AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 951
Réputation : 43
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Mar 17 Nov - 22:36



 Mon deuxième jour avec nounours



 
Je me réveille doucement, m’écarte, tandis que le réveil sonne, pour me sortir de mon lit, mais la douceur des draps chauds me donne envie de rester au lit. Je m’étire, seul dans ce grand lit, regarde doucement par la fenêtre de ma chambre : le temps est sombre, avec quelques taches bleues. L’hiver approche. Je tremble rien que de penser que je vais devoir sortir.
 
— Brr ! Froid.
 
Je m’enfonce sous la couette, puis pense à mon projet. Je jette la couverture à terre et m’assoie au bord du lit. Aujourd’hui, c’est mon deuxième jour de stage. Je souris, me rappelant ma première journée. Le patron, je ne l’ai pas vu longtemps, mais le cuistot, un peu bourru, comme un ours qui aime rester dans sa caverne, était assez direct, brusque.
 
 Je souris à l’image qui me vient à l’esprit. Un nounours, habillé en restaurateur qui prépare la nourriture pour ses clients. Je rigole et me demande ce que l’on va préparer aujourd’hui. Des hamburgers ? Vais-je préparer un plat aujourd’hui ? Je trépigne d’impatience de le savoir. J’espère qu’il va me laisser faire, qu’il me fera confiance. La première chose que m’a dit Charlie quand je l’ai rencontré, c’est une simple phrase : le patron ne t’accepte que pour une chose : avoir de la main-d’œuvre gratuite…
 
Bref, passons. J’enfile une simple tenue : un jean bleu, avec une chemise blanche. Bien sûr, je n’oublie pas le sweat et la veste pour me réchauffer. Même si mon côté loupiot fait que je crains moins la fraîcheur, à une certaine température, je frissonne.
 
Une fois habillé, je me prépare un petit déjeuner assez copieux pour tenir toute la journée. Pendant le service, on ne mange pas, on sert les clients. Et le patron n’accepte pas que ses employés dévorent son chiffre d’affaires. Attention à ne pas rater le moindre hamburger, sinon la paye diminuera…
 
J’avale le tout en peu de temps et préviens mon père que je m’en vais.
 
— J’y vais, papa ! À tout.
 
Sorti de la maison, je me prépare à courir et aperçois un homme qui observe notre maison. Que fait-il là ? Ma montre sonne. Je ne dois pas arriver en retard. Je ne fais plus attention à l’intrus et m’élance vers ma destination : le routier. Une cuisine simple. Et surtout à moindres frais (surtout pour le patron, le client paie un peu cher pour le produit). Même si Charlie fait d’excellentes assiettes avec les produits. 
 
Je suis le chemin que m’a indiqué Liam. Je me souviens de tout, même des indications qu’il m’a données et des folies qu’il faisait pendant le trajet. Pourquoi tout ce qu’il me dit reste-t-il dans mon esprit ?
 
Je verrai plus tard. Là, je me trouve devant le restaurant. Je m’avance et vois Charlie ouvrir la porte pour préparer l’ouverture. Il ne m’a pas remarqué en train d’arriver à la même heure que lui. J’avance, le salue avec un sourire, comme toujours.
 
— Bonjour, chef ! Que puis-je faire aujourd’hui ? demandé-je en rigolant.
 
J’espère qu’il me permettra de préparer au moins un hamburger. Pourtant, je suis déçu. Pour seule réponse, j’obtiens : « Comme hier. » Donc, corvée d’épluchure de patates et d’oignons. Je souffle. Super. C’est l’heure de faire la fête. Pff. En attendant l’arrivée des clients, je me rends utile et aide la serveuse à préparer les couverts. J’installe comme elle me l’a appris la veille. Couteau, fourchette…
 
 Une fois tout préparé, je retourne en cuisine et fais mon travail. Je prends un seau et épluche les pommes de terre, puis m’attaque aux oignons. Le plus dur, cela donne envie de pleurer. Ils piquent les yeux à chaque taillade, comme une parade pour que j’arrête de l’éplucher. Je résiste et termine mon travail, du moins pour un temps.
 
Les premiers clients en profitent pour entrer. Les commandes arrivent vite. Non loin de l’entrée, je vois les allées et venues. Puis je le vois arriver. Stiles. Il rentre dans le restaurant, seul. Je regarde Charlie qui travaille, fait cuire ses hamburgers, met les frittes dans l’huile. Et me lève en le voyant.
 
— Salut, Stiles !
 
© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 155
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Dim 22 Nov - 20:29


Apprenti et drôle de surprise





Même à Beacon Hills, l’hiver finissait toujours par réclamer son dû. Les branches nues des arbres, ce petit vent frisquet qui passait son temps à ébouriffer les passants, ou même simplement les décorations de Thanksgiving qui éclosaient de toute part dans les vitrines, remplaçant citrouilles et sorcières, auraient pu suffire à l’affirmer. Toutefois le cas de Charlie était un peu différent. Voilà déjà plusieurs jours qu’il sentait le froid arriver –tout relatif en Californie, certes- et ce, jusque dans sa chair. Oh il aurait pu très bien supporter la température un tantinet rafraichie mais le fait est que plus le temps passait et moins il avait envie de sortir et de s’activer. Autant dire que les départs pour le diner lui semblaient de plus en plus matinaux. Trop matinaux. Morose, engoncé dans une écharpé élimée, il farfouillait dans sa poche à la recherche de son satané trousseau de clé quand une voix claire et enjouée lui hérissa le poil.

« Bonjour, chef, que puis-je faire pour vous aujourd’hui ? »

La clé s’insérait enfin dans la serrure et Charlie eut un regard peu amène pour l’adolescent enthousiaste qui se trouvait à côté de lui.

« Comme hier. »

Déçu l’artiste ? Le visage de l’ours ne laissa rien transparaître devant le désappointement manifeste du garçon et il pénétra dans la cuisine sans même lui accorder une parole d’encouragement. Après tout, il l’avait prévenu. Lorsque Liam était venu le trouver pour lui présenter son camarade, précisant qu’il souhaitait devenir cuisinier, Charlie avait été on ne peut plus clair. Peut-être bien qu’il pourrait convaincre le patron de laisser le gamin faire son apprentissage au diner, oui. Mais que ce dernier ne s’attende pas au stage du siècle. La main d’œuvre bon marché, voilà le seul argument qui pourrait décider Eddy à s’embarrasser de lui. Et évidemment, ça n’avait pas raté. Enfin au moins, Caracole était plus doué que le dernier commis qu’il avait eu en cuisine, lui au moins n’avait pas encore rajouté un bout de doigts au milieu des oignons. Les clients appréciaient moyennement les apports de protéines non prévus sur le menu.

Pris dans sa routine matinale, l’ours ne prêta plus attention au jeune homme. Il lui avait montré la veille quelles étaient ses tâches et lui-même s’employa à effectuer les siennes, une fois son tablier crasseux enfilé. Aérer la cuisine, réceptionner les commandes, vérifier ses réserves, désespérer devant la qualité médiocre de ses dernières, grommeler, nettoyer son poste de travail, charrier Jenny qui devait gérer le gamin en salle,  commence à préparer ce qui pouvait l’être… L’ouverture n’était jamais très violente en cuisine, les premiers habitués à se pointer ne venait en général que pour un café et quelques beignets et l’ours en profita pour sortir fumer une clope à l’extérieur. Lorsqu’il revint, il eut le déplaisir d’entendre une voix bien connue plaisantant avec la serveuse au comptoir. C’était devenu une habitude pour un certain druide de sa connaissance de passer le matin avant de partir à l’hôpital et malgré le semblant de trêve que les deux hommes avaient conclu depuis leurs mésaventures en forêt, l’entendre faire glousser sa collègue agacer toujours autant l’ours qui passa la tête par le passe-plat :

« Sans rire Cormier, je vais finir par croire que c’est du pipeau tes histoires de labo, t’es toujours fourré ici ! »

Evidemment, la pique ne suffit pas à faire fuir le petit ami de Jenny qui se contenta de le saluer ironiquement en levant son gobelet de café. Grommelant, l’ours réintégra sa cuisine sous les rires conjoints de la jeune femme et du laborantin qui finit malgré tout par partir bosser.

Les premières commandes arrivaient et le rythme s’intensifia. Quand bien même Charlie ne lui en fit pas part, l’aide de Caracole fut la bienvenue : avoir des petites mains sous la patte était toujours pratiques en période de rush, cela lui permettait de se délester d’une partie des tâches. Plongé dans ses hamburgers et ses frites, l’ours ne fit pas attention au énième tintement de clochette de la porte, jusqu’à ce qu’une odeur particulière lui frappa le nez. Relevant vivement les yeux, il jeta un coup d’œil par la porte ouverte de la cuisine qui donnait sur la salle et suivit des yeux son apprenti se diriger vers un jeune homme qui s’installait. Pas de doute, il y avait une odeur de loup sur ce type, et pas n’importe quel loup. Un sourire aussi féroce que fugace passa sur les lèvres du cuisinier alors qu’il renversait une nouvelle portion de frite dans l’huile bouillante et il attendit que le bébé garou 2ème du nom revienne pour l’interroger sans relever les yeux de son ouvrage :

« Hep ! C’est qui celui-là ? »


© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 432
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Mar 24 Nov - 23:57

Un sourire chaleureux



Je me réveille tôt. Trop tôt. Je ne fais plus de nuits complètes depuis un moment maintenant. Il se passe bien trop de choses dans cette ville pour que je puisse me reposer sur mes deux oreilles. La menace sur la meute n’a pas complètement disparue. Si Buck n’en fait désormais plus partie, ils sont tous sur leurs gardes. La perte de Fiona n’a épargné personne. Peter est toujours à la limite de sombrer. Derek est à moitié éteint depuis qu’un malheur a de nouveau frappé le manoir. Miyavi commence à réapprendre à vivre sans Chad mais il est toujours concerné. Je sais qu’il est inquiet. Chad, justement, est quasiment méconnaissable. Mick essaye de le ramener à la raison, il n’y a que lui qui en soit capable. Luka tourne dans la ville. Je sais qu’il est inquiet, car j’ai l’impression de le voir partout. Il rôde. Il nous surveille. Il nous protège. Je soupçonne même Derek de lui avoir demandé de garder un œil sur moi. Même Ruby est différente. Elle est à fleur de peau et pas seulement à cause de la grossesse. Et il y a la meute de Scott. Mon meilleur ami ne sait pas réellement quoi faire de son rang d’alpha. Liam se débrouille comme il peut, mais il a du mal à faire confiance. Et Scott n’est guère présent ces temps-ci. J’essaye comme je peux de l’aider, mais je ne suis qu’humain. Lydia est préoccupée, elle aussi. Et mon père est surchargé de boulot.

J’ai besoin de penser à autre chose, au moins une ou deux heure. J’ai besoin de m’écarter de tout cela, même le temps d’un repas. Je joue avec mon téléphone, le faisant tourner entre mes doigts, quand soudain une illumination me vient ; je cherche dans mes messages et je retrouve le dernier SMS de Carry. Il m’annonce qu’il va travailler dans un Dîners, pas le mieux côté de la ville, mais bon. Et si j’allais le voir, tiens !! Un peu de fraîcheur me fera du bien. Sa candeur et sa joie de vivre font du bien à l’âme de temps en temps.

J’enfile mon manteau et je grimpe dans ma Jeep. Quelques instants plus tard, je m’arrête à la médiathèque. J’y passe l’intégralité de la matinée. Je cherche toujours la signification de cette marque, mais jusque-là, je n’ai aucun indice. Vers onze heure et demi, je range les livres que j’ai sorti et je reprends la route, direction le fameux Dîners. Pfiou! C'est officiel, l'hiver se pointe!!! Brrr!

— Salut, Stiles !

Je souris en voyant mon ami s’avancer vers moi, le visage barré de ce sourire qui apporte un peu de soleil.

« Hey, salut, Carry. Comment va ? Tu as de la place pour moi?

Le blondinet m’indique une place au bar qui me permettra de discuter avec lui sans qu’il se fasse trop sermonner par son bosse. Je lui demande son avis sur la carte et je choisi le burger qu’il me conseille. Il s’échappe en cuisine et je le suis des yeux tandis qu’il transmet ma commande au chef cuistot. Ils échangent quelques mots. Comme j’aimerais avoir l’ouïe de Derek parfois ! Carry revient vers moi, et pendant un bref instant, mon regard croise celui du cuisinier. Une douleur fugace travers mon bras, mais elle disparaît aussitôt. Je souris au blond qui s’approche.

— « Ca fait un moment, vieux. Quoi de neuf ?! Comment tu t'es retrouvé à bosser là?




::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 951
Réputation : 43
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Lun 30 Nov - 21:21



 Faire à manger pour Stiles ; la dure loi du nounours : Siouplé.



 
— Salut Stiles !
 

Je suis heureux de le revoir après autant de temps sans nouvelle. La dernière fois que je l’ai vu, c’était lors de l’attaque de l’autre folle. Il m’avait bien fait comprendre qu’on devait parler. Puis pas de nouvelle. Je l’observe un instant, et sens un mal être en lui. Que lui arrive-t-il ? Je m’approche, laissant le cuistot seul, de toute façon, j’ai fini d’éplucher les pommes de terre et les oignons. J’aurais peut-être dû me laver les mains, cela ne doit pas sentir bon. Je les essuie alors sur mon pantalon, m’approche et regarde en arrière, espérant que Charlie ne dise rien sur mon court départ. Plus je m’approche de Stiles, plus je ressens sa tristesse…
 

 Que fait-il là ? Est-il venu comme ça ? Puis je me remémore le texto que je lui ai envoyé. Il l’a reçu et est venu.
 

Impatient de pouvoir lui parler, j’oublie tout ce que m’a appris la serveuse sur le service. Saluer le client, l’installer à une table, le laisser attendre – tout en lui proposant apéritifs ou boissons non alcoolisé – et une fois son choix fait prendre sa commande.
 

Devant Stiles, je ne sais pas quoi dire. Je regarde autour de moi. La serveuse parle avec la connaissance de Charlie, enfin je crois, il lui a dit une boutade qu’il n’a pas voulu écouter. Parfois, elle le laisse pour servir les autres clients puis revient. Je souris à Stiles, un immense sourire provoqué par sa présence.
 

— Super que tu sois là. J’suis content.
— « Hey, salut, Carry. Comment va ? Tu as de la place pour moi? me demande-t-il.
 

Carry, j’adore ce surnom, je l’aime bien…
 

J’écoute mon ami, lui prend la main et le mène vers le bar, le meilleur endroit pour que je puisse lui parler sans être embêter par les autres. Toujours content, je réponds à ses questions. Je me laisse emporter par ma joie.
 

— Ca va super ! Et oui, j’ai toujours de la place pour toi, même si je dois t’amener dans la cuisiner pour le repas.
 

Je n’aime pas voir les gens que j’apprécie triste… Je fais en sorte de les faire rire, mais la plupart du temps, je n’arrive pas à grand-chose…
 

Je lui donne la carte et, à sa demande, lui montre le burger que j’apprécie le plus de Charlie et pense à ma première journée. J’avais gouté en cachette un hamburger pour voir si Liam disait vrai sur la qualité de cuisinier de Charlie. Le cuistot avait aimé mon compliment, mais pas le fait que je pique un hamburger, que j’ai payé à la fin.
 

Je souris et lui fait un clin d’œil.
 

— Je reviens.
 

Je m’approche de Charlie, avec la commande dans la tête et, au lieu de la lui annoncer, il me demande de bout en blanc.
 

« Hep ! C’est qui celui-là ? »
— C’est Stiles, un super ami, la première personne que j’ai rencontrée en venant dans cette ville. Il est super gentil…
 

Là, je me pose des questions. Pourquoi me demande-t-il cela ? Puis, je me demande si toutes mes explications sont utiles. Il s’en fout un peu je crois.
 

— Euh, pourquoi il t’intéresse ?
 

Puis je termine par la commande, tout en demandant, même si je n’ai que peu de chance qu’il accepte, de pouvoir faire ce burger-là. Je dois trouver quelque chose d’imparable pour qu’il dise oui. De toute façon, il n’y a pas beaucoup de monde aujourd’hui. J’ai peut-être une chance.
 

— S’il te plait, je peux lui faire son hamburger ? Je serai tout sage, et comme ça, tu pourras aller faire autre chose à côté, genre parler au monsieur de la dernière fois, ou même allez parler avec mon ami. Je peux ?
 

Va-t-il accepter ? Je ne sais pas, j’ai peur qu’il dise non.  Je retourne vers Stiles sans que Charlie ne me réponde, pensant qu’il m’ait dit non. Mon ami me sort un sourire après avoir fait une grimace. Je suis inquiet et m’apprête à lui demander s’il va bien, sauf qu’il me devance :
 

— « Ca fait un moment, vieux. Quoi de neuf ?! Comment tu t'es retrouvé à bosser là?
— Oui, trop longtemps même, j’attendais des nouvelles moi, sourié-je, n’arrivant pas être triste à ses côtés. Il s’est passé tellement de chose, ça va être dur à expliquer en peu de temps. Comme tu t’en souviens, j’suis devenu un loupiot (dis-je doucement pour que lui seul puisse m’entendre)…
 

Je ne sais pas pourquoi je lui parle si librement de ma morsure, papa m’a pourtant demandé de ne pas le divulguer… mais je peux le faire avec Stiles, il connait ce monde… Il n’était pas surpris lors de l’attaque de… C’était quoi au fait cette femme. Je ne me suis même pas demandé la question…
 

Je reprends mon monologue.
 

— J’ai fui de chez mon père… Et j’en ai trouvé un autre. Cahir l’alpha qui m’a mordu, je sais pas si tu connais ?
 

Je me tais, cela fait beaucoup à avaler et surtout, Stiles doit me prendre pour un fou de lui dire tout cela en peu de temps. Je n’ose voir ses réactions, de peur… de je ne sais quoi. Je parle sans m’arrêter, comme si cela allait faire fuir l’horreur passée. Puis, le meilleur moment de ma vie arrive, je ne sais même pas pourquoi mais parler de lui me rend heureux. Pourquoi suis-je si content en sa présence ? Il faut que j’arrive à comprendre tout cela. Mais pas maintenant, là, je suis avec Stiles.
 

Je reprends alors mon texte :
 

 — Après je me suis fait un super pote. Liam. Il est super sympa, il m’a même invité chez lui. Je l’aime bien moi. C’est grâce à lui que je suis ici. Il connaissait Charlie, le cuisinier. Il cuisine très bien tu vas voir. J’essaie de savoir si je peux faire le burger pour toi… Et toi ça va ?
 

Il n’a pas le temps de répondre, que je sens la présence de Charlie. Je le reconnais de loin, même si je ne sais pas de quelle espèce il est. C’est un garou. Un garou à l’odeur d’huile, de frite et de burger.  
 
© Fiche by Mafdet MAHES





Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 155
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Mar 8 Déc - 9:14


Apprenti et drôle de surprise





Les yeux du cuisinier roulèrent dans leurs orbites alors qu’il sortait ses frites de l’huile bouillante. Son apprenti était bavard comme une pie –du moins selon les critères de Charlie- et à sa question pourtant fort simple, un flot de parole avait suivi. Il aurait mieux fait de s’abstenir surtout qu’évidemment, Caracole ne put rien lui apprendre de pertinent. Foutu gosse, il aurait mieux fait de le laisser à la plonge, c’était encore là qu’il était le plus efficace. L’expression habituellement niaise du jeune homme se fit soudainement plus interrogative et Charlie eut un vague geste de la main :

« T’occupes. Qu’est-ce qu’il veut ? »

Il aurait fallu avoir le museau complètement bouché pour ne pas sentir l’odeur que véhiculait son « super ami » mais godiche comme il l’était, l’adolescent avait très bien pu passer à côté. Ou alors il se fichait de lui et il risquait fort de finir la journée dans la benne à ordures... Dans sa grande mansuétude, Charlie lui accorda le bénéfice du doute. Caracole lui annonçait la commande mais à sa façon de se tortiller, l’ours perçut bien que le garçon chercher le courage de poursuivre sur sa lancée. Avec un soupir, le cuisinier s’appuya d’une main sur son poste de travail, son poing libre sur la hanche :

« Quoi encore ? Crache le morceau !

— S’il te plait, je peux lui faire son hamburger ? Je serai tout sage, et comme ça, tu pourras aller faire autre chose à côté, genre parler au monsieur de la dernière fois, ou même allez parler avec mon ami. Je peux ? »

Les sourcils du cuisinier se froissèrent. Plus il le connaissait et plus l’adolescent le remplissait de perplexité. Ce n’était pas tant sa façon de se comporter à la façon d’un môme de huit ans, quand, au même âge, lui-même se prenait déjà des cuites carabinées, que son côté perpétuellement à côté de la plaque.

— De quel monsieur tu causes ? Ptain t’es comme le gamin de ce film là… Tu vois des gens qui sont morts ? »

Le cuisinier regarda s’éloigner son apprenti en secouant la tête. Insouciant, Caracole n’avait même pas attendu sa réponse. Peut-être qu’il se shootait à l’aconit en fait… Il faudrait qu’il en parle à Liam, ce gosse traînait vraiment avec n’importe qui, et si c’était pour les faire entrer ensuite dans sa cuisine… il avait son mot à dire, tout de même !

Quelques secondes s’écoulèrent, le temps que le garou finisse la commande qu’il avait encore en cours, puis jetant le torchon sur son épaule, il se dirigea vers le comptoir où Caracole racontait sa vie au jeune homme qui l’écoutait sagement. Un lycéen vu son air juvénile, mais un simple humain, cela se confirmait, malgré la présence de cette odeur de loup sur lui. Ptain ces bichons, ça se sentait toujours obligé de marquer son territoire… Remarque, dans le cas présent ça l’arrangeait, il allait pouvoir s’amuser.  

« Qu’est-ce que tu fous encore ici, Caracole ? Si tu veux lui faire un hamburger, c’est là-bas que ça se passe ! »

Au sourire qui illumina le visage de l’apprenti, Charlie mit tout de suite le holà d’un geste agacé. Il n’était pas prêt psychologiquement à se farcir des remerciements d’un quart d’heure :

« T’as intérêt à t’appliquer... Et fait gaffe à la cuisson ! Et oublie pas de mettre un tablier ! »

Suivant des yeux l’adolescent trop enthousiaste pour son propre bien qui disparaissait en cuisine, l’ours soupira avant de jeter un coup d’œil aux alentour. Stiles était heureusement le seul installé au comptoir, Jenny faisait le service en salle et la seule table occupée se trouvait relativement loin d’eux. Son regard revint à la bouille constellée de grains de beauté qu’il considéra un instant.

« Faudra pas te plaindre si ça ressemble à rien, c’est ça de traîner avec n’importe quel garou... Son vague sourire aurait presque pu sembler amical s'il n'y avait pas eu comme un sous-entendu moqueur derrière. L'homme tendit la main par dessus le comptoir : Stiles, c’est ça ? Moi c’est Charlie. »


© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 432
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Jeu 10 Déc - 0:02

Il en faut peu pour être heureux




Je souris en voyant l'air réjoui de caracole. Il n'y a pas à dire, ça fait plaisir de provoquer de la joie par simple présence. N'empêche, ça fait un sacré long moment depuis...pfiou, depuis la Darach timbrée. D'ailleurs, il a beaucoup de chose à me raconter le blondinet! Je ris et le remercie tout en assurant que je préfère quand même ne pas manger directement en cuisine. Carry me tend la carte. Je me plonge dans la lecture du menu. J'ai bien envie de tenter le burger sucré-salé. On ne voit pas ça souvent. Chèvre et miel? Ca ne doit pas être mauvais. Je lis donc tant bien que mal le nom donné à ce Burger, un "Winnie Seguin" et Caracole après un sourire me fait un clin d'oeil et s'éclipse.

il revient, quelques minutes plus tard pour reprendre la conversation là où elle a commencé. il se plein du manque de nouvelles et je m'excuse encore en me frottant le crâne. Mais j'arrive à le réorienter sur ses aventures. Je veux tout savoir. Il commence donc à conter. Il me rappel qu'il est désormais impliqué dans le surnaturel via une morsure. Ainsi, il a fuit la maison familiale? Ce n'est pas plus mal. Son père...Et puis Cahir est un homme droit. Il me demande si je le connais et je hausse les épaules.

 - "Disons que nous avons partagé quelques aventures. Il faisait partie de la...famille de Derek.

J'allonge sur le mot famille pour faire comprendre que je parle de la meute.

- "Il s'est émancipé, mais je sais que Ruby est une vraie mère poule. Elle garde toujours un oeil sur ses petiots. Sauf que pour une mère poule, elle n'est pas rapide en terme de ponte!

Je souris et regarde mon ami qui tremblerait presque et fuit mon regard.

- "Yo, Carry, ne sois pas gêné. Tu sais que tu peux tout me dire. Nous sommes amis, non? Tu peux te confier sans crainte. je suis impliqué dans tout ça depuis bien longtemps...

Enfin, c'est l'impression que j'ai. Même c'est juste que nous avons beaucoup évolué en peu de temps, depuis la morsure de Scott...

Et Caracole reprend son récit. Ainsi il connaît Liam; Ses yeux brillent d'une nouvelles étincelles et ses joues se teintent de rouge; Je souris, un peu moqueur et je hausse un sourcil.

- "Tu l'aimes un peu plus que bien, je me trompe? Hehe, c'est bien. Liam est quelqu'un de bien. je suis content pour toi. Et donc c'est grâce à lui que tu bosses là? Oh, tu le ferais toi même? Classe!

Il m'apaise. Sa candeur me fait oublier un moment mes soucis. Quand il me demande comment je vais, je hausse les épaules sans me départir de mon sourire.

- "Ma foi, ça ne va pas si mal que ça. On s'est retrouvé avec Derek, et ça fait du bien. Avec tout ce qu'il se passe en ville, on s'était un peu...perdus de vue. Malheureusement, il y a eu des pertes, et le deuil est encore en stase. Donc les jours ne sont pas des plus ensoleillés, mais te voir me fait du bien. une petite bouffée d'air, de temps en temps, ça permet de respirer correctement. Ah, voilà le cuistot; Wow. Il est carrément imposant comme type. On dirait un...ours...

Il interpelle Caracole en lui faisant comprendre que le burger ne va pas se faire tout seul et donc qu'il accède à sa demande. Aux consignes qu'il lui donne, je comprends que s'il est un ours, il est un ours a bonne patte tout de même. Caracole déguerpi, trop content pour oser lui laisser une chance de se rétracter. Et l'ours se tourne vers moi. C'est étrange. avant, je me serais sans une once de doute ratatiné sur mon tabouret pour me faire le plus petit possible. Mais je crois que côtoyer Derek et Peter et les autres autant, fait que je ne suis plus aussi impressionnable que je l'étais. Ou alors, je suis devenu plus inconscient...ou bien, mon instinct de survit s'est tout bonnement fait la malle. C'est une possibilité qui n'est pas à négliger. Il en a eu marre de tout ça, et il s'est carapaté...en fait, c'est probablement l'explication la plus sensé.

- « Faudra pas te plaindre si ça ressemble à rien, c’est ça de traîner avec n’importe quel garou...

Je ris en songeant qu'il se pourrait bien que cela ne ressemble pas à grand chose, mais je sais que ce sera bon. Puis, alors que je sers la main du cuistot, mon regard se fixe au sien quelques instants. S'il n'avait voulu viser que caracole, il aurait été plus cinglant, plus précis. N'importe quel garou...Soit Carry l'a ouverte, ce qui n'est pas improbable, soit mon vis-à-vis est capable de sentir des choses qu'un simple humain ne pourrait percevoir. je fronce légèrement des sourcils en récupérant ma main. La marque...elle ne m'a pas fait mal, du tout, mais...c'est comme si je l'avais senti pulser...décidément, c'est une véritable énigme ce truc.

- "Oui, c'est bien ça. Enchanté, Charlie.

Mon regard glisse vers les cuisines. Garou...il n'a pas utilisé le terme loup...la plupart du temps, c'est le mot utilisé, sauf quand...il n'y a pas que des loups. Euh...sérieux, ça existe les ours-garou? .......Naaaaan!...Naaaaaan, c'est sûr que non...non?

-" S'il a eu un bon professeur, je ne doute pas que ce sera délicieux. T'es arrivé il y a longtemps en ville?

Derek le connaît-il? je sais qu'il a fait un certain nombre de rencontre ces derniers temps...on vient tout juste de se retrouver, on a beaucoup de choses à rattraper.

- "Et du coup, tu connais Liam? Comment?

Je commence à m'inquiéter pour ce dernier, et je crois que cela transparait dans ma voix. J'espère qu'il va bien. Nous devons nous voir très bientôt. Lui aussi a beaucoup de choses à me raconter.



::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 951
Réputation : 43
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Lun 14 Déc - 20:40



Lois de Charlie, et immense joie.



 
 
— De quel monsieur tu causes ? Ptain t’es comme le gamin de ce film là… Tu vois des gens qui sont morts ? » 
 
Après la boutade de Charlie, je pars sans rien dire, comme si sa phrase voulait dire non. Je retourne vers mon ami, déçu de ne pas pouvoir lui faire à manger et souris pour ne pas le décevoir. Je parle, lui raconte toute ma vie puis m’arrête de parler. Je veux tout savoir sur lui. J’aimerai qu’il commence par notre troisième rencontre, celle avec l’autre folle. La mère d’Adam. Je souris et l’écoute, je bois presque ses paroles. Mon ami se frotte la tête quand il s’excuse pour la longue absence. Je ne lui en veux pas, j’ai fait de même. Même si j’ai envoyé un message pour le revoir. Je suis content qu’il soit la première personne que j’ai rencontrée dans cette ville et le premier ami que je me suis fait.

 Après lui avoir conté l’histoire de ma vie, il me dit qu’il connait l’alpha qui avait recueillie mon père. Il me parle de sa présence dans la meute de Derek. Je stoppe. Connait-il le même Derek que moi ? De toute façon, je n’en connais pas d’autre de Derek. 
 
Stiles parle de famille, dans le sens de meute. J’aimerai bien rencontrer les membres de l’ancienne meute de popa. Ruby serait une sorte de grand-mère ? Si elle ressemble à une mère poule, elle doit être un peu comme la mère de Popa ? Je me secoue et continue d’écouter mon ami. Il parle de Liam. Lui aussi le connait. Je me demande si un jour je pourrais m’amuser avec Liam et Stiles. 

En parlant de Liam, je me demande ce qu’il fait. Je souris heureux de voir des images de lui. Puis j’oublie tout. Je bogue sur la phrase de Stiles : Que veut-il dire avec cela :
 
« - "Tu l'aimes un peu plus que bien, je me trompe? Hehe, c'est bien. Liam est quelqu'un de bien. je suis content pour toi. Et donc c'est grâce à lui que tu bosses là? Oh, tu le ferais toi même? Classe! « 
 
 Je l’aime plus que bien ? Je réfléchis et réponds à sa deuxième question.
 
— Oui c’est grâce à Liam. Il est super.
 
 Là, je me souviens de la réaction de Liam, une fois ses habits sur moi. Je rougis en deux seconde sans savoir pourquoi. Mon Loup sifflote un peu, comme s’il se moquait de moi. C’est marrant quand Liam est là, mon loup est tout doux, gentil. Même s’il reste un loup. Je crois qu’il aime bien Liam.


Mon loup aime-t-il Stiles ? Pour le moment je dirais que oui. Il ne dit rien à part écouter d’un œil distrait quand Stiles a parlé de Liam.
 
Je me remets à écouter Stiles. Il me conte son histoire. Une triste histoire qui me donne encore plus envie de lui faire un bon petit hamburger… Pourquoi il ne veut pas le nounours ?
 
- "Ma foi, ça ne va pas si mal que ça. On s'est retrouvé avec Derek, et ça fait du bien. Avec tout ce qu'il se passe en ville, on s'était un peu...perdus de vue. Malheureusement, il y a eu des pertes, et le deuil est encore en stase. Donc les jours ne sont pas des plus ensoleillés, mais te voir me fait du bien. une petite bouffée d'air, de temps en temps, ça permet de respirer correctement. Ah, voilà le cuistot; Wow. Il est carrément imposant comme type. On dirait un...ours...
 
Je ne sais pas que faire pour l’aider. Il est heureux d’avoir retrouvé son ami. Je ne l’avais pas remarqué  mais il a un peu de l’odeur du garçon que j’ai rencontré… Pourquoi je sens son odeur mêlé à celle de Stiles ? Je n’ai pas le temps de lui poser la question, il est passé à autre chose. Il parle de perte ? Que s’est-il passé ? Je me sers de mes dons pour voir comment il va puis arrête tout. Je ne veux pas faire cela sans son accord…
 
Je suis triste pour Siltes. Il vient de perdre quelqu’un. Je ne connais pas cela, du moins, je n’ai jamais perdu de personne auquel je me suis attaché… Puis je souris à la phrase qu’il dit. Il me compare à une petite bouffée d’air frais, alors je dois le continuer à l’être. Pour lui. 
 
Le loup en moi veut continuer de parler de Liam. Il me le fait comprendre en me montrant les images de la nuit passé chez lui. Pourquoi ?

 Je n’ai pas le temps de le faire. Charlie est là. Stiles a un peu peur. Au vu du gabarit du monsieur, c'est normal, mais je ne sais pas, j’ai l’impression qu’il est bourru, dur, mais il cache quelques chose derrière cela. Euh, je me répète là non ? Après, C’est peut-être un méchant qui aime hurler Tchouk-tchouk-nougat dans la nuit ? Euh pour quoi je dis ça moi ? Je ne sais même pas ce que ça veut dire ce truc.
 
Je me retourne et tout sourire regarde le cuistot.
 
« Qu’est-ce que tu fous encore ici, Caracole ? Si tu veux lui faire un hamburger, c’est là-bas que ça se passe ! »
 
Je le regarde surpris, souris tout heureux, j’ai presque envie de me jeter sur lui pour le remercier mais une image m’en empêche, comme s’il allait me mettre un coup de poing pour m’en empêcher. Et les images envoyées sont prouvé par le geste agacé de Charlie.
 
« T’as intérêt à t’appliquer... Et fait gaffe à la cuisson ! Et oublie pas de mettre un tablier ! »
— Oui chef, souris-je tout heureux.
 
Je pars à la cuisine puis retourne voir Stiles et lui dit que c’est moi qui lui fais le burger. Puis repars. Je n’écoute pas la discussion qu’ils ont entre eux. Je mets le tablier, prend tout ce qu’il faut pour travailler sur mon hamburger. Je m’applique au maximum pour bien faire. Puis en posant les frites dans l’huile, un peu trop vite, je me crame et peste la phrase bizarre.
 
— Tchouk-tchouk-nougat.  
 
Je retourne après dans ma cuisson. Je m’applique encore plus. Je me demande si Stiles va aimer ou pas. Je fais cuir la viande, prépare les frites, la sauce ? Il n’a pas dit ce qu’il voulait comme sauce. Ketchup ? Mayonnaise ? Tant pis, je lui propose le tout. Il aura le choix comme ça. Une fois le tout cuit, je mets la salade, le miel, le fromage de chèvre.
 
Une fois le plat terminé, je le pose sur un plateau pour l’emporter. J’écoute pour voir s’ils ont terminé leur conversation, traverse la cuisine et, tout souriant, apporte le plat à Stiles.
 
— Voilà, ton plat et prêt.
 
Je le regarde tout content, espère qu’il va adorer, et surtout qu’il va tout finir. Je le regarde puis repense à savoir phrase. Qu’a-t-il voulu dire par je l’aime plus que bien. J’ai envie de lui demander mais j’ai peur aussi. Charlie semble l’avoir remarquer et je sens qu’il va rire de moi.
 
© Fiche by Mafdet MAHES



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 155
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Jeu 17 Déc - 20:15


Apprenti et drôle de surprise





Le regard blasé de l’ours suivait les allers et venues de son agité d’apprenti. Caracole n’en finissait pas de sautiller et le cuisinier avait bien senti qu’il n’était pas passé loin de recevoir le gamin dans les bras. Heureusement pour sa propre santé, l’adolescent s’était retenu. Dans son excitation, il semblait avoir du mal à prendre le chemin de la cuisine, revenant sur ses pas pour annoncer à son pauvre client ce que Stiles avait très bien entendu par lui-même. Il finit malgré tout par disparaître derrière la porte de service. Charlie se tourna vers le lycéen attablé. Un sourire de crocodile, lui ? Meuh pas du tout, l’enthousiasme de Caracole était juste contagieux, c’était tout…

L’ours prit son temps pour détailler le jeune homme qui lui faisait face. La plupart des gens, inconsciemment sensible à l’aura du totem qu’il dégageait, avait tendance à  s’écraser devant lui, ce qui ne fut pas le cas de Stiles. Oh on ne pouvait pas dire qu’il ait l’air très rassuré, mais il ne bougea pas d’un iota et tendit une main qui se voulait ferme. Une franche poignée plus loin, où il était à noter que Charlie ne tenta pas de réduire les doigts du lycéen à l’état de poussière, ce qui était déjà pas mal, il lui confirmait son identité, et le garou hocha vaguement la tête. La remarque du jeune homme lui fit adresser un bref regard en direction de la cuisine dont des bruits de casserole leur parvenaient et il haussa les épaules :

« Il est là depuis deux jours et il a surtout épluché des oignons, on verra bien. »

Tant qu’à faire, c’était l’occasion de prendre une pause et l’ours se détourna un instant pour se saisir d’une bière qu’il décapsula sans autre forme de procès. Jenny, passant à ce moment derrière Stiles pour rejoindre l’autre côté de la salle, lui adressa un regard réprobateur et il abandonna une seconde le goulot qu’il avait porté à ses lèvres pour lui répondre en levant à demi la bouteille :

« Ouais ouais, je sais, je paierai pour ça ! Tu veux boire quelque chose toi ? Il t’a rien proposé l’autre excité, évidemment… »

Ronchonnant pour la forme, le cuisinier entreprit de servir le jeune homme avant de s’appuyer sur le comptoir, pensif :

« Longtemps ? Boh heu… Quelques mois. J’ai eu le temps de faire quelques connaissances… En forêt notamment. C’est dingue, on y laisse vraiment vivre n’importe qui. »

Mais bon, ils se laissaient si gentiment se faire défoncer la tête que ça en aurait presque été un plaisir. Prenant une gorgée de bière, le cuisinier adressa un sourire sardonique au lycée :

« Je l’ai ramassé sur le bord de la route. Je crois qu’il tentait une fugue ou un truc dans ce genre. Du coup il a traîné un peu avec nous à Vegas. Comme quoi, même avec sa gueule de papou des Carpates… Ils sont pas si regardants que ça sur la majorité de leurs clients dans les casinos ! Enfin, ça a dû lui couper toute envie de se casser de chez maman avant longtemps… Tu es en classe avec eux ? »

Précédé par cette joie de vivre aussi caractéristique qu’irritante, Caracole revenait vers eux, son air niais à son paroxysme. Le hamburger qui trônait dans l’assiette qu’il portait semblait mangeable mais méfiance : Charlie était bien placé pour savoir que ça ne voulait rien dire :

« Il a intérêt à être bon, personne ne gaspille du miel dans ma cuisine. » Avertit-il le jeune homme alors que ce dernier déposait son plat devant leur client. Lui, du genre à foutre la pression ? Jamais.


© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 432
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Mar 22 Déc - 20:10

Miamx




Alors que je mentionne Derek, je note le regard surpris de Caracole et je me rends compte que nous n’avons jamais parlé de mon compagnon. J’ai très rapidement considéré Carry comme un ami, si bien que j’ai l’impression qu’il me connait déjà par cœur. Mais nous ne nous sommes rencontrés que quelques fois en réalité. Trop peu pour qu’il en sache autant qu’il me semble avoir partagé. Quand il me parle de Liam, je comprends aisément la profondeur des sentiments qu’il a à son égard, mais lui-même ne les a pas tout à fait acceptés encore. Bah, Derek et moi, c’était pareil. J’ai mis du temps à accepter la vérité, et lui encore plus, et nous voilà aujourd’hui, à nous retrouver, à nous reconstruire.

Le cuisinier en chef arrive, imposant par sa carrure autant que par sa présence. Il accède à la requête de carry ce qui rend ce dernier un tout petit peu hystérique. Mais un Carry non hystérique n’est pas un Carry. Nous échangeons quelques mots sur la capacité de carry à réussir le burger et il m’explique que jusque-là, le blondinet a principalement épluché des oignons. Je ne me fais pas trop de soucis. J’ai déjà eu l’occasion de goûter à ses mets après un entraînement, ça sera sans aucun doute délicieux.

L’homme à la carrure d’ours profite de cette petite pause pour se servir une bière et me propose à boire. J’acquiesce et demande un soda sans pouvoir m’empêcher de sourire. Okay, ce type a un caractère bien trempé, nul ne peut le nier. Quand deux caractères forts se rencontrent, soit ça passe, soit ça casse. Et va savoir pourquoi, j’ai le sentiment que s’il rencontrait Derek, ça passerait, pas sans étincelles, mais ça passerait carrément. Je le questionne. Depuis quand est-il en ville, je me demande.

— « Longtemps ? Boh heu… Quelques mois. J’ai eu le temps de faire quelques connaissances… En forêt notamment. C’est dingue, on y laisse vraiment vivre n’importe qui. »
« Hehe. On y trouve d’étranges bêtes en effet. La plupart grognent plus qu’elles ne mordent.

La meute de Ruby a plus ou moins investi la forêt. Les terrains les plus proches appartiennent à ses membres ou aux Hale, donc à ses membres. Alors je ne serais pas étonné qu’il ait rencontré l’un d’eux. Est-ce que c’était Derek ? Quand ? Etait-il encore un ado ? Etait-il en possession de sa mémoire ?

— « Qui as-tu rencontré ? Dans la forêt ? Je connais ceux qui habitent aux abords, si c’est un dangereux spécimen, il faut que je les prévienne.

Puis je le questionne sur comment il a connu Liam. Le nouveau loup a déjà vécu de nombreux évènements. Beacon Hills ne lui fait vraiment pas de cadeaux.

— « Je l’ai ramassé sur le bord de la route. Je crois qu’il tentait une fugue ou un truc dans ce genre. Du coup il a traîné un peu avec nous à Vegas. Comme quoi, même avec sa gueule de papou des Carpates… Ils sont pas si regardants que ça sur la majorité de leurs clients dans les casinos ! Enfin, ça a dû lui couper toute envie de se casser de chez maman avant longtemps… Tu es en classe avec eux ? »

« Décidément, Beacon Hills n’est pas tendre avec lui. J’espère que tu ne l’as pas trop traumatisé. Liam est quelqu’un de bien. C’est bien qu’il ait des gens pour veiller sur lui.

Je m’inquiète réellement pour Liam, mais je ne suis pas certain d’être celui qui peut l’aider à traverser tout ça, de toute façon. Je me demande ce qu’il a vécu à Las Vegas…Il faudra qu’il me raconte cela en détails. Et bah, c’est fou ce que je suis sombre en ce moment. Habituellement, je suis le premier à faire le pitre, mais je n’ai pas le cœur à ça…ça ne me ressemble pas. Je déteste ça. Le retour de Caracole me sort de cette courte et morose pensée. Whoa, son burger a l’air délicieux !!!

J’entoure le pain de mes deux mains et je plonge mes crocs d’humain dans la chair moelleuse de ce dernier. Oh !!!Oh c’est trop bon !!!! Oh j’adore !!!! Et j’avais méga faim !

« Carry, tu gères ! C’est une tuerie ! tes recettes sont incroyables Charlie. Pourquoi t’enfermer dans ce Dînners au bord de la faillite sanitaire ? D’autres pourraient profiter de tes talents !

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 951
Réputation : 43
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Lun 4 Jan - 22:45



  Deux cuistos et un client ! 



 
 
Je prends mon burger et l’amène à Stiles. Après avoir dit ma phrase, je sens que j’ai interrompu une conversation entre les deux personnes, mais la cuisine n’attend pas. Froid, le burger n’aurait pas eu le même gout. Surtout le fromage cuit qui refroidit et devient dur comme du béton. Immangeable. Le cuistot aurait vu noir. Et sa première phrase me le prouve. On ne gâche pas le miel chez lui. Il me met un peu de pression. Va-t-il aimer ou détester ? Je ne sais pas et cela m’inquiète. Mais un souvenir revient en mémoire. Stiles qui goute un de mes desserts. Je souris et lui réponds simplement à Charlie :  
 
— Je suis doué en cuisine, enfin je crois… T’as bien gouté ce que j’ai fait non Charlie ? Tu en veux un autre mais tu n’oses pas le demander ? ris-je pour m’amuser un peu.
 
— Et Stiles a mangé un des desserts que j’avais fait. T’avais aimé non ?
 
Je souris à mon ami et, impatient, saute du pied droit au pied gauche. Son avis est très important, tout comme celui de Liam. A-t-il aimé un de mes plats ? Je ne me souviens pas lui en avoir fait gouter… Je devrais y remédier assez vite. Plein de petit plat pour Liaminou.
 
Je souris, attend toujours la réponse de Stiles. Il porte le burger à sa bouche et croque une bouchée. Je m’inquiète. Et si c’est mauvais ? A peine a-t-il arraché un bout du burger que je désire déjà une réponse. Que pense-t-il ? Il mâche doucement ou c’est moi qui délire encore ? Je n’arrive pas à attendre et écoute son cœur battre. Est-ce que ça peut révéler son envie ? Son cœur bat un peu plus fort, le mien aussi. J’attends sa réponse mais pense qu’elle sera positive.
 
— « Carry, tu gères ! C’est une tuerie ! tes recettes sont incroyables Charlie. Pourquoi t’enfermer dans ce Dînners au bord de la faillite sanitaire ? D’autres pourraient profiter de tes talents !
 
Heureux, je saute de joie, devant les clients, mais pas grave. Stiles aime mon repas et c’est l’essentiel. Je ne me moque de ce que peux penser les autres. Je suis content. Puis me calme soudain. Je souris à Charlie.
 
— T’as vu, on fait la paire ! lui dis-je sans réfléchir.
 
 Le stresse provoqué par Charlie diminue et je peux le sentir facilement. Mon cœur bat normalement. Il n’est plus affolé.
 
— J’suis content que tu aimes Liam euh Stiles. Trop content. T’as vu Charlie, il aime. Je suis doué. Après c’est normal, j’ai eu un bon prof. Même si j’ai appris qu’en observant Char…
 
Je ne finis pas ma phrase : pourquoi ai-je confondu mes deux amis ? Il ne se ressemble pas du tout. Même s’ils sont beau tous les deux et que Liam reste mieux quand même. C’est peut-être car je veux lui faire gouter un de mes plats et j’en avais tellement envie que j’ai pensé à lui en premier ? Puis là, la première phrase de Stiles me revient en mémoire. La question que j’avais zappé désirant savoir si Stiles aimait mon repas.
 
— Euh, Stiles, une question, que veux-tu dire par « tu l’aimes plus que bien ? » en parlant de Liam ?
 
Je triture mes doigts, comme si je venais de poser la question la plus étrange du monde et j’attends la réponse qui s’en suit.
 
— Ah aussi, c’est qui Derek ? J’en connais un, il devait avoir mon âge je crois… C’était avant ma fugue… Ah et, si tu veux me parler, je suis là. T’as mon numéro de téléphone… Ah, Charlie, faudrait faire un concours pour voir quel burger Stiles préfère. Même si je pense que ça sera le tient, vu que tu es plus doué. 
 
 
© Fiche by Mafdet MAHES



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 155
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Dim 17 Jan - 19:04


Apprenti et drôle de surprise





Accoudé au comptoir côté service, Charlie suspendit son geste, le goulot de la bouteille à quelques centimètres de ses lèvres, l’air interdit. Bien lui en prit, cela évita au lycéen de se retrouver aspergé de bière lorsque le cuisinier pouffa finalement de rire. C’était que la description des « habitants de la forêt » par le jeune homme lui avait évoqué un petit clébard au mauvais caractère plutôt qu’un loup, et il s’avérait qu’il était assez d’accord vu son souvenir très personnel de leur altercation.

« Ça c’est certain qu’elles ne mordent pas très fort.

— Qui as-tu rencontré ? Dans la forêt ? Je connais ceux qui habitent aux abords, si c’est un dangereux spécimen, il faut que je les prévienne.

— Oh je suis presque sûr que c’est une connaissance commune… J’ai… le nez, pour ces choses là. Tu lui passeras le bonjour. »

Il doutait que Stiles accepte de filer une baffe de sa part à l’arrogant et territorial bichon, dommage. Il serait obligé de se contenter de l’agacer à distance. Du jour de sa rencontre avec Derek, l’ours avait presque tout occulté, à part le fait qu’il avait finalement gagné et pu se goinfrer de miel jusqu’à plus soif. Que l’issue du combat ait été dès plus incertaine au début, le ridicule des positions dans lesquelles il avait pu se retrouver cet après-midi là… Tout ça était vite sorti de sa mémoire. Et quoi ?? Tout le monde savait que l’histoire était écrite par les vainqueurs…  Enfin, sauf lui, il n’avait pas été beaucoup en cours, mais il maîtrisait relativement bien la pratique du sujet, à défaut de sa théorie.

A la mention de Liam, le garou sembla un instant chercher l’inspiration dans le plafond défraîchi du diner. Quelque chose lui disait qu’entre les gnons qu’il avait foutu à Hale et ce que le louveteau avait vécu à Vegas -bien malgré lui, il ne voulait même pas le prendre en stop, c'était Matrim qui avait insisté !-, le petit Stiles allait moyennement apprécier qu’il malmène tout son cercle de proches. Surtout si l’on rajoutait qu’il n’était pas le plus compréhensif des maîtres de stage. Bof, se faire des amis parmi les lycéens de Beacon Hills n’était pas sa priorité de toute façon.

« Mouais, faut surtout qu’il apprenne à veiller sur lui-même. De toute façon, trauma’ ou pas, on est quitte maintenant que j’ai fait entrer ce guignol ici. »

Que d’la gueule, oui, puisqu’il avait du mal à s’empêcher de considérer ses complices surnaturels comme des protégés, mais il n’était pas obligé de balancer ses penchants d’ours St-Bernard au premier venu. Et en parlant de guignol… Caracole revenant vers eux, Charlie jeta un regard critique à l’assiette. Rien ne semblait pouvoir entraver l’enthousiasme délirant de son apprenti et à la plaisanterie de ce dernier, le cuisinier se contenta de hisser un sourcil sceptique en buvant une nouvelle gorgée. Si au moindre vague compliment le jeune homme réagissait ainsi, il allait définitivement arrêter.

Stiles observait son assiette avec gourmandise et l'ours fit mine de se désintéresser de la scène pour se concentrer sur sa bière. Sa façade revêche ne tint pas longtemps : le lycéen avait mordu dans son hamburger qu’il appréciait sans s’en cacher.

« Carry, tu gères ! C’est une tuerie ! tes recettes sont incroyables Charlie. Pourquoi t’enfermer dans ce Dînners au bord de la faillite sanitaire ? D’autres pourraient profiter de tes talents !

— Boarf… Eddy est un gros naze mais c’était le seul qui embauchait sans poser de questions. Par contre j’ai d’autres projets sur le feu. D’ici quelques semaines, si tout va bien, je me tire de ce bouge. »

Les travaux au Pink avaient débuté et il les voyait progresser de jour en jour avec une excitation croissante. Oh pour ceux qui le connaissaient peu, ça n’était pas flagrant, pourtant on lui aurait bientôt promis un Noël plein de miel qu’il ne l’aurait pas attendu avec autant d’impatience. En revanche, si ses propres émotions étaient parfois difficiles à percevoir pour les autres, Caracole était un livre ouvert pour le premier venu. Les compliments de Stiles l’avaient mis dans un tel état de joie que les yeux de l’ours roulèrent dans ses orbites, blasés.

« Ouais ouais, j’ai vu. Calme toi avant de nous faire une crise d'acné. »

Mais qui pouvait se vanter d'être capable de stopper un Caracole sur sa lancée ? Pire qu'une puce sous ecstasy, le petit loup sautait du coq à l'âne sans logique apparente, du moins pour l'ours qui n'avait pas eu droit au début de la conversation. Ceci dit ce n'était pas nécessaire pour comprendre les sous-entendus de Stiles et Charlie échangea un regard entendu avec le lycéen attablé.

« Il veut dire que t'as le béguin, tête de nœud. Faut dire que t'es un peu nul pour le cacher. »

Parfois (toujours ?), Caracole lui apparaissait d'une niaiserie sans nom. Quel gamin de 15 ans ne comprenait pas ce genre d'insinuation ? Même lui, qui n'avait jamais été très doué pour les discours subtils, était capable de piger ça. Achevant sa bière d'une dernière gorgée expéditive, il balança sa bouteille vide à la poubelle avant de jeter un coup d’œil à la salle. Doué ou pas, on ne se bousculait pas au portillon pour ses burgers, il avait le temps de remettre son apprenti à sa place.

« Je fais pas de concours que je suis sûr de gagner. On en reparle dans quelques années. »

Ouais c'était comme ça qu'on apprenait dans sa cuisine, en se faisant rabrouer constamment. Enfin en tout cas, c'était comme ça qu'on lui avait appris à lui et il ne connaissait aucune autre méthode.

« On parle d'un Derek adulte et qui se prend pour le roi de la jungle et des ruches, pas d'un gamin. Quoiqu'il tape aussi fort, c'est vrai. »

Se redressant finalement, Charlie essuya ses mains sur son tablier d'un geste machinal.

« Bon, va falloir que je retourne en cuisine. Et toi aussi O'brien, on t'a pas pris ici pour que tu tapes la causette à tes potes, y a une pile de vaisselles de ta taille qui n'attend que toi. »

© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 432
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Mar 19 Jan - 16:44

Look into your heart




Ma discussion avec Charlie reste dans le non-dit, mais je n’ai pas vraiment de doute quant à l’identité de celui qu’il a rencontré. Un mystère persiste néanmoins : quand l’a-t-il rencontré ? Était-ce avant qu’il retrouve son corps d’adulte ? Avait-il retrouvé la mémoire ? Charlie semble certain que je le connais. Il dit avoir le nez pour ces choses-là. Le « nez » hein ? Voilà qui confirme ma propre intuition quant à sa nature, quoique là encore, il reste une énigme à élucider : quel type de garou est-il ? Je parie sur l’ours ! Quoi ?! Pourquoi pas ? Tout est possible ! Moi, je dis que c’est un ours. En plus il aime le miel, c’est donc sans aucun doute un Winnie-garou !

« Je n’y manquerais pas. »

Raaah ! Je veux savoir ce qu’il s’est passé pendant leur rencontre ! Il faut que je demande à Derek !

C’est ensuite le sujet ‘Liam’ qui vient sur le tapis. À sa façon de parler de leur aventure commune, je crains le pire. Là-encore, il faudra que j’essaye d’en savoir plus. Je ris malgré moi quand Charlie prétend que quoi qu’il ait pu se passer, ils sont quittes depuis qu’il a pris Caracole en formation. Je pourrais tiquer au mot guignol, mais il y a quelque chose d’affectueux dans sa façon de le dire. Et puis, il m’est difficile de le contredire. Bien sûr, je ne pense pas cela de caracole. Je l’adore ce gosse. Mais son enthousiasme pourrait en agacer plus d’un. Genre, Derek. Je suis sûr qu’il aurait très vite envie de le faire taire. Peter…Peter le boufferait sans état d’âme. Bref, tout le monde ne sait pas apprécier la candeur de la joie de vivre qui habite le petit Carry !

En parlant du loup, j’accueille mon plat avec joie ! Je mords dedans sans me faire prier. Je pète la dalle et ça sent trop bon. C’est sympa de trouver des burgers à composition un peu original. La légende selon laquelle les burgers sont meilleurs aux États-Unis est fausse. En particulier dans les fast-foods. Dans les Dinners, ils sont usuellement meilleurs, mais pas forcément sensationnels et soyons honnête, je ne m’attendais certainement pas à me régaler autant ici ! Sans tarder, je félicite Caracole et Charlie. Carry car il a fait du bon travail et Charlie parce que sa recette est une réussite et qu’il a su l’enseigner au jeune excité. Oh, et voilà que le blondinet se plante de prénom. Il est vraiment à fond ! Je ne m’en offusque pas le moins du monde, mais par contre, je ne me gêne pas pour me moquer, gentiment, cela va de soi, en échangeant un regard avec l’ours. Oui, je suis sûr que c’est un ours ! Non, je n’ai pas la moindre preuve de ce que j’avance. Je demande tout haut à l’ursidé pourquoi il gâche ses talents ici et sa réponse n’est qu’une confirmation supplémentaire, si tenté qu’un doute subsistait. Ne pas vouloir qu’on pose de question est une sorte de norme chez les surnat’.

« Tu me diras où tu vas. J’ai hâte de tester tes autres recettes ! J’emmènerais ‘petits crocs’, » dis-je avec un sourire.

Non, jamais je n’oserais le redire devant Derek… Je continue à dévorer ce plat délicieux quand Caracole m’interroge sur ce que j’ai dit un peu avant. N’est-ce pas évident ? Je relève la tête, la bouche pleine, et tout en mastiquant, j’échange un nouveau regard avec le cuisinier. Même avec mes joues de hamster morfales, on perçoit mon sourire. Charlie clarifie donc pour Caracole le fond de ma pensée et je hausse les épaules en signe d’acquiescement.

L’ours termine sa bière et recarde son stagiaire, de façon abrupte, certes, mais rien de choquant. Finalement, sa façon de faire et semblable à celle du Coach. Il est dur, mais il prend soin de Caracole. Il se moque mais n’en reste pas moins fier. Il a beau jouer les brutes, même pour moi qui ne suis qu’humain, ça se sent qu’il y a de l’affection.

Et finalement, Caracole me demande qui est Derek. Je comprends rapidement que si le blondinet a fait sa rencontre quand mon amant avait retrouvé sa forme d’adolescent, et si je ne me trompe pas, qu’il avait perdu la mémoire, Charlie, lui, l’a rencontré adulte, donc juste après la perte de Fiona. Ce qui me surprend, c’est le fait que Derek n’ait pas su lui tenir tête. C’est vrai que l’affrontement l’a affaibli, mais enfin, c’est Derek. Il est puissant et je ne qualifierais certainement pas sa force de frappe d’équivalente celle d’un adolescent. Pour qu’elle lui paraisse ainsi, l’ours doit avoir une force hors norme. Est-ce là la caractéristique des homme-ours ? Oui, je dis que c’est un ours ! S’il s’avère que c’est un putois, pour de bon, je me moquerais de Derek ! Un putois-garou ...je n’ose y penser. Ce doit être le pire ennemi au monde…et pas forcément le meilleur allié en passant…

— « On parle probablement des deux en fait. Derek a récemment eu un passage digne de Marty McFly. Ne soyez pas étonnés, on est à Beacon Hills ! Et, Caracole, il s’agit de mon compagnon. On sort ensemble depuis quelques mois maintenant…pas loin d’un an en fait si je ne me trompe pas… Crois-moi, admettre nos sentiments n’a pas été la chose la plus facile et on ne cesse d’être confrontés à des obstacles. Donc si tu as des questions ou si tu as besoin de conseils vis-à-vis de Liam — parce que, oui, tu craques sans conteste sur lui— n’hésite pas.

Charlie se redresse, pas vraiment étonné, le visage plus ou moins impassible, ou fixé sur une expression moqueuse, je ne sais pas trop. Caracole, lui, ne sait plus où se mettre. Le cuisinier retourne à ses fourneaux en rappelant au blond qu’il doit se mettre en plonge.

« Tu devrais passer à l’appartement un de ces quatre, Charlie. J’adorerais voir la tête de Derek en te voyant. Et puis, j’avoue que je suis curieux et le Dinners n’est pas l’endroit le plus approprié pour les questions que je me pose.

Je replonge mon nez dans mon burger tandis que Carry va s’occuper de sa vaisselle. Le temps de finir mon plat et d’entamer mon dessert, je le vois revenir, concerné par ce que je lui ai dit par rapport à Liam.

« Ca va mon vieux, T’as les yeux dans le vague. Bon, raconte-moi exactement comment tu as rencontré Liam et ce qu’il s’est passé.


::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 951
Réputation : 43
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Sam 30 Jan - 23:03



 Retour au boulot (Avec Stiles sinon la grève (avec Stiles). 



 
Stiles croque dans mon hamburger, le déguste avec joie et me félicite, tout comme à Charlie. L’inventeur de la recette. Heureux, je saute partout et parle avec le chef du resto qui répond à mon ami et lui explique qu’il va bientôt partir d’ici.

J’espère qu’il attendra la fin de mon stage. Je n’ai pas le temps de poser la question, que j’obtiens la réponse. Il démissionnera bien après mon stage. Par contre je me demande ce que sont ses autres projets et où il va les faire. Stiles s’interroge à ce sujet et lui demande le prochain lieu de son travail.
 
Quelques secondes après avoir fait part de la remarque de Stiles sur mon burger, Charlie me rabroue, avec une menace de pousser d’acnés si je continue de parler. Je me retiens quelques secondes pour oublie l’attaque aussi vite et reprend mes questions. La réponse à la plus importante ne vient pourtant pas de Stiles, mais de Charlie. Pourquoi s’observent-ils ainsi pendant un court temps ?
 
« Il veut dire que t'as le béguin, tête de nœud. Faut dire que t'es un peu nul pour le cacher. »
 
Béguin ? J’entends souvent ce mot à l’école, et ne sachant pas ce qu’il signifiait, j’ai cherché sur internet. Stiles semble d’accord avec lui.
 
— Je suis pas nul. Je sais pas faire, c’est pas différent… affirmés-je. 
 
Charlie finit de boire sa bière et la balance dans la poubelle. Je me demande comment il a fait pour qu’elle ne se brise pas en mille morceaux. C’est fragile ces objets (Je les sais, à cause de mon tueur qui m'en lançait souvent dessus pour que je les évites). 

Charlie regarde la salle vide. Est-il déçu de ne voir personne ? Je me demande comment cela se faisait-il que personne n’aille manger chez lui, alors qu’ils font tous la queue pour manger dans le truc bizarre avec un m jaune au-dessus. Il en profite pour me faire comprendre gentiment qu’il refusait le concours. Je suis encore novice dans la cuisine et ne connais pas tout ce qu’il faut faire.
 
— Je fais pas de concours que je suis sûr de gagner. On en reparle dans quelques années.
— Oki, on le fera dans quelques années, même si tu auras toujours de l’avance sur moi, affirmé-je en souriant, faudra que tu me dises où. Çà serait trop bien.
 
Je me tourne vers Stiles, qui parle, si j’ai bien compris, de son petit ami. Derek. Un adulte. Cela ne doit pas être celui que je connais. Et Charlie me le fait remarque en une phrase.
 
« On parle d'un Derek adulte et qui se prend pour le roi de la jungle et des ruches, pas d'un gamin. Quoiqu'il tape aussi fort, c'est vrai. »
 
Mais Stiles le contredit aussi vite. Que se passe-t-il ? Je suis Perdu. J'ai envie de poser des questions à ce sujet. Pourquoi tant de changement comme cela ? 
 
— « On parle probablement des deux en fait. Derek a récemment eu un passage digne de Marty McFly. Ne soyez pas étonnés, on est à Beacon Hills ! Et, Caracole, il s’agit de mon compagnon. On sort ensemble depuis quelques mois maintenant…pas loin d’un an en fait si je ne me trompe pas… Crois-moi, admettre nos sentiments n’a pas été la chose la plus facile et on ne cesse d’être confrontés à des obstacles. Donc si tu as des questions ou si tu as besoin de conseils vis-à-vis de Liam — parce que, oui, tu craques sans conteste sur lui— n’hésite pas. 
 
Je n’ai pas le temps de répondre à Stiles, que Charlie se lève, s’essuies les mains et m’ordonne de reprendre le travail. Je ne bouge pas, perdu :  la fin de la phrase de Stiles fait échos dans mon esprit. Craquer pour Liam ? C’est cela ce que j’ai ressentis quand Liam m’a pris dans ses bras ? Ou quand il s’est endormi dans mes bras après avoir regardé Doctor who ?
 
— Bon, va falloir que je retourne en cuisine. Et toi aussi O'brien, on t'a pas pris ici pour que tu tapes la causette à tes potes, y a une pile de vaisselles de ta taille qui n'attend que toi. »
— Non, je veux parler avec Stiles…
 
Je ne veux pas. Je désire rester avec Stiles et lui parler de Liam : je pense souvent à lui. En cours, chez moi, même quand je suis avec d’autre personne, il arrive dans mon esprit, son image se fige et y reste. Mon cœur bat la chamane à chaque fois qu’il apparaît dans mon esprit. Je l’aime Liam alors ? Et si Stiles me l’affirme, c’est que cela doit être vrai…
 
 Je veux aussi parler de Derek. Je ne sais pas grand-chose de mon tout premier ami et je veux remédier à cela. Je le regarde, me sens honteux de ne pas lui avoir posé de question avant cela.
 
— Euh désolé Stiles, j’ai pas cherché à en savoir plus sur toi, alors qu’on est ami. J’espère qu’on pourra reprendre ton apprentissage au combat ?
 
Il doit rester, c’est impossible qu’il parte. Cela fait trop longtemps que je l’attend et j’ai senti de l’inquiétude en lui. Je ne peux laisser un ami qui va mal. Je zieute Charlie. Comment faire pour qu’il accepte ? Charlie attend la vaisselle, il me le fait comprendre assez vite avec ses gestes et là, une idée me vient. Tant que je fais mon travail, il sera d’accord ? Devrais-je le demander à mon patron avant (ne serait-ce qu’une question d’hygiène) ? Avant de faire quoi que ce soit, je me tourne vers Stiles, un sourire sur les lèvres, deux inquiétudes en moins en tête.
 
— Hein, eux oui ça va… J’aime Liam alors ? demandés-je la tête levé vers le ciel (qui est un toit blanc de cuisine). Je veux bien parler de ma rencontre avec Liam, si tu me parles de toi aussi, et de Derek, et de ta meute, t’as une meute aussi nan ?  Je sais rien de toi. Mais je dois travailler aussi. Alors.
 
Je rejoins Stiles devant le bar et le prend par le bras après qu’il ait fini son repas.
 
— J’ai une idée pour que tu restes et que je puisse parler de tout sans qu’on nous écoute. Viens avec moi dans la cuisine. Je suis sûr que Charlie sera d’accord. Tu veux, tu veux ? Si tu veux je lui demande ? Chef, crié-je, Stiles il peut rester avec moi ? Je serais sage, s’il te plait.
 
Après son accord, je n’attends pas longtemps et prends mon ami par le bras pour l’amener avec moi. Je l’installe sur une chaise et commence mon travaille, tout en m’amusant avec Stiles. Je l’éclabousse avec la mousse. Charlie ne sera pas content, pensés-je en souriant. Je me tourne vers lui et le remercie joyeusement.
 
— En fait pour Liam, on est dans la même classe. Je l’ai toujours regardé pendant les cours, mais il semblait pas me remarquer lui, jusqu’à ce que le prof lui dise de sortir… J’ai tenté ma chance et l’ai suivi…
 
Je me souviens de l’histoire, je la ressasse souvent cherchant à savoir comment j’ai pu faire pour aller le voir. Il semblait inaccessible.
 
Je repris mon histoire, parlant de la colère qui émané de Liam. De la blessure qu’il s’est fait et du tee shirt qu’il m’a offert quand j’ai arraché le miens pour le soigner et surtout de l’aide qu’il m’a donné quand j’avais besoin d’un téléphone portable. Je ne sais pas pourquoi, mais je cache certain élément de l’histoire, comme si Liam ne voulait pas que j’en parle, comme du câlin qu’il m’a fait après que j’ai mis ses habits. Ou la scène au lacrosse quand il a posé son front contre le mien. Je touche le haut de ma tête tout en y repensant. Je rêvasse pendant que je lave une assiette, sourit et en fait tomber une. J’entends le craquement de l’assiette et ouvre les yeux, inquiété par la suite.
 
Je me tourne vers Charlie et ne sais pas quoi faire. Je regarde l’assiette par terre et accours vers le ballet pour essuyer le tout, sous le regard de mon patron. Je n’ose pas le regarder, honteux d’avoir cassé la vaisselle.
 
— Euh, désolé…
 
Va-t-il faire partir Stiles pour cela ? Je n’espère pas.
 
© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 155
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Jeu 4 Fév - 18:52


Apprenti et drôle de surprise





Au nouveau surnom de celui qu’il avait déjà rebaptisé « le gros bichon » (il n’était pourtant ni petit ni frisé mais Charlie avait ses marottes parfois), le cuisinier s’esclaffa à nouveau. S’il s’était demandé ce que cette bouille pleine de grains de beauté et l’excité de service de la forêt pouvaient bien foutre ensemble –ce qu'il n'avait pas fait- il aurait commencé à comprendre pourquoi. Derrière son air inoffensif, Stiles semblait cacher un peu plus que les simples gamineries du lycéen moyen de Beacon Hills.

« Beh… Dans un endroit où t’entreras pas sans une fausse carte d’identité. Ils laisseront ptet passer « petits crocs », je suis sûr que s’il fait un effort il peut passer pour un strip teaser ! »

Les explications du jeune homme donnaient soudain plus de sens à ce quiproquo au sujet du loup. Des explications complètement farfelues mais enfin, il n’avait pas tort : dans le coin, on n’était pas à ça près. Si le sourcil décontenancé de l’ours s’était un peu soulevé, il finit par hausser les épaules avec une moue blasée. Ouais, ok d’accord. Le loup s’était offert une petite cure de jouvence temporaire. Pourquoi pas après tout ! On ne lui ferait par contre jamais admettre que c’était suite à ça qu’il lui avait mis la branlée du siècle. Le garou était juste un gros faible naturellement, pas la peine de lui chercher des excuses ! Evidemment, quand on était amoureux, ce n’était pas le genre de chose qu’on reconnaissait et bon prince, Charlie ne brisa pas les rêves de Stiles en mettant le sujet sur le tapis, d’autant plus que la proposition de ce dernier lui tira un sourire qui fit bientôt connaissance avec ses deux oreilles.

« Ouais, je suis sûr qu’il sera ravi. Compte sur moi. »

Caracole était en veine que la conversation avec leur client ait mit l’ours dans de bonnes dispositions car les récriminations du jeune homme à l’idée de reprendre le travail firent grincer les dents du cuisinier.

« Je te demande pas ton avis dugland, tu te bouges ou tu vires ! » Asséna le garou, secouant la tête en regagnant sa cuisine d’un pas vif.

Non mais, on aurait tout vu, depuis quand un microbe pareil se permettait-il de désobéir à un ordre direct ?? Avec humeur, Charlie se réinstalla derrière ses plaques de cuisson, profitant de l’heure creuse pour racler le gras qui s’accumulait sur ses dernières. Il connaissait un louveteau qui allait gober cette saloperie en sandwich s’il ne ramenait pas ses fesses immédiatement. Heureusement et contrairement à ce que son comportement lui avait laissé supposer jusque là, Caracole semblait avoir un minimum d’instinct de conservation.

« Chef, Stiles il peut rester avec moi ? Je serais sage, s’il te plait. »

Moué, vraiment un minimum. L’ours tourna un regard blasé vers la porte de la cuisine ou les deux adolescents pointaient le bout de leurs museaux curieux.

« Non mais, sérieusement… T’as l’art et la manière de me faire passer pour un babysitter. »

Apparemment, son grognement et son mouvement de la main désespéré fut compris comme un assentiment car les deux garçons ne se firent pas plus priés pour pénétrer dans l’antre du graillon. Charlie leva un instant les yeux au ciel mais enfin, au moins son apprenti avait-il retrouvé son poste de travail, auquel il papotait maintenant avec Stiles posé à côté de lui.

Caracole parlait, parlait, parlait. Il n’avait que Liam à la bouche, comment était-il possible de se voiler la face aussi longtemps ? Très vite, la mousse commença à voler et l’ours se tourna pour adresser un regard blasé au lycéen… se prenant au passage une projection de bulle. Dommage collatéral, mais la mousse sur son nez n’avait pas l’air de le faire rire. Il se contint cependant, jusqu’à l’explosion fatale, le fracas de la vaisselle sur son carrelage presque propre. Le gamin se précipita, se répandant en excuse, et Charlie se pinça l’arrête du nez pour s’obliger à respirer profondément :

« O’Brien ? … Tu me fatigues. »

Jenny, la serveuse, interrompit la scène en passant la porte : le gamin occupé à nettoyer ses âneries, le cuistot désespéré près de ses fourneaux et le troisième larron, intrus des services, qui hésitait sur la conduite à tenir.

« Deux classic burger pour la... Charlie ? C'est qui, lui ? Et c'est quoi ce bazar ?

— Un copain de Caracole qui va l’aider à nettoyer ce foutoir s’il veut pas voir comment je peux apprendre à son pote à voler.

— Pff, l'écoute pas Caracole. Tu as trouvé le balai ? Hésite pas à le repasser deux fois pour être sûr. Je vais vous aider. »

La gentillesse de la jeune femme ne tira qu'un haussement d'épaule agacé au cuisinier et il prit le parti d'ignorer les trois intrus à sa cuisine qui s'activait dans son dos tandis qu'il préparait la commande. Bientôt, les blagues fusèrent à nouveau et si Charlie ne se dérida pas, il se passa de commentaire assassin. C'était toujours ça de pris.


© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 432
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Mar 16 Fév - 17:09

Look into your heart




— « Beh… Dans un endroit où t’entreras pas sans une fausse carte d’identité. Ils laisseront ptet passer « petits crocs », je suis sûr que s’il fait un effort il peut passer pour un strip teaser ! »


— « Merci, mais non merci alors. J’ai déjà du mal à éloigner tous les rapaces qui veulent me le piquer, si je le donne moi-même en pâture à des yeux pervers, je me tire une balle dans le pied !


Enfin, je dis ça, mais je sais que je n’ai rien à craindre. Je sais aussi que Derek n’aura aucun mal à entrer dans un établissement de type « Club », puisqu’il doit s’agir de cela. Moi en revanche…ce n’est pas la même histoire… Flûte !

Le burger est délicieux et je ne me retiens pas de le dire. Il faudra que j’amène mon père pour dîner. Il pourra enfin manger un burger un minimum travaillé et dont la définition ne se limite pas à « du gras dans des pains de gras avec une sauce au gras ». Je ne peux m’empêcher d’être un peu moqueur devant l’attitude de caracole. Est-ce vraiment possible d’être aussi candide ? C’est craquant, mais un peu effrayant aussi. Après tout c’est un loup. Sa naïveté pourrait le mettre en danger un jour. C’est Charlie qui pose des mots sur la vérité qui concerne le blondinet. Il a le béguin, c’est peu dire ! Il est carrément à fond ! Caracole est dans le déni complet. Enfin, il semble perdu. Mais pas du genre « depuis quand je suis gay ». Non, juste, perdu, comme un ado qui vient de découvrir l’amour. Et puis je me rends compte que c’est exactement ce qu’il est. Il est jeune. Il m’arrive parfois de l’oublier.

Charlie retourne en cuisine ; certes, les clients sont rares, mais ceux qui sont là ont faim. Je croise, ou plutôt je vois — pour le croiser, il faudrait qu’il ne soit pas totalement dans le vague— le regard de Carry. À quoi pense-t-il ? À qui pense-t-il ? Ca ce n’est pas très difficile à deviner. Charlie rappelle à nouveau Carry à l’ordre. C’est flatteur de savoir qu’il veut rester discuter avec moi, mais il ne doit pas oublier que l’ours mal léché lui fait une faveur. Enfin, moi, je trouve ça divertissant de voir Caracole un peu à la ramasse et ce nounours péter une pile à cause de ça ! Et puisque Winnie semble aimer se moquer de mon viirl BBW, je ne me garde pas de rire de cette situation. Caracole sait être exaspérant, mais c’est comme ça qu’on l’aime !

Je fais un geste de la main pour lui assurer qu’il n’a pas à s’en vouloir ; c’est moi qui me suis renfermé, il ne pouvait pas savoir. Pour l’apprentissage au combat, je le rassure à nouveau. J’ai vu qu’un club de boxe avait ouvert. Je vais m’y inscrire ! Il lève son regard vers le plafond en demande s’il aime Liam. Je hausse les épaules et je confirme que vu son comportement, c’est bien probable en effet. Il semble avoir une idée derrière la tête. En deux bouchée, je me hâte de terminer mon pain et heureusement car l’instant d’après je me retrouve traîné par le bras jusqu’en cuisine ; Wow ! Il fait quoi là ?! Ah, euh…okay…bon…d’accord.

Sans trop savoir comment, je me retrouve installé sur un tabouret près de la plonge, à me recevoir de la mousse sur la tête. Bon, au moins, il peut m’en dire plus. J’apprends donc comment il a rencontré Liam. Comment ils se sont rapprochés. Il ne dit pas tout, mais ce n’est pas nécessaire pour confirmer ce que j’ai compris dès l’instant où il a mentionné son nom.

Dans un instant d’inattention, il lâche une assiette qui se brise au sol. Je crois que la patience du cuistot arrive à bout. Par chance, la serveuse vole à notre secours. Quelques coups de balais plus tard, tout est en ordre, mais je prends tout de même ce qu’il vient de se passer pour mon signal.

« Je vais y aller Carry. Toi, tu dois te concentrer sur ton boulot. Tu es là pour apprendre, non ? Charlie, merci pour m’avoir laissé un peu de temps avec Caracole. Essaye de ne pas le tuer tout de suite. Et passe quand tu veux ! Derek sera ravi, j’en suis sûr !

Et moi aussi ! Il est temps que les taquineries reprennent. C’est le vrai nous, ce nous qui fait qu’on teste les limites pour se réconcilier au lit ! Ce nous est de retour, je vous le dis !

— « Carry, va voir Liam ! Ne laisse pas ta chance passer ! Mais pas pendant tes heures de boulot, hein, j’ai pas envie de mourir étouffé dans une ruche !


Un signe de la main, et je quitte le restaurant. Cette visite m’aura remonté le moral. Je me sens prêts à affronter tous ce qui semble vouloir débarquer à BH !

hrp:
 
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
[/quote]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 951
Réputation : 43
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Ven 19 Fév - 21:23



 Bye Stiles, à la prochaine et fin de journée  




Stiles réponds assez vite à mes questions, il m’explique que c’est de sa faute qu’il s’est enfermé, pourtant, je me dis que j’aurais bien pu tenter quelques choses pour l’aider. C’est ce que font les amis non ? J’apprends par la suite qu’il a trouvé un autre moyen pour apprendre le sport. Je suis un peu déçu de ne plus pouvoir entraîner mon ami, mais je dois l’avouer, je suis un piètre professeur. Il apprendra plus de chose avec un club de combat qu’avec moi… Je lui dis que c’est dommage et que j’espère qu’on trouvera autre chose pour se voir. De toute façon on est ami, donc, pas besoin de prétexte pour se rencontrer ? 

Je suis toujours avec Stiles mais mon esprit vagabonde vers un autre endroit. Il me conduit vers Liam. Celui que j’aime. Je ne reste pas longtemps avec lui. Je reviens à la réalité sous la voix de Charlie. Je dois aller travailler. Pourtant l’envie de rester avec mon ami est présente, alors je prends ma décision. 

Après que Stiles est fini son burger, et que Charlie m’ait ordonné de retourner, au travail, j’amène mon ami avec moi dans la cuisine.

« Non mais, sérieusement… T’as l’art et la manière de me faire passer pour un babysitter. » me répond Charlie, un peu blazé, mais je ne sens pas un non catégorique dans sa manière de parler.

 Je souris à mon patron et à mon ami. J’installe Stiles non loin de moi et sous sa demande, lui parle de ma rencontre avec Liam. Au même moment, je casse une assiette qui attire Charlie. Je m’excuse auprès de lui sans attendre. 

« O’Brien ? … Tu me fatigues. » dit-il après s’être pincé le nez.
— Désolé, désolé, répété-je, sans arrêt. Jusqu’à ce que la serveuse arrive. 

« Deux classic burger pour la... Charlie ? C'est qui, lui ? Et c'est quoi ce bazar ?

— Un copain de Caracole qui va l’aider à nettoyer ce foutoir s’il veut pas voir comment je peux apprendre à son pote à voler. 
— Désolé, j’ai pas fait exprès.
 — Pff, l'écoute pas Caracole. Tu as trouvé le balai ? Hésite pas à le repasser deux fois pour être sûr. Je vais vous aider. » me rassure-t-elle.

Je prends le balai et nettoie mon erreur sous les blagues de la serveuse que je remercie une fois le tout terminé. Je souris et Stiles s’apprête à partir. 

— « Je vais y aller Carry. Toi, tu dois te concentrer sur ton boulot. Tu es là pour apprendre, non ? Charlie, merci pour m’avoir laissé un peu de temps avec Caracole. Essaye de ne pas le tuer tout de suite. Et passe quand tu veux ! Derek sera ravi, j’en suis sûr ! 

Je fais une moue déçu mais comprends les dires de Stiles. Si je fais une nouvelle erreur, à cause de mes moments d’absence, je risque d’avoir des ennuis, et Stiles lui aussi. Et cela c’est impossible. Je ne veux pas lui causer de problème. 
 
— « Carry, va voir Liam ! Ne laisse pas ta chance passer ! Mais pas pendant tes heures de boulot, hein, j’ai pas envie de mourir étouffé dans une ruche !

Je souris. 

— Oui, je vais y aller. J’espère qu’il m’aime lui aussi. Je vais lui dire promis. De toute façon, j’ai envie de lui dire. Je ne laisserais pas ma chance passer. Et promis, je travaillerais pendant les heures de boulot. J’ai un Charlie qui gère tout de toute façon. Il est un bon prof. 

Je regarde Stiles partir, sous un signe de main. Je fais de même et me retourne vers Charlie pour m’excuser une nouvelle fois. Je retourne travailler, jusqu’à ce qui n’est plus un seul élément à nettoyer. C’est Charlie qui vient alors m’annoncer la fin de la journée. 

Avant de partie, je souris à Charlie :

— Merci de m’avoir permis de parler avec Stiles, au revoir à demain chef. Dormez bien.

Et je pars vers chez moi en saluant Charlie. 


HRP:
 

© Fiche by Mafdet MAHES



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 155
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.    Dim 20 Mar - 21:44


Apprenti et drôle de surprise





Comment une si petite personne pouvait-elle amener autant de chaos dans SA cuisine ? Obligé de se retourner pour récupérer un torchon, Charlie put contempler le massacre. Personnel non autorisé, mousse partout, débris d’assiettes au sol… Il y avait peu d’endroits où il respectait les règles mais son lieu de travail en faisait parti, pour peu qu’il n’ait pas un chef aussi bedonnant qu’arrogant occupé à lui cracher des ordres stupides à la face. Heureusement, l’intervention de Jenny apaisa son agacement et il se contenta de continuer son boulot sans commentaires pendant que les trois autres se chargeaient de régler le désordre. Prudent, Stiles préféra battre la retraite une fois la cuisine nettoyée et l’ours lui adressa un rapide signe de tête alors que l’adolescent enfilait son manteau.

« Je peux rien promettre, il est encore là pour la semaine. »

Son air naturellement blasé s’effaça un instant, voilé derrière un sourire sardonique :

« T’inquiète, c’est pas tomber dans l’oreille d’un sourd. »

Aller se pavaner sur le territoire du bichon était une perspective suffisamment réjouissante pour qu’il laisse son numéro à Stiles.

Heureusement pour ses nerfs, la fin de journée ne fut pas aussi mouvementée et le soir venu, il adressa un signe de la main à son apprenti en guise de bonsoir.

Caracole parvint à atteindre la fin de semaine sans trop de casse. Pris d’un élan de bonté le dernier jour, Charlie lui montra même quelques trucs sur la cuisson des viandes, non sans copieusement s’engueuler avec Eddie au sujet de la qualité des steaks. Le diner lui pesait de plus en plus. Lorsque cuisinier et apprenti fermèrent pour la dernière fois ensemble le soir venu, l’ours eut un instant de flottement.

« Bon bah…  Bon retour au lycée. Maintenant tu sais pourquoi tu ferais mieux de finir tes études. C’est pas mal de bosser en cuisine, mais c’est mieux quand tu peux te permettre de choisir ton boss. »

Non, définitivement, ce rôle de mentor sage et de bons conseils ne lui allait pas du tout. Évacuant le reste des adieux d’un haussement d’épaule, le garou s’éloigna dans la nuit.

Pour lui également, les derniers jours dans le restaurant miteux se profilaient. Les travaux au Pink touchaient à leur fin et il ne faisait même plus l’effort de retenir certains de ses commentaires face à Eddie. Son respect pour le boss en cuisine s’effaçait devant la bêtise de son patron et si ce dernier ne finit pas encastré dans un mur, ce ne fut que grâce à la présence apaisante de Jenny, toujours là au bon moment pour arrêter le poing du cuisinier. Elle était bien la seule pour qui il eut une petite pensée lorsqu'il quitta les lieux, son ultime service arrivé à terme.

« Je serai pas loin gros bêta. En plus je suis sûr que tu viendras me voir, je fais le meilleur café au miel de la ville. » Plaisanta la jeune femme en sortant derrière lui, déposant un baiser léger sur sa joue en guise de bonsoir, avant de s'éloigner de son côté. Un vague sourire aux lèvres, l'ours la regarda disparaître au coin de la rue, puis tourna les yeux vers la façade si kitsh du diner. Il n'était pas mécontent que cette page se tourne enfin, en témoignait la porte qui pendait lamentablement sur ses gonds lorsque son moteur rugit dans la nuit. Les petits cadeaux d'adieu, ça le connaissait.


© Mafdet MAHES



Merci pour la sign Chuck & Mat' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mon deuxième jour avec nounours (et une surprise en plus) Charlie, Stiles et Carri.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Nuit me rappelle ce jour .... |Avec Constelation d'Hiver |
» Elvin Hyrdania
» Premier jour avec sa guitare
» [Coach Vahid] Un Jour Avec... Saison 1 !
» [HORROR] Five night at Freddy's

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Restaurants / Bars-
Sauter vers: