AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Before I fall... #Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Before I fall... #Libre   Dim 18 Déc - 23:53

BEFORE I FALL.




:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::



C’est comme si l’entrée à l’université avait tout déclenchée.. Chris et moi nous étions perdu de vue et mon coeur ressemblait aux cartes postales du Grand Canyon. J’avais pourtant terminée le lycée, avec ma bourse en poche ainsi qu’un homme bien que mystérieux à mes côtés. L’alcool, la drogue et autres folies étudiantes m’avaient fait tomber dans les méandres infinies des nuits en plein jours et inversement. Ce soir là d’ailleurs, un parté avait été organisé dans une discothèque de Beacon Hills et ma présence était de mise car ma sonorité était l'ambassadrice de cette dernière.

La musique éléctro - pop se mélangeait mal avec l’ambiance habituelle du lieu et déchirait les tympans de quelques habitués venus tenter leur chances avec des filles à peine majeur. Le before faut aussi magique, mais l’ambiance cosy avait laissé place à un chafouinage monstre, ce n’était clairement plus une soirée étudiante mais plutôt une soirée rencontre “ adopteunétudiant.com”.

L’alcool présent en grande quantité tuait les derniers neurones des personnes sensées qui se mirent à leur tour à danser dans des cages et à mettre la main aux fesses à tout ce qui bougeait. Mais intentionnellement, je me laissais faire. J’éprouvais alors une sensation de danger, de liberté, ce que je recherchais. Maman m’avait surprotégée ces derniers mois au point que j’avais passée mon temps à relire les vieilles légendes du folklore américain, mais j’avais aussi découvert que Beacon Hills était submergé d’autres créatures vivantes que nous autre humain. Les loups, les coyotes, ce n’étaient pas que des histoires à dormir debout, elles étaient bien réelles mais maman m’avait fait promettre de ne rien dire, elle-même avait en quelque sorte abandonné le monde du surnaturel car trop préoccupant. Clairement ces créatures me passionnaient de plus en plus au point que je m’étais souvent demandé qu’est-ce-que ça faisait d’en faire partie. Trop de questions restaient sans réponses... Tant pis j’ai envie de vous dire, de toute manière elles finiront par arriver.

L’ambiance battait son plein quand je sortis pour la première fois de la soirée pour noyer mes poumons de fumée grise cancérigène. Le froid sur ma peau déclencha une chair de poule incontrôlée et un sourire légèrement alcoolisé sur mon visage. Le verre dans une main et le cancer dans l’autre je me mis à marcher comme pour faire passer le temps quand soudain… un bruit résonna plus loin dans la rue. Un chat venait de passer comme Usain Bolt pour échapper à son agresseur. Je soupire de soulagement avant de tirer sur le bâton de nicotine et tique en entendant un second bruit, plus discret et proche. Je devais encore rêvée ou l’alcool faisait déjà effet.





  • Minou, minou.. ~ Arrête dont de faire du bruit, dis-je avec la plus grande douceur. A moins que se soit toi, oh grand méchant loup qui vient me chercher.. 



Je rigolais seule sans m’imaginer que cette situation pourrait être possible vu ce que maman m’avait racontée, mais comme on le dit toujours, qui fait le malin tombe dans le ravin….







:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge


Dernière édition par Espérance Sullivan le Sam 7 Jan - 21:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 294
Réputation : 46
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Before I fall... #Libre   Lun 19 Déc - 22:09

Sheperd
Willem

Sullivan
Espérance

Before I fall...
Tobias est encore sorti sans permission. Mon cousin n’en fait qu’à sa tête, comme toujours. Mady ma tante ne sait plus comment prendre son fils. Malgré l’horreur que nous avons vécue il y a sept années de cela, nous sommes de nature paisibles et non violents. Je ne me suis imposé à Tobias que lors de ses pertes de contrôle les plus sévères, préférant toujours le dialogue au rapport de force. Toutefois, les yeux humides de sa mère qui commence à craquer, pensant que jamais nous arriverons à stabiliser Tobias me font monter la moutarde au nez.

Me revoilà donc dehors à chercher ou peut bien se trouver cet adolescent exaspérant. En tant qu’alpha, je peux normalement évaluer grossièrement où se trouvent mes bêtas, sauf quand ils se cachent, ce qui est le cas de mon cousin. Je file donc en direction du lycée voir si je ne trouve pas un des gars avec qui il traîne parfois.

Il est tard, le lycée est fermé depuis longtemps mais pas les bars autour. Tel un poivrot méthodique, je les enchaîne un à un cherchant une bande d’adolescent. C’est au quatrième établissement que je reconnais un de ses potes. Quand le gamin m’aperçoit, il tente de se planquer. Non mais sérieusement, il pense pouvoir m’échapper dans ce bar qui se veut une réplique du métro londonien, mais qui ressemble plus à un couloir d’une mine de charbon. Alors que je m’avance vers le jeune, je tente de me remémorer son prénom. Je l’ai sur le bout de la langue. C’est un de ses potes que je reconnais vaguement qui m’aide en l’interpellant.

- Hey Curtis ! T’as pas oublié de rendre ton devoir de SVT ? Le prof vient le chercher. Ça va chauffer pour ton matricule mec !
- Ta gueule Sam…


Cela me gêne de parler devant les autres, mais je ne peux décemment pas embarquer Curtis dehors. Il ne me dira rien s’il n’y est pas obligé. Je vais devoir jouer finement. Avec son prénom, je le resitue. Il est en terminale dans la classe de Tobias. J’ai une petite idée de comment m’y prendre.

- Tu peux me dire où se trouve Tobias ?
- Je ne sais pas où il est m’sieur.


Son cœur marque une belle ratée. Il ment. Je secoue la tête de mécontentement.

- Tu mens. Où se trouve-t-il ?
- Je ne sais pas ! Laissez le vivre ! S’pas votre frère, juste votre cousin.
- Considère que j’ai l’autorité parentale sur lui. Tu penses que Candice serait heureuse d’apprendre que tu sors avec Eva ?
- Mais je ne sors pas avec Eva !
- A ton avis ta petite amie va croire qui ? Toi ? Ou moi un professeur et conseiller éducatif qui ne souhaite que son bien ?
- Mais ça ne se fait pas !
- Mentir à un membre de sa famille qui s’inquiète pour ton pote, ça ne se fait pas non plus. Alors ?
- Discothèque. Il est à la discothèque.
- Merci. Au fait, les exercices pour demain sont notés. Mais tu dois les avoir fait puisque tu traine dans un bar à cette heure si tardive.
- …


C’est sans remord que je quitte le bar et remonte la rue pour reprendre ma vieille Ford que j’ai laissée devant le lycée. Le trouver dans une boite de nuit ne va pas être coton !

(…)

Je crève de chaud là-dedans !  La musique me casse les oreilles, l’air empeste je ne sais quelle substance illicite et il y a un tas de monde qui sautent en cadence. Pour entrer j’ai dû payer. Ils n’ont rien voulu savoir. J’étais déjà mécontent, ma mauvaise humeur monte d’un cran. Mais je me retrouve vite confronté à une faune bigarrée et nombreuse. Il faut que je me calme et cherche Tobias de façon méthodique. Déjà il ne faut pas qu’il me repère, je me fonds donc dans la masse et remue le popotin en cadence avec les autres. Il fait sérieusement chaud là-dedans !

Le temps passe, toujours pas de Tobias. J’espère qu’il n’a pas filé ailleurs ! Dans un tel cas, il me serait impossible de mettre la main dessus, si par exemple il a suivi des amis chez eux. Finalement il faut peut-être que je lui colle une sévère dérouillée pour qu’il se calme… Et que ses fugues ne sont qu’une recherche de nos limites.

J’ai fini par aller au bar, car j’ai soif. Je commande la même chose que le type avant moi histoire de ne pas paraitre louche avec une demande exotique pour les gens du coin. Je me retrouve ainsi avec un verre de TNT au gout chimique à souhait. Je grimace mais bois quand même car j’ai vraiment très soif. Mais cela ne convient pas pour se désaltérer, car c’est très sucré. Je finis par décider d’aller prendre l’air.

Dehors, je respire enfin, les poumons dégagés de l’air vicié qui règne à l’intérieur et mes oreilles prennent un peu de repos. Je fais quelque pas et dérange un chat qui fouille une poubelle. Forcément l’animal sent mon odeur de loup. Ses poils se hérissent avant de le voir détaler.

- Minou, minou.. Arrête dont de faire du bruit. A moins que ce soit toi, oh grand méchant loup qui vient me chercher..

Une voix féminine me parvient. Celle qui parle ne me semble pas être dans son état normal, puis quand on parle du grand méchant loup… forcément je suis intrigué. J’avance pour passer l’angle du bâtiment qui me cache celle qui vient de parler au chat.

- Bonsoir. Vous allez bien ?




Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Before I fall... #Libre   Dim 8 Jan - 18:39

B FOR BE SAFE




:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::



“ Tout ce qui se dépose en nous, année après année, sans que l'on s'en aperçoive : des visages qu'on pensait oubliés, des sensations, des idées que l'on était sûr d'avoir fixées durablement, puis qui disparaissent, reviennent, disparaissent à nouveau, signe qu'au-delà de la conscience quelque chose vit en nous qui nous échappe mais nous transforme, tout ce qui bouge là, avance obscurément, année après année, souterrainement, jusqu'à remonter un jour et nous saisir d'effroi presque, parce qu'il devient évident que le temps a passé et qu'on ne sait pas s'il sera possible de vivre avec tous ces mots, toutes ces scènes vécues, éprouvées, qui finissent par vous charger comme on le dirait d'un navire.” - Ecoutez nos défaites.


Une voix résonna au loin. Bien qu’à ce moment précis la distorsion qui régnait entre le monde réelle et le monde de l’alcoolémie fûte bien mince, je m'attelle à répondre à la tache floue qui, au loin semblait s’approcher de moi. D’une manière sympathique, cette dernière semblait se préoccuper de mon état et d’un simple “Bonsoir” je m’émeus.


Bonsoir. Vous allez bien?


Je marquais alors un temps de pause bien méritée, me concentrant sur ma réplique et sur ma tenue. Je ne devais pas tituber, ne serais - ce que par peur d’un poulet ayant envie d’embarquer de la jeune donzelle dans la voiture de service pour le quatre heures de minuit.


“Présentement, je me sens oune peu mieux. Je me suis dis que prendre l’air était une bonne chance avec toute la testostérone qu’il y a en ce moment dans cette cage aux folles. Que faîtes vous ici, si ce n’est pour profiter du parté qui bat son plein à l’intérieur? Une envie folle de courser les chats de gouttière?”


La lune à son périgée éclairait la ruelle comme si moult lampadaire éclairaient cette dernière, mais la lune faisait aussi ressortir la blancheur mortuaire de ma peau de bretonne. La robe noir elle n’était présente que pour l’effet amincissante qu’elle procurait et les chaussures à talon n’était qu’un autre outil de torture inventé pour que les femmes souffrent pour être belle aux yeux des homoerectus qu’étais les jeunes hommes de notre époque. Tandis que l’individu se rapprochait de moi je pose mon verre sur le transformateur électrique de façon à avoir une main libre, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer même si actuellement il n’y avait rien à voler sauf ma dignité.

Le bruit étouffé de la musique résonnait dans la rue et le silence précédant ta réponse fut bien vite gâcher par une énième personne qui avait décidé de se vider l’esprit et d’ingurgiter une bonne quantité d’air frais, un garçon pas plus âgé que moi mais qui me surpasse pourtant en taille et avec l’envie de toucher tout ce qui est rond et vivant. Ce dernier s'agrippa alors à ma taille et posa grossièrement ses mains sur le peu de forme que mon corps arborait. Mais je ne bronchais point car mon ami Poliakov en avait décidé autrement, de toute manière quand il est là, je ne suis plus maître de moi même, mais esclave d’une soupe de patate distillée.


Tchu.. Allez va jouer ailleurs..” lâchais-je difficilement.


Mais ce énième prétendant à la couronne en avait décidé autrement et se fit plus tactile que jamais.






:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 294
Réputation : 46
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Before I fall... #Libre   Jeu 12 Jan - 17:36

Sheperd
Willem

Sullivan
Espérance

Before I fall...
- Bonsoir. Vous allez bien?

Pure rhétorique de ma part, la jeune femme est totalement pompette. Elle n’a pas assez bu pour que son corps l’abandonne, mais l’alcool a mis sa conscience au repos. Elle a le geste chaloupé de celui qui se trouve sur un bateau par jour de tempête et la confiance inébranlable des poivrots en son avenir. Né loup, je n’ai jamais connu l’ivresse. J’ai souvent écouté ce qu’en disent les gens, analysé les différentes phases de l’enivrement allant de la simple gaité, au coma éthylique qui laisse des séquelles. J’avais lu des articles traitant de ce sujet, curieux d’une chose que je ne peux pas expérimenter. Les gens boivent pour s’amuser, ou pour s’échapper du monde réel. A quelle catégorie cette jeune femme appartient-elle ? La proximité de la boite de nuit ferait pencher vers une recherche de plaisir qui a mal été contrôlée. Juste un peu trop pour que l’amusement soit réellement vécu, pas assez pour la rendre grandement malade. Il y a fort à parier que son réveil sera difficile et sa mémoire vide de souvenirs plaisants.

- Présentement, je me sens oune peu mieux. Je me suis dit que prendre l’air était une bonne chance avec toute la testostérone qu’il y a en ce moment dans cette cage aux folles.

Me dit la poivrote d’occasion. Un instinct de survie malgré ses neurones en berne ? Je souris car malgré sa détresse qu’elle-même ignore, elle est charmante. Même soûle, il se dégage d’elle une jolie classe.

- Que faîtes vous ici, si ce n’est pour profiter du parté qui bat son plein à l’intérieur? Une envie folle de courser les chats de gouttière?
- Non, je cherche un loup, mais il n’est pas ici.


Je dis la vérité aussi improbable fusse-t-elle. Mais qu’elle ou un autre comprenne mes paroles, personne n’y accréditera une vérité de première ordre quand les vapeurs d’alcool dominent l’oxygène. Tobias a vraisemblablement dû finir sa soirée chez des potes. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Lui non plus ne pourra pas se réveiller avec la gueule de bois. Toutefois cela ne m’empêchera pas de lui casser les oreilles avec un sermon bien senti et ce dès l’aube.

- Il serait plus prudent de vous asseoir mademoiselle.

… Voire de vomir le contenu de votre estomac pour donner un peu de répit à votre organisme…. Mais je me vois mal lui tenir les cheveux pour qu’elle ne les salisse pas en régurgitant ce qui lui plombe l’estomac. Sérieusement, je me demande comment elle arrive à tenir sur les échasses qui lui servent de chaussures. Ce qui est étonnant aussi, c’est qu’elle reste presque élégante, là où souvent les filles se laissent aller à une attitude grossière et primitive.

- Je peux vous raccompa…

Avec l’agitation autour de la boite de nuit, je n’ai pas vu l’autre énergumène s’approcher en louvoyant. Une démarche de crabe, un pas chassé d’une élégance digne d’un dromadaire. Le jeunot, d’un âge semblable à la donzelle, se porte en conquérant de la belle, une main sur ses fesses, l’autre qui devait viser ses seins mais qui lui heurte le menton. L’œil torve, il n’est guère plus vaillant. Le dragueur éthylique s’agrippe à sa proie plus pour ne pas tomber que pour en profiter.

- Tchu.. Allez va jouer ailleurs..

Le rejet est mollasson et cotonneux. Mais même ivre, la belle refuse le contact… en mot et en pensées sinon en geste efficace, me décidant à intervenir. J’attrape le tripoteur parfumé à la Smirnoff par le col. Il proteste dans une langue étrange où les consonnes ont disparue.

- ….ayioaauu… uuuuiicautii.

Il bat des ailes comme un échassier trop lourd, tentant de se soustraire à ma prise. Avec fermeté je l’éloigne de la jeune femme et le dépose plus loin sur le sol entre deux caisses. Avisant une boite de conserve vide, je la lui donne.

- Surtout ne la lâche pas et essaye de viser pour éviter les tâches.

Je n’ai pas fait deux mètres que le bruit d’un spasme retentit dans mon dos. Un coup d’œil en arrière me montre qu’il n’a pas su viser… Pourquoi boire si cela rend aussi malade ? Le plaisir fugace en vaut-il la peine ? Toutefois je me détourne du soulard et de mon questionnement pour la donzelle qui penche telle la tour de Pise. La gravité est universelle, j’ai juste le temps de faire les trois pas qui me séparent d’elle pour la rattraper avant que sa tête ne joue à la pomme de Newton.

- Il va vous falloir quelques heures de décuvage… Accrochez-vous à mon bras.

Je souris à nouveau à la répartie de la jeune femme. Il lui reste un semblant de lucidité qui lui donne le verbe intelligent et à propos. Je nous éloigne du périmètre immédiat de la boite de nuit pour éviter de subir d’autres lourdauds. La donzelle a parfaitement raison. Le taux de testostérones est à concentration critique dans les parages. Il y a un mini square à une trentaine de mètres. J’y emmène la pompette, me disant que je vais rester avec elle le temps qu’elle reprenne un niveau d’éveil acceptable pour que soit je la laisse retourner dans la boite de nuit, soit je la raccompagne chez elle. Partir et la laisser à son sort seraient passible d’une amende pour non-assistance. Elle choit sur le banc avec l’élégance d’un sac de ciment. Je m’assois à côté puis remarque qu’elle frissonne dans sa petite robe noire.

- Au fait je m’appelle Willem. Vous avez votre ticket de vestiaire, que j’aille chercher votre manteau ?

Regard d’incompréhension, mes mots semblent lui parvenir distordus. Je mime alors un ticket et lui montre ma propre veste.

- Votre manteau pour avoir chaud.

J’articule avec exagération, la lumière semble se faire dans sa cervelle.




Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 294
Réputation : 46
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Before I fall... #Libre   Ven 24 Fév - 18:04

Je me retire de ce RP.
Je peux ajouter un post si besoin pour que mon perso s'efface et laisser la place à quelqu'un d'autre.



Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Before I fall... #Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Dans la ville :: Discothèque-
Sauter vers: