AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]

Aller en bas 
AuteurMessage
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Dim 13 Mar - 21:56

UN FOOTING DANS LA FORÊT EXPLOSIF.

Chris&Arès

Il est 20h30. Comme à mon habitude, je fais mon footing quotidien.. un peu plus tard que prévu vu que j'ai eu quelques soucis au lycée, rien de grave.. juste une embrouille ou deux à gérer. Être capitaine de foot du lycée, il n'y a pas que les bons côtés. La popularité, les filles, et encore ça je ne trouve pas que c'est un avantage, le "succès" etc... il y a aussi être une personne, et donc gérer les conflits entre les différentes personnes etc.. Bref, une embrouille entre deux joueurs de mon équipe de football, ils se sont tapés dessus pour une histoire de fille aussi, quelle coïncidence. BREF, je me mets donc avec mon bas de jogging, mon sweet à capuche gris et c'est partis, je pars de la maison avec mon téléphone et la clé de la porte d'entrée. Je mets mes écouteurs, et let's go. Depuis que je suis un métamorphe, et que en plus de ça je cours quotidiennement, j'ai une très très bonne condition physique. Je peux courir pendant des heures sans m’essouffler, c'est quand même dingue. En plus, avec le foot, c'est encore mieux.

Après quinze minutes de course, j'arrive enfin dans la forêt. J'effectue comme à mon habitude des zig-zags entre les arbres qui se présentent devant moi. Ma cadence est très rapide, je sais géré ma respiration, et je sais quand j'arrive à mes limites. Mon pou est rapide, mais pas élevé. Il est comme si un humain normal de très bonne condition physique faisait son footing sur du plat. Mon instinct de loup-garou prend le dessus l'instant de quelques secondes et tourne sa tête en direction de la lune, pour voir si elle est pleine, mais non elle ne l'est pas.. de toute manière je suis habitué maintenant, à cette fameuse "full-moon". Je croise une meute de loup, de magnifiques spécimen. Un loup me regarde en montrant les crocs, j'ai juste eu à laisser mes yeux bleus humains se "transformer" en bleus loup, pour que le loup détourne le regard et accélère le pas. Intéressant.

J'arrive enfin au niveau de la falaise, tout au bout après 40 minutes de courses intensive. Avant je mettais plus d'une heure pour y arriver, mais maintenant c'est plus rapide. Je m'assois comme d'habitude sur le rocher qui surplombe Beacon Hills, je laisse mes jambes suspendues au dessus du vide. Je contemple la vue magnifique de notre ville, Beacon Hills. J'y reste souvent une dizaine de minute, et je réfléchis à ma misérable vie, qui suis-je dans la société actuelle ? Mis à part un loupiot de 18 ans, cherchant à avoir son diplôme pour devenir un agent des forces de l'ordre plus tard.

Après une dizaine de minutes, je me relève enfin. Je m'étire légèrement, vu que à force de rester fixe à cause de la température, bah mon corps se refroidie donc je le réchauffe un peu, et je recommence à courir en remettant mes écouteurs dans mes oreilles. J'accélère le rythme, car cette fois, j'ai envie d'être plus rapide, et plus performant que d'habitude. Je cours, je cours.. quand soudainement flaire un truc pas très normal. J'arrête instantanément la musique que j'ai dans les oreilles en passant ma main dans ma poche sur mon téléphone, et je tourne ma tête de droite à gauche, je la monte de haut en bas. Je laisse mon instinct de loup prendre le dessus, je ferme donc les yeux pour par la suite laisser apparaître des yeux bleus très clairs en les ré-ouvrant. A chaque fois que je me transforme, une petite pensée de Julie me revient à l'esprit. Le pourquoi du comment j'ai les yeux bleus très clairs en me transformant, et non orange-jaune. Bref, je continue à courir tout en concentrant mon ouï et mon odorat vers la chose pas très normale.

Après une vingtaine de minutes de course tout en étant concentré, j'entends un pou.. ce n'est pas un pou d'animal, je différencie maintenant les poux humains et les poux animales.. mais là c'est pas vraiment non plus un pou humain.. enfin je sais pas c'est bizarre. Je laisse un léger rictus sortir de ma gorge, je secoue la tête de droite à gauche et je fuse en direction du pou que j'entends. Plus j'avance et me rapproche de la chose, plus je sens une odeur.. bizarre.. j'ai un mauvais pré-sentiment. J'accélère le rythme afin d'arriver au plus rapidement vers la chose, parce que elle court, je crois. J'en suis même certain, je commence à entendre des bruits de pas, plutôt rapide. Ça y est ! Je vois un truc énorme, environ 1M80 qui m'a l'air.. très musclé courir devant moi, mais pas vers moi, dans la direction opposée, c'est-à-dire vers la falaise. Une espèce de fumée entoure la chose.. très bien. Vu que je commence à connaître la forêt comme ma poche, je dévie ma route vers mon flanc droit, car je sais que s'il continue dans cette direction, il va forcement tourner à droite, et j'ai eu raison, il va tourner à droite. J'accélère plus que rapidement de manière à avoir quelques dizaines de mètres d'avance sur la chose. Je m'arrête net sur le chemin, j'entends la chose arriver, elle est à une dizaine de mètres de moi. Je laisse le loup prendre le dessus un instant, afin de me transformer entièrement, laissant ma pilosité augmenter, mes crocs pousser etc. Je me retourne entièrement vers la chose, et je pousse un hurlement de loup terrible. Je hurle tellement, que j'ai du réveiller une partie de la forêt. La chose semble ralentir quand elle m'entend hurler. J'arrête de hurler par la suite voyant qu'elle ralentit, je prend la parole tout en restant transformé.

« Qui es-tu ? Est-ce normal que tu es de la fumée autour de toi ? Je ne pense pas.. tu n'es pas comme moi, mais tu n'es pas vraiment humain non plus.

J'attends sa réponse avec impatience.

Edit By Esperance.




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès Kye Coleman

avatar


Humeur : Martiale
Messages : 810
Points : 766
Réputation : 79
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Lun 14 Mar - 0:15




Un échec PV Chris
J'ai passé une journée bien plus intéressante que toutes les précédentes. J'ai enfin trouvé un job conventionnel. Enfin, si un travail de garde du corps d'un baron de la pègre locale peut être considéré comme conventionnel. Je ne suis pas que son garde du corps. Je m'occupe du sale boulot informel sous couvert du poste de videur de son bar, le Pink print. Cela ne me dérange pas de casser quelques gueules ou de faire un peu d'intimidation pour le compte d'Alessandro. Il n'y a que deux façons de s'étendre en affaire, par la négociation ou par la violence. Vous vous doutez bien que l'une des deux méthodes est irrémédiablement plus efficace que l'autre sinon je n'aurais pas été engagé. J'ai cru comprendre que le sicilien était ambitieux. Pour être ambitieux, il faut nécessairement avoir les moyens de l'être alors je ne me fais pas de souci pour mon patron. Il parviendra à ses fins. Notamment parce que je travaille pour lui. Et, tant que la paye sera conséquente le travail sera fait et bien fait c'est une certitude. Je vais devoir me réhabituer à des horaires de travail fixe. Cela ne sera pas un problème mais cela faisait longtemps que je n'avais plus du respecter ce genre de contrainte. Il faut savoir ce que l'on veut dans la vie. Si on veut gagner sa paie, il faut la mériter. J'avais encore quelques jours avant de commencer, le temps pour mon employeur de régler quelques détails purement administratifs et techniques.
 
J'éteins la télévision et son lot d'âneries toutes plus débiles les unes que les autres et me lève du canapé en cuir blanc. Je pose la télécommande sur la table basse en verre et jette un coup d'œil à ma montre. Le cadran affiche dix sept heures trente. Je m'étire longuement avant d'aller prendre un livre dans la bibliothèque. Je ne prends pas la peine de choisir et saisis le premier livre qui passe près de ma main. Hamlet de Shakespeare, un très bon choix. Ma main doit avoir bon gout. Les classiques sont indémodables. Je dépose le livre dans le creux d'un fauteuil et me rends jusque dans la cuisine chromée du loft et me prépare une tasse de cappuccino. Je n'ai jamais aimé le café mais le cappucinno est l'exception qui confirme la règle. Le chocolat atténue l'âpreté du café et donne une petite touche sucrée à cette boisson chaude que j'affectionne particulièrement mais vous savez tous ce qu'est un cappuccino. Je savoure ma tasse lentement et observe le loft durant une poignée de secondes. Je dois dire que la personne qui s'est occupée de la décoration de cette habitation connaissait son affaire. Après avoir lavé la tasse, je m'installe confortablement dans le fauteuil et entame ma lecture.   

Plongé dans ma lecture, je ne vois pas le temps passé. Le soleil se couche lentement mais surement sur l'horizon à travers la baie vitrée du balcon. Je mets finalement le livre de coté et décide d'aller prendre un bain pour me détendre. Une fois plongé dans l'eau bouillante du bain, je laisse mes yeux se fermer d'eux mêmes et m'endors bien vite. Je me réveille quelques minutes plus tard avec une impression étrange dans la poitrine. Une impression qui n'a rien d'anodine ou de naturelle. Bien au contraire, ce sentiment est lié à ma condition de Deatheater. C'est l'alarme qui m'indique que quelque chose cloche. Il y a une anomalie dans l'équilibre. Mes yeux changent de couleur, le marron laisse place à un bleu océanique tandis que mon corps laisse ma nature de Deatheater prendre le dessus. Lorsque, je retrouve mon état normal quelques instants plus tard. Je sais parfaitement ce que je dois faire malgré ma relative inexpérience de gardien du surnaturel. Je ne suis qu'un deatheater de grade immaculé soit le plus bas niveau de la hiérarchie de mon espèce. Je devrais surement contacté Azalea par le lien qui unit la créatrice et le transformé mais je décide finalement de m'en charger moi même. Je connais ma mission et l'accomplirai peu importe les obstacles qui pourraient se dresser sur ma route. Cela ne vaut pas la peine de déranger ma "mère" Deatheater.


Je m'habille rapidement avec un jogging et un débardeur ainsi qu'une paire de botte solide. Puis quitte le loft dans la foulée. Je laisse mes sens de deatheater prendre le dessus et me guider jusqu'à la foret de Beacon Hills. Une fois dans l'obscurité des bois, je laisse mon corps se transformer complètement afin d'être plus efficace dans ma traque de l'anomalie. Cette anomalie est du au fait que je capte une signature surnaturelle étrange et inconnue. Mon visage devient félin et des griffes apparaissent au bout de mes doigts tandis que le souffle blanc embaume mon enveloppe corporelle. Mes yeux bleus scintillent tandis que mon regard détaille les bois d'un œil inquisiteur. Je parcours les bois au pas dans un premier temps, patrouillant à la recherche de ma cible. Mais, cela ne donne rien alors je me mets à accélérer. Traversant les bois à toute allure, j'esquive les arbres sans difficultés sans même avoir à me concentrer sur l'environnement. Le souffle me cache à la vue des mortels quoi que je me doute que la vue d'un nuage de fumée blanche mouvant ne doit pas être plus normal qu'un être aux yeux bleus ayant des attributs félins.    


Entièrement concentré sur ma mission, je ne fais pas attention au métamorphe plus jeune que moi dont l'effluve me parvient. Du moins, jusqu'à ce dernier pousse un hurlement lupin qui a du réveillé toute la foret et accessoirement révélé sa présence et la mienne aux êtres que je recherche. Je me fige et tourne la tète vers le jeune loup garou. Je plonge mes yeux d'un bleu scintillant dans son regard bleu azur. Un loup garou ayant déjà tué et perdu son innocence. Je suis attristé pour lui mais il n'est pas ma cible. Et là tout de suite, j'ai d'autres chats à fouetter que de taper la causette à un loup garou qui n'a jamais vu un gardien du surnaturel de sa vie. Le danger qui guette dans cette foret est bel et bien réel puisque je l'ai ressenti avec une force décuplée. Je lui réponds : Tu ne devrais pas être ici loup. Rentre chez toi.
Puis, je repars à toute allure. Toujours en quête de cette créature qui ne devrait pas être. De cette anomalie dans la ligne de l'harmonie du surnaturel.




Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.


Dernière édition par Arès Kye Coleman le Lun 14 Mar - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Lun 14 Mar - 20:48

« UN ÉCHEC ? »

Chris&Arès

Je reste tout con devant l'individus qui se présente devant moi. Je remonte assez amplement ma veste de jogging grâce à mes deux mains, de manière à cacher mon corps du vent qui le percute à allure vive. La chose qui se trouve devant moi, semble être un homme, oui un homme. Ce n'est pas un simple humain, je le sens à son odeur, et à ce que je peux voir.. il a les yeux bleus scintillant.. un visage assez "félin". Je ne sais absolument pas ce que c'est, et j'en est jamais entendu parlé. Je peux aussi apercevoir maintenant un peu plus nettement une fumée blanchâtre, enfin je crois. Je tourne mes yeux bleus scintillants en direction de ses mains, je vois vaguement des griffes. En effet, c'est pas un simple humain. Sa voix, plutôt grave me ramène sur terre.

« Tu ne devrais pas être ici loup. Rentre chez toi.

« Je ne cherche pas à me battre, seulement à savoir ce que tu es... je n'ai jamais vu quelque chose comme toi..

Je n'ai pas le temps de finir ma phrase que la chose semble s'avancer vers moi en prenant de l'allure et se mettre à courir.. D'accord. Je mets ma capuche assez rapidement sur ma tête, je ferme les poches de ma veste grise, je me retourne, et je commence à courir, très rapidement. C'est pas que je me mêle de ses affaires... enfin si ! Mais entre surnaturels, on se doit de se serrer les coudes. J'espère juste qui va pas me tuer, ça serait bête pour moi. Enfin de toute manière, je saurai me défendre mais malgré que je sois musclé pour mon âge, il est le double de moi. J'accélère alors plutôt rapidement, en usant de la force de mes jambes pour le rattraper, pour me mettre directement à côté de lui.

« Alors tu es quoi ? On dirait que tu es à la recherche de quelqu'un, ou de quelque chose ! Tu recherches les morts ? Le nemeton ? Je sais pas moi, éclaires moi !

Il me répond... mais je ne fais pas spécialement attention à sa réponse. On est pas seul dans la forêt, vraiment, je sens une autre présence.. une présence scientifique. Pourquoi une présence scientifique ? Des odeurs.. de chimiques, se trouvent devant nous. J'aspire un grand coup, et effectivement, j'ai bien raison. Le mec qui est à côté de moi continue de courir, tête baissé. J'ai l'impression qu'il a compris que je ne lui veux pas de mal, au contraire, je cherche simplement à l'aider. Malgré que je sois un "stupide adolescent", j'ai un cerveau, et je sais m'en servir, malgré ma réputation de banal Capitaine de l'équipe de foot au lycée. Je tourne ma tête en sa direction laissant mes yeux bleus scintiller et se plonger dans son regard, à peu prés similaire au mien. J'effectue un mouvement tête simple, montant et redescendant ma tête, lui disant en gros qu'il peut accélérer. Il le fait, je le suis.. effectivement c'est une "bête" ! Il court à une allure fulgurante.

Après avoir courus une quinzaine de minutes à haute intensité, je détourne ma tête vers le sol tout en courant. J'arque mon sourcil droit.. un truc gris est sur les feuilles, tout frai. On dirait.. du sang ? Ou un liquide chimique, ce que je sens depuis tout à l'heure. Je ne pense pas que ça soit du sang, le sang c'est rouge ! On continue de courir, il accélère le pas, je vois ses yeux se fixer sur un seul et même endroits, il ne les ferment même plus ! Je pense qu'il sait exactement où il veut qu'on aille.. et les traces grises sont toujours présentent au sol au fur et à mesure de notre avancement. Et là il s'arrête net.. devant un corps qui me parait entre la vie et la mort. Je m'accroupis alors en sa direction, c'est une femme, une fille plutôt.. qui doit avoir à tout casser.. 17 ans ? Je me penche vers son cœur, il bat encore, mais faiblement. J'attrape sa main droite, la secoue plutôt amplement, la jeune fille prend une longue et lourde inspiration. Je lâche sa main.

« Qu'est-ce qui c'est passé ? Calme toi, ton cœur s'emballe trop.

« Euh.. oui.. oui... ils sont où ?


« Calme toi.. tout va bien.


Elle ne dit plus un mot, je sens une nouvelle fois le liquide gris.. qui coule de son nez et ses oreilles ? Euh.. j'ai jamais vu ça ? Une substance chimique qui coule du nez et des oreilles d'une jeune fille ? Très très étrange. Je me relève, afin de laisser la place au monsieur à ma droite.

« Qu'est-ce que c'est ce bordel ?

Les minutes passèrent, il lui parle, ou lui fait des trucs je sais pas je n'arrive pas à vraiment distinguer. Un truc m'échappe.. elle a dit "ils sont où" ? Mais de qui ? J'espère que je vais pas devoir me battre, avec la banshee la dernière fois, j'ai une mauvaise expérience dans la forêt.

Les minutes passent encore.. j'entends soudainement des bruits de pas. Et.. un bruit de cane ? Je sais pas.. mais c'est bizarre.. j'entends des bruits comme si c'était quelqu'un qui s'aide d'une machine pour respirer ? Je sais pas.. c'est très confus.. Je tourne ma tête au loin.. puis je vois trois silhouettes, qui grésillent ? Je sais pas bordel je vois rien, ils sont encore loin mais ça me dit rien qui vaille. Je tapote l'épaule du mec à ma droite, dont je ne connais pas le nom d'ailleurs, et lui montre ce qui s'approche de nous.

« C'est quoi ça aussi ? Au faites, moi c'est Chris.. et toi ?

Je pense qu'on aura besoin de nos prénoms au cas où on devrait se battre. Je m'avance donc d'un ou deux pas, je laisse complètement le loup que j'ai en moi prendre le dessus. Mes yeux scintillent bleu clair de plus en plus, mes griffes poussèrent, mes crocs aussi ainsi que ma pilosité. Je sautille sur place, afin de me figer soudainement, en poussant un long cri pour essayer de faire peur aux trois silhouettes s'approchant.

Edit By Esperance.




All monsters do not do monstrous things.


Dernière édition par Chris Ivakov le Mar 15 Mar - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès Kye Coleman

avatar


Humeur : Martiale
Messages : 810
Points : 766
Réputation : 79
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Lun 14 Mar - 23:23




Un échec PV Chris
L'étonnement du jeune loup garou est flagrant et c'est à peine si il n'a pas la bouche ouverte de surprise devant moi. Oui, je suis unique en mon genre, je dois bien le reconnaître. Les gardiens du surnaturel ne courent pas les rues et cela n'est pas nouveau. De plus, la réaction de l'adolescent prouve une chose au sujet des gardiens. Ils sont plutôt efficace et font bien leur travail puisque la plupart du monde surnaturel ignore leurs existences. Mais, parfois comme ce soir nous n'avons pas d'autre choix que nous révéler aux yeux de tous. La mission n'a pas pour contrainte la discrétion absolue bien qu'elle soit vivement recommandée par mes supérieurs hiérarchiques. L'initiation de Deatheater a gravée les marques de ma mission sur ma peau comme l'indiquent mes tatouages qui sont le symbole de l'immense honneur que m'a octroyé la morsure d'Azalea. L'honneur d'être un gardien, protecteur de l'harmonie invisible au commun des mortels celle du monde surnaturel. Un honneur qui a un cout et pas des moindre puisque toute ma vie est désormais dévouée à la surveillance et la protection de l'équilibre.

Je suis un soldat n'ayant qu'un seul but l'accomplissement de ma mission et la préservation de ce monde. Contrairement à ce que l'on pense, l'équilibre n'est pas une belle machine bien huilée et parfaitement maitrisée mais un mécanisme délicat et sensible à la moindre interférence non désirée. Je me dois d'éliminer les gènes à ce fragile ensemble. Ca et aider les âmes des êtres surnaturels à passer dans l'autre monde à l'instar du chien de l'enfer. Mon action purificatrice d'aspiration des émanations et des traces psychiques flottant dans la zone d'une mort surnaturelle permet d'effacer les aspérités pouvant déformer les choses. Mon approche est bien plus spirituelle que celle de mon collègue Hellhound qui s'occupe de la forme physique des morts surnaturels. Les cadavres en somme. Mais, je ne me vois pas déballer cela au loup garou devant moi alors je me détourne et m'élance à toute allure vers la source du déséquilibre. J'entends pourtant distinctement les paroles du lycéen :
« Je ne cherche pas à me battre, seulement à savoir ce que tu es... je n'ai jamais vu quelque chose comme toi..

Je ne verrais aucun problème à évoquer les raisons de ma présence dans cette foret à une heure si tardive ainsi que les modalités de ma mission de gardien au jeune loup garou. Car, au final l'existence des gardiens peut être cachée ou ne pas l'être et au vu des particularités de cette petite ville, je ne pense pas qu'être connu de la population surnaturelle de la ville soit un problème. Bien au contraire, cela pourrait éventuellement me faciliter le travail mais je n'ai pas le temps de développer cette idée plus profondément pour le moment car je suis en traque. L'anomalie est proche je le sens. J'accélère la cadence à travers les bois lorsque les signaux s'intensifient dans ma poitrine. Je ne suis plus très loin. Sentant, une présence près de moi je reconnais la marque olfactive du loup garou et pousse un soupir. Déterminé le loup garou ou borné, je suppose que c'est simplement une question de point de vue.


 Je continue ma course sans lui prêter une grande attention, entièrement focaliser sur ma mission jusqu'au moment ou ce dernier reprend la parole : « Alors tu es quoi ? On dirait que tu es à la recherche de quelqu'un, ou de quelque chose ! Tu recherches les morts ? Le nemeton ? Je sais pas moi, éclaires moi !
Je lui réponds : Je suis un deatheater et je cherche une anomalie, quelque chose qui ne devrait pas ètre. Quelque chose que tu ne peux pas sentir à moins que...

Oui, à moins que ce que je cherche en ces lieux soit visible par tout être surnaturel. Je suis relativement novice dans mes fonctions de Deatheater et quand bien même j'ai déjà effectué diverses missions pour le clan, celle ci me semble particulière, différente sans que je ne parvienne réellement à comprendre pourquoi. Je m'habitue finalement peu à peu à la présence du loup garou -malgré ma nature de félin- à mes cotés et ne cherche pas à me débarrasser de lui. Il pourrait être un atout dans ma tache. Je repère finalement les odeurs chimiques et celle bien plus caractéristique du mercure. Je ressens une présence étrangère dans ces bois, non pas étrangère au sens courant du terme mais étrangère autant qu'étrange comme si elle n'était pas à sa place dans ce monde.

Nos regards se croisent et je tente de faire passer mes intentions par ce biais à mon comparse de patrouille nocturne. Il comprend le message et j'accélère une nouvelle fois. Après quinze minutes de course à pleine vitesse, nous arrivons dans un bosquet. Le deatheater en moi prend les commandes et analyse les environs à toute allure, balayant les détails inutiles pour se concentrer uniquement sur les indices utiles. Je suis les traces grises de mercure le jeune métamorphe sur les talons. Je me fige sur place lorsque je vois le corps de la victime à mes pieds. Je ne bouge pas d'un iota et surveille les environs. La jeune fille n'est pas la responsable de la rupture de l'équilibre malgré que ce soit elle l'élément problématique. Les lieux sont embaumés d'une atmosphère lourde. L'équilibre a été altéré et cette jeune fille n'en est pas responsable. Je n'ai encore jamais eu affaire à un cas de ce genre. Cela m'inquiète et j'hésite durant une poignée de secondes à contacter Azalea par notre lien. Durant ce laps de temps, mon partenaire improvisé s'enquiert de l'état de la victime, un état qui cache un mal plus profond que celui que la vue nous offre.

Le lycéen se relève et je prends sa place devant la jeune fille. Je tente de la purger du mercure qui empoisonne son organisme avec mes maigres moyens tout en la réconfortant mais mes capacités sont limités. Je ne suis qu'un immaculé, un deatheater plus expérimenté saurait surement quoi faire mais j'ai la plus grande difficulté à soulager la jeune fille. Des bruits de pas lourds et de grésillements attirent immédiatement mon attention. Je repose délicatement la tète de la jeune fille sur le sol de la foret et me rapproche du loup garou. Je ne sais pas à quoi nous avons affaire mais une chose est sure ces silhouettes sont responsables de cette rupture de l'équilibre et de l'état de cette gamine. Je me place au coté du loup après que ce dernier m'est tapoté l'épaule et lui réponds :
Je m'appelle Arès et tu peux encore partir tu sais Chris. Je ne suis pas sur que tu saches à quoi tu as affaire.   
Puis, je laisse ma nature de Deatheater prendre complètement le pas sur l'homme. Mes yeux brillent d'une lueur bleu plus intense tandis que la fumée blanche qui baigne mon corps se met à se déplacer à toute allure autour de moi. Je pousse un grondement menaçant vers les trois silhouettes sombres et me prépare à me battre d'un instant à l'autre.



Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Dread Doctors

avatar


Messages : 12
Points : 20
Réputation : 2
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Mar 15 Mar - 18:42


The Dread Doctor...

“ ƎCHƎC „

- Nous devons accélérer les recherches, dit le généticien. La matrice n’est pas exacte.
- La nouvelle cuvée d’incubation est prête à sortir, annonce le généticien.

Dans une grande cuve cylindrique, la silhouette d’un corps apparait. Sa chair est bouffie et boursoufflée. Si bien, qu’il est difficile de savoir si c’est un homme ou une femme. Le liquide dans lequel il baigne est trouble et jaunâtre. Des tuyaux plongent profondément dans son corps. Un embout respiratoire laisse craindre que le sujet est vivant. Mais c’est bien là, la seule preuve de vie de ce qui fut jadis une personne qui semble réduit à l’état de réservoir de cellules. Que peut bien avoir cet homme, pour être maintenu dans un tel état de non-vie et de non-mort ? L’endroit est glauque et aux antipodes d’un milieu aseptisé d’une clinique. Pourtant, la table d’opération non loin de la cuve en est bien une. Sur une table la jouxtant, se mélangent différents instruments chirurgicaux souillés de sang et de fluides organiques. D’autres outils sont présents, mais ils n’ont rien à voir avec la chirurgie. Ils auraient plutôt leur place dans un atelier de chaudronnerie ou de mécanique. L’odeur est pestilentielle. C’est un mélange de chair en putréfaction, de fluides corporels et de produits chimiques. Le sol, humide et sale, montre les traces d’anciennes « opérations ». Cette pièce, cachée dans les réseaux souterrains de Beacons Hills, est l’antichambre de l’enfer.

Trois silhouettes se mettent en route. Leur pas est lourd, leur démarche rigide. Ils sont masqués de cuir et de fer. D’étranges tuyaux sortent de leurs casques. Que cache leur masque aux verres colorés ? Ils ont de grands manteaux de cuir et de tissus anciens. Leur allure vient d’un autre temps, d’un autre siècle. Les lumières vacillent à leur passage. Les rats, habitants légitimes de l’endroit, se terrent au plus profond de leur terrier. Ils ne sont plus les maîtres.

***


- Le sujet est sorti, dit le chirurgien.

Penchés devant un trou dans le sol, les docteurs analyse les traces au sol. La pauvre créature qui a été ensevelie là, s’est déchirée les doigts en creusant pour sortir de sa tombe de terre. La peur et l’affolement l’on conduit vers les profondeurs de la forêt. La piste est facile à suivre. Les docteurs se mettent en route. Un témoin aurait été là, il ne les aurait pas vus courir. Mais avancer comme dans une lumière stroboscopique qui vous efface à la vue de tous le temps d’une fraction de seconde. Il aurait pu dire aussi, qu’entre deux flashs, les docteurs se déplacent d’une bien trop grande distance pour que celle-ci soit normale pour un simple humain.

- Échec ! Annonce le généticien.

Sur le sol, une goutte d’un liquide argenté capte la lueur de la lune. L’expérience ratée sème son chemin de mercure. Ses bourreaux n’ont qu’à suivre la piste si bien marquée.

Elle est là. Ses habits sont celle d’une adolescente qui fait attention à la mode. Son maquillage a coulé sur ses joues. Son menton est taché de la substance que son corps rejette. La greffe n’a pas prise. Ce corps humain refuse l’étrangeté surnaturelle et les produits chimiques qu’on lui a injectés dans le corps. Ses yeux sont écarquillés par la terreur.

- Échec ! Prononce le pathologiste.

Un bruit de course se fait entendre dans la forêt. Les trois docteurs se reculent et entrent dans l’ombre pour mieux observer qui arrive.

- Un Deatheater, murmure le chirurgien. Intéressant !

Une fumée blanche masque furtivement l’homme massif qui est arrivé avec un jeune loup. Deux paires d’yeux d’un bleu intense scrutent les docteurs.

- Échec! Dit le pathologiste.
- Échec, scande à son tour le généticien.
- Échec, poncture le chirurgien, s’appuyant sur sa canne.

Le jeune loup grogne menaçant. Il s’avance d’un pas. Le généticien lève un bras, une onde de choc sonore fauche le lycan en plein abdomen, le projetant quelques mètres plus loin. Le Deatheater profite du mouvement pour se jeter sur le chirurgien. Une lutte s’engage.

- Échec ! Dit le pathologiste en enfonçant une sorte de perceuse dans la nuque de la victime.

Le corps de la pauvre adolescente est pris de convulsion. Ses yeux se révulsent et elle rend l’âme, sa bouche suintant d’un liquide de la couleur du mercure.

- Fait ton travail, Deatheater. Dit le chirurgien qui contre cette force de la nature.

Un bruit assourdissant s’empare des lieux. La fréquence est intolérable pour le loup et le Deatheater. Paralysés dans leur mouvement, ils ne voient pas les docteurs s’éclipser.

Le calme revient dans la forêt. Une âme attend son passage vers l’ailleurs. Un corps doit être purifier et effacé.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès Kye Coleman

avatar


Humeur : Martiale
Messages : 810
Points : 766
Réputation : 79
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Jeu 17 Mar - 0:23

HRP:
 






Echec PV Chris

L'acuité de mes sens de métamorphe m'est d'une aide précieuse dans les ombres ténébreuses de cette foret nimbée dans l'éclat d'argent du clair de lune. Mes yeux d'un bleu profondément glacé en cet instant repèrent bien vite les silhouettes étranges qui se sont fondues dans l'ombre protectrice de la nuit pour se dissimuler à ma vue et à celle du lycan m'accompagnant. Et, ne les quittent plus comme si mon instinct de Deatheater me soulignait que la source du déséquilibre se trouve là sous mes yeux inquisiteurs. Les trois créatures dont je ne parviens pas à analyser la signature surnaturelle signe qu'elles ne sont elles mêmes pas ou plus vraiment des créatures naturelles nous toisent en silence. Prenant le temps de détailler les trois responsables de la rupture de l'harmonie surnaturelle. J'enregistre le moindre détail de mes trois ennemis mortels dans un coin de mon esprit. Les signaux d'alarmes qui m'avaient conduit dans cette foret se déclenchent de nouveau et mon organisme n'est plus qu'un immense champ de bataille vibrant à l'unisson de ce que mes sens m'indiquent. Oui, ces trois êtres masqués sont les responsables du chaos tentant de renverser l'ordre établi et les règles ancestrales de notre nature. Je ne les connais pas dans le sens ou je n'ai pas entendu parler d'eux durant mon initiation de Deatheater. Pas d'eux personnellement mais des êtres cherchant à rompre l'équilibre pour diverses raisons qui diffèrent selon les personnes et les époques. Selon les continents et selon les changements dans les ondes telluriques. Oui, je ne connais pas ces scientifiques puisque c'est ce qu'ils semblent être. Néanmoins, mon enseignement d'immaculé m'a appris que des semblables avaient toujours existé. Et, ils existeront toujours car si il n'y avait pas d'individus cherchant à rompre l'harmonie la tache des gardiens est inutile. Le cuir de leur long manteau est fané et rapiécé, le tissu qu'il leur couvre le corps est élimé et ancien. Leur allure est d'un autre temps, d'une autre époque. Je ne saurais exactement dire laquelle mais bien antérieure à celle de ma venue dans ce monde. Cela n'a aucune importance, ils n'ont pas leur place dans ce monde, ils ne sont pas à leur place ici. Ils ne devraient pas être ici. Leur simple existence constitue une anomalie aberrante qu'il convient d'effacer. Ce simple constat prend peu à peu le dessus sur la peur qui s'était glissée dans les faiblesses de mon esprit de soldat en découvrant à quoi j'avais affaire, en découvrant que les créateurs de déséquilibres responsables de l'état proche de la fin de cette pauvre gamine étaient des êtres aussi puissants. La peur ce sentiment si humain qui n'avait plus sa place dans mon esprit avait pourtant réussie à s'y frayer un chemin insidieux et était parvenue à me faire douter devant un tel alliage d'ondes négatives et néfastes.
Mais, le deatheater prend de nouveau le pas sur l'homme et sentant l'intérêt des doctors sur ma personne, mes muscles se tendent d'eux mêmes tandis que la fumée blanchâtre qui m'entoure esquisse un mouvement plus rapide et méthodique comme si elle exécutait une danse macabre, comme si elle sentait que le dénouement était proche. Le mouvement s'accélère et mes yeux se mettent à briller tandis que les trois scientifiques se mettent à scander en cœur le mot échec. Je comprends immédiatement qu'ils désignent la jeune fille dont la mort est proche. Proche à moins que nous ne les en empêchions. Enfin, ce n'est pas comme si je pensais que le lycéen avait des chances face à de tels maitres du chaos mais cela avait au moins le mérite de réduire l'inégalité numérique. Finalement, ni les scientifiques ni le deatheater ne déclenche les hostilités car c'est le jeune lycan qui grogne sur les intrus à ce monde et esquisse un pas dans leur direction. Aussitôt, la réaction est fulgurante et l'un des scientifiques lèvent la main vers le lycan lui assénant une onde de choc magnétique le propulsant sur une bonne dizaine de mètres. Je profite de l'ouverture pour me jeter sur celui qui m'apparait être le leader du groupe. Le scientifique à la canne. Je m'élance et le percute à pleine vitesse. Le choc est rude mais ne fait que le repousser sur quelques pas. Il vacille à peine face à mes quatre vingt dix kilos de muscle. Un pli concentré se dessine sur mon front tandis que je m'engage dans un ballet mortel avec le leader des dreads doctors. Nous nous rendons coup pour coup. Le combat est acharné et impitoyable mais ni l'un ni l'autre ne prenons le dessus. J'envoie un coup de griffe sur le masque de fer du scientifique et le crissement produit un affreux son qui me fait sortir de ma transe guerrière. Je me détourne de mon ennemi et tourne la tète vers la jeune fille dont les cris de terreur attirent mon attention. La perceuse entre et ressort du crane de la victime avant que je ne puisse esquisser le moindre geste à l'encontre du troisième scientifique de l'horreur. Le mercure s'évacue de la jeune fille par tous les pores de sa peau. Trop tard. J'ai échoué à la sauver. Le premier de mon existence de gardien mais certainement pas le dernier, j'en ai bien peur. Mon regard se reporte sur le masqué à la cane tandis qu'il me lance quelque chose me ramenant avec violence au pied de mon échec. Soudain, une fréquence à en vriller les tympans envahit la foret et brise la quiétude nocturne troublée par le combat. Le loup garou est paralysé tandis qu'il était en train de se relever. Je suis moi aussi prisonnier de ce piège sonore, le souffle lui même est figé dans le temps. Je tente de me dépêtrer du piège mais il n'y a rien à faire, je suis coincé.  
   
Lorsque je retrouve ma liberté de mouvement, les scientifiques ont disparu sans laisser de traces. Faisant abstraction de la présence du dénommé Chris, je m'approche de la victime innocente et m'agenouille devant elle. Laissant, la fumée se diffuser tout autour du cadavre et nous cacher à la vue de tous, je me prépare à effectuer le rituel du passage dans l'autre monde. J'observe longuement la victime de ma faiblesse et lui caresse les cheveux doucement avant de lui fermer les yeux. Pour que l'âme puisse partir en paix, je vais devoir la purger de la substance l'ayant empoisonnée de l'intérieur. J'ai deux façons de le faire. Je décide finalement d'utiliser les deux au vu des difficultés que j'ai ressenti tout à l'heure au moment de tenter de l'en débarrasser. Le mercure quitte déjà le corps. Je n'ai qu'à accélérer le processus de purification interne. Puisant dans mes pouvoirs de gardien, je pose un baiser sur les lèvres de la défunte et mon pouvoir s'enclenche une fois que mon souffle se propage dans son organisme. Il ne faut que quelques instants au mercure pour évacuer le cadavre. Le corps n'est plus blanc mais gris foncé. Puisant, une nouvelle fois dans mes pouvoirs je me concentre et laisse les larmes couler sur la substance poisseuse la faisant fondre de la sorte. Une fois le cadavre présentable, je ferme les yeux et pose mes mains sur la jeune humaine qui n'en était plus tout à fait une et prononce les mots rituels dans un chuchotement.
Pardonne lui et ai pitié d'elle. Protège la du châtiment de la tombe et du tourment du feu. Rends sa réception honorable.


Je sens l'âme de la jeune fille quitter son enveloppe corporelle et quitter ce monde pour celui qui l'attends à présent. Mes yeux s'ouvrent de nouveau et je me relève tandis que le souffle se dissipe et rends le cadavre bien visible. Je ne peux pas le faire disparaître. Ce n'est pas mon travail. Cette tache incombe à un autre type de gardien. Il me reste une dernière tache à effectuer avant de quitter les lieux. Je laisse les émanations néfastes liées à la souffrance, la douleur, la terreur et la mort brutale de l'échec s'insinuer en moi. Je les aspire littéralement au sens premier du terme. Et bientôt, le lieu du meurtre est aussi pur qu'au premier jour malgré la présence du corps dont le visage offre une expression apaisée. Mes yeux scintillent une fois que ma mission est terminée et que cette mort a augmentée ma puissance de manière infinitésimale. Je me détourne finalement de la morte à mes pieds tandis que le souffle disparaît, que mes griffes se rétractent et que mon visage redevient humain. Le bleu laisse place au marron et je suis de nouveau sous forme humaine. Je m'approche du lycan et lui lance : Merci pour ton aide Chris. Que veux tu savoir exactement ?





Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Jeu 17 Mar - 17:19

HRP:
 

QU'EST-CE DONC CETTE CHOSE ?

Chris&Arès

Je commence alors à sautiller sur place. Je m'imagine déjà entrain de me cogner avec quelqu'un dans la forêt, encore une fois. La dernière fois avec la banshee, ça m'a marqué, elle m'a tellement dominé dans tout le combat bah que.. voilà quoi. Bref. La voix de l'individus à ma droite me ramène sur terre.

« Je m'appelle Arès et tu peux encore partir tu sais Chris. Je ne suis pas sur que tu saches à quoi tu as affaire.  

« Ne t'inquiète pas pour moi Arès, j'ai commencé à te suivre donc je suis impliqué.


Après avoir rugis donc, je m'avance d'un seul et simple pas. Quand un homme devant moi lève son bras, afin de m'envoyer une onde de choc me projetant à une dizaine de mètres du combat. Whhattt ? Comment il a fait ? Ça fait mal en plus bordel ! Je vois Arès qui profite de ce mouvement pour foncer en direction, de ce qui semble être le leader du groupe. Je laisse totalement le loup prendre le dessus sur l'humain qui est en moi. Mes yeux scintillent bleus de plus en plus. Je me relève soudainement sans m'aider de mes mains. Je suis donc debout. Je m'avance assez rapidement vers l'un des docteurs se trouvant sur mon flanc droit. Je lui envoie un crochet du droit, ce qui le fait reculer de quelques centimètres. Je m'attarde sur l'autre en remontant mon poing en tant qu'uppercut au niveau de son masque... mais ça ne leur fait rien ? L'homme sur mon flanc gauche hôte sa main gauche en ma direction et m'expulse en arrière en me ré-envoyant une onde de choc... aïe.

Je me mange le sol en pleine face, je me retourne avec difficulté vers l'homme qui recule. Je vois le premier homme que j'avais éjecté s'approcher de la fille. J'essaie de me relever, mais c'est impossible je suis comme.. paralysé pendant un moment. Il prend une perceuse ? Je sais pas à vrai dire, et il lui perce le crane... eurk. J'essaie de me relever alors de rage, mais pile au moment où je suis presque debout.. une espèce de fréquence insoutenable se fait entendre, c'est insupportable. Je passe mes mains contre mes oreilles, et j'applique un hurlement pour essayer de ne plus l'entendre, mais c'est impossible, c'est horrible. Le bruit s'arrête enfin.. mais les hommes sont partis. Je me relève alors avec difficulté, en me tenant le foie, du aux ondes de chocs. Je vois alors Arès qui est déjà devant la demoiselle, on dirait qui la purge.. son corps devrait être pal, mais non il est gris ? Du liquide gris, qui semblerait être du mercure coule de partout. La phrase que dit Arès me met la puce à l'oreille sur sa nature.

« Pardonne lui et ai pitié d'elle. Protège la du châtiment de la tombe et du tourment du feu. Rends sa réception honorable.


Il est comme un ange ? Enfin, je sais pas mais on dirait qu'il a purgé la demoiselle, et qui fait basculer son âme de l'autre côté.. je sais pas à vrai dire, je suis perdu. Je tapote intensément mon foie de manière à faire partir la douleur qui est en moi. Je vois alors Arès un peu plus loin devant moi qui prend sa forme humaine. Un Black, très musclé, j'avais donc raison, une caisse dites-moi. Je m'avance alors vers lui en marchant assez lentement, en reprenant ma forme humaine : mes yeux bleus scintillants redeviennent des yeux foncés. Je remonte ma tête en souriant légèrement à Arès qui se présente désormais derrière moi, mais il me devance.

« Merci pour ton aide Chris. Que veux tu savoir exactement ?


« Mais de rien, c'est surtout toi qui a fait le travail. Ce que je veux savoir ? Ce que tu es en faites, je n'ai jamais vu quelqu'un comme toi.


Je passe alors assez rapidement mes deux mains dans les poches de mon bas de survêtement, en écoutant donc attentivement la réponse d'Arès.

Edit By Esperance.




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès Kye Coleman

avatar


Humeur : Martiale
Messages : 810
Points : 766
Réputation : 79
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Ven 18 Mar - 23:29




Un échec Pv Chris

Je m'arrête à quelques pas du jeune lycan et le détaille longuement, observant les blessures que notre rencontre n'a pas manqué de lui causer. Mais, il n'a pas l'air durement atteint et puis ses capacités régénératives l'auront guéris bien avant que son état n'empire. Néanmoins, il avait salement dégusté pendant que je tentais d'éliminer le leader des scientifiques s'amusant à jouer impunément avec les règles de la nature. Le terme tenter est très important ici car je savais qu'il me serait impossible de régler le problème de trois adversaires aussi puissamment responsables des ruptures de l'harmonie que connaissait cette petite ville de Californie. Oui, je n'avais pas réellement pensé que je pouvais les vaincre mais je devais tout faire pour les effacer, les éliminer pour protéger la matrice surnaturelle régie par des règles ancestrales et sacrées. Les créations ratées, les échecs comme ils les appelaient ne sont que les victimes d'une intelligence perverse et mauvaise souhaitant briser l'équilibre pour atteindre un but bien précis. Un but qui m'est pour l'instant inconnu. Les anomalies ou échecs n'étaient des anomalies qu'en raison d'une volonté supérieure les utilisant pour diverses raisons. Des raisons visiblement liée à une sorte d'expérimentation comme le terme d'échec ne l'indique que trop bien.
J'ai tout donné dans ce duel que je souhaitais mortel pour mes ennemis héréditaires. Les obstacles à l'accomplissement de ma mission ont une nouvelle forme, sans visage mais il n'est pas nécessaire de connaître le visage de tels ennemis. Traquer les expériences ratées pour tenter de les sauver du triste sort qui semble les attendre suite à leur contact avec les scientifiques de l'horreur ou le cas échéant de les faire passer dans l'autre monde pour ainsi leur offrir la paix qui leur a été volé par des êtres contre nature souhaitant violer l'équilibre à des fins tout aussi contre nature devrait suffire.

Mais, le ballet macabre avait été interrompu en raison des ressources psychiques des scientifiques. Il semblerait que ces derniers puissent utiliser des fréquences semblables à des ultra sons ou ce genre de choses. Ils disposent également d'armes magnétiques impressionnantes. Oui, le soldat en moi venant d'échouer à sa mission ne pouvait pas s'empêcher de se repasser les derniers évènements en boucle dans l'optique de déceler indices et failles dans les mouvements des étranges scientifiques. Cet échec avait au moins un seul point positif, je connaissais désormais les responsables de cette disharmonie surnaturelle. Et c'était un bon début bien que maigre. Mon travail de gardien serait légèrement facilité grâce à cette connaissance. De plus, je pourrais toujours contacter d'autres Deatheaters pour voir s'ils avaient des rapports sur des cas similaires qui pourraient m'aider vis à vis de ma situation à Beacon Hills.
Reportant mon attention sur Chris, je suis étonné de voir un léger sourire étirer ses lèvres. Après tout, une jeune fille venait de mourir ce soir sous nos yeux sans que nous soyons suffisamment fort pour la sauver. Mais, peut être que ce genre d'évènements est banal à Beacon Hills. Décidemment, cette petite ville est bien intrigante. Bah, il était en vie et c'est vrai que cela aurait très bien pu ne pas être le cas tant les maitres du chaos à l'apparence d'une autre époque s'étaient avérés redoutables. Le jeune homme reprend lui aussi forme humaine et se masse le corps aux endroits endoloris par la violence du combat. J'attends qu'il me pose les questions qu'il souhaite, je ne mentirais pas et ne lui opposerais pas un refus. Ce jeune loup que je ne connais pas a tenté de m'aider à accomplir ma tache alors même que je ne le connais pas cela mérite bien quelque chose en retour. Certes, il s'est montré borné et m'a suivi mais je ne peux pas lui en vouloir. J'aurais surement fait la même chose à sa place. Ma curiosité légendaire s'était atténuée avec le temps et ma condition de deatheater mais fut une époque j'aurais suivi sans hésiter un être entouré de fumée blanche pour découvrir sa nature.  
"Mais de rien, c'est surtout toi qui a fait le travail. Ce que je veux savoir ? Ce que tu es en faites, je n'ai jamais vu quelqu'un comme toi."

C'est à mon tour de sourire. Les gardiens ne sont pas monnaies courantes, ils ne l'ont jamais été. Quant à sa participation, qu'il ne la sous estime pas sans son aide j'aurais du combattre deux scientifiques au lieu d'un seul. Et les choses auraient pu être différentes. Si j'étais parvenu à tenir tète à l'être à la canne, c'est parce que j'avais eu la latitude pour se faire. Le lycéen met les deux mains dans ses poches. Je lui réponds :  Ne sous estime pas l'aide que tu m'as apporté. Elle fut plus que précieuse. Je n'aurais peut être pas pu combattre trois de ces créatures en même temps. Je suis un gardien de l'équilibre et l'harmonie surnaturelle qui fait passer les âmes des êtres surnaturels dans l'autre monde, celui ou elles peuvent trouver la paix. Je suis ce que l'on appelle un Deatheater. Ces scientifiques sont des créateurs de déséquilibres qui brisent des vies innocentes pour atteindre leurs buts. Ce sont les ennemis de mon espèce et c'est ma mission de les traquer, les combattre et dans l'idéal les éliminer. J'ai purifié le corps de cette pauvre fille avec le baiser de la mort et les larmes du déchu avant d'effectuer le rituel du départ. Voilà tu sais ce que je suis et connais les raisons de ma présence ici. Tu as parlé d'un Nemeton tout à l'heure pourrais tu m'y conduire ?

Je vais chercher le cadavre de la jeune fille morte bien trop jeune à cause de choses qu'elle ne devait pas connaître, pas expérimenter et suis le jeune loup qui me guide jusqu'au Nemeton. Je ne sais pas vraiment ce que c'est mais mes sens de gardien m'indiquent qu'il s'agit de quelque chose d'ancien et d'important. Sur le chemin, je reprends la parole : Tu as les yeux bleus lors de ta transformation. Comment cela s'est il passé ?




Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Dim 20 Mar - 18:54

LE POINT DONT IL NE FAUT PAS PARLER.

Chris&Arès

Je remonte ma tête en avant, afin de faire un léger tour sur moi même, en observant la forêt de font en comble. J'ai des souvenirs.. pas très nets qui viennent frapper mon esprit. De la manière dont Arès porte la jeune fille dans ses bras.. ça me rappel des choses.. le pourquoi j'ai les yeux bleus. La voix de Arès me ramène sur terre.

« Ne sous estime pas l'aide que tu m'as apporté. Elle fut plus que précieuse. Je n'aurais peut être pas pu combattre trois de ces créatures en même temps. Je suis un gardien de l'équilibre et l'harmonie surnaturelle qui fait passer les âmes des êtres surnaturels dans l'autre monde, celui ou elles peuvent trouver la paix. Je suis ce que l'on appelle un Deatheater. Ces scientifiques sont des créateurs de déséquilibres qui brisent des vies innocentes pour atteindre leurs buts. Ce sont les ennemis de mon espèce et c'est ma mission de les traquer, les combattre et dans l'idéal les éliminer. J'ai purifié le corps de cette pauvre fille avec le baiser de la mort et les larmes du déchu avant d'effectuer le rituel du départ. Voilà tu sais ce que je suis et connais les raisons de ma présence ici. Tu as parlé d'un Nemeton tout à l'heure pourrais tu m'y conduire ?

« Ah d'accord, sympathique ! Écoute pas de soucis, suis moi !


Je laisse mon instinct de loup prendre le dessus sur moi l'instant de quelques dizaines de secondes. Je prend un grand souffle, j'ouvre les yeux, ils sont de nouveaux bleus très clairs. Je les referment, puis les rouvrent. Je pense savoir où il est. Je fonce tout droit, en direction de ce fameux Nemeton. Je saute entre les plantes qui peuvent me couper le passage, je cours, je cours. Pendant notre course en direction Nemeton, on a pu croisé plusieurs bestioles. Des sangliers, des biches, des chevreuils.. même une meute de loup. Cette fameuse meute était composée de 4 loupiots, dont un plutôt imposant. Il était musclé, et tout blanc. Je pouvais clairement voir que c'était l'Alpha de la meute, par rapport à la position qu'il a lors de leurs déplacements et à sa carrure beaucoup plus imposante que les autres loups. La voix de Arès me ramène sur terre.

« Tu as les yeux bleus lors de ta transformation. Comment cela s'est il passé ?

« Hum, comment te dire. Enfin, au pire au point où on en est, je vais t'expliquer de A à Z. De base, je suis pas de Beacon Hills moi, mais de New-York. Mes parents habitaient là-bas avant, je suis venu ici avec ma mère, mes parents sont séparés. Enfin bref. Un jour, lors d'un footing dans les bois pas loin de chez moi, je suis tombé sur un Alpha qui m'a sauté dessus et qui m'a mordu. Je ne l'ai plus jamais revu. Et bien, j'ai donc était devenu un loupiot normal, j'avais les yeux oranges quoi. A New-York, j'avais une petite amie qui s'appelait.. Julie. Et lors de ma première pleine lune, elle m'avait invitée à sortir.. et moi je savais pas que j'allais être influencé par la pleine lune. J'y suis allé, je me suis transformé et je l'ai... tuée. Découpée en morceaux...


Après avoir dit ces mots, je baisse ma tête. Des souvenirs me hante l'esprit, je revois Julie sourire, je revois Julie me sourire. Je revois Julie dans mes bras, la tête en sang. Je me rappel très bien de cette fameuse soirée, où je lui est sauté dessus en la bouffant. Je m'en rappel très bien.. Ça c'est passé il y a plus d'un an, presque deux ans.. mais j'y arrive pas. J'arrive pas à l'oublier. Soudain, une haine me prend.. je n'arrive plus vraiment à stopper ma course. Je verse sans faire exprès deux ou trois larmes qui coulent le long de ma joue. Je commence alors à accélérer ma cadence, je commence à largement dépasser Arès qui est handicapé car il porte cette pauvre jeune fille. Le loup qui est en moi commence à prendre le dessus sur moi. Mes yeux deviennent bleus, il scintillent énormément. Je tourne ma tête en direction de Arès qui se trouve derrière moi, il peut clairement voir que je suis pas très bien. Et puis là je fonce, je prend une telle allure, que j'ai rarement pris. Je fais des zig-zags, tout en serrant mes poings, en essayant d'oublier les images que j'ai de Julie dans ma tête. Je pète un plomb. Je saute en avant, et j'envoie un coup de poing plus que violent dans un sanglier qui passait à côté de moi. Il vole à plusieurs mètres, et se prend un arbre.. je l'ai tué je crois. Je continue ma course, en fonçant justement en direction du sanglier. Derrière lui, se trouve le nemeton. Je m'arrête net, je lève mes yeux au niveau du ciel, et je pousse un hurlement beaucoup plus puissant, plus intense que tout à l'heure. Il a du réveillé bon nombre de créatures vivant dans les bois.

Je me jette en avant, sur les genoux, essoufflé en reprenant une forme humaine.

« Voilà le nemeton.

Edit By Esperance.




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès Kye Coleman

avatar


Humeur : Martiale
Messages : 810
Points : 766
Réputation : 79
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Mar 22 Mar - 13:18




Un échec PV Chris
Je saisis délicatement la jeune fille qui vient de perdre la vie dans d'atroces souffrances des mains d'un monstre à apparence humaine. Ces scientifiques de l'horreur tout droit sorti d'un cauchemar d'une autre époque sont mes ennemis dans cette ville. Je les ai donc identifié quelques jours à peine après mon arrivée. Je devrais surement m'en estimer heureux car cela me permettra d'étudier ces créateurs de déséquilibre semant la terreur et la mort sur leur passage mais ce n'est pas le cas. Pour la première fois depuis que je suis un soldat Deatheater cet échec me fait mal. Cet échec me déplait au plus au point et la culpabilité s'insinue lentement dans ma poitrine tandis que je regarde le visage devenu paisible. Des traits délicats, une bouche légèrement pulpeuse sans l'être excessivement, de jolis yeux verts et un petit nez fin voilà ce que je vois. Nul doute que cette innocente victime d'un monde auquel elle n'appartenait pas et n'aurait jamais du appartenir était une adolescente à la mode faisant baver les garçons de son âge sur son passage.

Instantanément, je me demande. Pourquoi elle ? Qu'a t'elle de particulier pour que les scientifiques ne l'utilisent comme souris de laboratoire pour leurs expérimentations macabres servant un dessein tout aussi macabre. Je la tiens fermement entre mes bras et me détourne de son visage, chassant par la même la culpabilité de mon esprit. Ce n'est pas ma faute. Ces destructeurs sont puissants, très puissants. La réussite de la mission est le seul objectif du gardien qui ne s'embarrasse pas de sentiments humains. La culpabilité vient d'Arès. Je donne à mon comparse du soir ce qu'il veut. C'est à dire des informations sur ce que je suis. Un gardien du surnaturel, relativement novice dans ses fonctions mais très talentueux selon le roi de mon espèce. Oui, je m'envoie des fleurs et alors. Après un échec dans tout les sens du terme cela fait du bien de se remémorer ce genre de détail, je peux vous l'assurer. Une bouteille de vodka ou de Whisky aurait aussi bien pu faire l'affaire mais je ne me balade pas avec ce genre de chose surtout quand je quitte précipitamment mon domicile pour partir en mission. La réponse du jeune lycan manque de m'arracher un sourire. Sérieusement Chris, tu me tannes en plein milieu d'une mission de la plus haute importance, tu me suis alors que je t'avais ordonné de faire le contraire et c'est tout ce que cela t'inspires. Il faut croire que cette ville est imprégnée du surnaturel au point que plus rien n'étonne les gens.

J'hoche la tète à sa proposition de le suivre et attends que le loup garou retrouve la localisation de cet élément naturel qui pourrait m'indiquer de nombreuses choses sur ma tache de gardien et sur cette ville décidemment unique en son genre. Le jeune lycan inspire un grand souffle d'air, ferme les yeux puis les rouvrent avec un changement de coloration. Avant de s'élancer à toute allure vers cette source de pouvoir surnaturelle que je peux désormais sentir par tout les pores de ma peau. Je m'élance à sa suite en courant le plus vite possible sans puiser dans mon énergie de Deatheater. Autant dire que je laisse le lycéen me montrer la voie, largement devant moi. Je décide de le rattraper et double la cadence tandis que je jette des coups d'œil aux animaux peuplant les bois. Une meute de loup, quelques chevreuils et un sanglier pour être exact. Décidemment, la présence lupine dans cette ville est bien établie. Une fois à la hauteur du lycéen, je laisse ma curiosité s'exprimer à travers une question indiscrète. Ce que je regrette aussitôt car bien qu'elle ait été posée en toute innocence. La réponse et la réaction de Chris ne m'indique que trop clairement qu'il s'agit d'un sujet tabou. Les larmes et la haine que je sens émaner du lycéen me prouve que cet évènement tragique a laissé une empreinte indélébile sur l'âme du jeune loup garou. Une empreinte qui ne s'effacera malheureusement jamais. J'en ai bien peur.

Je le laisse me dépasser et partir à toute vitesse vers le Nemeton car je sais qu'il a besoin de solitude pour se retrouver avec ses souvenirs qui doivent être tant chaotiques que douloureux. Je le perds de vue lorsqu'il se mets à foncer à pleine vitesse entre les arbres mais le traque grâce à son effluve lupine. Lorsque je le rattrape, je remarque le corps du sanglier qui git au pied d'un arbre, mort, la nuque brisée. Pauvre bête. Chris a donc des problèmes de contrôle. Embêtant pour un lycan. Je devrais peut être l'aider avec cela. Après tout c'est ma faute s'il a perdu le contrôle. Je réprime néanmoins un sourire. Le gibier n'a vraiment pas de chance ici. Si il ne se fait pas dévorer par une meute affamée, il se fait tuer par un jeune omega sur son passage. Triste vie, triste mort. Quoi, si on ne peut plus faire d'ironie maintenant. Je suis bien content de ne jamais avoir eu ce genre de problème avec le tigre qui vit en moi. L'éducation de Deatheater couplée à ma discipline personnelle se sont révélés suffisants. D'une manière générale, les membres de mon espèce n'ont jamais eu ce genre de problème.

Chris se jette à genoux et me désigne vaguement le Nemeton qui se révèle être un immense tronc d'arbre coupé à la base. Je peux sentir le surnaturel à un niveau inimaginable, jamais vu dans toute ma vie d'immaculé. Les lignes telluriques doivent toutes se rejoindre ici dans un croisement d'une rare intensité. Mes yeux s'illuminent et laissent place au bleu glacial tandis que le souffle réapparait et me baigne dans la fumée blanche. Je pose une main sur l'épaule de Chris pour le réconforter par rapport à sa tragique histoire de la mort de sa petite amie et me dirige vers le Nemeton qui exsude la puissance. Je dépose la jeune fille au milieu du tronc et croise ses bras sur sa poitrine. C'est tout ce que je peux faire. Je m'occupe de l'esprit. C'est à un autre type de gardien qu'il revient de s'acquitter de la tache des corps. L'expression bienheureuse de la jeune demoiselle et cette position lui donne l'air d'une vierge. Nous nous doutons bien qu'elle ne l'est plus hein. Vous connaissez la jeunesse d'aujourd'hui aussi bien que moi. Je recule de quelques pas et analyse les lieux avec mes sens de gardien. Il n'y a rien à se mettre sous la dent si je puis me permettre cette expression douteuse. Les environs sont aussi purs que vides vis à vis de mon rôle de nettoyeur du surnaturel. Le gardien qui habite cette ville doit être très puissant. Dommage, cela m'aurait permis d'augmenter mon pouvoir et honnêtement vu la menace auquel je dois faire face, cela n'aurait pas été de trop.

Tant pis, je me retourne et jette un coup d'œil à Chris qui est toujours à genoux perdu dans ses pensées. Mes yeux reprennent leur couleur naturelle et la fumée se dissipe avant de disparaître. Je reporte mon attention sur le Nemeton et reçois un coup invisible dans la poitrine, signe d'une prise de connexion entre la créatrice et sa progéniture. Azalea a du ressentir tout ce que m'a inspiré cette drôle de patrouille dans les bois. Fin drôle, je devrais dire lamentablement et tragiquement ratée. La voix de la jeune femme résonne dans ma tète et je ferme les yeux. Non, mon espèce n'est pas télépathe mais je vous avais dit que le lien entre la personne qui mord un humain qui devient un Deatheater et ce Deatheater est très puissant. Il s'agit pourtant à peu près de télépathie entre le créateur et le crée. Mais peu importe le nombre de fois que j'y recours, je ne m'y habituerais jamais.

-Arès que se passe t'il ? J'ai senti une grave déformation de l'équilibre et une puissance surnaturelle impressionnante.
-J'ai affronté des clowns masqués qui sèment le chaos et la destruction sur leur passage. J'ai l'habitude maman.
-Ne m'appelle pas comme ca. Tu sais que je déteste cela.
-C'est la tradition de notre espèce mais c'est aussi pour cela que j'adore le faire.
-Tu me manques espèce d'idiot. Est ce que tu veux que je t'envoie des renforts ou que je vienne à Beacon Hills ?
-Tu me manques aussi Azalea. Non pas pour le moment, je vais tacher d'en savoir plus sur l'ampleur de la menace et les buts de ces trois entités négatives. Ne te dérange pas pour moi princesse. Je gère. Pour le moment.
-Et la source de pouvoir.
-Ils appellent cela un Nemeton. Il me semble que c'est un croisement de ligne d'énergie. Je crois que cela sert à un autre type de gardien. D'ailleurs, cela ne m'étonnerait pas qu'il y en ait un ou plusieurs dans cette ville.
-Bien, je vais en parler à Asmodée pour voir si elle a des instructions à te donner. Ne fais pas trop de bêtises mon chou.
-Voyons, Aza ce n'est pas mon genre. Tu me connais pourtant.
-Comme si je t'avais fait. Et c'est d'ailleurs pour cela que je te dis ca.
-Si tu le dis maman.
-Allez bisous sur tes petites fesses Ar.      

La connexion est rompue et lorsque mes yeux s'ouvrent de nouveau sur la nuit, un large sourire étire mes lèvres. Je sais ce que vous vous dites. Ah, c'est dégueulasse et à la limite de l'inceste. Sauf que un créateur ou une créatrice Deatheater n'a rien à voir avec une relation humaine de parent à enfant. Enfin, si techniquement mais un loup alpha peut bien faire des galipettes avec son ou sa Beta. On en fait pas un fromage hein. Puis, bon la culture de mon espèce est assez libérale sur les mœurs. La mort et le mot en quatre lettres sont liés c'est connu. Ma mère Deatheater qui n'a que trois ans de plus que moi est complètement barée. C'est pour cela que je l'adore. On forme un sacré duo tout les deux, il convient de le reconnaître. Cela ne l'empêche pas d'être une Deatheater de sang royal, très zélée et ultra compétente. Je suis sur que si je l'avais eu à mes cotés ce soir, les trois scientifiques auraient morflés.

Elle joue dans la catégorie du dessus voyez. Mais, je ne suis pas dans une situation critique malgré cet échec. Lorsque je me retourne, Chris est debout et m'observe. Je m'approche du jeune lycan et lui dis : Je suis désolé d'avoir remué le couteau dans la plaie. Je n'aurais pas du te demander cela. Cette couleur particulière implique des choses désagréables chez les loups garous. Je le savais et j'ai pourtant laissé ma curiosité légendaire l'emporter. Laisse moi t'offrir une bière pour me faire pardonner. Je n'habite pas loin.
Puis, je me mets en route vers la sortie de la foret au pas. Chris me rattrape et nous échangeons un regard. Faut croire que faire face à des scientifiques diaboliques ca crée des liens. En fait, je commence à éprouver une vague sympathie pour le lycan qui m'a donné un petit coup de main ce soir. Certes, je lui avais dit de décarrer mais je suis finalement content qu'il ne l'ai pas fait. Malaki et Jason sont morts. Je ne connais personne dans cette ville. Je suis loin de mon clan. La solitude ca finit toujours par peser. Sur le chemin, je lui demande : T'es baraqué pour un lycéen. Tu fais du sport. Boxe ? Football ? Lacrosse ?  



Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Mer 23 Mar - 14:09

UNE VIRÉE EN VILLE ?

Chris&Arès

Je suis toujours au sol, à genoux. Pourquoi j'ai été mordus sérieusement ? J'aurai du rester chez moi au chaud au lieu d'aller courir dans les bois. J'aurai jamais du accepter le rendez-vous de Julie lors de la pleine lune, mais d'un côté je ne savais pas que j'allais me transformer et la tuer, je pouvais pas savoir. Après d'un autre côté, il faut sacrément être borné pour sortir dehors la nuit en étant un loup-garous quand on ne sait pas se contrôler ! Je tourne mes yeux en directions de Arès qui pose sa main contre mon épaule, surement pour me réconforter. Je l'aime bien ce mec, pourtant ça fait que quelques instants qu'on se connait, mais les liens se tissent hyper vites. Peut-être grâce à cette rouste qu'on s'est pris face à ces trois hommes surpuissants ? Je ne sais pas, mais c'est cool. Je relève ma tête en avant, je vois vaguement Arès poser le corps inerte de la jeune fille sur le Nemeton. Il tourne sa tête quelques instants après vers moi en reprenant une forme humaine, et se la détourne ensuite en direction du Nemeton. Et là.. qué passa ? Il contracte l'intégralité des muscles de son buste et recule de quelques pas, comme s'il se prenait un coup ? Je ne sais absolument pas. Je me relève alors assez rapidement d'un appuis de mes mains contre le sol pour ensuite fixer Arès, prêt à bondir en avant d'un instant à l'autre. Je tourne ma tête de droite à gauche cherchant une présence, mais il n'y a rien que nous deux, et le corps de la jeune fille. J'écarquille mes yeux en voyant Arès qui commence à parler totalement seul.

« - J'ai affronté des clowns masqués qui sèment le chaos et la destruction sur leur passage. J'ai l'habitude maman.

« - C'est la tradition de notre espèce mais c'est aussi pour cela que j'adore le faire.

« - Tu me manques aussi Azalea. Non pas pour le moment, je vais tacher d'en savoir plus sur l'ampleur de la menace et les buts de ces trois entités négatives. Ne te dérange pas pour moi princesse. Je gère. Pour le moment.

« - Ils appellent cela un Nemeton. Il me semble que c'est un croisement de ligne d'énergie. Je crois que cela sert à un autre type de gardien. D'ailleurs, cela ne m'étonnerait pas qu'il y en ait un ou plusieurs dans cette ville.

« - Voyons, Aza ce n'est pas mon genre. Tu me connais pourtant.

« - Si tu le dis maman.


J'ai pas compris, il parle à sa mère mais il l'appelle princesse ? Je comprends rien.. et puis même il n'y a que nous deux là, et le corps de la pauvre femme, je ne vois que nous trois. Mis à part que peut-être avec son espèce il peut parler par télépathie ? Je sais pas, j'en est aucune idée mais c'est plutôt étrange ! Je laisse mes yeux bleus clairs reprendre leurs couleurs initiales, quand Arès se tourne vers moi pour prendre la parole.

« Je suis désolé d'avoir remué le couteau dans la plaie. Je n'aurais pas du te demander cela. Cette couleur particulière implique des choses désagréables chez les loups garous. Je le savais et j'ai pourtant laissé ma curiosité légendaire l'emporter. Laisse moi t'offrir une bière pour me faire pardonner. Je n'habite pas loin.

« C'est pas grave, tu ne pouvais pas savoir. J'ai l'habitude de toute manière, mais au moins ça m'a permis de me défouler.. malgré que ce pauvre sanglier est pris tarif. Et bien écoute avec la bière, c'est avec grand plaisir !


Arès se met alors à courir en direction de la sortie de forêt en marchant rapidement. Je reste sur place quelques secondes en secouant ma tête pour me remettre de mes émotions, et je cours assez rapidement pour me mettre au niveau d'Arès. Je ralentis alors pour ensuite me mettre à la même fréquence que lui. J'inspire un grand coup, je recrache de la fumée au vus de la température extérieure.

« T'es baraqué pour un lycéen. Tu fais du sport. Boxe ? Football ? Lacrosse ?  

« Haha merci. Oui effectivement je fais du sport. Je suis Capitaine de l'équipe de foot du lycée. Je cours aussi en parallèle comme tu peux le constater, et je fais aussi à côté de la musculation et je m’intéresse pas mal à la Boxe, j'en fais mais rien de sérieux. Toi tu es.. très bien développé j'ai envie dire ! Tu fais de la musculation n'est-ce pas ? Vu ta carrure !


On continue de marcher, afin d'arriver quelques minutes plus tard à la sortie de la forêt.

« Je te suis ! Dis-ai-je en tournant la tête de droite à gauche en regardant la route.

Edit By Esperance.




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès Kye Coleman

avatar


Humeur : Martiale
Messages : 810
Points : 766
Réputation : 79
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Sam 26 Mar - 18:38




Un échec PV Chris
Je me doute que ma conversation télépathique avec Azalea a du étonné le loup garou. J'ai la fâcheuse habitude de parler à haute voix lors de ses conversations à distance avec ma créatrice Deatheater. Je sais pourtant que parler à haute voix ne change rien à la méthode qui s'apparente vaguement à de la télépathie. En réalité, la voix d'Azalea a résonnée dans mon esprit comme à l'accoutumée dans ce genre de situation. Nous communiquons en silence, les mots se transmettent intérieurement mais il m'arrive bien souvent de parler seul lors de ses échanges permis par le lien qui m'unit à la fille du chef de mon clan. Azgeda l'un des 3 clans de la cote ouest des Etats Unis. Mon espèce ne peut pas communiquer par télépathie. Seuls, les élus et les Deatheaters responsables de leurs transformation le peuvent. C'est d'ailleurs une des autres raisons du qualificatif d'élu accordé aux Deatheaters qui le sont devenu après une transformation. Je dois bien reconnaître que j'aurais mieux fait de la boucler sur ce coup là. Mais, que voulez vous je suis parfois quelqu'un de spontané.


D'autant plus que ce genre de conversation doit véritablement passer pour quelque chose de loufoque, farfelu et déroutant. Qui appelle sa mère princesse ? A part quelqu'un qui n'a pas tout à fait toutes ses capacités cognitives en état de fonctionnement. Ou alors un complexe d'oedipe particulièrement sévère. Je vous rassure je ne suis ni l'un ni l'autre. Mais, pour le savoir il faudrait connaître les traditions d'une espèce qui a su évité la plupart des autres êtres surnaturels durant des sciècles. Ce qui n'est apparemment pas le cas de Chris. J'adore simplement embêter Azalea c'est tout. C'est un de mes passe temps préféré pour être complètement honnête mais elle me le rend bien ne vous en faites pas pour la demoiselle. Je devrais peut être lui expliquer. Il ne faudrait pas qu'il me prenne pour un siphonné de la cervelle non parce que je suis surement beaucoup de chose mais siphonné non. En tout cas aux dernières nouvelles. Je décide finalement de ne pas m'appesantir sur le sujet et de passer à autre chose. La soirée est déjà bien avancée et le calme de nouveau complet des bois de Beacon Hills pourrait paraître effrayant lorsque l'on pense aux évènements pour lesquels le qualificatif d'horreur semble bien léger.


Enfin, le jeune lycan a le cœur bien accroché et des tripes ce qui a eu le mérite de ne pas compliquer la situation. Ce descriptif est le fait de l'homme que je suis. Le gardien se moque des morts, du sang ou même de la manière dont la mort arrive en ce bas monde tant qu'il accomplit le but de son existence. La préservation de l'ordre surnaturel. Je lève les yeux vers le croissant de lune qui trône au milieu des étoiles dans le ciel nocturne. Avant de les reporter sur le loup garou. Je m'excuse pour mon indiscrétion et propose à Chris de venir prendre une bière au loft pour me faire pardonner. Les lycéens ne sont pas censés boire d'alcool d'accord. Mais, ce n'est certainement pas moi qui vais me formaliser en voyant un jeune de moins de 21 ans avec une bière à la main. Alors même que mes années à l'orphelinat m'avaient fait gouté à ce genre de "vices" bien plus tôt que la moyenne. Je vous rassure, je ne suis pas alcoolique non plus hein. Il ne faut pas pousser. Et puis, de toute manière l'alcool n'a aucun effet sur les êtres surnaturels. Du moins ni sur les deatheaters ni les loups garous puisqu'Alessandro n'en avait pas éprouver les effets lors de notre tète à tète au Print lors de la négociation d'embauche.


La réponse de Chris m'arrache un sourire lorsqu'il évoque le pauvre sanglier qui a eu le malheur de se trouver sur son chemin. Je me mets donc en route le jeune lycan sur les talons. Nous marchons à une allure rapide à travers les bois sans vraiment nous soucier du chemin. Il suffit de s'éloigner du Nemeton qui se trouve dans la profondeur des bois et nous trouverons bien la sortie et puis le bruit caractéristique des rares véhicules roulant à une heure si tardive permet de s'orienter tout à fait efficacement. Le loup garou parvient à se mettre à mon niveau et j'en profite pour le complimenter sur sa carrure impressionnante. Et lui demande quelle est son origine. Est ce seulement du au gène lupin ou fait il du sport à coté. La deuxième option me semble la plus probable étant donné que le lycéen faisait un footing lorsque nous nous sommes croisés tout à l'heure. Il inspire une grande bouffée d'air frais et recrache de la buée. C'est vrai qu'il fait frisquet ce soir. Mais, mon organisme en partie félin me préserve de cette température mordante.  
" Haha merci. Oui effectivement je fais du sport. Je suis Capitaine de l'équipe de foot du lycée. Je cours aussi en parallèle comme tu peux le constater, et je fais aussi à côté de la musculation et je m’intéresse pas mal à la Boxe, j'en fais mais rien de sérieux. Toi tu es.. très bien développé j'ai envie dire ! Tu fais de la musculation n'est-ce pas ? Vu ta carrure !"

Un sourire étire mes lèvres à l'écoute de cette réponse. Je suis effectivement musclé il convient de le dire. J'ai toujours été bien bâti dirons nous. Mais, ce qui a entretenu cette musculature dans mes jeunes années fut les bagarres de rue ou entre pensionnaires de l'orphelinat ainsi que les courses poursuites avec la police locale. Mais, je ne vais pas lui avouer cela comme ca. Pour le reste, je fais beaucoup de sport tout comme lui et pas mal de musculation comme tous les deatheaters. Un soldat se doit d'être au meilleur de sa forme et le sport permet de ne pas exacerber la tension de l'animal que nous avons en nous. Le tigre pour ma part. Il est important qu'il ne se sente pas prisonnier d'une cage mais épanoui si je puis dire. Comme je l'ai souligné plus tôt les membres de mon espèce n'ont pas de problème de contrôle en partie pour cette raison. Nous vivons en harmonie avec notre part animale. Encore heureux. Vous imaginez un gardien qui ne saurait pas maitriser ses pulsions bestiales. Je réponds à Chris : Tu as bien raison c'est important de s'entretenir physiquement. Capitaine hein. Pas mal du tout mr le quaterback. Je viendrais peut être voir un de tes matchs un de ces quatre. Merci, c'est vrai que je fais moi aussi énormément de sport dont de la musculation. La boxe, j'en fais moi aussi de temps en temps. On devrait se faire un petit combat amical un jour si cela te dit.


Nous atteignons finalement la route et après avoir hoché la tète suite à son indication qu'il me suivait, m'élance à une allure de jogging et attends que Chris soit revenu à ma hauteur. Je lui ai couté un jogging mais il n'est jamais trop tard n'est ce pas. Nous courrons ainsi jusqu'à atteindre Beacon Hills. Une rue, un croisement, un carrefour, une autre rue et nous arrivons dans l'allée du loft. Je ralentis l'allure et marche jusqu'à la porte. J'avais laissé ouvert alors je rentre et invite le jeune lycan à entrer puis je lui indique un tabouret accoudé au bar devant la cuisine ouverte. Le jeune homme s'y installe et je vais chercher deux bières fraiches. Je lui en tends une et m'assois à coté de lui. Je décapsule ma bière et en bois une gorgée rafraichissante plus que bienvenue après les divers évènements de la soirée. Je dis à Chris : Bienvenue chez moi.
Puis, nous entrechoquons nos bières et lançons un santé avant de déguster l'alcool amer. Je reprends finalement : Tu es en dernière année au lycée de Beacon Hills. Tout se passe bien ? Tu a une idée de ce que tu veux faire plus tard à part m'aider à combattre des scientifiques sorti d'un film d'horreur je veux dire ?
Un petit rire ponctue ma dernière question. Oui, mon sens de l'humour laisse à désirer mais je ne suis pas quelqu'un de comique habituellement alors appréciez l'effort à sa juste valeur.





Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Dim 27 Mar - 12:33

TCHIIIIN !

Chris&Arès

Je m'arrête alors un instant au bord de la route, en penchant ma tête en avant afin de la tourner de droite à gauche, regardant où nous sommes arrivé. On est au bord de la route, il y a quelques voitures qui passent. Je ne sais pas trop où ou est, peut-être du côté sud de la forêt ! Aucune idée, enfin bref, maintenant il faut que je suive Arès. Je passe mes deux mains dans les deux poches de mon survêt quand il me répond.

« Tu as bien raison c'est important de s'entretenir physiquement. Capitaine hein. Pas mal du tout mr le quaterback. Je viendrais peut être voir un de tes matchs un de ces quatre. Merci, c'est vrai que je fais moi aussi énormément de sport dont de la musculation. La boxe, j'en fais moi aussi de temps en temps. On devrait se faire un petit combat amical un jour si cela te dit.

« Avec plaisir, je peux t'avoir des places VIP en plus héhé ! Un combat de boxe amical ? Avec plaisir.. malgré que tes muscles font le double des miens, mais après tout, la musculature n'est pas le plus important dans la boxe ! Il faut savoir placer les coups !


Arès commence alors à courir plutôt rapidement en direction de chez lui. Je secoue ma tête de droite à gauche, et je recommence à courir une nouvelle fois en me remettant à son niveau. Pendant que l'on termine notre petit footing pour arriver chez lui, je tourne ma tête de droite à gauche afin d'admirer Beacon Hills la nuit. J'aime bien moi, malgré que ça face peur à côté de la forêt, je trouve que c'est sympathique. Je lève ma tête en direction du croissant de lune qui surplombe Beacon Hills, puis je redescend ma tête en la mettant droite pour ne pas trébucher et tomber, ça serait bête. Une rue, un croisement, un carrefour, une autre rue et nous arrivons dans l'allée de chez Arès. Il ralentit, je fais de même. Il ouvre la porte de chez lui, et me fait signe de m’asseoir sur un tabouret accoudé au bar. Je prend place en m’assaillent confortablement et je tourne ma tête dans tous les sens pour admirer le loft de Arès, sympathique la décoration, j'aime bien. Il arrive devant moi en me donnant une bière, je la saisis avec joie vu que je commence à avoir pas mal soif et il s’assied à côté de moi. Je décapsule plutôt rapidement la bière, puis je bois une ou deux gorgées pour me rafraîchir la bouche. Mhmm, ça fait du bien ! Je tourne mes yeux bleus en direction de Arès qui prend la parole.

« Bienvenue chez moi.

« Merci bien ! Jolie la décoration, j'aime bien !


Je tape ma bière contre la sienne, afin de lancer en même temps que lieu un « Santé !, pour ensuite déguster avec joie cette bière. Elle est bonne ! J'en bois plusieurs gorgées, puis je l'abaisse quand Arès prend la parole.

« Tu es en dernière année au lycée de Beacon Hills. Tout se passe bien ? Tu a une idée de ce que tu veux faire plus tard à part m'aider à combattre des scientifiques sorti d'un film d'horreur je veux dire ?


Je commence à rigoler à sa réplique, avec lui pour ensuite répondre à sa question.

« Oui, je suis en dernière année, j'espère avoir mon diplôme ! Tout se passe bien ? Mhmm, je suis pas très studieux honnêtement, je bosse mais je pourrai faire mieux quoi.. le clicher du sportif sans cervelle, tu vois ? T'aider à combattre des méchants, j'aime bien moi ! Non sérieusement, j'aimerai travailler au bureau du Shérif plus tard, comme je l'ai toujours voulu !

Je bois une nouvelle gorgée pour ensuite répliquer.

« Et toi ? Tu fais quoi dans la vie ? Mise à part faire basculer l'âme des morts dans l'autre monde et combattre des scientifiques sorti d'un film d'horreur ? Dis-ai-je en rigolant simplement.

Edit By Esperance.




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès Kye Coleman

avatar


Humeur : Martiale
Messages : 810
Points : 766
Réputation : 79
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Mar 29 Mar - 23:21




La naissance d'une amitié

La bière n'a jamais été mon alcool préféré même à l'époque ou je faisais le mur avec les gars pour aller zoner en ville histoire de passer un peu de temps loin de l'atmosphère moite et miteuse des murs de l'orphelinat. Je me rappelle encore parfaitement bien des concours de rots, de descente et de drague de rue. Puéril voilà le mot qui pouvait le mieux décrire ces souvenirs de mon adolescence en compagnie de mes trois amis d'enfance n'ayant pas survécu à la douleur de la morsure d'Azalea.  Le sourire enjôleur de Jace vis à vis des jeunes femmes que nous croisions, le sifflement peu élégant de Lucas et les mots d'italiens d'Enzo et mon regard franc adressé à ces mêmes demoiselles, un regard qui ne voulait faire passer qu'une seule chose : Soyez indulgentes avec ces clowns, on n'a pas une vie facile vous savez. Timide je l'étais mais malin et habile j'ai bien vite utilisé cette timidité pour contrebalancer l'image que projetait les deux chauds lapins et le goujat. Utilisant avec grâce l'excessivité des trois lurons pour la jouer à ma façon. En somme, ma stratégie n'était que le complément de la leur. Et, vous savez quoi cela marchait à merveille. A un tel point que c'était devenu une routine pour les quatre orphelins que nous étions. Une routine ma foi si fructueuse que Jace nous avait très modestement surnommé les quatre fantastiques. La misère attire presque autant que la richesse. J'imagine que c'est lié au délire du mauvais garçon toussa toussa.


Enfin bref, revenons en à nos moutons et en ce moment précis la boisson. J'ai toujours eu un gout prononcé pour les alcools forts tels que le whisky, la vodka, la tequila. Mais contrairement aux trois gus, je buvais modérément. Maintenant que je suis un être surnaturel, j'imagine que ne bois plus modérément puisque cela n'a aucun effet sur mon corps ou mon esprit. Je bois une gorgée de bière fraiche et la savoure longuement. La fraicheur de la boisson m'empêche de me focaliser sur son gout. Quoi que j'exagère je n'ai rien contre la bière bien au contraire mais certaines sont tout bonnement dégueulasses. Ce qui n'est pas le cas de celle ci. Tant mieux puisque je l'avais acheté sans même jeter un coup d'œil à la marque. Enfin bref, j'en ai fini avec la dissertation sur l'alcool et reporte mon attention sur Chris. Ce dernier rit de bon cœur à ma blague. Et, un sourire vient étirer mes lèvres. Oui, mon humour laisse à désirer mais tant qu'il plaira à certains je ne me priverais pas d'en distiller. Ce n'est pas mon genre de faire dans l'humour remarquez mais je me sens bien avec le lycéen. Il me fait légèrement penser à mon défunt petit cousin Jason. J'écoute avec attention la réponse du quaterback de Beacon Hills et mon sourire s'élargit de lui même.

 Jason n'était pas studieux du tout au grand dam de son grand frère qui n'avait de cesse de lui faire la morale à ce sujet et de Lucianna et de Jhon qui avaient abandonnés l'espoir de le voir se mettre sérieusement dans ses études. Mais, ce dernier travaillait déjà comme modèle alors j'imagine que cela a fait passer la pilule plus facilement. Quant à moi, je n'ai pas un seul diplôme et ai quitté les bancs du lycée le plus vite possible. Mais, je ne suis pas un bon exemple. La ressemblance ne s'arrête pas là puisque Chris a une belle gueule tout comme Jason et ne doit pas manquer de faire tourner bien des tètes sur son passage. J'avale une gorgée à l'écoute de la fin de sa réponse. Les forces de l'ordre hein. Sur ce point là, rien à voir avec Jason car il n'avait pas beaucoup d'affection pour la police. La jeunesse hein. D'un coté, je suis content pour Chris car savoir ce que l'on veut faire est une bonne chose mais de l'autre vu le genre de travail que j'effectue ce genre de choix de carrière ne saurait me réjouir. J'avale une autre gorgée de bière presque simultanément à Chris et l'écoute tandis qu'il poursuit : "Et toi ? Tu fais quoi dans la vie ? Mise à part faire basculer l'âme des morts dans l'autre monde et combattre des scientifiques sorti d'un film d'horreur ?"

Le rire de Chris me pousse à rire également. Je réfléchis bien vite à la réponse que je pourrais lui fournir quant à mon métier. Non parce que j'ai beau l'apprécier je ne me vois pas lui dire que je suis le garde du corps d'un parrain local et le second de ce même mafieux. Je pose finalement ma bière sur le bord du bar devant moi et lui dis sans me départir d'un petit sourire : Ah ce n'est pas moi qui vais te jeter la pierre pour le manque de sérieux dans le travail. je ne suis pas franchement un exemple de ce coté là. On peut même le dire j'ai échoué lamentablement mais bon pour y arriver, il faut au moins essayer hein. Tu m'as l'air de tout sauf d'un sportif sans cervelle. Je ne me fais pas de souci pour toi tu vas l'avoir.

Je prends une nouvelle gorgée de bière avant de reprendre : C'est noté je te demanderais de l'aide alors. Sheriff. C'est un très bon choix. Tu pourras faire sauter mes pv dans ce cas.
Faire basculer l'âme des morts dans l'autre monde est un travail à plein temps. Mais, je vis de petits boulots divers et variés. Je sais que tu te demandes comment il est possible de vivre dans un loft en vivant de petits boulots. Je t'avouerais que c'est un membre de ma famille qui l'a acheté.
Je me lève finalement après avoir fini ma bière et pose la bouteille vide sur le bar avant de me tourner vers Chris et de lui demander : Tu as le temps pour une petite partie de billard ? A moins que tu ais cours demain.



Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]   Mer 30 Mar - 19:03

LA NAISSANCE D'UNE AMITIÉ

Chris&Arès

Je continue de savourer la bière fraîche en prenant plusieurs gorgées tout en regardant le loft plutôt sympathique d'Arès. Je laisse mes yeux bleus tourner de droite à gauche en analysant avec précision le loft. La déco est sympa, il est grand et spacieux, le top j'ai envie de dire ! Je repose la bière sur le comptoir tout en détournant ma tête vers Arès en affichant un sourire sur mes lèvres.

« Ah ce n'est pas moi qui vais te jeter la pierre pour le manque de sérieux dans le travail. je ne suis pas franchement un exemple de ce coté là. On peut même le dire j'ai échoué lamentablement mais bon pour y arriver, il faut au moins essayer hein. Tu m'as l'air de tout sauf d'un sportif sans cervelle. Je ne me fais pas de souci pour toi tu vas l'avoir.


Je laisse un sourire se tracer sur mes lèvres par rapport à ses propos. Enfin une personne qui ne croit pas au fameux cliché du sportif sans cervelles, car tous les jours j'en bouffe de ce cliché. Pour certaines personnes, dés que tu es sportif et dessiné, tu n'as rien dans le crâne. Au contraire, pour être musclé et dessiné, il faut savoir un minimum réfléchir par rapport à ton alimentation, et à tes heures de sport par semaines. Certes, ce n'est pas de la biologie ou de l'histoire, mais voilà. Après, les notes, sérieusement les notes ? Je me suis toujours demandé, pourquoi une personne nous juge sur une note ? Une note, c'est en gros de juger sur un truc à un moment donner, en testant nous connaissance sur le sujet, ça ne révèle pas notre intelligence. On peut ne pas être forcément très studieux au lycée, et pourtant être une personne d'intelligent. La voix de Arès résonne dans mes tympans, et me fait sortir de ma réflexion personnelle au sujet du sportif sans cervelle.

« C'est noté je te demanderais de l'aide alors. Sheriff. C'est un très bon choix. Tu pourras faire sauter mes pv dans ce cas.
Faire basculer l'âme des morts dans l'autre monde est un travail à plein temps. Mais, je vis de petits boulots divers et variés. Je sais que tu te demandes comment il est possible de vivre dans un loft en vivant de petits boulots. Je t'avouerais que c'est un membre de ma famille qui l'a acheté.


« C'est vrai que tu en as de la chance, il est particulièrement beau ton loft. Un beau cadeau de ta famille ! Dis-ai-je en attrapant la bière afin de la mettre sur mes lèvres pour boire plusieurs gorgées. Je la finis totalement afin de me lever au même moment que Arès, je pose la bouteille en verre vide sur le comptoir pour ensuite tourner ma tête en sa direction.

« Tu as le temps pour une petite partie de billard ? A moins que tu ais cours demain.

« Ça aurait était avec plaisir, mais je suis déjà en retard, ma mère m'attend. Une autre fois ! Si tu veux, j'ai des places pour le prochain match de foot qui se joue contre l'équipe de Los Angeles ! Un gros match en préparation ! Tiens, mon numéro de téléphone, je te tiens au courant.


Je lui dicte alors mon numéro de téléphone de façon à ce qu'il le note, pour qu'on puisse rester en contact.

« Bon en tout cas, merci beaucoup pour cette soirée, et à la prochaine !

Je saisis sa main plutôt rapidement afin de la serrer, pour ensuite me diriger en direction de la sortie. Il m'ouvre la porte, j'agite ma tête de haut en bas en souriant pour le saluer une nouvelle fois. Je tourne mes yeux bleus en direction de mon téléphone en le déverrouillant, l'heure affichée est 23h30. Ouf, j'appel ma mère instantanément pour lui dire que je vais bien, que j'étais à la foire avec des amis à moi. Elle a l'habitude de toute manière que je face un détour lors de mes footings. Je mets rapidement ma capuche pour foncer à une allure très rapide en longeant les rues de Beacon Hills, en direction du Quartier Résidentiel. Beacon Hills la nuit, c'est spécial. Quand on ne connait pas cette magique ville, ça fait froid dans le dos, mais quand on la connait d'un peu plus près, on la trouve très jolie. J'accélère alors une dernière fois le rythme de mes foulées quand je vois au loin le quartier résidentiel après une vingtaine de minutes de course. J'arrive devant la maison en soufflant, j'ouvre la porte sans trop faire de bruit, maman est au lit,elle m'a laissé un mot. Je lis le mot qui m'indique de pas trop traîner. Je monte les escaliers sans faire de bruit, je me déshabille en mettant mes affaires sales dans le panier pour ensuite aller dans la salle de bain et me doucher en quelques minutes. Je ressors de la douche, je me sèche et je me dirige dans mon lit. C'était une soirée intense.

:::::::::::::::::::::::::::::: FIN DU RP ! ::::::::::::::::::::::::::::::

Edit By Esperance.




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]
» Une patrouille difficile. [Featuring Arès & Juliette]
» Arès Kye Coleman aka Ricky Whittle
» Quelques enseignements tirés de l’échec d’un combat moral
» Nuage de Souris ♂ - La chute n'est pas un échec, l'échec c'est de rester là où l'on est tombé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Chemin principal-
Sauter vers: