AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Point de Non retour || Tama & Dajan

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Point de Non retour || Tama & Dajan   Mer 13 Avr - 22:24

Point de non retour
Ft. Tama & Dajan
Mon vieux Niko, je peux enfin t’écrire sans avoir le risque de voir ma lettre censurée ! Miracle n’est-ce pas ? C’est pas pour autant que je vais me plaindre d’avoir quitté l’armée russe pour l’armée russe. Tu te demandes sûrement pourquoi je t’envoie une lettre après tout ce temps ? C’est parce que je vais crever vieux frère. Ouais c’est moche à dire, mais j’aime pas tourner autour du pot. Le cancer m’a bouffé les poumons, j’en ai plus pour longtemps. Et ma hantise, c’est de crever tout seul. Alors je te demande à toi, ainsi que d’autres amis, de venir me rejoindre en Afrique. Qu’est-ce que je fous là-bas ? C’est un endroit agréable pour finir sa vie, si tu fuis les conflits et la pauvreté. Je sais que tu vas peut-être avoir du mal à te payer un billet, mais c’est pas avec ma retraite de soldat que je pourrais te payer la place dans l’avion. Bref, si tu pouvais accepter la demande d’un vieil ami, ça serait très généreux de ta part.

Igor.


Je pliai une nouvelle fois ce bout de papier avant de le fourrer dans ma poche, tournant un regard pensif vers le hublot. Un goût amer m’agressait le palais depuis que j’étais rentré dans cette boîte de conserve. Je me pensais assez courageux pour affronter la nouvelle, mais je ne pouvais pas supporter la mort d’un autre ami militaire. J’avais tout fait pour laisser cette vie derrière moi, mais comme disait Igor. Je ne pouvais pas cracher sur la dernière volonté d’un mourant. Mes doigts s’enroulèrent autour de mes plaques militaires avant de les serrer avec force, blanchissant mes phalanges. J’avais peur de céder devant lui, et actuellement, j’avais surtout peur que l’avion n’arrive pas à destination. J’avais une phobie de ces trucs, ils me donnaient envie de vomir ou de gueuler au Seigneur de me garder une place là-haut. Alors je serrai les dents et faisais de mon mieux pour ne pas y penser, un peu trop simple à dire.

Mon attention se tourna vers mon compagnon de voyage. Tama. J’avais réussi à le convaincre de m’accompagner. Oui, parce qu’il ne fallait pas être fou non plus, je n’étais pas assez courageux pour affronter la mort tout seul. C’était le seul en qui je pouvais compter ces derniers temps. Certes, il y avait Jude ou Maxine, mais Tama restait celui qui me comprenait le mieux. Il avait ma confiance.

Je lui lâchai un sourire qui se voulait détendu, mais je ne réussis qu’à lui sortir un rictus très peu convaincant. « Désolé. Je stresse comme un dingue dans un avion. » Je réajustai ma position dans le siège, faisant râler la personne assise derrière moi. Comment pouvait-on dormir dans cette machine ? Ca tremblait, ça vrombissait et les hôtesses de l’air n’arrêtaient pas de passer entre les rangées. J’avais perdu mes habitudes de militaire qui pouvait s’endormir n’importe où et à n’importe quel moment. Dommage, ça m’aurait bien aidé…

« On devrait atterrir d’ici deux heures. Tu tiens le coup ? » lui dis-je, concerné par son état. « Merci encore d’être venu avec moi, je n’aurais pas eu le courage tout seul… »

by Epilucial





Dernière édition par Nikolai Baranov le Mer 25 Mai - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tama'Rangi Marama

avatar


Humeur : Calme
Messages : 99
Points : 107
Réputation : 7
Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 39
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Ven 6 Mai - 2:35


Point de non-retour

 « Moi, ça va. » répondit Tama en lançant un regard de biais à son jeune ami.  Après tout, Nikolai n'allait pas croire qu'il était venu en Amérique à la nage, ou en bateau, quand même?  Quelle idée!  Visiblement, d'avoir déjà pris l'avion auparavant n'empêchait pas le russe d'y être mal et de la même manière, Tama'Rangi aurait pu ne pas y être vacciné.  Mais toute cette logique était épuisante.  Le renard des marées se gratta la nuque du bout des ongles.  L'élastique qu'il utilisé pour domestiquer sa crinière, par respect envers ses voisins, commençait à lui tirer sérieusement les cheveux.  Il pourrait toujours l'enlever et porter plutôt un bonnet, toutefois il ne tenait pas particulièrement à faire une serre de sa tête.  Il aurait dû écouter son idée première et se raser la tête.  Ç'aurait été plus sobre, probablement plus respectueux du mourant aux yeux des militaires.  D'un autre côté, il accompagnait un squelette, donc il ne risquait pas grands choses.

Le billet d'avion avait bien entamé ses économies et l'homme s'en aperçut lorsque sa carte lui fut refusé à l'épicerie.  Heureusement, Tatie Papa eut la clémence de lui prêter un peu d'argent, le temps qu'il se trouve un emploi, et lui fit bien sûr la morale.  À son âge, disait-elle, comment se faisait-il qu'il soit aussi peu prévoyant et manque d'argent?  De son bout du fil, il avait haussé les épaules et l'avait remerciée.  Le lendemain, il appliquait sur divers boulots qui ne demandaient ni études, ni une trop grande implication.  C'était donc le cœur serein et confiant qu'il avait pris l'avion.

« Merci encore d’être venu avec moi, je n’aurais pas eu le courage tout seul… »

Tama sourit à son ami.  C'était bien naturel.  Si quelqu'un savait ce que cela faisait que de perdre quelqu'un, une connaissance comme un proche, c'était bien le Fils du Ciel.  Ça, il ne l'avait évidemment pas dit, mais il avait bien vu sa part de décès depuis celui de sa mère et de ses contemporains mélanésiens.

« Ça me fait plaisir. Et je ne suis jamais allé en Afrique. »

Ce n'était qu'à demi vrai, mais le faux-maori n'était pas pour jouer sur les mots.  Il n'avait jamais posé pied sur l'Afrique continentale.  Et personne ne croirait qu'il avait été au Madagascar bien plus de trente ans auparavant...  Il posa son bras tatoué sur l'appui-coude entre les sièges des deux encriers vivants et délogea doucement celui de son voisin de cabine.

« Tu peux planter tes phalanges dans mon bras, plutôt que d'essayer d'arracher l'appuie-coude, si tu veux. »

Et si ça ne suffisait pas, il avait d'autres cartes dans sa manche, d'autres atouts dans son jeu et tout le patras.  Une petite onde apaisante et Nikolai se sentirait définitivement mieux.  Mais cette méthode détournée était un peu trop facile et, surtout, un défi bien moins intéressant.  S'il réussissait à faire rire son comparse, par contre, celui-ci en aurait les idées changées et en serait plus détendu.  Heureusement, Tama avait quelques bonnes blagues dans sa besace.  Certes, la plupart impliquaient un Kiwi, un Maori ou un mouton, mais quand même...

« Au fait, je t'ai déjà raconté la blague du Kiwi, du Maori et de l'Anglais? » débuta-t-il avant d'enchaîner tour à tour les blagues les plus populaires de son pays d'origine adoptif.


© Fiche par Mafdet Mahes


L'essentiel est invisible pour les yeux ;
On ne voit bien qu'avec le coeur


Dernière édition par Tama'Rangi Marama le Mar 24 Mai - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t108-le-bestiaire-de-teen-wol
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Ven 6 Mai - 9:49

Crépuscule



La bête était épuisée, ses muscles étaient usés dépourvus de toute force. Son souffle était erratique et sa démarche boiteuse. La fatigue avait pris place dans la moindre parcelle de ses membres, l’empêchant de reprendre cette course qu’elle avait tant cherché à garder. Il n’y avait pas d’instant de répit, il fallait fuir, vite et bien, avant que la mort ne vienne faucher son cœur exténué. Langue pendante, tous les sens aux aguets, la hyène continuait sa marche, ignorant la plainte de son corps épuisé, il n’y avait pas de temps pour penser au bien-être, au repos. Elle était traquée, elle se devait de poursuivre sa fuite.

Ses pattes se traînaient sur le sol brûlant et craquelé de la Savane sauvage, l’ombre des arbres décharnés ne suffisait pas à lui redonner un souffle de vie, le soleil était particulièrement cruelle depuis quelques jours, tapant sans relâche contre son pelage, contre sa tête, lui donnant des maux infernaux. La soif se faisait sentir, sa langue et sa gorge était parcheminée, mais l’eau n’était pas facile à trouver. Une source rare, seuls les plus chanceux pouvaient penser y accéder.

Et la faim, cette faim qui lui tiraillait l’estomac, qui obsédait la moindre de ses pensées fatiguées. La hyène avait besoin de se nourrir, de planter ses crocs dans la chair tendre de ses proies.  Encore une fois, il fallait du temps pour chasser, pour traquer, pour ne pas se faire remarquer. Encore une chose qu’elle n’avait pas. Sa démarche clopinante se fit plus lente et vint le moment où tout nouveau pas devint impossible à faire. L’animal s’écroula sur le sol poussiéreux, son souffle saccadé soulevant fortement sa cage thoracique.

Le pelage laissa place à une peau d’ébène ruisselante de sueur, la gueule béante devint une bouche aux lèvres gercées et les yeux de la bête ne furent plus que des pupilles dilatées par la fatigue. Les doigts vinrent se planter dans le sol, les muscles se contractant pour aider l’humain à se remettre sur pieds. Dajan soufflait comme un bœuf, mains sur les genoux, il regardait droit devant lui. Le prochain village devait être à des kilomètres et toutes ses ressources étaient épuisées depuis des jours. Il n’allait jamais tenir. Jamais un guerrier n’avait tenu tête aussi longtemps à un groupe de chasseurs.

Jetant un regard par-dessus son épaule, il vérifia qu’il avait gardé une certaine avance avant de serrer les dents, se forçant à avancer. Il fit l’effort de prendre l’immense foulard, dernière souvenir de sa mère, et de l’enrouler autour de sa tête et autour de son cour, protégeant sa tête de la trop forte chaleur et des rayons furieux du soleil.

Les heures passèrent et la lumière s’aténua dans le ciel, ce dernier prenait de magnifiques teintes orangées. Mais Dajan n’admirait pas le spectacle que la nature lui offrait. Il avait trouvé refuge dans une grotte, ses jambes refusaient de bouger désormais. Ses mains étaient couvertes de sang, tout comme sa bouche. Non loin de lui se trouvait une carcasse. Il avait de quoi tenir deux petits jours.

Ses yeux se fermèrent doucement alors qu’il se roulait en boule dans un coin, la peur lui rongeant les tripes. Il avait besoin de dormir, quelques heures de répit, il n’en pouvait plus. Demain. Demain, il arriverait à ce village et de là, il pourrait rejoindre la grande ville des environs. Bientôt il serait libre.
Bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Sam 21 Mai - 22:39

Point de non retour
Ft. Tama & Dajan
Ma jambe n’arrêtait pas de tressauter contre le siège d’en face, de quoi rendre furieux le passager. Mais il devait être bien trop effrayé par mon apparence pour me glisser la moindre remarque. L’avantage de ne pas être comme les autres, on avait tendance à vous foutre la paix.  Mon regard dévia de nouveau vers Tama, discuter avec lui était un bon moyen de ne pas penser au fait que nous étions enfermés dans une boîte de conserve géante. Tout allait bien se passer, avec la chance qu’on avait, nous allions atterrir en un seul morceau.

J’étais tout de même heureux de pouvoir faire découvrir un nouveau continent à mon ami, c’était toujours une agréable découverte que de s’aventurer dans des contrées inconnues. Moi-même, je ne savais pas dans quoi nous nous engagions. J’avais eu très peu de nouvelles de cet ami militaire depuis son départ de Russie. Le nom du village où il séjournait m’était totalement inconnu. Nous devions d’abord arriver dans la grande ville de la région avant d’emprunter une jeep pour nous rendre chez ce vieil ami mourant. Ce pauvre Igor, il n’a pas fait long feu. Etais-je le prochain sur la liste ? Mais qu’est-ce que je disais comme connerie ?!

Un rire gêne franchit mes lèvres suite à sa proposition « Je vais éviter de te marquer à vie hein. Mais merci pour la proposition. » Je lui donnai un coup d’épaule amical sans y aller trop fort, c’était qu’il était costaud le Tama ! Je me redressai dans mon siège, en prenant bien soin de fuir la fenêtre, cette fois. Je ne ferai pas la bêtise de regarder dehors.

J’arquai un sourcil face à sa question et secouai doucement la tête. Qu’est-ce que c’était que ça ? « Non, dis toujours tu piques ma curiosité avec ton histoire de Kiwi. » Qu’est-ce qu’un anglais venait trafiquer avec un Anglais et un Maori ?

|||

Nous venions d’atterrir après de longues heures de vol. J’étais complètement extenué et ne rêvais que d’un bon lit pour rattraper ma nuit. Mais il fallait d’abord que nous récupérions les bagages et qu’un taxi accepte de nous prendre. Les africains étaient du genre à faire payer plus chers les touristes dans notre genre… Quoi que… Et si je leur montrais ma tête ? « Tama, tu veux bien récupérer les bagages pendant que je m’en vais nous trouver un taxi ? » C’était déjà le bordel dehors pour se trouver un chauffeur. J’étais bon pour jouer des coudes et menacer les autres touristes de mon regard de tueur.

Nous avions exactement trois heures de route avant de rejoindre le village d’Igor. Il était donc plutôt conseillé de passer la nuit ici avant de s’aventurer dans les soirées froides du Désert. J’espérais que mon compagnon de voyage était de mon avis. Je lui exposerai mon idée dès qu’il me rejoindra.

HRP:
 

by Epilucial





Dernière édition par Nikolai Baranov le Mer 25 Mai - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tama'Rangi Marama

avatar


Humeur : Calme
Messages : 99
Points : 107
Réputation : 7
Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 39
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Mer 25 Mai - 15:09


Point de non-retour

« Je compte bien survivre à la semaine, si ça peut te rassurer... » lança le Maori, moqueur, alors que Nikolai pensait pouvoir le marquer à vie de ses doigts pointus.  Surtout quand on savait que Tama était encore dans sa prime jeunesse et qu'il guérissait généralement plutôt bien. Le rire de Tama déboula dans l'avion comme le ressac sur un écueil lorsque Nikolai, en réaction à leurs boutades, lui flanqua un coup d'épaule.  Prenant une position moins mollement écrasée, le russe semblait avoir décidé d'affronter sa crainte, ou à tout le moins de l'ignorer pour le moment.  Excellente attitude.  Pensée positive, esprit clair et limpide, il n'y avait rien de mieux pour attirer le soleil dans notre crâne et sur nos vies, foi d'homme des mers.

Comment ça il avait piqué sa curiosité avec le Kiwi en particulier?  Tama écarquilla les yeux, ne comprenant pas trop ce que son ami voulait impliquer par ses paroles.  C'était bien l'anglais qui avait le moins de raison d'être parmi le trio.  Le seul à ne pas habiter Aotearoa, mais également le seul à prétendre posséder ses îles, plus ou moins.  C'est au bout d'un court instant que les bons synapses se firent finalement dans la mer de neurones qu'était le cerveau de Tama.  Nikolai ignorait peut-être ce qu'étaient ce genre de Kiwis.

« Les Kiwis, ce sont les Néo-Zélandais d'origine Européenne.  Tu le savais, non? M'enfin... »  Tama haussa les épaules pour souligner toute la non-gravité de la situation, et poursuivit en souriant, l'air de réaliser quelque chose. « C'est une blague pour enfants en fait, donc...   M'enfin, tu verras bien : C'est l'histoire d'un Anglais, d'un Kiwi et d'un Maori dans un avion.  L'avion est trop lourd pour bien voler, alors le pilote leur demande s'ils ne peuvent pas se débarrasser de quelque chose.  L'Anglais jette alors une caisse de poires par-dessus bord, puis le Kiwi jette une caisse de pomme et le Maori jette finalement une caisse de grenades.  En rentrant chez lui, l'anglais trouve sa mère en larmes : "Pourquoi pleures-tu, mère?" "Parce que ton père a reçu une caisse de poires sur la tête et est mort."  Le Kiwi retourne aussi chez lui et trouve sa mère qui pleure également. "Pourquoi est-ce que tu pleures, maman?" "Parce que ton père a reçu une caisse de pommes sur la tête et est mort."  Le maori rentre chez lui et trouve sa mère qui rit aux éclats.  "Pourquoi tu ris?" "Parce que ton père a péter et la maison à exploser." »

Tama s'éclaircit la gorge, légèrement gêné. « Ouais, bon, je t'avais dit que c'était pas génial.  C'était que pour me réchauffer. » et il poursuivit avec différentes histoires drôles jusqu'à l'atterrissage, évitant de retoucher au sujet des aéronefs.

~


L'atterrissage s'était aussi bien passé qu'un atterrissage pouvait se passer, c'est-à-dire jamais aussi bien qu'un accostage, mais ils s'en étaient tous sortis vivants, sans égratignures, et Nikolai semblait même avoir réapprit à respirer.  Tama aurait bien vérifier s'il avait reprit des couleurs, mais il avait de la difficultés à distinguer tous ces tons de blanc.  Lorsque son jeune ami lui demanda de s'occuper des bagages, Tama s'y dirigea en suivant les panneaux et se planta derrière la foule qui s'entassait pour grappiller valises et sacs qui leurs revenaient de droit.  Lorsqu'il vit leurs affaires, il se fraya un chemin à grands coups de lents « Pardon. » étirés, en balançant doucement sa silhouette immense au milieu des gens, pour ne pas les bousculer et passer pour un rustre.  Autant il pouvait aimer les gens, autant il n'aimait pas les foules.  C'était anonyme et solitaire.

Lorsqu'il retrouva finalement Niko, celui-ci leur avait déniché un taxi en état de passer du point A au point B. Et quand le Russe suggéra de passer la nuit sur place, l'Austronésien opina du chef, consulta son portable quelques instants et suggéra un petit hôtel qui n'était pas très loin.  Ni très cher, pour être honnête.  Ils donnèrent l'adresse du gîte au chauffeur qui les y conduisit sans délicatesse.
Dès qu'ils furent arrivés à leur chambre, Tama se laissa tomber sur le lit le plus près.  Tiraillé entre l'idée délicieuse de contrer la sécheresse de ce continent par une douche et l'envie de paresser sur le matelas jusqu'à ce qu'il en soit tout fripé, il voulut demander à Nikolai s'il comptait prendre une douche, mais n'émit qu'un simple grognement de soulagement et s'endormit, ses pieds dépassant du matelas jusqu'au milieu du mollet.


© Fiche par Mafdet Mahes


L'essentiel est invisible pour les yeux ;
On ne voit bien qu'avec le coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t108-le-bestiaire-de-teen-wol
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Mar 31 Mai - 22:09

Point de non retour
Ft. Tama & Dajan
J’oubliai presque, lorsque le soleil vint me défoncer les yeux, que je me trouvais sur un tout autre continent. Dans un grognement mécontent, je roulais sur le dos pour contempler les couleurs chaudes plafond. J’y trouvai quelques fissures, trois pour être exact, avant de m’extirper des draps pour filer dans la salle de bain. Autant profiter que Tama soit toujours plongé dans un sommeil profond pour chasser toute la sueur et la poussière de mon corps de squelette. Je ne restais pas bien longtemps sous le jet brûlant de la douche, seulement la durée suffisante pour me savonner et me rincer. C’était le bon point de ne plus avoir de cheveux, plus besoin de shampooing, moins de temps de perdu.

Une fois tout propre, j’enfilai des vêtements pour la journée, m’asseyant sur le bord du lit pour trouver l’adresse exacte de mon vieil ami Igor. Il habitait vraiment dans le trou du cul du monde celui-là ! Heureusement que j’avais assez d’argent pour louer une jeep, sinon nous n’étions pas rendus. Et je n’étais pas sûr qu’une randonnée en plein désert, ait plu à Tama. D’ailleurs en parlant de lui. Je jetai un coup d’œil par-dessus mon épaule, il avait un sommeil de plomb ! Ne me restait plus qu’à trouver un plan démoniaque pour le tirer de ses rêves.

Faisant les cent pas dans la pièce, je finis par opter pour le simple coup de plumeau sur la joue, je remerciai la femme de ménage qui l’avait laissé là. Trois petits coups suffirent à l’arracher aux bras de Morphée. Une fois qu’il fut bien réveillé et que ses yeux ne menaçaient plus de se fermer, je lui expliquais le plan de la journée. Nous devions manger un bout en quatrième vitesse pour nous rendre au garage que mon ami m’avait conseillé pour louer une jeep. Une fois la voiture en notre possession, nous devions nous procurer un plan fiable et des litres d’eau. La traversée du désert n’allait pas être facile. Quitter une grande ville pour rejoindre un petit village, une véritable aventure. J’espérais revenir en un seul morceau.

Après un petit déjeuner léger, je devais avouer que l’appétit n’était pas au rendez-vous ce matin. Nous nous rendîmes à l’extérieur, en quête de ce fameux garage. Les rues étaient noires de monde et nous devions jouer des coudes pour nous frayer un chemin parmi toute cette populace. Je devais avouer que ma patience touchait à ses limites et que je retenais d’insulter quelques individus qui ne prenaient pas le temps de regarder devant eux. Enfin ! Le voilà ! Je me précipitai vers le commerçant et lui expliquai, de façon précaire la situation. Après quelques longues explications, nous fûmes en possession du véhicule.

« Prêt Tama ? Le désert nous attend ! » lâchai-je en faisant vrombir le moteur.

by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Mar 31 Mai - 22:11

Crépuscule



La nuit avait été froide et particulièrement longue, Dajan n’avait dormi que quelques heures, son inquiétude était bien trop importante pour qu’il puisse se laisser aller dans les bras de Morphée. Il avait donc guetté, assis en tailleur à l’entrée de la grotte. Son foulard contre sa bouche, ses yeux plissés pour empêcher le sable de l’attaquer davantage.

Il marchait désormais, ses pas se faisant lourds dans le sable alors que la silhouette de la ville se faisait de plus en plus proche. Il lui fallait puiser dans l’énergie du désespoir pour continuer à avancer. C’était son unique espoir de survie, mais les chasseurs étaient bien trop proches. Il pouvait les entendre arriver à toute allure, leurs véhicules avalant les kilomètres sans le moindre mal. Il n’avait aucune chance face à ces machines qu’il ne connaissait pas. Il était effrayé par le vrombissement des moteurs, par les phares qui déchiraient l’obscurité de la nuit. Il ne voulait pas mourir, pas maintenant. Il devait venger sa mère.

Le rugissement d’une des bécanes se fit entendre et Dajan tourna un regard terrifié derrière lui. Une moto crosse apparaissait dans l’horizon trouble du désert. Son cœur loupa un battement alors qu’il retira ses chaussures, se foutant de la brûlure du sable contre ses pieds. Il allait avoir besoin d’appui pour gagner en vitesse. Il balança ses bottes plus loin avant de commencer à courir, faisant rugir l’animal qui sommeillait en lui. Il lui fallait gagner du temps ou trouver un endroit où il était à son avantage.

Il pouvait entendre leur cri de joie et leurs rires. Ils avaient enfin mis la fin sur lui après des jours de traque. Dajan pouvait sentir la peur et le désespoir l’habitaient au fil des minutes. La fuite était impossible. Dans une inspiration déterminée, il se campa sur ses deux jambes et poussa un rugissement bestial. La bécane se figea dans le sable et le conducteur pointa quelque chose dans sa direction. Dans un grondement contrarié, Dajan bondit en avant, devenant hyène. Dans une course effrénée, il se précipita vers son ennemi et le mordit à la gorge, non sans se prendre une lame dans la patte. Il glapit de douleur et s’effondra au sol.

Les autres n’allaient pas tarder. Il avisa la moto à côté de lui et redevint humain pour s’en servir comme échappatoire. Chassant les gouttes de sueur de son front, il alluma le moteur et cria quand la bécane fila à toute allure. Il fit de son mieux pour ne pas perdre le contrôle de cette chose. Dents serrés, il parcourait les kilomètres, le cœur battant, les mains moites.

Il allait, peut-être, avoir une chance de s’en sortir. Hélas, il ne savait pas où se trouvaient les freins. Dajan fut donc impuissant lorsque le véhicule en face de lui le percuta avec violence. Il passa par-dessus bord, roulant sur le toit pour venir s’écraser dans le sable.

Revenir en haut Aller en bas
Tama'Rangi Marama

avatar


Humeur : Calme
Messages : 99
Points : 107
Réputation : 7
Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 39
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Mer 8 Juin - 5:33


Point de non-retour

Le dos bercé par l’océan, Tama voguait sans inquiétudes quant à sa destination. Il se reposait en faisant la planche. Le soleil sur son corps était brûlant, et pourtant il souriait. Le vent vint lui caresser visage une fois, puis une autre, et à la troisième il ouvrit les yeux pour se retrouver, en lieu et place de l'astre du midi, devant un plafond au plâtre craquelé. Au bout d'un instant, il se souvint de l'endroit où il se trouvait et de ma raison pour laquelle il était là. Une douche fraîche et rapide plus tard et le sommeil avait abandonné le corps du mélanésien.  Plaçant ses cheveux dégoulinant en une toque en équilibre frugal sur son crâne, Tama écouta et acquiesça au plan du mort bien vivant.

Ils se retrouvèrent bientôt l’estomac bien rempli à traverser la ville à la recherche du garage où ils auraient affaires. Se laissant bercer par les tumultes de la foulée comme une bouée parmi les vagues, il fut bien moins irrité par la lenteur de leur avancée que son ami et parvinrent enfin à se trouver véhicule, vivres, cartes et eau. Ils furent presque immédiatement à bord de la jeep, le moteur rugissant et l'ancien militaire prêt à foncer en plein désert.

« Je suis né prêt ! » S'exclama le maori suffisamment fort couvrir l’engin. Il espérait seulement que son ami le croie et ne voie pas à travers son jeu.  Tant de sable, sans la moindre goutte d'eau, ça avait bien moyen de rendre Tama anxieux.  Si la Californie lui apparaissait bien sèche et loin de la mer, qu'en serait-il de ce désert? Il avait déjà l’impression que sa salive s'était considérablement épaissie, et ils passaient à peine les limites de la ville. Heureusement, ses cheveux spongieux étaient encore remplis de l'humidité de la douche et lui offraient un air conditionné portatif.  Il fallait bien parfois trouver une utilité à sa tignasse, non?  Ses lèvres épaisses s'arrondirent d'excitation alors qu'ils fonçaient dans le désert, ses craintes étant restées en ville. Il s’amusait bien trop avec le vent qui lui balayait le visage de poussières diverses.

« Bordel, freine. Freine, Niko, Freine ! »

Le motocross était apparu de nulle part, au milieu du sable, et leur fonçait dessus à vivre allure. Ils allaient le percuter! Qu'est-ce que ce pauvre diable pouvait bien avoir en tête? Pourquoi courait-il ainsi après la mort?  Et son squelette de chauffeur qui avait un air cadavérique dès qu'ils abordaient le sujet de son ancien camarade... Il n'était pas prêt à voir quelqu'un mourir. Pas un civil en tout cas. Dieu seul savait combien de gens le soldat Nikolaï avait déjà vu périr.

Le choc fut retentissant et résonna dans le crâne de Tama un moment, alors que le jeep dérapait.  Le véhicule n'eut pas même le temps d’être complètement immobilisé que la portière du passager s'ouvrit à l'épouvante et Tama en jaillit comme les roues achevaient leur mouvement, taisant simultanément leur crissement contre le sable. Il parcourir les, combien, dix, vingt, mètres qui le séparait du motocycliste en quelques longues enjambées. Ça n'était pas drôle. Pas drôle du tout.

« Il faut l’emmener à l’hôpital. » Et donc rebrousser chemin. Igor attendrait. La vie d'un homme était en jeu. Le motocross gisait un peu plus loin, amas métallique difforme. C'était celle-ci qui semblait avoir amorti le principal de l’impact. Ahuri, le polynésien remarqua la respiration du malheureux chauffard. Elle était faible, mais il vivait toujours. Visiblement en piteux état, le pauvre homme semblait n'avoir pas dormi ni mangé depuis des lunes.  Dans y réfléchir, Tama empoigna son auréole à deux mains et la tordit au-dessus du visage de l'accidenté. S'il pouvait rafraîchir gaillard, tant pis pour son climatiseur personnel et donc son propre confort...


© Fiche par Mafdet Mahes


L'essentiel est invisible pour les yeux ;
On ne voit bien qu'avec le coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t108-le-bestiaire-de-teen-wol
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Lun 20 Juin - 18:36

Point de non retour
Ft. Tama & Dajan
Je pensais ne plus vivre pareil événement après avoir fui mon pays. J’y avais vu tellement d’horreurs, un univers entier qui s’était transformé en cauchemars, ces songes noirs qui s’agrippaient à mon esprit, cherchant à l’étouffer. Un passé de soldat, des années gâchées à servir une autorité qui ne me remerciait que par des souffrances inutiles et des rations à peine suffisante pour rester debout. Elle m’avait dégoûté, détourné de mon idéal, elle avait fait assassiner ce magnifique mot que l’on appelait Espoir. Si j’avais eu la chance de faire un pas en arrière… Trop de morts, trop de boucheries, j’avais failli y laisser la vie. Mais ça encore, je pouvais le supporter. Ce qui hantait réellement mon cœur ? La perte de mes chers et tendres camarades. Je les avais vus tomber sous les balles, complètement impuissants, témoins d’une violence qu’ils n’avaient jamais pensé connaître. Et là, j’avais l’impression que l’histoire se réitérait, encore et encore.

La vie, ou plutôt le destin, avait un drôle de sens de l’humour. Nous qui nous rendions au chevet d’un mourant, voilà qu’il nous en offrait un autre sur un plateau d’argent. Tout était allé trop vite, impossible de réagir dans ce genre de situation. La voix de Tama était parvenue bien trop tard à mes oreilles. L’impact avait déjà eu lieu quand je compris les sons sifflants. Je perdis instantanément le contrôle de la jeep qui s’en alla dans un rodéo endiablé que je ne pouvais arrêter. J’étais secoué dans tous les sens, ma nuque heurta violemment le siège avant que mon buste ne fusse projeté en avant. Mes avant-bras percutèrent le volant. Bordel, si je m’étais attendu à ça ! Tama avait été plus efficace que moi sur ce coup-là.

Je me pris la tête dans les mains, mes yeux me piquaient à cause du sable et la Terre semblait tanguer autour de moi. Ce fut avec un effort surhumain que je m’extirpai de là, les images de guerre me revenaient en mémoire. Je les entendais hurler de nouveau, beuglant des ordres qui n’avaient pas la chance d’être exécutés. Les rafales, le sifflement des balles à quelques centimètres de mes tympans. La promesse d’une mort douloureuse. J’esquissai un pas en avant, mon pied s’enfonçait dans la sable brûlant. Ma vue ne semblait pas s’améliorer au fil des minutes, la sueur venait déranger mes globes oculaires et secouer la tête n’était pas dans mes options. Bordel. Je m’approchais prudemment de mon ami et de l’homme inconscient sur le sol. C’était un miracle qu’il puisse encore respirer après le choc. Je l’avais vu rouler par-dessus le capot. Un accident pareil ne pouvait que causer la mort.

Tama me criait de rejoindre la voiture pour rejoindre l’hôpital le plus proche. Nos chances d’y arriver à temps étaient minimes. Le pauvre gars allait sûrement clamser avant que nous ne démarrions de nouveau. Et puis, j’étais bien trop perturbé pour effectuer une chose correctement. Je risquais de nous tuer dans l’opération de sauvetage. A choisir entre un ou plusieurs, je préférais jouer à l’égoïste.

Je me redressai et fixai l’horizon en plissant les yeux, il y avait comme un étrange écho. Comme un vrombissement incessant, de quoi filer un mal de crâne. Mon cœur battait furieusement dans mon cœur alors que mon esprit luttait contre les souvenirs, refusant de se laisser aller comme autrefois. On avait besoin de moi. « Tama. On est pas seuls dans le désert. » Ce qui m’était parvenu comme l’horrible bourdonnement d’une armée de guêpes, se révélait être un troupeau de motocross. Des voix claquaient plus loin, des ordres brefs que brayaient les motards. « Je pense qu’il vienne chercher le mourant. Et que nous sommes sur leur trajectoire… »


by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Ven 1 Juil - 11:52

Death



Sa tête vibrait et ses oreilles sifflaient terriblement. Tout repère avait été disparu, le rendant complètement aveugle au monde qui l'entourait. Son odorat ne pouvait que s’écœurer de l'odeur de sang dans lequel il baignait. Quelque chose dérangeait sa gorge, mais il n'avait pas la force de se redresser pour se libérer de cette profonde gêne. Et puis, il semblait qu'il n'était pas seul. Son crâne lui brûlait, tout comme ses mains plongées dans le sable bouillant, mais sont torse ainsi que ses jambes étaient à l'abris de cette terrible morsure. Comme si un coin d'ombre s'était porté jusqu'à lui.

Et des gouttes, des gouttes fraîches s'écrasaient sur son front poisseux de sang. Ses lèvres s'entrouvrirent pour en cueillir, n'en serait-ce qu'une, sur sa langue parcheminée. Mais rien n'y fit, la sécheresse habitait sa bouche. Ce ne fut pas au goût de la créature qui sommeillait en lui. Cette dernière refusait de se laisser dépérir de la sorte, elle était bien plus forte que ce frêle petit corps d'humain. Hélas, l'humain en question refusait de lui donner le contrôle de son être, de quoi la faire rugir de rage. Une longue dispute s'engagea dans son esprit durant laquelle les deux ombres bienfaitrices se mouvaient autour de lui. Il fallait qu'il se presse, son corps n'allait pas tenir longtemps dans ces conditions.

La hyène, après un énième grognement, accepta de l'aider à se guérir des multiples blessures. Les os se ressoudèrent et les plaies se refermèrent, lui donnant une chance de se redresser et de boitiller vers l'abris le plus proche. Ses yeux injectés de sang s'ouvrirent pour tomber sur le visage d'un parfait inconnu. Son cœur bondit dans sa poitrine et il recula sur les mains. Ses doigts se refermèrent sur ce qui ressemblait au guidon défait de la bécane. Sans hésiter, il s'en saisit et frappa l'homme en pleine face.

Une autre voix intervint, de quoi le faire sursauter. L'horreur se lut sur son visage lorsqu'une silhouette squelettique lui fit face. Avec une force surhumaine, Dajan se remit sur pied, empoignant son arme de fortune à deux mains. Dans sa langue natale, il lui beugla de reculer. L'inconnu lui braya quelques paroles intelligibles, mais son doigts se pointa vers l'horizon. Ce fut ainsi que Dajan se rendit compte de la troupe de motards.

Son regard voyagea des deux inconnus aux chasseurs. Il avait fait fausse route, ils ne ressemblaient rien à ceux qui le traquaient depuis plusieurs jours déjà. Balbutiant quelques ridicules excuses, il chercha à reculer, mais ses pas s'enfoncèrent dans le sable brûlant.

Une moto fut toute proche d'eux et Dajan eut le réflexe de se pencher pour esquiver une lame. Il se retourna et se saisit du poignet de son ennemi pour le faire chuter de sa bécane. Ce dernier hurla lorsque son os se brisa sous la force de sa poigne. Le Qora récupéra l'arme et se pencha vers lui pour lui asséner plusieurs coups en pleine poitrine. Le sang se répandit sur le sable, tout comme sur son visage fatigué.

Il se redressa et tourna son regard vers les deux Inconnus. Les motards n'étaient plus qu'à quelques mètres. D'un simple hochement de tête, il leur fit comprendre qu'il était avec eux et qu'il fallait se battre.

Revenir en haut Aller en bas
Tama'Rangi Marama

avatar


Humeur : Calme
Messages : 99
Points : 107
Réputation : 7
Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 39
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Mer 10 Aoû - 0:11


Point de non-retour

La générosité de Tama fut rapidement récompensée lorsque l'homme se leva avec une étrange vigueur.  De surprise ou de frousse, l'inconnu recula en crabe, comme le polynésien avait déjà vu faire dans les centres de conditionnement physique de Auckland.  Sauf qu'ils se trouvaient à des univers de la métropole néo-zélandaise et que le natif ne semblait pas être la pour atteindre un objectif de perfectionnement physique, mais plutôt semblait-il fuir.

Le mélanésien regretta amèrement sa générosité lorsqu'un coup de guidon d'une violence alarmante lui fut assené.  Une gerbe de sang fusa du nez cassé du kitsune pour aller teindre le sable un peu plus loin, ainsi que leurs vêtements. Furieux d'avoir été ainsi pris en traître, Tama pesta dans sa langue maternelle, la mâchoire tendue et les yeux empreints de rage, et il fit un bond de côté pour éviter de futurs coups.

Alors qu'il toisait le motard, le scrutant pour trouver ses faiblesses, il réalisa une lueur animale dans son regard, et une inspection plus poussée lui confirma ce dont le renard aurait dû se douter dès qu'il avait vu qu'il avait survécu à l'accident : le fuyard était un loup-garou.  D'un regard assassin, il tenta d'impressionner son adversaire en déployant ses queues de renard.  Il aurait presque feulé ou glapi si ce n'était de l'intervention de son ami russe.  Son résumé de la situation semblait aussi juste que de mauvais augure. Et aussi désagréable que ça pouvait lui paraître à l'heure actuelle, il était dans l'avantage de Tama'Rangi de serrer les coudes de l’homme abandonné par sa meute, peu importe la raison qui avait fait de lui un oméga.  Jamais n’aurait-il cru se tromper sur la nature de son camarade surnaturel.

«Des chasseurs?» fit-il à mi-voix pour que seul le lycanthrope ne le comprenne.

Mettant de côté le sentiment de faiblesse qu'il ressentait dû à la distanciation avec la mer, ou toute source d’eau, Tama se concentra sur leur cible pour évaluer où se situait le maillon faible.  Le troisième motard sur la gauche semblait avoir bien de la difficulté à maîtriser son véhicule. Il serait bien dommage qu'une embardée de sa part cause un effet domino, n'est-ce pas?
N'ayant pas la moindre idée du type de grand prédateur naturel qui se trouvait dans le désert, l’austronésien songea au lion, mais se ravisa : faire apparaître l’une de ces bêtes au milieu de nulle part pourrait être une erreur de sa part.  Se concentrant sur le motard qu’il avait identifié, le renard lui fit entendre le bruit distinct de pales d’hélicoptère mêlé à celui de sirènes et de coups de feu répétés.  Il ne fallut qu’une seconde pour que le motocycliste ne se mette à paniquer.  Surpris, il poussa un cri, et perdit le contrôle de son engin, fonçant dangereusement vers son voisin en levant un immense nuage de sable sur le groupe de prédateurs.
Vacillant sur ses pieds, épuisé tant par le climat que par l'abus de pouvoirs dont il venait de faire preuve, le maori fit ses recommandations au squelette.  Il ne restait qu’à espérer qu’il soit parvenu à leur acheter un peu de temps pour fuir ou mieux se préparer à l’assaut qui les attendrait.

«Pas l’hôpital. Ni pour lui, ni pour moi.  Seulement du repos.  Ai soif.»

Tama'Rangi se traîna alors vers la jeep abandonnée, à l’ombre salvatrice de laquelle il tomba sur ses genoux, l’esprit empâté et confus, comme s’il pataugeait dans un liquide épais.


© Fiche par Mafdet Mahes


L'essentiel est invisible pour les yeux ;
On ne voit bien qu'avec le coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t108-le-bestiaire-de-teen-wol
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Jeu 11 Aoû - 19:14

Point de non retour
Ft. Tama & Dajan
Mais c’était quoi ce bordel ? L’homme que nous venions de sauver s’en était pris à Tama sans que je ne puisse agir. Et c’est moi il avait la force d’un lion ? De ma vie, je n’avais jamais vu quelqu’un faire autant de dégâts avec si peu. Je n’eus pas le temps de calmer l’inconnu, mon ami semblait déjà sur le coup. La seule chose que je pouvais faire était de fixer les motos qui avançaient à une vitesse affolante. J’étais foutu.

Je me réfugiais au niveau de la jeep et ouvrit le coffre. Je savais que le port d’armes était interdit dans ce pays, mais qu’est-ce que j’en avais à faire ? On allait nous tuer ! Je sortis ma ridicule ancienne arme de service et la glissa dans la ceinture mon pantalon. J’ouvris la bouche pour informer Tama que nous ferions mieux de fuir, mais il se passa quelque chose de plutôt déconcertant.

Un des motards venait de foncer dans son camarade. C’était tout à fait normal, après tout, qui perdait ainsi le contrôle de son véhicule ? Tout le monde, c’était bien connu. Je jetais un coup d’œil suspicieux à Tama. Il pissait le sang, l’inconnu ne l’avait pas loupé.

Bien sûr qu’il ne fallait pas rejoindre l’hôpital. J’attrapais l’inconnu par le col de son vêtement et le traînais à l’ombre, aux côtés du métisse. « Eh Tama ça va ? » Je voulus me pencher vers son nez pour vérifier son état, mais je fus interrompu par des rugissements de moteurs. Non… Ce n’était pas…

Je m’accroupis et longeai la carcasse de la jeep, me redressant légèrement pour voir ce qu’il se passait plus loin. Des motards. Pourtant… Je plissai les yeux. Ils venaient de l’est. Ils n’étaient pas avec le premier troupeau. « Bordel ! » J’eus le réflexe de me jeter au sol, l’impact de la balle siffla à quelques millimètres de mon crâne. La balle s’était figée dans le sable, son éclat me faisait mal aux yeux. « Tama ! Bordel, Tama on fait quoi ? »

Les tirs étaient désormais menus et l’idée de me lever pour répliquer me semblait complètement dingue. Qui était-ce gars pour se faire traquer par une bande comme celle-là ? En parlant de l’inconnu, sa respiration était étrange et sa prise s’était resserrée sur le manche de la machette. Un bref coup d’œil en direction de Tama me fit comprendre qu’il n’était pas apte à m’aider pour l’instant.

Bon. Je comptais jusque trois et me redressai, les bras contre la paroi du capot de la jeep, flingue fermement tenu, je visais à la va-vite. Une épaule fut touchée et une moto s’écroula. Il n’était plus que six. Je me protégeai le visage lors d’une nouvelle rafale avant de me laisser totalement tomber. Mon expérience de militaire me permettait de savoir lorsqu’une situation était vouée à l’échec.

« Va falloir prier… »

by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Jeu 11 Aoû - 19:17

Death



Dajan n’en avait pas cru ses yeux. L’homme à l’auréole chevelue n’était pas humain. Il ne connaissait pas d’autres créatures autres que celles de sa race, autant dire que l’animal qui sommeillait en lui était curieux. Sa bouche s’ouvrit pour prononcer quelques mots perdus, mais il la referma aussitôt. Son langage était étranger au sien.

Son cœur battait douloureusement dans sa poitrine et sa tête semblait sur le point d’exploser. Il fit de son mieux pour calmer ses ardeurs animales et tourna son attention sur les chasseurs qui se faisaient trop proches désormais. La hyène voulait s’échapper de cette enveloppe humaine pour déchirer la gorge des chasseurs, mais Dajan l’en empêcha. Il était trop faible pour supporter une nouvelle transformation.

Une odeur étrange percuta son odorat et il comprit que l’inconnu aux étranges pouvoirs tentait de se débarrasser des motards. Il le regarda faire ébahi et glapit en le voyant vaciller. Un bruit de chute et d’entrechoquements le fit sursauter. Les chasseurs venaient de se faire neutraliser en un seul regard. Comment cela pouvait-il être possible. Aucun guerrier de sa tribu n’avait réussi pareil exploit ! Cet homme était-il un Dieu ?

On l’attrapa par le col et il chercha à se débattre, mais on le balança rapidement à l’ombre. Il resserra sa prise sur sa machette, mâchoire serrée. Pouvait-il faire confiance à ces hommes. Le squelette ne lui inspirait aucunement confiance. La hyène lui hurlait de s’en débarrasser, il tenait le tueur entre ses mains. Le même tueur que possédaient les chasseurs. Il était une menace.
Mais la surprise le laissa sans voix lorsqu’il le vit utiliser l’arme contre les nouveaux arrivants. Il plaqua ses mains sur ses oreilles face au boucan des fusils. Il ne voulait pas mourir comme ça, il refusait de mourir en lâche. Il avait tellement fait de chemin depuis sa première fuite, il devait faire honneur à son père, à sa mère.

Un grondement animal s’échappa de sa gorge alors qu’il se retrouvait à quatre pattes dans le sable brûlant. Son dos s’arrondit et ses vêtements se déchirèrent sous cette masse de poils ras. Des crocs sortirent de sa bouche et des griffes prirent place sur ses ongles. Son cri de douleur ne passa pas inaperçu. Son regard changea de couleur et la hyène apparut enfin aux yeux de tous.

L’animal, sans hésiter, bondit hors de l’abri qu’était la jeep et fonça vers ses ravisseurs. Il allait extraordinairement vite, à tel point que les balles n’arrivaient jamais à l’atteindre.

De ses pattes arrières, il bondit dans les airs, prêt à mordre dans la chair de ses ennemis.


Revenir en haut Aller en bas
Tama'Rangi Marama

avatar


Humeur : Calme
Messages : 99
Points : 107
Réputation : 7
Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 39
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Mar 16 Aoû - 13:06


Point de non-retour

Tous les évènements déboulaient si rapidement. Tama se terrait à l'ombre de ce qui ressemblait le plus à une tanière au milieu de ce paysage désertique et dévasté, bientôt rejoint par le corps du loup-garou, traîné là par le squelette militaire. La fuite était impossible, mais Tama'Rangi n'était pas un combattant.

Il se sentait pris au piège d'un poulailler dont le clapet se serait refermer derrière lui, attendant avec appréhension le coup de feu du fermier furieux à son réveil, ou la morsure indélicate de son molosse. Niko s'enquit de son état et de la marche à suivre ensuite, mais l'austronésien n'avait aucune réponse à lui donner, car il n'était un stratège, ni un guerrier.

Les coups de feux se mirent à retentir des deux côtés de la jeep, et l’océanien plia les genoux sur son torse par réflexe davantage que pour une quelconque autre raison. Certes, il craignait la mort malgré l'habitude la familiarité qu'il avait fini par établir avec elle, peut-être justement davantage à force d'avoir croisé si souvent son appétit insatiable qui n'était jamais suffisamment satisfait de jeter son dévolu sur assez d'amis du renard, jamais rassasié de lui avoir enlevé assez d'être chers. Un instant, la folle idée de se voir libéré de la souffrance apportée par ces abandons à répétition lui traversa l'esprit, puis il se ressaisit. Il était beaucoup trop jeune pour mourir. Et trop beau. Et il lui restait tant de choses à voir, d'endroits à visiter, de gens à rencontrer. Son torrent interne ravivé, il fit un geste brusque et déterminé pour se replacer et mieux visualiser situation. Alors que le garou se transformait en… hyène pour bondir sur ses chasseurs, Niko lui intima de faire ses prières, mais Tama n'était pas un prêtre, après tout.

Le polynésien n'était pas un prêtre, mais il n'y avait pas que les prêtres qui pouvaient prier. Il n'était pas un guerrier, mais il y en avait deux qui l'accompagnaient. Il n'était pas stratège, mais peut-être un peu, si, en fait. Il avait une idée. Il tendit le bras dans la boîte à l'arrière de la jeep et trouva rapidement un entonnoir qui devait servir pour les changements d'huile.

Faiblement, le kiwi se mit à murmurer des mots en maoris, en tenant l’entonnoir devant sa bouche pour en amplifier le son de sa voix qui se réverbérerait sous la charpente du jeep. À chaque vers, sa voix gagnait en ampleur, comme une flamme qui s'entretiendrait elle-même. Sa voix était méconnaissable, ayant perdu son caractère habituellement joueur et chantant. Graves et sourdes, puissantes et déchaînées, les paroles de Tama se répercutaient, indomptables, sur le sable de cet océan de chaleur.

« Ringa Pakia»
« Uma Tiraha »

Le kiwi d'adoption récitait le poème guerrier avec une ferveur grandissante. Sa main libre se mit à lui frapper les cuisses et le torse en gardant le rythme rythme.

« Turi whatia »
« Hope whai ake »

Dans la tradition polynésienne, les hakas servaient à honorer les dieux guerriers et s'attirer leurs faveurs, émulant les guerriers qui performaient la danse sacrée et effrayant leurs ennemis.

« Waeuwae takahia kia kino »

Quand un demi-dieu polynésien chantaient le haka en grondant d'une voix implacable, que se passait-il?

« Ka mate ! Ka mate ! »
« Ka ora ! Ka ora ! »

Niko comprendrait-il que, en son état de squelette, il était la mort mentionné dans ces vers? Celle qui est la vie.

« Tenei te tangata puhuruhuru »
« Nana nei i tiki mai, whakawhiti te ra »

L'homme-hyène saisirait-il qu'il était l'homme poilu du chant? Celui qui ramènerait le soleil.

« A hupane ! A kaupane ! »
« A hupane ! A kaupane ! »

Les chasseurs sauraient-ils d'instinct craindre la fureur de leur alliance? Celle de la hyène, du squelette et du renard. Fuiraient-ils le courroux qui leur faisait face, dans son rang désordonné?

« Whiti te ra ! »
« Hi ! »

Autour du jeep, ils sauraient se montrer forts et rapides. Aussi solide que les volcans qui alimentent les îles nées de la mers, aussi vifs que les vagues qui déchirent les récifs à grands coups de lames, aussi terribles que le soleil qui les assénait de ses rayons divins au cœur de ce désert. De sa position, Tama était certes protégé, mais il ne voyait rien des tireurs en moto, et n'entendait que le ronronnement inquiétant de leurs moteurs. Pourvu qu'il enflamme les bons esprits et effraie les autres...


© Fiche par Mafdet Mahes


L'essentiel est invisible pour les yeux ;
On ne voit bien qu'avec le coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t108-le-bestiaire-de-teen-wol
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Sam 14 Jan - 16:15

Point de non retour
Ft. Tama & Dajan
Un délire total, c'était complètement fou. Mon esprit n'arrivait plus à avaler tout ce qu'il se passait. Je dus me cacher davantage contre la jeep, une main pressée contre le cœur. Ma respiration se faisait laborieuse et je reconnus les symptômes significatifs d'une crise de panique. Ce n'était pas le meilleur instant et endroit pour perdre mon souffle. Il fallait que je me concentre, que j'oublie la peur qui me tiraillait le ventre. J'étais plus fort que ça. Les souvenirs des champs de bataille et de cette jeunesse rebelle que j'avais dû affronter me revint. Mes yeux s'ouvrirent lentement sur ce paysage désertique, le sable abîmait ma cornée, mais je ne m'embêtais point avec ce détail.

Je me redressai et tirai avant de me planquer de nouveau. Il n'y avait aucune chance que je m'en sorte seul. Mon souffle se faisait certes timide au creux de ma poitrine, mais l'esprit avait chassé tout parasite. J'étais fort, il fallait que j'y crois. La victoire était à portée de main, je devais y croire. Des cris effrayés me firent me redresser légèrement. Par-dessus la carrosserie poussiéreuse, je remarquai que l'inconnu avait disparu. Ce fut en cet instant que j'aperçus la silhouette animale. Médusé, je fixais la hyène se jeter sur ses ennemis. Mais d'où venait-elle?

"Ta..." Ma voix mourut dans ma gorge et le nom s'effondra sur mes lèvres. Que faisait-il? Je l'entendais certes, mais je ne comprenais le sens de ses paroles. Tout ce que je savais... Ne pas le déranger. Avec des gestes souples et efficaces, je vérifiai mes munitions dans une grimace. Plus que quatre balles, je n'allais pas faire long feu dans ces conditions. "Tama, faut vraiment qu'on..." L'étonnement dut se lire sur mon visage lorsque je me rendis compte qu'il était en train d'entamer d'étranges mouvements. D'accord. Je devais halluciner. On avait drogué mon café ce matin et j'étais en plein bad trip. Je ne pouvais croire ce qu'il se passait, c'était complètement fou. Je me redressai de tout mon long pour le rejoindre, hélas, je ne pus entendre le sifflement d'une balle qui vint se loger dans mon épaule. Un cri m'échappa et je tombai sous la force de l'impact. "Bordel de merde!"

by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas
Tama'Rangi Marama

avatar


Humeur : Calme
Messages : 99
Points : 107
Réputation : 7
Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 39
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Mer 25 Jan - 22:05


Point de non-retour

Ça n’avait pas fonctionné.  Loin de là.  Plutôt que de rasséréner les ardeurs des combattants, le glorieux chant guerrier de Tama avait plutôt effrayé Niko.  Peut-être davantage que leurs ennemis, qu’en savait-il?  L’ancien soldat l’avait informé du périlleux de la situation, du manque de munitions qu’ils devaient affronter.  Qu’il fallait vraiment qu’ils… se magnent?  Se bougent les fesses? Abattent ces chasseurs?  Ébranlé, Nikolai se releva pour se rapprocher de son ami, qui le vit se prendre une balle à l’épaule et cessa immédiatement ses invocations.  Il jura en même temps que le russe, dans sa langue maternelle, et se rua sur lui.  Il devait bien faire quelque chose avant que ce soient eux qui y laissent leurs vies.  Une nouvelle fois, il tenta de sonder les alentours, afin de trouver miraculeusement un oasis divin, ou une nappe phréatique qu’il pourrait faire surgir tel un geyser, mais rien à portée de main.  Et il se sentait toujours aussi faible.

« C’est pas vrai que je te laisserai porter Son masque.  Ce n’est pas ton tour. »


Le regard du renard des marées tomba sur un éclat brillant à quelques centimètres du coude de son ami, et le regard du géant des mers s’illumina d’un coup.  Non, ce n’était pas dit qu’il perdrait un ami avant le temps.  Aujourd’hui ce n’était pas à Niko de porter le glabre masque de la Mort, mais à son ancien camarade qu’ils étaient venus visiter.  Et à ces assaillants qui s’étaient mis dans leur chemin.

« Attend-moi un instant.  C’était leur dernière erreur. »


L’austronésien se saisit de la lame et se fia aux sons du combat pour le localiser, contournant soigneusement la jeep en plaquant son énorme silhouette au sol.  Il prit un instant, lorsqu’il eut un visuel, pour évaluer la situation, puis s’élança à son tour, avec toute la force que l’esprit salin qu’il abritait pouvait lui donner.  D’instinct, il su comment positionner son bras pour que la lame dévie la première balle, et d’un mouvement souple la seconde.  Le choc de celles-ci contre le métal qu’il tenait faisait résonner son bras, mais il ne s’arrêtait pas et s’avançait au cœur de la mêlée avec une rapidité surhumaine, hurlant alors que, autour de lui, l’aura bleutée, comme teinte d’argent, visible seulement pour les surnaturels les plus puissants, écumait.  Habituellement bien limpide, elle s’agitait en tous sens, prédisant des malheurs inconnus à ceux qu’il confrontait.

Tama n’était pas un guerrier.  Ce n’était pas à lui de faire couler le sang, et il ne comptait pas se salir les mains aujourd’hui.  Pas directement, du moins.  S’il était capable de laisser quelqu’un d’autre le faire pour lui.  Cette fois, lorsque la balle fila en sa direction, il feinta de côté et elle alla se planter dans l’un des motards qui s’écroula au sol en râlant.  Il en saisit un autre par le poignet, puis le collet, et s’en servit comme bouclier humain.  Petit à petit, la bataille se faisait plus silencieuse, jusqu’à ce que les chasseurs se retrouvent hors service.  Le polynésien adressa alors un regard sombre à la hyène et lui ordonna d’une voix impérieuse, en pointant la lame en direction de la jeep.

« Soigne-le! »


Il avait entendu parler des capacités régénératrices des loups, et de leur habileté à diminuer la souffrance chez autrui.  Il n’avait aucune idée de ce qu’un homme-hyène était en mesure de faire, mais il lui semblait permis de croire qu’il était peut-être également en mesure de faire quelque chose pour aider Nikolai.  Pendant ce temps, il chercherait la jeep à la recherche d’une trousse de premiers soins, ou quelque chose du genre.



© Fiche par Mafdet Mahes


L'essentiel est invisible pour les yeux ;
On ne voit bien qu'avec le coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t108-le-bestiaire-de-teen-wol
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Point de Non retour || Tama & Dajan   Sam 11 Mar - 21:51

Morsure



Il s’était battu jusqu’à que ses dernières forces ne l’abandonnent. Son père lui avait toujours dit qu’un véritable guerrier était capable de rester en vie grâce à sa force, sa puissance. Un brave homme, sa mère aussi avait été courageuse, mais la vie avait eu raison d’elle. Les chasseurs périssaient sous les coups de griffes et sous ses crocs. Il pouvait enfin arracher cette vengeance, celle dont il rêvait secrètement depuis des années. Et cela grâce à deux inconnus apparus comme des Messies. L’un renfermait un pouvoir qu’il n’avait jamais vu auparavant. Il avait toujours pensé que seule sa tribu possédait un don, il s’était trompé.

Son museau ensanglanté fit face au dernier chasseur encore debout et il le tua d’un simple coup de griffe en pleine gorge. Ses pattes reposèrent sur sa poitrine inerte et son regard de prédateur se posa sur la voiture hors service. Là derrière, il pouvait sentir comme l’odeur pestilentielle du sang qu’on venait de faire verser. Une voix lui ordonna d’aller aider l’humain. Il hésita un instant. Après tout, il pouvait fuir et trouver une nouvelle liberté qui était désormais sienne.

Mais sans eux, la mort l’aurait fauché. Dans un couinement, l’animal se mit à courir vers les deux inconnus. Puis il se stoppa et approcha sa tête hésitante vers cet homme aux allures de squelette pour humer son odeur. Il était blessé, une balle avait dû traverser son épaule. L’homme semblait délirer, prononçant des paroles qu’il ne pouvait comprendre. Avec méfiance, il s’approcha et tenta de le toucher de son museau humide.

Une main s’abattit sur sa nuque et on vint tirer son pelage. Un grognement furieux lui échappa et l’animal se tortilla dans tous les sens pour se dégager de cette prise. Son regard rencontra celui effrayé de l’homme squelette et les babines se retroussèrent comme un avertissement. Mais il ne lâchait pas sa prise et la bête s’impatientait.

Enfin, il y eut une ouverture et le surnaturel la saisit. La poigne se fit moins ferme et il se tordit le coup pour enfoncer ses crocs dans la chair du poignet. Un cri fit office de réponse à cette attaque et la hyène put fuir. Il fixait l’humain avec une haine non dissimulé et l’animal redevint homme. D’un revers de manche, il essuya le sang qui perlait de ses lèvres avant de se rendre compte de l’horreur de son acte. Il avait transmis le don sacré à un vulgaire inconnu.

Revenir en haut Aller en bas
 
Point de Non retour || Tama & Dajan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission]Le Point de Non-Retour
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Out of Beacon Hills :: Around the world :: Afrique-
Sauter vers: