AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 [EN PAUSE] Un danger imminent. [Featuring Nausicäa Kaer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chris Ivakov

avatar

Humeur : En colère.
Messages : 363
Réputation : 7
Date d'inscription : 27/11/2015
Age : 17
Localisation : Quelque part.

MessageSujet: [EN PAUSE] Un danger imminent. [Featuring Nausicäa Kaer]   Mer 30 Mar - 13:42

UN DANGER IMMINENT.

Chris&Nausicäa

Il est 18h30, je sors du dernier cours de la journée : la biologie. Qu'est-ce que je déteste cette foutue matière, en plus avec le prof qui n'arrête pas de me saquer, ça me fait encore plus détester cette horrible matière. J'ai besoin d'aller me défouler après cette dure et longue journée, deux choix s'offrent à moi. Aller taper quelqu'un, ou bien aller faire un footing dans les bois, je pense que je vais opter pour la deuxième option, j'ai pas envie d'avoir des ennuis. Je plonge mes cahiers dans mon sac de cours en me relevant dés que la sonnerie se fait entendre. Je mets mon sac sur mon dos, je dis au revoir au professeur juste par politesse, malgré que j'ai envie de lui faire bouffer toutes ses feuilles et son matos de bio. J'ouvre la porte, puis je marche en sifflotant dans le hall du lycée pour me diriger vers la sortie. Je déboule les marches, puis je vais vers mon 4x4. Je déverrouille les portières, je grimpe dedans puis je ferme la portière derrière moi. Enfin au calme. Je pose mon sac de cours sur le siège passager, puis je mets le moteur en marche, marche arrière et direction la maison.

Une quinzaine de minutes plus tard, j'arrive enfin devant la maison. Je me gare devant pour sortir rapidement en verrouillant une nouvelle fois les portières derrière moi. J'ouvre la porte qui n'est pas fermée à clef, puis je fais un bisou sur la joue à ma mère pour ensuite monter les marches à une allure élevée. J'ouvre la porte de ma chambre, je la ferme derrière moi puis je me jette sur mon lit. Je jette mon sac par la même occasion sur la chaise de mon bureau pour attraper mon oreiller et fourrer ma tête dedans. Une dizaine de minutes passent, je me relève enfin avec la foie qui revient en moi. J'enlève mon bas pour mettre un short, puis j'enlève ma veste et mon pull afin de mettre un débardeur et un pull de sport gris. Je m'avance jusqu'à mes baskets pour les mettre, puis j'ouvre une nouvelle fois la porte. Je vais dans la salle de bain pour me passer un coup d'eau sur le visage. Je déboule une nouvelle fois les escaliers en les descendant puis je détourne ma tête vers ma mère.

« Je vais courir maman, m'attends pas pour manger, laisse moi le reste dans le micro-onde.

« D'accord, fais gaffe à toi Chris.


J'ouvre ensuite la porte pour la fermer derrière moi. Maman déteste que j'aille courir le soir, surtout quand il fait nuit, mais moi je préfère. C'est à ce moment la que la forêt est réveillée, à ce moment là que l'on croise les animaux de la nuit. Et puis même, il fait meilleur le soir que la journée. Je mets ma capuche, puis je commence à courir, courir plutôt rapidement. Je commence à avoir une cadence très élevée à force de courir pratiquement tous les soirs de manière intense, en plus de cela, vu que je suis un loup, ma condition physique peut être que meilleure. Je fais mon échauffement habituel, c'est-à-dire des montées de genoux, des talons-fesses et des pas-chassés intenses pour faire monter mon rythme cardiaque.

Après une quinzaine de minutes de course "lente", je pénètre enfin dans la forêt. C'est à ce moment précis que j'explose, et que j'augmente considérablement ma course. Je zig-zag entre les géants arbres pour tourner ma route vers les sous-bois. Ce soir, j'explore les sous bois. J'ai l'habitude d'aller jusqu'à la falaise, mais je sais pas pourquoi, mon envie se dirige vers les sous-bois. Un vent se pose sur ma tête ce qui fait virevolter ma capuche en arrière. Je la remet pour détourner mon attention sur une odeur, une odeur de loupiot. Des loups sont en sortis ce soir. Je tourne mes yeux bleus vers la petite falaise qui se trouve à quelques mètres plus au dessus de moi. Et là, je vois deux meutes, deux meutes de loup. Me dites pas qu'ils vont se battre, j'ai pas envie de voir un loup mort ce soir, c'est beaucoup trop beau pour ça !  Mhmm, réfléchis Chris. La dernière fois qu'un loup ma poursuivit, je lui est hurler dessus, il c'est calmé, ça devrait marcher sur eux. Je passe mes deux doigts dans ma bouche pour siffler afin d'attirer l'attention des deux meutes, j'entends des grognements d'ici. Un sourire amusé s'affiche sur mon visage. Je ferme les yeux, pour les rouvrir instantanément, ils passent du bleu foncé humain, au bleu très clair de loup-garou. Je laisse mes crocs pousser, ma pilosité augmenter et mes ongles prendre la forme de griffes. Je lève mes yeux vers les deux meutes en prenant une bouffée d'air, pour la recracher tout en hurlant. Un hurlement terrible qui a du réveiller une bonne partie de la forêt. La meute située devant cette petite falaise semble être particulièrement atteinte par mon cris. La meute d'en face saute sur la meute, ce qui plaque l'un des loups contre un rocher particulièrement, qui tombe d'ailleurs dans le vide. Il percute rapidement le sol à quelques mètres de moi, une partie plutôt conséquente de ce rocher se fait propulser vers moi. J’écarquille mes yeux bleus très clairs, pour passer mes deux mains en avant en essayant de stopper le rocher. Je l'attrape dans les mains, mais vu à l'allure dans laquelle il a été éjecté, il se plaque contre mes côtes.

Je tombe instantanément au sol, sur le dos. En tombant sur le dos, je me prend un cailloux sur l'arrière de mon crâne qui me sonne légèrement. Je lève mes yeux en direction du ciel pour pousser un hurlement de douleur humain mélanger à un hurlement de loup concentré par la douleur. On a un gros problème. Je tourne mes yeux bleus de loup vers ma plaie ouverte, et plutôt profonde. J'enlève rapidement le cailloux pour l'expulser à côté de moi pour effectuer un point de compression grâce à mes mains sur la plaie. Je vois et sens beaucoup de sang, c'est très mauvais signe. On a un problème.

Edit By Esperance.





Dernière édition par Chris Ivakov le Ven 6 Mai - 17:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [EN PAUSE] Un danger imminent. [Featuring Nausicäa Kaer]   Dim 3 Avr - 20:29

Infirmière Nausicäa ~


Les basses vibraient, le rythme rapidement évoluait dans l’espace du garage. La louve était là, penchée en avant, tortillant de son séant en chantant avec son acens. Si vider la tête était devenu une obligation pour elle, ainsi se jetait-elle à corps perdu dans le travail pour ne pas penser. Si elle laissait son esprit au repos, ILS revenaient. En force. Et elle ne pouvait plus le supporter, elle n’arrivait pas à rester en paix avec ses actes passés. Trop de douleur lui comprimait le cœur, faisait d’elle l’ombre de ce qu’elle avait été. Mais elle arrivait de mieux en mieux à gérer la chose. Si la balafre sur son minois n’était plus, certaines, qu’elle gardait cachée aux yeux de tous, avaient encore du mal a ce refermer. Notamment celles qu’elle c’était involontairement scarifiée a cause de ses griffes, lors d’une quelconque crise de panique. Pourtant, là, elle était bien, à l’abri sous le capot d’une voiture, bricolant un moteur, réparant des erreurs, faisant les niveaux… Elle se tuait presque à la tâche mais au moins elle était apaisée. Sa louve était aussi meurtrit qu’elle et c’était sans doute cela le plus dur. Savoir que ses erreurs l’avait blessée au plus profond de son âme, qu’elle avait réussit à ce persuader qu’il n’y avait rien d’autre à faire… La musique tournait en boucle, à fond, la mécano bossait, changeant de post de travail, Drew ne venant plus l’aider, elle se retrouvait à nouveau seule pour gérer cet endroit. Mais elle songeait à  fermer son oasis. Elle ne le méritait pas. Une autre voie se traçait devant elle et la titillait. Devait-elle la suivre ? Pouvait-elle ? La jeune femme se tâtait à allez voir l’alpha, celle qui avait eut Cahir au sein de sa meute. La flic. Elle voulait lui poser des questions. Elle en avait besoin. Elle secoua la tête et tenta de se replonger dans ce qu’elle faisait. Peine perdu. Son estomac criant famine et elle était épuisée. De rage, elle balança son matériel à travers la pièce avant de se forcer a respirer lentement.

Après de longue minutes, la louve ferma le garage et laissa son regard vagabonder sur ses outils, ses établis… Son chez elle. Elle esquissa un vague sourire avant d’avancer vers la porte du fond, celle qui menait à l’escalier de son appartement. Marche après marche, la louve avançait. N’était-ce pas là une métaphore quand à sa vie ? Qu’elle devait continuer à vivre et avancer malgré le passé ? Mais comment faire pour ne pas sombrer ? Pour ce relevé après tant d’horreur commise ? Il… En fait, à part Maxine, rien ne l’empêchait de sombrer, pas même Andrew… Ils étaient devenus distant l’un avec l’autre. Et à raison : elle lui avait fait beaucoup de mal, l’avait tenu à l’écart de ses problèmes pour qu’il ne soit pas en danger… Elle ne savait même pas s’il l’aimait ou non encore… Cette constatation aurait du lui mettre les larmes aux yeux mais… Non. Rien. Elle avait mal, mais elle était incapable de pleurer pour ça. Pour si peu. Andrew méritait mieux. Une femme qui le respecte, une louve qui l’accepte. Pas une dominante qui à peur de se laisser allez. Pas une femme qui ne dit jamais quand elle souffre… Elle voulait le voir heureux mais elle passait son temps à le blesser. Pourquoi restait-il avec elle ? Ils se complétaient sur certains poings mais était tellement différent sur d’autre… Chassant ses idées noires, Nausicäa ouvrit son frigo et constata qu’il ne lui restait que des bières. Elle en sortit une et commanda une pizza avant de se laisser tomber mollement devant son écran de télévision. Elle resta un certain temps, assise là, sans bouger, ressassant à nouveau son séjour sur sa terre natale, les vies qu’elle avait supprimée par pure vengeance… Le flux sombre de ses pensées fut brisé par l’écho d’un hurlement porté par le vent.

La louve se redressa brutalement, renversant sa bière. Elle reconnaitrait le cri d’un loup entre mile. Etait-ce quelqu’un qu’elle connaissait ? Sans même s’en rendre compte, la belle était déjà dehors, courant à en perdre haleine à travers la ville, si dirigeant vers les bois. Maxine… En quelques seconde, elle revivait l’horreur et la peur de l’enlèvement de Max. La peur au ventre, la mécano entra dans les bois de Beacon Hills. Elle s’arrêta alors quelques secondes, devenant la garou dont elle était si fière d’être. Humant l’air, une vague effluve de sang la fit gronder. Merde. Merde. Merde. Elle n’osait imaginer comment elle s’en sortirait si Max avait té blessée… La terreur fit bouger la jeune louve, elle pista l’odeur jusqu’au pied du belvédère. Là elle vit une chose peu habituelle pour une nuit lambda comme celle-ci : deux meutes se foutant sur la gueule. La louve allait faire demi-tour en pestant contre son imagination bien trop prolifique ses derniers temps quand un vague mouvement attira son attention sur la droite. En haussant un sourcil, à demi amusée, elle s’avança vers le loupiot qui avait prit cher, un sourire ironique sur le coin de la gueule, la belle vaironne s’accroupit devant le gamin, redevenant humaine. Une humaine avec un magnifique regard violet et glace mais surtout, qui paraissait mourir de faim. Alors que pas du tout. Elle avait certes perdu beaucoup de poids mais elle s’en contre foutait. Elle ne voulait penser aux raisons qui l’empêchaient de se nourrir comme il se doit. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre, à la vu du caillou, qu’il avait été d’une poise remarquable. Elle secoua la tête sans arrêter de sourire.

-Alors toi, tu es sur d’être un loup ? Non parce que je dis ça hein, mais tu aurais du être en mesure d’éviter ça… Enfin…

Une nouvelle fois, elle avait ce masque sur le visage. Celui de la femme ironique, de la garçonne. Ce qu’elle était avait tout ce bordel… Sans attendre quelques paroles que ce soit de la part du jeune homme, fort à son goût par ailleurs, la louve le prit dans ses bras et le porta comme une princesse, sans difficulté apparente. Son corps pourtant frêle, que l’on penserait sur le point de se briser, avec la peau sur les os, était bien plus solide qu’il n’y paraissait. Elle s’enfonça dans les bois en silence, portant le blessé comme s’il s’agissait d’un fœtus de paille. Pour autant elle ne lui accorda aucun autre regard, les sens aux aguets. Des chasseurs rôdaient, au vu du hurlement pu discret, elle en mettrait sa patte à couper ! Avançant avec prudence, la louve tentait de rester discrète tout en avançant rapidement pour ne pas le laisser mourir. Qu’elle blessure conne quand même. Nul doute qu’autrefois elle l’aurait laissé crever dans son coin. Mais maintenant ? Elle n’y arrivait pas… Elle ne pouvait imaginer se racheter autrement… Elle serra les dents et accéléra le rythme, elle ne pouvait se permettre d’être trop lente, le pauvre n’y survivrait probablement pas. Alors elle fit quelque chose  qu’elle n’avait fait qu’avec Andrew, elle prit la douleur du loup dont elle ne connaissait rien. Elle aspira, prit pour elle ce qu’il ressentait, le soulageant. Le moins que l’on puisse dire, c’est quelle fut foudroyer par cette intense douleur qui lui vrilla le corps brutalement. Elle poussa un grognement animal, tombant a moitié à genoux, ses cheveux créant un écran devant son visage, la cachant aux yeux de celui qu’elle tentait de sauver. Son souffle se fit plus court, mais une lueur orangée émergea de derrière ce rideau d’ébène. Relevant fièrement la tête, le visage perlé de sueur, la louve plongea en elle pour trouver la force de se relever. Ce qu’elle réussit à faire au prit d’un effort immense. Elle reprit alors sa route, les dents serrées, accélérant car il perdait beaucoup de sang. Elle n’avait pas le temps d’être faible. Elle ne pouvait se permettre de l’être.

Une dizaine de minutes plus tard, et après avoir arrêter de soulager le loup de sa douleur, elle entra enfin chez elle. Dans son appartement. Il était la troisième personne à y avoir mit les pieds. Mais elle n’avait pas le temps de s’arrêter sur cette histoire de territoire. Certes elle était chez elle, mais elle devait aider ce gamin. D’un geste brusque, elle dégagea sa table a manger et l’allongea dessus, roulant une veste en boule pour lui servir d’oreiller et couru dans la salle de bain chercher un kit de suture et de quoi le désinfecter. La belle posa le tout a côté à coté du gamin et déchira son t-shirt sans ménagement avant de prendre son visage entre ses mains et de l’obliger a la regarder.

-Ecoute-moi bien gamin, je t’interdis de crever ok ? Tu vas morfler mais tu va vivre.

Elle lui lâcha le visage et gronda en sortant un briquet, faisant chauffer l’aiguille avait de verser de l’alcool désinfectant sur la plait du loup. Elle imaginait sans peine sa douleur. Pauvre gosse… C’est alors qu’elle entreprit de le suturer. Le plus rapidement possible, pour arrêter l’hémorragie. Ses dons de loups avaient déjà bien fait le boulot mais vu son état… Elle ne prendrait pas le risque de le voir crever. Pas chez elle. Une fois la dernière morsure de l’aiguille ayant traversé la peau du gamin elle lui appliqua des compresses stériles, pleine de bétadine, et lui banda le torse. Alors seulement elle put soupirer. A lui de faire le reste et de survivre. Elle alla se laver les mains, et jeta un regard vers ses vêtements pleins de sang. Un frison la parcourut mais elle réprima rapidement les démons qui revenaient en force et se sortit la bouteille de bourbon, prenant de longue gorgée de cet alcool ambré. Le goût sucré cachait divinement la force de ce nectar. Mais elle en avait besoin. Après avoir posé la bouteille, elle prit un verre d’eau qu’elle remplit et s’approcha de son patient improvisé.

-Tu veux boire gamin ? Sa te fera du bien.


Revenir en haut Aller en bas
Chris Ivakov

avatar

Humeur : En colère.
Messages : 363
Réputation : 7
Date d'inscription : 27/11/2015
Age : 17
Localisation : Quelque part.

MessageSujet: Re: [EN PAUSE] Un danger imminent. [Featuring Nausicäa Kaer]   Dim 3 Avr - 22:40




SURVIVAL.
click
Chris & Nausicäa
« Tu es arrivée où il fallait, quand il le fallait »
Je suis là, tout seul, errant au sol, le sang qui coule de ma blessure ouverte, attendant un miracle. Que je sois un loup ou non, je peux pas survivre à un écoulement trop intensif de sang. Du temps que la cicatrisation face son effet, je vais perdre trop de sang, et mourir. Mourir connement, car ce putain de cailloux j'aurai pu largement le stopper, mais j'avais la tête ailleurs, comme d'habitude. Techniquement, je l'ai arrêté mais il est venu d'un telle rapidité et force sur moi que à cause de cette rapidité, son poids et sa force a été multiplié par je sais pas combien, et je n'ai pas non plus une force surhumaine.. - enfin si, mais vous m'avez compris. J'essaie de me lever en vin, en passant mes deux mains contre les feuilles mortes qui se trouvent sous moi, mais c'est impossible, la douleur est beaucoup trop présente. Je lève mes yeux bleus de loupiot en direction des deux meutes qui se font la bagarre là bas. Actuellement, j'ai envie de me lever et de leur jaillir dessus en les remettant sur le droit chemin, mais ça m'est encore impossible, la douleur est beaucoup trop présente. Je passe ma main droite sur ma plaie pour essayer de faire le mieux que je peux un point de compression, mais c'est difficile, très difficile. Je laisse ma tête heurter le sol, je lâche toute la pression que je canalise depuis tout à l'heure dans mon corps, ça me fait un peu de bien, mais la douleur arrive toujours par dessus en se percutant sur le peu de bien-être que me procure ce relâchement. Je lâche tout, j'essaie d'oublier la douleur, mais mes yeux se ferment peu à peu, je lutte pour pas qu'ils se ferment. J'essaie de pousser un cri pour que quelqu'un m'entende, mais je n'y arrive pas trop, et ça serrait bête de pousser un nouveau cri, pour réveiller les chasseurs qui doivent rôder dans les bois. Soudain.. un pou, j'entends un pou.. des pas.. une odeur.. tout. Une autre personne est présente dans les bois, et à son odeur je dirai même qu'il est fort possible que ça soit un loup. Je m'agit de droite à gauche, quand je vois de loin une jeune fille. Je laisse mes yeux bleu de loupiot se concentrer sur elle, elle se tourne vers moi.. et je vois quelque chose que je n'ai jamais vu encore de ma vie.. elle a un œil.. bleu ? Et un œil.. je dirai violet ? Je ne peux pas trop bien cerné à cause de la clarté, mais je pense que c'est ça. Elle s'avance vers moi, un sourire en coin. J'ai l'air si con que ça blessé avec un cailloux ? Il c'est jeté sur moi ! C'est pas de ma faute. J'essaie de me relever, mais elle prend la parole, me stoppant dans mon élan.

« Alors toi, tu es sur d’être un loup ? Non parce que je dis ça hein, mais tu aurais du être en mesure d’éviter ça… Enfin…

Je n'arrive pas à répondre.. la douleur me force à rester figer, comme une victime qui est clouée au sol. Mais la seule chose que j'ai envie de faire, même si je ne sais rien sur elle et de ses intentions envers moi, c'est de lui sauter dessus. Pourquoi ? Je ne sais pas, mais j'en est drôlement envie. Elle s'abaisse vers moi, elle passe ses mains derrière mon dos pour me soulever tel une pauvre petite princesse égarée dans les bois. Ça devrait être l'inverse non ? Mais bon, là c'est moi qui doit me laisser faire, pour le mâle dominant que je suis, c'est plutôt difficile, très difficile. Je tourne mes yeux étant dans les bras de cette jeune fille tel un petit fœtus et je l'observe un instant. Elle m'a l'air toute fragile de visage, on dirait que tout le monde c'est abattu sur elle. Elle a des yeux qui m'intriguent particulièrement, ils sont intense, on a envie de les toucher, surtout le violet qui est particulièrement beau. Elle a de la poigne cette jeune fille, malgré que ça soit une louve, porter quelqu'un en courant autant rapidement, demande une excellente condition physique. Je ressors de mes pensées en tournant la tête en avant, la douleur me reprit. Pourquoi je suis sortis de mes pensées sérieusement ? Je plaque ma main contre ma plaie en fronçant les sourcils.. quand.. un soulagement ? Un soulagement ? Je me sens mieux tout à coup, soudainement. Je tourne ma tête une nouvelle fois vers la jeune fille qui grimace.. elle prend ma douleur ? Pourquoi fait-elle ça.. elle se fait du mal pour moi, une personne qu'elle ne connait même pas. Elle tombe soudainement en avant, sur les genoux. Je passe rapidement ma main droite pleine de sang contre le sol, pour éviter qu'elle tombe en avant et que je tombe par la même occasion. Ses cheveux bruns passent devant elle, créant un mur entre nos deux visages. Je vois après quelques secondes ses yeux virer à un orange intense. Elle se relève alors, je me pousse avec elle de manière à l'aider à se relever. Elle continue d'aspirer ma douleur, j'ai envie de faire quelque chose pour qu'elle arrête, mais elle ne le fait pas, elle continue de l'aspirer, encore et encore.

Après une dizaine de minutes, on arrive devant un garage qui m'est commun. J'y suis déjà passé une ou deux fois en 4x4. C'est le Lukos Kaer ! Je devais y aller pour un problème de moteur sur mon ancienne moto, mais elle a rendu l'âme, à la place j'ai eu le 4x4 de papa, plutôt pas mal. Elle passe dans le garage pour monter rapidement des escaliers pour arriver dans un loft, plutôt beau et spacieux. Elle libère une table pour m'y poser dessus. Elle prend une veste de façon à faire un oreiller pour la mettre sous mon crâne, je sourie bien évidemment, ne sachant pas trop vraiment quoi dire. Elle s'en va un instant afin de revenir avec un kit blanc.. un kit de suture ? Ouf ! J'en connais un qui va douiller. Je sens mes paupières qui deviennent lourds, je suis à la limite de basculer, de basculer de l'autre côté. Mais quelque chose me fait ouvrir les yeux, un déchirement. Je laisse mes yeux descendre vers mon torse, quand je vois la demoiselle déchirer mon t-shirt d'un geste plutôt sec. Elle passe ses mains pleine de sang contre mon visage pour le le maintenir et m'obliger à la regarder. J'ouvre une nouvelle fois les yeux, laissant mes yeux bleus foncés d'humains se plonger dans ses yeux bleus et violets.

« Ecoute-moi bien gamin, je t’interdis de crever ok ? Tu vas morfler mais tu va vivre.

« Oui.. oui.. Dis-ai-je en me raclant la gorge, tout en détournant une fraction de secondes mes yeux bleus vers ma plaie qui a pris tarif. Je redirige mes yeux bleus vers les yeux de la jeune fille, comme elle me l'a demandé.

Elle me lâche la tête, puis attrape un briquet afin de chauffer le bout de l'aiguille. J'écarquille mes yeux.. je vais avoir pas mal bobo je pense. Elle attrape de l'alcool pour en mettre sur ma plaie. Hurlement dans trois, deux, un. Mes yeux bleus foncés d'humains virent au bleu clair de loup. Pendant quelques secondes je me remémore New-York, la nuit, lorsque je portais Julie après l'avoir tuée un jour de pleine lune comme la jeune fille m'a porté dans les bois pour me sauver la vie. Si j'aurai su me contrôler, je ne serai surement pas ici, je serai resté à New-York. Mes yeux bleus clairs de loup scintillent, révélant un lourd passé derrière cette couleur clair. Elle commence à suturer la plaie. A chaque fois que l'aiguille pénètre ma peau, je sers les poings pour canaliser la douleur. En plus de l'alcool, l'aiguille brûlante, ça fait bobo, mais au moins la cicatrisation que me procure la lycanthropie sera plus facile. Après avoir planté une dernière fois l'aiguille dans ma peau, elle me passe une compresse qui me semble stérile et pleine de bétadine à l'odeur, et elle me bande le torse. Je tourne mes yeux bleus vers ses vêtements pleins de sangs.. j'ai de la peine pour elle, elle c'est donné du mal pour me soigner, et je lui en serai éternellement reconnaissant. Elle revient quelques instants après, avec un verre d'eau à la main.

« Tu veux boire gamin ? Sa te fera du bien.

« Oui.. merci beaucoup. Merci d'être venue me récupérer où j'étais, tel une merde ambulante déjà.

Je me penche en avant en passant ma main contre ma plaie afin de me redresser. J'attrape le verre qu'elle me tend, afin de l'approcher de mes lèvres et de pencher ma tête en arrière pour y boire le contenu. Je relève ma tête vers un miroir qui se trouvait pas loin de moi. Quelle dégaine, on dirait que je sors d'une guerre meurtrière. J'attrape mon t-shirt déchiré à côté de moi en me penchant légèrement sur le côté afin de me frotter le visage délicatement, en enlevant chaque partie de sang que le t-shirt peut croiser. Je frotte par la suite mes mains, soigneusement afin de reposer le t-shirt sur ma cuisse droite. Je relève ma tête en souriant à la jeune fille qui se trouve devant moi. Je ne sais pas trop quoi faire, et pas trop quoi dire. C'est gênant pour moi je trouve, de passer à l'improviste comme ça, alors qu'elle a rien demandé la pauvre. Je laisse mes yeux bleus l'analyser un instant. Elle m'a l'air un peu plus vieille que moi, elle doit avoir trois ou quatre ans de plus que moi. Elle est jolie d'ailleurs, ses yeux bleus et violets font ressortir son visage fin, et tout ses traits. Elle m'a l'air d'une battante, elle a l'allure d'une battante, et surtout d'une louve dominante. Je secoue une nouvelle fois ma tête de droite à gauche, commençant à me perdre dans celles-ci.

« Sinon.. comment tu t'appelles ?.. Moi c'est Chris.. Chris Ivakov..

J'avale ma salive, en tournant ma tête de droite à gauche, ne sachant toujours et encore une nouvelle fois pas quoi faire. Je n'ai pas envie de lui poser une tonne de questions, sur ses yeux.. sur tout d'ailleurs. Je reprends une nouvelle fois la parole, en tenant ma plaie de ma main libre en reposant le verre qu'elle ma servit il y a quelques instants.

« Merci beaucoup d'être venue, sans toi, je serai surement mort à l'heure actuelle, ou alors dans un sacré état.

Je descends mes yeux bleus descendre au niveau de mes jambes. Je les tourne une nouvelle fois vers le travail qu'a fait la jeune fille. J'essaie de passer ma main contre la plaie, mais je pense que c'est une mauvaise idée, car ça va faire un bordel pas possible dans sa suture. Je passe mes deux mains contre le rebord de la table afin d'essayer de me relever, lentement en prenant assez d'appuis pour ne pas tomber en avant. Je passe ma main libre contre ma plaie en laissant mon autre main s'appuyer contre la table pour ne pas tomber en arrière. Je sourie une nouvelle fois à la jeune fille, sans bouger. Heureusement qu'il fait bon chez elle, torse-nue, j'ai peur d'attraper froid. - Un peu d'humour ça ne fait de mal à personne non ?
© 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [EN PAUSE] Un danger imminent. [Featuring Nausicäa Kaer]   Mar 12 Avr - 14:20

Loup chiant rencontre louve chiante ~


Des yeux bleu. Si la louve ne dit rien en les voyants, si elle semble s’en moquer, ce n’était pas le cas. Souffrit-il de ce qu’il avait fait ? Détestait-il ce qu’il était devenu ? Mille et une questions passait dans le crâne de jolie brune alors que la voix du mâle s’éleva dans les airs, lui faisant hérisser les poils. Il était de la même trempe qu’elle. Un dominant. Instantanément, des yeux de louve vinrent prendre la place de ce beau regard humain. S’il tentait quoi que ce soit, elle… Elle quoi ? Il était à moitié mort devant elle ! Elle soupira et se remit au travail en esquissant un sourire ironique, pus adressé à elle-même qu’au loup. Mais que pouvait-il en savoir. Geste rapide, précis, la louve recousait bancalement le loup. Elle n’était pas médecin mais au moins, ça tiendrait. Lavage de main puis proposition d’un verre d’eau. Le loup se confond en remerciement qu’elle balaie de la main. Elle n’en voulait pas. Puis il se redresse, la faisant soupirer et lever les yeux au ciel. Ses mâles…

-Les dominant…Vient pas te plaindre si sa se recouvre. J’suis pas magicienne. Et tes excuses je m’en carre comme de mon dépucelage. C’est mon rôle c’est tout.

Elle secoua la tête. Son rôle. Oui, tout du moins, ça l’était devenu récemment. Encore plus qu’auparavant où elle voulait aider les loups en difficulté. Ce besoin omniprésent de vouloir se racheter pour ses fautes, cette envie grandissante qui lui prenait les tripes alors qu’elle voyait une personne en difficulté ... Il était clair qu’elle voulait réussir à ce pardonner tout ca. Son regard revint au jeune homme. Il avait une sacré plastique. Plus musclé que Drew. Un voile de tristesse passa furtivement dans son regard. Son amour n’était plus là. Il la haissait… Mais c’était mieux ainsi non ? Il ne la verrait pas sombrer. Il ne la verrait devenir… Devenir quoi exactement ? Elle ne savait pas mais elle sentait que ça arrivait, à grand pas. Au même rythme que ses cauchemars, suivant la même évolution que ses crises. Elle devenait folle. Tout simplement. Et bientôt, elle demanderait à Aaron de l’achever. On ne pouvait laisser un garou fou dans la nature. Elle en avait pleinement conscience. Elle était certaine que cet alpha en carton ferait ce qui doit être fait. Sinon elle irait voir Ruby. La belle brune fut tirée de ses pensées quand le loup reprit la parole créant encore une fois un frisson qui la traversa. Un vague sourire étira les traits émacié de la louve.

-On m’appel Nau. Sinon tu peux m’appeler Nausicäa. Nausicäa Kaer.

Chris. Connaître le nom de ce loup faisait un petit quelque chose à la louve, sans qu’elle n’arrive à mettre le doigt dessus. Mais ca lui plaisait. Beaucoup. Elle l’avait regardé tenter de se nettoyer mais il n’avait fait, au mieux, qu’étaler le sang. Soupirant, la louve se leva et alla chercher un gant avec un bol d’eau puis revient devant lui, lui écartant les cuisses pour se glisser entre celle-ci, sans honte ni gêne. Mais le loup tortille sa tête dans tout les sens, la remerciant encore une fois. La louve gronda. Avec force. Avec provocation. Elle lui choppa les cheveux et lui releva le visage, de façon à ce qu’elle puise le voir. Elle plongea dans son regard alors qu’elle le défiait de se dégager de son emprise. La louve devenant soudainement plus présente que l’humaine. La brune lâcha alors les cheveux du beau gosse et trempa le gant dans l’eau pour l’humidifier. Une main sous le menton, pour l’empêcher de gesticuler à nouveau, et elle commença à le décrasser doucement, sans tendresse mais avec délicatesse. Il avait déjà bien morflé, pas la peine d’en rajouter. Elle aurait pu se sentir gênée par cette proximité avec un mâle dominant, mais il lui suffisait de donner un coup dans sa blessure s’il tentait quoi que ce soit donc bon, elle ne craignait pas grand-chose pour le moment. Et elle doutait qu’il soit très fort…

-T’es vraiment un mec toi. Même pas capable de te débarbouiller seul. Un vrai gosse. V’là la tronche du dominant. Tu ne vaux pas un clou. D’ailleurs, tu as été mordu il y a combien de temps ? M’est avis que tu ne sais pas encore bien te contrôler.

Cet accent français, chantant, qui sortait de la bouche de la jeune femme la ramenait sans cesse dans son pays natale, là où elle avait… Elle ferma les yeux quelques secondes pour ne pas y penser. Ce n’était pas le moment. La louve termina rapidement de le laver et se recula. Elle fronça les sourcils en captant une odeur résiduelle sur lui et rapprocha son nez en le reniflant puis soupira en secouant la tête, dépitée. Une humaine. Quel con. Nau le laissa seul a nouveau, faisant un crochet par la salle de bain pour déposer le gant et le bon puis alla dans sa chambre. En farfouillant bien, elle parvint à dénicher un des t-shirt d’Andrew. Elle plongea sa tête dedans pour s’imprégner de l’odeur de son loup puis retourna dans le salon comme si de rien était. Elle lui tendit le vêtement.

-Désolée pour l’odeur qu’il y a dessus. Et tu es fou, de te taper une humaine. En cas de problème ou de combat, elle sera la première en danger, car ça t’affaiblira. Tu seras à la merci de ses connards pour tenter de la sauver. Et elle crèvera devant toi. Mais c’est pas mon problème.  Tu préfère un humain faible, libre à toi. Ne vient pas chialer. J’te dirais simplement que je t’avais prévenu.

La sonnette résonna brutalement, tirant l’ombre d’un sourire a la louve. Elle alla attraper son porte feuille et descendit récupérer sa pizza. Après avoir payé le livreur elle remonta et passa devant le loup, allant directement sur son canapé où elle s’installa et commença à manger en mettant le rugby. On ne pouvait pas vraiment changer les goûts d’une française hein. Elle avait eut beaucoup de mal à chopper une chaîne avec ce sport peut rependu dans ce pays. Mais elle l’avait eu et était bien contente. Entre deux bouchées, elle tourna la tête vers le loup en fronçant les sourcils.

-Si tu viens pas manger, y restera plus rien.


Revenir en haut Aller en bas
Chris Ivakov

avatar

Humeur : En colère.
Messages : 363
Réputation : 7
Date d'inscription : 27/11/2015
Age : 17
Localisation : Quelque part.

MessageSujet: Re: [EN PAUSE] Un danger imminent. [Featuring Nausicäa Kaer]   Sam 23 Avr - 10:23


Dominant vs Dominante.

Chris & Nausicäa.

Mes yeux scintillent bleus électriques pendant une fraction de secondes, pour ensuite virer à mon bleu humain. Je laisse mon regard se poser sur la jeune louve présente devant moi. Pourquoi m'a-t-elle aidée ? J'en sais rien, mais tout ce que je peux dorénavant dire, c'est que c'est elle aussi une dominante. Comment je le vois ? Sa voix, ses geste, tout col à une dominante, et pas n'importe laquelle. Je me racle rapidement la gorge, laissant ce seul et même bruit résonner dans la maison.

Je secoue légèrement la tête de droite à gauche, en regardant autour de moi pour analyser une nouvelle fois la maison, en y concentrant au même moment mon odora. Il y a un odeur de mâle, mais lointaine. Ce mâle en question, n'est pas revenu depuis un moment. Peut-être son ex ? Au pire, je m'en fou complètement, je ne suis pas là pour savoir s'il a un copain, ou même un amant ou je ne sais quoi. Je suis ici par un simple hasard. – Un hasard que je remercie. D'après ces dires, elle se nomme Nausicaa Kaer. Sympathique le prénom, je ne l'ai jamais entendu, très original. Au moment où je passe ma main pour tenter de nettoyer la plaie qui était légèrement amochée, à cause de mes mains, la jeune louve s'en alla pour revenir avec un bol et un gant. Je soupire légèrement pour reprendre place sur la table. Elle écarte sauvagement mes cuisses, manquant de me faire un grand écart pour s'y glisser entre elle, sans gênes ni rien. Dominante, dominante, dominante. Je lui adresse quelques remerciements encore une fois, ce qu'elle n'a pas l'air d'apprécier. Ce qu'elle fait ? Elle grogne, pas méchamment, mais en me provoquant. Elle glisse ses mains sur mes cheveux pour me tirer la tête, me relevant le visage pour me défier du regard ? Ses yeux orangés se pointent devant moi, elle veut littéralement que je me dégage de son emprise. Mais, je ne fais que laisser mes yeux bleus électriques scintiller, ce qui lui suffit à me lâcher pour passer sa main sous mon menton, et me décrasser la plaie.

« T’es vraiment un mec toi. Même pas capable de te débarbouiller seul. Un vrai gosse. V’là la tronche du dominant. Tu ne vaux pas un clou. D’ailleurs, tu as été mordu il y a combien de temps ? M’est avis que tu ne sais pas encore bien te contrôler.


« J'ai été mordu il y a pratiquement trois ans. Et si, je sais très bien me contrôler, ne t'en fais pas pour ça. Ce n'est pas que mes yeux scintillent bleus, que je suis un fou furieux. Répliqué-je en baissant ma tête.

Ces temps si, je ne fais que penser à ça. A cette nuit, à New-York, quand je me suis jeté sur Julie pour la tuer, lors de ma première pleine lune. A chaque fois que mes yeux scintillent de ce bleu électrique, une pensée est adressée à Julie. Une pensée, remplit de pardon. Pour lui dire, à quel point je suis désolé de lui avoir fait ça. Je ne peux malheureusement pas faire de retour en arrière, et je n'en est d'ailleurs pas vraiment envie. J'ai Espérance maintenant. Naussicäa recule pour s'avancer une nouvelle fois, en me reniflant. Elle a surement dû sentir l'odeur d'Espérance. Elle me laisse une nouvel fois seul, ce qui me permet de me remettre de mes émotions. Mon menton se fait lourds, je le laisse guider ma tête vers mon torse, plongeant mon regard sur le sol. Les pas de la louve se font entendre, avec l'odeur du mâle que j'avais sentis. Elle me tend un t-shirt.. qui n'est pas à ma taille, mais bon, c'est gentil de sa part de me passer un t-shirt déjà.

« Désolée pour l’odeur qu’il y a dessus. Et tu es fou, de te taper une humaine. En cas de problème ou de combat, elle sera la première en danger, car ça t’affaiblira. Tu seras à la merci de ses connards pour tenter de la sauver. Et elle crèvera devant toi. Mais c’est pas mon problème.  Tu préfère un humain faible, libre à toi. Ne vient pas chialer. J’te dirais simplement que je t’avais prévenu.

Je n'ai pas le temps de lui répondre, que la sonnette de sa demeure sonne. Elle me laisse une nouvelle fois pour aller chercher des pizzas, je le sens à cette odeur qui est juste... savoureuse. Elle a un accent très particulier et plutôt jolie cette Naussicäa, je dirai même un accent Européen.. Français ou Italien, un truc du genre. Je pencherai plus vers le Français. Elle revient en me passant devant avec la pizza. Je reste simplement assis sur la table, je n'ai pas réellement fin, même avec l'odeur juste magique que dégage cette pizza. Elle s'assit sur le canapé, et met un espèce de football américain, avec un ballon plus gros, et des mecs sans protections. Du rugby ! Mon coach m'en avait parlé, c'est Européen ça. Enfin. Je passe mes mains sur le t-shirt qu'elle m'avait filé pour l'enfiler. Je me regarde dans un miroir pas très loin de moi.. il me moule extrêmement le corps, m'enfin bon, c'est déjà ça. Je tourne mes yeux vers la demoiselle qui mange.

« Si tu veux pas manger, y restera plus rien.

« J'arrive, j'arrive.

Je me lève en grimaçant légèrement pour prendre place à côté d'elle, laissant une main placée sur la plaie. Je secoue légèrement la tête, laissant un soupire baigner dans la pièce. J'attrape une part de pizza pour l'approcher de ma bouche. Je laisse mes yeux scintiller bleu, plus un grognement suit, provocateur à mon tour pour engloutir la part de pizza. Je tourne mes yeux bleus vers la télé. Un autre grognement sort de ma bouche. Je laisse un œil se détourner vers Nau', qui a l'air d'avoir des pulsions lors de mes rugissements. J'affiche une mine amusée, laissant place à mon sourire moqueur pendant quelques secondes. Elle me tend une autre part de pizza, que j'attrape et que je mange comme un ogre. Je tire mes jambes en avant pour les croiser légèrement, tout en regardant ce fameux sport. Je pose une main sur mon torse, le tapotant du bout de mes doigts. Je dévie mes yeux vers Naussicäa.

« Bon.. je pense que je dois surement te dérange. Je vais te laisser vaquer à tes occupations.

Je roule des yeux vers une croute que la jeune louve a laissé. Un autre grognement sort de ma gorge. Depuis quand on laisse des morceaux de pizzas comme ça ? Quand on commence une part, on la finit, et jusqu'au bout ! J'attrape la croute, pour la one shot en la dévorant. Je souris une nouvelle fois pour me relever, me dirigeant vers la table. J'appuis mes deux mains contre elle, en secouant la tête une nouvelle fois. La cicatrisation fait mal, m'enfin bon, je vais la laisser toute seule. Je ne pense pas que c'était prévu qu'un inconnu se pointe à l'improviste chez elle.

© charney


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[EN PAUSE] Un danger imminent. [Featuring Nausicäa Kaer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Drôle de Réveil ft. Nausicäa Kaer
» La Bibliothèque de Nausicäa Kaer [En cour]
» Le palais Sans-souci en Danger
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Grippe Porcine: Attention Danger!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Les sous-bois-
Sauter vers: