AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
12 novembre 2017

Zeke Pevencie


►►►◄◄◄br />
Arès Kye Coleman & Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Jansen Avery




Classement au
25 novembre 2017

Cassian Norton


►►►◄◄◄br />
Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Maxine Evans




Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Partie de jambes... attrapées [Ft. Willem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merisha Gunder

avatar

Messages : 118
Points : 164
Réputation : 23
Date d'inscription : 12/11/2016

MessageSujet: Partie de jambes... attrapées [Ft. Willem]   Mar 13 Juin - 23:49



Partie de jambes... attrapées
Central de Police, Beacon Hills, Juin 2017

Feat. Willem Sheperd


Trahie. Abandonnée. Attrapée. Merisha boudait férocement dans la petite salle d'interrogatoire tout en observant ses ongles. Elle n'était pas dupe. La voleuse savait parfaitement qu'un pervers était sûrement en train d'étudier le moindre de ses gestes derrière le miroir sans tain. Les policiers américains étaient de vrais clichés. Et comme partout ce n'était bizarrement pas chez les criminels qu'on retrouvait les pires vices et autres torts.

La preuve en avait était la fouille au corps poussée qu'avaient reçu Merisha et qui l'avait laissé décoiffée et le corps meurtri. Le pire c'était que c'état une femme qui avait procédé à cette étape ! Sûrement une mal fichu, pour ne pas dire autre chose, qui n'avait rien de mieux à faire de ses journées.. Mais le pire était de savoir pourquoi Merisha se retrouvait dans cette situation si particulière, menottes aux poings et enfermée dans la salle d'interrogatoire.

Ni plus ni moins qu'un péché d'orgueil. Autant que de la voleuse que de sa fougueuse soeur. Cette dernière tentait éternellement de pousser Merisha à lever le pied, moins prendre de risque. Riant de cette couardise si coutumière à Travia, la polonaise avait lancée un défi à sa soeur. Voler un pauvre vieil homme et prouver ainsi son talent. Ce qu'elle n'avait pas prévu, c'était qu'en pensant dérober un quelconque trésor, la voleuse s'était retrouvée avec un sonotone en main. Et que sa soeur avait prévenue la police.

Ainsi Merisha attendait désormais la venue d'un médiateur. Son crime n'était que léger, et pouvait presque passer pour une blague de mauvais goût. Le vieil homme ne s'était même pas réveillé quand les policiers avaient remis en place son outil auditif. Aussi Merisha pensait pouvoir s'en sortir sans dommage. Mais un numéro de charme pouvait également l'y aider. Aussi la jeune femme déboutonna t'elle légèrement son chemisier noir, pressa ses seins pour leur donner un certain volume et secoua la tête pour se donner un effet "sortie de lit" dévastateur. Lorsque la porte s'ouvrit, elle lança un regard de biche à son futur interlocuteur, battant lentement des cils et ouvrit légèrement ses lèvres humides avec un air innocent.

"S'il vous plaît monsieur.. Je ne voulais pas, c'était une simple blague avec ma soeur. Cet homme est sacré..."

Merisha s'était attendu à un vieil homme ou un ersatz d'avocat frustré. Il semblait qu'elle s'était lourdement trompée. Ce fut un bel homme qui entra dans la salle. Bien que trop massif pour ses goûts, il dégageait un tel charme et assurance que la jeune femme hésita quelques secondes, clignant des yeux.

"Oh je défaille... Quelle honte. Être considérée comme une vulgaire voleuse par un bel homme tel que vous."

Merisha rougit. Autant pour son rôle que par son corps qui trop longtemps frustré réclamait l'attention qu'il méritait.

Lantern
© Méphi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 313
Points : 360
Réputation : 49
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Partie de jambes... attrapées [Ft. Willem]   Ven 16 Juin - 22:02

Sheperd
Willem

Gunder
Merisha

Partie de jambes attrappées
Jordan Parrish m’a fait un pont en or pour ce poste de médiateur. L’adjoint du shérif m’a accordé sa confiance. J’espère être à la hauteur de celle-ci. Cela fait trois semaines que j’ai commencé. Les premiers jours j’ai surtout fait connaissance avec le reste du personnel. Il est vrai que je détonne un peu au milieu de ses gens en uniforme. Si bien que l’on a fini par me coller une plaque à porter à la poitrine qui indique mon nom et ma qualité de médiateur. Je n’aime pas arborer ce que je considère ni plus ni moins comme un insigne. Toutefois étant un nouveau, je ne peux guère me permettre de faire le difficile.

Mady a fait un tri dans ma penderie, regroupant sur un côté les vêtements qu’il vaut mieux que je porte lorsque je suis de service au poste de police et les autres... à éviter a-t-elle dit d'une voix péremptoire.

- Cela t’évitera que l’on te confonde avec les prévenus !
- Mady ! Je n’ai pas la tête d’un voyou !
- Non, mais celle d’un hippie fumeur de weed !
- Je ne fume pas et la loi n’interdit pas de ressembler à un… à quelqu’un proche de la nature.


(…)

J’ai fini par déboutonner mon col de chemise. Je n’arrive pas à respirer. Ma panoplie de « médiateur au service de la police » s’est enrichie de quelques chemises sobres et de pantalons du même acabit. Au début, j’avais l’impression d’aller à un mariage chaque fois que je dois sortir habillé ainsi. Cependant, je commence à m’habituer à cette tenue. De plus il semble que les éléments féminins du service de police me trouvent mieux ainsi qu’en mode bucheron et chemise de flanelle à carreaux. C’est vrai que le reflet du miroir me revoit une image plutôt flatteuse. Depuis ma discussion avec Keanus, mon frère m’a sorti avec des collègues de la banque où il travaille et avec qui il a sympathisé. Ces gens ne savent rien sur le surnaturel, cela nous oblige à faire attention à ce nous disons afin de ne pas passer pour des illuminés. Cependant, je dois reconnaitre que j’ai apprécié la soirée qui s’est terminée au Pink au grand dam de Keanus qui me reproche de trainer dans un bar à connotation gay.

Au fil de la soirée, il s’était rendu compte que la clientèle est très variée. Gay et hétéros se côtoyant sans distinguo de classe. J’avais accusé mon frère de s’empêtrer dans les clichés. Il avait dû admettre ses torts et que ma fréquentation de ce bar n’allait pas nuire à ma "future" vie sociale et amoureuse.

Jerry, le barman avait été étonné de ma tenue plus chic que d’habitude. Il m’avait même sifflé pour l’occasion, se moquant un peu de ma mise en me demandant si je sortais d’une communion. Je lui avais expliqué que mon frère et ma tante s’étaient mis en tête de me relooker. « Mon pauvre » m’avait sorti Jerry avant de replonger à son service.

(…)

Je n’ai pas de bureau à moi et il y a peu de chance que j’ai un jour une place attitrée dans ce poste de police où la place est chère. Mais cela m’importe peu. J’ai une âme de nomade et ne suis nullement attaché à du mobilier. Je navigue donc de bureau en bureau suivant les présences ou absences des policiers de la brigade.

Pour le moment, je lis des rapports sur des crimes de petites délinquances. Stilinski m’a demandé de faire le point et de voir s’il n’y aurait pas quelques actions pertinentes à faire pour réduire ces incidents, qui s’ils ne sont pas gravissimes, ils exaspèrent nos concitoyens. Un poste de police est aussi soumis à ses résultats. La pression qui vient d’en haut est toujours pesante. Moins il y a de mécontents en ville, moins cette pression s’alourdit.

Je repère une recrudescence des incivilités à l’est du campus. Il y a non loin de là un quartier un peu défavorisé où le taux de chômage est assez élevé. Le désœuvrement est souvent la première cause des mauvais comportements. L’ennui mène au crime. Le raccourci est aisé, mais pas si faux.

- Shepherd ? Tu peux t’occuper d’un cas de vol ? Tous les agents assermentés sont pris par des affaires plus sérieuses.
- D’accord Suzie. Quel est l’objet du vol ?
- Un sonotone, qui a été récupéré et rendu au petit vieux à qui il appartenait.
- Un sonotone… sérieusement ? Tu me fais marcher ? Où est la caméra cachée ?
- Nulle part. Tiens, voilà le procès-verbal d’arrestation au nom de Merisha Gunder.


Je me saisis du document que ma collègue vient de poser sur mon plan de travail.

- Elle est dans la salle d’interrogation numéro deux. Bon courage ! Cette Merisha n’a pas sa langue dans sa poche.
- Un sonotone… elle a trente-deux ans, ce n’est donc pas pour elle.


Je lis le rapport de l’agent qui l’a arrêtée. Merisha Gunder a été dénoncée par sa propre sœur. Il faut que je comprenne pourquoi elle a dépouillé une personne âgée. Si sa propre sœur la dénonce, ce n’est donc pas pour « équiper » un membre âgé de leur famille. Puis cela serait insensé, car souvent ce genre d’appareillage est moulé à l’anatomie de l’oreille du patient, un peu comme un dentier. Trente-deux ans, c’est un peu vieux pour un acte aussi puéril. Je relis le rapport une nouvelle fois, pour bien mémoriser chaque détail avant d’aller voir cette étrange voleuse de sonotone.

(…)

La vitre sans tain me dévoile une jeune femme plutôt jolie, mais particulièrement irritée. Elle gigote, et se trémousse tirant inutilement sur ses menottes qui la clouent à la table d’interrogatoire. Le pli sur ses lèvres indique une humeur boudeuse et renfrognée. Elle est visiblement vexée !  Se faire dénoncer par sa propre famille ne doit effectivement pas faire plaisir.

Je l’observe un moment afin de deviner quel genre de personne elle est. Le comportement des gens en dit long, même s’ils savent qu’ils sont potentiellement observés à travers la glace sans tain. L’agitation renseigne autant que l’immobilisme.

C’est une manipulatrice, me dis-je à moi-même en voyant Miss Gunder déboutonner son chemisier et apprêter un décolleté pigeonnant. Elle floute un peu sa chevelure simulant une fouille un peu intrusive. Je suspecte Suzie de ne pas y être allé de main morte. Merisha Gunder est tout l’opposée de ma collègue qui a une allure plutôt pratique à défaut d’être un peu féminine. La gestuelle de la voleuse prouve qu’elle maitrise ses atouts et peut s’en servir sans vergogne. Je ne suis pas très à l’aise avec de genre de femme. Toutefois je dois faire mon travail. Le délit dont elle est accusée ne réclame pas l’assermentation d’un policier. Mes collègues sont débordés, je me dois donc de les aider. Une femme qui vole un sonotone à un vieillard ne doit pas être très dangereuse, simplement un peu écervelée. C’est la première analyse que je fais, il me faut cependant la confirmer. J’entre.

(…)

Je croise un regard de biche qui bat savamment des cils, ses lèvres sont légèrement en cul de poule. La pause est calculée et surfaite, pourtant cela me désarçonne. Je ne suis pas armé contre ça ! Je tente de me reprendre et me redresse pour en imposer un peu. Je suis un alpha, je suis un alpha, je suis un alpha… Pathétique…

- S'il vous plaît monsieur.. Je ne voulais pas, c'était une simple blague avec ma sœur. Cet homme est sacré...
- Votre blague a effrayé un vieil homme. Il aurait pu avoir un malaise ! Madame ? Mademoiselle ?
- Oh je défaille... Quelle honte. Être considérée comme une vulgaire voleuse par un bel homme tel que vous.


Les joues de la belle rosissent et son cœur s’accélère. Son rythme cardiaque est difficile à déchiffrer. Si les loups sont en général capables de deviner quand quelqu’un leur ment, l’exercice devient plus délicat lorsque cette personne est une très bonne comédienne.

Est-ce une simple plaisanterie de mauvais goût, une propension à la cleptomanie, ou un test de passage ? Il est assez courant dans le milieu du vol que les nouveaux membres soient testés sur des actions qui peuvent sembler ridicules, mais qui donnent un bon aperçu des capacités du novice. Cependant, je visualise assez mal la beauté qui se veut fatale en rôle de novice. Posant son dossier hors de sa portée, je vais lui chercher un verre d’eau à la fontaine qui est juste à côté.

- J’ai pris l’eau tempérée, c’est toujours préférable à celle qui est refroidie.

Délicatement, je pose le gobelet plastique à côté de ses mains. Elle me surprend en m’attrapant le poignet. Son regard est… fiou ! Ma mémoire sélective me joue des tours et me rappelle une partie de ses propos que j’avais écartés lors de mon analyse. Elle m’a traité de bel homme. Inconsciemment, je me tourne vers le miroir sans tain pour regarder mon reflet. J’ai un peu un look « FBI », celui que les frères Winchester prennent pour approcher la police dans une série sur le surnaturel à la télévision. Au début, j’avais vraiment l’impression d’être habillé en pingouin. J’ai viré la cravate que m’avait imposée Mady et je mets rarement le veston, préférant rester en chemise. Je récupère prestement mes mains que la donzelle commence à tripoter un peu trop à mon gout. Je baragouine une phrase inintelligible, masquant ma gêne en tirant la chaise en face de la jeune femme pour m’y asseoir.

- Expliquez-moi tout depuis le début s’il vous plait.

Et cessez de me reluquez ainsi ! Mais ça, je ne le dis pas tout haut.


[HRP]:
 





Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merisha Gunder

avatar

Messages : 118
Points : 164
Réputation : 23
Date d'inscription : 12/11/2016

MessageSujet: Re: Partie de jambes... attrapées [Ft. Willem]   Sam 17 Juin - 18:20



Partie de jambes... attrapées
Central de Police, Beacon Hills, Juin 2017

Feat. Willem Sheperd


C'était dans la poche. Le jeu d'acteur a beau être surjoué et être un véritable stéréotype, il déstabilisait toujours. C'était autant par la dose d'honnêteté et d'entrain que mettait Merisha à se comportait ainsi qu'à certains de ces atouts physiques. Qui ne sont pas ceux que l'ont croit. Personne ou presque ne savait résister à son regard de biche ou à son petit sourire aussi innocent qu'appelant au pêché. Merisha adressa un petit sourire timide au médiateur et sentit son rythme cardiaque s'accélérait. Ce qu'il était craquant avec sa chemise légèrement déboutonnée. Il aurait eut une cravate que Merisha l'aurait attrapée pour mieux le coller contre le mur et lui mordiller cette adorable petite gorge.

Profitant de l'homme qui s'éloignait, la jeune femme souffla sur une mèche et chercha à se calmer. Elle n'était pas là pour se laisser charmer par un homme voyons ! Mais dans le même temps il était si... imposant. Il dégageait une attirance presque magnétique, qui la laissait presque pantoise. Mais pas suffisamment pour qu'elle en oublie dans quels draps elle s'était fourrée et son petit numéro de charme. Aussi lorsqu'il déposa, avec une gentillesse étonnante même pour un médiateur, un verre d'eau, Merisha lui attrapa la main et la caressa du bout des doigts en lui lançant un long regard de braise. Qui cette fois était honnête. La chaleur qu'il dégageait faisait de lui une vraie bouillotte contre laquelle la jeune femme n'avait qu'une envie : se blottir.

La gêne de l'homme fut palpable et la voleuse se retint de sourire, le laissant essayant de retrouver ses esprits. Elle but une longue gorgée d'eau pour elle même se remettre d'aplomb. Lorsqu'il fut installé, l'homme lui demanda de lui expliquer l'affaire. La réaction fut immédiate. La femme se recula sur sa chaise, les bras croisés et les boucles de ses cheveux couvrant en partie son visage. Une moue boudeuse vint à ses lèvres tandis qu'elle soufflait, son regard brillant d'une certaine irritation. Autant dire la vérité. Déformée...

"Voyez vous... Je n'ai pas un passé des plus glorieux. J'ai volé autrefois. Souvent. J'étais une des meilleures. Mais j'ai pris ma retraite il y'a peu. Histoire de ne pas finir en prison... Mais ma sœur s'est moquée de moi, m'a dis que je me ramollissais et n'était plus aussi talentueuse. J'ai craqué et j'ai volé l'homme. Je ne pensais pas tomber sur cet appareil... Mais je lui aurais rendu."

Merisha se pencha en avant, le regard brillant et les lèvres entrouvertes.

"Que voulez vous... Je suis une méchante, méchante petite femme qu'il faut entièrement éduquer..."

La polonaise croisa le regard de l'homme et se mordilla les lèvres.

"Et vous accepteriez d'aller au restaurant avec moi une fois sortie de ce pétrin ? Euh.. Monsieur ?"

Spoiler:
 

Lantern
©️ Méphi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 313
Points : 360
Réputation : 49
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Partie de jambes... attrapées [Ft. Willem]   Ven 23 Juin - 17:13

Sheperd
Willem

Gunder
Merisha

Partie de jambes attrappées
A ma question qui lui demande de me raconter sa version des faits, la belle se redresse sur sa chaise pour prendre une autre pose. Je jurerai que cette femme est ou a été comédienne. Elle arrive à croiser les bras presque naturellement malgré les bracelets métalliques qui lui joignent les poignets. Merisha Gunder semble avoir la capacité de faire fi de son environnement proche. Elle n’est absolument pas déstabilisée, ni par la dénonciation de sa propre sœur, ni par le flagrant délit.

Elle commence toutefois par m’avouer un passé peu glorieux. Je suis surpris, mais aussi agréablement satisfait de ses mots. Faute avouée, faute à demi pardonnée. Elle m’explique que par le passé elle aurait été une voleuse hors pair, mais que maintenant elle s’est rangée pour ne pas finir sa vie en prison. Je me dis que c’est plutôt son âge qui avance inexorablement qui la conduit à devenir plus prudente. Toutefois Mady m’a dit un jour de ne jamais évoquer l’âge d’une femme devant celle-ci. Je tais donc ma remarque.

La sœur de la voleuse semble être le point de départ de cette malencontreuse affaire. Le vol du sonotone est l’objet d’un sursaut d’orgueil de Merisha Gunder. La jeune femme est de nature fière et arrogante. Des composantes qui l’amènent à un comportement discutable. Cependant, elle affirme qu’elle aurait rendu son bien au vieux monsieur. Ses yeux brillent d’une nuée d’étoiles scintillantes et ses lèvres entrouvertes ont un pouvoir magnétique attractif. Mince, j’ai oublié d’écouter les battements son cœur pour savoir si elle était sincère dans ses aveux.

- Euh… D’accord.

Moi-même je ne sais pas sur quoi porte mon accord. Est-ce sur la version de son histoire, ou simplement la marque que j’ai entendu sa propre vision de ce vol. Sa peau de pèche doit être douce au touché.

- Que voulez-vous... Je suis une méchante, méchante petite femme qu'il faut entièrement éduquer...
- Je… non ! Je comprends ce qui vous a poussé à ce délit.


J’ai brusquement chaud, pourtant j’entends toujours la climatisation siffler légèrement dans les grilles au plafond de la salle d’interrogatoire. Merisha me parait soudainement fragile, et une envie irrépressible de la protéger s’empare de moi. Oui, c’est bien cela, la protéger... Le négligé de ses cheveux lui donne un air indiscipliné tout à fait charmant. Je dois prendre sur moi pour ne pas laisser mon regard glisser sur son décolleté que je sais mis en valeur, ou encore tendre la main pour relever une de ses mèches qui lui barrent le font.

- Bien, la faute n’est pas gravissime et vous avez avoué…

- Vous accepteriez d'aller au restaurant avec moi une fois sortie de ce pétrin ? Euh.. Monsieur
- Shepherd. Willem Shepherd.


Je me sens brusquement couillon, car j’ai failli lui demander de m’appeler Will’.

- Euh… et bien… C’est que… Il faut d’abord terminer votre dossier. Je…

Mais pourquoi n’ai-je pas refusé d’office cette invitation qui peut être prise pour de la subordination ? Il faut que je dise un non clair et net. Oui je vais faire ça !

- Euh… je…

« Navré mademoiselle mais cela ne va pas être possible ». Non c’est trop direct. « Cela aurait été avec plaisir, mais je n’ai pas le droit d’accep… » Je ne suis pas assermenté, donc pas tenu au code de conduite des policiers, sinon que par pure moralité. Elle est jolie tout de même… Je ferme les paupières deux secondes et tente de me reprendre.

- Bien ! Vu que vous faites amande honorable, et que le monsieur a retrouvé son bien en bon état, je vais mettre de côté l’amende forfaitaire pour ce genre de délit. Par contre vous ne pouvez pas échapper à une heure de travail d’intérêt général…

Ma voix se noie dans l’océan de son regard.

- Le… la… J’ai une liste de tache que vous pouvez choisir en fonction de votre beaut… de vos capacités. Une heure c’est vite passé. Je vais vous chercher la liste.

Sans attendre de réponse de sa part, je me lève et sors… fuis… de la pièce. Je commence par boire un grand verre d’eau fraiche pour finir dans les sanitaires et me mouiller le visage. Je reprends un peu contenance et réfléchis à la conduite que je dois tenir. Merisha Gunder n’a pas commis un grave délit. Et son comportement tient plus de l’impulsivité de son caractère que d’une volonté de nuire à autrui. Elle a un petit côté sauvage qui me plait bien. Ma discussion avec Keanus me revient en mémoire. Il a raison, je dois commencer à profiter de la vie, et penser un peu à moi. Merisha n’est certainement pas le genre de femme avec qui je me lierai à vie, cependant elle a un côté funny très plaisant. Sortant des sanitaires, je passe prendre la liste des travaux d’intérêt généraux et retourne dans le box numéro deux.

- Voilà. Cela va des espaces verts à l’accompagnement des personnes âgées. Je vous suggère de passer une heure à la maison de retraite pour faire la lecture ou la causette avec les résidents. C’est… climatisé.

Mon argument est totalement nullissime. Pourtant dans toute la liste, c’est ce qu’il me semble lui convenir le mieux.

- Jeveuxbienalleraurestaurantavecvous.

HRP:
 





Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merisha Gunder

avatar

Messages : 118
Points : 164
Réputation : 23
Date d'inscription : 12/11/2016

MessageSujet: Re: Partie de jambes... attrapées [Ft. Willem]   Ven 23 Juin - 22:21



Partie de jambes... attrapées
Central de Police, Beacon Hills, Juin 2017

Feat. Willem Sheperd


Si Merisha ne doutait que rarement de ses charmes certains ne trompaient quant à l'intérêt de l'homme. Il semblait littéralement abasourdi par le charme de la voleuse, qui n'y allait pas de main morte. Ses yeux étaient trop fixes pour ne pas montrer une profonde résistance au désir d'observer le corps de la jeune femme en particulier le décolleté qu'elle avait savamment mis en valeur. Et pourtant un élan de compassion déchira le peu d'état d'âme que Merisha croyait avoir. Regarder l'homme résistait si vaillamment à ses charmes lui donnait l'envie de caresser sa joue et se pencher vers lui pour lui décocher un long désir qu'elle désirait autant que lui.

La jeune femme secoua la tête, n'arrangeant en rien ses mèches rebelles et se sentit penaude en même temps qu'une douce chaleur l'envahissait, rosissant ses joues pâles et troublant son regard. Elle décroisa ses bras, maltraités par les menottes et se frotta tant bien que mal un regard de chien battu et une moue triste au médiateur, comme s'il était le seul fautif de ses souffrances. Ou son seul sauveur. Mais Merisha ne réservait pas qu'un long baiser baveux à son chevaleresque héros. Elle battit des cils lorsqu'il se présenta. Willem. Sheperd. La jeune femme eut un frisson en se répétant le nom une seconde fois et se se tortilla sur elle même avec un sourire enjôleur.  

"Quel élégant prénom... Vous pouvez m'appelez Merisha, même si mes proches m'appellent Missy, Will..."

Nouveau ballet de cils et lèvres retroussées en charme imparable. L'homme regarda la polonaise droit dans les yeux et craqua. Son bégaiement arracha un frisson de victoire chez la voleuse mais également un étrange sentiment de... tendresse. Aussi lorsqu'il s'échappa, certainement pour se reprendre Merisha fronça les sourcils. La chaleur qui se diffusait dans son estomac et le reptile qui semblait desserrer les anneaux autour de son ventre et son coeur n'étaient pas une simple réaction de fierté. Cet homme l'attirait réellement ! Il semblait si viril. Protecteur. Bohème. Tout l'inverse de Merisha sauf sur ce dernier point. Lorsqu'il revient, Merisha nota sa peau légèrement humide et cligna des yeux lentement, faisant celle qui n'avait rien vu. A la proposition de Willem, elle poussa un petit cri de plaisir et se jeta contre son torse, tirant au maximum sur ses menottes.

"OH Will ! Merci !"

Merisha frotta son nez contre le torse puissant lorsqu'il accepta son invitation et leva vers lui un regard brillant de désir et de joie honnête. La simple idée de dîner avec l'homme la faisait retomber dans cette adolescence dont elle avait été privée. Enfonçant ses ongles dans la chemise de Willem elle marqua son territoire en mordillant ses lèvres.

"Ce soir. 20h. Au restaurant français."

Spoiler:
 


Lantern
©️ Méphi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Shepherd

avatar

Humeur : Claustro
Messages : 313
Points : 360
Réputation : 49
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Partie de jambes... attrapées [Ft. Willem]   Dim 25 Juin - 14:56

Sheperd
Willem

Gunder
Merisha

Partie de jambes attrapées
Quand Merisha bat une nouvelle fois des cils alors que je viens de lui donner mon accord pour nous revoir, j’ai l’impression d’entendre la porte d’une cage se refermer sur moi. La serrure de ma geôle étant ses lèvres humides qu’elle mordille à la manière d’Anastasia Steele pour faire craquer Christian Grey. Seulement je n’ai rien de l’homme d’affaire dominateur et sûr de lui.

Je ne suis pas un manipulateur, mais un protecteur. Le regard qu’elle porte sur moi m’offre un miroir différent que celui dans lequel je mate ma trogne chaque matin. L’image que me renvoie la jeune femme est flatteuse. Et une fois n’est pas coutume, j’ai envie de me plonger dans cette vision un peu narcissique de moi. Celle d’un homme plutôt beau gosse qui dégage une aura forte et puissante. A nouveau, je risque un regard du côté du miroir sans tain. Et je me vois tel que cette femme me regarde. J’esquisse un sourire pour moi-même. Soyons fou !

Je ne recule pas lorsque la belle vient se frotter contre mon torse. Au contraire, j’avance un peu pour la soulager de la pression de ses menottes. Il y a neuf chances sur dix que cela ne soit qu’un numéro de sa part pour éviter l’amande et des poursuites judiciaires. Mais il ne s’agit que d’un sonotone, et nous n’avons qu’une vie.

- OH Will ! Merci !
- De rien, le… le plaisir est partagé.


Je ferme les yeux lorsque ses ongles s’impriment sur mon torse à travers le tissu de ma chemise. Une onde électrique court le long de ma colonne vertébrale, réveillant un désir endormit depuis bien trop de temps. Merisha me semble de moins en moins faire la comédienne, ou alors je suis un très grand naïf.

- Ce soir. 20h. Au restaurant français.
- Euh d’accord…


C’est l’établissement où il n’y a rien à moins de trente dollars ! Elle va me ruiner ! Je brasse du vent comme un sémaphore, juste pour lui dire que je vais chercher un formulaire pour finaliser sa libération sous conditions.

(…)

Je rougis comme une pivoine devant son regard langoureux lorsque je déverrouille les bracelets métalliques qui lui enserraient les poignets. D’un geste mécanique elle se les frotte doucement. Elle a effectivement une marque rouge de chaque côté. Instinctivement je me saisis délicatement de ses fragiles articulations et la soulage brièvement. Sa douleur n’est pas assez intense pour noircir mes veines. Je suis assez fier de son air agréablement surpris. Il semble que je viens de monter à nouveau dans son estime.

- Voilà. Je vous ai inscrite pour la semaine prochaine.

Je tourne le papier afin que Merisha lise la date et l’heure de son intervention à la maison de retraite.

- Il vous faudra demander auprès de monsieur Lee, c’est le directeur adjoint qui s’occupe de cela.

Elle ne m’écoute pas ! Se contentant de me fixer du regard comme si elle allait me dévorer. Je finis par placer le papier devant mon visage. Elle l’écarte en me récitant l’adresse de la maison de retraite, l’heure de son rendez-vous et le nom de la personne à contacter.

- A ce soir…

Je la regarde s’éloigner ondulant un peu de la croupe. Cela pourrait passer comme étant vulgaire, seulement je ne vois là que l’expression de sa féminité. Je vais avoir du mal à me concentrer pour le reste de la journée.


Spoiler:
 





Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Partie de jambes... attrapées [Ft. Willem]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Habs vs Bruins (partie 6)
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Poste de police-
Sauter vers: