AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

  [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD

Aller en bas 
AuteurMessage
Mister Jack

avatar


Humeur : Malsaine
Messages : 104
Points : 187
Réputation : 2
Date d'inscription : 04/10/2015
Localisation : Dans votre dos

MessageSujet: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Dim 15 Nov - 15:22







Une nuit dans l'année

En maîtres, ils régneront sur vos cauchemars



Cette grange qui deviendra plus tard une distillerie, est pour l'instant le fief des humains. Nos garous pourraient bien avoir des problèmes. Les humains du groupes seront-ils à leur tour solidaires ?

Le vent tourne et les amitiés?


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Alex Cormier

avatar


Humeur : Perplexe

Messages : 912
Points : 1035
Réputation : 169

Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Lun 16 Nov - 5:42

R∃Λ∃RS∃ WORLD


Comme tous les autres, Alex avait bien remarqué que l'unité du groupe, déjà faiblarde, s'effritait.  Plus idéaliste, il tente néanmoins de se convaincre que tout se passera quand même -relativement- bien.  Qu'ils continueraient leur entraide et se serreraient les coudes par obligation, sinon par choix. Il se sentait comme un zombie.  Ne savait plus où il avait dormi, si même il avait partagé un lit.  Il lui a semblé que Chad, Brian et Charlie se soient partagés l'autre chambre, Therence et lui se retrouvant, par le fruit du hasard ou de jeux plus obscurs, dans la même pièce que Liam et Jordan.  En fait, avait-il seulement dormi?  Très probablement, bien que l'agitation de la nuit, et l'anxiété aient nui à la qualité du sommeil promise par le confort relatif de leurs couches...

C'est donc dos à la potence que le druide cherchait une trace du potiron, qui prit soudainement la parole.  Dans un soupir, Alex comprit où il devait être et se retourna en fermant les yeux un bref instant.  L'arrogant spectre d'Halloween trônait, gesticulait, haranguait les voyageurs spatio-temporels avec ses paroles affilés et ses poèmes débiles.  Imitant son comparse humain -et en fait, la majeure partie de la bande-, il resta coi, alors que l'ourson exprimait son déplaisir et que Jordan donnait la réponse évidente qu'ils avaient certes tous eu en tête.  

Le juge s'approche de l'accusé qui devient plus rapidement condamné que l'on crie "cacahuète".  Et si l'innocence oculaire du benjamin de la troupe est rapidement protégée par le doyen, Alex assiste au spectacle aux premières loges, avec le reste de ses compatriotes.  Pâle, muet, secoué.  Les cris, le sang, les rires, les quolibets.  Dégoûté et furieux, il serre les poings, ses jointures si blanches qu'elles pourraient sembler fluorescentes si elles n'étaient pas dissimulées par les manches trop longues de son manteau.  La mâchoire tendue, il réalise qu'il n'a aucunement écouté l'accusation et ne sait donc pas de quel crime le garou a été puni de la sorte.  Adultère? Vol? Homicide? Courtiser une humaine?  Comment savoir?  Oh, il pourrait toujours demander au policier, qui reste vraisemblablement le plus stoïque du groupe, à croire qu'il ait déjà vu un tel phénomène.

Et Jack repartit, sans un indice quant à leur prochain lieu de rencontre, mais non sans narguer Therence, avant de disparaître dans l'éther.  Est-ce bien moins couard que de se tapir dans l'ombre?  Était-ce parce qu'il était froissé de leur silence ou de la justesse de leurs réponses qu'il ne leur donna aucune destination?

D'instinct, le groupe comprit qu'ils n'étaient plus les bienvenus dans la ville et que la protection relative que le potiron leur avait offerte ne serait encore que de courte durée et ils quittèrent tous le lieu du jugement pour retourner dans la forêt californienne. Un goût amer dans l'âme, Alex reprit son rôle de guide sans n'avoir pourtant aucunement l'idée d'où il allait.  À un moment, il eut la certitude d'avoir tourné en rond et l'idée lui traversa l'esprit de se rendre au Néméton.  Malheureusement, il n'y était jamais allé, son père refusant de lui indiquer où le trouver et lui-même n'ayant pas eu la chance de tomber dessus par hasard.

~

En fin d'après-midi, ils tombèrent sur une grange.  Alex se demanda vaguement si c'était la même qu'ils avaient vue à leur arrivée dans ce passé alternatif, mais il interrompit ses pensées en voyant des paysans vaquer à leurs occupations.  Un regard à Charlie, un reniflement et le cuisinier au flair hors-pair confirma d'un mouvement de tête la nature humaine des gens présents. Son bâton de marche toujours en main, Alex se dirigea d'un pas décidé vers l'homme qui lui semblait prendre les décisions, du moins parmi ceux à l'extérieur, tout en retirant de la poche de sa veste canadienne la petite bourse qu'il gardait toujours sur lui.

Se retrouvant rapidement le visage entouré de deux faux, le druide se présenta sommairement, annonçant être un groupe de voyageurs venus d'une contrée lointaine où les humains et les créatures surnaturelles vivaient en une saine cohabitation, croyant pouvoir compter sur son accent transaméricain pour évoquer l'exotisme.  Mensonge utopique, certes, qui n'eut qu'un résultat mitigé.  Apparemment, personne n'avait jamais entendu parlé d'un tel endroit, ni n'y avait même rêvé.  L'un des hommes, un rouquin à la barbe noueuse, émit un doute quant à la nature du canadien.  Celui-ci ne se fit pas prier et prit une pincée de la poudre contenue dans son sachet.

-C'est du sorbier.  Si je vous mentais, ma main me brûlerait déjà.  Nous sommes pourchassés autant que vous.  Tout ce que nous vous demandons, c'est de pouvoir se reposer ici ce soir.

Les hommes d'antan n'étaient toujours pas convaincus et Alex évalua ses possibilités.  Il se retourna pour voir où était le reste du groupe, s'ils l'avaient suivi ou non.  Il pourrait toujours demander quelques ballots de paille pour dormir.  Il pourrait toujours promettre de confiner le groupe dans une zone délimitée par le sorbier.  En plus de prouver leur bonne foi en rendant la majorité du groupe virtuellement impuissants, il ne serait pas contraint de rester dans ses limites, s'ils devaient subir une attaque des citadins, et Therence aussi pourrait s'enfuir à volonté.

-Je peux servir d'otage, en gage de bonne foi. offrit-il finalement, après avoir refermé la bourse, l'avoir nouée suffisamment solidement et l'avoir lancée en direction de Therence.  Le rouquin interrogea son compagnon du regard.  Les paysans autours s'étaient arrêtés et semblaient suivre la discussion de loin.  Au bout de quelques secondes de communication silencieuse, le roux hocha légèrement le menton, acquiesçant avec son accolyte, et rendit son verdict.

-C'est pas à moi de prendre ces décisions.  Alors que le druide jugea que cette réponse était déjà de bon augure, anticipant d'être transféré au gérant ou peu importe, le compagnon pointa quelqu'un qui sortait de la grange au même instant. C'est avec elle qu'il faut voir. conclut-il sur un ton indéchiffrable.  Alex tourna le regard dans la direction pointée et jaugea la femme qui scellerait leur sort, pour cette nuit du moins.

© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Brian O'Conner

avatar


Humeur : Troublé...
Messages : 771
Points : 809
Réputation : 110
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Mar 17 Nov - 21:00


R∃Λ∃RS∃ WORLD


Feat : La courge, Hell Toutou, la princesse, le rebel, Brise de friture, la canadienne et le citadin



L’exécution terminé, le pauvre malheureux s’enfuit sous les quolibets de la population. La citrouille a validé notre réponse et se détourne de nous sans nous indiquer le prochain lieu de rencontre. Nous ne savons pas où aller, il reste trop peu d’argent pour songer passer une nuitée de plus à l’auberge. Il n’est pas certain non plus que nous puissions retenir l’attrait que Therence et Alex représentent pour les villageois.

C’est donc sans une réelle concertation que nous suivons Alex qui se dirige vers la sortie du bourg. Nous progressons sur les chemins environnants. Personnes semblent vouloir nous inquiéter… pour l’instant.

Sans voiture, les kilomètres à parcourir sont bien long. Nous arrivons en vu d’une grange qui ressemble à celle déjà vu lors de notre arrivée. Mais toutes les bâtisses de ce type se ressemblent. Je ne reconnais pas vraiment les lieux. Autour, des champs. Dans les champs, des paysans. Alex consulte Charlie pour connaitre la nature des gens. Ce sont de simples humains. Je ne sais pas s’il faut les craindre. Seuls, ils sont gérables, mais en foule hostile, c’est moins évident. Alex tente de négocier notre nuit à l’abri.

Je vois le visage des garous se décomposé au fur à mesure des pourparlers, surtout quand il propose de les coincer dans un cercle de sorbier pour prouver notre bonne fois. Je ne sais pas si ces gens me prennent pour un humain ou s’ils devinent que j’ai des capacités surnaturelles. Jordan est dans le même cas. Nous pouvons bluffer sur notre nature et par là orienter le groupe de manière plus ou moins d’un côté de la balance. Bien entendu si on évite d’utiliser nos pouvoirs… Jordan a l’étincelle facile en ce moment.

Le groupe grogne un peu moins quand Alex se propose comme otage. Mais cela ne semble pas émouvoir le paysan qui nous renvoie vers la vraie source d’autorité qui est une femme. Nous nous tournons vers celle qui est désigné comme étant le chef du coin.

Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle pour nous. Notre groupe est composé exclusivement d’hommes, cela pourrait durcir le jugement de cette personne. Les visages des paysans sont ternes et tristes. Je tente d’amadouer cette femme par une attitude amicale et je compte aussi sur ma belle gueule, sans trop pousser tout de même, il pourrait bien y avoir un mari dans les parages quoique si c’était le cas, c’est lui qui commanderait vu l’époque où nous sommes.

- Bonjour, je me nomme Brian. Mes… amis et moi sommes piégés par un être avec une tête de citrouille. Nous sommes soumis à des épreuves afin de pouvoir rentrer chez nous. Nous ne vous voulons pas de mal, juste un endroit pour dormir et de la nourriture contre une aide dans vos champs.

La femme fait la grimace quand je parle de vouloir dormir, mais semble intéressée par ma proposition de travailler en échange.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan Parrish

avatar


Humeur : Mystérieux
Messages : 324
Points : 476
Réputation : 144
Date d'inscription : 28/02/2015
Localisation : Bureau du Sherif

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Mar 17 Nov - 21:12


Reverse World
La nuit fut assez courte. Liam angoissait tellement qu’il n’arrêtait pas de se réveiller. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Je l’aimais bien, ce gosse. Il était terrifié, mais il tenait bon, notamment parceque je lui avait confier la mission de veiller sur moi. C’était un chic type, il fallait savoir percevoir autre chose que son agaçante manie de se plaindre. J’espère que j’aurai le temps de lui parler, de le rassurer. J’ai toujours envie de protéger les autres. Et de voir ce jeune loup tellement bouleversé par notre aventure, et sans doute bien d’autres choses arrivées avant me retourne l’estomac. Je n’y peux rien, j’ai un besoin viscéral d’aider les gens, de prendre les coups à leur place, même si Liam n’a rien à m’envier pour la guérison… En fait, jusqu’il y a peu, je ne pouvais que repousser la douleur, pas guérir. A présent…

Je suis heureux de retrouver Brian au matin et nous nous frôlons, pour assurer à l’autre notre présence. Ma réponse donnée au cucurbitacée est la bonne, et tout le monde a trouvé, bien sûr. Mais ça ne fait pas passer la pilule amère de la barbarie qui se déroule quelques mètres sous nos yeux. Je regarde Jack et ne peux évidemment pas déchiffrer son expression, mais ce voyage dans un passé alternatif ressemble de plus en plus à un voyage initiatique que je ne suis pas sûr du tout d’apprécier.

J’en fais part au groupe, plus comme une information que comme une question.

-ça n’a pas de sens… Il veut nous faire passer un message ou quoi ? je me sens minable de répondre à des devinettes alors que cette horreur vient de se dérouler sous nos yeux.
Je regarde Brian, qui a évité à Liam de voir ça. Je lui souris. Il est comme moi, il veut d’instinct protéger les gens, qu’ils soient faibles ou non. Bon sang que je l’aime, lui.

Nous nous regardons en chien de Fayence. Je ne sais pas pourquoi, je n’aime pas cette expression. Bon grés, mal gré, Alex reprend son rôle de guide et nous suivons, alertes, nous demandant tous ce qui peut bien encore nous arriver au prochain croisement… En fait, il n’y a aucun croisement, rien, tout cet espace naturel pourrait être présent, exempt de toutes les constructions modernes, mais l’angoisse est omniprésente. Charlie fait le fier avec l’argent qu’il a réussi à récolter, et j’avoue le trouver sympathique, dans son genre.
Je sais pourtant que ce n’est pas gagné, la réciprocité… Parfois le costume d’adjoint est plus lourd que du plomb. La dernière fois que j’avais dit ça à Brian, il m’avait charrié sur le fait que ça devait être pour ça que je m’en débarrassais si facilement.

Finalement nous arrivons à une grange et nous comprenons rapidement que ce sont des humains, que la peur rend dangereux, qui dirigent les lieux. Alex me surprend en prenant l’initiative de se présenter, bravant le danger, et expliquant que nous ne sommes pas des ennemis et que nous venons d’un endroit ou nous coexistons en paix. Vraiment ? Quand je compte le nombre de morts qui a eut lieu a Beacon hill ? Quand je repense à ce carnage au manoir ? J’aimerai qu’un tel endroit existe.

-C'est du sorbier.  Si je vous mentais, ma main me brûlerait déjà.  Nous sommes pourchassés autant que vous.  Tout ce que nous vous demandons, c'est de pouvoir se reposer ici ce soir.

Ainsi le jeune homme a plus d’un tour dans son sac. Scott m’avait expliqué ce que le sorbier, dans des mains expertes, pouvait faire aux lycanthropes et à d’autres créatures.. Je ne savais pas moi-même si j’en subirait les effets ou non..
Je suis surpris et impressionné de sa décision de se donner en otage. Il monte beaucoup dans mon estime.

Alors que les villageois désignent ce qui semblait être leur chef, Brian tente la voie diplomatique.

- Bonjour, je me nomme Brian. Mes… amis et moi sommes piégés par un être avec une tête de citrouille. Nous sommes soumis à des épreuves afin de pouvoir rentrer chez nous. Nous ne vous voulons pas de mal, juste un endroit pour dormir et de la nourriture contre une aide dans vos champs.

La femme semble se laisser amadouer, mais son visage reste très sévère, et elle nous détaille un à un. Travailler dans les champs ? Je veux bien le faire, mais pour le moment, il faut empêcher qu'un villageois amoureux, trop zelé, ne tente de nous occire puis demande pardon ensuite.

Je fais aussi un pas en avant, les fourches se pointant directement sur moi.
-s’il vous faut un représentant de chaque côté de la ligne qui sépare les deux mondes, alors prenez moi avec lui.

Brian n’est pas content. Du tout. Je le regarde, attendrit, mais déterminé. Il sait très bien que je suis aussi  tête de mule que lui.

-et t’es qui, toi ? Ou quoi ? Saleté de lycaon ?

-non.. Rien de tout ça… Je ne sais même pas ce que je suis… Mais tout ce qui compte, c’est que vous avez deux otages. Un humain… et .. Moi… Et tous les lycans ne sont pas comme ceux que vous connaissez… C’est… du gâchis, tout ça.

Mon regard ne faiblit pas, et je sens la confiance et la certitude vaciller chez mon interlocutrice.

Mais ce n'est pas le cas d'un autre villageois
-et si on lui coupait la tête, voir si ça repousse ?

Je ne recule pas d'un millimètre alors qu'il s'approche.

© Fiche par Mafdet Mahes


#parrishweek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Dunbar

avatar


Humeur : Explosivement débordé

Messages : 528
Points : 531
Réputation : 66

Date d'inscription : 13/04/2015
Age : 24

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Mar 17 Nov - 23:10





R∃Λ∃RS∃ WORLD


Tout ça, s'en est trop. Trop pour mon petit corps de garou. Même protégé par le manque de visuel, les cris déchirants de la victi.. Non, du prisonnier, s'imprime dans mon crâne et fracasse mes tympans. Je ne sais pas ce qui est le pire. Tout avoir ou juste n'avoir que le son. Fort heureusement, l'odeur du sang est dilué par le parfum du policier qui me plaque contre son torse. Mais le manque d'information joue des tours à mon esprit fragile. J'imagine plusieurs situations plus ou moins gore de la scène en train de se dérouler. Vu que les cris ne se sont pas tue, c'est qu'il doit être vivant. Je chasse donc les images de décapitation très loin de mes pensées.

C'est quand l'étreinte s'est relâché sur ma personne que j'assiste à la fin de la sentence. Les mains coupées. On lui a coupé les mains comme pour punir les voleurs d'avoir enfreint ces règles et piller les étales. Dans certains pays, les larcins sont puni de cette façon là. Sauf que ce n'est qu'une main qu'on coupe. La deuxième est coupée si récidive. Cruel méthode. Les cleptomanes doivent avoir la vie dur à cette époque. Je suis contre certains principes de justice à notre époque cependant, je suis heureux à cet instant qu'elle soit clément avec les simples voleurs.

Toutefois, Jack avait disparu de l'assistance, nous laissant comme des idiots sans prochaine destination. Parce que franchement, je ne pense pas que le message adressé au caïd nous soit d'une quelconque utilité sur ce coup ci. Dégoûté par l'attitude des villageois qui ont pris cette exécution comme le spectacle du moment, j'espère que nous allons vite partir d'ici. Hors de question que nous créchons une nuit de plus dans ce village. Je préférais largement la cabane Hale. Enfin, le futur terrain des Hale. Je suppose que vous m'aviez compris hein.

Notre présence n'étant plus des bienvenues et ne voulant pas avoir de perte humaines ou garou de notre coté, nous partons hors du village vers la forêt. Nous n'avons pas le choix de toute manière. La ville est infesté de créatures qui aimeraient bien découper en morceau les humains pour les revendre à prix d'or sur le marché. Je ne veux même pas savoir ce qu'ils rêveront faire du reste du groupe. Sans trop savoir où nous allons, je suis instinctivement le groupe ou plutôt Alex qui ouvre la voie, toujours collé aux baskets des plus grands. Faut pas déconner, ce n'est pas parce que je connais bien la forêt pour m'y être souvent balader qu'on a le droit de m'abandonner direct.

Se promenant de champs en champs, nous nous approchons dangereusement vers un autre territoire ennemi. Celui des humains vu que nous avons quittez celui des créatures surnaturelles. Les rares paysans que nous apercevons de loin nous évitent comme la peste. Ce monde est complètement dingue. Le pire de tout ça, c'est que nous marchons à l'aveugle depuis ce qui me semblerait des heures. Certains sont plus fatigués que d'autres de cette marche forcée menant nul ne sait où. Pour ma part, c'est grâce à ma lycanthropie que je tiens le coup. En tant qu'humain, mon endurance m'aurait lâché depuis un bail, terrassé par le manque de sommeil.

Arrivant devant une grange entourée de champs à perte de vue, le druide, enfin je pense que s'en est un, questionne sur la nature exact des fermiers. Suis-je le seul à trouver cette question assez idiote ? Ce sont des chasseurs-paysans, il n'y a aucun doute dessus. Je suis tout de même soulagé qu'il n'étalent pas leurs viandes et transforme en bétail leurs prisonniers. Mais j'espère pas non plus qu'ils les envoient manger les pissenlits par la racines à coup de balle entre les deux yeux. De toutes façon, je n'aime ni l'un ni l'autre des camps. Les deux partis me paraissent dangereux. Ce qui n'est toutefois pas le cas d'Alex qui décide sans nous concerter au préalable de révéler notre véritable nature.

-Mais, il est cinglé ou quoi ? C'est un coup à nous faire tous crever par des paysans en colère !

Un coup comme ça, c'est un aller simple à l’échafaud. Et je suis bien trop jeune et sexy pour mourir aujourd'hui. D'ailleurs, ce n'est même pas prévu dans mon agenda de la semaine. Mais qu'on l'assomme direct ! On aurait mieux fait de jouer les 100% humains que de balancer cash la vérité dans la figure des paysans aimant empaler les garous sur leurs pics. Et non, il n'y a aucun double sens dans cette phrase. Bref, soyons sérieux. T'as un druide qui a pété une durite déballant notre vie et voulant nous enfermé dans un cercle de sorbier. Je grogne et proteste vigoureusement face à cette pratique que je trouve extrême.

S'il ose appliquer ses paroles, je préfère largement aller dormir dans le camps d'en face. Le risque de mourir dans mon sommeil est moins probable de l'autre coté. Je commence à comprendre la terreur qui leur bouffait les tripes en découvrant que les humains servaient de nourriture. Je ressens à cette instant la même sensation. Cohabitation, mon œil. Ils vont plutôt faire de nous des exemples et nous tuer devant une foule en délire après nous avoir réciter leurs discours de méchants de long en large et en travers.  

Peut être que certains suivront l'avis de l'humain ayant perdu l'esprit, cependant ce n'est pas mon cas. Je suis dans la catégorie des gars refusant en bloc ce plan stupide et mis en place sans permission. Et puis, il se prends pour qui de révélé à tour de bras notre secret ? On m'a imprimé dans le crane de ne rien dire à personne. Ce n'est pas pour faire le contraire dès qu'on change d'époque. Par contre, même s'il a accepter de jouer les otages, je suis toujours autant réticent à ce plan. C'est un peu normal qu'il se mouille après nous avoir dénoncer sans autre forme de procès. A croire qu'il veut en réalité se débarrasser de nous. Je constate que le « restons ensemble et soudé » n'a pas fait long feu.

Lorsqu'on nous dit de nous adresser à la personne qui semblerait être la chef de la troupe, je tente d’occulter les regards noirs et meurtriers de certains humains de l'époque. Dois-je gueuler à travers le pays que j'aime la nourriture de lapin pour éviter qu'ils m’éviscère dans un coin sombre ? A part s'ils décident de me tuer en plein jour en me transperçant le cœur avec leurs fourches. Ca se voit clair comme de l'eau de roche qu'ils ne veulent pas avoir de garou avec eux, surtout s'ils sont vivants. En voyant une femme arrivée, je me dis que si, on peut tomber sur pire. Un système matriarcale. Quel veine ! Nan, je plaisantais évidemment. On va tous mourir avant l'aube. Les chasseurs sont régis par le même système. Les femmes ont le pouvoir et les hommes sont des soldats. On est dans une galère pas possible et tout ça par la faute d'un humain qui ne pouvais pas mentir sur notre nature.

Brian par contre, n'a pas l'air de comprendre totalement la situation où nous nous sommes embourbés. Et il en rajoute une couche en proposant nos services au champs. Mais c'est l'exécution du prisonnier qui leur a fait perdre la boule ou quoi ? Je ne trouve pas d'autre idée que celle ci. Il vont faire de nous des esclaves. Ce sont des bourreaux ces gars là! Et toi, l'air de rien, tu nous offres tel quel dans un plateau d'argent. Je te préviens flic de pacotille, s'ils nous enchaînes et nous forcent à travailler pour eux jusqu'à la fin des temps, je trouverai un moyen de te rendre la vie impossible. Peu importe si Jordan tente de te protéger, mon courroux sera dévastateur. Je ne serais l'esclave de personne. Je resterai libre sous n'importe quel forme. Ma maladie mentale n'arrive déjà pas à me soumettre sous son joug, alors ce n'est pas une bande de chasseurs du moyen age qui va réussir cet exploit.

-Travailler ? D'où est ce que t'as vu que j'allais bosser pour eux ? J'vais pas me tuer à la tache pour prendre le risque plus tard de me faire assassiner dans mon sommeil juste parce que monsieur le policier en a décidé ainsi. T'aurais peut être dû demander notre avis. Le mien en tout cas est clair. C'est NON !

Que les autres fassent ce qu'ils veulent. Qu'ils se donnent en otage comme Parrih en prêchant la bonne parole ou comme moi qui refusent catégoriquement de travailler et de faire confiance à ces humains d'un autre monde, je m'en moque. Je reste campé dans mes positions, un point c'est tout. Et je préviens d'avance, je suis têtu. Très têtu. Quoi qu'il advienne, j'aurai toujours raison et ma technique imparable des yeux de chiots pour convaincre les gens. Je gagnerai à chaque fois qu'importe les décisions prises. En écoutant ces crétins vouloir couper la tête de notre toutou de l'enfer, je repense à la reine de cœur dans Alice au pays des merveilles. J'aurai du garder ma robe, je suis sur d'avoir pu faire une excellente Alice ici !



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mister Jack

avatar


Humeur : Malsaine
Messages : 104
Points : 187
Réputation : 2
Date d'inscription : 04/10/2015
Localisation : Dans votre dos

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Mer 18 Nov - 8:46







Une nuit dans l'année

En maîtres, ils régneront sur vos cauchemars



La campagne en 1692 est à l’image de ce qu’en disent les livres d’histoire quand ils font une pause sur les personnages illustres et s’attardent un peu sur le reste du monde. L’endroit est cultivé par des paysans humains. Le reverse world n’en est pas un de parfait, car si le surnaturel a ici la suprématie sur les lois, l’humain vit certes caché, mais son existence est connu de tous. Ce qui n’est pas le cas des surnaturels du monde de nos voyageurs intemporels.

Ce que la troupe ne saisit pas, et ne comprendra peut être jamais tant cela les renverrait à leur propres actes et acceptation. C’est que si les humains peuvent cultiver ces champs, chose difficilement camouflable avec un gros bourg à moins de sept lieues, c’est que ce territoire est tout simplement… une réserve naturelle. Une zone protégée pour les espèces en danger. Les écologistes du moment doivent se gargariser de cette disposition, se mettent-ils une seule seconde à la place de cette biche qui passe au loin, ou de ces humains qui cultive ce qu’ils peuvent dans leur territoire enclavé ?

Voici d’ailleurs ma petite troupe qui arrive. J’écoute les altercations et patiente pour voir comment cela va se terminer. Les deux groupes en présences sont tous deux l’objet de traque. La souffrance est quasi identique, mais ils n’appartiennent pas au même monde, au même groupe. La différence va-t-elle les séparer ou la souffrance les rassembler ?

Pour une fois j’ai envie qu’ils réagissent par eux même, alors je leur fais juste un signe et placarde la prochaine énigme sur la porte de la grange.

- Écrivez la réponse dessus. Je reviendrai quand elle sera juste !


Ils s'habillent de toutes les couleurs,
Et parfois même de correcteurs.
Ils craignent la lumière,
Et dans la pénombre font les fiers.
Ils s'assèchent s'ils cessent de se mouvoir,
Et de l'âme, sont les miroirs.


Je disparais sous les frondaisons en chantonnant un air qui n’est absolument pas de cette époque.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Charlie Crowley

avatar



Messages : 341
Points : 529
Réputation : 163

Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Mer 18 Nov - 9:40


R∃Λ∃RS∃ WORLD





La fureur enflait dans l’esprit de l’ours, présage de la catastrophe à venir. Oublié la sécurité du petit groupe qui l’accompagnait, le fait que ce monde ne soit pas le sien ou que rejoindre son époque implique de ne pas trop faire de vagues à celle-ci : il allait chopper le bourreau par la cheville et le fracasser si fort sur la tête du juge que celui-ci s’enfoncerait dans la terre jusqu’aux épaules. Ses compagnons d’infortune se rendirent-ils compte du danger à venir ? Entre le spectacle macabre qui monopolisait l’attention de la plupart d’entre eux, leur ami l’épouvantail qui continuait à se jouer de tous avec ses comptines stupides, et le plus jeune du groupe que chacun essayait de protéger, il y avait fort peu de chance. Pourtant Alex eut la présence d’esprit de lui jeter un coup d’œil et devant l’état du garou, s’empressa de chercher son regard pour le ramener parmi eux. Il ne reçut pour toute réponse qu’un grognement de rage et il lui fallut encore s’interposer pour que Charlie daigne prendre en compte sa présence. Le désastre n’était pas passé loin. Plusieurs minutes furent nécessaires au cuisinier pour retrouver une taille ordinaire et il jetait encore de fréquents regards par-dessus son épaule alors que le petit groupe prenait le parti de suivre le druide pour s’éloigner de la ville.

L’ours resta muet une bonne partie du trajet, l’esprit encore encombré du massacre qu’il n’avait pas pu perpétuer en représailles. Ce fut le contact froid des pièces sous ses doigts lorsqu’il glissa les mains dans ses poches qu’il lui ramena un semblant d’esprit serein, ou du moins qui chassa les effluves de colère qui s’éternisaient toujours. Il était peut-être nul en devinettes et on ne le laisser pas casser du bourreau comme il l’aurait souhaité mais lui, au moins, il avait ramené du fric ! Qui, évidemment, ne leur servait à rien au milieu de leur campagne profonde, mais passons.

Le jour commençait à s’éteindre lorsqu’ils parvinrent aux abords d’une grange. Aidé par sa condition de garou, Charlie ne se sentait pas fatigué, mais il perdait d’autant plus vite patience qu’il avait l’estomac dans les talons. Evidemment, les lieux n’étaient pas déserts et au regard du druide, l’ours confirma par un bref hochement de tête. Ceux-là étaient tout ce qu’il y avait de plus humain. Alex et les deux flics tentèrent la voie de la diplomatie et fidèle à lui-même, Charlie restait en retrait. D’expérience, il savait qu’une présence menaçante en arrière-plan lors d’un deal mettait toujours le parti adverse dans de meilleures dispositions pour écouter les arguments de ceux que lui-même avait choisi de suivre. Liam se récriait, outré par les propositions respectives de leurs leaders. L’ours n’était pas non plus un grand fan du plan proposé mais surtout parce qu’il impliquait que ces hommes, que bon gré mal gré il considérait à présent comme des protégés, se mettent à la merci d’une troupe de péquenauds. La femme semblait commencer à se laisser convaincre mais les autres types n’avaient pas l’air du même avis. Jordan ne recula pas d’un pouce mais derrière lui, le garou fit un pas en avant :

« Allez-y, essayez. Juste pour voir, qu’on rigole un peu… »

Le ton était tranquille, pourtant la menace semblait presque palpable, peut-être à cause de son visage à moitié dans l’ombre des arbres qui entouraient la grange. On ne l’avait pas laissé passer ses nerfs tout à l’heure et l’ours était tout à fait disposé à casser de l’humain pour compenser à présent. Vaguement inquiet à présent, le petit groupe de paysans battit en retraite le temps de discuter entre eux, temps que l’épouvantail choisi de mettre à profit en apparaissant soudainement. Charlie lui jeta un regard désabusé. Pourtant, ils n’eurent pas droit aux fanfaronnades habituelles et la grosse citrouille s’effaça dès son énigme déposée contre la porte. L’ours fronça le nez et s’approcha, louchant sur le parchemin :

« Il commence à me gonfler sévère avec ses devinettes à la con… C’est quoi cette fois, un vampire ? »

Quelqu’un s’approchait pour lire par-dessus son épaule et lui jeta un coup d’œil blasé auquel le garou répondit d’une grimace :

« Me regarde pas avec ses yeux là, j’y connais rien moi à ces trucs, démerdez vous. »

© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan Parrish

avatar


Humeur : Mystérieux
Messages : 324
Points : 476
Réputation : 144
Date d'inscription : 28/02/2015
Localisation : Bureau du Sherif

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Mer 18 Nov - 11:19


Initiation
J’en ai vraiment assez de cette situation. Je comprends, et j’enrage de comprendre, que plus nous nous attardons sur les devinettes, plus nous jouons ce jeu à la fois pervers et initiatique. Il ya un conte, une histoire qui m’avait fait souvent réfléchir, quand j’étais à l’armée. Le fantôme de noël. Jack était loin de l’esprit de noël, mais pourtant le monde dans lequel il nous plongeait, au fur et à mesure, nous ramenait à nos propres convictions. Comment ne pas prendre ces avertissements et les scènes qui se déroulaient comme des actes sur lesquels méditer, ou du moins réfléchir, si nous parvenions un jour à retourner à notre époque ?

A trop vouloir se concentrer sur les énigmes, bien que ce soit vital pour nous en sortir, nous en oublions l’essentiel. Nous protéger, et comprendre ce qui nous entoure. Je ne crois pas qu’aucun d’entre nous puisse faire quoique ce soit pour les gens de cette époque, qu’ils soient garou ou humains. Mais quand je vois Charlie enrager de ne pouvoir rien faire, je comprends que je me perd un peu plus à chaque étape. Et je ne veux pas me perdre.

Les fourches pointées sur moi, et les menaces me ramènent à la situation présente. Brian qui me fait le regard du mec contrarié, Alex qui me regarde un peu différemment, mais je ne saurais dire si il me croit idiot ou si j’ai remonté dans son estime… Et cette femme qui nous regarde tous, perplexe. Charlie, lui, prit la décision de me défendre, ce qui réchauffa mon cœur, à défaut de mon corps, qui commençait à s’en sortir de nouveau très bien tout seul sur ce point.

« Allez-y, essayez. Juste pour voir, qu’on rigole un peu… »

Je tiquai à cette phrase. J’imaginai bien le carnage, surtout que, dans mon état de nerf actuel, sans compter Liam qui était une véritable bombe à retardement, et Chad dont le comportement m’inquiétait, je risquai moi aussi de prendre part « aux festivités ». L’aura de menace émanent de Charlie eut l’effet escompté, et les belligérants reculèrent bien vite, se donnant une contenance en discutant entre eux.

Jack en profita pour apparaitre, mais je fut presqe déçu de ne pas entrendre de nouvelle ritournelle. Il semblait observer la scène, et j’avais la conviction de plus en plus forte qu’il nous initiait, à sa manière.

-je crois qu’on n’est pas la que pour ses fichues énigmes. Il.. Nous suivons un rite initiatique. Une putain de métaphore sur notre propre monde. Merde ! On est censé protéger les gens, de quoi ? Ya  des garous qui égorgent sans sourciller des humains, et des humains qui font un carnage, sans même laisser une chance aux surnaturels, juste parce qu’ils sont surnaturels… Vous voyez ?

Me tournant vers Brian, avec une désespérance dans la voix, je continue.

-tu vois, Brian ? Je sais plus, la.. Protéger qui ? Contre quoi ? Chaque fois que nous agissons, que ce soit ici ou dans notre monde d’origine, c’est au détriment de quelqu’un ou quelque chose. On perd à chaque fois. Une vie. Un peu d’âme, putain, qu’est-ce que j’en sais ? On vaut pas mieux… J’espère qu’on vaut mieux, il faut… sinon tout ça n’a plus aucun sens…

Mes poings se desserraient et se resserraient, je tentai de me calmer. Suivant du regard Charlie, je l’entendis parler :

« Il commence à me gonfler sévère avec ses devinettes à la con… C’est quoi cette fois, un vampire ? »

La pancarte était visible, mais je ne pouvais pas m’en approcher, sans affoler les paysans qui me regardaient avec méfiance.

« Me regarde pas avec ses yeux là, j’y connais rien moi à ces trucs, démerdez vous. »

Les yeux, le miroir de l’âme, c’est la réponse ! Cet ours était décidément étonnant. Je souriais, indiquant aux gens près de moi :

-il a trouvé la réponse… Je crois..Moi je n'ai plus envie de répondre...

Mon sourire ne resta pas longtemps… Encore une fois, moi le premier, je me précipitais, au moins mentalement, cette fois ci, sur l’énigme, alors que le vrai sens profond de notre mésaventure m’apparaissait de pus en plus évident, avec la force de l’amertume et du déterminisme.

© Fiche par Mafdet Mahes


#parrishweek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar


Humeur : Troublé
Messages : 888
Points : 1032
Réputation : 156

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Mer 18 Nov - 20:25



[Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD
L'école, établissement du savoir que l'on transmet de génération en génération. Les leçons de savoir vivre de l'époque on laissés place à un bourrage d'informations purement pratiques. Mais l'enseignement, ce n'est pas ce à quoi je pense quand je pense à l'école. Non, moi je pense à la récrée, aux copains, aux liens qui se tissent entre gamins et qui définissent déjà quelle place l'adulte que je deviendrais tiendra dans ce monde.
J'ai pas toujours été un caïd, mais j'étais au moins un gosse respecté parmi mes camarades, quelqu'un que l'on regarde et que l'on écoute, parce que je ne suis pas si bête et que j'ai toujours eu du cran. J'ai pas souvenir d'avoir crains d'être rejeté, ou si peu. Mais d'autres n'avaient pas ma chance. Ce n'est pas toujours facile de conserver sa place au sein d'une bande, ce gars un peu plus fort, un peu plus intéressant qui vient faire de l'ombre à la vedette actuelle, ce suiveur un peu trop effacé et qui s'efface chaque jour un peu plus sous la présence des autres, jusqu'à représenter un poids inutile et qu'on décide d'abandonner, si l'on ne décide pas de déverser sur lui toutes nos contrariété. L'enfance et l'adolescence sont des périodes cruelles. Un jour Derek m'a parlé d'un principe similaire chez les loups. Comment avait-il dit déjà? Alpha, bêta...

Je ne sais plus très bien quel est mon statut dans la troupe. Mais en réalité, personne ne connait son propre statut. Il nous manque l'essentiel : un chef. Tantôt Alex nous guide sans avoir l'audace des meneurs, tantôt Chad embarque une partie de la troupe avant de se faire couper l'herbe sous le pied par les flics qui cherchent, insignes ou non, à garder la stabilité précaire de la bande. Seul Charlie et Liam se laissent guider sans rien dire. Et moi...
Moi, je ne suis qu'un animal d'élevage enchainé à des gardiens hésitants dans un village de fauves...

La foule à assaillie la place, le juge déblatère une longue liste de délits mineurs pendant que le garou emmené de force, se débat farouchement. Je n'aimerais pas être à sa place, mais je ne le plains pas pour autant : combien d'humains à t-il bouffé? Mais là ou je me froisse, c'est lorsque l'on étale ses mains sur le billot. Qu... non, c'est quand même pas...
Je baisse les yeux et me crispe violemment au coup de hachoir, les points cachées sous les aisselles. Mais j'ai beau éviter de regarder, je ne peux pas échapper aux hurlements du monstre. La clameur sauvage du public m'assourdis, la trouille me noue le ventre, j'ai envie de d*gueuler... Ce que je fais à peine avons nous quitter la foule.
Je veux rester en vie. En vie, et entier...


Je me laisse guider à l'aveuglette, perdu dans les horreurs de ce village. Le voyage se passe sans incidence, et en fin d'après-midi, nous apercevons une grange isolée. Amis? Ennemis? La question ne se pose pas, ici, personne n'est des nôtres comme le prouve les outils tranchants que l'on pointe sous la gorge du canadien.

-Mais, il est cinglé ou quoi ?
s'égosille le plus jeune quand Alex nous présente comme des vagabonds pacifistes. C'est un coup à nous faire tous crever par des paysans en colère !

J'approuve intérieurement son incompréhension, mais siffle un "chut" bref entre mes dents. A piailler comme il le fait, il ne va certainement pas s'attirer leurs bonnes grâces. Résolu dans sa démarche de les amadouer, il leur présente une bourse de poudre qu'il étale au creux de sa main. Le sorbier?... C'est du bluff le coup de la brûlure, un truc qu'on raconte aux gens de cette époque pour les impressionner? Ou bien...

Il se propose comme otage et me lance le sachet. Je l'attrape entre mes mains et l'examine silencieusement en prenant conscience des effets que la poussière qu'elle contient à contre les surnaturels. Alors finalement, ils ont des faiblesses...
Je ne sais pas s'il me l'a remis pour que je puisse en disposer au cas où il serait fait prisonnier ou si c'est sa façon de prouver la confiance qui est censée régner parmi nous, mais je fourre le sorbier dans la poche de mon jean. Les hommes se sont mis d'accords, mais notre sort dépendra de la décision... d'une femme. Je ne m'étonne plus trop des ambivalences de ce monde. Brian lui explique les tenants de notre périples en prônant pour la vérité, aussi farfelues soit-elle.

-...Nous ne vous voulons pas de mal, juste un endroit pour dormir et de la nourriture contre une aide dans vos champs.

-Travailler ? D'où est ce que t'as vu que j'allais bosser pour eux ? J'vais pas me tuer à la tache pour prendre le risque plus tard de me faire assassiner dans mon sommeil juste parce que monsieur le policier en a décidé ainsi. T'aurais peut être dû demander notre avis. Le mien en tout cas est clair. C'est NON !

Mais quel... Je lui balance mon coude dans les côtes sans ménagement

-Liam, tu la fermes! chuchotè-je, furieux.

Je plaisante pas, b*rdel! Ils sont en train de négociés pour notre survie! Je passerais pas la nuit à la belle étoile vue les créatures qui rôdent ici... Dans le même temps, le deuxième flic se propose aussi comme otage, suscitant le mépris et la curiosité des paysans concernant sa nature.

-non.. Rien de tout ça… Je ne sais même pas ce que je suis… Je le reluque discrètement de la tête au pied. Sérieux? Et c'est lui qui espère nous protéger?... Et il insiste sur l'utilité d'un otage de chaque espèce et attaque la bêtise de ces guéguerres. Sacrifice, vérité, bon sentiments... Est-ce que ça à la moindre chance de faire échos pour eux? Qu'est-ce que ces humains à qui il s’adresse ont déjà perdus dans ces conflits? Je ne ne crois pas une seconde que ça marche, mais pouvoir prêter main forte au travail en revanche...

-Et si on lui coupait la tête, voir si ça repousse ? clame l'un en menaçant la gorge de l'adjoins. Wow!

Allez-y, essayez. Juste pour voir, qu’on rigole un peu…

-Il aura du mal à aider sans sa tête.

Je crois que je me suis jamais sentis aussi mal d'avoir tous les regards sur moi.

-Je... Je suis humain. Je veux dire, les êtres comme eux, ça a bien le double de notre force... On peut être utile. Tous. Pour gagner notre pain...

La dernière fois que j'ai ouvert ma bouche trop vite, je me suis retrouvé avec un deuxième nombril. M... mais c'est juste "logique", personne n'y perd!...

-On veut seulement un abris pour la nuit.

L'ours n'a pas ciller, Jordan non plus. La peur et la détermination passe dans les deux camps jusqu'à ce que les fermiers décident sagement de baisser leurs armes. Notre présence semble être un tant soi peu acceptée. Nous nous penchons sur le parchemin que le maléfique est venu posé entre temps.

-Je crois qu’on n’est pas la que pour ses fichues énigmes. Il.. Nous suivons un rite initiatique. Une putain de métaphore sur notre propre monde. Merde !

...Et l'autre se demande si notre rôle ne consiste pas à sauver cette époque alternative... Je soupire dans mon coin, excédé. Mais quand est-ce que ce grand naïf va finir par s'occuper de sauver son c*l et arrêter de vouloir jouer au super héro pour nos bourreaux qui plus est, sérieux?! Et il continue de déblatérer sur des vies perdues, des camps trop flous, je crois qu'il a craqué. Je déchiffre plutôt les gribouillis du clown à pédoncule.

Ils s'habillent de toutes les couleurs,
Et parfois même de correcteurs.
Ils craignent la lumière,
Et dans la pénombre font les fiers.
Ils s'assèchent s'ils cessent de se mouvoir,
Et de l'âme, sont les miroirs.


... La vache, celle est corsée. Rien ne fait sens dans cette nouvelle devinette, pas la moindre piste... Ils s'habillent de toutes les couleurs, et parfois même de correcteurs... je chasse aussitôt la vision d'une trousse d'école garnis de stylos feutres et d'un effaceur. Idée spontanée. Ils s'habillent de toute les couleurs, dans la pénombre font les fier, et de l'âme sont les miroirs. Des diamants? Mais ça bouge, c'est humide, c'est...
Le miroir de l'âme : des yeux. Le champs chromatique est effectivement très vaste si l'on prend en comptes les yeux des surnaturels, voir des animaux. Finalement, elle était plutôt évidente... même Deux Neurones a trouvé. Enfin, il en à l'air.

-Il a trouvé la réponse… Je crois... Moi je n'ai plus envie de répondre...

Le flic s'écroule mentalement. Mon irritation va croissante, je m'empare sèchement de la mine que le potiron à laissé, et j'inscris "Les yeux" sur le morceau de papier. Tout le monde est d'accords? Dans le cas contraire, que les récalcitrants inscrivent leurs propres idée, et puis on en parle plus. Là dessus, je rejoins la femme en retirant mon manteau et mon blouson, qu'importe les fringues du XXIé siècle puisque nous sommes censés venir d'une contrée lointaine. Le regard ferme, j’attends qu'elle me donne les tâches à accomplir en échange de notre nuit ici.

Je me retrouve à labourer le sol avec d'autres hommes. Les paysans doivent se préparer à l'hiver, il y a besoin de bois, de prendre soin des bêtes aussi. On oublie trop souvent combien nos ancêtres avaient un p*tain de mérite... Je me sens petit au milieu de ces hommes qui ont passé leurs vie à conserver leurs maigre confort et travailler leur nourriture. Mais je ne rechigne pas à la tâche. Parce que je veux ma part ce soir, et que je ne passerais pas la nuit dehors non plus!
A peine plus loin, j’entends pour la énième fois les jérémiades de Liam à propos de je ne veux même pas savoir quoi. Je balance ma fourche à terre, me rue vers lui, le fauche d'un bras autour des épaules et l'entraine de force dans l'ombre du mur derrière la grange où je le colle de toute mes force.

-Tu trouves ça drôle?! Plains toi encore comme tu l'a fais devant tout le monde tout à l'heure, et je te jures, je te le fais bouffer le sorbier! Si sa seigneurie préfère partir à la recherche d'un château où se faire dorloter, vas-y! Mais nous fais pas tous tomber avec tes c*nneries, au cas où tu l'aurais pas remarqué on est pas chez nous, autre temps autre mœurs, et va falloir t-y plier si tu veux rester en vie!

Un boulet. A force de caprices et d'erreurs, on va finir par y rester, bien avant d'avoir répondus à toutes les énigmes de Jack. Et pour reprendre les interrogations de Jordan, est-ce que ce n'est pas ce qu'il espère en réalité?! Nous sommes un groupe, son plaisir depuis le début semble être de tester notre solidarité. Mais si au yeux de la maudite citrouille, il s'agissait surtout de savoir qui allait s'en sortir vivant parmi nous tous?... Qui serait LE plus solide?...
Le constat me saisis et m’enflamme un peu plus. Je pourrirais pas ici, hors de question!
Je re-plaque vigoureusement le jeune loup qui essaie de riposter. Je ne suis qu'un humain, mais qu'il ne sous-estime pas la force d'un homme qui à la trouille et qui est furax.

-Hier, quand Chad et sa clique on voulus aller boire, rappelè-je en le regardant fermement dans les yeux, on rigolait pas comme à notre arrivée, ils comptaient sérieusement nous abandonnés Liam. Alors maintenant, un conseil : réfléchis bien avant de l'ouvrir et d'agir sur des coups de têtes!

Sûr qu'il ait intégré l'avertissement, je le lâche d'un mouvement sec et m'éloigne.

-Parce qu'à la prochaine c*nnerie, il se pourrait bien qu'on te laisse sur la touche. Et pour de bon cette fois.

Et ça vaut pour moi aussi. C'est pas en restant souder qu'on va y arriver. Non, c'est pas en comptant sur la débilité des uns et les exigences des autres... Je retourne au labour et plante furieusement ma fourche dans le sol trop sec.

La nuit tombée, nous sommes nourris comme promis en échange de notre aide. Un repas qui n'a rien d'un festin, les loups font lois et les Hommes en payent le prix. Mais je serais prêt à bouffer n'importe quoi d'autre qui ne sois pas humain après nos efforts consécutifs, et la bière, même de mauvaise, me requinque. Je mange jusqu'à la dernière miette de mon écuelle, et ça à l'air d'amuser l'une des plus jeunes femmes. Je lui lance un petit sourire qu'elle évite malicieusement. Le paternel, le roux vu leur tache de son similaire, ne dois pas beaucoup aimer que les garçons lui tournent autour, mais ça ne nous nous empêche pas de nous échanger des œillades discrètes. Elle y prend plaisir... Quelque chose me dis que je ne suis pas le premier avec lequel elle s'amuse au dépends des interdits patriarcal ou matriarcal. Je sens aussi la réticence de ceux du groupe qui ont perçus notre petit jeu, mais leur répond d'un regard sombre et moqueur. Si je dois crever, autant que ce sois pour avoir batifoler que pour la tendresse de ma chair!
Mais lorsqu'on nous emmène dans notre coin de repos, je suis l'un des premiers à sombrer. Je suis épuisé. Et je veux être certain d'ouvrir les yeux avant l'aube...

Les brusques battements d'ailes d'oiseaux de nuit nichés dans la charpente me réveille en sursaut. Il me faut quelques secondes pour me rappeler que nous sommes en terrains humain. Mon rêve n'était pas très ragoutant, je ne veux même pas y penser... Il fait encore nuit, tout le monde dors visiblement. Tout est si calme... C'est le bon moment. J'observe le couple d'inséparables, lovés l'un contre l'autre. Tout doucement, je me hisse jusqu'à eu, je perçois leurs ronflements discrets alors que je soulève délicatement le manteaux qui les recouvre, au niveau de la hanche de Brian, et...  

Je me fige en me redressant, les poils de la nuque qui se hérissent, et dirige prudemment mon regard vers la source de mes frissons. Charlie me regarde. Je croise les yeux à demi-ouverts du garou qui marmonne un truc incompréhensible. De me découvrir en train d'enjamber les corps au milieu de la nuit, j'en déduis son interrogation et me sens obligé de justifier.

-... Envie pressante.

Et même si j'avais l'intention d'aller demander un massage à la roussotte, qu'est-ce que ça peut bien lui foutre?! Aucune chance d'interférer sur un possible avenir, c'est même pas le passé de notre monde d'origine. Pendant quelque secondes, l'ours reste silencieux et ça me rend nerveux parce que je ne sais pas s'il va vouloir m'arrêter, pire, s'il a compris mes intentions, ou...
... Il se retourne et se remet à ronfler. Je relâche la tension et quitte discrètement la grange.

La lune éclaire largement l'extérieur, et je vais me caler derrière la porte de la grange pour sortir de l'intérieur de ma veste le révolver que je viens de subtiliser. Mon cœur bat la chamade. Je n'aime pas ces machins. Est-ce qu'il... a déjà servis? Je tripatouille pour m'assurer qu'il reste bien des balles, j'ai pas pris le risque de fouiller le flic plus que nécessaire, puis je le range rapidement. Il me faut de quoi me défendre, je ne m'en sortirais pas avec mon canif.
Pas si je veux faire route seul.

J'attends que Jack apparaisse, je dois l'intercepter le premier. On a agit en "équipe" jusqu'à maintenant, mais ça se casse la gu*ule de tout les côtés. Je n'attendrais pas qu'ils décident de m'abandonner, pas plus que je mettrais ma vie entre leurs mains. Je serais le premier à trouver le prochain lieux et à répondre à l’énigme. Est-ce que fournir à moi seul une bonne réponse annulera la possibilité de répondre aux autres? Je m'en moque.

Un petit vent surnaturel fait vibrer les bords de mon chapeau, et je lorgne en direction de l'apparition. La bourse de sorbier d'Alex et le flingue de Brian pour armes, à partir de maintenant je poursuis l'aventure en solitaire.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Dunbar

avatar


Humeur : Explosivement débordé

Messages : 528
Points : 531
Réputation : 66

Date d'inscription : 13/04/2015
Age : 24

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Jeu 19 Nov - 10:14





R∃Λ∃RS∃ WORLD


Qu'importe les coups de coude de Therence m'ordonnant de me taire une fois pour toute, je n'obéis pas et surenchère même. Depuis quand ce prétentieux se croit tout permis au point de me dire de me la fermer ? Que je m'en fiche comme de ma première couche de ses fichus ordres ! Je vais pas me la fermer et tendre le cou pour qu'on me le tranche en suppliant de le faire. C'est pas de ma faute s'ils ne sentent pas les ennuis et les envies de meurtres à notre égard à des kilomètres à la ronde.

Entre Alex et Jordan qui veulent jouer les otages, Brian qui tente de nous donner le rôle d'esclave et Charlie qui les durs à cuir en suivant leurs délires stupides, j'en ai ma claque. C'est un repère de chasseur nom de dieu ! Et cet idiot de druide en plus qui leur parle de sorbier. Tant que tu y es, parle leur de l'aconit aussi pour qu'ils en épicent nos plats après nous avoir épuiser plus que raison aux champs. Je commence à craquer. Ce n'est plus qu'une question de timing pour que j'explose ma rage aux yeux de tous.

Je reste choqué quand je comprends enfin que je suis le seul refusant leur soi disant négociation à l'amiable. Ou enfin presque. Je ne pense pas que Chad partage l'avis de la majorité. Si quelque chose tourne mal, croyez moi que je ne vais pas oublier de le leur rappeler à chaque seconde de leur foutue vie. Cependant, c'est bien la première fois que je suis heureux de voir un éclat orange vif vers la grange. Jack et son énigme du jour ! Au moins une bonne nouvelle. D'ailleurs, celui ci disparaît aussi vite qu'il est venu. Mais qu'importe. On résout l'énigme et on se casse d'ici en direction de la prochaine destination. Toutefois, les trois quart du "groupe" sont bel et bien décidé à dormir dans cette maudite grange entouré d'êtres sanguinaires à objet tranchant.  

Tandis que Parrish joue les prêcheurs de la paix, une rage s'infiltre dans mes veines. Je tente tant bien que mal de la refréner en l'entendant se questionner sur son rôle à jouer. Nous protéger ne serai pas mal pour commencer d'abord. Puis se méfier des habitants de cette époque en deuxième position. Parce que là , va falloir revoir les priorités de tout le monde vu comment ça par en catastrophe. Mon bref accès de colère passé, je préfère réfléchir à l'énigme du jour que de comprendre les raisons de notre venue ici. Ça doit être un truc tout con. Je suis sûr que la citrouille a tenté de se venger du caïd autoritaire et qu'on était là au mauvais moment à coté de celui ci.

En parlant de ce gars là, celui ci écrit la réponse sur l'affiche. Yeux. S'en est se tordre de rire dans un certain sens. Personne ici ne veux réellement ouvrir les yeux sur ce qu'il se passe dans cette ville. Chasseur ou garou, humain ou créature, ici ils n'ont pas le temps d'être pacifiste. Ils éliminent le camps adverse, c'est simplissime comme bonjour. A croire que la cohabitation entre les deux espèces n'existent pas. Déjà que ce n'est pas le cas à notre époque alors au moyen âge, faut pas rêver ! Alors que les tâches sont répartis entre différents membres de notre bande, je croise les bras montrant mon mécontentement. Ils se débrouilleront tout seul. J'ai dit que je ne participerai pas à cette pathétique mascarade d'entraide entre voyageurs et sédentaires.

Devant un humain me tendant un outil donc je ne connais pas son utilité, je hausse un sourcil dédaigneux. Qu'est ce qu'il me veut celui ci, là, avec son machin  ? Ils connaissent pas le mot non ou quoi ? Je ne toucherai même pas d'une griffe leur objet. M'exploiter, moi ! Et sans mon consentement en prime. Ça mériterai que je leur colle un procès à l'arrière train, tiens ! Toutefois, ma crise de rébellion n'a pas l'air d'être apprécié par tous à sa juste valeur. On me grogne dessus comme un malpropre pour que je travaille afin de toucher ma pitance. Si un humain ose me dire en face ce que tout ces compatriotes pense je ne réponds plus de rien. Le chien galeux, il vous dit zut ! Et en profondeur, sil vous plaît.

Soudain, on tente de me décapiter par la simple force d'un bras proche de mon maigre cou. Certes, elle n'est pas stable à l'intérieur, mais c'est que j'y tiens à ma caboche. Les jeunes de nos jours, ils ne peuvent pas être plus doux dans leurs gestes ? Naaan ! Faut brutaliser le pauvre Liam. Mais allez y ! Aujourd'hui c'est gratuit. Par contre demain faudra payer double tarif. Non mais oh, il se prends pour qui avec son regard de tueur ? Il va faire comme la dernière fois dans cette maudite boite à musique ? Me rabrouer les oreilles et me faire obéir comme un gentil toutou tout en me jugeant du regard ? Désolé mon grand mais je ne me suis toujours pas transformer en blonde à forte poitrine se prenant pour Lara Croft. T'as vraiment pas de veine niveau chance mon gars. Tomber deux fois de suite sur l'insignifiant gamin pleurnichard. J'en rirais presque.

-Tu trouves ça drôle?! Plains toi encore comme tu l'a fais devant tout le monde tout à l'heure, et je te jures, je te le fais bouffer le sorbier! Si sa seigneurie préfère partir à la recherche d'un château où se faire dorloter, vas-y! Mais nous fais pas tous tomber avec tes c*nneries, au cas où tu l'aurais pas remarqué on est pas chez nous, autre temps autre mœurs, et va falloir t-y plier si tu veux rester en vie! 

Mais vas y, essaye de me faire bouffer ton sachet de poudre et je t'arrache ta saleté de langue avec les cordes vocales en bonus. De toute façon c'est pas comme si l'on avait besoin de moi pour couler. Les membres du groupe le font très bien tout seul, ne t'inquiète pas. Comme par exemple... Révéler notre identité surnaturelle à une bande d'humains tueur de garou et leur donner des solutions pour nous enfermer avant de nous brûler vif. Et puis, venir en aide à des chasseurs voulant juste ma fourrure pour en faire des couvertures, quel idée de génie ! Complètement absurde surtout.

-Et alors ?Qu'est ce que ça peut te faire, hein ? Allez lâche moi maintenant.

Je tente de me défaire de son emprise d'un coup d'épaule quand celui qui se surnomme le rebelle se rebiffe. Ah, la bonne blague. Il n'est pas le seul à porter ce don. C'est vrai que je ne m'emporte pas souvent pour ne pas perdre le contrôle de moi même mais ce n'est pas pour autant que je ne peux pas prétendre à ce titre dont il se glorifie. Même si la colère et la peur lui donne un surplus d'adrénaline et de force ce n'est pas pour autant que je vais flancher dans mes convictions. J'ai décidé que j'en avait marre et qu'il est hors de question que je traite quoi que ce soit avec des chasseurs. Sauf Chris Argent. Mais ce gars là, c'est une exception. L'unique exception même.

Lorsque Therence me rappelle le coup en traître du trio amateur de boisson, je ne peux retenir un grognement. Pour m'en souvenir, je m'en souviens très clairement. Mon loup a faillit basculer dans le coté obscur à cause de cela en plus. Déjà que je suis assez perturbé alors envoyer des signaux opposé en si peu de temps, c'est normal que j'ai failli devenir fou. Fou furieux de les voir partir sans nous. De m'abandonner comme on laisse un chien au bord de la route le jour du grand départ en vacances. J'aurai du pourtant le savoir après la dénonciation pour la voiture de l’entraîneur de Devenford que les amitiés sont éphémères. Dès qu'on tourne le dos, il y a toujours quelqu'un pour te pousser dans le vide ou essayer de t'achever.

De toute manière, il en a de bien bonne la terreur des bacs à sable. Freiner un impulsif avant qu'il n'agisse. C'est impossible. Sans compter qu'avec mon TEI, c'est encore pire. J'essaye pourtant en me mettant des barrières infranchissables aussi grandes que la muraille de chine. Mais ça ne fonctionne pas correctement. Je regarde l'humain se détacher de moi puis partir vaquer à son occupation première. En ayant au préalable le dernier mot avec une pointe de piquant. Du Therence tout craché.

-Parce qu'à la prochaine c*nnerie, il se pourrait bien qu'on te laisse sur la touche. Et pour de bon cette fois. 

Sa langue lacérées fait mouche comme à son habitude. Toute la réalité de la situation me saute au yeux comme si je venais de me prendre un mur en pleine face. En fin de compte, on ne peux compter que sur soi même. Qu'est ce que j'ai été naïf de croire que nous arriverions à nous serrer les coudes ensemble. Mon loup est bien trop sociable pour notre bien. Je me suis relâché et ait accorder trop facilement ma confiance aux autres. Vivre avec la meute m'a ramolli. Je me suis fourvoyé en pensant qu'ils seraient comme ma famille et mes proches. Aucun d'eux n'est le bêta de mon alpha. Il n'y a donc pas cette esprit de camaraderie et de protection des membres à qui l'on tiens. Les épisodes où les flics me rassuraient n'étaient que du bluff pour éviter que j'explose et devienne un mini-hulk. Bon sang, qu'est ce que j'ai pu être stupide ! Perturbé par toutes ces révélations et découvertes, je n'ai même pas réfléchi et me suis lancé tout droit dans la gueule du loup.

Une rage incontrôlable s'empare de moi. Je ne tente même pas de la repousser et va même jusqu'à l'audace de l'accueillir à bras ouvert. Tout est dit. Chacun pour sa pomme. Je donne un  coup de poing rageur sur le mur de la grange, créant un trou entre les planches puis décide d'aller en forêt m'acharner sur quelques arbres. C'est soit ça, soit je me défoule en direct sur cette troupe que je considère maintenant comme hypocrite. Diviser pour mieux régner ? Çà me passe par dessus la tête ces vieux dictons. Je n'arrive pas à croire que je me suis laisser berner aussi facilement devant de tel beau parleur.

J'en ai marre. Marre de tout ça. Certes je suis capricieux, de mauvaise foi, égoïste, colérique, impulsif, émotif et prétentieux. Et alors ? C'est pas une raison pour me laisser en plan à la moindre occasion. Cependant, je suis revanchard et mauvais joueur. Je vais leur faire payer au centuple cet affront. Contrairement à mon idée première de tout plaqué et de vivre ma mie ailleurs en résolvant les énigmes, je préfère largement leur mettre des bâtons dans les roues. Je vais leur pourrir leur voyage impromptu à un tel point que vous ne pouvez pas imaginer. Je vais leur apprendre moi à penser un seul instant à m'oublier en chemin. Comme on dit au Lacrosse, la meilleur des défense c'est l'attaque. J'attaque donc en premier avant d'être pris sur le fait accompli.

J'irai à chaque fois à l'opposé de ce qu'ils proposent juste pour les embêter. J'ai toute une liste de vengeance en tête. Abattre des arbres à mains nu, ça vide l'esprit et vous remet les idées en place. Par ailleurs, la forêt ne sera plus jamais la même après mon passage dévastateur. Je fais mieux qu’Attila le Hun niveau carnage. La guerre à l'intérieur même de notre clan improvisé est déclarée. Ce n'est pas parce que je suis le plus petit et le plus faible psychologiquement qu'il fait se croire tout permis à mon égard. Je me sens comme un oméga dans une meute, c'est pour vous dire. Et il est hors de question que je les laisse faire ce qu'ils veulent à leurs guises.

J'ai adouci mon caractère, me suis montré plus sociable et c'est ainsi que l'on me remercie ?! Pas la peine de continuer les efforts avec une récompense pareil. Fini le gentil Liam bébé-garou de mon état. Je vais révélé ma véritable facette, celle que je cache à la vue de tous pour plus de sécurité. Et croyez moi, ça va chauffer pour votre matricule. J'ai repris du poil de la bête tantôt suite à la conversation ou plutôt le monologue derrière la grange avec le caïd. C'est terminé le petit garçon qui s'écrase comme une mouche en quête de plus de sécurité.

Tout ceci n'était que factice et tel un benêt je suis tombé dans le panneau. La protection à mon égard, ce n'était que de la poudre aux yeux pour que je reste calme, j'en suis persuadé à cet instant. Cependant, je ne me ferai plus avoir deux fois. Je ne peux en fin de compte compte que sûr moi même, mon loup et ma colère. D'ailleurs, je ne réprime plus cette dernière. Je n'en ai plus envie. Elle est bien mieux libre de toute entrave.

Ne voulant pas manger un plat susceptible d'être empoissonner, je donne ma part à ceux qui veulent. Je préfère largement devoir partir fouiller les bois en quête de nourriture ou avoir faim que de manger un repas offert par des chasseurs. Moi paranoïaque ? J'ai toute les raisons de l'être vu les regards mauvais que lancent les hommes sur nous créatures surnaturelles depuis notre arrivée dans leur territoire. Même si l'on leur a dit que nous étions pacifique, cela ne les empêche pas de vouloir nous voir danser au bout d'une corde, pendu haut et court à la vue de tous.

Mon regard navigue sur chacune des personnes présentes, tirant une grimace de dégoût en voyant certains draguer une rousse sous les yeux courroucé du père de famille. On ne badine pas avec les amis des bêtes, n'est ce pas  mademoiselle ? D'ailleurs, je ne vois même pas l’intérêt de draguer tout ce qui bouge à par flatter son ego. C'est quelque chose qui m'échappe totalement. Mais bon, après tout, il fait ce qu'il veut. Je m'en fiche totalement ce que qui pourrait arriver à mes compagnons de galère. Après tout, au moindre soucis, ils seraient bien capable de me jeter par dessus bord, tel un poids mort qui les empêche de fuir convenablement.

Allant nous coucher, j’appréhende de dormir. Va-t-on venir m'achever dans mon sommeil ou bien m'abandonner dès que je ferme les yeux ? Je décide donc de me planquer dans un coin pour me reposer que d'un œil. Le premier qui s'approche de moi, je l'égorge, camarade contemporain ou non. C'est donc replié sur moi même et ayant presque perdu l'esprit, croyant du comme fer au complot, que je m'endors. Tous craignait que j'explose une fois pour toute et qu'ils soient pris dans le souffle de l'explosion. Dommage pour eux, le point de rupture s'est fait à cause d'un humain nouvellement majeur qui risque très prochainement de se la jouer en loup solitaire. S'il meurt, je réclame sa bécane par contre ! En faites, c'est pas une mauvaise idée qu'il se barre... J'ai plus de chance de récupérer son bébé motorisé ainsi.



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 948
Points : 963
Réputation : 86
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Jeu 19 Nov - 12:04











R∃Λ∃RS∃ WORLD


L’exécution sur la place public a fini de faire céder les dernières résistances de chacun. Je regarde le spectacle comme si je n’étais pas vraiment présent. Je ne sais pas d’où me vient cette capacité de détachement. Je crois qu’en fait je n’appartiens à aucun groupe, ni aux humains de cette époque reculée, ni aux surnaturels dominateurs et encore moins à la troupe de mes contemporains. Mon esprit a basculé dans un mode que je ne saurais pas qualifier. J’ai un but, celui de pouvoir circuler librement à mon époque, sans avoir à cacher ma nature. Cependant, je me rends bien compte que le modèle qui s’applique ici n’est pas une sinécure. Dans les deux époques, la population humaine dépasse celle des surnaturels et s’il faut devenir oppresseur pour ne plus être oppressé, je ne vois pas le gain sur la tranquillité de vie. Le problème est cornélien.

Alors que je suis les autres sans prêter attention à ce qu’il se passe, je réfléchis à ce que je souhaite vraiment. Vivre simplement avec Mick et faire ce que l’on a envie de faire. La citrouille a des pouvoirs assez fabuleux, mais le monde dans lequel elle nous a plongé, ne me convient pas en l’état. Cela va d’un extrême à l’autre…

Quand nous arrivons en vue d’un abri potentiel pour la nuit, c’est là que tout se gâte. Alex propose de nous enfermer dans un cercle de sorbier, Jordan en cocotte-minute est prêt à  exploser et se constitue prisonnier, Liam pète clairement une durite et Charlie qui n’attend qu’une chose : coller son poings dans une figure. Quant à Therence… il semble bien trop réfléchir si j’en crois le pli soucieux sur son front, pour que ce soit bon pour tout le monde. Ma manœuvre a finalement marché. La discorde règne dans le groupe. Il suffisait de pousser légèrement un levier et la nature égoïste de chacun refait vite surface. Je me tiens à l’écart des discussions, prêt à prendre la tangente si l’option sorbier est retenue. Je tire les ficelles, mais en aucun cas n’accepte de me faire manœuvrer ou bloquer.

La citrouille nous lâche son énigme à la manière d’un avis de recherche placardé sur la porte de la grange. Le consensus avec les paysans finalisé, l’énigme est analysée et résolue. « Yeux », une évidence. Sont-ils le reflet de l’âme, ça j’en suis moins certain. Car le groupe le prouve par ses mini-trahisons. Un seul d’entre eux semble raisonner comme moi, où du moins, Jordan analyse notre situation avec d’autres dispositions qui sont les miennes. Il veut préserver tout le monde là où je ne pense qu’à mon confort personnel.

Un voyage initiatique ? Je n’avais pas perçu cette hypothèse. Suis-je mis à l’épreuve ? Dans ce cas-là, je risque de ne pas faire un bon score. Quel serait le prix pour un monde comme je l’envisage ? Mon envie est-elle utopique si on s’affranchit de la réalisation en elle-même ?

J’ai envie de discuter avec Jordan, mais pour creuser le sujet je devrais lui dire mon dessein, et il n’en est pas question. Therence et Liam sont limites à se mettre sur la figure. Brian est visiblement perdu entre ce qu’il pense qu’il faut faire et Jordan qui s’échappe dans le mysticisme. Je m’acquitte de ma part de travail sans grande conversation que le strict nécessaire.

Les corps sont fourbus du dur labeur fait dans les champs ou en forêt. Notre pitance est sans gout mais nourrissante. Les humains ont tenu leur parole. Je m’endors doucement. C’est la voix de Charlie qui me réveille. J’ouvre une paupière mais ne bouge pas. Therence a une envie pressante, mais il enjambe Brian au lieu de le contourner. Je trouve cela singulier. Quand il passe devant moi, je remarque que l’un des pans de son manteau bas lourdement contre sa cuisse. Je n’y prends pas plus garde et me rendors.

***

L’air frais du matin nous tire du sommeil. La courge n’est toujours pas venue nous dire si la réponse écrite est la bonne. Quand je vois Brian porter la main à sa hanche, un déclic se fait dans ma mémoire. Dois-je cafter ou pas ? Je ne souhaite pas spécialement la mort d’un des nôtres par une maladresse ou mauvaise utilisation de cette arme. J’attends de voir la suite pour décider de dire ou pas ce que je suspecte. Sans son flingue, Brian affaiblit la position des flics du groupe. Mais la zizanie est déjà bien engagée. Il faut peut être pas trop la pousser non plus. Je ne sais pas quelles conditions il faut pour réussir les épreuves. L’individu seul peut-il gagner ? Je poserai la question à cette citrouille maudite à sa prochaine apparition.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brian O'Conner

avatar


Humeur : Troublé...
Messages : 771
Points : 809
Réputation : 110
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Jeu 19 Nov - 21:18


R∃Λ∃RS∃ WORLD


Feat : La courge, Hell Toutou, la princesse, le rebel, Brise de friture, la canadienne et le citadin



Je sens le groupe se fracture. Le plus jeune craque. Nous avons trouvé un arrangement avec les paysans, mais peu sont d’accord avec ça en commençant par Liam. J’avoue que la réaction de Therence calme mon envie d’aller coller une claque à Liam dont l’hostilité pourrait bien nous valoir un revirement de la part de ceux qui nous autorise à nous abriter sous la grange pour la nuit.

La citrouille est venue avec son énigme. Je suis attristé du désarroi de Jordan. Au-delà des énigmes, il voit dans notre galère une quête initiatique. Je ne sais pas si c’était dans les cartons de la cucurbitacée de nous faire réfléchir sur notre vie et ce que nous sommes au fond de nous, mais cela marche pour certains d’entre nous.

- Tu vois, Brian ? Je sais plus, la.. Protéger qui ? Contre quoi ? Chaque fois que nous agissons, que ce soit ici ou dans notre monde d’origine, c’est au détriment de quelqu’un ou quelque chose.
- Jordan…
- On perd à chaque fois. Une vie. Un peu d’âme, putain, qu’est-ce que j’en sais ? On ne vaut pas mieux…
- Mais si !
- J’espère qu’on vaut mieux, il faut… sinon tout ça n’a plus aucun sens…
- Personne ne te demande l’impossible, juste d’agir en ton âme et conscience. Jordan ?
- il a trouvé la réponse… Je crois… Moi je n'ai plus envie de répondre...
- Je vais le faire, ne t’inquiète pas.


Finalement c’est Therence qui écrit presque rageusement la réponse sur le papier, avant d’aller réclamer sa part de travail. Au moins il a compris mon idée. Donner avant de demander à recevoir. Il faut accepter de céder le premier. Ce n’est pas une question de lâcheté ou de faiblesse, juste… une intelligence de vie ? Pendant que l’on nous distribue nos tâche, je prends Jordan à part.

- Je ne connais pas les intentions de la courge. Therence nous a dit que l’an passé, il prenait un quart d’énergie vitale à chaque mauvaise réponse… quatre mauvaises réponse et… Alors si cette année, c’est nous mettre le nez dans nos propres excréments… acceptons la leçon sans pour autant nous renier. Personne ne se donne la peine de donner une leçon à une personne que l’on pense perdu. C’est donc que nous avons une chance d’évoluer et de nous grandir. Puis n’oublie pas ce que tu représentes pour moi.

Le travail aux champs est physique et en fin de journée, je ne suis pas le seul à être harassé. J’accueille le repos avec soulagement. La fatigue a calmé les ardeurs colériques, mais le mécontentement persiste. Nous nous installons pour la nuit. Il est vrai que rien ne nous garantit qu’ils ne viennent pas dans la nuit nous faire la peau. Mais nous n’avons d’autre choix que d leur faire une confiance… aveugle. Est-ce là une leçon ? Apprendre à ne pas toujours tout maîtriser ? J’entoure les épaules de Jordan, même sa chaleur naturelle a du mal à diffuser. Alors je prends le relais et c’est moi qui le réchauffe contre mon corps. Chaleur de l’âme, et baume au cœur. Le sommeil me fauche et je dors à poing fermé jusqu’au matin.

Aube morose, la campagne avoisinante est sous une brume matinale qui nous glace. Un coq chante au loin, des bruits de hache dans la forêt nous avertissent que les paysans sont déjà au travail. L’époque est dure. Ce constat me conforte dans mon attitude de la veille. La seule monnaie valable que l’on a ce sont nos mains et certainement pas les maigres gains que Charlie peut faire au jeu de carte. Surtout pour subvenir à sept personnes. Machinalement je remonte mon ceinturon et mon cœur manque un battement. Mon arme n’est plus dans son étui. Elle n’a pas pu tomber, je suis bien trop soigneux pour avoir oublié de mettre l’attache… J’ai l’impression de me retrouver nu. Un militaire désarmé… Les paysans ont-ils osé venir se glisser dans la grande malgré les garous ? Je trouve cela un peu fort. Je continue à agir comme si de rien n’était et observe mes compagnons d’infortune.

Je bloque sur le regard de Chad qui me regarde bien trop fixement pour être anodin. Sans parler de son petit sourire en coin. Il n’aurait pas osé ?! Mon regard se fait menaçant. Imperceptiblement, il secoue négativement la tête, puis l’air de rien pointe le menton en direction de Therence. L’adolescent a comme une enseigne lumineuse au-dessus de la tête où est écrit en lettres clignotantes « J’ai fait un truc pas correcte, je ne suis pas tranquille »… Quand est-ce que les jeunes comprendront qu'ils sont pire que des Pinocchios ambulants ! Je me retourne vers Chad qui se détourne en haussant les épaules. Laisser mon arme à ce jeune n’est pas une bonne idée. Mais la lui reprendre maintenant, n’est peut-être pas forcément mieux. Je décide d’attendre un moment moins tendu pour la lui reprendre… ou alors un cas d’extrême urgence…

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar


Humeur : Perplexe

Messages : 912
Points : 1035
Réputation : 169

Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Ven 20 Nov - 0:55

R∃Λ∃RS∃ WORLD


Alex fut bientôt rejoint dans ses pourparlers par les deux policiers, qui mirent leurs grains de sel, sans que le druide ne parvienne à savoir de quel côté ils feraient pencher la balance, ni s'il leur en était reconnaissant. L'offre de Jordan était tendue, ça faisait un peu loup dans la bergerie. Manifestement, il ne fut pas le seul à avoir cette image, le pauvre homme subissant aussitôt une menace. Le flic ne cilla point lorsqu'on le menaça de lui trancher la tête, mais Alex leva la main en guise de protestation.
-Je ne vous le conseille pas vraiment. avait-il avisé d'un ton posé qui n'avait rien de menaçant. Derrière eux, par contre, on ne pouvait pas dire que Charlie s'était montré aussi diplomate. Avec lui, Liam chignait comme seul lui savait le faire. Le biochimiste réprima un soupir en se demandant comment ils auraient passer inaperçu. Non seulement il ne fallait pas un nez bien fin pour sentir l'odeur de chien que dégageaient leurs habits, mais la mode en elle-même était très différente entre les citadins et les ruraux. Aussi bien dire qu'ils portaient un néon indiquant qu'ils étaient des créatures de la nuit.

L'offre de Brian tombait sous le sens et Alex l'approuva d'un mouvement de menton résigné. Besogner ne lui avait jamais vraiment fait peur. Et puis, le pire qui risquait d'arriver, c'était de lui rappeler Sandilands et l'époque où ils étaient encore une famille... unie. L'unité leur faisait encore défaut en ce moment, mais ils n'étaient pas une famille, simplement une bande de badauds disparates qui présentait un haut taux de surnaturel dans son ensemble. D'ailleurs, Liam s'écriait toujours comme la princesse gâtée pourrie dont le costume qu'il avait porté n'était finalement peut-être qu'une métaphore de sa personnalité, et leur hôte cucurbitacée en profita pour leur laisser une énigme à ce moment. Trop occupé dans les pourparlers, Alex n'y fit pas trop attention. Il vit Chad et Therence s'avancer pour écrire quelque chose sur l'écriteau après que ce dernier eut raisonné leurs hôtes humains, mais n'en fit pas trop de cas. Ils avaient le gîte et le couvert pour la nuit sous condition qu'ils aident et restent à dormir dans la grange. Apparemment, ils n'avaient pas trop envie de voir un Jordan brûler leurs maisons. C'était quoi cette histoire de rite initiatique? La tomate géante était seulement mesquine et sadique, ils n'étaient pas dans un conte pour enfants où la morale prime toujours à la fin. Ils étaient dans la vraie * vie. Ou quelque chose qui se faisait passer pour. Et ça, tant mieux pour eux s'ils ne l'avaient pas découvert au collège, mais la vie, c'est rude.

Alex était quand même fichtrement content de ne pas avoir évoquer tout ce qui lui traversait la tête à voix haute. Allez savoir ce qui serait arrivé s'il avait suggérer d'emprisonner les garous dans le sorbier pour la nuit plutôt que de se livrer en otage! Ç’aurait certainement eu l'effet d'une bombe! En tout cas, tout était relativement calme pour le moment. Avec Charlie, ils s'occupaient du bois : couper les branches des troncs, fendre des bûches, corder lesdites bûches. Ils travaillaient en silence, perdus dans leurs pensées. Ou tout du moins Alex l'était. Il avait retiré les chauds vêtements d'époque et ne portait plus que sa chemise à carreaux. La sueur perlait sur son front alors qu'il bûchait, comme si il parviendrait ainsi à expulser ses craintes et autres chimères hors de sa tête. La cohésion du groupe se fragilisait chaque jour, il fallait être aveugle pour ne pas le voir, et il avait l'impression que chacune de ses tentatives pour la consolider n'avait eu aucun effet positif. Devenait-il paranoïaque ou certains se murmuraient-ils réellement des messes basses? Il avait bien vu les deux cadets se rendre en catimini derrière la grange pour discuter. Et il se doutait que Brian et Jordan ne s'échangeaient pas que des mots doux. Qu'arriverait-il si quelqu'un se barrait? Ils se cliveraient probablement comme une molécule dans un spectromètre de masse, à n'en pas douter. Et une chose qu'Alex savait, c'était qu'il ne voulait pas se retrouver seul. Il saurait se débrouiller, certes, mais...

Après sa petite discussion avec Therence, Liam décida d'exprimer subtilement sa colère en déracinant la moitié de la forêt. Oh qu'Alex priait pour qu'on lui dise qu'il n'avait pas été un jeune aussi... difficile. D'un mouvement de menton, le druide indiqua au cuisinier qu'il voulait aller chercher quelques arbres. Ça lui déchirait le cœur de savoir que l'adolescent montrait un tel manque de respect pour la forêt, mais maintenant que le mal était fait, aussi bien en tirer le meilleur. Avec l'aide de Charlie, et surtout de sa force, il pourraient ramener les troncs près de la grange, où ils pourraient sécher. Le scientifique profita toutefois du fait qu'ils étaient à l'écart pour avoir sa propre discussion en tête à tête avec l'ours.

-J'commence à me demander si on r'tourna jamais chez nous, Crowley. Et le plus longtemps on reste, le moins je pense qu'on restera tous ensemble. Les tensions qu'il y a entre tout le monde, ça va éclater, mec. Puis si on reste pris ici...

Alex entailla une branche qui bloquait le chemin du billot dans un grognement, facilitant ainsi le travail de son collègue.

-Charlie, t'es celui en qui j'peux avoir le plus confiance ici, c'est dire. Si on est prisonniers de ct'époque, on aura besoin de quelqu'un pour garder nos arrières. Tu peux faire ça? On ira vivre dans une grotte au milieu de nulle part si tu veux. M'enfin, j'm'embrouille. J'ai besoin d'un ami, j'crois que toi aussi. Marché conclu?

Alex tendit la main à Charlie, qui posa le billot et la prit. Sur un coup de tête, Alex tira le garou vers lui et lui fit une accolade amicale. Déjà, il se sentait moins seul et ce monde lui semblait moins gris. Ils reprirent le travail jusqu'au repas, puis jusqu'à ce qu'ils tombent de fatigue, ce qui ne fut guère long pour le druide.

Au petit matin, Alex crut se réveiller en premier et réalisa qu'il avait la main sur le visage de l'ours, étouffant vaguement ses ronflements. Les premières lueurs du matin pointaient le bout de leur nez et, profitant du calme, Alex se vêtit et sortit pisser, à quelques mètres à l'intérieur de la forêt. Il retourna ensuite derrière la grange, ou il recommença à fendre du bois. Frapper les bûches ainsi était définitivement cathartique.
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Mister Jack

avatar


Humeur : Malsaine
Messages : 104
Points : 187
Réputation : 2
Date d'inscription : 04/10/2015
Localisation : Dans votre dos

MessageSujet: Re: [Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD   Ven 20 Nov - 14:15







Une nuit dans l'année

En maîtres, ils régneront sur vos cauchemars



Le groupe se disloque. Leur unité craque de toute part et l’individu se fait roi. Les binômes resserrent les coudes pour affronter la tempête. Ceux qui n’ont pas de moitié viable avec qui faire front, se préparent comme ils peuvent pour survivre. Je crois qu’il est inutile que j’ajoute un peu d’huile, la viande mijote déjà à souhait. La fin de leur calvaire approche. Il me reste quatre énigmes en poche… avant le bouquet final. Ont-ils compris où je les mène ? Echoueront-il devant la porte de sortie ?

Tu fermes tes yeux dans le vain espoir d'effacer ce passé qui est devenu ton présent...

Furtivement, j’entoure la réponse écrite et colle un “Bravo” pour la forme. J’inscris brièvement le prochain lieu de notre rencontre avec un vague plan. Deux croix et des pointillés entre.

Spoiler:
 


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia



Suite : Par ici mes agneaux


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
 
[Event Halloween] R∃Λ∃RS∃ WORLD
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Distillerie-
Sauter vers: