AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
12 novembre 2017

Zeke Pevencie


►►►◄◄◄br />
Arès Kye Coleman & Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Jansen Avery




Classement au
25 novembre 2017

Cassian Norton


►►►◄◄◄br />
Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Maxine Evans




Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 A chasse fermée | Kada'an & Juliette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juliette Kenney

avatar

Humeur : Joueuse
Messages : 144
Points : 190
Réputation : 8
Date d'inscription : 14/01/2015

MessageSujet: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Mer 27 Avr - 20:28


A chasse fermé
« You met me at a very strange time in my life. »


La douleur est lancinante et Juliette ne peut s'empêcher de grogner. Cette garce ne l'a pas ratée, à son plus grand désarroi.
Aussitôt qu'elle eut atteint sa voiture, la chasseuse n'hésita à faire taire sa douleur d'un coup d'aiguille bien placée. Des sueurs froides glissaient le long de son visage dont le front semblait brûlant. Voilà que la fière la prenait maintenant, mais quelle bonne idée de se faire avoir aussi salement pas une petit imbécile de louve.
Juliette s'en voulait de s'être laissée avoir aussi facilement, les blessures mettaient toujours un temps fou à guérir et ça entraînait parfois des complications. Le brune eut une pensée à l'un de ses proches qui avait perdu la vie à cause d'une blessure mal guérie. Funeste destin pour une femme de sa trempe.

Grimaçant à ce souvenir, Juliette démarra sans plus tarder sa voiture pour rejoindre son domicile. La route lui sembla terriblement longue, elle était certes calmée et la douleur était quasi oubliée grâce à la magie de ce petit sérum mais elle n'en restait pas moins blessée.
Débarquant chez elle, Juliette soigna précautionneusement sa blessure tout en grognant après la douleur vive qui lui mordait la peau. Grommelant contre elle-même, elle peina à panser sa blessure qui se trouvait quasiment hors d'atteinte.

« Elle a pas trouvé plus compliqué à soigner... Rouquine à la con. » les injures se déversaient sans filtre alors qu'elle s'évertuait à soigner sa plaie, les dents serrés et les mains crispées sur la bande.
Ce soir là, Juliette se glissa en douceur dans ses draps et ne tarda d'ailleurs pas à s'endormir, ce petit combat avait tout de même était épuisant pour le peu qu'il lui avait coûté.
Le lendemain matin, la brune s'éveilla d'une humeur massacrante. Son épaule la tiraillait fortement, et quelques bleus courraient sur sa peau, derniers vestiges du combat qui avait eu lieu dans l'antre du lycée.

Sachant exactement quoi prendre pour calmer sa douleur, Juliette attrapa la boîte de cacheton l'air de rien et les avala avec une aisance déconcertante. Il fallait qu'elle s'occupe maintenant. Elle n'avait pas cours aujourd'hui et elle avait besoin d'un bon bol d'air frais.
Soudain, l'image du lac lui vint en tête. Un endroit paisible où elle pourrait profiter pleinement de sa journée et de la nature. Ca c'était une bonne idée.

S'équipant tout de même avant de quitter sa maison, Juliette vérifia une dernière fois. Téléphone ? Présent. Clés ? Présentes. Arme ? Présente.
Rejoignant l'endroit sans plus attendre, Juliette transforma rapidement sa balade en footing. L'adrénaline et la légèreté de ses pas lui faisaient oublier l'horrible plaie qui dévorait son épaule sans plus de cérémonie. Elle en garderait une belle cicatrice à n'en pas douter, heureusement ce n'était pas suffisamment grave pour qu'elle ait besoin de passer aux urgences... Allez expliquer une telle blessure à des infirmières vous. C'est impossible évidemment.

Sa course à pied dura longuement jusqu'à ce qu'elle rejoigne l'étendue d'eau. C'était si calme.
Prenant place sur le bord de la berge, Juliette s'autorisa un instant de répit. Inspirant un grand coup, de nombreux souvenirs remontèrent à la surface, comme s'ils avaient été enfouis ici. Alors qu'il venait en réalité de l'Angleterre.
C'était des souvenirs agréables. Elle se rappelait notamment de ce garçon avec qui elle s'asseyait toujours aux bords du lac avant de discuter des heures durant.
Son regard se perdit aux alentours, distraitement mais subtilement... La paix bordait doucement Juliette jusqu'à ça. Dansant au gré de la douce brise, ces mèches rousses se balançaient du haut de la branche sur laquelle elle s'était assoupie.
La chasseuse se crispa subitement et retint sa respiration avant de soupirer. Ce n'était pas la bonne heure pour les retrouvailles. Ou peut-être était-ce les meilleures ?



ω I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kada'an Ravewood

avatar

Humeur :
Messages : 585
Points : 639
Réputation : 54
Date d'inscription : 09/07/2015
Age : 21
Localisation : En forêt !

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Ven 29 Avr - 15:14

Hey L'amie !

Joulie chasseuse et Louvette ♥

A peine endormie qu'une brise m’amène fraîche amène à mes narines une odeur trop bien connue malehreusement. Celle de la chasseuse de la veille. Je grogne et soupire. C'était la dernière personne que je voulais voir aujourd'hui et surtout à un moment de repos. Je garde les yeux fermés, et ne bouge pas d'un pouce. Elle ne m'a pas encore repérée, cela aurait été idiot de ma part de faire un geste pour qu'elle me voit. J'attends donc, écoutant son coeur pour le moment calme. Elle venait, elle aussi, effacer les marques du combat de la veille. C'est alors que ses battements changent légèrement. Un petit peu plus vif sur quelque envoie du sang. Elle me regarde. Elle m'a aperçue.. Je grogne malgré moi et me redresse sur ma branche. Je la regarde longuement, à la fois énervée et sereine. J'ai encore mal dans le corps à cause de la petite injection de je ne sais pas quoi mais c'est assez supportable. Les blessures me lancent, mais elles sont en bonne voie de guérison. Je reste assise, mes yeux brillant de façon froide et lue. Sans doute qu'elle devait voir mes pupilles. Je souris, tout crocs dehors. Cette fois la pleine lune ne contrôlerait pas mes transformations. J'étais maître de moi pour le moment.


-Hey l'amie ! Je vois que tu as du mal à te passer de moi. Tu veux que je te fasse l'autre côté pour que ce soit symétrique ? Tu apprécies ton nouveau look ?

J'ai la langue pâteuse, du mal à parler, la fatigue n'arrangeant rien. J'aurais bien aimé la revoir plus tard, au plus fort de ma forme. Je bouge un peu et grogne. La douleur se réveille et je me plie pour tenir mon ventre. Je serre les paupières et respire profondément. La douleur est vive et je serre aussi les crocs. Me blessant au passage, les canines plantées dans ma lèvre inférieure. Je repense à mon apprentissage de tueuse et je lèche mon sang coulant au bord de ma bouche. Je me redresse et saute sur le sol. Un pied dérape et je glisse un peu. Je me rattrape et la tête me tourne. Je me sens mal. Je l'observe, les yeux mi-clos, la tête penchée, le dos légérment fléchi. J'inspire un grand coup cherchant à oublier la douleur et je me redresse, les yeux bleus froids de ma partie louvent fixant la femme au loin. Je n'avais pas la force d'attaquer encore, je ne fais qu'avancer lentement, vers elle. Deux pas en avant, un sur le côté. Je n'ai ni une posture d'attaque, ni de défense. J'avance juste et m'arrête à quelques pas d'elle. 

DEV NERD GIRL



♥️ Love doesn’t make sense ♥️
I do not want to start a story with you .. because all the stories have an end, and I never want to stop..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Kenney

avatar

Humeur : Joueuse
Messages : 144
Points : 190
Réputation : 8
Date d'inscription : 14/01/2015

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Dim 15 Mai - 22:40


Breathe.
« Eh ! Tu veux jouer avec moi ? »


Elle l'observa de loin. Calmement. Peut-être trop sereinement en vue de la situation. Juliette n'avait aucune envie d'enchaîner leur combat. Son épaule la faisait souffrir. Et elle n'avait pas envie de planter un couteau en travers de sa gorge dans l'immédiat.
Juliette voulait une revanche. Une vengeance. Et à n'en pas douter, c'est un plat qui se mange froid. Là il est à peine sorti du four. Ce n'est pas le moment de finir ce qu'elles ont commencé.

Elle se redresse sur sa branche et leur regard se croise, même à cette distance elle sait que c'est elle qu'elle fixe. Ce n'est pas une question physique dont on parle, c'est une question de sensation. C'est une alchimie. La tension qui craquelle dans l'atmosphère.
Sa voix s'élève difficilement, le vent porte ses mots avec douceur et Juliette les accepte avec un magnifique sourire ironique. Se pense-t-elle en bonne position pour proclamer de telle menace ?

Elle la voit. Au loin là bas, elle perçoit ses grognements. La douleur, la colère, la galère. Elle descend et ses jambes manquent de se dérober sous elle. Sa force ne lui est pas totalement revenue, c'est plutôt bon signe pour la chasseuse, mais elle a l'air de vouloir en démordre comme si une rage folle consommée son peu d'énergie. Comme si elle catalysait toute sa puissance dans un seul et même objectif. En finir avec elle.

Mais l'heure n'avait pas sonné et la Mort ne viendrait faucher personne en cette belle et douce matinée. Juliette en avait la certitude et c'est bien pour cela qu'elle ne daigna pas bouger d'un poil lorsqu'elle vint à sa rencontre.
Elle pouvait sentir ce regard peser sur ses épaules, sans aucune hostilité. Personne ne semblait vouloir rouvrir la bataille tout de suite. Juliette avait promis des retrouvailles, mais elle les préférait en bonne et due forme.

« La symétrie c'est démodé, tu devrais le savoir pourtant. Garde tes griffes bien au chaud, tu n'en auras pas besoin avant un petit moment. »

Sa voix était posée et calme, il n'y avait pas une once d'agressivité autant en Juliette qu'en Louvette qui se tenait toujours là. La toisant de toute sa hauteur, sa chevelure d'ambre virevoltant sous les faibles assauts du vent. Comme c'était relaxant d'être là.

« Tu empestes la fureur, tu devrais peut-être te détendre un peu avant de finir avec une lèvre en charpie. »

Un seul coup d'oeil lui avait permis de remarquer le filet de sang qui s'écoulait de sa lèvre. Juliette ne pouvait pas impunément ouvrir les hostilités en s'armant jusqu'au dent, elle n'en avait même pas envie d'autant plus que de jour il est plus difficile de se faire discret dans ce genre de combat. Et Juliette n'avait pas l'intention de commettre une nouvelle erreur aujourd'hui, alors elle pourrait toujours s'énerver, mais la violence ne serait pas de mise... L'auto-défense en revanche restait une embrasure à la porte de sortie.

« C'est vrai j'ai du mal à me passer de toi, t'es plutôt mignonne faut bien l'admettre, et j'adore qu'on me résiste. »

Se redressant habilement à ces mots, Juliette changea totalement la donne et les règles du jeu avec elle. Faire du rentre dedans à sa proie, voilà qui était original...
Elle ne la jaugeait plus avec sa même haine habituelle, oh non c'était bien pire... C'était de la malice. Juliette se jouait clairement d'elle et jouait surtout avec le feu, mais on sait bien qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Alors quitte à jouer. Autant s'en brûler les doigts.



ω I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kada'an Ravewood

avatar

Humeur :
Messages : 585
Points : 639
Réputation : 54
Date d'inscription : 09/07/2015
Age : 21
Localisation : En forêt !

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Jeu 19 Mai - 15:34

Mmmh, Joulie chasseuse..

Joulie chasseuse et Louvette ♥

comment ça la symétrie c'est démodée ? Mmmh... Je souris avec une délicatesse sauvage, claquant les crocs. Je lève le nez et respire retroussant les narines. Je reprends totalement forme humaine. L'odeur présente n'étant pas celle du combat immédiat. Mes yeux bleu clair dans le vert profond de ceux de la chasseuse, je cherche à la sonder. Mais la seule chose que je peux décerner, c'est le plaisir qu'elle trouve dans ses retrouvailles.

-Démodée ? Mais je peux faire une autre forme.. Que dirais-tu d'un croissant de lune ? N'est ce pas jolie ? Promis.. je prendrais mon temps pour qu'elle soit bien dessinée...

La fureur ? Moi ? Oui. J'empeste la fureur, la colère, la haine, et surtout la solitude. Et cela, même si la brunette n'en parle pas, je sais qu'elle s'en doute. Et elle sait, qu'avec ma personne, elle a plu de chance que moi dans ce combat. Mon manque de contrôle me rend faible. Mon rang d'oméga ne me permet pas d'avoir du soutien. Une meute aurait pu me protéger. Une meute aurait pu m'aider. Je passe ma langue sur ma fine blessure et exquise un sourire rêveur.
Je me sens bien. La chasseuse aurait très bien pu être mon amie à ce moment-là. Une amie que j'aimerais chambrer avec mon ironie. Mais elle, elle m'a presque ne tuer pas plus tard qu'hier. Mais, à l'heure d'aujourd'hui, c'était ma meilleure ennemie. Un jappement amusé sort de ma gorge suite à cette réflexion et je souris

-Mmh.. joulie chasseuse..

Je laisse ma phrase en suspens, cherchant mes mots lorsqu'elle prend la parole à nouveau. Elle adore qu’on lui résiste ? Une certaine mignonnerie perle sur le visage de la femme et je ne peux m'empêcher de sourire d’avantage.

-Résister ? Mais je n’ai rien fait pour te résister.. Franchement… C’est quoi des loups qui ne résistent pas ? Ceux qui foutent la queue entre les jambes et partent en courant ? C'étaient sans doute des louveteaux.. Quelle bravoure pour une chasseuse qui ma foi se bat plutôt bien de chasser des enfants...

Je n’ai pas envie de lancer l’attaque encore. Nous sommes bien là. Calme. Cela me permet  de reprendre mes forces. Et a, elle aussi, par la même occasion mais tant pis. J’Inspire un grand coup est ferme les yeux.

-C’est tellement bon d’être là.. Dommage que nous soyons ennemies et que la vengeance nous appelle autant l’une que l’autre.

Je sors les griffes, sans me transformer et je les regarde longuement. et dit d'une voix perdue dans les souvenirs, une voix calme..

-Quand je repense à tous ces innocent, ou moins innocent qu’elles ont tué .. Ma plus belle vengeance .. C’est mon père qui l'a reçu. Sa machine à tuer se tant retourné contre lui.. Je lève la tête vers jolie chasseuse et retrousse les babines.

Le dégoût que j'éprouve pour mon père dois se voir et je ne cherche même pas à le cacher.

Je secoue la tête et me retourne, laissant mon dos à la porter de la chasseuse. Observant la cime des arbres. J’avais réussi à me contrôler. Pour le moment, j’étais calme malgré mon puissant désir de lui trancher la gorge lentement. Avec délicatesse pour qu’elle sente bien la griffe pénétrer sa chair tendre… Écouter ses cris d’agonie avant le silence de mort…

Je grogne, excité par cette pensée et me transforme. Mes traits se prononcent, les dents poussent en crocs, les griffes grandissent, les yeux changent de bleus et je grogne plus fort. Je me lèche les babines, savourant d’avance mon repas. Ma Proie parait calme. Je sais que je suis sa proie et que je suis aussi sereine qu’elle. J’ouvre la bouche et hurle un instant. Aah ! cela fait du bien de crier un peu. Je souris et ferme les yeux avant de me tourner vers la chasseuse.

-Hier, j’étais manipulé par la lune. J’étais énervé. Tu n’as pas eu de mal à me mettre K.O., Mais cette fois je ne ferais pas la même erreur. Promis. Cette fois, je vais jouer à ma façon..

 

DEV NERD GIRL



♥️ Love doesn’t make sense ♥️
I do not want to start a story with you .. because all the stories have an end, and I never want to stop..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Kenney

avatar

Humeur : Joueuse
Messages : 144
Points : 190
Réputation : 8
Date d'inscription : 14/01/2015

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Sam 4 Juin - 20:04


Louvette ~
« Un véritable tueur : froid, hygiénique, méthodique et minutieux. »


Voilà que Louvette se tentait à amuser la galerie, que de sarcasme en ces termes, qu'une foutue menace cachée sous cette blague malsaine.
L'art des mots étaient bien plus délicats que celui du combat à n'en pas douter et elle était bien meilleur dans celui de la parole. Pas qu'elle ne sache pas se battre, mais plutôt que son impulsivité la guidera droit vers sa perte.
Dans un combat à mort ; celui qui se laisse emporter est certain de perdre, mais elle... Elle s'emporte avant même quoi que ce soit n'ait démarré. Quel triste sort le destin lui réserve.

« Non ce n'est pas joli... Pas assez joli pour moi. Pas pour décorer mon petit minois... »

Elles semblent s'amuser. Autant l'une que l'autre. C'est un jeu. Juliette adore les jeu, c'est une joueuse, elle aime bien taquiner les gens. Et même si ce jeu est clairement malsain et imprégné d'une rivalité doucereusement dissimulée... Ca reste un jeu quand même.
Le plus bizarre là dedans, c'est qu'elle y prendrait presque goût, c'est pire encore maintenant que Louvette entre clairement dans la partie.
D'un point de vue totalement externe, elles pourraient avoir l'air de deux copines en train de s'amuser gentiment, de prendre du bon temps... Et pourtant, il n'en est rien.
Juliette sait qu'elle lui est complètement hostile, à un tel point que la haine qu'elles se portent mutuellement ne saurait être dissimulée dans leurs moqueries infantiles. Des ennemies.
Après tout on dit toujours de garder ses amis proches, et ses ennemis... Plus proches encore.

Un rire cristallin dépasse ses lèvres pulpeuse, mon Dieu qu'elle est amusante... « Non, ta résistance n'a rien à voir avec ce combat Louvette... Il s'agit de ton impertinence. De ton répondant. Il est plus mordant que tes crocs et plus acérés que tes griffes... Enfin voyons, chérie, tu ne crois quand même pas que je suis restée bloquée là dessus, si ? »

La sérénité qui les entoure leur fait du bien, la légère tension installée entre elles est limite agréable, elle n'a rien d'irritant ou d'agaçant. C'est un jeu d'enfant. C'est du répondant. De l'ironie à la tournure macabre, des promesses funestes et ce n'est tout simplement pas épuisant. C'est distrayant.
Si elle avait su qu'elle finirait par s'amuser au delà d'un combat avec elle, elle n'y aurait certainement pas cru. Inspirant un grand coup, Juliette puise la force de répondre à ses propos.

« Le rappeler n'arrange en rien la situation... Je ne ressens aucun désir de vengeance à assouvir, juste une envie de me vider l'esprit. Je sais qu'on se retrouvera. Mais la revanche est à des kilomètres de la vengeance. Au moins, je te pousse à des passions folles, ça me fait plaisir de voir à quel point je te tiens à cœur ! »

Oh bonté divine que c'est bon d'être juste comme ça... ! Sarcastique à souhait, cassante, mordante !
Juliette se tourne alors lorsqu'elle évoque son paternel... Quelle est cette rancœur torride qui lui brûle les lèvres lorsqu'elle en parle. Et elle semble tout à coup comme possédée par son loup.
La chasseuse l'observe, elle a besoin de tout relâcher et on embête pas une bête instable, on ne la surprend pas. Elle laisse ce hurlement se déployer dans les airs. C'est comme hurler à plein poumon. Ca fait du bien.
Et lorsqu'elle se retourne Juliette a l'impression qu'elle n'a pas compris la leçon, qu'elle n'a même pas compris les enjeux d'être face à un chasseur, à découvert qui plus est.

« Ton père a sûrement reçu ce qu'il se devait de recevoir. Il a perdu. Et quel bonheur de mettre son paternel en échec tu ne trouves pas ? Moi ça m'a soulagée d'un poids. Je me suis libérée de mon boulet... Hier tu étais manipulée par la Lune, aujourd'hui, laisse toi taire par le Soleil. Tu n'apprends donc rien de tes erreurs ? Tu viens de me promettre le calme. Regarde toi. Et explique donc aux gamins qui jouent dans les bois d'où tu tiens ta si belle pilosité... Ne fais pas de promesse que tu ne peux pas tenir, tu t'es déjà trop emballée ma belle. »



ω I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kada'an Ravewood

avatar

Humeur :
Messages : 585
Points : 639
Réputation : 54
Date d'inscription : 09/07/2015
Age : 21
Localisation : En forêt !

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Dim 12 Juin - 11:46

Tu aurais dû choisir le croissant de lune, ma belle

Joulie chasseuse et Louvette ♥

Je regarde la chasseuse d’un air un peu hautain. Les crocs sortant de mes lèvres entrouvertes. Un grognement m'échappe et je ferme les yeux, cherchant un certain calme. Mais j’ai passé ma ligne de tolérance. Comment ça elle ne veut pas de mes dessins sur sa joue ! C’était la manière douce. Tant pi pour elle. Elle n’aura pas de souvenir de moi.
Son odeur m'enveloppe. Une odeur agréablement épicée. De l'amusement. J’inspire, laissant l'odeur pénétrée mon corps. C’est Enivrant... Et ça accroît mon désir de lui sauter dessus. Je serre les poings. Et laisse la douleur de mes propres griffes dans mes paumes me refroidir. Mais l’effet inverse se produit. À cause de cette femme je me fais souffrir . Mais Bordel qu’est-ce qu'il m’arrive? Je m’apprête à m’élancer lorsqu'un rire adorable perce le silence. Elle se fout de ma gueule. elle voit mon combat contre moi-même pour garder le peu d’humanité que les quelque bonnes personnes que j’ai croisées ont réussi à réveiller en moi. Et ça l’amuse profondément. La connasse...

Le terrain entre nous est un champ de mines que nous avons chacune placé de notre côté. Un pas peu mettre fatal . Un pas à elle peut lui être fatal. Mais je suis plus en danger que la chasseuse. Et elle le sait. Mais sait-elle que je suis au courant de ma faiblesse face à elle . Elle pense que je vais agir comment ? De façon irréfléchie et immature ? “Oui tu vas réagir comme ça m'a fille. Tu as été programmée pour sa” ferme là, sombre connard... Tu ne me connais pas... Mais au fond... Je savais que j’allais réagir de façon mal contrôler... Car je suis en plein apprentissage d’une nouvelle façon de faire. Et seule... C’est dur de lutter... “laisse nous t’aider, ma soeur”... Ma soeur... Cahir... Personne ne m'a appelé sœur depuis... Des années. Je ne m'en souviens pas, c'est un passé tellement lointain.

-Ce qui me tient coeur c’est surtout de savoir qu’elle est la sensation de mes griffes dans ta poitrine et savoir quel goût à ton sang
.
Je la regarde en souriant. Tiens, un point commun. Elle a aussi tué son connard de père . Puis elle continue à parler. Et alors que le début de son discours, avait étiré un sourire dans sur mon visage, le reste me donne assez d'élan pour lui montrer à quel point elle a raison.
-Je n’apprends pas de mes erreurs ? Tu ne connais pas mes erreurs. Tu ne sais rien de moi ! Alors garde ta put*in leçon de morale veux-tu ? il n'y a pas si longtemps que cela, je t’aurais déjà attaqué. Depuis un moment j’aurais engagé un pseudo combat où tu m’aurais mis en miettes sans même que je comprenne pourquoi ou comment !


Je respire un grand coup et reprends forme humaine avec une grande difficulté et une très forte volonté.

Madame je sais tout de toi, louve qui ne sais pas se contrôler. Les enfants ? Quels enfants ? Il n’y a que toi et moi à 5 km à la ronde ! Tu as l’air d’oublier qui je suis. Et mon odorat bien plus développé que le tien. Alors je t’en prie... Ne dit pas des bêtises plus grosse que toi .

Je me transforme à nouveau, et j'melance. D’un bond, je passe derrière la chasseuse et lui mord l’épaule. Avant de reculer de quelques pas.


-Tu aurais dû choisir le croissant de lune, ma belle...

 

DEV NERD GIRL



♥️ Love doesn’t make sense ♥️
I do not want to start a story with you .. because all the stories have an end, and I never want to stop..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Kenney

avatar

Humeur : Joueuse
Messages : 144
Points : 190
Réputation : 8
Date d'inscription : 14/01/2015

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Jeu 16 Juin - 16:00


Remuer le couteau dans la plaie
« Tu sais contrôler ta peur... maintenant libère ta colère. Seule ta haine peut me détruire. »


Elle la déteste. Ce n'est qu'un pressentiment. C'est une certitude. Elle la hait. Elle déteste tout en elle ; son sourire, son rire, ses yeux verdoyants et rieurs, sa chevelure brune indisciplinée et plus que tout au monde, elle déteste son caractère.
Si ses sens le lui permettrait, Juliette pourrait sentir l'odeur de la rancoeur et de l'horreur l'enivrer. Putain de vengeance qui sonne le glas trop tôt à son goût. Louvette paraît prête pour un nouveau tour de manège, comme si ça l'amusait. Aimait-elle ça à ce point ? Aimait-elle la douleur au point d'en demander encore ?
Alors c'était plus malsain encore que cette hypocrisie. Que cette fausse image qu'elles renvoyaient d'elles. Meilleures copines... C'en avait presque un arrière goût amer tant c'était ironique et désagréable à entendre.
Juliette était une joueuse. Mais Louvette était une folle furieuse. Ces mots en sont le témoignages purs et durs. Alors les questions l'assaillissent... Quelle genre de psychopathe cette satané louve est-elle ? Clairement, ces provocations ne la rassurent pas et ce n'est pas parce que ce sont des menaces qui la ciblent directement... C'est parce qu'elle pourrait bien avoir ce genre de pensées avec de simples humains. Avec des innocents. Et s'il y a bien une chose que Juliette ne tolérait pas, c'était ça. L'injustice.
Juliette était une chieuse, elle le savait, mais rarement elle se montrait injuste envers quelqu'un, ses attaques étaient toujours justifiées... Elle en revanche, ce n'était pas la même histoire.

« J'te demande pardon ? Le goût de mon sang ? Dis-tu cela parce que je suis une chasseuse ? »

Le temps n'était de toute façon pas au questionnement, Juliette commençait à bouillir de l'intérieur, sa stupidité aurait finalement raison de la sérénité qu'elle était venue chercher en ces lieux. Qu'importe, il était hors de question qu'elle s'en sorte indemne. Si elle ouvrait à nouveau les hostilités, Juliette se ferait une joie de lui faire toucher le fond. Le vrai fond. Le fond même de ce lac. Jamais elle n'aurait autant sombré qu'entre ses mains, Juliette savait se montrer d'une gentillesse sans faille, mais en terme de chasse, la gentillesse n'était plus. Juliette n'était plus. Elle était deux. Juliette avait deux vies donc deux facettes. Et la seconde elle n'avait rien à envier à la première.

« Et alors ? Tu crois que parce que c'est « mieux » cela veut dire que c'est bien ? Regarde toi sérieux, si j'te fais la morale c'est qu't'en as besoin ! »

C'était bien vrai, elle l'aurait mise en miette et face à son impertinence Juliette laissa son regard s'assombrir d'une rage non dissimulée. Elle était qui pour hausser le ton ?! Si elle n'avait pas été aussi focalisée sur sa putain de rengaine peut-être que Juliette aurait pu l'aider. Comprendre ses transformations, gérer ses émotions, la pousser à bout, repousser toujours ses limites, mais très clairement, Juliette n'avait plus envie de tendre la main, elle l'avait d'ailleurs bien trop tendue et voilà qu'à force de s'y risquer, l'animal l'avait mordue. Littéralement.

Une douleur lancinante traversa son épaule et électrisa sa précédente blessure, Juliette sentit une hargne, peut-être même de la haine, enfler en elle. Un cri s'échappa de ses lèvres alors qu'elle sentait ses crocs s'enfoncer dans sa chair. Le croissant de lune ?

« Mais quelle chienne ! »

Ce n'était plus la même Juliette qui parle, officiellement, elle avait déconnecté. Ses sentiments avaient cessé d'exister et ne subsistait plus que des émotions toute plus négatives et morbides les unes que les autres.
Cette fois elle ne s'en sortirait pas comme ça ! Juliette était remontée, vraiment, elle était folle de rage et elle allait faire de cette garce de la poudre à canon, elle allait lui faire mal. La souffrance. Elle serait éternelle. Elle supplierait d'arrêter ça et cette idée la réjouissait déjà.
Dans un vif demi-tour, Juliette fit de nouveau face à son « ennemie » et dans ce même mouvement, dégaina son arme. La hanche.
Le coup était parti aussi vite qu'elle avait visé, la balle d'argent se logea sagement dans sa hanche alors que la tâche de sang commençait à se dessiner sur le tissu de ses vêtements. Plus bas. La seconde balle vint s'abriter innocemment dans le genou de la rouquine, la douleur. Peut-être même un peu de surprise.
Pour en remettre une couche, Juliette la cueillit d'un coup de pied dans le genou.

« On appelle ça remuer le couteau dans la plaie, pétasse ! »

Maintenant à terre, Juliette posa son pied sur le genou de la belle, et vint appuyer tout son poids sur la blessure attendant une réaction de la part de cette chère et tendre louvette. La douleur qui provenait de sa morsure ne cessait pas de faire croître les pulsions meurtrières de la chasseuse qui offrit le privilège d'un bon high-kick lui fendant la lèvre. Elle voulait un combat ? Elle allait l'avoir, Juliette s’apprêtait déjà à la suite.
Mais clairement, se mouvoir avec ces balles d'argent plantées dans le corps risquait de lui faire terriblement mal... D'autant plus qu'elles n'étaient pas évidentes à déloger, conclusion, les retirer lui ferait bien plus mal que de les garder.
Elle n'avait plus la même femme sous ses yeux et à la moindre faille, Juliette n'hésiterait pas.



ω I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.



Dernière édition par Juliette Kenney le Mer 29 Juin - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kada'an Ravewood

avatar

Humeur :
Messages : 585
Points : 639
Réputation : 54
Date d'inscription : 09/07/2015
Age : 21
Localisation : En forêt !

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Jeu 23 Juin - 23:50

Achève moi Bella Venator

Joulie chasseuse et Louvette ♥

La masochiste que je suis défis considérablement la chasseuse. Trop peu être. J'en oublie que je ne suis pas face à une proie facile. Qu'elle est armé et qu'elle sait comment me tuer. Mais j'ai besoin de me sentir proche de la mort. Dans ses moments, on se sent tellement revivre. Et dans mon cas, la douleur provoque l'instinct de survie de façon sauvage. Indiscipliné. Je ne lui réponds pas. Je garde cette nouvelle provocation pour plus tard. J'ai envie de la faire sortir de ses gonds. De la pousser à bout. Pas de la détruire non. J'en suis incapable. Mais la rendre dingue.
Je rigole, d'un rire couleur sang avec un arrière-goût d'amer. L'ironie, l'agressivité, la limite du pétage de plombs se voit. Je le sais. Car je ne le cache pas. À ce moment, je suis la bête féroce. L'humanité en moi a disparu. Ou presque.

Lorsque mes crocs se plantent dans la chair de la femme, et que le sang empli la bouche, je me maudis. Je viens de signer mon arrêt de mort. D'un bond je lâche la brunette et recule. À la fois effrayer et exciter par mon acte, je redevient humaine. Merde. Ouais.. Je suis une put*in de sale chienne. Mais merde. Kada'an..

Quand la première balle vient se figer dans ma hanche, un hurlement perçant déchire le silence du bort du lac. Et la seconde dans le genoux me tire un nouveau cri de douleur. Lorsque la botte de la femme vient percuter ma blessure, je m’effondre, étouffant une volée de cris. À peine mon corps au sol que la voilà appuyé sur moi. La douleur est terrible et, pourtant, je me surprends à rire. Je suis en train de me taper un fou rire incompréhensible. En crachant un filet de sang, je m’exclame presque dans un murmure.

-Ton activité n'a rien à voir bella Venator.. J'ai goûté le sang de beaucoup de personnes.. Même d'enfants.. Et je t'avoue que le tien a un goût vraiment exquis... D'un délice..

À l'aide de mon autre jambe, valide, je la renverse. Mais pas assez. Elle se remet assez vite sur moi et appuis plus fort. Je lâche un couinement de douleur médiocre. Un regain d'énergie soudain suite à la prise de conscience que je suis en train de crever lamentablement me pousse à me redresser sur mes coudes. D'un geste vif, je griffe la jambe qui me retient. Pas assez profond pour la voir saigner mais assez pour lui faire relâcher prise. Mon cerveau au ralenti capte tard que je me suis instinctivement retourné sur elle pour la plaquer à mon tour.

Mon regard dans celui de la brunette, je lève un bras. Griffes dehors. Je m'apprête à les planter dans son beau visage quand un souvenir resurgis. Dans un rugissement, je laisse finir la course de ma main dans le sol au-dessus du crâne de la chasseuse. Mon regard qui n'a pas quitté les siens passe de la haine à la colère, de la colère à l’incompréhension et à la tristesse.

Je secoue la tête et me redresse. Les balles logées dans mon corps me rappellent qu'elles sont là de façon violente et je retombe à coté de la chasseuse. Mal en point. Et je me parle à moi même.

-Non.. Je ne redeviendrai pas.. ce que mon père a fait de moi.. Tout ce que je voulais.. c'était vivre normalement.. Je.. Dois.. Apprendre à me contrôler..

Je perds connaissance un moment avant d'ouvrir à nouveau les yeux.

-Tu sais, chasseuse.. Je suis un monstre.. et chaque jour au lycée ou ailleurs j'ai peur. J'ai peur de recommencer. Je viens souvent ici.. Il y a moins de gens qu'en ville..

Je ferme les paupières. Cette petite confession fait du bien. Et alors je me sens prête à mourir. J'attends le coup de grâce. Achève moi Bella Venator... Achève moi.
 

DEV NERD GIRL



♥️ Love doesn’t make sense ♥️
I do not want to start a story with you .. because all the stories have an end, and I never want to stop..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliette Kenney

avatar

Humeur : Joueuse
Messages : 144
Points : 190
Réputation : 8
Date d'inscription : 14/01/2015

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Mer 29 Juin - 23:36

« A chasse fermée »
Kada'an & Juliette
Le combat est engagé, la bataille est même franchement entamée et personne ne sait comme cela va finir.
Et Juliette sent sa rage se décupler lorsqu'elle ose se mettre à rire... A rire !
Quelle genre de folle furieuse était-elle pour se mettre à rire comme ça alors qu'elle plie sous la douleur et l'impact des balles ?!
Et bizarrement, la chasseuse a l'impression qu'elle en a conscience. Cette louve a conscience qu'elle vient de commettre une terrible erreur.
Elle sait pourtant que Juliette a le pouvoir de la réduire en miette, en cendre et qu'elle n'hésitera pas à le faire si elle le juge nécessaire.

Ses cris témoignent non seulement de sa bêtise mais aussi de la douleur lancinante qui doit transpercer son corps à l'heure actuelle. Les blessures n'étaient pas mortelles et c'était bien ce qu'elle avait cherché à faire. La faire souffrir comme Juliette avait souffert.
Bien qu'elle ne puisse plus parler de douleur tant sa rage a su prendre le dessus sur tout le reste. La chasseuse ne pensait plus clairement à vrai dire, elle pensait seulement à ce qu'elle pouvait lui faire, à comment elle allait l'achever. Elle jubilait presque à l'idée de voir ce maudit souffle mourir sur ses crocs ensanglantés de son propre sang qu'elle avait eu l'audace de qualifier d'exquis !

Subitement, l'animal semble reprendre du poil de la bête et Juliette se sent vaciller, mais pense-t-elle réellement s'en sortir aussi facilement ?
Elle n'y met pas assez de force, ce qui permet à la chasseuse de reprendre temporairement le dessus sur la créature qui finit par viser la cuisse de la brune qui, par chance, a eu le temps d'exécuter un faible mouvement de recul suffisant à éviter une plaie béante. Elle est rapide et forte, mais Juliette a déjà connu pire, très honnêtement.

Finalement, la louve prend le dessus. La chasseuse tente de se débattre comme elle peut mais son bras est coincé dans son dos et ses doigts son enserrés sur le manche de sa dague qui reste coincée dans sa petite cachette. Ses iris verdoyantes capturent les traits menaçants de la louve et à cette instant, Juliette se dit que s'en est fini pour elle. Trop têtue, la brune persiste et agrippe obstinément son arme blanche dans l'espoir de la lui planter en plein cœur.
Sa patte d'abat brutalement sur elle, dans l'action ses paupières se ferment vivement et un léger couinement lui échappe alors qu'elle ne ressent... Rien.

Elle ouvre un œil et constate que la louve est en proie à un léger désarroi qui la déstabilise, la lueur dans son regard ne cesse de vaciller elle semble fébrile et tremble doucement dans ses pupilles... Quelle est cette émotion ?
Juliette n'a pas le temps de la deviner que la créature s'est déjà éloignée d'elle. Stupéfaite, la chasseuse ne sait comment réagir. Que lui arrive-t-il ?
Elle est tellement désemparée qu'elle en oublie son envie meurtrière de lui foutre une lame d'argent dans le cœur.
Rouquine semble perdre pied, ses phrases son saccadées, elle parle dans le vide, elle se parle à elle-même.

Sa confession bloque Juliette dans son geste. Elle qui allait finalement loger sa lame dans le dos de Louvette, voilà qu'elle la retient par ces simples mots.
Elle a si peu d'estime d'elle-même que la mort, serait un cadeau. Elle sait qu'elle est affreuse et l'idée de la laisser vivre avec ces poids sur ces épaules la rend étonnamment joyeuse.
Sadisme quand tu nous tiens...
S'approchant de la proie, Juliette laissa la lame froide et propre courir sur sa peau chaleureuse un contraste électrisant... Elle sent la mort la frôler de si près et pourtant...

« Je ne te libérerais pas de ce poids Louvette. Il te faudra survivre avec toutes atrocités. Souffrir. Te tordre de douleur même à l'idée que tu es un monstre... Parce que c'est bien ce que tu es, mais je n'ai pas envie de tuer tout de suite. Le chat joue avec la souris jusqu'au bout, elle ne la croque pas pour un p'tit creux de rien du tout. »

Marquant tout de même sa joue du bout de la lame, la chasseuse esquissa un tendre sourire.

« Il sera pour toi le croissant de lune. »

La scrutant de toute sa hauteur, Juliette grimaça sous la douleur de la morsure.

« Louvette, tu attends une mort qui viendra te cueillir lorsque enfin tu seras en paix avec toi même ; je t'épargne à nouveau, réfléchis y bien... »

Rangeant son arme, Juliette assena un parfait coup de poing à la louve, histoire qu'elle fasse finalement de beaux rêves pendant qu'elle en profitait pour rentrer chez elle.
Juliette n'avait peut-être pas trouver la sérénité, mais elle avait au moins retrouver Louvette. Au plus ça allait, au plus elle en apprenant à son propos. La Rouquine semblait avoir un lourd passé et cette confession... Si Juliette ne nourrissait pas autant de rancœur envers elle, peut-être qu'elle aurait essayé de lui venir en aide.



ω I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kada'an Ravewood

avatar

Humeur :
Messages : 585
Points : 639
Réputation : 54
Date d'inscription : 09/07/2015
Age : 21
Localisation : En forêt !

MessageSujet: Re: A chasse fermée | Kada'an & Juliette   Jeu 7 Juil - 10:14

La fin qui ne viens pas

Joulie Chasseuse et Louvette ♥

J'ai mal. terriblement mal. Je regarde la chasseuse, sans la voir. Je m'écroule au sol pathétiquement et ferme, les yeux. "lâche ma fille. Tu es lâche. Bas-toi ! Fais lui manger la poussière !" Non père.. Je ne tuerais pas cette femme et encore moi si tu m'en donnes l'ordre. Dégage.. Lâche moi.. Arrête de me hanter !
Je divague. Je tremble, cherchant à ce que tout cela se finissent . Mais je me redresse. Et le froid mordant d'une lame vient gentiment courir sur ma joue, ma gorge. Vas-y.. Plante.. Mais il ne se passe rien. La caresse du métal se fait plus légère avant de disparaître. J'ouvre les paupières. Regarde mes mains. Pas de griffes. J'en porte une à ma bouche. Pas de crocs. En proie du plus grand désarroi, je porte mes yeux à la brune. Un sourire s'affiche sur son visage. Un sourire qui veut dire ", je ne te donnerais pas ce plaisir". Je soupire et souris à mon tour. Je ne mourais pas aujourd'hui. Je l'écoute dans un demi-amusement. Pourquoi est-ce que je suis amusée, alors que je suis à moitié morte, et à sa merci.

Le froid revient sur ma joue. Oups, elle a compris ? Je sens la lame laisser un filé de sang et je grogne, faible, incapable de riposter. Pardon ? Ah.. Le croissant de lune.. Pour moi ? Je ricane doucement, mais elle enchaîne avec une phrase qui me chamboule de tout mon être. Elle... M'épargne ? Est ce que j'ai bien entendu ? Mon regard remonte sur elle, et je frémis.

Puis mon corps tombe. Lorsque ma tête touche le sol, je suis déjà dans les vapes. à nouveau me voilà évanouit suite à un coup bien porter de sa part. Je gémis de douleur dans mon sommeil, délirant de curieuses manières.

J'aimerai ne plus jamais ouvrir ces yeux...

THE END ♥

 

DEV NERD GIRL



♥️ Love doesn’t make sense ♥️
I do not want to start a story with you .. because all the stories have an end, and I never want to stop..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A chasse fermée | Kada'an & Juliette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le plaisir est dans la chasse, rarement dans la capture (PV Juliette)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Lac-
Sauter vers: