre, polir les murs, retapper. Le rythme des coups de marteau, des éponges ou du papier de verre, l’odeur du white spirit, de la peinture, du propre, du neuf… Tout ça me rassure. Et quand ça ne suffit pas, je n’ai qu’à le regarder, lui. Tantôt il m’éclaire avec ses yeux si lumineux, tantôt il est sur le point de craquer, me donnant le rôle de protecteur que je connais si bien.

Cela fait quelques jours que nous n’avons pas repris nos entrainements. Aujourd’hui il fait beau, mais il a plu toute la nuit. Je me sentais bien, a écouter les gouttes de pluie faire des claquettes sur le toit, pendant que je serrais Brian contre moi ou qu’il faisait la même chose. Notre espace pour la nuit n’est pas grand, mais notre horizon semble s’accroitre de jour en jour. Il y a quelque chose d’aérien, chez lui. C’est d’autant plus frappant que je connais son secret, à présent. Enfin, un de ces secrets. L’autre, je n’en ai qu’une idée, et j’espère réussir à le lui faire dire également, mais je lui laisserai le temps qu’il faut. Ses foulées sont souples, légères, quand je suis lié à la terre, il saute avec aisance, quand je subis stoïquement avec une endurance hors norme.

Brian m’avait parlé de ce curieux personnage, rencontré dans des circonstances un peu étranges. Je n’avais pas géré l’affaire, aussi je le crois sur parole quand il me dit qu’un homme s’était trouvé enfermé par erreur, là où la veille il y avait une femme… Puis il m’avait touché deux mots sur cette histoire de rosiers. C’est vrai que sur ce terrain-là, j’ai affaire à de petites bombes vertes que je ne sais pas désamorcer, et Brian n’est pas mieux loti.

Ce Jansen avait proposé a Brian de nous rejoindre pour un footing matinal de temps en temps. Sur le coup, j’avais eu une petite déception, comme si je ne voulais pas partager… quoi au juste ? Parfois, j’avais vraiment l’impression d’être très territorialiste, et d’une fidélité à toute épreuve avec les gens avec qui je partageai des moments. Alors l’arrivée d’un nouveau venu dans cette fragile trêve que j’avais conclue avec ma tristesse …

Quand nous arrivons, en longeant une rue, près de notre point de rendez-vous, un sentiment totalement incongru m’assaille quelques secondes. Jalousie… Méfiance… Et aussi autre chose, comme une certaine reconnaissance… Je n’arrive pas bien à comprendre, aussi, en détaillant le jeune homme, je tente de mettre ça de côté. Brian et moi sommes fringués à peu près de la même façon, ce qui nous avait valu quelques chamailleries pour reconnaitre nos affaires. Ayant peu ou prou le même gabarit, ça ne facilitait pas les choses. Jansen, lui, n’avait visiblement rien à envier sur le physique, il était même un peu plus grand que nous, si je voyais bien, mais son « look » était soigné, il se démarquait… Brian m’avait expliqué pourquoi il avait accepté facilement de placer Jansen sous notre aile quelques jours par semaine. Je lui faisais confiance, mais il y avait quelque chose dans le jeune homme qui me dérangeait, sans que je sache quoi.

- Jordan, je te présente Jansen Avery. Il travaille au Pink Print. Jansen, voici Jordan Parrish, adjoint du shérif.

Nous nous serrons la main, sincèrement. Ma chaleur corporelle grimpe soudain d’un cran, au moment où je lui prends la main, sans que je n’aie sollicité quoi que ce soit. Il semble surpris quelques secondes avant de se reprendre…

-enchanté, Jansen… Prêt pour un petit parcours d’entretien ?

Qu’ai-je senti au juste ? Je ne sais pas vraiment, mais j’ai eu une image fugace. Celle de mes rêves. Le nemeton, en flamme, moi, également, assis sur la souche. Je vai devoir garder un œil sur ce jeune serveur… De son côté, il semble aussi troublé… Je dois être paranoïaque, avec tout ce que j’endure depuis quelques jours…

- Nous y allons ?

Avec un sourire en coin, je pointe notre parcours d’un mouvement de tête. Il fait beau, mais il a plu cette nuit, et notre parcours va être plutôt boueux. Brian et moi-même, nous nous en foutons royalement. On a déjà fait largement pire que de ramper dans la boue pendant nos entrainement, et j’ai presque hâte de faire notre pause close combat, pour se rouler dans la boue comme des cochons… Mais jansen ? Je ne serai pas totalement honnête si je disais que je ne voulais pas le tester… Voir si il pouvait nous suivre, physiquement, et si il n’hésitait pas à se salir sans penser à son look en passant… Rien de bien méchant de ma part, mais il m’intriguait, et rien de tel qu’un entrainement sportif ou on repousse ses limites pour que notre être se montre, la plupart du temps, sous son vrai jour… Cela n’allait pour autant pas être une partie de plaisir pour aucun d’entre nous. Brian pouvait s’aider de son pouvoir, je pense, et il était rapide, souple, aérien, et connaissait l’art du mouvement. Pour ma part, je pouvais repousser la douleur, la fatigue, et endurer l’effort longtemps… Quant à Jansen ? … Aucune idée… Mais c’était l’occasion de le savoir.

Un quatrième larron décida de se joindre à nous au moment ou nous partions à petites foulées... Ce clebard nous suivait déjà depuis un moment, j'avais fait l'erreur de lui grattouiller la tête, sur notre parcours, et il nous avait suivit en courant, jappant joyeusement derrière nous ou à nos côtés... Pour garder un moment comique, j'avais même pris le temps de faire un selfie avec le chien, sans oser mettre Brian dans la boucle. Et voila qu'il était de nouveau collé à nous, reniflant avec intérêt Jansen, visiblement intrigué... Devant les pitreries du clébard, nous rimes tous les trois, ce qui libéra la petite tension qui s'était installée... Depuis ... Le drame, des chiens venaient souvent se coller a moi, comme pour soulager ma peine, parfois en gémissant, à la manière des chiens. Braves bêtes...






© Fiche par Mafdet Mahes



Run together | feat Jordan & Jansen 569363b26a81d307b094
#parrishweek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t555-jordan-parrish-les-cendres-du-passe-termine
Jansen Avery

Jansen Avery

Run together | feat Jordan & Jansen Symbol19
Âge du personnage : 26 ans
Run together | feat Jordan & Jansen Les_ga11
Messages : 257
Points : 387
Réputation : 104
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Localisation : Quelque part dans la forêt

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyDim 27 Sep - 13:25





Run Together


Le jeune sylvain se ressourçait, les bras écartés, face au soleil. C’était une belle journée, et les arbres avaient pu se gorger d’eau toute la nuit. La terre, l’humus, les arbres, dont l’odeur était portée par le vent, venaient l’accueillir. Aujourd’hui était un jour un peu spécial pour lui. Pour la première fois, il allait partager un entrainement sportif avec quelqu’un d’autre. Brian lui avait donné rendez-vous, à la base, à sa maison. Mais il n’avait pas voulu s’imposer chez lui. Et puis il y avait cet adjoint, dont il percevait l’odeur étrange, comme une terre brulée. Il ne voulait pas le rencontrer trop loin de la protection de la forêt. En fait, pour une raison qu’il n’arrivait pas à comprendre, il craignait cette rencontre.

En attendant Brian et Jordan, il avait commencé à s’étirer, à s’échauffer. Petites foulées, puis enroulement, bras tendus, mouvements rotatifs du bassin, de nouveaux petites foulées. Une douce sensation de chaleur commençait à parcourir son corps. Il avait opté pour une tenue pratique, le mettant en valeur. Il n’y pouvait rien, il aimait plaire. Réellement plaire, pas seulement se sentir désirer. Ça, il s’en passait bien, en fait.

Quelle étrange rencontre, quand il y pensait. Trop récente pour être comprise, trop originale pour être oubliée. Les rosiers de Brian avaient besoin de lui, mais, plus important, peut être que Brian lui-même avait besoin de lui. Son trauma était bien trop semblable au sien pour que le jeune sylvain puisse l’effacer d’un coup de baguette magique… Mais il n’avait aucune idée de la façon dont il pouvait s’y prendre pour l’aider sans le replonger dans les affres de cette blessure… Le chant de la sylve était ainsi. Puissant, aimant, mais exigeant. Il ne se contrôlait pas vraiment, et agissait dans les deux sens, partageant les espoirs et les désespérances avec une égale ferveur.
Si Jansen l’avait voulu, il aurait pu utiliser le glamour sur Brian. Ce leg du petit peuple lui permettait de se sortir de bon nombre de situations épineuses. Avec ce glamour, les questions importantes le devenaient moins, les interrogations curieuses n’étaient plus de mise. Il aurait pu sortir de la vie de Brian aussi facilement et rapidement qu’il y était entré, mais il n’en avait pas envie, pas après avoir ressenti sa détresse.

Longtemps, il s’était demandé ce qu’aurait pu être sa vie si il était resté la bas. Violé quotidiennement, mais avec la possibilité d’être amoureux, de connaitre le bonheur, auprès de l’homme devenu loup. Seulement, à présent il le savait, chaque fois qu’il connaissait le bonheur, et, à priori, selon certaines phases lunaires, il devenait cette fille, sans pour autant pouvoir se rappeler de ce qu’il faisait quand il était elle… Tant que cette malédiction durerait, il ne pourrait rien envisager, et cela lui faisait mal, creusait un trou dans son écorce. Ce trou se remplissait d’insectes sombres, qui propageaient une maladie en lui, à l’instar de l’oïdium des rosiers de Brian. Cette maladie menaçait de lui enlever toute humanité, lui qui voulait justement la cultiver et la faire fleurir.

Enfin ils arrivèrent, et Jansen fut frappée de leur beauté respective. S’il avait pu comparer Brian à un sylphe, magnifique, il n’arrivait pas à associer aussi facilement Jordan à une créature mythologique.
- Jordan, je te présente Jansen Avery. Il travaille au Pink Print. Jansen, voici Jordan Parrish, adjoint du shérif.

-enchanté, Jansen… Prêt pour un petit parcours d’entretien ?

Le chien qui accompagnait les deux joggers venait le renifler, curieux de l’odeur si particulière de Jansen. Mais ce dernier n’était pas vraiment occupé à s’en débarrasser. Non. La poignée de main de Jordan avait été un peu plus forte que nécessaire, mais surtout, il avait senti une vague de chaleur le submerger et menacer de le dessécher instantanément. Un Ifrit ! Un être de feu ! Le bois et le feu ne faisait pas bon ménage. Mais pourtant, à regarder les yeux si clairs de l’adjoint, Jansen ne put y déceler de menace. Deux regards clairs, l’un bleu, l’autre vert, le dévisageaient. Deux sourires de compétiteurs, mais bienveillant le narguaient..
Soudain il eut honte de sa tenue, en les voyants. Ils allaient courir dans la boue, ça ne faisait plus aucun doute, et il allait être testé.

-pas de problème ! On est là pour ça non ? Et enchanté aussi. J’adore les accueils…Chaleureux
Jordan sembla tiquer et les deux policiers échangèrent un regard de connivence. Décidément, aujourd’hui était une journée spéciale. Jansen se demandait ce qu’ils pouvaient penser de lui. Un adepte des salles de sport, n’osant pas se salir dans la nature ? Ils allaient être déçus, pour le coup.

A peine les trois jeunes hommes commencèrent à courir, vers la forêt, que Jansen comprit la tournure étrange et excitante que cela prenait. Jordan semblait d’une constitution solide, et très endurante. Il semblait même caler son rythme sur les deux autres, car chaque fois que Brian ou Jansen accéléraient, il augmentait son propre rythme aussitôt. Le sylphe aux roses était aérien, ses foulées légères, et semblait pouvoir prendre rapidement de la vitesse et les distancer, sautant avec aisance par-dessus les branches et obstacles de la forêt. Pour sa part, alors que le sol devenait de plus en plus spongieux, et que la terre se transformait en boue, il sentait sa connexion se faire, et sa nature de Drus se faire impérieuse.

Il devait même se concentrer pour que ses caractéristiques physiques ne changent pas, trahissant ce qu’il était. Mais en même temps, il accélérait lui aussi le rythme, visiblement à la surprise de Jordan. Brian semblait rire sous cape, et les trois jeunes hommes furent rapidement maculés de boues des pieds aux genoux… Tous les trois semblaient s’amuser beaucoup. Puis vint le moment ou les deux policiers firent une halte, visiblement à un endroit qu’ils connaissaient, le regard pétillant de malice…

Le pauvre chien qui tentait de suivre le rythme semblait épuisé, la langue pendante, soufflant comme dans la forge d'un ferronier...


© Fiche par [url=http://teenwolfrpg.forumsactifs.com/t170-mafdet-mahes-une-druide-un-peu-particuliere-fini#1867[/url]


Run together | feat Jordan & Jansen Cf43e6f46a8f21395fcc


Dernière édition par Jansen Avery le Ven 2 Oct - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1220-jansen-avery-termine
Brian O'Conner

Brian O'Conner

Run together | feat Jordan & Jansen Symbol19
Alias : Le nonos de Jordan
Âge du personnage : 31 ans
Humeur : Troublé...
Messages : 800
Points : 839
Réputation : 118
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyLun 28 Sep - 14:33


Run Together


Feat :  Jordan & Jansen



Je perçois une petite rivalité venir de part et d’autre. Immanquablement chacun se jauge et se scrute. Cependant cette joute discrète reste amicale. Jordan, lors de nos courses, a toujours l’habitude d’être devant moi. Juste ce qu’il faut pour que je ne me vexe pas. J’ai toujours du mal à rester à sa hauteur malgré mes accélérations. Je ne désespère pourtant pas, car jusqu’à présent, cela m’a fait beaucoup progresser et maintenant que je connais son secret, je ne me gêne plus en m’aidant de mon don, faisant fi de tous les obstacles qui se pointent devant moi. En les regardant tous deux se dire les amabilités d’usage, je comprends que Jordan ne va pas attendre le nouveau venu et qu’il va même le tester. J’espère toutefois que cela ne mettra pas Jansen mal à l’aise. Je l’imagine mal dans une confrontation musclée.

- Enchanté, Jansen… Prêt pour un petit parcours d’entretien.

Le ton de Jordan est amical, mais le défi est bien présent dans sa voix. Dans un sens c’est bien ainsi, car il pense à autre chose. Puis je sais qu’il n’abusera pas de sa puissance surnaturelle pour prouver sa valeur. Il se calera sur mon rythme comme il le fait toujours.

- Pas de problème ! On est là pour ça non ? Et enchanté aussi. J’adore les accueils…Chaleureux

J’ai envie de rire devant la remarque du serveur. Jordan… chaleureux… s’il pouvait savoir… ce feu intérieur qui réchauffe ma solitude et mes nuits... Je fais un clin d’œil à Jordan. C’est notre secret. Étrangement, j’aime partager ce mystère avec lui. Cela prouve notre confiance mutuelle et aussi notre affection.

Le chien qui nous suit depuis tout à l’heure emboîte nos pas dès que nous nous lançons sur le chemin forestier. Comme je m’y attendais Jordan allonge sa foulée. Il sait mes limites et se cale un peu en deçà pour me préserver. Notre relation est faite de ce tas de petits riens qui font le ciment des relations durables. J’espère bien un jour pouvoir courir épaule contre épaule avec lui, sans qu’il ait besoin de baisser le rythme. Mais avant cela, je dois dompter mon don, car ce que j’ai tût à Jordan, c’est que je rentre souvent de nos entraînements avec un mal de tête carabiné depuis que j’utilise mes capacités pour tenir sa cadence. Mon entrainement n’est pas seulement physique mais aussi psychique. Je n’ai toujours utilisé mes capacités à commander à la matière, que de manière sporadique et qu’en extrême urgence. Toutefois apprendre l’existence de Matrim, m’a montré que je pouvais mieux utiliser mes capacités. Maintenant si j’arrive à m’en servir presque tout le long de notre parcours, je ne sais pas contrer l’effet secondaire que sont ces maux de tête. J’essaye de jauger et d’arrêter avant que la douleur se pointe. Quel l’impact cela a-t-il sur mon cerveau ? Je l’ignore.

Aujourd’hui, je souhaite profiter pleinement de la présence de Jordan et Jansen. Alors je mets mon don en veilleuse et cours avec mon agilité habituelle. Je gagne en vitesse non pas en courant plus vite, mais en m’aidant des obstacles que nous rencontrons. J’ai fini par adapter mes techniques de jump street à l’environnement forestier. Il faut absolument que je traîne Jordan sur un parcours urbain. Car même si je me moque un peu de son avance actuelle sur ses capacités physiques, j’ai envie de me mesurer à lui sur un terrain que je maîtrise.

Il a plu cette nuit et le sol devient vite boueux. A chaque foulée nous nous salissons mutuellement le bas des jambes. Jansen suit le rythme imposé par Jordan. A son visage paisible, je devine qu’il a encore de la réserve, alors j’accélère pour attaquer celui qui s’est naturellement imposé en leader. J’aime la suite, car Jansen prend le relais lorsque je faiblis. Je souris largement en voyant Jordan constamment surveiller ses arrières. Le chien suit en restant à la hauteur de l’adjoint.

- Tu dois sentir le chien, car tu les attires tous depuis quelques temps !

Je me moque gentiment de mon chef. C’est vrai qu’au poste de police, en plus du chat, il semble avoir hérité du chien qui squattait jusqu’à présent le bureau de l’adjointe. Je me demande ce que l’on dirait, si moi aussi, j’amenais un animal de compagnie. Pourquoi pas un poisson rouge pour me rappeler la mer ? Je dois sourire comme un crétin, car Jansen hausse les sourcils en signe d’interrogation.

Un peu plus loin nous croisons une joggeuse qui arrive en sens inverse de nous. Je devine le tableau que nous devons former. Trois jeunes hommes pas trop mal foutus, en plein effort. La jeune femme manque de se manger un arbre en ne regardant pas où elle met les pieds. Ce regard déshabillant m’aurait gêné si j’avais été seul, mais accompagné de Jordan et Jansen je prends cet « hommage » d’une manière moins personnelle.

Nous faisons halte à notre endroit habituel. Mes baskets sont deux tas de boue informes. Je suis bon pour me laver au karcher… Par habitude, je prends mon pouls et regarde avec désolation le chien qui vient de se vautrer sur le flanc, totalement exténué. Mais pourquoi persiste-t-il à nous suivre ? Alors que Jordan s’occupe de flatter l’animal, je passe silencieusement dans son dos, mais le raidissement de sa cuisse gauche le trahi. Il me sent venir. Nous sommes tous deux rompu à l’art du combat et de ce fait attentifs aux moindres mouvements, tel qu’un changement d’appui, une légère flexion ou un muscle qui se met à saillir. Il est accroupi alors que je suis debout. Il s’attend donc à une attaque aérienne. Ce sont mes bottes préférées et habituelles dans nos luttes amicales. Pendant une dizaine de secondes, nous faisons comme si de rien n’était. Il gratte le chien, je roule des épaules pour décontracter mes muscles. Jansen a-t-il perçu ce préliminaire qui passe inaperçu pour qui ne nous connait pas ? Car le jeune danseur fait un pas en arrière. Mes sens sont tous tournés vers le combat, instinctivement je note chaque position, chaque appui possible…

Mon pied balaye… le vide…  Je me suis brusquement laissé choir, me rattrapant d’une main sur le sol, balançant mes jambes en avant pour faucher Jordan dans une attaque à ras le sol, à l’opposé de mes attaques habituelles. Mon élan, non retenu par l’obstacle qui s’est dérobé à l’ultime seconde, m’emporte dans un roulé boulé sur le sol boueux. Une main m’attrape déjà l’épaule, je pivote et m’enroule autour de Jordan, emportant son avant-bras dans une belle clé. Mais ce n’est pas cela qui va le bloquer bien longtemps. Je ne suis pas encore bien stabilisé à la fin de mon mouvement, il en profite et me déséquilibre en poussant des jambes. Nous chutons de concert sur le sol. Je vais faire les frais de l’impact, j’essaye donc de reprendre un avantage en le ceinturant au niveau des épaules, à défaut de pouvoir éviter la chute. Peut-être qu’avec un bon coup de rein, je pourrais ensuite le retourner et reprendre l’avantage.

La boue imprègne mon débardeur et un froid désagréable me glace dos.

© Fiche par Mafdet Mahes


Run together | feat Jordan & Jansen Sign_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1114-brian-o-conner-flic-loyal-mais-un-peu-trop-fonceur-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1180-les-liens-de-brian-o-conner
Jordan Parrish

Jordan Parrish

Run together | feat Jordan & Jansen Hellho10
Alias : Hellhound, toutou d'enfer
Âge du personnage : 28
Humeur : Mystérieux
Messages : 330
Points : 485
Réputation : 145
Date d'inscription : 28/02/2015
Localisation : Bureau du Sherif

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyMer 30 Sep - 16:53


Run together
Quelle étrange sensation, quand j’y repense… Il y avait eu comme une.. Connexion, avec Jansen. Son mouvement craintif, sa réaction presque épidémique, avant qu’il ne se détende. Je n’arrivai pas à savoir exactement quel était le problème, mais j’étais persuadé qu’il y avait quelque chose d’inhabituel derrière tout ça… Mais, encore une fois, ce n’était pas forcément la période la moins stressante pour moi. Quelle était la part fantasmée, quelle était la part réelle, et quelle était celle qui m’était soufflée par l’être de feu décidément bien trop présent ces derniers temps.

- Pas de problème ! On est là pour ça non ? Et enchanté aussi. J’adore les accueils…Chaleureux

Je tique à ces mots. Se pourrait-il ? Mes yeux se plissent, et je sais qu’il le voit. Et pourtant, il n’y a aucune crainte dans son regard, ni aucune menace… Quel étrange personnage. Il me serait bien pratique, à cet instant, de me retrancher derrière la créature, quelle qu’elle soit, qui prend petit à petit ses aises dans mon vaisseau de chair. Mais la petite pointe de jalousie que je ressens est tristement et platement bien humaine. Je la chasse comme une mouche importune avant de commencer le parcours en petites foulées.

Le clin d’œil de Brian satisfait mon ego, et je trouve ça agréablement ridicule. Nous avons encore nos petits secrets, et j’aime ça, je le réclame.

Le nouveau compagnon à quatre pattes ne semble pas vouloir me lâcher, et il nous emboite le pas, visiblement tout joyeux à l’idée de se vautrer dans la boue. Nous nous salissons rapidement, mais ce n’est rien comparé au pauvre corniaud qui a le ventre maculé de boue. Pauvre bête. Je me sens un peu responsable, tout en trouvant ridicule cette idée. Jansen a l’air de l’intriguer autant que moi.
J’accélère le mouvement, et je sens immédiatement Brian et Jansen suivre le rythme, sans sourciller. J’avoue être agréablement surpris par ce dernier. Non seulement il n’a pas hésité à nous suivre sur le terrain boueux malgré sa tenue un peu fashion, remontant immédiatement dans mon estime, mais, de plus, il semble suivre le rythme sans difficulté, ce qui, au point où nous en sommes avec Brian, n’est pas un mince exploit. Brian m’impressionne de plus en plus. Je comprends qu’il a un pouvoir, mais là, il utilise uniquement son corps et son endurance de militaire. Il me force à augmenter la pression, il me rend plus grand, plus vivant, et me pousse de plus en plus dans mes retranchements.

Je tente vaille que vaille de ne pas bénéficier des aptitudes déloyales que me donne le feu en moi, mais je ne sais pas vraiment ce qui est encore moi, et ce qui vient de lui.
Rien à faire, ils sont sur mes talons. Je ne suis pas étonné de la part de Brian, mais ce Jansen mérite mon respect et mon attention.

- Tu dois sentir le chien, car tu les attires tous depuis quelques temps !

Je ris en leur tirant la langue. Il n’a pas tort, depuis quelques jours, les chiens semblent me considérer comme un pote de course, ou viennent spontanément me montrer leur affection… Certains sont vraiment craquant et je me demande si je ne vais pas finir par en « adopter » un. Mais je n’aime pas avoir de contrainte, alors je ne sais pas si c’est une bonne idée. Et puis la pauvre bête serait souvent prise dans le maelstrom surnaturel qui accompagne chacun de mes pas…

Nous sourions tous les trois, nos trois regards pétillants de malice, quand une joggeuse nous croise et manque de se vautrer dans la boue en se dévissant la tête pour nous regarder. Je dois admettre, même si ça m’ennuie, que Jansen n’a rien à envier à Brian sur la plastique…

Quand enfin nous arrivons à l’endroit ou nous nous entrainons en close combat, je constate les dégats… Le sol est pratiquement une marre de boue… On en a vu d’autres, surtout à l’armée, mais ça n’allait pas rendre la chose plus agréable pour autant… Ceci dit, imaginer le top model dans la boue m’apporte une certaine anticipation un peu mesquine. Et pourtant, je peux dire avec sincérité que je l’apprécie, ne serait-ce que pour avoir suivi notre rythme. On va dire que ce sera son baptême avec nous. Je vois d’ailleurs au regard malicieux de Brian qu’il pense plus ou moins la même chose.

Alors que ce dernier me contourne, je suis en alerte, grattouillant le pauvre clébard qui semble à bout de forces… Je remarque aussi que Jansen semble se tenir prêt.. Tiens tiens tiens… Finalement, le danseur serait capable de se défendre ? En tout cas il semble avoir des réflexes, car, alors que je bondis pour esquiver l’attaque de Brian, il se recule tout aussi rapidement. Mon champ de vision ne me permet pas de voir grand-chose, mais j’ai tout de même l’impression de l’avoir vu agir extrêmement vite.

Alors que je tente de faire basculer Brian, il arrive à utiliser nos mouvements pour me projeter, et me faire une clef. Je le repousse, poussant mon avantage sur l’équilibre précaire de Brian, pour le faire tomber. Il me ceinture de plus belle, et nous nous retrouvons donc tous les deux au sol.

La suite est un gros bordel. Je crois qu’à un moment donné, j’ai encore la présence d’esprit de penser à mes fringues, puis je me mets à rire, alors que nos mains poisseuses de boue glissent sur les prises que nous employons habituellement. J'aime ce contact, ma main glissant sur sa peau. Je souris de nouveau, je me sens bien. J’arrive même à profiter d’une proximité avec Brian pour plaisanter :

-pour une fois que je ne crame pas mes fringues, il faut que je les bousille avec la boue.
Il rit lui aussi, mais notre combat n’est pas terminé. Au bout d’un moment, nous sommes tous les deux sur le dos, respirant bruyamment, quelques ecchymoses sans doute, mais nous nous regardons en même temps, avant de porter notre regard sur Jansen.

Ce dernier comprend immédiatement de quoi il s’agit.
D’une poussée puissante, nous nous ruons sur lui, afin de lui faire partager les joies de la boue. Il parait que c’est bon pour la peau, c’est un photographe qui en a parlé à chad…


© Fiche par Mafdet Mahes


Run together | feat Jordan & Jansen 569363b26a81d307b094
#parrishweek


Dernière édition par Jordan Parrish le Dim 4 Oct - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t555-jordan-parrish-les-cendres-du-passe-termine
Jansen Avery

Jansen Avery

Run together | feat Jordan & Jansen Symbol19
Âge du personnage : 26 ans
Run together | feat Jordan & Jansen Les_ga11
Messages : 257
Points : 387
Réputation : 104
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Localisation : Quelque part dans la forêt

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyVen 2 Oct - 12:38





Run Together


Jansen sentait comme une petite tension s’installer. Il connaissait cette sensation, il l’avait mainte fois éprouvée alors qu’il suivait l’entrainement secret avec la Cinquième Ronce. A l’époque, il s’appelait Hyacinth. C’est toujours son vrai prénom, aujourd’hui, mais il aime de plus en plus sa nouvelle identité, son identité humaine, celle de Jansen. Et il aime sa nouvelle vie, celle où il peut courir avec de nouvelles connaissances, et se maculer de boue sans que ce soit un problème.

Brian était une rencontre inattendue, aérienne, joyeuse, bien que teintée de vents violents. Mais Jordan, lui, dégageait un feu à la fois effrayant, et pourtant bienveillant en même temps. Si c’était vraiment un iffrit, Jansen aurait dû se sentir en danger. Pourtant, il était au contraire dans un sentiment de sécurité, en compagnie de ces deux policiers. Il sent le moment arriver. Il remarque les muscles de Jordan se tendre, il repère les mouvements d’anticipation de Brian. Ils vont attaquer. Et pourtant, il ne ressent aucun danger, aucune malice. Simplement de la joie anticipée. Car il sait que ces deux jeunes hommes s’entrainent ensemble, et il semblerait que l’entrainement ne se limite pas à un footing un peu intensif.

Lorsque Brian bondit, Jansen réagit plus vite que ce qu’il avait souhaité à la base. Ses réflexes, douloureusement acquis en compagnie de la Cinquième Ronce, lui valent un regard étonné de la part des deux autres hommes, alors qu’il s’était écarté promptement et à grande vitesse. Il lui fallait faire attention, ou il finirait par trahir sa nature surnaturelle. Heureusement, leur propre combat est si rapide et intense qu’ils n’ont pas le temps d’appesantir la question.
Jansen assiste, fasciné, à la joute sportive, au combat précis. Il a l’impression de voir une chorégraphie, et il ne peut s’empêcher d’y trouver une grande beauté. Ils ne se font pas de cadeau, et vont surement écoper de bleus et d’éraflures, mais, pourtant, ils semblent heureux, et , au fur et à mesure que la danse continue sous ses yeux, Jansen ressent lui aussi une joie sauvage, sans entrave. Il se crispe, ploie, se détend, suivant sans s’en rendre compte, avec son propre corps, les mouvements des deux autres qu’il observe.

-trop lent ! Lui assène la cinquième ronce, un filet de sang, vite résorbé par son pouvoir de guérison, attestant de son erreur. Les images lui reviennent. L’entrainement avec elle était intense, sauvage, cuisant. Ils courraient tous les deux parmi les hautes herbes, ou dans les marécages, ou à travers les arbres. Elle ne le laissait pas souffler, alors qu’ils traversaient les écorces, pour se surprendre, surgissant d’un point où ils n’étaient pas. Les transferts sylvestres étaient épuisant, aussi bien pour Hyacinth que pour la Cinquième Ronce, mais aucun des deux ne ployaient. En revanche, la maitrise du combat était clairement en faveur de la dryade à la chevelure cuivrée. Elle avait une arme, pas lui. Mais elle lui avait répondu, alors qu’il lui avait dit trouver ça injsute, que la vie n’était pas juste, et qu’il n’aurait pas toujours l’occasion de se battre à armes égales. Mais Hyacinth sentait une grande fierté dans le regard de son maitre d’arme. Il progressait, il le savait. Jamais il n’oubliera la joie sauvage dans les yeux en amande de son entraineuse, alors qu’elle lui avait mis son épée sur la gorge, pensant avoir gagné, comme à chaque fois. Ses yeux s’étaient agrandis de surprise en sentant les lianes dotées de piquant sur sa propre gorge, entaillant déjà sa chair.

-B.. bravo ! Hyacinth, personne n’avait réussi à m’atteindre à un point vulnérable !

Jansen cligne des yeux, revenant au présent. Brian et Jordan le regardaient, et, visiblement d’un commun accord tacite, se ruaient sur lui, leur muscles puissants réduisant drastiquement la distance entre eux.

Jansen sourit. Il laisse sa joie éclater, peut-être même qu’il rit, alors qu’il exécute des acrobaties, faisant attention de rester dans des normes humaines, bien que rares. Il esquive, fait un salto arrière, atterrissant avec un gros « splotch » dans la boue. Jordan lui enserre immédiatement la cheville, pour le faire tomber, mais Jansen prend appuis violemment sur le poignet de Jordan, le forçant à lâcher, et profite de l’élan pour sauter par-dessus le dos de ce dernier, le poussant à son tour dans la boue d’un coup de pied retourné. Sur le point de se rétablir, ayant réalisé une roulade sur lui-même en l’air, il se sent happé en arrière. Brian lui a mis la main dessus, et le jeune Drus se retrouve à son tour dans la boue.

Ils continuent un moment leur manège, puis éclatent de rire. Le spectacle est déroutant. Trois hommes, maculés de boue, se battant comme des chiffonniers. Mais Jansen sent qu’il a gagné un peu de respect de la part des deux autres hommes. Il sait se battre, il l’a montré. Le plus dur, finalement, aura été de ne pas se laisser aller à son pouvoir.

-Et maintenant on fait quoi ? Vous connaissez un karsher pour humains ? Parceque la, je suis pas sur qu’une simple douche suffise.. Et .. pour les fringues ?

Les trois jeunes gens se regardent de nouveau, riant, penauds. Leurs regards clairs, à tous les trois, pétillent de joie.


© Fiche par Mafdet Mahes


Run together | feat Jordan & Jansen Cf43e6f46a8f21395fcc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1220-jansen-avery-termine
Brian O'Conner

Brian O'Conner

Run together | feat Jordan & Jansen Symbol19
Alias : Le nonos de Jordan
Âge du personnage : 31 ans
Humeur : Troublé...
Messages : 800
Points : 839
Réputation : 118
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptySam 3 Oct - 16:55


Run Together


Feat :  Jordan & Jansen



Je sens la boue s’infiltrer dans le tissu de mon jogging. Mon bras passé sous son menton, la main cramponnée à son épaule, je bloque Jordan. Il m’écrase de tout son poids, forcer pour le retourner serait risquer un lumbago. J’opte donc pour une brusque poussée d’air sur le côté. Cela le déséquilibre juste assez pour que j’arrive à amplifier le mouvement et le retourner. Mais il est aguerri aux techniques de combat et je n’arrive pas à lui coller le nez dans la boue. Il résiste en appuis sur ses mains et ses genoux. Je romps la formation, je trouverai bien une autre feinte pour l’envoyer au sol. Nos passes se font plus traditionnelles. La boue complique les prises, rendant les saisies glissantes pour lui comme pour moi. Parfois nos gestes se terminent presque en caresses incongrues. Je lis la malice dans ses yeux, cette contribution de la nature semble plutôt lui plaire et l’amuser.

Mais la contribution des éléments de la nature m’importe peu. J’aime ces combats avec lui, ils me permettent d’évacuer ce trop-plein d’énergie qui s’accumule en moi. Le travail de policier est bien plus calme que celui que j’avais au NCIS ou à la Navy. Je n’ai pas encore été confronté au monde surnaturel que m’a décrit Jordan. Du coin de l’œil, je note que Jansen ne perd pas une miette de notre joute et qu’il est même plongé dedans vu les mouvements qu’il fait, anticipant nos réactions. Mes doigts viennent de laisser des stries boueuses sur le flanc gauche de l’ex-démineur. Notre respiration se saccade et nos gestes sont moins vifs. Alors nous nous écroulons sur le dos, contre un flanc de talus pas trop spongieux. Quand je tourne la tête vers Jordan, celui-ci sourit à pleine dent. Cela fait un sacré contraste avec la terre qui lui macule le visage. Je sais qu’il se sent bien et que dans la seconde précise il oublie ce qui le mine.

Il doit sentir mon regard, alors il se tourne vers moi. Je plisse des paupières pour lui dire mon propre contentement. Nos loisirs peuvent sembler totalement barbares pour qui ne comprend pas notre mode de pensée. Je m’en moque car j’aime cette complicité qui s’installe entre nous. Dans ces moments, nous nous comprenons sans mots. Un tressaillement sur sa joue et nous regardons Jansen. Lui qui est encore tout propre, des genoux au sommet de ses mèches soigneusement dressées au gel...

Pire que des gamins farceurs, nous nous ruons sur le serveur. C’est avec plaisir que je vois une lueur de malice se glisser dans son regard. Il comprend le jeu et surtout l’accueille avec plaisir. Toutefois, je suis surpris de la célérité de ses réactions et de sa force. Il arrive à se défaire de la poigne de Jordan, ce qui n’est pas une mince affaire. Ses capacités d’esquive sont bien trop appropriées pour être juste dû à de la chance. Il sait se battre et de manière efficace. Je sais reconnaître un soldat dans sa manière de bouger et de réagir. Nous venons de mettre Jansen dans une position qui le fait se trahir sur ses capacités. Ce n’est pas l’agilité d’un serveur ou la souplesse d’un danseur de pool bar qui lui permettent de nous tenir tête.  Je pensais l’avoir cerné, mais je suis loin du compte. Ce n’est plus un amoureux des fleurs que j’ai devant moi, mais un farouche combattant. La supériorité du nombre me donne l’occasion de le bloquer et de l’envoyer au tapis assortissant ainsi son état au notre. La trêve est sonnée de concert.

-Et maintenant on fait quoi ? Vous connaissez un karsher pour humains ? Parce que la, je suis pas sur qu’une simple douche suffise.. Et .. pour les fringues ?

Un fou rire collectif nous prend et secoue nos corps. L’hilarité lave nos pensées sombres et chasse les nuages de nos cœurs. Le moment est simple et authentique. Alors pour ponctuer sa remarque, je prends une poignée de boue et la lui lance sur le cou.

- Tu avais une tâche de propre là…

Avant qu’une autre bataille s’engage, le corniaud qui suivait Jordan qui nous met tous d’accord en s’ébrouant au milieu de nous.

- Les douches du poste de police en ont vu d’autre et… avec Jordan nous sommes les rois du stockage d’affaire de rechange. Ça fera bien l’affaire pour que tu rentres chez toi.


Je lance un clin d’œil malicieux à Jordan. Il comprend ce à quoi je pense, lui et sa pile d’uniforme soigneusement rangé dans son vestiaire. J'ai moi-même quelques tenues de rechange. Au sourire chaleureux qu’il me rend, je vois qu’il apprécie cette connivence entre nous. J’aime ce partage et ce qu’il représente : ne plus être seul. Nous reprenons notre course plus tranquillement et finissons par courir tous les trois de front quand le chemin le permet.

Heureusement que nos collègues ont l’habitude de nous voir arriver en piteux état, car nous ne ressemblons plus à rien… Alors quand ma collègue de bureau se moque de moi, je la menace de la prendre dans mes bras.

- Pas question que tu m’approches dans cet état ! Et qu’a donc fait ce malheureux pour subir un tel traitement ?

Elle désigne Jansen qui se tient à côté de Jordan un peu embarrassé de se trouver là.

- Jansen ? Oh, il a juste eu le malheur de croiser ma route…

Hilares, nous nous dirigeons vers les douches en nous faisant traiter de fous par notre collègue. Les vestiaires sont vides, ce qui est une bonne chose. Si je suis habitué aux douches collectives, je n’aime toutefois pas quand il y a des gens qui ne sont pas dans le même état de nudité que moi. Alors que je me pose tout habillé sous un jet d'eau tiède et réconfortant, Jordan fait la même chose. Voyant Jansen hésiter, je lui indique la porte de la douche réservée au staff. Mais il finit par nous rejoindre. Je suis en train de me déchausser du bout d’un pied quand je reçois le tee-shirt de Jordan en pleine figure.

- Mais fait donc ta lessive tout seul !

Je lui renvoie donc sa marchandise accompagnée de mon propre tee-shirt encore bien boueux. L’effeuillage se fait progressivement, une chaussette par-ci, un jogging par là. Nous lavons autant notre peau que nos affaires. Je suis encore en boxer, tentant d’enlever le sabot de boue qui entoure mes chaussures de sport que je note la présence de tatouage sur le corps de Jansen. Ils sont bien plus stylisés que la croix marine que j’ai sur le cœur. Je balance mes chaussures loin des jets d’eau puis me résous à quitter le dernier vêtement que j’ai. Jordan est déjà nu à côté de moi. Autant son regard ne me gêne plus, autant celui de Jansen me brûle. Pudiquement, je lui tourne le dos, lui offrant à la vue cette longue estafilade que j’ai au bas des reins. Parfois, la nuit, Jordan la suit doucement du bout du doigt. Chaste contact qui souligne le fait qu’il fait attention à moi, à l’histoire que raconte mon corps, deux impacts de balle et la signature d’un couteau de combat

Je repense à ses combats en mer. Doucement j’offre mon visage au jet tiède et oublie où je me trouve.

Je sens l’air iodé et les vapeurs du moteur diesel du canot qui nous porte sur les flots du golfe d’Oman tous feux éteints. Nous avons la charge d’arraisonner un navire pirate comme il y en a tant ici et qui menacent le commerce de la marine marchande. Quand nous arrivons en vue du vieux thonier battant un pavillon de complaisance, nous coupons le moteur. Malheureusement leur vigie nous a entendus, le vent a tourné lui apportant le bruit de notre moteur. Des faisceaux de lumière balayent la mer. Nous ramons comme des forcenés pour nous approcher sans nous faire prendre par la lumière. Cela signifierait se faire tirer dessus comme à la fête foraine. J’abandonne ma rame et me tiens prêt à remettre le moteur pour esquiver au mieux. Nous sommes venus à deux canots et c’est l’autre qui vient de se faire prendre. Les tirs des kalachnikovs déchirent la nuit. Il est clair que cela aurait pu être plus simple d’intervenir avec le destroyer, mais nous ne sommes pas dans les eaux internationales. Sur ma tenue, aucun insigne, rien qui ne peut me rattacher à l’armée américaine. Même mes plaques sont restées sur notre navire.

Nous profitons de la diversion malheureuse que nous offrent nos camarades et abordons le bâtiment. La manœuvre a été mainte fois répétée. Et avec notre matériel, nous somme rapidement à bord. Un de nous va directement au poste de commande. Son but est de détourner le navire pour l’amener dans les eaux internationales où nous attendent un croiseur et un destroyer. Je me précipite vers bâbord pour couvrir l’autre canot. Nous sommes en minorité numérique, toutefois, notre entrainement et notre équipement est bien meilleur. Mes lunettes infrarouge sont précieuses et me permettent de rapidement débusquer ceux qui se cachent. Le pont étant maitrisé, je passe une écoutille et m’enfonce dans les entrailles du navire pirate. Je reçois une demande par l’oreillette que je porte. Le poste de pilotage est sous contrôle, mais quelqu’un a coupé les moteurs en salle machine… La lumière jaunâtre des coursives rend les lieux glauques. J’entends des bruits de course, je reste concentré. Il n’est pas difficile de différentier des pas de pieds munis de ranger comme les miens des semelles en caoutchouc bon marché des pirates. Une ombre bouge, mais j’esquive trop tardivement, mon arme m’échappe et glisse sur le sol métallique. Le type qui me fait face est couvert de cicatrice. A la lame qui scintille entre nous, je comprends qu’il est un adepte du corps à corps. Le combat s’engage. J’ai sorti mon propre couteau. Un tel combat dans un lieu aussi restreint qu’une salle des machines ne peut être exempt de blessures. Rapidement le sang coule, le sien comme le mien. Mon équipement me préserve un peu. Mais une explosion quelque part sur le bateau provoque un gite soudain qui me déséquilibre. Le bas de mon dos me brûle brusquement, la morsure de la lame est douloureuse. Quand le bateau tangue dans l’autre sens, mon arme glisse vers moi…


L’eau chaude est apaisante. Je refais surface, un peu étonné de n’entendre que le bruit des douches. Quand je regarde alternativement Jordan et Jansen, je constate des rougeurs sur leurs joues et des regards gênés… Je viens de rater un épisode…



© Fiche par Mafdet Mahes


Run together | feat Jordan & Jansen Sign_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1114-brian-o-conner-flic-loyal-mais-un-peu-trop-fonceur-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1180-les-liens-de-brian-o-conner
Jordan Parrish

Jordan Parrish

Run together | feat Jordan & Jansen Hellho10
Alias : Hellhound, toutou d'enfer
Âge du personnage : 28
Humeur : Mystérieux
Messages : 330
Points : 485
Réputation : 145
Date d'inscription : 28/02/2015
Localisation : Bureau du Sherif

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyDim 4 Oct - 18:08


Run together
Une espèce de joie sauvage s’empare de nous alors que nous nous ruons sur Jansen. Je dis nous car je sens clairement une résonance dans les gestes, l’attitude, puis les rires de Brian. Jansen n’est pas en reste, d’ailleurs, et me surprend une nouvelle fois.

Je n’avais pas eu le temps de réellement l’observer pendant notre joute barbare, mais il m’avait semblé le voir suivre notre combat avec intérêt, et surtout avec des tensions musculaires trahissant un homme aguerri aux techniques de combat. J’allais en avoir la confirmation…
Il s’était passé quelque chose d’étrange, au moment où on s’était serré la main, mais je reléguai ça en arrière-plan pour le moment. Je me sens vivant, plein d’énergie, et ça ne m’était pas arrivé depuis un moment. Alors je compte bien profiter de ce nouvel élan. En parlant d’élan, celui qu’on avait impulsé avec Brian m’avait permis de mettre la main sur la cheville de Jansen. Mais ce dernier, d’un bond aussi inattendu qu’impressionnant, arrive à prendre appuis sur mon poignet. La douleur me force à le lâcher, et je reçois un coup de pied dans le dos qui me fait m’étaler dans la boue. Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça. Mais un second bruit caractéristique m’indique que Brian, tel la seconde lame du rasoir de luxe que nous formons ensemble, arrive à le chopper et lui faire mordre la poussière. Enfin… la terre quoi.

L’adrénaline, même si c’est un jeu, est bien présente. Je sens quelques douleurs dues à mon combat précédent d’avec Brian, mais je m’en fiche. C’est un moment unique. Peut-être pas si unique que ça, mais j’ai l’impression qu’ils le deviennent tous en sa présence.
Un peu inquiet tout de même, je me retourne vers le danseur, pour vérifier qu’il n’a pas pris mal notre petite provocation, ou plutôt initiation… oui, bon.. Bizutage. Mais, bien que maculé de boue, comme Brian et moi, il semble joyeux. Je note quand même dans un coin de ma tête de ne pas me fier aux apparences, avec lui. Il a clairement démontré des capacités martiales, et, de plus, avec un style m’étant à priori inconnu. Dur de se faire une idée, alors que le combat n’a pas duré très longtemps, mais il était très rapide, agile, et semblait plutôt utiliser la force de son adversaire. Pour autant, connaissant le ju-jitsu et d’autres techniques de close-combat, je n’ai pas pu reconnaitre les mouvements habituels. A bien le regarder, il semble un peu gêné, comme si on l’avait forcé à révéler quelque chose qu’il ne souhaitait pas révéler. Ou alors il est juste gêné parce qu’on le regarde. Avec le métier qu’il fait, il devrait avoir l’habitude…

-Et maintenant on fait quoi ? Vous connaissez un karsher pour humains ? Parce que la, je suis pas sur qu’une simple douche suffise.. Et .. pour les fringues ?

Nous rions tous les trois, et Brian ajoute encore à la taquinerie en envoyant une poignée de boue dans le cou de Jansen, commentant son forfait.
Le danseur s’apprête à riposter, quand le corniaud s’ébroue, nous maculant des pieds à la tête, et nous laissant dépités, le temps de nous reprendre.
- Les douches du poste de police en ont vu d’autre et… avec Jordan nous sommes les rois du stockage d’affaire de rechange. Ça fera bien l’affaire pour que tu rentres chez toi.

Le regard lancé par Brian me réchauffe. Je suis tellement habitué à réchauffer les autres, que lorsque c’est moi qui bénéficie de cette force invisible, bienveillante, stimulante, je me sens démuni. Mon regard pétillant fait écho au sien, et j’ajoute à l’intention de Jansen :
-t’es à peu près de notre gabarit, toutes manières… On te doit bien ça… Et bravo ! Tu fais officiellement partie de la Troll Patrol ! Entrainement de barbares.. Un corps sain et un esprit.. hmm.. non.. Laisse tomber.

Son rire chaleureux dissipe toute tension, et nous finissons notre jogging dans un état plus que limite, sous le regard interloqué de quelques joggeurs, qui s’écartent de notre chemin, au cas où…
L’arrivée au poste est assez folklorique. Je crois bien que Brian a une touche avec une collègue, et il s’amuse à la taquiner. Jansen est pris à partie par la jeune femme, et se sent visiblement mal à l’aise. C’est vrai que nous lui avons spontanément proposé de venir se doucher au poste, sans penser qu’il ne se sentirait pas bien ici. On lui devait, en quelque sorte.

-t’inquiètes Jansen.. On a les douches pour nous tous seul.. On était que deux barges à faire ça le matin. On sera trois si tu nous accompagnes. Je te rassure, ce ne sera pas aussi salissant à chaque fois… Disons que tu as réussis ton intronisation.

Son sourire timide est un peu troublant. Il y a une grande fragilité en lui, mais qui ne colle pas avec ce que j’ai pu voir et subir plus tôt. Il sait se battre… Mais il ne veut pas ? Quelque chose du genre…

Jansen finit par nous rejoindre dans la douche commune, sans faire de chichi. Je m’inquiète un peu de la réaction de Brian, aussi je le taquine, pour dédramatiser, en lui balançant mon t-shirt boueux en plein visage. Il riposte immédiatement. On profite de la douche pour décrasser nos fringues avant nos corps, et ce n’est pas du luxe.

Il nous faut peu de temps avant de se retrouver en tenue d’Adam, et je remarque des tatouages très complexes sur le corps de Jansen… Curieux de nature, je me demande ce qu’ils représentent… Il y a des sortes d’arabesques, quelque chose de végétal.. Et de l’écriture, aussi, mais dans un langage que je ne connais pas. En même temps, je suis loin d’être un linguiste. Comme je m’y attendais, le regard du danseur nous déshabille, sauf que nous n’avons plus rien à enlever. Je dois admettre qu’il est très beau, et qu’il le sait, visiblement… Je me sens gauche, maladroit… et jaloux… C’est totalement idiot, mais c’est pourtant vrai. Je me sens moins attirant que lui, et Brian… Andouille ! Et je ne comprends pas ce qui m'arrive. Je n'ai jamais été attiré par les hommes. Mais matrim m'avait troublé, sans m'attirer pour autant.. et.. Brian...Brian arrive à gérer, ce qui est un énorme progrès, et se retourne, pour s’enfermer dans sa bulle, sous le jet d’eau…

De nouveau, je regarde sa cicatrice, et me demande ce qu’il a pu subir. J’ai tellement de questions à lui poser, j’ai tellement envie de connaitre sa vie, d’échanger… Mon regard fait des loopings entre ses épaules, sa colonne vertébrale, suivant l’eau qui coule, ses reins, son fessier, puis remonte, en s’affolant… Je secoue la tête, essayant de ne pas y penser, et me concentre sur mon décrassage.

Plus personne ne parle. Essayant de redevenir irréprochable, je tourne la tête. Pour tomber sur Jansen, qui jette des regards à la dérobée sur nous deux. Pas vraiment à la dérobée. Le rouge sur son visage me fait sourire, jusqu’à ce que je vois.. Disons qu’il semble en forme, très en forme, et a du mal à le cacher. Je rougis également fortement en ayant été témoin de son hommage involontaire, et rencontre brièvement ses yeux, à la recherche d’une échappatoire. Ce que j’y vois me fige quelques instants.

Ai-je rêvé ? J’ai eu l’impression que ses yeux avaient changés de couleurs… Et il y a comme une odeur boisée, ou musquée qui se dégage de lui, au fur et à mesure que la douche fait son travail. Je ne peux plus me fier à mon instinct, pas depuis ma fugue mentale suite au désastre du manoir. Mais, pourtant, je suis persuadé que Jansen n’est pas vraiment un danseur, qu’il n’est pas vraiment un jeune homme fragile, et, plus que tout, qu’il n’est pas vraiment juste un jeune homme… Pourtant, même si tous mes sens sont en alerte, je ne trouve aucune menace en le regardant. Juste de l’envie, un peu d’érotisation, et une attitude indiquant des meurtrissures. J’ai compris ce que m’a raconté Brian, et je vois à présent que c’est vrai.

Alors je décide spontanément que, jusqu’à preuve du contraire, il doit bénéficier de notre protection, de notre aide. Quand je me retourne vers Brian, je vois qu’il émerge de souvenirs, à mesure que son regard se refocalise sur le mien.

Je lui souris. J’ai envie de bien plus.

Heureusement, quand nous nous dirigeons vers les affaires, Jansen semble avoir retrouver la maitrise de.. enfin.. Son corps, et nous nous habillons simplement. Il hérite d’un jogging de ma part et d’un t-shirt de Brian, pendant que mon coéquipier et moi-même revêtons nos uniformes.
-jolis tatouages, Jansen, au fait. Ça représente quoi ?

Son regard se trouble, comme nostalgique…


© Fiche par Mafdet Mahes


Run together | feat Jordan & Jansen 569363b26a81d307b094
#parrishweek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t555-jordan-parrish-les-cendres-du-passe-termine
Jansen Avery

Jansen Avery

Run together | feat Jordan & Jansen Symbol19
Âge du personnage : 26 ans
Run together | feat Jordan & Jansen Les_ga11
Messages : 257
Points : 387
Réputation : 104
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Localisation : Quelque part dans la forêt

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyLun 5 Oct - 15:27





Run Together


Jansen se sent bien, joyeux, mais il sait pourtant qu’il a commis une erreur. Aussi bien Brian que Jordan l’ont observé. C’était un jeu, mais un test. Il pensait l’avoir réussi, en leur prouvant qu’il savait faire autre chose que danser lascivement, mais au final, peut-être qu’il a raté ce test, au contraire. Car en se débattant, en montrant qu’il savait se battre, il s’est éloigné de son rôle bien pratique et sans histoire de gogo danseur…

Brian et Jordan sont deux combattants aguerris. Le jeune Drus est même très surpris de voir à quel point. Il peut en déduire relativement facilement qu’ils ont, tout comme lui, un passé différent, dans lequel ils se battaient. Bien sûr, deux policiers doivent savoir réagir à beaucoup de situations, mais Jansen n’avait encore jamais vu une telle maitrise dans les mouvements, du moins à Beacon Hills.

En voulant leur montrer qu’il pouvait participer à leur jeu, il s’était donc exposé. Mais ce qui était fait était fait, et, en recevant la poignée de boue de la part de Brian, il se permet un rire franc et chaleureux.

- Les douches du poste de police en ont vu d’autre et… avec Jordan nous sommes les rois du stockage d’affaire de rechange. Ça fera bien l’affaire pour que tu rentres chez toi.
Brian lui fait plaisir, en le prenant en compte, en l’incluant dans un petit morceau de sa vie, tout comme Jordan.

Mais il avait remarqué une grande complicité entre eux aussi. Quelquechose de plus fort que de la simple camaraderie. A les observer, à présent qu’ils s’étaient remis à courir, le jeune Drus se demandait si les deux protagonistes avaient seulement conscience de ça. Ils se jetaient des regards à la dérobées, s’observaient, plissaient les paupières de contentement en voyant l’autre se retourner sur eux. Tout ça ne trompait pas. Le jeune sylvain en conçu une peine. Pas contre eux, pas par jalousie, mais par envie. Il ne connaissait pas ça, et ne le connaitrait probablement jamais. Mais tout plutôt que de revivre comme un esclave dans son ancien monde.
Les trois hommes courraient, et Jansen se mettait à rêver à une autre vie. Celle où il aurait pu faire partie de la garde d’élite, de l’armée, même si ce terme était ridicule au vu du peu d’individus qu’elle comptait, parmi la sylve. Mais même ça lui avait été refusé, car son sang était précieux.

Arrivés au poste de police, Jansen se sent soudain très mal à l’aise. Tout à commencé ici, pour ainsi dire, avec Brian, mais il ne sait toujours pas pourquoi son alter ego l’avait mis dans un tel pétrin… Allant jusqu’à amorcer le processus de mort dans son sang. Il s’en était fallu de peu. Quelques heures… Deux ou trois, sans doute, pas plus…

Une collège de Brian l’interroge à son sujet, et il ne sait pas quoi dire. Heureusement, Brian répond à sa place, et les trois jeunes gens se retrouvent dans les vestiaires pour un décrassage en règle. De nouveau, le jeune Drus hésite.

-t’inquiètes Jansen.. On a les douches pour nous tous seul.. On était que deux barges à faire ça le matin. On sera trois si tu nous accompagnes. Je te rassure, ce ne sera pas aussi salissant à chaque fois… Disons que tu as réussis ton intronisation.
Il sourit, mais il n’est pas à l’aise.

Le voyant, Brian et Jordan lui désigne une douche séparée, mais il finit par se décider, et reste donc avec les deux autres. Jordan, visiblement pour détendre l’atmosphère, se met à chamailler Brian, qui lui répond avec une égale ferveur.

De son côté, Jansen passe directement sous le jet chaud de la douche pour déjà débarrasser ses vêtements d’une partie de la boue… Il était quand même bon pour un passage au pressing, car contrairement aux joggings basiques de Jordan et Brian, le sien n’allait pas supporter un lavage à la javel… La prochaine fois, décide-t-il, il opterait pour des basiques.

Alors que les trois jeunes hommes commencent à s’effeuiller, ce qui, en pensant au terme, fait sourire Jansen, il se remémore les paroles de Jordan, qui avaient réchauffé sont cœur.
-t’es à peu près de notre gabarit, toutes manières… On te doit bien ça… Et bravo ! Tu fais officiellement partie de la Troll Patrol ! Entrainement de barbares.. Un corps sain et un esprit.. hmm.. non.. Laisse tomber.

Accepté. Par des humains. Peut-être que sa vie n’était pas si minable, après tout.

De temps en temps, rougissant jusqu’à la racine des cheveux, il voit Jordan le regarder. Ses tatouages, si particuliers. Un jour, peut-être, raconterait-il leur histoire. Et comment il avait réussi à garder des tatouages sur une peau qui cicatrisait… Douloureux souvenir. Son alter-ego avait-elle elle aussi les mêmes tatouages ? Il s’était souvent posé la question.

Il remarque très vite que Brian se tourne, et comprend avec tristesse pourquoi. Mais la vue est aussi plaisante de ce côté. Lorsque son regard se porte sur Jordan, il ressent une pointe de jalousie. Il trouve l’adjoint très beau, et se sent fade, à côté de lui… Pourtant, quand il danse, le soir, il sait allumer cette petite lueur de désir dans les yeux des clients… Oui mais pourquoi ? Aucune raison valable, aucun avenir possible…

Et puis soudain, le moment de honte arrive, pour une double raison. Alors que Jordan se retourne sur lui, il se rend compte trop tard qu’il est en érection et se tortille maladroitement pour tenter de masquer, mais le mal est fait.. Mais, encore plus gênant, il voit au regard interloqué de l’adjoint qu’il a du subir une métamorphose due à sa nature. Inquiet, tentant de le faire discrètement, il vérifie ses oreilles, ses cheveux.. Rien de spécial. Ses yeux alors ?

Il les ferme, sous l’eau chaude, espérant qu’il a agi assez vite. Se faisant, il repense aux deux sublimes corps juste près de lui. Il lui faut beaucoup de concentration et un souvenir particulièrement déplaisant pour le faire redevenir sage et pouvoir se retourner sans honte. Quand il rouvre les yeux, il voit que Jordan s’inquiète pour lui et lui sourit timidement. Oui, un très mauvais souvenir, dont la plaie saigne encore abondamment.

Alors que Jansen remercie ses deux camarades pour la tenue empruntée aux deux jeunes hommes, Jordan l’interroge.

-jolis tatouages, Jansen, au fait. Ça représente quoi ?
Jansen se fige quelques instants..

-c’est… une longue histoire.. Je vous dirait.. J’ai même un deal : Chaque fois que, dans un combat à la loyal, l’un d’entre vous l’emporte sur moi, je raconte ce que ces tatouages veulent dire. Mais si c’est moi, je veux aussi partager un peu de votre vie. Si vous voulez pas, je comprendrai.. Vous êtes les premiers à me considérer un peu…

Il baisse les yeux, gêné, mais les relève aussitôt, malicieux.

Le sourire désarment de simplicité du jeune Drus arrive visiblement à convaincre les deux autres hommes. A moins que ce ne soit la curiosité ?

Jansen vient de faire un marché. Il sait pouvoir le transformer en marché de dupe, grâce au glamour, mais se jure de ne rien en faire.. Ce qui impliquera, tôt ou tard, de révéler sa nature… Est-il prêt ?



© Fiche par Mafdet Mahes



Run together | feat Jordan & Jansen Cf43e6f46a8f21395fcc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1220-jansen-avery-termine
Brian O'Conner

Brian O'Conner

Run together | feat Jordan & Jansen Symbol19
Alias : Le nonos de Jordan
Âge du personnage : 31 ans
Humeur : Troublé...
Messages : 800
Points : 839
Réputation : 118
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyMar 6 Oct - 21:59


Run Together


Feat :  Jordan & Jansen



Il faudrait être totalement aveugle pour ne pas s’apercevoir que quelque chose s’est passé entre Jordan et Jansen. Je lis de la gêne dans leur mouvement et leur regard. Cependant je bloque immédiatement mes pensées. Je n’ai pas envie d’extrapoler sur ce qui s’est passé quand j’ai été un peu absent. Faire l’autruche est un concept que je maitrise plutôt bien…

Jordan s’intéresse aux tatouages du danseur. Comme le sujet est ouvertement évoqué, je me permets de les regarder plus en détail. Ils sont magnifiques même si leur sens m’échappe totalement.

- c’est… une longue histoire.. Je vous dirais.. J’ai même un deal : Chaque fois que, dans un combat à la loyal, l’un d’entre vous l’emporte sur moi, je raconte ce que ces tatouages veulent dire. Mais si c’est moi, je veux aussi partager un peu de votre vie. Si vous voulez pas, je comprendrais.. Vous êtes les premiers à me considérer un peu…

Je ne sais pas pour Jordan, mais le deal n’est pas anodin pour moi. En dire plus sur ma vie… Je peux toujours parler de ce que j’ai fait dans la Navy, mais le sujet risque vite de devenir redondant… Je n’aime pas non plus évoquer mon enfance ennuyeuse… Mais Jansen se fait si attendrissant que je cède à sa demande. Un combat perdu, une révélation. Me voilà motivé pour gagner… Jordan relève aussi le défi. Je sais qu’il a été surpris par les capacités du gogo danseur. Tout à l’heure dans la forêt, nous étions loin de l’univers feutré du bar gay où officie Jansen. Pourtant, il a fait preuve de belles capacités de combat qui ne ferait pas rougir un militaire bien entraîné.

Je n’ai pas forcément de la curiosité sur sa vie, son passif et à quoi il doit ce qu’il nous a révélé sans le vouloir. Par contre, j’ai envie de me faire protecteur vis-à-vis de lui. Certainement à cause de ce que lui ont fait subir ces types en le droguant… C’est peut-être idiot, mais je veux lui ôter cet air mélancolique qu’il affiche parfois.

J’ai prêté un T-Shirt et Jordan un bas de jogging. Nous intégrons Jansen dans notre bulle un peu particulière. Toutefois, je n’ai pas manqué de remarquer que mes deux amis s’observaient de manière étrange. Il n’y a pas d’animosité entre eux, mais plutôt une sorte d’étonnement et de questionnement, surtout de la part de Jordan.

Je boucle ma ceinture lourdement chargée de son équipement. Le contraste est fulgurant. De trois sportifs, nous passons à deux flics et un civil. L’uniforme nous change. Les grades reprennent leur droit.  C’est une chose qui ne me pose aucun problème. Jordan est mon supérieur, et je ne remettrais jamais sa position en cause, quoi qu’il puisse se passer entre nous. Il le sait. Le sujet est clair. Je sais également, qu’il n’abusera pas de ses prérogatives.

Je ne suis pas encore prêt pour les franches accolades, même si nous venons de prendre notre douche ensemble. Les phobies sont pleine de paradoxes, alors je sers la main de Jansen et lui souhaite une bonne journée. Nous allons nous revoir soit dans le jardin, soit en forêt pour courir de nouveau ensemble.

- J'irai voir ce soir pour m'inscrire à la salle de sport que tu m'as désigné. Nous pourrons nous y mettre rapidement.

Quand nous repassons du côté du bureau, tant Jordan que moi, nous nous faisons happer par le quotidien du poste de police.

RP fini pour moi.
© Fiche par Mafdet Mahes


Run together | feat Jordan & Jansen Sign_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1114-brian-o-conner-flic-loyal-mais-un-peu-trop-fonceur-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1180-les-liens-de-brian-o-conner
Jordan Parrish

Jordan Parrish

Run together | feat Jordan & Jansen Hellho10
Alias : Hellhound, toutou d'enfer
Âge du personnage : 28
Humeur : Mystérieux
Messages : 330
Points : 485
Réputation : 145
Date d'inscription : 28/02/2015
Localisation : Bureau du Sherif

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptyVen 9 Oct - 17:15


Run together
L’instant est un peu étrange. Ce n’est pas la première fois. Lorsque j’ai serré la main de Jansen, et à présent. Il y a quelque chose, en lui, qui éveille la créature de feu qui sommeille en moi. Mais je n’arrive pas à voir quoi… Je ne sais pas si Brian repère l’odeur boisée, plutôt agréable d’ ailleurs, que dégage Jansen, mais je ne suis pas sûr, pour ma part, d’avoir vraiment vu cette lueur dans ses yeux. De tous les surnaturels que j’ai rencontré, ceux dont on m’a parlé, ceux que j’ai mis dans la liste, il y a une constante. Les yeux. Avant d’avoir mis les pieds dans ce monde, je trouvais la phrase « les yeux sont le miroir de l’âme » un peu niaise. Mais je dois avouer qu’elle ne saurait être plus proche de la vérité… La couleur des yeux des garous indique même quelque chose sur eux, comme je l’ai appris auprès de Ruby. Même Mafdet à parfois une étrange lueur. Quant à moi, je sais que le feu peut envahir mes yeux comme mes veines…

Plus j’observe Jansen, plus je lui trouve une sorte de grâce surnaturelle. Ses traits sont fins, et son corps, bien que musclé, laisse transparaitre des mouvements fluides. Dans la forêt il semblait vraiment dans son élément, presque en osmose. Il y a chez lui quelque chose de dérangeant, pour moi, et en même temps d’incroyablement apaisant. Peut-être que je me fais des idées, mais je n’ai en tout cas pas rêvé lorsqu’il a montré ses prouesses guerrières.
Alors que je lui pose une question, pas si anodine que ça, sur ses tatouages, je vois une mélancolie éclairer ses traits.

c’est… une longue histoire.. Je vous dirais.. J’ai même un deal : Chaque fois que, dans un combat à la loyal, l’un d’entre vous l’emporte sur moi, je raconte ce que ces tatouages veulent dire. Mais si c’est moi, je veux aussi partager un peu de votre vie. Si vous voulez pas, je comprendrais.. Vous êtes les premiers à me considérer un peu…

Je ne suis pas forcément très fan de ce genre de deal. Ce qui semble être un jeu au début peut nous emmener très loin, et, même si je n’ai pas un passé très passionnant, j’aime à garder quelques pans secrets de son existence. Ce qui veut dire qu’on arriverait au présent… Je ne suis pas prêt à lâcher à n’importe qui ce que je deviens, dussé-je savoir d’ailleurs ce que je suis au final. Cependant, Jansen sait être persuasif et son sourire est irrésistible… Et puis cela me donnera non seulement un motif de me battre en ne ménageant ni Brian ni Jansen, et, de plus, quand bien même je n’apprendrai pas grand-chose verbalement du jeune danseur, sa façon de bouger, de se battre finirait par me renseigner…

La fin de sa phrase me fait un peu mal pour lui. Les premiers à le considérer… J’avoue l’avoir mal jugé. Un danseur dans un bar gay, faisant visiblement attention à lui. Mais il semble si fragile, en fin de compte. Et il semble aussi avoir besoin de protection. Quoi que puisse être ma nature et la sienne, je n’oublie pas pourquoi je fais ce boulot.

-Jansen ? On va prendre soin de toi, tu verras… T’es dans la troll patrol, maintenant
.
Je vois que mes paroles font mouches, alors que son regard s’illumine, métaphoriquement cette fois ci.

Brian et moi l’observons, satisfait du résultat, alors que le jeune homme bafouille des remerciements, visiblement gêné. Je suis redevenu l’adjoint et Brian mon collègue, et, à voir Jansen habillé d’un simple jogging, et du t-shirt de Brian, je suis satisfait d’avoir pris cette décision. Je pense pouvoir encore me fier à mon instinct. Celui-ci me dicte que Jansen est bien plus qu’un danseur au pink print, mais, plus important, qu’il ne représente pas une menace, et qu’il doit pouvoir compter sur quelqu’un pour le protéger.

J’ai cependant une petite pointe de jalousie totalement incongrue quand Brian lui serre la main et lui dit :

- J'irai voir ce soir pour m'inscrire à la salle de sport que tu m'as désigné. Nous pourrons nous y mettre rapidement.

Je me reprends bien vite, serrant l’épaule de Jansen, en lui souriant. Je ne vais tout de même pas être jaloux de ne pas partager tous les moments sportifs avec Brian. Et après tout, si j’y réfléchis, en aidant Jansen, il s’aidera lui-même. Il ne m’a toujours pas dit ce qui le mine, mais je pense le savoir. Jansen, si Brian a dit vrai, a vécu la même chose. Peut-être que les deux jeunes gens pourront s’aider.

Nous nous quittons donc, reprenant notre routine.

Au bout de trois heures, dans mon bureau, je mordille mon stylo, hésitant à faire ce que je m’apprête à faire… Pas parce qu’il y a un quelconque danger, mais parce que si je me lance la dedans, je ne lâcherai pas le morceau… Soupirant, j’accède au dossier secret remis par Mafdet. Le Bestiaire… Celui qui n’a pas pu m’aider, pour le moment, à trouver ce que je suis.. Mais, feuilletant les pages, je laisse mon esprit et mes yeux vagabonder… Odeur boisée, regard changeant… Bien mince comme indice, mais c’est un début…

(rp finit pour moi aussi :p)





© Fiche par Mafdet Mahes


Run together | feat Jordan & Jansen 569363b26a81d307b094
#parrishweek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t555-jordan-parrish-les-cendres-du-passe-termine
Jansen Avery

Jansen Avery

Run together | feat Jordan & Jansen Symbol19
Âge du personnage : 26 ans
Run together | feat Jordan & Jansen Les_ga11
Messages : 257
Points : 387
Réputation : 104
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 29
Localisation : Quelque part dans la forêt

Run together | feat Jordan & Jansen Empty
MessageSujet: Re: Run together | feat Jordan & Jansen   Run together | feat Jordan & Jansen EmptySam 10 Oct - 13:40





Run Together


Jansen a pris une décision, et il ne la regrette pas. Au fond de lui, il se rend compte qu’il souhaite partager son histoire, qu’il a besoin d’un contact humain, ou, du moins, moins acquis d’avance à sa cause, comme le sont tous les arbres avec lui. Lorsqu’il se fond dans un arbre, il est en parfaite communion, il se sent aimé, protégé, mais, bien que cela lui apporte du réconfort, rien ne peut être comparable à une relation avec une autre personne. Se laisser surprendre, ou convaincre. Sentir sa peau, un contact qui n’a rien à voir avec l’écorce d’un arbre ou le duvet d’une fougère.
Alors il se sent un peu plus ancré dans ce monde, et moins à la sylve. Bien sûr, son manque de contrôle temporaire en témoigne, il a apprécié le spectacle. Les deux jeunes hommes qui ont partagés une douche avec lui sont vraiment agréables à regarder. Mais, passé ces émois plutôt agréables, Jansen se sent, pour la première fois depuis longtemps, accepté au sein d’un groupe. Un tout petit groupe. Mais ça compte.

Il voit que sa proposition, à double tranchant, semble les faire réfléchir. Jordan en particulier, met un moment avant de répondre, mais il accepte finalement. Qui est-il ? Jansen sent quelquechose qui fait remonter en lui une peur ancestrale. Il a beau le regarder, et ne voir aucune menace, il n’arrive pas à se défaire de cette image d’Ifrit qui persiste dans son esprit. De même que le sylphe convient parfaitement à Brian, le génie du feu semble correspondre à l’image que se fait Jansen de l’adjoint Parrish. Pas étonnant, dans ce cas, qu’une peur viscérale s’empare de lui, sachant que le feu peut lui faire beaucoup de mal, surtout un feu d’origine surnaturelle.

Cependant, rien n’indique au jeune Drus que Jordan appartienne à ce monde. C’est juste son instinct. La cinquième ronce lui avait dit de se fier à son instinct, qu’il ne fallait pas, à l’instar des humains, tout intellectualiser. Lorsque tu réfléchis trop, tu meurs. Lui avait-elle dit. Puis, pleine de paradoxe, elle avait enchainé. « ne te laisses pas guider par des pulsions. C’est ta tête qui dirige.
»…

Jansen savait aujourd’hui, alors qu’il était confronté à une survie différente, dans une jungle différente, celle de la ville, qu’elle le préparait. Il devait choisir sa voie entre le corps, l’esprit, le cœur.. Ou, peut-être, se créer une nouvelle voie qui serait un peu tout cela à la fois.
Il est cependant heureux de pouvoir reprendre ses entrainements au combat. Ce sont les seuls moments heureux dans sa vie d’avant qu’il regrette aujourd’hui. Rien ne pourra remplacer son maitre d’arme, mais raviver ces souvenirs lui fera le plus grand bien.

Affublé du t-shirt de Brian et du Jogging de Jordan, Jansen / Hyacinth se sent bien, heureux, accepté, protégé. Les deux policiers revêtent leur uniforme, et Jansen, avec un sourire mi figue-mi raisin, leur indique également :

-moi aussi je dois mettre mon uniforme, ce soir… Je vous le prêterai à l’occasion, c’est le numéro « pompier sexy »…

Le jeune Drus voit Brian rougir jusqu’à la racine des cheveux, et Jordan leur sourire malicieusement. Peut-être, à force de persévérance, arriverait-il à leur faire assister à un de ses spectacles ? Il aimerait, au dela du jeu de la provocation, être enfin regardé, et non juste maté. Si Brian et Jordan le regardaient, il aurait l’impression de faire de l’art, et pas juste… s’exhiber.

-Jansen ? On va prendre soin de toi, tu verras… T’es dans la troll patrol, maintenant.

Hyacinth relève la tête, les yeux humides de gratitude. Ces simples paroles valent de l’or, pour lui. Un jour ou l’autre, peut-être, il partagerait le chant de la sylve avec eux.

- J'irai voir ce soir pour m'inscrire à la salle de sport que tu m'as désigné. Nous pourrons nous y mettre rapidement.
-oui, et si tu veux je peux t’aider à préparer un programme. Je m’y connais bien, maintenant. On pourrait comme ça avoir un programme d’entrainement ciblé… Si ça te dis.

Le regard que lui lance Jordan semble être contrarié, mais l’impression passe bien vite, et sa main sur son épaule diffuse toujours une chaleur, mais bienveillante. La sensation est agréable pour le jeune Drus, aussi repart-il, le cœur un peu plus léger. Ce soir, il aurait un autre feu à éteindre, fictif, et un brasier à allumer, dans les yeux déshabillant des clients du bar..

(rp finit )



© Fiche par Mafdet Mahes



Run together | feat Jordan & Jansen Cf43e6f46a8f21395fcc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1220-jansen-avery-termine
 
Run together | feat Jordan & Jansen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opening | Feat Jordan
» Entrainement de Jordan Lambert
» Embarquement pour un monde d'opportunités[PV Jordan] SUITE
» Just the same //feat Matt'//
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Chemin principal-
Sauter vers: