AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
8 décembre 2018

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd




Classement au
24 novembre 2018

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Boston lève le voile [PV Therence]

Aller en bas 
AuteurMessage
Miyavi Kyomu

avatar



Messages : 175
Points : 222
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Boston lève le voile [PV Therence]   Mar 19 Avr - 8:58

It begins with a trip
J’ai changé. Je le sais. C’est évident. J’ai changé physiquement, tournage oblige, mais pas seulement. Je reste un punk, c’est comme ça, c’est ce que je suis, c’est… plus sobre, plus…classe, si tenté qu’on puisse associer les deux termes. J’ai grandi aussi. Pour un asiatique, j’ai toujours fait plus que mon âge. La faute à ma jeunesse si particulière surement, mais là, il devient vraiment difficile de croire que je n’ai que dix-huit ans. Je ne vais pas m’en plaindre. Le plus souvent c’est à mon avantage. Mais le changement n’a pas opéré que sur le physique. Ma façon de vivre, de voir les choses et d’envisager l’avenir n’est plus la même. Je pense avoir enfin complètement accepté le lien qui m’unit à Chad. Pendant la réunion de meute, on a enfin fait un vrai pas en avant dans cette relation. Ce n’était qu’une simple accolade mais elle symbolisait tout ce qu’il aurait été trop difficile de se dire. Puis au mariage, c'est difficile à expliquer pourtant c'était limpide. Il est ma famille et je ne laisserai personne faire du mal à ma famille. Personne ne pourra jamais comprendre ce qui nous unis, mais nous, on se comprend. Je suis heureux dans cette nouvelle relation.

Je ne sais pas vraiment ce qu’est un frère. Je suis fils unique et mes relations familiales ne sont pas exemplaires. Grâce à Mary-Jaycee, j’ai une idée de ce que peut être un lien fraternel et je crois que je commence à ressentir quelque chose du genre avec Chad. C’est ce lien qui fait que quoi qu’il arrive, on sera toujours là l’un pour l’autre, prêt à tout pour sauver l’autre, prêt au pire.

J’ai changé grâce à James et Noah aussi. Chercher d’où vient mon père et où est allée ma mère. Ça a changé un sacré paquet de variables sur ma façon de voir les choses. J’ai mis beaucoup de temps avant d’essayer de la retrouver. Je n’en ai pas de mauvais souvenirs, je n’en ai que très peu en fait, mais j’avais peur que partir à sa recherche ne mène mon grand-père jusqu’à moi. Aujourd’hui, cette question ne se pose plus. Mon grand-père m’a retrouvé et j’ai vaincu son lien de maître, alors je peux la chercher sans craindre de représailles. Je me demande ce que je lui dirai quand je le retrouverai. Est-ce qu’elle m’a oublié ?

Il y a aussi le silence de Nineko qui me pèse. Je sais qu’il est encore là. Je peux le sentir. Mais il s’est muré dans le silence depuis ma confrontation avec Elias. Et je suis toujours un kanima. Est-ce parce qu’il reste ainsi à bouder ? Non. J’ai plutôt tendance à croire que je dois en découvrir d’avantage sur mes parents pour me libérer de mes chaînes. Et puis, même si je cessais d’être un kanima, je ne pense pas devenir un loup. Ce serait contre-nature. Au mariage, j'ai découvert que je pouvais outrepasser son silence, je me suis un peu plus approché de ce que je serais quand je ne serais plus un kanima, enfin je crois. Mais c'est incroyablement douloureux. Pendant la transformation, j'ai eu la sensation d'être écorché vif et éviscéré. Rien de très agréable!

J’ai aussi changé, sentimentalement. J’aime toujours les hommes, hein, mais je ne me prends plus la tête et j’applique la méthode de Robin. Pas d’attaches. J’avoue que ça fait du bien. Sans les enchaîner, je me permets des aventures sans lendemain. Je suis toujours très clair sur cet aspect et ça passe à merveille. Je dois avouer qu'après le mariage, je me suis un peu calmé. D'abord, l'état général n'y était clairement pas, et puis j'ai aussi appris la mort de Robin à ce moment-là...Mais il faut que j'avance. Sans attache, c'est ce que je lui avais promis. Malgré moi j'ai mentis. Je ne suis pas tombé amoureux, mais il était clairement plus qu'un simple amant...

Mais il me faut continuer et c'est selon cette nouvelle façon de gérer mes amants que je me retrouve, en sortant de la douche, devant le corps d’un bel étalon. Ma maison n’est pas encore terminée, mais ce n’est qu’une histoire de finitions. En attendant, je loge à l’hôtel. Je ne me produits plus au Jungle. J’ai envie d’évoluer aussi dans ma musique, et le publique du Jungle ne s’y prête pas. Avant, plus, car il n’existait pas tant d’établissements adéquats, mais depuis l’ouverture du Pink, mes fans les plus intéressants ont désertés. Ils revenaient pour me voir, comme mon amant de ce soir, mais l’ambiance générale ne leur plaisait plus comme avant. À moi non plus d’ailleurs.  Mais en même temps, je n’ai jamais réellement réussi à me lier avec les gens de mon âge. C’est bien pour ça que la meute de Scott ne me correspondait pas. Du coup j'ai aussi changé de boulot. Je travaille au Pink maintenant. Je n'y ai pas encore fait beaucoup d'heures entre le voyage au Canada pour régler la paperasse avec ma soeur et le mariage, j'ai surtout bossé de façon à connaître le fonctionnement pour l'instant. Le patron, Alessandro Amaro est un type qu'il faut prendre au sérieux. Je ne veux pas le décevoir. Il a déjà été sympa de m'accorder quelques jours pour que je puisse honorer mon engagement auprès de mon alpha.

J’enfile ma paire de jeans et je m’assoie sur le lit pour réveiller ma conquête avec des bisous papillons dans le cou. Un gémissement et quelques clignements d’yeux plus tard, il me demande l’heure.

«  Huit heure et quart.
— « Oh merde ! je vais être en retard en cours !
« C’est les vacances.
— « Cours de musique, idiot !
« Ça va ton prof ne va pas te manger. T’auras qu’à dire que t’étais en cours particulier.
— « C’est moi le prof triple buse.

Je ris en le voyant tomber du lit sous la précipitation. Pendant qu’il s’habille en quatrième vitesse, j’enfile un polo gris à manche longue et je m’équipe. Sous le coup du stress, ils fait de nombreux mouvements inutiles, mais quand il est enfin prêt, à peu près, il m’embrasse et s’apprête à partir mais je le retiens.

— «  Miya.
« Calme-toi et prends un casque, je vais te déposer au passage.

Je n’emmène quasiment rien quand je vais à Boston. Je laisse toujours des affaires chez Noah. Et puis, nous n’y allons que quelques jours alors j’attrape juste mon sac contenant ce que je dois ramener à mon blondinet et nous descendons. Quand je le dépose, ses élèves sont tous encore dehors en train de discuter.

«  Tu vois, c’était pas la peine de stresser.
— « Merci.
« Ah, tiens, je savais pas que Sabrine prenait des cours de musique.
— « De guitare. Tu la connais ?
« Yep, du lycée.
— « Qu’est-ce que tu…Miya, tu as quel âge ?
« Tu ne veux pas le savoir.

J’enfile mon casque et je reprends la route avant qu’il insiste. Je fais plus vieux. On me donne bien cinq ans de plus. Et je préfère ça. Si je n’avais pas autant de problème pour lire, je prendrais des cours par correspondance car le lycée n’est pas un lieu pour moi. Je suis populaire parce que je suis un chanteur et un musicien reconnu, mais je n’y ai pas d’amis en dehors peut-être de Stiles. J’attendais impatiemment d’être majeur. C’est fait depuis peu. J’ai envie de prendre ma vie en main. Je voulais travailler, même si c’est un petit boulot, même si c’est ingrat, je voulais faire autre chose que me battre et chanter tout le temps. Enfin non, j’adore chanter. Je suis bien sur scène, mais je vise d’autres types de registres et mon agent ne me laisse pas vraiment m’y aventurer. Bref, j’aimerais qu’on me voit comme un adulte, même quand je ne suis pas en train de me battre…enfin c'est l'idée que j'avais, mais j'ai encore grandis depuis le mariage. Chanter, danser et me battre, c'est ça que j'aime faire. J'ai trouvé un boulot où je peux chanter et parfois, dans l'ombre, me battre. Qui sait, je pourrais peut-être danser ou au moins m'entraîner avec les danseurs.En attendant, ce voyage j’ai pu le négocier justement parce que je sais me battre. Nathan n’aime pas me voir à Boston, sauf quand mes capacités peuvent lui être utiles…

Quand j’arrive à l’aéroport de Los Angeles, mon « protégé » est déjà là. Je ne sais rien de celui que j’escorte et je n’ai rien besoin de savoir. Si Ruby me demande d’aider quelqu’un, c’est avec plaisir que je le fais. Mais là, c’est encore plus vrai ! Je reconnais sans peine la moto. Nous n’aurons même pas à nous présenter ! Je soulève ma visière. Je pense que Therence m’a déjà reconnu, mais au moins ça lui confirme que c’est moi. D’un geste, je lui dis de me suivre. Malheureusement, on devra laisser nos motos ici. Mais cela ne nous coutera rien. Lylae a un garage qui lui appartient ici et qui est utilisé par ses capitaines  lorsqu’ils doivent venir  dans cette région. Noah m’en a donné l’accès pour faciliter nos nombreux allers-retours.  Nous rangeons donc nos montures et prenons la direction du terminal.

«  Je ne savais pas qu’il s’agissait de toi. Bien remis de la course de la dernière fois ?

Bon, on en a pour environ sept heures de vol. Je suis curieux de nature alors j’ai plein de questions à lui poser. On pourrait presque tenir les sept heures de trajet pour peu que lui aussi me questionne mais quelque chose me dit que ça ne sera pas aussi facile. Je doute qu’il ait le désir de s’étendre sur les raisons de ce voyage. Enfin, je tenterai quand même, on verra bien. En attendant l’embarcation, je me contente de questions bateaux et anodines, l’interrogeant, par exemple, sur comment il a fini la soirée de la dernière fois. Ce n’est qu’une fois assise que je lâche une de ces questions qui me brûlent les lèvres.

«  Faut que tu me racontes ! Comment t’as réussi à faire en sorte que Ruby t’organise ce voyage ? Je veux dire, comment t’as croisé sa route ? Comment t’as fait pour qu’elle te parle de ses connections avec Lycaon ? Elle déteste en parler.

C’est vrai, à part au poste je ne vois pas où ils pourraient se rencontrer sauf que ces derniers temps, le sheriff à interdit l’accès au commissariat à Ruby.  Il la chasse dès qu’elle s’en approche. Et puis pour qu’elle le mette en contact avec un futur capitaine, c’est qu’il a fait forte impression.


© Fiche par Mafdet Mahes




Dernière édition par Miyavi Kyomu le Sam 24 Sep - 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar


Humeur : Effronté
Messages : 960
Points : 1127
Réputation : 169

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Lun 2 Mai - 2:14



Sur les traces du père
Edit:
 

Il fait noir. Partout. J'avance, et mes pas raisonnent à peine sur le tapis de ténèbres. Dans un doute, je m'arrête et tourne sur moi même, mais rien n'indique une voie à suivre. Si je progresse encore, est-ce que je risque de me heurter à une parois ou trébucher dans un trou? Ou est-ce que j'erre dans un grand vide, dépourvu de fortifications?...
Dans ma main, je remarque un fil. Rouge. Il pend dans un arc souple qui se fond dans l'obscurité à quelques mètres de moi.
Je me retourne vers la cordelette et j'avance pas à pas en la faisant filer entre mes doigts. Est-ce qu'il y a quelqu'un à l'autre bout, qui le tient et qui me mène? Le fil semble flotter plus qu'être posé à même le parterre. Je marche et je vire sans me préoccuper de ce qui se cache autour, focalisé sur le filament qui m'évite des obstacles imaginaires... jusqu'à ce qu'il remonte clairement et semble émerger du plafond...
J'hésite en regardant le fil qui pend sous mon nez. Il n'y a rien d'autre, sinon toujours la même noirceur qui nous enveloppe. Ça ne ressemble pas à une fin de parcours, si?... Inutile de penser à escalader, peut-être qu'en tirant, il se décrochera et je pourrais reprendre mon cheminement...

Un éclat de clairvoyance concurrence mon néant cérébral. Et si ce fil était un interrupteur?...

La considération de la chose me fait hésiter. Si je tire et que la lumière s'allume...
En d'autres circonstances, dans d'autres hantises, je sais qu'apporter de la clarté dans une pièce obscure ne fera que me confirmer des craintes indésirables... Un cadavre dans un placard, aurait-on dit, surement pour éviter de parler de chambre froide... Parfois, il vaut mieux ne pas être sûr. Mais ici...
Tout n'est que flou et incertitudes. Et même si ça m'effraie, c'est pour y mettre un terme et avoir enfin mes réponses que j'ai besoin d'atteindre le bout du fil et chasser les ténèbres.

Alors d'un mouvement sec, je tire la ficelle.  


Soudain l'écran s'allume, et avec lui une alarme stridente qui me fait me retourner en urgence. J'écrase les doigts sur le mobile en poussant un grognement, et j'ouvre péniblement les paupières, le regard perdu et le cœur battant un rythme sourd mais anxieux.

J'ai mal dormi. Le peu que j'ai réussi à fermer les yeux, je crois que c'était pour rêver du tableau au loup rouge. Ou de Ruby. Ou de ma mère en train de peindre... En fait j'en sais rien, c'était surement plus des pensées persistantes que de véritables songes.

J’évolue dans une chambre vide de présence et je me prépare dans le silence, avec pour seuls bruits de fond les échos du voisinages et bruits de l’extérieur. Mon professeur n'est pas là. Dans d'autres circonstances, je n'aurais rien eu contre appréhender les jours à venir à ses côtés, à le taquiner ou simplement rester tranquille en sa compagnie pour me calmer les idées, mais la situation n'est pas propice aux amourettes. Ce matin, je n'ai pas la tête aux batifolage et je me dis que notre distance ne tombe pas plus mal finalement. Ce qui m'attend, ce n'est pas quelque chose que j'ai très envie de partager. Avec personne. C'est entre lui, et moi.

Je fourre sèchement le nécessaire dans mon sac et j'ancre mon regard dans celui chatoyant du tableau qui trône sur le mur. Je ne sais toujours pas comment le regarder. Est-ce que je dois lui en vouloir, ou au contraire compatir? Est-ce que c'est maman qui a décidée de te retenir dans cette toile parce que c'était sa propre volonté, pour conserver une trace de l'absent dont il valait mieux déguiser l'existence? Ou est-ce que c'est toi qui a demandé à figurer là parce que tu avais un message à faire passer, toi le redoutable homme-animal qui n'a jamais pu faire parti de ma vie?

J'observe longuement le Loup Rouge qui ne me renvoie rien de plus qu'un même regard figé. Alors je ferme ma sacoche et lui lance un dernier coup d’œil, surement le même regard faussement exaspéré mais acharné avec lequel j'avais regardé ma mère tant de fois pour avoir toléré ses excuses.

C'est vrai, à quoi bon demandé? Tu ne peux pas parler.
Pas encore...

Je passe mon sac sur l'épaule et je claque la porte dans mon dos.

Bientôt, quelqu'un parlera pour toi.


J'attends sur ma bécane au repos, j'ai de l'avance. Je suis nerveux. J'étais nerveux aussi lorsque j'ai fais mes valises pour Beacon Hill pour les mêmes raisons que j'embarque aujourd'hui pour Boston. Une chance de trouver mon paternel. Je me suis adapté à la petite ville, j'ai fini par me détacher de ce doute constant et néfaste concernant les hommes à la quarantaine proche ou passé qui habitent les environs et qui me rendaient si suspicieux et si alerte à mon arriver. Soupçonner la paternité partout ou presque, parce que l'Inconnu et la seule toile de fond sur laquelle je puisse me dépeindre son portrait. Comment ne pas se demander, dans un petit patelin comme Beacon Hill? Si rien n'indique que ma mère ait vécue ici, mon certificat démontre que je suis bien venu au monde entre ces collines, et donc qu'elle y a bien mis le pied aux alentours de ma naissance. Et comme l'accuse son tableau et la nature particulière de cette ville... le temps pour elle de croiser la route d'une créature de légende. Le doute de l'avoir déjà croisé, l'avoir côtoyé chaque jour sans le savoir n'a pas totalement disparu, il est juste moins intrusif. Je n'ai pas à nécessairement sombrer dans le mal-être pour qu'il se manifeste. Il ressurgit parfois plus sensiblement dans des états de faiblesses que je ne ressens pas forcément, une mélancolie inconsciente qui frappe soudain en admirant un modèle à l’œuvre, en enviant un fiston et son daron, en croisant un regard viril chaleureusement désintéressé. Un état de solitude et de manque toujours présent mais qui peut se creuser même dans les meilleurs moments, aux meilleures périodes de ma vie. Mais je crois que le temps m'a rendu moins expectatif qu'à mon arrivée. Le temps de me familiariser avec cette ville et ses habitants, le temps de grandir un peu, peut-être, mais aussi grâce à certains avis et appuies tel que ceux de Derek qui a été le premier à apprendre cette absence et plus récemment, celui de l'agent Volpha.

Ruby m'a donnée quelques indications concises en vu du voyage mais n'a rien laissé entendre concernant mon chaperon, ni quoique ce soit de plus sur le contact de Boston que nous allons voir et les informations qu'il détient. Est-ce que c'est quelqu'un de respectable comme semble l'être ce Lycaon? Et l'autre, l'accompagnateur, un loup ronchon à la Hale comme ils semblent entourer la chef de meute?... Je cherche et j'essaie de le reconnaitre au grès des passages et arrêts de véhicules, mais je ne reçois aucun regard, aucun signe qui me soit adressé, rien. Je croise les bras sur le guidon et y enfouis momentanément mon nez en tapotant plus fort mes doigts contre. Je veux affronter cette histoire en homme, seul, mais je déteste attendre, je déteste ignorer ce qui m'attend, et je trépigne et je flippe à la fois à l'idée d'attendre encore ou d'être frustré de cette entrevue!...  

Je tique et me redresse quand arrive un deux roues qui me donne une drôle d'impression de déjà-vue... impression qui se confirme alors que le bolide au traits effilés s'arrête à côté de moi et que je peux reluquer son propriétaire du pied qui touche le sol jusqu'à sa visière, qu'il relève en miroir à mon petit sourire progressivement étonné, soulagé et conquis. Alors ça... le souvenir d'un asiatique charmeur et l'image sans consistance d'un accompagnateur mystère se superpose agréablement dans mon esprit. La pop-star du jungle...

-Je ne savais pas qu’il s’agissait de toi.

-Je savais pas non plus.
Ne cachè-je pas mon amusement.

-Bien remis de la course de la dernière fois ?

-Je m'en suis bien sorti. Et toi, t'as réussi à semer les flics?


Dire que notre course aurait pu prendre un autre tour si les agents de l'ordre n'étaient pas apparus dans notre viseur... Je me remémore son virage soudain au beau milieu de la chaussée, la fluidité avec laquelle il avait viré avec l'engin, la vitesse avec laquelle il avait refait le chemin inverse en passant entre les engins de police qui nous collaient au train, me laissant bête et estomaqué... Hey, mais... Minute...

- En fait... t'avais même pas à t'en faire quand j'y pense!

Quand ton Alpha n'est rien de plus qu'adjointe du shérif...
Je le jauge avec un sourire incrédule. Non... dire que je m'étais sincèrement laissé impressionné...

-Dommage, je t'avais vraiment pris pour un rebelle. fais-je mine d'être déçu en redémarrant.

Je le devance fièrement, sourd à ses justifications. Moi, stressé par le voyage?... Évidemment que je le suis encore, mais avoir Mister Fraise Tagada pour guide me fait rire et me détend grandement. Ça fait du bien. Ce voyage ne sera peut-être pas aussi pénible que je l'avais imaginé...


- Faut que tu me racontes ! S’exclame le japonais auquel j'ai laissé le choix du hublot. Quelque chose me dit qu'il aura au moins besoin de ça pour se calmer, incapable de tenir en place qu'il a l'air. Comment t’as réussi à faire en sorte que Ruby t’organise ce voyage ? Je veux dire, comment t’as croisé sa route ? Comment t’as fait pour qu’elle te parle de ses connections avec Lycaon ? Elle déteste en parler.

Wow! Je ris franchement à son flot de questions. Il m'a donné un aperçu de ce qui m'attendait en m'interrogeant sur tout et n'importe quoi avant d'entrer dans l'appareil, mais son énergie m'amuse. Comment j'ai amené son alpha à faire tout ça pour moi?...

-Mon charisme naturel.

Je le laisse sur cette réponse qui sonne comme une évidence, un sourire ravi aux lèvre, avant de céder.

-On faisait quelques... courses, dans le même drugstore quand elle s'est trouvée mal. Sa part lupine a commencée à prendre le dessus, elle avait ses crocs apparent à la sortie du magasin... Dans l'urgence, elle m'a réquisitionnée comme chauffeur. Me marrè-je gentiment. Et ça valait mieux. Au milieu de la route jusqu'à chez elle, je me suis retrouvé à conduire un gros loup gris...

Je lui laisse imaginer la scène. J'élude la trouille qui m'avait pris, mais je renchéris l'aspect cocasse en lui détaillant comment le gros animal parfaitement installé à l'avant de l'appareil me montrait le chemin de la patte et comment si un pauvre bougre un peu porté sur la bouteille en avait été témoin, il avait du arrêté l'alcool à l'heure qu'il est. Le japonais et moi avions tournés autour du pot pour savoir à quel point l'un et l'autre étions connectés au surnaturel cette nuit là, et bien s'il restait un infime doute, au moins il est certain que je suis au courant, de même que pour la nature réelle de son Alpha.

-Je crois que j'ai eu de la chance, elle n'avais pas spécialement envie de manger du beau gosse ce jour là. Sérieusement, la crise lui est passée. Elle m'a proposée de revenir pour... me donner des explications.

A ce moment là, je pense que la jeune femme ne pensait réellement qu'à être certaine que je ne sois pas choqué par cet évènement et s'assurer que je n'apporte aucun problèmes aux monde surnaturels. Sans ce douter que j'espérais trouver quelque chose à la revoir. Si le résultat était décevant... non, disons insatisfaisant, de fil en aiguille, ses précisions avaient bel et bien servis à répondre à mes interrogations personnelles, au delà des pourquoi du comment de sa nature si singulière.
Je marque une pause, pensif, avant de reprendre.

-On a parlé d'elle. De ses yeux. Elle m'a expliquée leur significations, d'où lui venait sa forme complète aussi. Que les loups comme elle sont rares. Mais pas inexistants.

Ruby, la louve Alpha, la louve de rouge aux yeux étranges. Ruby si remarquable, qui aurait put-être le modèle du tableau... Ruby, qui n'est pas un loup aussi unique qu'il y parait...
Pour ce qui est de ce qui l'a poussée à parler de ses liens avec le lycan originel...

-Ce Lycaon connait des histoires, à ce qu'elle m'a dit. Et j'ai besoin d'entendre l'une d'elle.

La légende du Loup Rouge.

Voilà pour les explications. Visiblement, l'adjointe n'a rien dit de mes motivations à parler à ce Noah à son Bêta, et ça me conviens très bien. Si ça doit finir par ce savoir, je préfère être celui qui se présente selon ses propres termes et à son rythme qu'à être le protagoniste d'une histoire déjà modelé par les explications de d'autres.

Je jette un vague petit coup d’œil à mon auditeur. A juger son étonnement de plus tôt, on dirait que j'ai du le mériter pour avoir une chance d'approcher ce Lycaon, ou du moins l'un de ses contacts.

-C'est qui exactement, ce Lycaon?... Il a l'air important. Ruby a laissée entendre qu'il était le "premier" lycan. Petit silence méditatif de ma part. Mais la lycanthropie, celle qui fait les loup-garous tels qu'on les connait... ça date pas d'hier?...

Pour avoir connu un Derek de dix ans de moins, je ne devrais même pas m'étonner de ses explications. Mais puisque le petit jap' à l'air bien renseigné, autant combler mes quelques interrogations. A mon tour de me montrer curieux!

-Et... Ruby et son association au Petit Chaperon Rouge...?

L'idée à l'air folle, mais je teste, on verra bien. Parce que d'un côté, ma logique me rappelle que Grimm, Perrault et je ne sais plus qui encore, c'était il y a des siècles et ce ne sont que des légendes, des "contes de fée", ces baratins qu'on invente pour aider les gamin à appréhender la vie. Mais d'un autre côté, Arthur et la table ronde c'est bien inspiré d'une réalité historique, puis c'est pas comme si j'avais côtoyé mon propre Arthur 2.0 avec un vairon que Mama Joe a armé de ni plus ni moins que la cousine d’Excalibur!... Donc... elle, c'est juste une association de plus, comme Derek pourrait-être associé au Grand Méchant Loup? Ou...?...

... C'est une impression ou le japonais, jugeant l'ampleur de la tâche, est en train de considérer qu'il vaut mieux que j'en reste sur mes spéculations plutôt que de voir ma vision du monde bouleversée à jamais?...

-Dis moi au moins si le Chaperon Rouge a vraiment existé! Insistè-je. Et si Ruby est l'une de ses représentantes, ou une adepte, ou une descendante!

Je plisse des yeux un peu vexé. J'ai beau avoir posé le pied dans le monde surnaturel, je reste ignorant sur bien des points. Et je crois que ça l'amuse de me faire tourner en bourrique...

-Et toi? orientè-je mon interrogatoire ailleurs. Comment tu l'a connais à Ruby?

A avoir écouté parler la femme de rouge, je pourrais croire qu'elle a déjà vécu des dizaines de vies. Peut-être pas tant, mais elle n'est pas de Beacon Hill, et ses crimes passés me laissent supposer qu'elle n'a pas toujours été la douce maman qu'elle est en phase de devenir. Devenue?... Bref. Quant-à lui... je suis d'avantage en mesure de parler de son déhanché sur le dance-floor ou son gratté sur une guitare que de divulguer des infos très pertinentes le concernant. Est-ce que c'est l'agent qui a rencontrée le chanteur? La louve un bêta à adopter? La femme un ado un peu excentrique?...
Il est lié à Derek, Peter, Wayne et Wilder, tous présent à la fête du premier cité où je l'ai aperçu pour la première fois, et c'est un membre de la meute de Ruby. Il est entouré de loups, et pourtant, si j'ai soupçonné qu'il en soit un, il m'a révélé un élément capital à la soirée au Jungle, juste avant de disparaitre avec sa moto...

Je me tourne franchement vers lui. A mon tour de le reluquer avec intensité.

-Les loups, ça a pas des yeux mauves. Alors t'es quoi?

© Halloween sur Never-Utopia





Dernière édition par Therence Garnet le Dim 27 Nov - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar



Messages : 175
Points : 222
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Ven 1 Juil - 12:26

Origins
Quand Ruby m’avait appelé pour me demander d’accompagner quelqu’un à Boston, je n’avais pas hésité. Je ne peux rien lui refuser. Et puis aller à Boston n’est jamais une corvée. Je limite mes voyages car je sais que Nathan n’apprécie pas plus que ça de m’avoir dans le coin, mais ça ne peut pas toujours être Noah qui se déplace. Et en l’occurrence, Nathan ne semblait pas si malheureux d’apprendre ma venue. Visiblement, mes capacités vont être mises à contribution. Une histoire de nouvelle meute hétéroclite ou je ne sais quoi. Toujours est-il qu’avoir une force de frappe supplémentaire n’est pas de refus.

Mais quand même, je me demande qui a réussi à obtenir un entretien avec un futur capitaine aussi facilement. Je sais qu’elle avait déjà fait appel à Noah pour le gosse que Matrim a pris sous son aile, mais c’est typiquement le genre de truc qui convainc facilement les capitaines. Les enfants sont leur faiblesse je crois. Mais pour convaincre Ruby de prendre contact avec son « passé », ça par contre, il faut y aller. Si elle parle facilement de ses origines étranges, elle déteste parler de son passé de Capitaine. Ruby est du genre à devenir rapidement très maternelle, mais il faut lui faire une forte impression pour qu’elle fasse appelle à son ancienne vie, surtout depuis que Lycaon a annoncé qu’il n’interfèrerait plus dans les affaires de Beacon Hills.

Alors forcément, je suis vraiment curieux. Et ma curiosité ne tarde pas à être assouvie. Mais si la question de « qui » a trouvé réponse au premier regard, une autre la remplace : comment diable a-t-il rencontré Ruby ?

Nous échangeons quelques mots sur notre dernière rencontre et juste après m’avoir demandé si j’avais réussi à semer les flics, il tique pour le poste de Ruby. Il fait mine d’être déçu et démarre sans me laisser le temps de répondre. Qu’à cela ne tienne, je démarre à mon tour et le suis. Hors de question qu’il reste sur cette impression.

«  Je croyais que t’avais rencontré Ruby. Si je m’étais fait choper et qu’elle avait eu à intervenir…Brrrr ! Je n’ose même pas y penser. Elle fait flipper quand elle s’y met, tu sais ?

Une fois assis, partagé entre le hublot et lui — oui, je devrais être blasé après tant de voyages, mais pas du tout !— je le bombarde de questions. Je veux savoir comment il a fait pour obtenir ça d’elle. Sa première réponse me fait m’esclaffer.

 «  Je suis sûr que tu le perdrais complètement face à son cher et tendre, ton fameux charisme. Il arrive à me faire taire d’un regard. T’imagine la bête ? !

Un instant, je sais que mon regard se voile. J'essaye de ne pas penser au drame, mais comment cela pourrait-il être possible? Peter...la folie va-t-elle l'engloutir? Et Ruby?

À la grimace de Therence, je comprends qu'il a déjà rencontré Peter. L’instant d’après, il abdique et entre dans les détails de sa rencontre avec la louve rouge. J’avais entendu parler de cette aventure. C’est comme cela que Ruby a su que les petits étaient des garous. Je ris quand il explique qu’elle s’est transformée en plein milieu du trajet. Pas de bol, en plus Ruby est plus imposante qu’un loup normal. Il dit avoir eu de la chance qu’elle n’ait pas eue faim. L'histoire est cocasse et je ris de sa mésaventure sans pouvoir empêcher mes yeux de s'humidifier à l'évocation de Lilia

 «  Tu ne crois pas si bien dire. Je n’ai pas encore rencontré sa louve quand elle est en colère, mais de ce qu’elle nous a expliqué, quand elle la retient trop, elle devient…sanglante. Les petits semblaient la calmer...Mais évite de croiser son chemin pour le moment si tu peux...On est incapable de dire comment elle va réagir...Et évite Peter comme la peste, c'est plus sage.

Therence relate ce dont Ruby et lui ont parlé. J’ai beau le savoir, j’ai toujours du mal à croire qu’elle ne vient pas d’ici. Quant à ses yeux, à chaque fois que je les vois briller, ça me rappelle pourquoi je suis à ma place dans cette meute. Qui pourrait croire que derrière cette femme aux instincts maternels si développés, se cache une créature meurtrière ?

Ainsi, c’est à propos d’une de ces histoires dont les capitaines détiennent le secret ? Lycaon est le premier loup-garou. Il est immortel et plus ou moins invincible. Il en a vu des choses. Tel un sage, il transmet les souvenirs qui deviennent histoires puis légendes, à ceux qu’il entraîne. Noah connaît certaines de ces histoires, surtout parce qu’il a grandi entouré par les capitaines. Lui-même n’a pas encore ce titre donc il ne connaît pas toutes légendes contées par le vieux loup. Je me demande laquelle intéresse Therence.

Ah, il renverse la balance. À lui de poser des questions. Je me demande depuis quand il est initié à ce monde caché. Qu’est-ce qu’il en connaît ? Je vais bientôt le savoir ! Sa première question concerne Lycaon. Ça n’est pas étonnant. Je ne l’ai pas croisé souvent. Notre rencontre la plus marquante date du jour où Chad a tué Shadowcat. Lycaon a cette aura qui vous écrase quand il la laisse s’échapper. Et puis quand on voit la prestance de ses subordonnés, on imagine celle de leur chef. Noah lui-même commence à dégager un charisme flagrant.

 «  En fait, c’est difficile d’en dire plus. Je sais qu’il est le premier des loups-garous, et pourtant il a l’apparence d’un mannequin de vingt et quelques années. Je ne sais rien d’autres que des histoires et des rumeurs après ça. Tu sais, quand tu te retrouves face à lui, tu fais pas le malin. Des questions, t’en as une flopée, mais il n’y en a pas une qui franchit tes lèvres de peur de le vexer. Bref, certains parlent d’une punition divine, d’autre d’une malédiction voodoo. Je sais juste qu’il est très vieux, genre, vraiment très vieux et que d’une façon ou d’un autre, il parvient à changer de forme humaine de façon, disons périodique. Tous les cinquante ans ou un truc dans le goût.

Combien de visage a-t-il adopté ? Combien de pays a-t-il visité ? Combien de savoir a-t-il engrangé ? Combien de fois ? Peut-il encore avoir des premières fois ? Combien de noms ? Combien de morts ? De naissances ? Combien d’amour ? Combien de guerre ?

 «  Depuis un certain nombre de décennies, ou de centaines d’années sans doute, il s’est donné pour objectif d’aider à conserver l’équilibre de ce monde. Il s’arrange pour que le surnaturel reste une affaire de légende pour la plupart des hommes. Qu’il faille faire disparaître les preuves, la source ou les témoins, suivant le cas. Et pour faire ça, il recrute des hommes et des femmes, parfois simples humains, parfois plus exceptionnels. Les plus forts d’entre eux sont ses Capitaines, et va savoir pourquoi, ils sont tous associés à une couleur.

Bleu, gris, rose, noir, blanc... rouge… ils sont originaires de tous les pays et de tous les horizons. Mais ils ont une chose en commun : ils sont puissants et dévoués. Lorsque j’étais en infiltration, je n’ai eu de contact qu’avec Goran, mais depuis, à aller régulièrement voir Noah, j’ai pu me rapprocher de Primerose. C’est la plus douce. Belyy est à l’image de son pouvoir, bien qu’elle soit maternelle à sa façon. Huisè est…peu loquace…

Therence s’intéresse ensuite aux origines de mon alpha. Un sourire se dessine malicieusement sur mes lèvres. Ah…ça ! Est-il certain de vouloir savoir ? Je sais. Pourtant, je ne sais pas. Enfin, je veux dire, comment y croire ? Malgré tout ce dont j’ai été témoin, je ne suis pas encore certain d’avoir vraiment digérer cette révélation. Blanche Neige, le Petit Chaperon Rouge, la méchante Reine, Robin des Bois…tous existeraient…existent d'ailleurs, puisque j'ai rencontré Snow, Regina et David au mariage. Cela peut sembler curieux de la part d’un être comme moi de ne pas être capable de croire qu’ils existent bel et bien, mais en même temps, on ne parle plus seulement de légendes, mais carrément de contes, de « ils vécurent heureux pour toujours », même si Ruby nous rappelle que ça, c’est une fantaisie des auteurs de contes. Et puis, quand on réussit à croire ça, il faut réussir à croire à quel point certains contes ont remanié la réalité : le prince charmant était un fermier et avait un jumeau qui était un parfait co*nard, la méchante reine a su redevenir gentille, le capitaine crochet n’était pas si méchant et surtout, il était canon…et la gentille petite fille au chaperon rouge n’était autre que le loup lui-même ! Mouais…je crois qu’il vaut mieux qu’il reste dans ses incertitudes pour l’instant. Et puis c’est tellement drôle de le voir rager de ne pas savoir. Mon sourire s’élargit quand il évoque des liens possibles entre Ruby et le Chaperon. Il n’envisage visiblement pas une seconde qu’elle SOIT le Petit Chaperon Rouge.

 «  Si tu savais !

Je ricane. C’est bien trop drôle de le voir fulminer. Et il marmonne un long moment avant de rabattre ses questions sur moi. Comment j’ai rencontré Ruby ?

 «  Je suis arrivé peu après elle à Beacon Hills. Tu imagines bien qu’ici, il n’aura pas fallu longtemps pour que nos chemins se croisent. C’était la première au poste de police à s’impliquer dans les histoires cachées de la ville. Je suis entré dans la meute par le biais de Chad. C’était son premier bêta et comme nous sommes sortis ensembles, j’ai finis par intégrer la meute. Aujourd’hui, c’est ma famille, même si je ne suis plus avec Chad.

C’est très résumé, mais grosso merdo, c’est ça. Enfin, si je me mettais à raconter toutes nos histoires, le vol jusqu’à Boston ne suffirait clairement pas. Entre le pseudo amour à trois, les révélations sur mon lien avec Chad et toutes nos autres aventures. On pourrait en écrire des romans entiers !  Euh…c’est quoi ce regard suspicieux que Therence me porte ? Ce que je suis ? Ah, c’est vrai que j’avais laissé briller mes iris.

— «   Meow !

Je m’interromps avant même d’en dire plus pour répondre à l’hôtesse. Je prends un soda et des biscuits salés, puis après un coup d’œil à travers le hublot, je reprends quand il résume ma nature à celle d’un chat.

— «  Tu as déjà croisé des kanima ? Hum, alors, je reprends. Quand un alpha lycan mord un humain, ce dernier peut se transformer…ou mourir. Et quand il se transforme, à priori, c’est en lycan….À priori… C’est pas toujours le cas. Dans les écrits, les kanimas sont plus ou moins des bras armés de la justice. Selon ces même écrits, la nature de la bête est féline, mais jusqu’à présent, tous ceux que j’ai croisés sont des reptiles…tous, sauf moi. Nineko, mon…autre, est une panthère nébuleuse noire…légèrement croisée avec je ne sais quel autre félin puisu’il a des oreilles plus pointues et grandes qu’une panthère normale. Ah, et en passant, je suis aussi un chasseur. Vive l’arbre généalogique !



© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar


Humeur : Effronté
Messages : 960
Points : 1127
Réputation : 169

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Dim 27 Nov - 16:39



Interlace
Lorsque Ruby m'a proposée ce voyage à Boston à la recherche d'informations sur mon père, je ne pensais pas que ce serait l'occasion de prendre du recul sur une vie qui m'échappe salement. Je me suis investis en secret dans des causes peut-être déjà perdues, me retrouve impliqué dans des histoires que je ne soupçonnais pas capables de déborder sur la vie d'un humain certes intrépide mais pas plus criminel que le lambda. Je me suis laissé distraire par des... frivolités au détriment de mes réelles priorités et aujourd'hui j'ai l'impression d'en payer le prix. Je dois reprendre un semblant de contrôle sur ma vie. Me recentrer sur l'essentiel, ce pour quoi Beacon Hill est devenu mon lieux de résidence depuis près d'un an, et arriver à combler vraiment et solidement les vides de mon existence.

Mes doigts tapotent inlassablement le guidon de ma moto tandis que je balais les environs du regard pour la énième fois. J'attends devant l'aéroport que quelqu'un daigne me faire un signe, mais toujours rien. Et si personne ne vient? Est-ce que je devrais chercher ce Noah par moi-même?!... Je le ferais. C'est seul que j'évolue le mieux, la solitude ne deviendra pas mon châtiment prétendument mérité. Je suis taillé pour faire face sans assistance et avec fierté. En homme.

Pourtant, quand je reconnais le chanteur du club et comprend que ce sera lui mon compagnon de route, j'éprouve un soulagement indicible... Et sans me douter quel costume le frivole à lui-même revêtu, je me drape de désinvolture. Je ne peux décemment pas abandonner mon charisme habituel devant une connaissance...

-Je suis sûr que tu le perdrais complètement face à son cher et tendre, ton fameux charisme. s'amuse Miyavi lorsque je justifie que Ruby ait acceptée de m'aiguiller. Il arrive à me faire taire d’un regard. T’imagine la bête ? !

-Ouais... j'en ai eu un aperçu... ris-je nerveusement.

Je réprime un frisson au souvenir glaçant des iris de loup meurtrier de l'ainé des Hale. Je me doutais déjà quel type louche ce prof de lettre devait-être, trop strict, trop coulant, trop sournois, trop passionné par les poèmes pour être honnête! Mais à vrai dire... évidemment que non, j'avais pas envisagé qu'il puisse réellement être un criminel de cette espèce.

Je raconte comment j'ai rencontrer l'adjointe. Ça aurait pu se passer dans un commissariat, mais c'est le surnaturel qui s'est imposé à nous quand elle a perdue le contrôle et qu'elle a nécessité une échappatoire urgente. La louve avait assez de maitrise pour avoir reléguée notre virée à un évènement burlesque, mais en y repensant, l'issue de cette rencontre aurait put-être bien différente...

-Tu ne crois pas si bien dire. Je n’ai pas encore rencontré sa louve quand elle est en colère, mais de ce qu’elle nous a expliqué, quand elle la retient trop, elle devient… sanglante. Les petits semblaient la calmer... Mais évite de croiser son chemin pour le moment si tu peux... On est incapable de dire comment elle va réagir... Et évite Peter comme la peste, c'est plus sage.

L'asiatique fait bonne figure, mais pas assez pour masquer toute la gravité qui le ronge. Je suis au courant que le mariage n'a pas été de tout repos, sans savoir concrètement si ce n'est l'église en ruine, le retour d'un dangereux cousin Hale, de Bersekers et soldats adolescents. Des ennuies que Wilder a intérêt à garder pour lui sans y impliquer un trop naïf... ou peut-être trop gourmand cervidé. Il en a déjà assez fait.

-T'en fais pas. souris-je un brin provocateur de vouloir rediriger mes pensées et parce que je ne tiens pas à trembler devant lui à l'évocation de Peter. J'ai pas l'intention de trainer dans leurs pattes.

J'aurais assez de poursuivre mes études pour croiser le prof dans les couloirs de l'école, et avec tout le respect que j'ai pour elle, j'espère ne pas avoir à revoir Ruby trop vite sinon pour de bonnes nouvelles et la remercier. La mère est abordable, mais la louve est un brin trop imprévisible pour l'humain que je suis, quant-à la flic... je préfère sérieusement éviter, je doute que ça signifierait du bon pour moi.

Mais ma bêtise ne suffit pas à alléger la mine sérieuse de Miyavi. Je m'interroge en sourdine, piqué par le ferme intérêt qu'il a à ce que je ne dérange pas le couple, et je me contente d'un hochement de tête entendu.

-Ça te dérange pas de faire la route? Je veux dire, Ruby t’appelle, tu réponds présent... Je reluque mon camarade. J'imaginais quelqu'un d'autre pour être honnête.

Genre un gros gaillard de loup garou peu loquace, ce genre de type auquel on collerait directement l'étiquette de l'escorteur et homme de main d'une Alpha au passif de Ruby et qui puisse mener à un type aussi mystérieux que leur Noah. Quand je regarde Miyavi, j'ai... plutôt l'impression de faire une sortie scolaire si c'est pas une virée entre potes. Et ça me fait un peu marrer...

Il croit sans doute que je me moque de son gabarie de crevette, mais en réalité je me détend. Je pensais affronter ça seul, et j'y tiens. Mais... un peu de distraction ce n'est pas si mal tout compte fait... L'Alpha est prévoyante en m'envoyant son plus jeune bêta pour un voyage émotionnellement tendu. Son côté "maman" exacerbé, peut-être... Ce n'est pas l'adjointe qui a écoutée un jeune homme questionner avec méfiance au sujet d'une origine ni qui a mis ses moyens en place pour aider. Autrement, je me serais vexé de l'attention, mais je ne peux pas nier que je préfère une escapade en compagnie d'un joyeux luron avec qui partager quelques boutades qu'abandonné à mes pensées aux côtés d'un strict guide.
Je lui suis reconnaissant. Rien ne l'obligeait à écouter et à agir pour Boston, d'autant sur quelques soupçons et aveux succincts. Je pense avec quiétude à son gros ventre rond des petits loups et au regard plein de tendresse qu'elle portait sur eux. Et ça me parait-être une évidence qu'à ses yeux de mère, c'est dans l'ordre des choses qu'un enfant, quel que soit son age ou sa condition, puisse être réuni avec sa famille...

Cet homme, Lycaon, je me demande d'où il connait l'histoire du Loup Rouge. S'il est possible qu'il l'est rencontré... Miyavi me parle un peu de l'antique animal. Je ne peux m'empêcher de froncer un sourcil sceptique à l'évocation d'un mannequin multi-centenaire et ose un commentaire railleur sur les caractéristiques plutôt vampiriques du vieux lycan.
Je dois donner l'air de ne pas prendre assez au sérieux cet univers dans lequel j'ai pourtant réussi à gravement m'empêtrer, et dans le fond, peut-être qu'il me reste assez d'arrogance pour réellement m'en moquer, c'est vrai. J'écoute avec l’intérêt et le recul habituel avec lequel je découvre ce monde, ni vraiment blasé mais pas non plus assez ignorant pour être impressionnable. Le Surnaturel est un univers réel, avec ses règles et ses caractéristiques propres, mais je n'en reste pas moins un humain bercé par des contes et des clichés, parfois caustique, parfois plus effrayant de réalisme. J'apprends encore à faire connaissance avec et à faire la part entre l'imaginaire et cette étrange réalité. Alors ça ou autre chose... ça ne me fera pas pour autant croire aux fantômes ou aux extra-terrestres jusqu'à en avoir la preuve.

Donc il s'agirait du premier garou de l'Histoire, le genre de type devant lequel on s'écrase. Miya mesure ma chance d'avoir à faire à l'autre, Noah, plus abordable quoiqu'un brin énigmatique à mon gout. Il ajoute comment il est le garant de l'équilibre et œuvre à maintenir le monde surnaturel caché aux yeux des humains avec quelques élus. Je sourcille à son évocations de la guilde Arc-en-ciel, méditatif. D'accord...

-C'est original. Et donc, Ruby était la rougeoyante du groupe.

Il acquiesce et je m'enfonce un peu plus dans mon siège en soupirant. Ce Mathusalem lupin en a vu défilé du monde. Je ne sais pas si ça m'inspire de l'espoir, ou d'avantage d'appréhension. Les deux sans doute...
Et sinon, c'est quoi ce rapport entre Ruby et le Chaperon des contes?

-Si tu savais ! se tait le Chechire humain.

Parce que ça l'amuse! Qu'il me parle un peu de lui et sa rencontre avec Ruby au lieux de se moquer.

-Je suis arrivé peu après elle à Beacon Hills. Tu imagines bien qu’ici, il n’aura pas fallu longtemps pour que nos chemins se croisent. J’acquiesce. Tous les chemins finissent par se croiser dans cette petite ville. C’était la première au poste de police à s’impliquer dans les histoires cachées de la ville. Je suis entré dans la meute par le biais de Chad. Une mouche vient de me piquer. Ou est-ce ce prénom? Qu'est-ce qu'il vient faire dans la conversation celui-là... C’était son premier bêta et comme nous sommes sortis ensembles, j’ai finis par intégrer la meute. Aujourd’hui, c’est ma famille, même si je ne suis plus avec Chad.

-Non... T'es sorti avec Chad?!

LE Chad? Chad Wilder?! L’indécrottable moitié de Wayne?!!
Cette nouvelle m'amène un sourire de diable.

-Comment? lui laissè-je juste assez de temps pour répondre. Pourquoi? Combien de temps? Est-ce que Wayne était déjà dans le paysage? Est-ce qu'il était jaloux?! harcelè-je joyeusement le pauvre asiatique, un sourire grandissant sur les lèvres. Est-ce qu'il y a faillit y avoir un bain de sang!

J'essaye de me le représenter aux bras de Wilder, et je me demande si je détesterais leur couple comme je déteste l'actuel, ou au moins si le loup m’insupporterai autant si je le connaissais comme "le petit ami de Miyavi", beaucoup plus supportable que le Batman local. Mais la réponse clignote comme une évidence sans même y réfléchir. Wayne et Wilder ensemble, c'est un super combo d'inssuportabilité. Mais pris chacun dans leurs coins... ils restent quand même aussi insupportables l'un que l'autre. C'est pas dépendant de leur couple...

Donc il est sorti avec le loup, et je l'espère au détriment du vairon. Reste un mystère qui me tracasse depuis que nous nous sommes quitté ce soir là sur le bitume. Qu'est-ce qu'il est au juste?

-Meow !

-"Meow"?
Répétè-je d'un rire interrogatif. C'est pas une réponse ça!

Il profite du passage de l'hôtesse pour me faire languir. Qu'il ne s'imagine pas éviter le sujet en se bourrant la bouche, j'ai de longues heures à tuer et je suis têtu. Je me contente d'un soda et lorsque Miya ouvre son sachet, je le déleste d'un biscuit comme je n'hésiterais pas à le délester du reste s'il persiste.

-Un lykoi?

Comme la rouquine incapable de se débrouiller par elle-même et amatrices des amours à sens-uniques que j'avais appris à connaitre le temps d'une après-midi chez-elle?

-Les lykoi font "Meow"... insistè-je suspicieusement. J'en ai connu une, et elle a fini par faire "Meow"... lui laissè-je comprendre, non sans un brin de malice, comment on en vient à faire  miauler une féline et comment rien ne me résiste. Mais elle avait les yeux vairons, pas mauve...

Alors il est quoi?

-Tu as déjà croisé des kanima ?

Je fais mentalement le compte des créatures que j'ai rencontré depuis mon arrivée à BeaconHill pour être sûr, entre loup-garou, chat-garou, wendigo, pouvoirs psychiques, sans parler du bestiaire fantastique que j'assimile au compte des évocations et de mes recherches personnelles, mais je hausse rapidement des épaules. Pas que je sache. Vu la consonance je suppose à un truc typiquement japonais, comme lui?

-Hum, alors, je reprends. Quand un alpha lycan mord un humain, ce dernier peut se transformer… ou mourir. Ouais, le jeune Derek m'avait raconté ça. Le genre d'histoire qui dissuade facilement de tenter le coup. Et quand il se transforme, à priori, c’est en lycan... A priori? À priori… C’est pas toujours le cas. Dans les écrits, les kanimas sont plus ou moins des bras armés de la justice. Selon ces même écrits, la nature de la bête est féline, mais jusqu’à présent, tous ceux que j’ai croisés sont des reptiles… tous, sauf moi. Nineko, mon… autre, est une panthère nébuleuse noire… légèrement croisée avec je ne sais quel autre félin puisqu’il a des oreilles plus pointues et grandes qu’une panthère normale.

-Donc, t'es une sorte de Navy qui a déteint à la machine? Commencè-je à le charrier en croquant dans le biscuit.

-Ah, et en passant, je suis aussi un chasseur. J'avale bruyamment et le fixe subitement. Vive l’arbre généalogique !

Il s'attend peut-être à un retour, mais son rire se heurte à un regard persistant. Un blanc s'installe entre nous.

-T'entend quoi par "je suis un chasseur"?...

Il a une façon d'annoncer ça le plus naturellement du monde... Il est évident que la louve ne m'aurait pas envoyer un timbré, il est évident qu'une meute de loup ne prendrait pas dans leurs rangs un de leurs ennemis. Malgré tout, celui qui passait pour un chanteur à midinettes et à la nature ambiguë admet être l'un de ceux qui menace la vie de mon wendigo et ma quiétude. Ainsi que celle de Wayne et Wilder... du monde surnaturel en fait.

-T'es quoi? Une sorte d'agent double? Le fruit d'un Roméo et Juliette sauce Beacon Hill?

Je cherche à voir un chasseur dans ce drôle de personnage, mais je n'y vois pas plus un félidé vengeur. Je me détend sur mon siège, mais incapable de juger l'asiatique autrement qu'avec perplexité.

-T'es pas du genre à découper des surnaturels en morceaux ni à les espionner puis les ficher pour le compte de détraqués?

Négatif.

-... Alors ça devrait aller. me posè-je sur cet avertissement.

Je suppose... dans le cas contraire...
Mes défenses ne sont plus aussi dérisoires depuis que j'ai croisé la route d'un sale rital. Je ne fais peut-être pas naturellement le poids contre un métamorphe, on a tous en commun un cœur, des poumons, un estomac et un cerveaux pour être sûr de viser quelque part et faire des dégâts, pouvoirs régénérateurs ou pas. Je n'ai pas pu emmener mon flingue, mais je me sépare pas de mon canif. Mauvaise habitude pour un rapide séjour qui ne suppose pas que j'en aurais besoin. Je suis venu chercher des informations, pas guetter une menace, c'est à Beacon Hill que sévit le danger.

Cette escapade devrait faire office de pause et me permettre de pleinement me recentrer sur moi et mon paternel. Je suis en sécurité, j'ai de la compagnie, outre la cause de mon départ je devrais être soulagé du malaise que m'inspire cette ville depuis que j'ai appris pour les chasseurs et le sort réservé à certains. Mais j'ai beau vouloir laisser ces pensées derrière moi comme des bagages inutiles, elles me poursuivent jusqu'à la présence d'un mi-chasseur mi-être vengeur et s'entremêlent à mes réflexions personnelles en motifs de plus en plus dérangeants...

-Tu connais bien Chad alors?

Je triture ma canette, conscient de mon indiscrétion. Mais si ce n'est pas lui, alors qui m'en parlera?

-C'est quoi l'histoire avec sa mère? demandè-je sérieusement.

Chad et moi on est pas pote. Je n'ai aucun intérêt ni la moindre envie de me montrer délicat à cause de ce tragique épisode, je ne tiens pas à savoir pour pouvoir lui présenter mes condoléances par la suite : il y a des gens qui sont morts dans ces histoires. Alors j'ai parfaitement le droit de savoir à quoi m'attendre.
Je comprend que le bêta se montre réservé, mais il ne s'agit pas de bafouer le deuil de son ex.

-Je vais te la faire courte : ce sal... loup est une source d’ennuis, je veux savoir ce qui arrive à ceux qui se retrouve embourbés dans ses histoires.

S'il ne s'était pas aventuré chez les chasseurs, s'il n'y avait pas embarqué le wendigo... Ils se sont déjà défendus l'un et l'autre, et peut-être bien qu'au fond, je sais qu'Adriann n'a rien d'innocent dans l'affaire... qu'il... y a gout... mais c'est pas la question. Puisque c'est un métamorphe, Miyavi doit bien sentir le sérieux de mon interrogation. Je ne suis pas rassuré, mais si j’attends des explications, c'est bien parce que j'ai l'espoir de ne pas faire partis des... dommages que cet abrutis pourrait causer, ni le cannibale qui est déjà une source de problèmes à lui tout seul. Adriann a peut-être le pouvoir de se régénérer, il n'est pas plus immortel que nous tous...

-Elle s'est faite tuée par des chasseurs. résumè-je ce que Chad a lâché et pour lui prouver que je suis dans la confidence, du moins en parti.

Est-ce que c'était une membre de la meute elle aussi? Une louve?...

J'apprends aux aveux de Miya ce qui arrive aux surnaturels ainsi qu'à leurs alliés. Lors de notre réunion, j'avais eu du trio un aperçu assez global et percutants des ignominies des chasseurs. Mais le kanima m'offre le regard plus centré et personnel des horreurs dont ces types sont capables qui me permettait de garder une certaine distance à tout ça.

-...Elle était humaine. assimilè-je. Comme moi. C'était la mère de Chad, et elle a péris sous leur assaut... et elle n'est pas la seule. Alors... vraiment personne n'est épargné?...

Je reste immobile dans mon siège, quelques doigts en travers des lèvres. Je mesure avec effrois l'ampleur du danger. De toute son ampleur...

Et dans ce Maelstrom auquel personne ne semble pouvoir échapper, qu'en est t-il de lui?! Est-il à l’abri de ces querelles? Est-ce qu'il les a fuis il y a longtemps? Ou est-ce qu'il œuvre contre à l'instant même? Est-ce qu'il... en a déjà subit les conséquences?...
Il ne s'agit plus de débusquer un absent, mais de retrouver une cible avant qu'un malheur n'arrive. Si ce n'est pas déjà fait...

-... Non... murmurè pour appuyer une assurance que je ne peux espérer entendre que de moi-même. Pas quelqu'un de sage et de puissant...

Il doit l'être, assez pour survivre aux chasseurs. A n'importe quelle menace.

-... Et tu as fait parti de leur clan.

Je cherche dans ses yeux une explication à ça. Ce que j'y lis, je crois que c'est de la honte et bien d'autres ressentiments. Harceler Miya ne me permettra pas de mettre une motivation sur de tels agissements ni solutionner le problème, il y a longtemps Derek avait justifié de la différence qui effraie et pousse au pire.

-On débarque et on retrouve directement ce Noah? m'enquis-je soucieusement.

Aucun surnaturel n'est à l’abri, personne ne l'est, et l'ignorance m'amène à croire autant qu'à craindre.
La menace qui gronde précipite ma quête. Je dois retrouver mon père, et au plus vite.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar



Messages : 175
Points : 222
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Ven 20 Jan - 5:15

It begins with a trip
JJe me demande pourquoi cela me trouble autant. Ce n’est pas le premier proche auquel je survis. Ce n’est pas non plus la première fois qu’un enfant perd la vie sous mes yeux. Mais là, c’est bien différent. Cette enfant allait être un soleil pour notre meute. Le lien de meute nous a tous lié à ces deux bébés comme nous n’aurions jamais pu nous sentir lié. Ils étaient une partie de nous avant même de naître, et un de ces morceau n’est plus. Le deuil est difficile à surmonter. Ruby est au plus mal et aucun de nous ne parvient à contrebalancer ça. Il faudra bien les efforts de Derek et de Chad pour qu’elle garde la raison.

Je suis soulagé quand je vois Therence. S’il s’agissait d’un inconnu, je pense que j’aurais eu du mal à penser à autre chose. C’est déjà difficile alors que le personnage Rebel attise ma curiosité au plus haut point.

À l’évocation de Peter, je comprends qu’il l’a à minima croisé. Et pourtant je doute qu’il l’ait revu depuis le mariage car son ton serait encore différent.

Therence m’en dit plus sur sa rencontre avec Ruby et je glisse un avertissement préventif. Il vaut mieux qu’ils les évitent pour le moment. Nous ne savons pas encore comment ils vont réagir. Je ne peux rien faire. Les deux seuls qui ont un pouvoir d’influence sont les bêtas de tête et éventuellement Mick puisqu’il est le parrain d’Ian.

Therence m’interroge. Ah, Cela l’étonne tant que ça qu’elle fasse appel à moi ? OU est-ce que je sois si docile ?

— « Je me damnerais pour mon alpha. Et pour répondre à la question pourquoi moi, nous ne sommes pas nombreux dans la meute à pouvoir voyager sans donner plus d’explication ni de justification que ça. Eventuellement, il y a Derek, mais il est monopolisé à garder Ruby dans une humeur pas trop massacrante, et Mick s’occupe d’Ian quand Ruby et Peter craquent. Et surtout, je suis en contact régulier avec la personne que tu vas rencontrer. Et je crois bien qu’initialement, Ruby avait en tête que ça te mettrait plus à l’aise si c’était moi. »

Il m’en demande plus sur Lycaon. Je suis mieux renseigné que nombres de surnaturels et pourtant je ne sais rien. Cela dit, je préfère autant que possible ne pas le voir. Il ne se montre qu’en cas d’extrême situation et ce n’est pas souvent bon signe. D’ailleurs, je me demande…pourquoi n’est-il pas venu ce jour-là ? Il aurait pu tout changer…

Je choisi de rester mystérieux sur les origines de Ruby. Pas certain qu’il me croirait de toute façon et puis c’est bien trop drôle de le voir s’interroger là-dessus. J’enchaîne sur ma propre rencontre avec l’adjointe quand il tique sur le fait que je sois sorti avec Chad. De la surprise naissent de nombreuses interrogations. En quoi est-ce si difficile à croire ? C’en est presque vexant….Mouais, okay, j’avoue que c’est plutôt invraisemblable, et pourtant ! Il me fait rire avec ses yeux brillants et ses hypothèses, vraiment.

— « Et oui. On s’est rencontré dans les bois. Ce qui ne devait être qu’un jeu charnel s’est transformé en quelque chose de beaucoup plus sérieux. Pourquoi ? Je crois qu’on ne m’avait jamais traité comme il l’a fait et j’étais une âme brisée qu’il pouvait reconstituer. Il y avait un truc, un lien qu’on ne pouvait pas expliquer au début. Ça a duré quelques mois. Mick est arrivé peu après, mais ça n’aurait pas marché de toute façon. Et oui, je me suis attaqué à Mick, mais pour une autre raison. D’ailleurs, pendant un temps, on a même formé un trio. Mais l’un comme l’autre, ils sont exclusifs. Mick ferait tout pour Chad. Chad, lui ne voulait pas me blesser. Et comme je refusais de voir l’évidence et qu’il ne voulait rien dire, ça a eu l’effet inverse. Autant te dire que la tension régnait et ça ne s’est pas arrangé quand on a appris d’où venait le lien.

Je vois que je suscite sa curiosité. Je ne peux m’empêcher de rire devant son air choqué. Il n’est pas au bout de ses surprises.

— « Chad est mon grand-cousin. Son père est le frère de mon grand-père.


Et une mâchoire qui tombe, une !
Il est trop sonné par cette nouvelle pour rebondir dessus et il s’attaque à un autre mystère le emps de digérer l’information, ma nature. Ah ! Un Lykoï ? Non. Il a donc déjà croisé la route d’une lykoï. Une…et il a fait quoi ?!

« Attends, Fhury et toi ? Hun ! Je comprends mieux pourquoi elle est partie !

Bien sûr, je sais qu’il n’est pas la raison. D’ailleurs, qu’est-elle devenue ? J’espère qu’elle rencontre un avenir radieux. En tout cas, non, je ne suis pas un lykoï. Je suis unique en mon genre voyons ! Non, sans rire. Je lui explique en quoi je suis différent. Il résume avec une vanne qui me fait m’esclaffer. Un Navy qui a déteint. Ahah !

— « C’est un résumé assez correct, oui, dis-je avant d’ajouter la dernière composante de mes origines.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne m’attendais pas à une telle réaction. À croire que ce qui l’effraie le plus en moi, c’est ce sang de chasseur. Je hume l’air pour confirmer qu’il est bel et bien humain. Pas de doute, même si une odeur de surnat’ le colle. Concrètement, qui il voit ça ne me regarde pas, donc je ne m’attarde pas. Ca va juste rendre plus facile son voyage à Boston car il va devoir admettre des trucs incroyables.

Il m’en demande plus. Il semble vraiment inquiet. Il tombe juste dans ses suppositions mais il saute bien vite sur une autre question. Il veut s’assurer que je ne tue pas les créatures surnaturelles de façon injuste ?

« Non. Je suis le code. Je suis là pour sauver et protéger les êtres vivants, qu’ils soient humains ou non. Je ne tue pas sans raison…plus….Ton Wendigo n’a rien à craindre de moi tant qu’il ne bouffe pas des innocents.

Il me regarde avec de grands yeux. Je ne fais que susciter plus de questions. Je tapote mon nez avant de parler.

« J’ai été dressé pour traquer. Je reconnais les odeurs avant même de savoir qu’il y en a à sentir. Aujourd’hui, je choisis simplement de ne plus les suivre. C’est aussi simple que ça.

Le silence se fait un moment. Peu à peu, il se dessine une image plus sombre du chanteur qu’il avait croisé au détour d’un verre. Mais s’il effleure ce que je suis aujourd’hui, il ne pourrait imaginer les ténèbres don était constitué Shadowcat. Il finit par rompre le silence en m’interrogeant sur Chad. Oui, je le connais, mais ce n’est pas à moi de raconter sa vie. Therence m’explique pourquoi il veut savoir. C’est légitime. Il sait déjà que Fiona est morte, tuée par des chasseurs. Je soupir et pose ma tête sur le siège en ferman les yeux.

— « Elle était humaine. Elle descendait d’une longue lignée de…on va dire de druide pour simplifier. Et elle était avec un chasseur. Elle faisait partie d’une section des forces spéciales. Tu sais, ce n’est pas la question d’être proche de Chad qui invite le danger, mais celle d’être proche du surnaturel. Mon père est mort, je ne sais pas où est ma mère, mon meilleur ami a donné sa vie pour nous sauver ma sœur adoptive et moi… Nous avons tous notre lot de perte. Peter et Derek ont perdu toute leur famille dans un ignoble incendie, Mick, ses parents, Ruby son premier petit ami, et maintenant…

Je serre les dents et inspire profondément avant de reprendre.

— « Notre vie n’est pas si différente de celle des humains. Des orphelins et des drames, le monde en est rempli. Seulement, la culture surnaturelle est à la fois avant-gardiste et obsolète. C’est encore les procès de Salem dans l’ombre. Certains chasseurs sont extrémistes. L’existence des créatures surnaturelles leur semble être une hérésie, alors ils les exterminent. Mais des extrémistes, ça existe dans les deux camps. Personne n’est épargné, pas même une enfant.


Therence plonge dans une courte réflexion. Je perçois ses mots. Je ne veux pas l’enfoncer alors je me tais mais il suffit de penser à la mère de Derek pour le contredire. Puis il prononce une terrible vérité qui me fait baisser les yeux. Naturellement, je ne peux qu’acquiescer. Il fixe mon regard noir irisé de bleu, un bleu que je tire de ma mère. Oui, j’étais une arme massive pour les chasseurs, contre ma volonté. L’esprit et le corps brisés, j’ai tué. Je ne pourrais jamais me racheter, pas après tout ce que j’ai fait, mais désormais je protège et je ferais tout pour narguer les chasseurs, les argents…mon grand-père. Je retrouverai ma mère et je trouverai les origines de mon père. Avec la meute j’aurais une famille !

Therence n’insiste pas et je confirme le plan d’un signe de tête. Le voyage est passé plutôt vite à travers ses explications. Le plus long, c’est encore de passer les douanes. Heureusement qu’on voyage léger. Nous sommes enfin libérés de tous les contrôles de sécurité. Repérer Noah n’a rien de difficile avec ses cheveux blond platines. Ils sont plus blancs à chaque fois que je le vois. Sans doute une conséquence de son pouvoir qui grandi. D’habitude, il m’offre ce sourire craquant, révélant des fossettes irrésistibles, qui ferait fondre les plus solides icebergs, mais cette fois son regard est concerné. Je prends quelques pas d’avance sur Therence pour aller à la rencontre de mon ami.

Après une poignée de main qui nous est propre, il m’attire contre lui et me serre dans ses bras en me chuchotant qu’il est désolé pour ces pertes et qu’il sera toujours là pour moi. Il parle de Lilia, mais aussi de Robin. Quand on s’écarte l’un de l’autre, j’ai les larmes aux yeux. Je me détourne de Therence et lève la tête en soufflant pour me reprendre pendant que Noah se présente, la main tendue vers le rebelle.

A la tête de Therence, je devine qu’il ne s’attendait pas à ce que le fameux contact soit un garçon de notre âge.

— « Ne te fie pas à son sourire à faire fondre. Il est redoutable.

Je le dis sur un ton plaisantin, mais rien n’est moins vrai. Le choix entre le laisser « à la base » ou l’amener sur le terrain est toujours Cornélien car il est aussi bon hacker que combattant. Il sourit, craquant, et secoue la tête.

Il me lance un trousseau et mon visage s’illumine. Rien ne remplacera ma moto mais j’affectionne particulièrement celle que je conduis quand je suis à Boston. Le blondinet lance également les clefs à Therence avent de faire un signe de tête pour qu’on le suive. Il a donc réussi à trouver un engin qui convienne au blousonneux. Les ressources de Lycaon le permettent aisément. Quelques minutes de route plus tard, nous nous retrouvons dans l’un des repères d’appoint de Nathan. Pour que l’on soit ici, c’est que l’action ne va pas tarder.

Nathan est là. Il me salue et présente des condoléances pour que je les transmette à Ruby. Il ne sait pas trop comment me considérer. Je dirais que naturellement, il aimerait plutôt me voir mort. Outre ma nature féline et mon passif de chasseur, je n’ai pas ménagé ses troupes lorsque Shadowcat a pris le dessus. Mais je suis bon combattant, et je suis de la famille de Chad, alors il me tolère. Mais clairement, il ne me porte pas dans son cœur.

À peine arrivé, je comprends que je suis attendu pour un départ imminent. Pendant que Noah installe Therence sur une zone de détente aménagée pas trop loin de là où il a installé son matos, je me prépare. J’enfile une veste plus adaptée et le harnais de support avant de récupérer un set d’armes de jets, une arme à feu, au cas où, et deux sabres.

« Bon, je vous laisse à vos mille et un contes, je vais botter quelques derrières ! »

Noah reste. Il sera notre support. C’est donc une opération en bâtiment où l’appuis de ses compétences en support est indispensable. Nathan me briefera sur le chemin. C’est parti !

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah Koroleva

avatar


Messages : 3
Points : 3
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/02/2015

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Mer 25 Jan - 8:25

Once upon a time




J’aurais aimé être là. Je n’aurais probablement pas pu changer grand-chose, après tous les capitaines étaient présents, mais j’aurais été là pour elle…pour lui aussi, pour eux tous. Alors quand je vois sa bouille de chaton, je l’accueille dans mes bras. Tel que je le connais, il a tout gardé pour lui. Aussi excentrique soit-il, il n’aime pas montrer ses faiblesses. Il n’a pas été éduqué ainsi.

Le garçon qui l’accompagne, celui que je dois renseigner, n’est…soyons honnête, pas mal du tout. J’avoue que je ne m’attendais pas à ça quand j’ai reçu l’appel de Lycaon. Déjà, il m’appel rarement en personne. D’habitude il passe par ma mère ou par Goran. Alors autant dire que j’ai un peu flippé. Je suis à son service avant d’être un membre de la meute de Nathan, mais j’avoue que je me sens bien dans cette meute. Je veux l’accompagner et l’aider le plus longtemps possible. Mais en fait, Lycaon me demandait seulement de raconter des légendes à propos d’un loup rouge. Ruby ? Entre autres. Il a tenu à me voir en personnes pour me transmettre certaines de ces légendes. Et maintenant que je les connais en détails, je comprends pourquoi cette rencontre est si importante. Lyl’ a été très insistant sur ce que je pouvais et surtout sur ce que je ne devais pas dire. Certaines choses doivent être entendues, d’autres doivent être devinées.
Je tends une main franche au motard et je me présente.

— « Noah, je serais ton contact à Boston. »

Miya le préviens qu’il ne faut pas se fier aux apparences, que je suis redoutable. Il n’a pas tort. Sous mon sourire chaleureux se cache un pouvoir de glace dont je ne maîtrise pas encore les nuances. Ca et le fait que je suis un ami de Miya…ça n’a clairement pas aidé à mon intégration dans la meute. Au début, avec ces nouvelles capacités de loup-garou, j’étais intenable, irascible et la glace m’échappait. Mais dans la meute, certains ont su passer outre. Peu à peu, je me sens chez moi. Ce ne sera sans doute pas pour toujours, mais pour le moment, je ne me sens pas de couper le cordon avec mon alpha, même si c’est pour rejoindre L’Alpha.

« Cesse de dire n’importe quoi, Neko. Tiens, tes clefs !

Je confie également un trousseau à Therence. Ce n’est pas le même modèle, mais ça devrait faire l’affaire pour son séjour ici.

Une fois arrivés au repère, Miya repart presqu’aussitôt.

— « Bon, je vous laisse à vos mille et un contes, je vais botter quelques derrières ! »
— « Fais gaffe au tien !

Ils ne devraient pas en avoir pour très longtemps vue l’équipe envoyée. C’est une mission délicates car elle implique de pénétrer dans un bâtiment sécurisé par un système d’alarme et des caméras, mais comme souvent, les abrutis qui possèdent ce type de système, se reposent bien trop dessus. Ils prévoient des alarmes en pagailles, mais aucun bras. Contourner ce système de sécurité va être d’une facilité déconcertante. En attendant qu’ils atteignent le bâtiment, je suis en stand-by. Je passe mon casque autour de mon cou, restant en alerte, mais je sais que j’ai un peu de temps à consacrer à mon invité avant de passer à l’action.

— « Assieds-toi, on a un peu de temps avant qu’ils aient besoin de moi. Tu veux boire quelque chose ?


Je le sers en conséquence et je m’assoie face à lui dans ce qui nous sert de canapé dans ce repère.

— « Tu as l’air de bien connaître Miya. Ca va, il ne t’a pas paru trop…bizarre pendant le voyage ?

Chad a tué Shadowcat, mais l’esprit de Miya est perturbé. Qui sait ce qui pourrait en sortir.

« Alors, c’est le loup rouge qui t’intéresse ? Je connais plusieurs légendes qui parlent d’un loup rouge. Certaines, sont des faits que je sais avérés pour en avoir été témoin. D’ailleurs, certaines histoires parlent en fait d’une seule et même personne, et parfois d’un groupe plutôt que d’une personne. Ruby t’as sans doute parlé de cette manie qu’avaient les gens de son pays à jeter de la peinture rouge sur tous les loups ? Lycaon, l’a aussi vécu dans notre monde. Si un jour tu le croise, je te déconseille de l’évoquer. Il grimace encore en repensant à toute cette fourrure arrachée à cause de ces bêtises. J’ai entendu dire que c’était ridicule à voir !

C’est un esprit japonais qui habite une jeune femme du nom de Sayoko qui m’a confié ça un jour. Ces derniers temps, il semblerait que les créatures s’unifient, comme si de grands dangers étaient en approchent. Lycaon poussent ses connaissances à resserrer leurs liens. Je crains le pire. Comme si le futur, proche ou moins proches, nous réservait une surprise dont on pourrait ne pas se remettre…

« Comme c’est Ruby qui t’envoie, j’imagine que certaines histoires t’ont déjà été contées.

Il se contente d’hocher la tête sans en dire plus. Sans doute mon discours pourra illuminer quelques zones d’ombres qu’elle aurait gardées. Lycaon m’a donné des consignes strictes. Il y a certaines choses que je dois révéler…

— « Scarlet, comme elle était appelée il y a longtemps a été surnommée le loup rouge à cause de la cape, ou du chaperon, appelle ça comme tu veux, qui contrôle son esprit bestial. Depuis enfant, elle avait cette cape ensorcelée. Elle l’a toujours d’ailleurs. C’est la seule chose qui a gardé de la magie de son monde. Sa magie à elle a été pompée par l’un de ses bêta lorsqu’il est devenu, ponctuellement, alpha il y a déjà un bout de temps. Le nom lui est resté, même si son histoire a bien changé en passant notre monde. C’est bien trop effrayant pour les humains d’envisager que le chaperon est celui qui porte les crocs. Mais chez les loups, le nom a été propagé. Il faut dire que sa louve est plutôt instable. Aujourd’hui, elle la maîtrise presque à la perfection, mais c’est un loup à l’ancienne, le genre dont le peuple a été chassé pour la peau et pour la gloire plus que pour la faim. Et elle a la rancune tenace.


Je lui laisse un peu de temps pour admettre tout ça. Il a rencontré Ruby. Aujourd’hui, elle est noble et modérée, mais elle a du vécu. Et puis, je viens juste de lui confirmer qu’elle est « les personnages principaux » d’un conte de notre enfance. Ça aussi, il faut l’avaler. Et pourtant, il n’est pas au bout de ses surprises.

— « Quand Ruby a quitté son village pour voyager, elle a assez rapidement rejoint Lycaon. Et elle est très vite devenue l’une de ses Capitaines. Chaque Capitaine porte une couleur. Ma mère, c’est le blanc : Belyy. Avec son pouvoir sur la neige et la glace, sa peau diaphane et ses cheveux blancs, sans parler de son caractère, c’était une évidence. Il y a Zelen Plav, le bleu ; Huisè, le gris ; Primerose, le rose ; Kuro, le noir. Et je te le donne en mille, Ruby était le rouge. Elle était appelée RED. Un surnom qui l’a suivi de son monde. Bien sûr, on l’appelait ainsi à cause de cette couleur qu’elle porte en elle, mais pas seulement. Même sans savoir son nom de Capitaine, c’est ainsi que nos ennemis l’appelaient. Red, le loup rouge, couleur qu’elle laissait derrière elle. Elle était le loup qui baigne dans le sang de ses ennemis. Si elle a quitté son rôle de Capitaine, ce n’est pas tant parce qu’elle n’adhérait pas aux méthodes de Lycaon, c’est plutôt qu’il la laissait faire. Il laissait la louve de Ruby s’exprimer, et la louve….Red, a recourt à une sentence définitive avec trop de facilités au goût de Ruby. Enfin, elle a tout de même été capitaine pendant près de cinq ans. C’est aussi pour ça qu’on est tous tendus en ce moment. Avec la perte de la petite, Red pourrait bien pointer le bout de son museau.

À nouveau, je lui laisse un peu de temps. Je doute que le loup qu’il cherche soit Ruby. Elle ne l’aurait pas envoyé ici si ça avait été le cas. Mais Lycaon tenait à ce que j’expose ces histoires car nous avons besoin d’un œil extérieur. Si Ruby venait à perdre le contrôle de sa louve, sa meute le cacherait, tenterait de la raisonner. Si ça devait arriver, nous voulons avoir la possibilité d’être tenu au courant. On n’a jamais assez d’espion face à ce type de menace. J’exècre envisager ce scénario, mais l’ignorer ne le fera pas disparaître.

Je lui laisse un peu plus de temps qu’après l’histoire du chaperon rouge. Imaginer cette mère de famille en train de décimer un village, ça n’a rien de logique. Je vais checker l’avancée des troupes. Je leur demande si tout va bien. Ils sont silencieux. Le micro est en route. Tous autant qu’ils sont, ils peuvent nous entendre discuter. Ils n’ont jamais vu Ruby, mais ils en ont déjà entendu parler. Après tout, elle est l’alpha de Chad.

Je rempli le verre de Therence et j’ouvre un paquet de biscuits. Je vérifie que tout est calme du côté du bâtiment. Ils y arrivent. Je m’installe devant mon ordinateur et je règle mon casque puis je laisse mes doigts danser sur mon clavier. Dupliquer les vidéos de surveillance, créer une boucle et la substituer à la véritable vidéo tandis que sur mes écrans je récupère ce qui est véritablement filmé pour suivre la progression de la meute. Désactiver les alarmes. Dérouter le signal d’un satellite ou deux pour avoir les images que je désire selon les caractéristiques les plus intéressantes, comme par exemple la température. Les plans du bâtiment sont prêts sur un autre écran et je suis leur progression sur les caméras et le plan. Je les tiens au courant des dangers, je les guide. Ils n’ont d’autres choix que d’essuyer quelques combats, mais la meute s’en sort bien. Le plus difficile, se sera de passer ceux qui gardent véritablement le but de cette escapade. Et c’est là que Miya a toute son utilité. Même si désormais, il est reconnu comme appartenant à une meute, voir Shadowcat en personne, ça a tendance à déstabiliser. Une seconde, c’est suffisant.

Miyavi se montre, une seconde. Une siple seconde de surprise. L’un d’eux prononce même le nom qui les effraie tous tandis que l’autre a le réflexe de porter son doigt à la gachette. Mais une seconde, c’est une seconde de trop. Les armes de jets de Miya ont déjà sifflées. Le gargouillis de leur gorge est répugnant. Mais au moins, ils ne sonnent pas l’alerte. Il s’avère qu’ils ont prévus plus de bras que nous l’avions pensé. Les compétences de Miya ont mises à contributions pour le bien de la mission qui, in fine, se passe sans encombre. La troupe se lance sur le chemin du retour et je me retourne vers l’humain.

— « Où j’en étais ? Ah oui ! Le conte suivant. Je ne l’ai jamais rencontré en personne sous cette forme, mais il est un autre être, parfois appelé loup rouge, qui vit à Beacon Hills en ce moment, enfin je crois. Pour être plus précis, il s’agit d’un esprit qui prend possession d’un humain et lui donne la capacité de se transformer en loup. Les légendes sont bien nombreuses autour de ces esprits. Ils sont puissants et dans certaines contrées, sont considérés comme des Dieux. Ils seraient en fait plutôt des soldats à la solde de l’équilibre du monde. Celui-ci en particulier serait, si la légende dit vraie, l’esprit de Soleil. Son apparence lupine serait caractérisée par un pelage lumineux recouvert d’arabesques rouges. Depuis quand l’humain qui partage sa vie avec l’esprit a signé son pacte, je ne pourrais le dire. Mais du peu que je connais l’animal, il sera ouvert à la discussion. Je peux te donner ses coordonnées. Miya aussi d’ailleurs, puisque c’est un membre de sa meute.


Je pianote une seconde sur mon téléphone pour montrer une photo de l’hôte à Therence. Si ça se trouve, il l’a déjà croisé. D’ailleurs, à sa tête, je comprends que c’est le cas.


« Tu le connais ?

©clever love.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar


Humeur : Effronté
Messages : 960
Points : 1127
Réputation : 169

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Dim 12 Fév - 1:52



Duality
-Et oui. On s’est rencontré dans les bois. Ce qui ne devait être qu’un jeu charnel s’est transformé en quelque chose de beaucoup plus sérieux.

-Ouais. C'est souvent comme ça que ça débute. ris-je gentiment. Un jeu libertin, et puis ça devient plus... sérieux, approuvè-je d'un soupir.

Mais comment? Pourquoi lui?! Franchement, du peu que je l'ai croisé à l'époque, avec ses airs de bonne poire Wilder donnait plus l'air d'une coqueluche à mamies qu'un louvart ténébreux adeptes des parties en pleine nature. Pas de quoi tomber en pâmoison.

-Pourquoi ? Je crois qu’on ne m’avait jamais traité comme il l’a fait et j’étais une âme brisée qu’il pouvait reconstituer.

Ma face se tort dans une mimique déçu. Sérieusement? Parce qu'il l'a traité comme personne d'autre avant? C'est pas un peu bateau? J'attends mieux que ces mièvreries! suis-je tenté de signifier, auditeur intraitable de son intrigue amoureuse. Jusqu'à avouer son âme briser qui me corrige. Il y a bien quelque chose à vif chez ce type pour oser déconsidérer ça par la moquerie, puis... je mentirais de dire que ça ne me rend pas encore plus curieux. Et donc?

-Il y avait un truc, un lien qu’on ne pouvait pas expliquer au début. Cliché! souligne mon petit rire. Faut me pardonner, je crois pas au coup de foudre. Ça a duré quelques mois. Mick est arrivé peu après Ah! Voilà qui devient intéressant... mais ça n’aurait pas marché de toute façon.

-Non?! Pourquoi?

Je suis pas d'accord! Il y a eu une chance que ces deux là ne se retrouvent pas macquer, ça ne peut pas ne "pas marcher de toute façon"! Et où est passé l'effet amour au premier regard du départ?

-Et oui, je me suis attaqué à Mick, mais pour une autre raison. ...Oh. Dis m'en plus! souris-je, insatiable. D’ailleurs, pendant un temps, on a même formé un trio.

-La blague! ouvris-je les mirettes, mi-stupéfait mi-hilare. Parce que le couple exclusivo-guimauve a été prêt un jour à se partager?! Je ris... Ou pas. Minute... d'où ces deux là sont capable de...

-Mais l’un comme l’autre, ils sont exclusifs. Ouf! Clame ma moitié angélique. Pourquoi... se désole l'irrécupérable moitié diabolique. L'équation à trois chiffres me parait tellement croustillante tant que ça ne marche pas sur mes plates bandes... Mick ferait tout pour Chad. Ça dégouline assez d'arc-en-ciel et de froncements de sourcils assassins pour l'avoir remarqué, ouais. Chad, lui ne voulait pas me blesser. Et comme je refusais de voir l’évidence et qu’il ne voulait rien dire, ça a eu l’effet inverse.

Je ris, je râle, mais le minet n'a réellement pas été épargné dans cette affaire. Je retrouve mon sérieux en le reluquant attentivement.

-Autant te dire que la tension régnait et ça ne s’est pas arrangé quand on a appris d’où venait le lien.

-J'imagine... Parce qu'il y avait un "vrai" lien? tentè-je de comprendre en piochant dans son sachet. Miya me fixe en retour en affichant son plus malicieux sourire de chat.

-Chad est mon grand-cousin. Je m'étouffe avec mon biscuit... Son père est le frère de mon grand-père.

-La vache, tu parles d'un lien... m'essuyè-je la bouche.

Il est sorti avec son cousin?! et pas seulement sorti avec d'après leur rencontre et les insoupçonnés élans conviviaux des désormais fiancés. Quand je dis que ce type est pas net! Uh... Je ne sais plus si je dois rire ou faire la grimace... surement un peu des deux. Et l'asiatique qui s'amuse, imperturbable... Il me fiche un frisson. Ok, changement de sujet.

Et sinon, c'est quoi comme métamorphe? Un chat-garou, comme...

-Attends, Fhury et toi ? Hun ! Je comprends mieux pourquoi elle est partie !

-Hey! Tu semblais pas de cet avis ce soir là au Jungle...
rappelè-je en lui volant un dernier biscuit, affichant à mon tour un sourire malin.

Je me félicite qu'il soit passé à côté de ce post-it où un "Rebel" se ventait avoir fait rougir sa colocataire au delà de ce que les garçons de la maisonnée avait osés, et quand la suite tombe, je me dis que c'est sans doute mieux ainsi. J'assimilerais bien un jour lorsque "chasseur" désigne un état d'esprit et mode de vie individuel ou une organisation à part entière, toujours est-il que j'ai du mal à rester tranquille avec ce qui se trame à Beacon Hill et sachant qu'il en est...

-Non. Je suis le code. Je suis là pour sauver et protéger les êtres vivants, qu’ils soient humains ou non. Parce qu'ils ont un code éthique? C'est rassurant, parce que c'est pas ce que j'avais cru comprendre... Je ne tue pas sans raison…plus… Ton Wendigo n’a rien à craindre de moi tant qu’il ne bouffe pas des innocents.

Nouveau regard interdit. Je lui ai pas parler d'Adriann, d'où il...

-J’ai été dressé pour traquer. Je reconnais les odeurs avant même de savoir qu’il y en a à sentir. illustre t-il d'un tapotement sur son museau. Aujourd’hui, je choisis simplement de ne plus les suivre. C’est aussi simple que ça.

... Ok. Dunbar m'avait fait le même coup après tout, bien que je doute qu'aussi explosif soit-il lui ait déjà "tuer sans raison". Le changement de négation n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd... Mais Miyavi invoque le repentir et sa présence ici sous la demande de Ruby suffit à en attester. Quand aux danger d'un wendigo trop vorace... ce problème là, j'ai l'espoir de m'en occuper un jour avant qu'un autre ne s'en charge. En attendant, il connait bien Chad. Sa mère a perdue la vie dans ses histoires, et aujourd'hui l'allemand est impliqué dans leurs affaires les plus périlleuses. Alors qu'il m'en dise plus sur les motivations du loup à jouer les justiciers au dépend de la vie des autres...

-... Tu sais, ce n’est pas la question d’être proche de Chad qui invite le danger, mais celle d’être proche du surnaturel.

Je me fronce, incrédule.

-Miya, j'ai posé un pied dans le monde surnaturel peu après mon arrivée dans cette ville et ce n'est pas à ce moment là que les ennuies de cet ordre ce sont révélés aussi alarmants.

Ce n'est pas ce qui m'a relégué au rang de "cible collatérale" dans une guéguerre officieuse, aussi mineure sois-je pour reprendre les termes du vairon, parce que mon compagnon a trop fouiné du côté des chasseurs sous l'initiative de Chad et se retrouve être leur cible désormais. On n'avait pas ces problèmes là, avant.

-Mon père est mort, je ne sais pas où est ma mère, mon meilleur ami a donné sa vie pour nous sauver ma sœur adoptive et moi… Nous avons tous notre lot de perte. Peter et Derek ont perdu toute leur famille dans un ignoble incendie, Mick, ses parents, Ruby son premier petit ami, et maintenant…

Je me tasse sous l'énumération macabre. D'accord, j’admets que Chad n'est pas la cause de tout ce m*rdier. Mais ça n'empêche...

-Notre vie n’est pas si différente de celle des humains. Des orphelins et des drames, le monde en est rempli. ... Je sais... Seulement, la culture surnaturelle est à la fois avant-gardiste et obsolète. C’est encore les procès de Salem dans l’ombre. Certains chasseurs sont extrémistes. L’existence des créatures surnaturelles leur semble être une hérésie, alors ils les exterminent. Mais des extrémistes, ça existe dans les deux camps. Personne n’est épargné, pas même une enfant.

Je ne peux que garder le silence face à ses arguments. Ce monde est dangereux, pour beaucoup, et le danger n'a pas subitement fait irruption le jour où l'enquêteur lupin s'est décidé à fouiner. Miya marque la nuance. JE n'avais pas ces problèmes là avant, parce que je n'en avais pas la pleine conscience. Mais le danger était bien là. Faisant des ravages, menaçant déjà ceux que je sais être ciblés aujourd'hui. Faisant déjà de moi un dommage collatéral possible, comme autant d'autres tiers.
Je capitule soucieusement. Il n'a pas tort. Je reste quand même sur ma position que Wilder joue à un jeu dangereux auquel Adriann n'a pas à participer. Et par voie de conséquent je songe et me demande, dans cet univers hostile, où se situe le géniteur que je recherche.

Le reste du voyage se passe dans le silence.

* * *

...Alors c'est lui, Noah? Je reluque le jeune homme aux cheveux clair avec étonnement pendant que l'asiatique l'étreint avec affection. Hors mis la couleur de cheveux atypique, il n'a pas le profil du contact de l'ombre que j'imaginais... Trop jeune. Trop Visual. Trop... pas assez mâture, sobre et secret à mon gout! Quelques mots échangés dont deux noms vaguement soufflés, il m'approche pour une poignée ferme.

-Noah, je serais ton contact à Boston.

-Therence.
le remerciè-je d'un hochement de tête et d'un sourire.

-Ne te fie pas à son sourire à faire fondre. Il est redoutable.

Je répond par une mimique assez peu crédule à vrai dire. Et comme pour démystifier un peu plus l'aspect cadré de l'entretient, le blond nous distribue à chacun un trousseau de clef de moto. Où est la voiture teintée censée nous mener dans un repère niché au fin fond d'un hangars abandonné? Ça me distrait agréablement avant ce qui va suivre, et je ne me fais pas prier pour les suivre à dos du deux roues.


L'endroit où nous arrivons ressemble d'avantage à ce à quoi mon imagination associe un tel personnage. Le type présent embarque aussitôt Miya qui s'est... paré d'armes en tout genre... pour aller botter quelques derrières. Le plus naturellement du monde. A me demander si ce n'est pas moi l'anormal parmi eux tous...

-Assieds-toi, on a un peu de temps avant qu’ils aient besoin de moi. m'invite t-il alors que je reste rivé sur le départ de l'asiatique, les doigts qui tapottent frénétiquement contre ma cuisse. J'accepte le verre, de quoi m'occuper mes mains n'est pas de refus. Tu as l’air de bien connaître Miya.

-Assez. On s'est rencontré autour d'un verre et on a fait un peu plus connaissance durant le vol.

-Ça va, il ne t’a pas paru trop…bizarre pendant le voyage ?


-Bizarre? Non. Il porte la bizarrerie sur lui, mais ça lui va bien. m'amusè-je sans méchanceté.

D’excentrique chanteur, il se révèle être une créature vengeresse anciennement chasseur qui a accessoirement couché avec son cousin au pas si lointain degrés. Sans parler de l'aura qu'il dégage, un peu malicieux, un peu sombre. Son côté félin, je suppose, outre la part d'ombre qu'il possède... Mais ça va, ça ne l'empêche pas d'être vivable.

-Je n'ai rien contre lui tant qu'il n'a rien contre moi.

-Alors, c’est le loup rouge qui t’intéresse ? Je cale la boisson sur mes genoux, tout attentif à Noah. Je connais plusieurs légendes qui parlent d’un loup rouge. Plusieurs?... J'ai déjà eu droit aux divers doutes de Ruby sur la question... Certaines, sont des faits que je sais avérés pour en avoir été témoin. D’ailleurs, certaines histoires parlent en fait d’une seule et même personne, et parfois d’un groupe plutôt que d’une personne.

-Ouais... Ruby m'en a déjà touchée deux mots. souris-je furtivement. D'après elle en venant ici il s'agissait de découvrir l'histoire d'un autre loup rouge, un seul... J'ai un pressentiment mitigé...

-Ruby t’as sans doute parlé de cette manie qu’avaient les gens de son pays à jeter de la peinture rouge sur tous les loups ? hochement de tête. Lycaon, l’a aussi vécu dans notre monde. Si un jour tu le croise, je te déconseille de l’évoquer. Il grimace encore en repensant à toute cette fourrure arrachée à cause de ces bêtises. J’ai entendu dire que c’était ridicule à voir !

J'imagine... La scène m'amène un sourire, mais pas assez pour me décrisper. Si j'ai fais le voyage c'est pour en apprendre plus sur un géniteur dont je ne connais que le vague portrait, dressé sur des touches de peintures semi-figuratives et des suppositions caractérielles. J'attends du blond qu'il me fournisse une histoire maintenant, des confirmations, une identité...

-Scarlet, comme elle était appelée il y a longtemps a été surnommée le loup rouge à cause de la cape, ou du chaperon, appelle ça comme tu veux, qui contrôle son esprit bestial.


Et Noah me parle de celle que je connais comme l'adjointe et rougeoyante de la ville. De sa cape aux propriétés particulières qui lui vaut son nom mais à l'origine de contes bien humains, de sa rancune animale sous ses airs avenants, de sa participation à ce que je renomme pour moi-même la Guilde Arc-en-Ciel sous les ordres de lycaon et en tant que Red. Un nominatif à consonance sanguinaire...
J'ai du mal à imaginer la jeune mère sous les traits d'un animal aussi redoutable. L'image refuse de coller à celle de la femme au ventre rond s'égayant avec une assiette de biscuits sortis du four dans les mains. Non plus avec celle de ce grand ch... loup copilote ou gambadant devant le perron.

Je caresse mon verre du bout de l'index. Tous les métamorphes ont une part d'humanité et une part bestiale. Quand bien même ça ne les poussent pas aux pires extrémités, aucun n’échappe à cette pénible dualité. Quand est-il de mon paternel? Quel genre d'animal est-il? Quel genre d'humain?... En écoutant les discours sur Ruby et aux paroles de Miya dans l'avion, je me dis que sauvagerie et miséricordes ne sont pas indissociables... J'avale le contenu de mon verre et laisse mon interlocuteur me resservir. Sage et puissant. Je me raccroche à ces mots à défaut de mieux. Mais je veux croire le jeune loup qui a su authentifié le tableau comme étant le portrait d'un des siens, un véritable lycan aux attraits d'animal quand d'autre n'y aurait vu qu'un totem.

Noah a coupé court à ses histoires pour sa machinerie. Il pianote vite, des fenêtres s'ouvrent et se ferment, il surveille via des caméras... J'observe depuis ma place, l'impression d'assister à une opération commando. Et c'est carrément le cas en fait...
Je trouve ça à la fois fascinant et... terrifiant. C'est comme regarder un bon film d'action, avec des chorégraphies agencées, du suspense, et du sang.
Le gars s'étrangle dans un cri saignant avant de tomber à terre.
Sauf que ce n'est pas une fiction.

Je détourne discrètement les yeux pour le décor, et me noie dans mon verre pas assez alcoolisé à mon gout. Mon amant est un cannibale, je suis un peu trop lié à un gangster... je ne devrais même plus être surpris! Mais je reste un humain lambda qui n'est pas habitué à... ça. Mon truc, c'est plutôt d'entendre des histoires macabres de ce type d'évènements, pas d'en être le témoin, quand bien même protégé par un écran comme un téléspectateur ignare...
Je ne dit rien, je ne veux pas passez pour la petite nature que je ne suis pas. Pour quoi je passerais face à ces assassins qualifiés?!

-Où j’en étais ? Ah oui ! Le conte suivant.

Il passe de sa besogne aux bavardages, tout naturellement... bienvenue dans la routine des amateurs du surnaturel...
Je me refais avide, analysant enfin le conte qui ne concerne plus la femme que je sais en dehors de l'histoire de ce tableau.

Un autre nominé "Loup Rouge", actuellement présent à Beacon Hill. Je m'éclaire. Ou pas tellement présent à Beacon Hill... Je me tempère. Un esprit qui permet à l'humain qu'il convoite de se transformer en loup. J'assimile la différence aux mordus et aux natifs lupins, après tout ça reste un loup. Un dieu loup, servant l'équilibre naturel, un loup solaire, pelage lumineux et stries carmines...

-... Mais du peu que je connais l’animal, il sera ouvert à la discussion. Je peux te donner ses coordonnées. Il y a moyen de le rencontrer?! J’acquiesce. Oui, oui, il me les faut! Miya aussi d’ailleurs, puisque c’est un membre de sa meute.

-Un membre de sa meute? La meute de Ruby?

Mes yeux passent de ceux bleu de Noah à son téléphone qu'il parcourt avant de me le tendre. Et mon enthousiasme fond à la photo qu'il me présente. Celle d'un type bien trop jeune pour prétendre au rôle du paternel.

-Tu le connais ?

-Hum... ouais. Je l'ai déjà croisé.

Il était présent au mariage lorsque je m'y suis mêlé pour repartir aussi sec avant que ne commence la cérémonie, et avant ça nous avons vaguement combattus ensemble avec le reste des Torches contre la Tisseuse, et avant ça je l'avais croisé chez Derek lors d'une réunion bénigne entre mâles de Beacon Hill, et avant ça...
Je tique, fronce les sourcils, réfléchi... mais... je chasse le petit brouillard d'un hochement de tête.

-Ce n'est pas le loup que je recherche. affirmè-je, désolé et un brin impatient, certain qu'il a été mal renseigné.

A mon tour je pianote sur mon téléphone pour lui tendre la photo du portrait.

-Je cherche le modèle du tableau. Ce loup rouge là a probablement vécu à Beacon Hill il y a... un peu moins de vingt-ans de ça. C'est un homme que je recherche. Un homme-loup, soulignè-je l'évidence, maladroit.

Est-ce que ça lui évoque quelque chose, associe la peinture à une histoire en particulier? Ça parait évident que l'auteur de l’œuvre serait le plus à même de m'aider, mais...

-... Elle n'est plus de ce monde. soupirè-je en m'enfonçant dans le canapé et ramenant le téléphone à moi pour observer les touches de couleur pixelisées dont je connais la moindre rugosité et l'odeur de peinture froide par cœur. Les rares personnes qui ce sont intéressés à elle et ce tableau n'ont rien pu m'apprendre là dessus.

Mythe sempiternel de l'artiste et ses secrets. Invraisemblance d'une mère égoïste qui entretenait un fort inaccessible, même pour son petit garçon.
Ne reste qu'une gueule de loup rougeoyante à interroger.

Je lève les yeux sur le conteur d'un jour, lui intimant de poursuivre. J'ai besoin de lui et de ses renseignements pour avancer...

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah Koroleva

avatar


Messages : 3
Points : 3
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/02/2015

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Jeu 16 Fév - 22:22

Les mille et un contes




Therence ne semble pas connaître Miya autant que cela. Une ou deux rencontres. Mais il est vrai que le chat est une vraie piplette. Il faut dire que même s’il a à peine 18 ans, le minet a vécu plus d’une vie. Il en a des choses à raconter et une journée à le laisser parler serait tut juste suffisant pour gratter le givre en surface d’un lac bien profond. Je demande au brun si le chat ne lui a pas semblé trop bizarre et sa réponse tape dans le mile. Difficile de définir ce qui est « bizarre » avec le japonais, pour ça, tout le monde est unanime.

— «  Tant que tu ne t’attaques ni à sa sœur, ni à son cousin, à priori, tu te tiendras écarté de son couroux. Et puis Miya n’a rien d’un esprit Manichéen.

J’en viens ensuite au sujet qui l’a amené à traverser l’Amérique. Les nombreuses légendes qui parlent de loups rouges. Il faut dire que c’est un nom bien trop vite attribué. Je lui parle de Ruby à la demande de Lycaon. Il sait ce dont elle est capable. La louve que la désormais mère de famille abrite est assoiffée de sang. Elle est LE Grand Méchant Loup, celui qui nous a tous fait faire des cauchemars quand nous étions enfants. Et nous avons besoin qu’un maximum de villageois soit bien conscient que loup rôde.

La discussion est mise en pause le temps de l’opération. Les choses se passent plutôt rapidement et plutôt bien. La meute est rôdée et même si l’entente entre ces loups et Miya n’est pas complice, le matou se montre professionnel et fait preuve de la même efficacité que la légende qui le colle.

Je parle ensuite du Kamiga. Bien entendu, il ne peut s’agir de cette légende, mais Lycaon m’a également demandé de le mentionner. Lyl’ n’aime pas les discussions inutiles. Je suppose donc que cette histoire a son intérêt. Mais peu importe son utilité finale, sur le moment elle tend surtout à lasser le jeune homme. Il va falloir que je passe rapidement aux choses sérieuses.

Therence me montre une photo. Woah, ce loup est magnifique. Il y a une étrange présence dans cette peinture. On croirait ce loup capable de sortir hors de la peinture et même de cette photo. Lycaon n’a pas voulu me révéler la clef de ce mystère. Ce qui signifie que ce que je raconte n’a peut-être aucun intérêt, ou peut-être pas. Ce que je sais, c’est que ce loup-là…cette homme-là… qu’il existe ou non sous cette forme, il a fait une sacrée impression au peintre…à la peintre. À la façon dont il parle de cette perte, je comprends qu’elle lui était proche. Sa mère, je suppose…

— «  Loup rouge ou loup de feu… Il suffit vraiment de pas grand-chose pour qu’un loup soit affublé de ces surnoms. Par exemple, il y a ce lycan aux cheveux rouges. Certains prétendent que son pelage prenait la même teinte. Il y a aussi ce né-loup, sensiblement tout à fait humain jusqu’à ce qu’il survive à une terrible explosion. Là, seulement, ses capacités se sont révélées. On dit qu’il avait un véritable don, que c’était un leader né et que l’image de ce loup sortant des flammes est devenue une véritable bannière de courage pour les créatures surnaturelles. On parle aussi d’un loup alpha. Cette histoire-là, mon vieux, elle prend aux tripes.

Quand j’ai appris cette histoire, j’ai eu la même sensation que lorsqu’on m’a parlé de l’incendie du manoir Hale. Un profond sentiment d’injustice, un violent désir de vengeance. Quand je repense à l’une de ces histoires, je sens le froid picoter le bout de mes doigts.

— « Ce type, il était jusqu’au cou dans une sorte de rébellion pour sauver les lycans et autres créatures des chasseurs un peu trop extrémistes. Il n’était pas seul, d’ailleurs, il n’était qu’un bras armé, et non l’une des têtes. Mais un sacré bras armé. Et toute sa meute était derrière lui. On dit qu’il partageait un autre lien avec l’une des têtes de l’opération. Et son surnom, il le tient du sang. Impossible de dire si ce sont les chasseurs qui ont pris sa meute pour cible, ou si c’est lui et sa meute qui ont lancé l’attaque afin qu’il puisse sauver sa femme et son môme, mais le fait est que l’image qui en a marqué plus d’un, c’est celle de ce loup majestueux aux yeux rouges de puissance et au pelage rouge de sang. Certains prétendent qu’il s’agissait de celui de ses ennemis, d’autres que c’était celui des membres de sa meute. On ne l’a plus jamais revu après ça. Sa femme n’a plus laissé de trace et il n’a pas pu sauver son fils.

Je vais prendre deux bières. Elles manquent un peu de fraicheur mais il me suffit de les avoir en main pour régler ça. Je lui en tends une avant de boire une gorgée de la mienne et de me rassoir. Ils ne vont pas tarder à rentrer.

« Il y a un autre homme qui a été appelé loup rouge, qui a été imaginé loup de braise. Si tu as vu Ruby, tu l’as surement croisé. Il a survécu à un incendie et il est devenu alpha par la rage. Peter Hale. Son corps est longtemps resté recouvert de brûlures. Et quand la rumeur s’est répandue sur ses nouvelles capacités d’alpha, beaucoup se sont mis à se le représenter comme un loup rouge, dont le pelage libèrerait des flammes. Mais même avant, Peter a toujours eu un tempérament de feu.

Ah ! Voilà la troupe qui rentre enfin. Je vais voir Nathan pour un rapide briefing. Miya et les autres rigolent en se servant à boire. C’est toujours comme ça. Quand il arrivent, ils ont du mal avec lui, à cause de ce qu’il est, à cause de son lien avec Chad, à cause de ce qu’il a fait, mais il est naturel, et ce naturel le rend lumineux malgré toute l’ombre qui recouvre son histoire. Au moins en superficie et c’est suffisant pour que les relations avec la meute de Nathan se passent au mieux. Moi-même, je ne suis pas intégré, pas tout à fait. Ils se sont tous fait à moi, et je pense même pouvoir dire qu’ils m’aiment bien, mais je ne suis pas un loup de Nathan…mon alpha, c’est Chad, et ça, clairement, ça me tue !

Je retourne auprès de Therence et Miya me suit pour écouter la suite. Il a attrapé une bière et la tend pour la faire tinter contre celle de Therence. Il boit une gorgée et après lui avoir jeté un coup d’œil, je lui lance une serviette éponge et lui fait signer d’essuyer les traces de ses exploits. Je lève les yeux au ciel et je secoue la tête avant de reprendre la discussion que j’avais avec le rebel.

«  La dernière histoire que je connais, c’est une sacrée légende. Pour être honnête, je n’en sais vraiment pas beaucoup sur celle-là. On parle d’une bête. D’un loup de feu. Certains le disent rouge, d’autres bleu. On le décrit comme une créature fumeuse noirâtre ou comme un big bad wolf au pelage rouge. En termes de mystère, celui-là, il en impose. Lylae est resté super mystérieux avec celui-là, genre, c’est une créature mystique. Tout ce que je sais, c’est qu’il y a un lien très fort avec la France. Une conquête, une origine, un simple voyage…je n’en sais guère plus. On l’appelle « The Beast » et la puissance dont cette créature était dotée était du genre à donner vie à sa simple évocation.

J’en ai des frissons, moi ! C’est dire à quel point cette légende-là me fait flipper. Il faut dire que Lyl’ lui-même n’était pas des plus à l’aise en me la contant.  Brrr !!!

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar



Messages : 175
Points : 222
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Dim 19 Fév - 21:44

Quelques photos à l'appui
L’oreillette en route, je suis attentif aux histoires que raconte Noah. Je sais que les autres membres de la meute le sont aussi. Je pense que c’est bien le but recherché par le Grand Loup. Je n’avais jamais entendu Noah parler ainsi de Ruby, mais ces histoires ne m’étaient pas pour autant inconnues. Notre alpha a son passé tortueux, comme chacun de ses membres.

Nous accaparons un moment l’attention de Noah pour la mission. Ici, je redeviens une arme. Je n’ai pas mon mot à dire et je ne demande pas à savoir, je me contente d’exécuter et de le faire bien. Il y a un peu plus à faire que ce qui était prévu, mais ça ne fait que rendre la chose un peu plus intéressante.

Sur le retour, Noah révèle quelques autres histoires. Certaines me sont familières car j’ai côtoyé la personne, d’autres m’ont déjà été contées mais pas en parlant d’un loup rouge. Les dernières me sont totalement inédites. Je suis intrigué par tout cela car je n’ai pas de mal à mettre un visage et parfois même un nom sur les protagonistes de ces histoires, et ça n’a pas de sens. Pourquoi Therence chercherait ces hommes ?

Bref, nous voilà de retour. J’échange quelques plaisanteries avec les autres membres de la meute. Je les apprécie. Nous ne sommes pas amis, mais ils méritent mon respect et puis, malgré tout, avec ce que nous partageons, difficile de ne pas tisser un lien, même ponctuel. J’attrape une bière puis je suis Noah qui a fini son débriefe avec Nathan. Je tends ma bière pour la faire tinter contre celle de Therence et je bois une gorgée avant de me recevoir une serviette éponge dans la tête. Oups ! Je n’ai pas été très propre.

Noah reprend avec sa dernière histoire. Urgh, elle fait pas plaisir celle-là ! Après qu’il ait teriné, je m’affale sur le sofa à côté de Therence.

« Donc tu nous dis que le fameux loup rouge c'est soit Ruby, mais on sait déjà que ce n'est pas ce loup rouge que cherche Therence, soit Luka, mais vu qu'il n'est plus de ce monde et qu'il est jeune, ça va être compliqué à confirmer, et puis si c'était ce loup là,...bah, c'est mort....littéralement. Soit c'est mon père, et désolé pour toi Therence, mais tu vas avoir du mal à le rencontrer, et puis je vois pas en quoi mon père t'intéresse, soit c'est Peter, clairement pas impossible vu l'animal, je m'attends à tout, même à ce qu'il soit ton père tu vois...Il avait déjà une fille caché alors qui sait! Ah, t'imagine le truc?! Mais quand même, si c'est lui que tu cherches, et quelqu'en soit la raison, tu es dans la merde! Soit c'est la méga bête de la mort qui tue et si tu le retrouve, on est tous dans la merde!

Je lève ma bouteille comme pour porter un toast et je bois à ça. Noah me regarde en esquissant un sourire. Je hausse les épaules.

— « Therence, pour information, le loup avec les cheveux rouge, c’est le même que celui qui a survécu à l’explosion, et qui a vu sa meute décimée…et il s’agit de mon père. C’est bien ça, Noah ?

Le blond confirme d’un signe de tête.

« Il n’avait pas un pelage rouge, mais noir, légèrement grisonnant sur sa fin. Il se teignait les cheveux en rouge, mais ça n’avait aucun impact sur sa forme lupine. C’était un loup-né. Il tenait le gène de sa mère. Une longue lignée de ce que j’en sais. Il n’a pas eu à subir la moindre transformation jusqu’à ce qu’il soit pris dans une explosion qui visait son père. Il faut dire que de génération en génération, la famille était au service d’une très grosse entreprise japonaise. Ils étaient très impliqués dans la vie des gérants de cette entreprise. Et jusque-là, c’est tout ce que je sais, mais tu as de nouvelles informations, n’est-ce pas Noah ? Comme cette histoire de rébellion…

Le blond se tourne vers son ordi pour prendre un dossier et me le tendre. En première page, plusieurs photos, une qui montre le fondateur de l’entreprise, une autre qui montre une petite photo de groupe, trois quatre personnes, avec la gérante de l’époque au centre, et plusieurs photos montrant le dernier cercle connu en charge de l’entreprise. Je laisse Therence jeter un œil aux photos. Je le sens impatient de revenir à l’homme qu’il cherche et en même temps curieux de ce que je cherche moi-même.

Je regarde le dernier paquet de photo. Sur les plus récentes, un jeune homme brun, qui doit avoir peut-être vingt-sept ou trente ans maximum, se tient au centre. Il est entouré d’un grand brun particulièrement bien bâti et d’une femme à l’air sage. Sur les photos plus anciennes, le brun est bien plus jeune. On retrouve le grand brun et la femme, mais on remarque aussi la présence systématique d’un homme aux cheveux rouge et d’un autre homme aux cheveux longs qui ressemble beaucoup au plus jeune. Je compare ces photos à celles du fondateur et du premier groupe et je comprends enfin ce que veut me montrer Noah.

« Ce n’était pas un conseiller, n’est-ce pas ?

Il secoue la tête et je montre la photo à Therence.

« Le type avec les cheveux rouges, c’est mon père. Je savais qu’il faisait partie de la Miharu corporation. Cette photo-là, je l’avais déjà vue, mais quand tu la compares avec celle du fondateur, tu comprends que c’est mon père l’héritier et pas le petit brun. Surement un moyen d’éviter qu’il soit ciblé trop facilement, et un moyen de lui permettre d’agir sur un autre plan, je suppose…


— « Oui. Il était assez engagé d’après ce que j’ai pu décrypter. Le dernier dossier que m’a fait parvenir Robin avant…hum…il y a énormément d’infos et je vais avoir besoin de James pour tout décrypter. Pour l’instant, j’ai découvert des infos qui le lient à des opérations plutôt importantes concernant les lycans et leur combat contre les chasseurs. Mais je n’ai pas grand-chose de plus. Il y a encore une foule de dossiers et de photos qui me sont inaccessibles. Mais j'en ai appris plus sur les personnes présentes sur ces photos. Par exemple, le grand type baraqué qui est à côté de ton père, il s'appelle Jien. Il a l'air d'être au service de la famille depuis très longtemps. Genre son père était déjà aux côtés de la famille. Et le mec aux traits fins, c'est le frère du môme qui se fait passer pour Misame. Et d'après ce que j'ai trouvé, ils sont issu d'une famille de yakusa. J'ai pas encore tous les détails, mais ils ont fait passer le gosse pour ton père à la fois pour protéger Misame mais aussi pour protéger le gamin, en gros pour le faire "disparaître". Le grand-frère n'apparaît plus sur les photos les plus récentes, mais le grand baraqué et le môme si. D'ailleurs, le grand a une méchante cicatrice qui lui barre le visage...La prochaine étape, ce sera surement de leur demander une audience. Le problème, c'est qu'ils refusent catégoriquement. Le gamin étant à la tête d'une entreprise je n'arrive même pas à dépasser le stade de la secrétaire du bâtiment...Peut-être qu'on pourrait demander à Wilder?


« Tu crois que tu trouveras des infos sur ma mère ? Elle est surement quelque part. Elle doit croire que je suis mort. Je veux la retrouver…

« Sans doute, Miya…

Un son vient perturber notre conversation. D’un signe de tête, je lui assure que ce n’est pas un souci pour moi, surtout que je connais bien ce signal. James. Il explique une situation à Noah et celui-ci le prévient qu’il ne peut pas venir pour aider en personne. Mais je sens qu’ils sont partis pour une mission ou chacun va taper frénétiquement sur son clavier. Je tapote l’épaule de Therence pour lui dire qu’on a un peu de temps devant nous. Connaissant Noah, je sais qu’il va se perdre dans son monde et que nous pouvons discuter de nos théories sans que cela l’atteigne.

« Alors, il y a une histoire qui t’inspire plus qu’une autre pour celui que tu recherches ?


© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar


Humeur : Effronté
Messages : 960
Points : 1127
Réputation : 169

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Mer 8 Mar - 1:18



Blood and Fire
- Loup rouge ou loup de feu… Il suffit vraiment de pas grand-chose pour qu’un loup soit affublé de ces surnoms.

Sourire contrit. Je m'en rend bien compte et l'accepte difficilement.
Noah me parle alors de ces différents loups rouges. L'un dont la couleur singulière de cheveux et par conséquent de pelage fait immédiatement sens. Peut-être une teinte rouquine... Un excentrique? Il enchaine aussitôt sur l'histoire de ce né humain, du moins je crois comprendre, qui se serait découvert une nature lupine suite à une explosion.

-On dit qu’il avait un véritable don, que c’était un leader né et que l’image de ce loup sortant des flammes est devenue une véritable bannière de courage pour les créatures surnaturelles.

Je ne dis rien. J'écoute, et j'imagine. Je laisse les images du conteur modeler mon imagination et me dépeindre pour moi la stature fière et robuste d'un homme-loup valeureux et pris en modèle, sublimé par les flammes qui lui on permis de naitre. Un leader.

-On parle aussi d’un loup alpha. Cette histoire-là, mon vieux, elle prend aux tripes.

Il me narre les aventures d'un loup rebelle, défenseur du surnaturel. Pas le sommet de la pyramide d'une alliance de lupins, mais un chef malgré tout, un alpha porté par sa meute. C'est un enchainement de scènes qui prennent formes de l'autre côté de mon regard perdu sur Noah. Comme des ombres qui dansent sur un mur, ou plutôt des tâches de peintures rehausser de quelques couleurs, un ensemble de figures sombres noyées de rouges.
Je me visualise une meute de loups, menée par le plus puissant d'entre eux, face à un bataillon de bons hommes armés de tout et de rien, et qui trottent à petit pas aux rythmes des pieds hardis, et qui s'élancent plus vite quand la clameur monte, et qui galopent pour bondir avec férocité avant que les coups de feux n'éclatent. Sans savoir qui de l'un ou l'autre camp à fait un pas le premier. Mais loin sur le décors que j'imagine fait de collines, se détache la silhouette d'une femme contemplatrice et d'un nouveau né.

-...Impossible de dire si ce sont les chasseurs qui ont pris sa meute pour cible, ou si c’est lui et sa meute qui ont lancé l’attaque afin qu’il puisse sauver sa femme et son môme, mais le fait est que l’image qui en a marqué plus d’un, c’est celle de ce loup majestueux aux yeux rouges de puissance et au pelage rouge de sang. Certains prétendent qu’il s’agissait de celui de ses ennemis, d’autres que c’était celui des membres de sa meute.

A l'animal qui ne doit en être qu'un au grès de ses transformations se superpose la gueule indéfinissable du Loup Rouge du tableau.

-On ne l’a plus jamais revu après ça. Sa femme n’a plus laissé de trace et il n’a pas pu sauver son fils.

-Il n'a pas pu sauver son fils?...

Qu'est-ce que ça veut dire? Il ne relève pas et part sortir deux bières. Dans mon esprit, je décortique les mots, les liens se tissent hasardeusement. Loup alpha couvert de sang relégué au titre de légende, une femme évaporée, un fils perdu... Ça pourrait sous-entendre une fuite, un rapt salutaire, la mort du gosse... mais... Cette inconnue, ce fils, des figures flous qui cherchent une place dans mon imaginaire, des visages... ça pourrait-être ma mère et moi?...

La bouteille qui apparait dans mon champs de vision me tire subitement de mes introspections. Sous les doigts du blond, le verre se cristallise légèrement. J'ai un léger temps avant d'oser attraper la bière et le reluque prudemment en prenant une gorgée. Alors c'est aussi un surnaturel... et pas du genre garou. Il est quoi au juste? Je comprend mieux les paroles du chat le concernant à l'aéroport.

-Il y a un autre homme qui a été appelé loup rouge, qui a été imaginé loup de braise. Rouge, sang, braise... quiconque regarderait le tableau constitué de touches de peintures accepterait d'y voir un possible pelage embrasé, comme j'ai faillis y voir des paillettes oculaire d'un autre monde avec l'adjointe ou des taches de sang abstraites... C'est ce qui fait la particularité et la complexité de ce tableau, la possibilité d'y voir milles et une interprétations. Si tu as vu Ruby, tu l’as surement croisé.

Je retire le goulot de mes lèvres en déglutissant ma gorgée. Déjà croisé?...

-Il a survécu à un incendie et il est devenu alpha par la rage.

Je fronce les sourcils en fixant Noah, saisis par un doute qu'il confirme sans attendre.

-Peter Hale. Son corps est longtemps resté recouvert de brûlures. ... Je reste c*n quelques instants. C'est une blague?... Et quand la rumeur s’est répandue sur ses nouvelles capacités d’alpha, beaucoup se sont mis à se le représenter comme un loup rouge, dont le pelage libèrerait des flammes. Mais même avant, Peter a toujours eu un tempérament de feu.

Ouais... ouais, je connais cette histoire, on me l'a déjà lâchée, à deux reprises, plus sur des tons de morales et d'avertissement que de jolis contes... mais de là à... un loup rouge?!

-Je... suis pas sur que ce soit lui. me raclè-je la gorge pour lui demander de continuer. C'est sans compter sur l'arrivé de la troupe qui me tire de force de l’afflux de renseignements.

La troupe s'égaille de revenir apparemment victorieuse, ou tout du moins entière et en vie, de leur mystérieuse mission. Moi qui suis d'un naturel à observer ou m'intégrer quand la situation le permet, je reste ancré à mes pensées. L'idée me trouble, me fait grimacer. Le Hale, le prof Hale, qui pourrait-être mon...
Je coupe court à l'afflux de bribes de souvenirs, de paroles et aux raisonnements empressés et farfelus qui m'assaillent le concernant. Stop! Les prétendant ne manque pas, entre un pelage rouge insolite, le leader à l'explosion, l'alpha à la femme et l'enfant et, enfin, l'ainé des mâles encore en vie de l'illustre famille de loups-garous de Beacon Hill.

C'est le retour de Miya maculé de... de tout sauf du sang, n'est-ce pas?... qui me fait l'effet d'une petite brise d'air frais, loin d'un manoir en feu et son occupant à moitié cramé. Je fais tinter ma bouteille avec la sienne dans un petit sourire rapide et j'avale le reste de ma bière pendant que son ami joue les mères poule en lui débarbouillant la figure.  

Noah n'avait pas terminé. Il enchaine alors sans cacher les frissons que lui inspire ce nouveau cas. L'histoire d'un énième loup de flamme d'après ce qu'on lui a raconté, une créature de brume noire, ou encore un canidé au pelage écarlate... Un monstre plus qu'un individu à me figurer, mystique, qui lui fait écarquiller les yeux et articuler avec entrain quand il en parle. The Beast, comme on l’appellerait ici, et pourtant, son origine est d'ailleurs...
Je reste enfoncé dans le dossier, les bras croisés, les rouages de mon cerveaux qui roulent activement sous les informations et ces éléments qui ressortent plus forts que d'autres. La France, hein?...

J'ai toujours su que notre aménagement là bas pendant sept ans n'était pas sans raisons. Qu'elle fuyait, sans doute, qu'elle cherchait, peut-être... Une bête... Mais même si j'ai du mal à attribuer quelque chose... d'humain à ce protagoniste là d'après le portrait qu'il m'en tire ni à trouver un rapport pertinent, je garde précieusement chaque infos avec le reste de ses histoires.

-Donc tu nous dis que le fameux loup rouge c'est soit Ruby, mais on sait déjà que ce n'est pas ce loup rouge que cherche Therence, soit Luka, mais vu qu'il n'est plus de ce monde et qu'il est jeune, ça va être compliqué à confirmer, et... se lance subitement le moulin à parole, puis si c'était ce loup là,...bah, c'est mort....littéralement. Soit c'est mon père, et désolé pour toi Therence, mais tu vas avoir du mal à le rencontrer, et puis je vois pas en quoi mon père t'intéresse, soit c'est Peter, clairement pas impossible vu l'animal, je m'attends à tout, même à ce qu'il soit ton père tu vois...Il avait déjà une fille caché alors qui sait! Ah, t'imagine le truc?! Mais quand même, si c'est lui que tu cherches, et quelqu'en soit la raison, tu es dans la merde! Soit c'est la méga bête de la mort qui tue et si tu le retrouve, on est tous dans la merde!

-... Merci pour le résumé le chat...

...Et de ta délicatesse. Je soupire en m'étalant les mains sur le visage et renversant la tête en arrière. Pas que ça ne manque pas de tact, mais... ça manque complétement de tact! Et il porte un toast le bigre! Je ne m'en suis peut-être pas vanté, mais il est question de mon paternel, pas de fêter les trois pelés qu'il vient de trucider! Et... le temps de repasser la bande et de mettre en pause, comment ça, le Loup Solaire n'est plus de ce monde et Peter a déjà eu une gamine cachée?!

-Therence, pour information, le loup avec les cheveux rouge, c’est le même que celui qui a survécu à l’explosion, et qui a vu sa meute décimée…et il s’agit de mon père. C’est bien ça, Noah ?

Mes yeux passent de Miyavi à Noah qui opine du chef. J'ai cru sentir un courant d'air me faucher le dessous des pieds.

-... Oh.

D'accord.

-Il n’avait pas un pelage rouge, mais noir, légèrement grisonnant sur sa fin. précise t-il. Il se teignait les cheveux en rouge, mais ça n’avait aucun impact sur sa forme lupine.

L'image de l'animal révolutionnaire et adulé se clarifie au discours de l'asiat'. Elle s’effrite et s'envole dans sa direction, désillusion précoce. L'avantage c'est que ça me permet de me centrer sur l'essentiel au lieux de m'étaler sur des pistes foireuses et aller mettre mon nez où je ne devrais pas.
Alors mon camarade descend en fait d'un loup né qui s'ignorait, prolongation d'une longue lignée de loup-garous. Enfoncé dans mon coin de canapé pour mieux lui faire face, j'écoute d'une oreille en dévisageant la gueule lupine sur l'écran. Pas certain de savoir ce qu'elle m'inspire en l'état, je préfère retourner le tel sur mon genoux et lui prêter une oreille résignée mais attentive.

-... La famille était au service d’une très grosse entreprise japonaise. Ils étaient très impliqués dans la vie des gérants de cette entreprise. Et jusque-là, c’est tout ce que je sais, mais tu as de nouvelles informations, n’est-ce pas Noah ? Comme cette histoire de rébellion…

Noah retourne à sa machinerie, et je reluque discrètement l'asiatique, curieux et compréhensif à ma manière. Je n'étais pas le seul à avoir quelque chose à venir chercher ici, alors...
Miya feuillette un dossier constitué de photos. Je me permet de jeter un œil quand il m'ouvre son espace et étale les quelques pièces.

-Le type avec les cheveux rouges, c’est mon père.

Je détaille la photo de ce père qui m'est tendu. Je ne saurais pas dire avec exactitude s'il y avait de la fierté dans la voix du métamorphe, ce garçon exubérant a paradoxalement sa part de réserve, mais le simple fait qu'il me présente ce type, ça résonne comme une forme d’acceptante à mes yeux. Il l'estime.
Je suis sagement l'enquête. Je découvre avec lui cette histoire et je ne suis pas assez concerné pour pouvoir lui donner d'opinion constructive. Le mieux que je puisse faire, c'est donner un avis externe. Celui, le plus subjectif possible, d'un fils qui dévisage la photographie, nette, concrète, ressemblante, du père d'un autre...

-Je savais qu’il faisait partie de la Miharu corporation. Cette photo-là, je l’avais déjà vue, mais quand tu la compares avec celle du fondateur, tu comprends que c’est mon père l’héritier et pas le petit brun. Surement un moyen d’éviter qu’il soit ciblé trop facilement, et un moyen de lui permettre d’agir sur un autre plan, je suppose…

-Ça ce tient.

Si ce type était à la tête d'une armada de loups avec les chasseurs aux trousses, il devait savoir comment ruser pour sauvegarder sa vie. Et puis, c'était un mec important, le maillon indispensable d'une hiérarchie lupine pour comprendre la nécessité de flouer son image par un substitut...

-Tu crois que tu trouveras des infos sur ma mère ? Elle est surement quelque part. Elle doit croire que je suis mort. Je veux la retrouver…

-Sans doute, Miya…


Je dévisage intensément le garçon à mes côtés. Lorsqu'il m'a tendu la photo de son père, lorsqu'il parlait de son histoire, j'avais l'impression d'avoir à faire à un esprit concentré par une enquête, méthodique, factuel, distant vis-à-vis du vécu d'un loup-yakuza qu'il redécouvrait. Là à l'instant, c'était la supplique poignante d'un gamin qui cherche son parent. Un cri du cœur comme je ne suis pas capable de l'exprimer. Je ne peux que compatir en silence en resserrant le portable entre mes doigts.

Un petit son attire nos regard vers l’électronique du blond.

-Je ne peux pas venir, James. Je suis avec Miya et un ami à lui. Tu sais, je donne un coup de main.

...Désolé! songè-je en moi-même. Le hacker est décidément sollicité de toute part. Je porte mon attention au plus jeune quand il me tapote l'épaule.

-Alors, il y a une histoire qui t’inspire plus qu’une autre pour celui que tu recherches ?

-Et ben, ça a fait beaucoup à assimilé, mais on peut dire qu'au moins les choix se sont restreints, alors... noyè-je un petit rire indécis dans ma bière... vide que je repose sur mes genoux. Voyons... si JE résume : Le Loup Rouge incontestable est Ruby. Le second, le Loup Solaire, est à peine plus vieux que moi. l'autre, qui a des cheveux rouges, a survécu à une explosion et est le bras droit dans une armada de lupin est... ton père, le quatrième... ... ... c'est Hale. Et... et le dernier est un loup mystique.

...

-Non. hochè-je de la tête. J'en suis pas sûr...

Parce que je ne suis pas certain de savoir ce que j'éprouve au regard de ce bilan.

Dans ma tête les options perdues et encore trop évasives s'évanouissent. Les éléments filent et se cherchent, et s'effleurent et se trouvent dans un tissage désordonné mais cohérents. Peter Hale, le seul survivant de l'incendie du manoir, un loup carbonisé devenu une légende entre les collines californiennes. Un Loup Rouge immortalisé sur la toile par une mère farouche. Puis il y a Derek qui en découvrant le tableau y a reconnu un mystérieux "air de famille" que dans nos emportements il ne m'avait pas explicité... Dans ma tête, il y a le visage sévère et méfiant du loup qui menace à la sortie de mon entrevue avec Ruby que je dévisage mentalement en cherchant une ressemblance que je ne suis paradoxalement pas certain d'accepter, il y a la maison soumise aux flammes, une famille perdue dans la tragédie, des loups-garous et des humains parce que la famille est ouvertes à la mixité, humain comme ma mère qui m'a tu l'existence du surnaturel dont elle a pourtant enfantée... Il y a les yeux bleu d'un criminel comme Peter n'a pas hésité à me le rappeler, un bleu qui ne figure nulle part sur la toile censée le figurer...

Je cherche les correspondances, les discordances, me laisse envahir par tout ce que ça sous-entend, affolé, gêné, perdu. J'ai la tête trop pleine...

-Je dirais pas non à un peu plus fort qu'une bière. plaisantè-je en me massant le visage.

Je retire mes mains de la figure et incline mollement la tête vers le chat qui me parait bien sage.

-Alors tu ne connais pas bien ton père?

Qu'il me parle de lui, de ses parents. J'ai besoin de me changer les idées. Plus tôt, il a confié que son père était mort. Le fameux loup de la rébellion... alors...

-On sait ce qu'il est devenu au terme de la bataille finalement.

Contrairement à sa mère si je suis l'intrigue. Je lorgne sur les dossiers de Miyavi et les photos de l'asiatique aux cheveux teintés et fronce les sourcils.

-Mais alors le mioche de l'histoire...

Celui que l'alpha n'a pas pu sauver...

Ma bouche se tort dans une petit mimique navré pour l'enfant devenu en jeune homme qui se tient à mes côtés. Je noie des résidus de désillusions dans la boisson. Le loup rouge, la femme mystérieuse, le gosse dont on ne sait pas ce qu'il est devenu... Ça concordait plutôt bien, pourtant...

-T'avais un chouette père.

Grand, respecté, valeureux... le protagoniste d'une histoire grandiose comme on rêverais de pouvoir s'en vanter.

-Et au moins, tu sais d'où tu viens! Attends : ton père était un yakuza?! pris-je conscience. La blague... j'ai la pègre aux trousse...

J'ai besoin de rire et élude volontairement ce que je veux dire par là. Quelque chose me laisse comprendre qu'il a lui aussi croisé la route d'un impressionnant rital... D'ailleurs lui aussi est impressionnant dans son genre. J'évite de m'attarder sur ses prouesses perçu un peu plus tôt via l'écran de Noah, dérangeantes d'imaginer avoir assister en direct à des meurtres assumés par toute une équipe. Ce type est redoutable, il ne doit pas sa réputation d'être vengeur de nulle part. J'hésite, mais après tout...

-Vous faisiez quoi au juste, pendant que j'étais seul avec Noah?

Je détourne les yeux sur le hacker accaparé entre l'écran et son oreillette, d'un ton nonchalant pour mieux cacher que je savais au moins ce qu'il était advenu des types adverses. J'ose. Je suis assuré que pour y avoir assister via l'écran de Noah, c'est que ma vie n'est pas en danger. Alors il peut bien me dire où cette escapade l'a mené au bout du compte, non?...

L'heure tourne au rythme des pianotemments de Noah et de nos discussions.

-Le Loup Sol... Luka, rectifiè-je. T'as dis qu'il lui est arrivé un truc?

Noah semblait dire que je pouvais le rencontrer pourtant... Je doute qu'il ait eu un lien avec le tableau maintenant, mais je tiens à comprendre. Ce mec semblait faire parti de la meute, et même si nous n'avions pas beaucoup échangé... enfin, je tiens à savoir. Naturellement.
Et puis, dans son flot de parole, il a dit autre chose...

-C'est sérieux l'histoire de la fille caché du Hale? demande-je en triturant nerveusement ma bouteille.

Il a lâché ça, comme une constante. Ça serait vrai? Ça serait son genre?...

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar



Messages : 175
Points : 222
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Mer 19 Avr - 23:02

What you don't know
Je m’étire calmement. Certaines de mes articulations craquent. Je suis noués ces temps –ci, il faut dire que notre vie n’a rien de reposant. Mais je reste attentif. Noah n’est pas libre de ses propos. Je le connais assez bien pour le sentir. Il y a des choses qu’il dit, d’autres qu’il ne dit pas, des liens qu’il ne met pas en lumière…C’est comme un discours répété, certaines de ses phrases semblent manquer de fin. Il s’arrête car c’est ce qu’on lui a demandé. Il lui a été demandé de livrer ces histoires de cette façon…Lycaon. Pourquoi interférer autant avec une simple histoire de légende. Qui est donc la personne que cherche Therence et pourquoi Lycaon met-il un point d’honneur à ne pas lui livrer ce qu’il sait de façon simple et clair ? Il y a forcément anguille sous roche si le grand loup en personne impose un chemin de parole. Cette histoire m’intrigue. Qui est donc ce loup rouge que cherche Therence ? Quelle est l’histoire que Noah ne nous dit pas. Quel lien a été mis sous silence ? Lycaon veut le mettre sur la piste, sinon, il aurait dit à Noah de refuser tout simplement, ce qui en soit aurait été un indice également en fait…

Quand le blond cesse de parler, j’interviens. Je résume les histoires, plus pour moi qu’autre chose d’ailleurs. Mais je guette aussi la réaction de Therence. Je pensais qu’il cherchait le dit loup selon une question de vengeance. C’est bien souvent le cas, mais pas là, ou pas que, car il semble troublé, et non en colère. Si c’est bien une question de vengeance, il est peut-être dégoûté de ne pas avoir pu l’accomplir lui-même, si tenté qu’il s’agisse d’un des morts…mais ça me paraît peu plausible, quoique…mon père n’était pas un tendre et Luka a eu sa période sombre…Soit il cherche des réponses et ses chances de les obtenir viennent de drastiquement diminuer. Enfin, il y a aussi ma supposition stupide, et alors Peter est…non, ça c’est impossible…

Therence a l’air désespéré. Je ne peux que comprendre. Je sais ce que c’est que de chercher des réponses, d’être dans l’incertitude. C’est loin d’être fun. Bon, je vais éliminer une piste de plus, ça l’aidera peut-être. Je partage ma déduction. Je ne cherche pas mon père, je sais tristement bien qu’il est mrt, mais je demande à connaître ce qu’il a été et surtout, je me dis que si je continue à fouiller dans son passé à lui, d’une je pourrais peut-être découvrir une famille, la sienne, et de deux je pourrais peut-être retrouver ma mère, parce qu’au fond de moi j’ai espoir qu’elle soit encore en vie.

Chaque fois que je passe du temps avec Noah ou James, je découvre une page de plus sur le passé de mon père. Un héro pour moi. Je lui ressemble beaucoup physiquement. Je n’ai de ma mère que l’irisation bleuté dans mes yeux et quelques caractéristiques morphologiques, comme mes mains. J’ai des longs doigts fins, très féminins malgré mes activités. Enfin, de ce que j’en sais en tout cas. Plus j’en découvre et plus le mystère s’épaissit. Mon père était impliqué dans les histoires de la mafia japonaise, mais était-il membre d’un clan ou était-ce autre chose ? Et quel rôle a-t-il vraiment joué dans la guerre entre les chasseurs et les loups ?

Pendant que Noah est occupé sur une autre affaire, j’interroge Therence. Est-ce que l’une de ces histoire lui a donné ne serait-ce qu’une piste ? Il hésite, il résume, mais il n’est pas convaincu ; il mentionne Hale, mais il n’y croit pas.

«  Hale, un loup rouge…C’est vrai qu’à côté de Ruby, c’est pas vraiment la couleur qu’on lui donne, mais finalement quand t-y penses, même avant l’incendie, le rouge c’était une couleur qu’on attribuait à la famille entière, donc pas étonnant qu’il en ait hérité. Encore que, si tu veux mon avis, je l’aurais plus vu en vert serpentard, mais bon…il était tout de même le frère de l’alpha et il était du genre casse-bonbon sanglant…Derek dirait qu’il l’est encore d’ailleurs. Il était moins docile et enclin à la solution pacifiste que l’aurait voulu sa sœur…Peut-être que le colle comme elle a collé à Ruby ou à mon père…Va savoir ? Lycaon n’aurait pas insisté à ce que Noah en parle sans raison…je crois…Et puis, il y a cette « Bête ». Tu crois qu’elle revient souvent ? Si ça se trouve Lycaon dissimule ses actions ? Je me demande si c’est vraiment un être qui amène le malheur, ou si comme nombre de loups, il souffre d’une sale réputation sans raison.

Therence semble au bout du rouleau. Un peu plus fort qu’une bière, ça devrait pouvoir se trouver en ville sans trop de problème. J’en ai essayé quelques-uns déjà et j’ai une bonne idée de où nous pourrions aller.  Therence se tourne vers moi et me questionne sur mon père. Je hausse les épaules et je secoue la tête. De façon logique, il déduit qu’on sait finalement ce qu’il est advenu de lui à la fin de la bataille mais il grimace quand il comprend que le bébé qui n’a pas pu être sauvé, c’est moi.

«  Il n’est pas mort à l’issu de la bataille en fait. J’ai même eu la chance de le côtoyer pendant plusieurs années. Ils ont voulu détruire son esprit en le gardant près de moi sans qu’il puisse me sauver mais il a été plus fort qu’eux. Il a réussi à m’inculquer des valeurs malgré les barreaux qui se dressaient entre nous. Il était chouette, oui. Enfin, mon jugement est plus que subjectif, hein. Ils m’ont…j’avais neuf ans je crois quand il est mort, sept peut-être, j’avais pas tellement la notion du temps. Donc je le voyais forcément comme un héros.  

Je sais d’où je viens, dit-il, un peu trop bien sans doute, pas encore assez probablement. Je note néanmoins le ton qu’a emprunt sa voix. Je commence à percevoir ce qui le pousse dans le doute et la recherche. Ah, le voilà qui percute aux affiliations du paternel. La pègre ? À Beacon Hills ? J’ai la sensation qu’on va se revoir s’il fait référence à la personne à laquelle je pense.

«  Ah ! Oui, en effet. Enfin, je ne sais pas encore tout. Etait-il un vrai yakusa u travaillait-il juste avec eux ? Difficile à dire, mais j’opterais pour la première solution. Je crois me souvenir d’un tatouage dans son dos, le genre impressionnant et qui va bien à un yakusa. Il était chouette, mais pas non plus parfait hein. Pour l’instant, ce que je sais, c’est que lui— je montre un homme aux traits fins et aux cheveux longs, à l’allure d’un précepteur mais au regard malgré tout doux et prtecteur— c’était un vrai Yakusa, du genre tristement connu. Et je pense que le plus jeune, celui qui se faisait passer pour mon père aussi. D’ailleurs tu remarqueras qu’ils ont un air de famille les deux. Alors que lui — je montre un homme à la carrure plus franche avec une balafre au visage — c’est un type qui a été décoré par le gouvernement, le mec était un agent d’infiltration et il n’avait pas peur de grand-chose. »

Je relève le regard et je hausse les épaules en soupirant.

«  Mon père me parlait souvent de sa meute. Si j’ai bien un don véritable, c’est ma mémoire, mais quand il s’agit de cette épique, j’ai tendance à bloquer les passages. Petit à petit, je parviens à retrouver des bribes et à les associer avec ce qu’on découvre. Par exemple, il y a aussi ce type qu’on ne voit sur aucune photo. Mon père l’aimait beaucoup. L’américain l’avait pris sous son aile. Et apparemment leurs femmes s’entendaient super bien. Il disait toujours que leur fils et moi on aurait été comme des frères. Mais il ne savait pas me dire ce qu’il était devenu. Il craignait toujours le pire. Il disait toujours que cet homme-là était un vrai héro, qu’il pouvait tous nous sauver. Enfin, finalement, pour le moment, je ne suis qu’un gosse qui se fait des films sur une photo. Je sais qu’il était mon père, mais il y a encore de nombreux mystères à élucider.

Therence m’interroge sur le but de l’intervention. Mais, je n’ai même pas eu le temps de l’interroger sur cette histoire de pègre. Je veux savoir ce qu’il a fait pour se retrouver avec un Amaro désirant lui ajouter une aération ! Bah, ce n’est que partie remise ! Le gin m’aidera !

«  J’ai rencontré la meute de Nathan lorsque j’étais en infiltration dans une organisation de chasseurs à Boston…Longue histoire…Et compliquée… Beaucoup de sang… L’organisation s’est partiellement dispersée et certains mercenaires se sont vendus avec leurs informations aux plus offrants. Nathan traque ceux qui se pointent dans le coin. La cible de ce soir avait réussi à s’en prendre à une des planques de Nathan. Il fallait qu’on récupère le fichier pour savoir ceux qui ont pu être exposés et qu’on implante un virus pour détruire les fichiers et leurs copies. On en a profité pour donner une petite leçon à ces chasseurs sans valeurs. Nathan supporte mal ma présence, à juste titre. Certains de ses éléments ne sont plus là, et même si je n’étais pas tout à fait moi-même à ce moment-là, c’est tout de même à cause de moi…alors j’essaye de me rendre utile.


Therence revient sur les loups rouges, plus spécifiquement sur le loup solaire, Luka. Quand il me demande s’il lui est arrivé quelque chose, je comprends qu’il n’est pas au courant. Peu le sont en vérité pour Luka. Il était discret, peu impliqué, toujours en vadrouille, mais c’est toujours douloureux de voir qu’un être peut disparaître sans que cela soit remarqué.

«  Est-ce que tu sais ce qu’était Luka ? On appelle ces êtres des Kamiga. On les retrouve surtout dans des pays aux religions polythéistes. En gros, dis-toi que les dieux ont existés mais qu’il ne s’agissait pas de Dieux, seulement de Surnaturels très très proches de la nature. Ils ont la capacité de prendre possession du corps d’un être humain et de partager avec lui leurs pouvoirs. Ces humains deviennent alors des soldats qui obéissent à l’équilibre de la nature. Au-dessus d’eux on retrouve les sentinelles, beaucoup plus puissants. Enfin, bref, ça c’est pour te remettre en situation. Un humain devient généralement Kamiga pour protéger quelqu’un. Il vend sa liberté, mais il peut redevenir humain s’il se lie à un autre être, à son âme-croisée. Grosso-merdo, ça s’apparente à l’imprégnation dans Twilight. Dans le cas de Luka, Amaterasu, la « déesse » à laquelle il était liée, est retournée dans la statue à son effigie dans un temple du Japon à l’instant où Lilia est arrivée. Comme Jacob avec Renesmée, Bah Luka, c’était Lilia. Et puisqu’elle était son nouveau centre d’équilibre, il est parti avec elle.

Il semble explorer le spistes que Noah a évoquées. Il s’attarde sur ce que j’ai révélé à propos de Peter.

«  Comment ? Bas, oui. Elle est au lycée. Malia Tate, la fille aux yeux bleus et au sens du tact relatif à zéro. Genre moi, version Shadowcat, sauf qu’elle elle le fait pas consciemment, elle ne voit pas le mal. Et encore, elle a fait des progrès. Bah son vrai père c’est Peter. Je crois qu’elle le sait maintenant, mais je ne pourrais pas le jurer. Même si elle n’aime pas Peter, ça m’étonnerait qu’elle reste loin d’Ian alors que c’est son demi-frère, à moins qu’elle ait peur de lui faire du mal. Pas impossible non plus. Mais tout de même, je pense qu’elle serait au moins venue pour dire au revoir à Lilia si elle savait.

Therence marmonne un truc, rageant contre les histoires d’amour qui font faire n’importe quoi aux gens. Je baisse les yeux. Therence n’est pas très proche de la meute, c’est normal qu’il ne sache pas… Je n’y ai pas pensé…

«  Lilia….ce n’est pas une question d’amour, mais d’âme-croisée…Lilia est…Le jour du mariage de Ruby et Peter, il s’est passé quelque chose, Ruby a été poignardée…Lilia est sa fille…Ruby a perdu Lilia…

Un long silence se crée. Je termine mon verre et je zieute le fond d’un air absent pendant un moment.

— «  Et toi, qu’est-ce que tu cherches au juste ? »

Je le fixe, bien décidé à en savoir plus sur ce mystère. Lycaon ne peut pas s’impliquer autant dans l’ombre sans raison. Qu’est-ce qu’il cache le rebelle ?  

Je soupire et je me lève.

« Bon, je pense que ça suffit pour aujourd’hui ! Je croyais que tu voulais quelque chose de plus fort !

J’ai l’endroit parfait pour ça ! Le Guilt. Je l’ai déjà testé et puis il est bien noté. Ce n’est pas une boîte gay mais ça ne veut pas dire qu’on n’en trouve pas. Les cocktails sont bien dosés et la musique est top !

— «  Tu veux peut-être te changer ?

Moi oui ! Quelque chose de plus décontracté sera plus adapté !

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar


Humeur : Effronté
Messages : 960
Points : 1127
Réputation : 169

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Mar 23 Mai - 2:14



The Legends
- La solution est parfois sous nos yeux.

Pendant une seconde je crois que Noah s'adresse à moi. Mais je me rend bien vite compte qu'il a le nez dans son ordi. Considérant mes fraiches découvertes, on peut résumer ça comme ça... Mes yeux fuient ceux du bêta de l'épouse du Hale pour le portrait numérisé entre mes doigts que je ferme définitivement.

Miya cogite autour du fait que Peter ait pu hérité son apparenté au Loup-Rouge bien avant l’incendie pour une histoire de tempérament. Imaginer le prof de littérature arborer le vert Serpens... tard ne m’amène pas le sourire souhaité, quand bien même l'image est drôlement convaincante. Notre conversation à trop d'importance pour moi pour me laisser aller à des bêtises. Puis il poursuit sur l'autre possibilité. Une bête obscure, une incarnation de braise et de charbon. Une légende. Spontanément, les seuls lycans mythiques qui me traversent l'esprit tiennent d'avantage leurs origines de contes gréco-romain ou scandinave, mais rien de bien franchouillard... Mais la réaction du faiseur de glace et du vengeur suffisent à témoigner de la réalité et de l'envergure de la créature.

-Tu crois qu’elle revient souvent ?

- Revenir? Je fronce les sourcils, pas certain de comprendre. Dans l’hexagone ou par évocation censé lui donné la vie comme Noah l'a expliqué?... J'en sais rien, c'est difficile de savoir à ce stade. Et si le blond savait, je suppose qu'il l'aurait dit... soupçonnè-je ce dernier de réellement m'apporter les renseignements que j'espérais en venant ici.

-Si ça se trouve Lycaon dissimule ses actions ?

-Pourquoi il ferait ça? me fronçais d'avantage.

La remarque du chat me fâche et renforce ma méfiance de toujours. On m'a perçu comme prétentieux et suffisant à avancer en solo et avec une discrétion exacerbé sur les traces du pater, mais c'est exactement pour ça que j'agis tout seul et ne balance pas aux quatre vents les pourquoi de mes recherches. Est-ce qu'ils seraient en contacts? Est-ce que c'est lui, le géniteur, qui lui demanderait de le couvrir? Ce serait facile de nier me reconnaitre, de m'orienter sur de fausses pistes, s'il venait à apprendre qu'un fils indésirable, le rejeton d'une vieille liaison venait à faire surface et en avait après lui! Non?...
Pour être tous si particuliers, je comprend que les lupins écarlates tiennent à être difficilement accessibles, mais comment suis-je censé croire que demander sans détour après mon père sera entendu sans malhonnêteté, et comment je suis censé faire confiance à ceux qui prétendent être les plus à mêmes de m'aider s'ils ont pour mission de brouiller mes pistes?...

-Je me demande si c’est vraiment un être qui amène le malheur, ou si comme nombre de loups, il souffre d’une sale réputation sans raison.

Je me sent piquer, ouvre la bouche, mais me ravise et baisse discrètement les yeux. Pendant un instant, j'ai eu envie de dire à l'asiatique qu'il ne sait pas de quoi il parle, parce qu'à l'heure actuelle rien n'indique que la créature que je recherche mérite d'être pris en pitié quand moi je subis son absence depuis des années et erre désespéramment après lui. Mais ses paroles font mouches et atténue mon humeur.
Il n'a pas tort. Rien n'indique qu'il ne soit pas excusable et aussi ignorant et victime que moi dans l'affaire...
Je cherche à comprendre l'absence d'un père quand Miya compatis du malheur d'une créature incomprise. Ce n'est qu'un peu tard que je m'en rend compte et reconsidère objectivement le géniteur pour le carnassier qu'il est aux yeux de tous. Je connais assez de prédateurs en repentir et victimes de leur réputation pour ne pas tempérer mon jugement sur cet aspect. Derek, Ruby, ils n'avaient pas demandés à subir le courroux d'humains ignorants et hériter leurs yeux criminels. Pourquoi pas lui.

Les réponses qui se tissent plus assez hasardeusement pour pouvoir y échapper obstruent mon esprit. J'ai besoin de faire une pause, que l'asiat' me parle de lui pour changer. Lui aussi il a sa part de vides à combler. Un père qui aura finalement survécu à la bataille épique mais pas si vainqueur que sa fin le laissait imaginer. Pas non plus aussi présent qu'une vie de famille l'exigerait... Mais ce n'était pas sa faute, d'autres en ont décidés autrement. Il continue d'exister pour lui, par delà sa disparition quand il était encore gosse. L'image que Miyavi en garde est celle d'un homme courageux et de valeur qu'il idolâtre et qui me fait tristement rêver.

-... Donc je le voyais forcément comme un héros.

L'admiration qu'il porte à son parent m'amène un petit sourire honteux. Je me demande de quoi j'aurais l'air si je devais admettre que le seul parent qui aura été là pour moi, qui aura sacrifié sa vie à m'élever, et qui est parti trop tôt lui aussi, ne récolte de ma part que de la colère et du mépris. Évidemment qu'en dépit d’exploits romanesques il en faut du courage pour mener une telle vie! De l’héroïsme ordinaire. Ma mère avait des valeurs elle aussi. Seulement, personne n'a été à ma place pour comprendre et juger. Elle était là, elle était forte, mais elle n'était pas accessible. Et surtout, elle n'était pas mon père... Alors si seulement à l'image de ce valeureux défenseur, quelque soient ses faiblesses, quelques soient ses erreurs, lui aussi il pouvait tenir un peu du héro...

A défaut d'être satisfait par mes réponses, je rêve et je jalouse des histoires de paternels yakuza au tatouage impressionnant dans le dos, à l'entourage mystérieux et au passif grandiose. Je m'y perd aussi un peu, parce que finalement je ne me projette plus dans les anecdotes trop badines de petites familles camarades.

-... Enfin, finalement, pour le moment, je ne suis qu’un gosse qui se fait des films sur une photo. Je sais qu’il était mon père, mais il y a encore de nombreux mystères à élucider.

Logé à la même enseigne, pensè-je. Un pseudo visage et des histoires incomplètes pour se dépeindre un père.

Cela doit faire deux heures et près de vingt-sept minutes que nous bavardons de tout et de rien. De discussions en discussions, Miya m'explique ce qu'est un Kamiga, la nature de notre connaissance commune Luka. Au contraire de la bête quasi démoniaque, il me le présente comme l'hôte d'une déité. Je coupe son récit d'un "jamais vu" quand il compare la liaison des deux âmes à des affinités entre vampires. Un Therence ne s'extasie pas devant des films gothico-tragique pour midinettes. Mais je comprend où il veut en venir. Une histoire de coup de foudre et d'âme sœur, tout simplement. Et donc, ce serait à cause d'elle qu'il ne serait plus de ce monde?...

Je ne sais pas trop quoi en penser si ce n'est que le jeune homme était dangereusement naïf. Je ne crois pas à ces choses là, je me dis que si ça avait vraiment de la constance, l'amour au premier regard, l'amour tout court... Ma vie ne serait pas vide d'un substitut acceptable à défaut du géniteur, et je ne serais actuellement pas en train de rechercher l'inconnu de ma vie... Une incarnation mythique, ou une vague connaissance. Sans écarter l'une des options, mon esprit penche naturellement vers l'autre... Trop de rapports pour pouvoir y échapper même si je le décidais. Je ne m'adresse plus à Noah, qui s'est manifestement engagé à décortiquer une légende confirmée en petits morceaux pour jouer les Pythie du dimanche, mais à Miya qui sait de quoi il parle pour le coup. J'ai besoin de savoir, Peter, c'est vraiment son truc de faire des gosses sans les assumer?...

... Malia. Elle fait partie de la petite tribus de marginaux de Stiles et McCall. Trop sauvageonne pour être humaine...

-... S*loperie...

Juste un souffle cru en m'enfonçant dans mon siège, perplexe. Je ne suis pas en colère! p... pas plus que n'importe qui découvrant l'histoire de cette fille possiblement ignorante quant-à son géniteur je veux dire, je... je ne peux pas me laisser aller dans l'émotion sans être sûr à cent pour cent que c'est lui. Je veux réfléchir à tout ça avec du recul et la tête froide, je... ne suis pas une petite chose susceptible, du moins je m'en persuade, et est-ce que je ne l'avait pas envisagé?! L'éventualité de ne pas être tout seul, que le géniteur en ai engendré d'autres? D'être confronté à une famille?...

-... ça m’étonnerait qu’elle reste loin d’Ian alors que c’est son demi-frère, à moins qu'...

... Dont je ne fais pas parti... La voix du bêta poursuit comme un bruit de fond au vide oppressant qui remue dans ma tête. Je me répète, chaque mot comme la pierre d'un rempart, que je dois rester objectif. Mes émotions je les terre quelque part dans ma poitrine.

-... Dit moi au moins que toutes ces c*nneries c'est à cause de l'amour.

Histoire d'alléger les fautes et me trouver un coupable idéal. B*rdel, mais ça lui ferait combien de mioches en tout?!

-Lilia… ce n’est pas une question d’amour, mais d’âme-croisée…

...Et la suite m'éclaire sur le sort funeste du Loup Solaire et du résultat tragique du mariage.

Un silence s'installe. Je ne suis pas tant surpris par l'annonce de la mort du nourrisson que par les circonstances. J'ai bien capté les silences persistant autour de sa présence et l’affliction de ceux qui en ont fait allusion pour avoir deviné. Je me terre dans le mutisme ambiant que seul Noah transgresse avec son clavier et ses marmonnements intermittent, sans faire part de ma désolation à Miyavi. Peut-être parce que je ne le suis pas autant que je le devrais... Je ne suis pas insensible, on parle d'un nouveau-né qui n'a rien demandé, ni à venir, ni à partir, ni subir les ressentiments de qui que ce soit. Mais une toute petite part de moi ne peut que considérer cette place vide laissée au côté du père absent et éhontément prolifique avec satisfaction...

-... retranscription codée de ton hétérochromie.

Hétérochromie. Je papillonne péniblement des yeux. C'est mauvais, c'est comme se prendre le jus, mais mentalement. Je darde sur Noah et son appareillage, quelques bribes de "reconnaissance faciale", "iris" et "analyse optique" qui atteignent ma conscience avec retard.

-... Wayne?

Des bichromes j'en connais pas cent, qu'on ne me dise pas que... C'est la mine que Miyavi affiche au lâché de ce nom qui m'interloque. Je regarde à nouveaux vers Noah, puis le matou, puis Noah, puis...

-... Je rêve...

Je me trouve à l'autre bout du pays, à près de 5000 km de Beacon Hills, et il trouve le moyen de poper dans ma vie comme une mauvaise publicité! Wayne, Wilder - parce que je sais que tu lui colle au train! - spameurs de vie!!! J'incrimine le chat d'un long regard suspicieux. Minute... C'est lui le lien... C'est lui qui les attirent en fait...

-Rappelle moi, Miya... de quelle couleur est ton pelage déjà?

La question me vaut un coup de coude offusqué. Je plaisante, évidemment. Mais me retrouver ces deux là ici, maintenant! NON! Je refuse. C'est tout sauf le moment! LEURS problèmes n'ont pas interférer avec MES problèmes! Ils en ont déjà largement assez fait en s'accaparant mon wendigo. A chacun ses soucis! Et à chacun son hacker...

-Cette réunion de maestro du clavier, c'était vraiment nécessaire?... marmonnè-je au chat. Tandis que des yeux qui se font scanner en profondeur occupent tout l'écran et paraissent nous analyser en retour. J'en ai des frissons...

-C’est comme s’il y avait plusieurs couches. Comme si on ne voyait qu’un seul arbre planté au milieu d’une forêt.

... Alors c'est pas des pros du hacking qui leurs faut, ce sont des pros de la hache! Ou un bon ophtalmologue, tiens... Problème réglé!

-Bon, je pense que ça suffit pour aujourd’hui ! s’immisce le chat comme un arbitre improvisé au milieu de mon combat de regard avec un écran. Je croyais que tu voulais quelque chose de plus fort !

Je considère mon sauveur avant de soupirer.

-Je ne demande que ça...




Musique étourdissante, lumière stroboscopique, chaleur humaine exacerbée. Les écrans de Noah ont laissés place aux reflets opaque d'un Manathan, sa cerise posée en plein milieu du verre plein. Le cocktail file plus loin à l'autre bout du comptoir tandis que moi je repousse le mien, vide.

-Je cherche mon père.

Je préfère regarder ce qui reste de ma boisson que subir la réaction de Miya. Soupir et yeux au ciel risque d'être de rigueur lorsqu'il aura reconsidéré ses bavardages et suppositions pas si vaseuse de plus tôt. Et qu'il aura saisi ma condition. Il est beau, le grand, le fier Therence, à courir après son cher papa! Un surnaturel que je ne suis pas. Comme je l'ai fais, je crois qu'il ressasse les protagonistes à ma quêtes, les probabilités, ses propres hypothèses... Dire qu'il le côtoie peut-être... Je m'ébouriffe la tête, c'est franchement gênant!

-Ça peut pas être lui! protestè-je contre toute moquerie et condescendance involontaire. Parce que...

J'écarte les bras dans un signe d'évidence, mais cherche du regard en ne sachant que sortir de ma bouche ouverte.

-Parce que c'est Peter Hale! Je veux dire, j'ai personnellement rien contre lui, mais...

Les Hale, c'est... pas... personnes. C'est une longue lignée de garous, c'est une tragédie, c'est des ennuies en perspective, c'est... Ça me fout le vertige...

-De toute façon... on n'est encore sûr de rien. me frottè-je méchamment les tempes.

Je suis finalement certain grâce au chat que le loup au pelage sang révélé après une explosion n'est pas mon paternel, mais... mais...

-Y a l'autre, le pseudo-français, celui qui fait flipper!

Mais je regrette aussitôt ma dérobade et mon sourire se meurt pathétiquement. "La méga bête de la mort qui tue" pour reprendre les termes de mon camarade. Un p*tain de titre pour un possible paternel. Tout ce qu'il y a de plus... rassurant. Je m'écrase sur mon tabouret, le regard éteint.

-Noah l'a dit, Loup-Rouge c'est pas une appellation déposé de toute évidence. Tout ça... ça veut rien dire...

...Ça ne voudra rien dire tant que je n'aurais pas de confirmation. Ma vérité n'en sera une que lorsque tous les éléments ne pourront qu'attester qu'elle en est. Alors je devrais relativiser, après tout, vu sous un certain angle... mon père est une légende! C'est génial! Y a de quoi être content s'enjoue le chat!...

-... Tu veux dire, être content d'être le rejeton d'une bête? plantè-je mon regard dans le sien en ricanant, dépité.

Sans offenses à son propre père. Je veux dire... Je veux insulter personne. J'ai rien contre les demi-fauves, et son héroïque loup-rouge ne le mérite pas. Mais... enfin bref, je me masse le visage, désolé. Mon... ... mes probables?... non, MON loup-rouge à moi, l'ultime finaliste à cet absurde concours de paternels potentiels, celui qui a mis ma mère en cloque, je ne sais pas comment je suis censé le juger en tant qu'homme, amant et géniteur ni comment lui me percevra en tant qu'humain, jeune-adulte et progéniture. Aucun ne parait innocent, et je ne suis pas né loup, moi! C'est une histoire qui me reste à découvrir, et... et je suis en droit de flipper, et d'être contrarié. Et si ce n'est pas Hale mon père... je suis censé être quoi pour une imposante créature d'ombres et de fumées?!...

...Qu'est-ce tu voulais me cacher, maman? Et ta position là dedans exactement? B*rdel mais vu le casting, je voudrais au moins comprendre tes choix en la matière!

Je crois que je commence à comprendre... non, à concevoir qu'elle ne m’ait jamais parlé de cette ville vue ce qu'elle cache. Ni de ce qu'était mon père. Mais ça ne l'excuse pas d'avoir garder son identité sous silence... Elle n'avait pas à m'écarter de tout ça! Je suis apte à comprendre! Et à accepter! Assez mâture pour faire la part des choses et poser un jugement lucide sur les gens et sur leurs actes, sur leurs natures, ça ne me fait pas peur! Monstre, infidèle ou quoi qu'il soit, je... je n'aurais pas pleurniché comme un mioche en mal d'amour sur des vérités difficiles si elle avait osée... C'est vrai. Je suis solide. Je suis un rock. Une force. Je n'ai pas à être touché outre mesure par ce qui se sous-entend, me dis-je, en enchainant un verre supplémentaire...

Je ne cherche pas une... famille. Je cherche des réponses.
Seulement des réponses.

A demi affalé sur mon coude, je pose un regard paresseux sur mon compagnon d'infortune. Lui aussi, il quête après des réponses. Hin. On se ressemblent en ce point. Mon sourire se fait plus doux, un brin malicieux quand il me regarde. Et je lui présente mon verre pour le faire claquer avec le sien. Santé! Et du courage pour deux mômes en mal de parents.

Les éclats de rires du chat lorsque je lui raconte comment j'ai rencontrer Amaro ne parviennent pas à soutenir un sourire sur ma figure. Les spectres de fauves rouges légendaires, de fantômes maternels et de marmots désirés et indésirables se bousculent dans ma tête comme les ombres obsédantes qu'un feu originel projetterait dans ma conscience. Les réponses ne sont que de nouvelles questions à creuser, et autant d'espoirs brisés ou à redouter... C'est pénible... c'est insupportable.

Je termine mon verre cul-sec, saisi Miya par la main et l'entraine de force dans la marre humaine. Besoin urgent d'échapper à tout ça et de me perdre pour ce qu'il reste de cette journée. Je danse, sans lâcher la main de l'asiat' que je fais valser et que je garde près de moi, une bouée tacite pour survivre à cette virée mouvementée. Je me déchaine, ferme les yeux, me déconnecte, balloté dans une insouciance contagieuse, je me laisse bercer par la mélopée électronique, subit son frisson grandissant, l'alcool me monte à la tête et ça tangue et balance et ça tourne et tourne tout autour de moi, manège entêtant, et notre horizon se voile aux nuages de fumées qui inondent la piste bondée et la nuit artificielle aux lueurs frénétiques, et les paupières clauses je renverse la tête en arrière et me livre aux éclats froid et brillants de la haute sphère à multiple facettes qui règne sur la foule de gamins ivres et éperdues que nous sommes, avant de me laisser submerger par le brouillard.


Je retrouve mon équilibre d'un pas ferme et rouvre les yeux. Dans la brume épaisse les gens ne paraissent plus que des ombres stoïques, des... arbres? à mes pieds, un vieux chemin de fer, et à quelques mètres devant moi... un petit liseré vermeil surgit comme un coup de pinceau dans le vide laiteux.
Je cligne des yeux, ébahis, quand entre mes doigts, mon fil rouge et là et tiraille pour la première fois. Je le scrute, confus, stupéfait, mais subitement il tire plus fort et m'échappe des doigts, et il disparait dans l'intense obscurité qui bordent le sentier. Non!!! Une angoisse sans nom m'envahis, je cours désespérément à la recherche de mon précieux fil d'Ariane!

... Pour apercevoir, trop tard, le monstre qui surgit des ténèbres...


-AAH!

Miya sursaute à côté de moi, ainsi que quelques passagers qui étaient endormis.

-C'était un chat... me massè-je le visage.

Il a bondit au cœur d'un petit allo de lumière, comme un spot sorti de nulle par dans la pénombre cauchemardesque, et là, valdinguant joyeusement entre ses pattes...
Mon fil rouge. Transformé en grossière pelote de laine!!!

J'enfonce ma tête dans le moelleux de mon siège à près de 9000 mètres d'altitude. Nous avons repris le chemin du retour plus sobre qu'à ma sorti du Guilty. Je ne rêve jamais de chat. Si ce n'est pas l'alcool, c'est un peu à cause de ce... Je reste bloqué sur le téléphone entre les pattes du minet.

-Mais c'est mon portable?!

Je rêve! Il a profité que je dormais pour se servir! Je récupère mon bien d'une volée et fixe Miya en agitant un indexe lourd d'avertissement.

-Ne t'avise pas de jouer avec mes affaires. Ou sinon...

... Sinon je ne suis pas grand chose face à un vengeur à coussinets. Mais je peux toujours lui voler son propre tél et y fouiller en toute impunité! ce que je m'empresse de faire, découvrant un stock de photos appétissantes de types à moitiés à poil que je commente sans gène tandis que l'autre agite les bras dans l'espoir de récupérer son appareil. Je me retrouve à moitié étalé sur le siège voisin, l'asiatique qui m'écrase sauvagement. C'est quand une hôtesse nous sermonne de faire moins de chahut que je lui rend enfin son bien et me calme...

Nous posons rapidement le pied sur la terre ferme, c'est du moins l'impression que j'en ai après ma sieste. Chacun aux guidons de sa précieuse moto, je remercie Miyavi pour sa compagnie. Il aura d'avantage été un camarade qu'un guide lors de cette virée.

-Heu... Miya? Si tu pouvais ne rien dire au sujet de... Hale. Ni de l'autre. Ni rien en fait. A personne...

...marmonnè-je en jouant nerveusement avec mon casque. Je lui en serais reconnaissant.

-... Merci. Et bonne chance pour tes parents.

Encouragement sincère d'un compagnon dans la même mouise. Qu'il puisse en apprendre plus au sujet de son paternel et qu'il retrouve enfin sa mère. Là dessus, je le salut d'un sourire plus franc, le pied à l'étrier qui fait ronronner ma bécane, et m'élance vers un futur aux contours un peu plus distinct mais pas moins incertain.

A mon stade, ce n'est plus tant de la chance qu'il me faut, mais beaucoup de courage.


HRP:
 

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar



Messages : 175
Points : 222
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Boston lève le voile [PV Therence]   Mer 26 Juil - 23:00

It begins with a trip
Aux réactions de Therence, je réalise mes maladresse. Je ne sais pas pourquoi il cherche ce loup rouge. Pour qu’il traverse ainsi l’Amérique et que lycaon intervienne, surtout de façon si nébuleuse— non, parce que je ne suis pas dupe, Noah cache des informations, ou en tout cas il ne sait pas tout— c’est que le loup en question n’est pas qu’une simple connaissance. J’ai pris cela un peu trop à la légère. Mes hypothèses et conclusions se sont peut-être avérées blessantes ou stressantes. Je le vois bien lorsqu’il demande, prêt à mordre, pourquoi Lycaon couvrirait la bête. Mais en même temps, vu l’animal, je me vois pas présenter des excuses. J’ai l’impression que ça le vexerait d’autant plus. En tout cas, je ferais tout ce que je peux pour l’aider.

— « Peut-être qu’il le connaît, quoique ce n’est pas le genre de Lyl’ de renverser l’équilibre pour une question de sentiments. Mais en même temps, le passif de Lylae…de Lycaon est mystérieux, donc va savoir. Cela dit, j’ai plutôt tendance à croire que si la bête est réapparu et que Lycaon n’a pu arrêter ses agissements, il a couvert ses traces car ça nous aurait tous exposés s’il ne l’avait pas fait. Enfin, la bête n’est peut-être jamais revenu, ou pas avec des intentions morbides. Ou peut-être qu’elle a toujours été là.

Therence semble perdu et je ne sais pas quoi faire ou dire pour l’aider car je ne sais pas ce qu’il cherche. Alors je réponds à ses questions. Je lui parle de Luka, et puis de Peter, de la perte de Lilia et du vide qu’elle a laissé en emportant le Kamiga avec elle. Luka était discret dans la meute, mais sa force tranquille était bien présente. Il avait cette faculté à apaiser l’atmosphère, à la rendre chaleureuse. Il rendait Derek plus…impulsif, pas dans ses colères, mais dans ses actes envers les gens. Il avait cette capacité à rendre Stiles plus calme aussi, moins excité. Il était cette figure de grand-frère que je n’ai jamais eu. Et, chose non négligeable, sur les derniers mois, il avait cette capacité miraculeuse de calmer Ruby par sa simple présence. Aujourd’hui, ça s’explique bien par le lien qui le liait à Lilia, mais à ce moment-là, même si on ne comprenait pas, on savait que quand Ruby devenait incontrôlable, il fallait trouver Luka !

Et puis soudainement, alors que la discussion va bon train, Therence s’en retrouve violemment extirpé. Il a suffi d’un seul mot et son comportement entier a changé. J’ai bien compris dans l’avion que sa relation avec les W² était…tumultueuse, mais je ne pensais pas la corde sensible à ce point. Quoi ? Moi, un chat noir ? Ah mais non monsieur, je ne vous permet pas ! Sauf qu’en fait, c’est bien possible, alors je me contente d’un coup de coude gentillet. Je suis bien capable de porter la poisse, ça ne m’étonnerait même pas ! Therence râle, demandant si ça n’aurait pas pu attendre. Je hausse les épaules, navré.

« Quand l’un appel l’autre pour de l’aide, c’est qu’il y a un sacré défis à relever et ni l’un ni l’autre ne peut résister à ça. Avec Noah, ça s’entend moins à cause de son sang littéralement froid, mais quand je suis chez James, je peux te dire que la pièce ressemble à un orchestre à mes oreilles tant l’adrénaline fait augmenter son rythme cardiaque. Un vrai tambour de guerre ! Tu pourrais placarder des « Challenge Accepted » sur leur front dès qu’il s’agit de pirater un truc.

Le problème, c’est que souvent, ces fameux défis ne sont pas résolus en quelques minutes seulement. Il est grand temps que mon petit terry décompresse ! Je lui rappelle qu’il m’a demandé quelque chose de plus fort, et ces mots à eux seuls semblent salvateurs.

Alors que nous bullons devant nos cocktails, Therence se décide à lâcher une bombe. Mes yeux s’écarquillent, ma mâchoire s’ouvre, mais aucun son n’en sort. Oh p*tain ! Ca ne s’appelle plus manquer de tact à ce stade. J’ai sauté à pieds joints en transportant des poids à chaque remarque, là ! Mais quel abrutis ! Et puis je songe aux possibilités qui sont ressorties de nos discussions. Bon, ce qui est sûr c’est que ça ne peut pas être mon père. Clairement, il ne porte pas les mêmes gènes que moi, et heureusement. Je suis déjà sortis avec mon grand-cousin, ça suffit l’inceste ! Pas que je compte sortir avec Therence, mais je ne me gêne pas pour le reluquer, alors, merci mais non merci ! La grande bête des temps passé…mouais, pas impossible, on ne sait pas grand-chose, mais du coup, pas très engageant… Et Peter…bah, c’est Peter quoi…Je me sens désolé pour lui tout à coup. Je cherche ma mère et je veux en savoir plus sur mon père, mais techniquement, je sais à peu près qui il était et qui elle est. Mais Peter… ?

« Attends, si c’est Peter…Ruby serait ta belle-mère ?

Je sais que c’est pas drôle, hein, mais quand même, un peu ! Oh si quand même ! Enfin, en vrai, si c’est vraiment ça, est-ce que ce serait si mal ? Je ne sais pas. Avoir Peter comme père et Derek comme cousin et Ruby comme belle-mère…faudrait demander à Malia. Encore que pour elle c’est différent. Elle a toujours son père adoptif. Therence refuse complètement l’idée, ou plutôt il ne veut pas la croire même si il semble que ce soit celle en laquelle il croit le plus. Il envisage ensuite le loup des temps ancien avec un espoir qui s’évanouit aussitôt lorsqu’il constate l’alternative. Mais comme il le dit, « loup-rouge » c’est large. Si ça se trouve ce n’est aucun d’eux. Enfin, ça me paraît bizarre. Pourquoi Lyl’ nous aurait fait venir jusqu’ici pour rien. Ces histoires ont forcément un intérêts à être racontées. Bien sûr, j’en ai appris sur mon père, mais nul besoin de venir à Boston pour ça, encore moins avec Therence. Par contre, il y a l’histoire de ce gros loup fumeux…Enfin, j’essaye quand même de voir les choses du bon côté. La méga bête est une légende. Bon, il ne semble pas convaincu…du tout… Je baisse les yeux. C’est ce que je suis. Le fils d’une bête. Mon père était peut-être un héros à mes yeux, mais je doute qu’il soit un saint et si ses gênes lycanthropes se sont éveillés suite à un incendie, quelque chose me dit qu’il devait avoir quelque chose de bestial. Mais dans le fond, je ne prends pas mal sa remarque.

Mon esprit divague sur un chemin semblable à celui que doivent emprunter les pensées de Therence, mais pourtant différent. Je me suis mis à chercher ma mère et le passé de mon père presque pour passer le temps. Après avoir découvert que chad était mon cousin, j’étais complètement paumé, mais j’étais comme dans l’attente de quelque chose, comme si un truc énorme allait me tomber dessus, et je ne pouvais pas me contenter de ne rien faire en attendant ce…je ne sais même pas ce que ça peut être, ni même si quelque chose m’arrivera réellement, mais c’est à peu près mon état. J’attends un signal. Et en attendant j’essaye de vivre. Parfois, il m’arrive plein de choses en même temps et je n’arrive plus à suivre : un nouveau boulot, une nouvelle formation, l’emménagement dans la maison, soutenir mes proches dans des instants difficile comme la disparition de Lilia, et parfois, il n’arrive rien, et j’attends simplement en observant les autres avancer. Alors pendant ce temps-là, je cherche. Je cherche qui étaient ceux qui ont influé sur mon passé, qui je suis, et surement aussi qui je veux être, et j’en profite pour faire des rencontres. Mon père est mort. Je suis plutôt bien placé pour le savoir. Mais je ne sais pas grand-chose de lui. Je suis curieux, et puis c’est une histoire qui n’engage personne, hormis James et Noah, et du coup, je peux m’y plonger lorsque j’en ai envie…Mais je sais qu’on m’attends au tournant malgré tout. On compte sur moi, même si parfois je ne comprends pas trop pourquoi. Bref, je suis un peu paumé et j’attends. Je ne suis pas entier, et mes discussions avec Nineko et ma sœur me manquent aussi, ça y joue. Je ne suis pas sûr de ce que je veux trouver en cherchant le passé de mon père. Peut-être un peu de moi. Par contre j’aimerais trouver ma mère. Mais en même temps, j’ai peur de tout détruire si je débarque comme ça dans sa vie. Je suis le petit jap, chanteur pour midinette, bien trop déséquilibré pour son âge…Et ça s’arrête un peu là… Je n’ai rien à lui apporter. Elle a dû refaire sa vie, avoir des enfants. Et si elle est heureuse et comblée, est-ce que je veux vraiment briser tout ça ? Aurais-je la force de ne pas le faire ?

Mon regard se pose sur mon compagnon d’aventure. Heu, c’est quoi ce regard qui brille ? Qu’est-ce qu’il prépare le petit Rebelle ? Ah, oui, trinquons aux mystères de nos origines ! Et changeons un peu de sujet ! Je veux savoir comment il a rencontré Amaro. Si ça continue, mon nouveau patron ne voudra plus m’embaucher. Mais en même temps, en avait-il vraiment envie en premier lieu ? J’avoue que ça m’a laissé un peu hésitant. Enfin, c’est le business, je saurais me montrer à la hauteur, même si mes débuts auront brillés par mon absence. Mais Therence ne peux se défaire de ses pensées, et je ne peux l’en blâmer. Pourtant, il y semble bien décidé quand il termine son verre d’un trait avant de m’emmener sur la piste de danse. J’ai l’impression de ne pas en avoir côtoyer une depuis des lustres. C’est pourtant ce que j’aime le plus dans ce bas monde. La musique, la danse. La musique surtout. J’ai envie d’apprendre. C’est de devenir meilleur, de pouvoir me lancer sur une table de mix qui me pousse à m’améliorer dans la compréhension, la lecture et l’écriture.

Therence a les yeux vitreux. Il est libéré de ses pensées les plus sombres. En fait, il est libéré de ses pensées tout court en cet instant. L’alcool ce grand allié traître, ce soir, lui va bien. Il s’amuse et c’est tout ce qui importe. Il ne sert à rien de terminer la journée sur une note de trouble. Autant profiter d’être ici pour déguster les meilleurs cocktails de la ville et une ambiance chaude et sensuelle. Le rebelle se déconnecte de la réalité, il débranche tout. Il danse bien le bougre. Il est séduisant et complètement désinhibé en ce moment. Wow ! Recule le vieux pervers, ou je te bouffe ! Je n’ai pas à me mêler de ses affaires, mais dès que je vois un soupçon de « non » dans es geste ou dans son comportement, je repousse l’assaillant. Une ou deux fois, j’ai à montrer les crocs. Une troisième fois, alors que je l’avais laissé sur une banquette le temps d’aller chercher à boire, je suis contraint d’assommer un type un peu trop insistant qui est à deux doigts de rencontrer la version furie du rebelle, et je réduis au silence un pauvre tenté qui n’est pas loin de servir de repas à l’humain, bien décidé à accomplir sa destinée de rejeton de la bête en mangeant tous ces êtres impurs. Heureusement que je ne crains pas l’alcool, on aurait été mal. Nous garderons entre nous tout ce qui a suivi dans la soirée…enfin, pour être exacte, je garderais pour moi surtout ce dont il ne se souviens pas.

Et nous voilà dans l’avion, car il est temps de retourner dans notre nid à surnaturel. Je e sens coupable, même si je ne suis qu’un accompagnateur. J’ai l’impression que ce voyage ne lui a servi à rien. Pire encore, il me semble qu’il l’a troublé plus qu’il ne l’a aidé. Il s’endort comme une masse tandis que je m’exerce à la lecture. Je suis enfin passé à la lecture de livre pour jeunes adolescents. Ruby m’en achète régulièrement. Ils ne sont pas bien épais et pas difficile à comprendre, mais ça me permet de m’entraîner à lire de façon plus fluide. De temps en temps, quand un passage me touche, je le réécris pour m’entraîner. C’est Robin qui avait eu cette idée. Mais là, je suis un peu épuisé. J’ai lu un peu quand même, hein…mais la tentation tait trop présente ! Perdu dans ma musique, je sursaute malgré tout quand Therence se réveille en fanfare. Je ne lâche pas le téléphone que j’ai chipé, mais ce n’était pas loin !

« Jesus Ch- !

Il se masse le visage en parlant d’un chat. Un rêve ? Visiblement troublant…

« Si j’étais à poil, j’espère au moins que tu m’as imaginé bien foutu !


Quand il se rend compte de ce que je suis en train de faire, il s’insurge et me reprend son bien des mains. Il ne termine pas sa phrase, bien conscient qu’il pourra difficilement me faire de mal. Mais, je ne faisais rien, j’admirais les jolies photos de ce bien bel amant qui doit partager sa couche. Ou si ce n’est pas le cas, que je vais m’empresser de faire partager la mienne ! Ah ! Il décide de se venger !. Je ne garde rien que je ne veuille vraiment cacher dans l’appareil, néanmoins, certains photos ont une importance toute particulière. J’essaye de récupérer mon téléphone quand je le voie reluquer sans honte les superbe abdominaux de l’étalon blond qui a sur me redonner un peu goût à un vie sans soucis. D’ailleurs, quand je récupère le téléphone, je reste un moment le regard fixé sur une des dernières photos que j’ai prise de lui. Nul doute sur le fait qu’il était amoureux de Mick. Je n’étais pas vraiment amoureux de Robin, mais tout de même, il a été d’une importance capitale dans ma vie…Est-ce que j’aurais pu le sauver ?

Une fois sur nos montures, prêts à rouler, Therence me demande de ne rien dire aux autres. Nous n’avons aucune certitudes quant à un lien de parenté avec Hale, donc je n’en avais pas l’intention, et puis de toute façon, ça n’aurait pas été à moi de le dire, quand bien même certitude il y aurait. Il me souhaite bonne chance. J’en fait de même puis nous nous éloignons l’un de l’autres dans de doux ronflements. La vérité, c’est qu’aux vues des révélations et surtout de ce qui n’ pas été dit, je pense que c’est plus que de la chance qu’il lui faudra. Mais j’espère qu’il sait qu’il pourra toujours compter sur moi s’il a besoin. Et ce quel que soit le besoin.



© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Boston lève le voile [PV Therence]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BOSTON croisé caniche de 1an 1/2 MAUBEUGE (59)
» le retour de la marine à voile
» sur le marcher a Boston
» Ondulant sous le vent... [1st entraînement, Nuage de Voile]
» Le Voile Bleu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Out of Beacon Hills :: In USA :: Boston-
Sauter vers: