AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


span>

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liam Dunbar

avatar

Humeur : Volcanique
Messages : 524
Réputation : 66
Date d'inscription : 13/04/2015
Age : 23

MessageSujet: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Sam 28 Mai - 18:23





Bagarre d'adolescents boutonneux


Journée de Merde... Je n'arrive vraiment à rien aujourd'hui ! Déjà que ce matin, je me suis fait réveiller de force alors que je ne suis pas du tout du matin, donc j'ai une humeur de chien. Euh, de loup. Ne soyons pas discriminant envers nos cousins canins. Ensuite, j'ai galéré un maximum à la recherche de vêtements potables et surtout de mes affaires. Mouais... Dans ma tête c'était beaucoup plus plausible parce que d'après ce que je constate en fouillant mes habits entassé dans une étagère, je n'ai rien de portable ! Ma mère a bien sûr profité du beau temps pour nettoyer entièrement ma garde-robe.

J'ai dû me résigner à piocher dans les vêtements beaucoup trop grand de mon beau père pour ne pas devoir aller en sous-vêtements au lycée. Rageant sur ce fait, je balance tout sur son lit et vide son armoire en quête d'un truc bien plus cool qu'un tee shirt ayant une substance suspecte dessus et d'un baggy abîmé par le temps. Heureux enfin d'avoir trouver quelque chose qui me plaît, je l'enfile rapidement, prend mes vêtements que j'ai étalé un peu partout sur son lit et le sol puis les fourre en vrac à leur place d'origine. Faudrait qu'un jour je range tout ça... Et puis merde, c'est très bien comme ça. La flemme de faire du nettoyage là dedans, ma mère le fera bien à ma place vu sa maniaquerie obsessionnelle. Allez, c'est pas que, mais j'ai des trucs à faire aujourd'hui !

Ayant peur du retard,  j'ai évidemment bousculer une pauvre âme en peine dans les couloirs du lycée, les mains pleines de bouquins. Livres qui me sont tombés dessus bien sûr.  Dû à ma douleur, un gémissement traversa mes lèvres. Ça fait trop mal !! Et l'autre qui se marre à quelques pas. Il y a des meurtres qui se perdent. Après que la douleur soit devenu acceptable, je me mis à  les ramasser alors qu'ils étaient abandonnés sur le sol. Ce qui m'a rendu irrémédiablement en retard en cours au vu de la sonnerie qui a retenti depuis quelques minutes déjà. Le professeur me regarde ouvrir la porte en grand avant de hausser un sourcil face à ma tenue.

Mon tee shirt m'arrive à mi-cuisse et son shirt me glisse sur les hanches malgré la ceinture que j'ai mis. Mais on s'en fout ! J'ai pas envie d'être recollé sous prétexte de sécher les cours alors que je ne suis juste pas sortable aujourd'hui. Déjà que j'ai pas mal d'heures de cours à rattraper suite à mes escapades à droite et à gauche et mes notes ne sont pas non plus très fameuses surtout niveau chimie. J'ai pas envie de donner plus de munitions au corps enseignant. Je fais fît des regards et des moqueries, marchant dignement vers ma place, mes yeux fusillant les intrépides me faisant face.

Bon, la prochaine fois, je quitte pas mon lit de la journée ! Que mes parents essayent donc de m'extirper de là ou que l'établissement scolaire se plaignent de mes absences à répétition et je leur plante à tous un crayon bois dans un œil. Parce que j'avais vraiment pas prévu qu'un mec ait un ego si froissable. Je lui ai juste demander de dégager le passage avec son déambulateur. Et ce vieux de 18 ans s'est grandement moqué de ma tenue avec ses potes tout aussi dépourvu de neurones que lui comme toute réponse.

Le pire dans tout ça, c'est qu'évidement, j'ai envenimer la situation en l'insultant et lui offrant de belles phrases sarcastiques de mon cru, certaines ayant été tout de même honteusement volé à un certain caïd ou bien à un hyperactif. C'est que le sarcasme c'est addictif mes amis... C'est en voyant dangereusement s'approcher de moi pour décorer le couloir de mes entrailles que j'ai eu l'idée d'initier un repli stratégique. Ça se résume en peu de chose: "ta gueule et cours !". Assez simple à retenir.

Cependant, dans ma précipitation de semer le sanguinaire et sa bande de macaque dont je n'ai manquer pas de le lui dire, je n'ai pas vu un enseignant ou bien un assistant devant moi et je l'ai embarquer avec moi dans sa chute. Sauf que cet idiot planté au milieu de mon chemin avait plusieurs pot de peinture dans les mains, étant parti les chercher dans les réserves pour le cours d'art. De toute évidence, mon karma est pourri puisque l'un de ces pot s'est écraser sur mon crâne, me laissant profiter à loisir de regarder un liquide bleu et poisseux couler sur les cheveux. Tant que ce n'est pas du rose, je peux m'estimer d'une certaine manière chanceux aujourd'hui.

Ça ne loupe pas. Profitant de ma misérable situation, le lycéen en furie me choppe par le col pour me refaire le portrait façon Picasso. Même si je doute sérieusement qu'il connaisse le peintre. Avec un si petit cerveau je suis étonné qu'il ne parle pas l'homme des cavernes tout comme ces potes. Ils en ont le style en tout cas. Vu le silence qu'il règne autour de moi, je crois bien avoir sorti cela à voix haute. Pas grave, un sourire provocateur, un objet reconverti en arme et le tour est joué. Sauf que je ne pense pas qu'une banale gomme puisse me sauver. Peut être en la lui enfonçant dans le gosier ? Je serai K.O bien avant en constatant la taille de ses bras. Ils font le double de mes cuisses ! Sans oublier qu'ils sont plusieurs à m'en vouloir. Il se peut que je suis peut être foutu.

… Je peux m'estimer heureux. J'ai réussi à sortir de cette baston vivant et il semblerait entier. J'ai une épaule déboîte, ma lèvre et mon nez en sang, un coquard à l'oeil, une vive douleur à la mâchoire et je pense quelques côtes fêlées ou cassées. Rien de bien méchant ici, quoi. Je béni en tout cas pendant une minutes l'assistant de la professeur de Chimie de m'avoir aider avant que je ne deviennes de la charpie. Par contre ma fierté en a pris un coup. Pas pour les blessures, ça je suis habitué, et puis ces adolescents décérébrés sont tout autant abîmés physiquement que moi.  Mais plutôt pour la peinture tape à l’œil qui dégouline toujours sur mes cheveux et maintenant sur mon cou et mon visage. Je dois être splendide à voir comme ça....

Celui ci, ayant entendu la bagarre, est sorti de sa salle de classe et intervenu pour stopper immédiatement le conflit. C'est la première fois que je le vois ici mais j'aurai préféré qu'on se rencontre dans d'autres circonstances. Genre moins blessé. Même si celles ci commence à se refermé grâce à ma guérison rapide d'ailleurs. J'espère qu'il ne remarquera pas que certaines petites coupures sur ma peau ne sont déjà plus. Toutefois, il a l'air plutôt occupé face au groupe d'élève qui m'accuse de les avoir attaqué en premier. Je m'offusque de ces propos. Ok, je suis pas un ange mais quand même !

-Même pas vrai ! Ce sont eux qu'on commencer ! J'suis purement et totalement innocent, m'sieur !

Ou commencer une chamaillerie digne de gamin âgé d'environ cinq ans dans les couloirs du lycée par mes bons soins.



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 833
Réputation : 154
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Mer 8 Juin - 23:08

Trop vieux pour des ados décérébrés




Alex avait pris congé ce matin à l'hôpital, comme il le faisait de façon plus ou moins régulière depuis qu'il avait accepté cette entente avec Mafdet.  Il s'était stationné devant la bibliothèque municipale et avait parcouru la fin du trajet à pied en sifflotant un air qui avait été populaire une décennie plus tôt. Cela faisait maintenant suffisamment souvent qu'il aidait la professeur de chimie pour avoir pris conscience qu'ils faisaient une équipe étrangement efficace. Là où sa mentor prônait un apprentissage plus direct où les brûlures n'étaient pas exclues, Alex avait une approche préventive, rappelant laconiquement au début de chaque TP les  bases des consignes de sécurité.

-Blouses, gants, lunettes, cheveux. Grace, Penelope, vous aussi.
- C'est pas juste.
-Si, et c'est aussi sécuritaire.
-Et lui alors? 
-Tony, je t'ai déjà dit que ça valait aussi pour toi!


La routine, quoi. Le plus difficile, même à l'hôpital, avait été de troquer son sarrau pour sa blouse.  Il ne connaissait les noms que d'une demi-douzaine d'élève dans tout le niveau et quatre d'entre eux étaient précisément dans cette classe. James était du genre tellement tête en l'air qu'il monopolisait à lui seul l'attention d'un adulte presque entier. Ne restait qu’une oreille ou un œil pour s'occuper de surveiller le reste du groupe. Heureusement qu’ils étaient deux!

Là où leur duo excellait, par contre, c'était lorsque la sonnerie retentissait et que la salle se vidait.  Ils étaient redoutablement efficace lorsque venait le temps de ranger, ce que les lycéens prétendaient avoir déjà fait, comme c'était la consigne.  Non seulement ils ramenaient le matériel expérimental dans les cabinets appropriés avant la fin de la pause, mais il repassaient également à chaque poste de travail pour vérifier qu'il était bien ranger.  Avec le temps, ils s'étaient même développé un petit code qui leur évitait d'avoir à s'interroger.  Lorsque les deux chaises étaient placées côte à côte en faisant face au tableau, c'était que l'inspection avait eu lieu.  Mais ce qui lui plaisait le plus à ce moment, c'était les discussions qu'ils avaient.  Ils parlaient un peu de tout et de rien, parfois des cours, parfois du boulot d'Alex, parfois de la meute de Mafdet.  Il n'y avait qu'un seul sujet que le cadet des druides n'osait pas abordé : la longévité de la femme-panthère.  Et puis, entre tout cela, ils se racontaient toujours comment ils avaient sauvé l'école au cours de la dernière période.

-Tu sais, la petite rousse? J'ai coupé l'alimentation de son bünsen juste à temps.  Un peu plus et elle mettait le feu à sa partenaire.  Et avant que Mafdet ne commente sur la non-gravité de la perte, il poursuivit. Et le grand boutonneux à failli jeter son acide dans sa base, ça aurait pu mal finir.  C'était peut-être ce que la druidesse espérait, en même temps.  Une petite explosion de temps en temps pour bien les ramener à l'ordre et leur rappeler que les instructions ne sont pas là pour faire joli.  Alex leva les yeux sur elle, ayant terminé de raconter ses anecdotes du jour.

 « Pas mal. » fit-elle simplement en affichant son sourire indéchiffrable et légèrement intimidant, avant de poursuivre avec ses actes d'héroïsme du jour.  Systématiquement, elle supplantait Alex, mais il lui semblait que l'écart se resserrait de jour en jour.  Le pire, c'était que la féline ne semblait rien faire d'autre que se balader entre les allées d'un pas inquisiteur.  Elle dégageait une désinvolture évidente et pourtant il semblait suffire d'un regard pour que les élèves se souviennent comment tenir leur ampoule à décantation s'ils ne voulaient pas se retrouver aspergés dans l'oeil.  Ils en étaient aux dernières paillasses quand un fracas à tirer Charlie de son hibernation se fit entendre.

-Je m'en occupe. fit le laborantin en direction de la professeur qui soupirait.

Lorsque Alex ouvrit la porte, il ne vit d'abord rien, puis il regarda vers sa droite d'où provenait le son de pas rapides. Deux étudiants étaient affalés au sol, l’un d'eux était recouvert peinture bleue. Comme si ce n'était pas assez, il devait à peine être plus grand qu'un gnome. Le Schtroumpf avait le nez tuméfié et la lèvre ensanglantée. Trois trolls des couloirs freinèrent brusquement dans leur course en voyant la présence adulte (aisément reconnaissable par sa barbe drue et les ridules qui annonçaient le début de la deuxième moitié de la vingtaine).  Le laborantin n’eut aucun problème pour identifier le chef du trio.

-Andrews, viens par là. Vous deux aussi.
-M’sieur, on a rien fait.
-C’est pas nous.
-On était pas là.


La défense des trois garnements lui rappelait vaguement quelqu'un et Alex se sentit le devoir d'agir, pour toutes les fois où il n'avait rien fait, adolescent. Pas vrai que les Crowleys en herbe s'en tireraient toujours aussi facilement et impunément. Les jeunes commencèrent alors à s’obstiner pour savoir qui avait commencé et d'un coup de sourcil souligné parUn geste de la main, il les fit taire tous les cinq.

-Vous le direz à Mme Mahes, quand vous lui expliquerez pourquoi vous courriez dans les corridors.

Dans la pièce derrière lui, il entendit l'activité de Mafdet s'interrompre. Elle serait probablement enchantée qu'il lui envoie des souris pour s’amuser un peu. Le trio trolls de couloirs eut la même expression à la fois soulagée et victorieuse de ne s'être faits pincés que pour une simple course dans les couloirs, mêlée d'un fond de crainte ou d'appréhension. La réputation de la professeur de chimie était vraiment impressionnante.

-J'aimerais également que vous lui expliquiez pourquoi vous courriez en direction de ces deux jeunes hommes.

Leur visage se liquéfia instantanément en une bouillie livide. Alex commençait à comprendre la druidesse. C'était vrai que c'était un peu amusant que de tourmenter élèves. Il poursuivit.

-Ainsi que la raison pour laquelle celui-ci a le nez en sang. D’ailleurs, ce sera une bonne idée de nettoyer ça.

Le biochimiste pointa le t-shirt de l’un des deux trolls complices, sur lequel des gouttelettes de sang commençaient à sécher.  Il fit signe à tous les trois de rentrer dans le laboratoire où il vit Mafdet, son sourire signature aux lèvres, accotée contre son bureau, qui les attendait. L'aide-technique ferma la porte derrière eux et se tourne vers le duo qui avait fait un carambolage.

-Comment vous allez? Laissez-moi voir.

L'assistant du professeur d'arts aura qu’il se portait bien, ce que Alex valida sans problèmes avant de l'envoyer filer. Il se tourna vers le Schtroumpf en levant un sourcil. Il avait remarqué cette espèce d'aura qu'il commençait à reconnaître. L’attitude du garçon trahissait que son physique n'avait pas encore dévoilé au laborantin. Une espèce de fierté ou de force qu'il tentait de taire et de contrôler.  Une sorte de lueur au fond des yeux qui se voulait menaçante et discrète à la fois, comme si elle voulait prouver sa valeur tout en restant secrète et cachée. Ce gamin était un garou.

-Fais voir.

Alex prit le menton du Schtroumpf d'une main alors qu'il protestait et Alex n’eut besoin de l’observer que quelques secondes pour valider son impression.  Fier de lui, il se félicita mentalement de son progrès et lâcha le menton du louveteau.

-Je vois rien, mentit-il. Tu vas aller prendre une douche pour te débarrasser de la peinture, et pendant ce temps je vais te chercher des vêtements de rechange.

Alex claqua des doigts en indiquant la direction à suivre, en espérant ne pas tromper. La sonnerie avait retenti entre temps et ils marchèrent en silence dans les corridors déserts. Arrivés devant les vestiaires, Alex s'arrêta en ouvrant la porte au bébé-loup.

-C'est quoi, ton nom? Je vais aviser le secrétariat que tu seras en retard à ton cours. T'as un casier et une serviette là-dedans? T'en profiteras pour rincer ton linge. Et tu sors pas d'ici tant que ça, c'est pas redevenu complètement normal, OK? Fit-il en pointant les blessures qui se résorbaient à un rythme surnaturel. Je vais t’attendre ici.

Sans perdre plus de temps dure place, il claqua des talons pour se diriger au secrétariat puis à l’infirmerie, où il espérait trouver des fringues qui ne soient pas seulement taille troll.  Il parvint à dénicher un vieux short gris et un t-shirt rose qui devaient être à peu près de la bonne taille. Qu'est-ce qu'un tutu pouvait bien faire là?  Balançant les vêtements au fond d'un sac plastique, il retourna aux vestiaires. Il en ouvrit la porte et posa le sachet à l’intérieur en informant Liam :

-Je t'ai ramené des vêtements secs. Tu pourras mettre ton linge trempé dans le sac.

Puis, il la referma et attendit face à la porte. Il faudrait peut-être qu'il s'occupe aussi des traces de peinture avant qu'elles ne sèchent.



©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Liam Dunbar

avatar

Humeur : Volcanique
Messages : 524
Réputation : 66
Date d'inscription : 13/04/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Ven 17 Juin - 19:51





Les chimistes sont des sadiques


Savez vous ce qui est pire que de se faire courser par une bande de gorilles ? Se faire renverser juste devant la salle de chimie. Ce lieu est considéré par tous comme l'antre du diable à sa juste valeur. Tomber sur le feu professeur Harris à l'époque c'était toute une épopée mais maintenant, se faire attraper par les griffes de Mahes s'est comme se retrouver nez à nez avec la mort. Beaucoup trop dangereux et très peu de possibilité de s'en sortir vivant. C'est un peu comme le royaume d'Hadès ou la cage de Lucifer voire pourquoi pas le purgatoire. Bref, un lieu vraiment pas bon à y vivre.

C'est pour cela que dès que j'entends la porte de la salle de chimie s'ouvrir, je n'ai plus qu'une seule idée en tête. Partir le plus loin possible d'ici avant de me faire chopper soit par la troupe de gorille sans cervelle qui me poursuit, soit par la sadique en chef. Sauf que crétin n°4, celui sur lequel je suis littéralement tombé dessus ou peut être l'inverse, me bloque le passage de tout son poids. Ouais, sortir des décombres de peintures n'est pas une mince affaire surtout quand on est toujours sur toi comme le cas présent. Sauf qu'au lieu de notre professeur tant redouté, c'est un gars dans la trentaine, genre cueilleur de champignon chez les caribous avec le chapeau fourrés en moins qui se présente.

Il interpelle ma bande de macaques et plus précisément l'abruti de service. Sérieux ?! Les adultes ont un super pouvoirs ou un sixième sens pour repérer ça ou quoi ? Je me le demande franchement parce que parfois ça m’ébaubis à un point inimaginable. Bon, je dois avouer qu'avoir le nez en sang,  à croire qu'on aime bien me fracasser le nez, et la lèvre coupé par un méchant coup de poing, ça aide à se faire désigner d'office comme victime. Sauf qu'ils sont un peu dans le même état que moi. Enfin presque. Moi je guéris très rapidement contrairement à eux qui vont devoir se trimbaler leurs contusions jusqu'à Mathusalem.

Ayant été fortement compromis, nos trois gugusses se défendent pitoyablement. Bon, j'aurai pas fait mieux, que dis-je, j'ai fais tout aussi pire avec mon « j'suis innocent ! » balancé à la va vite. Cependant, tant que c'est pas moi, j'ai le droit de critiquer. Et je ne m'en prive pas. Ça leur apprendra à vouloir se défouler sur mon auguste personne. Sauf qu'ayant peur de se retrouver nez à nez avec Mafdet, ce que je comprends totalement, ils tentent de m'accuser d'avoir créer le boucan et qu'ils étaient là par pur hasard, les mains dans les poches. Des vrais victimes en pur puissance subissant l'injustice d'un assistant de laboratoire véreux.

C'est qu'on pourrait presque les croire si leur discours ne se résumait pas à pas nous, pas là, pas toucher la crevette par terre et c'est Dunbar le coupable m'sieur, j'vous jure sur la tête de ma gerbille morte !  Me faire porter le chapeau de cette rixe avortée de peu et puis quoi encore ?! Pourquoi pas porter un tee shirt rose tant que vous y êtes pour aller avec ma nouvelle couleur bleue. Avec beaucoup de classe et de dignité - même avec de la peinture bleu dans les cheveux, j'y arrive !- je rétorque avec virulence leurs propos. Ici c'est moi la victime ! Me faire agresser juste parce que j'ai beaucoup plus de style qu'eux dans mon tee shirt quatre fois trop grand pour moi, j'appelle ça de la jalousie mal placée.

Et si je me suis barré en quatrième vitesse, c'est un peu normal. J'allais tout de même pas rester planter comme une cruche à me faire rouer de coup quand même. C'est sidérant de voir à quel point ce qui est logique pour moi ne l'est pas dans ces crânes de babouins. Genre, oh tu veux me brutaliser, mais vas-y fait toi plaisir, je kiffe ça ! Comme si la majorité des gens allait vous répondre ainsi à ma place. Désolé mais le bdsm, c'est pas du tout ma tasse de thé malgré ce que l'on pourrait croire. Allez plutôt voir les gens qui aiment les blousons de cuir, là vous aurez même le droit aux coups de pelles avec certains.

Moi citer quelqu'un dans cette description ? Naaan, je ferai jamais une chose pareil. Je suis trop gentil pour ça voyons ! Tellement gentil que je fais les yeux de chiots à l'adulte pour plaider ma cause et l'attendrir. Je n'ai vraiment rien fait de mal. Sauf si insulter ses petits camarades d'adolescents boutonneux décérébrés et autres jurons bien fleuris que vos petits oreilles chastes ne devraient jamais entendre est quelque chose de mauvais. Et puis c'est pas comme si je le savais que c'était préjudiciable de le faire dans l'enceinte du bâtiment. Ça me rappelle qu'il faudrait peut être un jour ou l'autre que je lise ce règlement intérieur. Ou pas.  

Toutefois, j'ai l'impression que cet assistant est en train de se venger personnellement d'un acte restant obscur pour nous, pauvres âmes mortelles en nous jetant dans la gueule du loup. Euh, du chat. Un chat tellement dangereux que t'as l'impression d'être une croquette devant elle. Enfin bref, l'ami des caribous est intransigeant et nous ordonne de rentrer dans la salle de torture. Moi qui pensait qu'il venait de me sauver, tu parles. Tortionnaire ! Il a tout les signes du gamin maltraité durant son année scolaire et qui peut enfin exorciser sa colère sur nous, créatures innocentes obligés d'aller au lycée. Et tout les jours en plus alors qu'eux ne viennent que trois fois l'an au minimum !

J'exagère un peu mais on va dire que c'est dans cette fourchette là. Après tout, un an, une semaine, c'est à peu près la même chose à Beacon Hill vu toute les galères qu'il y a. Sauf que contre toute attente, le demi-chimiste m'exclus des personne convoqué en une phrase. On est que cinq jeunes, les trois idiots et le crétin qui m'est rentré dedans. Comment ça je suis de mauvaise foi car c'est moi qui lui est rentré dedans ? Mais il n'avait qu'à se pousser hors de mon passage, j'étais en danger de vie !  Comme si c'était moi qui aurait du me décaler, je vous jure, j'aurai tout entendu aujourd'hui....

Et à signaler pour info, il n'y avait que les trois hurluberlus et moi qui courrions à perdre haleine dans les dédales du lycée. Enfin, je gambadais pendant qu'eux étaient à bout de souffle aurait été plus juste. Le dernier lascar, il est juste là pour faire déco en plein milieu du couloir afin que je me le tape en pleine face. En tout cas, ce nouveau rebondissement à réussi à enlever toutes les couleurs du visage d'Andrews et de ses compères. C'est qu'ils pourraient concurrencer les fantômes ainsi. Quoi, pas de protestation, pas d'exclamation ni de scandale ? Je suis déçu là. Ils doivent être toujours sous le choc de la nouvelle je suppose.

-Ainsi que la raison pour laquelle celui-ci a le nez en sang. D’ailleurs, ce sera une bonne idée de nettoyer ça.

Ah ouais. Pas bête comme idée. J'aurai jamais pensé à ça. Je croyais que se balader le nez en sang c'était monnaie courante. Déjà que je l'ai fait avec Espérance en attendant de guérir alors une fois de plus ou de moins...  Tout est relatif. Toutefois, sans être sarcastique, je n'avais pas vu les taches de sang sur mes habits. Génial, j'ai plus qu'à aller me changer. Enfin, j'aurai pu si j'avais des rechanges avec moi, ce qui n'est pas le cas. Les trois trolls parti à l'abattoir, le trentenaire vient nous aider à nous dépatouiller de tout ce bordel. Il renvoi rapidement l'assistant d'arts à son mentor et se préoccupe de mes blessures.

Oh, ça sens pas bon. Pas bon du tout même. Dois-je vous rappeler ma condition de lycanthrope ? Pour faire court, je suis déjà en train de me soigner au vu des picotements dérangeant qui me démangent au visage et au torse. Les fourmillements, c'est rien comparé à ça. Néanmoins, pour un humain lambda ce n'est pas normal. C'est pour ça qu'il ne doit pas m’ausculter. Ça en plus de mon instinct de loup qui me dit de me méfier de toute personne dès que je suis blessé. Je tente de me défaire de sa prise et le fusille du regard, le défiant de s'approcher de moi sous peine que je le morde. C'est que j'en suis capable !

-Fais voir.
-Pas la peine, je vais bien. Ça doit être juste deux ou trois égratignures pas de quoi s'affoler.  J'ai dit que c'était rien  !

Sauf que monsieur fait la sourde oreille et m'attrape d'office le visage. D'où il se croit celui là à me toucher ainsi ? Si j'ai dit non, c'est non ! Je sais tout de même si je vais bien ou pas, nom d'un chien ! Une étincelle de peur éclaire un bref instant mes pupilles avant de disparaître. Pourvu qu'il ne constate rien d'anormal. Ça serait vraiment con d'avoir les chasseurs au cul pour une stupide histoire pareil. Au bout de quelques secondes il me relâche sans affolement ni trouble. C'est que ça doit être bon n'est ce pas ?

-Je vois rien.  Tu vas aller prendre une douche pour te débarrasser de la peinture, et pendant ce temps je vais te chercher des vêtements de rechange.

Son cœur a raté un battement. Son cœur a eu une foutu embardée dans son rythme cardiaque ! Il viens de me mentir éhontément. Pourquoi et surtout à quel sujet ? La douche, les vêtements ou bien... Nan. S'il avait vu quelque chose d'étrange, il l'aurai signaler ou du moins, il y aurait eu un changement d'émotions donc modification d'odeur signaux-chimique. Ce qui n'a pas été le cas. De plus il a l'air et sens tout à fait l'humain. Ou presque. Ça doit être les émanassions chimiques qui perturbent  légèrement son parfum. Dans tout les cas, je ne suis pas plus renseigner qu'au départ. Pire, une nouvelle question s'ajoute. Qui est-il ?

Par automatisme, je le suis dans les couloirs vide à cette heure ci. L'alarme a déjà sonnée ? Je l'ai même pas entendu... On se dirige vers les vestiaires, muets comme des tombes. On n'entends même pas une mouche voler, c'est pour dire. Qu'est ce qu'il mijote ? J'aurai peut être pas du faire le fier et aller à l'infirmerie au lieu de déambuler jusqu'au vestiaire, lieu où il y a très peu de passage et l'endroit idéal pour commettre un crime... Ok, j'ai compris, plus de film policier avant d'aller au lit. Mais c'est quand même louche et vous ne me ferez pas croire que c'est un saint non plus. Il ouvre la porte puis se retourne vers moi.

-C'est quoi, ton nom?
-Liam Dunbar. Vous savez, je devrais être en cours de littérature anglaise à cette heure ci.
-Je vais aviser le secrétariat que tu seras en retard à ton cours. T'as un casier et une serviette là-dedans? T'en profiteras pour rincer ton linge. Et tu sors pas d'ici tant que ça, c'est pas redevenu complètement normal, OK?  Je vais t’attendre ici.

Ok, ça c'est pas normal du tout. Plus louche que ça tu meurs. Il a bel et bien sous entendu que je ressors dès que mes blessures sont guérites, on est bien d'accord ? Nan, je préfère demander au cas où que j'ai eu une hallucination auditive ou que ma chute auparavant était plus rude que je ne me l'ai imaginé. On ne sait jamais. Avant que je ne puis acquiescer quoi que ce soit ni lui demander son nom, il s'en va comme une ombre.... J'ai capté. Je me démerde tout seul à me débarbouiller et à me soigner comme un grand dans la pièce froide et humide. Dit comme ça on penserait à une cave qu'à un vestiaire. Je soupire avant d'entrer dans la salle et refermer la porte derrière moi.

Je me déshabille, balançant mes vêtements au fil de mes pas. Après tout, je suis tout seul donc je fais comme d'habitude. Si quelqu'un n'est pas content, il n'a qu'à ramasser, zut ! Ayant pris mon nécessaire de toilette dans mon casier avant, je me retrouve dans la douche à rager sur cette peinture qui ne part pas. Certes j'aime bien le bleu mais faut pas abuser non plus. Je préfère large être blond comme les blés que bleu comme les machins qui vivent dans des maisons champignons. Au bout d'un moment, j'entends la porte du vestiaires s'ouvrir. Quoi encore ?! On peut plus prendre de douche tranquille ou quoi ? Fausse alerte, ce n'est que le canadien qui reviens avec des habits propre. Pour peu, je lui aurait fait la bise.

-Merci m'sieur.

J'allais pas quand même le nommer mec des caribous à haute voix. Je suis plus poli que cela, la preuve, je l'ai remercié. Un exploit. Je fini de me rincer alors qu'il repart aussi sec. Puis, vêtu d'une serviette, je pars regarder à l'intérieur du sac. Qu'est ce qu'il a bien pu me ramener de beau... Des vêtements qui pue les médicaments. Ça c'est signé l'infirmerie. C'est à ce moment là que je regrette d'avoir un odorat développé. J'aurai pu me passer de l’incommodité face au parfum médicamenteux. Faisant fi de l'odeur, j'ai donc un shirt gris à ma taille -hourra!- et un tee shirt.... Nan, c'est une blague ou quoi ?! Sans attendre, j'ouvre la porte et tends l'habit incriminé à l'assistant chimiste.

-C'est quoi ça ? Vous aviez pas plus moche à l'infirmerie ou quoi ?

Vous me voyez moi, porter cette horreur ?! Je suis à la limite de l’apoplexie. Dans ma main, je secoue dans tout les sens ce tee shirt d'un rose immonde, désireux de le brûler dans la seconde qui suis. Si c'est pour se moquer de moi, bravo c'est réussi. Jamais au grand jamais je ne porterai ça. Plutôt me balader nu que de subir ce cauchemar ! En parlant de nu... Fait un peu frisquet vous trouvez pas ? Avec horreur, j’écarquille les yeux en me rendant compte que j'ai légèrement oublier de m'habiller un minimum entre temps. L'impulsivité ça n'a jamais du bon. Attendez, je vais reprendre ma phrase du début... Journée de merde ! Je rougis face à ce constat et babille quelques phrase avant de me ruer vers le short gris.

-Euh... C'est pas ce que vous croyez... Ahhh ! La honte !

Enfilant à la va-vite mes vêtements, je reste torse nu tout de même. Je ne vais pas pousser le vice à mettre cet affront à la mode. J'ai une dignité. Sacrément amoché mais présente tout de même.

-Enfin bref, j'espère pour vous que vous avez un autre tee shirt à me proposer. Jusqu'à preuve du contraire je suis un gars et il est hors de question que je porte du rose quelque soit sa forme.



© Jawilsia sur Never Utopia
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 833
Réputation : 154
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Jeu 23 Juin - 13:35

Trop vieux pour des ados décérébrés




-Et si tu étais un homme, tu t’en ficherais, rétorqua le laborantin du tac au tac, un sourcil en l'air.  Il n'avait pas voulu être méchant, ne voulait simplement dire que le Liam devrait se montrer plus mature, ce n'était qu’une couleur après tout.  Par respect autant que par pudeur, Alex ne passa aucun commentaire sur l’étalage de sa masculinité que le lycéen avait fait, ni sur la non-nécessité de fournir plus de preuves.  De toute manière, outre un test génétique pour officialiser l'asymétrie des vingt-troisièmes chromosomes du lycan, Alex ne voyait pas trop ce qu'il pourrait nécessiter, comme preuves.  Peut-être quelques poils de plus.  Au menton, entre autre.  Et puis, Alex avait détourné le regard prestement en remarquant l'attirail à base de courants d'air du jeune étourdi.  Ne manquerait plus qu'il pose une plainte pour aller savoir quelle raison.

-Oui, c'est le plus moche que j'ai trouvé… soupira le canadien sarcastique, comme s'il n'avait rien de mieux à d'autre que de tourmenter des petits garous instables.  D'ailleurs, ça venait avec le pouvoir de transformation, cette incapacité à la reconnaissance et à dire merci?  Charlie s'était amélioré à ce niveau, mais la question persistait. Pour sa défense, Liam l'avait certes remercié pas même une minute auparavant, mais Alex avait parfois la mémoire courte, et le lupin avait quelque peu changé d'attitude.  Souvent, l'amnésie du canadien était volontaire et il s'agissait surtout de rancune, et à d'autres moments il faisait simplement preuve d'un trait de caractère évoquant le poisson rouge.  Aujourd'hui était définitivement l'une de ces journées ou sa mémoire était aussi volatile qu'une vapeur d'éther.

Et le canidé râlait et s'énervait et s'agaçait et agaçait le druide pour une foutue question de couleur.  Mais ce que ça pouvait faire une belle jambe à Alex!  Il s'en fichait bien.  Si ce n'était eu du côté bestial de l'enfant, Alex l'aurait probablement envoyé dans la gueule de la panthère avec les autres.  Après tout, c'était ce que de nombreux peuples faisait : sacrifier des victimes prétendument innocentes, mais dont on restait content d'être débarrasser, pour faire plaisir à une divinité quelque peu sadique mais tout de même plutôt sympa.  Oui, l'image qu'Alex avait de la professeur de chimie était particulière et différente de celle de la majorité des gens, mais il fallait bien croire qu'elle avait su l'adopter, un peu comme un chat adopte la famille qui l'héberge.  Ou bien il était encore le vulgaire jouet avec lequel elle s'amusait, seulement elle se montrait moins directe et plus manipulatrice.  Ça n'était pas impossible.

-J'ai pas pris le temps de sélectionner un morceau qui s’agencerait bien à ton teint, tes yeux et ta tignasse. J'ai pris les premiers trucs à peu près à ta taille et voilà.

Autant dire, au vu de la morphologie de crevette du prépubère, qu'il avait eu davantage de succès du côté des demoiselles.  Le canadien pouvait encore se considéré heureux que l'adolescent n'ait pas remarqué la légère déformation des mailles au niveau de la poitrine…  Au moins il avait laissé la petite jupe à crinoline assortie dans le bac!

Bon prince, Alex décida de déboutonner la chemise carreautée qu'il portait en jugeant le mini-loup par-dessus ses lunettes imaginaires.  Il avait l'air d'un fauteur de trouble en herbe dont le principal défaut était certainement de ne pas avoir conscience ni de ses limites ni de celles des gens à qui il se mesurait. Lorsqu'il retira finalement son vêtement, il le tendit à l’élève désespéré.  Elle serait probablement quarante-douze fois trop grande pour lui, mais au moins elle n'était pas rose, du coup l'honneur était sauf et l'esthétique vestimentaire n'était pas bafoué...  Pourvu qu'ils ne croisent pas de trolls des couloirs, sinon le moral de la petite créature risquait d'être anéanti pour de bon.  Le t-shirt qu'Alex portait sous sa chemise avait une vocation humoristique, affichant une blague que seuls les initiés à la chimie ne pouvaient comprendre, aussi bien dire que lui aussi s’attirerait les regards torves de la jeunesse moderne, débile et agaçante.

-Écoute, on pourra retourner voir à l’infirmerie si tu penses avoir la main plus chanceuse que moi, offrit le Manitobain en guise de compromis. D'abord, pourquoi tu me racontes pas ce qui s'est passé? Je t'ai quand même un peu sauvé les miches.

Le biochimiste n'était pas trop certain à quel moment ses neurones avaient fait le lien, mais il commençait à se demander si c'était peut-être ce Liam-ci que l'autre louveteau, Caracole, avait mentionné chez lui.  Alex n'avait aucun moyen sous la main de vérifier son hypothèse, puisqu'il n'avait aucune idée de la quantité de Liams dans cette école.  Il pourrait toujours demander à celui-ci, mais si son instinct se trompait, comment le justifierait-il?  Il aurait l'air bien bête.  Aussi bien attendre.



©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Liam Dunbar

avatar

Humeur : Volcanique
Messages : 524
Réputation : 66
Date d'inscription : 13/04/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Mer 29 Juin - 19:17





Sacrilège vestimentaire


Ma protestation envers une horrible atrocité attentant au bon goût a fait un flop monumentale. Pourquoi dis-je cela ? Tout simplement parce qu'au lieu de me donner raison, il ose sous entendre que je ne suis pas un homme. Çà veut dire quoi ? Que je suis un véritable gamin ? Je vais lui en apprendre une bien bonne. Je suis un adolescent imitant à la perfection Peter Pan ! Grandir c'est pas ce que je préfère. De plus, d'une certaine façon, je ne suis pas humain. Enfin un homme normal quoi. Vous comprenez l'idée ! Je suis un loup-garou et jusqu'à preuve du contraire on ne met pas de rose.

Déjà que ma réputation a été entaché à propos d'une robe rose, très seyante soit dit en passant, je vais pas laisser l'assistant de la démoniaque prof de chimie en rajouter une couche. C'est de la discrimination envers les garous qu'il fait ! Qu'il ne le sache pas n'est qu'un banal détail. Ceci étant, ce n'est pas une raison pour que je me balade très peu vêtu. Cependant, je fais fit de cette information ou tout du moins un court instant. Cet assistant me persécute ! Je commence à regretter juste pour quelques secondes, faut pas exagérer non plus, de ne pas être entré dans la salle avec la prof de chimie à la place.

En plus il ne le nie pas. Il est parti prendre le plus moche du rayon. Je le savais... Il cache très bien son jeu derrière sa chemise en carreau et son air de gentil adulte. Assassin de la mode et du style ! Il mériterai d'être châtier pour son mauvais goût des plus déplorables et catastrophiques. Certes, j'en fais des tonnes pour une broutilles mais voilà quoi. Mettez vous à ma place vis à vis de mes expériences vestimentaires précédents. A croire qu'avoir une taille de crevette est péjoratif chez les stylistes et autres maisons de coutures. Un jour je grandirai de plusieurs centimètres, vous verrez ! Et j'aurai enfin l'air moins ridicule dans des vêtements plus grand les uns que les autres....

L'assistant à l'air excédé par mon comportement de gamin capricieux. Mais qu'importe. Je suis une diva dans l'âme comme j'aime à le répéter. J'exige n'avoir que le meilleur. Et si ce n'est pas le cas.. Bin, j'enquiquine tout le monde jusqu'à que mes désirs soient exaucés. Ce qui n'est pas facile tout les jours vu que la preuve, monsieur n'a pas voulu gâcher ses précieuses secondes pour me trouver quelque chose de plus potable à porter. Bon, que cela ne va pas avec mon teint, ça je m'en fiche pas mal. Mais c'est du rose quoi ! J'ai déjà suffisamment du mal à prouver mon hétérosexualité pour devoir aller m'afficher en plein milieu du lycée avec un habit des plus douteux.

Je vois d'ici les rumeurs qui vont se former sans que j'en ai le contrôle. Déjà cette drôle de déclaration d'amour de Caracole qui a fuité je ne sais comment dans les couloirs et maintenant ça... Je vais me retrancher chez moi à force ! Genre définitivement. Liam l'ermite, ça sonne bien non ? … Ok, j'avoue tout. Je ne tiendrai pas trois jours sans compagnie et avec mes réserves de sucreries à sec. Étant parti entre temps me vêtir décemment, j'en rajoute une couche sur le terrifiant bout de tissu dont je ne mettrai jamais même si ma vie est en jeu. Il en va de ma dignité. Ou tout du moins ce qu'il en reste depuis ma folle nuit avec le caïd et son cochon.

Cette histoire restera gravé dans les annales d'ailleurs. Perdu dans mes pensées à ce sujet, je regarde incrédule Alex se désaper devant moi. Enfin, tout de suite les grands mots. On va dire enlever sa chemise. J'ai été perturbé, c'est pour ça que j'ai confondu son geste. Il me la tends et je la prends en ronchonnant. Trop grande. Beaucoup trop grande. Il pouvait pas être un peu moins musclé au moins ? A part si c'est du ventre... Mais j'ai de forts doutes à mon plus grand regret. Le Liam flottant, deuxième partie ! Au moins les carreaux sont de mode ces temps ci. J'arrange un peu le coup avec et hop, je serai très sexy ainsi. Je sublime les vêtements que je porte, c'est bien connu.

De plus, quitte à choisir, je préfère de loin la chemise de bûcheron du dimanche, face à cette horreur dont je m'empresserai de brûler dès que l'adulte aura le dos tourné. C'est un crime envers l'humanité que cette chose soit toujours en vie. Un peu comme le tee shirt qu'il porte. C'est quoi ce machin ?! Je connaissais de vu ceux des matheux, genre la force abstraite parce que Mas' s'est amusé un jour à en porter mais c'est tout. Ils ont un drôle d'humour les chimistes quand même. Je ne comprends rien à sa blague. Enfin si s'en est une...

-Écoute, on pourra retourner voir à l’infirmerie si tu penses avoir la main plus chanceuse que moi. D'abord, pourquoi tu me racontes pas ce qui s'est passé? Je t'ai quand même un peu sauvé les miches.

Merci mais non merci. Tout compte fait, la chemise me va très bien. Connaissant ma poisse, je n'ai pas envie de lui donner raison si je ne trouve rien dans l'infirmerie ou pire, des oripeaux bien plus catastrophiques que le t-shirt rose. De plus, il serait capable de me demander des excuses le sadique ! Ce que je ne veux absolument pas faire. Plutôt m'arracher la langue que de lui demander pardon pour un tel sujet. Euh... Quand même pas à cette extrémité. C'est que j'y tiens à ma langue. Mais on va dire que vous comprenez l'idée. Si c'est pas le cas et bien pas grave.

-Pourquoi vous le dirais-je ? Si vous aimez jouer les sauveurs c'est bien pour vous. Mais je vous ai rien demandé. Je me serais très bien débrouillé tout seul. Et vous savez comment.

Conclusion, je ne suis pas obligé de lui dévoiler ce qu'il s'est précédemment passé. Et puis à quoi ça pourrait lui servir de savoir que la troupe de macaque jaloux de ma magnificence on voulu me tabasser ? Si j'avais pu atteindre un coin sombre sans témoins, j'aurai pu les écraser en un rien de temps. Sauf qu'il a fallu que Monsieur pot de couleur se mette à travers mon chemin. Et non, je ne dis pas ça parce qu'en vérité j'ai honte d'avoir fui sous l'impulsion de la peur. C'était un repli stratégique mûrement réfléchi. En tout cas, je n'ai pas à jouer les balances c'est déjà ça. Je leur ferai payer plus tard ce petit accident à ma manière, un par un et sans adulte pour régler l'histoire.

-Mais bon, si vous insistez tant. On a juste eu un petit conflit d'opinion. Rien de bien méchant, j'ai fais attention à ce que ça ne soit pas permanent. Pas besoin de m'ajouter dans votre liste noire.

Blessure bénigne, c'est vite dit. Ils ont une sacré poigne tout de même pour des humains et eux on visé pour faire mal. De façon définitive. Si je n'avais pas mes pouvoirs lupins, j'aurai très mal fini. Mais ça il n'a pas à le savoir. Déjà qu'il sait qui je suis, enfin ce que je suis, pas la peine de dévoiler le reste de mes soudaines faiblesses. Je m'attends presque à ce qu'il feigne l'ignorance. Sauf que si à cause de cela je me retrouve avec une troupe de chasseur qui on mal compris le contexte, je vais pas aimer. Donc je préfère jouer carte sur table. Au moins au lycée, il ne peut pas m'assassiner si facilement si ça dérape ou qu'est ce que j'en sais encore.

-Ne faites pas semblant. Je sais que vous savez qui je suis. Je vous est entendu mentir tout à l'heure donc vous connaissez ma spécificité. Mais vous, qui êtes vous réellement ?



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 833
Réputation : 154
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Mar 26 Juil - 2:48

Trop vieux pour des ados décérébrés




-C'est qu'il a du mordant, le jeune homme rétorqua Alex avec un sourire en coin, malgré l'agacement que lui inspirait de plus en plus manifestement la petite peste haute comme trois pommes. Sauf qu'il faut dire bon samaritain, hein.  Et merci.  Ensuite, je pourrai te dire qu'il n'y avait pas de quoi.  Et dans un petit monde parfait, tout le monde il serait heureux et tu retournerais dans ton cours avec des fringues qui déchirent.  Sauf que t'as raté ta chance, quoi...

Comment?  Il était narquois, le druide?  Si peu.  Bon, avouons tout de même qu'entre les pattes d'oies qui se multipliaient au bord de ses yeux, ses sourcils qui faisaient le dos rond, à la manière d'un chat qui s'étire sous la fenêtre, et les bouts des lèvres qui pointaient midi à quatorze heures, il était assez évident qu'il blaguait et était amusé.  À savoir si c'était le gamin insupportable ou lui-même qui l'amusait, c'était un peu plus difficile.  Après tout, il venait de faire un super jeu de mot et espérait bien que le jeune homme le saisisse.  Mordant, surnaturel, vous voyez le genre...

-Mais bon, si vous insistez tant. On a juste eu un petit conflit d'opinion. Rien de bien méchant, j'ai fais attention à ce que ça ne soit pas permanent. Pas besoin de m'ajouter dans votre liste noire.

C'était vrai qu'Alex avait tellement insisté. Tellement qu'il fut lui-même surpris le premier de son nouveau pouvoir de persuasion.  Développait-il des pouvoirs de mentaliste?  Était-il lui aussi une créature surnaturelle?  Il devrait vérifier rapidement.  

-Ma liste noire? répéta le druide, interloqué.  Qu... amorça-t-il, avant de décider de se taire plutôt.  De toute manière, le mini-garou renchérissait déjà avec bravade.  C'était qu'il était caractériel.  Si Alex n'avait pas déjà eu lui-même un tempérament aussi bouillant, il aurait presque pu apprécier celui du gamin.

-Ne faites pas semblant. Je sais que vous savez qui je suis. Je vous est entendu mentir tout à l'heure donc vous connaissez ma spécificité. Mais vous, qui êtes vous réellement ?

L'assistant observa un instant le vaurien en silence. Il avait une grande gueule, et profitait probablement un peu trop qu'il ne risquait pas trop de se l’abîmer.  Les filles devaient l'avoir élu coqueluche et les profs ne devaient pas trop résister à son charme non plus.  Il lui faisait penser à quelqu'un, à quelque part, mais à qui.

-Je ne connais pas ta spécificité, même si je pense en avoir une bonne idée générale.  C'était vrai, quoi.  Il avait pris pour acquis que le Liam était un louveteau mais, pour ce qu'il en savait, il aurait tout aussi bien pu être un renardeau ou un ourson.  C'était ça.  Ce n'était non pas à une personne qu'à un concept et un esprit que le mini surnaturel lui faisait pensé.  Celui de la bande de Phoenix.  Bravache, tête brûlée, réfractaire à l'autorité, les deux pieds dans le trouble.  Le visage adolescent de l'Amaro qu'il avait connu s'imposa subitement à l'esprit du biochimiste : il était hors de question qu'il laisse un quelconque gamin devenir un tant soit peu comme cette imposture.
-Je ne t'ai pas caché qui j'étais.  Je t'ai aidé, et je compte t'aider encore si j'en ai l'occasion.  Je n'ai pas de liste noire, mais si tu ne fais pas gaffe et que tu t'attires trop d'ennuis avec ces écervelés en t'en sortant un peu trop indemne, tu pourrais te retrouver sur celle de gens dont tu aurais préféré ne pas attirer l'attention... avertit Alex bien plus qu'il n'aurait pu le menacer.  D'ailleurs, l'angle de ses sourcillements indiquait clairement ses intentions bien plus préventives qu'intimidantes.

-Je te ferai pas un grand discours sur l'importance de l'éducation, tu l'as sûrement déjà entendu trop souvent, mais ça ne veut pas dire que je ne le cautionne pas.  C'est très important, surtout pour les gens comme toi, mais tu dois te montrer discret et passer pour normal si tu ne veux pas que les chasseurs te retrouvent.  Et puis, ça ferait pas sérieux de te faire un tel sermon avant de t'offrir de rater le prochain cours.  Les murs ont des oreilles, et il vaut peut-être mieux discuter ailleurs.
Après tout, les trolls des corridors n'étaient pas forcément tous simplement bêtas ni limités à une force humaine.  Un regard à l'horloge qui trônait au bout du couloir confirma au druide qu'il avait une fois de plus passer tout droit et rater l'heure du lunch.
-Je sais pas pour toi, mais j'ai une faim de loup.  Un burger, ça te dit?  Je connais quelqu'un qui sert les meilleurs en ville.  Et tu pourras en profiter pour piocher dans ta propre garde-robe plutôt que celle de l'infirmerie, si tu n'habites pas trop loin...



©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Liam Dunbar

avatar

Humeur : Volcanique
Messages : 524
Réputation : 66
Date d'inscription : 13/04/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Ven 2 Déc - 22:11





Tourner autour du pot


Je hausse un sourcil en entendant sa répétition de mes derniers mots au sujet de la liste. Je viens de soudainement atterrir dans un monde à l'envers ou quoi ? Certes j'ai du mordant mais vu ma condition c'est un peu normal, vous ne trouvez pas ? Mais là n'est pas la question. Il est sourd le mec, a mal écouter ou autre chose ? Parce que je peux pas faire plus clair. Liste noire, black list, deadpool, c'est la même pour moi. Je ne vois pas ce qu'il ne comprends pas. Sauf si...  Sauf si monsieur l'assistant du prof s'offusque que je ne le remercie pas à sa juste valeur en plus d'être un criminel à ses yeux.

Et puis quoi encore ? Il veut peut être des fleurs, une boite de chocolats et que je le supplies à genoux, tant qu'on y est ? Faut pas exagérer. Il devrait s'estimer heureux d'avoir obtenu ne serait ce qu'un merci de ma bouche. Ce n'est pas donné à tout le monde de recevoir une marque de politesse. Quel ingratitude de nos jours quand même. Ah ?! Je ne l'ai pas remercier en faites ? Autant pour moi alors. Mais vu la tête des habits qu'il m'a rapporté on peut dire que ça équivaux non ? J'impose le oui. Exact, c'est une dictature, tyrannie, censure et tout le tralala. Et alors ? C'est ma cervelle, je fais ce que je veux !

Enfin bref, oublions ça et concentrons nous sur l'essentiel. Rembarrer le pseudo prof de chimie, moralisateur à ses heures perdues. Sauf qu'au lieu de jouer carte sur table vu que chacun a démasqué l'autre, il préfère m'emberlificoter dans ses propos. Je vais sortir avec un mal de crâne suite à cette discussion, j'en suis persuadé. C'est pas sympa de me brouiller l'esprit avec des métaphores et sous-entendus compliqués. C'est pas comme si quelqu'un nous espionnais caché dans le faux plafond du couloir. Si ça avait été le cas, j'en aurai pas parler ici. Je suis pas si cinglé que cela quand même !

-C'est bien pour ça que je tentais de les semer. Grommelais-je à voix basse.

Et ça aurait pu marcher si les circonstances de mon échec avaient été tout autres. Franchement, quel idée aussi de se balader dans les couloirs avec une montagne de pots de peinture dans les bras ?! Faut être idiot. Tout comme le fait de sprinter dans des couloirs mais chuuut. Néanmoins,  l''avertissement tenant plus à de la menace à peine voilé, celle là, je l'ai parfaitement comprise. Je vais devoir peut être faire un peu plus attention lorsque j'arbore des blessures un peu trop voyante. Cependant, ce n'est pas de ma faute si les gens préfèrent s'attaquer à mon parfait visage de toute les manières possibles.

Dissimuler les coups en pleine face c'est plus dur que ceux cachés sous mes habits. Mais bon, vu que j'ai pas envie de me faire canarder par dénonciation anonyme, je vais faire un gros effort. Un effort de 48 heures. Parce que hey, on est à Beacon Hill mon coco et les ennuis m'adorent ! Tout comme les discours moralisateurs à souhait dont il me fait grâce cette fois ci. Oh, trop d'honneur mon seigneur ! Bon c'est pas comme si je l'aurai écouté hein. Mais au moins je n'aurai pas à me tourner les pouces en attendant que l'heure tourne devant son blabla ennuyant à mourir. Attendez... Je réclame qu'on rembobine ! Il a bien dit de rater le prochain cours ? Genre vrai de vrai ?

-Sérieux ?! Vous pouvez faire ça ?

Non pas que j'ai confiance, c'est même tout le contraire. Toutefois, je ne refuse jamais au grand jamais une dispense de cours. Bon, c'est juste parce que monsieur est paranoïaque et est persuadé d'être sur écoute H24 mais quand même. C'est cool. Enfin... S'il peut bel et bien le faire à son ridicule niveau éducatif. J'en doutes si vous voulez mon avis. Mais bon, l'"espoir fait vivre comme on dit. Et puis s'il m'arrive quelque chose, j'aurai qu'à l’accuser de m'avoir kidnapper. Après tout, tout les coups sont permis pour éviter de se taper des heures de colles jusqu'à la fin de l'année.

.... Burger ? Comme dans hamburger ? J'ai bien entendu hein ? Je n'ai pas eu l'hallucination auditive spontanée dites moi. Si c'est bien ce que je j'ai entendu, qui suis-je pour refuser une tel offre ! Les temps sont dures mes amis pour les étudiants. Alors je vous parle même pas pour le malheureux loup-garou en pleine croissance que je suis. Donc si on m'offre un repas gratuit, je ne vais surement pas cracher dessus. Je vais même te remercier ô humain qui va bientôt se ruiner. Mes rancœurs à ton encontre sont même dissolus. C'est la moindre des choses face à une tel générosité. Oui je suis facile à corrompre et alors ?

-Quel question ! J'suis carrément pour !

Sortir du lycée accompagné par le demi-prof sous le regard braqué d'un troupeau d'individu, majoritairement lycéen, traquant le moindre de mes faits et gestes et tentant de savoir pourquoi je suis vêtu d'un tel accoutrement est divertissant. Surtout qu'ils ne sont en aucun cas subtile ni discret. Au moins ils ne sont pas agglutiné à ma personne, réclamant quelques mots de ma bouche, ce que je suis toujours prêt à leur donner. J'aime être admirer, est ce un crime ? Sachant que contrairement à certains je n'ai jamais tenter de détruire les USA pour avoir les caméras braqués sur mon superbe corps de dieu grec, on va dire que non.

Assis à la table d'un petit restaurant que je connais bien pour avoir déjà envoyer Caracole ici, j'observe furtivement les clients tandis que la serveuse prends notre commande. A cette heure ci, beaucoup de gens sont présent, autant des travailleurs que des touristes. J'aime bien ce train de vie, toujours en mouvement. La lenteur, ce n'est vraiment pas mon truc. J'en profite même face à cette ambiance si caractéristiques au lieu pour essayer de me détendre. Ce que je pourrais faire si la serveuse tentait pas de me faire rosir à coup de sourire tandis qu'elle papote avec mon mécène du jour. Puis celle ci nous quittes, amusée, continuer son travail.

Alors, toi et Charlie ?

Du genre toi le mec coincé dans ta chemise à carreaux de bûcherons -que je porte actuellement- tu connais de très près le bouffeur de miel ? J'aurai jamais imaginer ça en voyant les deux protagonistes. Ça fait le duo improbable du casse-cou idiot et de l'intello strict. Donc oui ça fait un choc de savoir qu'ils se connaissent et plutôt bien d'ailleurs. Et qu'il parle aussi intimement avec la serveuse aussi c'est étrange. J'ai l'impression de croiser le trio le plus atypique de toute la planète terre. D'ailleurs en parlant de serveuse, mon repas, il vient quand ? Cc'est que j'ai l'estomac dans les talons et une faim de loup au sens propre du terme.

-Sinon... la conversation super sérieuse, on la fait avant ou après manger ?

Parce que pendant, je pense pas que ça va être possible vu que je serai plutôt occupé à me goinfrer... Je dis ça mais je dis rien hein. Qu'on viennes pas me priver de mon hamburger pour ça ! C'est que j'y tiens à ma nourriture, c'est sacré et tout le tralala !



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 833
Réputation : 154
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Mer 21 Déc - 21:12

Trop vieux pour des ados décérébrés




-Non.  Je ne peux pas faire ça.  Miss Mahet le peut, par contre.  Et si je lui dis que tu avais besoin d'une dispense, elle s'en occupera.  Elle a suffisamment confiance en mon jugement.

Du moins, Alex l'espérait grandement.  Il ne mentait pas franchement, il présumait et espérait, simplement.  Son cœur ne devrait pas en ciller, merci, ou du moins préférait-il le croire.  Avec suffisamment de confiance, sa supposition deviendrait un fait et personne n'en parlerait plus.  Ou presque.  Il espérait simplement ne pas mettre le garçon dans une mauvaise situation, nuire à ses résultats scolaires, ou quoi que ce soit d'autre.  Il lui jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule en lui faisant signe de le suivre.

Sans même avoir besoin que Jenny ne leur assigne de siège, Alex se glissa à la même table, sur la même banquette, qu'il avait prises l'habitude d'habiter depuis son premier club sandwich ici.  On aurait pu dire qu'il les avait adoptées en fait.  Intriguée par la trouvaille de son ex, Jenny harcelait Alex de questions, en envoyant au gamin des sourires dont elle avait le secret.  Ceux-là même qui l'avaient rendu dingue par le passer, alors qu'il savait bien qu'elle ne flirtait pas.  Il lui expliqua comment le gamin avait eu une mauvaise journée et comment Alex s'était présenté en sauveur et lui avait offert des fringues temporaires en attendant qu'il aille en chercher chez lui.  Chaque fois qu'il mentionnait quelque chose de légèrement embarrassant pour le garçon, la serveuse lui offrait un sourire chaleureux et un petit commentaire tantôt piquant à l'intention de Alex, tantôt réconfortant pour l'adolescent.  Elle disparut finalement en prenant leurs commandes, non sans jeter derrière le dos du loup-garou un regard interro-réprobateur, loin de l'air amusé qu'elle affichait un instant plus tôt, à Alex : « Qu'est-ce qu'il faisait là avec un élève et, surtout, était-ce vraiment professionnel de sa part? » pouvait-il lire sous ses sourcils inquisiteurs.

-Quoi?

Le gamin l'avait ramené à la réalité de par sa question, avec la délicatesse d'un canasson qui venait de se faire piquer par une guêpe.  Alex lui répondit, franchement étonné de la question.  Le temps de remettre ses esprits en place, il jaugea Liam du regard.  Pouvait-il vraiment lui apprendre qu'en plus des chasseurs et des loups-garous, la ville était truffée d'ours-garous, de yuki-onna et d'autres créatures plus agréables les unes que les autres.  Et que le cuisinier du coin en était une parmi tant d'autres.  Ensuite, il  y avait bien la familiarité employée en nommant ledit chef, qui était un tantinet étrange.  Ils se connaissaient peut-être.  Après tout, les prix respectaient les budgets étudiants et Charlie faisait réellement les meilleurs burgers qu'Alex aient mangés à Beacon Hills.

-Jenny, la serveuse, c'est mon ex.  C'est normal que je les connaisse un peu, lui et Eddy, depuis le temps.  On se fait souvent des cinés, tous les trois.

Le regard méfiant, presque noir – ce qui tranchait avec sa couleur océane habituelle – Alex donnait ces informations à contre-coeur.  Il était de nature prude et n'aimait pas parler de sa vie personnelle à ses collègues de l'hôpital, alors allez imaginer ce qu'il en était d'un gamin arrogant et fier-pet.  D'ailleurs, celui-ci repartait à la chasse, de son ton impatient et presque condescendant, aurait dit Alex, qui en venait à se demander quel diable avait bien pu le convaincre de le prendre sous son aile.  Et de lui offrir à manger, par-dessus le marché!

-Dès que tu cesses de t'intéresser à ma vie privée. Trancha Alex, net, du tac au tac et avec un cynisme visiblement agacé par l'attitude du morveux qui se prenait pour un espèce de pacha de bas étage.  Maudite génération du millénaire, choyée et gâtée pourrie!  Habituée de tout avoir tout cuit dans le bec, dès qu'ils le demandaient.  Le druide se renfrogna un instant : à quel âge était-il désormais arrivé pour tenir de tels propos – même en pensée – vieillots. Une tasse de café glissa directement devant lui alors que Jenny ébouriffait les cheveux du canadien.  Il en prit une lampée, puis s'assura nonchalamment que personne ne porte attention à eux avant de poursuivre sur un ton badin.

-Tu as une... bande, ou un mentor, ou quelqu'un qui puisse t'apprendre à te contrôler?  Avec suffisamment de volonté, tu pourrais ralentir ton rythme de guérison, pour que ce soit plus... discret.  Au début, ça demande plus de concentration, mais il y a des moyens de s'aider soi-même à y parvenir.

Alex croisa les mains sur la table, derrière sa tasse, et dans le souffle suivant, glissa trois mot et une instruction toute simple.

-Un corps, un cœur, un esprit.  Répète-le.

Le manitobain encouragea Liam d'un coup de sourcil, pour lui faire comprendre qu'il ne jouait pas les trolls.



©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Liam Dunbar

avatar

Humeur : Volcanique
Messages : 524
Réputation : 66
Date d'inscription : 13/04/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)   Dim 20 Aoû - 16:01





Hamburger !!!


Oh hamburger de mes rêves... Accepte cet ode dédié à ta grandeur, toi qui ne mérite que le meilleur.
Toi viande bovine grillant sur le grill,tu ne laisse pas mon cœur immobile. Dans un pain orné de graine de pavot, mon amour pour toi n'est pas faux.Y a t-il un aliment plus parfait jamais créé? 
Rien que son arôme addictif nous fait voyager.  Il nous fait renifler et saliver. Garni avec des frites, il ne peut être surestimée. Avec du ketchup ou de la mayonnaise, il est barbouillé. La laitue et les oignons sont là pour accompagner. C'est la touche final qui nous rends repu. Toute notre vie, nous l'avons attendu.

Bon, je ne suis que poète à mes heures perdues mais on peut dire que je me suis pas mal débrouiller sur ce texte. Et puis cela m'a occupé le temps que l'on passe commande. Ce n'est pas pour dire mais j'ai bien cru me dé-sécher sur place tandis que l'assistant de mon prof de chimie roucoulait avec la serveuse.... Comment ça même pas vrai ?! Je les ai vu de mes yeux vu, s'adonner à une étrange parade d'accouplement humain. A part si c'est la faim qui me fait faire des conclusions hasardeuses et pas très nettes. Ça peut arriver de m'imaginer des trucs tandis que je souffre famine.

Enfin bref, après avoir arrêter de me taquiner pour obtenir l'attention de mon mécène d'un jour, elle repart en cuisine. Enfin ! J'ai cru devoir aller chercher moi même mon burger sur le grill à ce rythme là. Et cela m'aurait peut être coûté la vie si l'ours n'apprécie pas qu'on entre dans sa grotte personnel.
D'ailleurs, en parlant de lui, je le questionne de ce qu'il en retourne entre les deux. C'est tout à fait logique d'être curieux à ce sujet ! Il sont tellement dissemblable qu'il doit bel et bien avoir une aventure épique lors de leur rencontre. C'est pas possible autrement. Même si vous me dites qu'ils sont amis d'enfance, j'aurai du mal à vous croire.

Par contre, son exclamation surprise, je ne m'y attendais pas du tout. J'ai rien dit de dérangeant ni d'improbable, n'est ce pas ? Et je ne me suis pas non plus mal exprimé dans mes propos. Enfin, je pense. Tout porte à croire que l'on s'est mal compris à un moment donné ou c'est moi qui fait totalement fausse route depuis le début. C'est là qu'il m'explique que Jenny est son ex quelque chose. Ok... Et alors ?

C'est sympa de connaître la vie intime des gens mais franchement je m'en fiche totalement là. C'est pas du tout ce qui m’intéresse. Moi, ce que je voulais c'était l'histoire entre lui et le nounours, pas savoir avec qui il partage son lit ! Et puis beurk quoi. Vous vous rendez compte du traumatisme que j'ai à subir! Sans compter que la conversation peut être totalement mal interpréter par quelqu'un d'extérieur. Je porte sa chemise à carreaux et il se défends – à contre-cœur à noter- que la serveuse n'est rien d'autre qu'une ex. Je vous laisse imaginer les conclusions.

C'est bon ? Vous êtes revenus tout autant traumatisé que je le suis ? C'est super alors. On va pouvoir continuer la suite. Comme par exemple se creuser la tête pour savoir qui diable est cet Eddy qui surgit de nulle part la bouche en cœur. Et mieux encore, qui eux trois ? On parle bien de quatre personne non ? Mon assisto-prof, Charlours, Jenny et le fameux Eddy, nouveau protagoniste inconnu au bataillon. Si je compte bien, ça fait quatre, d'accord ? Faut me dire si j'ai tord mais je pense avoir bien raison. Je dors peut être souvent en cours de maths mais c'est pas pour autant que je ne sais pas faire d'addition niveau primaire. 2 plus 2 égale 4, point final.

Vous savez quoi ? On va laisser tomber cette affaire pour le moment. A par un mal de crâne, c'est tout ce que je vais y gagner en tentant de comprendre ses paroles. Revenons à notre sujet initial avant de s'y perdre. Au moins dans celui là, je sais de qui et de quoi on parle. Enfin approximativement. Je n'ai pas non plus -contrairement à d'autres personnes- le bestiaire intégral en tête. C'est pour cette raison que je demande si l'on parlera surnaturel avant ou après l'arrivé de mon burger tant rêvé. C'est que j'ai pas que ça à faire de l'écouter me raconter une partie de sa vie dont je n'ai que faire.

Là, franchement, je ne m'y attendais pas du tout. J'ai envisagé toute les possibilités de réponse mais celle là, c'est une première. Je m'en contre-fiche de sa vie privée ! Sauf si c'est pour me dire qu'il est lycantrosexuel, ce qui expliquerait pourquoi il connait aussi bien les loup-garous. Mais sinon le reste, si c'est d'une banalité sans fond, ça me passe au dessus de la tête. Je suis pas curieux au point de devenir voyeur quand même !

-J'ai demandé des infos sur votre amitié improbable avec le cuistot, pas la liste de vos conquêtes. Pas de ma faute si vous étiez à coté de la plaque. Boudais-je face à cette remarque cassante.

Les vieux de nos jours, je vous le jure. A part radoter avec un ton condescendant... voilà quoi. On en tire pas grand chose d'autre qu'une migraine épouvantable et un estomac sur les talons. Soudain, la serveuse revient avec une tasse de café mais aucun burger à l'horizon... On veut m'affamer ou quoi ?!A ce rythme là, dans quinze ans, je serai toujours à l'attendre. Sans compter que devant moi, monsieur savoure son café avec délectation tandis que je salive de faim sur la table. C'est pas jute du tout. J'appelle ça du favoritisme !

-Tu as une... bande, ou un mentor, ou quelqu'un qui puisse t'apprendre à te contrôler?

Une bande ?! Il veut dire par là une meute, non ? Si c'est bien cela, on va répondre comme à un profil facebook : c'est compliqué. Et c'est le cas de le dire. Entre notre alpha qui vaque dieu seul le sait, les bêtas qui disparaissent comme peau de chagrin et donnent des nouvelles une fois par lune bleue. On va pas dire que nous sommes la meute la plus soudée de tout l'Amérique. Sauf en cas de méga catastrophe surnaturelle. Là bizarrement presque tout le monde répond à l'appel. Ouais, presque.

Alors un mentor, je ne vous en parle même pas. Il y a peut être bien Stiles qui correspond vu qu'il m'a pas mal aider à trouver des clés pour contrôler mon loup mais à par ça... Je ne vois personne d'autre. C'est triste à dire mais c'est la réalité. Pas que je n'en veuilles pas un. C'est juste que d'en trouver un, c'est pas comme faire ses courses au supermarché du coin. Faudrait inventer un site de rencontre spécialement pour cela. Ça serait la vie sérieux ! Pas besoin de se tracasser pour trouver quelqu'un qui te conseille, t'as juste à cliquer. C'est décidé, à la prochaine réunion de meute, j'en réclame un d'office !

 Avec suffisamment de volonté, tu pourrais ralentir ton rythme de guérison, pour que ce soit plus... discret.  Au début, ça demande plus de concentration, mais il y a des moyens de s'aider soi-même à y parvenir.

Ralentir mon rythme de guérison ? Genre le faire passer comme celui d'un banal humain ? Trop cool ! Comment ça se fait que je suis pas au courant de ça. Ca m'aurai éviter pas mal d'ennuis au lycée. Vous savez quoi ? On va oublier la réunion de meute. Je vais aller direct chez Scott le taner pour avoir mon site dans les plus bref délai. Vous vous rendez compte du manque de connaissance que j'ai en tant qu'apprenti louveteau ?! Je savais même pas qu'on pouvait réguler sa guérison ! Et il doit avoir d'autres trucs trop cool caché de ma personne. Faut vraiment que j'ai un prof compétent pour apprendre ces trucs et astuces. Voire obtenir le manuel complet du parfait loupiot. Là, je dirais pas non.

Sortant de mes pensées, je me rends compte que le canadien veut que je répète une drôle de phrase. C'est un mantra qu'il veut me faire réciter, non ? Si c'est le cas, il est à la ramasse de plusieurs lunes. Stiles m'a déjà aider à trouver le mien et tant qu'il fonctionne, je ne vois pas pourquoi le changer pour un mec dont je ne sais rien de lui.

-Merci mais non merci. J'en ai déjà un excellent mantra et il me convient parfaitement pour mes crises.

D'ailleurs, il serait pas en train de noyer le poisson ? Parce que c'est sympa d'apprendre deux trois astuces mais ça ne réponds toujours pas à mes questions initial. Genre qui est-il vraiment. A croire que c'est super top secret. Ce qui serait étrange dans ce contexte ci tout de même. A la base, c'est moi la créature folklorique, pas lui. N'est ce pas ? Là vous me poser une colle. Serait-il plus légendaire qu'une légende ? Hmm... Ça ressemble à un sujet de bac de philosophie !

-Cependant, vous pouvez vous brosser pour que je vous donnes plus d'infos. Tant que vous ne vous présentez pas correctement. Après tout, je ne déballe pas ma vie à un inconnu moi.

Je me répète peut être mais savoir que Jenny est son ex ne m'est d'aucune utilité dans ma vie future. Et encore moins le fait qu'il est ami avec un certain Eddy. Je m'en fiche comme de ma première couche-culotte en faites. Ce que je veux moi, c'est des informations sur sa double vie, s'il en a une.

-J'ai compris que vous n'aimez pas cracher le morceau sur tout ce qui vous touche. Sauf que chez moi c'est du donnant-donnant ou rien.

Après tout, comment veut-il que je lui fasse un minimum confiance s'il n'en fait pas de même en retour ? Je ne trouve pas cela très équitable de devoir me livrer sans rien savoir en échange. Et puis c'est pas comme si je lui demandais de me détailler chacun de ses gestes depuis sa naissance.



© Jawilsia sur Never Utopia



You can't blame gravity for falling in love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Trop vieux pour des ados décérébrés (feat Alex Cormier)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» Trop froid pour être dehors. [Autumn ]
» Pour les fans
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» Trop chaud pour la plage (PV Victoire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Couloirs-
Sauter vers: