AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
12 novembre 2017

Zeke Pevencie


►►►◄◄◄br />
Arès Kye Coleman & Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Jansen Avery




Classement au
25 novembre 2017

Cassian Norton


►►►◄◄◄br />
Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Maxine Evans




Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Severus Argent
Modérateur
avatar

Humeur : Irrité
Messages : 35
Points : 41
Réputation : 1
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Beaconlard

MessageSujet: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Lun 26 Sep - 21:36




Maison Serpenseur

Mot aux élèves qui ont eu l’intelligence de ne pas se retrouver consignés  :

Vous êtes priés d’attendre le retour de vos camarades dans le calme. Quartier libre jusqu’au repas.



© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Tama'Rangi Marama

avatar

Humeur : Calme
Messages : 99
Points : 107
Réputation : 7
Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 38
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Jeu 29 Sep - 4:52




Maison Serpenseur


Tama'Rangi se dirigeait de la bibliothèque au fauteuil où il comptait s'installer, bouquin en main, en songeant qu'il avait eu beau taquiner Adriann, les élèves des deux maisons n'étaient probablement pas meilleurs ni d'un côté ni de l'autre.  Certes, les rouges et dorés savaient s'attirer toute l'attention et braquer les projecteurs sur leurs augustes personnes, mais il semblait qu'à la suite des cours, la petite noblesse de Mr Hale s'en soit bien tiré, avec seulement une punition pour O'Conner.  Si Tama avait bien suivi les punitions qui se succédaient à un rythme étourdissant tout au long de la journée.  Pour appuyer cette impression de s'être injustement moqué des fauteurs de trouble chez Griffonel et, par le fait même, de leur professeur attitré, la salle commune des Serpenseurs était on ne pouvait plus silencieuse.  Les pas de Tama résonnait dans l'espace sombre et lorsqu'il se laissa tomber sur le fauteuil, il semblait que tout l'air de la pièce s'était empli du son des pattes grinçantes et du coussin qui s'étouffait sur lui-même derrière ce corps trop grand pour lui.

Si il avait bien gardé le compte, seulement Miss Fray, Miss Abramov et Miss Walker ne s'étaient récoltée aucune punition.  Il n'avait pourtant pas croisé âme qui vive depuis son arrivée, ce qui lui laissa croire que les filles étaient soit arrivées avant lui et avaient filé dans leurs dortoirs, où il ne comptait pas aller les déranger, soit elles avaient été traîner quelque part ailleurs dans l'école avant de revenir pour le repas.

Dans tous les cas, Tama profitait de la pause qui lui était offerte pour réviser quelques notions qu'il n'avait pas utilisées depuis qu'il avait revu son couple d'amis à Wellington, il devait bien y avoir quarante ou cinquante ans.  Peut-être quatre-vingt, en fait.  Il était dans l'obligation de monter la garde dans la salle commune, soit.  Il ne pouvait pas arranger sa cabane à son goût et s'y installer correctement, soit.  Il comptait tout de même se préparer à sa soirée.  Son doigt épais suivant la ligne des mots qui défilaient sur la page, Tama tentait de les prononcer avec une justesse qui lui faisait défaut.  Les conseils d'Astrid et Tobias commençaient à être lointain dans sa mémoire.  S'il comptait utiliser de quelques formules de politesse allemande pour que son inviter se sente comme chez lui, il était certain qu'il n'aurait pas le temps de maîtriser la langue de Goethe dans les quelques heures qui précédaient leur match d'échec amical.  Leurs divers échecs au cours de la journée n'était qu'une mise en bouche, une pratique dans un sens.  Le mélanésien songea un instant qu'il aurait peut-être dû plutôt préparer une potion d'aiguise-méninge, mais il devait bien avouer que c'eut été bien moins amusant, quand même.  Pour l'instant, il jouait à se pratiquer à massacrer gentiment les Hallo, Guten Morgen, Wie Geht's et autres exclamations courantes.

© Fiche par Mafdet Mahes


L'essentiel est invisible pour les yeux ;
On ne voit bien qu'avec le coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t108-le-bestiaire-de-teen-wol
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Jeu 29 Sep - 10:51




Meow !
- Meow !

Le sous-sol de Serpenseur est bien calme. Il faut avouer que beaucoup sont retenus en punition. Mes moustaches frémissent de plaisir. Il y a quelques années de ça j’ai fait une découverte forte intéressante… Ma présence tend à rendre la réussite des sorts aléatoire. Ce n’est pas systématique, mais non négligeable.  Depuis, quel n’est pas mon doux plaisir de m’approcher des élèves en douce et de les voir si dépité d’échouer leur incantation.

Tiens ! Mais c’est le géant des îles. Je m’avance, nonchalante, ondulant de la colonne vertébrale comme les humaines ondulent de la croupe.

- Meow ! « C’est diablement attirant la grosse pelote de laine que tu as sur la tête ! »

Je saute prestement sur l’accoudoir pour me rapprocher du professeur. Intriguée, je penche le museau sur le livre qu’il consulte.

- Meow ! « On veut séduire le cannibale ? »

Je lui expliquerai bien ma technique qui est de ramener une souris ou un rat aux pieds de mon maître. Peut-être qu’avec un bébé moldu l’allemand serait séduit.

- Meow ! « Je peux monter sur ta tête ? »

S’il avait été un élève, je ne me serais pas gênée de m’en servir de cousin, mais c’est un professeur. Je lui dois donc le respect. Je ronronne et incline la tête d’un quart en mode chat mignon. J’ai envie d’aller malaxer sa tignasse de mes coussinets.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tama'Rangi Marama

avatar

Humeur : Calme
Messages : 99
Points : 107
Réputation : 7
Date d'inscription : 01/05/2016
Age : 38
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Dim 2 Oct - 6:21




Maison Serpenseur


Les vocalises de Tama' furent interrompues par un miaulement inopportun.  Le renard leva le regard de son manuel pour observer Miss Teigne qui s'approchait avec toute la grâce et l'élégance reconnue des félins.  Elle pris place près de l'avant-bras du mélanésien en observant d'un drôle d'oeil la crinière qui trônait sur sa tête.  Si elle ne faisait qu'un mouvement dans cette direction, elle finirait en carpette, foi de renard des marées!  Comprenant la menace de son instinct animal, assurément, l'attention de la chatte se détourna de frisettes du polynésien pour se poser sur le bouquin, qu'elle huma comme si il avait un quelconque secret à lui cacher.  Un éclat dans le regard de la minette, semblait beaucoup trop moqueur.  Séduction?  Il n'aurait pas besoin de livre pour cela.

« Je veux être un bon hôte... » reprit-il l'espionne de Rusard d'un ton qui trahissait que dans le pire des cas, s'il en était un piètre, il s'en fichait un peu, en réalité.  Au moins pourrait-il jurer d'avoir tenté de faire un effort.  Sa voix sembla reporter l'attention de la Miss sur le visage de Tama, et plus encore sur sa chevelure dorée.

« Que nenni. » interdit-il en posant son livre, fermé, sur sa cuisse.  La minette avait beau lui faire des manières, il lui en faudrait davantage pour séduire le renard.  L'ennemie numéro un des élèves, par contre, semblait en manque d'affection.  La princesse était-elle donc délaissée par son prince Rusard?  Du gras du pouce, Tama frotta sous le menton de la bête, et replia ensuite doucement l'index et le majeur pour aller lui grattouiller les oreilles.  Le temps qu'il s'occupait de la canaille, celle-ci n'embêterait pas les élèves, et ceux-ci seraient plus à même de s'occuper de leurs punitions comme de leurs bêtises sans être observés par les deux pupilles verticales.

© Fiche par Mafdet Mahes


L'essentiel est invisible pour les yeux ;
On ne voit bien qu'avec le coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t108-le-bestiaire-de-teen-wol
Severus Argent
Modérateur
avatar

Humeur : Irrité
Messages : 35
Points : 41
Réputation : 1
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Beaconlard

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Mar 4 Oct - 21:06




Maison Serpenseur
- Monsieur Matrim Damodred, remporte 10 points pour un succès critique, plus 10 points pour la réussite d’un sortilège informulé. Mais il perd 10 points pour ne pas s’être présenté pour ses heures de colle. Tous les élèves sont priés de regagner leur maison pour le repas du soir.



© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Arès Kye Coleman

avatar

Humeur : Martiale
Messages : 796
Points : 750
Réputation : 78
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Jeu 6 Oct - 11:47




Maison des SERPENSEURS




Après une bonne dizaine de minutes passés au sommet de l'arbre que j'avais amoché, tranquillement installé tel le tigre que j'étais sur une branche suffisamment solide pour supporter ma masse musculaire j'avais finalement décidé de me laisser aller à mes pensées négatives et la noirceur vers lesquelles elles m’entraînaient insidieusement. Les combattre se révélait bien trop ardu et coûteux en énergie. Se battre contre soi même n'est pas chose aisée. Surtout lorsque l'on se connaît aussi bien que moi. Si la vie en ce monde m'a appris une leçon c'est bien que c'est la haine qui vous maintient en vie là ou l'amour échoue lamentablement. Je ne suis pas quelqu'un de bien et je le sais, l'accepte et vis avec sans en éprouver le moindre remord. Seule ma famille et les membres de mon clan de gardien là dehors arrivaient à me faire me sentir moins souillé par ce monde que j'avais irrémédiablement considéré comme hostile depuis mes premiers pas à l'ombre d'un orphelinat. Malaki et Jason arrivaient à me faire ressentir une joie intense par leur simple présence. Avec mes cousins les choses étaient fusionnelles à l'image de ma relation avec mes défunts potes d'orphelinat. Ils étaient des soleils dans ma nuit perpétuelle. Tante Lucianna et son mari Jhon étaient également des parents de substitution adorables. Et parfois, je me demandais en quoi cela aurait il été si compliqué pour ce vieux salopard de destin que je naisse en tant que frère et non en tant que cousin.  Je ne serais certainement pas devenu ce mercenaire froid et sans cœur si cela avait été le cas. Je n'aurais jamais mis les pieds dans le monde de l'argent facile. Oh oui, ma vie aurait pu être merveilleuse si elle avait été différente. Mais elle ne l'avait pas été, voilà le triste constat aussi amer que glacial. Un constat que j'avais accepté il y a bien longtemps. Ma créatrice Azalea avait des sentiments pour moi cela crevait les yeux. Chaque fois que nous nous croisions ou étions en présence l'un de l'autre, les choses devenaient électriques et elle perdait de sa superbe d'héritière. Et  pourtant je m'attelais à la rejeter comme si elle ne me plaisait pas ou que je ne voulais pas d'elle. Mais la vérité était que je ressentais sûrement la même chose qu'elle mais que je ne voulais pas me l'avouer. Pour bien des raisons, tout d'abord je détestais me mettre à nu devant qui que ce soit, la sensation de vulnérabilité que cela me procurait était hautement déplaisante. Deuxièmement, j'avais peur de goûter au bonheur qu'elle allait sans doute m'apporter. Peur parce que je ne savais ou cela allait me mener. L'inconnu peut avoir un goût d'aventure doucement sucré comme le miel mais également trop salé comme les frites d'un fast food. Et troisièmement, je ne la méritais pas. Je n'étais pas celui qui lui fallait et au fond de moi je savais qu'elle finirait par lâcher l'affaire ou du moins je l'espérais. Ainsi, je n'aurais plus qu'à m’infliger des douleurs supplémentaires en la voyant heureuse avec quelqu'un d'autre. Mais qu'est ce que je foutais ici dans cette école sortie d'une imagination douteuse? Lorsque l'on a du mal à maintenir une armistice avec ses pensées, on ne se pointe pas comme une fleur dans un lieu ou à les gens peuvent s'y incruster à coups de bidules magiques types potions ou sortilèges. Après avoir atterri au pied de l'arbre qui m'avait servi de promontoire, je murmure pour moi même : Bordel, Milan ou est que tu t'es encore fourré ? Jamais là quand on a besoin de toi vieux frère. Bah profite bien de la Floride, tu dois sûrement bien plus t'y amuser que moi ici.


Puis, j'avais pris le chemin des cachots pardon je voulais dire de la maison Serpenseur. C'était de toute manière du pareil au même pour moi maintenant tant la perspective de passer une année entière ici me paraissait déplaisante. J'avais décidé de rentrer en courant car un petit footing ne faisait pas de mal. Et que ça pour le coup, çà allait me vider l'esprit de l'amertume et la déception qui ne tarderait de toute manière pas à refaire surface bien assez vite bien évidemment. Courant ainsi à une allure régulière, j'arrivais finalement en vue du lugubre bâtiment qui en ce moment était de toute manière bien moins lugubre que mon humeur. Ralentissant la cadence devant l'entrée je baisse la tète en entendant un miaulement et reconnais mon chat un cadavre de souris entamé entre les crocs. Je me baisse et lui caresse mécaniquement la tète et l'échine. Grattouillant une fois de temps en temps. Orrin laisse tomber son répugnant trophée et vient se frotter contre moi en ronronnant. Mon expression passe de sinistre à neutre grâce à la présence réconfortante de mon petit chasseur. Qu'est ce que tu fais là mon grand ? Toi aussi, tu veux déjà partir hein. Bah, je savais qu'on se comprendrait. J'imagine qu'en vrai petit malin tu as profité de l'entrée de quelqu'un pour te faufiler dehors. Allez mon vieux on rentre. Non, pas la peine de miauler si je n'avais pas passé une soirée aussi merdique je t'aurais volontiers laissé vadrouiller la campagne et aller draguer de la minette sauvage mais pas ce soir. Allez viens là. Je saisis le matou dans mes bras et rentre dans le bâtiment. Je fusille le gardien d'un regard noir sans raison. Tiens ça c'est gratuit. Puis, je descends avec mon chat dans les bras et arrive ensuite devant l'entrée. Je clame sang de bête en gueulant tellement fort que l'on m'a sûrement entendu de l'autre coté de la ville. Je pénètre sur les lieux d'un pas rapide, pas envie de croiser la moindre personne. Je suis peut être nul en magie mais mon poing peut encore casser un nez ou une mâchoire que je sache. Avis aux amateurs. Je ne croise que le professeur Marama assis dans la salle commune avec Miss Teigne sur la tète. Mais, je n'y prête nullement attention pas plus que je ne me demande qu'est ce que la chatte de Rusard fabrique au sommet de la tète du kitsune. Le cadet de mes soucis. Oui, je suis depuis peu d'une humeur sombre, indifférente, désagréable et surtout surtout profondément lasse et blasée. La baguette qui tape de temps en temps contre mon torse de la poche intérieure ou elle se trouve me fait l'effet d'une brûlure. Une brûlure à mon orgueil blessé probablement. Seulement tous les malheureux de ce monde ou du moins ceux qui y ont goûtés trop souvent ou bu son poison ignoble jusqu'à la lie savent que les blessures laissent des cicatrices. Pour ma part ce ne sera que la xième alors bon. Il était néanmoins certain qu'avant qu'un sourire ne se peigne de nouveau sur mon visage, une prophétie foireuse se réaliserait telle que Therence Garnet deviendrait humble, Che Cormier renoncerait à ses idées radicales et épouserait la vision de l'école de la direction, les élèves arriveraient tous à l'heure et Severus Argent deviendrait un joyeux luron adepte du sourire colgate. Ouais autant attendre le déluge je suppose. Non, je ne prends pas les choses trop à cœur. Je passe justement en voie de désintéressement totale nuance. J'atteins enfin ma chambre dans laquelle je laisse tomber Orrin qui retombe sur ses pattes comme d'habitude. Je retire ma baguette de ma poche et l'envoie valdinguer sur un lit vers le fond. Le chat au pelage de lynx penche la tète en me fixant d'un œil interrogateur. Je tire une serviette de mon sac ainsi que du gel douche avant de quitter ma chambre pour me rendre aux douches qui sont pour le moment vides. Je me laisse apaiser par le jet d'eau brûlant, dénouant mes muscles et ma massant la nuque. Je prends le temps de réfléchir. Je suis peut être à court d'options mais fuir n'est pas une option. Notez pourtant qu'une fuite dans une bonne direction n'est pas une mauvaise chose. Je ferme les yeux durant une poignée de secondes, secondes qui deviennent finalement des minutes. Avant de terminer ce pourquoi je suis venu et regagner ma chambre d'un pas nonchalant. J'ai vécu plusieurs vie dans une seule, celle d'un orphelin qui fut un élève studieux tombé dans la délinquance, celle d'un neveu adopté et choyé, celle d'un gardien du surnaturel usant de ses aptitudes pour s'en foutre plein les fouilles dans le mercenariat. Selon moi, une famille signifie une vie et j'en ai eu trois. Des compagnons de malheur considérés comme des frères, une famille bien réelle au sens premier du terme et un clan de surnaturel me considérant comme le petit dernier d'une grande famille. J'ai donc appris à faire de mon visage un masque adaptable selon les situations. Quelque chose me dit que cela me sera bien utile ici. Une fois dans ma chambre, je m'habille rapidement avant de ramasser ma baguette sur laquelle Orrin était en train de s'aiguiser les crocs et la dirigeant vers la porte lance un sort de verrouillage bien connu de tous. Collaporta. Je compte lire deux ou trois petites choses avant d'aller me remplir la panse. Et j'aimerais autant ne pas être dérangé pendant si cela ne serait pas trop demander. Alors si ce foutu bâton voulait bien remplir la fonction qu'on lui attribue. Cela m'arrangerait.


© Fiche par Mafdet Mahes



Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.


Dernière édition par Arès Kye Coleman le Dim 9 Oct - 17:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 769
Points : 842
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Jeu 6 Oct - 11:47

Le membre 'Arès Kye Coleman' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite' :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Arès Kye Coleman

avatar

Humeur : Martiale
Messages : 796
Points : 750
Réputation : 78
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Jeu 6 Oct - 12:20




Maison des SERPENSEURS
Comme quoi le désintéressement le plus complet a du bon. La porte se verrouille avec un ignoble bruit de succion faisant vaguement penser à un tube de colle superglu en train de se vider dans une serrure. Je pousse un soupir de soulagement. Je vais pouvoir avoir la paix finalement. Mes prières inexistantes auront été écoutées. Quoi vous vous attendiez à ce que je sautille de joie comme un lapin devant une carotte appétissante ? Ah ben désolé de vous décevoir mais quand je broie du noir, je broie du noir un point c'est tout. Ce n'est certainement pas une modeste réussite qui va me redonner envie de sourire dans le coin. Le déluge que j'avais dit. Le déluge et rien d'autre. Pour ma part, je me félicite d'avoir changer de chambre. J'aurais fait un partenaire de chambrée exécrable en fait. Puis, bon ils seront très bien tout les trois. Moi, j'apprécie l'espace qui m'entoure. Ce vide est reposant et c'est précisément de repos dont j'ai besoin. Mes interrogations à propos de Coleman père me passe désormais bien au dessus de la tète pour le moment. Je me dirige vers mon lit et commence à lire le premier livre de magie me passant sous la main avant de le laisser tomber sur le sol et de saisir mon carnet à dessin dans lequel je dessine diverses choses. Quant à ma baguette elle termine au même endroit que tout à l'heure c'est à dire dans un lit du fond de la pièce après avoir fait un vol plané. Le mouvement de ma main tournant au dessus du papier tandis que le crayon danse dans un ballet artistique m'apaise réellement. Bien plus que les récitations de mantra de mon clan, les inspirations et expirations et autres tentatives liées à ma nature surnaturelle. Je me rends compte que ce qui me fait du bien est de faire ce que j'aime et le moins que l'on puisse dire est que pour le moment la magie n'en fait certainement pas partie. Je dessine le grand arbre répartiteur de la foret interdite, ma personne dos au dit arbre. Les pages suivantes sont noircies du collier que j'avais fait apparaître en cours de métamorphose, de la texture ignoble qui avait manqué de faire fondre mon chaudron en cours de potion, d'une litanie de spectre. Je m'applique férocement dans mon œuvre et ne fais pas attention au temps qui passe. Un coup d’œil en biais m'indique que mon chasseur est en train de roupiller au pied de mon lit près du livre que j'ai nonchalamment fait tombé. Quand je me sens bien, tu te sens bien n'est ce pas petite canaille. Je n'ai rien pour apporter de la couleur à l'ensemble mais je préfère de toute manière travailler en noir et blanc. Je trouve cela plus authentique. Mes derniers dessins sont le visage d'une jolie Griffonnel, un loup souriant et un Serpenseur rêveur. Je ne suis pas franchement satisfait des portraits mais en même temps je n'avais pas vraiment pris la peine de reluquer les principaux intéressés. Déposant mon crayon et refermant mon carnet, je me rends compte que je n'ai pas du tout faim alors même que c'était le cas il y a une bonne heure de cela. La lassitude ne ronge pas que l'entrain visiblement. Je croise les bras derrière ma tète et laisse mes sens de surnaturel faire leur travail. J'écoute l'activité du dortoir sans réel intérêt plutôt pour m'occuper l'esprit tout en fixant le plafond. Mais surtout parce que j'attends simplement de savoir quand la pitance arrivera.  


© Fiche par Mafdet Mahes



Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès Kye Coleman

avatar

Humeur : Martiale
Messages : 796
Points : 750
Réputation : 78
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Jeu 6 Oct - 13:53

Dés ( La grâce divine s'est enfin posée sur mes épaules Razz )



Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 769
Points : 842
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Jeu 6 Oct - 13:53

Le membre 'Arès Kye Coleman' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dragées de Bertie' :


--------------------------------

#2 'Chocogrenouille' :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Severus Argent
Modérateur
avatar

Humeur : Irrité
Messages : 35
Points : 41
Réputation : 1
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Beaconlard

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Jeu 6 Oct - 21:45




Maison Serpenseur
+ 20 points à Monsieur Stiles Stilinski pour la réussite d’un sort informulé et un succès critique.
+ 30 points à Monsieur Therence Garnet pour ses trois succès critiques. Bravo jeune homme.
+ 10 points à Monsieur Bruc… Mickael Wayne pour son succès critique.
+ 10 points à Monsieur Arès Kye Coleman pour son succès critique.
+ 10 points à Monsieur James MacAulay pour son succès critique.

- Bravo messieurs, la maison Serpenseur peut être fière de ses élèves.

J’imagine avec délectation la mine dépitée que doit avoir Minerva. Avec les clowns qu’elle a dans sa maison, elle ne risque pas de rattraper son retard. Il semble que les sorts échouent un peu moins souvent. Les aurors arrivent-ils à bout de notre… problème ?

© Fiche par Mafdet Mahes



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 462
Points : 625
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Ven 7 Oct - 22:18




Meow !
Les élèves de Serpenseurs rentrent les uns après les autres. J’aime regarder la tête de ceux qui ont subi les punitions. Un élève avec des yeux de couleur différente fait un sourire navré à celui qui semble être son compagnon. Le loup doit être très amoureux, car il prend sur lui pour étreindre son compagnon malgré l’odeur pestilentielle qu’il dégage. Un grand black revient en regardant sa baguette avec sévérité. Il semble déçu. Oh ! Mais qui voilà ! Ma statue ! Il semble ne pas s’en être trop mal sorti malgré avoir séché la majeure partie du cours de métamorphose. Lui aussi sent les ordures. J’en suis R-A-V-I-E !

Mais attendez-là ! Qu’est-ce ce bout de papier qui dépasse de sa poche ? Je m’approche furtivement du compère, profite d’une bousculade qu’il provoque avec Wilder pour sauter prestement et m’emparer du parchemin. Je file ventre à terre, avec une carte que j’aurais reconnue entre mille dans la gueule, la carte du maraudeur !

En trottinant, je décide d’aller voir comment se portent les Griffonnels.


© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus Argent
Modérateur
avatar

Humeur : Irrité
Messages : 35
Points : 41
Réputation : 1
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Beaconlard

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Ven 7 Oct - 23:11




Maison Serpenseur
Je regarde avec impatience les retardataires. Certains nous chatouillent désagréablement les narines avec une odeur pestilentielle.  Pas difficile de savoir qui est parti dératiser les sous-sols et qui s’est gelé au potager avec les spectres.

Enfin, tout le monde est apte à venir prendre son repas dans la salle commune. Je tape des mains pour donner le signal aux elfes qui garnissent les tables de mets bien trop riches en lipides et en glucides pour la santé.  Mais il est difficile d’infléchir sur les habitudes de ces créatures qui n’ont qu’une volonté, que les élèvent se sentent bien.

Le début du repas se passe sereinement. Monsieur Marama me parle d’une partie d’échec qu’il souhaite faire avec le professeur Weizerling. Je lui dis que vraisemblablement il pourra trouver un moment demain après leur cours respectifs.

Cela a commencé par un gémissement qui s’est amplifié de minute en minute que seul un sourd pouvait ignorer. C’était des pleurs et des cris d’effroi. Je me suis pourtant blindé à beaucoup de chose, cependant je dois avouer que les lamentations de Mimi Geignarde me collent des frissons glacés. Qu’est ce qui la met dans un tel état. Puis ce fut au tour de Peeves qui vient traverser la table en ras motte hurlant que Griffonel s’est effondré.  Une ambiance malsaine s’installe. Un groupe d’élèves où je reconnais Waynes, Wilder et Colman se lèvent. Ils sont rapidement suivit par d’autres. Je sais qu’ils se rendent aux sanitaires abandonnés de l’entre sol. Là où mimi Geignarde a établi sa maison. Les cris faisant que l’ensemble des élèves suit le mouvement pour aller voir ce qu’il se passe. Agacé je les suis. Personne ne m’écoutant quand je leur demande de rejoindre leur place.

Dans les sanitaires abandonnés, les lavabos sont disposés autour d’une colonne centrale. Mimi Geignarde est visiblement apeurée. Les élèves s’éparpillent. Ils cherchent ce qui lui fait peur. C’est là que je vois Wayne tourner autour des lavabos les sourcils froncés.

Quelle n’est pas ma stupeur et celle des élèves qui l’entendent murmurer dans un langages sifflant et persiflant une phrase qu’il semble lire dans les stucs décoratifs qui ornent la colonne centrale. Wayne parle en fourchelang sans même s’en rendre compte ! Je ramène un pan de ma cape devant moi dans un geste dérisoire de protection. Je n’ai pas le temps de le stopper quand il manœuvre une des roses de pierre. Le sol s’affaisse formant un entonnoir qui fait  glisser tous les élèves présents, les dirigeants vers de grandes bouches d’évacuation. Un à un je les vois disparaitre dans de larges conduits tapissés de mousse glissante.

Quand je lève ma baguette pour tenter un sortilège, il est déjà trop tard. Le sol a repris sa place, il ne reste plus aucun élève. Ils ont glissé je ne sais où.

- Mimi ! Qu’est-ce qu’il se passe ?

- Il est là !!!! Ouin !

- Qui !? Qui Mimi !

- Le basilic ! Ouinnnnnnnnnnn !

Je tente de manœuvrer la rose de pierre que Wayne a bougé. Mais sans l’incantation en fourchelang, rien ne bouge.

- Où sont allés les élèves Mimi ?

- Ils sont dans la chambre des secrets ! Ouinnnnnnnnnnnnnnnnnnn ! Je vais mourir !

-… Tu es déjà morte Mimi, déjà morte….

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Arès Kye Coleman

avatar

Humeur : Martiale
Messages : 796
Points : 750
Réputation : 78
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Sam 8 Oct - 1:05




Maison des SERPENSEURS



Les sons émanant du reste du dortoir constituent une mélopée éclectique aussi disparate que non mélodieuse.  Les bavardages se mêlent aux éclats de rire, les embrassades aux soupirs de déception ou de soulagement dans un tourbillon d'émotions aussi diverses que contradictoires. Le jet d'eau des douches égrène les pas des autres membres de la maison Serpenseur sur le sol pierreux et froid des installations souterraines. Durant une poignée de secondes, je plane tel un aigle au dessus du dortoir tandis que mes sens m'apportent un tableau aussi précis que possible de la biodiversité sorcière du dortoir. Un léger sourire finit par effleurer mes lèvres lorsque je distingue la voix de notre directeur de maison au dessus du brouhaha ambiant. Celui ci annonce les points que cette soirée de punition aura eu le mérite d'apporter. Malgré le désagrément notable de devoir remplir des corvées, nous arrivions à honorer la réputation de notre maison. Si, je souris c'est uniquement parce que malgré mon humeur sinistre en raison de ma bonne dizaine d'échecs pathétiques la fierté était un sentiment dont j'étais coutumier.

Certains sentiments vous viennent plus rapidement que d'autres. Cela dépend de la personne que vous êtes. Cela dépend du bois dans lequel vous êtes fait. Dans mon cas, soyez sur qu'il s'agit des négatifs et de la fierté. N'ayant pu disposé de la fierté de mes parents et encore moins la savourer, j'avais très vite pris l'habitude de me l'accorder par moi même. Après tout, on n'est jamais mieux servi que par soi même et celle ci affranchie des limites morales qu'avaient tendance à vous inculquer vos tuteurs était relativement proche de ma conscience atrophiée. Enfin, que de grandiloquent discours pour reconnaître que le fait que j'apportais une nouvelle fois ma modeste pierre à l'édifice de la domination des serpents sur l'école de magie Californienne parvenait modestement à me dérider l'espace de quelques instants. Je me relève doucement en continuant de guetter les événements de notre antre. Une fois assis sur mon lit à baldaquin je décide de ramasser le livre ce qui a pour effet de réveiller Orrin qui me gratifie d'un feulement, je tends ma main pour qu'il passe sa fureur d'avoir été délogé de sa litière improvisé. Mon petit lynx me griffe avant de se mettre à lécher son pelage avec application. Je ramène ma main devant mes yeux et ne la quitte pas du regard pendant que la légère plaie se referme avant de la laisser retourner à sa place.

Finalement, avant que je n'ai pu tourner une autre page du livre traitant des sortilèges de défense contre les forces du mal, une cloche se met à sonner nous annonçant par la même le début du repas. Je caresse machinalement le petit chasseur qui ronronne sous ma caresse me faisant ainsi comprendre qu'il ne m'en voulait déjà plus pour son réveil brutal. Puis, je vais récupérer ma baguette et la fourre dans ma poche avant de sortir de ma chambre et remonter le dortoir pour me rendre dans la salle commune. Oui, la porte avait été ouverte magiquement alors que je l'avais fermé. Peut être les elfes de maison, une ouverture magique automatique je n'en sais rien et je m'en moque. Mon nez me chatouille désagréablement et je regrette d'avoir des sens aussi aiguisés lorsque d'immondes remugles de puanteur douteuse l'atteignent insidieusement. J'atteins finalement la salle commune dans laquelle se trouve la plupart des membres de la maison verte et blanche. Je m'installe à la première table se trouvant devant moi. J'adresse un signe de tète à Chad, Matrim et Mickael qui s'y trouvent rassemblés. J'imagine que quitte à choisir je préfère me trouver en présence d'élèves confirmés de mon age. Les plats sentent divinement bon et semblent plus que conséquent. En fait, j'ai l'impression qu'il y a sur ces tables suffisamment de nourriture pour nourrir bien plus que la maison Serpenseur.

L'orphelin que j'ai été et ne suis plus en raison de mon adoption par Lucianna a le vieux réflexe de se servir avant le reste de la tablée. Comme si j'avais peur que toute cette délicieuse bouffe ne soit qu'une illusion ou qu'elle allait disparaître dès que je la toucherais. Une fois une impressionnante quantité de mets aussi divers que variés empilés dans mon assiette. Je remarque les regards amusés de mes partenaires de tablée et de corvée pour deux d'entre eux et me fends d'un haussement d'épaule tout ce qu'il y a de plus innocent. La faim qui m'avait quitté était revenu au triple galop devant le spectacle ragoutant de tout ces délices. Le repas se déroulait merveilleusement bien. Puisque, je me remplissais la panse avidement -ben quoi mes kilos de muscles sont artificiels peut ètre hein- avec une classe distinguée comme vous vous en doutez. Ce n'est nullement parce que l'on enquille une belle rasade de viande et de légume que l'on ne peut pas être maître des bonnes manières. Les préjugées ne peuvent pas s'appliquer à ma personne. J'écoutais d'une oreille distraite la conversation des deux amoureux et de leur ami, répondant lorsque l'on me sollicitait et souriais pour la forme. Il fallait reconnaître que le contentement de mon estomac y était pour quelque chose. Quoi qu'il en soit, la soirée s’annonçait calme et douce car peu nombreux étaient les rigolos prêts à s'attirer les foudres de Severus Argent. Ma dépression acariâtre m'ayant il y avait moins d'une heure de cela fait ressentir le désir de ne pas m'éterniser sur les bancs de Beaconlard avait fondue comme neige au soleil. La nourriture ça peut vous changer un homme ou le mener par le bout de la baguette. Pourquoi croyez vous que l'on mange bien dans les réunions d'affaire. Pour le plaisir de savourer. Non, parce qu'une bonne pitance influe sur l'humeur. Mais assez parler de nourriture et de mes cinquante degrés d'humeur sombre.

Cette soirée bien trop tranquille était vraisemblablement un mirage ayant pour objectif de nous faire baisser notre garde et nous acclimater à la folie ambiante. Un cri retentissant suivi de larmes et de pleurs attirent l'attention générale et bien vite tout le monde se détourne de son assiette. Les cris d'effroi sont saisissants et effrayants. Je pose mes couverts sur la table et sens un frisson glacé courir le long de ma colonne vertébrale. Durant une poignée d'instants, j'imagine une jeune fille verser toutes les larmes de son corps en souffrant le martyr et bien vite je ressens le besoin de me lever pour aller voir ce qu'il se passe en bas. Cette fois, je n'ai plus la moindre trace d' appétit pour le festin qui me paraît bien fade. Je sors mécaniquement ma baguette de ma poche en me disant que malgré notre relation extrêmement conflictuelle semblable à celle de deux amants passionnés tantôt s'aimant à la folie et tantôt se détestant avec hargne, celle ci ne m'abandonnerait pas en cas de coup dur. Mon regard croise ensuite celui de Chad puis de son compagnon et nous nous comprenons. Je me lève bien vite suivi des deux amoureux et me dirige vers la source des complaintes de terreur le loup et l'humain sur les pas. Je ne fais pas attention au mouvement du reste de la maison des serpents pas plus que je ne fais attention aux imprécations du professeur Argent. Ma nature de gardien me commande d'aller évaluer la situation avant de tenter de la régler et c'est d'un pas presque martial que je me précipite vers la source des cris. Le fait que la voix soit féminine me pousse également à accélérer le pas. Je vous arrête de suite je ne suis pas un foutu chevalier errant ou ce genre de connerie. Mais, le fait que je fasse des mauvaises choses à coté des bonnes au cours de ma vie n'efface pas le gentleman que je peux me révéler être.

Et puis, il n'y a rien de plus grinçant, d'inquiétant et de tragique que le pleur désespéré d'une jeune fille terrifiée. L'orphelinat se trouvait dans un quartier mal famé, j'ai pu faire face très tôt à la part la plus sombre de l'humanité. C'est pourquoi je rentre le premier dans les sanitaires abandonnés et m'approche de Mimi Geignarde. Elle a beau être un fantôme, elle est en cet instant une créature apeurée et je ressens une furieuse envie de la protéger. Peut être que mes déboires magiques me font prendre mon rôle de gardien bien plus au sérieux que je ne l'aurais imaginé et que je n'attends que de savoir ce qui l'a mis dans cet état pour pouvoir me défouler sur le coupable jusqu'à en être lassé. J'observe les élèves et les étudiants se disperser et chercher en restant pour ma part proche du fantôme et de Mr Argent qui l'interroge. Je ne fais pas attention à Mickael qui s'attarde sur les lavabos. Jusqu'au moment ou il se met à murmurer des phrases étranges qui ne me disent rien qui vaille et je lève ma baguette devant moi sans vraiment savoir pourquoi. Quelques instants plus tard, le sol s’affaisse et tous les élèves moi y compris donc tombent dans une sorte d'entonnoir glissant. Je glisse à toute allure entre Stiles et Caracole avant de percuter durement un sol de pierre lisse ancien.

Je peste sous le choc de l'impact et roule sur quelques mètres avant de me retourner. Toujours allongé, je me mets à observer les environs d'un œil méfiant. Des statues ornent les murs et deux bandes d'eau nous encerclent. Les statues sont impressionnantes mais je n'y prête pas plus d'attention que cela. Je me relève tant bien que mal en chancelant sur mes guiboles avant de retrouver l'équilibre. L'alarme de gardien se met à siffler à pleine puissance dans mon crane et un mal de tète monumental ne tarde pas à le faire vriller. Ça va. Ça va. J'avais compris que l'on était pas tombé dans le chapeau du lapin blanc d'Alice aux pays des merveilles. Mais, je prends en compte l'indication. J'observe les autres élèves de la maison verte et or d'un œil déterminé. Je n'ai strictement rien compris à ce qu'il nous est arrivé. Tout est allé bien trop vite même pour moi mais je sais que les protégerais du mieux que je le pourrais. Je veux dire. Je ne les connais pas, et n'ai pas spécialement envie de le faire pour certains. Nous ne sommes pas amis. Certains m'indiffèrent et d'autres m'agacent comme ce satané Therence mais la répartition a fait d'eux mes camarades alors quand bien même eux s'en foutraient comme d'une guigne de ma personne, je ne laisserais rien leur arriver. Je ne sais pas si cela constitue une extension de ma mission de gardien mais tant pis. Éludant les soupçons d'inquiétude et de peur qui me taraude ainsi que la désagréable impression d’être tombé dans un piège minutieusement préparé par quelque chose de puissant et de bien plus malfaisant que moi, je respire un grand coup pour garder mon calme et maintenir mon sang froid. Je jette un coup d’œil à Mickael qui se relève aidé de Chad. C'est de sa faute si nous sommes là. Mais pour le moment, le plus important est d'anticiper la moindre menace : Protego Horribilis.


© Fiche par Mafdet Mahes



Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 769
Points : 842
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Sam 8 Oct - 1:05

Le membre 'Arès Kye Coleman' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite' :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Severus Argent
Modérateur
avatar

Humeur : Irrité
Messages : 35
Points : 41
Réputation : 1
Date d'inscription : 11/08/2016
Localisation : Beaconlard

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Sam 8 Oct - 21:17




Maison Serpenseur
Petites précisions pour ceux qui pataugent dans les souterrains de la chambre des secrets…

Le RP est libre.

Vous pourriez bien croiser une des mues du Basilic, histoire de bien vous mettre en condition…
Il vous faudra affronter le grand serpent pour en sortir vivant.

Aucun griffonnel avec vous, donc pas d’épée magique. A vous d’être inventifs.

Regarder le Basilic dans les yeux n'est pas une bonne idée à par vouloir mourir de manière instantanée. Croiser son regard par le biais d'un reflet ne vous tue pas mais vous statufie.

Le Basilic est très craint par les araignées. Il n'a pratiquement aucun ennemi naturel sinon le coq, dont le chant lui est fatal.

Suivant vos avancées, le staff pourra matérialiser le Basilic avec l’intervention d’un PNJ
Cet Event est… potentiellement mortel.

Élevé et enfermé dans la Chambre des Secrets par Salazar Argent mille ans auparavant, le Basilic n'obéit qu'à ses descendants directs : être Fourchelang n'est pas suffisant. Bien que certains héritiers d'Argent se soient vantés haut et fort d'entendre l'énorme reptile, un seul élève a réussi à s'en faire obéir : Tom Jedusor...

Ne soyez pas en retard le lendemain matin pour les cours des professeurs Marama et Weizerling. Un Basilic ne saurait être un motif de retard !


© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/
Arès Kye Coleman

avatar

Humeur : Martiale
Messages : 796
Points : 750
Réputation : 78
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Là ou la paix n'est qu'illusion. Beacon Hills, California

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Dim 9 Oct - 17:48




Maison des SERPENSEURS

Mon premier réflexe est de lancer un sort de protection massif autour du groupe hétéroclite des serpenseurs afin de prévenir la moindre menace qu'elle que puisse être sa forme. Car menace il y a cela ne fait aucun doute. Je peux le sentir par tous les pores de ma peau comme je peux sentir l'humidité caverneuse de ces lieux. Ces lieux ressemblant étrangement à une antre. A la vue des rangées de statues en forme de serpent se faisant face le long de l'esplanade de pierre lisse sur laquelle nous avions atterri, il n'est pas difficile de deviner à quel type d'animal cette antre peut appartenir. Malheureusement et comme cela était indubitablement prévisible mon sort échoue pourtant cette fois cela ne se passe pas aussi simplement que les autres fois puisque je suis projeté en arrière avant de percuter une nouvelle fois le sol dur aux dalles sombres.

Je n'ai pas le temps de pester qu'une douleur vive me vrille le corps et le crane mais cette fois elle est naturelle et n'a rien à voir avec l'alarme de gardien qui prévient les gardiens à la fumée de l'ampleur de la menace qu'ils devront affronter. Le choc me fait douloureusement comprendre que ma volonté de protection de tout ce petit monde est vouée à l'échec et une colère sourde monte en moi. Une colère froide et glaciale comme ces lieux et non pas celle semblable au feu d'un volcan qui m'avait dévoré suite aux innombrables ratés lors de la punition du potager aux spectres. Une colère froide et glaciale comme le cœur de l'hiver ou le baiser d'un détraqueur. Le genre de colère qui était tout à fait capable d'animer un animal au sang froid tel que le serpent représenté par les nombreuses statues de pierre.

Une colère orientée contre moi même pour mon incompétence, orientée contre Mickael pour nous avoir expédié ici, orientée contre le corps professoral incapable de protéger les élèves, orientée contre mon désir de protéger une bande d'inconnus et enfin orientée vers cet ennemi dont je ressens la présence en ces lieux sans parvenir à me l'expliquer. Je sens quelque chose couler de mon crane au long de ma nuque. Quelque chose de visqueux et de chaud. La réalité perd de sa consistance autour de moi et je ressens comme une lancinante envie de fermer les yeux comme si mes paupières pesaient soudainement une tonne. Je lutte contre l'envie de m'abandonner, je lutte contre cette faiblesse terriblement humaine, je lutte de toutes mes forces avec l'énergie du désespoir. Non, je ne peux pas mourir ainsi ni ici au milieu de ces ténèbres douceâtres. Je ne peux pas perdre la vie à cause d'une garce de baguette défaillante. J'ai la désagréable impression d’être paralysé alors même que je tente de remuer le moindre membre de mon corps avec une furia sauvagement déterminée. J'ai envie d' hurler à plein poumon mais rien ne sort de ma bouche. Je fais abstraction des autres élèves qui ne me semblent de toute manière pas encore remis du choc initial alors ce n'est pas très compliqué.

J'ai envie de hurler que je suis un surnaturel et que je ne peux pas mourir ainsi mais la seule chose sortant de ma bouche est un modeste gémissement rauque et plaintif. Je ne veux pas mourir et ne peux pas perdre la vie, cela serait une terrible injustice. Mais la vie est injuste me susurre vicieusement la petite voix de ma conscience, tu es bien placé pour le savoir. Toi plus qu'aucun autre sait à quel point la vie est amère. Que des innocents meurent par légions tandis que les coupables vivent. Je ne peux pas mourir ainsi. Je suis un gardien, la puissance surnaturelle coule dans mes veines. Mais la voix reprend implacable, balayant mon refus et ma modeste résistance pourquoi vivrais tu toi et pas un autre. Hein pourquoi Arès ? Pourquoi le mériterais tu plus qu'un autre ? La vie n'est pas donné en fonction du mérite, nous ne sommes pas heureux en fonction du mérite. Les gens bien sont souvent ceux qui souffrent le plus et le plus durement. La joie est éphémère et traître. Je n'ai fait que me protéger. Je n'ai fait que devenir ce que ce monde faisait de moi. Il n'y a pas de justice ici bas je suis effectivement bien placé pour le savoir. C'est bien pour cela que les hommes espèrent qu'il y en aura une après la mort.

Je cesse de lutter et m'abandonne tandis que mes paupières se referment telle une chape de plomb sur mes yeux. Je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre. Ma nature surnaturelle devrait m’empêcher de mourir en raison de quelque chose d'aussi futile qu'un choc aussi violent puisse t'il être. Je comprends néanmoins bien vite que je ne suis pas en train de mourir puisque derrière mes yeux un monde s'anime. Je me trouve dans un couloir sombre et mal éclairé. Les murs nus paraissent anciens comme le monde. Une faible lueur semble émaner du bout de ce tunnel sombre et glacé. Je passe la main derrière ma tète pour vérifier mon état. Mais, je ne trouve aucune trace de sang ni de la moindre blessure. Dans le couloir au sol dallé des bruits de rats effacent la mélancolie du silence. Je ne sais pas quoi faire ni comment j'ai pu arriver là alors qu'il y a encore quelques secondes je me trouvais dans une pièce des souterrains d'Echoes house. Mon incompréhension est totale et je me mets à pivoter sur moi même pour tenter de trouver une sortie avant de palper les murs m'entourant et m'emprisonnant comme si je voulais m'assurer que j'étais dans un rêve ou un cauchemar.

Mais, les murs rêches et gris sont bien réels sous ma paume. Je laisse un frisson de peur me traverser. Il n'y a nul sortie en vue et j'ai beau me creuser les méninges pour tenter de trouver une explication à ce qu'il m'arrive. Je n'en trouve aucune de rationnelle ni d'acceptable. Alors, je me mets à suivre le chemin du couloir d'un pas mesuré. Dévoré par l'inquiétude, je n'ai d'autre choix que d'avancer et c'est ce que je fais à l'allure d'un condamné à mort. Au bout de la moitié du chemin, une mélodie s'élève dans l'air moite et humide du tunnel. Une mélodie fredonnée respirant l'amertume danse jusqu'à mes oreilles. Je presse le pas comme envoûté par ce son. J'y trouve quelque chose de familier sans parvenir à déceler ce dont il s'agit et la peur et la méfiance cèdent le pas à la frustration et l'interrogation. J'atteins finalement le bout du couloir et pose la main sur la poignée de la porte qui s'ouvre sans résistance. Je pousse la porte doucement et contemple le petit salon d'un œil circonspect. Dans une cheminée flambe une bûche. L'atmosphère est douce comparé à la froideur moite du couloir. Sur les murs des tentures de joli goût égayent les lieux. Un grand tapis pourpre tapisse le sol. Au centre de la pièce trône une petite table et quelques fauteuils.

Dans l'un de ces derniers se trouve un homme aux traits délicatement ciselés et élégants bien que marqués par l'aube de la vieillesse. Ses cheveux bruns se teintent ça et là de petites touches poivrés. Ses yeux sont d'un bleu clair saisissants et respirent la vivacité et l'intelligence calculatrice. Ils vous donnent l'impression d’être la proie d'un rapace. Une barbe de trois jours élude une cicatrice couvrant le bas de son visage de la joue droite à la naissance du cou. Ses vêtements sont noirs et de qualité. Un verre de ce qu'il me semble être du vin rouge trône dans sa main gauche. Il me fait signe de m'approcher et je m'avance d'un pas tranquille. Persuadé que malgré ce que m'indique mes sens tout cela ne peut être réel. La mélodie cesse lorsque l'homme clos ses lèvres. Je m'installe dans le fauteuil face au sien et le contemple avec avidité. Il y a quelque chose. Quelque chose d'inexplicable qui me taraude en le regardant. Les yeux bleu clair de l'homme se plongent dans les miens et semblent lire dedans. Jusqu'au moment ou ce dernier prend finalement la parole d'une voix grave brisant le silence pesant comme un millier d'éclats de verre s'éparpillant d'un miroir brisé. Cela faisait bien longtemps Arès. Aucune réponse de ma part. Allons est ce ainsi que l'on salue son père ?

Mes yeux s'écarquillent tandis que je suffoque alors même que l'air emplit machinalement mes poumons dans un ballet bien rodé. Un sourire se dessine sur les lèvres de l'homme. Comment est possible ? Que fais je ici ? Plus qu'un questionnement c'est une exclamation. Je veux des réponses sans être sur de réellement le vouloir. Les yeux de l'homme continuent de me scruter comme s'il m'examinait, cherchait quelque chose, m'évaluait. Le sourire de l'homme s'élargit : Rien n'est impossible et je t'ai attiré ici. Je réponds d'une voix éteinte dans un murmure en regardant mes mains : Pourquoi ? Le sourire de l'homme dans lequel je reconnais mes traits sans même comprendre comment s'efface peu à peu comme le soleil noyé sous les nuages. Parce que je voulais voir à quoi ressemblait mon fils.

Soudain la colère gronde en moi et je ne la retiens pas, mes traits se tordent de fureur tandis que je relève brusquement la tète. Si tout cela est vrai et pas un mirage de mon esprit torturé. Vous m'avez abandonné, vous nous avez abandonné ! La voix de l'homme est glaciale et indifférente lorsqu'il me répond : J'ai fait ce que j'avais à faire mon garçon. Ta mère Esmée Coleman était une non maj.  Pour la seconde fois mes yeux s'écarquillent d'eux mêmes et cette fois ma bouche s'ouvre de surprise. Il n' a aucun remord, ne ressent aucun regret. J'ai envie de lui arracher les yeux. Je le fusille du regard et ce dernier soutient mon regard sans ciller. Il reprend pourtant : J'ai aimé ta mère mais je ne pouvais m'unir avec elle. Je suis un sorcier de sang pur ce qui fait de toi mon bâtard. Mes oreilles sifflent et je m’apprête à lui sauter dessus pour lui fracasser la tète contre la table basse tant mon cœur saigne mais je m’arrête un instant. Le sang des sorciers est une question devenue anodine avec le temps à ce que j'avais lu. Seule une minorité extrémiste continuait de lui accorder une valeur démesurément essentielle. Non. Mon père ne pouvait être l'un d'eux. Non. Tu as  des difficultés à maîtriser la magie non ?  

Aucune réponse, mon regard est perdu dans le vide. Hagard et anéanti. Ses mots sonnent comme des rasoirs tranchants à mes oreilles. Je cesse de l'écouter et me réfugie dans le déni. Je suis en train de rêver. C'est un cauchemar. Je vais me réveiller. Tu as mon sang des les veines Arès et tu le sais. Non ! Cela expliquerait bien des choses mais je continue de refuser et de m’entêter dans mon refus comme si cela suffirait pour rendre tout cela faux. Assez de ces mensonges. J'en suis lassé. Ma mère est morte à cause de vous. Je vais vous tuer ! Le sourire revient sur les lèvres de l'homme plus éclatant que celui de tout à l'heure, un sourire de satisfaction intense, le sourire de la victoire. Un éclat de fierté dans ses yeux. Je sors ma baguette et la pointe sur lui. Au revoir mon fils me dit il. Avada Keda... Non! Je lève les bras en signe de protection mais l'éclat vert les traverse et...

Je me réveille en sursaut au milieu des autres serpenseurs toujours éparpillés aux quatre coins de la vaste pièce, certains sont en train de se relever tandis que d'autres sont déjà debout. Mon front est luisant de transpiration et je me demande comment il est possible que je me retrouve de nouveau ici et surtout que si peu de temps soit passé entre mon sort raté de tout à l'heure et maintenant. J'ai eu l'impression de marcher une bonne heure dans ce couloir. Je devrais être mort. Nageant dans l'incompréhension la plus complète, je m'assois et passe les mains derrière ma tète mais ma blessure a cicatrisée. Suis je en train de basculer dans la folie ? Je ramasse ma baguette tombée à coté de moi et la fourre dans ma poche. Une voix nouvellement familière résonne dans mon esprit. Sers toi de ta colère, c'est ta plus grand force et ta meilleure arme. Je me relève pour la deuxième fois de la soirée et observe la statue la plus impressionnante de toute sur le mur opposé. Celle ci représente la tète d'un homme âge, la bouche ouverte et les cheveux en bataille. Charmant. De l'autre coté, une porte gigantesque et bien voilà la sortie. Un bombarda maxima plus tard et on décarre de là. Fin, bon ça c'est beau sur le papier. Dans  la réalité, je ne bouge pas d'un iota et reste près de mes camarades de maison à l’affût du danger. Je finis par prendre la parole : Est ce que tout le monde va bien ? Sa majesté Garnet, les deux amoureux, l'écossais, Mat le photographe, Caracole et Stiles, les filles ?

© Fiche par Mafdet Mahes



Why do we fall sweetheart ? To learn everytime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 832
Points : 956
Réputation : 140
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Dim 9 Oct - 22:43




Maison des SERPENSEURS


- Les laisser te bouffer nous donnerais de l’avance, réplique Wayne sur une idée pour se débarrasser des rats géants qui nous assaillent dans les sous-sols. Son air sérieux qui ferait douté de ses intentions ne fait qu'accentuer mon irritation. Quoi qu’ils n’apprécieront pas ton cuir de seconde zone même si tu t’es imprégné des odeurs qu’ils affectionnent.

Tss... Il m'agace!

Nous avons finalement réussi à nous en tirer. Décocher autre chose qu'un grognement rustique au Rusard aurait été idyllique, mais on ne nous a pas fait de reproches sur nos performances, alors je considère que le travail a été accepté à sa juste valeur. Ce que le professeur Argent confirmera à notre retour. Avec tous les points que j'ai récolté pour notre maison, qu'on ne vienne pas me reprocher d'en faire perdre quelques-uns à l'avenir!

Sur le chemin du foyer Serpenseur, je repense à notre excursion. J'entends encore le craquement de la bête à l'intervention de Wayne. Pas d'étincelle, pas de formule, juste son bras et son genoux qui viennent à bout de la monstruosité. Et il ose dire qu'il n'est pas un extra-terrestre?! J'en suis resté sidéré, et bien décidé à passer sous silence cette aide difficile à assumer. Heureusement que Cormier est là pour rendre le séjour à Beaconlard divertissant. A son murmure sur l'indispensable deuxième victime de notre farce, je me fend d'un sourire de diable qui s'atténue avec un regard en biais conquis quand il poursuit sur une énième pique à laquelle je lui répond d'un coup d'épaule. Je lui montrerais, moi, comment je suis plus que du tape-à-l’œil!

Enfin à la maison. Argent nous accueille en annonçant nos points respectifs. Je lève les bras en l'air, deux V de la victoire visible mais muet à l'annonce de ma trentaine. Je les bats tous et m'en félicite, mais je leur épargne tout cinéma. Je suis trop vanné pour ça. Et le prof Marama en guise de nouveau porteur, la peste à fourrure est là, elle aussi... Elle nous regarde tous un par un, et quand elle pose ses yeux sur moi, je jurerais les voir se plisser et ses babines former un sourire de Chechire satisfait... Insupportable. Dire que j'ai hésité, vraiment hésité en sortant, à lui rapporter un petit rat. Une sorte de trêve entre elle et moi, pour repartir du bon pied. Puis je me suis imaginé lui faire une offrande et mon ego s'est insurgé. Elle n'arrête pas de me provoquer!!! Et puis un humain, sorcier de surcroit, s'abaisser à servir un minet?! On aura tout vu! Que la Teigne ailles les chasser elle même ses souris! Je la fusille d'un méchant regard en me disant qu'elle mériterait d'être pétrifier la peste... J'ai la baguette qui me démange, mais je passe mon tour. Je ne suis pas pressé de retourner nettoyer les égouts ni subir le courroux de Rusard! Je veux conserver mes écoutilles intactes...

Soupir quand je vois les amoureux enlacés l'un à l'autre, l'un qui empeste les égouts, et l'autre couvert de quelques reste de... truc gluant. Je lève les yeux aux ciel et profite qu'ils relâchent leur câlin pour leurs passer entre en bousculant franchement Wilder. Fallait pas rester au milieu du passage! J'ai un besoin urgent de prendre une douche. Mais avant...

Je ne suis pas mécontent d'avoir pris une chambre en solo. Je tire la tête dans le couloir m'assurer que personne ne vienne me déranger et ferme la porte dans mon dos avant de plonger la main dans ma rob...
Qu'est-ce que c'est que ça? Une plume sur mon lit? Minute... j'ai déjà vu des élèves s'en servir... Ooh... Ça sent le rappel de punition. C'est ballot, faut que j'aille faire ma toilette et me remplir l'estomac. L'idée que si je n'ai pas moyen de faire ma punition aujourd'hui la sentence sautera peut-être me traverse agréablement l'esprit. Car ce soir, j'ai prévu de m'attarder sur autre chose...
Je me dirige près de la fenêtre où quelques rayons de lunes commencent à filtrer en fouillant dans mon manteau. Rien ici... rien là... Où est-ce qu'elle est passé? Je me tortille, palpe mes flancs, ouvre grand les pans de ma cape, tourne sur moi même pour regarder au sol... La carte, je l'ai plus sur moi!!! Impossible, j'ai pas pu la perdre! A moins que...
En bas, lorsque j'ai bousculé Wilder... Je me gonfle de colère avant de faire volte face vers la porte.

-...Le s*lop!!!


-C'est toi qui me l'a prise!

Je déboule comme une furie pour chopper Wilder au col.

-Qu'est-ce que t'en a foutue?!

A le voir, on dirait que c'est moi qui fait un nouveau caprice. Je raffermis ma prise et rapproche mon nez du sien pour murmurer avec colère.

-J'ai besoin de cette carte!

Je déconne pas! Je pourrais faire sans, c'est vrai, mais c'est une aubaine trop avantageuse pour que je la laisse filer aussi facilement! Ça l'amuse? C'est une énième vengeance?! Oh! Qu'il me laisse deviner : c'est comme pour les fenêtres des dortoirs pour lesquelles je me suis fait prendre, il n'y est pour rien! Il n'a rien manigancé, c'est ça? Wilder est toujours blanc comme neige, évidemment!
Une intervention me dissuade de poursuivre. Wayne... jamais loin de sa moitié celui-là. Je lâche le loup avant que le héro ne m'extirpe de force et prend la route vers les douches, mais pas sans l'avertir.

-Je la retrouverais Chad!

Où qu'il l'ai caché!
...A moins que je ne tombe sur ce que je convoite avant.


Je me shampouine vigoureusement sous le jet. L'eau me réchauffe et détend délicieusement mes muscles, mais dans ma tête c'est bien différent. Il y a Wayne et Wilder évidemment, mais ils ne sont pas les seuls à me faire redouter mon année ici. Je n'ai pas manqué de chance pour frimer devant mes camarades et leur arracher un peu de considération à défaut de leur pleine reconnaissance. Mais la chance me sourira t-elle toujours quand il sera question de faire face à mes prospections?... Je commence à douter. Aussi plaisante que soit la vie à l'école, avec ses rivalités et ses amusements, je ne pourrais pas partir d'ici plus comblé que je n'y suis arrivé si je m'en tire sans l'essentiel que j'y recherche. Et ce Hasard dont on nous rabâche les oreilles et que l'on présente tantôt neutre, tantôt arbitraire et dont je préférerais renier l'influence m'inquiète plus que je ne l'admet.
Je retourne à mes affaires en m'essuyant, et j'en tire le flacon au liquide ambrée pour le faire rouler dans ma main, pensif. Mon arrogance et ma baguette ne suffiront peut-être pas à l'emporter sur les obstacles et les aléas. Alors fort d'un désir opiniâtre, je suis prêt m'imposer sur le destin. Quitte pour cela à devoir compter sur une Chance incontestable...
Qui ou quoi qui ce mette en travers de ma route, je ne sortirais pas dépourvu de Beaconlard.
Je referme mes doigts sur la fiole et la ramène précieusement dans ma poche.


C'est propre et frais que je rejoins mes camarades pour le souper. C'est un véritable festin qui nous attend, une récompense sur laquelle je ne crache pas après la journée qui vient de s'écouler. Entre les cours à rattraper au vol, les punitions dignes d'un jeu survivaliste, et les mauvaises farces de certains... Je garnis généreusement mon assiette en poussant un grand soupir contenté. Reprendre des forces a le mérite de calmer un peu mes humeurs. Pouvoir charrier mes camarades aussi. C'est le moment d'échanger nos expériences de la journée. J'imagine avec amusement Arès et Matrim improviser des valses au beau milieu d'un potager avec une petite griffonnelle. Je charrie MacAuley en tête à tête avec Severus pour son heure de colle. J'ignore les amoureux dont je m'imagine déjà aller fouiller la chambre pour retrouver mon bien. Puis pour me consoler, je fais croire à Caracole qu'il lui reste une tache sur le coin nez, et me retourne consécutivement vers Stiles que... que je m’abstins de trop chercher en fait. Sait-ont qu'il ne me refasse pas le coup du possédé...

-C'est quoi ce truc?... demandè-je aux couinements qui retentissent de quelque part dans le bâtiment.

Soupçonneux, je penche la tête pour regarder du côtés des filles, bien trop discrètes à mon gout. Ça ne m'étonnerais pas que l'une d'elle se lamente en geignements suraiguës aussi pénibles. Mais nous sommes tous d'accord pour convenir que les pleurs ne viennent pas de chez nous...
Les pleurnicheries deviennent des sanglots craintifs puis des déchirements, et c'est un spectre qui nous assaille maintenant en gueulant que "Griffonel s’est effondré". Quoi? Je songe avec sérieux à Cormier et ses potes, O'Conner, Hale, le prof wendigo et la compagnie des rouge. Il entend quoi par là? Je cherche les réactions de mes camarades de droite, de gauche, quand Wayne, Wilder et Coleman se lèvent tout trois pour quitter la salle. Je suis prestement le mouvement, décidé à comprendre ce que c'est que cette pagaille.

Les pleurs nous amènent à un rencart général dans les toilettes des filles... je pouvais imaginer pire. Mis à part que les dites toilettes sont investies par un affreux lamantin à couette ectoplasmique. Enfin, si on peut trouver ce qui l'a fera cesser de crier... je cherche avec d'autres, mais tout ce que je croise, c'est nos semblant de reflets qui s’agitent dans les glaces poussiéreuses.
J'approche prudemment de l'une d'elle et l'essuie de la manche en faisant fi du reste de la classe, quand un long et troublant susurre me fait ciller. Nous fait tous ciller...
... Wayne? Mais qu'est-ce qu'il fout, sérieux? Je ne sais pas s'il est ridicule ou flippant à persiffler devant les lavabos dont il suit scrupuleusement les ornements des yeux. On dirait qu'il est ailleurs...

Je le vois distinctement toucher à une pierre quand soudain, le sol s'ouvre sous nos pied et nous engloutis sans nous laisser le temps de comprendre.

Woooooh m*rdeuuuh!!! Mon cri se perd avec celui de mes camarades, jusqu'à être expulsé du boyaux pour m’aplanir à grand plongeon sur une surface molle. Humph!... Ça va, c'était pas si douloureux... Oh, j'ai atterri sur quelqu'un. Aouch!!! Et je me fais écraser par quelqu'un d'autre!!!
Je me dégage en repoussant des coudes la charge qui m'écrase et me démêle de mon coussin d’atterrissage pour me remettre debout et m'épousseter rapidement. Où est-ce qu'on a atterri? Pas encore des égouts?!! Pas après y avoir trainé dedans pendant une heure?!...
Ça ressemble bien à des canalisations, mais que ce soit à cause de l'agitation incertaine qui règne à la surface ou un mauvais pressentiment général, la situation n'a rien de comparable avec notre excursion folâtre de plus tôt... et je n'aime pas du tout ça!

Je me tourne vivement vers le fautif.

-B*rdel, Wayne! Qu'est-ce que t'as foutu?!!

Il a sifflé, manipulé cette rose, et ça nous a tous envoyé ici! Et pour une fois, je suis pas le seul à pouvoir m'en plaindre!

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar

Humeur : toujours joyeux
Messages : 961
Points : 1030
Réputation : 46
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 28
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Lun 10 Oct - 20:23




Maison des SERPENSEURS



Je me lave sous la douche sans attendre. Je reste un long moment sous l’eau pour supprimer toute cette mauvaise odeur qui m’a empêcher de voir mon ptit ami, et ainsi sentir bon, pour Liam et les gens avec moi dans la salle et repense à mon petit ami. Ne pas avoir pu l’embrasser, l’avoir dans mes bras m’a fait un choc. J’aurai aimé qu’il me prenne dans ses bras et me réconforte un moment.

J’éteins l’eau, me regarde dans un miroir et me sens juste après. Les shampoings, les gels douches, j’ai utilisé tout ce que je pouvais trouver pour me débarrasser de l’odeur. L’homme que j’aime est un loup garou et sentirait la moindre mauvaise odeur assez vite.

Je souris une fois le tout fini et sors de la salle de bain commune. Je m’approche de la table pour manger quand, j’entends Therence me dire par moquerie. « T’as encore une tache. »

— Toi aussi. Une tache blanche sur ton pantalon, dis-je ne sachant même pas si s’était vrai.
Je m’attable à côté de Stiles, et lui parle de la journée, de Liam qui était parti sans me faire un câlin et même si je le comprenais, j’avais un peu mal.

Je lui souris jusqu’à ce qu’une voix vienne nous réveiller. Un bruit que je ne comprends pas du tout, il provient de je ne sais où et je m’en fou un peu. Puis les larmes d’une fille nous arrivent aux oreilles. Tout le monde se lève et moi je reste là, sur place. Un fantôme arrive et hurle la pire des choses à mes oreilles.

Je regarde Stiles apeuré sans me soucier de ce qui se passe à côté de nous. J’ai le cœur qui bat, ma respiration se fait saccadé et je ne contrôle plus rien.

Griffonnel est tombé ? Liam ?

Je secoue la tête. J’ai chaud et panique. Une mauvaise chaleur, totalement diffèrent de quand je suis avec Liam, dans ses bras et autre. Impossible, Liam est un battant. Il s’en sort toujours. Je n’arrive même pas à imaginer un monde sans lui, c’est juste impensable.

Je serre ma chaise pour me calmer.

— Liam, dis-je en me tournant vers Stiles qui me rassure juste après.

Il use des mêmes arguments que je me suis donné pour m’encourager.

Je m’apprête à m’éloigner quand je vois Mick partir vers le cri, suivant par tout le groupe. Que dois-je faire ? L’envie d’aller aider Liam est plus fort que tout, mais je suis bousculé par la troupe qui m’oblige à aller vers les toilettes.

Mick soudain, parle une langue inconnu dont je ne comprends pas un traite mot de ses idées. De toute façon, j’ai pas la tête à tenter de le comprendre.

— Liam, dis-je une dernière fois avant d’être happé par le trou que vient d’ouvrir Mick.

Therence hurle contre lui et j’ai presque envie de le faire aussi. Sauf que j’ai l’impression que Mick n’est pas dans son état normal. Pourquoi je n’en sais rien.

On tombe, comme dans les manèges des fêtes foraines, sauf que là, on en sait pas où l’on vas et personne nous arrêtera une fois le temps terminé. La descente est longue, comme si on se diriger vers les enfers. Une chute qui m’éloigne de lui.

Liam je reviendrai quoi qu’il arrive, pensé-je pour me rassurer.

J’essaie de capturer une de mes chaussures pour prendre l’arme qui s’y trouve. Hélas sans succès. Je me laisse alors tomber, sans vraiment hurler, habitué par ce genre événement.
Même si je déteste mon tuteur et tous les gens qui le connaissent aimeraient le voir disparaître de ma vie, il m’a au moins donné le moyen de me défendre et de ne pas crier face à n’importe quoi… Ouais, ça serait plus intéressent de ne pas avoir connu tout cela.

J’atterrie sur un tas de boue et de chose et me laisse choir. Je tente de me calmer et le seul moyen et de savoir comment sortir d’ici…

Inconscient un cours instant, je touche le sol. C’est étrange, dégoûtant. Des os craquent sous mon poids.

— Quelle horreur. Pff, moi qui étais propre pour aller voir Liam, et nous revoilà dans les égouts et les rats…

J’attends la voix d’Arès et lui dit que je vais bien.

— Stiles ?

Je le cherche. Où est-il ? Pourquoi il fait si sombre ici. J’active mes yeux et le vois non loin. Je le secoue pour le réveiller. Je m’inquiète, sens mon estomac se soulever.

— Hey, tu as vécu pire que ça réveille-toi mon ami.

Therence se lève après s’être pris quelqu’un et hurle contre Mick.

— Hey Stiles, réveille-toi. Il faut partir d’ici et aller sauver Liam.

Bon sortir. Oui, mais comment ?

— Au faite, on est où ? Comment on sort ? Tu connais cet endroit Mick ?

© Fiche par Mafdet Mahes



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barbara Walker

avatar

Humeur : Sanguinaire.
Messages : 253
Points : 303
Réputation : 35
Date d'inscription : 02/01/2015
Age : 18
Localisation : Derrière toi.

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Lun 10 Oct - 21:03




Maison des SERPENSEURS



Il n’y a personne au début du repas, et pourtant, j’ai pris mon temps pour me doucher et me préparer avant de finalement redescendre, histoire d’avoir l’air à peu près présentable après une telle journée. Avoir les douches pour moi toute seule fut une pure bénédiction, n’aimant pas que quelqu’un vienne m’épier pendant l’un de ces moments. Enfin, il y a quelques professeurs dans la salle, mais Abramov n’est pas venu de la journée, sans que je ne sache où elle est partie, et donc je me retrouve toute seule pour manger, ce qui n’est pas plus mal après le fiasco qu’a été cette journée. Rater le cours de métamorphose ne m’a fait ni chaud ni froid, mais rater ma potion, une potion qui semblait si simple à créer, a été le coup de grâce, et je pourrai me venger sur quiconque viendrait me titiller ne serait-ce qu’un peu. D’ailleurs, je devrais peut-être mettre la main sur Garnet ou O’brien, ils pourraient bien m’être utiles ce soir. Mais il me semble que la plupart des verts et argent sont en heures de colle ce soir, pour encore un petit bout de temps. Je roule des yeux, parce qu’ils sont tous bien incapables de se tenir convenablement pour une petite journée. Leurs conneries vont nous faire perdre des points bêtement, même si nous sommes déjà bien en avance comparé aux rouges et or, et il ne faut jamais se sentir victorieux avant la toute fin, c’est bien une erreur de débutant. Mais manger seule n’est pas si mal tout compte fait, il n’y a personne pour venir me parler alors que je n’ai envie de parler à personne, ou venir se coller à moi alors que je déteste qu’on vienne dans mon espace personnel.

Mais ce moment de pur bonheur s’arrête instantanément lorsque ceux qui étaient en colles reviennent. Je savais que j’aurais dut me dépêcher de prendre ma douche et venir manger plus tôt, pour ne pas avoir à les voir ce soir. Je soupire et continue de manger calmement, faisant abstraction du bruit qui vient d’arriver dans la salle. Ils ne peuvent vraiment pas être plus discret, ou quoi ? Et c’est quoi ce couinement ou je ne sais quoi, c’est bien trop désagréable à mon goût. Est-ce qu’une fille commence déjà à se plaindre ? Ça ne m’étonnerait même pas.

« C'est quoi ce truc?... »  J’entends la voix de Garnet résonner et fendre les pleurs. Il nous regarde, moi et les filles, comme si nous pouvions sortir des trucs aussi pathétiques que ces couinements de nos gorges. Je hoche un sourcil. « Me regarde pas comme ça Garnet, si de tels bruits sortaient de ma gorge je me la trancherai tout de suite. » Je tends tout de même l’oreille, curieuse de savoir ce qu’il va se passer. Apparemment un Griffonnel vient de tomber, sympa, enfin un peu d’action. Je veux savoir ce qu’il se passe, je gigote un peu histoire d’écouter un peu plus. Et puis tout le monde se lève, et je suis le mouvement lorsque les sanglots deviennent de plus en plus déchirants. Qu’est-ce qu’il se passe ici ?

Les pleurs conduisent tout le petit groupe vers les toilettes des filles. Sérieusement ? Les toilettes des filles ? L’endroit le moins inventif pour venir pleurer, vraiment. Je soupire. Sûrement une gamine qui s’est fait plaquée est venue crier son désespoir ici, pas de quoi en faire un drame. Pourtant je reste avec le groupe, qui sait, peut-être que la suite pourra être intéressante et égayer ma journée maussade. Il y a un fantôme qui pleure pourtant, j’en ai entendu parler de celle-là. Et puis Wayne commence à parler, d’une langue inconnue à mes oreilles, qui ressemblent à un sifflement, et qui est très désagréable à entendre. Je frissonne. Ca n’annonce rien de bon tout ça. Et puis soudain, la terre se fend sous mes pieds, et un cri aigue sort de ma gorge lorsque je me sens tomber. J’entends les corps tomber à un à un par terre en bas, contre le sol dur. J’atterris sur une surface un peu molle, un corps je suppose, et j’essaie d’en redescendre avant que quelqu’un ne me tombe dessus à son tour.
Les élèves s’injurient un à un.

« B*rdel, Wayne! Qu'est-ce que t'as foutu?!! » Garnet, toujours très classe bien  entendu.
« Au faite, on est où ? Comment on sort ? Tu connais cet endroit Mick ? » O’brien, toujours aussi perdu, même dans un moment de pur panique. Réveille-toi garçon.
« Est ce que tout le monde va bien ? Sa majesté Garnet, les deux amoureux, l'écossais, Mat le photographe, Caracole et Stiles, les filles ? »  Coleman prends à son tour la parole.
« Aussi bien que quelqu’un qui vient de tomber dans un trou. » Je réponds en roulant les yeux au ciel.


© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 870
Points : 893
Réputation : 75
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Lun 10 Oct - 21:19




Maison SERPENSEURS
Je ne suis pas fâché de retrouver Mick, même s’il sent la poubelle. Il pourrait être vêtu de nippes et sentir les immondices, il reste celui que j’aime. Il est mon âme sœur. Quelques soient les dimensions où nous pouvons aller, nos deux âmes sont irrémédiablement attirées l’une vers l’autre. L’absolu de notre amour en fait grincer plus d’un comme Garnet qui ne se prive pas de me bousculer. Autant je me moque de la boue qui macule Mick, autant celle de ce roitelet de cours de récréation m’insupporte. Je lui rends son coup d’épaule avec humeur. Il ne va pas finir l’année entier !

L’intermède désagréable est vite oublié quand je plante mon regard dans celui de Mick. Par égard pour notre ami photographe, nous stoppons là nos effusions de couple et remontons dans notre chambre. Je n’ai jamais autant apprécié la fenêtre que j’ai créée. Le lieu auquel elle coïncide est en hauteur et encore baigné par le soleil couchant, amenant dans notre dortoir plutôt gris une belle lumière chaleureuse et mordorée.

Nous quittons nos capes pendant que nous racontons ce que nous avons fait. Je m’esclaffe encore quand Matrim raconte comment il a photographié des spectres à poil. J’apprécie notre ami pour sa faculté de voir du bon ou du drôle dans ce qui ne l’est pas. Je raconte les déboires d’Arès avec sa baguette et la bonne humeur de la jeune griffonnel. D’une punition, nous avons réussi le tour de force de passer un moment pas trop désagréable. A la moue contrite de Mick, je devine que cela n’a pas été une partie de plaisir pour lui. Je vais pour lui faire un câlin que revoilà Garnet qui débarque comme une furie. Ça lui irait bien comme surnom furie !

-C'est toi qui me l'a prise! Braille le mini bichon en me saisissant au col.

Sa seigneurie des bacs à sable a trop respiré du pet de rat ou quoi ?! Je grogne en montrant les crocs !

- Qu'est-ce que t'en a foutue?! J'ai besoin de cette carte! Me beugle-t-il son nez presque collé au mien.

- Si t’a un souci pour retrouver ta chambre Garnet, cherche sur Google Maps !

Sérieux il est grave lui ! Je pense qu’on devrait l’envoyer dans les étages d’Eichen house et non ici !

-Je la retrouverais Chad!

- Taré ! Cherche donc dans ton c** !

Ce type est une invitation au meurtre ! Je ne peux pas piffer sa gueule, j’en deviens grossier, ce qui n’est absolument pas mon habitude. L’inimité est telle que cela en devient physique.

La prochaine fois je lui soude les dents du bas avec celles du haut d’un bon coup de poing. Mick me frotte le dos pour me calmer.

- Non mais sérieux Loulou ! S’il venait à disparaitre… la vie serait bien plus paisible…

***

Nous sommes enfin à table. Nous avons eu le temps de nous laver. La soirée s’annonce tranquille. Arès se joint à nous, attiré je le pense par la maturité de notre tablée avec Mick et Matrim. En tant que loup, j’ai un solide appétit, mais notre ami le tigre me fait passer pour un petit mangeur. Il répond par un haussement d’épaule à nos sourires amusés de le voir charger son assiette comme si le temps de manger nous était compté. L’avenir allait lui donner raison. Mais pour le moment nous partageons sereinement un repas que nous apprécions tous.

***

Des pleurs déchirants font lever le nez des surnaturels de la maison Serpenseur. Puis c’est au tour des humains de les entendre. Il y a une terreur qui module la voix de la fille qui geint. Une terreur qui est contagieuse. Nous nous regardons Mick, Arès et Mat’. Ce n’est pas normal, Arès s’est levé, nous le suivons.

Les pleurs nous emmènent dans une aile abandonnée du sous-sol qui nous sert de maison. Nous découvrons le fantôme d’une fille dans ce qui sont des sanitaires abandonnés depuis longtemps. C’est quand nous nous approchons de la colonne centrale que je remarque que tous les élèves nous ont suivi. Mimi geignarde pleure disant que nous sommes tous foutus. Je ne comprends pas ce qu’elle essaye de dire entre ses sanglots, puis la voix de Mick s’impose à mes oreilles. Je frissonne de répulsion. Il parle dans une langue étrange faite de sifflements. Je l’ai déjà entendu parler ainsi pendant son sommeil, mais je n’ai jamais osé lui en parler. Ce phénomène était apparu après que son tatouage se soit matérialisé sur sa peau. Nous avions compris par la suite que le serpent d’encre est également son familier. D’ailleurs, maintenant que j’y pense, lors de notre douche, sa peau était vierge de tatouage. Je cherche du regard le serpent de Mick quand il a fini de faire le tour de la colonne.

- Non ! N’appuie pas…

Méthodique Mick exécute ce que les inscriptions que lui seul peut lire lui dictent de faire. Il n’exécute pas bêtement, il cherche simplement à comprendre. Seulement sa manœuvre nous entraine tous dans une glissade dans un lieu inconnu. Je sors mes griffes pour freiner notre chute dans un grand tuyau visqueux. Mick s’est accroché à moi et j’ai la semelle de Matrim qui m’écrase l’épaule. Quand nous arrivons enfin en bas, j’ai juste le temps de les dégager de la bouche de sortie pour qu’ils ne se prennent pas les autres élèves sur la tête.

- Est ce que tout le monde va bien ? Sa majesté Garnet, les deux amoureux, l'écossais, Mat le photographe, Caracole et Stiles, les filles ?

- Les amoureux vont bien, dis-je. Matrim aussi.

- B*rdel, Wayne! Qu'est-ce que t'as foutu?!! Hurle Garnet.

- Par contre Garnet est bien vivant… dommage, dis-je mauvais.

- Aussi bien que quelqu’un qui vient de tomber dans un trou, clame Barbara.

Le premier qui ose s’en prendre à Mick aura un loup garou à gérer ! Ça couine de toute part. La chute a été rude. Arès et James semblent faire office de premiers secours en aidant ceux qui se sont fait mal ou qui se sont mal réceptionnés. Ils rassurent les filles. Mick me dit que l’endroit ne ressemble pas aux sous-sols où il a fait sa punition. Nous sommes à l’embranchement de trois couloirs, ou plutôt de trois tunnels vu leur forme arrondie. Mick secoue la tête un peu perdu. Je lui demande la traduction de ce qu’il a lu à voix haute.

- Ouvre-toi, me répond-t-il.

- Simplement ça ?

- Oui…

Ne pas paniquer ! La voix de Garnet qui s’insurge d’être à nouveau dégueulasse ou que nous n’avions pas à le mêler à ce merdier m’insupporte tant que je m’approche de lui d’un pas vif et lui colle le bout de ma baguette dans une des narines, l’obligeant à lever le menton et se mettre sur la pointe des pieds.

- Nous sommes tous dans la même galère, donc soit tu fermes ton clapet, soit on t’abandonne à ton sort, seul.

Fusillade de regards que la douleur dans son naseau me fait gagner. Il marmonne une sentence de mort, je laisse poindre mes crocs. J’arrête cette bataille puérile quand je devine qu’Arès va intervenir.

Je me détourne et vais voir à l’entrée de chacun des trois souterrains. Rien ne les distingue des uns des autres. Nous pourrions nous disperser en trois groupes, mais je crois que ce n’est pas une bonne idée. Mimi Geignarde avait vraiment l’air terrorisée. Mick me tapote l’épaule et me montre quelque chose qu’il tient dans sa main. C’est un morceau de mue de serpent. Morceau qui n’a pas une taille… raisonnablement envisageable pour un serpent ordinaire même balèze.

- Ok ! Je propose que nous restions groupés et que nous prenions le tunnel de gauche pour commencer.

- Et pourquoi pas celui du milieu, demande une voix que je déteste.

Mick lui montre ce qu’il a dans les mains, il l’a justement pris dans le tunnel du milieu. Je ne voulais pas effrayer les autres avec ça, mais l’emmerdeur public numéro un n’en loupe pas une. Je croise le regard de Stiles, étonnement il est calme à comparer des autres apprentis que l'effroi saisit. Peut-être ne se rend-il pas compte du danger ?

- Avec Mick nous passons devant. James ? Arès ? Vous voulez bien couvrir nos arrières ? Chacun sort sa baguette. On va s’y prendre comme dans un labyrinthe. On prend le tunnel de gauche et on tourne toujours à gauche. On finira bien par trouver la sortie.

J’ai confiance dans la puissance d’Arès. Il n’a peut-être pas de chance avec les sorts, mais c’est un surnaturel redoutable. James n’est qu’un humain, mais il semble avoir de la ressource et le caractère pour affronter les situations difficiles.

- Mat’ ? Reste pas loin de moi et Mick. Tu as bien ton appareil photo avec toi ?

Le mentaliste confirme avoir son Canon. Il me demande à quoi cela pourra nous servir. Je ne réponds pas tout de suite, ordonnant mes pensées. Le serpent de Mick s’est fait la malle. Mon fiancé a trouvé une mue de serpent dont le gabarit donne un intérêt évident à ces tunnels arrondi. Je frissonne à l’image qui éclot dans mon imaginaire. L’ouverture qui nous a conduits ici s’ouvre avec le fourchelang. Je parie qu’à la sortie ce sera la même chose. Quant à l’appareil de Matrim, je viens de me rappeler des capacités de la Gorgone… Je ne sais pas encore comment, mais j’ai le pressentiment que Mat’ peut nous sauver la mise.

- Je ne sais pas, une intuition que j’ai besoin d’étayer Mat’. Avançons.

Je joins le geste à la parole et m’avance dans le couloir sombre et humide. Mick ? Tu peux nous faire de la lumière ? Pensant qu’il lance un sort d’éclairage, je formule le sors qu’Arès avait tenté quelques instants avant. J’espère que nous ne serons pas trop pénalisés par les échecs qui j’en suis sûr ne viennent pas du sorcier qui échoue, mais d’autre chose. Nous avons aussi notre potion. Je pense qu'il va falloir la garder pour un ultime sort, quelqu'il soit.

- Protego horribilis.


© Fiche par Mafdet Mahes



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 769
Points : 842
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Lun 10 Oct - 21:19

Le membre 'Chad Wilder' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite' :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 870
Points : 893
Réputation : 75
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Lun 10 Oct - 21:50




Maison SERPENSEURS
Mon sort s’apparente à un bouclier. Il devrait nous éviter de nous faire surprendre et nous laisser le temps de riposter. Enfin je l’espère. La baguette de Mick nous éclaire. Le sol est fait de pavés plutôt glissants. Je jette un œil en arrière pour voir si ça suit. Je compte sur Arès et James en serre file. Il faut que nous restions groupés pour être certain de ne perdre personne. Comme convenu je tourne à gauche à la première bifurcation. Dans mon dos ça murmure sur ce qu’il faudrait faire. Quelqu’un dit que lorsqu’on est perdu, il ne faut pas bouger et attendre qu’on vienne nous chercher. Sans me retourner, j’explique mon point de vue.

- Ne pas bouger, c’est donner une chance à l’occupant des lieux de tomber sur nous. Et il me semble que Severus Argent ne s’est pas empressé de sauter pour nous rejoindre ! Mais s’il y en a qui sont partisans de ne pas bouger, libre à eux de faire demi-tour et d’attendre une vie ou deux que le ciel s’ouvre au-dessus de leur tête.

Je suspecte Garnet de tenter de monter les autres contre moi. S’ils n’ont pas compris que c’est notre vie que nous jouons, je ne vais pas tenter de sauver les gens malgré eux.

Forcément, ma façon de procéder nous conduit à des culs de sac, et l’avant de la file croise l’arrière quand je reviens sur mes pas. A chaque fois les regards entre Garnet et moi sont de plus en plus assassins. Nos pas nous ramènent à notre point de départ. Le couloir de gauche ne débouche sur rien. Le roitelet rappelle qu’il avait proposé le couloir du milieu. J’interroge Mick du regard. C’est là qu’il a trouvé la peau de serpent. L’animal bouge, il peut être n’ importe où. Le persiste donc dans ma méthode et tourne donc encore à gauche, ce qui nous fait aller dans le couloir du milieu. J’attrape la main de Mick, il n'est pas dans son état normal. Son regard sonde les parois des tunnels qui nous empruntons. Sans dire qu'il sait où nous allons, il semble avoir des flashs, comme s'il reconnaissait une dalle fissurée là, ou un couloir à demi effondré.

- Mick, est-ce possible que tu vois ce que ton familier à vu ?

Si c'est le cas, nous pourrions être prévenus du danger avant qu'il nous tombe dessus..

© Fiche par Mafdet Mahes



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 769
Points : 842
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Lun 10 Oct - 21:50

Le membre 'Chad Wilder' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Chocogrenouille' :


--------------------------------

#2 'Dragées de Bertie' :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Argus Rusard

avatar

Messages : 38
Points : 46
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: [Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas    Lun 10 Oct - 22:28




V’la les points


+ 10 points pour monsieur Chad Wilder pour son succès critique
+ 10 points pour monsieur Stiles Stilinski pour son succès critique

© Fiche par Mafdet Mahes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Event] "Crasse" Over - Phase V | Maison Serpenseur - Pause & Repas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» [EVENT] Père Noël mystère - maison Emeraude
» Tableau des poses de maison de guilde
» Maison de Nara
» Maison de Riiko
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Out of Beacon Hills :: Réalité alternative (Hors RP) :: Beacon Hills-
Sauter vers: