AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Can I ask you a singular question ? × ft James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Can I ask you a singular question ? × ft James    Mer 19 Oct - 21:02

Charlie Edwards a écrit:

Can I ask you a singular question ?  × ft. James


« Oui monsieur Wander, le rendez vous de votre femme est confirmé pour dix heures demain. Au revoir monsieur. » Après que la porte se referma je me laissais tomber sur la chaise de mon bureau, manquant de tomber. J'avais oublié les roues traîtresses qui me menèrent presque me cogner la tête sur le mur derrière moi. Heureusement j'avais des réflexes. Réflexes sûrement appauvris désormais d'après mon humble avis. La journée avait été éreintante, et les clients peu coopératifs. D'après moi, plus l'on vieillissait, plus on se tenait correctement dans le cabinet d'un médecin. Avec mes patients c'était un peu le contraire. Peut être justement parce que la branche de la médecine que je pratiquait n'était pas encore reconnue par les générations plus âgées. L'hypnose. La maîtrise complète du cerveau grâce au sommeil. Je pouvais comprendre le recul que certains avaient à croire l'efficacité de cette science si injustement jugée. De plus, j'étais nouvelle en ville et personne ne me connaissait. Seul les plus curieux osaient pousser le battant de mon cabinet, et je comptais sur eux pour que le bouche à oreille attire, tel un réseau de la mafia italienne ne demandant qu'à s'agrandir. C'était souvent ainsi dans les villes mineures. Non pas que Beacon Hills soit petite, mais les habitants semblaient tous se connaître, liés par chaînes dont je ne mesurais pas la portée alors.  

A cette pensée je me prenais la tête entre les mains avant de me lever et de me servir un verre d'eau dans lequel je laissais tomber une aspirine. Je savais que de part ma nature, le médicament était plutôt inutile mais voir la pastille effervescente se déléter dans mon gobelet me rassurait. La concentration que me demandait chaque jour mon travail ma faisait avoir de violentes migraines le soir. Si ça continuait, c'était moi qui allait avoir besoin d'hypnothérapie... de plus la plaine lune approchait. Loin d'être une néophyte en matière de contrôle, j'étais pourtant de plus en plus iritable et les plaintes de certains patients me mettaient les nerfs à vif. Dans ces moments là, je forçais l'emprise que j'avais sur eux, rajoutant un peu de surnaturel dans leur traitement afin d'accélérer et de pouvoir me reposer plus vite. J'avais conscience de jouer avec le feu, mais j'étais dans un état légèrement critique actuellement, comme en témoignait les gribouillages illisibles, semblables aux lettres formées par un enfant sachant à peine écrire, inscrits sur mon cahier de contacts. Tu débloques complètement Charlie... Phobie de la solitude. J'en souffrais depuis toute petite, mais avec les derniers événements j'étais encore plus sensible au fait de me retrouver seule. Par seule j'entendais, sans liens sociaux quelqu'ils soient. C'était pour ça que j'avais fondamentalement besoin d'une meute. Or je n'avais jamais mordu personne. Un dilemme cornélien et une épée de Damoclès au dessus de la tête, pile ce qu'il me fallait. Je pris le verre d'un mouvement trop rapide pour l'oeil humain et le portait à ma bouche, pour le vider d'une traite. Le goût âcre me fit grimacer et je me levais, afin d'aller tourner la pancarte précisant la fermeture du cabinet. Il était temps de mettre un peu d'ordre dans ce bureau ainsi que dans la salle de consultations.

Je venais à peine d'entrer dans la pièce où j'hypnotisais toute la sainte journée que la clochette anonciatrice retentit. Personne ne savait donc lire dans cette ville ? Mon écriteau était dans un anglais parfaitement compréhensible pourtant. Closed. Je soupirais et me composais un sourire de façade en avançant les yeux baissés, relayant au second rang mon mal de tête persistant. « Bonsoir, que puis - je faire pour vous monsi... » Je ne pu m'empêcher de m'arrêter au beau milieu de ma phrase. Mes pupilles venaient de croiser un être plutôt singulier. Pas le genre de personne que je croisais chaque jour en ce lieu. Un géant roux de plus d'un mètre quatre vingt dix, cela ne court pas les rues. Indécise, je quittais son regard bleu pour balayer ma table de travail, et tressailli  à la vue de mon carnet griffonné. Derechef, mes iris noisettes remontèrent vers l'homme, et la seule pensée auquel j'ue accès dans mon trouble était que j'étais bien contente d'avoir mis de hauts talons aujourd'hui...   
Revenir en haut Aller en bas
James MacAulay

avatar

Humeur : Ecossaise
Messages : 362
Réputation : 23
Date d'inscription : 09/07/2016
Age : 21
Localisation : Bacon land

MessageSujet: Re: Can I ask you a singular question ? × ft James    Jeu 20 Oct - 15:39

Charlie... Ed...Edwards. Je relus le gribouillis que l'on m'avait donné. C'était sensé être de l'anglais ? J'aurais plutôt cru à une mystique langue sumérienne propre à invoquer le pire des démons. Je croquais un morceau de mon burger et levai les yeux vers le bâtiment où attendait ma cible du jour. Dévorant sans façon le pauvre morceau de viande, je m'avançai, le regard se perdant dans le ciel de saphir qui me surplombait. Ah que le doux crachin de l'Alba me manquait. Rien ne valait la grisaille qui berçait l'âme tandis que le vent fortifiait le corps sous sa froide coupe.

Le temps des Amériques était trop clément. Tous se reposaient sur... autre chose. Les armes surévoluées, les technologies les plus inutiles parfois. A quoi bon se servir d'une application qui s'appelait Snapchat. Sérieusement pourquoi donc ? Enfin là n'était pas vraiment la question. J'avais une quête. Et des révélations pleins la tête. J'avais besoin de... faire le vide. Et la meilleure solution était soit de rencontrer un psychologue, et loin de moi cette idée ah !, soit une Alpha. Et j'avais réussi à rencontrer un autre druide. Un vétérinaire noir, j'avais noté la douce ironie qui faisait que tous les druides semblaient appartenir au corps médical ou para médical, qui m'avait fait part de l'arrivée d'une nouvelle Alpha selon ce que ses petits moineaux avaient pu lui souffler. J'imaginais que les protecteurs de la nature, si j'avais compris leur rôle dans ce monde qui s'ouvrait à moi, formait un réseau qui surveillait les mouvements de... tout ce qui touchait au surnaturel.

Ainsi je me trouvais face à la seule et unique Charlie Edwards de Beacon Hills. Chose étonnante de part la simplicité de son nom. J'appréciais d'une certaine façon. Montant les escaliers d'un pas que je voulais léger, j'arrivais enfin à l'étage indiqué, à peine essoufflé. Je lus rapidement les écriteaux et repérai le nom voulu. Hypnothérapeute ? Le recours au mysticisme et à l'hypnose ? Intéressant. Avec un léger sourire, je fis fi du Closed et sonnai. Et entrai. Pour faire face à une femme bien différente d'Abi ou de Kada qui était tout en finesse. Au contraire elle ressemblait à une peluche qui donnait envie d'être câliner. Alors bien que je sentais qu'elle devait être plus âgée de quelques années que moi, j'avais envie de lui tirer la joue en minaudant sur sa mignonitude. Mais je préférais la sensualité d'Abigail. Je secouai la tête devant ce fantasme imaginé et repoussai le plan à trois qui me traversa l'esprit. Fort peu catholique et digne d'un Highlander.

"Bonsoir Miss Edwards. Je m'appelle James. MacAulay. J'ai... subi de lourdes révélations en ce moment et tout cela se bouscule dans ma tête. J'aurais besoin de faire le point et je me suis dis que votre profession me donnerait un coup de pouce pour se faire..."

Citation.



--
Past of Highlands - A Story of Life -Born to walk -Land of my heart forever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Can I ask you a singular question ? × ft James
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le débat sur la question du protectorat
» Question à nos historiens
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» [question] moyen de truquer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Boutiques, magasins et autres affaires privées :: Cabinet d'hypnothérapie-
Sauter vers: