AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 La porta dell'inferno si apre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alessandro Amaro

avatar

Humeur : Dangereusement votre
Messages : 673
Réputation : 143
Date d'inscription : 15/11/2015
Localisation : Au Pink Print

MessageSujet: La porta dell'inferno si apre   Ven 25 Aoû - 23:31


La porta dell'inferno si apre
La gibbeuse s’arrondit dans le ciel obscur de cette nuit funeste. L’astre nocturne me nargue, inatteignable et pourtant si présent. Don Stephano Corleone m’a rappelé. Sonny s’est fait descendre par le triumvirat chinois et le Parrain de la Cosa Nostra estime que parmi tous ses lieutenants, je suis le seul capable de remplacer son second, cet homme qui m’a tout appris. L'organizzazione que j’ai montée à Beacon Hills commence à peine à faire les preuves de sa suprématie que je dois tout abandonner. La vie a-t-elle un sens ? Je passe mon temps à construire des châteaux de cartes. Ce soir je suis las. Fatigué de me battre sans cesse. Je n’ai aucun répit et me semble être engagé dans un combat qui demande de retenir une rivière avec les mains.

Toutefois ce n’est pas de l’eau qui goute de mes doigts, mais un liquide poisseux que la lumière obombrée de la lune fait paraitre gris terne, là où le soleil ferait apparaitre un rouge vif. Ce soir j’ai fait le ménage dans ma vie. Je suis à nouveau seul et sans attache. Les alliances vont et viennent, aussi périssables qu’une vie. J’ai viré mes couteuses scarpe et me déplace nu pied dans cette forêt que j’ai si peu visité. Si quelqu’un souhaitait voir Alessandro Amaro, il devait se déplacer au Pink ou au HCC. Je tire sur ma sigaretta et recrache la fumée. La tige de nicotine est marquée de mes empreintes sanglantes. Ce soir je suis apaisé. J’ai vidé mon appartement. Il y a bien longtemps que plus personne ne m’y rejoint. J’ai laissé la place au type que j’ai nommé patron du bar et dors à l’hôtel le temps de terminer mon nettoyage.

Arès reprend le flambeau de ce que j’ai construit dans l’underground. Toutefois avant de partir, je souhaitais lui laisser une situation claire et saine. Alors avec la Squadra, je l’ai envoyé festoyer dans un des restaurants le plus fréquenté de la ville. Un endroit où lui et mes hommes auront autant de témoins nécessaires pour se disculper de ce que j’ai fait sans les avertir. Ils auraient refusé la couverture et seraient venus en renfort.

La douleur à mon flanc pulse, m’arrachant une grimace. Sept, je me suis pris sept balles. Le chiffre est symbolique. Une par péché capital, ou pour les sept couleurs de l’arc en ciel ? Qu’est-ce qui me représente le mieux ? Je regarde la lune et la défie de me répondre.

Ce soir j’ai mon sang sur les mains, mais pas que. Ce salopard de Victor Barns avait un flingue planqué sous son siège. A l’heure qu’il est son QG est en flamme. D’une pichenette j’envoie mon mégot se noyer dans ce lac dont la surface d’un noir d’encre n’invite pas à la baignade. Barns me fixe d’un regard torve.

- Amaro 1 – Barns 0. Gioco finito ! Pezzo di merda.

L’ex-roi déchu ne rétorque rien et se contente de sourire. De ce deuxième sourire que je lui ai offerts d’une oreille à l’autre. Un léger vertige me gagne. J’ai perdu beaucoup de sang, trop... Seulement je veux terminer ce dernier travail à Beacon Hills. Arès a maintenant le champ libre. La ville est à lui. Il est le nouveau Parrain. Don Coleman. Cela sonne plutôt bien.

Dans un ultime effort j’attache solidement un moellon aux jambes de Barns, puis le traine vers la rive du lac. Je souris au souvenir de Kada’an qui me comparait à une statue grecque et moi qui la reprenais, lui précisant mes origines italiennes. L’eau est glacée lorsque j’y avance un pied. Je ne retire pas mes vêtements qui sont totalement fichus, aérés de sept trous. Décidément j’aime ce chiffre. Je me décide de les attribuer aux sept couleurs de l’arc en ciel et à l’amour qu’il représente, car il me semble que je n’ai pas cédé à tous les péchés capitaux.

Un bruit dans la forêt toute proche me fige. Je lâche Barns et ma main vient se crisper sur la crosse de mon arme. Je me retourne pour voir le gêneur. Lui! Évidemment. La lune se reflète dans son regard clair ainsi que sur le canon de son arme de service qu’il pointe sur moi.

- Jansinio n’est plus là pour s’interposer, hein O’Conner ? Fais donc ce que tu penses avoir à faire, moi je termine mon lavori domestici.

Je lance mon flingue sur le sol, non pour me rendre à la flicaille, mais parce que ça l’abimerait si je l’emmenait avec moi dans le lac. J’empoigne à nouveau Barns d’une main. Je vacille, car ce n’est pas évident d’avancer avec deux balles dans la cuisse. La bagarre a été violente, mon corps tarde à se soigner. J’avance dans l’eau froide, un pas. L’autre boy-scout beugle un premier avertissement, j’avance d’un second pas.

Une déflagration retentit.


...



Plus qu’une envie, ceci est juste un besoin d’écrire. C’est la nicotina de celui qui joue Alessandro.

È come un cuore, se smette di battere, è la fine.


A.A.


Spoiler:
 

© Fiche par Mafdet Mahes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brian O'Conner

avatar

Humeur : Troublé...
Messages : 676
Réputation : 105
Date d'inscription : 25/07/2015
Localisation : Poste de police

MessageSujet: Re: La porta dell'inferno si apre   Sam 26 Aoû - 15:02


Décision à prendre


Feat : Il siciliano



Jansen dépérit à vue d’œil. Toutefois avant que cela ne devienne visible à n’importe qui, c’est dans mes propres veines que j’ai senti couler le désespoir de mon frère de sang. Si notre lien si particulier me renvoie, souvent sans filtre, tout l’amour qu’il éprouve pour le sicilien, quand le danseur subit une défaite, je la vis avec lui. Au début je me suis braqué contre cette symbiose émotionnellement bien dérangeante. Seulement j’ai appris à connaitre Jansen. Il est une rare personne, l’unique représentant mâle de son espèce, un prince de noble sang. Mais pourtant cet imbécile, car c’est ainsi que je le nomme lorsque nous abordons ce sujet, voit de la lumière chez ce mafieux qu’aucune preuve ne peut confondre.

Jordan est jaloux du drus car ce dernier a accès à toutes mes émotions, surtout celles que j’enferme au fond de mon cœur. Jansen connait mes plus secrètes faiblesses et mes failles prêtes à s’ouvrir en abimes.

(…)

Il est là, comme presque chaque matin depuis qu’Amaro lui a donné cet ordre terrible. Assis dans l’herbe de mon jardin, mon frère de sang parle à mes roses. Le sang de dryades qui s’est combiné au mien me permet de suivre leur conversation sur un plan inaudible aux hommes. Ce n’est pas un langage parlé, ni structuré. Ce sont comme des ondes qui transmettent une sensation ou un concept dans sa globalité. Le langage de la flore n’est pas structuré comme celui des humains. Pas de lettre qui forment des mots. Pas de mots qui forment des phrases. Pas de phrases qui transmettent un message. Le message est une unité indivisible, une onde, un bruissement, un parfum. Intranscriptible, il faut être un drus où comme moi avoir un ADN modifié pour en saisir le sens. Et encore j’ai et garderai la maturité d’un jeune enfant fasse aux discours passionnés qui s’échangent dans la nature.

Le phénomène est apparu la semaine dernière. De plus en plus Jansen néglige ses cours de danse. De plus en plus il reste chez moi perdu dans une contemplation passive de mes roses qui viennent le frôler de leurs coroles délicates. A chaque fois, j’ai l’impression de l’arracher d’une trance pour qu’il se lève et vienne boire un thé. Puis je les ai aperçu. Cela a commencé par la terre qui reste collée à ses paumes, puis c’est arrivé réellement, la terre qui se soulève quand Jansen se relève. Au fils des jours mon frère prend littéralement racine dans mon jardin.

Au début j’avais été satisfait de la décision d’Amaro. Ne trouvant rien à opposer à la malédiction du gui, il avait fini par ordonner à Jansen de le quitter. Cela avait broyé le cœur de mon frère de sang, mais avec l’interdiction d’approcher son ancien amant, ce dernier n’avait plus à faire attention à ses paroles lorsqu’il lui parlait. « Une séparation pour son bien » m’avait affirmé le rital alors que j’étais venu lui balancer mon poing dans la figure pour faire pleurer mon frère et me faire pleurer également. Car notre lien psychique me renvoyait sans aucun filtre le ravage qui règne dans le cœur de Jansen.

Amaro avait gardé sa belle gueule intacte, j’étais reparti avec l’idée que le temps atténuerait la souffrance de mon frère… et la mienne. Mais voilà, la douleur est si vive que Jansen trouve son salut en se noyant dans les murmures de la nature. Sa peau si douce est devenue râpeuse. Ses gestes avant si gracieux se figent dans un immobilisme inquiétant.

Jansen prend racine dans mon jardin…

Jordan est aussi perdu que moi. Il multiplie les attentions à mon égard pour contrer toute la détresse qui me parvient de mon frère. La joie a disparu de la maison. Même Truc et Machin sont devenus ternes et éteints. Souvent ils dorment collés à un Jansen aussi immobile qu’un arbre.

(…)

Cela bouge dans les bas quartiers. J’ai trouvé louche le déménagement du sicilien pour un hôtel. Pour ne pas activer les braises de sa tristesse, je ne dis rien à Jansen de ce que je sais d’Amaro. La police a aussi ses informateurs et quelques commerçants pensent me devoir un service pour avoir été là quand ils en avaient besoin. L’information m’est parvenue alors que j’étais de patrouille de routine. Engagé dans une ruelle souvent investie par des SDF à la recherche d’un repas dans les poubelles des restaurants tous proches, un commis de cuisine m’avait hélé alors qu’il venait de sortir des cagettes vides. Le gars était inquiet du rassemblement qui avait lieu dans le restaurant où il travaille.

Passant par les cuisines, j’étais allé discrètement observer les types qui faisaient peur au commis. C’était ni plus ni moins la bande d’Amaro. Quelque chose me sauta aux yeux, c’était le grand black, le vigile du Pink qui semblait parader  en tête de table. De plus il n’y avait pas de trace du sicilien qui d’ordinaire ne boude pas un bon repas.

On peut appeler cela une intuition, le flair du flic, j’étais retourné au poste de police pour troquer ma voiture de patrouille bien trop repérable contre ma voiture personnelle.

Le règlement de compte avait commencé dans ce quartier où des bruits d’arme à feu ne fait plus réagir. Discrètement je m’étais infiltré dans l’immeuble concerné, enjambé plusieurs cadavres pour constater que la bande de Victor Barns recevait cher. J’aurais dû appeler le central. Les collègues seraient arrivés à temps pour coincer Amaro en flagrant délit de meurtre. Il aurait été arrêté et eu un procès. J’aurais pu, mais au contraire, je suis retourné me mettre en planque dans ma voiture.

(…)

La nuit n’est pas tout à fait noire, me permettant de rouler tous feux éteints. Avant de quitter ma planque, j’ai appelé les pompiers en voyant le brasier qu’Amaro venait d’allumer pour cacher les preuves de son passage. Je sais déjà qu’elle sera ma déclaration. J’ai vérifié le mécanisme de mon arme de service. Parfaitement entretenue, je sais que je peux compter sur elle.

(…)

Amaro pisse le sang,  pourtant il poursuit sa basse besogne. Ai-je même besoin d’intervenir ? Blessé comme il est, il y a peu de chance qu’il remonte des profondeurs du lac après y avoir déposé son principal ennemi. Seulement, un lapin qui détale à mes pieds trahit ma présence. Nous nous toisons du regard, mon arme braquée sur lui.

- Jansinio n’est plus là pour s’interposer, hein O’Conner ? Fais donc ce que tu penses avoir à faire, moi je termine mon lavori domestici.
- Tu n’es pas digne de la souffrance qu’il endure Amaro.


Le sicilien hausse les épaules et lâche son arme. Je crains un instant qu’il se rende. J’ai beau être déterminé, je ne pourrai pas tirer s’il lève les mains en signe de réédition. Mais il se baisse pour attraper le cadavre qui git à ses pieds. Le loup vacille, la pénombre m’empêche de le distinguer clairement, mais je devine que sa jambe le fait souffrir. J’énonce une sommation. Lui et moi savons ce qui en est. Ne vient-il pas de me dire d’agir en mon âme et conscience.

- Un pas de plus et je tire !

Il a un temps d’arrêt. Il me semble voir ses épaules se vouter sous un poids aussi invisible qu’immense. Amaro est visiblement las, et fatigué. Je ne connais pas la raison qui l’a poussé à céder sa place à Coleman. Le sicilien ne m’a pas habitué à abandonner, ni refuser de se battre, pourtant là il fait un deuxième pas qu’il sait fatal.

Comme à l’entrainement, les jambes légèrement écartées, les deux mains jointes sur la crosse de mon arme pour parer au recul, j’ai tout loisir de viser cet homme qui me tourne le dos et qui refuse de se plier à mon injonction.

Je ne me mens pas à moi-même. Lui et moi voulons que cela se passe ainsi.

Mon tir déchire la nuit. J’ai toujours les bras tendus quand Amaro tombe à genoux dans le lac, pour finir de s’y étaler de tout son long, les yeux grand ouverts vers le néant, une balle logée en pleine tête.

- Tu es maintenant libre mon frère.

A mon tour de tomber à genoux. Je pleure. Mon frère est à des kilomètres de là, pourtant je l’entends hurler comme s’il était à quelques centimètres de mon oreille.

- Pardon. Mais il fallait que cela s’arrête. Cette souffrance… était intenable. Pardon mon frère.

(…)

Ma version des faits a été acceptée, soit que j’ai intercepté Amaro en train de dissimuler un cadavre, taisant ma passivité lors de son règlement de compte avec la bande de Victor Barns. Seulement Stilinski n’a pas été dupe. J’ai écopé d’un mois de mise à pied pour avoir tiré sur un homme qui me tournait le dos.

Rester à Beacon Hills est trop difficile. Jordan sait que j’ai abattu Amaro. Il n’en dit rien, mais je devine que mon acte le blesse lui et le Hellhound qui partage son corps.

Je lâche les amarres, le foc faucille pour se border correctement quand je bloque une écoute. Le safran mord sur une veine d’un courant latéral qui rend difficile la manœuvre pour s’éloigner au large. Un grain est annoncé pour dans deux heures. La houle commence à se creuser. J’envoie quand même la grande voile et prends deux ris par précaution. Le ciel s’assombrit devenant rapidement d’un gris de plomb. A l’horizon difficile de dire où se termine l’océan et où commence le ciel.

A la sortie de la baie, un dauphin me rejoint et nage devant la poupe. Il sera mon unique compagnon pour le mois qui vient. Je n’ai pris ni téléphone cellulaire, ni balise Argos. Je quitte la terre ferme sans possibilité de contact avec elle.

Tiens bon la vague et tiens bon le vent
Hisse et ho, Santiano
Si dieu veut, toujours droit devant
Nous irons jusqu'à San Francisco


The End

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La porta dell'inferno si apre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apre bal, tanbou lou ou Quelles sont vos attentes envers Obama 1?
» Le monde à ses défauts, pas moi ! ✟ « Dante's Inferno » {OK}
» Giro dell'Emilia
» Morgane Dell'Valley (Serpentard)
» Retro sou Komisyon Ankèt Administrativ Paul Denis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Out of Beacon Hills :: Réalité alternative (Hors RP) :: La Forêt-
Sauter vers: