AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)

Aller en bas 
AuteurMessage
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)   Ven 9 Fév - 10:32


☾ la nuit fut bonne.
You can holler, you can wail, you can swing, you can flail, you can thump like a broken sail but I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail. And after all God can keep my soul, England have my bones but don't ever give me up. I could never get back up when the future starts so slow. No longing for the moonlight, no longing for the sun, no longer will I curse the bad I've done. If there's a time when your feelings gone, I wanna feel it.

▼▲▼


Ce bourdonnement dans mes oreilles est infernal, il faut que cela s'arrête immédiatement. Et ce noir est oppressant, les couleurs sont inexistantes et plus rien n'a de saveur, à part celui d'une bouche ensablée et les sens gourds qui sont les miens. Il est temps que tout cela prenne fin, mais je me sens bien, je suis dans un paradis artificiel, idyllique et par dessus tout tout est à vomir. Il faut être réaliste, j'ai beaucoup trop bu hier soir, je n'aurais pas forcément dû, parce que c'était mal, j’aurais peut-être mieux  fait de le faire avec modération, tenter de contrôler mes consommations dans le bar. Le truc c’est qu’avec les peut-être on peut refaire le monde, et on ne changera pas ce qui a été fait. Je me suis noyé dans les problèmes à cause du travail ; rien n'allait, depuis plusieurs mois que j'étais sur la piste de cette créature qui faisait des ravages dans l’état voisin : l’Arizona, non loin de Phoenix. Je le traquais déjà depuis longtemps. J’ai eu une occasion de le mettre à mal, de l’achever, et il y a eu cette pluie torrentielle qui faisait que je n’y vais plus rien, et le camion qui passait l’a emporté. Rageur, j’ai pris le volant de mon véhicule et j’ai mis pied au plancher pour rentrer à la maison.
Il fallait que j'oublie, que j'arrête de me morfondre sur cette affaire. J'ai enchaîné les verres, croyant que ça m'aiderait, en croyant que c'était le meilleur moyen de mettre tous mes soucis de côté pour être opérationnel au travail le lendemain. Mais je me suis lourdement trompé. Ce n'était pas la bonne solution, parce que je ne me souviens de quasiment rien, j'ai beaucoup de mal à mettre des images et des sons sur ce que j'ai pu faire. Pourtant commence alors un flash dans ma tête, une sorte de vision fugace, je me vois embrasser des lèvres trop charnues pour être celles d'une femme. Et immédiatement mes yeux s'ouvrent.
Le noir complet. Une fois de plus. Il me faut quelques secondes pour m'adapter et commencer à percevoir mon environnement. Rien ne ressemble à chez moi. Mais où suis-je ? Mon rythme cardiaque commence à devenir de plus en plus rapide et un ronflement léger se fait ressentir à ma droite. Le pire dans tout cela, c'est que dans ma tête, j'ai un battement persistant, et une sale impression d'avoir envie de rendre mon repas d'hier soir. Il y a trop de choses étonnantes dans ce qui se passe actuellement. Je ne suis pas sûr de vouloir comprendre. J'ai passé une nuit dans le lit de quelqu'un d'autre et je ne m'en souviens absolument pas. Et une nouvelle vision me traverse l'esprit : une main qui glisse sur la cuisse de l'autre, un regard rendu fiévreux à cause des ravages de l'alcool. Cette main était masculine, un léger duvet sur le dessus, des poils sur l'avant-bras. Je me rends compte que je suis nu, couvert de sueur et que je me sens sale. Je me sens vraiment pas bien dans ma peau. Je tourne la tête et me rends compte qu'il y a une lampe de chevet à portée de main, je tends alors le bras pour l'allumer et le désastre commence réellement. C'est un homme. Non pas que ça me dérange, bien au contraire, mais j’ai couché avec lui en étant saoul et je ne me souviens même pas de tout ce qui s’est passé. Cependant les maigres images qui passent dans ma mémoire comme des films montrent que la nuit a été sacrément agitée.
Je grogne doucement en m’asseyant sur le bord du lit et tente de passer mes mains dans mes cheveux sans y parvenir. Ils sont tout emmêlés et sale à cause de la transpiration. D’ordinaire ça ne me dérange pas, mais le cumul de la gueule de bois et de l’odeur fortement masculine me donne des vertiges. Je cherche le moyen de partir rapidement, de tenter de ne jamais revoir l’homme à mes côtés, avant qu’il ne se réveille. Sauf qu’il est déjà trop tard, je le sens se réveiller, je vois ses bras qui bougent et ses yeux qui papillonnent à cause de la lumière. Quand je m’arrête sur la couverture, j’ouvre grand les yeux en voyant une légère bosse au niveau de son bassin. Je souris en coin avant de remarquer que je me trouve à peu près dans le même état. Bordel, c’est pas possible. Je me lève rapidement en quête de mon caleçon pour au moins ne pas me retrouver totalement nu, mais une fois debout, mon orteil se cogne violemment contre le pied de la table de chevet. « Putain merde ! » Je jure comme un charretier et forcément, ma voix réveille l’autre garçon. J’entends du mouvement derrière moi, mais je ne me retourne, tant et si bien que la seule vue qu’il aura de moi c’est mes fesses. Je commence à maudire intérieurement la soirée d’hier. Non seulement je ne sais pas où je suis, mais en  plus j’ai couché avec un mec que je ne connais pas.
Je vois mon boxer que j’attrape en me jetant à moitié dessus avant de l’enfiler. Bon, il y a du progrès, au moins je dois admettre que c’est mieux comme ça. Tandis que je me retourne pour regarder celui avec qui j’ai passé la nuit, la seule chose que je vois c’est sa virilité. Non mais c’est pas possible, je tourne rapidement au cramoisis avant de fermer les yeux. « Bon excuse-moi… euh Colton ? Non Connor, désolé. » Il y a du progrès je me souviens au moins de son prénom. Je me retourne pour qu’il ait le temps de s’habiller un peu mieux à son tour. D’ailleurs je ne sais même pas pourquoi je m’excuse. Je m’excuse d’avoir été un si bon coup ? En temps normal je n’ai pas honte de mon corps et j’aime regarder celui des autres. Non pas que j’apprécie le voyeurisme, loin de là, mais je suis une personne plutôt décomplexée. Le problème dans le cas présent, c’est que je ne me souviens pas vraiment de tout et que s’il s’est passé quelque chose de gênant je ne veux pas trop m’en rappeler.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...


Dernière édition par Samael Washington le Mar 6 Mar - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Edenfield

avatar



Messages : 84
Points : 111
Réputation : 13
Date d'inscription : 29/11/2017

MessageSujet: Re: la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)   Lun 12 Fév - 15:34

La nuit fut bonne
Feat : Samael Washington
L'appartement que louais Connor pour son séjour à Beacon Hills était assez atypique. C'était un petit immeuble de 2 étages. Son appartement situé au dernier étage se constituait de 3 pièces, un grand salon/cuisine à l'américaine d'une part, Une chambre et une salle de bain attenante. Le proprio l'avait fait rénové il y a moins d'un an. Le salon, grande pièce rectangulaire offrait un espace tout à fait raisonnable. Connor l'avait meublé assez facilement, un grand canapé,quelques bibliothèques remplies de bouquins et de bibelots, une télé accroché au mur entre deux grandes fenêtres qui illuminait la pièce. Le sol entièrement en parquet dans tout l'appartement était habillé par plusieurs tapis. La cuisine, qui occupait le fond de la pièce, était récente. Un bar qui faisait office de délimitation offrait une surface pour les repas avec ses deux tabourets hauts. Les rangements entre gris acier et noir étaient laqués et donnent un air très moderne à cette cuisine.

Il fallait ensuite monter deux marches, littéralement, pour déboucher sur la chambre. Carrée, simple, là encore du parquet. Il y avait un mur transformé en penderie, 2 tables de chevet, un grand lit et un autre tapis pour habiller le sol. La seule fenêtre était fermée par un rideau opaque, ne laissant que très peu de lumière entrer dans la pièce. La salle de bain était juste a coté, la porte fermée.

Mais le meilleur dans cet appartement, c'est la terrasse ! (ou plutôt le toit). Celui-ci est aménagé et entouré de plantes vertes. Une grande table en teck est présente. L'accès est pour tout les habitants de l'immeuble et sert de point de rencontre. On s'y retrouve pour un café, ou pour s'occuper des parterres de fleurs tout en papotant. C'est ce qui avait séduit Connor, l'esprit de voisinage et de convivialité dans cet immeuble était particulièrement omniprésent...

Mais revenons au présent d'accord ? En cette matinée, Connor dormait d'un sommeil lourd. Plongé dans l'inconscience il ne se souvenait pas encore de ce qui s'était passé la veille. Mais son compagnon de lit n'allait pas tarder à rompre ce moment de paix. Un bruit sourd suivi d'un flot d'insulte sortit Connor de son sommeil et en quelques secondes, son corps entier et son cerveau se rappelèrent à son bon souvenir. La pièce tournait dangereusement, son estomac exprimait un grand mécontentement et la nausée prenait le dessus à une vitesse alarmante. D'autres parties de son corps étaient douloureuses mais pour faire simple : Connor était en bien piteux état.

Le druide entreprit alors de se relever dans son lit. Grossière erreur, la sensation de tournis s'accentua mais il put enfin apercevoir l'origine des insultes de si bon matin. Alors que Connor détaillait rapidement le dos de Samael, tandis que celui-ci enfilait son boxer à la hâte, le jeune homme eut un flash et la mémoire lui revint en partie. Il se souvint du bar, De voir Samael débarqué et qui commande plusieurs verres... Puis les deux en train de trinquer...

Connor fini par poser un pied à terre et s'extirpe tant bien que mal des draps. C'est à ce moment qu'il réalise qu'il est nu comme un ver. Samael l'était également il y a encore quelques secondes...
Malgré l'état misérable dans lequel il est, le jeune druide comprend tout à fait ce qu'il s'est passé cette nuit mais ce n'est pas le moment d'y penser car l'homme est prit d'un vertige. titubant quelques secondes avant de reprendre son équilibre, Connor scanne la pièce a la recherche de quoi s'habiller. Il aperçoit un jean a porté de main qu'il décide de mettre. Il ignore si c'est le sien ou celui de son invité et à vrai dire il s'en fiche un peu, tout comme le fait de mettre un caleçon pour l'heure.

Samael a prit la parole entre temps, lui disant qu'il est désolé. Sans doute à cause de ce réveil peu conventionnel. Connor a le regard vitreux. Il regarde Samael encore une fois mais tout est vide dans sa tête, son cerveau fait grève et tourne au minimum. Au bout d'une dizaine de longues secondes à fixer l'homme de l'autre coté du lit, une lueur de conscience reprend vie dans le regard de Connor réalisant qu'il n'as pas adressé la moindre parole, le moindre bruit depuis son réveil...

"Euh oui, pardon. La salle de bain est ici si tu veux, et euh je vais aller me faire un thé, tu veux quelque chose ?" dit-il d'une voix cassée en pointant la porte derrière lui menant à la salle de bain. Connor attend simplement l'approbation du plan par Samael avant d'aller dans son coin cuisine en traînant la patte...

Descendant les deux marches le menant dans l'autre pièce, Connor laisse échappé un juron face au soleil illuminant la pièce. Il prend place derrière le comptoir et maladroitement commence a remplir une théière avec un thé d'origine chinoise, très bon remède contre les gueules de bois. Quelques temps plus tard, une tasse attend samael sur le comptoir alors que Connor sirote tranquillement la sienne...

"Tu sais, je te tiens personnellement responsable pour cette gueule de bois et l'orchestre philharmonique qui joue actuellement dans ma tête..." Lança le jeune homme à son comparse d'un ton acerbe.

Fiche par Mafdet Mahes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)   Mar 13 Fév - 19:02


☾ la nuit fut bonne.
You can holler, you can wail, you can swing, you can flail, you can thump like a broken sail but I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail. And after all God can keep my soul, England have my bones but don't ever give me up. I could never get back up when the future starts so slow. No longing for the moonlight, no longing for the sun, no longer will I curse the bad I've done. If there's a time when your feelings gone, I wanna feel it.

▼▲▼


La première des choses qu'une personne normale aurait faite c'est de se rhabiller. Normalement je l'aurais fait également. Mais allez savoir pourquoi, je me retrouve paralysé par la peur en voyant cet homme qui me regarde alors que je suis quasiment complètement nu face à lui. Son regard me rend totalement dingue, j'ai du mal à me rendre compte de ce que j'ai pu faire, parce que c'est inconcevable. J'ai couché avec un homme que je ne connais pas. D’ordinaire je ne fais pas ça, mais pour une fois j’ai laissé mes sens dicter la façon dont je devais me conduire. Et lui semble aussi mal que moi, son état ne fait aucun doute, il a également une gueule de bois inimaginable. Quand je le vois tituber pour aller chercher un pantalon qui se trouve être le mien pour l’enfiler, je comprends que l’on a vraiment beaucoup bu hier soir et les verres ont dû s’enchaîner à une vitesse incroyable pour qu’on le se retrouve dans cet état de totale léthargie en se réveillant.
Et quand je détaille son corps ainsi que son visage, je me rends compte qu’en réalité c’est exactement le type d’homme pour lequel j’ai tendance à craquer. Un mec viril avec ce qu’il faut niveau pilosité, des muscles saillants sans pour autant être énormes. Et quand je vois sa mâchoire légèrement carrée et la barbe de trois jours qui y apparaît, je craque totalement et me mords la lèvre inférieure sans m’en rendre compte. Connor est un bel homme et je dois avouer qu’il me plaît beaucoup. Puis ce dernier se rend compte également que je lui ai parlé et qu’il ne m’a pas répondu, temps de déconnexion nécessaire avant qu’il soit tiré de ses pensées. « Euh oui, pardon. La salle de bain est ici si tu veux, et euh je vais aller me faire un thé, tu veux quelque chose ? » En effet oui, j’aimerais aller me passer un coup d’eau sur le corps pour éviter de sentir le chacal je retiens donc la position de la pièce pour pouvoir y aller ensuite quand il sera parti de sa chambre. Oui je sais c’est un comble mais dans la position actuelle j’aimerais éviter qu’il me voit à nouveau nu. « Je veux bien un café noir s’il te plaît... » Ma voix est un peu hésitante car je ne veux pas m’imposer, mais il me propose gentiment, alors refuser ce serait aussi être un peu un enfoiré étant donné la situation actuelle. Le bel homme finit par sortir de la chambre et se diriger dans la chambre, j’en profite pour entrer en quatrième vitesse dans la salle de bain. Je retire mon caleçon et passe un coup d’eau rapide sur mes aisselles, mes parties intimes, mes pieds ainsi que mon visage pour tenter de rafraîchir le tout.
Une fois cette toilette plus que sommaire faite, je renfile mon caleçon et retourne dans la chambre afin d’aller chercher mon t-shirt, je me sentirais au moins un peu moins nu et je dois avouer avoir un peu froid. Je m’approche de Connor, attiré par l’odeur des boissons qu’il prépare. J’ai grand besoin de ce café qui me permettra de sortir un peu de ce foutu hangover. « Tu sais, je te tiens personnellement responsable pour cette gueule de bois et l'orchestre philharmonique qui joue actuellement dans ma tête... » Je note son ton acerbe et la critique perçante derrière ses mots qui me blessent un peu. Je ne m’attendais pas à un pareil traitement de sa part. Mais je présume que je le mérite si c’est vraiment de ma faute si nous nous sommes saoulés comme des idiots hier soir avant de finir à poil dans le même lit pour faire des galipettes. « Prend le comme tu veux, moi j’ai bien aimé, dis-je avec un sourire malicieux au bout des lèvres pour lui clouer les siennes. » Je ne sais pas  exactement s’il a aimé ou s’il est homosexuel, ou peu importe quoi d’autre, mais la vérité c’est que moi je me souviens avoir apprécié ce qui s’est passé entre nous même si les détails sont encore flous. J’attrape la tasse qu’il m’a préparé et bois une gorgée du café bouillant qui me fait un bien fou. « Merci pour le café, il est vraiment bon. » C’est vrai, franchement il a un goût intéressant et je prends soin de lui demander où il l’achète pour en reprendre pour chez moi. Bon, je regarde un peu les lieux désormais et son appartement est plutôt joli, un bel emballage pour un bien beau garçon. Je m’exaspère parfois tout seul à avoir de telles pensées. « Dis, tu te souviens de quelque chose toi ou pas ? » Je lui demande, parce que ça m’intéresse et que je voudrais savoir un peu ce qui s’est passé, histoire de ne pas passer pour un salopard à ses yeux. Car qui sait, peut-être que nous nous reverrons un jour ou l’autre pour partager à nouveau nos draps. Ce qui ne me déplairait absolument pas soit disant passant.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Edenfield

avatar



Messages : 84
Points : 111
Réputation : 13
Date d'inscription : 29/11/2017

MessageSujet: Re: la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)   Sam 24 Fév - 18:05

La nuit fut bonne
Feat : Samael Washington
La répartie de Samael est surprenante mais ne manque pas de faire sourire Connor. Maintenant que les deux sont à la lumière du jour, le jeune druide ne peut s’empêcher de détailler les traits de son amant d'un soir.  L'homme arbore une carrure ma foi tout à fait correcte. Un peu de muscle, assez pour savoir que l'homme s'entretient.Certes, ce n'est pas du niveau top model mais ce n'est pas pour déplaire à Connor. Le visage de Samael est tiré, fatigué, mais encore une fois, cela semble tout à fait normal compte tenu de la soirée de la veille. Ses yeux noisettes sont perdus dans le vide alors qu'il sirote inconsciemment son café.

Connor quand à lui est figé l'espace d'un instant le temps d'observer Samael. C'est fou ce que l'alcool (et dans le cas présent une gueule de bois) peut altérer les capacités mentales d'une personne. D'ordinaire, Connor en un coup d’œil parvient à observer et noter toutes les caractéristiques de son interlocuteur. C'est une sorte de déformation professionnelle dirons-nous. Son instant "Sherlock" comme il aime l’appeler. Mais force est de constater que ce matin, Connor est à la ramasse.

Les deux hommes restent silencieux quelques minutes, chacun se réveillant à sa façon. Samael fini par le remercier pour le café. Un échange simple mais qui permet de reconnecter le dialogue :

"Merci pour le café, il est vraiment bon."
"Mais de rien, je me serais senti coupable de te laisser repartir le ventre vide" dit-il en toute bienveillance.

Lorsque Samael demande l'origine de sa boisson, Connor ne peux s’empêcher d'afficher une petite fierté, après tout c'est son second métier et de voir que Samael apprécie son café le flatte.

"C'est mon propre mélange, je tiens le coffee shop qui a ouvert en ville à la place de l'ancienne quincaillerie. Tu n'as qu'a passer à l'occasion, je t'en mettrais de coté !" Fit-il avec un clin d'oeil.

Puis vint alors la question fatidique, celle qui allait forcément finir par être abordé après une longue nuit de beuverie : mais qu'est-ce qu'on a fait au juste ?! Premier constat ? Son appartement avait l'air clean, rien de renversé ou de cassé Il n'y avait pas d'objets atypique comme un panneau, un extincteur ou même un ananas... de ce coté ça allait. D'un coup d’œil par la fenêtre il vit sa voiture en parfait état, la non plus, rien à signaler...

Petit soupir de soulagement de la part de Connor, au moins cette soirée ne lui aura coûté qu'une sacré migraine ! Il contourna le comptoir pour aller s'asseoir à coté de Samael. Il ne put s’empêcher de sourire à l'idée qu'il était resté en caleçon. Connor avait le jean, Samael le haut, à eux deux ils avaient une tenue entière ce qui au yeux du druide était assez humoristique.

"Pour être honnête, je n'ai que quelques parties de la soirée en tête... je me souviens que tu as débarqué dans le bar ou j'étais en milieu de soirée. Tu avais l'air clairement contrarié par quelque chose... Tu t'es assis a coté de moi, à commencer à boire et tu as fini par me payer des shots... en étant excessivement insistant !" il ne put s’empêcher de rigoler se souvenant de Samael a moitié éméché en train de le convaincre de trinquer. "Puis à partir de là c'est moins clair. Je sais qu'on a beaucoup bu... je crois que on a eu une prise de bec avec le barman... mais je suis pas sûr... puis après..." Connor ne termina pas sa phrase. À la place, il fit un mouvement de la main, désignant du doigt Samael et lui même à tour de rôle et enfin la chambre dont l'entrée était maintenant derrière lui. Un sourire apparut sur les lèvres du druide

"Je ne me souviens pas de tout, mais je sais que j'ai passé un très bon moment..." Osa le jeune homme pour conclure. Il laissa quelques secondes s'écouler avant de renchérir.

"Est-ce que ça t'aide a te souvenir de certains trucs ?"

  
️ Fiche par Mafdet Mahes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)   Sam 24 Fév - 21:56


Attention, ce rp contient des insultes et des mots grossiers.

☾ la nuit fut bonne.
You can holler, you can wail, you can swing, you can flail, you can thump like a broken sail but I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail. And after all God can keep my soul, England have my bones but don't ever give me up. I could never get back up when the future starts so slow. No longing for the moonlight, no longing for the sun, no longer will I curse the bad I've done. If there's a time when your feelings gone, I wanna feel it.

▼▲▼


Connor m’explique que le café que je suis entrain de boire est une spécialité de sa boutique qu’il tient en ville, une boutique spécialisée dans la vente pâtisseries et de boissons en tout genre. Un endroit qu’il me semble bon de connaître le matin avant d’aller au travail pour aller se chercher un café pour bien démarrer la journée. Franchement, je crois que j’ai trouvé le meilleur endroit pour trouver mon café. Il me semble en prime être déjà passé devant en me disant que ce serait bien de tenter l’expérience et que cela serait peut-être une bonne idée. J’ai enfin trouvé l’occasion de le faire. D’ailleurs, c’est lui qui a pris l’enseigne de la quincaillerie, l’échoppe qui me faisait de la concurrence. Donc je suis doublement content qu’il me dise cela, au moins j’ai quatre raisons de l’apprécier maintenant. J’ai l’impression d’avoir jouis comme jamais cette nuit, l’homme avec qui j’ai pris mon pied se trouve être sacrément canon, son café est délicieux et il m’a débarrassé du seul gars de la ville qui me faisait de l’ombre quant à mon commerce. Décidément Connor est plutôt sympathique comme gars. Je préfère donc garder cela en tête le concernant lui.
Puis je lui ai demandé donc si lui se souvenait de quelque chose. Moi je me souviens de ses lèvres sur les miennes, puis de ses mains dérivant sur mes parties génitales. Donc il faut que je sache, que j’apprenne d’autres choses, sur les circonstances, sur comment on s’est retrouvé à faire des galipettes dans son appartement et savoir si lui aussi a des images comme j’ai en tête. Il semble être dans le flou également, comme s’il tentait de mettre des mots sur ses souvenirs et en même temps il tente de chercher des explications à donner en regardant les dégâts inexistants dans son logement. Non, on a été sage cette nuit, enfin sage, du moins du côté matériel, côté physique, c’est une toute autre histoire vu les courbatures que je me mange et la sale gueule de bois qui persiste dans ma boite crânienne. « Pour être honnête, je n'ai que quelques parties de la soirée en tête... » Lui aussi donc, peut-être bien qu’à deux nous pourrons donc avoir toute la partie de ce que l’on a fait la nuit dernière. Ce serait bien, peut-être mieux. Enfin je n’en sais absolument rien, et j’ai pas envie de me foutre plus de problèmes sur la gueule. « Je me souviens que tu as débarqué dans le bar ou j'étais en milieu de soirée. Tu avais l'air clairement contrarié par quelque chose... Tu t'es assis a coté de moi, à commencer à boire et tu as fini par me payer des shots... en étant excessivement insistant ! » Oh mon dieu, j’ai été une petite prostituée dans le bar quand je l’ai accosté. Dans un sens ça me correspond bien, j’ai toujours été entreprenant et j’aime le sexe, autant ne pas se le cacher. Un sourire timide cache mon embarras parce que oui, je suis quand même un peu embrouillé face à ses souvenirs et j’ai peur de perdre les pédales. Et lui rigole, parce que je devais être sacrément aguichant face à lui étant donné que je le trouve plutôt sexy. « Puis à partir de là c'est moins clair. Je sais qu'on a beaucoup bu... je crois que on a eu une prise de bec avec le barman... mais je suis pas sûr... puis après... » La carrément je dois bien admettre que forcément, c’est totalement flou, après avoir bu on ne se souvient pas toujours, et là vu ce que l’on a ingéré quantité alcool on ne se souvient pas tout court. Et les signes de la gueule de bois ne trompent pas.
Connor ne termine pas sa phrase, il se contente de faire un signe de la main allant de lui vers moi. Je comprends aisément ce qu’il veut dire et cette phrase gestuelle est plutôt amusante. Lui se met à sourire, et moi je me mets à rire, parce qu’il semble gêné de dire tout simplement qu’on s’est sauté l’un l’autre. « Je ne me souviens pas de tout, mais je sais que j'ai passé un très bon moment... » Au moins il me semble avoir aimé et c’est totalement réciproque car moi aussi j’ai adoré ce qu’on a fait ensemble. « Est-ce que ça t'aide a te souvenir de certains trucs ? » Bon dieu, il me demande si ça m’aide ? Pas vraiment, parce que moi je ne me souviens absolument de rien. Toujours de rien. J’aimerais tellement pouvoir garder ou me remémorer les images de nos ébats sexuels. « Donc en gros, je t’ai dragué comme si j'étais une petite prostituée et après on a baisé ? » Clairement je suis grossier, et il faudra qu’il s’en accommode, j’ai toujours été comme ça et ça ne changera probablement pas. Je l’ai regardé droit dans les yeux avec un petit sourire sur les lèvres pour lui dire ça, au moins il comprend que je ne dis pas ça méchamment et que c’est normal pour moi.
Je finis par le regarder à nouveau, il n’est pas grandement vêtu, et surtout il a mon jean, et j’aimerais bien pouvoir le récupérer, et surtout, j’ai une autre idée derrière la tête. Sauf que je ne pourrais pas faire ça, clairement ce ne serait pas une bonne chose et ce serait peut-être un peu trop. Alors je le regarde à nouveau et je détaille ses pectoraux, et je les trouve finement sculptés, ce garçon est vraiment magnifique. « J’aimerais bien me souvenir, parce que clairement si ce dont je me souviens est aussi bien que tout le reste... » Oh que oui, je me mords la lèvre inférieure en faisant descendre mes yeux le long de son torse puis vers ses abdominaux et les poils de son pubis qui dépassent un peu du pantalon. Je finis par sourire à nouveau et attraper ma tasse pour boire une nouvelle gorgée du café tout en le regardant avec un petit sourire aguicheur au bout des lèvres.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Edenfield

avatar



Messages : 84
Points : 111
Réputation : 13
Date d'inscription : 29/11/2017

MessageSujet: Re: la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)   Dim 4 Mar - 18:57

/!\ Comme précedement, ce rp contient des insultes et termes grossiers. /!\
La nuit fut bonne
Feat : Samael Washington
Clairement ce petit voyage dans les souvenirs du druide ne semble pas amener de déclic salvateur pour Samael. Tout juste un sourire un peu gêné (ce qui le rend inexplicablement mignon). Connor manque d'avaler sa gorgée de travers lorsque d'un ton on ne peux plus naturel Samael résume la soirée à sa sauce.

"Donc en gros, je t’ai dragué comme si j'étais une petite prostituée et après on a baisé ?"
"Ouais, on peut résumer la soirée comme ça aussi" lance Connor entre deux fous rires. Il faut avouer que Samael en plus d'une bonne repartie avait l'air d'être plutôt direct ! Ça tranche avec les connaissances qu'il à eu ces dernières années et il ne parle même pas des moines qu'il a côtoyer pendant 4ans ! C'était un peu déstabilisant encore mais cela ne manquait pas de faire sourire Connor à chaque fois et au moins les intentions de Samael étaient claires et simples à interpréter.

La crise de rire n'aidait pas à calmer la migraine due à la gueule de bois mais cela valait la peine. Connor se réfugia dans sa tasse de thé qu'il termina dès que son rire se calma. Laissant la tasse sur le comptoir, Connor ne porta pas son attention sur son invité pendant qu'il se faisait dévorer des yeux à nouveau.  Un petit silence prit place dans la pièce, puisque aucun des souvenirs mentionnés par le druide ne semblait aider son ami a recouvrer la mémoire, il n'y avait soudainement une disparition de sujet de discussion.

 "J’aimerais bien me souvenir, parce que clairement si ce dont je me souviens est aussi bien que tout le reste..."

Connor surprit le regard clairement dirigé de Samael vers son intimité et ce malgré la présence d'un jean un peu trop grand. Oh... Le jeune druide rougit légèrement à l'idée que Samael était sans doute en train de le déshabiller mentalement en cet instant précis. C'était flatteur mais légèrement embarrassant également. Après tout, il y a une différence entre une partie de sexe en étant bourré ou en étant à peu près sobre. Et si tout cela n'avait été qu'une grossière erreur ? Et si finalement seul l'alcool avait été responsable pour ce bon moment ?! Le jeune homme ne savait pas trop si il devait répondre à cette tentation.

Connor tenta de trouver un moyen de reprendre une conversation ou tout du moins orienter Samael sur un autre chemin de réflexion (ce petit sourire en coin était inquiétant) mais rien ne semblait lui venir en tête si ce n'est des banalités. Il ignorait tout de Samael à part son prénom. Il ne savait pas ou est-ce qu'il habitait ou même ou est-ce qu'il travaillait... mais Connor se doutait bien que cela n’empêcherait pas Samael de continuer son petit numéro.

"Hum, ok, je vais aller me changer alors !!" Connor se leva dans la seconde et commença à se diriger vers la chambre. D'instinct, il s'étira à mi chemin, et Connor était prêt a jurer que Samael n'en n'avait pas raté une miette. Le druide entra dans sa chambre. Il contempla son lit avec une envie non dissimulé, il manquait clairement de sommeil. Au lieu de ça, il allait jusqu’à sa penderie et sortit un T-shirt et un Jean lui appartenant. Il déboutonna le jean de Samael qu'il portait et en deux coup de fesses, le pantalon se retrouva au sol. Il enfila alors ses propres vêtements. Une fois rhabillé il fit l'effort surhumain de se pencher pour ramasser le jean de Samael. Il sentit le poids d'un portefeuille dans une des poches et réprima sa curiosité pour aller jeter un œil, ne serait-ce qu'apercevoir la photo du permis de conduire (toujours ridicule). Lorsqu'il se retourna il fut surpris de voir une silhouette dans l'entrée de la chambre. Avec un sourire le jeune druide se contenta d'un simple "Attrape !" avant d'envoyer à Samael ses affaires.

  
️ Fiche par Mafdet Mahes



I know what I want
what i want is you. why don't you give me a reason to act like a fool ? what else can i do ? we all gotta go sometime. i don't wanna say goodbye, i don't know when, i don't know why but tonight, i wanna dance with you. oh, i wanna ride with you. yeah, i wanna rock with you, i wanna dance with you.Karmin_Dancewithyou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)   Mar 6 Mar - 19:52

☾ la nuit fut bonne.
You can holler, you can wail, you can swing, you can flail, you can thump like a broken sail but I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail. And after all God can keep my soul, England have my bones but don't ever give me up. I could never get back up when the future starts so slow. No longing for the moonlight, no longing for the sun, no longer will I curse the bad I've done. If there's a time when your feelings gone, I wanna feel it.

▼▲▼


La situation frôle le ridicule à plusieurs reprises depuis que nous sommes réveillés. J’ai toujours été comme cela, à dire très fort ce que je pense et être plutôt décomplexé face aux besoins du corps humain. A vrai dire à quoi bon cacher des choses aussi primaires que le besoin d’aller uriner, de boire, manger ou faire l’amour avec quelqu’un. Tout le monde est soumis à ces questions dans sa vie et tenter de les masquer ne fera pas de nous quelqu’un de meilleur aux yeux de la société. En être conscient est déjà un pas de plus vers l’humanité, et l’accepter montre une supériorité par rapport à la nature donc par extension à l’animal. C’est ce pourquoi j’aimerais me souvenir des choses, tenter de mettre des images et des significations sur les fragments de mémoires que je possède. Je lui ai demandé, il m’a apporté ses lumières, mais c’est trop peu pour faire un déroulement exact de la chronologie de la soirée et de la nuit. Je dois cependant m’en accommoder et faire avec. C’est certes frustrant mais c’est ainsi que les choses sont. Lui semble plutôt amusé par ma façon d’être, mais en tout cas ça ne le dérange pas, ni le choque, ce qui est déjà un point positif. Nombre de personnes sont incommodés par ce que je suis, et rencontrer une personne qui ne l’est pas m’aide à accepter ce qui s’est passé comme une évidence.
Et cet homme, Connor m’attire, alors cette évidence était probablement un signe du destin visant à nous mettre l’un sur la route de l’autre, ou carrément de façon très osée. Quoi qu’il en soit j’en ai profité pour le détailler, pour regarder son corps altier et parfaitement calibré selon mes goûts personnels. Lui est gêné cette fois-ci, comme si mon regard était une intrusion sur sa pudicité. Il ne devrait pas le ressentir ainsi, après tout je suis déjà plus ou moins familier avec son physique, inutile de jouer la vierge effarouchée. « Hum, ok, je vais aller me changer alors !! » Se changer ? A quoi ça sert d’aller se changer quand on est sale comme nous le sommes à l’heure actuelle ? Je ne comprends pas, autant prendre une douche avant de le faire. Quoi qu’il en soit, je me souviens donc qu’il porte toujours mon pantalon et que j’aimerais que cela me revienne, parce que me retrouver en caleçon dans la rue, c’est pas vraiment un bon délire. « Pense à me redonner mon pantalon au passage. » Je ris doucement, pas certains qu’il ait remarqué qu’il ait pris le mien tout à l’heure. Mais ce n’est pas grave, je le vois partir vers sa chambre et il s’étire, arquant son dos et contractant son fessier ce qui me provoque une grosse bouffée de chaleur immédiate.
D’ordinaire je ne l’aurais pas fait, mais quand il est rentré dans sa chambre et que j’ai vu la porte entrouverte, je me suis approché et je l’ai épié. Profitant de l’occasion, des coups d’œils de ma part viennent se loger sur sa peau que j’aurais envie de toucher du bout de mes doigts plutôt que de mes yeux. Il fait tomber mon pantalon avec deux coups de fesses et je les vois se dessiner sans boxer et une envie que je dois maîtriser se jette sur moi, j’aurais envie de venir et de le plaquer sur le lit, de l’embrasser pour ressentir à nouveau cette fièvre que j’ai eu la veille. Il se rhabille presque trop rapidement ce qui brime mon plaisir et mon désir, et je le vois reprendre le pantalon et se tourner. Je suis là, mais je fais genre de ne pas regarder, pour ne pas porter de nouveau une atteinte à sa pudeur. « Attrape ! me dit-il de façon exclamative pour que j’ai le réflexe de réagir quand il me jette mon jean. » Mais je ne le fais pas, je le laisse tomber et le vois, et je comprends qu’il est trop tard et que je suis faible, que mon être le réclame trop ardemment pour tenter de réprimer cette envie dévorante que je ressens.
J’entre dans la chambre et m’approche de lui d’un pas rapide, comme le chasseur s’approchant de sa proie, ne lui laissant pas le temps de s’échapper. Son corps se retrouve collé au mien par une pression de mes bras et mes lèvres viennent cueillir les siennes, pudiquement puis de façon acharnée, comme mues par le besoin de ce contact vital et elles descendent délicatement, vers son cou puis sa nuque et viennent embrasser son oreille tandis que mes dents mordillent son lobe désiré. Pas besoin d’autres mots, je retire mon t-shirt, lui enlève le sien et le jette sur le lit, venant m’allonger sur lui pour renouer avec des saveurs que je veux retrouver, mon âme irrésistiblement attirée par la sienne dans une langueur dangereuse pour nos sens.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
la nuit fut bonne (CONNOR&SAMAEL) (terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit allait être courte. (X) [Terminé]
» (n°15) Une bonne nuit de sommeil! On peut toujours espérer, non? [PV Beast]+ [Terminé]
» Bonsoir, Bonne nuit ...
» Bonne nuit tout le monde
» la nuit tout les chats sont gris (PV felyndiira) (SUJET TERMINÉ)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Appartements-
Sauter vers: