AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]   Mar 20 Jan - 0:19


When Flaming Bird meet Shadow Cat






Les minces rayons de soleil qui parvenait à passer outre la dense forêt qui longeait l’un des abords de la route étaient, comme à leur habitude, une véritable bénédiction pour le jeune homme qui la parcourait. Une valise dans une main, qu’il faisait rouler à ses pieds, un exemplaire du journal de la ville dans l’autre, sur lequel il jetait un coup d’œil régulièrement, il semblait chercher quelque chose. Son regard bleuté parcourait les différents panneaux qu’il croisait : nom des rues, des villas. Il était clair qu’il cherchait une adresse bien précise. Le jour baissait et il devait se hâter s’il ne voulait pas dormir à la belle étoile.

L’incarné était arrivé en ville quelques heures plus tôt, dépêché par un vieil ami, qui lui avait conseillé de s’y rendre afin de réaliser ce pour quoi il était fait. Il s’était rendu à la Fac dès son arrivée mais la secrétaire lui avait gentiment fait comprendre avec son plus désagréable sourire qu’il n’y avait plus de place pour héberger un nouveau professeur. Qui plus est si celui-ci n’était pas américain et venait enseigner une langue que plus personne ne parlait. L’intéressé lui sourit pour toute réponse et se retint d’embraser le bureau et son occupante puis quitta les lieux. Il nota dans un coin de sa mémoire de passer dans le bureau du recteur d’académie dès qu’il serait officiellement en poste pour mettre les choses au clair. Après quelques cafés et le double de cigarettes sur la terrasse d’un bar de la ville, il avait aperçu le journal abandonné qui traînait sur une chaise inoccupée. Une cigarette de plus et il tomba sur l’annonce qui allait peut-être lui sauver la mise. Il paya ses consommations, embarqua le canard et se mit en route.

Relevant les yeux du journal, il bifurqua dans le quartier résidentiel mentionné par l’annonce et chercha le numéro concerné. L’ensemble des habitations était assez joli, chacune avait sa propre personnalité. Si certaines semblaient ne pas avoir été entretenues depuis plusieurs mois, d’autres rayonnaient de couleur. Parfois un peu trop.
*Certains habitants devraient perdre le sens de la vue pour le bien de leur communauté... Quel manque de goût.* Détournant son regard de cette étrange amalgame de couleur vomitive, il se retrouva face au numéro qu’il cherchait. *Enfin...*
Il s’avança dans la petite allée de gravier, sa valise à roulette rebondissant et se bloquant intempestivement, il finit tant bien que mal, avec une démarche un peu gauche dû à ce boulet improvisé, par rejoindre la porte d’entrée et sonna.

La jeune fille qui lui ouvrit le surpris. Non pas par son apparence, bien qu’elle fut charmante, mais par la sensation qu’il éprouva en plongeant son regard dans le sien. Une sensation qu’il connaissait bien. Il avait été en contact avec de nombreuses créatures surnaturelles au cours de sa longue existence. Mais c’était bien la première fois qu’il en croisait une comme celle-ci.

- Bonjour Mademoiselle. Je suis la personne qui vous appelé un peu plus tôt dans l’après-midi. Vous vous souvenez ? Pour la chambre à louer. Je m’appelle Braise Valentine. Enchanté.

Disant ces mots, l’incarné pencha légèrement la tête sur le côté, arborant un sourire tendre et un regard chaleureux.

*Merlin avait raison, cette ville promet de se montrer très intéressante...*



Revenir en haut Aller en bas
Fhury Haime

avatar

Humeur : Les temps changent...
Messages : 314
Réputation : 15
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]   Mar 20 Jan - 12:26




Un canari à ma porte

CITATION CITATION
Je vis le soleil couchant... Nom de... Nom il était déjà si tard?
Je me levais et alla dans la cuisine. Je sorti le poulet du congélateur et les mis à décongeler dan le micro onde. Une dizaine de minutes plus tard je le mis à cuire dans une cocote avec 5 verres d'eau puis j'y ajouterai les épices quand l'eau aurait réduit.

J'entendis mon ventre protester: j'avais faim. Tout en m'activant... Activement dans ma cuisine, la sonnette retentit. Je m'arrêta surprise, puis posa se que j'avais dans la main et pris un torchon. Je m'essayais les mains quand j'ouvris. Devant moi ce tenait un homme d'une bonne vingtaine d'année, châtain aux yeux bleu... Avec un sourire doux et regard tendre.

Il me tendis la mains en se présentant:

"- Bonjour Mademoiselle. Je suis la personne qui vous appelé un peu plus tôt dans l’après-midi. Vous vous souvenez ? Pour la chambre à louer. Je m’appelle Braise Valentine. Enchanté."

Un appel? Dans l'après midi? Mais qu'est ce que... AHHHHH!!!!  Oui bien sur! Qu'elle idiote!!! Je me dépêchais de laisser l'entrée libre et lui fit signe d'entrer.

"-Excusez moi, j'avais complètement oublié! Entrez, avez vous mangé? J'étais en train de faire la cuisine et... Oh merde!!!!"

Tout en lui faisant signe d'entrer, je me précipita dans la cuisine ou le poulet commençait à faire des bruits anormaux. Quelques secondes après, il me rejoignit, il devait me prendre pou une folle... Un fois le repas sauvé, je lui fis signe de s'asseoir en lui demandant si il souhaitait boire quelque chose. Une fois servit, je m'assis en face de lui.


"-Je suis désolée pour tout cela. Enchantée, je m'appel Fhury Haime. Donc si j'ai bien compris vous souhaitez louer la chambre, soit, mais pour combien de temps? Pour les repas, préférez vous acheter votre nourriture et avoir une place dans le frigo, ou participez vous au courses et mangez avec moi? Que faites vous dans la vie? Et..."

Je m'arrêta. Il sentait... Le brûlé? Non. Il avait une odeur de tabac très présente mais ... Je secoua la tête, inutile de me casser la tête!

"-Pour ce qui est du tabac, vous pouvez fumer dans votre chambre si vous ouvrez les fenêtres.... Euh...  Voilà. Avez vous des questions?"

Tout en parlant je me leva pour allez remuer le poulet et je sorti de la cocote. Je vidais un peu d'eau, puis ajouta beaucoup de moutarde, je me mis à mélanger et remis le poulet, a feux très doux cette fois. Je me dirigeais vers un placard et y pris un casserole où je mis de l'eau à chauffer.

Une fois toutes les réponses et questions passées. Je lui demanda de me suivre, lui faisant visiter la maison: le salon à coté de l'entrée, l'escalier qui menait au deuxième étage, la salle de bain , ma chambre et enfin la sienne, qui était collée à la mienne. Je lui sorti des draps propres et dis le lit. Je lui laissa le temps de s'installer, je redescendis dans la cuisine et termina le repas et mis la table.

Il était charmant c'était non négligeable mais... Quelque chose en lui me dérangeait... Je ne sus dire quoi... Mais je trouverai j'en suis sur...


 
holliday creation




Dernière édition par Fhury Haime le Lun 2 Fév - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]   Mar 20 Jan - 19:57


La nuit, tous les chats sont brûlant.






La jeune femme se montrait très énergique et très volontaire, bien qu’elle s’éparpillait un peu. Rangeant un objet ici, nettoyant un couvert là, pliant un vêtement à gauche, remplissant un verre à droite. Depuis qu’elle l’avait laissé entrer dans la demeure, elle n’arrêtait pas. Elle avait même failli faire brûler sa volaille. Situation cocasse lorsqu’on accueille un oiseau de feu dans sa maison. Braise s’en était amusé intérieurement.

- Non, je n’ai pas mangé et j’avoue que la faim me tiraille un peu l’estomac, je n’ai avalé que du café depuis ce matin.

Une fois qu’elle s’était enfin arrêté et installé après lui avoir servi le verre d’eau qu’il avait demandé, elle s’excusa et se présenta. Fhury Haime. *Elle porte bien son nom.* Puis elle enchaîna les diverses questions d’usage concernant la location qui intéressait l’incarné.

- Donc si j'ai bien compris vous souhaitez louer la chambre, soit, mais pour combien de temps? Pour les repas, préférez vous acheter votre nourriture et avoir une place dans le frigo, ou participez vous au courses et mangez avec moi? Que faites vous dans la vie? Et...

Elle marqua un léger temps d’arrêt. A peine perceptible pour un simple humain. Mais Braise n’en était pas un. Il remarqua ce trou dans le rythme de ses questions mais ne s’en inquiéta pas, la jeune femme ne dégageait aucune hostilité envers les créatures du surnaturelles. Pour l’instant du moins. Elle reprit :

- Pour ce qui est du tabac, vous pouvez fumer dans votre chambre si vous ouvrez les fenêtres.... Euh... Voilà. Avez-vous des questions?

C’était donc ça qu’elle avait senti. L’incarné se doutait qu’elle n’avait pas tiquée sur son odeur de cigarette mais sur celle qu’il essayait de masquer avec le tabac. Il espérait seulement que cela ne le desservirait pas, que ce soit pour la location ou pour la relation qu’il aurait avec la jeune femme.

- Et bien, pour ce qui est de la location, je ne sais malheureusement pas combien de temps cela va durer, c’est pourquoi je vous propose de vous payer mon loyer de façon hebdomadaire, ce qui vous permettra de rentrer chaque semaine un modeste pécule et, pour ma part, lorsque j’aurai trouvé un lieu où vivre sans dépendre d’une tierce personne, j’aurai plus d’une journée pour m’occuper du déménagement, des papiers, et caetera. En ce qui concerne les repas, je mangerai certainement sur le campus de la Fac la plupart du temps, mais je reviendrais ici pour le repas du soir. Et manger ensemble nous permettra de faire connaissance plus amplement. Si vous le désirez, bien évidemment. Et je participerai physiquement et financièrement si besoin, il paraît que je ne rate jamais une cuisson. Et comme vous l’avez sûrement compris lorsque j’ai mentionné la Fac, je suis professeur. De langue pour être précis. Et de Grec Ancien pour l’être encore plus.

Braise rajouta que, bien entendu, il se plierait aux règles de la maison et ne fumerait qu’à la fenêtre, voir directement à l’extérieur si jamais le temps se montrait clément.

- Et vous, mademoiselle Haime, que faites-vous dans la vie ? Je ne pencherai pas pour un emploi, sinon vous n’auriez pas besoin de l’argent d’une location. Ou bien vous menez un train de vie hollywoodien ! Non, si emploi il y a, il ne doit s’agir que d’un mi-temps. Vous êtes trop énergique pour rester enfermée chez vous à longueur de journée donc vous n’êtes pas au chômage, ce qui m’amène à la dernière possibilité, celle qui me semble la plus correcte : vous êtes étudiante. Aurais-je le plaisir de vous croiser sur le campus de la Fac ?

Fhury lui répondit tout en s’occupant du repas puis lui fit visiter les différentes pièces de l’habitation. Elle lui montra sa chambre puis redescendit gérer sa cuisine. Une fois seul, le phoenix ouvrit sa valise te commença à la vider. Celle-ci contenait des vêtements pour une semaine, une trousse de toilette, du matériel d’écriture, quelques romans de ses auteurs favoris et un sac en bandouillère en peau tannée qui semblait contenir pas mal de choses. Il rangea et organisa tout ça selon son envie puis redescendit à son tour au bout d’une quinzaine de minutes.

La soirée se passa sans accrochages, ils discutèrent sobrement durant le repas puis, après un bon café, Braise l’aida à débarrasser la table et la remercia puis monta dans sa chambre. Il ne dormit pas de suite, loin de là. Cette ville lui plaisait énormément. Et ses habitants réveillaient en lui une certaine excitation. Celle de l’inconnu. Et cette adrénaline lui plaisait. Son sang déjà brûlant se mettait à bouillir. Tard dans la nuit, assis sur le rebord de la fenêtre à écouter les bruits des animaux de la nuit, il jubilait en tirant sur sa clope. Celle-ci s’enflamma soudainement à son extrémité  et se consuma en quelques secondes. *Et m...* Il épousseta la cendre qui lui était tombé sur la chemise lorsque son instinct le stoppa net. Quelque chose se passait. Tout près. Quelque chose de dangereux. Il embrasa ses pupilles, arborant désormais une couleur de flamme rouge et or et scanna la demeure entière de sa vision thermique.  La chaleur qui se dégageait de la chambre de son hôte manqua de l’éblouir. Seule les mutations produisaient autant de chaleur. Et il n’aimait pas ça.

Sans se précipiter, tout en gardant un œil sur la forme qui s’agitait dans le lit de la chambre voisine, il s’approcha délicatement et se stoppa devant la porte. Sa vision percevait sans peine l’émanation de chaleur qui se trouvait derrière, il n’avait pas besoin d’entrer. L’incarné n’interviendrait que s’il le pensait indispensable.


Revenir en haut Aller en bas
Fhury Haime

avatar

Humeur : Les temps changent...
Messages : 314
Réputation : 15
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]   Mar 20 Jan - 21:16




Un canari à ma porte


Il était gentil, calme et bien élevé. Très différent des hommes que j'avais rencontré jusque là. C'était plaisant de parler de tout et de rien avec quelqu'un de plus mature que soit.

Un fois qu'il m'eut répondu au questions il m'en posa à son tour... Il était futé!!!

"-Oui je suis étudiante mais... Je suis encore au lycée à cause de... Quelques problèmes personnels. J'ai arrêté les cours pendant plus d'un et une fois les problèmes réglés j'ai décidé de reprendre mes études. A presque vingt ans je suis toujours au lycée..."

Je me senti rougir, honteuse.... Un fois de retour dans la cuisine, je me mis à penser à cet homme... Effectivement quelque chose en lui ... M'attirais, non pas sexuellement, quoi que je ne refuserais sans doute pas mais ce n'est pas la question, mais son regard. Bien que d'un bleu froid il était... Et bien oui il était chaud!!!

Une fois le repas expédié, il m'aida à débarrasser puis remonta dans sa chambre. En faisant la vaisselle, je repensa au fait qu'il paierais par semaine. Soit. Je remonta dans ma chambre et filais sous la douche. Bouillante. Ça faisait du bien. En sortant, je mis ma nuisette puis cria un bonne nuit avant d'allez me couché.

Une fois installée, je m’inquiéta un peu... Et si je bousillais à nouveau mes draps? Tendis que je réfléchissais à cela, Morphée me pris dans ses bras et je sombra dans un sommeil aussi profond qu'agité.

Il faisait noir. Mais je me savais observée. IL était là, IL n'attendait qu'un signe de faiblesse de ma part pour me faire sombrer et prendre le contrôle sur mon esprit.

"-Un, Deux, Trois, je suis en toi. Quatre, Cinq, Six, tu es ma prise. Sept, Huit, Neuf, enfermée dans un oeuf. Dix, Onze, Douze, tu seras décapitée comme une binouze."

IL chanta cette chanson à tue tête. Cela me fis peur... Je me mis à courir... Oh non voilà que cela recommençait... J'avais chaud. Trop chaud. Son souffle sur moi... Je cria... Je courru encore, plus vite. Sa mâchoire se referma sur ma main, j'essaya de me défendre. Je griffais, mordais, frappais... Un son étrange retentis. Merde, je grognais!

"-Tu vois, tu y restera, laisse moi prendre soin de toi. Tu verra, je te croquerais, je boufferai, JE TE TUERAIIIII"

Je mis à pleurer et je hurla...

 
holliday creation


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]   Mer 21 Jan - 0:26


Chantons ensemble




Le nouvel arrivant posa une main au milieu de la poitrine de son hôte et embrasa son feu intérieur. Combattre le feu par le feu.

Sentant que celle-ci allait sombrer, il s’était décidé à entrer dans la chambre. Faisant fi de ce qu’il pourrait voir si elle s’était couchée nue. Ou de ce qu’il pourrait voir si elle s’était entièrement métamorphosée. Son briquet allumé à la main, prêt à agir, il avait ouvert la porte. Mais après quelques pas, il se ravisa et ferma le capot de son zippo. Il s’était assis sur le rebord du lit. Les draps étaient en lambeaux. Un rapide coup d’œil dans la pièce et il aperçut dans un coin, à travers les ténèbres, un tas de chiffon roulé en boule. Pierre tombale improvisée faites de reste des draps des nuits précédentes. Reposant les yeux sur l’endormie, il constata l’évolution de la mutation. Toutes griffes dehors, crocs en avant et, contrebalançant tout ça, de mignonnes petites oreilles félines dépassant de sa crinière rousse.

Quelques larmes coulèrent le long du visage de la jeune femme puis son dos se cambra soudainement quand elle lâcha un hurlement de terreur. A travers son épiderme, plaqué contre la gorge luisante de sueur de Fhury, Braise s’employa à étouffer la chaleur de la bête qui tentait de la dévorer. Mais cette dernière ne lâchait rien. Elle était une entité ancienne. Peut-être même plus que son propre père. Et elle était puissante. Pas étonnant que la petite ait du mal à la garder enfermé dans son corps. L’incarné lutta quelques minutes de plus avant de prendre sa décision. La jeune femme n’était plus consciente. A présent, c’était un duel entre la bête et lui. Il relâcha sa prise, se leva et quitta la pièce quelques secondes. Non sans surveiller du coin de l’œil l’évolution de la bataille interne de Fhury. Il revint et repris sa place.

*Je suis désolé mademoiselle Haime, mais je vais devoir vous désobéir dès ma première nuit en votre demeure...*

Il alluma la cigarette qu’il avait ramenée, appuya sa main droite sur son genou histoire d’avoir un appui stable et apposa à nouveau sa main gauche sur le corps de la jeune femme. *Cette fois-ci, c’est en un seul round ma grande.*

Les pupilles de l’incarné s’embrasèrent littéralement, lui consumant les sourcils et entamant les mèches de cheveux qui tombaient sur son front.

- Un, deux, trois, c'est toi qui mourras, chantonna la bête avec un sourire diabolique.

La bête forçait mais le combat l’épuisait, tant qu’elle n’était pas entièrement libérée, Braise pouvait s’en débarrasser. Au moins pour cette nuit. Fhury ne tiendrait plus très longtemps, il devait abréger.

S’immolant lui-même, l’enseignant ignorait la douleur que lui infligeait son propre pouvoir. C’était ce pourquoi il était fait. Il lutterait jusqu’au bout.

- Quatre, cinq, six, personne ne tue un Phoenix, lui répondit Braise sur le même rythme en lui rendant son sourire.

Et il s’embrasa.


________________________


Le souffle de Fhury était frais et stable. Braise ouvrit la fenêtre pour aérer la pièce. Le brouillard suintant de chaleur qui s’échappait du corps surchauffé du jeune homme commença à s’échapper, laissant pour seule trace une épaisse buée sur les vitres. L’incarné ouvrit quelques placards et sortit une nouvelle couette dont il recouvra le corps de la jeune femme. Un dernier regard pour s’assurer de son état et il quitta la chambre, refermant la porte derrière lui.

Adossé au mur, la respiration rauque et irrégulière, suant sa propre mort, il tituba jusqu’à sa chambre. Les quelques mètres qui séparaient les deux portes furent un véritable marathon pour lui. Il entra dans sa chambre en se traînant au sol. Au prix d’un effort à la douleur indescriptible, il sortit de son sac de peau un rouleau de bâche ignifugée, qu’il déroula devant la fenêtre en serrant les dents avant de s’installer dessus.

Sur le dos, le souffle à demi coupé, les membres encore tremblants de sa lutte contre la bête, il observa la lune et les étoiles qui l’entouraient.

Il ferma les yeux.

Dans les ténèbres, un loup hurlait son désespoir.

Son souffle s’éteignit.


Revenir en haut Aller en bas
Fhury Haime

avatar

Humeur : Les temps changent...
Messages : 314
Réputation : 15
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]   Jeu 22 Jan - 20:57




Couché Chaton


IL s’approchait de moi, tout crocs dehors quand je senti une douce chaleur m’envahis...

IL recula, en grognant comme brûlé par cette soudaine chaleur. Je commençai à me détendre au moment ou la chaleur disparut. La créature se rua sur moi en hurlant sa haine, je me remis à courir.

Je tombais et IL sauta. A ce moment là, une immense gerbe de feu apparut entre lui et moi. Le feu se modela et pris la forme d’un puissant et immense phoenix. Il écarta les ailes, créant un tourbillon de flammes qui chassa les ténèbres, créant un superbe halo de lumière dorée protecteur autour de moi.

C’est alors qu’un combat fit rage entre la créature, que je vis pour la première fois : un immense chat blanc aux yeux vert émeraudes. Le phoenix poussa un cri aussi cristallin qu’une goûte de rosé tombant dans une flaque d’eau.

Après des coups pris par chacune des créatures, le pheonix hurla à nouveau, pris son envol et revint en piquant droit sur le chat. Le brûlant entièrement et le faisant disparaître.

« -Quatre, Cinq, Six, personne ne tu un Phoenix »

Cette dernière phrase résonna en moi, et se fixa profondément dans mon cœur, dans l’endroit le plus secret de mon âme...  Jamais je ne pourrais oublier ça, jamais je ne pourrais me sentir plus en sécurité qu’au moment où elle fut dite.

Je serai bien incapable de vous dire de quoi fut faite le reste de ma nuit, mais je sais que je n’avais pas aussi bien dormis depuis plus de trois ans, une nuit pure, simple et calme. En me réveillant se matin là une chose me choqua : parmi les reste de mes draps, se trouvait une couverture intacte... Je me demandais bien qui avais pu la mettre la.  

Tout en me préparant je pensais à Mr.Valentine... Non il n’avait pas... Et si... Je sorti de ma chambre et m’apprêta a frapper à la porte de la sienne quand je vis un mot à mon intention :

« Je suis déjà parti à la Fac, nous nous retrouverons ce soir au dîner. V. »

Je soupira et descendis l’escalier pour prendre un rapide petit déjeuné avant de partir pour le lycée. En chemin je me rappelais vaguement l’odeur de fumé stagnante dans ma chambre, essayant de trouver d’où elle pouvait bien venir...




holliday creation




Dernière édition par Fhury Haime le Lun 2 Fév - 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]   Ven 23 Jan - 22:10


Nouveau départ




Le soleil s’élevait dans le ciel dégagé de Beacon Hills depuis plusieurs heures lors que Braise ouvrit les yeux. Sa peau rougie et fumante et sa flagrante nudité prouvaient que sa résurrection datait d’il y a peu de temps.

En cette saison, le soleil se levait tôt, son brasier de renaissance avait forcément eut lieu aux premières lueurs, il devait donc être aux alentours de 7h du matin. Il avait dormi trois heures. De quoi démarrer une bonne journée. Alors qu’il somnolait sur sa bâche, où traînaient les cendres de son ancien corps, *Et de mon costume, putain... Cette chemise m’avait coûté 75 dollars...*, il entendit les pas feutrés de son hôte dans le couloir. Il s’arrêtèrent devant sa porte quelques secondes puis s’en allèrent en direction du rez-de-chaussée. Il avait eu une riche idée de mettre ce mot sur la porte avant d’aller combattre la bête qui hantait le corps de Fhury.

Il resta, ainsi, sur le dos, profitant de la chaleureuse lumière du soleil durant plusieurs minutes avant de se décider à se lever, il enfila rapidement un caleçon puis s’attarda à la fenêtre en fumant une cigarette. Il observait un peu les alentours quand la jeune fille sortit de la maison, il se baissa précipitamment, tentant de cacher tant bien que mal la fumée de sa cigarette en l’éventant avec sa main. *Aaaïeeeuuuhh... de bordel de...* Il souffla sur ses doigts et tapota la fraise de sa clope qu’il venait de faire tomber sur le parquet. Au dehors, la jeune femme se vautra de tout son long dans l’allée de gravier. Ceux qui se ressemblent... logent ensemble. Après avoir changé de chaussures, Fhury finit par quitter pour de bon la maison. L’enseignant choisit alors un nouveau costume qu’il étendit sur son lit puis alla prendre une douche bien chaude, se nettoyant des dernières traces de combustion qu’il pouvait encore porter.

Une fois habillé, il descendit, profita d’un café brûlant accompagné de sa cigarette puis prit ses affaires et quitta à son tour la demeure, téléphone à l’oreille :

- Monsieur le Directeur ? Oui, c’est Monsieur Valentine à l’appareil. Oui, très bien, et vous-même ? Haha, parfait, parfait. Oui, je suis en route. Oui, merci Monsieur le Directeur. A tout à l’heure ! Oh, une dernière chose Monsieur le Directeur ! J’aimerais que nous parlions de votre si aimable secrétaire...




___________________________________




[Fin du RP]


Revenir en haut Aller en bas
 
Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]
» Knockin' On Heaven's Door. | Caleb & Lena |
» 03. [Pension Preston] Knockin' on Heaven's door
» [CLOS] [Sky/Garin] Knockin' on Heaven's door
» ⊱ knocking on heaven's door. (camille)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Dans la ville :: Quartiers résidentiels :: Quelque part dans les quartiers résidentiels-
Sauter vers: