AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 La colère est force de mouvement (Chad& Mick)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: La colère est force de mouvement (Chad& Mick)   Mar 24 Avr - 15:48

La colère est force de destruction
Chad
ft.
Mick


Une fois dehors devant le Pink Print, je prends le temps d’inspirer une grande bouffée d’air pur, le bureau d’Aless’ est saturé de nicotine. Je m’écarte pour laisser entrer un couple de clients. Je suis dérouté et peu confiant. À cet instant, j’aimerais avoir une addiction comme Alessandro et ses éternelles cigarettes, afin de passer ma frustration et ma lassitude sur quelque chose. Lentement, je remonte la rue en direction d’un glacier qui se trouve un peu plus loin. Mon regard vagabonde sur la rue qui revoie des nuances orangées. Le sodium des lampes de l’éclairage public donne un caractère irréel à la ville. Une voiture de patrouille passe un carrefour deux blocs plus loin, toutes sirènes hurlantes. C’est peut-être Jordan, ou le sheriff.

- T’as pas une pièce ou deux ?

Un SDF fait la manche au carrefour, un chien roulé en boule à ses pieds sur une couverture élimée. Je remarque une gamelle d’eau, un sac à dos en toile kaki qui contient tout ce que l’homme possède : une misère. Le chien couine et se ratatine en sentant mon odeur. Je fouille mes poches et en sors un billet de cinq dollars puis me penche vers le chien pour le calmer. L’argent change de main dans un regard vacillant et gêné. Un merci murmuré, un de rien répondu, je me redresse et poursuis mon chemin.

J’ai conscience d’avoir finalement de la chance. J’ai un toit qui m’attend, mais par dessous tout un compagnon sur qui compter. Penser à Mick me redonne le sourire. Étrangement il y a la queue au glacier malgré l’heure tardive, je patiente en réfléchissant à ma journée. Ai-je pris une bonne décision ? Certainement pas. Mais pour ma défense, il n’y en a aucune autre à ma portée, à moins d’abandonner ma quête. Mais l’idée de laisser les meurtriers de ma mère vivre en toute impunité, m’est totalement insoutenable. J’espère bien qu’avec mon projet d’éliminer les salauds qui font de la chasse, un sport, trouver les rescapés de l’attaque du manoir.

C’est enfin à mon tour. Je ne regarde pas la liste des parfums, car je sais exactement quoi prendre. Caramel pour Mick et vanille de Madagascar pour moi. J’avais étonné Mick sur ma préférence en glace. J’adore le chocolat, un point commun avec Derek, je lui en rabâche les oreilles à longueur de journée, pourtant en glace je n’apprécie pas le chocolat. Je paye ma commande et la vendeuse me donne un sac avec deux pots rangés dans un conteneur isotherme.

L’air du soir est tiède, je regagne ma voiture garée juste en face du Pink. Alessandro discute avec des clients sur la terrasse, nos regards se croisent, il me fait un signe de la main, je lui rends son salut avant de monter dans la Maserati et démarrer. J’ai hâte de retrouver Mick et de manger nos glaces collés l’un à l’autre sur le canapé, les pieds posés sur la table basse, une musique en sourdine.

***

J’aime lorsque je rentre à l’appartement, et je sens sa présence et son odeur. Je lui souris, et lève mon sac avec les délices glacés promis. Une étreinte, un baiser. La vie est belle quand on aime quelqu’un et que cette personne vous aime en retour. J’imaginais une fin de soirée tranquille. Mick qui me fait goûter sa glace, que je trouverai encre trop sucrée. On aurait parlé de notre future maison, et d’un système révolutionnaire pour escamoter les brosses à dents sans que cela devienne un conteneur à bactéries.

- Tu n’es pas allé chez Pierre et Marc, affirme Mick péremptoire.

Je fronce les sourcils et hausse les épaules. Je n’ai jamais dit que je dînais chez les français. Il faudrait que nous passions les voir un de ces jours, pour leur bonne cuisine, mais également pour prendre la température. Les frangins Argent ne sont pas des bavards, mais savent faire passer des messages quand ils en éprouvent le besoin.

- Tu as passé la soirée avec Amaro ?

Nous y voilà. Je n’aime ni le ton, ni le reproche voilé. Je ne lui cache pas que je bosse pour Alessandro. J’écarte les mains. Que veux-tu que je te réponde ?

- Tu sens la cigarette.

« Mais pas son précieux after-shave », ai-je envie de répliquer. Son ton est aigre. Nous nous sommes déjà accrochés par le passé, mais jamais à cause d’un autre homme. Certes Alessandro est bel homme, c’est un charmeur qui en impose. Il m’évoque la classe à l’ancienne. Le mâle en Prada par excellence. Pourtant, Mick pourrait être vêtu d’un jean crasseux et d’un t-shirt troué, je sais qui je colle dans mon lit et surtout dans mon cœur. Cette mini scène de ménage me navre, mais me montre à quel point Mick tient à moi. Je fais une moue gêné et confus. J’aurais dû être plus clair dans mon message, ou pas. Il se serait fait un tas de film. Le regard qu’il me lance, a raison de ma mesure.

- Je n’ai pas précisé en effet, dis-je en le contournant pour poser les glaces sur le comptoir de la cuisine.

Le ton monte. Sa jalousie est palpable. Un autre jour, je l’aurais trouvé charmante, mais là, je suis fatigué. Une lassitude surtout morale. Les amis de Matthias me lâchent, Maxence m’évite, Adriann semble s’être évaporé et j’ai toujours cette rage au cœur. Combien de nuit par semaine, je vois ce carreau d’arbalète se planter dans le cœur de ma mère. Mick me rappelle qu’Alessandro est un gangster. Sans blague, voilà un scoop. Il le nomme Amaro, l’italien. En réaction, je fais exprès de dire Alessandro ou Aless’. C’est puéril, mais sa jalousie est mal placée.

- Oui, il n’est pas du bon côté de la barrière, mais le sommes nous, nous même Mick ? Rétorqué-je à une ultime attaque sur le patron du Pink. Il gagne à être connu, je t’assure.

Ma remarque le blesse. Je renvoie Mick à une période trouble de son passé. Mais je suis vexé qu’il ne me fasse pas plus confiance que ça. Pense-t-il Alessandro si démoniaque et moi si naïf pour qu’il arrive à me coller dans son lit ? Car côté noirceur, je ne l’ai pas attendu, j’ai bien aidé Adriann à pousser un certain charcutier à aller assassiner l’amant de sa femme et accessoirement un chasseur qui avaient des photographies compromettantes sur la nature du wendigo et d’autres sur le terrain de notre future maison. J’ai encore ma veste sur le dos et mes chaussures aux pieds. J’hésite. Que faire ? Mick me devance et sort en claquant la porte. J’esquisse un geste d’humeur. Sérieux ! Tout ça parce que j’ai mangé avec Alessandro ? Il est le seul homme que je connaisse qui me semble avoir ce qui manque à beaucoup dans cette ville : de la constance.

Je me laisse choir sur le canapé attendant que Mick fasse l’aller-retour jusqu’au rez-de-chaussée pour se calmer. Mais au bout de dix minutes, je dois me résoudre à comprendre qu’il ne s’est pas arrêté au bas de notre immeuble. Avec un soupir, je me relève, range la glace au caramel dans le congélateur, prends l’autre avec une cuillère, puis sors à mon tour après avoir éteins les lumières.

***

Le moteur de la Maserati rugit. Je conduis vite, explosant les limitations de vitesses, usant la gomme dans des dérapages et des têtes à queue. J’ai besoin d’extérioriser toute la tension que j’ai accumulé. Je ressasse la réaction de Mick. Bon sang, ce n’est pas comme si j’avais couché avec ! Que devrais-je dire de Robin, l’ancien amant de Mick qui est venu mourir sur son tapis avec le plus beau des cadeaux, endosser la responsabilité de la morts du juge Linch pour lui éviter la taule à perpette ? Mon fiancé peut contrer Alessandro, mais il m’est impossible de rivaliser avec un mort. Quelle plus belle preuve d’amour, que celle du sacrifice ultime ? Je freine brusquement et cogne le volant de la paume de rage et de frustration.

- Et où je suis d’abord ?

Dehors c’est la nuit, le noir complet. Je vois la forêt dans la lueur de mes phares. J’allume le GPS et soupire quand je vois l’endroit où je me suis dirigé malgré moi. Je redémarre plus doucement et poursuis sur cinq cent mètres avant de me garer. J’attrape le sac avec la glace, sors de la voiture et la verrouille. Je laisse mes yeux de lycan sortir pour mieux y voir. Je m’enfonce dans la nuit sur un étroit chemin herbeux cerné par d’immenses pins douglas. C’est la nouvelle lune, je dois me contenter de la lueur des étoiles pour me diriger. Je ne veux pas me servir de mon téléphone, car cela serait confirmer que Mick ne m’a envoyé aucun message.

Enfin arrivé, je pose mes fesses sur une pierre plate et ouvre mon pot de glace à la vanille. Sans aucun entrain, j’enfourne une cuillère entre mes lèvres. Puis je serre les dents. J’ai besoin d’Alessandro pour atteindre mon but. Et je ne peux pas revenir en arrière, même si je le souhaitais. Je ne peux pas parler de mon projet à Ruby, elle serait contre. Peter aurait moins de scrupule, mais n’ira jamais contre sa femme. Et je pense que Derek souhaite rester neutre. Puis ce n’est pas comme s’il avait un réseau d’informateur comme Aless’. Je tourne le problème dans tous les sens, tout me ramène à l’accord que j’ai scellé avec le patron du Pink Print. Le travail demandé en échange… franchement j’ai vu mon père le faire. Il ne faut pas être naïf, la famille Wilder n’a pas amassé sa fortune avec des œuvres caritative. Mon père est l’un des meilleurs traders du pays. S’il a une éthique, il n’en reste pas moins un requin de la finance qui ne fait pas de cadeau. J’ai été éduqué pour savoir naviguer en eaux troubles. Aless’ savait à qui il s’adressait avec sa demande particulière. Mais voilà, ce soir je me suis engueulé avec Mick. Il est parti je ne sais où. Chez le rouletteux je parie. Il va encore me regarder de haut le rouquin.

- Merde, merde, merde et re merde !

La glace me gèle la gorge, je frissonne, mais pas à cause de ce que je mange. Les larmes que je retiens depuis un moment finissent par glisser sur mes joues. De mon poste d’observation, je vois la vallée parsemée de lumière çà et là qui vacillent à cause de l’eau qui brouille ma vue. Dans mon dos, des piquets marquent l’emplacement de prochaines fondations. Je suis assis à l’endroit de notre futur salon. Je tente de m’immerger dans les plans de notre maison, de visualiser les murs autour de moi, la terrasse en surplomb juste devant. Mais la seule chose que je vois, c’est le dos de Mick et la porte qu’il claque. Mon cœur se serre. Il est mon ancre, ce pourquoi je trouve un sens de me lever chaque matin. Je sors mon téléphone de la poche de mon pantalon. Comme je le présentais pour ne pas l’avoir senti vibrer, il est vierge de tout message. Je le pose sur le sol et reprends le pot de glace. Je me sens nul à m’empiffrer comme une nana à la moindre contrariété.

Je cogite, refait notre engueulade en changeant mes réponses. Je revis la scène, mais en me faisant vainqueur de cet affrontement et Mick qui s’excuse platement d’avoir douté de moi. Mais c’est facile ainsi d’avoir le beau rôle. Je sais que sa réaction exacerbée est proportionnelle à la dangerosité d’Alessandro. J’essaye d’inverser les rôles, de me coller dans sa peau. Comme réagirai-je si c’était Mick qui avait passé une partie de la soirée en tête à tête avec Aless’ ? À ce moment présent, je dirais que j’aurais su garder la tête froide et fait confiance dans cet homme que j’ai mis tant de temps à apprivoiser. J’avais fait la morale à Garnet sur ce sujet, concernant son wendigo. Mick est pourtant un simple humain, mais il est aussi sauvage qu’un animal.

Je m’essuie les lèvres d’un revers de main et attrape à nouveau mon téléphone. J’écris fébrilement tout un monologue qui reprend point par point mes raisons de traiter avec le parrain local. Je justifie mes décisions et affirme les assumer. Je relis avant d’envoyer mon pavé. J’ai le doigt sur la touche envoi quand un hibou hulule au loin. Cela me fait sursauter. Je relis mon message une ultime fois et… l’efface. Je me rends compte que je ne parle que de moi et de ce qu’Aless peut m’apporter. J’oublie l’essentiel, un essentiel qui fait que je me sens mal.

Sa présence me manque.

Je retape un nouveau message, plus court et qui va à l’essentiel. Je ne m’excuserai pas d’avoir Alessandro parmi mes liens forts comme j’ai pu l’avoir avec le professeur de criminologie. Après tout, je n’ai rien dit de la fragrance subtile que j’ai sentie sur Mick lorsque nous nous sommes embrassés. Un parfum de l'amande, le même qu’il avait quand je suis allé le sortir des griffes de la reine rouge. Infime senteur que j’ai mémorisé, car à mes yeux cette femme représente un danger. Cependant, je conçois que Mick voit sa mère, à défaut de m'en parler.

« - Ensemble nous sommes plus forts. Je t'aime. »

© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar


Humeur : Observateur

Messages : 1465
Points : 1457
Réputation : 226

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: La colère est force de mouvement (Chad& Mick)   Jeu 17 Mai - 20:46

Info:
 
Coup double
Mick
ft.
Alessandro
J’ai la cible dans mon champ de vision. Malgré la distance, je le distingue parfaitement.

J’ai pris soin de ne pas être placé dans le vent pour m’approcher du Pink Print. S’il est facile de ne pas être vu, l’odeur peut trahir une présence pour un loup-garou à l’odorat naturellement développé.

Je suis dans le bâtiment en face, placé à un point plus haut. Au moment propice, par un jeu de miroir, un rayon de soleil l’éblouit durant une fraction de seconde. Suffisant pour susciter son attention.

Il est beaucoup trop sur ses gardes pour ignorer la possibilité d'être observé. Il ne m'a pas vu, j'en suis certain. Mais le doute qui s'immisce est, quant à lui, bien présent.

Habilement à l’abri, il peut profiter de la foule présente dans son établissement. En quelques pas, il est hors de portée.

Alors que je tente de suivre ses déplacements, je vois non plus un mais deux visages déplaisants.

Que fait Therence au Pink Print ?!

Il n’a pas l’âge minimal pour boire de l’alcool. Cet endroit n’est clairement pas fait pour un mineur et je suis étonné qu’il ne soit pas mis dehors.

Pour quelle raison aurait-il un passe-droit d’Amaro ? Je ne suis pas certain qu’il apprécie que la police apprenne qu’un adolescent fréquente son établissement.

Je note l’information dans un coin de ma mémoire.

Je sais pertinemment que je n’en ai pas fini avec Amaro. Et c’est peu dire.

* * *

L’excès de violence quand j’ai claqué la porte était involontaire. Nul doute que ça a fait qu’empirer le ressentiment de Chad.

Mais j’ai des crampes dans les bras tellement mes poings sont serrés.

Ce matin je découvre qu’Amaro a trafiqué ma voiture, puis la reine m'a mis en garde contre lui.  Je n'ai pas peur de ce mafieux de seconde zone mais je dois reconnaitre que la situation me fait perdre mon sang-froid. Il y a des points sensibles qui me font réagir. Et Chad en est un.

Alessandro Amaro est la personnification de l'objet de ma colère actuelle. Je l'imagine se pavaner devant mon fiancé à qui j'en veux également de se laisser approcher par les griffes d'un loup tel que l'italien. Ce n’est pas un manque de confiance en Chad, cependant, le terrain sur lequel il avance est risqué et dangereusement attrayant.

Que peuvent-ils faire ensemble ? Ils seraient bien idiots de me faire croire qu'il s'agit juste du projet du Pink Print. Amaro a d'autres choses en tête. Et même si je mets de côté une certaine jalousie, ça ne me dit rien qui vaille.

Le mafieux tisse une toile sur Beacon Hills. Chad ferait un allié de qualité. Je sais les multiples desseins qui peuvent nécessiter une intelligence comme la sienne. Mon fiancé n'est pas sans ressource. Au contraire. Et c'est ce qui m'effraie. Quelle part de lui Amaro est-il capable de faire ressortir ?

Quelque chose de sombre a éclos en Chad depuis la mort de Fiona. Je dois l'empêcher de s'enraciner.

Les hangars se dressent devant moi dans la pénombre. Je repère celui qui est aucunement abandonné.

Le même homme surveille farouchement l'entrée du HCC. Je garde bien en tête le message que le rital m’a laissé parce que je l’ai piqué au vif.

Je te proposai un combat à la loyale.
Tu as choisi d'attaquer dans le dos.
Voici ce qu'il en coûte de marcher sur la queue d'un fauve...
Début, ou fin d'un album souvenir ?
A toi de choisir.
Il prezzo è appena salito

Ce soir, j'espère frapper suffisamment fort pour qu'Amaro comprenne que je suis capable de faire mal également. Moins de sagesse, plus de violence. C'est ce qu'il cherche. C’est le langage qu’il comprend.

En réagissant ainsi je joue peut être à son jeu. Mais peu importe. J’ai besoin d’évacuer ces tensions.

Il ne s'agit pas du second round entre lui et moi mais plutôt d'une transition vers l'étape suivante.

Je vais découvrir ce que tu trames, Amaro. Je te le garantis.

Fini le combat de coqs. Dorénavant, ce sera le lion et le loup.

Mais il y a d'autres variables que je souhaite ajouter à l'équation. Qui de mieux qu'un nuisible pour en agacer un autre ?

J'envoie un message en imaginant son destinataire s'étouffer avec son café avant de jubiler dans un ricanement puéril.

"Tu m'en dois une, Garnet. Rendez-vous au HCC dans 30 minutes.
MW."

Collaborer avec Therence ? Une folie !

* * *

Je ne sais pas ce qui l’a incité à répondre à mon invitation forcée car nous ne nous supportons pas l’un l’autre. Néanmoins, mon complice d’embrouilles finit par arriver.

Je hausse les sourcils face à ses premières revendications mais je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire. Quoi qu’il en dise, il est venu.

S’il me gratifie du surnom du héros à la chauve-souris, je me retiens de lui dire qu’il accepte le rôle du second, l’adolescent aux allures comique qui l’accompagne.

J’expose mon intention sous un regard à la fois perplexe et enjoué. La rébellion est un art pour Garnet, il aime être un grain de sable dans les rouages, le diablotin qui vient susurrer à l’oreille le mauvais moment à venir. C’est ce dont j’ai besoin ce soir.

* * *

J’encaisse un puissant coup dans la mâchoire. Je crois qu’il m’en faudra un de l’autre côté pour la remettre d’aplomb.

Le temps d’attente était plus long que la dernière fois pour avoir l’honneur de passer sur le ring. Les brutes doivent se précipiter tous les soirs pour venir montrer à ceux qui en raffolent combien ils sont forts et violents.

Le deuxième business d’Amaro n’est pas exclusivement centré sur l’argent. Il nargue les bas instincts, de ceux qui arment leurs poings, comme ceux assis dans les gradins. Ce lieu n’a rien d’officiel, ni dans sa conception ni dans les règles qui y sont appliquées. Mais, le constat est sans appel. L’affaire est florissante.

Combien de bouteille de Grappa de Trapani aurait-il pu s’offrir ? Il n’a pas apprécié ce présent. Sa valeur marchande ne compte pas même si c’est un des autres langages que le rital comprend. C’est le message qui a valu au messager des douleurs non méritées.

Je fulmine encore de la réaction virulente d’Amaro. A-t-il fait ce sale boulot de ses propres mains ? Ou bien a-t-il missionné l’un de ses sous-fifres ?

Ce soir, même s’il ne porte pas lui-même les coups, il est aussi responsable.

Pour reprendre l’expression de Chad, j’ai péché un gros poisson ce soir. Trop pour moi. Mais c’était le but.

La dernière attaque est décisive. Et marque ma défaite.

* * *

Je vacille entre la conscience et le néant. Ma tête est un mélange de sons et de voix. Un accent italien désagréable me ferait bondir si je n’étais pas si mal en point. Le ricanement de Therence ne m’atteint pas.

Il n’y a qu’une voix parmi ce raffut qui parvient jusqu’à moi.

- Loulou, murmure Chad.

Je sens la douleur être happée par sa capacité de guérison. Elle laisse derrière elle un bien-être qui me fait sombrer pour de bon.

Les blessures qu’on m’a infligées atteignent le cœur de mon fiancé. Je sais la peine qu’il doit ressentir à me voir dans un tel état. C’est un moyen pour moi d’insinuer un autre message dans son cœur que celui que l’italien distille comme un poison.

À jouer avec le feu, on se brûle les ailes. Les retombées ne sont en rien négligeables. Je suis ce dommage collatéral pour Chad.

Amaro s’est bien gardé de lui raconter ma première venue au HCC. Lui en tiendra-t-il rigueur ?

J’affiche un rictus sur le visage en perdant connaissance. Une victoire douloureuse mais acquise. Chad s’y reprendra peut être à deux fois avant de collaborer avec un mafieux comme Amaro.

 
© Fiche by Mafdet Mahes

 
► Que cache Mick ? ◄

 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: La colère est force de mouvement (Chad& Mick)   Jeu 17 Mai - 22:35

Spoiler:
 

Empêcheurs de tourner en rond
Loulou ♥️
Partenaire d'affaires
Le Chieur N°1
Je regarde obstinément l’écran de mon téléphone à la page de mes échanges avec Mick. Pas de réponse. Certes, je ne m’excuse pas, mais il pourrait au moins me renvoyer un smiley, quelque chose qui me dise qu’il est au bout du fil, même s’il a besoin de temps pour décompresser et faire retomber le niveau des émotions qui l’ont amené à claquer la porte de l’appartement. Ce n’est pas notre première crise, et vraisemblablement pas la dernière. Un couple se construit aussi sur ce genre d’épreuves. Je sais ce qui l’ennuie. Je ne suis plus le doux étudiant qu’il a rencontré. À ce moment-là, j’avais réussi à mettre les drames de Boston derrière moi et trouvé une vie d’étudiant tranquille. Mais, il y avait eu mon premier enlèvement, le deuxième qui était monté d’un cran dans les tortures subies. Il y avait eu l’épisode Miya et le bouquet final avec ma mère biologique.  

Quand il a dû m’avouer mon adoption, Stephan m’avait longuement parlé de mes vrais parents. Dans un premier temps, je m’étais retrouvé dans ce père un peu idéaliste. Christopher Argent était une sorte d’anti héros. Après j’avais croisé la route de Fiona. Aussi brune que je suis blond. Le teint mat, alors que je suis pâle. La fougueuse agent du FBI que j’avais pour mère me semblait à l’opposé de mon caractère.

J’ai changé d’avis après son meurtre.

La colère est force de mouvement.

C’est elle qui m’anime. J’ai décidé de bouger au lieu d’attendre qu’on vienne me tirer dessus. Seulement quand un calme comme moi, se met en colère… Cela ne part pas dans la demi-mesure. Je refuse de rester planté dans un plan qui a si bien commencé. J’ai croisé la route de ce chasseur un peu hors norme qu’est Samael. Ce type est extrêmement prudent. Je suis le seul de Beacon Hills a savoir qu’il est un chasseur. Il m’a parfaitement fait comprendre que ma vie dépendait de ma discrétion. Encore un secret. Mais il n’est pas cher payé, sachant que Samael est d’accord pour tuer à ma place. Ce sont des salopards que nous visons. Mick trouve que je glisse sur la mauvaise pente, pourtant je suis revenu sur une ligne de conduite, ne tuer que par légitime défense. Mon vaste projet nécessite que quelqu’un mette le feu aux poudres. Samael est d'accord pour s'y coller. Cela ne me rend pas moins coupable, mais... Après, si je joue bien, il y aura une avalanche de conséquences qui devrait nettement éclaircir les rangs des chasseurs. Les types qui suivent le code ne sont pas censés se trouver impliquer.

Mon téléphone est toujours vierge de nouveau messages. Je n’aime pas ce silence. Son silence. C’est pire que de se hurler dessus. Le fond de la vallée en contre-bas est magnifique. C’est notre projet, mais cet endroit perd toute sa magie sans Mick.

Je me suis relevé, mes déchets soigneusement emballés dans le sac qui m’avait servi à porter mon pot de glace. Je l’ai mangé sans plaisir. Je suis même écœuré, moi qui suis d’habitude capable de torpiller mon pot et une partie de celui de Mick. Tête basse, je prends le chemin qui me ramène vers ma voiture. Mick est peut-être rentré et attend tout simplement mon retour.

Alors que je m’apprête à démarrer, mon téléphone vibre. Mick ! Enfin ! Fébrile et le cœur battant, je suis heureux et inquiet à la fois. Quel est son message ?

Le Chieur N° 1
Messagerie

T'es où ? t'es pas chez toi! Batman a des emmerdes!!

Quoi!? Tu l’as embarqué dans quelle merde Garnet ?

HCC Sur le ring pastèque trop mûre. suis pour r1. Grouille.


Le HCC ? Pourquoi Mick serait là-bas? Surtout maintenant ? Puis ce genre d combat, ce n'est vraiment pas la tasse de mon loulou. Se battre pour de l'argent devant une populace néandertalienne... C'est une entourloupe de l'autre pignouf. A moins qu'il ait réussi à traîner Mick pour une raison fallacieuse. Je le connais mon homme. Jamais il n'irait se battre dans ce genre de boui-boui. Je connais une partie des activité d'Aless, et le HCC n'a rien d'une scène où Mick aurait concédé à faire une démonstration. Puis cela va à l’encontre de tous ses principes de discrétion.

Je pianote à nouveau sur mon téléphone. Une sonnerie, deux, puis trois et cinq secondes plus tard, la voix neutre de la messagerie de Mick m’invite à laisser un message. Je décide d’envoyer un message avant de démarrer. Il n’y a aucune raison pour que Mick monte sur le ring du HCC. C’est aberrant !  Si c’est une mauvaise blague, Garnet va tâter du Dark Loulou, comme m’appelle parfois Mick quand il me fait un reproche voilé.

- Merde !

Loulou à moi
Messagerie

Je vais chez James. Ruby me demande si on est libre samedi pour manger au manoir.

C'est kiki cuisine ? ><

Peter. Il veut tester son bouquin de cuisine japonaise.

On n'a pas une excuse valable pour fuir ?

Non. Son chili de la dernière fois n'était pas si raté ^^’

:3

Je suis chez James. Il semble avoir trouvé quelque chose.

Heureusement que je sais que tu préfères les blonds aux roux ! OK à ce soir Loulou.

Ton Loulou ne résiste pas à l’appel d’une entrecôte cuisinée par un expert. Je ne rentre pas trop tard. Je reviens avec un pot de glace avec ton parfum préféré. Je t’aime.

Ensemble nous sommes plus forts. Je t'aime.

Où es-tu ? Je m’inquiète. Garnet a fait quelque chose ?


Il me faut peu de temps pour combler les kilomètres qui me sépare du hangar d’Aless. J’étais venu une fois. C’était en pleine journée. Je n’avais vu que le gérant. L’italien m’avait demandé mon avis sur un pilier qui s’affaisse sous le poids du bureau qui surplombe le ring. Je ne m’étais pas attardé dans ce lieu qui respirait le sang, la sueur et la violence latente.

Le garde chiourme à l’entrée refuse de me laisser passer. Le ton monte. Le raffut attire le bras droit d’Aless qui me reconnaît et me laisse entrer. C’est un grand black du nom d’Arès. Le bruit du mugissement des parieurs, le remugle nauséabond de l’ambiance survoltée me répugne. Mais tout cela s’efface quand j’aperçois Mick sur le ring. J’arrive pour le final… Plus tard, je me dirais que ce n’était pas plus mal, car si j’étais arrivé plus tôt, j’aurais sauté sur le ring, défoncé le type qui vient de coller un uppercut à Mick et eut des emmerdes avec tous les parieurs pour avoir faussé le combat.

Je fends la foule, aussi assuré qu’un brise-glace. Ça râle, ça me retient par la manche et ça finit plié en deux, crachant du sang sur le sol. Dans mon sillage, de la douleur.

La colère est force de mouvement.

J’écarte sans ménagement les obstacles sans les voir. Ce n’est pas un jeune architecte qui avance, mais un loup furieux et inquiet. Les visages des parieurs se floutent. Étrange faculté de l’esprit de focaliser sur l’essentiel. Mick qui ne se relève pas sur le décompte de l’arbitre. Aless’ qui s’approche visiblement contrarié de me voir et Garnet que je repère grâce au regard que l’Italien pose sur lui après m’avoir vu. Je suis à un mètre du ring quand un dix clamé fort sonne la victoire du vainqueur. Je bondis sur le ring et vise le point névralgique qu’est la nuque. Mes veines noircissent aussitôt, au plus proche de son cerveau pour une action rapide.

- Loulou… Pourquoi ?

Je ne regarde pas l’autre combattant. C’est préférable, je serai capable de lui déchiqueter la gorge à coup de crocs. Mick sombre dans l’inconscience.  Je glisse l’un de mes mains vers son cœur pour soulager l’organe mis à rude épreuve. Mon regard se plante dans celui d’Aless. Pas besoin de paroles pour qu’ils comprennent que je réclame des comptes. Ma traversée en force jusqu’au ring a ameuté ses gardes. Qu’ils viennent donc, je suis chaud bouillant. Je retrousse les lèvres, prêt à mordre. Mon aura claque contre celle d’Aless. Il n’a pas une meute derrière lui, ni la colère qui m’anime à cet instant présent. Quelques mots d’italien, les gardes chiourmes retournent à la niche. A la bonne heure. Mon regard coulisse vers le chieur qui vient d’hériter d’un nouveau surnom : le nuisible.

Malgré le bruit, malgré les bousculades, il entend clairement le seul mot que je prononce à son encontre.

- Fuis !

La colère est force de mouvement. La terreur aussi…

Je sais que c’est le protégé d’Aless. J’attends une explication du patron des lieux sur la présence de Mick. Je sais qu’il ne gère pas qui monte sur le ring, mais il était forcément au courant. Ou Mick a fait ça sur un coup de tête ? Que faisait Garnet ici ? Un tas de questions contradictoires se bousculent dans ma tête. L’arbitre vient s’agenouiller à côté de nous et me demande si j’ai besoin d’aide pour sortir Mick. Il m’indique le vestiaire où je trouverai une trousse de secours. L’homme est visiblement, à son nez cassé, un ancien boxeur. En deux phrases, il me conseille de mettre Mick en position latérale de sécurité et d’attendre qu’il reprenne ses esprits.

- J’en ai vu des KO, il va s’en remettre. Même si ce soir il ne s’en est pas sorti comme l’autre fois, ton ami sait se battre et sait se placer pour minimiser les impacts. Attend qu’il reprenne conscience avant de l’embarquer.
- Ok
murmuré-je.

J’avoue que la sollicitude de ce gars qui reste neutre dans son métier, m’aide à me reprendre et à revoir mes priorités. Soigner Mick, puis questionner Aless’. Quant à Garnet, la prochaine fois que je le croise, au mieux il finit dans l’état de Mick.

Avec précaution, je prends mon fiancé dans mes bras. L’arbitre me soulève la corde pour que je puisse passer sans trop de contorsions. C’est à mi-chemin du vestiaire que je réalise le corollaire des mots de l’arbitre.

« Même si ce soir il ne s’en est pas sorti comme l’autre fois… »

L’autre fois ! Ce n’est donc pas un coup de tête de Mick suite à notre dispute. Je ne sais plus quoi penser. Que veut-il prouver ? Qu’il est fort ? Pourquoi Aless’ ne m’a rien dit ? Pourquoi à contrario, c’est Therence qui m’a averti ? Je pose Mick sur une couchette qui a dû voir son lot de combattants amochés. Un gars, peut-être le suivant à aller défendre je ne sais quoi entre ces quatre cordes pose la trousse d’urgence à côté de moi et sort sans un mot.

J’ai appris ça sur le campus, je recherche les saignements abondants en palpant Mick, puis mes doigts recherchent une éventuelle fracture. Il a un œil enflé, la lèvre coupée et une arcade explosée. Le reste de son corps est couverts d’hématomes. Mais quelle idée insensée. Comme il me l’a été conseillé, je le place en PLS. Je fouille la trousse de secours et suis étonné de la trouver bien fournie et avec des produits de qualité. Je nettoie les plaies de Mick avec une solution aseptisante. Je profite de son inconscience pour que cela soit moins désagréable pour lui et termine avec des sutures adhésives. Je tergiverse sur ce que je dois faire. L’emmener à l’hôpital ou pas ? Hôpital égale questions. Est-ce que la mère de Scott aurait la bonne idée d’être de service ? Puis je me dis que là, il ne s’agit pas d’une affaire surnaturelle, mais bien humaine.

- Tu as la soirée pour préparer une explication solide de pourquoi mon mec se retrouve à se faire tabasser sur ton ring.

Je me retourne. Aless’ est là.

- Je suis un type de parole, mais… je te conseille à l’avenir de prendre soin de Mick comme tu prends soin de me ménager.

C’est une menace. Adressée au parrain local. Il peut clairement ordonner à l’un de ses mecs de me coller une balle dans la tête au moment où je ne m’y attendrais pas. Mais…

Mais il a besoin de moi, comme lui peut m’être utile. Je me suis engagé sur cette pente, car il y a un équilibre qui se fait non par des moyens de pression, mais pour l’intérêt que nous y gagnons chacun. Rompre cet équilibre, c’est rompre le contrat.

Mick papillonne des yeux, je n’écoute plus ce que l’Italien a à dire. J’aspire à nouveau sa douleur dès qu’il grimace.

- Je te ramène à la maison, si demain matin tu ne vas pas mieux, je t’emmènerai à l’hôpital.

Mick est trop faible pour me répondre. Ça me vrille le cœur de le voir dans cet état. C’est allé trop loin. Je glisse mes bras sous ses genoux et derrière son dos pour le soulever à nouveau.

- Rends-toi utile et ouvre-moi la porte.

Je coupe court à sa tentative d’explication. Je ne suis pas d’humeur, mais pas du tout.

***

Bien qu’il fût épuisé, j’ai forcé Mick à prendre une douche par crainte des infections. Nous avons aussi une trousse de première urgence, mais plus sophistiquée. Je cherche un analgésique que s’administre en intramusculaire. Mick ne sent même pas la piqure au milieu de sa douleur.

***

Il dort, plus assommé qu’ensommeillé. Adossé à la tête de lit, je le tiens entre mes bras, nus, peau contre peau pour absorber sa douleur et son mal pendant qu’il récupère. Je passe par toutes les émotions possibles. J’espère que le lendemain ne sera pas l’heure des choix à faire et des ultimatums.

Sans Mick je ne saurais pas vivre.

Seulement comment vivre heureux quand nous sommes cernés par le danger ? Adriann ne répond plus à mes appels. Je sais qu’il n’est pas mort, simplement parce que je l’ai entr’aperçut se faufilant dans son cours pour m’éviter. Après cela, j’ai arrêté d’appeler. C’est aussi à ce moment-là que Matthias et Matrim se sont crashés en Inde.

Le matin nous cueille sans concession. J’ai le teint pâle de celui qui n’a pas fermé l’œil de la nuit, le visage en serpillière. Mick est à l’inverse une explosion de couleur, jaunes, bleus, pourpres…

- Loulou, tu devrais peut-être lire tes messages avant de foncer tête baissée.

Mick frisonne entre mes bras. Chaque geste lui est difficile. Je lui mets son smartphone entre les mains.

- Au contact « Loulou », soufflé-je à son oreille.

© Fiche by Mafdet Mahes

Que cache Chad ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar


Humeur : Observateur

Messages : 1465
Points : 1457
Réputation : 226

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: La colère est force de mouvement (Chad& Mick)   Mer 20 Juin - 21:56

Le Coeur et la Raison
Mick
ft.
Chad
Le moteur grondait dans cette rue peu fréquentée.

Je ne voulais pas qu'il me rattrape avant d'avoir pu agir. Après ça, peu importait. Les pièces du puzzle reprendraient leur place progressivement.

Je n’avais pas autant de temps que je l’aurais souhaité. Mais j’ai déjà menée toute cette réflexion. Hésiter ne donnerait rien de plus.

Et les choses s’étaient précipitées, engageant encore davantage ma décision.

Je faillis laisser tomber la moto sur le côté en arrivant. Méticuleux, je pris quelques précieuses secondes à déployer la béquille.

L'entrée du laboratoire était dissimulée. L'aspect délabré des alentours constituait le meilleur camouflage. Dans la trémie d'un vieux monte-charge, un boîtier à code qui semblait hors-service permettait d'accéder au véritable système de sécurité.

Ils m'en avaient donné l'accès.

La machinerie s'activa, la plateforme descendit de deux niveaux avant qu'une porte blindée s'ouvre face à moi.

Le laboratoire du docteur Monroe s'étendait sous ce quartier grisâtre de la ville.

L'intérieur tranchait nettement. Ses installations technologiques coûtant une fortune étaient soigneusement déployées ici, dans un cadre épuré.

J'entrais à la hâte dans le poste de commande pour activer la console de contrôle.

Derrière l'imposante vitre sans teint, dans la salle blanche, je distinguais le fauteuil sur lequel je m'étais déjà installé. Le casque cérébral reposait sur le pupitre qui pulsait d'une lumière bleutée.

J'avais parfaitement retenu le déroulé du processus.

L'ordinateur afficha virtuellement mon cerveau dans son intégralité. Je n'avais pas le nécessaire pour détruire ce programme non officiel et ce n'était peut-être pas la bonne solution. Mais je pouvais m'en servir à bon escient.

Je n'avais pas expliqué ces détails dans la vidéo. J'espérais que le message que je m’étais adressé suffirait à faire avancer les choses dans les années à venir.

Dans le coffre derrière moi, de petits flacons contenaient le produit puissant qui permettrait d'activer mes synapses plus qu'il n'était possible habituellement.

Le docteur Monroe m'avait montré l'explosion d'activité dans le cerveau provoquée par cette substance. Il avait utilisé la métaphore d'un immense manoir dont on ouvrait toutes les portes.

C'était ce qu'il fallait pour vider les pièces et tous les souvenirs qu'elles contenaient.

J'activais le programme avant de m'injecter le contenu de la seringue. Je savais que je devais me dépêcher avant que l'étourdissement qu'il engendrait m'empêche de continuer.

Le fauteuil était confortable, le casque enveloppait mon crâne. Je sentais les points d'appuis sur mes tempes et la légère décharge électrique qu'il diffusait dans mon cerveau.

Je savais que la douleur me ferait perdre connaissance. Le compte à rebours défilait en chiffres rouges sur le mur du fond.

Je fermais les yeux, chassant le doute face à ce processus qui allait broyer ma mémoire, et attendais la fin.

Parfois, elle justifiait les moyens.

- Mickaël, non ! Hurla-t-on.

Cette voix...je j'oubliais déjà.

* * *

Aujourd’hui…

Un pic de douleur me tire du sommeil. Je me souviens vaguement de la douche de la veille sans plus savoir comment j’ai fait pour rejoindre le lit.

- Loulou, tu devrais peut-être lire tes messages avant de foncer tête baissée, dit doucement Chad à mes côtés.

Je souffle et souffre à chaque mouvement. Passer la nuit dans ses bras, comme je le suppose, aura eu le mérite d’atténuer les blessures les plus importantes.

- Au contact « Loulou », précise-t-il en me donnant mon téléphone.

- Architecte, infirmier, assistant…quelle autre corde tu as à ton arc ? Demande faiblement.

Je souris en retrouvant les messages envoyés avant notre dispute. L’invitation de Ruby est là pour nous rappeler notre appartenance à une meute. Matrim n’a pas encore réussi à nous donner des nouvelles, Ian grandit très vite, Peter fulmine sur la relation de Derek avec l’un de ses collègues.

Nous n’avons jamais de quoi nous ennuyer avec les Hale.

Mafdet se moque souvent de leurs péripéties. Elle n’a pas tort sur le spectacle que ça provoque. Son regard félin est toujours très juste sur la nature de chacun.

Ensemble nous sommes plus forts. Je t'aime.

Ce n’est pas un message d’excuse ni teinté de colère. Si j’avais claqué la porte plus violemment que je ne l’avais voulu, la tension entre nous était réelle.

Mes émotions m’avaient conduit à HCC avant d’avoir pu lire ces quelques mots. M’auraient-ils conduit à agir autrement ? Je ne sais pas.

Le passé est immuable. Mes côtes en témoignent douloureusement.

Chad me sert doucement dans ses bras, comme pour accompagner le message

- Loulou… Pourquoi ? Me demande-t-il.

Je reste muet quelques instants. Ma démonstration n’est pas rationnelle. Mais ai-je totalement tort ?

- Pour te montrer que c’est à ça que mène la violence, tente-je d’expliquer. Et Amaro est fait de ça. Il vit de ce genre de business. Et il t’y entraine.

Nous avons quitté ça tous les deux : l’agressivité, la lutte, les coups brutaux destinés à protéger notre territoire. Pourquoi s’y risquer à nouveau. Les premiers mois de Chad en tant que loup-garou avaient été sombres.

Dans un autre registre, ses motivations actuelles le sont toutes autant.

Il me rappelle que moi aussi je cherche à arrêter un adversaire, le baron, pour ses crimes dont la mort dramatique de mes parents.

- Oui, je veux l’arrêter confirme-je. Mais pas nécessairement le tuer ni tuer des gens, au hasard ou bien ciblés comme nuisibles pour mes affaires personnelles comme le font les types tels qu'Amaro.

Peut-être était-ce un non-dit, un postulat que ma vengeance passerait forcément par un meurtre. Je ne sais pas où ces évènements me conduisent mais je sais que mes erreurs d’antan doivent me servir de leçon. Je n’oublierai jamais ma présence la nuit où les Argent ont fait le choix d’incendier le manoir des Hale.

Chad n’est pas encore arrivé à ce stade. Sera-t-il un jour la main armée d’une lutte ouverte ? Jusqu’au point de non-retour où la couleur de ses yeux témoignera d’un crime innommable ?

J’ai besoin que nous sortions. C’est ici que la dispute a commencé et je ne souhaite pas qu’elle éclate encore.

* * *

Alors que nous avançons vers le bord de la falaise, Chad me confie que c’est ici qu’il est venu instinctivement la veille.

Nous construisons notre avenir sur ce terrain. La première pierre pour bâtir notre cocon sera bientôt posée. C’est une question de jours.

Assis les jambes presque dans le vide, nous nous serrons l’un contre l’autre. L’air frais ne nous donne pas plus de courage pour continuer une discussion difficile.

Nous finissons par nous dire que l’amour fait admettre beaucoup de choses. Et que c’est aussi là un gage de sa force.

Aimer, c’est accepter l’autre.

- Je t'aime, acquiesce-je. Toi, Chad. Doux, audacieux, intelligent et passionné. Mais depuis la mort de ta mère, tu sombres vers quelque chose de sombre et brut.

Je ne mets pas sous silence cet événement dramatique. L'évoquer ravive une plaie qui n'a fait que s'infecter. Parfois, lorsqu'une cicatrice n'est pas belle, il faut rouvrir la blessure. Et recommencer le processus de guérison.

- Tu as accepté mon ancien rôle de chasseur, le poids que je traine d’avoir perdu mes parents, les actes troubles de mon passé dont je n'avais moi-même plus connaissance, énumère-je. Tu as vu Robin revenir dans ma vie, tu m'as vu disparaître. Tu as subi beaucoup, aussi.

Je lis sur son visage que ces événements lui ont couté.

- Nous sommes complémentaires, continue-je.

Je sais combien son amour a pu être remis en cause depuis que nous nous connaissons. Il semblait ne jamais avoir failli, malgré les remous.

- Nos vies sont presque identiques, continue-je. Nous sommes plus que jamais héritiers des décisions et des actions de nos parents. Nous avons connu des drames qui nous ont endurcis à défaut de nous détruire.

- Mais...devance mon fiancé.

- Mais il y a une grande différence entre nous, Chad, ajoute-je avant de marquer une pause.

Je serre la mâchoire parce que ce que je m’apprête à dire nous fait lentement glisser vers un inconnu terrifiant.

- Mon monde s'est écroulé à l'âge de 8 ans, rappelle-je.

Il n'y a aucune jalousie de ma part, je suis heureux qu'il ait pu avoir cette enfance paisible.

- L'homme que tu aies s'est façonné dans une vie agréable, explique-je. J'ai dû grandir avec un poids sur les épaules, une détresse qui m'a poussé aux mauvais endroits et aux mauvais moments.

Je n'ai pas besoin de rappeler ce que j'ai découvert sur ma famille et moi-même depuis mon arrivée à Beacon Hills, nous en portons le fardeau chaque jour.

- Tu vis un condensé de tout ça dans un temps très court, analyse-je. Là où un enfant est malléable et peut s'adapter, en bien comme en mal, un adulte se retrouve contraint de briser certaines choses qui le définissent.

Il a changé. Presque radicalement. C’est ce qu’il peut lire dans mes yeux sans que j’ai besoin d’en dire davantage.

Qu'adviendra-t-il dans ce futur hypothétique ? Est-il éloigné de la quête d'une vie presque parfaite à laquelle chacun rêve ?

- J'ai peur, dis-je.

Les mots font mal. Mais ils sont nécessaires pour exprimer avec franchise nos angoisses les moins palpables.

Impatient et sans doute inquiet de ma réponse, Chad réitère sa question.

- Peur de ne pas aimer ce Chad-là, annonce-je enfin.

Je tourne nerveusement ma bague autour de mon doigt. Mes yeux se perdent en contrebas. Je ne suis pas capable de soutenir son regard. Là où habituellement je m’évertue à être droit, je fléchis sans retenue.

Le vent se lève doucement comme pour chasser notre peine commune. Il ne fait rien d’autre que balayer la cime des arbres qui s’étendent jusqu’au manoir des Hale.

C’est dans les bois que notre relation avait pris un virage il y a maintenant deux ans. Ça avait commencé par des coups. Et puis nous nous étions embrassés.

Hier soir, j’ai reçu des coups. Plus que de raison.

Mais je ne suis plus tout à fait sûr qu’un baiser suffise à arranger la situation.

© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Mick ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: La colère est force de mouvement (Chad& Mick)   Mar 26 Juin - 11:27

La colère est force de destruction
Chad
ft.
Mick


- Architecte, infirmier, assistant…quelle autre corde tu as à ton arc ? Murmure Mick laborieusement.
- Amoureux ?

Mick sourit en remontant le fil de nos discussions sur son téléphone. L’invitation de Ruby qui ne manque pas de nous faire parler et parier sur les fantaisies qui ne manqueront pas au cours du repas. Enfin, il tombe sur ce que je lui ai écrit, juste avant qu’il ne monte sur le ring. « Ensemble nous sommes plus forts. » C’est notre maxime, celle qui nous permet de tenir devant l’adversité. J’en avais écrit des messages, vifs et blessants. Tous effacés. La colère engendre le chaos. Pourtant c’est un sentiment si difficile à contenir.

- Pourquoi ? demandé-je alors que mes paumes absorbent sa souffrance.

J’ai fait ça toute la nuit. Je suis épuisé, pourtant je continue. Ce n’est rien face à son état.

- Pour te montrer que c’est à ça que mène la violence. Et Amaro est fait de ça. Il vit de ce genre de business. Et il t’y entraîne.
- Ce que tu dis est vrai Mick. Néanmoins chaque vérité a plusieurs facettes, comme une pièce de monnaie. Je te fais la promesse de garder le doré de mes prunelles.


C’est la condition sine qua none de mon contrat avec l’Italien. Une barrière que je mets en rempart contre ce que craint Mick.

- Et je te rappelle que tu suis aussi la voie de la violence avec le Baron. Nous nous sommes fait tirer dessus quand je suis allé te chercher. Et sans la squadra d’Alessandro…

Comment lui expliquer que l’Italien était un mal nécessaire, et le reste encore ?

- Oui, je veux l’arrêter confirme Mick. Mais pas nécessairement le tuer ni tuer des gens, au hasard ou bien ciblés comme nuisibles pour mes affaires personnelles comme le font les types tels qu'Amaro.

… ou moi, bien que je revois un peu l’envergure de mon projet. Ma rencontre avec Samael y est pour quelque chose. Le chasseur n’a aucun mal à tuer de sang-froid et embrasse la cause des autres sans hésitation si elle suit son idée de l’ordre des choses. Fréquenter des tueurs est formateur. Samael ne semble plus avoir de vie, car il drague un peu trop souvent la mort. Alessandro est pareil dans un tout autre genre. Je comprends cependant l’inquiétude de Mick. Il énonce le désir de prendre l’air. Je fronce les sourcils, ne le trouvant pas en état. Mais il argue que notre dispute a commencé ici et qu’il est bien que nous changions d’air. J’accepte et suis aux petits soins, jusqu’à l’aider à s’asseoir dans la voiture. Ses côtes le font souffrir. Il m’a interdit de prendre à nouveau son mal, devinant ma fatigue, disant que je serai plus efficace si je me repose un moment. Mick, la voix de la raison.

***

La falaise, l’emplacement de notre future maison. J’avoue à Mick que hier soir, mes pas m’ont menés ici, sans calcul, à l’instinct. Ce lieu est déjà ma tanière et mon refuge.

Assis l’un à côté de l’autre, les pieds dans le vide nous observons la vallée en contre bas. J’appréhende la discussion à venir. J’ai peur de ce que va dire Mick. Mon cœur se serre. Je prends sa main dans la mienne et la serre doucement. Pour qu’il sente mon amour, pour qu’il ne prononce pas de mots terribles. Des mots qui risqueraient de me faire basculer.

- Je t'aime. Toi, Chad. Doux, audacieux, intelligent et passionné. Mais depuis la mort de ta mère, tu sombres vers quelque chose de sombre et brut.

Ma main se crispe sur la sienne. Que donnerai-je pour revenir en arrière, éviter ce drame et rester ce doux jeune homme qui l’a séduit ? Le souci est qu’on ne balaye pas un deuil d’un revers de main, surtout lorsque le danger couve pratiquement à notre porte. Peut-être que le problème est là. Mick s’enferme depuis des semaines avec James sur ses recherches. Il ne voit plus les forces en présence à Beacon Hills. À sa décharge, je ne lui en ai jamais parlé, sauf l’autre fois au bar avec Adriann et Therence. Mick poursuit, résumant ce que nous avons subi.

- Tu as accepté mon ancien rôle de chasseur, le poids que je traîne d’avoir perdu mes parents, les actes troubles de mon passé dont je n'avais moi-même plus connaissance. Tu as vu Robin revenir dans ma vie, tu m'as vu disparaître. Tu as subi beaucoup, aussi.

Robin… Une boule de jalousie gonfle dans mon ventre. Ce mort tient bien trop de place dans la vie de Mick. C’est ridicule. Celui que j’aime a eu une vie avant moi, comme j’en ai eu une aussi. Je lui avais même demandé de me partager avec Miya. Quelle plus belle preuve d’amour pouvait-il me donner ? Mais rien à faire, Robin reste ce rival parfait contre qui je ne peux rivaliser.

- Nous sommes complémentaires, poursuit-il.

Il continue sa diatribe sur la responsabilité de nos actions. Je tente de le couper, d’expliquer mon point de vue, mais l’argument qu’il me sort, me réduit au silence. Sa vie a basculé à ses huit ans, alors que j’ai eu une enfance heureuse, au moins jusqu’à ma morsure.

- L'homme que tu es s'est façonné dans une vie agréable, explique-t-il. J'ai dû grandir avec un poids sur les épaules, une détresse qui m'a poussé aux mauvais endroits et aux mauvais moments.

Vie contre vie. Drame contre non drame. Je le trouve injuste.

- Tu vis un condensé de tout ça dans un temps très court
, reprend-il. Là où un enfant est malléable et peut s'adapter, en bien comme en mal, un adulte se retrouve contraint de briser certaines choses qui le définissent.

Je n’aime pas ce que je lis dans son regard, la lueur avec laquelle il me scrute.

- J'ai peur, dit-il.

Je suis terrifié par ce qui va suivre.

- Peur de ne pas aimer ce Chad-là, annonce-t-il enfin.

Mon cœur pèse une tonne. Ma main lâche la sienne. J’encaisse. Mal. J’ai envie de surenchérir, de lui dire que ma vie a été broyée lorsque j’avais deux ans à peine. Adopté pour être mis à l’abri. Gardé dans l’ignorance pour ma sécurité. Je pourrai lui rappeler que je n’ai pu partager que quelques semaines avec celle qui m’a mis au monde avant qu’on ne me la vole. Mais Mick sait tout cela. Je me lève et m’éloigne un peu, blessé. Je n’ai jamais rien dit des risques qu’il prend depuis qui nous nous connaissons, jusqu’à se lancer en appât en aveugle. Mon regard erre sur notre terrain, suit des lignes fictives où se dresseront les murs porteurs, effleure la tombe sans nom de Robin.

- Je ne peux pas ressusciter ma mère, Mick, murmuré-je d’une voix rauque, la gorge nouée par l’émotion.

… et de ce fait, le Chad que tu as connu. Oui j’ai changé. Mon cœur est meurtri et plus que jamais j’ai besoin de lui. Il m’aide à avoir un but. Si Mick abandonne la pierre précieuse qu’il a trouvé à la moindre bosse… J’ai envie de crier que je suis un être vivant, pas une poupée qui conserve son lustre année après année. J’ai changé et changerais sûrement encore. En mieux, en moins bien, en fonction de ce que je vie nous réserve. Je ne maîtrise pas les cartes que l’on me donne. Je dois faire avec et jouer au mieux avec ce que j’ai entre les doigts.

- Je vais te dire le travail que j’effectue pour Alessandro en échange de ton sauvetage et de son réseau d’information.

J’ai un peu appuyé sur le mot sauvetage. Car le comble est que ce sont les actes inconscients de Mick qui m’ont conduit à demander de l’aide au rital.

- Les « crimes » que je commets pour son compte, c’est tout bonnement du trafic d’influence. Des permis de construire facilités, des horaires assouplis pour l’ouverture du Pink Print, ou l’aider à faire main basse sur de l’immobilier dans le quartier populaire. Pour cela je ne tue pas, ne fais presque rien d’illégal, pire, je joue au Chad que tu aimes. Celui qui sait se montrer gentil et attentif. L’ange à qui on donnerait le bon dieu sans confession. Ce qu’Aless fait de ce qui l’obtient, ça le regarde. Je ne m’en mêle pas. Tu ne peux pas m’en rendre responsable.

Je lis la désapprobation sur le visage de Mick. Je soupire, las. Comment le mettre face à ses propres contradictions sans nous brusquer ?

- Il me semble que tu tiens mon père en très haute estime, non ? C’est lui qui a façonné une partie de l’homme que j’étais quand nous nous sommes rencontrés. Mes acquis.

Stephan Wilder, trader de renom, si doué dans son métier que son salaire est indécent. Un homme a l’intelligence hors norme, un QI rare. L’intelligence ne rend pas meilleur, ni bon, elle vous rend… efficace.

- Tu crois qu’il est arrivé à son niveau en étant doux ? Non. Si les actionnaires lui disent merci, je ne pense pas qu’il en est de même pour les employés des boîtes qui se sont trouvées dans son collimateur. Et si j’ai pu être ce doux Chad, affable et gentil, c’est grâce à la vie aisée et sans soucis qu’il m’a offert aux dépens de beaucoup. Des gens ont perdu leur travail et leur maison pour que je devienne ce garçon doux que tu affectionnes.

J’erre sur le chantier, les mains dans les poches, des interrogations plein la tête. La première fois que j’ai pris conscience de la cruauté de la vie, c’est quand Emy est morte. J’ai réussi à me reconstruire, me relever. Et oui, je suis redevenu ce garçon doux et affable. Celui qui a réussi à apaiser Mick. Mais ce n’était qu’une des facettes qui me caractérisent. Celui que Mick appelle « ce Chad-là », existait déjà, bien avant que nous nous rencontrions. Les événements nous ballottent et nous brusquent et quand la tourmente se calme enfin, ce n’est pas forcément le plus joli côté de la pièce qui reste visible. Il me faudra du temps pour arborer ce garçon doux. Seulement Mick doit comprendre qu’il n’y a pas un nouveau Chad. Je suis simplement le même homme qu’il découvre sous une autre facette, comme je l’ai vu lui sous son plus mauvais angle : celui qui met le feu au manoir des Hale. Je me rapproche à nouveau de lui et plonge mon regard dans le sien.

- Mick, je crois qu’il est temps que je paye ma dette à la société. Et si cela peut te rassurer, j’ai revu mon projet à la baisse. Drastiquement.

Sous la douleur du deuil récent, j’avais imaginé un génocide. Puis j’ai croisé Chris Argent, mon cousin. Il fut un temps où il a suivi son père, Gérard. Il a du sang de surnaturels sur les mains et à son regard dur, je devine qu’il a été complice d’exécution non vraiment justifié par le code d’honneur. Dois-l'éliminer ? Un regard que j’ai retrouvé dans les yeux de Samael. C’est leur contact qui m’instruit et qui me montre la frontière à ne pas franchir. A tempérer aussi ma vision des choses. Il faut que Mick me fasse confiance. Qu’il comprenne que l’homme qu’il aime n’est pas qu’un doux agneau. Que j’ai une part de noirceur que j’estime contrôler grâce à lui justement, car il me donne un but dans la vie.

- Rappelle-toi du hangar où tu m’as extirpé avec Adriann. Rappelle-toi leur activité. Et bien ils continuent. Un membre de la fraternité de Matthias manque à l’appel. Et c’est grâce au réseau d’Aless, que je sais que les « bouchers » lui sont tombés dessus. Son corps a déjà partiellement été vendu au détail !

Je respire un peu pour me calmer. Ma voix était devenue un peu violente et je ne veux pas que nous repartons dans une dispute.

- Tu aspires à la tranquillité, à notre bonheur dans cette maison qui va se construire ici. Moi également Mick. Et je vois au-delà d’une simple vie à deux ici… Mais je ne peux pas rester les bras croisés alors qu’on vend du lycan au détail quasiment sous nos fenêtres. Je ne peux plus faire comme dans mon enfance, vivre une vie dorée et fermer les yeux sur ce qui m’entoure en priant que le malheur qui les touche ne viendra pas jusqu’à moi.

Nos regards se confrontent. Je poursuis, lui livre mes activités.

- J’ai croisé la route d’un type. Peut-être pire qu’Amaro. Je ne te dirai pas son nom, car j’ai promis de garder son identité secrète. Et quand je donne ma parole, ce ne sont pas de vains mots. Il est comme toi, il a la mort aux trousses.

Je laisse Mick encaisser. Il se focalisait sur l’Italien, alors que Samael est bien plus avancé dans la noirceur que le patron du Pink Print.

- Mon but est que nous puissions vivre en paix à Beacon Hills. Nous, la meute, nos amis et connaissances. J’ai restreint le champ à Beacon Hills, car tu as raison, il est vain de partir en croisade. Simplement, je ne vais pas attendre que l’on me prenne en chasse.

Alors, je lui explique mon prochain plan. Je lui décris les factions rivales de chasseurs. Les bouchers qu’il connaît déjà et les autres, ceux que je nomme les cow-boys car ils ont un ranch.

- Ceux-là, capturent des surnaturels, puis organisent des safaris de chasse sur leurs terres. Autant te dire que la lutte est inégale. Ils ont élevé la chasse à un jeu mortel. Avec l’homme dont je t’ai parlé, nous allons nous arranger pour mettre le feu au poudre, les monter les uns contre les autres pour qu’ils s’entre-tuent entre eux. Même si je me salissais les mains, je ne perdrais pas le doré de mes prunelles. Mon but est d’éliminer les dangers proches pour que nous puissions vivre en paix et non enfermés dans le bunker de notre future maison.

Je me rassois au bord de la falaise. Mick connaît maintenant mon projet qui est d’éliminer le danger avéré et immédiat. Prévenir, plutôt que subir.

- Amaro est chargé de retrouver la trace de ceux qui ont attaqué le manoir et tué ma mère.

Seul un tueur peut en retrouver un autre. Et ce n’est pas comme si on pouvait se faire aider de la police.

- Peux-tu me faire confiance Mick ?

Je lève vers lui un regard douloureux. Si je le perds, je m’effondre.

- Je sais qui est Alessandro. Mais sache qu’il a autant d’intérêt que nous à nettoyer la ville des pires tordus qui y sont. Le Chad que tu aimes existe toujours, celui qui te fait peur a toujours été là et je le tiens en laisse grâce à toi. Je suis une somme d’émotions, certaines positives, d’autres destructrices. C’est grâce à toi si j’arrive à conserver un solde positif. Quand on se marie, on dit pour le meilleur et pour le pire. Ne me demande pas d’effacer le pire, c’est impossible.

Je me tais un moment. Le soleil monte doucement dans le ciel et nous chauffe peu à peu. La journée sera belle.

- Tu dis que tu ne tueras pas nécessairement le baron. Mais s’il prenait la vie de ta mère, comment réagiras-tu ? Auras-tu la tempérance que tu me demandes ? Je suis navré Mick, mais je ne suis pas tout blanc, comme toi également. À nous de faire en sorte que le bilan de tout cela reste positif. Puis ne juge pas si radicalement mon allié dans cette affaire. Même Aless’ fait des additions dans sa vie et comme nous il joue avec les cartes qu’il a en main.


Mon regard quitte celui de Mick pour regarder l’horizon.

- Je te fais une promesse, celle de conserver la couleur de mes prunelles. Mais ne me demande pas de détourner le regard quand l’ami d’un ami se fait charcuter pour être vendu comme de la vulgaire viande. Ne me demande pas d’arrêter de chercher le meurtrier de ma mère. Et pour toutes ses taches, ce n’est pas un saint homme qui pourra m’aider à les accomplir, mais bien des gars comme Amaro.


© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄





Dernière édition par Chad Wilder le Lun 13 Aoû - 11:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar


Humeur : Observateur

Messages : 1465
Points : 1457
Réputation : 226

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: La colère est force de mouvement (Chad& Mick)   Lun 30 Juil - 20:46

Le maléfice du doute
Mick
ft.
Chad
Ma main s’enfonce dans la terre meuble et joue avec quelques cailloux comme un enfant distrait. Pourtant je ne loupe rien de ce que m’explique Chad.

L’avancée de son enquête sur les chasseurs de Beacon Hills l’a mené à plusieurs collaborations.  Il me dresse la carte de ceux qui sévissent dans les environs. Les factions sont nombreuses. Chacune fait preuve des comportements contraires au code. D’autres sont clairement composées de bouchers qui aiment traquer leur proie pour en faire commerce. L’horreur, davantage que pour du gibier ordinaire, c’est que ceux qu’ils chassent sont également humains.

- Mon but est d’éliminer les dangers proches pour que nous puissions vivre en paix et non enfermés dans le bunker de notre future maison, conclue Chad.

Il revient s’assoir à côté de moi, sans doute libéré du poids de toutes ces explications.

- Amaro est chargé de retrouver la trace de ceux qui ont attaqué le manoir et tué ma mère, ajoute-t-il.

Je comprends alors toute l’importance de leur collaboration. L'italien, incisif et brutal est le carreau d'arbalète que Chad cherche à retourner à l'envoyeur.

- Peux-tu me faire confiance Mick ? Demande-t-il en cherchant mon regard.

Je lui renvoie ma bienveillance, sans un mot mais attentif à ce qu’il a dit.

- Je sais qui est Alessandro, continue mon fiancé. Mais sache qu’il a autant d’intérêt que nous à nettoyer la ville des pires tordus qui y sont. Le Chad que tu aimes existe toujours, celui qui te fait peur a toujours été là et je le tiens en laisse grâce à toi. Je suis une somme d’émotions, certaines positives, d’autres destructrices. C’est grâce à toi si j’arrive à conserver un solde positif. Quand on se marie, on dit pour le meilleur et pour le pire. Ne me demande pas d’effacer le pire, c’est impossible.

L’évocation de notre union symbolique me fait sourire. Je sais qui nous sommes l’un pour l’autre et combien la vie est tout sauf parfaite. Grand mal y fasse sur mon besoin viscéral de contrôle et de pointillisme.

Les arguments de Chad sont cohérents. Il n’est pas en proie à la folie. C’est aussi ce qui aurait pu rendre son changement d'attitude plus dangereux encore.

- Je te fais une promesse, celle de conserver la couleur de mes prunelles, conclue mon loup. Mais ne me demande pas de détourner le regard quand l’ami d’un ami se fait charcuter pour être vendu comme de la vulgaire viande. Ne me demande pas d’arrêter de chercher le meurtrier de ma mère. Et pour toutes ses taches, ce n’est pas un saint homme qui pourra m’aider à les accomplir, mais bien des gars comme Amaro.

Ses mots m’échappent au-delà de l’engagement qu’il réitère car, de tout ce que nous venons de nous dire, une conclusion douloureuse émerge.

Chad doit déceler mon changement de posture, ce doute qui voile mon regard. Ses mots résonnent en moi et font chanceler ce que je pensais jusqu’alors.

Une certitude, comme un poison, s’invite entre nous deux : s’il ne m’avait pas rencontré, Chad n’aurait pas vécu tout ça.

Sans moi il n’aurait pas subi les tortures d’Alfred ni dû affronter la réalité de ses origines.

Il n’aurait pas rencontré Fiona et elle aurait été en vie. Peut-être se seraient-ils même rencontrés dans un futur plus serein.

Stephan n’aurait pas eu à révéler que sa bichromie lui a causé de sérieux ennuis dans sa jeunesse.

Robin est mort pour me protéger, James est paralysé à vie pour avoir croisé pour chemin et être devenu mon ami.

Je sais de raison qu'il est idiot et contre productif de spéculer sur ce qu'aurait provoqué les décisions que nous avons pas prises. Mais ces questions tourmentent mes pensées.

Je creuse égoïstement la tombe de mes proches en voulant honorer celle dans laquelle mes parents sont enterrés.

L’échange de nos anneaux signifie être ensemble pour le meilleur et pour le pire. Mais comment agir quand je suis celui qui lui a apporté le pire ?

Sans aucun argument rationnel pour la contrer, je sens que la culpabilité pèse durement sur mes épaules. Si forte qu’elle pourrait me faire tomber de notre promontoire.

Par petites touches, nous pouvons détruire des vies.

Pire que tout, je sais être incapable de combler l’abysse de son cœur.

Qui suis-je face à tout cela ? Avec le fardeau qui est le mien, avec les actes affreux et dommageables que j'ai aussi commis ?

Ai-je la force d’accepter ce qu’il a accepté à mon sujet ? Le contraire serait injuste. Est-ce là un dilemme atroce sur la force de notre amour ? Devons-nous comparer notre capacité à se focaliser sur le bon côté de l’être aimé ?

- Je… tu as raison, dis-je. Je te demande pardon.

Je suis incapable d’ajouter autre chose. Trop en dire, ou pas assez.

Ce conflit entre nous n’a pas lieu d’être. Je sais sa fidélité envers moi. La toile de la jalousie n’a servi que d’étincelle pour ce que j’éprouvais à son égard : la peur qu’il perde son âme.
Mais il n’a pas tord. Je n’ai pas le droit de juger de ses actes, même s’ils me déplaisent. Si nous nous appartenons par amour, ce n’en est plus fort que parce que nous sommes libres d’être vrais, sans masque, l’un envers l’autre. Ma peur est justifiée. Pas mon manque de confiance.

Et ma culpabilité ébranle tout le reste.

Je crois ne m’être jamais autant remis en question dans une relation de couple. Sans doute parce que Chad est le premier homme pour lequel je pense intimement que ma vie est à partager avec lui.

Aider l’autre à contrôler sa part de noirceur : voilà la mission d’un amour véritable. Mais ne suis-je pas un des cailloux jetés dans la mare qui a causé tout ce malheur autour de lui ?

Les vibrations sur la toile du destin sont incalculables. Et pourtant, je ne peux pas nier avoir eu un impact, perturbateur, peut être destructeur sur lui.

Il faut que je me focalise sur ce que je souhaite lui raconter à mon tour pour évincer le reste.

- J’ai rencontré la reine rouge, ici, à Beacon Hills, commence-je. Peut-être pour la dernière fois avant un temps indéterminé. Elle m’a présenté à un homme qui sera la figure d’autorité en son absence. Il s’agit du sénateur Franz Monroe.

Après l’implication d’un juge fédéral, dont j’ai appris la mort lorsque j’ai délibérément quitté la ville, un autre homme de pouvoir entre dans l’équation.

J’explique à Chad ce que sa présence a fait remonter dans ma mémoire. Le processus qui l’a affecté a été mise au point par Monroe, spécialiste émérite en neuroscience.

Je lui rappelle les brides de souvenirs que je lui avais déjà confiés, évoquant cette personne qui m’accompagnait dans la salle blanche. C’était elle. Mais ça n’était pas le moment où mon esprit avait été amputé.

- C’est seul que j’ai fait en sorte que la démarche aboutisse, explique-je. Je ne sais pas encore ce qui m’a poussé à précipiter les choses mais je sens que ces réponses sont juste là.

Je ponctue en tapotant ma tempe, mentionnant ma mémoire morcelée.

- J’ai aussi appris autre chose, déclare-je. Elle se fait appeler Marta.

Ma rancœur transparait sans doute dans mes paroles, affligé qu’elle ait changé d’identité en plus d’avoir rendu au néant la compassion que j’aurais pu espérer après tant d’années.

- Je sais, souffle-je, ce n’est pas son prénom.

Mais c’est un détail en comparaison à la femme qu’elle est devenue. Insensible et stratège. Personne n’échappe aux changements qu’induisent les blessures infligées au cours d’une vie.

* * *

Le manoir est toujours accueillant, Chad a réalisé un travail magnifique qui fait oublier un peu le drame dont cette bâtisse a été à la fois témoin et victime. J’ai un léger frisson en repensant à ma présence ici plusieurs années auparavant.

Ruby s’affaire avec Peter dans la cuisine et nous dit de prendre nos aises, comme à chaque fois que nous venons leur rendre visite. Le manoir a toujours logé une grande famille. Et permit de réunir de nombreux amis. Autrefois, il était un point névralgique, la meute étant plus imposante dans l’environnement surnaturel de Beacon Hills.

Il est vrai que le rôle ancestral d’une meute tend à disparaitre. La nouvelle génération évolue avec son époque. D’autres groupes se forment, Chad a rencontré certains de leurs membres. Que ce soit la troupe de paria dont fait partie le petit ami de Matrim ou l’organisation mafieuse d’Amaro.

Mais les jeux de pouvoir restent les mêmes.

- Tiens, Mick, tu tombes très bien, me lance Derek. J’ai une mission pour toi.

Je me doute de quoi il s’agit quand il me tend Ian qui agite les mains dans ma direction. La grimace de Chad dont l’odorat est plus développé que moi me le confirme. Mission changement de couche.

- Un vrai plaisir, ironise-je en souriant malgré tout à mon filleul.

En revenant avec les autres, j'entends Peter annoncer que nous allons nous régaler. Chad esquisse un sourire et m'adresse un clin d'œil complice. Si Ruby a hérité du savoir faire en cuisine de sa grand-mère, ce n'est pas tout à fait le cas de son mari.

Mais nous sommes agréablement surpris lors du diner. Pour un amateur de viande, comme tous ceux autour de la table, il a su rendre le poisson savoureux. Le repas japonais est plutôt réussi.

Peter revient de loin. À ce stade, qu'il s'affaire derrière les fourneaux n'a plus rien d'étonnant. C'est là encore une preuve de combien les autres peuvent nous changer. En bien comme en mal.

Je repousse difficilement la honte coupable qui s'est immiscé dans ma tête depuis ma discussion avec Chad.

Derek me gratifie d’un sourire amical. Je le trouve différent ce soir. Sa rupture avec Stiles avait marqué un nouveau changement dans sa vie alors je suis content de voir qu’il parvient à tourner la page.

Connu pour être le stéréotype du brun ténébreux, il est plus lumineux.

Avec les aléas d’une relation qui débute, Derek s’acclimate à une personne adulte. Ruby plaisante même sur quelques détails que Mafdet lui a rapportés et qu'elle pourrait révéler, s’attirant les grognements de son bêta de tête autant que de son mari qui n’approuve pas de laisser entrer un de ses confrères dans la vie des Hale. Seul Ian échappe au courroux de son père quand il babille en entendant le prénom du compagnon de son cousin.

- ‘Ric, s’amuse-t-il à dire pour montrer qu’il comprend de qui nous parlons.

Après le dessert, Ruby m'interpelle pour me proposer de donner le dernier biberon à Ian. Je la suis dans la cuisine.

- Un remède de grand-mère ? Demande-je en la regardant ajouter quelque chose au contenu du biberon.

- C’est une décoction de plantes rapportées par Mafdet, explique Ruby. J’alterne avec celles que Leoric a conseillées. C’est très efficace.

Je sais que mon filleul souffre parfois de troubles du sommeil. Sa croissance surnaturelle et aléatoire est une grande source d’inquiétude. De ce fait, Ruby, comme nous tous, sommes beaucoup plus protecteur avec lui. Heureusement, son état de santé est bon et ne présente rien d’autre d’anormal.

Je questionne mon amie sur son état psychologique. L’épreuve qu’elle a enduré ne s’effacera jamais et prendra énormément de temps à s’estomper.

Elle m’explique réussir à avoir des nuits plus ou moins complètes, profitant de l’apaisement que lui apportent ses rêves. Je sens qu’elle est distraite à ce sujet mais je n’insiste pas.

La soirée nous a mis du baume au cœur, prouvant que le quotidien peut aussi se résumer à un diner chaleureux avec des amis proches, des rires et des histoires de vie.

Passer du temps avec Ian réveille à chaque fois mon envie de fonder une famille. Mais vivre avec un homme complexifie ce futur rôle de père. Sans parler de la méchanceté gratuite de ceux qui préservent des modes de vie archaïques. Et les difficultés pour atteindre ce rêve sont nombreuses. Malgré tout, Chad et moi partageons ce souhait d’élever, un jour, un enfant.

Je quitte le manoir plus empli de gaieté que d'amertume.

- Bientôt, il ne faudra que quelques minutes pour venir les voir, dis-je à Chad en lui prenant la main.

Notre terrain appartenait au Hale jusqu’à ce que Derek accepte de nous le vendre à bon prix. Un acte conduit par notre amitié. Je sais qu’il est une personne sur qui nous pouvons compter.

Au-delà de ça, Chad et lui sont liés d’une manière que nous ne saisissons pas entièrement.

Les héritages du passé perdurent.

© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Mick ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: La colère est force de mouvement (Chad& Mick)   Lun 13 Aoû - 12:05

La colère est force de construction
Chad
ft.
Mick


Mes mots semblent comme filer dans le vent. Mick est resté silencieux mais attentif à ce que je lui disais. C’est la deuxième crise sévère de notre couple. Le sens commun dit que c’est salutaire, preuve d’un réel intérêt de l’un pour l’autre et que cela permet de rebondir et de consolider notre union. Je sais que Mick rêve de stabilité et de cet après. Ce temps qui viendrait une fois sa propre quête réalisée. Jusqu’à présent c’était un point lointain dans son avenir, mais depuis quelques temps il aspire à cette nouvelle vie. Son besoin de comprendre ce qu’il s’est passé avec ses parents est toujours présent, mais il n’est plus le seul moteur de sa vie. La naissance de Ian y est pour beaucoup, sa rencontre avec moi également. Il suffit de le regarder quand Ruby lui confie son fils. Mick se rend compte que le temps file vite et qu’il ne nous attend pas. Vingt-cinq ans déjà, la trentaine se profile, plus si éloignée. Et les anciens qui nous disent que le temps semble accélérer plus on vieillit, plus on se rapproche de la fin…

Le silence est revenu sur ce bout de terrain qui domine la vallée. Si Mick reste immobile son organisme le trahit. Sa respiration qui est devenue saccadée, son cœur bat soit trop profondément, soit superficiellement. Il a été clair de ses sentiments sur le Chad qu’à ses yeux je deviens. Cela m’effraye.

J’aurais pu céder, plier et tout abandonner pour ne pas le perdre. Mais cela serait trahir le Chad qu’il aime, enfin je crois. Je ne pense pas qu’il souhaite imposer à l’homme qu’il aime de se parjurer, d’aller contre sa conscience, pourtant je suis terrifié par les pensées qui le traversent alors que je viens de lui affirmer que je ne redeviendrai pas le paisible étudiant qu’il a rencontré. J’ai l’impression de jouer à quitte ou double, à pile ou face. Les muscles de Mick se détendent soudainement, il va réagir. La pièce vient de tomber au sol. Alors pile ou face ?

- Je… tu as raison. Je te demande pardon.

Je contiens mon soupir de soulagement. J’avais peur d’entendre le pire. Je ne me relèverai pas s’il devait me laisser. Il est mon ancre, maintenant plus que jamais. C’est son regard si particulier que je visualise quand la colère ou la frustration m’envahissent. C’est vers lui que se tournent mes pensées quand je pense à l’avenir. J’ai aimé d’autres personnes avant lui, mais pas de cette manière, pas au point de me noyer en lui.

- J’ai rencontré la reine rouge, ici, à Beacon Hills. Peut-être pour la dernière fois avant un temps indéterminé. Elle m’a présenté à un homme qui sera la figure d’autorité en son absence. Il s’agit du sénateur Franz Monroe.
- Un sénateur…


Bon sang, jusqu’à quel niveau de l’exécutif vont les ramifications de cette organisation ? Pendant que Mick m’explique les bribes de mémoire que cette rencontre a fait remonter, je réfléchis à l’ampleur de tout cela. Un sénateur après un juge fédéral. Un sentiment glacial s’immisce en moi. Jusque-là je voyais la reine rouge ou le baron comme des groupuscules qui s’infiltraient dans l’organisation étatique. Mais… Et si ce n’était pas une invasion de l’extérieure, mais quelque chose qui vient de bien plus haut ? Au cœur même du gouvernement ? Je sais par ma mère qu’une branche du FBI est au courant pour le surnaturel, vu qu’elle faisait partie de cette unité aux méthodes de recrutement très discutables.

Qui es-tu réellement Mick ?

- C’est seul que j’ai fait en sorte que la démarche aboutisse. Je ne sais pas encore ce qui m’a poussé à précipiter les choses mais je sens que ces réponses sont juste là.

… oublier qui tu es ?

- J’ai aussi appris autre chose. Elle se fait appeler Marta. Déclare Mick avec mépris.

Son dépit est palpable. Je l’entoure de mes bras et le serre contre moi. S’il est mon ancre, celui qui garde précieusement les clés de ma raison, je suis aussi celui qui le rassure. Celui contre qui il peut se blottir sans pudeur et baisser sa garde.

Je brise ce moment d’émotion en basculant sur le sujet de notre maison.

***

Le manoir Hale. Je secoue la tête quand Derek s’empresse de coller Ian dans les bras de Mick. Le fils de Peter hume le caca à nez de loup. Le nez de Mick n’est pas aussi sensible, mais il comprend vite la lâcheté de Derek quand sa main palpe la souplesse collante de la couche du garçonnet. J’assiste Mick… de loin. Moralement. Pourtant je ne le lâche pas du regard alors qu’il s’affaire à nettoyer les fesses de Ian.

- T’es doué pour ça, dis-je d’un ton malicieux. Une vocation qu’il ne faudrait pas briser…

J’intercepte à temps une couche malodorante roulée en boule. Je m’empresse d’aller déposer cette bombe puante dans la poubelle extérieure. Mais quoi ! Si Mick est plus à l’aise que moi pour changer un bébé…

Derek n’est plus avec Stiles. La rapidité avec laquelle il s’est trouvé un nouveau compagnon me semble étrange et pas très naturelle. Mon frère de meute ne m’a rien dit, mais je perçois quelque chose. Je ne dis rien, car il semble que je sois le seul à sentir le côté non naturelle de son engouement pour ce Norvégien. Quoi qu’il en soit, pour le moment, Derek semble être en accord avec lui-même. Je me promets tout de même de garder un œil sur cette liaison pour le moins étrange.

La soirée au manoir est paisible, Mick aux anges avec Ian. Je vois son admiration devant les progrès du fils de Ruby, les regards qu’il lance vers moi, son regard qui se fane en pensant aux obstacles que nous devrons franchir pour avoir une famille à nous. J’adhère totalement à son envie d’être père, que nous soyons pères tous les deux. Moi aussi je veux élever un ou plusieurs enfants, leur donner ce que j’ai reçu. Pour Mick, c’est offrir ce dont il a manqué. Seulement, nous ne nous sommes pas encore plongés dans les différentes possibilités qui s’offrent à nous. Adoption ? GPA ? Et il ne faut pas oublier les embûches, le regard des autres qui pèsera sur nos enfants.

***

Cela passe aux informations régionales. À la télévision nous voyons un hangar en flamme derrière un commentateur qui explique à force de qualificatifs l’horreur découverte dans ce lieu. « Trafic d’organes » annonce le titre de ce flash spécial. Mick qui est dans mon dos alors que je suis installé sur le canapé, me serre l’épaule. Je suis indirectement à l’origine de cette découverte macabre de la police.

Une semaine plus tôt…

Mafdet a accepté de nous aider. Pendant que Samael et moi allons mettre la pagaille dans le hangar des bouchers, elle volera la moto de l’un des cow-boys. La moto que Samael va conduire et qu’Aless’ m’a fournie est en tout point identique à cette volée par Maf’. L’Italien me l’a même fourni avec une plaque d’immatriculation identique. Alessandro est crispant d’assurance, mais c’est un professionnel. Il ne laisse rien au hasard. Il est aussi méticuleux dans ses affaires que je le suis avec mes plans d’architecte.

A l’heure prévue, Mafdet a volé la moto. La féline a réussi à sortir l’engin du ranch sans qu’aucun des nombreux chiens qui gardent le ranch n’aboient. Je me souviens qu’ils m’avaient coursé lors de mon repérage et c’était Samael qui avait dégommé le chien qui me poursuivait, attirant les cow-boys à ses trousses.

De mon côté, je suis en planque dans l’un des arbres non loin des hangar du boucher. Je suis là en soutien à Samael au cas où les bouchers lui enverraient un être surnaturel « conditionné » aux trousses. Si tout se passe comme prévu, je n'aurai rien à faire, juste à ne pas me faire repérer. Samael arrive en poussant la moto d’Aless pour la garer sans bruit au plus près du hangar. Il m’interpelle doucement par le biais d’un système de communication dont il nous a équipés.  

- RAS soufflé-je. J’ai compté la présence de cinq types.

Rapidement, je perds de vue Samael pendant qu’il s’infiltre dans le hangar se fiant au plan que je lui avais dessiné des lieux. Des détonations retentissent, les douilles compromettantes se dispersent sur le sol.

- Y a un type dans une cage, me souffle-t-il.
- Tu peux le libérer ?
- Je suis repéré…


Pour avoir moisi dans une de leur cage avec Adriann, je sais ce que ressent le prisonnier. J’aimerais demander à Samael de libérer la future victime des boucher, mais cela ne fait pas partie du plan et cela serait bien trop risqué qu’il s’éternise alors qu’il doit prendre la fuite selon un trajet qu’il a mémorisé.

- Fait diversion, je m’en occupe…

Insensé me dirait Mick. Mais je ne peux pas m’en aller sans rien faire. En quelques bonds, je passe de mon arbre à un lampadaire, puis au toit du hangar. En dessous, ça crie et ça canarde. Je me glisse à l’intérieur par une vitre ouverte.

***

C'est encore l’un des membres de la confrérie d’Anna et Parker. Tellement occupés à poursuivre Samael qu’ils n’ont laissé qu’un type en surveillance. Il ne me voit pas venir, je l'assomme. Il mériterait que je le tue pour ce qu’il ose faire. Mes prunelles resteraient dorés, cependant j’ai promis à Mick de préserver mon âme. Je libère l’otage et nous fuyons discrètement.

- Je dirai à Anna et Parker que je te dois la vie, me dit-il avant que l’on se sépare.

Je ne me fais pas trop d’illusion sur la confrérie.


Retour au présent :

Mick m’a rejoint dans le canapé. Le journaliste explique que l’incendie est d’origine criminelle et qu’il y a plusieurs morts par balle parmi les décombres. La police avance la thèse d’un règlement de compte morbide. Le plan de vue change. Je reconnais le ranch des cow-boys. Il est cerné par les voitures de la police. Les caméras filment en directe l’arrestation de cette famille de chasseurs. Une ambulance est là aussi, un médecin s’occupe de deux personnes qui semblent avoir passé des jours attachées comme de vulgaires animaux.

- Des métamorphes ? Me demande Mick.
- Ça en a tout l’air, ils sont sales, faible, mais ne présentent aucune blessure. J’appelle Melissa McCall pour qau’elle intercepte leur analyse sanguine.

Je me lève du canapé pour prendre mon téléphone qui est en train de charger sur le comptoir de la cuisine. Mick suit le flash spécial qui est revenu sur l’incendie. Le sheriff Stilinski apparaît à l’écran. Je sais d’avance ce qu’il va dire. Le père de Stiles n’avait pas été très heureux de cet appel anonyme envoyé par Samael qui possède tout un système pour brouiller sa voix. Le chasseur avait utilisé un téléphone neuf avec une carte prépayée qu’il s’était empressé de détruire sitôt l’appel passé. Nous avions fait en sorte de laisser des preuves chez les cow-boys pour qu’ils se fassent impliquer et accuser de fournir les bouchers en personnes pour leur trafic d’organe. Avant de fuir du hangar, Samael avait récupéré un dossier que j’avais aperçu lors de mon premier passage chez les bouchers. C’était tout bonnement leur carnet de commande. Stilinski affirma devant la caméra que les bouchers camouflaient leur macabre commerce sous une couverture d’occultisme et de mystère surnaturel. Cacher la vérité en l’exposant, voilà la brillante idée que nous avions eu avec Samael. L’opération est un succès. Les membres les plus violents des deux factions se sont littéralement entre-tués et les autres vont aller croupir à l’ombre pendant longtemps.

Je vois Mick qui hoche la tête. Il prend toute la mesure de mon projet. J’ai tenu ma promesse quant à la couleur de mes yeux et avant que ces deux factions de chasseurs se remettent à pratiquer leurs horreurs, il se passera du temps. Je devrais être satisfait et pourtant ce n’est pas le cas.

L’écran de la télé alterne entre les flammes de moins en moins intenses et le ranch. Gyrophares, ruban jaune, caméra, badauds, notre opération devient un fait divers. Ce n’est pas la vie que j’ai envie de vivre. Justicier est un métier à temps plein et j’aspire à autre chose. N’est pas Bruce Wayne qui veut.

Je repose mon téléphone. Melissa m’assure que les deux victimes du ranch seront bien « réceptionnées ». Elle n’est plus la seule à l’hôpital à pouvoir gérer ce genre de cas. Il y a une louve de la meute de Shepherd qui l’assiste. Ensemble, nous nous entraidons.

La chaîne régionale en fait des tonnes avec ce qui change des meurtres ordinaires. Un expert en je ne sais quoi se fait interviewer sur les filières du trafic d’organes. Je n’écoute que d’une oreille pendant que je prépare dans la cuisine l’un des cocktails préférés de Mick. Je me sers la même chose avec beaucoup de glace pilée. Quand je les pose sur la table du salon, il s’imagine que je veux fêter le succès de mon opération. Je sais qu’il ressasse notre discussion de mise au point de l’autre jour. J’attrape la télécommande et coupe la télévision. Je me saisis de mon verre, Mick du sien.

- A ton succès, commente-il.

Je secoue la tête et repose nos verres sur la table basse. Ce n’est pas ça que je souhaite fêter. Puis je ne veux pas trinquer sur la mort de gens, même si c’étaient les pires des bourreaux.

- Je… Cela ne me réjouit pas, bien que nous ayons sauvé un étudiant dans le hangar et ces deux personnes au ranch…


Mick me regarde étonné. Depuis le début nous nous affrontons sur l’idée de ma croisade. Contrairement à Garnet qui nous en avait chié une pendule quand nous avions eu notre explication à quatre, Adriann, l’autre pénible, Mick et moi sur ce que le professeur et moi tramons, Mick m’avait dit me soutenir. Soutient qui s’était effondré quand Aless’ avait fait partie de l’équation. Je souris en repensant à ça. Mick me regarde toujours, attendant de ma part une explication du pourquoi je ne me réjouis pas que ma méthode ait fonctionné. Je passe du coq à l’âne.

- Tu sais que cela m’a fait chaud au cœur de constater que tu étais jaloux d’Amaro ?

Ce n’est pas gentil de dire ça, mais c’était la preuve que Mick tient vraiment à moi. Et toujours si j’en crois à ses sourcils qui se froncent brusquement. Je me penche vers lui et l’embrasse.

- Tu as toujours la possibilité de lui coller ton poing dans la figure, alors qu’avec Robin, je n’ai plus la possibilité de me défouler.
- Loulou !
Murmure Mick en souriant et levant les yeux au plafond.

Quand il fait ça, je prends mon air de chiot battu. Il ne résiste pas et m’étouffe presque dans un baiser passionné. Mais un Wayne, ça ne perd pas le nord. Quand il en a terminé de me maltraiter les lèvres, il me questionne sur ce que je souhaite fêter en lui préparant sa boisson favorite.

Là je me mets à rougir comme une pivoine. Tout à l’heure cela me semblait évident à dire. Mais maintenant, sous le feu de son regard qui s’impatiente de plus en plus… je bloque.

- Quoi Loulou ? C’est au sujet de la maison ? T’as trouvé de l’or ? Du pétrole ?

Mick énumère toute une liste de trucs et choses diverses qui lui traversent l’esprit. Je retiens au passage quelques idées de cadeau pour son anniversaire ou noël. Je ris sous sa verve subite, lui ordinairement parcimonieux en parole. Je prends nos verres et lui passe le sien.

- Alors ce que je souhaite faire, dis-je en tendant mon verre dans sa direction…

HRP:
 


© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La colère est force de mouvement (Chad& Mick)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La colère est force de mouvement (Chad& Mick)
» Un Chad retombe-t-il toujours sur ses pattes ? [PV Chad, Miya, Mick, Ruby]
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» RETOUR EN FORCE DE L'INSÉCURITÉ:2 POLICIERS LÂCHEMENT ABATTUS À CROIX BOSSALES
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Appartements :: Appartement de Chad Wilder-
Sauter vers: