AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 La loi de la jungle [PV. Caracole]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 778
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Sam 10 Jan - 12:51



Tête de turc
Beacon Hill Hight School.
Les pétarades de la Harley cesse une fois casé dans la rangée de motocyclettes, et je pose pied à terre en retirant mon casque. Je passe mes doigts dans les cheveux pour leur redonner forme en glissant mes yeux chocolat sur l'ensemble du parking animé, et je pénètre dans l'établissement avec mon sac sur une épaule.
Therence Garnet est là. Pourtant, je ne roule pas outrancièrement des mécaniques, je ne lance pas non plus des regards et des sourires à tout va. Au contraire, j'ignore les regards qui s'arrêtent sur ma personne et je crois que c'est justement ça qui fait la différence.
Le charisme est quelque chose d’inné, c'est en tout cas ce dont je suis persuadé. Je n'ai pas toujours porté le blouson noir, ni roulé sur une bécane, mais bien que plus sage et sujet à de nombreux déménagement, je n'ai jamais eut à souffrir d'être celui qui paie les bestialités de ses petits camarades. Jamais longtemps pour ceux qui auront imaginés faire de moi le petit nouveau à humilier. Alors ça me parait évident : je suis né fort, je mérite l'estime de mes camarades. Je suis un lion dans la jungle scolaire, et les plus faibles je les méprises. C'est tout simplement dans l'ordre naturel des choses.
Je salut un groupe de mecs avec qui il m'arrive de trainer à l'occasion. Balaise et respectés, des "populaires" comme certains dirait. Je ne suis pas du genre à être entouré ni à suivre une bande, mais je ne suis pas pour autant un marginal esseulé. Mes fréquentations, je les choisis convenablement, c'est tout.
Je m’arrête à mon casier troquer mes manuels pour mon ensemble de sport et en refermant le battant, j'ai l'agréable surprise de me trouver face à un minois fardée aguicheur. Je considère la deuxième année aux boucles brunes et aux lèvres acidulée, j'hésite. Passer les quelques minutes d'avant cours à profiter de ses œillades de biches, ou fuir les ragots ennuyeux de cette même bavarde?...
Je lui offre un rictus charmeur en glissant ma main dans son dos, et je l'invite à prendre avec moi la direction des classes.
Son prof toujours à la bourre, elle m'accompagne jusque devant les vestiaires. Elle me parle de son week-end chez une amie, des fringues qu'elle à acheter, et moi je mate le décolleté de ses dites nouvelles fringues. Je la charrie la couleur orangée qui la boudines faussement et elle rit en me giflant l'épaule. Banalité adolescente qui m'amuse sans plus, quand à force de jeter de petits regards autour de nous à la recherche du prof elle fini par me souffler.

-Y a ce type qui arrête pas de me mâter...
Je suis son regard pour voir ce gringalet qui fuis notre attention. Je le reluque. Il est quelconque, insignifiant, un élève parmi tant d'autre. A le voir seul dans son coin, j'imagine qu'il n'a pas de pote ou bien qu'il ne doit pas avoir cours avec. Je hausse les épaules et glisse une main possessive sur la hanche de la brune pour reprendre nos futilité matinale. Je ne sort pas avec elle, pas plus que je ne sort avec n'importe qui. Elle peut bien coucher avec qui elle veut, c'est pas mon problème. Mais c'est une question de fierté. Je ne laisserait pas un microbe regarder un trésor qui a été mien.
On rigole, je m'ennuie aussi de ses histoires sans intérêt, puis elle grimace à nouveau.

-Hu... Il me regarde encore...
Elle grimace, méprisante, et moi je le prend à nouveau sur le fait.
Je lâche la jeune fille et vais à la rencontre du voyeur.

-La vue est belle? l'interrogeais-je sous le regard vaniteux de ma compagne éphémère, fière de se croire "protégée". T'as rien d'autre à foutre que regarder? Non, visiblement, t'as que ça à faire.
Je regarde autour de lui pour lui signifier l'absence d'une bande d'ami. C'est surement l'un de ces paumés solitaires qui se retranche dans une lubie bizarre tel que la lecture ou les jeux vidéo. Je souris, moqueur, en le détaillant.

-T'es un grand rêveur visiblement... C'est bien, t'as raison, faut rêver. Mais cherche plutôt quelqu'un de ton genre. Doit y avoir une tête de troll à couettes qui traine quelque part dans ce lycée, je suis sur qu'en cherchant bien, tu trouvera ta moitié.
La brunette éclate de rire, quelques oreilles qui ont suivit notre anicroche aussi. Sans blague. Il pense vraiment qu'avec sa tête de gobelin, il à une chance de sortir avec un canon pareil? Elle n'est pas des plus futée, mais ça reste un lot de choix, certainement pas le genre de fille à finir dans les draps de l'élève lambda. Qu'il aille plutôt reluquer les mochetés du bahut, ce sera plus accessible.
© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Mar 20 Jan - 22:52



L'ART DU TROU NOIR  :  TOUT ATTIRER À LUI



Ma bonne humeur habituelle n’existait pas, du moins, pour un temps… Voir certain personne me remonterait le moral. Cette aigreur venait d’avant, avant hier. Une folle m’avait planté un couteau dans le pied et je boitai encore. L’horreur. Pourtant je ne ressentais aucune douleur.

Dans mes pensées à ressasser ce jeune souvenir avec le vent qui me fouettait le visage, je ne remarquai pas la voiture à l’arrêt.

— Hey ! Descend, je n’ai pas que ça à faire.

Mon père me déposa devant le bahut et pour une fois arrêta le moteur de l’engin. Comme s’il s’inquiétait pour moi. Ou son gardien comme il aimait le dire depuis peu. En fait, depuis que je mettais pris le couteau.

— Ça t’apprendra à faire des conneries. Je te surveille.

« Ouais, en me jetant dehors… » pensais-je sans rien dire.

Une fois, hors de la voiture, je partis en direction de l’école. Beaucoup de monde s’y trouvait déjà. Ils étaient venu en moto, en voiture, en bus, ou à pied. Presque tous étaient entourés par leur ami. Et moi j’étais seul. Pour un temps, je devais attendre mes amis non loin de la salle de cours.

Je montai les marches de la cour avec lenteur, toujours boitillant. Quand, arrivé en haut, je vis un jeune homme descendre de sa moto. Je me détournai de lui quand il enleva son casque et je pénétrai dans le bahut.

Je n’avais pas encore cours, du moins, le professeur était absent. Alors que faire en attendant ? Je ne souhaitais ni allait à la bibliothèque, ni ailleurs. Je regardai les gens passer. Une personne m’intrigua. Un jeune homme tout de noir vêtu. Celui que j’avais vu sur sa moto.

Il marchait seul vers son casier pour chercher ses affaires, puis une femme l’accosta. Il la regardait étrangement. Comme s’il s’agissait d’un trophée. Qu’est-ce que j’aimais mes moments d’observation et quand j’étais énervé, un côté, que j’appréciai moins chez moi, pointait son nez. Mon esprit calculateur, fourbe. Joueur.

J’observai le soi-disant couple marcher presque main dans la main. La fille semblait heureuse d’avoir son prince charmant avec lui tandis que son prince charment semblait s’en foutre tout simplement.

La jeune femme lui dit alors, à voix haute que je les, non, que j’observai la fille. Elle avait dû rêver, ou elle se prenait pour le centre du monde, du moins, elle l’était, mais du sien uniquement.

Son « copain » me toisa puis me montra qu’elle lui appartenait en posa ses mains sur elle.

Je ne montrai rien, enfin, j’essayai, mais j’avais envie de rire devant ce tableau si… comment dire touchant de vérité. Ah non ! De mensonge.  

Elle réitéra sa phrase tandis que je levai les yeux au ciel, ouais, sur le toit du couloir.  Ah, cela devenait intéressent. Il s’approchait de moi et j’avais envie de jouer. Faire semblant.

— La vue est belle ? me demanda-t-il sous le regard vaniteux de sa compagne. T'as rien d'autre à foutre que regarder ? Non, visiblement, t'as que ça à faire.

Je le laissai dire. S’il désirait hurler sur moi, que cela lui tienne. Mais il n’avait pas tort, la vue était belle. Surtout de si près. « Jouons, non attend un peu ! »

— T'es un grand rêveur visiblement... C'est bien, t'as raison, faut rêver. Mais cherche plutôt quelqu'un de ton genre. Doit y avoir une tête de troll à couettes qui traine quelque part dans ce lycée, je suis sur qu'en cherchant bien, tu trouvera ta moitié.

Je ne pus m’empêcher de sourire, comme les autres élèves d’ailleurs, même si ce n’était pas pour le même sujet. Une tête de troll, elle était pas mal celle-là. Je me mis à imaginer celui qui me parlait en troll. Bien poilu, avec des oreilles pointu, tout en gris.

— T’as pas tort, la vue est belle. Même mieux maintenant.

Je ne regardai que le mec, pas la fille. Je n’aimai pas les gens de son genre. « Youhou, je suis le centre de du monde, je sors avec un mec canon… » pensais-je tout souriant. Allez, je désirai jouer encore plus. Semblant.

Je me rapprochai du mur, même si c’était étrange de faire ce geste après ma dernière phrase. Tremblotant je sortis :

— Euh, excusez-moi.

« Allez soi pathétique Caracole ! Tremble ! Transpire aussi ! Montre lui que tu es sur le point de pleurer. »

— Je suis désolé, si je vous ais offusqué.

Pour le moment, cela allait. Je triturai mes mains, comme pris en faute et baissai la tête pour la même raison.

— Ce n’était point mon intention… de départ.

Ouais, niveau sarcasme j’étais bon, mais niveau frousse on repassera les cours théâtrale… Comment, pourrais-je lui faire croire que j’ai peur. Il n’était pas si dupe que ça, sauf s’il me prenait pour une personne au caractère bipolaire ? Ouais trop gros ça. Mais pour sa copine qui le savait ? Et elle avait cru que je la reluquais…

Bon, je devais être prêt à prendre un coup, là ! Non ? Je devais attendre qu’il soit le premier à frapper.

Je me tenais prêt, observant ses mains, ses pieds pour parer à toutes éventualités.

© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).


Dernière édition par Caracole O'brien le Mar 20 Jan - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 778
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Mar 20 Jan - 22:56



Double jeu
Alors comme ça notre petit couple fait des envieux? Si ce n'est pas pour mâter ma compagne, alors c'est parce que le pauvre gars s'imagine peut-être être à ma place. Rêve pas microbe. T'as pas une chance de te payer une bombasse pareille, t'as pas la moindre once de sexe appeal, t'as rien pour toi.
Il convoite ce qui m'appartiens, je défend mon honneur.

Je le toise, il n'est pas plus petit mais il manque cruellement de présence. Je l'écrase sans problème sous le regards de nos camarades, il se tait, laisse couler les moqueries. C'est quoi? Un blasé? Un habitué peut-être? Ça m'étonnerais pas...

- T’as pas tort, la vue est belle. Même mieux maintenant.


Mon visage se plisse. Il se fout de moi?
Il me fixe, je jurerais voir une lueur provocatrice derrière ses globuleuses... puis soudain il baisse les yeux, recule, se cale contre le mur...

- Euh, excusez-moi.


Wow... Je rêve pas, il m'a pourtant lancé une pique... Je ne suis pas sur de comprendre, à quoi il joue?!

-Je suis désolé, si je vous ais offusqué.


Le spectacle en amuse plus d'un. Personne ne semble avoir capté son chuchotement précédent, on le croirait sur le point de pleurer, et moi de fièrement marquer mon territoire. Le doute subsiste mais s'atténue, encouragé par les jeunes autours qui observent. Peut-être que le petit garçon se rend compte qu'il n'est pas à la hauteur et regrette finalement d'avoir voulu jouer au grand, devant un public qui plus est...

-Ce n’était point mon intention…


Et c'est quoi ces formulations de bourge? Un rictus me reviens. Pas besoin de répliquer, il s'enfonce tout seul le gnome.

-... de départ.


Puis je tique. P*tain si, il se fout de moi!

D'un geste vif, je l'agrippe par le col et le plaque contre la parois. Des exclamations entre rire et surprise retentissent, flattant mon ego.

-Ah ouais? Et je peux connaître ton intention de départ?

Vas-y, admet clairement que tu la reluquais petit malin. Tu me donnera prétexte à enlaidir un peu plus ta face de porcin. La contrariété et l'excitation de lui en coller une se mêle à la raillerie. Je pourrais cogner, mais je peux pas chasser l'idée qu'il a surtout une tête à finir le nez dans la cuvette des toilettes. Ouais... ça, ça lui rafraichirait les idées.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Mar 20 Jan - 23:05



La loi du plus fou



Je faisais rire l'assemblée. Ils pensaient tous qu'il avait le dessus ? Il riait de mes phrases un peu bourgeoises, c'est sûr, ça fait rire ce genre de phrase. Même moi j'eus du mal à me retenir.

Je sentai le mur s'approchait de moi. Une main sur le col de mon haut. Ils riaient encore, comme des moutons... Pourtant, je ne tremblai pas. Ah si, jouons. Je tremblai un peu, pour continuer le spectacle.

—Ah ouais ? Et je peux connaître ton intention de départ ?

— Bien sûr, tu es si gentil de me soulever alors que j'ai mal aux pieds.

Avant de continuer ma phrase, ma main se leva vers lui, doucement, sans geste brusque et se posa sur son poignet. Je fis des cercles sur ses habits pour jouer.

— Mon intention de départ n'a jamais été de la reluquer et je m'en excuse. Je ne veux pas du tout la vexer. Mais bon, elle n'est pas si belle que ça...

Ma phrase fit mouche. J'en profitai pour attraper son poigné avant de lui laisser la moindre chance de gagner.

— Mon intention première s'était toi, tout simplement. J'ai des yeux, ils servent bien à admirer les choses ou les humains, non ?

Puis, je chuchotai plus bas, sans que mes lèvres ne bougent, presque dans un murmure pour que seul lui m'entende.

— Ils croient tous que tu as le dessus, même ta copine. Un coup et ses dans la poche. Mais attention, essaie de ne pas grimacer si ma main te serre le poignet. Sinon t'as perdu.

Je souris. Un sourire, avec un brin de folie que je n'aimais pas. Pourquoi mon père voulait me rendre ainsi ? Une lueur de tristesse passa dans mon regard. L'avait-il vu ? De toute façon, je n'en avais cure...

Je serrai mon poignet. Juste assez pour lui faire une jolie marque dessus. Je le vis grimacer, un mouvement fugace qu'il réussit à maitriser.

— Si tu me veux comme bouc émissaire, il faudrait t'y prendre mieux que cela. Et bravo, tu arrives à cacher ta douleur, pas mal.

Puis, pour m'appliquer à mon rôle :

— Ne me fait pas de mal, je t'en supplie...

© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 778
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Sam 24 Jan - 15:44



Reverse
- Bien sûr, tu es si gentil de me soulever alors que j'ai mal aux pieds.

Ce mec est bizarre, il n'a pas le moindre charisme, donne l'air de frémir face à moi, mais il enchaine les ironies. Je plisse les sourcils et baisse les yeux sur son pied. Effectivement, j'entraperçois un bandage sur sa cheville.
Le contact de ses doigts sur mon poignet me fait raffermir ma prise sur son col. De l'autre main, il joue discrètement sur mon torse. Mais qu'est-ce qu'il fait?...

- Mon intention de départ n'a jamais été de la reluquer et je m'en excuse. Je ne veux pas du tout la vexer. Mais bon, elle n'est pas si belle que ça...

Pas si belle? Il me provoque un rictus. Cette fille est un canon. Mais si je ne m'inquiète pas tellement de ce que l'on peut penser d'elle, en revanche, l'idée qu'on me suppose trainer avec des laiderons, ça ça pique mon ego. Je serre le point, il va s'en ramasser une! Mais je ne m'attendais pas à ce que mon propre poignet se retrouve emprisonné... qu...

- Mon intention première s'était toi, tout simplement. Il se moque de moi?... J'ai des yeux, ils servent bien à admirer les choses ou les humains, non ?

Le gnome serait intéressé par les mecs? Je plisse des yeux, soupçonneux. J'arrive pas à savoir s'il se paie ma tête ou...

- Ils croient tous que tu as le dessus, même ta copine. Un coup et ses dans la poche. Mais attention, essaie de ne pas grimacer si ma main te serre le poignet. Sinon t'as perdu.

Je ne l'admettrais pour rien au monde, mais ce murmure, cette lueur dans le regard... j'ai la nuque qui se hérisse désagréablement, et l'autre resserre sa prise sur mon poignet. M*rde, mais il me fait de plus en plus mal le c*n! Notre petit numéro laisse croire que je suis le bourreau, mais le faux chétif est en train de me broyer. Je mesure ma gène en le foudroyant du regard, personne ne se rendra compte de rien...

- Si tu me veux comme bouc émissaire, il faudrait t'y prendre mieux que cela. Et bravo, tu arrives à cacher ta douleur, pas mal.


Je boue, mais je ne suis pas en position de le rembarrer.

- Ne me fait pas de mal, je t'en supplie...


La bulle surréaliste éclate en même temps qu'il me lâche. Les camarades continues de nous observer, rien n'a filtré de ce manège, mais l'un nous avertis de l'arriver du prof.

-... T'avise pas de t'amuser à ça avec moi, lopette.


Nez à nez, je menace le vigoureux troll d'un regard noir, et je le relâche. Ma compagne ne comprend pas mon humeur massacrante quand je la frôle sans même un petit au revoir. Elle va rejoindre sa classe, moi je pénètre dans les vestiaires avec les camarades. Quand je vérifie mon poignet, j'y trouve les prémisses de bleu.


C'est revêtu de mon jogging-basket-débardeur que j'attrape la balle et m'élance sur le terrain de basket pour quelques dribble et un panier facile, manière de poser d'entrée ma supériorité sur le terrain. Il parait que le sport local, c'est le lacross. Mais partout où j'ai posé mon sac de cours, j'ai opté pour le basket. Un sport d'équipe, ce qui m'emmène inévitablement des remarques de la part des profs, mais je m'en soucis peu. Je connais mon niveau, je suis capable de mener seul le jeu pour atteindre la victoire. L'équipe adverse va vite s'en rendre compte.
Le sifflet raisonne, on ne m'a pas assigné meneur, mais je compte bien faire mes preuves. L'opposant à la balle, chacun s'élance. Le possesseur est coincé, la balle change de main, moi je ne lâche pas celui qui sera ma cible principale durant la partie. Je juge les intentions des uns des autres, ma proie m'échappe : c'est lui qui attrape la balle. Je lui barre la route, un sourire carnassier. Je lui ais fais comprendre dès le début qu'il regretterais de m'avoir pour rival. D'un mouvement je le feinte et interceptionne la balle, fais demi tour pour fuser jusqu'à l'autre côté du terrain, je bondis et...

Fin de la partie, on les a battu de plein fouet. Je crois qu'ils n'ont rien captés. Je me sens fier d'y être pour grand chose avec mes paniers répétés, même si je sens le regard désapprobateur de quelques membres de l'équipe. Je leur envoie un sourire. Hé! C'est le résultat qui compte!

Je me marre et m'éloigne m'entrainer sur le terrain voisin avec des types qui savent apprécier mes tours de forces. Eux, ils me respectent, je me sens comme un lion dans sa savane. L'un d'eux me fais signe.

-Hey, c'est pas le type de tout à l'heure?


Il me désigne les gradins non loin. Je me bombe en apercevant l'autre gnome. Mon poignet qui s'était fait oublié me relance, comme un rappel. Ce c*nnard... alors comme ça il serait gay? L'idée qu'il salive réellement de ma personne me dégoutte autant que ça me flatte. Suant légèrement de l'effort, les bras raisonnablement sculptés à nus, est-ce que la vue lui plait?
Je le rejoins en me pourléchant les dents inférieures, mauvais.

-Alors face de troll. On a envie de se divertir un peu?

Je fais passé le ballon d'une main à l'autre en le reluquant de la tête au pied.

-Et si tu venais plutôt me montrer ce que tu vaut sur le terrain? Hein?

-Therence...
essaie de me modérer le pote, trop gentil.  

Quoi? Il croit que j'ai pas vu qu'il boitillait? Je suis pas gentil, moi. Je m'en contrefout, je vais pas le faire courir de toute façon...

-Aller, debout!


Une fois sur ses pieds, je balance fermement la balle contre son torse pour le faire chanceler. On se marre, il va regretter d'avoir voulu jouer au malin.

-Quoi, tu veux pas venir jouer? Tu peux pas? Dis plutôt que tu veux pas perdre.

Je me moque de l'état de son pied, je me fiche de ses justifications ou celles qu'on pourra lui donner. Tous les prétextes sont bons pour faire ch*er un souffre-douleur.

-Ok, on va faire ça autrement.
Je grimpe sur le banc à côté de lui, lui plaque le ballon dans les mains, et d'un bras pesant autour de son épaule, je lui explique. Tu vois le panier là bas? Je t'évite quelques malheurs, mais tout ce que je te demande, c'est de marquer. Je te demande pas de courir sur le terrain, ni te confronter à l'équipe, je te demande même pas de bouger! Mais je veux que tu marques.

C'est débile. C'est grotesque. Je vois déjà les filles prendre le laideron en pitié et me demander d'être plus clément si elles étaient là. Il faudrait être un prodige pour marqué à cette distance, mais les gars qui m'accompagne se prêtes au jeu, ils se lancent des regards rieurs et évidents en sachant pertinemment que ce minus va passer un sale quart d'heure au bout du compte.
Moi, j’attends avec délice. Vas-y microbe. Ridiculise toi!

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Ven 30 Jan - 21:21



Le panier du jour




-... T'avise pas de t'amuser à ça avec moi, lopette.
— M’amuser avec quoi ? Un prof arrive, faudra qu’on rejoue à ce jeu, j’aime bien.

Il partit sous cette dernière menace. Je l’aime bien, pensais-je. Etrange, mais amusant, marrant. Vivement que je le revois.

Il partit vers son cours de sport, un peu énervé par mon manège. Et oui, j’ai appris à me battre, avec les meilleurs, ou presque. Parfois, les meilleurs étaient absents, mon père faisait donc appel à la deuxième classe comme il le disait.

J’avais un cours de sport, mais au vu de ma blessure, je ne pouvais rien faire. Je le suivis en cachette pour l’observer travaillé. Il avait trouvé une nouvelle cible. Quelqu’un différent de moi. Je me sentais désolé pour lui. Ce qu’il allait subir était de ma faute…

Le match se finit rapidement, mon bourreau avait gagné. Oui, je ne disais pas l’équipe, car il se la jouait solo. Donc, c’est bien lui qui avait gagné.

Je partis sur un autre terrain pour me reposer, mais en mal.

-Hey, c'est pas le type de tout à l'heure?

Je levai la tête à cette phrase. Ah tiens, mon cher mister arrive. Il s’avança vers moi et me dit :

-Alors face de troll. On a envie de se divertir un peu?

Il prit le ballon en me reluquant. Je souris.

-Et si tu venais plutôt me montrer ce que tu vaux sur le terrain? Hein?

-Therence....

Therence, c’était donc son nom…

— Bonjour Therence, je connais enfin ton prénom, moi c’est Caracole.
— Aller, debout!

Je me levai pour lui faire plaisir. Il me lança la balle et je la regardai. Je devais faire comme lui, mais de loin ? Elle me toucha de plein fouet. Il voulait que je tombe ? Alors tombons.

Je fis semblant de perdre l’équilibre sous la force de son lancer. La balle descendit quelques marches, mais je ne bougeais pas, faisant semblant d’être sonné.

-Quoi, tu veux pas venir jouer? Tu peux pas? Dis plutôt que tu veux pas perdre.

Il se moquait de moi pour se venger. Pourtant il avait gagné, en quoi avait-il envie de ce défoulé. Ah oui, il savait que je menais la partie, pas lui.

-Ok, on va faire ça autrement.

Il grimpa me voir, prit la balle qui était tombé et me dit simplement :

— Tu vois le panier là bas? Je t'évite quelques malheurs, mais tout ce que je te demande, c'est de marquer. Je te demande pas de courir sur le terrain, ni te confronter à l'équipe, je te demande même pas de bouger! Mais je veux que tu marques.

Je le regardai et demandai :

— Je peux te demander une dernière faveur ? Demande à un de tes amis de se mettre en plein milieu du terrain.

Je fis ma demande, mais je ne pensais pas qu’il accepterait. Dommage, tu aurais du refuser.

— Et si je marque, j’y gagne quoi ? Tu veux que je réussisse ou pas ?

Avant qu’il ne me réponde, son pion était à sa place. Je le regardai puis lança la balle. Elle vola en l’air et tomba sur la tête du mec, créant un rebond. Elle reprit de plus belle, tandis que l’amie de Therence grognait autant contre moi que son ami.

La balle atteignit le panier et tomba en plein milieu. Elle tourna quelques secondes, Je claquai des lèvres, déçu qu’elle ne fut pas directement descendus, tant pis.

Je regardai Therence.

— Alors, j’ai gagné quoi ? Ah, et désolé de mon comportement, j’étais juste un peu énervé, une conne m’a poignardé le pied…

© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 778
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Sam 21 Mar - 0:44


La chance du débutant
Le sale gnome est dans les gradins. Il sait pas qu'il aurait du se cacher plutôt que venir mater dans le coin, mais il va pas tarder à l'apprendre... S'il ne veut pas se faire manger, le gibier à plutôt intérêt à ne pas venir gambader du côté des prédateurs. Mais je me demande presque s'il ne l'a pas fait exprès. Il ne bouge pas tandis que nous approchons. C'est pas comme si son pied pouvait le lui permettre, mais... j'essaie d'ignorer mon poignet encore endoloris, à moins que ce soit ma fierté qui le soit.

Je me moque, je le bouscule, je veux lui tirer ce sale petit sourire de crétin. Je sais pas ce qu'il à fait tout à l'heure, jusqu'à quel point il a osé se foutre de moi. Mais là nous sommes accompagné d'un public, pas grand monde, mais assez pour que ce microbe soit complétement désemparé par le nombre de ses adverses. Qui dit public dis aussi que je ne vais pas lui en coller une, ça s'entraine sous l’œil du prof à l'autre bout du terrain. Mais y a milles façons d'écraser un faiblard dans son genre. Je ne suis peut-être plus aussi belliqueux qu'avant, je sais comment faire mal au delà des coups.
On ne se moque pas de Therence Garnet sans le regretter.  

- Bonjour Therence, je connais enfin ton prénom, moi c’est Caracole.


A quoi il joue le guignol, à se présenter en bon et du forme, tout sourire. Avec un prénom pareil en plus... Je le reluque dans une grimace railleuse.

-..."Caracole"?


Sérieusement, c'est ça son nom?! Ses parents ce sont pas foulés, ou c'est que ce pauvre mec était pas désiré... Je suis pas le seul à en rire. Ça colle bien à sa calebasse en tout cas.
Je l'oblige à se lever. Il cumule, et moi ça ne me donne qu'envie d'insister. Il a tout du type qui est né pour se faire marcher dessus, faut pas m'en vouloir.

Je lui balance la balle, et il tombe avec une telle facilité que je me demande si ça va vraiment être drôle. J'aime pas les minables qui se laisse piétiner sans rien faire. Ça ôte tout son intérêt à les astiquer. Je continue de le provoquer. Il pourra pas éternellement garder son sourie niaiseux, il faudra bien qu'il craque un moment ou l'autre. Par les larmes comme un lâche, ou par la colère... pour mieux lui en coller une.

Je lui impose ma présence, sans scrupule, et je lui propose un jeu. Il se doute bien de ce qui l'attend. Peut-être pas un nez cassé, je sais me modérer. Mais quand je le regarde, je fourmille d'humiliations à lui faire vivre, alors parce que je veux quand même avoir bonne conscience, je vais lui donner une petite chance de s'en tirer, pour ne par dire de se tourner en ridicule. Je lui montre le panier, situé à bonne distance des bancs où nous sommes, et lui explique que je ne demande rien de plus rien de moins qu'à ce que la balle passe dans le filet. C'est aussi simple que ça!

- Je peux te demander une dernière faveur?
Je hausse des sourcils, franchement surpris. Demande à un de tes amis de se mettre en plein milieu du terrain.

Il bronche même pas?... Ok. Les condamnés ont droit à leur dernière requête après tout. Je fais signe au pote d'aller se placer, il accepte aussi curieux et moqueur que moi sur la raison de ce détail et la tournure des choses.

- Et si je marque, j’y gagne quoi ? Tu veux que je réussisse ou pas ?

Gagner?! Il a du cran! Il me demande si moi, je veux qu'il réussisse? Je me marre. Non, moi je veux qu'il se plante pour avoir une raison de l'humilier.

-Marque, on verra à ce moment là.
lui tapais-je dans le dos avec condescendance.

Je triture mes dents de devant de la langue avec une impatience effronté pendant qu'il semble évaluer la distance. C'est un gringalet, le pied bandé. Je dis pas que ce soit impossible de marquer à cette distance, mais à part avec une p*tain de chance que la nature ne lui a déjà pas donné vu sa tronche, ce pauvre type va s'humilier tout seul.

Je me vois déjà l'embarquer dans les toilettes, plus pour lui foutre la trouille que réellement lui faire du mal, l’agripper par le col et lui plonger le nez au ras de l'eau dans la cuvette en remettant légitimement sur le tapis qu'il à reluquer ma brune que j'avais déjà oublier... juste une manière de justifier le geste auprès des comparses, mais ça pourrait-être mon poignet de manière officieuse, ou sa sale tête que ça pourrait aussi bien faire l'affaire, y a pas besoin d'une raison pour malmener un petit...

Le ballon vole dans les airs, non pas vers le panier même mais sur mon camarade qui se le reçois sur la tête, donnant un nouvel impact à la balle qui va se nicher dans...

L'autre claque de la langue, insatisfait de la performance, tandis qu'on jurerais entendre des mouches voler. Je fixe le panier, bouche bée, et c'est dans une lenteur effrayante que mon visage se dirige sur Caracole.

- Alors, j’ai gagné quoi? Ah, et désolé de mon comportement, j’étais juste un peu énervé, une conne m’a poignardé le pied…

Gagner?!... Il me faut un certain temps pour admettre que la balle est bel et bien passée dans le panier. Les deux autres débiles frappent des mains et hululent pour féliciter le geste tout simplement incroyable. Je scrute aussi perplexe qu'irrité celui que je soupçonne d'être une espèce de génie, prêt à protester mais rien ne franchis mes lèvres. D'où il s'excuse en prime? Et d'où il se fait perforer le pieds d'un couteau?!

-T'as gagné que tu vas garder ta face de troll intacte.
sifflè-je méchamment non loin de son visage. Je crois que c'est déjà un beau cadeau te concernant, monsieur-je-me-fais-baiser-par-une-fille.

Cette dernière remarque accompagné d'un coup d’œil mauvais à son pied blessé ramène le rire dans mon camp. Pourtant je ne suis pas dupe, et je sens qu'il y a aussi un respect feutré chez mes comparses. Il fait son effet avec son coup de poignard, le c*n... Pour un peu, je verrais les deux autres se pointer comme deux gamins admiratifs, avare de connaitre le pourquoi de l'histoire.

Ça gueule à l'autre bout du terrain, le prof nous appelle depuis un moment apparemment. On fait signe qu'on arrive, mais pas sans que je renvoie un regard noir à l'autre chanceux. Il pense m'avoir eut avec son petit tour? Il me connais pas. Je le lâcherais pas.


Le cours s'est terminé sur de nouveaux match, pas de quoi me permettre de retrouver le gnome pour de nouvelles broutilles. Mais je me dépêche de sortir des vestiaires à la fin du cours, je compte bien lui remettre la main dessus pour une entrevu seul à seul cette fois, ce que je ne tarde pas à faire. Faut croire qu'il peut pas se carapater si vite avec sa patte dans le pansement.

-Hey! Reste là, Caracole.


C'est pas une demande, c'est un ordre. J'articule son prénom non sans plaisir. C'est tellement c*n, autant appeler son fils le canasson, et encore, ce serait plus compréhensible. Je le laisse pas filer et fais peser mon bras sur son épaule, comme deux bons vieux amis.

-Alors, c'est quoi l'histoire?


Quelle histoire, se demande t-il peut-être. J'éclate de rire.

-Celle que tu veux. Ton pied, ou pourquoi tu portes un nom aussi louche. Ton père c'est fait une jument?... Ça expliquerait tout ça,
désignè-je son visage tout entier.

Il est pas aussi mal foutu le petit gnome, y a pire dans le genre mocheté. Mais mince, avec ses yeux bovins, son nez retroussé, sa bouche élastique, ses oreilles mise en valeur par une masse capillaire prononcé... Non, vraiment, il a pas été gâté. Et pour combler le tout... il serait gay. Pauvre, pauvre, pauuuvre Caracole. Voué à une existence insipide et solitaire. L'éternelle proie des plus forts. Bon à s'extasier devant des étalons sans jamais pouvoir mettre un pied dans l'écurie... mouais, c'est vraiment triste.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Sam 28 Mar - 15:22



Mon histoire !



 
-T'as gagné que tu vas garder ta face de troll intacte, (me dit-il dans un souffle – il pourrait se laver.) Je crois que c'est déjà un beau cadeau te concernant, monsieur-je-me-fais-baiser-par-une-fille.
 
Je souris, il y croyait vraiment que j’étais faible ? Ce n’est pas le poids qui compte… Je ne me serai pas laissé faire de toute façon. Mais je n’eus pas le plaisir de lui répondre, le professeur nous appela pour qu’on termine le cours. Du moins, pour qu’il termine son cours et moi le mien. On n’est pas dans la même classe non plus.
 
Le cours se termina assez vite, je partis alors vers le prochain, mais il m’appela. Lui ai-je tapé dans l’œil ? De toute façon, quoi que beau, je préférai et de loin, Adam.
 
-Hey ! Reste là, Caracole.
 
J’entendais dans sa voix, un ordre, je ne l’écoutai pas mais il ne désirait pas me laisser.
 
-Alors, c'est quoi l’histoire ?
 
Je souris, il aime les histoires, autant lui en raconter une.
 
-Celle que tu veux. Ton pied, ou pourquoi tu portes un nom aussi louche. Ton père c'est fait une jument?... Ça expliquerait tout ça.
 
— Mon nom d’intéresse ? Il vient d’un livre, voilà, c’est tout. Mon père avec une jument ? Hmm, faudra que je lui demande, je lui dirai qu’un certain Therence veut le savoir.
 
Je rigolai de ma connerie, qui, surement, ne ferait rire que moi. Comme toujours quoi.
 
— Pour mon pied, c’est con, je jouai une nuit dans la forêt, un type m’a accosté, on s’est parlé, on a joué au lancé de kunai, je ne sais pas si tu sais ce que s’est, des sortes de couteau japonais pour ninja.  Puis une folle est venue, elle a parlé de meute et de nouvelle proie, une détraqué quoi. Et elle m’a lancé un couteau sur le pied… Grâce à des fumigènes, j’ai réussi à fuir avec l’autre type. Voilà c’est tout. Ça te va ?
 
Je le regardai pour voir l’effet qu’avait mon histoire sur lui.
 
© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 778
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Sam 11 Avr - 0:23



Don't joke with me!
Ce type m'agace, autant qu'il pique ma curiosité. Pourquoi il chiale pas avec sa tête de collégien? Pourquoi il persiste à sourire plutôt que tenter de m'en mettre une, juste pour essayer, pour sauver le peu de virilité que je lui accorde? Pourquoi, non d'un chien, ce troll à réussi à marqué ce panier?!

Je le laisserais pas s'échapper si facilement. Les camarades du cours de sport sont partis de leurs côté. On traine pas toujours ensemble, on est pas vraiment potes, c'est juste les faire valoir qui me tiennent compagnie durant le cours, c'est tout, comme la brunette ne représentera sans doute plus rien d'ici une quinzaine de jours. Quoi qu'il en soit, je vais le choper seul à seul cette fois.
De quoi connaitre le fin mot de sa drôle d'histoire sans avoir à paraitre intéressé aux yeux de la bande.

Il ne résiste ni ne se plaint quand je l'attrape par l'épaule pour lui imposer ma présence. C'est ça microbe, subit comme tu l'as surement toujours fait! Je suis sans doute pas le premier à te causer des misères...

- Mon nom t’intéresse ?
Je grimace. Holà, qu'il rêve pas le minus, j'ai jamais dit que je m’intéressais à lui!... Il vient d’un livre, voilà, c’est tout. Mon père avec une jument ? Hmm, faudra que je lui demande, je lui dirai qu’un certain Therence veut le savoir.

C'est quoi cette menace?... Je le scrute d'un long regard mi-septique, mi-blasé. Je dois m'attendre à ce que le papa du petit Caracole soit une espèce de molosse surprotecteur, du genre à exploser la tête du vilain Therence qui aura insulter le fils chéri?

-Je t'en en foutrais moi des "je me plaindrais à mon père"...


-Pour mon pied, c’est con, je jouai une nuit dans la forêt,
je hausse un sourcil sous le commencement aussi... stupide que peu banal, un type m’a accosté, on s’est parlé, on a joué au lancé de kunai, je ne sais pas si tu sais ce que s’est, des sortes de couteau japonais pour ninja.

-Me prend pas pour un imbécile.
grognè-je. Je sais ce que c'est qu'un kunai. et qu'est-ce qu'il fichait à jouer avec des armes au cœur des bois cette espèce de... ?...

- Puis une folle est venue, elle a parlé de meute et de nouvelle proie, une détraqué quoi.
J'ouvre grand les yeux vue le tour que prend son histoire. Et elle m’a lancé un couteau sur le pied… Grâce à des fumigènes, j’ai réussi à fuir avec l’autre type. Voilà c’est tout. Ça te va ?

Je le fixe avec stupéfaction tout en continuant de marcher avec lui, puis un sourire involontaire me vient et j'éclate d'un rire comblé. Woaouh! Ça pour de l'histoire... Je frappe plusieurs fois son dos pour évacuer la bonne rigolade, frappe un peu plus fort en continuant de ricaner, et passe plus fermement mon bras sur son épaule pour l'obliger à bifurquer avec moi derrière le réfectoire, à l'ombre et à l’abri des regards, où je le bouscule et l'agrippe par le col pour le clouer contre la parois.

-T'es un petit rigolo toi. Mais apparemment, y a un truc que t'as pas saisis me concernant : on ne se fout pas de ma gu*ule sans le regretter. Et c'est pas ton papa qui va m'empêcher de t'en coller une!


Je le plaque un peu plus fort, montrant les dents, mauvais.

-T'es quoi, un espèce de geek abonné aux dessins-animés japonais et qui se prend pour un ninja la nuit venu? Des fumigènes... je t'ai déjà dis que t'as vie est pathétique?


Mais qui irait le croire franchement?! Je l'imagine déjà parmi les arbres, à fond dans son trip, en train de brasser l'air avec ses jouets et en accentuant ses mouvements par des bruits débiles...

-Admet plutôt que tu t'es fais ça tout seul!


Ouais... avec son fameux Kunai. Et il n'a rien trouvé de mieux que s'inventer un ami imaginaire, qui pourrait sans doute confirmer l'histoire s'il était là, mais c'est pas le cas, et encore mieux, une folle au couteau pour justifier sa blessure, qui parle de proie et de... meute pour en rajouter une couche...

Je plisse les sourcils en maintenant toujours le gnome contre la façade. Qu'il ne me sorte surtout pas un "merci" à cause de son pied ou je le lui écrase.

-Qu'est-ce que tu foutais tout seul dans les bois avec des Kunai sérieux?... Et te moque pas de moi!


C'est moi qui deviens un peu plus sérieux. La curiosité m'emporte, il aurait croisé quelqu'un au courant pour les... loups-garous?...

-Et qu'est ce que t'as fait pour te retrouver avec le pied perforé? T'as quand même du la chercher cette fille?...


Parce qu'aussi étrange que cela puisse paraitre, cette nana et ses allusions lupines, c'est surement l'élément le plus crédible dans toute son histoire...

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Mar 14 Avr - 10:19



Passons à la suite !



 
-Je t'en en foutrais moi des "je me plaindrais à mon père"...
 
Je ris à cette phrase, tellement elle était drôle. Il avait déjà oublié ce que je lui avais dis ? Mon père se fout complètement de moi ? Une tristesse se vit dans mes yeux, même si je ne l’aimais pas, cela faisait mal, de voir qu’une personne dont tu devais avoir confiance ne te l’accorde pas.  Après avoir terminé ma phrase, il me répondit :
 
-T'es un petit rigolo toi. Mais apparemment, y a un truc que t'as pas saisis me concernant : on ne se fout pas de ma gu*ule sans le regretter. Et c'est pas ton papa qui va m'empêcher de t'en coller une !
 
Je ris de nouveau. Il ne connait pas les causes à effets ? S’il me frappe, ça risque de partir tout seul. La jambe se lèvera et vu où elle est placée.
 
— Je ne me moque pas de toi ! Bon, si un peu, j’tai pourtant dis que mon père n’avait rien à faire de moi.
 
Il me colle encore plus contre le mur. Etais-je allé trop loin ?
 
-T'es quoi, un espèce de geek abonné aux dessins-animés japonais et qui se prend pour un ninja la nuit venu? Des fumigènes... je t'ai déjà dis que t'as vie est pathétique?
— Heureusement que tu es là pour l’embellir. Dessins-animés ? Geek ? J’suis déjà allé au Japon, mais j’avais pas le droit de sortir de la maison, de quoi tu parles ?
 
-Qu'est-ce que tu foutais tout seul dans les bois avec des Kunai sérieux?... Et te moque pas de moi!
— Mon père m’a chassé de chez moi car il avait une réunion…
 
 
Je ne disais que la vérité, pourquoi ne me croyait-il pas ? Bon oui, si je n’étais pas l’un des personnages de cette étrange histoire, je ne l’aurai pas cru non plus, je dois l’avouer.
 
-Et qu'est ce que t'as fait pour te retrouver avec le pied perforé? T'as quand même du la chercher cette fille?...
 
Je le regardai droit dans les yeux, peut-être pourrait-il voir que je ne mentais pas ?
 
— Bin, je te l’ai déjà dis. Elle était folle. J’étais avec un certain euh, Mick je crois. Oui, c’est ça. Et elle s’est attaquée à nous. Et pourquoi tu ne me crois pas ? J’viens d’arriver et tu fais de même là non ?
 
 
© Fiche by Mafdet MAHES





Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 778
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Dim 19 Avr - 1:49



Grain de folie?
Il rit. Je me fous de lui et il rit. Est-ce que c'est sa façon de garder la face? Ça m'énerve. Pourtant la lueur sombre qui traverse son regard ne me plais pas plus que ça. Peut-être parce que je n'en suis pas l'origine.

- Je ne me moque pas de toi ! Bon, si un peu,
je le recolle plus fermement au mur. J’tai pourtant dis que mon père n’avait rien à faire de moi.

J'ai pas souvenir qu'il ai dit quoique ce soit à ce propos. Mais même si c'est la cas, qu'est-ce que j'en ai à faire? C'est pas moi qui vais plaindre ce gnome, aussi minable paraisse sa vie.

- Heureusement que tu es là pour l’embellir.
Je lui montre mon point en signe d'avertissement. Dessins-animés ? Geek ? J’suis déjà allé au Japon, mais j’avais pas le droit de sortir de la maison, de quoi tu parles ?

-De ta lubie de jouer les ninja en pleine forêt.

- Mon père m’a chassé de chez moi car il avait une réunion…


Je hausse des sourcils. Si j'en crois ce qu'il m'en dit, le Papa-Caracole a pas l'air d'un modèle, et lui confiné à une vie solitaire. Mais c'est pas le problème actuel. Y a pas milles scénarios pour se retrouver un couteau dans le pied, et j'aime pas celui qu'il me sert. On dirait juste un ado en mal de reconnaissance et qui essaie d'attirer l'attention avec ses histoires abracadabrantes... Même si cette ville elle-même est un phénomène en soi...

- Bin, je te l’ai déjà dis. Elle était folle. répète t-il en soutenant franchement mon regard sombre. J’étais avec un certain euh, Mick je crois.

-... Mick?

-Oui, c’est ça. Et elle s’est attaquée à nous. Et pourquoi tu ne me crois pas ? J’viens d’arriver et tu fais de même là non ?


Je fais de même? Je fronce un peu plus les sourcils, il m'accuse de m'en prendre à lui gratuitement? Il est en train d'implicitement me traiter de malade?

Je lui fous un bon coup de point dans l'épaule, puis je le lâche. Ça va, rien qui ne le fasse pleurer, ça passera vite comparé à son pied. Mais c'est une manière de lui faire assimiler qu'on ne se paie pas ma tête comme il persiste à le faire. Malgré tout, en reconsidérant son récit, je me rend compte que ce n'est peut-être pas tellement un mensonge...
Je l'ai relâché, mais je ne le laisse pas repartir pour autant. On est très bien ici pour discuter, sans personne aux alentour.

-Je ne suis pas fou. prévins-je sèchement mais plus posé que jusque là, rangeant les mains dans les poches de mon jean. Et c'est justement pour ça que je ne te crois pas. Ça te parait pas logique?

Parce que des histoires d'aliénée parlant de meutes, c'est pas vraiment ce qu'il y a de plus crédible. Non?...
Je le teste pour voir. J'observe sa réaction. Et quelque chose me dit qu'il est pas très au courant...
... Et ça m'emmène un sourire en coin.

-Tu sais pas dans quoi tu t'es fourré, hein?


A vrai dire, moi non plus. Mais ça m'amuse de voir ce pauvre gars paumé, persuadé de s'être fait attaqué par une hystérique. D'ailleurs, c'était quoi au juste? Une louve? Ou autre chose? Je crois pas que ce sois lui qui puisse m'éclairer. Quant-à ce... Mick... faudrait que j'arrête de faire une fixette sur ce type, je le vois même là où il n'y est pas. C'est un prénom répandu après tout.  
Décidément ouais, ça m'amuse. Je lui jette une dernière œillade des pieds à la tête... Et je me détourne avec un sourire hautain. J'en ai fini avec lui, c'est au moins ce que je veux lui faire croire. Si à mon tour j'ai piqué son intérêt, je sais que c'est lui qui me courra après. Pourtant, je ne lui serais surement pas d'une très grande aide...

Est-ce que ce mioche est prêt à accepter l'existence de loups et autres bizarreries du genre?

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 929
Réputation : 36
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: La loi de la jungle [PV. Caracole]   Dim 19 Avr - 22:45



Un new connaissance.



 
Therence me parlait et semblait pas me croire. Dans un sens, c’était normal. Qui croirait qu’une folle hystérique planterait un couteau à un jeune ? 

Je souris un peu, au dépend de mes réponses, il me serrait plus ou moins contre le mur. A la fin de mon discours, je reçu un coup sur l’épaule, un coup trop faible pour me faire quoi que ce soit. Ce vengeait-il de la blessure que je lui avais faite ?  Il me dit, en rangeant les mains dans ses poches et donc en me lâchant :
 
-Je ne suis pas fou. Et c'est justement pour ça que je ne te crois pas. Ça te parait pas logique ?
— Les fous disent souvent ça ! dis-je.
 
Il partit alors me laissant seul une nouvelle fois. De toute façon, j’avais un cours pour bientôt et je devais partir. Au vu de son comportement envers moi et l’envie qu’il avait de m’embêter, je pensais le revoir souvent et longtemps. Je ne me laisserai pas faire. Therence me semblait assez drôle, même s’il ne me parlait que pour m’embêter, il m’adressait la parole, et il n’était que ma troisième rencontre… J’suis libre et ma semaines commençait bien.
 
HRP:
 
 


© Fiche by Mafdet MAHES





Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La loi de la jungle [PV. Caracole]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La loi de la jungle [PV. Caracole]
» La loi de la jungle [PV. Caracole]
» Oroshi Caracole
» Caracole va, vole et virevolte dans le monde d'Ekoï
» Dans la jungle, terrible jungle [pv Elkim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Gymnase-
Sauter vers: