AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)   Sam 14 Nov - 17:47



Quand le cœur pleure.


Tu peux être la personne la plus forte du monde, il arrive toujours un moment où tu craques, où tu lâches prise.

Feat Caracole O'Brian

Il y a des jours comme ça, où tu sens tout le malheur du monde sur tes épaules, où tout te semble vide de sens, où tu n'as envie de rien. Rien n'a plus de saveurs et tu n'as qu'une envie, c'est de te blottir sous ta couette et dormir. Eh bien, aujourd'hui, c'était un de ses jours là.
Je me trainai hors de mon lit, enfilai un jogging et un sweat-shirt ample, visant plus le confort que le style. Tant pis pour mon apparence, je n'avais pas la tête à ça. Je sortis de chez moi et errai une bonne heure en ville, sans réel but ni destination, ne portant aucune intention au monde qui m'entourait, insensible et immuable. Toujours les même passants empressés, toujours les même rues sombres, toujours le même ciel gris au dessus de nos têtes... La fatalité.
Bien sur, je savais que ce n'était pas vrai, que le ciel était souvent bleu, que la vie était souvent belle, mais à se moment précis, c'était comme ça que je voyais les choses.
Quand je sortis enfin de mes pensées, je me trouvais un peu à l'écart du centre ville, à proximité du cimetière. Etrangement j'aimais bien cet endroit qui, au lieu de me paraître sinistre, me semblait paisible. Alors j'y pénétrai et fis le tour des tombes, lisant les inscriptions, pensant à ces gens que j'aurai aimer connaître et qui devais sûrement beaucoup manquer à quelqu'un. Et je pensai soudain que si je disparaissais, là maintenant, je ne manquerai à personne. Je m'étais fais un devoir de ne m'attacher à personne depuis mon arrivée dans cette ville de telle sorte qu'il n'y avait pas une seule personne qui tenais à moi. Et pour la première fois, je fus accablée par la solitude.
Je m'assis contre le mur, fasse à la tombe d'une certaine Marie Dumas, 1970- 2013, sœur, femme et mère aimée. Tu es partie trop tôt.
Alors je me surpris à essayer de m'imaginer la vie de cette jeune femme: Médecin pédiatre, maman de trois enfants, un garçon et deux jumelles, mariée à son amour de lycée... J'étais certaine qu'elle avait été une femme bien qui avait consacré sa vie à faire le bien autour d'elle. Et d'ailleurs la pierre blanche était recouverte de fleurs de toutes sortes, témoin de l'affection inconditionnelle que lui porte ses proches. Et moi, qu'ais-je fais de bien dans ma vie? Qui viendra me porter des fleurs? Quelles inscriptions seront écrite sur ma pierre tombale?
La fille que j'étais avant, elle, ne se serait jamais retrouvée seule et misérable. Elle était gentille, et drôle, et attentionnée, et tout le monde l'adorait. Elle aussi était morte trop tôt. Et elle me manquait tellement...
Et sans que je ne m'en rendes compte, une larme se mit à couler sur ma joue, suivit d'une autre, et se fut le déluge. Et d'une certaine manière, cela me fis un bien fou. Comme si tout ce que j'avais garder en moi pendant tout ce temps pouvait enfin sortir.
Je sanglottais ainsi depuis plusieurs minutes quand j'entendis un bruit. Alors je sautai sur mes pied et repris mon air froid et impenétrable et criant de manière agressive:
"Qui est là? Montrez vous où vous allez le regretter.!"

Revenir en haut Aller en bas
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)   Jeu 19 Nov - 20:50



 Bonjour, pourquoi pleurez-vous ?



 
Je traine des pieds, seul dans cette grande maison. Je n’ai pas eu cours en ce début de matinée. J’ai une heure à faire poireauté avant de revoir mon ami Liam. Liam, rien que le nom me fait sourire. La soirée qui date de quelques jours en arrière, m’a rendu super joyeux. Avec toute sa famille, je me suis amusé, mais les meilleurs moments furent ceux passé rien qu’avec lui. Les jeux vidéo, et la nuit où on a parlé pendant un long moment.
 
Je me décide à sortir, laissant mon instinct me mener vers Liam. Mais chacun de mes pas m’éloigne de sa maison, je me retourne, même si sa demeure est assez éloigné et souffle. Mon loup me guide vers un lieu qui m’est inconnu pour l’instant.
 
Les maisons, autour de moi, défilent les unes après les autres. Toutes semblables ou presque.  
 
Autour de moi, je sens l’odeur de la mort. Celle de la bonne nourriture a totalement disparu de mes narines. Cela commence à me manquer. Je me bouge le nez et continue d’avancer.
 
Je m’approche d’un lieu sombre. Un gros portail devant moi me permet de voir des pierres tombales dressé un peu partout. J’approche du cimetière. J’entre à l’intérieur et écoute le bruit de la ferraille rouillé. Je tressaute. J’entends, à cause de mon ouïe trop forte, le grincement puissant mille.
 
Mon cœur s’accélère. Pourquoi mon loup me mène ici ? Je le laisse me guider tout de même. S’il veut prendre le dessus sur ma volonté, il ne désire pas me tuer. Sinon cela serait sa propre mort.
 
J’avance subrepticement. Au loin, je perçois une femme pleurer sur un banc. Je ne souhaite pas la déranger. J’essaie de me faire le plus discret possible.
 
Que fais-je ici ? Pourquoi il m’a mené ici ? Je ne comprends rien… Je m’éloigne doucement d’elle, pensant qu’elle désire être seule. Pourtant, je me vautre à terre, dans un immense raffut, qui rendrait l’ouïe à un sourd.
 
Quel andouille…
 
"Qui est là? Montrez vous où vous allez le regretter.!"
 
Je me lève, ressent la détresse chez la femme. Je suis peiné pour elle, comme si, sa peine m’entourait.  Je me sens mal et m’approche d’elle, mon unique désir : l’aider.
 
— Euh, c’est moi, je suis désolé, je ne sais même pas ce que je fais là…
 
Ma phrase n’est pas totalement fausse. C’est vrai, que je ne sais pas ce que je fais là. Je me suis laissé guider par mon instinct. Ce côté de moi qui veut aider les gens qui sont dans le besoin. Et je suis là, devant cette jeune femme. La peau blanche, les cheveux ondulés…
 
Son regard n’est plus triste, il est sévère, dur, comme si je l’avais dérangé.
 
— Si vous avez besoin d’aide, je peux vous aider.
 
Je ne bouge pas de ma place. Je suis gentil, mais, je me rappelle tout de même de sa menace… Je ne veux pas le regretter.
 
 
© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)   Sam 21 Nov - 18:37



Quand le cœur pleure.


Tu peux être la personne la plus forte du monde, il arrive toujours un moment où tu craques, où tu lâches prise.

Feat Caracole O'Brian

J'avais encore les yeux rouges et plein de larmes... Mais je refusais de me montrer faible. Face à quiconque.  Je devais me protégée moi-même. J'avais appris au cours du temps, que de t'ouvrir au gens, de leurs montrer tes faiblesses, c'était leur donner la possibilité de te détruire. Alors j'étais devenue insensible et sans cœur. Du moins aux yeux des autres. Pourtant le jeune homme qui approcha de manière incertaine semblait dénué de mauvaises attentions, il paraissait même intimidé et mal à l'aise. Après tout, c'était un garçon, et ceux-ci n'ont jamais su comment réagir face au pleures d'une femme. Et puis il faut bien dire que je ne lui avais pas offert un accueil très chaleureux. Mais je ne pouvais pas faire autrement. Il répondit alors à ma menace, gêné:

"-Euh, c’est moi, je suis désolé, je ne sais même pas ce que je fais là…"

Il était évident qu'il n'était pas une menace pour moi, mais par habitude, je gardai mon air impénétrable et mon regards froids, tentant de faire bonne figure malgré mon visage bouffi.
Alors, tout en gardant ses distances, il ajouta:

"- Si vous avez besoin d’aide, je peux vous aider."

Et son ton inquiet et sincère me perturba. Depuis ce jour là, personne ne s'était donner la peine de s'intéresser réellement à moi. Il faut dire que je ne les avaient pas réellement laisser faire. Mais voilà, je n'étais plus habituée. J'étais devenue en quelque sorte une solitaire, entourée en permanence de gens qui tentaient de m'avoir, sans jamais essayer de me connaître. C'était toujours par intérêt. Mais ce jeune homme.. Il n'avait rien à y gagner. Si? Mon visage alternait entre agressivité et tristesse. Pouvais-je me fier à lui? D'une certaine façon, mon instinct me disait que oui. Et puis il semblait vraiment s'inquiéter pour moi, et de moi, et cela suffit à ébrécher mon bouclier d'indifférence et de méfiance. Et à refaire couler mes larmes. Je n'en pouvais plus d'être forte.
Il avait ça réponse: j'avais besoin d'aide. Même si c'était celle d'un inconnu que je ne reverrais surement plus jamais. Le temps d'un instant, j'avais besoin de quelqu'un sur qui me reposer.

Revenir en haut Aller en bas
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)   Jeu 26 Nov - 22:40



 Consoler quelqu’un, sans connaître la méthode.



 
Je ressens un stresse émanant d’elle mêlé à une détresse émotionnelle. Je m’approche de la jeune femme. Son visage change à chacun de mes pas. Tantôt agressif, tantôt triste.
 
Comment réagir face à cela ? Je ne sais pas, je ne l’ai jamais su. Quand j’allais mal, je me taisais, sinon, je subissais en partie le courroux de mon tuteur. Je ne devais montrer qu’un visage neutre, ni bonheur ni malheur.
 
Je m’avance doucement d’elle pour ne pas subir son courroux. Et l’unique moyen que je connais pour ne pas se faire massacrer par une personne. C’est de réagir comme une bête, soit éviter le plus possible la personne, s’effacer, soit de montrer sa présence, une présence réconfortent, gentille. Je me décide pour la deuxième version. Surtout quand je perçois les larmes de la fille coulé de nouveau.
 
Je m’approche doucement d’elle, les mains bien en évidence, pour montrer mon côté inoffensif.
 
A quelques centimètres d’elle, je souris, me montre rassurant, même si je ne sais pas trop y faire. Je m’assoie à ses côtés et tente la discussion…
 
— Pourquoi pleurez-vous ?
 
J’essaie de comprendre son mal être, c’est souvent ainsi, qu’on s’en sort plus facilement, ou pas. Certaine personne s’enfonce encore plus dans la déprime, quand il découvre pourquoi.
 
— Je peux vous aider, même si je ne sais pas comment m’y prendre.
 
Mon loup me pousse à lui prêter une épaule pour pleurer un bon coup. Trop intimidé, je ne sais pas comment m’y prendre. J’attends sa réponse, le cœur battant. Elle se livre à moi, enfin, je le comprends ainsi. Elle se livre en montrant ses pleure, peut-être la suite viendra d’elle-même ?
 
Je la regarde. Comment va-t-elle réagir ? Continuer de pleurer ou m’en foutre une en disant qu’elle n’a rien, même si cela ne serait qu’un mensonge. Je ne le sais pas, et je m’en fou, chaque geste l’aidera à aller mieux.
 
© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)   Lun 21 Déc - 17:41



Quand le cœur pleure.


Tu peux être la personne la plus forte du monde, il arrive toujours un moment où tu craques, où tu lâches prise.

Feat Caracole O'Brian

Le jeune garçon semblait parfaitement inoffensif et on voyait bien qu'il était sincèrement inquiet face à une jeune fille en larme. En outres, il paraissait vraiment dénué de toute trace de méchanceté. Il était évident qu'il ne présentait aucun danger pour moi  et je décidai de me fier à lui et de me laisser aller, juste pour une fois. Je pleurais toutes les années où j'avais été forte, toute les douleurs que l'on m'a infliger et que j'ai encaissé sans broncher, je pleurais cette fille que j'étais avant, cette partie de moi que j'avais perdu. Et pendant de longue minutes, il restait à mes côtés sans broncher, me soutenant avec sa simple présence.
Et quand j'eue enfin fini de verser toutes les larmes de mon corps, je tentai de m'essuyer les yeux d'un coup de manche. Je devais avoir les yeux tout noirs et une tête à faire peur. Mais quand je tournai mon visage tout bouffi vers lui, il me fit un petit sourire et je compris que si je ne ressemblais plus à grand chose, ce garçon n'en avait pas grand chose à faire. Peut être qu'il existait encore des garçons bien finalement.
Je le regardai avec des yeux plein de reconnaissance, bien qu'un peu rouges et lui rendis son sourire. Il me demanda ensuite, toujours un peu mal à l'aise:
— Pourquoi pleurez-vous ? Je peux vous aider, même si je ne sais pas comment m’y prendre.
Et à mon grand étonnement, au lieu de reprendre mon éternel ton agressif ou provocateur, je lui répondis, taquine:
-Je crois que, étant donner que je viens de passer vingt minutes à pleurer sur ton épaule, tu peux te permettre de me tutoyer! Et puis je ne suis pas si vielle que ça tout de même! Oh tu sais, tu m'as déjà énormément aider, très peu de personne se serait donner la peine de s'inquiéter pour moi et ça fait du bien de pouvoir se reposer sur quelqu'un, même un simple inconnu. Alors merci beaucoup.
Je lui fis un clin d'œil. Je ne sais pas comment il avait fait mais il avait réussi à me redonner le sourire et rien que pour ça,  je ressentais une immense reconnaissance envers lui.
-Je m'appelle June, June Payne, et je suis ravie d'avoir fait ta connaissance, même si il faut bien l'avouer, le contexte était un peuj étrange. J'en suis désolée au passage, je ne suis pas comme ça d'habitude. Avec un peu de chance, tu auras l'occasion de t'en apercevoir.



Revenir en haut Aller en bas
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)   Dim 3 Jan - 22:07



 De tristesse à sourire  



 
Après qu’elle est versée toutes ses larmes depuis je ne sais combien de temps, elle commence à aller mieux. Je la regarde et garde mon sourire sur les lèvres et lui pose la première question qui me vient à l’esprit. Pourquoi pleure-t-elle ? Je ne peux rien faire si je ne connais pas ses états d’âme, sa raison. Comment aider une personne qui cache tout ? Surtout quand c’est la première fois qu’on les approche. Comment l’aider ? Les personnes que je connais, les rares personnes que je connais, je dois tout faire pour les déchiffrer. J’espère y arriver un jour. Je veux réussir à les aider quoi qu’il arrive. 

Comme le dit, Sun Tzu, dans l’art de la guerre, l’un des rares livres que je pouvais lire « Celui qui excelle à résoudre les difficultés le fait avant qu'elles ne surviennent. » Et je trouve que cela peut se mettre en avant partout, même en amitié… C’est comme beaucoup de chose, de simple règle générale qui permet de comprendre l’autre et de l’appréhender, en bien ou mal.

Je souris à ma nouvelle connaissance et l’écoute :

-Je crois que, étant donner que je viens de passer vingt minutes à pleurer sur ton épaule, tu peux te permettre de me tutoyer! Et puis je ne suis pas si vielle que ça tout de même! Oh tu sais, tu m'as déjà énormément aider, très peu de personne se serait donner la peine de s'inquiéter pour moi et ça fait du bien de pouvoir se reposer sur quelqu'un, même un simple inconnu. Alors merci beaucoup. 

— Oui, souris-je en répondant au clin d’œil qu’elle me fait. 

Je l’écoute et me sens bien de l’avoir aider par ma présence. Mais, ça risque de revenir, sa tristesse tout comme l’envie de pleurer, de se cacher, car je crois qu’elle voulait se cacher. Avant que je ne puisse rajouter quoi que ce soit, elle continue sa phrase dans sa lancée : 

-Je m'appelle June, June Payne, et je suis ravie d'avoir fait ta connaissance, même si il faut bien l'avouer, le contexte était un peuj étrange. J'en suis désolée au passage, je ne suis pas comme ça d'habitude. Avec un peu de chance, tu auras l'occasion de t'en apercevoir. 

—Caracole O’brien, rajouté-je pour me présenter Oui, c’est pas un nom normal, pourtant il me plait bien. Et, je suis aussi content de faire ta connaissance. 

Je fronce des sourcilles. 

— Pourquoi étrange ? On s’est rencontré ainsi car tu en avais besoin. Et j’ai pu t’aider donc j’en suis heureux. Et surement qu’on se révéra, Beacon Hill n’est pas la plus grande ville du monde. Après, toute rencontre est bénéfique, qu’elle soit bonne ou mauvaise, ou qu’on aimerait s’en souvenir pour toujours ou oublier la seconde d’après. Du moins, c’est comme ça que je le vois. J’aimerai oublier mon beau père, mais j’ai pu rencontrer de superbe ami grâce à lui. C’est étrange la vie. Mais si tu veux aller bien, il faut avoir quelqu’un à qui se confier, sinon, on se sent mieux un instant puis cela revient comme avant… Même pire qu’avant, car on est pas sûr de rencontrer quelqu’un pour s’en défaire à nouveau. 

Je souris. Quand j’étais petit, et que j’allais mal, je me souviens d’une phrase d’un cuisiner. Il me disait toujours, que nos larmes c’est comme une soupape de sûreté dans une installation sanitaire, quand il y a un trop plein, une partie de ce trop-plein. 

— Si tu veux parler du pourquoi tu pleures, je suis là… Je garderais tout pour moi. 



© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)   Dim 31 Jan - 22:39



Quand le cœur pleure.


Tu peux être la personne la plus forte du monde, il arrive toujours un moment où tu craques, où tu lâches prise.

Feat Caracole O'Brian

Le jeune garçon se présenta à son tour, Caracole O'Brien, son nom était étrange mais il sonnait bien: un nom particulier pour un garçon particulier. Je trouvais ça logique. Caracole. Oui, définitivement j'aimais bien. Et comme en écho à mes pensées, il ajouta:

-Oui, c’est pas un nom normal, pourtant il me plait bien. Et, je suis aussi content de faire ta connaissance, avant de prendre un air surprit et de me dire:

— Pourquoi étrange ? On s’est rencontré ainsi car tu en avais besoin. Et j’ai pu t’aider donc j’en suis heureux. Et surement qu’on se révéra, Beacon Hill n’est pas la plus grande ville du monde. Après, toute rencontre est bénéfique, qu’elle soit bonne ou mauvaise, ou qu’on aimerait s’en souvenir pour toujours ou oublier la seconde d’après. Du moins, c’est comme ça que je le vois. J’aimerai oublier mon beau père, mais j’ai pu rencontrer de superbe ami grâce à lui. C’est étrange la vie. Mais si tu veux aller bien, il faut avoir quelqu’un à qui se confier, sinon, on se sent mieux un instant puis cela revient comme avant… Même pire qu’avant, car on est pas sûr de rencontrer quelqu’un pour s’en défaire à nouveau.

Eh bien si une chose était certaine c'est qu'il avait une vision très optimiste du monde contrairement à moi. Et je l'enviais un peu pour ça. Mais c'est vrai que son raisonnement se tenait: chaque personne que tu rencontres apporte quelque chose à ta vie. Chaque personne est une leçon. Le problème c'est que moi j'en ai surtout appris des mauvaises. Et c'est pour ça que je refuses de faire confiance à quiconque désormais. Parce que tout les gens que j'avais rencontré n'avait cherché qu'à me briser. Je me renfrognai soudainement: qu'est ce qui m'a prit d'afficher ma faiblesse de la sorte! Je ne peux me fier à personne. Je l'ai durement appris. Et pourtant, avoir quelqu'un sur qui me reposer, un soutient, pendant quelques instants m'a fait tellement de bien. C'était tellement libérateur... comme si le poids que je portais sur mes épaules depuis si longtemps s'était allégé juste le temps d'un moment. Et il me faisait me sentir si à l'aise.Je m'étais jurer de ne plus m'ouvrir à personne mais.. et si le faisait pour une fois? Si je tentais le coup?
Je lançai un coup d'œil vers Caracole et à la vue de son sourire distrait, ma décision était prise: j'allais tenter l'expérience et puis on verrait bien.

Il me proposa de lui raconter pourquoi je  m'étais mise à pleurer mais, pour être tout à fait franche, j'avais peur de fondre de nouveau en pleures si jamais j'en parlais car même si je me sentais beaucoup mieux, j'étais encore fragile. Au lieu de ça, je sautais sur mes pieds, affichait un sourire sur mon visage et lui proposa d'un tout presque enfantin:

-Et si on faisait un jeu!






Revenir en haut Aller en bas
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)   Mer 17 Fév - 20:17



 Un jeu entre en scène 



 
Je termine ma phrase et attends la réponse de cette nouvelle amie, enfin, j’espère bien. Elle réfléchit à ce qu’elle va dire, comme si elle doutait de ma sincérité et je le conçois. Quand on va mal, on a dû mal à communiquer. On doute souvent même. June semble à la fois inquiète, triste et se referme, comme si elle ne désire plus être ici.
 
Alors j’attends, je reste là et ne dit rien. Je regarde les tombes du cimetière, les animaux qui y chantent et surtout le vent qui balaie le tout. Une douce brise se dégage sur nous. Une rafale froide et revigorante. Tout ce dont j’ai besoin, et ma nouvelle connaissance aussi. Rien de tel que le froid pour se remettre les idées et penser à autre chose. Je patiente ne pouvant rien faire d’autre.
 
Soudain, elle jette un regard sur moi.  Je lui retourne un sourire, comme à mon habitude. Je souris et attends. J’attends toujours.
 
Puis, j’ai la sensation qu’elle va me parler. Enfin, elle hésite encore avant de me proposer quelques choses d’inattendu. Elle saute sur ses deux pieds, se retourne vers moi et me demander, sous un sourire qui fit s'agrandir le miens :
  
-Et si on faisait un jeu!
 
 Un jeu. Quel jeu ?  Je ne sais pas. Je ne sors rien surpris et réfléchis. Quel genre ? Elle me parlera de son passé. Cela veut dire qu’elle veut connaître le mien ? Comme ce qu’ils font dans les films, ou sur internet – ouais je me suis mis sur le net, obligé maintenant. Un jeu du genre : raconte-moi ton pire souvenir et je te raconte le mien. Pourquoi pas ? Cela peut être intéressent ! Elle peut se libérer en partie de ses sombres souvenirs et moi, cela me permet de parler des miens…  Je n’ai encore parlé de cela à personne. Même pas à mes amis les plus proches. Peut-être devrais-je le faire ? Je pense que je devrais le faire, surtout à Liam… Si je l'aime, je lui dois toute la vérité, même ce que je veux oublier.
 
Mais est-ce vraiment ce jeu qu’elle a en tête. Je verrais bien.
 
Je souris et au lieu d’attendre, je lui demande
 
— Un jeu ? Genre, raconte-moi ton passé et je fais de même ? Souris-je avant de rajouter : cela ne me dérange pas, même si je n’aime pas trop parler de mon passé.  
 
Ai-je raison ou tort ? J’attends de voir ce qu’elle me propose.
 
 
 
© Fiche by Mafdet MAHES





Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand le coeur pleure. (Pv Caracole O'Brian)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand mon coeur est aquarelle..
» Je ne pleure que devant toi, mon Confident [Grey]
» Y'a des signes qui ne trompent pas, quand le coeur s'emballe parfois...| Vitaly
» Ginella - Quand les mots manquent, les larmes font le reste
» ☼ Quand le Cœur lâche, Rien ne va plus! ☼ {Pv Fenice Nakata!}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Dans la ville :: Cimetière-
Sauter vers: