AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
8 décembre 2018

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd




Classement au
24 novembre 2018

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)   Sam 27 Jan - 15:22


☾ le hurlement de la mort.
FATHER DID YOU MISS ME, BEEN LOCKED UP A WHILE. I GOT CAUGHT FOR WHAT I DID BUT TOOK IT ALL IN STYLE. LAID TO REST ALL MY CONFESSIONS I GAVE WAY BACK WHEN. NOW I'M VERSED IN SO MUCH WORSE, SO I AM BACK AGAIN, AND HE SAID : FOR THE LIVES THAT I TAKE, I'M GOING TO HELL! FOR THE LOVE THAT I MAKE, I'M GOING TO HELL!

▼▲▼

Avec les dernières années, le cours d’aujourd’hui et ceux qui suivront pendant deux mois seront basés sur la thématique du fantôme. Personnellement je ne préfère pas rire avec ce genre de choses, le monde surnaturel étant ce qu’il est, nous ne sommes pas à l’abri de faire de mauvais actes qui risqueraient d’attiser la colère de ceux qui sont morts. Pourtant je n’ai pas vraiment le choix que de faire ce thème, c’est au programme et malheureusement je dois m’y conformer. Lors de la dernière séance, nous avions fait un cours d’introduction en la matière et il faut que je le clos dans maintenant avant de débuter par la lecture d’un passage d’une pièce de Shakespeare nommée Hamlet. Comme certains s’en doutent déjà, je n’aime pas trop ce dramaturge. Tout le monde en fait un chafouin pas possible mais en réalité son analyse et sa lecture ne sont pas si compliquées que ça. En fait ce qui est dur chez Shakespeare c’est le fait que ses pièces de théâtre sont souvent ouvertes. J’entends par là qu’on peut y voir plusieurs interprétations scéniques ou méta-littéraire. C’est ce que je vais leur expliquer plus tard, parce que je dois leur rendre leurs copies sur les cours précédents qui étaient basés sur le conte oriental du Moyen-Âge. Quoi qu’il en soit, alors que l’heure avance, je vais conclure mes propos d’introduction.
Alors que je suis au tableau, j’écris le nom de Sigmund Freud afin qu’ils puissent avoir la bonne écriture et ne pas voir des immondices sur les copies. Quoi que ça ne serve à rien puisque certains trouvent toujours le moyen de se tromper dans les patronymes des auteurs ou des critiques littéraires. Mais c’est un autre débat. « Selon Freud et les autres psychanalystes, la mort c’est quelque chose de compliqué car elle suscite à la fois le désir de ne pas mourir mais en même temps la peur de mourir. Freud appelle cela l’inquiétante étrangeté et cela s’applique aux personnages et aux créatures qui ont l’air familiers mais qui sont en même très troubles et monstrueux. Le fantôme revient de la mort, d’où le mot « revenant » et cela donnera lieu à des mélanges temporels, on commence avec des histoires chronologiques, linéaires, et le fantôme revenant fait irruption dans le temps, ce qui dérègle le temps et provoque des mélanges temporels. Et il revient la plupart du temps pour accomplir une mission ou une tâche, il a un objectif. Un fantôme est motivé par quelque chose. Il y a souvent une dimension morale, pourquoi reviennent-ils ? Il y a derrière ça une question de justice donc de moralité. » Je regarde les élèves qui prennent des notes de ce que j’ai pu dire à propos et je m’approche de mon bureau où je récupère le tas de copies qui était correctement rangé dans ma pochette en carton. En règle générale j’obtiens toujours de bons résultats, les élèves sérieux réussissent, ceux qui ne le sont pas n’ont pas de bonnes notes et ceux qui sont dans la moyenne restent à la moyenne. Oui ce sont des pensées très spirituelles, mais c’est important que je fasse les relevés afin de voir où ça prêche pour améliorer mes méthodes d’enseignement. En Amérique tout est différent de la Norvège, donc je dois m’adapter.
Je passe donc dans les rangs, je distribue les copies aux élèves, je ne donne rarement de commentaires, je n’aime pas infliger de cuisantes humiliations à mes étudiants, cela m’évite donc d’avoir de fortes têtes qui se la ramènent. D’autres professeurs ne font pas ainsi, mais je ne suis pas les autres. Alors que je m’approche d’un garçon au fond de la salle, je lui pose sa feuille sur sa table et m’approche de lui. « Je voudrais voir vos parents rapidement s’il vous plaît, il y a des choses dont j’aimerais discuter avec eux à propos de vos mauvais résultats, ne vous inquiétez pas, je sais bien que ce n’est pas de votre faute. » Si je suis aussi gentil avec lui, c’est parce que je sais qu’il souffre de troubles de la vue et de dyslexie. Peut-être que lui proposer un aménagement spécifique pour qu’il réussisse mieux serait bénéfique. Voilà la dernière copie, la meilleure, j’ai mis un A++. Généralement je ne mets qu’un seul plus ce qui veut dire que ça rajoute un bonus sur la prochaine note un peu en dessous, mais concernant Lydia Martin, je suis stupéfait de voir les vastes connaissances qu’elle possède. Je me dis parfois qu’en réalité cette fille n’a pas besoin de venir en cours, qu’elle sait déjà tout ce qu’on peut lui apprendre au lycée. Incroyable, je lui souris ravis et entends la cloche qui sonne et marque la fin du cours. « N’oubliez pas que dans deux jours il faut que vous ayez lu l’extrait d’Hamlet que je vous ai distribué. » Je les vois tous partir un à un, certains me disent au revoir, d’autres discutent entre eux et certains me regardent d’un air méprisant. Je m’en moque, je ne suis pas professeur pour me faire des amis parmi les élèves. Alors que toute la classe se vide, je vois Lydia qui reste assise à sa place. Intrigué je m’approche d’elle et m’assied sur la chaise à côté. « Il y a un problème Lydia ? » Oui, peut-être qu’elle ne comprend pas mes annotations sur sa copie, ou alors qu’elle reste bloquée sur ma façon de noter. Je ne sais pas, mais quoi qu’il en soit, je veux mettre ça au point.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Lydia Martin

avatar


Humeur : Très Lydiatésque

Messages : 111
Points : 120
Réputation : 3

Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Beacon Hills, chez les Martin

MessageSujet: Re: le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)   Ven 23 Fév - 23:56

Le hurlement de la mortft. Leoric

Mon réveille sonne déjà depuis un moment lorsque j’ouvre enfin les yeux. Je ne dois pas être en retard. Je pris une douche rapidement, enfile une robe, une paire de collant sombre et une paire de bottine. Je laisse mes longs cheveux bouclés tomber sur mes épaules. J’opte aujourd’hui pour un maquillage plutôt léger, je n’ai pas envie de prendre trop de temps à me maquiller. Je me regarde une dernière fois dans le miroir, passe une main dans mes cheveux pour les secoués et les rendrent plus volumineux. Je jette un dernier regard à mon réveille afin de vérifier si je ne suis pas en retard, mais non c’était parfait je suis pile à l’heure. Je tourne les talons, sort de ma chambre en fermant la porte et me dirige jusqu’à la sortie.

Une fois dehors je respire un grand coup l’air frais de l’extérieur puis je fouille dans mon sac pour trouver mes clés de voiture.  Je ne les trouve pas je dois les avoirs laissées à l’intérieur. Je rentre de nouveau et commence à fouiller tous les endroits possibles où j’ai pu les laisser. Pas moyen de mettre la main dessus. Cela commence à m’énerver. Au bout de quelques minutes je décide finalement d’aller voir si elles ne sont pas dans ma chambre. Lorsque j’ouvre ma porte, machinalement je regarde sur ma table de nuit et, j’ai effectivement dû les poser là auparavant puisqu’elles y sont. Je les prends et aussi vite que je peux, je monte dans ma voiture et me dirige vers le lycée. La route jusque là-bas n’est pas très longue et ça ne me dérange pas du tout, contrairement à la plupart des autres élèves, d’allez au lycée. J’étais une des meilleurs élèves de Beacon Hills alors le lycée n’était pas un gros problème pour moi. Je gare ma voiture le plus près possible de l’entrée de l’établissement. Je jette un dernier coup d’œil à mon apparence dans le rétroviseur intérieur de ma voiture afin de voir si tout est correct et pour moi c’est parfait. Je sors de ma voiture en prenant mon sac et avance d’un pas déterminé jusqu’à la grande porte du bâtiment. Je pousse ladite porte et avance jusqu’à mon casier. Ma journée va être plutôt bonne, je n’ai que des matières qui me passionne et plus précisément littérature, après les maths bien sûr. C’est d’ailleurs dans ce cours là que je me rends en premier. Je n’ai croisée aucun de mes amis ce matin, ils doivent déjà être en cours.

Je m’assoie à une place, plutôt au centre de la salle et sur le côté. Je sors mes affaires et attend patiemment le début du cours. Le cours débute et je suis très attentif à ce que notre professeur, Monsieur Teniala, nous donne. Aujourd’hui nous continuons le cours débuté précédemment, un cours basé sur les fantômes. A croire que même pendants les cours, le surnaturel nous suit, il ne nous lâche pas. Heureusement pour moi ce n’est qu’un cours et, même si je ne doute pas de l’existence des esprits, au moins ici je n’ai rien à craindre côté surnaturel. Je reste très attentif à ce qui se dit et je prends le plus de note possible. Lorsque Monsieur Teniala s’arrête pour nous rendre nos copies, je décide de relire en diagonale mes notes. Quand je pose mes yeux sur celle-ci je me rends compte qu’elles ne veulent rien dire. En réalité je pensais écouter le prof mais il n’en était rien, j’ai de nouveau eu un moment d’absence. De peur, je range mes feuilles et attend le plus tranquillement que je peux sans laisser apparaître la terreur en moi.

Notre professeur nous rend nos copies du dernier contrôle réalisé. Il fait le tour sans faire de commentaire. Il n’en à pas l’habitude contrairement à certains autres. De temps en temps je jette des coups d’œil à mon téléphone pour voir l’heure en espérant que le cours se finissent rapidement. Enfin viens le tour ou j’ai enfin ma copie entre les mains. Sans surprise ma note est excellente même plus que ça pour le coup. Je pose ma copie sur ma table machinalement. Mes pensées ne sont plus claires, tous ce mélange plus rien n’a de sens. J’entend beaucoup de chose en même temps, mais je ne comprends rien. J’essaye de les faire taire, les voix que j’entends, mais rien ne marche. En réalité je reste immobile à froncer les sourcils et à pencher la tête pour essayer de mieux comprendre.

-Je ne comprend rien !

Je prends ma tête entre mes mains et la secoue de gauche à droite comme pour dire non. Je ne veux vraiment pas que mon côté banshee prenne le dessus, ici, au lycée en plein milieu d’une salle de cours. J’essaie de respirer lentement. Rien ne fait. Je ne sais toujours pas contrôler mon côté Banshee et ça m’effraie. Et si je n’arrivais jamais à contrôler ça ? Je devrais toujours vivre dans l’angoisse de me retrouver face à un mort ou la peur de me mettre à hurler comme ça au milieu d’un endroit au risque de tuer des gens ? D’un coup plus rien, le silence total, je regarde du coin de l’œil mon professeur qui s’était assit à côté de moi avant de lui faire face et de le fixer dans les yeux et d’une voix paniquer des mots sortirent de ma bouche.

- Ca recommence encore… il faut pas rester là !

Après ces quelques mots qui, je le pense, n’ont aucun sens pour mon professeur vu qu’il ne connait pas ma vraie nature, je tourne mon visage de manière à regarder droit devant moi. Et avant qu’il n’est pu essayer de comprendre je poussait un hurlement de Banshee. Pas aussi puissant que d’habitude mais assez tout de même. Lorsque je reprends mes esprits j’observe autour de moi. Il n’y a plus personnes dans la salle à part Monsieur Teniala et moi. Je ne comprends pas ce qui c’est passer encore une fois.




   
Not all monsters do monstrous things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)   Sam 24 Fév - 20:08


☾ le hurlement de la mort.
FATHER DID YOU MISS ME, BEEN LOCKED UP A WHILE. I GOT CAUGHT FOR WHAT I DID BUT TOOK IT ALL IN STYLE. LAID TO REST ALL MY CONFESSIONS I GAVE WAY BACK WHEN. NOW I'M VERSED IN SO MUCH WORSE, SO I AM BACK AGAIN, AND HE SAID : FOR THE LIVES THAT I TAKE, I'M GOING TO HELL! FOR THE LOVE THAT I MAKE, I'M GOING TO HELL!

▼▲▼

Depuis le début du cours, j’ai bien remarqué que la jeune femme était bien dissipée, elle semblait ailleurs. Comme si il y avait quelque chose qui la perturbait. Depuis que je suis arrivé, j’ai bien vu qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond chez certains élèves, comme s’ils en savaient trop pour leur âge, que leur esprit tentait d’évacuer tout cela. Il y a eu Caracole qui fait désormais parti de ma meute, mais d’autres élèves comme Isaac Lahey, Scott McCall ou encore Mieczyslaw Stilinski. Ces jeunes sont trop exposés au monde surnaturel, j’aurais préféré que ce ne soit pas le cas, mais de toute manière il est trop tard pour faire machine arrière. Cependant je n’avais rien remarqué d’étrange chez Lydia, mais à l’heure actuelle je constate que cette fille est un peu étrange, comme si elle avait une araignée dans le plafond. Du moins pas tout le temps, c’est peut-être ça les effets d’être surdoué. C’est pourquoi je l’ai rejoint à la fin de l’heure pour lui parler et tenter d’en apprendre un peu plus, ou lui proposer mon aide si jamais elle en a besoin, pour quoi que ce fut.
La jeune femme ne semble même pas m’entendre, je lui parle et tente d’obtenir une réponse à mes questions. Je tente de lui parler de la copie que je lui ai rendu, savoir si elle sait pourquoi elle a eu plus que la note maximale. En effet je ne lui ai pas mis un A mais un double A++, ce qui augmentera sa moyenne de façon significative. Puis elle semble toujours ailleurs avant de parler, mais je ne saisis pas ce dont elle veut parler. « Je ne comprend rien ! » Moi non plus, je ne comprends absolument rien. La jeune rousse prend sa tête entre ses mains et la secoue, elle m’a l’air totalement affolée. Puis je remarque d’un regard qu’elle secoue la tête de droite à gauche, comme pour dire non, comme si elle répondait à une question muette, à quelqu’un qui n’est pas visible dans la pièce. Elle voit des choses, ou du moins elle les entend. Lydia est probablement  attente d’un syndrome quelconque dont je n’ai pas été averti. D’un coup je n’entends quasiment plus rien, les élèves sont sortis des couloirs pour prendre leur pause dehors. Puis elle me regarde, apeurée d’un événement qui risque de se produire sous peu. « Ça recommence encore… il faut pas rester là ! » Je ne comprends à nouveau, jusqu’à entendre le pire son de ma vie, quelque chose que je n’avais jamais eu le déplaisir d’ouïr de toute mon existence.
Un hurlement horrible sort de la gorge de la jeune femme, comme si elle était entrain de se faire torturer. Elle me fait peur et d’un coup je me prends la tête entre les mains, comme si ma cervelle était sur le point d’éclater. Une douleur immense s’empare de mon corps et j’ai l’impression d’imploser et cela me fait mal à en crier, j’essaye de me boucher les oreilles, mais ça ne fonctionne pas, j’ai envie de m’enfuir, mais je ne peux plus bouger, je n’arrive plus à faire le moindre geste et il me faut un effort surhumain pour tenter de gesticuler mon doigt et c’est le déclic le plus total. Je ferme les yeux arrive enfin à me redresser pour tenter de mettre ma main sur la bouche de Lydia pour qu’elle se taise, mais c’est aussi inefficace que de faire en sorte d’arrêter un train lancé à pleine vitesse. La seule chose qu’il me restait à faire c’est de sortir l’alpha en moi. Les yeux rouges, les griffes et les crocs sortis, je hurle à mon tour pour imposer ma conscience et faire en sorte qu’elle se taise enfin.
Puis elle reprend conscience, et moi je suis apeuré, et mes oreilles sont couchées vers l’arrière, comme un chien qui a peur face à un danger plus grand que lui. Je la regarde comme si elle avait peur elle aussi de ce qu’elle venait de faire ou de comprendre. « Lydia… il s’est passé quoi là… ? » Ma voix est rauque à cause de ma transformation, et je n’arrive pas à reprendre mon apparence normale. Encore traumatisé de l’expérience que je viens de vivre. En elle réside une créature que je n’avais pas senti, elle me semble pourtant humaine, totalement humaine. Seulement il y a quelque chose d’autre, que je ne connais pas.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Lydia Martin

avatar


Humeur : Très Lydiatésque

Messages : 111
Points : 120
Réputation : 3

Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Beacon Hills, chez les Martin

MessageSujet: Re: le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)   Dim 4 Mar - 0:43

Le hurlement de la mortft. Leoric


Mon cri… encore une fois j’ai criée. La différence c’est que cette fois si je ne connais pas réellement la raison de se hurlement. La plupart du temps je me retrouve face à un cadavre , et ensuite mon hurlement se fait entendre. Quel calvaire ce don, enfin je ne voie pas vraiment ça comme un don, mais plus comme une malédiction. À tout moment cela peut arriver, peu importe l’endroit et les gens qui m’entoure. Malheureusement ce « don » peux tuer des gens si le hurlement est trop fort. C’est dangereux.

En observant autour de moi, j’ai l’impression d’être perdu, de ne pas connaitre l’endroit dans lequel je suis. Je continue d’observer autour de moi encore et encore dans le but de trouver un repère. Une voix rauque raisonna à côté de moi. Par peur je tourne la tête lentement en direction de cette voix. Lorsque mes yeux se pose sur la personne, je découvre avec stupéfaction un loup, plus précisément un alpha. Ces yeux sont d’un rouge sang, ses oreilles sont en arrière, il a plus peur qu’il ne fait peur d’après moi. Cependant je pense être tout autant effrayée que lui. Je me retrouve dans une pièce, seule avec un loup-garou alpha transformé alors que je viens de crier. Pendant un instant je n’ose plus bouger. Ce loup face à moi se trouve être notre professeur de littérature. Jamais je ne me suis douté une seconde qu’il pouvait lui aussi faire partie des créatures surnaturelles. Je voie quand même un avantage à ce qu’il fasse partie de ce monde, je n’ai pas besoin d’essayer de trouver une excuse stupide qui ne tiens pas vraiment la route pour m’expliquer. Cela sera plus simple j’aurais simplement à lui dire la vérité et être moi.

-Je... Je ne sais pas… j’ai encore hurler mais cette fois je ne sais pas pourquoi… enfin… j’ai vue des morts… des tas de morts…

Ma voix est tremblante, et je lui parle comme ci il savait ce que je suis, comme ci il connaissait tout de moi et de mon espèce. Son côté loup peux surement ressentir la peur que je ressens actuellement. La peur de cette alpha, la peur de la vision que j’ai eue, et la peur que tout le lycée me prenne pour une folle ou qu’il y est des blessés. Je ne le lâche pas des yeux au cas où il faut que je parte rapidement.  C’est peut-être mon professeur mais je ne le connais pas sous sa forme transformée, je ne sais pas comment il peut réagir. J’ai en plus de ça l’impression que ça fait une éternité qu’il est comme ça, pourquoi il ne reprend pas forme humaine ? Quelqu’un pourrait le voir ! À tout moment un adulte ou un étudiant peux rentrer dans la salle. Cette idée me fait légèrement paniquée.

-Monsieur Teniala, vous allez bien ? Pourquoi vous ne reprenez pas forme humaine ?

Pauvre humaine que je suis et qui ne contrôle rien. Etre la fille la plus populaire du lycée n’aide vraiment pas dans ce genre de situation. En réalité, être une Banshee non plus ne m’aide pas vraiment à ce moment précis. Pourquoi lorsque j’ai besoin d’eux, Scott ou Isaac ne sont pas là ! Ces deux là sont des loups aussi et même si je pense qu’ils ne seraient pas d’une véritable grande aide, je me dis qu’ils seraient peut-être quoi faire. Je n’ai toujours pas bougé de ma chaise et mon regard n’a toujours pas quitté mon professeur. J’attend un mouvement de lui, enfin si ce mouvement est trop brusque je suis prête à me reculer. La journée n’est pas du tout ce que j’ai prévu. Mais comme d’habitude la Banshee ne moi fait des siennes.





   
Not all monsters do monstrous things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)   Mar 6 Mar - 19:51


☾ le hurlement de la mort.
FATHER DID YOU MISS ME, BEEN LOCKED UP A WHILE. I GOT CAUGHT FOR WHAT I DID BUT TOOK IT ALL IN STYLE. LAID TO REST ALL MY CONFESSIONS I GAVE WAY BACK WHEN. NOW I'M VERSED IN SO MUCH WORSE, SO I AM BACK AGAIN, AND HE SAID : FOR THE LIVES THAT I TAKE, I'M GOING TO HELL! FOR THE LOVE THAT I MAKE, I'M GOING TO HELL!

▼▲▼

La détresse que j’ai ressenti en me voyant totalement impuissant face à cette jeune femme au cri surhumain a été telle que j’en ressens encore les stigmates. Ce hurlement était effroyable, emprunt d’une douleur inouïe, mais pas la sienne, ou du moins pas directement et j’ai senti une chape de froid s’abattre sur mes épaules. Je lui ai demandé ce qui s’était passé, incapable de comprendre par moi-même cette désagréable impression morbide qui m’étreint. Il n’y a pas de mots pour exprimer ce qui s’est passé, du moins je n’en connais aucun. Quoi qu’il en soit Lydia n’est pas si humaine que je le pensais, comme quoi le monde ne cessera jamais de me surprendre. Je ne connais pas toutes les créatures surnaturelles dont regorge la planète, mais d’ordinaire je sais les repérer à l’odeur ou à leur aura, mais elle ce n’est pas le cas. Quand on la regarde on ne voit qu’une jeune femme, personne n’irait soupçonner la puissance qui se cache dans sa voix.
Le problème c’est que si des gens l’ont entendu, ça risque de faire un grand remue ménage. La première chose à faire c’est de partir de cette salle de classe avant que des gens ne se rameutent pour voir ce qui s’est passé. Pourtant la rousse reste vissée à sa chaise, comme bloquée et choquée par quelque chose que je ne peux percevoir. « Je... Je ne sais pas… j’ai encore hurlé mais cette fois je ne sais pas pourquoi… enfin… j’ai vue des morts… des tas de morts… » Elle hurle quand elle voit des morts ? Je ne comprends pas bien et je vais devoir lui poser plus attentivement des questions pour tenter de saisir ce qu’elle veut bien raconter. Mais là tout de suite, c’est de la peur qu’elle ressent, de la peur à mon encontre. J’ai révélé ma nature d’alpha sans le vouloir, mais c’est de sa faute, quoi qu’il en soit, je ne lui veux aucun mal, et en signe de bonne volonté, je me recule d’elle pour qu’elle sache que je ne lui ferais rien. « Monsieur Teniala, vous allez bien ? » Si je vais bien ? Non mais c’est elle qui s’est mise à hurler à la mort comme une folle, mais à vrai dire je ne vais pas bien du tout, mon cœur bat trop vite et mes tympans sont toujours sur le point d’imploser au moindre bruit trop puissant. Mais la guérison s’enclenche et je crois que tout ira mieux rapidement. « Pourquoi vous ne reprenez pas forme humaine ? » Je regarde mes mains et constate avec stupeur qu’en effet je n’arrive pas à reprendre ma forme humaine. Ce qui veut dire qu’en réalité la jeune femme sait pour le monde surnaturel et qu’elle a compris ce que j’étais. Bon sang, un jeune ne peut-il pas rester innocent dans cette ville ? Ce serait trop demander ?
Déjà la première chose à faire c’est que je reprenne ma forme humaine, d’ordinaire ce processus se fait tout seul, mais pour la première fois depuis les débuts de ma vie de lycanthrope je dois forcer les choses pour que tout rendre dans l’ordre. Après une lutte contre moi-même qui dura environ cinq secondes, je parviens à forcer mon corps à être de nouveau humain. « Merci, je ne m’en étais pas rendu compte. » Là maintenant tout de suite, il faut qu’on parte. Si on reste là, les autres finiront par débarquer, alerté par le hurlement de la jeune femme. S’ils nous voient que tous les deux je doute fort que nos explications les satisfassent. Je tends l’oreille et remarque que des bruits de pas sont frénétiques dans le lycée, certains cherchent à trouver d’où vient le bruit. « Lydia, si tu veux éviter d’avoir à répondre de ce que tu viens de produire comme son, on devrait partir rapidement. » Je la presse un peu et décide d’aller ranger mes affaires en vrac dans mon attaché-case, d’ordinaire je prends le temps de bien ordonner les choses, mais pas aujourd’hui. La jeune femme en fait autant avec son sac et nous sortons de la salle de classe pour faire comme tout le monde et bouger dans les couloirs à la recherche de quelque chose. Je dois secouer un peu Lydia qui semble encore perturbée par ce qu’elle a vécu et mon objectif principal c’est de la mettre en sûreté. Nous arrivons dehors enfin et je vérifie si autour de nous il n’y a personne pour parler. « C’était quoi ce que tu as fait ? Et tu es quoi au juste ? » Oui, je lui montre ma plus totale incompréhension. En remontant dans ma mémoire littéraire j’ai déjà vu des choses qui avaient attraits à des femmes hurlantes, mais quant à savoir ce qu’est réellement Lydia, il y a tout un fossé à traverser.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Lydia Martin

avatar


Humeur : Très Lydiatésque

Messages : 111
Points : 120
Réputation : 3

Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Beacon Hills, chez les Martin

MessageSujet: Re: le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)   Mar 24 Avr - 22:56

Le hurlement de la mortft. Leoric

J’essaye de toute mes forces et je fais mon maximum pour contrôler ma peur. Je respire lentement de façon à ralentir mon cœur et éviter un trop gros stresse par la suite. Je ne peux pas imaginer la douleur qu’il a pu ressentir, que le loup en face de moi a pu subir. En tant que Banshee, j’ai un avantage par rapport aux autres créatures surnaturelles, les cris d’une autre Banshee ne m’atteigne pas et mes propres cries non plus. C’est limite si je les entends, je suis ailleurs quand ça se passe, enfin je ne suis pas réellement moi. Notre professeur de littérature doit maintenant savoir ce que je suis. A croire que plus j’essaye d’agir normalement moins cela fonctionne, il est peut-être temps que j’accepte ma nature de Banshee sans pour autant le crier sur tous les toits. Autant laisser ceux qui n’ont pas la connaissance du surnaturelle dans l’ignorance, c’est mieux pour eux. Moins ils en savent, mieux c’est pour tout le monde, cela fait beaucoup moins de gens à essayer de protéger. J’arrive peu à peu à reprendre mes esprits et me détendre, cependant je ne sais toujours pas quoi faire face à l’alpha. Je dois hurler de nouveau pour prévenir Scott ? Ou simplement lui envoyer un message pour éviter de me faire remarquer ? Je ne pense pas courir un grand danger avec ce professeur, peut importe sa nature, mais la méfiance reste mon premier moyen de défense, enfin ça et les quelques techniques que Parrish m’a enseignées.

Je reste figée sur ma chaise tandis que monsieur Teniala reprend forme humaine. Je me sens plus rassurée face à un homme que face à un loup, un alpha qui plus est. Il me remercie et je lui souris timidement comme pour lui montrer que maintenant je ne le crains plus. Mon cœur bat moins fort et la peur c’est soudainement éteint. Parfois j’aimerais bien avoir les capacités d’un loup, pouvoir ressentir les sentiments des autres, entendre quand quelqu’un a peur, entendre tous en général, ce qui est plus déplaisant cependant c’est leur apparence. Tous ces poils, c’est écœurant ! Et est-ce qu’on parle de leurs griffes ? Esthétiquement ce n’est pas plaisant du tout ! Etre une Banshee n’est pas de tout repos mais au moins j’ai toujours cette forme humaine et je ne me transforme pas en monstre de la nuit à la pleine lune, de plus à part si je pousse un de mes cris, c’est plus facile pour moi de le cacher que les autres créatures qui ont des changements physiques. Je n’ai donc en apparence pas tant à me plaindre que ça, je devrais plutôt être contente en règle générale. Lorsqu’on creuse un peu plus en revanche, on se rend compte que je n’ai pas tant de chance qu’on pourrait l’imaginer… Les loups eux ne voient pas des morts constamment et n’ont pas des sensations étranges lorsque quelqu’un va mourir.

« Lydia, si tu veux éviter d’avoir à répondre de ce que tu viens de produire comme son, on devrait partir rapidement. »

Il a totalement raison, ça devient urgent de rejoindre la foule pour qu’on ne puisse pas avoir de soupçon sur l’un de nous deux, ou même sur nous deux, c’est prendre un trop gros risque de rester ici sans bouger. Je l’observe du coin de l’œil pendant qu’il range ses affaires. Je n’ai pas peur de lui mais je n’en reste pas moins méfiante, il est humain mais il reste avant tout un loup, un alpha. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire nous somme sortie de la salle et imitons le comportement des autres. On ressemble aux jeunes singes lorsqu’ils tentent d’imiter le comportement de leur mère afin d’acquérir de nouvelles compétences. J’ai du mal à me mêler à la masse et faire comme tout le monde, je ne fais que penser à ce qui s’est passé quelques minutes auparavant et aux conséquences que cela allait avoir. Notre professeur me traine tant bien que mal dehors où là personne ne pourra, normalement, entendre notre conversation, qui devrait être anormalement basée sur le surnaturel.

« C’était quoi ce que tu as fait ? Et tu es quoi au juste ? »


Ce que j’ai fait ? Ce n’est pas évident ? J’ai hurlé à plein poumons ! Enfin évident c’est vrai que ce n’est pas le genre de chose que l’on entend tous les jours et, effectivement ça doit faire un choque quand c’est la première fois et qu’on est pas prêt. Mais il faut une première fois à tout. Ce n’est pas vraiment que je ne veux pas tous lui dévoiler sur moi d’un coup, mais il est notre professeur et un loup qui ne fait pas partie de la meute de Scott, ce qui fait que je n’ai pas vraiment confiance en lui. Cependant après ce qu’il vient de vivre de ma faute il mérite certaines explications. Je ne suis pas obligée de rentrer dans les détails mais au moins lui expliquer en gros.

« Hum… je suis ce qu’on appelle, une Banshee, j’ai certains dons comme celui d’émettre un hurlement plutôt puissant lorsque je suis face à un cadavre ou que je présent la mort de quelqu’un. Je peux parfois avoir des visions ou entendre des choses entre d’autres trucs évidement … Je suis d’ailleurs désolée d’ailleurs si mon cri vous à blessé d’une quelconque manière »

Ma voie est plutôt tremblante et cette explication plutôt courte me semble durer éternellement. Je crois que je n’arrive pas à me remettre de ces événements. Ce qui me secoue le plus c’est que ce se soit produit au lycée, à la fin d’un cours certes mais dans une salle de classe ou il y aurait pu y avoir une vingtaine d’élèves et au lieu de blessé surement qu’un loup j’aurais pu blesser des humains. Je garde mon calme mais j’ai juste en réalité envie de pleurer et crier dans tout les sens que rien ne va et que ma vie était carrément mieux avant que Peter y entre.




   
Not all monsters do monstrous things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)   Jeu 26 Avr - 20:36


☾ le hurlement de la mort.
FATHER DID YOU MISS ME, BEEN LOCKED UP A WHILE. I GOT CAUGHT FOR WHAT I DID BUT TOOK IT ALL IN STYLE. LAID TO REST ALL MY CONFESSIONS I GAVE WAY BACK WHEN. NOW I'M VERSED IN SO MUCH WORSE, SO I AM BACK AGAIN, AND HE SAID : FOR THE LIVES THAT I TAKE, I'M GOING TO HELL! FOR THE LOVE THAT I MAKE, I'M GOING TO HELL!

▼▲▼

Nous nions l’existence de nos anges. Nous nous persuadons qu’ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent. Là où on les attend le moins, et quand on s’y attend le moins. Ils peuvent s’exprimer à travers tout être sorti de notre imaginaire. Ils crieront à travers des démons s’il le faut. Pour nous pousser à engager le combat. C'est bêtise de déprécier son ennemi avant le combat, et bassesse de l'amoindrir après la victoire. La vie est un combat perpétuel, l'ignorer revient à déclarer que nous sommes profondément idiots. Jamais elle ne nous fait de cadeaux et pour mériter sa place sur terre, il faut se battre, prouver au monde que nous sommes là malgré les étapes qui jalonnent notre route. Et finalement. cette question... le mystère. Qui raconte l’histoire de qui. Qui lève le rideau. Qui choisit les pas que nous allons danser. Qui nous rend fou. Nous cingle de coups de fouet et nous acclame dans la victoire quand nous survivons à l’impossible. Qui fait tout cela. Qui fait en sorte que notre existence honore les autres. Qui envoie des monstres pour nous tuer. Et en même temps nous chante que nous ne mourrons jamais. Qui nous apprend ce qui est vérité, ce qui est mensonge. Qui décide pourquoi l’on vit et quel combat mérite que l’on risque la mort... Qui nous enchaîne, et qui détient la clé qui peut nous libérer. C’est vous, vous avez toutes les armes en vous, alors battez-vous !
Dehors je comprends qu’elle est quelque chose, cette jeune femme est une créature surnaturelle, cependant en elle je ne détecte rien. Encore une preuve de mon ignorance, en Norvège nous n’avons pas autant de créatures surnaturelles et c’est une vraie richesse que de savoir que le monde regorge de surprise. L’ange d’une créature c’est sa partie animale, celle qui est juste surnaturelle. Elle peut se servir de son cri comme d’une arme comme moi je me sers de mes griffes et de mes crocs, mais elle a une puissance vraiment hallucinante cette jolie rousse. « Hum… je suis ce qu’on appelle, une Banshee, j’ai certains dons comme celui d’émettre un hurlement plutôt puissant lorsque je suis face à un cadavre ou que je présent la mort de quelqu’un. Je peux parfois avoir des visions ou entendre des choses entre d’autres trucs évidement … Je suis d’ailleurs désolée d’ailleurs si mon cri vous à blessé d’une quelconque manière. » Une banshee, la femme hurlante des légendes françaises ? Ainsi elles existent réellement ? Pourquoi je n’y ai pas pensé plus tôt ? Je ne sais pas vraiment grand-chose sur elles, mais la voir c’est irréalisable. Un cri pour la mort, mais un cri qui peut déclencher la mort.
Je secoue la tête, ayant encore un acouphène impressionnant, mon organisme de lycanthrope commence enfin à guérir et je sens mes tympans qui se reforment convenablement. C’est douloureux, et j’ai dû mal à garder mon calme. « Non ça va, je commence déjà à guérir, ne vous en faites pas. » Maintenant quelque chose me taraude. Si son cri accompagne la mort, cela veut dire qu’une personne est décédée ou ne va pas tarder à mourir. Et je m’alarme rapidement, si quelqu’un… il faut que j’en ai le cœur net, qu’elle me dise ce qu’elle sait. « Lydia, si ce que tu viens de me dire est vrai, quelqu’un est mort ! Il faut que l’on… on fait quoi bon sang ? » Ce serait bien qu’elle m’indique la marche à suivre, où qu’elle en parle à quelqu’un au courant de ses dons. J’ai peur de ne rien pouvoir faire et c’est sûrement l’une des pires sensations au monde.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Lydia Martin

avatar


Humeur : Très Lydiatésque

Messages : 111
Points : 120
Réputation : 3

Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Beacon Hills, chez les Martin

MessageSujet: Re: le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)   Jeu 9 Aoû - 20:13

Le hurlement de la mortft. Leoric


Je respire enfin, l’air me fait du bien, je retrouve mes esprits peu à peu. J’en avais vraiment besoin. La fraicheur du vent vient caresser ma peau. La journée a plutôt mal commencé j’aurais dû rester chez moi. Certes cela n’aurait pas changé grand-chose à mon problème actuel, mais ça m’aurais au moins éviter de me dévoiler à un professeur, de le blesser en plus de ça et de risquer la vie de plusieurs lycéens. Puis louper une journée de cours n’aurait pas été des plus catastrophique pour moi, je suis une très bonne élève, c’est encore prouvé avec le contrôle que notre professeur nous a rendu quelques minutes auparavant. D’ailleurs en parlant de lui il à retrouvé son apparence humaine. Je l’ai autant mis en danger que moi. J’imagine les réactions si quelqu’un l’avait vue avec son apparence de loup. Ça aurait fait scandale et tout ça aurait pu se transformer en chasse au loup garou. Ils ne l’auraient pas simplement chassé lui, mais ils auraient cherchés tous les autres. On se serait retrouvé avec des tas de personnes comme le grand-père d’Allison. Beacon Hills serait devenu un terrain de chasse géant. Heureusement pour nous personne ne nous à découvert. La chasse aux sorcières de Salem version Beacon Hills.

Notre ville est digne d’un roman fantastique à l’heure actuelle. C’est assez drôle quand on y pense, on a tous un jour rêver de faire partie d’un de ces comptes, d’être le personnage principal d’un de ces romans, ça à l’air tellement attirant, et quand on y est on aimerait retrouver une vie normale, sans tout ce côté surnaturel. On ne peut pas faire de retour en arrière et on doit accepter les choses tels quelles sont. Notre professeur à l’air de reprendre ses esprits petit à petit. Alors c’est un alpha lui aussi. Est-il un vrai alpha ou à t-il voler la place d’un autre alpha pour le devenir ? Ce n’est pas vraiment le bon moment pour se poser se genre de question, mais c’est intéressant de savoir comment il est devenu alpha.

« - Lydia, si ce que tu viens de me dire est vrai, quelqu’un est mort ! Il faut que l’on… on fait quoi bon sang ? »

Je sens à ce moment le loup n’a jamais eu à faire à une Banshee. Il a l’air de paniquer un peu et d’être perdu. C’est assez drôle de voir qu’une créature aussi puissante qu’un alpha se retrouve dans cette situation. A vrai dire c’était une vision alors à part chercher ce que cela pourrait être on ne peux pas faire grand-chose. Je devrais peut-être appeler Scott ou Stiles pour leur en parler.

« -Quelqu’un est mort ou va mourir… Il faut que l’on cherche qui ça pourrait être… peut-être que je devrais en parler à mes amis… »

C’est peut-être notre professeur mais il en reste pas moins un loup ne faisant pas partie de la meute. Ma vision doit avoir un lien direct avec la bête. Depuis qu’elle est là les morts s’enchaines. Il est vraiment temps qu’on trouve un moyen de l’avoir, de la tuer. Elle nous cause de plus en plus de problèmes et je suis persuadée que mon don de Banshee ne va pas être au repos le temps qu’elle sera encore en vie.


Sorry:
 




   
Not all monsters do monstrous things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
le hurlement de la mort. (LYDIA&LEORIC)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un crepuscule dans la forêt [libre....très libre] [terminé]
» Lydia ϟ Quand mille personnes prennent la route, il en faut une pour prendre la tête.
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Salles de classe-
Sauter vers: