AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
8 décembre 2018

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd




Classement au
24 novembre 2018

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Stiles Stilinski

avatar



Messages : 461
Points : 523
Réputation : 48

Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]   Mer 28 Déc - 22:30

Indices



Installé sur une table en retrait, je griffonne quelques notes sur un carnet, plus décoré de ratures que de mots doux, la référence d’un livre qui pourrait s’avérer intéressant. Les bouquins et les articles sont empilés dans un chaos que je maîtrise par mon incontestable génie— oui, Therence et Liam déteignent un peu sur moi—, mais que personne ni touche ou mon esprit se perdra dans les méandres de ses notes mentales. Bref, je suis en plein mâchonnage de crayon quand je vois Therence entrer avec toute sa rebelle-attitude sur lui. Je le retiens !!!

Quoi, Vous n’êtes pas au courant ? Il a osé sortir Roscoe. Roscoe, ma Jeep ! Il a osé faire du mal à ma chérie ! Ce soir-là, j’étais pas chez mon père, j’étais avec Derek. Je ne me doutais pas une seconde de ce qui allait se passer. La pauvre a dû se sentir abandonner ! Derek avait bien tenté de me garder avec lui pour la nuit, mais mon père allait encore manger n’importe quoi si je ne rentrais pas pour lui faire un repas sain à emporter au bureau. Je n’ai pas souvent été à la maison cette semaine-là, et il mange n’importe quoi un peu trop souvent. Toujours est-il que quand je suis rentré, ma Jeep avait disparue. C’est grâce au restant de flair de Derek que j’ai trouvé la bécane de mon présumé voleur. Ce n’était qu’une supposition, mais une supposition bien vite avérée.

Et en plus il a osé me disputer l’animal. Il semble en colère, mais il se stoppe net dans son élan. Peur de qui au juste ? Du grand méchant loup ou de l’étoile ?

— « T’es sérieux là ? Tu oses me dire ça alors que tu sens encore l’essence et le Chatterton ?

Mais il n’était pas bavard ce soir-là. Je l’avais rarement vu d’humeur aussi massacrante. Après un échange de regard avec Liam, j’ai laissé courir. J’allais en apprendre bien plus de la part du Bêta de la meute de Scott. Et ça n’a pas manqué. J’étais offusqué, scandalisé même. J’étais prêt à le livrer en pâture à mon père, à Derek, à n’importe qui capable d’arrêter le type aux multiples rangées de dents, mais je ne l’ai pas fait. Inconsciemment, je savais que je ne le devais pas.

Aujourd’hui, je sais pourquoi. Je n’ai aucun droit de juger si rapidement. Inconsciemment, je le savais grâce à la meute de Ruby. Je veux dire, concrètement, ils sont tous condamnables. Derek et son erreur de jeune amoureux, Mick et son implication dans l’incendie, Chad et ses lien avec une meute sanglante, Miya et son passif d’arme nocive, Ruby et son passé de Capitaine sans remord…et je ne parle pas de Peter….Ni de moi…La nature c’est une chose, ce qu’on en fait, s’en est une autre….

Therence hésite un instant, mais je crois que mon air sérieux le pousse à venir voir ce que je compte faire de ce que je sais de notre dernière rencontre. Compte - t-il se justifier ? Il se glisse sur la chaise et se penche vers moi. Quand je pense au Wendigo, je songe à Donovan… Ouais, je suis mal placé pour juger… Il inspire, mais je le coupe.

« Parle m’en la prochaine fois. On trouvera du bétail que tu n’auras pas besoin de voler. La meute a des connexions et si ton compagnon n’a pas des goûts trop raffinés, on devrait pouvoir trouver quelque chose pour le sustenter.

Il ne répond rien. Sans doute ne s’attendait-il pas à ça. Je le laisse digérer l’information. Il fait à son aise, mais il vaut mieux avoir Ruby dans sa poche dans ce genre de cas, sinon, ça peut mal tourner, surtout en ce moment. Je continue à lire l’article que j’ai déniché, je griffonne trois notes puis je relève mon attention sur mon camarade.

« Les disparitions sont de plus en plus nombreuses, mais j’ai l’impression qu’il y a deux affaires bien distinctes. En tout cas, parmi les disparitions du lycée, certains sont réapparu, mais après il y a des témoignages bizarres. Un grand-père a prétendu que le petit fils avait été enlevé par des extra-terrestres et qu’ils l’avaient changé… Il y a quelque chose de louche là-dessous.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar


Humeur : Effronté
Messages : 960
Points : 1127
Réputation : 169

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]   Ven 27 Jan - 23:13



Mise au point
Rencart dans un diner, il y a quelques temps de ça. Liam se goinfre de lait glacé pendant que Stiles tente par tous les moyens de me... se? convaincre que son amour de Hale est un amant fidèle alors que je suis décidé à lui assurer le contraire avec quelques histoires auxquelles méditer. Par exemple une nuit, passée à partager la même chambre, rien que tous les deux...

-S’il s’était vraiment passé quelque chose, tu n’aurais aucun intérêt à me le raconter puisque tu dis toi-même n’être avec personne.

-Oh mais détrompe toi! J'y trouve tout mon intérêt Stilinski! souris-je à pleine dent.

Je me réjouis de sa face d'amant incertain, je me régale de sa voix faussement autoritaire, je savoure son malaise!!!

-Je me demande un truc, Therence. C’est vraiment jouissif de casser un couple avec tes mots ? Quoi? Parce que c'est pas si évident, il veut peut-être que j'en remette une couche? Ou c’est juste que tu manques d’imagination pour trouver une diversion et tenter de nous faire oublier ce qu’on vient juste d’apprendre ?

-Tsss... Vous venez rien d'apprendre du tout.


Je passe les portes de la bibliothèque avec une assurance émoussée. Malheureusement, aujourd'hui je sais que ce crétin en a appris beaucoup plus que ce qu'il aurait mieux fallut qu'il sache... Ces chicanes, c'était avant que Liam ne comprenne que mon amant est un wendigo, avant qu'il n'envoie un sms au mauvais Stilinski, avant notre virée de nuit avec la jeep pour lui trouver de la nourriture de substitution. Une cartouche roule entre mes doigts dans la poche de mon blouson. C'était avant beaucoup de choses... Je sais que le mariage auquel il a été naturellement convié n'a pas été une partie de plaisir, mais y a un truc qui cloche. Je pensais qu'un Stiles, c'était habitué aux imprévus surnaturel et autres tracas et que ça guérissait plus vite de ces émotions. Ce n'est pas ce que dit son air maussade qu'il se trimballe entre les murs du lycée et qui en deviendrait contagieux.

Il est installé à une table et m'a visiblement repéré depuis un moment. Je me sens comme un animal pris dans les phares d'une voiture. J'ai le choix de l'ignorer et aller parcourir les rayons le temps de réfléchir, mais son air sérieux m'invite à le rejoindre. Alors Liam a évidemment ouvert sa bouche de sale loupiot... pourtant aucun flic n'est apparus dans notre sillage au professeur de criminologie et moi pour démêler la moindre histoire de cannibalisme ou de délits. Est-ce que ça cache du génie ou de la bêtise? J'ai joué de la menace avec Liam, j'ai joué de la menace avec Alessandro, et dans les deux cas ça m'a complétement desservis. Mais ça me parait encore envisageable d'effrayer cet inconscient, de jouer sur notre différence de rang dans cette école, lui promettre l'enfer pour le restant de l'année, assurer d'en faire baver à son paternel de shérif. Dégainer une arme pour le dissuader de parler s'il faut. Lui faire comprendre que je ne plaisanterais pas s'il ose causer des ennuies au wendigo... Mais je sais combien ce faux-crétin à l'esprit brillant pour ne pas m'inquiéter de son silence. Qu'est-ce qu'il a en tête... Je n'ai pas de scrupule à faire chanter les gens quand le gage est divertissant, alors qu'est-ce qui retiendrait un looser comme lui? Surtout un looser comme lui! Il a largement de quoi me faire mariner considérant mes frasques.

Je m'assoie en face en avalant ma salive, le regard ferme, et j'ouvre la bouche. Ok : d'abord je lui dis clairement qu'il ne gagnera rien à me faire chanter, mon compagnon reste mortellement dangereux, et ensuite je lui demande ce qu'il veut, je suis sûr qu'on peut s'entendre pour qu'il évite de caft-

-Parle m’en la prochaine fois. On trouvera du bétail que tu n’auras pas besoin de voler. La meute a des connexions et si ton compagnon n’a pas des goûts trop raffinés, on devrait pouvoir trouver quelque chose pour le sustenter.

Je reste figé dans mon hébétude avant de cligner des yeux et me renfoncer dans mon siège, perdu. Quoi?... J'ai du raté quelque chose dans son discours, parce que... Je le détaille franchement perplexe, loin de m'attendre à ça. Loin de comprendre...

Je suis curieux par nature, surtout quand je suis l'heureux dindon d'un tel revirement. Alors j’éclaircirais cette histoire à un moment, c'est certain. Mais je mesure aussi ma chance, et suis assez intelligent pour ne pas la laisser passer en ouvrant la bouche comme je me suis trahis trop de fois. Cela dit... je m’ébouriffe la nuque, le regard fuyant, en considérant sa drôle d'idée. Comment expliquer que si j'ai attaqué cette ferme au grand air et fomenté toute une stratégie autour de ce morceau de bacon bio, c'est précisément parce que mon... compagnon, a des goûts... particulièrement raffinés?...
Je lui en foutrais, moi, des "je ne mange pas des animaux parce qu'ils sentent la peur"!

L'aide qu'il me propose, son loup me l'a déjà proposé il y a un bail, concernant une autre affaire. Je sais que ces deux là sont bien entourés et manifestement assez vite concernés pour ouvrir leur réseau à qui aurait besoin et ne leur causerait pas de tort en retour. Mais à moins de savoir s'imposer au bon moment et être hermétique aux refus comme un sombre rital y excelle, je reste très réservé à l'idée de faire appel à du secours. Je ne sais peut-être pas gérer mes affaires, mais je refuse d'avoir à me justifier et laisser qui que ce soit mettre son grain de sel dans ma vie ou celle des gens qui comptent à mes yeux.

Il poursuit sa lecture sans revenir sur sa proposition, mais j'ai quand même du mal à y croire. J'ai enfreint la lois et touché sa précieuse Roscoe, je ne parle même pas de Liam que j'ai menacé de se faire bouffer. Il devrait pas réagir comme ça. C'est pas normal. Et ça me perturbe au plus haut point...
Mon regard est irrémédiablement attiré par une petite carte sans défense. Coup d’œil sur le studieux, coup d’œil sur sa carte. Mes doigts grouillent en catimini jusqu'à la convoitise que j'écrase de l'index, et je la ramène vers moi d'une discrète glissade pour la porter victorieusement sous mon nez.

-"M." Stilinski?

D'une rotation de l'index et du majeur, je fais tournicoter la carte face au concerné.

-Sérieux? Je me disais bien aussi qu'il fallait avoir un sacré manque d'imagination pour appeler son gosse "Stiles". Autant appeler son mioche "Caracole"...

Oh ça va, je plaisante! Je souris largement derrière la carte qu'il m'arrache enfin des doigts. C'est pas trop tôt! J'ai cru qu'il allait jouer les manche à balais et faire cette tronche de serpillère mal rincé toute la journée. Je jette un œil autour de nous, sait-on jamais que prononcer un certain nom n'invoque pas un jeune amoureux refoulé comme par magie...

-Les disparitions sont de plus en plus nombreuses, mais j’ai l’impression qu’il y a deux affaires bien distinctes. enchaine t-il avec une neutralité qui me désole. En tout cas, parmi les disparitions du lycée, certains sont réapparu, mais après il y a des témoignages bizarres. Un grand-père a prétendu que le petit fils avait été enlevé par des extra-terrestres et qu’ils l’avaient changé… Il y a quelque chose de louche là-dessous.

-Des extra-terrestres?

Je m'abstins de lui demander s'ils avaient des yeux vairons, auquel cas notre coupable serait tout désigné et l'affaire résolu.

-Quand on s'est engagé dans cette enquête, il y avait quatre disparus sur le campus avec notre camarade au bahut. tentè-je d'exposer le plus clairement. Maintenant, il y a plus d'un élève concerné... J'ai aussi du nouveau. Wilder pense que les étudiants disparus ont été les victimes d'un savant fou, un prof de bio du campus qui s'est évanouis dans la nature.

Je me recentre sur nos disparitions et j'évite toute allusion à un marché d’organe surnaturel et l'implication des chasseurs dans l’équation.

-Cela dit, pour eux il ne s'agit plus de disparitions. Ils sont morts.

Je m'empare d'un des crayons de Stiles, déniche une feuille vierge et je gribouille à la va vite. En capitale "UNIV'" pour l'université, en dessous quatre petit bonhomme barrés. En parallèle, "BHHS", un bonhomme, notre premier disparu, surplombant un nombre hasardeux d'autres petits bonhommes, les nouveaux disparus. J'hésite à poser entre les intitulés ou bien au dessus de l'un d'eux, et me décide à griffonner un nouveau bonhomme  au dessus de "UNIV'", affublé de ce qui est censé être une blouse blanche. J'hésite encore, pas sûr que ce soit très censé, mais dessine au dessus de "BHHS" une bulle pour le scaphandre et un corps bibendum pour la combi... ... Le premier qui me dit que ça ressemble plus à un astronaute qu'à un extra-terrestre, je l'envoie se faire paître à Nazca!  

Je soutiens le regard blasé de Stiles quelques secondes.

-A chacun sa méthodologie...

On nous a pas encore appris à jouer avec de la ficelle dans les cours de crim' que j'ai suivis... je fais le tri des infos à ma façon et avec les moyens du bord.

Donc, d'un côté l'université et ses expériences décédés. De l'autre le lycée et ses disparitions qui sont manifestement temporaires. Je ne sais pas trop...

-Deux affaires distinctes... C'est peut-être un peu vaseux, mais ça peut se tenir... Toujours est-il que nos camarades, eux, ils toujours sont là. Donc ont peut les interroger et les observer savoir ce qu'il leur est arrivé. Il faut mettre une identité sur ces petits bonhommes. suggérè-je en tapotant le troupeaux de gribouillis. S'ils ont un lien avec le campus, on le saura aussi. En attendant...

Je me penche en avant et ironise en tapotant notre premier disparu de l'envers du crayon.

-...J'ai fais mes devoirs. Lui, c'est Stanley Hammilton, et il n'a absolument rien qui puisse pousser quelqu'un à le kidnapper, même des extra-terrestres. Il a 17 ans, c'est un geek au cercle relationnel inexistant ou presque, évidemment puceau, il est asthmatique et dispensée de certains cours de sports, ce qui lui vaut quelques vannes, il traine parfois avec une sophomore pas très branchée, et il est le cadet dans une famille aux revenus moyen. Un gars sans histoire.

Je termine sur un sourire. Non je ne chaume pas. Non je n'ai pas non plus parcouru tout BeaconHills et joué les voyeurs pour en apprendre autant sur notre inconnu. Je n'ai pas accès au commissariat de la ville et ne suis pas entouré d'enquêteurs en herbe comme lui, mais j'ai mon atout dans cette affaire en milieu scolaire...

-Tu dis qu'un vieux a parler... d'extra-terrestre. fis-je un peu sceptique, pensif puis hésitant.

Je réfléchis pendant que Stiles retourne à ses griffonnages effrénés. Parmi sa monticule de paperasse, il y a une encyclopédie. Qui étale en grosse lettres et illustrations évocatrice... le wendigo... Je soupçonne Stilinski de chercher à cerner mon cannibale, mais je m'en tiens à sa proposition. S'il avait vraiment voulu l'arrêter, ce serait sans doute déjà fait. Je tire à moi le volume perdu entre d'autres livres et feuilles, et au regard qu'il me lance soudain de bouger sa pagaille, je sors le livre de la pile avec une infini prudence pour éviter de tout chambouler. C'est qu'il mordrait presque le méticuleux! Le temps de notre échange de regard, je crois qu'il comprend mon avertissement concernant cette page ouverte. Gare. Mais sa réaction qui ressemble plus à de la fuite me laisse interrogatif...

"Un Wendigo est assez fort pour combattre non seulement un Alpha loup-garou mais aussi pour gagner un tel combat", dit le livre. Je ravale mon malaise. C'est bon a savoir... comme si ces bêtes là n'étaient pas censée être assez effrayantes... Mais ce n'est pas ce que je cherche et je m'oblige à tourner la page. Je feuillette en commençant du début de l'encyclopédie. Je m'attarde sur la page des Bersekers, ces créatures dont Chad nous avait vaguement parlés, guerriers féroces et insensibles, puis fais tourner les pages en espérant un tilt, même grossier pendant qu'il s'occupe dans son coin...

-Melvin! Je l'ai!

A la tête de Stilinski, je hausse les épaules en réprimant un petit sourire.

-...Melchior? Mortimer!

...Ok, c'est pas le sujet. J'étale le bouquin sous son nez.

-L'autre nuit avec Liam, quelque chose nous est tombé dessus : c'est ça! tapotè-je le crayonné simiesque. Un sasquatch. Ou Big Foot... même si je comprend pas très bien pourquoi ont appelle ça comme ça alors qu'il avait clairement des mains à la place des pieds... Bref. Ce truc avait un gabarit de rugbyman et des bras plus gros que mes cuisses. Et des yeux orangés. Aussi. Mais ce n'était pas "que" ça...

Je ne saurais pas très bien l'expliquer. Je pense laisser notre limier et expert en reconnaissance d'individus surnaturels nous exposer son avis quand il nous aura rejoint. Stiles, lui, attend mes précisions...

-Il faisait noir, il a assassiné mon coch... enfin, j'allais pas m'attarder à lui demander un selfie, je saurais pas en dire plus!

Il est malin, lui!

-C'était juste... monstrueux?

C'est tout ce que je trouve à dire pour le moment.

-Bon. Comment on procède?

On a des élèves à stalker, des blancs à compléter, des infos à démêler... Je suggère à Stilinski de briefer Liam par sms au besoin.

© Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar



Messages : 461
Points : 523
Réputation : 48

Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]   Mar 21 Fév - 23:58

Infos



L’expression du blousonneux pourrait bien me faire rire si je n’étais si obnubilé par ce que j’ai fait. Ma proposition le laisse sans voix. Sans doute s’attendait-il à ce que je lui asse un sermon tonitruant pour avoir touché Roscoe et avoir mis la vie de Liam en danger, mais concrètement, les derniers évènements me font carrément relativiser. Je ne sais pas comment est son wendigo et je suis mal placé pour juger.

Bah, la proposition est faite. Il la prend ou non, tant qu’il ne prend plus ma Roscoe en otage, je m’en fiche ! Je me replonge dans ma lecture. Je sens que je touche au but. Mais je suis dérangé par un mouvement non anodin que je perçois du coin de l’œil. Trop tard ! L’affreux en profite pour insulter mon ami au passage et je le juge d’un regard consterné.

«  C’était subtile ça, dis-moi…

Non, mais il va me la rendre oui ?! C’est pas ses oignons ! Je lui arrache la carte des mains en grognant.

— « Pas touche Teddy Bear ! Tu n’es pas digne de connaître cette information, monsieur le Rebel numéro deux.

Oh ! Piqué dans son orgueil ! Il n’aime pas être mis sur le même plan que Liam, et je m’en délecte. Enfin ! Je ne suis pas là pour ça ! J’ai une enquête à mener moi ! Alors je me replonge sur mes notes et je les partage avec lui. Selon moi, il y a deux affaires bien distinctes. L’un qui concerne les disparitions d’étudiants sur le campus, des disparitions qui pour certains mènent à un destin bien funeste. Et l’autre, qui concerne plutôt des lycéens. Nos camarades disparaissent et réapparaissent, changés. Un vieil homme, comme je l’explique à Therence, met cela sur le dos de petits hommes verts, mais de mon expériences, les créatures qui doivent être à l’origine de ce changement sont bel et bien de la planète Terre.

Therence pose ce que l’on sait en quelque mot puis confirme ce que je supposais. Chad ? J’imagine qu’il est impliqué dans ce qu’il se passe au campus. Ils ont le museau curieux dans cette meute. Mais comment Therence peut-il bien savoir ce que Chad sait ? Il y a un passage que j’ai loupé là ! Et ça taquine ma curiosité ! Raaah, je veux savoir ! Alors je le fixe en plissant des yeux, m’essayant à une sorte de télépathie ou un truc du goût. Mais je ne suis pas le professeur Xavier, de toute façon, le style crâne d’œuf, c’est pas pour moi.

De ce que dit Therence, le destin funeste que j’ai attribué à l’un des étudiants s’est révélé être le même que les autres. Un schéma bien différent donc de celui qui concerne nos camarades. Therence s’empare de feuilles de papier et d’un stylo et il se met à coucher tout ça sur papier. Tandis qu’il s’amuse à gribouiller des astronautes, j’envoie un message sur telegram à Liam. Il me répond qu’il ne peut pas nous rejoindre en l’instant. Il doit donner un coup de main à sa mère. Mais il me demande de le garder informé. Pas de problèmes.

«  C’est bon t’as fini de faire du coloriage ? lançé-je à Therence quand il se lance enfin dans une analyse.

Bon, j’avoue, quand il livre tout un tas d’information, il m’impressionne. Je ne le pensais pas capable de tant d’assiduité. Voilà qui est bien surprenant de sa part. Mais je prends sans rechigner du moment que ça nous fait avancer.

Je crée une note concernant le lycéen avec tout ce que vient de me raconter Therence. J’y accolle une pastille de couleur et la classe dans le dossier que je trimballe pour ne pas avoir à attendre d’être devant mon mur d’enquête.  Je me plonge dans mes notes mais je remarque sans peine que Therence pioche dans mon bordel ordonné. Je le fusille du regard. Gare à lui s’il dérange ma désorganisation ! Je le laisse feuilleter l’encyclopédie. À force de la lire, je la connais presque par cœur. Soudainement, le voilà qui appelle un certain Melvin. Quand je lève le regard et qu’il me fixe, je devine son jeu.

«  Laisse tomber, Teddy Bear, t’as pas assez de connexions pour le deviner ! T’as trouvé quoi au juste ?

Therence me parle de ce Liam et lui ont croisé pendant leur aventure en compagnie de Roscoe. Ma pauvre chérie, ce qu’ils t’ont fait subir !! Bref, Big Fooot, mais pas que ? Il a osé fumer de la weed avant de conduire ma précieuse chérie ou quoi ?! J’essaye d’avoir plus d’information, mais Therence est tellement obnubilé à l’idée de ne trop rien dire sur les raisons de cette rencontre qu’il ferme son clapet bien trop tôt pour une fois. Monstrueux…ouais, ça va m’être méga utile ça. Je soupire et j’envoie un telegram à Liam. Il met une seconde à me répondre, mais grâce aux stickers de l’application, je parviens plus ou moins à me faire une idée.

— «  Un  mélange de bébête ? Il y a un manga comme ça, Full Metal Alchemist. L’un des alchimistes fait des expériences chelous sur des animaux. Il essaye de mixer les espèces avec ce mélange de magie et de science. Il en vient même à transmuter sa fille avec son chien pour avec une bête qui parle. Ces épisodes sont à la fois monstrueux et particulièrement tristes. Comment ils appellent ça déjà ?

Google, bonjour !!

— « Des chimères. Voilà, c’est ça. Dans la mythologie, une chimère, c’est un lion avec une tête de chèvre sur le dos et une queue en écailles qui se termine par une tête de serpent. Ouais, bah j’espère qu’on va pas se retrouver face à ça, parce que déjà, le serpent-garou c’est pas cool, alors mixé avec un lion et une chèvre, hun, non ! dis-je après avoir frénétiquement cherché la bête dans l’encyclopédie.

Non, vraiment, non. Jackson en serpent, ça m’a suffi !

Therence s’interroge. Comment on fait maintenant. En voilà une bonne idée, tiens, parler à Liam va message…Un wagon de retard mon petit Therry. D’ailleurs, je suis déjà en train de résumer cette nouvelle possible découverte au loup-garou.

«  Il faut qu’on trouve qui sont les autres victimes, les disparus. Il faudrait qu’on se faufile dans le poste de police. Mon père garde le dossier là-bas en ce moment. Et il va refuser net que j’y jette un oeil, donc il faut qu’on le fasse en mode furtif. On se prévoit ça et en attendant, on essaye de lever des infos dans les couloirs. T’en penses quoi ?

On se donne rendez-vous au poste, deux jours plus tard? En espérant que personne ne nous tombera dessus! Pas mon père, mais pas non plus Parrish ni son collègue!

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar


Humeur : Effronté
Messages : 960
Points : 1127
Réputation : 169

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]   Sam 4 Mar - 2:40



Énigmes
-Pas touche Teddy Bear ! se réveille enfin un Stilinski trop atone à mon gout quand je le dépouille de sa carte et le charrie sur son mystérieux prénom. Tu n’es pas digne de connaître cette information, monsieur le Rebel numéro deux.

-Je suis le numéro un...
pestè-je sévèrement. L'autre Rebel n'est qu'une demi-portion à côté de moi. Il ne mérite que la moitié du titre si ce n'est pas la deuxième place.

Un duel onirique et j'en fais de la chair à pâté, entrainé comme je suis... Mais ça fait mal de ne pas être reconnu à sa juste valeur. Je montre les dents quand le briseur d’œuf me sourit fièrement. Grrr. Un point partout.

Stinlinski met en lumières deux affaires certes similaires sur la forme mais bien individuelles sur le fond. Les uns opèrent... opéraient sur le campus, d'autres ont pris le lycée pour cible. Il me faut un temps pour admettre la dissociation, mais si il en était autrement, j'en aurais probablement entendu parlé. Wilder et Adriann sont très - trop! - impliqués dans l'affaire des morts de l'université pour y être passés à côté...
... Mais qu'est-ce qu'il a le fils de shérif à me fixer avec ce regard en perceuse?! Je lui renvoie son regard. C'est le fait que je sache pour Wilder? Plus tu essaiera de comprendre et moins je t'en laisserais l'occasion. Et puis, franchement, je suis Therence Garnet, celui qui s'invite dans toutes les fêtes, celui qui couche avec n'importe qui, ou presque. Je vois pas ce qu'il y a d'étonnant à ce que j'ai mes relations et que je croise l'incotoyable dans le lot, à savoir ceux que je ne peux pas me cadrer. Quoi, l'indispensable intermédiaire entre le bâtisseur de cabanons et moi pour avoir une conversation sans heurts et découvrir ses manigances? Pas la peine de chercher, il ne le saura jamais. Et puis, le voir se tourner les méninges me ramène un petit sourire arrogant. Heureux de lui montrer qu'il n'y a pas besoin d'être le fils du shérif pour être aux faits des enquêtes qui se trament dans cette ville...

Liam et moi avons rencontrés quelque chose cette nuit là. Un nouveau genre de créatures, une hérésie du type des lycéens Frankensteinisés, notre extra-terrestre en question? je cherche la réponse en feuilletant le bestiaire à la couverture sous-cellophane. C'était la panique, mais je me souviens assez de George... - maudit soit-Liam avec ses dénominatifs idiots! - je veux dire, de la créature pour l'identifier, je pense...

Que Melvin ou quel que soit son véritable nom lève le nez de ses notes : je pense avoir trouver notre surnaturel!

-Laisse tomber, Teddy Bear, t’as pas assez de connexions pour le deviner ! T’as trouvé quoi au juste ?

-C'est mal me connaitre, Marley!
grognè-je. J'ai pas les connexions adéquates, mais j'ai de la détermination et assez de patience s'il s'agit d'emm*rder mon monde. Et d'où ça vient ça, "Teddy Bear"?! C'est un nom d'ours!

J'ai rien à voir avec une peluche! Je suis sûr qu'il y a quelqu'un dans cette ville à qui le surnom conviendrait beaucoup mieux. Je lui fais ma description de Geor... la créature.

-Un  mélange de bébête ? Il y a un manga comme ça, Full Metal Alchemist. L’un des alchimistes fait des expériences chelous sur des animaux. Il essaye de mixer les espèces avec ce mélange de magie et de science. Il en vient même à transmuter sa fille avec son chien pour avec une bête qui parle. Ces épisodes sont à la fois monstrueux et particulièrement tristes. Comment ils appellent ça déjà ?

-... Je voudrais pas te décevoir Stilinsgeek, mais si Liam a tout du nabot colérique, je n'ai rien d'une armure ambulante... On a déjà du te le dire, mais Beacon Hill c'est pas le pays des manga!

Des super-héros, éventuellement...

-Et puis autant supposer que nos extra-terrestres horrifiques ont eu leurs propres aventures narrés et tirés en plusieurs exemplaires, tant qu'à être lancé.

Sérieux...

-Des chimères. Voilà, c’est ça. Dans la mythologie, une chimère, c’est un lion avec une tête de chèvre sur le dos et une queue en écailles qui se termine par une tête de serpent.

-Ça fait beaucoup d'animaux en un...

-Ouais, bah j’espère qu’on va pas se retrouver face à ça, parce que déjà, le serpent-garou c’est pas cool, alors mixé avec un lion et une chèvre, hun, non !

-Le notre avait plutôt l'air d'un chien-gorille.

...

-Donc, on a à faire à des extra-terrestres qui chimérisent des lycéens.

Qui exactement? D'où viennent-ils? Dans quel but? Autant de questions à élucider.

L'enquête avance. Nous avons une piste à suivre, reste à déterminer comment on s'y prend.

-Il faut qu’on trouve qui sont les autres victimes, les disparus. Il faudrait qu’on se faufile dans le poste de police.

-Se faufiler? Papa Stilinski en a marre d'avoir fiston dans ses pattes?
le raillè-je.

-Mon père garde le dossier là-bas en ce moment. Et il va refuser net que j’y jette un œil, donc il faut qu’on le fasse en mode furtif. On se prévoit ça et en attendant, on essaye de lever des infos dans les couloirs. T’en penses quoi ?

J'en pense que le commissariat n'est pas l'endroit où j'aurais naturellement l'idée d'aller me fourrer. Mais j'en pense qu'y fureter avec le fils du shérif... ça ne peut-être qu'un pied de nez irrésistible et forcément utile.

-Ça me va. répondis-je d'un sourire méditatif mais ravi.

Puis deux jours, c'est amplement suffisant pour stalker ses camarades et relever ce qu'il y a à relever quand on fréquente la commère du lycée.

Notre entrevue pour l'investigation est terminé. Les bouquins et notes sont réunis en grandes brassées, mais moi je ne bouche pas de ma chaise et m'y balance négligemment. Avant qu'il ne s'échappe, je l'arrête dans son départ.

-Stilinski?

Je sonde quelques secondes sa tronche de looser hyperactif aux traits trop tirés par les soucis du moment.

-Qu'est-ce qui ce passe?

Je ne cille pas, imperméable à toute réaction de sa part. Je sais, il y a eu le mariage, et il pourrait pleurnicher sur ces histoires inquiétantes et macabres de disparitions, ou sur de plus pathétiques problèmes de couple, ou quoi que ce soit d'autre. Mais ce n'est pas le problème que je cible sans le trouver.

-J'ai volé un cochon, Stiles. Et j'ai pas eu le moindre sarcasme là dessus.

Petit détail qui pourrait prêter à rire, mais je ne ris pas. Pas plus que Stilinski ne doit rire intérieurement au regard examinateur qui l'accroche et en sachant très bien ce que je sous-entend. Retrouver un brin d'énergie parce que je le provoque ou que l'enquête se précise, ça n'éclipse ni la grande nervosité qui cannibalise son énergie habituelle, ni son comportement bienveillant concernant mon délit. Cette tolérance je ne trouve pas ça clément de sa part, je trouve ça louche. Et ce serait une bêtise de croire que je ne l'ai pas remarqué, aussi stupide que penser que je vais laisser couler...

Je le laisse partir sur ce mal-aise. Il y a quelque chose qui cloche chez le quasi inoffensif fils de shérif, je ne sais pas encore quoi, mais j'envisage sérieusement à le découvrir.

© Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Dunbar

avatar


Humeur : Volcanique

Messages : 541
Points : 550
Réputation : 67

Date d'inscription : 13/04/2015
Age : 25

MessageSujet: Re: BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]   Sam 1 Avr - 17:54





Privé de sortie


C'est bien connu, le lundi c'est le jour de la semaine le plus haït par toute personne normalement constituée. Et ce lundi là est encore pire que tout les autres. Je fracasse mon réveil avec toute la hargne d'un homme n'ayant pas tout à fait fini sa croissance mais que l'on réveille à un moment inopportun, alors que je tente tant bien que mal de me ressourcer. Puis j'égare ma main sur ma table de chevet à la recherche de mon portable. Après tâtonnement, je le récupère fièrement et le glisse aussi sec sous la couette où je me cache. Alors, quoi de neuf aujourd'hui ? Plein de messages dirait-on. Maman, Mason, Maman, lycéen lambda, Maman, Cara, Stiles, Maman et je vous donnes en mille Maman.

On reconnaît immédiatement les gens qui ont un forfait sms illimité en tout cas. Bon, c'est vrai que j'ai fait quelques ballade nocturnes plusieurs jours de suite aussi bien dans les bosquets que dans la ville. Puis de revenir au lever du soleil dans un drôle d'état, surtout après ma virée avec le caïd à travers la contrée. Toutefois, c'était pour profiter du monde de la nuit, de ce monde mystérieux et pourtant devenu si rapidement familier malgré le danger permanent des prédateurs surnaturels. Donc, pas besoin de quémander de mes nouvelles en me harcelant sur un portable oublié sur la table de chevet.

Ni de me rappeler trente six mille fois que oui, malheureusement je suis toujours un étudiant qui doit obligatoirement aller en cours les jours de la semaine. Pfff, où sont donc passées mes journées paisibles où je n'avais aucune contraintes ? Pouf, disparu, envolé la belle vie et bonjour les responsabilités obligatoires. Face à ce flot de textos qui m'exaspère rien qu'en les voyant clignoter sur l'écran, je me lève difficilement, ou plutôt me laisse tomber au sol avec ma couette si épaisse et moelleuse qu'elle ne semble pas vouloir me quitter.

-Voilà, je suis pris en otage par la douceur de ma foutu couette et je ne peux pas réussir à me lever. Quel dommage, vraiment ! Méditais-je avant de me rendormir négligemment sur place avec des airs de crêpes mal roulée.

Après tout si j'en crois mon précédent rêve, l'illustre chaman des yétis à trois pattes préconise quinze heures de sommeil ou un truc dans ce goût là. Faut toujours écouter les anciens est mon seul justificatif que je vais donner à mes expéditeurs. Ouais, c'est pas mal du tout comme excuse. Et puis, fermer les yeux cinq minutes ne me fera pas de mal.Un petit sommeil ne sera pas du luxe vu mes nuits mouvementées. Après tout je suis large niveau horaire ! Très large même. Tant qu'il n'est pas neuf heures sonnante, je ne suis pas en retard au lycée. Sur cette bonne résolution, je m'endors comme une souche sur le plancher.

Mais c'est sans compter sur l'autorité parental dont l'unique représentant sous ce toit, revenu de je ne sais où ni depuis combien de temps, entre en trombe dans ma chambre. Elle s'apprête comme à l'accoutumée de me jeter par dessus bord et à voir son attaque sournoise tenté d'être contrée par mes maigres forces, affaibli par ce temps matinale. Toutefois, elle se stoppe net en me voyant choir comme un tapis aux pieds de mon lit, la respiration lente et profonde. Même endormi, je peux ressentir toute l'aura de colère qui l'entoure.

-LIAM DUNBAR ! Debout et plus vite que ça ! Hurle ma mère dans une fureur noire.

Je grogne sans classe avant d'enfouir ma tête dans les méandres de cette couverture si charmeuse et envoûtante. Cependant, je me fait déraciner brutalement par ma mère, soucieuse de mon éducation scolaire et me laisse traîner nonchalamment. D'une manière ou d'une autre, je me retrouve assis à la table de la cuisine devant un petit déjeuner garni ou plutôt le repas du midi vu l'heure, préparé avec tout l'amour d'une mère furieuse qui tente de se défouler en cuisine au lieu d'assassiner son fils unique. Gentille maman. Certaines n'aurai pas été aussi clémente en découvrant que leurs enfants aient profités de leurs absences pour roupiller au lieu de s'abreuver de savoir.

-Se lever à cette heure ci, t'as pas honte ?! Comme punition, tu vas venir m'aider et plus vite que ça. T'as le ménage de printemps qui t'attends et dans ta piaule qui part en distribil que tu oses nommer chambre!
-Pourquoi monde cruel... Gémis-je avant de laisser ma tête tomber sur la table et de gagner par la même occassion un bleu supplémentaire. Pourquoi tant de haine si tôt ?
-Arrête de te plaindre Liam ! Si tu n'étais pas rentré à une heure indue cette nuit, tu serais moins fatigué ! Et qu'est ce que tu y a fabriqué, hein ? Regarde ça, tu as de la terre et des feuilles dans les cheveux! Vocifère la cuisinière en me menaçant de sa spatule.

Je hausse les épaules, me sentant peu concerné par ses remontrances. Tout ce que je veux moi, c'est rejoindre mon amante de couette à l'étage et passer une journée en tête à tête avec elle. Néanmoins, après maintes réprimandes maternelle et sous ses vociférations enragée, je me traîne tant bien que mal jusqu'à la salle de bain après avoir rapidement avalé quelques tartines que l'on m'a obligé à prendre. Avec une flemme non dissimulée et la désagréable sensation d'avoir oublié quelque chose, je me déshabille lentement, avec lourdeur. Mes membres douloureux, malgré leurs guérissons, m'interdissent d'aller un tant soit peu plus vite.

Rien d'étonnant vu ce que j'ai vécu ces deux derniers soir.... Lorsque je repense à mes chutes, mes courses poursuites et les coups reçus, me me demande bien comment j'ai réussi à ne pas chopper au minimum dix traumatismes crâniens. Je veux bien admettre avoir la tête dure et une capacité de guérison accélérée mais tout de même... Je suis tout simplement ébaubi d'avoir assez de neurones pour vivre correctement ou de ne pas avoir perdu littéralement la tête. Ouais, ça ne va pas tarder à mon avis vu ma poisse légendaire. Mais avant que cela n'arrive, franchement, je préfère largement me noyer dans la douche. Ce que je fais en ce moment précis d'ailleurs.

Enfin, jusqu'à qu'une ou plusieurs sonnerie d'alerte brise ma bulle de tranquillité. Surpris, au lieu de couper l'eau comme un grand, je me trompe et enclenche l'eau glacée, ce qui me fait jurer pire qu'un marin. Merde, rien ne va bien depuis mon réveil ! Bref, après l'avoir éteint à grande injure, je sors de là rapidement, avec une lueur meurtrière dans les yeux. Qui est l'importun qui ose troubler ma noyade matinale ?! Sous des jurons peu élogieux et un grognement sourd, je regarde mon portable vibrer tout seul sur le lavabo. Vous croyez que si je me concentre bien, le portable du malotru va fondre dans sa main ? J'en doute fort mais l'espoir fait vivre.

Oh, c'est Stiles qui me rappelle qu'on doit se réunir bientôt à la bibliothèque. Zut ! J'ai totalement oublier ce foutu rendez vous ! Et dire que je peux plus quitter la maison sans que tout soit nickel chrome. Qu'est ce que je vais bien pouvoir faire ? J'obéis docilement à ma mère sous peine de subir la punition de ma vie ou je désobéis et vais à la rencontre avec les détectives en herbe ? Choix cornélien qui s'impose, on dirait. Je m'habille vite fait, me coiffe d'un coup de main dans les cheveux et stoppe tout mouvement lorsque mes yeux rencontrent la gourmette précédemment abandonnée. Je l'avais totalement oublié celle là.

D'ailleurs, je n'avais pas non plus remarqué qu'un prénom et une date de naissance y était inscrit. Quel observateur incompétent je fais. Je prends le bijou en main et l'observe sous toute les coutures. Puis je m'attarde sur l'écriture. Ça me dit quelque chose. Quelque chose de super crucial.... Allez, réfléchi Liam. Où est ce que t'as vu ça ? … Ah oui ! Là bas ! … Attendez ! Cela veux dire que... Nan, c'est pas possible. Mais si c'est le cas, ça veux dire que tout est lié. Et surtout que je me suis fait embarquer dans un foutoir pas possible. Faudrait que je rejette un coup d'oeil sur les photos prises durant mon escapade à l’hôpital, mais je pense que cela ne servira qu'à confirmer mes dires.  

Toutefois, même si j'ai raison, ça reste quand même hallucinant comme théorie. Vraiment, je n'aime pas les lundis. Surtout quand je fais des découvertes aussi choquantes et qui bouleverse toute logique précédentes. Sauf qu'avant d'ébruiter mon hypothèse, je suis malheureusement occupé. J'envois un message à l'hyperactif, lui expliquant que je serai en retard, devant aider ma mère. Je ne suis pas tout de même fou à ce point de tenter d'échapper aux corvées m'étant imposées. La connaissant, elle serait capable de faire disparaître la moindre trace de mon existence à tel point qu'on ne retrouvera même pas une miette de mon ombre.

Allez, c'est parti ! C'est pas tout ça mais si je veux partir vite d'ici, faut que je me mettes au boulot et plus vite que la musique. Sinon je suis pas prêt de sortir de là avant le siècle prochain si je m'écoutait réellement. Serpillière à la main et cire dans l'autre, je frotte le parquet quand mon portable se remet à sonner. Ah, encore une notification. Sur la description de Georges ? Rapidement, je lui écris que c'est un mélange entre un gorille géant et un cerbère aux yeux oranges avec une capacité pulmonaire à en faire pâlir de jalousie le grand méchant loup des trois petits cochons. Heureux de ma réponse, je reviens à ma tâche initial, c'est à dire de faire briquer le sol à tel point qu'on puisse y voir mon reflet dedans.

Lorsque la maison brille enfin de mille feu, il est tard. Bien trop tard pour que je puisse les rejoindre. En tout cas, je remercie énormément Stiles pour le briefing via texto même si je comprends pas la moitié de ce qu'il a écrit. A croire qu'il n'est pas en forme ces temps ci. Des problèmes de couples, je suppose. Ah oui, c'est vrai. Ce ne sont pas mes affaires, je ne vais pas m'incruster là dedans y jouer les torr penn. La leçon avec Therence et son cochon m'ont bien suffit. Enfin, un temps soit peu. Cependant, je vais profiter de ces deux jours avant la prochaine réunion pour trouver les preuves afin de valider ma théorie au sujet de la gourmette. Si je ne me trompe pas, tout est lié.

Je ne sais pas comment ni pourquoi mais doit avoir un truc entre Georges, la gourmette trouvé en forêt appartenant à un disparu, les disparus eux mêmes, les chimères, le secteur médical, le surnaturel et les extraterrestres. Un truc énorme et impensable ! Et j'ai bien hâte de découvrir ça avant que cela ne me prennent trop la tête.



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar



Messages : 461
Points : 523
Réputation : 48

Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]   Mer 19 Avr - 23:35

La suite ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BHI : On démarre l'enquête! [ft Garnet et Dunbar and co ]
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» Les Palestiniens en ont marre
» Marre d'écrire ?
» L'île noyée... une enquête de Jack Norm...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Bibliothèque-
Sauter vers: