AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
12 novembre 2017

Zeke Pevencie


►►►◄◄◄br />
Arès Kye Coleman & Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Jansen Avery




Classement au
25 novembre 2017

Cassian Norton


►►►◄◄◄br />
Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Maxine Evans




Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

  Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:11





Breathe

Ce soir, je sorts prendre l’air. Je suis encore à cran. Harris m’a encore fait le coup de coller une palanquée d’élèves et se casser à un de ses symposiums de chimie moléculaire de merde ! Je vais faire comme Rogue, distiller la mort, l’enfermer dans une bouteille et la donner à ce salopard. D’ailleurs, en parlant de distillation, je n’ai presque plus de parfum de lavande. Faut que je m’en refasse. La nouvelle colonne que l’on a reçu est vraiment pratique et donne un bon rendement au distillat. Alexis qui a dut s’absenter pour aller dans sa famille au fin fond de l’Arkansas m’a pris mon dernier flacon « pour avoir l’odeur de sa lavande ». Il est chou, mais je suis en rade de parfum moi ! Bref, j’ai torché mes deux heures de colle, bien maussade. Pour une fois, il n’y avait pas les comiques habituels entre Stiles, Scott et Miyavi. Je me suis ennuyée du coup. Que des ados banals, avec des problèmes banals. Rien de fantastique, pas d’apocalypse, de chaos imminent. Pas d’alpha incontrôlable, de kanima visqueux. Je m’emmerde ! Non bordel : a carré plus b carré n’est pas égal à a carré moins b carré. Bougre d’âne. Et l’autre qui me demande quelle guerre Pythagore à faites. Je vais les exploser ! Donner moi des loups garous, des alphas, des bêtas, tout l’alphabet grec et sumérien ! Je hais les problèmes standards. Au bout d’une heure, je craque et leur pose une colle au tableau :


a+b+c = 0 alors a3 + b3 + c3 = 3abc


Aller, mangez-vous ça les gosses ! Les mouches et les soupirs volèrent pendant une heure. Deux minutes avant la fin je leur balançais la solution et les libérais. Je sortis du collège, non je fuis le collège et rentrais chez moi. Ni le bon repas que je me fis, ni la bonne heure sous la douche ne me calmèrent. J’enfilais une tenue un peu sportive et sombre. Je sortis. J’étais bien capable de courir toute la nuit. Je pris la direction du parc, derrière s’étendait la fameuse forêt de Beacon Hills, ces manoirs brulé, ses falaises abruptes, sa faune bigarrée. La civilisation s’arrêtait à la lisière de la forêt. Avec un peu de chance je tomberais sur quelques emmerdes fantastiques. Un ou deux loups à recadrer, des chasseurs embaumés d’aconit, un kanima-écureuil. Il est trop tôt pour aller brasser Stiles. Le pauvre Scott, je l’ai assez retourné à la dernière pleine lune. Derek je vais le laisser tranquille. Je crois qu’il n’a pas vraiment envie de voir des femmes en ce moment.

Une fois dans la forêt, d’un bond j’atterris sur mes quatre pattes, il fait sombre, le ciel est voilé, la lune à peine gibbeuse. Je grogne, mes griffes se plantent dans le sol. Chaque foulée est une sensation. Comme tous les félins j’enroule et déroule ma colonne. Les animaux nocturnes se taisent à mon passage. Je laisse échapper mon aura. Je m’en moque, je ne pressens pas de catastrophe. Et si je me retiens, je sens que je vais péter un câble. Soudain je stoppe, envie de faire demi-tour, d’aller jouer la garce dans un bar, provoquer une bagarre. Bordel à quoi ce maudit Harris m’amène à penser !! Je vais aller lui pourrir la vie en mode chat un de ces jours ! Il va comprendre ce que c’est l’odeur d’un pet de chat dans un appart ! Guerre chimique programmée, Monsieur le professeur de la même matière !

Je m’élance de nouveau, direction le fond de la forêt. Cinq minutes après, j’entends des bruits. Une bataille ? Règlement de compte ? Hum, s’il y a des loups, autant qu’on ne me voit pas en panthère… je serais obligée de les tuer. Je m’avance donc, lève le museau et lance un petit :

- Miaou !

De mes petits yeux verts de chatte, je scrute la scène.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1364
Points : 1348
Réputation : 209
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:12

Comme on se retrouve

Je claque la portière de sa voiture et lui adresse un signe de la main. Puis je le regarde partir. Je veux que personne ne sache où je vais. Je traverse deux rues avant de trouver quelques marches qui s’échappent vers les hauteurs de la ville. J’ai envie de découvrir cette partie de la forêt avant de rentrer. La terre est dure et les brindilles au sol commencent à geler. Malgré mon souffle qui dessine des volutes dans l’air, je n’ai pas froid. Je fais quelques étirements. Un peu plus intensifs, histoire de ne pas me blesser en courant. Je laisse mon esprit s’évader. Et j’en viens à repenser à Chad. Ce qu’il m’a dit n’est pas anodin. Je pensais bien en craignant que ces types hier en avaient après moi. Et Chad qui a foncé dans le tas. À croire qu’ici c’est chose habituelle. Mais le problème c’est que je n’ai aucune idée de qui ils sont. Entre la Nouvelle-Orléans et la Floride il s’est passé tellement de choses. Et ces plusieurs mois dont je ne garde aucun souvenir… Mon black-out remonte à plus d’un an. Mais aujourd’hui, je sais pourquoi je suis venu ici.

Je sens que mon cœur accélère ses battements, que mes muscles chauffent. Et que le processus commence. Je me laisse aller. Libère mon esprit. Et pousse plus loin mes capacités physiques. Le décor défile rapidement autour de moi. Quelques fois le sentier est éclairé par la lune à peine gibbeuse. Je saisis parfaitement les bruits qui m’entourent. Je sens les brindilles craquer sous mes pas. Pourtant, un bruit suspect m’alerte. Je m’arrête au milieu d’un espace dégagé. Se faire cible facile et l’ennemi commet toujours l’erreur de se croire supérieur. J’ai une vision dégagé de ce qui m’entoure. Et surtout des quatre silhouettes qui approchent.
Les types de tout à l’heure. Je sais que c’est eux. Ils ne sont plus camouflés. Et je grave leur visage dans ma mémoire.

- Une insomnie peut être ?

Sa voix ressemble davantage à un grognement qu’à une intonation bienveillante. Je me doutais qu’ils ne venaient pas pour un pique-nique nocturne. Ils diminuent le cercle qu’ils forment autour de moi et se rapprochent un peu trop à mon goût. Je tourne sur moi-même pour trouver une faille. Un espace dans lequel je m’immisce aussitôt. L’un deux a essayé de m’attraper le bras. Bougrement lent. Et si tu sortais les griffes qu’on s’amuse un peu. À moins que vous ne soyez pas quatre loups. Deux d’entre vous l’ont déjà prouvé il y a plusieurs heures. Les deux mêmes qui viennent de sortir leurs griffes et de se jeter sur moi. D’un geste habile, je donne un méchant coup de coude au visage du premier alors que mon pied droit frappe la cage thoracique du second qui s’écroule plus loin. Mais les deux autres sont déjà sur moi. Je les évite mais ils s’énervent et parfois les brutes frappent dans le mile. Jamais avec moi. J’esquive. Je m’amuserais presque.
Je pose le poing au sol et d’un mouvement du buste tacle le type d’un grand coup de pied à la tête. Est-ce qu’ils croient vraiment avoir le dessus parce que je suis seul en pleine nature ? Ils ne me connaissent pas. Ce qui me rassure sur la nature de mon ennemi. Qui a bien pu envoyer ces hommes de main à ma poursuite ?

Je tourne, je saute, m’abaisse, saute à nouveau. Et je cogne. Fort et vite. Je touche un autre au niveau du plexus. Il tousse douloureusement en tombant dans les feuilles mortes.
Trois sont donc au sol. Où est le dernier ? À peine le temps de me poser la question que je l’entends arriver grossièrement derrière. Je fais volte-face rapidement. C’est le mec à la main blessée. Je crois qu’il se souvient de moi.
On se fait face. Sans bouger. Je suis sur mes gardes. Mais c’est autre chose qui retient toute mon attention.
Quelqu’un était en train de nous observer.

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:12





Minet voit rouge, enfin vert…

C’est bien une bagarre que j’avais sous les yeux. Un gars est pris à parti par quatre types. Deux loups et deux humains. Je trouve le combat intéressant d’un point de vue tactique. Je me suis assez battue à main nue contre des adversaires en surnombre pour savoir que la feinte et l’esquive sont les maitresses de la réussite. Je m’installe pour le spectacle. Ce gars semble savoir se battre. Ma première impression me dit qu’il n’est pas un simple humain. Intéressant. Il met d’ailleurs les gugusses au tapis sans trop de mal. Semblant même s’amuser à le faire. Le plaisir du combat est une chose que je peaufine depuis des siècles. Surtout quand c’est l’histoire de votre vie. Tuer est si facile, si banal et presque galvaudé. Tuer avec art est un concept particulier que j’apprécie. Au cours des siècles, mes longs séjours à Edo, l’ancienne Tokyo y sont pour quelque chose. J’y ai fréquentée les meilleures Koryū aux XIXe. Prenant dès leurs naissances les différents budō, comme le Karaté-do, ou le Judo. Ce qui n’était en fait que la reprise des bujutsu comme le  jūjutsu ou le kenjutsu, ces vieilles techniques de guerre du Japon médiéval. Le monde avait changé, s’était modernisé. Les budō avaient introduit la notion de pratiquer les arts martiaux comme un mode de vie. Même moi j’avais du évoluer dans l’accomplissement de mes missions. Je tuais beaucoup moins qu’il y a deux siècles. L’art de régler les problèmes sans mort était aussi une activité ludique car bien plus difficile. Mais pour l’heure, je n’étais pas disposée à faire de l’art…

La bagarre semble finie, museau en l’air, je m’avance, curieuse, incognito dans ma peau de petit matou.

- Miaou !

Cet étranger me regarde, intrigué de ma présence. J’hume l’air et soudain, je la sens. L’odeur de Chad. Elle est sur cet homme. Très présente, trop présente. Je grogne. J’ai convenu avec Ruby de manière implicite de protéger Chad. L’odeur du bêta est très forte. Comme s’il… Non le loup est avec Miyavi. La chemise, c’est la chemise de Chad que ce gars porte sur lui. Pas bon ça ! Le bêta tient à ses affaires comme à la prunelle de ses yeux. Il n’avait bien fait marrer l’autre soir, avec son alpha Joshua à parler comme des filles, de leur magasin de fringues préférés. Chad ne donne pas ses fringues. Donc ce gars doit lui avoir prise. Je me concentre encore, je ne sens pas l’odeur du sang du jeune architecte, ni de phéromones émises par le combat, la mutation. Hum… J’allais laisser mes dons de presciences sortir pour « voir » ce qui s’était passé. Enfin si « on » m’autorisait à voir. Parfois mes dons se bloquaient, signifiant que je devais agir suivant mon libre arbitre. Mais ce soir, je n’eus pas le temps de savoir si je verrais le pourquoi du comment, qui faisait que ce type avait la chemise de Chad sur les épaules. Les quatre gugusses se relevaient. Et les deux loups me prenaient pour cible. J’avais dit que ce soir, je n’étais pas disposée au budō ! Ou du moins à l’esprit. Car je ne me battrais pas sous ma forme humaine.

-Miaou !... Groah !

Le petit miaulement se transforma en puissant grognement. Un chat s’élança, une panthère imposante retomba sur le torse d’un des loups. Mes yeux luisaient d’un vert émeraude pur. Par contre mes intentions elles, ne l’étaient pas. Ma mauvaise humeur de la soirée faisait très mauvais effet sur ma panthère. Le loup sur lequel je prenais appuis senti sa douleur quand mes griffes se plantèrent dans son corps. Tuer, éliminer la nuisance… Aucune alarme ne raisonnait dans ma tête. Ces gens n’influaient pas sur l’avenir. Sans état d’âme, je plongeais ma gueule vers son cou. Broyant trachée, jugulaire et tout ce qui lui permettait de vivre. La colère m’envahissait, je la laissais s’emparer de moi. J’avais besoin de me défouler.

Je me retournais, restait un loup, deux humain et cet étranger exhalant le Chad. Je feulais, en position d’attaque, en appui sur les pattes avant. Je m’élançais, feintant au dernier moment d’un mouvement de la colonne, les deux humains tombèrent morts sur le sol. Je montrais les crocs aux deux survivants. Mes grognements étaient profonds, semblant faire vibrer l’air.

L’adrénaline du combat me grisait. Enfin je pouvais décharger ma hargne. Harris aurait été là, il y passait aussi. Rien qu’en repensant à cet emmerdeur, je feulais de colère. Du coin de l’œil, je vis le dernier des attaquants tenter de s’enfuir. Trop lent, vraiment trop lent. Pauvre louveteau. Je fis deux bond, pris appui sur un tronc d’arbre et d’une patte l’envoya valser à dix mètres. Il commença à supplier, reculant vers l’inconnu. Pensait-il s’en faire un allié ? Une chance pour lui que sous cette forme, je ne puisse parler ! Je lui aurais dit mon mépris. Puis le côté chat prit le dessus, joueur, cruel. Le loup se trainait et tentait de se cacher derrière l’inconnu avec la chemise de Chad. Je fonçais dans le tas. Pensant, trop tard, que le bêta allait encore râler qu’on faisait des trous dans ses vêtements. En plein saut, je rétractais donc mes griffes pour limiter les dégâts pour cette pauvre chemise, visant les jambes. Gêné par le loup qui le tenait, l’étranger ne put esquiver. Il se prit 80 kg de panthère en plein élan. Je le plaquais ainsi sur le sol les deux pattes sur ses hanches. La chemise n’avait rien, par contre le type saignait à la tempe. Il s’était mangé le tronc d’arbre juste à côté.

Nos regards se croisèrent, j’avançais la tête au-dessus de lui, la truffe à raz son torse, reniflant l’odeur de Chad. La chemise sentait juste la sueur et le parfum pour mec. En plus de l’odeur de ce gars, celle de Chad, je perçu celle de Miya. Pas de sécrétion lupine. Chad ne s’était pas battu. Hum… Alors que je poursuivais mon inspection, enfin reniflais ce gars, une chose brillante m’attira. Il avait un collier sous la chemise. Du bout du museau, j’essayais de le dégager pour voir ce que c’était. Son propriétaire qui n’avait jusque-là pas bougé, tenta de me repousser. J’ouvris la gueule menaçante et du bout d’un croc, je tirais sur le collier pour sortir le bijou qui était à son bout. Tiens, une sorte de talisman. Étonnée, je regardais le gars. T’as besoin de ça toi ! Évidemment, il ne pouvait comprendre ma question. Mon souffle humide ainsi que mes vibrisses venaient frôler la poitrine sur laquelle reposait le bijou. La respiration de l’homme était calme, maitrisée. Je saluais l’exploit. Pas évident de ne pas paniquer avec un fauve comme moi qui vous plaque au sol. Le rapport de force est évident.

Le loup qui avait été sonné par la chute se réveilla. Subitement, j’avais perdu ma mauvaise humeur. Ce collier et surtout celui qui le portait m’intriguait beaucoup. La curiosité souffla ma colère.  Je montrais les crocs au loup qui détala sans demander son reste. Je coinçais toujours l’homme contre le sol. Bon, cette chemise ? Empruntée ? Volée ? Donnée ?

Me concentrant quelques secondes, je remontais le passé, vis l’adorable tête d’ange de Chad et… Ah ! Oh ! Ok ! Bien, mon gars pour que Chad te file sa chemise… Faut vraiment qu’il ait de l’estime pour toi. Je reculais, ôtant mon poids de son bassin, me disant que j’avais dû un peu piétiner pas mal de choses par là… Bon, à la tête de mon vis-à-vis, il n’avait pas l’air de trop souffrir. Il se redressa sur ses fesses. Nos yeux étaient à la même hauteur. Une trainée de sang lui coulait le long de la joue. Ma faute ça ! Je m’avançais de nouveau et d’un grand coup de langue râpeuse, nettoyais le sang, la blessure. Comment lui dire que ma bave était du « guéri-tout ». Je ne suis pas sure qu’il apprécia la toilette…

Je repris ma forme de chat, me posais sur mon postérieur et le regardais.

- Miaou !

Ce qui en langage chat, signifiait : t’es qui toi ? Regard d’incompréhension. J’avançais de nouveau et du bout du museau tirais un peu sur un pan de sa chemise.

- Miaou !

Si t’es un copain à Chad, je ne vais peut-être pas t’abimer. J’attends de voir sa réaction, de comprendre ce qu’il est. Un tour vers mes dons, me dit que la porte du savoir m’est fermée. Je vais devoir agir à l’instinct. Je me dis que la conversation va être difficile si je reste sous ma forme féline…






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1364
Points : 1348
Réputation : 209
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:13

Montrer patte blanche

L’instant pourrait être cocasse si ce chat qui nous observait avec insistance ne s’était pas élancé et qu’en un bond avait pris la forme d’une panthère. L’animal s’écrasa sur l’un des types. Les autres remuaient en reprenant leurs esprits. Et le fauve continua d’attaquer. Broyant ce qui n’échappait pas à sa mâchoire puissante et ses griffes acérées. Je ne sais pas comment réagir. Fuir ou bien rester immobile ? La panthère semblait me venir en aide mais mon instinct me soufflait qu’un animal en chasse ne laisse pas une proie s’échapper. Et j’ai raison.

Je détaille la scène, observant les tâches de sang dans les feuilles mortes, lorsqu’une forme sombre s’abat sur moi. Je tombe lourdement au sol. Le choc me coupe la respiration et je peine à prendre une bouffée d’air frais avec le poids que le félin applique sur mon bassin. Elle renifle mon torse. La chaleur de son souffle contraste avec son museau froid qui m’inspecte. La chemise semble l’intriguer. Peut-être que l’animal reconnait l’odeur de Chad. Mais c’est autre chose qui attire le plus son attention. Délicatement, la panthère frôle le médaillon que je porte toujours autour du cou. Je suis étrangement calme. Je maitrise mon souffle et l’inquiétude reflue. L’animal me laisse même me redresser et prend soin de nettoyer le sang qui coulait le long de ma tempe. Je sens un léger picotement. Comme si la blessure cicatrisait déjà. Étrange. Voilà qui confirme l’un de mes soupçons à propos de cette créature.

L’imposante panthère redevient chat et se pose devant moi. Immobile. Son regard émeraude me sonde alors qu’un premier miaulement puis un second s’élèvent de la gorge du félin.

- J’ai connu une hyène aussi sauvage que toi, dis-je à l’animal. Et sous ses traits se cachait une femme toute aussi singulière. Alors, décides-tu de te montrer sous un autre jour ?



(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:14





Mafdet Mahes coming

- J’ai connu une hyène aussi sauvage que toi, dit le gars. Et sous ses traits se cachait une femme toute aussi singulière. Alors, décides-tu de te montrer sous un autre jour ?

Une hyène ! Il ose me comparer à ses charognards perfides. Je tues mes proies moi-même môssieur ! Suffit de voir le carnage autour de nous… Je feule un peu, afin de marquer mon mécontentement sur la comparaison. Bref, je rassemblais mes souvenirs, plongeais dans mon passé. Ce type de thérianthrope me disait quelque chose. C’est un homme de ce type que j’avais déjà croisé, une hyène-garou. Bordel, c’était où déjà ? La misère les souvenirs quand on a vécu  500 ans… Les hyènes c’est en Afrique déjà. Oui, cela me revient, une tribu africaine, les Boudo, Boudi… non les Boudas ! Mais contrairement aux lycans, ils n’étaient pas assujettis à la lune. Un peu comme les sentinelles. Peut-être la femme dont il parle vient de cette tribu.

Bref, mes dons refusent de me dévoiler l’identité réelle de ce type. Si je reste en mode matou, cela va être chaud de lui demander son nom, matricule et taille de pompe ! Puisqu’il semble habitué aux femmes singulières autant me montrer. Puis de toutes façon étant intrinsèquement la druide de Chad, je serais amenée à le rencontrer. Je ne vais pas jouer à la midinette qui se laisse désirer. Je n’aime pas les attitudes de « fille ».

Je laissais donc mon corps reprendre forme humaine et me retrouvais assise face à ce gars dont je ne savais toujours pas le nom. Je n’aime pas ne pas savoir !

- Bonsoir, Mafdet Mahes, pour te servir ou pas. Druide, sentinelle, prof de chimie, ex-déesse de la guerre et j’en passe. Je veux savoir ton nom et pourquoi Chad te file sa chemise. Pourquoi il te fait confiance.

Il va pour ouvrir la bouche, que je le coupe déjà.

- Et je suis d’humeur meurtrière ce soir, au cas où tu essayerais d’esquiver comme en combat. Tu me donne un bout de curriculum vitæ qui étanche ma curiosité ou j’ouvre ta cervelle pour lire dans tes entrailles.

Je pense en disant ma dernière phrase que cela serait dommage d’abimer aussi jolie plastique….






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1364
Points : 1348
Réputation : 209
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:15

Elle en impose !

La femme qui avait manqué de me percuter ! Je la reconnais aussitôt qu’elle reprend forme humaine. Autant dire que sous n’importe quelle forme elle dégage une présence étonnante.

- Bonsoir, Mafdet Mahes, pour te servir ou pas. Druide, sentinelle, prof de chimie, ex-déesse de la guerre et j’en passe. Je veux savoir ton nom et pourquoi Chad te file sa chemise. Pourquoi il te fait confiance.

Son franc parlé ne me laisse pas de marbre. Et elle confirme connaitre Chad. Druide, dit-elle ? Voilà le lien qui les unit tous les deux. L’information est essentielle. Je ne dois en aucun cas la contrarier.

- Et je suis d’humeur meurtrière ce soir, au cas où tu essayerais d’esquiver comme en combat. Tu me donne un bout de curriculum vitæ qui étanche ma curiosité ou j’ouvre ta cervelle pour lire dans tes entrailles.

Elle m’a quasiment coupé la parole. Et pour me menacer. Quel tempérament ! Comme si elle n’avait pas compris que je me méfiais d’elle. Et il fallait être idiot de ne pas le faire. Panthère et même humaine. Elle est redoutable. C’est une certitude.

- Mickaël Wayne. Je suis nouveau ici et disons que Chad m’a permis de voir du monde. On est amis. Je crois.

Elle n’esquisse aucun geste. Ta curiosité trouve-t-elle son compte ? Apparemment non. Je tente de glisser aussi de l’assurance dans ma voix.

- Qu’est-ce que tu voudrais savoir ?

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:16





Knocking on heaven's door


Rhaa! Ce Chad ! Il ne changera pas. Un jour, il va vraiment lui arriver des bricoles. Heureusement que je suis une druide un peu boosté ! Y en faut de l’énergie pour calmer tous ces loups ! Je me remémore mon combat contre Scott. Lui aussi est pas mal en problèmes. Bon, j’obtiens un nom : Mickaël Wayne. Inconnu au bataillon de ma mémoire. Amis de Chad… le bêta ne sait pas dire non. Facile de devenir son ami. Mais qu’il donne sa chemise… Il doit y avoir du vrai là-dedans. Je sonde son regard. D’habitude, la pureté du vert de mes yeux met mal à l’aise. Ce Mickaël ne semble point affecté. Son rythme cardiaque reste calme. Qui est-il ? Qu’est –t-il ? Sa maitrise affute ma curiosité. Son assurance aussi. Je l’impression, mais ne lui fait pas peur. Non que cela me vexe. Just cela me donne un élément de réponse. Et cette amulette ? Qu’enferme-t-elle ? Que retient-elle ? Que protège-t-elle ? J’ai dans l’idée que si je le voulais, j’aurai du mal à lui retirer. Il semble comprendre le millier de question qui me passe en tête.

- Qu’est-ce que tu voudrais savoir ?

Je souris à sa question. Je me lève et vais m’assoir à côté de lui, le poussant un peu pour avoir aussi un appui contre le tronc d’arbre sur lequel son dos posait.

- hum, si je dis « tout », je sens qu’on va en avoir pour des heures… Puis-je prendre ta main ?

Je n’attends pas d’avoir la permission et pose ma main sur la sienne. Déjà les images viennent à moi. Des paysages qui me sont familiers. Ce type à voyagé. Je reconnais le Japon. J’adore ce pays, ses samouraïs modernes. Je vois des visages, c’est flou. Je ne mets pas de nom. Sauf un, plus récent dans ses souvenirs : James… Un ami ? Ce n’est pas Mickaël qui me bloque l’accès aux images de sa mémoire. Je sens une zone d’ombre. Un peu comme celle de Scott, mais différente à la fois. C’est indéfinissable. Il cherche clairement quelqu…

Il vient de retirer sa main. Le contact n’a duré qu’une dizaine de secondes à peine. Je n’insiste pas. Sa méfiance clignote en jaune fluo. Je me relève, prenant nonchalamment appui sur son épaule. Je fais le tour de la clairière et balance les trois corps en son centre, comme si c’était de vulgaires poupées de chiffon. Faire le ménage… une part importante de mon travail. Autant éviter à Ruby d’avoir à donner de nouvelles explications tordues au sheriff Stilinski. L’adjointe au sheriff à assez à faire je pense. Toit en faisant cela, je reste concentrée sur Mickaël. J’essaye d’interpréter ses gestes, son corps, histoire d’en savoir plus.

Je m’agenouille près des corps et pose ma main au sol. Murmure une lente litanie apprise du maitre de l’alchimie Nicolas Flamel dans sa boutique parisienne en 1364 exactement. Ce bourgeois parisien m’en devait une bonne : lui permettre de cacher son immortalité. En échange, il m’avait enseigné quelques techniques bien utiles comme ce pentacle de contention. SI j’avais connu cette technique il y a 4500 ans, je n’aurais pas été obligée de couler toute l’ile de l’Atlantide mais juste sa capitale : Danus Talis.

Un cercle de lumière violette s’illumina autour des corps. Je me moquais de savoir si ce Mickaël me voyait faire. Il n’était pas humain, ce n’est pas lui qui allait me dénoncer. La légère augmentation de son rythme cardiaque m’intrigua. Je me relevais, vérifiant que le cercle était parfait. Il ne s’agissait pas de faire couler toute la Californie…

Une lueur apparue dans ma main droite, de couleur indéfinissable puisque ce n’est pas de la lumière. Pas mal de dessins animés japonais ont repris cette image. Faut croire que mes tribulations durant l’ère Hakuchi sont restées ancrées dans les mémoires… Et contrairement aux personnages de fiction, je n’ai pas besoin de prononcer le nom d’un sort à rallonge pour provoquer un magnifique tremblement de terre de magnitude 9 juste devant mes pieds. Le bruit est assourdissant. La terre gémit, se fend, engouffrant les dépouilles. Un vent souffle, balayant la clairière. Il n’y a plus de traces de la lutte qui a eu lieu ici, ni des morts.

Je me retourne vers Mickaël.

- Mon petit doigt me dit que toi aussi tu cherches des réponses. Si tu comptes t’impliquer un peu plus avec Chad, tu entres alors dans mon champ d’action.

Je laisse passer un ange ou deux.

- J’ai besoin que tu m’en dises plus que ce que j’ai pu te… voler. Je pense que tu peux y être gagnant. Après, peut-être penses-tu pouvoir régler tes problèmes facilement sans aide d’un guide. Chacun est libre d’avancer l’heure de sa mort.

Je me tiens à deux mètre de lui, attendant sa réaction. J’en profite pour le dévisager. Hum, bon gout le Chad… C’est vrai qu’on serait vite tenté de gouter à ses lèvres.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1364
Points : 1348
Réputation : 209
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:17

Can you see ?

Le contact de sa main est agréable. Jusqu’à ce qu’elle sonde le passé. Mon passé. La sensation est particulière. J’ai appris depuis longtemps à lutter contre une intrusion mentale mais elle est beaucoup trop forte pour que je puisse rompre le contact. Des images défilent à toute vitesse. Est-ce qu’elle en saisit le sens ? Je revois la plaine japonaise dans laquelle j’ai passé plusieurs mois. Cette petite île. Ce temple. Elle continue à me sonder mais une sensation déplaisante m’envahit. Et un voile noir barricade des pans de mon passé. Alors elle fait un bond en avant. Je vois dans le fil qu’elle saisit apparaître le visage de James. J’ai juré de le protéger. Et personne ne dois savoir ce qui m’amène ici. Je bloque mon esprit avec violence. Et je retire ma main de la sienne.
Elle ne semble pas vouloir insister. Et se lève souplement. Elle fait le tour de la clairière et sous les rayons de la lune qui éclairent cette nuit froide, elle traine les cadavres dans un espace dégagé. Puis, elle s’y agenouille. Et le silence devient encore plus imposant.

Le cercle de lumière. L’air environnant se chargeant d’énergie. Et la sentir envahir tout mon être. Cette impression me semble familière. Mais lorsque je tente de me souvenir, le voile obscur tombe à nouveau sur ma mémoire. Je fulmine intérieurement.
La terre engloutit les cadavres dans un vacarme sourd. Et cette femme se relève l’air de rien et s’adresse à moi.

- Mon petit doigt me dit que toi aussi tu cherches des réponses. Si tu comptes t’impliquer un peu plus avec Chad, tu entres alors dans mon champ d’action.

Une chouette hulule au sommet d’un arbre. Attend-elle que je lui confie quelque chose au sujet de Chad ?

- J’ai besoin que tu m’en dises plus que ce que j’ai pu te… voler. Je pense que tu peux y être gagnant. Après, peut-être penses-tu pouvoir régler tes problèmes facilement sans aide d’un guide. Chacun est libre d’avancer l’heure de sa mort.

Belle tirade. Pour la première fois depuis que j’ai mis les pieds dans cette ville je vais en dire tout juste assez pour qu’on me foute la paix.

- D’autres avant toi ont essayé en vain de répondre à mes questions. Et même si tu sembles voir les volutes du temps, des zones d’ombres de mon passé restent impénétrables. Ton aide pourrait m’être utile toute fois, car Beacon Hills semble une ville bien étrange. Je suis arrivé ici parce qu’une lettre anonyme semblait vouloir aiguiller ma mission dans ce coin de Californie.

Elle analyse le moindre de mes mots. Je n’en dirai pas plus. Pas ce soir. Pas au milieu d’une forêt.



(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:18





A patte de velours

- D’autres avant toi ont essayé en vain de répondre à mes questions. Et même si tu sembles voir les volutes du temps, des zones d’ombres de mon passé restent impénétrables. Ton aide pourrait m’être utile toute fois, car Beacon Hills semble une ville bien étrange. Je suis arrivé ici parce qu’une lettre anonyme semblait vouloir aiguiller ma mission dans ce coin de Californie.

- Je ne suis pas les… autres. Ni une Madame soleil. Je vois ce que la source de la vie veut bien me laisser voir…

Je m’approche plus près, sans pour autant entrer sans son cercle d’intimité. De toute façon, à ce moment présent, je ne le sens pas du tout réceptif à un numéro de charme, ni moi à jouer ce rôle. Je scrute ses traits. Il est fatigué après cette nuit blanche qui a dû être mouvementée. Déjà, il ne refuse pas mon aide. J’apprécie l’attitude, sa mesure. Il y a bien un moyen pour briser le sceau qui bloque ses souvenirs… mais cela reviendrait à passer d’une noirceur à une autre… J’en connais déjà trois qui en font les frais. Bien que si c’était à recommencer, je sais qu’aucun de ces trois-là ne se défilerait, même en sachant ce qui les attendrait. Je regarde Mickaël et ne peux me résoudre à lui mentionner ce lieu sacré des druides. Le pouvoir du Nemeton est terrifiant. Il serait capable d’accepter…

Il a raison, le black-out de sa mémoire est une zone bien protégée, secrète. Sa zone 51 en quelque sorte. Si je savais qui en était l’origine, cela m’aiderait.  Du moins je le pense. Mais mes dons refusent de m’éclairer. Cela signifie que le problème est complexe. Pas question d’y aller à coup de tremblement de terre ! La partie doit se jouer subtile et imperceptible.  Je fais un pas et pose ma main sur sa poitrine, là où il y a son médaillon, masqué par la chemise de Chad. Il a un mouvement de recul. D’un signe des yeux, je fais comprendre que je ne vais pas, de nouveau, lui violer sa mémoire. Sous ma paume je sens la chaleur, sa chaleur. Je ne sais que penser de ce que je perçois. Cet homme est aussi hermétique qu’un coffre-fort. C’est rare, que je n’arrive pas à percer un blindage. Son regard, où je lis presque du défi, me fait changer d’avis. Il me bloque son esprit. Ne me provoque pas Michaël Wayne. Tu n’es peut-être pas sans défense, je ne suis pas sans malice !

- A Beacon Hills, il existe bien un moyen pour faire remonter tes souvenirs à la surface. Mais je ne suis pas certaine que le remède ne soit pas pire que le mal.

Le soleil pointe son nez dans mon dos, illuminant les yeux et les cheveux de mon vis-à-vis. Hum, charmant tableau. Cette ville regorge de beau gosse. Je me décale, vais pour m’en aller par le chemin qui se trouve derrière lui. Je pose de nouveau la main sur son épaule. Là, mon geste est beaucoup moins honnête. Je masque mon forfait par une vague de soin qui le réchauffe, lui enlevant sa fatigue de la nuit.

- A bientôt alors. Et concernant Chad. Si tu lui fais du mal et que t’es encore en vie après le passage de Miyavi…


D’un coup de menton, je désigne l’endroit où se trouvaient trois cadavres. Je file, en petite foulée dans la forêt. Vingt mètres plus loin, il ne peut déjà plus me repérer. Je suis passée sous ma forme chat. Je n’ai plus d’aura, ni d’odeur. Je me fonds dans le décor, dans la nature. Je suis la nature. Maintenant que j’ai copié toute la mémoire de ton téléphone sur le mien. Je pourrais peut-être mettre des noms sur les visages aperçus.

Maintenant, voyons voir où tu habites ? Puisque mes dons se refusent à moi, il faut bien aussi que je contourne la difficulté. Tu n’es pas le seul, Mickaël Wayne à pratiquer l’art de l’esquive. A patte de velours…


A pas de velours
Il vole l'amour
C'est un chat
Il aime les lumières
De la nuit

Il avance en dansant
Souplement, doucement
Il va ou il veut
S'en va comme il peut

A minuit il te suit
Ce qui lui est à lui

Place Pigalle
Ou autour de l'Etoile
Pas de petits passages
Pour cet enfant pas sage
Et de chemine en chemine
Voyou passionne
Etrange animal
Au sourire vertical
Il ne sait pas quand il fait mal

A minuit il te suit
A minuit il te fuit

A pas de velours
Il est de retour
Le chat
Ce voleur d'amour

Well, this is the end






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1364
Points : 1348
Réputation : 209
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:19

Au petit matin

Me voilà seul dans la forêt. Pas que j’en sois inquiet. Simple constatation après que la femme féline soit parti. Cette Mafdet est vraiment singulière. Druide et sentinelle, a-t-elle dit. Mais qu’est-ce qu’elle pouvait bien garder ? J’ai l’impression que ceux qui ont des choses à cacher savent plutôt bien se défendre ici. À moins que Beacon Hills ne recèle autre chose. Et c’est plus que probable. Sur cette pensée je quitte moi aussi la clairière en petites foulées. La main que Mafdet avait posée sur mon épaule m’avait redonné un peu d’énergie. Une combine dont elle avait le secret, je suppose.
Je me presse tout de même pour rentrer. Le soleil se levait et je voulais me reposer un peu pour rejoindre Chad au centre commercial. En pensant à ça, il me vient une idée. Je m’arrête avant de descendre les marches qui mènent à la ville et sors mon portable. Je tape un message rapide et compose le numéro de James. Aucun de mes contacts n’apparait dans mon téléphone. Une autre précaution au cas où on arriverait à me le voler. Mais j’en doute. Je ne crains pas de le réveiller. Là où il est, la journée est déjà bien avancée.

« Tu peux débloquer des fonds pour moi ? Je ne compte pas courir tout l’hiver »

Je sais qu’il comprendra l’allusion. J’aurais pu retirer l’argent moi-même, mais je préfère que ce genre de transaction soit sécurisé. Et James est un peu comme une couverture pour moi. C’est lui qui, malgré ma discrétion, s’assure que je devienne un fantôme pour ceux qui voudraient me retrouver. Mon téléphone vibre quasi-aussitôt.

«  Choisis plus discret qu’à Miami »

Il a le don de me réprimander sans me faire perdre le sourire.

« Pas de Porsch, promis. »

« C’est fait. Sois prudent. »

Je glisse mon téléphone au fond de ma poche et reprend le chemin du retour. Lorsque j’arrive à l’appartement, je monte à pas de loup pour éviter de faire du bruit. Je n’ai jamais croisé les deux voisins de l’immeuble. Pas envie d’avoir d’histoires.
Après une douche chaude mais rapide, mon lit me semble très confortable. Je laisse mon esprit s’évader et me surprend à imaginer le visage de Chad. Pour finir par me remémorer le contact de ses lèvres sur les miennes. Pourquoi est-ce qu’il a fait ça ? Et surtout pourquoi j’y repense maintenant ? Il y a cette ambiguïté avec lui. Sans que ça me dérange vraiment. Et pourtant nous nous connaissons à peine. Peut être que je devrais me montrer plus prudent. Cette pensée accompagne le sommeil qui me gagne.
Je ferme les yeux.


(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:19





Born to be wild

La nature s’éveille peu à peu. Les oiseaux pioupioutent bruyamment. Je m’en croquerais bien un ou deux de ces emplumés. Mais j’ai autre chose à faire que de partir à la chasse. J’entends mon énigmatique Mickaël Wayne partir en petite foulée. Furtivement, je lui emboite le pas sur une ligne parallèle à une trentaine de mètres. A moins de me voir, il ne peut pas savoir que je suis là. Des volutes de brume se dissipent  doucement sous l’action du soleil levant. Avant d’arriver en ville, je le vois tripoter son téléphone. Je me rapproche doucement, attentive. Gna ! Cette manie des texto ! Pas de conversations à écouter… Il m’horripile celui-là ! Le voilà qu’il repart, je suis en trottinant. Une souris frémit en me voyant passer. Tu as de la chance ma belle, je n’ai pas le temps de jouer à chat. Enfin si, mais ma souris est plus imposante… Hum… Joli petit cul soit dit en passant. Oulla, je fatigue ! Je n’ai pas dormi depuis vingt-quatre heures.

L’objet de ma surveillance entre dans un immeuble au style un peu avant-gardiste. Hum… C’est censé représenté quoi ce blocos ?! Ils ont vraiment de ces idées les architectes. Je range cette construction dans « style douteux et autres trip idiots ». Je pense à la maison sur pilotis de mon enfance. Ma mère virait une dizaine de serpents chaque matin. Ce côté sauvage me manque. Ici, tout est net, aseptisé, fade et sans âme. La porte d’entrée s’est refermée sur le joli petit… sur Mickaël ! Je passe par une bouche d’aération du sous-sol et remonte par la montée d’escalier. Je me fie aux bruits, à son odeur. Le sol pue le produit industriel. Deuxième étage, porte de droite. Trouvé ! Je m’installe en boule sur son paillasson, colle mon museau sur mes pattes et ferme les yeux. Bien planquée aux yeux de tous : la meilleure des cachettes. Je me concentre sur les bruits de son appartement. J’entends l’eau couler, me disant que j’en prendrais bien une de douche également. J’ai encore du sang sous les griffes. Je me salissais moins, du temps où j’opérais avec mes deux sabres. Les surnoms que j’ai pu avoir à cause de ces deux katanas... Je regrette de ne plus arborer, croisés dans mon dos, mon Masamune et mon Muramasa. Le premier tranchait l’acier et ne blessait que les gens mauvais. Le second tuait à chaque coup, même d’une simple éraflure. Armes diaboliques à souhait. Armes redoutables entre mes mains. L’art du kenjutsu que j’ai appris dans une école spécialisée, une koryu, pendant la dynastie Tokugawa, m’avait vraiment passionné. J’étais allée jusqu’à me grimer en homme pour accéder à cet enseignement. En un an, j’avais dépassé le niveau de leur meilleur élève. C’est d’ailleurs avec délectation que ma lame avait pris la vie de cet arrogant.

Je revins au XXIe en entendant Mickaël sortir de la douche. Ses pas feutrés me dirent qu’il devait se déplacer pieds nus. Bruit d’un sommier qui s’affaisse, un soupire, puis deux, une respiration qui tend à devenir régulière. Son cœur lui aussi baisse son rythme. Son boum boum est apaisant. Je laisse mes sens s’évader aux alentour. Je ne capte rien d’intéressants. La fatigue et les tensions accumulées me font sombrer dans le sommeil. C’est le voisin de palier qui me réveille. Je m’étire longuement, jouant au U avec ma colonne. Puis file en direction de la sortie.

J’arrivais chez moi sur les coups de neuf heures. J’avais le temps de prendre une douche rapide puis de me coller sur la correction d’un tas de copies d’élèves. En sortant de la salle de bain, ‘enfilais un jean classique et un tee-shirt blanc. En voyant mon téléphone sur la table, je me rappelais ma manœuvre avec monsieur Wayne. J’allumais l’appareil et cherchais le dossier correspondant. J’allais enfin avoir des noms des numéros de téléphone… Saloperie de Mickaël Wayne ! Cet homme est décidément trop prudent ! Je savais que ma manœuvre avait fonctionné, puisque j’avais toute sa play liste de musique. Mais aucun numéro de contact, ou d’historique d’appel. Qu’ils soient entrants ou sortants. Cela me renseignait sur l fait que ce gars était traqué. Je mis mes écouteur et corrigeais ces foutues copie avec la musique de Mickaël dans les oreilles. Une fois mes copies barbouillées de stylo rouge, ils n’avaient décidément rien compris au principe d’oxydo-réduction. Je lorgnais sur les fichiers musiques en ma possession. Que pouvais-je en tirer ? Je regardais les dates des fichiers. Cela me donnait des dates de connexion pendant lesquelles il avait téléchargé ses musiques. Les heures étaient variables. Il semblait ne pas dormir toute les nuits. Autre info qui dit musique téléchargées, dit ordinateur. Un portable surement. Qui dit ordinateur, dit un de mes contacts, membre du CCC Chaos Computer Club. On ne s’était jamais vu. Juste croisé sur la toile. Mais, il me doit quelques services comme beaucoup d’autres.

Je pianote un message via une adresse mail bidon. Mon message est sibyllin et semble n’avoir aucun sens. Mais le nom de Mickaël, son adresse y sont mentionnés pour ceux qui comprennent le système de codage. Quel que soit les précautions de Wayne, il y a forcément une faille quelque part, où un hacker professionnel pourra s’immiscer.

Je fourre mes copies dans une pochette. Je soupire, il m’en manque plein. Je suis trop cool avec les élèves, leur permettant de me les rendre en retards. Je vais encore devoir corriger ça sur le pouce ! J’attrape une pomme dans la panière à fruit et m’en vais pour le lycée. Mon premier cours est à onze heures. Cette après-midi c’est travaux pratique. En espérant que cette fois-ci, ils ne me feront rien exploser…

A la pause de midi, je me retrouve avec dix copies à corriger. maudits gamins!! Pas le temps d'aller faire la queue au self. Je m'installe dehors et corrige ce merdier, me contentant de ma pomme. J'ai la dalle! Et pourquoi il me colle un électron là, l'autre zouave! Moins 2 points tiens !

Commentaire:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1364
Points : 1348
Réputation : 209
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:20

Hurt



J’avais laissé Chad deux heures plus tôt. Et n’avais pas bougé depuis. Pas bougé de cette position. Ni de l’endroit dans lequel je me tenais. Seul. Assis en tailleur, le dos droit, les yeux clos. Au milieu de la forêt.

Inspiration. Expiration. Je me ressource de l’énergie du lieu. L’air pur emplit mes poumons. Mon rythme cardiaque ralentit. Je saisis le moindre bruit. Bruissement des feuilles balayées par le vent. Stridulations des petits habitants de la nature. Inspiration. Expiration. Les battements de mon cœur s’espacent encore. J’ouvre mon esprit. Et plonge dans ma mémoire.

Les images se bousculent, ne sont pas claires ni significatives. J’essaie de trier mentalement, de contrôler le flux qui me parvient. Sauf que je suis emporté. Submergé. Mais je tiens bon. Ma posture imperturbable est loin d’illustrer le combat mental qui se déroule dans mon esprit. Je saisis un visage. Une chevelure blonde. La voix d’une enfant. Des frottements, des craquements. Des voix qui semblent déformées. Je lutte en essayant de capter la moindre information. La moindre réponse.

Soudain un mal foudroyant me parcourt le corps. Le fil de mes souvenirs se brise. Je tombe à la renverse dans les feuilles mortes. Et me tors de douleur. Comme à chaque fois que je tente de passer outre l’envoûtement qui bloque mes souvenirs.

Je m’appuie sur le sol pour me relever. Pose une main sur mon genou pour reprendre mon souffle et chasser de mes muscles les spasmes violents qui ont manqué de me faire hurler. Alors que je me redresse enfin, mes sens et mon instinct reprennent le contrôle. Je fais volteface. La rapidité de mon geste contraste avec l’état dans lequel j’étais à l’instant.

Elle est là. Devant moi. Elle me fixe. Mais n’a pas bougé alors que j’étais vulnérable il y a quelques secondes.


(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:21



 

You’re going down

J’avais enfin fini de corriger ces maudites copies. Tabarnac ! Bon, je devais admettre que là, je comprenais l’exaspération que devait avoir Harris. Je crois que la moyenne de cette classe, devait tourner de 8/20 pour ce contrôle pourtant facile. J’allais avoir l’immense plaisir de devoir leur renfoncer ces foutues bases dans le crane, lors de mes deux prochaines heures de cours.

J’essayais une nouvelle fois d’aborder les subtilités de l’oxydoréduction d’une énième manière. Répétant la phrase du cours :

- Une réaction d'oxydoréduction est une réaction chimique pendant laquelle se produit un échange d'électrons. Vous savez, le petit machin qui a une charge négative et qui tourne autour du noyau de l’atome, comme une mouche autour d’une merde de chien !

J’obtins quelques gloussements.

- L'espèce chimique qui capte les électrons est appelée « oxydant » ; celle qui les cède, « réducteur ». Donc en gros si vous avez donné votre cœur à une demoiselle, monsieur Greenberg, vous vous êtes fait « réduit ».

Toute la class se marra, sauf William Greenberg. Mais c’était celui qui avait noté le plus d’ânerie sur sa copie. Basse vengeance... Je poursuivis mes explications ainsi que le cours.

- Une réaction redox doit être équilibrée pour avoir un décompte exact des électrons en jeu. Il faut parfois ajouter des molécules ou des ions pour équilibrer. En gros, monsieur Greenberg, pour que votre situation amoureuse s’équilibre, il faut y ajouter des éléments extérieurs comme « restaurant » ou « cinéma ». Nouveau fou rire de la classe.

Mes deux heures de cours se finirent dans la bonne humeur, sauf pour William Greenberg… J’avais également terminé ma journée. Je souris à Scott lorsqu’il passa devant moi. Je crois, qu’il appréciait mes explications non conventionnelles de la chimie. De manière générale, il me semblait que de la lumière s’était allumée dans le regard des élèves. Je sortis à leur suite et fermai la classe. Me dirigeant vers la salle des profs, je laissais aller mes dons. Je devais discuter avec Stiles, mais ce n’étais pas encore le bon moment pour le jeune homme. Bon, qui a besoin d’aide ? Qui a besoin d’une baffe ? Une image s’imposa. Je vis un coin dans la forêt de Beacon Hill. Mais rien de plus quant au motif de cette vision. Comme souvent à Beacon Hill, mes dons faisaient souvent appel à mon libre arbitre. Si j’étais payée pour être sentinelle, je demanderai une augmentation ! Mais bon, je n’avais signé aucun contrat d’embauche quand l’anima de la panthère me tomba dessus, il y a quelques cinq milles années. L’essence de la vie, n’est pas un employeur contre lequel on se révolte. Je me dirigeais donc vers le parking du lycée et enfourchais ma Ninja Kawasaki. Partis dans un rugissement de moteur pour avoir le plaisir de voir la psychologue scolaire grimacer. Je trouvais que cette pseudo druide tirait au flanc. Je ne comprenais pas sa passivité. Était-ce lié à la disparition de Deaton ? Je ne lui demandais pas de réponse, pour la simple raison qu’elle n’avait pas calculée que  j’étais aussi une druide. Je sortis de la ville et poussais un peu ma bécane après avoir visionné quelques futurs proches. Le sheriff et ses hommes n’étaient pas dans les parages. J’allais pouvoir me laisser griser par un petit excès de vitesse. Je prenais les virages, en limite d’adhérence. Avec cette moto entre les cuisses, je me sentais revivre. Je relançais pour sortir de la courbe.

Peu de temps après, je pris un chemin forestier et m’enfonçait dans les bois. Quelque chose, l’instinct, me dit de poursuivre à pied. Je filais en mode gros chat. J’arrivais à l’endroit de ma vision. A la différence de celle-ci, la place est occupée par le jeune homme croisé très tôt dans les bois. Le très prudent  Mickaël Wayne. De l’extérieur, il semblait en pleine séance de yoga. J’avance sans bruit, les moustaches en mode analyse. L’odeur de Chad encore, récente. Ils sont vraiment collés ces deux-là ! Je m’installe face à lui et commence une toilette minutieuse. Foutue boulettes de poils ! Et ces petites graines piquantes qui s’accrochent de partout ! Je plains mes cousins angoras…

Ne jamais croire qu’un chat qui se toilette, fait abstraction du reste. J’étudiais le rythme cardiaque de Mickaël. Il était régulier pour l’instant. Je poursuivis, passant aux pattes arrière. Rhaa ! Quelque chose de coincé entre les coussinets. Je m’arrêtais, la patte suspendue en l’air. Son cœur s’emballait. Il s’écroula sur le sol, comme prit de violents spasmes. Je reprends forme humaine, prête à agir si besoin. Assise en tailleur, je le regarde souffrir. Je n’interviens pas. Je ne peux rien contre la réaction qui se produit. Juste le soulager le cas échéant, si cela met son corps en détresse vitale. La vraie bataille se passe dans sa tête. Il reprend prise sur lui-même et fait un volte-face. Jolis réflexes. On se regarde pendant une longue minute silencieuse. Je laisse son cœur reprendre un rythme normal. Avec un sourire qui se veut franc et sensuel, je pose ma main, paume en l’air sur mon genou droit.

- Besoin d’un antidouleur ? Dis-je doucement.

Je sais qu’il se doute que me toucher n’est potentiellement pas sans conséquence. Mais mon contact n’est pas forcément néfaste. J’ai emmené Alexis au septième ciel ainsi. Mais là, je vois ses muscles contractés. Je peux absorber sa douleur, ses tensions. Mon offre est sincère. Puis, je me doute que je ne verrais rien d’intéressant, ou peut-être sa nouvelle play liste, le visage ou autre chose de Chad dans sa mémoire...

Il hésite, un bruit dans les fourrés non loin le décide. Il attrape ma main, me regarde intensément, comme s’il se jetait à l’eau ou jouait à quitte ou double. Rapidement, j’absorbe sa fatigue, ses douleurs. On a de la compagnie. Je crois que quelqu’un n’a pas apprécié mon mini tremblement de terre… Ni le fait que Mickaël Wayne soit toujours vivant.


It's been a long time coming
And the tables' turned around
Cause one of us is goin'
One of us is goin' down
I'm not runnin', it's a little different now
Cause one of us is goin'
ONE OF US IS GOIN' DOWN!!!





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1364
Points : 1348
Réputation : 209
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:23

Another one bites the dust



La douleur a reflué. Puis disparu. Je retrouve mes esprits. Mafdet me propose son aide. Ou est-ce un piège ? Je sais que mon ennemi approche. Un bruit et je comprends qu’il est tout près. Je n’hésite plus et plaque mes paumes sur les siennes. Je sens une vague qui me soulage. Et je retrouve ma forme et le plein contrôle de mes capacités. La présence de la druide ne me gêne pas. Elle aurait déjà tenté quelque chose contre moi si elle l’avait voulu. La personne qui sort du couvert des arbres est beaucoup plus inquiétante pour le moment. Il porte l’habit traditionnel et je vois d’ici l’éclat écarlate de sa lame. Mafdet s’interroge. À moins qu’elle ne sonde cet inconnu.

Je me lève doucement mais le moindre de mes muscles est tendu. Nécessaire à des réactions rapides. Nécessaire au combat contre ce genre d’individu. Je retire mon sweat et mon t-shirt qui gêneraient mes mouvements. Le soleil filtre à travers les arbres et je parviens à discerner son visage. Le teint buriné, les cheveux très courts et un regard noir malveillant. Il bondit par-dessus un tronc d’arbre couché. Dans le même geste son bras tranche le moindre feuillage qui se trouvait sur son passage. En quelques secondes il est sur moi. Je suis prêt.

Je frappe du poing, élance ma jambe pour le frapper deux fois. Mais mon geste rencontre le vide. Il se déplace vite. Et parvient même à me surprendre. Je déteste ça. Je ne veux plus que l’un d’eux ait le dessus sur moi. Je fais appel à des forces en sommeil. Et bloque le coup qui m’est destiné. J’avance d’un mètre et ne lui laisse pas le temps de comprendre. J’attaque. Un enchainement genoux et poing qui lui bloque la respiration.

Another one bites the dust
And another one gone, and another one gone
Another one bites the dust
Hey, I'm gonna get you too
Another one bites the dust


Je sens sa dague m’entailler la cuisse alors que je le pensais assommé. Il est coriace. La douleur vrille mon muscle quand je prends appui sur ma jambe. Mais je conserve ma souplesse et fais taire le mal. Je ne dois à aucun moment cesser d’attaquer et de parer ses coups. Je laisse entrevoir une faille dans laquelle je pourrais le piéger. Mais il n’est pas dupe. Je bloque sa lame. Mais pas son poing qui s’enfonce contre mon plexus. Inspire Mick, à plein poumon, me criai-je intérieurement. La douleur se diffuse et augmente ma colère. Je me souviens d’un combo qui m’avait particulièrement meurtri lorsque j’en avais été la cible. J’attends une ouverture. Je pare un coup puis un deuxième. Au suivant, je le laisse venir me toucher et ma jambe s’élève pour le frapper à la tempe. Il fait volteface comme s’il n’avait rien ressenti. Il écarte légèrement les bras. D’un coup de pied je lui envoi les feuilles mortes au visage. Double rotation de ma jambe droite. Je lui brise le poignet dans un bruit sourd. La lame écarlate se plante dans la terre. Et mon poing écrase violemment sa cage thoracique.

Il est plaqué au sol, désarmé et mes yeux se fixent sur la veine qui pulse le long de sa gorge. Je tire le poignard que je garde au mollet. Je ne te laisserai pas fuir et rapporter ce que tu as vu et entendu.

Mon geste est vif, précis.
Et mortel.

Another one bites the dust



(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:24





Into the dark past

Un homme étrange sort de la végétation dense.  Sa lame est étrange, envoutée ? En tout cas elle est affutée. Je regarde Mick se lever et ôter les vêtements de son torse. Le combat entre les deux hommes s’engage. Ils sont rapides. Les coups sont précis et brutaux. C’est un combat à mort. Je reste à l’écart. A un moment Mick se fait toucher à la cuisse. Mes mains sont prêtes à invoquer Masamune et Muramasa. Je ne veux pas qu’on me voit me transformer. Je me méfie d’éventuels témoins. Si je dois aider Mickaël, je le ferais en mode humaine. Vu l’aura de ce type, il suffit que je l’effleure avec Muramasa pour qu’il meure. Il sent la mort, la culpabilité. Cela faciliterait ce combat. Mais mon rôle de druide n’est pas de faire à la place des autres. Juste de guider et… de corriger le tir. Puis, je profite du spectacle. Les deux hommes savent se battre. Les gestes sont précis. En vétéran de bien des combats, j’apprécie les techniques employées. La respiration de Mick reste posée, à peine accélérée par les mouvements vifs. Les forces sont presque égales. Je donne l’avantage à mon étrange inconnu, notamment pour sa maitrise. En tous, le combat n’aura duré que quelques minutes. L’attaquant tombe raide mort, la carotide tranchée.

Contrastant avec son calme régalien pendant le combat, je sens son cœur s’accélérer, la colère monter. Il ne fait pas parti de ceux qui peuvent tuer sans conséquence sur leur âme. Il a protégé sa vie. Mais donner la mort, n’est pas un acte naturel. Du moins pour lui. Il me lance un regard, je réponds en fermant les yeux. Le moment n’est pas à la discussion, aux questions… Je ferais le ménage. Il part en courant, s’enfonce dans la forêt. A côté de moi, j’aperçois son sweat et son tee-shirt oubliés. Je m’en saisi et vais pour l’appeler. Mais une vision me retient. Je porte le vêtement sous mon nez. Respire l’odeur de sueur et de parfum homme mélangés. Si la marque du parfum, me vient à l’esprit ce n’est pas cela qui m’interpelle. Mais les images que je vois.

Chad, plein de sang ! Chad qui se bat, qui souffre. Les images m’arrivent dans le désordre. Par mimétisme, je ressens une violente douleur à la cuisse gauche. Je vois qui attaque Chad : Mick. Pourquoi ? Je vais pour me lever, il faut que j’interrompe ce comb… Non, tout se place dans l’ordre. Ils doivent gérer cela tous seuls. Chad va souffrir, Mickaël aussi, mais après… En voyant l’arme du mort au sol, je me dis, que concernant les deux garçons, je ferais la voyeuse une autre fois.

Je me saisis de l’arme rouge. Quelle facture particulière. Je sens des picotements dans les doigts. L’arme est enchantée. Je m’approche du mort et m’accroupis à côté de lui. De la main gauche, je pose deux doigts sur sa nuque, de l’autre je tiens l’arme par sa lame. Je fais le vide. J’ai sentis la résistance, la protection. Percer le mystère va me demander du temps. De la même manière que la mémoire de Mick est bloquée, je n’arrive pas à « percer » ce que je touche. Par contre là, l’homme est déjà mort. Je peux donc y aller en force. On ne meure pas deux fois ! Il me faut un bon quart d’heure pour pulvériser l’enchantement. Avoir l’arme et son propriétaire m’aide.

« Chasseur »… C’est un chasseur. Qui chasse donc Mick. Voilà une information non négligeable. Qui est-il ? Surtout qu’a-t-il fait pour s’attirer cette sentence ? Le mort porte un habit étrange. Une sorte d’habit blanc. J’ai l’impression qu’il sort du jeu Assassine's creed. A quelle bande de chasseurs fanatiques a-t-on affaire ? Je lâche le bonhomme. Qui il est importe peu. C’est un sbire, un tueur. Son arme sera surement plus loquace. Je la prends entre mes deux mains et refait le vide. Laissant les images affluer.

Une pièce sombre éclairée par une mince meurtrière. Les murs luisent d’humidité. Je ne vois que la porte. Quelqu’un est dans cette pièce. Celui qui tient l’arme prend son temps. Je vois à travers ses yeux. L’image reste fixe. Il me faut autre chose. J’attrape le sweat de Mick et me le colle sur les épaules. Reprends la dague à deux mains et me replonge dans mes visions. De nouveau la pièce, la porte. La main qui la referme, l’homme se tourne enfin. Je vois une silhouette assise sur une chaise. Il fait trop sombre pour distinguer son visage. Vue la façon de se tenir, cette personne va mal. Je comprends pourquoi quand l’homme frappe celui qui est assis et… ligoté. Les coups pleuvent. J’entends les gémissements de la victime. Son visage reste dans la pénombre. L’homme ressort de la pièce sans que je devine clairement l’identité de la victime. Il me faut bien une bonne heure de visions pour visualiser une image où je vois la tête de celui qui se fait torturer. Comme je m’y attendais c’est Mickaël. Pendant une heure, je n’ai vu que des scènes où il se faisait cogner sans pouvoir se défendre ou se protéger. S’il a réussi à sortir de cet enfer, je comprends le pourquoi de son extrême prudence.

J’ai mal à la tête. L’effort de concentration me demande beaucoup d’énergie. Je perds le fils des visions. Ses bourreaux s’entourent d’une obscure magie qui rend ma tâche difficile. Je noue les manches du sweat sous mon menton. Peut-être qu’avec son odeur, j’arriverais mieux à le cibler dans le passé. Je replonge dans ce passé obscure. Encore des scènes de violence. A aucun moment, je ne discerne la motivation de ces hommes contre Mick. La seule chose que je vois est une blessure faite avec une arme similaire à celle que je tiens. Le coup semble très douloureux pour Mick, mais la blessure cicatrise presque immédiatement. Une marque ! Ils l’ont marqué. Cruelle blessure qui se réveille quand ses bourreaux s’approchent…

Je ne peux pas éliminer les gens qu’il a à ses trousses mais au moins, je dois pouvoir le débarrasser de cette marque. Mes dons sont antérieurs à ceux de celui qui a posé cette marque. En magie, l’antériorité fait loi. Cela ne va pas être facile, ni à faire et encore moins à convaincre cette tête de mule de se laisser faire. Il ne me fait pas encore entièrement confiance. Je me mets à sonder les futurs possibles. Que puis-je faire pour le persuader de se laisser faire. Les lignes sont floues. Je me penche et récupère son tee-shirt. J’ai besoin d’un maximum de relations sensorielles pour être précise. Je laisse les lignes du futur venir. Ce que j’y vois ne me plait pas. Certes, cela va me donner l’occasion de montrer à Mickaël que je suis de son côté. Mais cela va se faire aux dépens d’un autre de mes poulains!
Comment atteindre quelqu’un qui sait bien se défendre ?... En s’attaquant à ce dont il tient. Celui que je vois, dans un futur plus ou moins proche,  ligoté sur une chaise, hurlant de douleur est blond avec des yeux bleu…

Les visions m’ont épuisée. Cependant ma tâche n’est pas finie. Je dois faire disparaitre le corps. Même méthode que la dernière fois. Je ramasse les vêtements de Mick, je lui rendrai à l’occasion ou pas. Cela me permet d’avoir un contact indirect avec lui. Je rentre chez moi en titubant presque. Je vais devoir reprendre des forces avant de revoir ces deux loustics.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]   Mar 18 Nov - 15:28

La suite ICI


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Etrange étranger [PV Maf' & Mickael]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mickael Crichton
» Appel telephonique Victoire/Mickael
» Plus de 80% des cadres haïtiens vivent à l'étranger
» PV . Etrange et dérangeant
» « La solitude rend sensible, non étranger à autrui. » [PV : Boule de l’Ange]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Les sous-bois-
Sauter vers: