AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Les fantômes du passé

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les fantômes du passé   Sam 13 Jan - 0:12

Les fantômes du passéLionel & Leoric
Don't run from your past ( Lindsey Stirling → Shatter me ) ••• La même musique tournait en boucle depuis un moment déjà. Machinalement, il changea de station pour tomber sur les infos. La ville avait subi l'attaque d'une bête quelconque apparemment, il fronça les sourcils et mit la radio plus fort. Tout ceci était arrivé pendant son absence assez longue. Lionel ne soupçonnait pas une présence surnaturelle pour l'instant, mais il sentait un climat de peur qui s'installait dans la ville. C'était un des pouvoirs du lion de ressentir le danger. Lionel savait très bien que quelque chose de pire allait arriver. Son voyage l'avait grandement aidé et il avait mûri. Il avait développé son côté spirituel et il savait maintenant communiquer avec le lion. Cependant, l'entente n'était toujours pas parfaite, il faut dire que Lionel bloquait en permanence le lion et que celui-ci voulait sortir. Les loups n'avaient pas ce genre de problèmes. Lui possédait un esprit mystique très puissant et il devait maintenant savoir gérer l'animal féroce en lui qui était bel et bien une seconde entité. Il avait dormi très longtemps aujourd'hui, profitant de faire une grasse matinée assez longue. Lui qui n'avait pas l'habitude de dormir, depuis qu'il était un lion, le voilà à aimer ne rien faire maintenant. Le soleil brillait et il pouvait sentir l'énergie des rayons du soleil sur sa peau. La chaleur de l'Afrique lui manquait, ce n'est pas à Beacon Hills qu'il allait retrouver de la chaleur, non en effet, la ville était plutôt branchée horreur et surnaturelle. Puis avec l'hôpital psychiatrique pas loin, elle ne jouissait pas d'une très grande réputation. Cependant, Lionel s'était senti attiré par l'endroit sans savoir pourquoi. D'après ce qu'il savait, sa famille était originaire d'ici, mais ses parents avaient rapidement quittés la ville et Lionel n'en connaissait pas la raison.

Il était rentré il y a une semaine et il ne reprendrait son travail que dans deux semaines, il avait donc le temps. Aujourd'hui, il devait passer revoir un ami, ou plutôt une connaissance de son passée. Il l'avait aperçu dans le lycée, sans doute y travaillait-il ? Après tout, les Lerouge avaient aidé de nombreuses meutes, et même si cela faisait très longtemps Lionel connaissait déjà Leoric. Le père de Lionel lui avait expliqué l'importance de certaines plantes que l'on ne trouvait que dans certains pays du nord. Il en conservait un vague souvenir positif. L'humain qu'il était à l'époque ne se souciait guère du surnaturel et des problèmes qui s'en rapportaient, il se contentait d'obéir tout simplement. Malgré tout, il avait tissé des liens avec du monde dans son passé, c'était finalement l'avantage d'avoir voyagé. Ainsi donc, il arriva enfin au lycée de Beacon Hills, c'était la fin des cours, quelques élèves allaient bientôt sortir. Voilà un moment qu'il avait quitté le lycée et qu'il n'était rentré dans un établissement scolaire. Le lion fit un sourire. Observant l'endroit de loin. S'il était resté à Beacon Hills, il aurait étudié ici et jamais il n'aurait été transformé en un animal sanguinaire. Il serait donc devenu un druide accompli. Garant sa voiture sur le parking, il coupa la radio et rapidement, il en sortit, prenant ses affaires et s'assurant que la voiture était bien fermé. Vêtu d'un simple pull en laine noire et d'un pantalon jean, il se dirigea vers l'accueil. Lionel n'était pas un voyeur ni un espion, donc il n'avait fait aucune recherche sur son vieil ami et il ne savait pas ce qu'il était vraiment devenu, simplement qu'il était professeur ici.

« Excusez-moi ? Je cherche Leoric. » Fit-il avec un sourire à l'accueil.

On lui répondit qu'il était encore en cours sûrement et elle lui tendit simplement un papier avec le numéro de la salle. Suivant les indications de la jeune femme, il s'en alla. Lionel avait majoritairement suivi des cours par correspondance et le peu de foi où il allait au lycée ne l'avait pas franchement marqué. Son adolescence était particulière en même temps. Malgré tout, l'endroit lui rappelait des souvenirs, s'il y a bien une chose qu'il sait, c'est que tous les lycées se ressemblent. La sonnerie retentit soudain et rapidement, une foule d'élèves déboulèrent. Il eut le droit à quelques regards et finalement, il trouva la salle. Quelques élèves étaient encore présents. Avec un sourire, il entra.

« Hey, Leoric... » Commença-t-il. « Surprise !»

Sourire habituel, il se dirigea vers le loup. Ou l'alpha se dit-il silencieusement en arquant un sourcil.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Leoric Teniala

avatar


Humeur : entre deux eaux, heureux mais perturbé par le passé.

Messages : 372
Points : 369
Réputation : 44

Date d'inscription : 05/01/2018
Localisation : le plus souvent au lycée ou dans ses bras.

MessageSujet: Re: Les fantômes du passé   Sam 13 Jan - 12:14


☾ les fantômes du passé.
It's been a long day without you, my friend. And I'll tell you all about it when I see you again. We've come a long way from where we began. Oh, I'll tell you all about it when I see you again. When I see you again.

▼▲▼

« Le public pouvait reconnaître le conte de fée dans certaines des histoires, mais pas toutes, car contrairement au contes de fées, Les Milles Et Une Nuits étaient beaucoup plus longs, beaucoup plus élaborés, et beaucoup plus réalistes dans leur histoire de base. On avait affaire à une littérature de toute évidence adulte, une œuvre littéraire travaillée, longue et avec les histoires emboîtées, ce que l’on avait pas avant. Dans Les Milles Et Une Nuits on a jusqu'à quatre ou cinq niveaux d'emboîtements, et pouvait aussi reconnaître en Europe la signification dans le conte, le conte prétend bien véhiculer une sagesse. Seulement on ne sait pas forcément quel est le message. La morale des contes arabes et leur système moral était incompréhensible, ou pire que cela il était de temps en temps reconnaissable et de temps en temps non. Il y avait plusieurs systèmes moraux qui coexistent dans Les Milles et Une Nuits, plusieurs strates culturelles également. » Comme vous vous en doutez, le cours d’aujourd’hui pour les terminales est constitué d’une leçon sur les contes des Milles et Une Nuits, des contes arabes datant du douzième ou treizième siècle. J’ai toujours été passionné par ces livres aux contes orientaux, c’est passionnant de les lire et de se laisser envahir par cette littérature complexe. Au premier abord on ne se rend même plus compte de l’endroit où nous sommes dans l’histoire, et ce n’est qu’en faisant un schéma des histoires emboîtées qu’on arrive à voir l’évolution de l’intrigue. Mais ce schéma vu la longueur de l’œuvre pourrait bien faire trois à quatre feuilles blanches vierges grand format.
Tout en regardant les élèves qui écrivent ce que je dis, je me rends compte que ce métier est tout ce que j’ai toujours voulu faire. Au début je n’en savais rien pour être honnête, je ne savais pas quoi faire de ma vie, mais l’idée d’être professeur s’est progressivement imposée jusqu’à ce que je décide de me lancer pour le faire réellement. La sonnerie finit par retentir et je vois les élèves qui se précipitent dehors pour enfin pouvoir sortir et finir leur journée. « N’oubliez pas de terminer notre partie des Milles et Une Nuits pour la semaine prochaine, je serais bien tenté de faire une interrogation écrite pour voir si vous l’avez fait. » Oui, parfois la menace est le meilleur moyen d’obtenir des élèves un travail régulier et bien fait. Je n’aime pas forcément cela, mais c’est souvent nécessaire de le faire. Tandis que je me retrouve tout seul dans la salle de classe, j’entends un bruit de pas. Je ne le reconnais pas au premier abord, ou plutôt si, mais cela me semble lointain, trop lointain pour que je mette un nom dessus. « Hey, Leoric... » Je me mets à sourire quand je reconnais la personne, avec un air réellement ravi je relève la tête et vois une ancienne connaissance qui date de la Norvège, qui date de quand je n’étais pas encore un alpha. « Surprise ! » Lionel, cela fait bien trop longtemps, mais que fait-il ici ? Comment cela est-il possible qu’il m’ait retrouvé ? Je m’avance vers lui et l’attrape dans mes bras pour le serrer fort contre moi, impressionné que ce moment puisse arriver après une dizaine d’années. « Lionel, ça fait plaisir de te revoir ! » C’est alors que je sens quelque chose, une chose qui a changé en lui, mais je ne saurais mettre de mots là-dessus, c’est bestial, compliqué à comprendre, trop compliqué pour moi, je n’ai jamais ressentis ce genre de choses.
Je me recule et le regarde plus attentivement, il a beaucoup changé, gagné en maturité et son physique s’est amélioré, je veux dire qu’il ne ressemble plus à un adulte tout juste sorti de l’adolescence quoi. Des changements qui lui vont bien tout du moins. « Je suis vraiment content de te voir, tu es ici depuis longtemps ? » Pour ma part, il se doute bien que ce n’est pas le cas vu l’accent norvégien que j’ai encore. Il me faudra beaucoup de temps pour le perdre et adopter celui de la Californie. Heureusement que j’étais bon en Anglais, ça me permet de pouvoir parler convenablement avec les gens de ce pays qui m’accueille depuis deux semaines environ.


CODAGE PAR AMATIS



Spoiler:
 


❝anya❞ les événements inattendus acquièrent ou perdent de leur gravité selon les dispositions d'esprit tristes ou gaies, ou selon les circonstances plus ou moins critiques dans lesquelles on se trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3152-leoric-s-pack-sujet-pou
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les fantômes du passé   Dim 21 Jan - 17:53

Les fantômes du passéLionel & Leoric
Don't run from your past ( Lindsey Stirling → Shatter me ) ••• « Lionel, ça fait plaisir de te revoir ! » Fit Leoric avec une accolade. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas vu et les maigres correspondances qu'ils échangeaient les avaient éloigné. Lionel pouvait aisément sentir le charisme de l'alpha qui trônait devant lui. « Je suis vraiment content de te voir, tu es ici depuis longtemps ? » Lionel hocha la tête avec un sourire.

« Je suis arrivé en juillet, mais j'ai... J'ai pris quelques mois de vacances et toi ? »

On ne pouvait pas vraiment appeler ça des vacances, plutôt des mois d'apprentissages pour réussir à se contenir. Évidemment, Lionel n'avait absolument pas retenu la leçon et n'avait développer son côté spirituel que pour annihiler le côté animal. Lionel était réellement content de revoir Leoric. Il l'avait aperçu en revenant de son voyage et avait décidé de faire une petite visite surprise. Tous deux avaient bien changé. Lionel était devenu une créature surnaturelle et Leoric était un alpha. Aucun des deux ne semblait savoir cacher sa nature. Lionel en premier, il suffisait que Leoric utilise ses yeux d'alpha pour apercevoir l'aura autour de Lionel.

« T'es... T'es un alpha maintenant ? » Fit-il étonné.

Comment cela avait pu arriver ? Beacon Hills regorgeait de créatures surnaturelles et il n'était donc pas étonnant de trouver plusieurs alphas en ville.

« Que fais-tu à Beacon Hills ? »

Ce n'était pas une ville réputée pour son côté touristique ou attractif. Plutôt le contraire en fait. Lionel était ici pour se cacher, il avait plutôt honte de son côté animale et il essayer de l'exacerber autant qu'il le pouvait, sauf que ce n'était pas vraiment une bonne idée. Un lion est bien plus fort qu'un loup et vu que les Hommes-Lions sont des esprits, ainsi, l'homme cohabite avec un esprit animal, deux entités distinctes dans un même corps. Compliqué donc d'essayer de contenir un être aussi puissant en soi. De plus, la transformation l'avait profondément transformé, lui qui était quasiment végétarien et qui ne dormait que très appréciait aujourd'hui un bon steak et une bonne grasse matinée. Bref, ce n'était pas le moment de penser à cela. Après tout, il avait du temps à rattraper, et même s'il était là pour se cacher de sa famille, Leoric était une vieille connaissance qui n'avait plus grand chose à voir avec le reste de la famille. Lionel avait plus ou moins entendu ce qui était arrivé à la meute de son ami, mais il ne s'attendait pas à le retrouver ici en alpha surtout.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Leoric Teniala

avatar


Humeur : entre deux eaux, heureux mais perturbé par le passé.

Messages : 372
Points : 369
Réputation : 44

Date d'inscription : 05/01/2018
Localisation : le plus souvent au lycée ou dans ses bras.

MessageSujet: Re: Les fantômes du passé   Dim 21 Jan - 20:39


☾ les fantômes du passé.
It's been a long day without you, my friend. And I'll tell you all about it when I see you again. We've come a long way from where we began. Oh, I'll tell you all about it when I see you again. When I see you again.

▼▲▼

Pour chaque histoire, il y a toujours au moins deux versions. Pour chaque personne aussi. Il y a la facette que nous présentons au monde, et celle que nous gardons au plus profond de nous. Nous avons tous une part de lumière, et une part d'ombre. La capacité de faire le bien et celle de faire le mal coexistent en chacun de nous. Quand on sait brouiller la frontière entre les deux, on a le pouvoir absolu. Il faut savoir quand montrer l'une ou l'autre afin de manipuler les gens, leur faire croire ce que l'on désire, et les briser plus facilement. Mais parfois tout cela n'est pas qu'une question de pouvoir, il y a des moments où l'on ne contrôle plus rien, des moments où l'une des deux versions ne peut plus exister à cause de gros chocs émotionnels. Parfois les choses ne vont pas comme nous le voulons alors le bon comme le mauvais ne sont plus que des états secondaires, on ne discerne plus grand chose, on ne pense plus comme on le faisait avant. Les versions ne sont que des façades, façades que les gens remarquent en premier lieu, alors autant les perfectionner pour que les autres sachent à qui ils ont affaire d'un simple regard qui peut parfois soit se vouloir amical, soit au contraire, totalement antipathique. Mais les explications manichéistes sont fausses, le bien et le mal n’existent pas. Rien n’est bon, rien n’est mauvais, tout n’est qu’une question de point de vue. La preuve en est de ce que j’ai fait, de comment j’ai pris le pouvoir que je ne souhaitais pas au début.
Lionel ignore tout cela, je le vois alors qu’il m’a connu quand nous étions encore adolescents, à peine dans l’âge de la vie adulte. Le revoir à présent, c’est inestimable. Comme quoi cet endroit attire tous ceux qui baignent dans le surnaturel. Pourtant, je le vois, mais je ne le reconnais pas vraiment, il a changé, et c’est la force et la sauvagerie qui s’échappent de lui qui me mettent la puce à l’oreille. Non il n’a pas été mordu par un lycanthrope, mais ce n’est plus un simple émissaire en apprentissage, c’est bien plus que cela. « Je suis arrivé en juillet, mais j'ai... J'ai pris quelques mois de vacances et toi ? » Non, il ne s’agit pas de vacances, son cœur me ment, les pulsassions m’indiquent qu’il ne s’agit que d’un mensonge éhonté, il sait pourtant que je peux le ressentir. Pourtant je ne dis rien de plus, je ne veux pas jeter le trouble, nous venons à peine de nous retrouver alors qu’il y a une dizaine années que nous nous sommes perdus de vue. « Je suis arrivé il y a deux semaines, le vingt-quatre décembre. » Oui, c’est beaucoup plus récent, mais je ne veux pas lui expliquer tout pour le moment, parce qu’il y a toujours la honte d’en parler et la peur de sombrer dans le désespoir, je suis au lycée et je dois faire en sorte de ne pas craquer alors que des élèves peuvent me surprendre. « T'es... T'es un alpha maintenant ? » Il ne le savait pas, c’est vrai. Il y a donc autant de temps que l’on a pas parlé même grâce à un ordinateur ? Oui, je suis un alpha, il va immanquablement me demander ce qui a pu conduire à cela. Je dois m’y préparer, car même ça c’est encore difficile pour moi d’en parler, de toute façon toute ma vie passée relève d’une horreur pleine de sang. Parfois je me demande même quand j’ai fait pour ne pas devenir un monstre sanguinaire. « Que fais-tu à Beacon Hills ? » Je pourrais lui demander la même chose après tout, je croyais qu’il avait encore beaucoup à apprendre avant de s’installer à un endroit.
Je le regarde et sens discrètement l’air. Quelque chose cloche, j’ai bien senti que ce n’était pas un loup, mais de là à savoir quoi, il y a une grosse différence. Non en vérité, c’est une odeur de chat que je sens. « Et toi, tu es quoi au juste ? Ne me réponds pas un émissaire, je ne te croirais pas, lui dis-je en souriant. » Ma question est purement là pour renouer le contact, j’aimerais retrouver cette facilité que l’on avait à parler avant, mais les années sont passées, et nous avons grandis, devant matures, et pas de la même manière obligatoirement. Je réfléchis rapidement à comment lui présenter la raison de ma venue dans cette ville, parce que je n’arrive toujours pas à l’expliquer, mais il y a une force qui m’a appelé. « Je suis là parce que je sentais que je devais y être… » Je reste évasif, toujours pas prêt à en parler, la mort des autres est toujours présente. Les autres que Lionel a connu. Il les a quasiment tous rencontré, il s’est lié d’amitié avec certains. Aujourd’hui ils ne sont plus, comme l’ancien Leoric, qui est décédé avec ses bêtas, tués par les chasseurs. Je ne dis rien de plus, attendant des réponses à mes questions, car il y a de grandes chances que lui aussi ait beaucoup de choses à me raconter.


CODAGE PAR AMATIS



❝anya❞ les événements inattendus acquièrent ou perdent de leur gravité selon les dispositions d'esprit tristes ou gaies, ou selon les circonstances plus ou moins critiques dans lesquelles on se trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3152-leoric-s-pack-sujet-pou
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les fantômes du passé   Ven 26 Jan - 2:02

Les fantômes du passéLionel & Leoric
Don't run from your past ( Lindsey Stirling → Shatter me ) ••• Leoric semblait cacher quelque chose. Le jeune homme savait très bien ce que c'était, lui-même cachait déjà beaucoup de choses. En examinant Leoric, le lion pouvait noter qu'il avait gagné en maturité et en puissance surtout. Il dégageait un charisme particulier, sans doute lié à son étincelle d'alpha ou alors ce sont simplement les épreuves qu'il a subies qui lui offre cette aura si imposante. Il fronce les sourcils, Leoric ne veut pas répondre à ses questions, cela se comprend. Lionel n'a pas besoin de l'entendre de la bouche de son ami, il a entendu des échos sur la meute de Leoric. Après tout en tant que druide, il s'informe au minimum sur les anciennes meutes qu'il a fréquenté par le passé. Malgré le destin tragique de la meute de Leoric, Lionel avait entendu bien pire. Avec une rumeur circulant selon laquelle une meute d'alphas s'étaient constitués après avoir décimés un à un les anciens membres de leurs meutes respectives, il y avait de quoi trembler. Mais Lionel ne connaissait pas l'histoire de son ami et peut-être était-elle tout autant tragique ! Sans vraiment s'en rendre compte, un climat de méfiance s'installait doucement entre eux. C'était des amis de longue date, mais malheureusement, ils avaient été séparés bien trop longtemps pour se refaire confiance et discuter aussi facilement qu'avant. Lionel était très jeune à cette époque et il n'avait pas tendance à s'amuser avec les autres enfants. Alors des enfants ou des ados surnaturels, encore moins. Pourtant, avec Leoric, tout semblait facile et apaisant dans ses souvenirs.

« Et toi, tu es quoi au juste ? Ne me réponds pas un émissaire, je ne te croirais pas. » Lance alors Leoric pour esquiver la première question de Lionel. Le lion ne rebondit pas, chacun mérite de conserver ses secrets.

« C'est compliqué... Disons que plusieurs choses ont évolué dans ma vie et c'est... Juste différent. » Commença-t-il. « Disons que je rugis. » Fit-il avec un rire nerveux.

En tant qu'esprit, il avait une aura de feu d'un lion humanoïde à la manière des kitsunes que Leoric pouvait voir s'il utilisait ses yeux d'alpha. Il hésitait à dire "un monstre ", car cela vexerait Leoric sans doute. Mais c'est comme ça qu'il se sentait. Lionel était un monstre et il avait bien du mal à contrôler ce côté monstrueux et à le renfermer en lui. « Je suis là parce que je sentais que je devais y être… » Mystérieux comme réponse également. Tout comme Leoric au final. Sans vraiment réfléchir, il souffle tout bas « Le Néméton... » Cet arbre mystique avait la particularité d'attirer le surnaturel et généralement ce genre de lieu était vraiment très dangereux. Pourtant, Lionel s'y sentait bien, peut-être était-ce aussi le cas de Leoric ? Ou alors cela avait encore un lien avec le passé lourd de l'alpha ? Lionel n'osait pas demander. Comparé à ce qu'avait vécu Leoric, Lionel avait un passif léger. Pas de morts sanglantes ou d'histoire de meurtre. Seulement, voilà, il était sensé être un druide à la base et non pas un homme-lion. Le simple fait qu'il ait été assez fort pour résister à la métamorphose relevait du miracle pour lui. Puis avec son côté bestial qu'il peinait à maîtriser, il avait des difficultés. Peu confiant et assez solitaire, Lionel n'était pas prêt à se confier tout de suite comme Leoric. L'un des deux allait devoir faire le premier pas malgré tout ! Où étaient passées leur amitié et leur confiance mutuelle ? Rajustant sa sacoche, Lionel se mit à réfléchir quelques secondes. Lionel savait que ce qu'il était devenu importait peu à Leoric, mais malgré tout, il avait une certaine honte à le dire. Après tout, n'était-il pas à Beacon Hills pour se cacher de son passé ? Et le voilà justement en train de renouer avec quelqu'un de son passé.

« Je suis devenu une sorte de lion-garou, c'est compliqué, nouveau surtout. »

Les mots étaient faibles. La condition d'homme-lion n'avait rien avoir avec celle des loups-garous. Il ne suffisait pas de refréner ses instincts bestiaux, il fallait faire bien plus ! Le lion est un être à part entière ! Ainsi un homme-lion, ce sont deux esprits dans un seul corps et c'est bien plus compliqué à appréhender, sachant qu'un lion est beaucoup plus fort qu'un loup. Étonnement, Lionel gérait relativement bien. Peut-être parce qu'il avait déjà vu des bétas à la pleine lune ayant du mal à se contrôler. Il n'imaginait cependant pas un jour être lui-même lié à une quelconque métamorphose et à des difficultés de contrôle.

« Et toi... Comment ça va ? Depuis... Depuis que l'on s'est vu ? » Il se doutait que cette question n'allait pas lui plaire.

Bien sûr qu'il demandait, Lionel se souciait de son ami qui, malgré les apparences extérieures, n'allait pas si bien que cela. Cela faisait une belle paire tient.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Leoric Teniala

avatar


Humeur : entre deux eaux, heureux mais perturbé par le passé.

Messages : 372
Points : 369
Réputation : 44

Date d'inscription : 05/01/2018
Localisation : le plus souvent au lycée ou dans ses bras.

MessageSujet: Re: Les fantômes du passé   Ven 26 Jan - 17:35


☾ les fantômes du passé.
It's been a long day without you, my friend. And I'll tell you all about it when I see you again. We've come a long way from where we began. Oh, I'll tell you all about it when I see you again. When I see you again.

▼▲▼

A vrai dire je ne sais pas comment me comporter avec Lionel. Voilà bien trop longtemps que l’on ne s’est pas vu tous les deux. Nos caractères respectifs, nos histoires respectives et notre relation ont évolué. Ainsi donc je ne reconnais pas le garçon que j’ai pu connaître lorsque je vivais encore en Norvège. Pour dire à quel point tout cela remonte à loin, je n’étais pas encore un alpha. D’ailleurs il m’a posé une question là-dessus, et je l’ai évité, je n’y ai pas répondu et j’ai embrayé sur un autre sujet pour qu’il ne m’en demande pas plus. Il connaissait mon père, il sait que notre relation était compliquée, mais de là à lui dire clairement que je suis orphelin désormais, du moins adulte sans parents. Non il faut que je lui cache la vérité pour le moment, je ne sais pas si je peux toujours lui faire confiance comme avant. Il y a trop de choses qui ont changé, notamment de mon côté. Bien que quand je le regarde lui aussi, il y a eu pas mal de changement. Notamment son aura surnaturelle. Je n’ose pas regarder avec mes yeux d’alpha, parce que si un élève arrive, il verra une chose qui doit rester cachée aux yeux du commun des mortels. Il m’a répondu que c’était compliqué, qu’il rugissait. Je ne vois pas trop de quoi il parle, à moins qu’il soit devenu un löwenmensch. Je n’ai pas entendu parler beaucoup de cette espèces de créatures surnaturelles, mais je les connais au moins de nom.
A première vue, la tension semble palpable dans l’air, nous avons des difficultés à nous parler, à nous comprendre et à nous entendre. Peut-être est-ce dû au temps passé. Je me souviens que dans le passé nous étions vraiment proches, à quasiment tout se dire de nos peines, de nos joies, de nos doutes. « Je suis devenu une sorte de lion-garou, c'est compliqué, nouveau surtout. » Oui, j’avais cru comprendre ça, et je ne me suis pas forcément trompé. Pourtant, de là à comprendre tout ce que cela implique, il y a un grand pas que je ne peux pas franchir. Lionel a-t-il donc les mêmes caractéristiques que les loups ? Ou pas du tout ? En d’autres circonstances, je lui aurais bien demandé de m’éclaircir sur ce qu’est un lion-garou, mais peut-être pas là, pas alors que je le retrouve et que je me heurte à un mur d’incompréhension qui se dresse entre nous deux. « Et toi... Comment ça va ? Depuis... Depuis que l'on s'est vu ? » Je le regarde et je sais que le moment de parler est venu, mais je ne le souhaite pas, j’aurais préféré garder tout cela pour moi. Mais il doit savoir, il doit être mis au courant parce que ma meute, mon ancienne meute, était celle dont il fut l’apprenti émissaire pendant un temps. Alors je me renferme un peu plus, comme une huître dans sa coquille. Si seulement je pouvais le faire. Mais pas face à Lionel.
Je cherche mes mots, je cherche la façon de le dire, j’aurais aimé qu’il devine ça tout seul, qu’il n’ait pas besoin de me le demander. Il a probablement entendu parler de certains échos, après tout, un émissaire se doit de savoir ce qui se passe dans le monde surnaturel, mais il n’est plus seulement un druide, c’est devenu un surnaturel lui-même. « La prochaine fois, demande tout de suite ce que tu veux savoir. Ma meute a été tuée. Point, rien d’autre à dire. On passe à autre chose ? » Les mots sont durs, et je me suis fermé exprès aux émotions qui me submergent afin de ne pas pleurer, afin de ne pas ressasser les durs souvenirs de ce qui s’est passé avant mon départ. Je ne veux pas qu’il le prenne personnellement, parce que ce n’est pas le cas, si je parle ainsi c’est uniquement parce que je veux oublier, mais que je ne peux pas si tout le monde me parle de ça à longueur de temps. « Et toi, tu fais quoi à Beacon Hill ? Je croyais que tu faisais encore le tour du monde vu que j’ai pas eu de nouvelles depuis sept ans. » C’est un peu une pique que je lui envoie avec un visage assez dur, mais pourtant je ne peux pas cacher tout réellement indéfiniment, je lui souris, parce que je ne lui en veux pas spécialement. La vie fait parfois que les amitiés ne perdurent pas, et rien que le fait d’être à nouveau réunis montre que le destin veut nous voir toujours comme des frères de cœur.


CODAGE PAR AMATIS



❝anya❞ les événements inattendus acquièrent ou perdent de leur gravité selon les dispositions d'esprit tristes ou gaies, ou selon les circonstances plus ou moins critiques dans lesquelles on se trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3152-leoric-s-pack-sujet-pou
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les fantômes du passé   Dim 4 Fév - 1:10

Les fantômes du passéLionel & Leoric
Don't run from your past ( Lindsey Stirling → Shatter me ) ••• Les souvenirs resurgissaient au fur et à mesure qu'il détaillait l'alpha. Lionel se souvenait clairement de son ami et l'homme qu'il avait en face de lui était beaucoup plus froid. Peut-être que Lionel avait déformé ses souvenirs de jeunesse. Ou alors ils avaient vieillit tous les deux, simplement. La dernière fois qu'ils s'étaient vus, Lionel avait 17 ans et Leoric 20 ans, de plus ils se connaissaient depuis plusieurs années déjà. Aujourd'hui, presque, dix ans plus tard, tout avait changé. Il faut dire que Lionel n'avait pas vraiment amélioré les choses en coupant les ponts avec lui lors de ses années d'études. Bien sûr, ce n'était pas volontaire, mais c'était dommage. Si tous deux se connaissaient depuis très longtemps maintenant, ils étaient bel et bien à cet instant précis des inconnus. La preuve en est de Lionel et de son tact légendaire à demander des choses dérangeantes. S'attendant à une réponse salée de la part de Leoric, Lionel baisse les yeux. « La prochaine fois, demande tout de suite ce que tu veux savoir. Ma meute a été tuée. Point, rien d’autre à dire. On passe à autre chose ? » Balance Leoric sèchement. Lionel ne bronche pas, il n'a pas besoin de demander plus, c'est suffisant. Il comprend que cela puisse être dur pour Leoric. Il ne sait pas ce que cela fait de perdre un proche, mais il sait qu'il aime de tout cœur sa famille et imaginer un seul instant les perdre lui est malheureusement impossible. Oui, peut-être que Lionel s'est éloigné d'eux et se cache, mais il les surveille toujours. On n'abandonne pas sa famille comme ça. Alors il ne peut que compatir sur le ressentit de Leoric. « Et toi, tu fais quoi à Beacon Hill ? Je croyais que tu faisais encore le tour du monde vu que j’ai pas eu de nouvelles depuis sept ans. »

Il a un petit rire. Bien joué de la part de Leoric. Il fait mine de ne pas remarquer le changement de sujet. Il cherche les mots, les paroles de Leoric le mettent mal à l'aise. Il passe une main derrière sa tête, montrant alors son embrassement.

« Et bien... Je suis né à Beacon Hills et j'y ai vécu jusqu'à mes 10 ans. Alors disons qu'après... » Il fait une pause, cherche ses mots. « Après que j'ai changé, j'ai décidé de venir ici, j'ai senti comme une soudaine envie de revenir dans la ville où j'ai grandi. » Il sélectionne minutieusement ses mots pour ne pas tout révéler, il ne ment pas, il ne dit juste pas toute la vérité.

Bien sûr que Lionel fait confiance à Leoric, mais c'est compliqué de parler de sa transformation pour l'instant. Après tout, il se cache à Beacon Hills et ça il ne peut pas en parler à Leoric. Ou du moins pas maintenant. Lionel ne laisse filtrer aucune de ses pensées. Affichant un léger sourire avec un regard amical.

« Excuse-moi de ne pas t'avoir contacté depuis, mais j'ai eu une période où j'ai eu envie de tout laisser tomber, d'abandonner le surnaturel pour être quelqu'un de... Normal. Alors j'ai plus ou moins laissé tomber les personnes de mon passé. » Fit-il en rougissant légèrement.

Alors quand il a repris contact avec le surnaturel parce qu'il ne se sentait pas à sa place dans un monde normal, il a eu honte de reparler avec les personnes qu'il avait lâchement abandonné. Aujourd'hui, le destin l'avait intégré au monde surnaturel et avait permis de renouer avec l'une de ses anciennes connaissances. Il ne pouvait pas laisser passer cette chance. Leoric a toujours été plus ou moins le seul ami de Lionel. Il ne se liait pas facilement aux autres, mais quand il le faisait, une amitié solide naissait alors. Aujourd'hui, le destin a prouvé que cette amitié n'est pas prête de s'éteindre. Il faut seulement du temps pour qu'ils se fassent de nouveau suffisamment confiance mutuellement. On parle souvent d'une flamme pour décrire l'amour, une étincelle, quelque chose de magnifique. Finalement, pour l'amitié, ce n'est peut-être pas si différent ? Il suffit d'une étincelle pour que le lien qui les unissait autrefois soit restauré aujourd'hui.

« Mais, et toi, qu'est-ce que tu deviens ? Tu es professeur maintenant ! » Dit-il, orientant subtilement la question pour que celle-ci ne traite de rien de surnaturel.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Leoric Teniala

avatar


Humeur : entre deux eaux, heureux mais perturbé par le passé.

Messages : 372
Points : 369
Réputation : 44

Date d'inscription : 05/01/2018
Localisation : le plus souvent au lycée ou dans ses bras.

MessageSujet: Re: Les fantômes du passé   Dim 4 Fév - 16:58


☾ les fantômes du passé.
It's been a long day without you, my friend. And I'll tell you all about it when I see you again. We've come a long way from where we began. Oh, I'll tell you all about it when I see you again. When I see you again.

▼▲▼

Penser à nouveau à ce que j’ai perdu me fait beaucoup de mal, je ne veux avoir tout cela en tête, j’aurais préféré effacer les souvenirs atroces qui perturbent mon âme. Seulement, ce n’est pas si simple que cela. Personne ne peut annihiler ce qu’il y a dans notre tête, nous pouvons simplement faire en sorte d’oublier, d’enfouir profondément tout ça. Cependant, quand il y a des gens qui en parlent, tout refait surface d’un seul coup. Si c’était facile, la vie ne serait pas si intéressante à vivre malheureusement. Quoi qu’il en soit, j’ai préféré être sec pour qu’il comprenne que je ne souhaite pas en parler, qu’il sache que tout cela me fait encore terriblement souffrir. Parfois il vaut mieux dire les choses sèchement pour les faire comprendre, plutôt que de tourner autour du pot. Je l’ai appris grâce à mon expérience, grâce à mon métier et aux différentes lectures que j’ai pu effectuer au cours de ma vie. Je sais qu’il ne le prendra pas mal, qu’il comprendra que ça me fait mal. Lionel n’a jamais été idiot, ni imbu de sa personne, au contraire, quand nous nous fréquentions encore, il était même très compréhensif et adoptait toujours les bons mots pour ne pas blesser. J’espère sincèrement qu’il est resté le même sur ce point là, car il est toujours préférable de garder les bonnes choses qui nous constituent.
Voilà aussi pourquoi j’ai préféré changer de sujet, aller vers un terrain moins glissant pour ma part, pour ne plus raviver la flamme de souvenirs qui torturent mon âme déjà brûlée par les réminiscences du feu qui carbonisait ceux qui m’étaient chers. Mais je crois avoir touché aussi une corde sensible chez lui, quelque chose qui lui fait mal. Lionel cependant ne se démonte pas et décide de parler. « Et bien... Je suis né à Beacon Hills et j'y ai vécu jusqu'à mes 10 ans. Alors disons qu'après... Après que j'ai changé, j'ai décidé de venir ici, j'ai senti comme une soudaine envie de revenir dans la ville où j'ai grandi. » Il y a autre chose, c’est perceptible, il ne dit pas tout, il préfère dire ce qu’il y a de plus simple pour le moment. Comme si une porte s’était fermée entre nous depuis autant de temps sans se voir ou se parler. Je le comprends, la confiance se mérite à nouveau pour que le dialogue soit franc. Il ne sait rien de ce qu’a été ma vie depuis son départ de Norvège, et je ne suis pas prêt à tout lui expliquer, loin de là. Et il en est de même pour lui, sauf que j’ai compris ce qui était devenu différent chez lui. Je le sais, mais je reste interdit pour ne pas le mettre mal à l’aise. « Excuse-moi de ne pas t'avoir contacté depuis, mais j'ai eu une période où j'ai eu envie de tout laisser tomber, d'abandonner le surnaturel pour être quelqu'un de... Normal. Alors j'ai plus ou moins laissé tomber les personnes de mon passé. » Ça je peux le comprendre. Fut-il une courte période de ma vie, j’aurais aimé redevenir humain, mais j’ai préféré ne pas prolonger ces envies. Si l’on m’a accordé la lycanthropie, il y avait probablement une bonne raison. Je suis donc resté un alpha, pour poursuivre ce que j’avais entamé. « Mais, et toi, qu'est-ce que tu deviens ? Tu es professeur maintenant ! » Voilà quelque chose de beaucoup plus joyeux, en effet, au moins il n’y a pas de sujet blessant ou glissant. Je préfère le naturel quand le surnaturel devient trop compliqué à aborder.
Je lui montre la classe avec les mains ainsi que ma tenue quasi irréprochable. En effet, je suis professeur, et cette envie est née suite à son départ, car je ne savais pas quoi faire avant, puis j’ai découvert ma vocation. « Oui, je suis devenu professeur de littérature comparée. La bonne aubaine, moi qui adorais enseigner et apprendre des choses aux autres ! lui dis-je d’une voix enthousiaste avec un fin sourire sur les lèvres. » Je finis par regarder l’heure, il me reste que quelques minutes avant que la classe ne reprenne. Non pas que sa présence me déplaise, mais je crois qu’il va être temps que l’on se sépare pour que je puisse reprendre le cours de ma journée de travail. « Excuse moi, je vais devoir te laisser, ou plutôt que toi, tu me laisses, passe moi ton téléphone portable, je vais enregistrer mon numéro dedans, on se reverra rapidement, tu n’as pas le choix, pas après une décennie sans se voir. » Ma voix est joyeuse, mais en même temps il y a une sorte d’ordre dedans, je ne veux plus qu’il s’enfuie comme il a pu le faire. J’en ai souffert, perdre un ami n’est jamais chose aisée. Je prends le téléphone qu’il me tend et créer un nouveau contact avant de lui rendre. Je ne peux pas me décider à lui faire une accolade, alors je hoche la tête avant d’ajouter. « A bientôt Lionel, ça m’a fait vraiment plaisir de te revoir ! » Oui, vraiment, même si ça fait aussi un peu de mal à vrai dire étant donné que tout a changé entre nous deux.


CODAGE PAR AMATIS



❝anya❞ les événements inattendus acquièrent ou perdent de leur gravité selon les dispositions d'esprit tristes ou gaies, ou selon les circonstances plus ou moins critiques dans lesquelles on se trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3152-leoric-s-pack-sujet-pou
 
Les fantômes du passé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn]
» Hortense ♣ Fantôme du passé [TERMINE]
» Les fantômes du passé [Terminé]
» Les fantômes du passé... [Pv Sonja - Peter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Salles de classe-
Sauter vers: