AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Sam 24 Jan - 0:41



L'eau n'est pas faite pour les chats dit on ...








Je venais du Nemeton et je descendais vers le lac comme chaque soir à cette heure. Cette habitude n'était pas innocente, j'y avais de multiples intérêts.
Le premier était nutritionnel, il me nourrissait d'une certaine façon et me permettait de me régénérer plus vite.
Le second était culturel, quand on avait coupé son tronc, ce que j'avais aussi ressenti comme une mutilation personnelle, les empreintes des esprits et des événements qu'il contenait jusqu'à la plus petite branche avaient disparues.
Heureusement, les racines en conservaient une sauvegarde, mais elles aussi avaient été endommagées et leur régénération était bien plus lente que la mienne.
Donc, je venais chaque jours pour y puiser les bribes de souvenirs et essayer d'entrevoir ce que j'avais raté.
J'avançais tranquillement en longeant la piste praticable sous le couvert des sous bois tout en restant vigilant,  ne voulant pas tomber inopinément sur une quelconque créature humaine ou non.
J'étais d'autant plus prudent que j'avais entendu quelqu'un, ou quelque chose, courir sur le dit chemin quelques instants auparavant.
Mon regard fut attiré brusquement par une forme au milieu du sentier.
En y regardant bien, je vis que cela était une chaussure, du genre de celles qu'ont aux pieds ces agités qui courent sans raison tous les jours dans la forêt.
Je la ramassais et découvrais immédiatement la seconde. Qui pouvait être assez fou pour abandonner des chaussures quasi neuves ainsi?
J'humais l'odeur qui les habitait et en déduisais que c'était une femelle, une bien curieuse femelle non humaine.
Ceci pouvait expliquer cela, mais bon ... Qu'importe, je les avais trouvées, donc elles étaient à moi... Quoique bien trop petites ...
Je continuais donc mon chemin, toujours sur mes gardes, humant dans le vent des effluves de chagrin et de colère qu'avait laissé la chose derrière elle, et arrivais enfin sur la rive du lac, un peu en retrait du ponton qui avait été construit bien après ma "mise en sommeil".
Juste devant moi, près du bord, un petit tas de vêtements bien pliés marquait la fin de la piste.
D'abord les chaussures, puis le reste ? Quelles drôles de façons?!
La lune qui se reflétait sur les eaux à peine agitées par le vent froid qui balayait le paysage, m'éblouit un instant; je regardais autours de moi, pas de traces de la créature.
Tout  à coup, un gémissement venant du large, un mouvement, l'ombre d'une tête qui disparaît un instant puis revient. Pourquoi se baigner de nuit dans un tel froid ?
Instinctivement, et surtout par curiosité, je déclenchais un instant ma vision et découvrais la nature de la chose. Elle m'était inconnue, apparentée au pumas ou chat sauvage, et elle se mourait, enfin, allait mourir de froid si elle ne sortait pas.
Je m'accroupis près de ses vêtement, l'observant, la vis faire mine de revenir, mais elle avait semble t il trop tardé, le froid avait commencé son oeuvre et sa température était déjà fort basse.
J'étais tiraillé entre 2 options, soit ne rien faire et partir, j'avais des humains à observer de l'autre côté des collines, ou intervenir tout en sachant que cela allait m'apporter plus d'ennuis qu'autre chose. De toute façon, elle revenait, de plus en plus lentement, mais elle revenait.
Soudain, elle trébucha, disparaissant dans l'eau, et mon instinct fut le plus fort, je bondis, plongeais et en quelques brasses la rejoignais et l'attrapais. Je me relevais la portant dans mes bras, nue et bien plus menue qu'il ne m'avait semblé. Elle toussa, cracha, griffa, et devint une chose toute molle et glacée.
Encore une fois je fis appel à ce don rare des miens et constatais qu'elle entrait en hypothermie.
Si je ne trouvais rapidement un moyen de la réchauffer efficacement, elle s'endormirait définitivement...
Par chance pour elle nous étions proches du ponton, et de là des falaises d'où nous plongions dans le lac quand j'étais enfant. C'est dans une des failles dissimulées aux flans de la colline que rongeait le lac depuis des millénaires que j'avais caché quelques affaires.
Je ramassais donc les effets de la petite personne que je portais et fonçais vers la seule chance qu'elle avait sans doute de survivre.
Ecartant les buissons, je me faufilais entre les parois éventrées et nous faisais entrer dans une petite grotte à ciel ouvert. J'avais perdu une des chaussures à l'entrée, mais qu'importe, je retournerais la chercher plus tard... Le plus urgent était le besoin de chaleur de la jeune fille.
Rapidement, je rassemblais brindilles et branches et allumais un petit feu, puis, je fis basculer un petit rocher aux allures innocentes, découvrant une cache de laquelle j'extirpais un sac subtilisé 2 jours auparavant à un randonneur de l'autre côté du comté et une couverture.
La petite avait les lèvres bleues et tremblait, et le feu ne donnait pas encore assez.
J'enlevais donc mes vêtements trempés, ne gardant que mon pagne, la pris dans mes bras, m'assoie en tailleur et la tenant comme on tiendrait un gros bébé, je nous couvris tous 2 de la couverture.
Un bras passé autours de ses épaules et l'autre entourant son corps nu, j'entrais en transe en me balançant et fit monter ma température interne, la partageant avec elle le plus possible.
Je me mis à fredonner un air que chantaient les mères en berçant leurs enfants, et peu à peu, je sentis la vie et la chaleur revenir en elle tandis que du fond de mon âme perlait une autre chaleur pleine de souvenirs et de tendresse.
Enfin elle bougea et ses yeux cillèrent.
Je me levais alors, la re déposais à terre enveloppée de la couverture, me rhabillais et enfin m'accroupissais de l'autre côté du feu, l'observant.
Elle ouvrait les yeux, égarée quand un bruit de feuillage qu'on traverse parvint de l'autre côté de la faille ...
Instinctivement, mon coutelas jaillit de sa gaine et je me crispais, prêt à bondir sur l'intrus :
"Pas de bruit" chuchotais je à la fille en mettant mon doigt devant la bouche, peu convaincu qu'elle ne m'entende ...
© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Lun 26 Jan - 23:58


Poursuite dans la nuit




Le phoenix avait prit l’habitude de se coucher un peu tard et de ne dormir que d’un sommeil léger. La nuit où il avait combattu la bête dans le corps de Fhury lui restait en mémoire et il se devait de la surveiller de prêt pour éviter tout débordement...griffu. Fidèle à cela, il avait attendu que la lune soit haute dans le ciel avant de s’allonger. Malheureusement pour lui, il avait bu un peu trop de café dans le but de se tenir éveillé et n’arrivait pas à fermer l’œil. Au bout d’une bonne heure à tourner en rond dans ses draps, il se décida à se lever à nouveau, attrapa une cigarette et rouvrit sa fenêtre. C’est à ce moment là qu’il la vit traverser la rue. *Fhury ? Mais où est-ce qu’elle va à cette heure-ci ?* Mais cette question était de loin secondaire, ce qui inquiétait le plus l’incarné était le fait de ne pas avoir entendu la jeune fille. Habituellement, même si elle était discrète, il l’entendait au moins traverser le couloir ou descendre les escaliers. Cette sortie à pas de velours était trop suspecte pour n’être qu’une banale promenade nocturne. Il se précipita sur ces affaires, s’habilla et sortie à son tour.

A travers la rue sombre et mal éclairée, il ne parvint pas à distinguer la silhouette de la jeune fille, ce qui l’inquiéta encore plus. Embrasant ses pupilles, il réussit enfin à repérer, à travers la fraîcheur de la nuit, la forme rougeâtre qu’il recherchait et s’élança à sa suite.

Il la suivit de longues minutes, gardant une distance plus que respectable, ne sachant pas si la bête était réveillée ou non. Si c’était le cas, elle le sentirait sûrement malgré sa clope au bec qui masquait tant bien que mal sa naturelle odeur de cendre chaude, alors il se dirigeait vers une nuit qui allait s’avérer longue et douloureuse. Une fois dans la forêt bordant la ville, voyant qu’il réduisait la distance entre lui et la jeune fille, il s’arrêta quelques instants pour s’allumer une nouvelle cigarette. Lorsqu’il releva les yeux, elle avait disparu. Pris de panique, il s’élança à travers les arbres et le brouillard jusqu’à apercevoir une nouvelle source de chaleur. Cette dernière était différente de celle de Fhury. L’incarné se plaqua contre un arbre et observa attentivement.

Il se trouvait aux abords d’un lac, en plein cœur de la forêt, sur le ponton qui menait au large étaient pliés les vêtements de Fhury. Non loin sur la berge, un homme tenait dans ses bras le corps gelé de la jeune fille. Toujours observant, et se tenant prêt à intervenir, il lui suivit jusqu’à une faille dans la falaise où l’homme prépara un feu et tenta de la réchauffer.

Le phoenix s’approcha le plus discrètement possible. *Si seulement, j’arrivais à voir les flammes distinctement, je pourrais toujours les embraser un peu plus ardemment...* Plongé dans cette pensée, il fit un faux pas et manqua de se ramasser dans un buisson. A peine s’était-il rétabli sur ses pieds que surgissait devant lui l’homme, un couteau à la main. Son briquet à la main, prêt à se défendre au cas où, le phoenix fit un pas vers l’arrière et leva une main pour arrêter l’assaillant.

- Doucement, doucement ! Excusez-moi si je vous ai fait peur, je... Je suis la personne qui loge chez Mademoiselle Haime et, l’ayant vu sortir si tardivement en cette nuit si fraîche, je me suis inquiété et... Et je l’ai suivit jusqu’ici. A priori, j’avais raison de m’inquiéter...

Braise avait volontairement pris un air un faiblard, le dos légèrement voûté et la voix mal assurée, il ne voulait pas que son interlocuteur le prenne pour un potentiel danger pour lui ou la jeune femme. L’homme était étrange, et l’incarné ne voulait pas révéler sa nature sans savoir à qui il s’adressait réellement. Il décala légèrement son regard, prouvant qu’il s’inquiétait réellement pour Fhury.

- Votre feu va s’éteindre. Je m’y connais un petit peu, j’ai été scout, je peux le raviver si... Si vous le voulez bien évidemment, dit-il, avec un sourire légèrement apeuré.




Dernière édition par Braise Valentine le Mar 27 Jan - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Mar 27 Jan - 11:14




Retour à la vie


Ça y est. J'y étais, le choix était du. J'étais là, de l'eau jusqu'à la taille. Le froid me mordant la peau, la lune m'éclairant de sa lumière froide. Je leva une dernière fois la tête vers elle, comme un ultime adieu puis je me laissa couler.
La poitrine, les épaules, le cou... La tête.

La panique me pris. L'instinct de survit était là. IL se débattais en moi tandis que je me laissais couler dans l'eau glacial. En plus d'être un combat contre moi-même, je me battais contre a chose en moi.

La terreur m'envahis quand je réalisais que je ne pouvais plus respirer. Je lâchais mon dernier souffle, qui pris la forme de petites bulles s'envolant vers la surface, dans la lumière floutée lunaire.

IL se calme quand ma vu se brouilla, ici dans flottant dans le vide et le silence, je me sentis bien, humaine pour la première fois depuis trois années. Il st vrai que les premières immersions furent très dur car il refusait que je nous tue, il m'avait fait remonter plus d'un fois mais cette fois j'avais le dessus. Je me demandais si être dans l'espace était semblable à être immergée. Vu que ni son, ni air ne se propageaient il ne manquait que les planètes, les systèmes solaires, les galaxies... Tant de beauté en un endroit si dangereux pour l'homme.

Je ne pu m'empêcher de sourire. Mes yeux se fermèrent et mes poumons me brûlaient. La fin arrivait et je me sentis enfin en paix, seule et unis à nouveau en une seule personne. Mon corps s’engourdissait de plus en plus, dans quelques secondes je ne sentirais plus rien, je serai libre à nouveau...

-----------------------------------------------------------------------------------

Je repris conscience avec une sensation de chaleur contre moi, en me concentrant je compris que j'étais contre quelqu'un. Elle... non il me berçait, en fredonnant une chanson, comme les mère... J'inspira un grand coup...

La personne se leva et me déposa à même se sol enroulée dans une couverture rêche, elle me grattait la peau... Je l'entendis bouger comme quelqu'un qui se rhabille. J'ouvris les  yeux une première fois trop rapidement, j'eus mal. J'essaya une deuxième fois, plus doucement. D'abord tout fut floue, puis avec les secondes je vis d'abord un feu chaud qui brillait devant moi, derrière j'aperçut un vieil homme accroupie qui me regardais... Mais où étais-je?

Autour de nous il y avait des mur... En pierre...Non en roche! Je tremblais un peu, de peur et de froid quand un bruit de buisson alerta le vieil homme qui me chuchota tellement bas de ne pas faire de bruit que je n'étais même pas sur qu'il l'est vraiment dis.

C'est alors qu'un jeune homme apparut d'un coup comme si il se rattrapait après avoir faillit tomber. Je le connaissais... Monsieur Valentine, je ne pu m'empêcher d’écarquiller les yeux, comme un poisson. Le vieux, lui, avait sorti un couteau et s'était placé entre Braise et moi, de façon protectrice... Ou prédatrice?

"- Doucement, doucement ! Excusez-moi si je vous ai fait peur, je... Je suis la personne qui loge chez Mademoiselle Haime et, l’ayant vu sortir si tardivement en cette nuit si fraîche, je me suis inquiété et... Et je l’ai suivit jusqu’ici. A priori, j’avais raison de m’inquiéter..."

Je me mis à rougir et regarda le sol... Apercevant par la même occasion que j'étais complètement nue. Je rabattais vivement la couverture sur moi. Le vieil  homme grogna ou marmonna quelque chose et Braise continua:

"- Votre feu va s’éteindre. Je m’y connais un petit peu, j’ai été scout, je peux le raviver si... Si vous le voulez bien évidemment..."

Il  avait l'air paniqué... J'essaya de parler mais je fut incapable de parler, je fronça les sourcils puis essaya à nouveau... Échec total.

Je regardais ses deux hommes se faisant face, l'un sublime jeune et l'autre sauvage, âgé... Je tremblais de froid souhaitant fortement que le feux soit ravivé...

 
holliday creation
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Jeu 29 Jan - 15:24



L'Oiseau Tonnerre ...







Un jeune homme se tenait devant moi, un homme blanc. Instinctivement je fis fonctionner ma vision et en voyant son essence profonde, j'écarquillais les yeux d'étonnement et de crainte.
Etonnement en découvrant là devant moi une créature réputée légendaire que seules les mémoires des morts ancestraux se rappelaient avoir rencontrée, le Kwunusela ...
Peur car le feu du Kwunusela était une des pires choses à combattre de mémoire de druide ou de shaman ...
Heureusement, ils étaient peu nombreux à fouler les terres des hommes, sinon, ils auraient été les maîtres du monde ...
Si il n'y avait eu la jeune fille, j'aurais foncé et l'aurais conduit jusqu'au lac pour l'affronter, sachant que j'avais très peu de chance de m'en sortir, mais elle était là, désarmée à sa merci ...
L'homme Kwunusela parla alors :
Doucement, doucement ! Excusez-moi si je vous ai fait peur, je... Je suis la personne qui loge chez Mademoiselle Haime et, l’ayant vu sortir si tardivement en cette nuit si fraîche, je me suis inquiété et... Et je l’ai suivit jusqu’ici. A priori, j’avais raison de m’inquiéter...
Il ne semblait pas agressif, affichait une mine faussement humble et apeurée, mais semblait sincère quand il disait s'inquiéter pour la femelle... "loge" ? je ne comprenais pas ce mot ...
Votre feu va s’éteindre. Je m’y connais un petit peu, j’ai été scout, je peux le raviver si... Si vous le voulez bien évidemment
Je reculais de 2 pas, laissant le champ libre au Kwunusela mais en restant sur mes gardes, la jeune femelle était réveillée maintenant et semblait effectivement connaître l'autre.
Elle n'avait pas peur de lui en tout cas, mais savait elle sa vraie nature ...
Je remis mon coutelas dans sa gaine et reculais encore pour m'accroupir près du feu.
Je sortir elle eaux, froide, moi réchauffer, vie remettre dans veines elle, moi, mal non faire disje en la désignant.
je tirais le sac à dos à moi et en extirpais un lot de barres entourées de papier ...
Non feu plus puissant, Kwunusela ...
Je montre le plafond troué où on distingue le scintillement des étoiles du doigt ...
Pas prudent, lumière et fumée attirer ennemis !
Je jette une des barres sur le tas de vêtements à côté de la jeune fille et la montre en la regardant dans les yeux :
Si Elle froid, elle mettre habits, elle moins froid ... feu chaleur bon ici bientôt ...
je tends alors une barre au Kwunusela en lui faisant signe de s'assoir :
Assoir, manger, Elle expliquer doit pourquoi mourir ! Hu ! Stupide! inutile ! Toi manger autours feu Kwunusela ... Moi pardon parler mal, moi apprendre, parler peu ...

© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Ven 30 Jan - 10:46


Souvenirs amérindiens...




L’homme n’avait pas prononcé un mot. Il s’était contenté de l’observer de pied en cap avec un regard légèrement dérangeant, comme si, ne se satisfaisant pas de ne regarder que le corps, il inspectait également l’âme de l’incarné. Après quelques secondes, il se décala, son regard semblait perturbé mais ne montrait aucune peur flagrante. Braise s’avança dans l’ouverture rocheuse, gardant un œil sur l’homme qui se réinstallait près du feu et s’approcha de Fhury.

- Je sortir elle eaux, froide, moi réchauffer, vie remettre dans veines elle, moi, mal non faire.

Tout en l’écoutant, le phoenix posa une main sur le front de la jeune fille, sentant sa température. L’homme avait eut les bons gestes, elle ne craignait plus rien dans l’absolu. Une rapide vérification, la bête dans son corps avait été mise k.o. par le bain de minuit, plus de danger de ce côté-là non plus. Parfait. Il se tourna vers le feu et tendit une main vers celui-ci.

- Non feu plus puissant, Kwunusela... Pas prudent, lumière et fumée attirer ennemis ! Si Elle froid, elle mettre habits, elle moins froid ... feu chaleur bon ici bientôt ...

Braise stoppa son geste. Certes, la réflexion de l’homme était logique. Prudente. Peut-être un peu trop. Mais ce n’est pas ce qui arrêta aussi nettement le mouvement de l’incarné. *Kwunusela...* Cela faisait de très nombreuses années que personnes ne l’avait nommé ainsi. Au fil du temps et des rencontres de divers peuples du monde entier, il avait porté de nombreux noms différents. Ba’a, Huhuk, Sanuwa, Tse’na’hale ou encore Wakinyan. Tous ces noms décrivaient la même chose. La même créature. Il en était de même pour Kwunusela. Et c’est là qu’était le problème. L’étrange homme avait perçu sa vraie nature en un instant. Braise allait devoir se montrer bien plus prudent à l’avenir. En espérant que son interlocuteur n’allait pas lui causer de problème.

L’étranger lui tendit une barre de nourriture et l’invita à s’asseoir. Braise accueillit avec plaisir ces quelques nutriments après avoir cavalé après Fhury à travers le bois par ce froid. L’humidité et la nuit n’étaient pas vraiment les alliés du phoenix et lui aussi était bien content de la présence de ce chaleureux feu.

- Assoir, manger, Elle expliquer doit pourquoi mourir ! Hu ! Stupide! inutile ! Toi manger autours feu Kwunusela ... Moi pardon parler mal, moi apprendre, parler peu ...

L’incarné était bien d’accord sur la stupidité du geste. En revanche, il avait déjà une petite idée sur la raison qui l’avait poussé à le faire.

- Si vous me connaissez réellement, alors vous avez également perçu le léger problème de la demoiselle... Je pense qu’il lui faut juste du temps et de bons conseils pour qu’ils puissent ne serait-ce que cohabiter ensemble sans qu’il n’y ait de danger pour l’un ou pour l’autre. Dans tous les cas, elle n’a pas le choix, elle devra vivre avec pour le moment. Mais attendons de savoir ce qu’elle en pense vraiment...

Braise croqua dans sa barre et, tout en la mâchouillant, repris avec un petit sourire :

- Et vous avez encore quelques progrès à faire au niveau idiomatique mais vous ne vous débrouillez pas si mal.

Il se tourna à son tour vers la jeune fille.

- Alors, tu nous expliques ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Ven 30 Jan - 16:07




Confession au coin du feu


 Je ne comprenais rien... Que faisait Braise ici... ? Et c’était quoi un Kwunutrucmachinchouette ?
Et... Et comment savait il que j’avais un problème ?
Tout en réfléchissant j’attrapais mes vêtements et essayais de m’habiller sous la couverture... Mission impossible. Alors je me mis debout et me rhabillais. Tant pis pour la pudeur. Je me remis vite sous la couverture. Le... L’indien ( ?) avait raison, une fois habillée j’eus plus chaud.

Braise. Je rougis en repensant à ça mais sur mon front... Pourquoi avais je décidée de m’arrêter dans cette ville ? Ah oui... La... Sensation au fond de moi, tout prendrais fin ici... Sans comprendre pourquoi.

Je me souvenais de cette fois où j’avais fait des recherches sur ce que j’étais. Je n’avais trouvé que peu de chose sur un chat géant blanc... Juste une chose : Akhtaï... Une vieille légende égyptienne. Mais je n’y avais pas appris quand grand-chose. Pas plus que sur les loups garous d’ailleurs.

Et puis les légendes, si elles sont basées sur des faits réelles, on ne pouvait dissocier la vérité du fantastique. Oula, je m’éloignais de mon sujet principal. Braise.

Je le regardais manger sa barre... De céréale ? Je n’osais pas manger la mienne : j’avais le ventre... Où plutôt une boule dans l’estomac. Je me remis à penser à mon rêve avec l’oiseau de feu... Pile le soir de l’arriver de Braise... Non c’était une coïncidence, mais vu l’état actuel de la situation j’avais un sacré doute...

Le vieil homme et Braise voulaient savoir les raisons de mon geste... Comment leurs expliquer simplement... ? On m’avait rabattu les oreilles comme quoi je n’étais pas un monstre, facile à dire...

« -Je... Vous auriez du me laisser au fond du lac ! Je vais blesser des gens si je reste en vie. Je ne suis pas désespérée ou malade, mais je suis à bout. Me battre jours après jours contre cette... Chose m’épuise ! Aussi bien moralement que physiquement. A cause de ça, je n’ose plus voir ma famille, je n’ai aucun ami, j’ai peur de blesser tout le monde. Ce soir j’ai rencontrée un jeune homme à la faculté, j’y étais aller dans l’espoir de me trouver un professeur particulier pour m’aider à rester à niveau malgré les emmerdes qu’IL me cause. Mais j’ai perdu le contrôle une fraction de seconde, ce fut assez pour qu’il s’enfuit presque ! Je ne supporte pu tout ça moi... »

Je ne pleurais pu, ce n’était as une confession mais une simple constatation de mon manque flagrant de contrôle. Sur terre personne ne pouvait vivre longtemps sans se contrôler, que se soit ses émotions ou ses personnalités multiples. Il suffit de tomber sur la mauvaise personne au mauvais moment et hop on mourrait. Alors plutôt que de finir par me faire tuer, je préférée clairement mettre fin à ma vie seule. Au moins je savais que c’était mon choix et non les pulsions meurtrières d’un autre !

Je relevais la tête vers les deux hommes. Sans comprendre d’où me venais cette certitude, ils étaient très vieux, l’un comme l’autre. Même si... L’indien me paraissait vraiment bizarre il n’avait pas hésité à me sauver...  Malgré que je ne lui ai rien demandée.

Je lâchais un soupire et plongeais mes yeux dans la danse mortelle des flammes...



holliday creation
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Lun 2 Fév - 11:48



Cours de forge pour un matou ...







Un lourd silence tomba dans le refuge, où seuls s'entendaient le bruit du feu et le chuintement du vent qui soufflait au dehors, rasant l'issue supérieure en produisant une sorte de mélopée...
Je réfléchissais, regardant plus précisément avec ma Vision les harmoniques de la jeune femme, ainsi que du Kwunusela au passage ...
Ils avaient besoin d'aide et le destin les avait placé sur mon chemin ... Le druide en moi ne pouvais déroger à cet appel, même si mon autre part n'avait envie que de leur cracher au visage et de les mettre dehors ...
Du sol monta un chant venant du Nemeton, tambours tribaux longtemps restés muets, et ce sont eux qui m'aidèrent à prendre ma décision.
Je secouais la tête pour y remettre de l'ordre :
Moi silence depuis longtemps, sommeil/mort, difficile faire revenir mots, surtout langue hommes blancs ...
Je fixais à nouveau la jeune femme :
Moi peut aider toi, Hum ... je ... peux ... t'aider... Je jetais un oeil vers l'homme le sourcil levé ...
Pas facile bon idiomatique ... Je raclais ma gorge ... et me tournais à nouveau vers elle
Moi dire comme je peux, si toi, si tu ... ne comprends ... pas, demande ... Aider vous 2 je peux ...
Je me levais, me déplaçant de quelques pas afin de les avoir tous les 2 dans mon champ de vision, et, avant de me remettre en tailleur, je débouclais ma ceinture, en ôtais mon coutelas avec son étuis puis la rebouclais.
Une fois assis en tailleur, je posais mon arme devant moi et passait la main au dessus des flammes les rabattant au point que seules les braises rougeoyaient avec quelques flammèches, plongeant l'abri rocheux dans une pénombre d'où seules nos silhouettes reflétaient la lumière vacillante.
Je plongeais mon regard dans celui de la jeune Fhury :
Hu ! Je initier beaucoup jeunes à maîtriser nature sauvage ... Toi être ..., tu es comme couteau juste sortit du feu, pas martelé, pas aiguisé, pas garni, pas équilibré ...
Je pris mon grand coutelas entre l'index et le pouce et lui montrais tout en désignant avec l'autre main ce dont je parlais :
Toi ..., tu peux, tu dois devenir bon couteau, bon lancer, bon acier, équilibre ... ça étuis, ton corps, temporaire, qui cache et protège ta nature ... ça côté non coupant tout le long, humain, parfois coupant au bout comme là, mais rare ...ça côté coupant, lame, animal, dangereux, sauvage ... ça esprit corps, poignée, instincts, besoins, manger, respirer ...
De ma main droite j'empoignais mon coutelas :
Et ça être Esprit toi, gouverne tout, dirige, choisit humain ou animal ou les 2 ... ça toi vrai ... Immortel ...
Je ramassais 2 gros morceaux de branche et en gardais un en main, posé sur le plat:
Je levais alors mon coutelas et frappais du côté non tranchant un grand coup, entamant le bois sans le briser :
Humain être bon acier, fort, mais pas assez ...
Je levais une nouvelle fois le couteau pour cette fois l'abattre du côté tranchant, coupant en 2 le morceau de bois sans entamer la peau :
Animal être bon acier, fort et tranchant, dangereux, si esprit toi pas assez fort, lui couper branche et main ... tu dois apprendre à être assez fort Esprit
je pris alors l'autre morceau et sans regarder le jetais en l'air à la verticale, puis 2 secondes après lançais mon coutelas et le rattrapais ensuite, la branche empalée sur la lame jusqu'au niveau de la garde :
Bon acier et bon esprit sont capable de faire ça facile ...
Je jetais un regard furtif et amusé vers les 2 autres tout en retirant la branche et en rengainant l'arme pour la poser à côté de moi.
Ce genre de facétie faisait toujours son effet ...
Je fixais à nouveau la jeune femme ...
Quand jeune pubères, leur animal s'éveille sauvage, instincts, je faisais rite pour eux limiter, permettre eux Esprit grandir et maîtriser ... Esprit apprendre et barrières tomber au fur et à mesure ...
Toi être forte, bon Esprit, déjà bien contrôler ton animal, sinon, beaucoup mort déjà ... Toi juste manquer montrer façon, enseignement ... Besoin dénouer fils énergies ...
Je pris une les branches et les mis dans le feu qui repartit un peu, redonnant de la clarté ...
Je peux aider toi, je payer le prix, décision à toi comme quand Kwunusela faire premier vol, choisir tomber dans vide et déployer ailes, je aider ailes tenir, pas tomber ... mais toi devoir me faire confiance totalement ... Toi décider mademoiselle Haime ...


© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Lun 2 Fév - 22:53


Une flamme au coeur des ténèbres




Fhury était clairement épuisée, autant physiquement à cause de bain nocturne que mentalement. Son esprit ne semblait pas accepter qu’une telle situation soit possible. Nombreuses avaient été les créatures que Braise avait aidé par le passé, divers garous, des kitsunes, certaines possédaient des talents psychokinétiques ou télékinésiques. Il lui était même arrivé de soutenir des membres de sa propre espèce, les incarnés. Bien évidemment, il avait aussi déjà croisé, pour son plus grand désarroi, un incube. Plus exactement, l’Incube avec un grand « i ». Y penser ne serait-ce que quelques secondes avait le don de le mettre dans une humeur massacrante, même s’il y avait une pointe de nostalgie au milieu de tout ça. Il n’avait, en revanche, jamais rencontré de personnes comme Fhury. La créature qui la hantait, cet énorme félin rempli d’agressivité ne demandait qu’à sortir se dégourdir les pattes, comme la plupart des créatures garous. La jeune fille avait peur et la chose le sentait, elle l’empêchait de sortir et cela la frustrait au plus haut point. La rouquine devait seulement passer un pacte avec la bête, l’accepter et partager. Alors, en échange de ce corps, la chose lui prêterait son pouvoir. Encore fallait-il que Fhury arrive à passer ce cap.

L’étrange type qui l’avait sorti du lac commença à lui parler, il semblait être constamment dans une sorte de transe. En l’observant plus intensément, Braise sentit quelque chose d’étrange. *Alors ça...* Aidé de sa vision thermique, il s’aperçut alors de la complexité de son interlocuteur. Ce dernier possédait la chaleur d’un simple humain, mais celle-ci s’enfonçait à même le sol dans les entrailles de la terre. Non, ce n’était pas lui qui s’écoulait. Il semblait, au contraire, n’être qu’une extension de la terre elle-même, comme une racine noueuse qui s’arrachait au sol, une sorte de marionnette humanoïde qu’une très ancienne entité manipulait depuis l’intérieur de la planète, mais avec une volonté propre. Du moins, Braise espérait qu’il en soit ainsi. Dans tous les cas, l’homme ne semblait pas montrer le moindre signe d’agressivité. En apparence du moins.

Il continua son speech durant plusieurs minutes, appuyant ses exemples par des gestes simples et clairs.

- Je peux aider toi, je payer le prix, décision à toi comme quand Kwunusela faire premier vol, choisir tomber dans vide et déployer ailes, je aider ailes tenir, pas tomber... Mais toi devoir me faire confiance totalement... Toi décider mademoiselle Haime...

La jeune femme était perplexe, et cela se comprenait. Elle ne se connaissait même pas elle-même, à qui pouvait-elle se fier ? Surtout si tout le monde lui cachait la vérité. L’étranger avait une longueur d’avance, à défaut de pouvoir le surpasser, Braise devait tenter de rééquilibrer la balance. Il se rapprocha légèrement de Fhury et lui afficha son habituel sourire, il savait que cela avait tendance à apaiser les craintes, sûrement un héritage de son paternel.

- Soyez sans crainte Mademoiselle Haime, je pense qu’il peut effectivement vous aider. Acceptez de vous confier à lui. Et si jamais cela ne vous convient définitivement pas, le lac est ouvert jour et nuit. Mais ne m’oubliez pas dans l’équation, il n’est pas dans ma nature de laisser la peine et la douleur l’emporter, peu importe qui j’ai en face de moi.

L’incarné avait insisté sur le "qui", espérant que la jeune femme arriverait à distinguer la nuance entre le "qui" et "quoi". Il la considérait comme une personne avec un léger problème dissociatif de l’identité bestiale et non pas comme une créature qui se cachait derrière un visage humain.

Il expira lentement puis, son regard toujours planté dans celui de Fhury, il embrasa ses pupilles, ses iris passant du bleu azur à un rouge flamboyant ; d’une main légère, il s’empara d’une des flammèches qui se promenait au cœur du foyer et la fit se balader entre ses doigts, comme un magicien avec une pièce de monnaie :

- J’ai déjà apaisé la bête une fois, l’empêchant de prendre le dessus sur vous, elle sait que je suis là en ce moment et est dans un sale état après votre bain de minuit, il y a peu de chance qu’elle essaie de prendre l’ascendant sur votre volonté cette nuit, c’est donc l’occasion idéale pour apprendre à la maîtriser.

Il relâcha ses muscles légèrement tendus, il n’appréciait pas se révéler, même quand c’était un mal nécessaire.

- Si vous acceptez ce que notre nouvel ami vous propose, je serai ravi d’avoir une plus ample discussion avec vous sur certaines questions, que vous devez vous poser, quand nous serons de retour à votre demeure.

Le phoenix se tourna vers l'homme au couteau.

- Quand à vous, Mister Bescherelle, sachez que je vous ai également à l'oeil, vous savez qui je suis et ce que je suis capable de faire, alors pas de folie et nous resterons bons amis.

L'humidité ambiante aux abords du lac et le coeur de la nuit diminuait grandement les pouvoirs de l'incarné mais il espérait que son "rappel à l'ordre" suffirait pour éviter tout débordement.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Jeu 5 Fév - 12:39




Bordel


J’étais folle ou morte ! Je ne comprenais absolument rien à se que me baragouinais le vieux... C’est un peu comme à l’école et que vous devez lire un roman philosophique... Bah la c’est la même chose, une incompréhension totale de part. Tout ce que je pouvais comprendre était du aux gestes de démonstration qu’il faisait avec ses branches et son couteau... Il me faisait peur mais apparemment il savait de quoi il parlait... Mais il n’était pas pédagogue pour deux sous !

Je me tournais vers Braise qui se mit à me parler lui aussi, tout sourire, genre t’as vu comment je suis beau sexy et intelligent. Ah il avait compris se que le vieux disait... Grand bien lui fasse, mais j’aimerais aussi comprendre et aucun des deux ne semblait disposer à la fermer.


« - Soyez sans crainte Mademoiselle Haime, je pense qu’il peut effectivement vous aider. Acceptez de vous confier à lui. Et si jamais cela ne vous convient définitivement pas, le lac est ouvert jour et nuit. Mais ne m’oubliez pas dans l’équation, il n’est pas dans ma nature de laisser la peine et la douleur l’emporter, peu importe qui j’ai en face de moi »[/center]

Je compris enfin la portée des paroles de mon locataire. Il m’en voulait, je tirais une grimace en comprenant que je ne pourrais pas faire croire à un bain de minuit... Et voilà qu’il se mettait à parler comme... Un vieux lui aussi !!! Nom de dieu quand bien même il était extrêmement sexy il était chiant comme la pluie ! Pour qui... QUI et QUOI ??? Mon regard changea du tout au tout en comprennent à quoi il faisait allusion. Il savait ! Oui bon j’étais longue à la détente, mais pour ma défense j’avais faillit mourir ce soir !

Sans vraiment comprendre comment, je fus hypnotisée par son regard, oubliant tout ce qu’il ce trouvait autour... Je sentis une douce chaleur se répandre en moi quand ses iris devinent rouge comme le feu. Je me levais et reculais brutalement contre la paroi de la caverne en criant, tremblante. La douce chaleur étant devenus un froid profond... Ma terreur s’accrus encore quand il fit danser cette flamme entre ses doigts... Je comprenais mieux ses cicatrices !

« - J’ai déjà apaisé la bête une fois, l’empêchant de prendre le dessus sur vous, elle sait que je suis là en ce moment et est dans un sale état après votre bain de minuit, il y a peu de chance qu’elle essaie de prendre l’ascendant sur votre volonté cette nuit, c’est donc l’occasion idéale pour apprendre à la maîtriser. »

Je fis alors le lien entre la nuit où dans mon rêve, un oiseau de feu m’avais protégée... Je me laissais tomber sur les fesses, choquée...

« -Phoenix... »

Ma voix n’avait été qu’un murmure mais à cet instant, j’avais la cruelle sensation de l’avoir hurler. Pourquoi tout cela m’arrivait ? Pourquoi m’avait il aidé ?

Le visage de l’incarné se détendis d’un coup, comme gêné de s’être livré ainsi... Miles et unes questions me trottais dans la tête....

« - Si vous acceptez ce que notre nouvel ami vous propose, je serai ravi d’avoir une plus ample discussion avec vous sur certaines questions, que vous devez vous poser, quand nous serons de retour à votre demeure. »

Il se tourna vers le vieux en le mettant aussi en garde comme quoi il l’avait à l’œil. Je les regardais tout les deux... Je me mis même à demander où était la caméra ! Je secouais la tête...

« -Monsieur Valentine, pouvez vous m’aider à comprendre ce qu’il dis qu’il vous plait ? Je n’ai pas la force de chercher et même en cherchant je doute comprendre... »

Ma demande sonnait comme une ultime supplication, j’étais fatiguée, frigorifiée, et je sentais mon esprit s’effriter en moi... C’était un peu trop pour moi tout ça... J’avais envie de crier, de frapper, de pleurer, de mourir... Et de regarder les étoiles. Allez savoir pourquoi... Je décidais de oser une question toute simple qui changerai sans doute ma vie à jamais.

« -Que suis-je ? »

holliday creation
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Ven 6 Fév - 12:21



Préparatifs ...







Je restais là, attentif, immobile, observant et écoutant ces 2 là ...
Elle lui faisait plus ou moins confiance, découvrant cette nuit sa nature véritable ... Lui jouait des mécaniques, ce qui marchait sur l'autre, mais pas sur moi ...
Quand à vous, Mister Bescherelle, sachez que je vous ai également à l'oeil, vous savez qui je suis et ce que je suis capable de faire, alors pas de folie et nous resterons bons amis.
Je ne pus m'empêcher d'avoir un sourire narquois et de grommeler ... Moi non Bechraile nom être ... mais me taisais ensuite ...
Qu'est ce que la puissance d'un Kwunusela face à celle de la Terre ... Rien, une flammèche sous la menace d'un seau d'eau ... Mais je décidais de le laisser prendre l'initiative ...
D'abord parce que d'après ses dires, il connaissait la jeune fille et semblait l'apprécier, il avait eu affaire à sa partie animale et l'avait endiguée...
Elle ne voyait que lui pour l'instant ... Tant mieux, observer dans l'ombre apporte bien plus d'enseignements ...
Que suis je ?
J'aurais pu répondre ... Mais une envie de voir l'étendue des connaissances de l'autre me retint ... J'avais pris ma décision, pesé le pour et le contre ...
De toute façon, elle ne me comprenait pas, elle ne comprenait rien ... Pas d'éducation, pas de savoir ...
Pendant que le vantard se débrouillait pour expliquer, je me levais et me dirigeais vers la paroi Nord. Là j'ouvrais une cache ancestrale datant de l'époque où les Conquistators avaient posé le pied sur les rivages et en extrayais un vieux casque et un coffret en sorbier ...
Je remis le rocher en place puis commençais à dégager et nettoyer une portion du mur juste à côté ...
En quelques instants, après avoir soulevé une dalle recouverte de mousse, l'auge était opérationnelle, et utilisant mon coutelas en l'enfonçant dans un trou d'une roche puis en le faisant tourner, un filet d'eau claire jaillit juste au dessus, s'écrasant en son milieu et la remplissant rapidement jusqu'à la limite d'un orifice de débord ...
Je nettoyais le casque et le remplissais à moitié, pour ensuite le déposer au milieu des braises ...
J'allais ensuite reprendre le coffre et me remettre à ma place, le posant entre mes genoux avant de l'ouvrir.
Dedans il y avait tout ce dont j'avais besoin ... Pots de peintures rituelles, sachets d'herbes ...
Je réfléchis un instant et prenant une pincée d'un des sachets, je la jetais dans l'eau du casque qui commençait à chauffer. Une odeur de citronnelle se diffusa dans l'air ...
Je sortis ensuite les pots renfermant les peintures et les ouvrais... Elle avaient séché, pas étonnant vu le temps écoulé, et je prélevais quelques gouttes d'eau chaude pour leur rendre leur consistance originelle ...
Pendant ce temps, les 2 autres bavardaient, mais je n'y prêtais aucune attention ... De toute façon le feufollet était d'une suffisance à vomir à la limite de l'insulte envers moi, et la petite n'avait d'yeux que pour lui ...
Une fois l'affaire faite, et tout cela rangé, je les mettrais dehors vite fait, j'avais à aller botter le cul à ces humains en veste de cuir dans le sud ...
Quand eau bouillir et toi prête, moi faire ... j'attends ...
Je fermais les yeux, me remémorant les gestes et les mots, et attendis qu'ils aient fini leur babillage ...

© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Dim 15 Fév - 13:37







L’homme le regarda avec un air dubitatif, répondit comme il put et se détourna nonchalamment de l’incarné. *Bon, pour le coup de bluff, on repassera...* S’il était bien le type de personne que Braise pensait, ce qui s’avèrerait exact si le rituel fonctionnait, il ne craignait pas grand-chose du phoenix. Cela avait, au moins, eu le mérite de rassurer légèrement Fhury. Mais vraiment légèrement.

« Monsieur Valentine, pouvez vous m’aider à comprendre ce qu’il dis s’il vous plait ? Je n’ai pas la force de chercher et même en cherchant je doute comprendre... »

La petite était désorientée, sa voix tremblotait. Sa question était sincère mais la plus grande partie de son être refusait d’entendre la réponse.

« Que suis-je ? »

Question brute.

Réponse délicate.

Comment expliquer à une jeune fille troublée et terrorisée par elle-même qu’une créature surnaturelle, dont on entend parler que dans les histoires qu’on se raconte le soir au coin du feu pour se faire peur quand on a douze ans, lui a mâchouillé le poignet et l’a, ainsi, transformé en un subtil mélange entre une jeune fille, aux hormones surdéveloppées et aux tendances suicidaires, et un doux félin amoureux des câlins griffus possédant la fâcheuse habitude de trancher dans le vif ?

Cela n‘allait pas être évident, il allait devoir la jouer fine.

« Tu es ce qu’on appelle un Lykoï. Un chat-garou en gros. »

Finalement, autant être franc, ça éviterait de tourner autour du pot pendant deux heures.

« Pour l’instant, tu n’as pas le choix. Ton maître nageur occasionnel va faire en sorte que la créature qui vit en toi ne soit plus une galère mais une alliée. Par la suite, libre à toi d’en faire ce que tu veux. Vous serez plus forte ensemble, c’est ce qu’il essaie de t’expliquer. A présent, laisse-le faire. »

Braise se recula et laissa plus de place à l’autre homme. Ce dernier ouvrit sa boîte et en sortit diverses choses dont il prépara une mixture à l’odeur musquée. Le fumet de sa préparation emplit doucement la caverne tandis qu’il continuait son rituel à l’aide d’une tresse de foin. Une fois ce dernier prêt, Braise indiqua d’un regard à Fhury de se rapprocher du feu.  


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Lun 16 Fév - 15:42




La fin du calvaire


Je ne comprenais pas ce que faisais le vieil homme. Mais une odeur de sauge me fit grimacer. Elle était forte. J’en eus presque envie d’éternuer. Il mis une espèce de poupée vaudou dans le feu avant d’éteindre les flammes et de le laisser se consumer comme de l’encens. Je le regardais faire avec une certaine admiration. Ses gestes étaient sur, hypnotique. Quand il fermait les yeux, ses mains vinrent se mettre au dessus de sa tête et il fit... Couler ? L’encens tout autour de lui. L’image que j’avais devant moi était vraiment belle. Puis il plantait entre ses pieds et se mit à jouer avec la plume et la fumée. Je regardais Braise, inquiète. Pouvait on vraiment faire confiance à cet homme des cavernes ? Mais avant que j’aie pu demander quoique ce soit il me poussait dans la direction de l’homme de cro-magnon.  Je le regardais avec inquiétude mais le vieil homme posa sa main sur mon épaule et je me détendis, sans savoir pourquoi.

-Ce que moi ... je ... vais faire est ce qu'on fait pour les jeunes à leur puberté, quand ... animal totem ... veut prendre pouvoir ... Il faudrait remonter tissus pour que je ... voir ventre ... Que ventre ...

Je mis à rougir en comprenant ce qu’il me demandant. Vieux pervers. Je le regardais dans les yeux en remontant le tissu, comme il me le demandait. Puis j’attendis. Il se mit dos à moi pour prendre des petits pots de je ne sais quoi, puis me refis face.

-Tu as une question : quoi toi être ? Tu as un problème : Comment apprivoiser totem ? Réponse déjà donnée pour question : toi féline, panthère proche, Moi .. je vais apprendre toi apprivoiser, accepter, diriger totem, mettre laisse que toi seule enlever quand prête ou besoin, ok ? N'ai pas peur, ça folklore, juste pour rappeler chemin magie et emmener toi et totem dessus ...

Facile de me dire que je ne devais pas avoir peur. Il n’était pas à ma place ! Il se remit à jouer avec sa plume et sa poupée vaudou, mais sur moi cette fois. Je plissais le nez devant cette odeur forte. Je sursautais quand il me planta la plume dans les cheveux. Pour qui me prenait il ? Pocahontas ? Avant de vraiment comprendre ce qu’il faisant je me retrouvais avec son doigt entre mes seins, j’allais m’offusquer quand je sentis qu’il étalait quelque chose de froid sur moi.

-Grand-Esprit d’Amour, viens à nous avec la puissance du Nord. Rends-la courageuse lorsque les vents froids la fouettent.
Donnes-lui la force et le courage devant tout ce qui est dur, tout ce qui me fait mal, tout ce qui la fait tordre de douleur.
Fais-lui passer à travers la vie en absorbant tout ce que le Nord lui apportera d’épreuves.

Je ne savais pas ce qu’il faisait mais je sentis le chat en moi prendre peur. Il me demandait de lui tendre ma main droite et je le vis me tracer un cercle jaune sur celle-ci. C’était donc de la peinture qu’il m’avait mit entre les seins. Il récitait à nouveau une espèce d’incantation, mais je n’arrivais plus à suivre. Je tentais de lutter pour rester humain. Il se mit à me tracer un autre cercle autour du nombril, la fraîcheur de la peinture me fit du bien pendant trois seconde, avant de me sentir encore plus mal. Des perles de sueur froide coulaient le long de mon dos, ma respiration devint plus difficile. Contenir se foutu chat était difficile. Il me demandait de lui tendre mon autre mai et il y traçait aussi un cercle. A chaque peinture qu’il me faisait il récitait une espèce de prière. Soit ! Il traçait une barre au dessus de mon nombril et un cercle surmonté d’une autre barre sur mon front. Je sentis la sueur couler sur ma tempe.

Je n’écoutais pu, perdu dans une brume épaisse, quand je sentis une main entre mes seins. Je trouvais la force de rougir quand même. Je n’arrivais plus à respirer, je luttais pour le laisser dans sa cage. Le chat était furieux, il hurlait, griffait, détruisant tout. Mais plus le vieux garder sa main sur moi, plus le chat perdait en intensité, affaiblit.

Dans un dernier geste de désespoir, le chat prit le contrôle de mon bras, qui se recouvrait d’un doux duvet blanc et ma main se changea en patte, commençant a le griffer. Je commençais à perdre pied, ma vision de brouillait de plus en plus. Tout d’un coup je pus respirer à nouveau et la pression fut telle que je perdis connaissance, je tombais dans les vaps... Et... Merde...


holliday creation


Dernière édition par Fhury Haime le Lun 23 Mar - 11:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)   Lun 16 Fév - 15:56



Maîtriser le chat et oust ! ...






J'ouvris à nouveau la boite et en tirais une longue plume d'aigle que je mirais tournée vers le feu... Le souvenir de sa provenance me fit sourire ...
Je la posais devant moi et sortais encore 2 sachets, en prélevais une pincée de chaque et la jetais dans l'eau, puis une autre pour saupoudrer le feu...
L'odeur de la sauge et du cèdre envahit notre refuge et une légère fumée blanche commença à s'élever pour stagner à hauteur d'homme...
Ensuite je sortis une tresse de foin dont j'allumais un bout au brasier et en éteignais la flamme pour qu'elle se consume lentement.
Fermant les yeux, je la levais dans mes mains jointes au dessus de ma tête, puis la faisant passer de l'une à l'autre je fis passer la fumée de chaque côté de mes épaules ...
Enfin, je la plantais devant moi, entre mes pieds et écopant les fumerolles avec la plume, je priais silencieusement en les dirigeant vers le ciel, puis vers la terre, puis ma droite et ma gauche et enfin j'en baignais mon visage et mon torse ...
Je me levais enfin, et me campais du côté opposé du feu, attendant la jeune femme ... Que le Kwunuse la décida enfin et qu'il poussa vers moi ...
Elle n'en menait pas large, et je la rassurais en posant ma main sur son épaule et en lui envoyant des ondes apaisantes ...
Je fis un effort et rassemblais mes souvenirs pour essayer de parler le plus clairement possible :
Ce que moi ... je ... vais faire est ce qu'on fait pour les jeunes à leur puberté, quand ... animal totem ... veut prendre pouvoir ...
Je la regardais dans les yeux dont les pupilles étaient fortement dilatées de peur ou de stress, puis lui indiquait son ventre :
Il faudrait remonter tissus pour que je ... voir ventre ... Que ventre ...
Je retournais chercher les petits pots de peinture, la tresse fumante et la plume puis revins vers elle, constatant qu'elle s'était exécuté ...
L'autre ne me quittait pas des yeux, le regard soupçonneux, et je lui jetais un oeil noir avant de poursuivre ...
Tu as une question : quoi toi être ? Tu as un problème : Comment apprivoiser totem ? Réponse déjà donnée pour question : toi féline, panthère proche, Moi .. je vais apprendre toi apprivoiser, accepter, diriger totem, mettre laisse que toi seule enlever quand prête ou besoin, ok ?
Après avoir posé les pots au sol, je lève la tresse entre nous puis lui chuchote :
N'ai pas peur, ça folklore, juste pour rappeler chemin magie et emmener toi et totem dessus ...
Je me mis alors à faire le rituel de la fumée en la dirigeant avec ma plume, vers le haut et son front, vers le bas et ses jambes, vers son épaule droite puis la gauche, vers le ciel entre nous puis vers la terre ...
Je plantais ensuite la tresse en terre sur le côté et plantais ma plume dans ses cheveux, puis me baissais pour prendre les pots dans ma main ...
De l'index, je prélevais de la couleur blanche et lentement, tout en prononçant les Paroles, passais le doigt sous le tissus et traçait une ligne verticale entre ses 2 seins :
Grand-Esprit d’Amour, viens à nous avec la puissance du Nord. Rends-la courageuse lorsque les vents froids la fouettent.
Donnes-lui la force et le courage devant tout ce qui est dur, tout ce qui me fait mal, tout ce qui la fait tordre de douleur.
Fais-lui passer à travers la vie en absorbant tout ce que le Nord lui apportera d’épreuves.

Je trempais ensuite le majeur dans la couleur jaune et lu indiquais de me tendre sa main droite dans laquelle je dessinais un cercle :
Grand-Esprit de Lumière, viens à nous de l’Est avec la puissance du soleil levant.
Que ses paroles soient toujours lumière.Éclaires les chemins qu'elle va parcourir aujourd’hui.
Rappelles-lui le don de chaque jour nouveau et ne la laisses jamais à ce point accablée de chagrin qu'elle ne sache plus comment se relever et recommencer.

Sur le ventre autours du nombril, avec l'annulaire je traçais un cercle rouge souligné d'une barre :
Grand-Esprit de la Création, envoie-nous les vents doux et chauds du Sud ...
Caresses-la et soi son réconfort lorsqu'elle est morte de fatigue et transie de froid.
Ouvres-la comme les bourgeons, comme la brise ouvre les feuilles des arbres .
Et comme, tu donnes à la terre tes vents chauds et mouvants, gardes-la près de Toi, source de toute chaleur.

Je lui indiquais la main gauche et y traçais un cercle noir :
Grand-Esprit,  Donneur de Vie, Nous faisons face à l’ouest, la direction du coucher du soleil.
Rappelles-lui chaque jour que le moment de la nuit viendra où son soleil se couchera et s’éteindra.
Ne la laisses jamais oublier qu'elle doit se blottir contre Toi.
Donnes-lui, alors quelques couleurs vives, un ciel d’or éclatant pour son déclin, de sorte que lorsque viendra le moment de te rencontrer, elle puisse resplendir de gloire.

Je fis un trait vert au dessus du cercle rouge :
Grand-Esprit de toute Vie, je te prie, bien collé à cette terre.
Aides-la à se rappeler, lorsque elle s'étend sur le sol, qu'elle dois rendre grâce à cette terre et de ne jamais lui faire de mal en la piétinant.
Donnes-lui des yeux tout plein d’amour pour tout ce que la Terre, notre Mère, nous fournit, et apprends-lui à aimer tous tes dons.
 
Enfin, je traçais un cercle bleu surmonté d'une barre sur son front :
Grand-Esprit des cieux sans fin élèves-la vers Toi, que son coeur puisse te vénérer et aller vers Toi dans la gloire.
Fais qu'elle n’oublie pas que tu es son Créateur, plus grand qu'elle, mais si avide de la voir vivre bien.
Que tout ce qui est dans l’univers élève son esprit et sa vie vers Toi afin qu'elle puisse cheminer vers Toi dans la vérité et avec son cœur.

Je reculais d'un pas, déposais mes pots puis la fixais :
Je vais passer aux choses sérieuses maintenant, n'ai crainte, ton protecteur veille et aucun mal ne sera fait ...
Je m'avançais d'un pas et lui mis la main droite à plat entre les 2 seins, puis enclenchais ma Vision ...
Non seulement Fhury n'avait pas été informée ni éduquée sur sa nature, mais en plus, elle s'était retrouvée seule face à un animal totem particulièrement agressif et puissant ...
Hu ! Le chat est fort ! Tu t'es bien défendue ... Mais tu l'as nourri en retour ... Sans le savoir ...Il va me falloir l'affamer, le dompter puis lui donner ses limites ...
Utilisant mon habileté, je parcourais le tissus étrange de mes doigts invisibles, dénouant là, nouant ici, repoussant là, tirant ici ...
Tout à coup je sentis une patte griffues se refermer sur mon bras et en déchirer les chairs ... Malgré mes précautions, le chat avait découvert mes intentions et était passé à l'offensive ... Je tournais mon regard aveugle aux choses du commun pour fixer Fhury ...
Ne t'inquiètes pas, c'est normal, c'est son dernier combat ...
Ignorant la douleur, je continuais mon oeuvre, repoussant le félin vers son domaine pendant qu'il me déchirait les avants bras et enfin tout cessa et revenant prestement à une vision normale, je rattrapais Fhury juste avant qu'elle ne tombe, évanouie ...
Je l'étendis sur le sol et la couvris de la couverture puis me tournais vers l'autre ...
Voilà, j'ai fais le plus gros, maintenant tu vas devoir lui dire d'accepter cette part d'elle même et de vivre avec ... Elle devra faire appel au félin consciemment pour qu'il vienne avec elle au dessus, et lui laisser au moins une nuit de liberté par lune pour qu'il soit heureux et docile à l'avenir ...
Je la soulevais ensuite, enveloppée et lui fourrais dans les bras puis le poussais vers la sortie ...
Maintenant dehors ! Ramenez la chez elle et laissez moi en paix ! ...
Et, sans plus faire attention à eux, je me mis à ranger tout à sa place, balançant l'eau du casque sur les braises pour les éteindre, m'assurant de tout remettre en ordre pour enfin bondir en l'air vers des arêtes bien connues et sortir par le trou du plafond ...

© Isaac
Revenir en haut Aller en bas
 
L'eau froide n'est pas faite pour les chats (pv : Fhury Haime, Braise Valentine)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Export de Showdown (j'ai besoin de conseil pour améliorer ma team)
» Mulan | Non jamais, je ne serais faite pour le mariage
» Lezardinelle ▬ Elle est faite pour pas manger les coccinelles.
» Maddy & Talya - On est faite pour s'entendre
» Élune. [Pas de commentaire,une partie est faite pour sa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Lac-
Sauter vers: