AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 287
Réputation : 42
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine   Ven 7 Oct - 14:38

Sheperd
Willem

Evans
Maxine

Une rixe qui peut mal tourner
Affirmer que ma journée a été des plus passionnante est un bel euphémisme. J’ai passé la matinée en salle d’étude à surveiller des lycéens particulièrement idiots en retenue et mon après-midi à classer des dossiers d’inscription. Le service administratif est en sous-effectif, une des employées a des rhumes chroniques… La bureautique… ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, mais j’ai besoin de ce travail pour payer le prêt de la maison, ainsi que la nourriture. Fini le temps où nous allions chassez notre gibier ou cueillir / chaparder le reste. Force nous est de constater que la vie moderne est pleine de contraintes. Le plus difficile pour moi est de m’astreindre à mes horaires de travail. J’ai vite compris qu’arriver en retard trop souvent était la meilleure façon de se faire virer. Elevé aux rythmes des saisons, me voilà à devoir me caler sur un planning qui ne respecte pas le biorythme. Adieu le casse-croûte de dix heures après une chasse matinale ou la sieste bienfaitrice après la collation du midi. J’ai vite compris d’où vient cette nouvelle maladie : le stress.

Je n’ai pas fini de classer mes dossiers, mais demain est un autre jour, et ce travail n’est pas urgent. Il a simplement besoin de quelqu’un de disponible pour le faire. J’attrape ma veste, vérifie que mon portefeuille est bien dans la poche arrière de mon jean et sors de la pièce aveugle où sont stockées les archives. Autant dire que j’apprécie de humer l’air frais et neuf du dehors quand je passe la porte de sortie du bâtiment administratif.

- Monsieur Shepherd ?
- Oui madame Levy ?
- J’ai un problème. Je suis de fermeture, mais la nourrice de ma fille me fait faux bond… Mon mari rentre très tard et je ne suis pas tranquille de laisser ma fille seule jusqu’à vingt heures. Elle n’a que neuf ans. Seriez-vous assez gentil pour… me remplacer et faire la fermeture ?
- Pas de problème madame Levy. Allez rassurer votre fille.
- Merci, vous êtes vraiment serviable !

Son cœur n’avait pas changé de rythme me prouvant que son histoire était bien réelle pas comme celle que je remplace. Avec un soupir, je retire ma veste et retourne à l’intérieur.  Je pourrais retourner trier mes dossiers, mais j’en ai assez de ce local sans fenêtre. Sans être claustrophobe, je ne suis pas à l’aise dans les pièces un peu hermétiques. Je m’installe donc à l’accueil. C’est rare, de voir du monde. Les étudiants ne trainent généralement pas après leur derniers cours. J’attaque donc deux heures d’ennui. J’ouvre l’ordinateur de l’accueil et en profite pour envoyer un mail à Keanus mon petit frère pour l’avertir de mon retard. Cela ne me réjouit pas de faire des heures supplémentaires qui ne seront pas payées, mais je n’ai pas d’enfant en bas âge à m’occuper et l’angoisse de madame Levy était réelle. Je ne peux pas rester insensible à l’inquiétude d’une mère pour son petit. La famille a un sens sacré à mes yeux.

L’heure tourne doucement. J’ai regardé sur internet les téléphones portables. Il faut que nous nous équipions. La meute est le plus souvent, éclatée aux quatre coins de la ville. La vie moderne nous impose de rester en contact. Je suis un peu perdu parmi tous les modèles et les différentes fonctions dont je ne comprends pas l’utilité. C’est Keanus qui aura le dernier mot sur les modèles que nous achèterons, toutefois j’aimerai ne pas rester en retard face à ce « progrès » qui ressemble plus à une laisse que la liberté de mouvement promise.

19:45 J’y suis presque. J’ai déjà ma veste sur le dos et les fesses prêtes à décoller de mon siège à l’heure dite, quand un étudiant entre en trombe. Son cœur bat à la chamade, il est agité et semble apeuré. Il bafouille des mots incompréhensibles en me montrant une vague direction.

- Reprenez votre souffle jeune homme !
- Y a une bagarre !
- Où ? Qui est concerné ? Combien de personnes sont mêlées à cela ?

Instinctivement, ma nature de médiateur reprend le dessus. J’oublie mon impatience à retrouver ma famille et tente de soutirer un maximum d’information à l’étudiant qui me fait face. Je comprends que deux groupes de jeunes s’invectivent qu’ils ont commencé à en venir aux mains. Quand je demande au jeune homme de me guider, il fuit, prétextant un devoir à rendre (mensonge) et ses parents qui l’attendent (nouveau mensonge). Courageux mais pas téméraire le gars. Je suppose qu’il ne veut pas qu’on l’associe à mon intervention, ce qui je le conçois est légitime.

Après avoir soigneusement fermé le bâtiment administratif, je m’élance dans la direction qu'il m’a indiquée. Je me repère facilement grâce à mon ouïe sur-développée et surtout aux auras que je perçois. Ce sont des loups qui se mettent dessus. Quand je débouche dans la ruelle qui longe le campus je tombe sur deux groupes qui en décousent avec violence. Ils sont si préoccupés à s’invectiver qu’ils ne font pas attention à ma présence. Dans les bribes que je saisi, je comprends qu’il est question de territoire. Ce sont deux groupes d’omégas âgés entre quinze et vingt-quatre ou vingt-cinq ans pour le plus vieux. Une jeune femme me semble perdue au milieu de la bagarre. Chaque groupe la tirant de son côté. Si c’est ainsi qu’ils pensent la « recruter » dans leur bande… ces gamins vont devoir apprendre un peu de psychologie humaine.

- Cela suffit ! Rentrez chez vous et laissez cette jeune femme tranquille !

Je ne me suis pas transformé, mais tous peuvent percevoir mon aura d’alpha. Ça grogne de mécontentement. Mon intervention à un impact, celui de les mettre d’accord et de faire de moi le nouvel ennemi à vaincre. Je soupire. Ce que la jeunesse peut être parfois fatigante ! Je lève les mains en signe de conciliation. Je n’ai pas vraiment envie de me battre comme un chiffonnier. Mon job est la médiation, bien que les crocs qui apparaissent sous des lèvres retroussées grèvent la chance d’une éventuelle discussion posée et sans violence.

La jeune femme entraînée dans cette bagarre de clan est visiblement en détresse. C’est aussi une louve, pourtant son cœur bat à la chamade, tout dans son attitude montre qu’elle ne va pas bien. Lentement je m’avance malgré les grognements menaçants. Quand deux d’entre eux s’approchent un peu trop près de moi, je sors les crocs et laisse mes yeux briller d’un rouge étincelant. Je n’aime pas me servir de mon aura et de ma qualité d’alpha pour me faire respecter. Cependant contre des louveteaux instables, c’est malheureusement le seul moyen. C’est notre race qui veut cela. La médiation marche difficilement sur les lycans. Le mode de fonctionnement est différent de celui des humains avec qui la discussion est toujours possible. Je m’arrête devant la jeune femme, lui fais un sourire avant de me retourner, la protégeant de ma présence.

- Restez derrière moi. Hey vous autres ! Cette demoiselle ne semble pas vouloir suivre un de vos groupes. Laissez là tranquille et rentrez donc chez vous au lieu d’attirer l’attention sur notre espèce.






Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Evans

avatar

Messages : 639
Réputation : 81
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 23
Localisation : chez moi

MessageSujet: Re: Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine   Lun 10 Oct - 10:52


   


Une rixe qui peut mal tourner
Ft Maxine & Willem


Dix-neuf heures trente. J'ai presque terminé mon service. Je vais pouvoir rentrer chez moi et me retrouver, comme toujours, toute seule. Je n'ai toujours pas compris pourquoi Alexander est parti comme un voleur, sans prévenir. Sans doute, que son père l'a retrouvé. Enfin, ça je ne le saurais jamais.  Pareil pour ma cousine Nausicäa. J'ai beau essayer de l'appeler, je tombe sans arrêt sur la messagerie. Moi qui déteste être seule c'est gagné. C'est ce que je suis actuellement. Seule. Je n'ai plus d'alpha. Certes, j'ai quand même Brian et Nikolai qui m'aide. Mais ça ne comble pas le vide que je ressens…

- Evans ! Je ne te paye pas pour rêvasser ! Occupe-toi de la table 5 ! Ils attendent depuis une heure !

La voix grave de mon patron me fait sursauter. Je détourne rapidement mon attention sur la fameuse table 5. Les clients ont effet l’air mécontent. Je me dépêche de prendre mon petit calepin et marche en direction du jeune couple afin de pouvoir prendre leur commande. Vue le ton qu’il prenne pour me parler, je suis prête à mettre ma tête à couper que je n’aurais pas de pourboire de leur part.
Je me presse d’amener la commande au cuisto, avant de disparaître dans les vestiaires, puisque l’heure est venue pour moi de partir.

Lorsque je franchis le pas de la porte, je remonte le col de ma veste, surprise par le léger froid qui règne ce soir. Je reste quelques secondes sans bouger, réfléchissant à ce que je peux faire ce soir. Est-ce que je rentre à la maison directement où, est-ce que j’essaye de surmonter ma crainte seule. Je dois avouer que la première proposition me tente énormément, mais si je n’essaye pas de prendre le dessus sur ma peur, je n’arriverais jamais à m’en débarrasser et, je resterais à tout jamais un oméga craintif et aucun alpha ne voudra de moi.

Je marche tranquillement dans les rues de Beacon-Hills. À chaque ruelle que je passe, je ne peux m'empêcher de regarder s'il y a une ombre suspecte qui s'y cache. Sans m'en rendre compte, je me retrouve au niveau du campus. Campus dans lequel je devrais me trouver si je n'avais pas perdu mon oncle. Des voix se font entendre pas très loin de moi. Je m'arrête et, je regarde la scène qui se déroule devant mes yeux. Un groupe de jeunes est en train de ce chamaillé où de se battre pour apparemment, une question de territoire, à ce que j'ai compris. Mon cœur commence à s'emballer. Aller courage Max', ce n'est qu'une simple dispute, ça ne peut pas être les loups de Ryan. Ils ne te connaissent pas.  J'ai beau essayer de me rassurer, cela ne marche absolument pas.  Au moment où je m'apprête à déguerpir, des bruits de pas se rapprochent de moi. Une main s'empare de mon bras.

- Lâchez-moi !

Je me débats dans tous les sens pour qu'il me lâche, mais l'homme qui me tient le bras a de la force. Je n'arrive pas à lui faire lâcher prise. Voilà que les autres hommes se rapprochent de moi. Ils m'empoignent l'autre bras et me tire chacun de leurs côtés. Mon cœur s'accélère de plus en plus. Je sens même les larmes me monter aux yeux.

- Lâchez-moi ! Espèce de loup-garou à la graisse de renoncule de mille sabords

D’accord, mon insulte et complètement stupide, mais lorsqu’on a peur, on ne fait pas vraiment attention à ce que l’on dit. La seule que nous voulons c’est qu’ils nous laissent tranquille pour que l’on puisse déguerpir le plus loin possible. Enfin… C’est ce que moi je veux en ce moment même.  

- Cela suffit ! Rentrez chez vous et laissez cette jeune femme tranquille !

Je détourne mon regard apeuré en direction de la voix qui vient de s'élever. C'est un homme plus âgé que nous. Et c'est également un alpha. Je peux le voir, à son aura qui ne cache pas. Le groupe d'hommes se mettent à grogner, mais ne me laisse pas tranquille pour autant. Il faut toujours que je me retrouve au mauvais endroit au mauvais moment.  Je lance un regard de supplice à l'homme  pour qu'il vienne m'aider à sortir de cet enfer. Toute seule je n'y arriverais pas. Et qui sait, ce qui aurait pu se passer si l'alpha n'était pas arrivé.

L’apha en question se rapproche lentement de nous, levant les mains, pour indiquer au groupe d’oméga qu’il n’a pas envie de se battre. Deux adolescents se rapprochent du loup. L’homme sort les crocs et, laisse ses yeux rubis briller. L’alpha se positionne devant moi, je le regarde avec mon air effrayé. Que va-t-il se passer maintenant ? L’homme me fait un sourire avant de me tourner le dos, pour me protéger.

- Restez derrière moi. Hey vous autres ! Cette demoiselle ne semble pas vouloir suivre un de vos groupes. Laissez là tranquille et rentrez donc chez vous au lieu d’attirer l’attention sur notre espèce.

Rester derrière ? Avec grand plaisir. Il est hors de question que je me retrouve une nouvelle fois avec ce fichu groupe d'oméga. Et puis, en ce moment, je suis surtout courageuse, mais en aucun cas téméraire.… Le groupe d’oméga n’a pas vraiment l’air de vouloir partir. Plusieurs grognements se font entendre. Je déglutis et je reste bien cacher derrière l’alpha. Je passe la tête sur le côté pour regarder la scène et je suis soulagé de voir, que le groupe a finalement décidé de partir et de nous laisser tranquille.

- Merci d’être intervenue…



HRP:
 

@Georgie





Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 287
Réputation : 42
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine   Jeu 13 Oct - 20:51

Sheperd
Willem

Evans
Maxine

Une rixe qui peut mal tourner
Je joue de ma carrure et de mon attitude posée pour impressionner les jeunes loups. Mon but est évidement de les décourager de partir dans l’affrontement. Leur nombre pourrait me mettre en difficulté, cependant même s’ils semblent être d’accord pour me montrer les crocs, ils n’en restent pas moins divisés. Le rythme de mon cœur est stable. Je suis rodé aux situations conflictuelles et je sais quelle attitude adopter. Je ne cache pas mon statut d’alpha, toutefois je leur laisse une porte de sortie honorable, celle de ne pas ébruiter notre existence. Les jeunes loups peuvent quitter les lieux la tête haute avec l’idée qu’ils le font par un comportement mature et non pas par lâcheté. Là est le secret de la médiation, personne ne doit avoir le sentiment de perdre quelque chose au profit de l’autre. Il faut que les concessions apparaissent équitables de part et d’autre. Apres quelques instants de tensions intenses et de tergiversations, les deux groupes lâchent l’affaire de concert et se retirent chacun dans son territoire.

- Merci d’être intervenu…
- Ne me remerciez pas, c’était tout à fait normal. Je vous sens encore un peu bouleversée. Me permettez-vous de vous raccompagner ? En tout bien tout honneur hein !

La dernière chose que je souhaite, c’est qu’elle se fasse des idées sur mes intentions. Je n’ai jamais abusé des faiblesses de quiconque, je ne vais pas commencer aujourd’hui. Comme elle hésite à me répondre, je me présente.

- Je m’appelle Willem Shepherd, je travaille sur le campus comme éducateur. Je suis également professeur de SVT au lycée. Je ne souhaite pas m’imposer, juste m’assurer que vous allez bien. Il y a un café à une centaine de mètres, je vous offre un chocolat chaud ou ce que vous voulez, d’accord ?

J’apprends qu’elle se nomme Maxine. Elle n’est visiblement pas à l’aise face à mon intervention. Son malaise est bien plus profond qu’une réaction à l’agression de cette bande d’idiots à la recherche de territoire et de membres. Je me recule un peu pour lui laisser un espace de confort et tente de prendre une attitude rassurante. Je fais un pas vers le café, elle ne bouge pas, j’amorce un second, Maxine finit par me suivre. Sur le chemin, je suis le seul à parler, Maxine se contentent de me répondre par monosyllabe. J’explique que j’ai fini mon travail et que j’avais remplacé une collègue qui s’inquiétait de laisser sa jeune fille seule à la maison, sa baby-sitter ayant eu un empêchement.

(…)

Il fait plutôt chaud dans le café, contrastant  avec la fraîcheur de soir qui règne dans les rues de Beacon Hills. Il y a beaucoup d’étudiants, la clientèle est assez jeune. Je dois jouer de ma carrure pour nous faufiler jusqu’à une table de libre. Ce n’est pas la meilleurs des places car juste à côté des toilettes, mais c’est la dernière table de libre et le comptoir est bondé de jeunes bien remuants. J’offre la banquette à Maxine et m’installe sur la place la plus exposée aux passages.

Je ne sais pas comment briser la gêne qui s’est installée. La jeune femme semble être une personne assez refermée sur elle-même et plutôt craintive. Je ne sais rien d’elle, mais je devine qu’être une louve oméga n’offre pas les meilleures conditions pour une vie sereine. J’ai toujours vécu en meute et ne connais donc pas cette solitude qui n’est pas naturelle pour un loup. Notre espèce est de nature grégaire. Une serveuse vient rompre la glace en prenant notre commande. Je lui demande une bière et le sandwich du jour. J’ai les crocs. La serveuse repart avec notre commande.

- Vous n’êtes pas une grande bavarde Maxine.





Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Evans

avatar

Messages : 639
Réputation : 81
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 23
Localisation : chez moi

MessageSujet: Re: Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine   Ven 14 Oct - 11:38


   


Une rixe qui peut mal tourner
Ft Maxine & Willem


- Ne me remerciez pas, c’était tout à fait normal. Je vous sens encore un peu bouleversée. Me permettez-vous de vous raccompagner ? En tout bien tout honneur hein !

Mon regard se pose dans celui de l'alpha. Bouleversée ? Normal ! Je viens de revivre un traumatisme. Je continue de le regarder. Mon cœur battant une nouvelle fois fortement. Me raccompagner ? Dois-je accepter pour risquer une éventuelle attaque ? Même s'il a l'air plutôt sympathique. Où dois-je tout simplement prendre les jambes à mon cou pour rentrer chez moi.

- Je m’appelle Willem Shepherd, je travaille sur le campus comme éducateur. Je suis également professeur de SVT au lycée. Je ne souhaite pas m’imposer, juste m’assurer que vous allez bien. Il y a un café à une centaine de mètres, je vous offre un chocolat chaud ou ce que vous voulez, d’accord ?

Sur le coup, je me sens un peu stupide d'avoir crue qu'il aurait pu me faire quoi que ce soit. Il faut vraiment que j'arrête d'avoir peur pour un rien. D'imaginer sans arrêt qu'un inconnu peut s'attaquer à moi pour un oui ou pour un non. Mais, je ne peux pas m'en empêcher. Je n'arrête pas de revoir sans cesse les images des tortures, que j'ai subis à cause de Ryan. Après plusieurs longues minutes de silence, je décide enfin, à ouvrir la bouche et à me présenter.

- Je m’appelle Maxine.

Willem fait un pas en arrière. Sans doute pour ne pas m'envahir. Mais cela ne change rien. J'ai toujours mon battement cardiaque irrégulier. Je ferme quelques instants les yeux pour essayer de me calmer. Ca marche, mais pas assez malheureusement. L'alpha entame un pas en avant, puis un deuxième. Moi, je ne bouge pas. Je continue de le regarder en silence. Pesant le pour et le contre. Dois-je le suivre ou non. Je prends finalement mon courage à deux mains et le suis dans un silence de plomb. Durant le trajet, il n'y a que le loup qui parle. Il m'explique qu'il a dû remplacer une personne à cause d'une histoire d'un baby-sitter.  Je me contente uniquement de lui répondre par des monosyllabes. Je ne sais vraiment pas ce que je pourrais lui répondre d'autres, étant trop préoccupé à écouter son cœur pour savoir s'il me dit la vérité ou non… Mais heureusement qu'il a accepté de remplacer la jeune femme. Sinon, je ne sais pas ce que j'aurais fait, où ce qu'il aurait pût m'arriver.

(…)

La chaleur de la pièce se fait ressentir. Je défais ma veste, avant de suivre Willem qui se crée un chemin parmi la foule qui règne dans ce bar. L'éducateur réussi à nous trouver une table vide. Certes à côté des toilettes, mais au moins nous serons assis. Il me laisse la banquette alors que lui s'installe sur la place la plus exposée au passage. Encore une fois, le silence règne. Je ne sais pas quoi dire. Par chance, une serveuse vient rompre ce silence. Aaron commande une bière et un sandwich, tandis que moi, je commande seulement un chocolat chaud. La serveuse s'en va avec notre commande, alors que Willem rompt la gêne qui s'est installé entre nous.

- Vous n’êtes pas une grande bavarde Maxine.

Un petit sourire prend sur mon visage. Il est vrai que, depuis le début de la soirée, je n’ai pas beaucoup parlé. J’ai préféré me terrer dans un silence de mort pour me concentrer sur mon « compagnon » de soirée.  Au moment où, j’allais ouvrir la bouche pour pouvoir lui répondre, la serveuse arrive avec nos commandes. Je la remercie et, je m’empresse de poser mes mains sur ma tasse de chocolat chaud pour réchauffer légèrement mes mains. La jeune femme finit par s’en aller et je décide de couper le silence.

- Je suis désolé si je suis si discrète. Habituellement, je suis une personne qui aime parler et rire. Mais… depuis quelques mois ça à changer. Et j’ai beaucoup de mal, à reprendre confiance en moi depuis.

Je lance un petit regard souriant à Willem avant de boire une gorgée de chocolat chaud. Il faut que je trouve un autre sujet de conversation. Je n’ai pas très envie de ressasser le passé maintenant…

- Dites-moi, ça fait longtemps que vous êtes à Beacon-Hills ? Il ne me semble pas vous avoir déjà vus auparavant.




@Georgie





Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 287
Réputation : 42
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine   Mer 19 Oct - 17:50

Sheperd
Willem

Evans
Maxine

Une rixe qui aurait pu mal tourner
Ma remarque sur le fait qu’elle ne parle pas beaucoup arrive à tirer un faible sourire à ma rencontre de la soirée. La serveuse qui revient avec notre commande lui donne un répit. Maxine s’empresse de coller ses mains autour de sa tasse de chocolat fumant. Je sens son besoin d’avoir un cocon douillet dans lequel se glisser et se sentir bien et en sécurité. Je bois une gorgée de ma bière et évite de me jeter comme un morfal sur mon sandwich.  

- Je suis désolée si je suis si discrète. Habituellement, je suis une personne qui aime parler et rire. Mais… depuis quelques mois ça à changer. Et j’ai beaucoup de mal, à reprendre confiance en moi depuis.

Je hoche la tête en silence et prends le prétexte de ne pas devoir répondre en croquant avec bonheur dans le pain de mie fourré avec des morceaux de poulet, de la mayonnaise et tout un tas d’ingrédients saturés en mauvaises graisses et colorants. L’avantage d’être un lycanthrope est bien celui de ne pas devoir faire attention à sa santé.

- Dites-moi, ça fait longtemps que vous êtes à Beacon-Hills ? Il ne me semble pas vous avoir déjà vus auparavant.
- Non en effet. Notre meute n’est installée que depuis quelques semaines en ville.


Je fais passer une bouchée de pain qui traîne à descendre avec une gorgée de bière puis enchaine. Je lui explique que j’ai emménagé dans une maison un peu insalubre mais très bon marché avec les membres de ma famille. Je n’ai aucune raison de lui cacher quoi que ce soit. Je lui explique donc la composition de ma meute.

- Alors Keanus est mon petit frère, bien qu’il soit plus grand que moi. Il est informaticien. Il y a Madison, ma tante qui devrait pouvoir travailler à plein temps à l’hôpital de la ville, elle est infirmière. Nous sommes venus à Beacon Hills pour son fils, Tobias. Notre clan a eu un coup… rude il y a sept ans de ça. Tobias n’avait que onze ans. Ça l’a profondément marqué.

Je ne connais pas encore suffisamment Maxine pour m’étendre sur le drame de la famille Shepherd. Nous traînons tous nos plaies visibles ou pas. Je suis le mantra de ma famille qui n’est clairement pas pour la vengeance. C’est pour cela qu’aucun de nous n’a cherché à retrouver la bande de chasseurs qui a assassiné notre famille. Cependant il est clair que si l’un d’eux vient me narguer… je l’éliminerai sans le moindre regret. Ils m’ont obligé à abréger les souffrances d’êtres qui m’étaient chers. Quand on est capable de donner la mort par amour, on est capable de la donner par haine. Oui nous avons plié, oui nous sommes partis, mais jamais je n’oublierai pourquoi chaque pleine lune je dois tenir Tobias fermement serré dans mes bras.

- Nous sommes d’une famille qui avait l’habitude de vivre en nomade dans des caravanes. La vie sédentaire est encore difficile pour nous. Nous nous adaptons petit à petit.

J’évoque Keanus ou bien moi qui dormons régulièrement dehors dans un hamac car nous étouffons entre des murs solides. Je partage avec Maxine ce qui serait mon idéal de vie, celui de pouvoir vivre en plein air sans déranger personne. Mais la modernité galopante rend ce rêve presque impossible.

Je raconte nos pitreries avec Keanus bien que nous sommes censés être des adultes responsables, la bienveillance de ma tante ou encore la fougue de Tobias qui se cherche encore un peu. Je n’ai rien de précis en tête, sinon vivre en harmonie avec notre entourage. Je ne cherche pas la puissance, ni un territoire. Je cherche une qualité de vie qui ne nous transforme pas en machine. Je cherche aussi une sécurité pour ceux dont j’ai la responsabilité depuis que mes yeux ont pris la couleur des alphas. Il y a beaucoup de surnaturels sur le campus. Cette ville nous attire. Je mise sur notre concentration pour freiner les chasseurs.

Je suis un médiateur. C’est-à-dire quelqu’un capable de s’approprier deux points de vue radicalement différents. Je ne rejette pas l’existence des chasseurs car je suis conscient qu’un loup qui ne se maîtrise pas est un être dangereux qui peut tuer des innocents. L’existence des chasseurs est une conséquence de ce fait. L’idéal serait de pourvoir travailler ensemble et non pas les uns contre les autres. Nous sommes trois à veiller sur Tobias qui entre tout à fait dans la catégorie des loups à problème et devenir potentiellement une cible légitime pour un chasseur. Toutefois si Tobias en est là, c’est à cause de chasseurs aveugles et sanguinaires. L'histoire se mord la queue. Je suis un idéaliste et tente de créer autour de moi une zone où le dialogue est une priorité. Je reste cependant un homme, avec mes faiblesses et mes contradictions. Maxine me questionne sur mon enfance passée dehors, libre comme un animal sauvage. Je tente au mieux de lui décrire ce qui a été pour moi le paradis sur terre.




Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxine Evans

avatar

Messages : 639
Réputation : 81
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 23
Localisation : chez moi

MessageSujet: Re: Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine   Mer 26 Oct - 16:12


   


Une rixe qui peut mal tourner
Ft Maxine & Willem


Suite à la question que j'ai posée à mon « compagnon » de soirée, celui-ci me répond que sa meute n'est ici que depuis très peu de temps. Après avoir bue une gorgée de sa bière pour aider un morceau de sandwich à descendre dans son estomac, Willem m'explique tout. Il me parle de ses différents membres de sa famille et également de sa meute. Celle-ci étant composée de son petit frère Keanus, sa tante Madison et son cousin, Tobias. Il m'explique aussi que sa famille a vécu quelque chose de grave il y a sept ans. Et d'après ce qu'il dit, Tobias à beaucoup de mal à gérer ça… J'ai l'impression de me revoir dans la description du cousin de Willem.

L’alpha continue de me parler de lui, de sa famille. Il m’informe également qu’il vient d’une famille de nomade, qui vivait dans des caravanes. Un faible sourire s’affiche sur mon visage quand il me dit qu’ils ont encore du mal à s’habituer à la vie de sédentaire.  

- Je suis sûr que vous allez finir par vous y habituez…

Will me raconte également ses nombreuses pitreries avec les membres de sa famille. Un nouveau sourire se dessine sur mon visage. Des images de mon passé refont surface. Je me revoie jouer et, faire les pires bêtises en compagnie de ma cousine. Les souvenirs sont douloureux. Je détourne rapidement le regard sur la grande baie-vitré et je souffle doucement, pour ne pas avoir les yeux remplies de larmes…

Après quelques instants de long silence, je repose mon attention sur mon chocolat chaud. J'en bois une gorgée, avant de poser mon regard dans celui de l'alpha. D'après ce que je peux ressentir, il m'a l'air d'être une personne de confiance, qui sera là si un membre de sa meute à besoin d'aide. Peut-être que je peux lui exposer mon problème. Brian à raison. Je ne peux pas garder tout ce que je ressens pour moi toute seule. Si je veux réussir à me débarrasser de la peur qui m'envahi depuis maintenant plusieurs mois, il faut que je me confie. Je me serais bien confiée auprès de Nikolai, mais il a suffisamment de soucis à régler de son côté.

Je reste encore plusieurs minutes très silencieuses. Dois-je réellement me confier un homme que je viens seulement de rencontrer ? Je pèse le pour et le contre, dans le fin fond de mon crâne, avant de me lancer. Après tout, qui ne tente rien à rien après tout. Peut-être, qu'il aura une solution à mon problème… Je prends une grande inspiration, avant de me lancer.

- Si je suis si discrète et si distante, c’est parce que j’ai vécu un traumatisme il y a quelques mois. Je…

Les mots ont beaucoup de mal à sortir de ma bouche. Je dois avouer que j’ai peur de la réaction à Willem. Mais pourtant il faut que je lui en parle. Sinon, je resterais à jamais enfermer dans cette peur qui vie en moi depuis plusieurs mois. Jamais je ne pourrais redevenir la jeune femme forte que j’étais avant.

- J’ai été victime d’un kidnapping. L’alpha qui m’a enlevé était celui de ma cousine, Nausicäa. Cet alpha voulait à tout prix retrouver ma cousine pour la forcer à épouser son fils. Il m’a alors enlevé pensant que j’allais lui dire où elle se trouvait…

Mon champ de vision commence à ce brouiller. Je ferme les yeux pour contrôler mes larmes qui commencent à couler le long de mes joues, avant de reprendre.

- Il m'a emmené dans un endroit qui ressemblait à un vieil entrepôt. Comme je ne répondais jamais à sa question, il a commencé à me frapper. Il s'est ensuite mis à me mordre et à me griffer. Mais voyant ma détermination à ne pas lui répondre, il… Il m'a injecté du tue loup sur une de mes blessures… Je ne sais pas comment, ma cousine m'a retrouvé. L'agent de police qui l'a escorté a réussie à tuer Ryan.

D'un revers de la main, j'essuie mes larmes qui continuent à couler à flot le long de mes joues. Décidément, je ne pourrais jamais parler de cela, calmement.  Il doit me prendre pour une folle.

- Depuis ce jour-là, je n’arrive plus à vivre normalement…





@Georgie





Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 287
Réputation : 42
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine   Lun 31 Oct - 13:46

Sheperd
Willem

Evans
Maxine

Une rixe qui aurait pu mal tourner
- Je suis sûr que vous allez finir par vous y habituez…

Je fais une moue dubitative. Je n’ai jamais eu l’habitude d’avoir un toit très solide sur la tête. Et si cela fait sept ans que nous avons quitté nos caravanes, la meute n’a jamais vraiment vécu dans une maison. Nous passions de squat en squat au grès de nos mouvances à cause de Tobias. Finalement, le côté insalubre de la maison que nous avons acquise nous rassure un peu. Les gens ordinaires nous prennent pour des cinglés. Je suis heureux de ne pas percevoir ce genre de jugement dans le regard de Maxine.

- Je le pense aussi, il nous faut du temps, mais aussi nous approprier cette sédentarité.

Je lui livre mes souvenirs d’enfance, nos jeux et nos bêtises. Je me perds dans le fil de ma narration, souriant à l’évocation de ces souvenirs de jours heureux. Aucun membre de la meute n’a vraiment fait le deuil de cette vie en prise directe avec la nature. Pourtant nous devons évoluer avec le temps, les regrets ne sont qu’un acide qui nous ronge de l’intérieur. Tellement plongé dans mes souvenirs, je mets un moment avant de percevoir l’émotion de Maxine. Qu’a-t-elle perdu elle aussi ? Une famille ? Un amour ? Sa meute ? Le silence s’impose à nouveau à notre table. Je sais être prolixe, mais je connais aussi la préciosité du silence. Je respecte donc celui de ma compagne de soirée. Dans ma famille se taire n’est pas une marque d’irrespect, mais celui du respect, que cela soit pour honorer la nature qui nous entoure où comme maintenant la pudeur d’une personne.

- Si je suis si discrète et si distante, c’est parce que j’ai vécu un traumatisme il y a quelques mois. Je…

Je serre les mâchoires. Il ne faut pas que je repense aux balles qui fusent, aux cris des miens, à la mort qui fait une belle récolte. Je ne peux pas apporter mon soutien si moi-même je me noie dans mes souffrances internes. Mais la voix atone de Maxine me fait oublier mon propre passé. J’écoute son histoire.

- J’ai été victime d’un kidnapping. L’alpha qui m’a enlevé était celui de ma cousine, Nausicäa. Cet alpha voulait à tout prix retrouver ma cousine pour la forcer à épouser son fils. Il m’a alors enlevé pensant que j’allais lui dire où elle se trouvait…

Elle parle ouvertement d’alpha, mais dans ce bar où chacun parle plus fort que son voisin ce n’est pas grave. Maxine poursuit et je commence à comprendre ses réactions, sa réserve naturelle. Ses yeux s’embrument de pluie. Sans geste brusque je pose une de mes mains sur la sienne et la serre doucement.

-… Il s'est ensuite mis à me mordre et à me griffer. Mais voyant ma détermination à ne pas lui répondre, il… Il m'a injecté du tue loup sur une de mes blessures…

La machine est lancée, Maxine parle de l’horreur qu’elle a vécu. Ses mots sont comme un flot de larmes. Larmes qui ont d’ailleurs fini par déborder de ses yeux. Je resserre ma prise sur sa main sans toutefois l’interrompre. Je devine qu’elle vient de faire un pas dans le vide en se livrant ainsi à moi qui suis pourtant un parfait inconnu à ses yeux. Je ne sais pas si je dois être rassuré d’apprendre qu’un agent de police ait réussi à tuer l’alpha qui lui avait fait du mal. Les flics du coin seraient-ils au courant de la cause surnaturelle ? Cela pourrait m’être utile si j’arrive à offrir mes services au poste de police. Avec les miens nous sommes souvent hors la loi. Pourtant je respecte le travail de ces hommes et de ces femmes qui font régler l’ordre parfois au risque de leur vie. Évidemment, plus jeune je n’aimais pas les voir rappliquer à notre campement. Car s’était souvent pour nous faire déguerpir.

- Depuis ce jour-là, je n’arrive plus à vivre normalement…
- Tobias a le même problème… pour d’autres raisons toutes aussi traumatisante. Mais à la différence de vous, il bénéficie de l’entourage attentif d’une meute. Je n’ose imaginer ce qu’il serait advenu de lui si nous n’étions pas là. Un loup n’est pas un animal solitaire. Nous ne sommes pas faits pour vivre seuls. C’est normal que vous n’arriviez pas à gérer Maxine.


Je libère sa main de mon emprise pour qu’elle puisse boire son chocolat et moi terminer mon sandwich. Il commence à se faire tard, et les étudiants qui nous entourent deviennent un peu remuants.

- Maxine, je vous propose de vous raccompagner jusqu’en bas de chez vous. Et me permettriez-vous de vous inviter à partager notre repas demain soir ? Je suis certain que la compagnie de vos semblables, peut vous apaiser.

Je me lève pour régler les consommations et rejoins Maxine dehors. Avant de nous mettre en marche, je lui donne mon numéro de téléphone ainsi que mon adresse.

- N’hésitez pas à m’appeler ou même venir vous réfugier à la maison si vous vous sentez menacée ou que vous avez peur. Maintenant, je vous suis.

Je n’ai jusqu’à présent jamais songé à étendre la meute. Les Shepherd ont toujours tourné en famille. Mais ça c’était avant. L’histoire de Maxine me fait penser que si des loups viennent nous chercher querelle, nous ne pourrons plus fuir car notre maison n’a plus de roues. Nous devrons résister et tenir. Je soupire discrètement. Suis-je prêt à tout cela ?





Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une rixe qui peut mal tourner || Feat Maxine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il y a certaines choses qu'on ne peut pas oublier (Feat Ryuk)
» faire tourner le jeu en arrière plan
» Maxine Waters kont eleksyon yo.
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Campus :: Quelque part sur le campus-
Sauter vers: