AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^

Aller en bas 
AuteurMessage
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1168
Points : 1259
Réputation : 79

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Mar 10 Nov - 20:29



 Quand une amitier débuté avec un mensonge, ça termine toujours mal.



 
Après les cours, pendant que je peux me le permettre, je me suis dirigé vers un lieu qui me plait : le vendeur d’arme blanche. Bien sûr, je n’ai pas le droit d’en acheter, mais rien ne m’empêche de faire du lèche vitrine. Je quitte alors l’école et me dirige vers le seul lieu où mon ancien père m’amener : la bourse au arme. Il y allait et acheter tous les armes dont il souhaite que je me serve. Je n’avais pas mon mot à dire. Mais avec le temps, j’ai commencé à apprécié certaine aime. Comme le katana, ou les couteaux. Ceux que je mets souvent dans mes chaussures – au cas où. En pensant aux armes blanches, je me demande toujours s’il y a des cours d’escrime ici. Si c’est le cas, j’aimerais bien y participer. Mais pour cela je dois connaître quelqu’un. Je pourrais le demander au patron ? Ou à un client ? Mon père doit le savoir. Je connais pas grand monde ici, et le peu que je connais, ne doit pas s’intéresser à l’escrime.
 
A divagué, je me retrouve devant le magasin. J’entre et admire les différentes armes blanches, toutes sont pendues sur les murs ou derrière des vitres. Le patron me connait. Avant que je m’enfuie, mon tueur légal m’y amenait souvent. Je le salue, j’espère qu’il n’a pas revu le tuteur…
 
Je regarde autour de moi, quand je vois une jeune femme entrer dans le bâtiment. Ses cheveux bouclés sautent à chacun de ses pas. Ses yeux admirent les armes pendues sur les murs… Je ne sais pas qui elle est. Dans ses mouvements, j’ai l’impression de voir, une femme prête à se battre, même si elle ne le montre pas beaucoup.
 
Je l’observe un moment et la salue :
 
— Bonjour !
 
Elle est belle mais effrayante. Je ne sais pas pourquoi je pense ainsi. Tant pis. Peut-être qu’elle sait s’il y a des cours d’escrimes ici ?
 
© Fiche by Mafdet MAHES



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Sam 14 Nov - 16:15




First Meeting
Dire que je ne mourrais pas d'impatience que les cours se termine serait un euphémisme, et surtout, un mensonge total. Ce n'était pas que je détestais les cours, loin de là. Je ne trépignait pas d'impatience, bien entendu, mais je ne râlais pas à chaque fois que je devais me lever et aller m’instruire. Et je prenais la peine de prendre les notes. Ce que très peut se donner la peine de faire, ces temps-ci. Peut-être étais-ce le temps, qui les faisaient devenir ainsi ? Le froid s'installant, moi non, je n'avais plus rien envie de faire, et passer mon temps à procrastiner.

Enfin. Je ne disais jamais non à un petit tour à l'armurerie, bien entendu. C'était un peu mon paradis depuis que j'étais arrivée à Beacon Hills, quelques années plus tôt. Un sanctuaire où je ne voyais jamais personne que je connaissais, puisque de toute façon, personne à ma connaissance n'avait cette même passion obsessionnelle pour les armes blanches et à feues.

Oui, je l'avouais sans cligner des yeux. Toutes les armes étaient devenues une obsessions pour moi, et je les chérissaient plus que la plupart des humains qui avaient croisés ma route jusqu'ici.

Les armes ont toujours été plus fidèles, de toutes façons.

Bref. La sonnerie retentit, et comme à mon habitude, je me ruais vers la sortie. Depuis longtemps, mes « camarades » (je ne leur parlais pas, alors à quoi les qualifier de camarades?) s'étaient habitués à mes sorites en vitesse, et ne me lançaient plus de regards inquisiteurs. Pas comme si j'y faisais attention, d'ailleurs. Mais ce genre de regards pouvaient très vite me mettre en colère, et je ne voulais pas me mettre en colère au lycée.

Ma moto était toujours à sa place habituelle, bien attachée et loin de celles des autres. Je la caressais du bout des doigts, délicatement et doucement, d'une douceur qui m'étais si peu familière, me délectant presque de la sensation qui me parcourut. Un sourire en coin s'appliqua sur mes lèvres rosées, et d'un geste vif, je plaçais mon casque sur ma tête. J'avais beau être une chasseuse depuis des années, et mes réflexes pouvaient être rapides, mais je n'étais pas assez folle et bête pour oublier de m'être mon casque sur la tête. Même moi, je n'étais pas à l’abri d'une commotion, ou pire. Et se blesser, ou se tuer, par un accident de la route serait un comble.

Je connaissais le chemin vers l'armurerie par cœur. A force d'y aller, je pouvais pratiquement faire la route les yeux fermés. Après quelques minutes de trajet et mon impatience atteignant rapidement son paroxysme, j'arrivais finalement devant l'armurerie. Vivement, je descendis de ma monture, mettais mon antivol et rentrais doucement à l'intérieur. Je saluais rapidement le patron. Il me connaissait bien, était même un des rares ami de mon père depuis notre venue à Beacon Hills, leur passion commune des armes les ayant rapprochés très fortement.

Mes yeux, d'habitude si froid et distant, s'illuminèrent d'une légère, presque imperceptible, lueur. Des armes. Des armes de partout. Importées du Japon, je voyais des kunaïs. Mes couteaux favoris. Ramenés d'Italie, j'apercevais des Beretta. Les pistolets qui me tiennent le plus à cœur. J'effleurais quelques armes à feues, et de frissons me parcoururent.

Une passion.

Une obsession.

« Bonjour ! »

Je me retournais. Généralement, personne ne m'adressais la parole à l'armurerie. Ou tout du moins, les habitués. Tous savaient que me déranger durant mon conversation ne pouvait que conduire à des dommages. Collatéraux ou non. Ma mauvaise humeur que j'arrivais à contrôler au Lycée pouvait éclater à l'armurerie. Bon. J'essayais au moins de garder un certain self contrôle, et ne pas faire une scène. L'attention était toujours ennuyante.

Mes yeux rencontrèrent un garçon -plus jeune que moi, son visage plus enfantin que les gens de mon âge me le disait. Des cheveux blonds tirant sur le brun, ou alors bruns tirant sur le blond, je ne saurais dire. Je devais lever les yeux pour pouvoir voir son visage. Bien plus grand que moi, bien évidemment (mais je ne serais jamais en position de faiblesse. Jamais.). Peut-être près d'un mètre quatre-vingt, mais moins, sans aucun doute. Quelques centimètres en dessous de ce seuil, mais pas beaucoup. Des yeux marrons contrastant avec les miens, bleus électrique.

Il me disais quelque chose. Vu son âge, il devait peut-être être au Lycée, ou quelque chose comme ça. Sûrement je l'avais déjà rencontré à cet endroit. Mais alors son nom...Non. Aucune idée. Tant pis.

Je plissais des yeux, et grognais, inspirant et expirant intérieurement. J'avais enfin trouvé le Beretta de mes rêves, et voilà qu'on venait interrompre ma trance ?

« ...Bonjour ? », je marmonnais. « On ne t'as jamais dit de ne pas me déranger quand je regarde des armes ? Tch. »


© charney

Revenir en haut Aller en bas
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1168
Points : 1259
Réputation : 79

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Lun 23 Nov - 21:00



 A euh bonjour ?



 
J’observe la jeune femme après l’avoir saluer. Je pense qu’on pourrait s’entendre. Elle aime les armes tout comme moi. Ou peut-être pas. Elle observe surtout les armes à feu. Beretta et autre ? Je ne suis pas familier avec elle. Peut-être m’apprendrait-elle à m’en servir ? Peut-être aimerait-elle aller chez celui qui a épousé ma mère ? Il adore collectionner les armes et en possèdent quelques-uns, dont certaine assez ancienne. Mais moi, ce qui m’intéresse le plus, ce sont les couteaux, épée, sabre, à simple tranché. Katana, dague, comme la Dirk d’Ecosse, le tanto japonais, un demi-sabre pour faire au plus simple... J’aime leur histoire, certain possédé même des noms. Des noms donnés par leurs possesseurs, cela se faisait beaucoup au Japon.
 
  Quand la jeune femme se retourne, je vois son visage changer, comme si je venais de la déranger dans sa contemplation. Moi qui désiré qu’une chose : me faire une amie. Une amie qui a la même passion que moi. Je commence à douter. Je scrute son visage. Est-ce que je la connais ? Est-elle dans le même lycée que moi ? Est-elle encore au lycée ?
 
Je sors de mes pensées et arrête de la scruter. Ami ? Son regard et sa phrase me montre que je me trompe. Pourquoi ? Je tremble, mon loup tremble, il a peur, mais pourquoi ? Elle ne semble pas méchante. Elle ne pourrait faire pire que l’autre. Pourtant, quand je regarde autour d’elle, les clients l’évitent. Il ne désire pas la déranger ou lui parler.
 
Elle me regarde un instant. Essaye-t-elle de me jauger ? Je sens que j’ai fait une erreur. Ce visage, à l’expression calme, me rappelle de mauvais souvenir. Je ferme les yeux quand elle prononce sa phrase. Les images de mon père, me forçant à regarder les gens subir son gourou, de les voir mourir me donne des frissons. Je me sens mal…
 
« ...Bonjour ? », je marmonnais. « On ne t'as jamais dit de ne pas me déranger quand je regarde des armes ? Tch. » 
 
Je ne sais que répondre. Comment aurais-je pu le savoir ? C’est la première fois que je la trouve dans cet endroit. Je n’y mets jamais les pieds, ou plutôt, j’y mettais les pieds assez tard, quand il y avait peu de monde, ou quand les gens étranges arrivent.
 
— Euh, désolé, je savais pas, bredouillés-je, pour m’excuser. Je pensais qu’on pouvait se parler, vu que tu sembles aimer les armes toi aussi. Et je connais pas beaucoup de monde qui aime les armes blanches…
 
Je me tais, un instant. Que faire maintenant ? Cette conversation à mal débuté. Et j’en rajoute… Elle n’aime pas être dérangée, et je continue dans ma lancée. Je devrais apprendre à me taire…
 
Je me triture les doigts, montrant mon mal-être. Fait étrange, comment je change de comportement. Avec certaines personnes, je n’arrive pas à prononcer le moindre mot, pour d’autre, je suis une vraie pipelette et c’est deux façons d’être montre qu’une chose : mon mal-être. 
 
Je regarde la jeune femme, m’apprête à partir, puis reste sur place. Je ne sais vraiment pas quoi faire face à elle… Et je tente quelque chose pour relancer la discussion.
 
— Je suis Caracole O’brien. Toi aussi t’aimes les armes blanches ?
 
Je ne sais même pas si elle m’a compris. J’ai la bouche pâteuse. La panique me gagne. Mon loup veut que je parte mais je le force à m’obéir. Je ne peux pas le laisser sortir ici. Je respire avec difficulté, transpire sous le stress et me force à parler. Je me tourne vers une armée courbée, un jambya, une arme du Yemen et la repose aussi vite.
 
© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Mer 2 Déc - 14:32




You should learn to control yourself
Je levais un sourcil, perplexe, devant sa mine décomposée, qui semblait bien pâle à mon goût. Il semblait bien plus jeune que moi, ou peut-être juste quelques années, mais je n'avais jamais été douée pour trouver l'âge des gens. Et puis, de nos jours, plus personne ne faisait réellement son âge, alors j'étais de plus en plus perdue. Mais sans aucun doute, il était plus jeune. Son visage gardait quelques traces enfantines, que ce soit dans ses jours ou bien son corps en lui même ; et ses yeux étaient bien trop lumineux pour quelqu'un de plus âgé.

Décidément, personne ne savait cacher ses émotions dans cette ville, ou bien ? Il ferma les yeux à peine eu prononcé ces paroles, et je vis la peur traverser son visage. De la peur, encore. Toujours, de toute façon. Il n'essaya même pas de le cacher, même pas un petit peu, et je ravalais un grognement de mécontentement. Celui-là avait besoin d'une discipline de fer, et de beaucoup de patience, pour réussir un jour à rester impassible devant n'importe quoi, et espérer ne pas se faire bouffer tout crue dans cette ville maudite. Ou bien il allait finir comme beaucoup ces temps-ci.

Qu'est-ce qu'il faisait ici, d'ailleurs ? Ce blondinet n'avait pas la tête d'un chasseur -bien que si tous les chasseurs avaient une tête de chasseur, la plupart d'entre nous se serait déjà fait tuer par simple prudence. Et encore moins celle d'un amateur d'armes. Peut-être s'était-il perdu ? Ou bien alors c'était la première fois qu'il se rendait dans une armurerie ? Ou bien peut-être que je m'en fichais un peu. Ouais, c'était sûrement ça.

« Euh, désolé, je savais pas. Je pensais qu’on pouvait se parler, vu que tu sembles aimer les armes toi aussi. Et je connais pas beaucoup de monde qui aime les armes blanches… »

Son bredouillement me fit presque rouler des yeux. Presque. Pathétique. Et je n'employais pas cet adjectif fréquemment. Il devrait apprendre à avoir un peu plus confiance en lui, ou alors la vie ne feras qu'une simple bouchée de lui. Vraiment. Mais je continuais de le fixer de mon regard froid et distant, le scrutant des pieds à la tête, de long en large et en diagonale.

Il se tritura les doigts. Il était nerveux. Je le rendais nerveux ? Probablement, je mettais beaucoup de personne nerveuse. Je n'avais qu'une seule envie : le secouer et lui hurler d'arrêter de montrer au monde entier comment il se sentait, dans ses paroles ou même dans es gestes, tout était tellement facile à comprendre que s'en était presque agaçant. Je fronçais les sourcils à la place.
 
« Je suis Caracole O’brien. Toi aussi t’aimes les armes blanches ? »

Je levais à nouveau un sourcil. Bien. Il ne perdait pas totalement la face. Un bon point pour lui, justement. Peut-être n'était-il pas un cas désespéré, et quelque chose  de bon pouvait en sortir, qui sait ?  

« Barbara. Barbara Walker. », j'ouvrais finalement la bouche et parlais d'une voix clair et tranchante, comme les lames qu'il semblait tant apprécier. « J'aime toutes les armes, si tu veux savoir, O'brien. Blanches ou à feues, peu m'importe, tant qu'elle est utile. L'important n'est pas quel genre tu préfères, mais laquelle te permettra de rester en vie le plus longtemps possible. »

Je marquais une pause quelques secondes, et scrutais du regard quelques armes avec un regard appréciateur. Puis je me retournais vers Caracole, et continua calmement, comme si nous parlions chiffons et non armes.

« Mais mes préférées reste les plus destructrices. »

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1168
Points : 1259
Réputation : 79

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Mer 9 Déc - 18:23



 Arme blanche vs arme à feue



 
Après ma phrase, j’observe la jeune femme qui ne laisse rien paraitre. Elle est bien plus douée que moi à ce niveau. Mais je sens que j’ai réussi à l’accrocher. Elle aime les armes. Je le vois dans son regard. Elle s’intéresse un peu à moi avec ce que je viens de dire. Peut-être que j’aurais dû rien faire pour cela. Je ne sais même pas qui elle est.
 
Mais j’attends sa réponse, sachant que j’ai réussi pour l’avoir :
 
—  « Barbara. Barbara Walker. », elle ouvrais finalement la bouche et parlais d'une voix clair et tranchante, comme les lames qu'il semblait tant apprécier. « J'aime toutes les armes, si tu veux savoir, O'brien. Blanches ou à feues, peu m'importe, tant qu'elle est utile. L'important n'est pas quel genre tu préfères, mais laquelle te permettra de rester en vie le plus longtemps possible. »
 
Je connais enfin son nom, tout comme elle connait le mien. Barbara Walker. Je sens dans sa voix, comme une menace, ou un truc du genre. Ses mots sont durs comme les lames des couteaux autour de nous.
 
Je ne comprends pas trop ce qu’elle a voulu dire. Elle aime les armes sans préférence. On a toujours une préférence pour quelques choses non ?  Personnellement, je n’aime pas plus que cela les armes à feues. Pourquoi ? Car ton adversaire n’a presque aucune chance, surtout avec les snipers… Une personne peut mourir même avec deux cents mètres de distance… C’est un peu comme de la triche pour moi.
 
Barbara s’arrête, je ne l’ai même pas entendu. Elle observe toutes les armes puis revient sur moi.
 
 — « Mais mes préférées reste les plus destructrices. » 
 
Et voilà, j’en étais sûr. Elle a bien une préférence. La destruction. Je me demande comment on peut aimer ce genre d’arme…
 
— Je n’aime pas plus que cela les armes destructrices. C’est trop simple en duel. Je préfère me servir des armes blanches, plus intéressent… A mes yeux. Enfin, ce n’est que mon point de vue, pas forcément le plus utile, vu que peu de monde pense comme moi.
 
Je souris à la fin de ma phrase. Pourquoi lui parlé-je de mon passé ? Elle s’en fout je supposes… Je suis trop bavard ces derniers temps. Je dois apprendre à me taire.
 
— Enfin, on m’a forcé à me servir de toutes les armes du monde. Bon j’ai pas réussi à tout apprendre, c’est impossible… Surtout en même pas quinze ans. Mais j’ai toujours eu une facilité pour apprendre à me servir des armes blanches. Comme si c’était fait pour moi.
 
J’observe la fille, essaie de voir ses réactions, espérant découvrir ses pensées et autres sans y parvenir. A-t-elle subit un entraînement pour cela ?
 
— Comment tu fais pour ne rien laisser paraitre ?
 
 
 
 
© Fiche by Mafdet MAHES



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Ven 15 Jan - 21:24




You should learn to control yourself
Je fixais de nouveau mon regard sur l'arme devant, délaissant quelques secondes la discussion. Un objet avait enfin piqué ma curiosité au premier regard, chose plutôt rare honnêtement. Il me fallait généralement faire le tour du magasin deux ou trois fois avant de tomber sur la perle rare. Mais là, c'était le miracle. Je l'observais tranquillement, les traits de mon visage détendu pour une fois, je le sentais. Je parcourais lentement du regard la crosse, photographiant dans mon esprit toutes les parties. La noirceur presque inconcevable du noir, la brillance de la surface de toute l'arme. Sa bouche et sa détente en parfaite harmonie avec tout le reste de ce qui allait bientôt être mon jouet favoris, j'en étais totalement sûre.

« Je n’aime pas plus que cela les armes destructrices. C’est trop simple en duel. Je préfère me servir des armes blanches, plus intéressent… A mes yeux. Enfin, ce n’est que mon point de vue, pas forcément le plus utile, vu que peu de monde pense comme moi. »

Je haussais un sourcil en détachant enfin mon regard de l'arme, et regardais le jeune homme en face de moi. Des duels ? Vraiment ? Il ne se battait qu'en duel ? Typique. Je ne le voyais déjà pas tenir une arme, encore moi être dans un duel, alors se battre pour de vrai, sans règles ni arbitres, et jusqu'à la mort… Je ravalais un rire ironique et moqueur. S'il ne se battait qu'en duel, et non durant un réel combat, alors évidemment que les armes blanches étaient ses préférées. Lorsque la mort est à ta porte, la question n'est jamais de se demander quelle arme on préfère, et aller la chercher. Il n'y a pas de temps mort, ta vie, tu la joue à ce moment précis, et on en a qu'une.

« Si tu ne bats que durant de simples duels, alors ton raisonnement ne m'étonne pas. », je finis par dire d'un ton froid et cassant. « Dans ce genre de combat, mais ce terme est un abus de langage dans ce contexte, ta vie n'est pas en danger, mais lorsque tu n'a pas le choix, alors tu prends ce que tu as, et tu optes pour celle qui fera le plus de dégât si tu veux t'en sortir vivant. »

Son sourire me donna la chair de poule. Il n'y avait pas idée de sourire autant en quelques minutes. Ce gamin devait avoir un grain, j'en étais sûre. Généralement, ceux qui tenaient des armes et avaient déjà fait des dégâts avec n'avaient pas cet air chaleureux autour de lui. Vraiment.
 
 «  Enfin, on m’a forcé à me servir de toutes les armes du monde. Bon j’ai pas réussi à tout apprendre, c’est impossible… Surtout en même pas quinze ans. Mais j’ai toujours eu une facilité pour apprendre à me servir des armes blanches. Comme si c’était fait pour moi. » 
 
Il parlait trop... Je le regardais plus intensément. Il n'en avait pas l'air, comme ça, mais peut-être était-il doué ? Et s'il l'était, alors pourquoi pas le faire devenir chasseur ? Il ne venait sûrement pas d'une famille de chasseurs, j'aurais déjà entendu parler de lui, donc ce serait difficile de le faire entrer dans notre petit secret. Mais, s'il s'avérait utile pour la société, alors nous n'aurions pas d'autres choix que de l'accepter. Encore fallait-il le tester.

«  Comment tu fais pour ne rien laisser paraitre ? »

Sa question me pris au dépourvue, même si je ne laissais rien paraître. Comment ne pas montrer ses sentiments ? Savoir se forger un masque, couper toutes émotions et liens avec le monde extérieur, vivre dans son monde et ne rien laisser entrer. Ne pas s'attacher à quelqu'un, et n'accorder d'importance à rien d'autre que la mission. Se forger un caractère d'acier, et se promettre de ne jamais pleurer. A la place de répondre cela, je haussais les épaules, et dis :

« L'habitude et la vie, je suppose. »

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1168
Points : 1259
Réputation : 79

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Jeu 28 Jan - 20:57



Arme et passion  



 
J’écoute avec attention l’avis que m’offre Barbara. Admire-t-elle le combat juste pour le meurtre et le sang ? Je trouve ça étrange, terrifiant même. Je ne m’en servirais jamais pour cela. Juste pour me défendre et encore, pour défendre les gens que j’apprécie. Pourquoi vouloir tuer d’autre personne…
 
Je continue de parler, sans savoir si elle m’écoutait ou pas. Sans savoir si elle appréciait qu’on parle avec elle ou pas.
 
Puis je lui demande comment fait-elle pour cacher ses sentiments. Je n’arrive pas à la déchiffrer. Je suis totalement différent d’elle. Tout le monde arrive à lire en moi. Pas que cela me dérange, mais, comme dire, c’est dur pour faire des surprises. Je souris et elle me répond.
 
« L'habitude et la vie, je suppose. » 
 
L’habitude ? Essaie-t-elle de cacher quelques choses avec le temps ? S’oublie-t-elle ? C’est si facile de s’oublier.
 
— Pourquoi tu t’habitues à cacher tes sentiments ? T’as peur de quelques choses ? Qu’on comprend ce que tu ressens, ce que tu veux ? Tu as quelqu’un pour parler avec toi ?
 
Je la regarde, sans sourire pour une fois. Aime-t-elle sa vie ainsi ? Depuis que je me suis fait des amis, je ne peux plus m’en passer. Surtout Liam. Le sourire me revient. Liam.
 
Je ne dis plus rien, regarde une arme devant moi. Un joli sabre. Un katana. Simple et ancien. Je regarde le prix et lis le chiffre à quatre zéro…
 
Je repose le papier, déçu par le prix affiché. Au vu du nom du forgeron, je comprends assez vite le prix. Masamune Okazaki. Je me demande comment ils ont fait pour avoir un tel sabre dans leur boutique.
 
— Tu savais que pour faire un katana. Les forgerons travaillaient plus d’un mois pour faire le sabre et passait une semaine à polir la lame ?
 
Je me tais puis reprend mon discours sur une phrase qu’elle avait dit bien avant :
 
— Je ne tuerai jamais personne. Je ne veux pas faire ce que mon beau père voulait… Je ne suis pas une arme.
 
© Fiche by Mafdet MAHES



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Lun 15 Fév - 16:01




Polar opposites
Je commence à penser que ce gamin est bien trop curieux pour son propre bien. Il pose des questions à tout va, toutes plus intimes les unes que les autres, comme s'il ne connaît pas la pudeur ou l'intimité. Il semble curieux, bien trop curieux à mon goût, pour que je puisse l' apprécier. Je n'aime pas les gens curieux, je ne les ai jamais aimé. Ils ont le chic pour fourrer le nez dans les affaires des autres alors que cela ne les regarde pas, et en ressortir toutes les histoires, les bonnes comme les mauvaises, celles dont ont veux absolument se souvenir, mais aussi celles qu'on préféreraient oublier pour toujours.

Comme j'en ai l'habitude désormais, je peux discerner une certaine peur dans ses yeux lorsque je réponds à sa question sur mes armes préférées. Il a posé sa question, il a obtenu une réponse, qu'elle lui plaise ou non, c'est ce que je me dis. Je soupire intérieurement. Il est comme un livre ouvert, et ça m'agaça. Un gamin aussi naïf ne devrait pas être dans une armurerie et parler d'armes comme si de rien n'était. Il doit sûrement bien cacher son jeu.

« Pourquoi tu t’habitues à cacher tes sentiments ? T’as peur de quelques choses ? Qu’on comprend ce que tu ressens, ce que tu veux ? Tu as quelqu’un pour parler avec toi ? »

Je lui jette un regard étonné, enfin, aussi étonné que je puisse donner. Je n'ai pas l'habitude que l'on me pose ce genre de question, et encore moins lorsque je viens de rencontrer la dite personne. Généralement, on préfère me fuir lorsqu'on se rends compte que je suis plus un glaçon qu'un véritable être humain.

Pourquoi je cache mes sentiments ? La réponse dans ma tête est toute faîte. C'est plus facile ainsi. Ce n'est pas vraiment que je cache mes sentiments, mais je les suppriment plutôt. Ne plus rien ressentir, c'est la clé du succès dans mon monde. Pour moi, émotions rîmes avec malheur et tristesse et surtout incapacité à travailler correctement. Alors le mieux, c'est de ne plus rien ressentir pour mieux faire son boulot, ne s'attacher à personne pour ne pas se sentir vide quand cette personne meurt. C'est plus simple, et la simplicité, c'est ce que je préfère, alors je ne ressent plus rien.

J'ai peur de quelque chose ? J'aimerai lui répondre en toute sincérité, mais je ne peux pas. Ou plutôt, je ne veux pas. Me confier ? Très peu pour moi. Se confier, c'est pour les faibles, c'est pour ceux qui ont besoin de quelqu'un à leur écoute, pour ceux qui ne sont pas assez forts pour régler leurs problèmes tout seul. Alors, est-ce que j'ai peur de quelque chose ? De tout et de rien, à vrai dire. Si je serai honnête, je dirai que j'ai peur de tout, mais je ne le montre pas. Avoir peur, ça ne sert à rien, à part nous affaiblir. Peur de ne pas réussir dans ma mission, peur de perdre mon père et me retrouver sans personne. Mais d'un autre côté, je n'ai peur de rien. Je n'ai pas peur de mourir face aux bêtes surnaturelles que je rencontre presque tous les jours, je n'ai pas peur des insectes ni du vide.

Mais je ne dis rien, et me contente de répondre simplement.

« C'est la vie, je suis comme ça, un point c'est tout. »

Je ne vais pas me confier à un inconnu, tout de même. Il sourit, et je me dis une nouvelle fois qu'il sourit bien trop. Il a l'air trop innocent, et je n'aime pas cela. Je n'ai jamais eu l'habitude d'être entouré de gens innocents, et je ne sais pas quoi avec eux. Ils sont différents, et je n'aime pas ce qui est différent de ce que je connais.

« Tu savais que pour faire un katana. Les forgerons travaillaient plus d’un mois pour faire le sabre et passait une semaine à polir la lame ? »

Voilà que sa remarque me prend au dépourvue. Il a l'air de s'y connaître. Bien. Je connais trop les armes asiatiques, pour être tout à fait honnête. Je possède quelques kunaïs, et même quelques shurikens. J'ai un katana, même si je ne l'utilise pas trop, mais il me tient vraiment à cœur, et je possède aussi un  Ninjatō. C'est tout. Mais je ne m'y connais pas bien en histoire asiatique.
 
« Non. »
 « Je ne tuerai jamais personne. Je ne veux pas faire ce que mon beau père voulait… Je ne suis pas une arme. » 
« Personne n'est une arme. Nous sommes juste l'extension d'une arme. »

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1168
Points : 1259
Réputation : 79

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Dim 27 Mar - 21:49



Il est de retour




J’observe les armes autours de moi, j’ai fini de dire ce que je voulais à Barbara. Ne jamais tuer, ne jamais être ce que désirait mon tuteur. Je voulais respecter les conseils de mon père, protéger les gens que j’aime. Je voulais écouter ma mère et Ruby. Je ne voulais plus être un oméga. J’en avais parlé avec maman juste avant. On en a parlé un long moment, j’avais peur de trahir Cahir en trouvant un nouvel alpha, mais qui ?

Je n’ose pas demander à Liam, il a assez de soucis, comme cela. Je ne sais même pas s’il voudrait que je rentre dans sa meute.

Je souris. Pourquoi ne voudrait-il pas ?

Je secoue la tête, pour oublier mes pensées et continue d’écouter Barbara. Elle ne sait pas comment se fabriquer une arme, mais bon, tout le monde n’est pas obligé de s’y connaître. Les personnes qui jouent du piano ne savent pas forcément comment on monte leur instrument, tout comme moi avec la guitare. Je sais en joué, mais ne connais rien de sa fabrication. Elle répond à mes questions, surtout à la dernière. Celle d’être une arme.

« Personne n'est une arme. Nous sommes juste l'extension d'une arme. »
— Tu ne connais pas mon tuteur, j’espère ne jamais le revoir… Il m’a toujours dit que je le servirais, qu’il ferait tout pour que je prenne tout à sa place… Et il m’a mis dans une arène pour que je me batte et je me trans…

Je me sens étrange, comme assommé en une seconde. Mon loup tente de lutter, mais c'est comme s'il n'y arrivait pas, comme si ce n'était pas un simple somnifère Je ferme les yeux, endormis en quelques secondes.


© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frédéric Wilkes

avatar


Messages : 2
Points : 4
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/03/2016

MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Dim 27 Mar - 22:20

Nouveau chemin !


Posté devant la porte d’entrée du magasin, j’observe avec un rictus sur les lèvres, l’autre gamin qui doit m’aider à sauver ma vie. Même s’il ne le sait pas encore, il fait partir de mes plans pour ma sécurité.

Caracole parle avec une chasseuse. Il ne sait même pas qui elle est en vraie, et doit déjà lui faire confiance. Cela sera drôle pour la suite, surtout quand je lui dirai la vérité, mais pour l’instant…

J’ouvre ma veste, en retire un petit objet et le lance sur lui, occupé à parler avec la chasseuse, il ne verra pas cela, surtout après la mort de son cher alpha, il doit être préoccupé par plein de chose, et cela m'arrange. Il n’arrête pas de parler… Qu’est-ce que ça peut-être désespérant pour lui…

Je tire et fais mouche. Le gamin s'endort, j’avance vers ma proie.

— Bonjour et désolé qu’il vous ait embêté, je vais le reprendre, je suis son tuteur, sourie-je en prenant le paquet par-dessus mon épaule. Ça va être drôle de voir un loup devenir fou, ne plus reconnaître ses amis, surtout un… Je sais plus son nom, c’est pas très important de toute façon. Ah oui, et… de ne plus l’entendre être trop heureux, qu’est-ce que c’est chiant à la longue.

Je sors de l’endroit, une grimace sur les lèvres, me souvenant des moments que j’ai dû passer avec ce gosse, où j’ai dû acheter des armes pour lui et lui apprendre à se battre. Et enfin, le moment où je m’en débarrasse va avoir lieu. Et si cela marche pas, ça serait drôle quand il retrouvera cette fille.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^   Lun 18 Avr - 15:26




Have fun with him
Je regarde le nouveau pistolet de mes rêves avec de grands yeux. Il est long, le canon brille de milles feux et je me sens comme hypnotisée par cette couleur argent. La grosse est épaisse, mais pas assez pour que ma main n'en fasse pas le tour. La détente est plus petite que celle de mon Beretta, mais assez pour que je puisse y passer mon doigt, et la presser. Je l'attrape et le prend à pleine main d'un simple mouvement, et le pèse, en regardant dans le vide. Il est léger, bien plus léger que les armes dont j'ai l'habitude, mais ça ne veux pas dire pour autant que j'aurai un problème pour m'habituer à son poids. Je sors le chargeur, l'examine, le palpe, et enfin remet l'arme à sa place.

J'aimerais bien que cet O'brien arrête de me parler. Il ne fait que ça. Parler, parler, parler. Je ne sais pas ce qu'il dit, je n'entends que des petits bruits qui sortent de sa bouche, et qui ne font aucun sens. Est-ce qu'il va reprendre sa respiration, un jour, ou compte t-il mourir étouffé en parlant ? Ce serait bête comme mort, quand même… De toute façon, s'il continu ainsi, soit il meurt aussi bêtement, sois je l'égorge de mes propres mains. Parce que son long discours commence vraiment à me faire mal à la tête là.

« Tu ne connais pas mon tuteur, j’espère ne jamais le revoir… »

Curieusement, je lâche les armes du regard et fixe mes iris dans celles d'O'brien. Je n'aurais jamais pensé qu'il puisse être un orphelin. Je veux dire, je connais des orphelins, et certains n'ont pas cette… joie de vivre ou je ne sais quoi qui caractérise le blond. Je lève un sourcil en le laissant continuer sa tirade. Mais, de ce que j'entends de ce tuteur, il n'a pas l'air d'être un homme très agréable.

« Il m’a toujours dit que je le servirais, qu’il ferait tout pour que je prenne tout à sa place… Et il m’a mis dans une arène pour que je me batte et je me trans… »


Huh ? Qu'est-ce qu'il lui arrive ? Et je veux savoir ce que ce tuteur lui a fait ! Ce gars me semble être une horrible personne, et c'est quelque chose venant de moi. Vraiment. Mettre en arène un gamin ? Pour qu'il se batte ? Même mon père n'a jamais été aussi cruelle pour penser à me faire une telle chose… (je crois, en tout cas, il ne l'a jamais fait au final).

Et qu'est-ce qu'il lui arrive à O'brien ? Je le vois s'écrouler, complètement endormi. Il est narcoleptique ou quelque chose du genre ? Je regarde autour de moi. Personne n'a l'air de faire attention à nous. Je ne m'inquiète pas, mais je ne suis pas fan de ce genre de situation – je ne suis pas quelqu'un qui vole à la rescousse d'un pauvre innocent.

« Bonjour et désolé qu’il vous ait embêté, je vais le reprendre je suis son tuteur. »

L'homme est grand, et chauve, et son sourire me glace le sang. Ce n'est pas le genre de sourire bienveillant qu'un bon tuteur pourrait donner à un enfant. C'est le genre de sourire digne des plus grands psychopathes sur terre. Venant de moi, c'est un compliment. Je redresse les épaules et le dos, et fixe l'inconnu avec des yeux glaçants. Il attrape le blond et le met sur une de ses épaules, comme s'il n'était rien. Je me mords la lèvre inférieure. Dans un lieu public comme ça, je ne peux rien sans risquer de me faire découvrir, et je ne donne pas chair de ma peau lorsque tout le monde – et surtout les loups de Beacon Hills – connaîtra ma véritable nature.

« Il ne m'a pas embêté du tout, je vous assure. Mais je pense qu'il faudrait peut-être l'emmener à l'hô – »

« Ça va être drôle de voir un loup devenir fou, ne plus reconnaître ses amis, surtout un… »

Je me fige à nouveau. Est-ce que j'ai bien entendu ? Un loup. Ce gamin est un loup. Ce gamin était un loup pendant tout ce temps. J'ai parlé avec lui, enfin, il a plus parlé que moi, mais nous avons eu un semblant de discussion. Tout ça me dégoûte. Parler avec un loup. Être si près d'un loup, sans avoir aucune idée de qui il est vraiment. De ne pas avoir la chance de l'exterminer comme il se doit. Je serre les poings. Il m'a bien eu, le sale petit…

« Je sais plus son nom, c’est pas très important de toute façon. Ah oui, et… de ne plus l’entendre être trop heureux, qu’est-ce que c’est chiant à la longue. »

Soudainement, je n'ai même plus rien à faire de ce que ce flippant inconnu va lui faire. Qu'il le torture, le tue, ou je ne sais quoi, ce ne sont plus mes affaires. Je voulais bien le protéger quand je pensais qu'il n'était qu'un innocent, un humain, et pas un de ces monstres, mais maintenant… Il n'est plus rien, à part une bête à exterminer à tout prix. Je hausse les épaules.

« Alors je vous laisse, et amusez-vous bien avec lui, monsieur. »

Je remet mon blouson, et jette un coup d’œil au blond toujours endormi, puis vers son tuteur. Qu'il le fasse souffrir, comme toute son espère à fait souffrir ma famille, tous les chasseurs, et des humains innocents. Il ne mérite rien de mieux. A part la mort, une mort atroce, il ne mérite rien.

« Passez une bonne journée, monsieur. »

Je passe devant les deux hommes, et lance un sourire glaciale, sadique, bourré de sous-entendu, au plus vieux, avant d'ouvrir la porte de l'armurerie et d'en ressortir. Finalement, je n'ai rien acheté, mais cette journée à été très enrichissante. Je n'aurais pas du faire confiance à un inconnu comme ça. Je ne referai plus la même erreur, je le promets.

Au moins, ce gamin ne va pas être relâché dans la nature de si tôt. Même si ce n'est pas moi qui aurai le plaisir de le tuer, il ne fera plus de mal à quiconque, j'en suis persuadée. Et si, par un quelconque moyen, il arrive à s'échapper… Je le retrouvai. Et le tuerai de mes propres mains.

© charney

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand une amitié débute avec un mensonge, cela se termine toujours mal. Feat caracole and barbara ^^
» Quand la musique est bonne.. (RP LIBRE)
» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
» Quand les démons pactisent avec le Diable [attention âme sensible à éviter] /!\ -18ans
» [RP COMMUNAUTAIRE - EVENT] Quand la Terre gronde...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Centre ville-
Sauter vers: