AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Badges


Classement au
25 mai 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
11 mai 2019


Richard Turner

►►►◄◄◄


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Mafdet Mahes



Classement au
27 avril 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Richard Turner



Classement au
13 avril 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Andy Turing



Classement au
30 mars 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Arizona Blake



Classement au
16 mars 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Amadeï Caïmbeul



Classement au
2 mars 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Wesley Beaumont

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro



Classement au
16 février 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Vicky Anderson

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
2 février 2019

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez
 

 Sanctuary PV Derek

Aller en bas 
AuteurMessage
Cassian Norton

Cassian Norton

Sanctuary PV Derek  Symbol17
Alias : Broken star of Lousiana
Âge du personnage : 28 ans
Humeur : Désabusée
Messages : 152
Points : 185
Réputation : 27
Date d'inscription : 24/10/2017

Sanctuary PV Derek  Empty
MessageSujet: Sanctuary PV Derek    Sanctuary PV Derek  EmptyMer 22 Nov - 15:57

Sanctuary

Ma rencontre avec Willem ne s’est pas exactement déroulée comme je l’avais imaginé ni ainsi que j’espérais qu’elle se déroule dans mon esprit torturé qui avait été animé d’un espoir sans équivalent à l’idée que ma petite sœur puisse compter sur la protection d’un alpha dans cette ville. Quelques jours avaient défilé au cours desquels j’avais tenté en vain de convaincre Kae de discuter avec lui afin qu’elle se fasse sa propre idée au sujet du chef de meute qui avait certainement toutes les qualités dont m’avait parlé Maxine face à l’un de ses congénères un brin moins bouillonnant que moi. Je sais que je changerais difficilement et que le drame ayant profondément marqué mon âme de ses empreintes indélébiles a empiré tous les pires aspects de ma personnalité sans compter l’état dans lequel se trouve mon animal intérieur. Un double ne sachant plus ressentir autre chose que de la méfiance, de la haine, de l’agressivité et toute une litanie d’émotions néfastes et dangereuses sauf en présence de deux louves. Sa sœur et celle qu’il voyait déjà comme sa compagne, grillant allègrement toutes les étapes élémentaires des relations de ce genre aux yeux de l’humain que j’étais. Mais comment s’en étonner face à un loup devenu incapable de poser un regard apaisé sur le monde qui l’entoure.

Je n’avais pas répondu aux messages ou aux appels de Max, cela me minait profondément et rendait mon loup détestablement agressif envers moi et ingérable. Je savais que Willem avait dû lui parler de mon pétage de plomb monumental qui aurait pu aboutir à une fin tragique et je refusais de voir la même lueur de jugement que celle de l’alpha dans ses yeux. Je refusais de devoir affronter cette condamnation tacite dans les yeux de la femme pour qui mon cœur s’accélérait, pour qui j’éprouvais un amour sans borne après tout juste un mois, pour qui mon loup pourrait tuer. Lorsque j’avais révélé mes yeux céruléens dans l’intimité délicieuse de la ruelle le soir du 31 octobre ma jolie louve ne m’avait pas jugé. Son regard sur moi était resté le même malgré cet aveu implicite de culpabilité Shakespearienne. Cela m’avait profondément marqué au milieu du nuage extatique sur lequel je planais alors. Cela m’avait frappé au niveau du torse. Cela m’avait procuré une sensation indescriptible et notre relation s’était mise en place et renforcée naturellement sans que cela ne lui pose le moindre problème. Elle connaissait mon histoire puisque je la lui avais avouée ne voulant rien lui cacher. Or, si elle avait semblé accepter celui que j’étais, je n’étais pas sûr qu’elle parvienne à accepter que mon loup était un monstre qui pouvait craquer à n’importe quel moment et basculer dans un état frénétique proche de la folie. Alors, je faisais une chose que j’exécrais littéralement. Je fuyais lâchement le contact comme si le jugement du Shepherd avait réussi à m’atteindre et à changer l’image que je me faisais de moi.

Ma petite sœur ne voulait rien avoir à faire avec les Shepherd et si cela me désolait, j’en éprouvais un sentiment d’amour fraternel d’une puissance inouïe pour celle qui m’avait maintenu en vie suite au massacre des nôtres. Kae ne voulait pas intégrer la meute du professeur et je ne la forcerais jamais à quoi que ce soit. J’avais finalement entendu parler d’une autre meute mais celle-ci me semblait bien trop soudée pour accepter deux loups brisés et donc potentiellement dangereux pour eux-mêmes et les autres membres de la meute dans ses rangs. Tout ceci expliquait que je passais tout mon temps libre avec ma sœur afin que les instincts farouchement protecteurs de mon loup ainsi que ceux du grand frère que j’étais soient apaisés. Ce fut au cours de l’un de ces moments que nous étions tombés sur des informations intéressantes à nos yeux. Nos recherches portaient initialement sur le phénomène susceptible d’expliquer l’attirance inexplicable qui avait conduit les deux fugitifs que nous étions à nous installer dans cette petite ville plutôt qu’à San Francisco notre destination initiale. Mais nous n’avions bien entendu rien trouver à ce sujet. En même temps, nous n’avions pas interrogé de surnaturels pour savoir ce qui avait pu les amener ici. Premièrement parce que si ma méfiance se tournait fort logiquement vers les chasseurs, les surnaturels d’autres espèces n’y échappaient nullement.

Et deuxièmement, je n’en avais pas sous le coude pour être honnête. Nos esprits curieux avaient emprunté un autre chemin impromptu. Un chemin qui nous avait tous deux frappé de plein fouet en raison des similitudes qu’il soulevait avec notre propre situation. La famille Hale avait été victime d’un horrible drame il y a des années. Un drame étrangement similaire au notre. Si nous nous étions arrêté à la surface nous aurions pu penser qu’il s’agissait bel et bien d’un accident tant les articles, écrits et sources d’informations étaient feutrés dans leurs explications bien que dégoulinants de solidarité journalistique. Mais, le nom de Hale était relativement important dans la communauté surnaturelle locale et nul besoin de creuser bien loin pour apprendre qu’il s’agissait d’une meute ancienne et puissante. Une meute ayant failli être éradiquée par des chasseurs donc comme bien d’autres.

(…)

Il est environ onze heures du matin et je ne travaillerais à la salle que dans plusieurs heures. K est à la mairie et mu par une pointe non négligeable de curiosité ainsi qu’un savant mélange d’émotions contradictoires, je me suis rendu dans les bois bordant la ville afin de trouver l’emplacement des ruines du manoir Hale. Comme si, je ressentais le besoin incompréhensible de porter le regard sur cette ruine à l’instar d’une relique qui si elle me rappellerait tristement mon passé me permettrait d’extérioriser ma peine dans l’intimité d’un sanctuaire apaisant. Je m’apprête à me recueillir presque religieusement en cherchant la position exacte du lieu. La tranquillité relative des bois me fait un bien fou et dans ce royaume de terre et de feuille mon loup cesse finalement de me mener la vie dure eu égard à mon éloignement de Max. Je laisse mes sens littéralement se gorger de la vie diurne des environs. Je ressens tout ce qu’il m’entoure avec une vigueur décuplée.

Cela faisait tellement longtemps que nous n’avions pas arpenté un paradis végétal mon double animal et moi que j’oublie un instant les raisons de ma présence ici pour simplement m’enivrer de la situation présente. Cela n’avait rien à voir avec les bayous de mon enfance mais cela n’était pas grave. Je finis par reprendre mon chemin après avoir inspiré une grande goulée d’air frais et au détour d’un bosquet tombe sur un marquage olfactif récent. Une meute de belle taille. Un territoire. Je ne suis pas assez fou pour pénétrer sur un territoire marqué et pousse un soupir de déception. Mais, je longe finalement cette frontière pour arriver finalement en vue du manoir. Mes yeux s’écarquillent de surprise lorsque je découvre le sublime bijou d’architecture perdu au milieu des bois. Je reste ainsi quelques instants sans parvenir à remuer ne serait-ce qu’un orteil. Je m’attendais à tomber sur une ruine abandonnée et voilà que j’ai un foyer avenant sous les yeux.
© 2981 12289 0


Once upon a time i was alive
But now the agony is never ending. ©️ by anaëlle.


Dernière édition par Cassian Norton le Lun 27 Nov - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t2970-cassian-norton-we-survive-together-or-we-don-t-termine
Derek Hale
Administrateur
Derek Hale

Sanctuary PV Derek  Symbol17
Alias : Big Bad Wolf
Âge du personnage : 27 ans
Humeur : Tourné vers l'avenir
Sanctuary PV Derek  Ruby_p10
Messages : 6427
Points : 6085
Réputation : 279
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

Sanctuary PV Derek  Empty
MessageSujet: Re: Sanctuary PV Derek    Sanctuary PV Derek  EmptyDim 26 Nov - 11:52


Sanctuary

R
uby a entrainé Mafdet faire les boutiques. Si je n’avais pas tant horreur du shopping, je pense que je les aurais accompagné juste pour voir la tronche de notre druide qui est encore plus réfractaire que moi à ce genre d’activité. Sa tête de minette pas contente est un vrai régal. Peter est  en train de terroriser des lycéens dans son cours de littérature. Un ex-sanguinaire comme lui citer du Shakespeare…  C’est vrai que notre meute est totalement atypique. Matrim est au Tibet en ce moment. J’espère qu’il s’en sort. Chad s’est collé dans le bourbier en frayant avec le parrain local qu’est Amaro. Mick, même s’il le cache, ne décolère pas.

- Et toi bonhomme ? Ça va être quoi ta spécialité ?

Je tends un bout de pain à Ian. Le bébé de Peter et Ruby avait brusquement grandit pour reprendre une croissance à peu près ordinaire.

- Ton’ Ek !

- Oui c’est moi arsouille. Et je m’appelle Derek. Dé–ré–queuh !

- Ton’ Ek !

- Voilà c’est exactement ça bonhomme.

Je lui souris, Ian éclate de rire me tapissant de pain prémâché. Jamais je n’aurais imaginé avoir la patience pour un jeune enfant. Et pourtant… pour rien au monde je laisserai Ruby ou Peter lui choisir une autre nounou que moi. Parfois Mick et Chad le prennent avec eux le temps d’une journée. Si je leur fais entièrement confiance pour bien s’occuper du petit, dont Mick est officiellement le parrain, je suis toujours soulagé lorsqu’ils nous le ramènent au manoir. D’ailleurs, j’ai une petite réparation à faire. Je pose le louveteau dans son parc et vais chercher ma caisse à outils. La porte coulissante entre le salon et la terrasse à l’arrière de notre demeure force un peu sur son rail. Il est nécessaire que j’arrange ça avant que Peter ne casse tout à force de brutaliser l’ouverture.

Lorsque j’ouvre la fenêtre, le salon est immédiatement envahit par les bruits de la forêt. Cela met Ian en joie. Il adore être dehors au contact de la nature. Un couple de mésanges charbonnière fait des allées venues entre une balle de fibres et leur nid. C’est Ruby qui a disposé ça sur la terrasse pour attirer les oiseaux. Il y a des fibres de chanvre, des brins de laine et du foin. La louve trouve cela plus sain d’aider ainsi les oiseaux qu’avec des boules de graines saturées de graisse. Les hivers ne sont pas assez rudes en Californie pour que la faune manque de nourriture. Sa technique fonctionne. Ian est captivé par le ballet incessant de ces boules de poil colorées.

- Zozio vol’ clame mon petit cousin.
- Quand j’ai fini, je t’emmène voir leur nid. Il n’est pas très loin.
- Ian’ Vol’ !
- Les louveteaux ne volent pas bonhomme !
- Ian’ Vol’ !
- OK OK, tu iras en volant !

J’ai trouvé ce qui bloquait le mécanisme de la porte coulissante. Il me faut une vingtaine de minutes pour y remédier. Maintenant la porte coulisse sans bruit et avec facilité. Je me demande si je ne devrais pas mettre un mot, car Peter est capable de me la fracasser avec sa délicatesse habituelle. Mais Ian me rappelle ma promesse de l’emmener voir la famille mésange.

Caisse à outils rangée, mains lavées, du grand loup comme du petit, j’enfile le manteau avec une capuche ornée avec des oreilles de chat –cadeau de Mafdet– à mon petit cousin.

- Aller ! On va voir les oiseaux !
- Zozio !
- Après on fera le repas. Tu aideras Tonton Derek.
- Ton’ Ek !

Une fois sur la terrasse avec le petit dans les bras, je prends une grande inspiration. Reconstruire le manoir a été la meilleure des idées. Ma famille vit ici depuis plusieurs siècles. Et même encore aujourd’hui, malgré la modernisation du monde, ce lieu reste reculé, sauvage et authentique. Pour avoir la paix, nous laissons pousser les broussailles en périphérie de la propriété. Cela décourage les joggeurs de s’aventurer chez nous.

- Écoute Ian. Ferme les yeux et écoute les oiseaux.

L’enfant s’exécute. Seulement pour lui fermer les yeux signifie mettre ses mains devant ses prunelles.

- Ils sont où les oiseaux ?

Le petits hésite et tend sa menotte au hasard. Une véritable escadrille de piafs fait un vol piqué non loin de nous pour remonter aussitôt.

- Là Zozio ! S’exclame Ian en enlevant ses mains de ses yeux.

- Oui. Mais ceux que nous cherchons sont là-bas, cachés dans la forêt.

J’avais suivi les mésanges dans l’idée d’y emmener Ian. Nous prenons notre temps savourant les parfums boisés et le bruit que font les petits rongeurs qui détalent sous mes pas. Ian ouvre grand ses yeux. C’est un enfant calme. Il est émerveillé par la nature et sa joie est communicative. Son caractère est étonnement placide quand on sait les parents qu’il a.

- Là un lapin ! Chuchoté-je en montrant deux longues oreilles qui sortent des hautes herbes.
- Pinpin ! S’exclame Ian.

Le rongeur nous observe, puis détale levant son cul blanc en cadence.

- Il ne faut pas faire de bruit si tu veux voir les animaux.
- Chut ! Répond Ian avec un doigt sur les lèvres.

Nous nous approchons du nid des mésanges. Il est caché dans du lierre qui s’entortille autour d’un hêtre. Sans un mot et avec des gestes calmes je montre le nid à Ian. L’enfant se redresse dans mes bras et se tord le cou pour mieux voir. Une mésange arrive avec plein de matériaux dans son bec. Sans bouger nous la regardons s’affairer. L’instant est paisible et serein. La brise change de sens, nous apportant de nouvelles odeurs. Celle de l’ail à ours et une autre plus musquée, celle d’un loup. Ian est en alerte, lui aussi il a senti la présence de l’intrus. C’est qu’il est précoce mon cousin. Je reste calme car l’odeur qui nous parvient est apaisée. Sans bouger, je scrute la forêt et finis par l’apercevoir. L’homme se tient en bordure de notre territoire et de là où il est je devine le panorama qu’il a sous les yeux. Par cette voie le manoir doit lui sembler intemporel. Il est un peu loin et partiellement masqué par la végétation, pourtant je perçois comme un recueillement dans sa posture. Il n’est pas agité comme les curieux habituels. J’hésite un moment entre rentrer avec Ian ou aller vers ce loup solitaire. J’opte pour la deuxième idée.

- Hello l’ami, dis-je doucement afin de ne pas surprendre l’homme qui ne nous a pas encore calculé Ian et moi.

- Jour’ ! S’exclame Ian qui adore les politesses du genre.

Mon petit cousin tend sa menotte en ouvrant et fermant son poing. D’un geste de la main, j’invite le gars à avancer à découvert en direction du manoir sur un terrain avec moins d’épines.




















(c) Fiche et montage par Mafdet Mahes |•|•|•| Loup by Wolfenchanter


I want answers. Did you ?

Sanctuary PV Derek  Tumblr_myrgnxgSa11rilx1bo6_500
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3-derek-hale-ou-le-bbw-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t70-rp-derek-s-liens http://blogfantasystories.wordpress.com/
Cassian Norton

Cassian Norton

Sanctuary PV Derek  Symbol17
Alias : Broken star of Lousiana
Âge du personnage : 28 ans
Humeur : Désabusée
Messages : 152
Points : 185
Réputation : 27
Date d'inscription : 24/10/2017

Sanctuary PV Derek  Empty
MessageSujet: Re: Sanctuary PV Derek    Sanctuary PV Derek  EmptyLun 27 Nov - 19:49

Sanctuary
Mon regard à la fois abasourdi et émerveillé ne quitte pas l’imposante silhouette que constitue le manoir à un seul instant depuis ma découverte de ce que je m’étais figuré ètre une ruine désertée n’abritant plus qu’un vague souvenir mélancolique d’une époque bénie pour ses propriétaires légitimes et éventuellement marquée tant par le sceau irrémédiable du temps que de la déprédation due à la main humaine de quelques squatteurs irrespectueux d’un héritage ancestral. Un héritage arraché sans ménagement à ses héritiers par le spectre aveugle d’une violence inique perpétrée par le camp se qualifiant d’humain. Or, je n’ai rien de tel sous les yeux. Le sanctuaire presque sacré que je m’étais figuré n’est pas ou plus, certainement plus car ce foyer paisible qui se dresse sous mes yeux est probablement récent vu le neuf qui émane de certaines portions de l’ensemble. Étrangement, je ne ressens aucune déception en contemplant ces lieux. J’avais intégré inconsciemment l’imaginaire d’une sorte de tombeau propice à une atmosphère solennelle qui m’aurait permis de pleurer mes morts sans devoir retenir mes larmes ou me draper d’une dignité provenant d’une fierté bien illusoire face à la souffrance tenace et féroce qui avait pris possession de mon être depuis cette macabre lunaison. Je m’étais imaginé me laisser aller à une discussion intime mais à voix haute avec mes parents dans un élan d’extériorisation nécessaire.

Leur dire que je faisais du mieux que je le pouvais pour Kae, leur dire à quel point ils me manquaient, à quel point c’était dur de tenir le coup sans eux. Mais pas seulement les accabler de mes peines de là ou ils sont. J’aurais aimé leur parler également de Max et de ce que je ressentais pour elle de cet amour naissant qui m’apparaissait comme la promesse d’une issue salvatrice à mon agonie, de mon protégé car je savais qu’ils seraient fiers que je n’hésite pas à tendre une main secourable à un congénère dans le besoin malgré mon propre état. En cela, je restais loyalement fidèle à la vision de la vie qu’ils m’avaient enseignés depuis mon plus jeune âge. Quel est le premier rôle d’un alpha fils ? Me répétait souvent Ethan. Protéger. Oui, fils protéger. Parce que c’est à cela que sert la puissance qui coule dans les veines d’un chef. A protéger les siens. Je n’avais beau ne plus avoir de prunelles rubis ce réflexe resterait à jamais profondément ancré en moi quoi qu’il puisse advenir. Je n’étais pas déçu de ce superbe panorama que j’avais sous les yeux. Bien au contraire, le fait de voir la concrétisation matérielle de la renaissance de quelques-uns de mes congénères m’apporte une félicité que je ne m’étais pas attendu à éprouver en venant ici au milieu de ces bois plein de vie et si apaisant. Contempler cette source de vie c’est avoir la preuve tangible que les chasseurs ne gagneraient jamais malgré leurs velléités génocidaires.

Que mon espèce aurait toujours des membres capables de se relever fièrement et de ne pas vivre dans la peur. Parce que lorsque la peur prenait le pas sur le reste. On ne vivait plus. On se contentait de survivre comme des animaux traqués confrontés à une menace inexorable. Contempler ce territoire c’est l’assurance que le sort tragique que nous connaissions ma sœur, Ryan et moi qu’avaient connus avant nous Max et les Shepherd n’était pas une fatalité. Qu’il y avait bel et bien deux choix possibles malgré le cynisme cruel des apparences. Celui que j’avais évoquer au jeune loup dévasté lorsque je l’avais pris sous mon aile. Celui de laisser le désespoir, la douleur, la tristesse, la colère et toutes ces émotions dominer nos vies et ainsi donner à nos bourreaux ce qu’ils attendaient de nous. Ou le second qui se matérialisait à la perfection par cette construction me renvoyant un reflet intemporel et digne. Bien sûr, cette réflexion est relativement belle et pleine de bonne volonté. Sur le papier ce n’était qu’une simple affaire de volonté mais si la boxe m’avait appris quelque chose c’était bien qu’il n’y avait rien de facile en ce bas monde. Je vais me battre j’en fais le serment solennel devant le foyer Hale. Je vais me battre pour Kae, pour Max, pour Ryan, pour le souvenir de mes parents et de mes proches, pour moi-même et que mon loup retrouve cette communion, cette paix qui nous avait été volée.

Je vais me battre pour ne plus être enfoncé dans la première option et parvenir à atteindre la seconde. J’allais le faire parce que je le devais. Une chance que me battre était l’une des choses que je faisais le mieux. Mon trait d’humour intérieur ne me tire aucun sourire. Ce combat ci n’avait rien d’un combat de boxe. L’adversaire que je combattrais n’avait ni visage, ni forme concrète, ni volonté propre. Cet adversaire se trouvait en moi et uniquement en moi et c’était bien pour cela qu’il était si puissant. Malgré mon état d’esprit résolument optimiste quant au constat de la survivance de la meute Hale, je ne peux éluder les raisons m’ayant poussé à venir ici. Mon cœur se serre durement, mon expression se teinte de peine et de mélancolie, mes yeux s’embuent de larmes qui ne coulent pas. Le combat serait long et difficile. J’avais toujours été entier. Je n’avais jamais vu ou vécu cela comme un trait de caractère dommageable mais désormais je me disais parfois que cela aurait été plus facile si je n’étais pas comme j’étais. Ce qui ne pouvait ètre que la réflexion particulièrement stupide d’un être malmené par le chagrin et ayant touché le fond de son âme broyée à de multiples reprises. Mes yeux se ferment tandis que j’inspire une grande goulée d’air frais et pur de cette matinée douce d’automne Californien. Ethan, Elisabeth, Clay, Logan, Summer, Talya, Shane, Rohan, Sharon, Nathaniel, Lorena, Ashley, Blake, Carmen, Jocelyn, Leroy, Marley et Riley. Je récite les noms des dix huit loups et louves abattus lors de cette nuit funeste en boucle encore et encore comme un chapelet. Je récite les noms de tous les membres de ma meute de naissance dans un murmure rauque.

Je récite les noms des miens encore et encore afin de ne jamais les oublier. Je récite ces noms comme si je voulais opposer à cet avenir potentiellement radieux la dure réalité implacable de ma peine intarissable. Je ne pouvais pas ne pas éprouver de sentiments. Je ne pouvais pas échapper à la dévastation de mon cœur. Je récite ces noms précieux comme si je voulais les voir s’envoler vers d’autres cieux plutôt que de rester là les pieds dans l’humus forestier à alourdir mon cœur d’un poids insupportable. Chaque nom m’inflige une peine croissante et douloureuse et pourtant, je me berce de cet hommage aussi pudique qu’intime à la meute Norton. Je me berce de cette douleur que je m’inflige. Comment se souvenir sans souffrir ? Comment rendre hommage sans se sentir brisé ? Je n’ai pas été particulièrement proche de toutes ces personnes. Notre meute était très étendue j’en ai bien conscience et pourtant malgré le fait que je n’étais pas intime avec certaines d’entre elles mon cœur se serre tout autant qu’à l’évocation de ma famille. Nous étions une famille tout en étant une meute. Et une meute tout en étant une famille. Les disputes étaient monnaies courantes. Les éclats de voix n’étaient pas rares et pourtant pourtant que ne donnerais je pas pour les avoir tous là réunis devant moi. Un lapin passe à toute vitesse dans mon dos, je peux presque sentir l’allure chaloupé du petit rongeur aux fesses blanches à défaut de la voir. Puis, c’est au tour d’un ballet de mésanges charbonneuses de me rappeler que la foret n’était pas que la terre d’un seul animal. Le chant animé des oiseaux ne me dérange nullement. Il accompagne mes pensées qui dérivent au gré de leurs battements d’ailes. Si, je n’avais pas été ainsi centré sur moi même j’aurais certainement pu percevoir les effluves des deux loups ou plutôt du Beta et du loupiot dans ses bras mais j’avais finalement fait ce pourquoi j’étais venu et m’étais laissé aller au recueillement.

C’est donc la voix calme et posé du loup dont l’effluve se fondant partiellement dans celle du marquage indique clairement son appartenance à la meute locale qui me tire de mon introspection. Je me retourne doucement rassuré par son ton et son ouverture. Une menace potentielle ne se serait pas fendue de tant de courtoisie et d’amabilité. Hmm. Bonjour. Je ne sais pas franchement quoi répondre. Je viens de me faire surprendre en flagrant délit de ce qui pourrait avoir une apparence voyeuriste. Je contemple le petit bonhomme dans ses bras qui me salue également et sens une ébauche de sourire effleurer mes lèvres. Salut petit bonhomme. Je suis étonné par le geste d’invitation du loup mais décide d’avancer à découvert vers le manoir comme il me l’indique. Une fois sur un terrain dénué d’épines et de broussailles en tout genre, je me passe une main sur la barbe ne sachant pas trop comment amorcer la discussion. Je suis désolé de gâcher votre matinée. Je ne faisais que passer monsieur Hale. C’est un bien beau manoir. Je ne vais pas vous mentir, je m’attendais à tomber sur une ruine…
© 2981 12289 0


Once upon a time i was alive
But now the agony is never ending. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t2970-cassian-norton-we-survive-together-or-we-don-t-termine
Derek Hale
Administrateur
Derek Hale

Sanctuary PV Derek  Symbol17
Alias : Big Bad Wolf
Âge du personnage : 27 ans
Humeur : Tourné vers l'avenir
Sanctuary PV Derek  Ruby_p10
Messages : 6427
Points : 6085
Réputation : 279
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

Sanctuary PV Derek  Empty
MessageSujet: Re: Sanctuary PV Derek    Sanctuary PV Derek  EmptyLun 8 Jan - 12:01

Oups!!!!!:
 


Sanctuary

- H
mm. Bonjour. Répond le loup.

Il semblé gêné de s’être fait surprendre. La présence de Ian est propice à la paix et apaise notre visiteur impromptu. Acceptant mon invitation à sortir des broussailles, il me suit jusqu’à l’espace dégagé qui borde le manoir.

- Je suis désolé de gâcher votre matinée. Je ne faisais que passer monsieur Hale. C’est un bien beau manoir. Je ne vais pas vous mentir, je m’attendais à tomber sur une ruine…

- Oh ! Il n’y a pas de mal. Je montrai à Ian où les oiseaux allaient après avoir pris des graines sur la terrasse.

Nous avons régulièrement des visiteurs qui, comme cet homme, pensent tomber sur de vieilles ruines. Mais contrairement à l’attention que semble avoir l’oméga, ils viennent là, pensant pourvoir jouer dans une maison hantée. Avec Peter, nous tirons à pile ou face de savoir lequel de nous deux sort pour leur coller une telle chasse, qu’ils ne sont pas prêt de revenir, ni de faire la pub de ce coin de forêt. Mon oncle est assez doué pour leur coller une terreur digne de ce nom, surtout quand il reconnaît l’un de ses élèves dans le lot.

- Des ruines, il reste la balançoire de Ian que j’ai fabriquée avec des poutres pas carbonisées et encore saine.

Je montre le portique du doigt. Ian tend sa menotte.

- Ton’ Ek ! ‘Coire, réclame mon petit cousin.

Nous nous rapprochons de la balançoire et j’installe le bambin dans la nacelle qui permet de le balancer sans danger. Je donne un peu d’élan et me recule.

- C’est ma manière d’honorer la mémoire des miens qui ont péris ici. Et de leur montrer que la nouvelle génération des Hale vit encore, tout en prenant appuis sur ses racines. Reconstruire, nous a permis à mon oncle et moi de faire notre deuil. Cela reste difficile pour Peter, car il y était…

Je me tais, un peu amer. L’oméga esquisse un geste d’excuse de me rappeler de mauvais souvenirs. Je l’interromps.

- Ne pas parler d’un drame, ne l’efface pas pour autant. Il fait partie de mon passé et m’a changé. C’est vrai que regarder vers l’avenir et non plus constamment tourner la tête en arrière et ruminer sa colère est chose difficile.

Puis je m’aperçois que je ne sais toujours le nom de l’inconnu. Je me présente donc, même s'il a deviné mon nom.

- Derek Hale. Ma mère était l’alpha de meute des Hale.

L’inconnu se présente. Il est comme moi, un loup né. Le vent se lève. Il est temps de donner son goûter à Ian.

- Cela vous dit de visiter ? Questionnai-je.

Je rassure Cassian que cela ne me dérange nullement. Et qu’à l’instar de ma mère, je garde cette tradition familiale d’accueil. A l’intérieur la température est agréable. Dès que je l’ai débarrassé de son manteau et de ses chaussures, Ian file en trottinant vers sa caisse de jouet.

- Je lui prépare son bib, après il est autonome.

Je couve le louveteau de Peter du regard. Ce petit bonhomme donne un sens à notre vie. C’est la meilleure chose qui soit arrivé à notre famille. La jeune pouce qui s’élève après les ravages du feu. Cela me rappelle une scène du roi lion. La destruction, permet la reconstruction.

***

Ian tête son biberon tout en regardant un livre d’images sur les félins, cadeau de notre druide qui ne peut pas s’empêcher de nous lancer des agaceries jusqu’au travers des cadeaux qu’elle offre à Ian. Comme le manteau que je viens de lui retirer avec ses oreilles de chat.

Amusé, je regarde Cassian qui tourne sur lui-même impressionné par les effets de profondeurs créés par le mélange des essences de bois. Chad a vraiment fait un beau travail de conception.

- Je devine que l’histoire de ma famille vous touche. Quelle est la votre Cassian ? Demandé-je doucement.

Je l’invite à monter à l’étage alors qu’il me répond.



















(c) Fiche et montage par Mafdet Mahes |•|•|•| Loup by Wolfenchanter


I want answers. Did you ?

Sanctuary PV Derek  Tumblr_myrgnxgSa11rilx1bo6_500
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3-derek-hale-ou-le-bbw-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t70-rp-derek-s-liens http://blogfantasystories.wordpress.com/
 
Sanctuary PV Derek
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inscription de Derek Sagan
» Derek ♛ per inania regna {terminée}
» Derek Hamilton 8D || Validée.
» Payphone - Derek McLivingstone
» Derek Stepan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Manoir Hale-
Sauter vers: