AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 But if you close your eyes(Feat Caracole)

Aller en bas 
AuteurMessage
Isaac Lahey

avatar


Humeur : Je t'ai demandé l'heure?

Messages : 186
Points : 196
Réputation : 14

Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

MessageSujet: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Sam 3 Mar - 1:01

But if you close your eyes


Caracole O'brien | Isaac Lahey




-----------------------------------------------


-Eh. Isaac. Debout.

Chris ouvre en grand les rideaux de la chambre, laisse entrer la lumiére dans l'obscurité qui me berçait. Je grommelle mon mécontentement, reléve la couette jusqu'au dessus de ma tête. Je ne veux pas sortir de mon lit, clairement pas. Les bruits de pas envahissent ma chambre, se rapprochent de mon lit alors que Chris m'arrache la couverture des mains. Je peux entendre son soupire d'agacement. Je gronde lentement, faisant comprendre que non, je ne me lèverais pas. Il reprend, sa voix graveleuse m'agressant tout autant que le soleil :

-Léve toi et va en cours. Tu n'as aucune excuse.


Je déteste ce genre de journée. Celle qui précède la lune, je sous entend. J'arrive au lycée, les cheveux en bataille, un jean huilé et un pull noir sur le dos. Je n'avais pas la moindre envie de faire un quelconque effort vestimentairement parlant. Je grommelle dans mes moustaches en me faufilant jusqu’à mon casier, bousculant et écartant du bras certains élèves qui me barre le chemin. J'aurais mieux fait de rester au chaud dans mon lit. Rester chez Chris. Voilà ce que j'aurais du faire. Sauf que celui qui me garde sous son toit pour le moment, n'est pas enclin à supporter mon humeur de chien de toute évidence. J'arrive enfin devant mon casier, tente de l'ouvrir en faisant tourner le bouton du cadenas en vain. Je gronde et arrache le cadenas d'un mouvement sec sur le bas.

Je peux sentir le sang taper dans mes veines, mon souffle court, chaud, mes mâchoires serrées. Il faut que je me calme. Que je pense a quelque chose de sain. Quelque chose qui me calme. Je ferme les yeux, inspire profondément. Tout ira bien… Tout se passera bien. Ce sera une journée comme les autres, je n'ai pas besoin de m'en faire. Je rouvre les yeux et desserre le poing dans lequel le cadenas se trouve toujours. Ce n'est plus qu'un morceau de métal plié en deux. Je râle :

-Et merdeuuuh…

Je soupire de mécontentement, prends mes affaires et claque la porte de mon casier. Je jette un coup d'œil sur cette dernière et voit la marque des griffes sur le métal. Je fronce les sourcils et baisse la tête sur mes mains. Et merde. Re-re-re et re-merde. Je suis tellement en rogne que je n'arrive pas a me contrôler. Je fourre les mains dans mes poches et avance dans les couloirs, tête baissé, de peur que mes yeux sois ocre. J'avance en frôlant les murs et me mange de pleine face un mec que je ne connais pas. Je le détail d'un rapide coup d'œil et la colère éclate en moi comme un volcan resté trop longtemps endormis. Je l'attrape par les épaules et le pousse dans la premiére salle de classe vide . Machoires serrées, je le plaque au mur :

-Tu peux pas faire gaffe ou tu vas, minus??





A monster and it keeps getting stronger
But I love the adrenaline in my veins
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1187
Points : 1281
Réputation : 80

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Lun 5 Mar - 21:49




But if you close your eyes




Le réveil œuvre à son travail depuis quelques minutes maintenant. Par malchance pour lui, je suis déjà debout avec un sourire aux lèvres, les bras en l’air après un étirement. Je bâille, effaçant les dernières trace de sommeil et accueille cette nouvelle vie avec plaisir.

Les douze prochaines heures défileront vite, surtout en sa présence.

Aujourd’hui, c’est le début de la semaine et je vais revoir Liam après deux jours. Notre Week end fût lié à nos meutes personnelles, et donc loin l’un de l’autre.

Impatient, je cours vers l’armoire de ma chambre et l’ouvre en grand pour choisir mes affaires. Même si c’est une simple journée de cours, je prépare la tenue achetée avec Zeke, lors de mon shopping. J’espère qu’elle va lui plaire. Non, j’en suis sûr !

Habillé, je descends pour avaler mon petit-déjeuner : Chocolat chaud et céréale. Rien de mieux pour tenir jusqu’au déjeuner.

Une fois terminé et mon sac sur l’épaule, j’offre un bisou à ma mère avant de partir directement à l’école. Je ne prends pas le bus ; même si le lycée est loin, il ne l’est pas assez pour un loup-garou et surtout, pas besoin de s’inscrire dans une salle de sport ou de payer l’autocar.

Un super combo.

Arrivé sur place sans fatigue et, surtout un peu en avance, j’entre dans le bâtiment à la recherche de la personne qui m’intéresse par-dessus tout :

Liaminou.

Sans faire attention à ce qui se passe autour de moi, je marche à côté des cassiers pour rejoindre le sien et ce qui devait arriver, se produit. Je me cogne contre un nouveau venu. L’élève aux cheveux frisé et brun m’est inconnu. C’est la première fois que je le rencontre en ces lieux, même si l’odeur qu’il dégage m’est familière. Un loup-garou et vu le rythme que joue son cœur, ce n’est pas le bon moment.

Ni une, ni deux, comme pour approuver mes explications, l’adolescent, en face de moi, grogne ; m’attrape par l’épaule et me pousse, sans ménagement, vers une salle de cours libre.

— Tu ne peux pas faire gaffe ou tu vas, minus ??

Je le détaille un instant vu que je ne peux rien faire d’autre. Je suis collé contre un mur, les pieds hors sol. Sa tête ne montre aucune échappatoire. Pourquoi réagit-il ainsi pour une simple bousculade ? Je ferme les yeux, ressens la colère qui émane de lui. Lui manque-t-il quelque chose ?

Inquiet par la situation qui se profile devant moi, une idée farfelue s’invite dans ma tête. Un film que Therence m’a montré et, au vu de l’histoire : (un type qui pousse un autre contre un mur pour l’embrasser à cause d’une connerie), je ne désire pas créer le moindre quiproquo :

— Désolé, je suis en couple et j’aime cette personne.




© Fiche by Mafdet MAHES




Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Lahey

avatar


Humeur : Je t'ai demandé l'heure?

Messages : 186
Points : 196
Réputation : 14

Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Sam 10 Mar - 15:32

But if you close your eyes


Caracole O'brien | Isaac Lahey




-----------------------------------------------



Foutue lune. Foutue condition. J'ai beau compté dans ma tête, tenter de penser a autre chose, je suis tellement sur les nerfs… A croire qu'il y a quelque chose dans l'air qui le réveille, c'est pas possible autrement! Et puis ce gars qui me rentre dedans. Il sent comme moi, comme Derek, comme Scott. C'est un loup lui aussi. Et si je pouvais me défouler un peu contre lui? Ce serait bête et méchant je sais, mais ça me calmerait surement. Et puis, il ne sera pas sans ressource, il est en capacités de se défendre. J'appuie un peu plus sur ses épaules, l'enfonce dans le mur, j'ai chaud, je sens les crocs prendre place mes yeux deviennent flavescent, mon rythme cardiaque rapide, mon souffle bouillant. La rage coule dans mes veines, s'insinue dans mon esprit comme un serpent. Un geste de sa part, un seul, et je me lâche.

-Quoi?

Je cligne plusieurs fois des yeux. Je rêve? Je viens de me faire éconduire alors que je n'ai fait aucune avance. Il a vraiment cru que je lui faisais des avances? Je fronce le nez, ne comprenant pas la situation. Qu'est ce qui peut bien lui faire croire qu'en ce moment précis je comptes faire quoi que ce soit à son égard? C'est seulement à ce moment que je réalise a quel point je suis proche de lui, a quel point mon visage est proche du sien. Si je ne savais pas au fond de moi que je cherchais juste a le provoquer, j'avouerais sans mal que cette situation est étrange. Mes yeux reprennent leur teinte céleste et je le relâche lentement pour qu'il retrouve les pieds sur terre. J'inspire profondément et me recule en secouant la tête :

-Je… Tu… Enfin, c'est pas ce que tu crois. Je balbutie plus que je ne parle. Je continue après une grande inspiration: Je ne suis pas attiré par toi, t'es pas mon genre. Pas que tu sois pas agréable au regard hein, mais je ne suis pas branché mec. Pas du tout.

Je continue de secouer la tête tout en gardant une distance raisonnable entre moi et le jeune homme face a moi. Ses propos ont eu le don de m'accoiser quelques instants, ce qui ,pour le coup, m'a permis de refouler loin en moi ma colère et le loup. Mais maintenant, je me sens nerveux et gêné. Je ne suis pas loin de piquer un fard. Je garde la mâchoire serré, baisse le regard, honteux :

-Désolé de t'avoir… Secoué. Un peu. Bredouillais-je

Mais quel con. Pourquoi suis-je incapable de me contrôler depuis mon retour a Beacon Hills? Et puis c'est quoi ces excuses toutes bidon? Ça ne me ressemble tellement pas. Je ne suis pas du genre a attaquer sans raisons, encore moins pour une simple bousculade dans le couloir. Je me passe la main sur le visage, embarrassé, un peu paumé également. Vraiment, depuis mon retour ici, j'ai l'impression d'avoir oublier jusqu’à comment marcher.




A monster and it keeps getting stronger
But I love the adrenaline in my veins
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1187
Points : 1281
Réputation : 80

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Mer 4 Avr - 10:11



but-if-you-close-your-eyes





Je ne sais pas où regarder une fois que j’ai dit ma phrase ; mes yeux observent les différents murs, mais ne s’arrête pas celui qui me maintient serré contre la cloison. Qu’est-ce que je dois faire ? Je ne tiens pas à tromper Liam et je n'oserais jamais le trahir ainsi.

Pourquoi est-il si proche de moi ? Je n’ai rien fait pour cela, à part la bousculade ? C'est à ce moment précis qu'une idée bien plus réaliste de vient à l’esprit. Et si je m’étais gouré ? C’est assez possible, surtout quand j’entends la suite.

Le cœur de mon… Il ne m’a même pas donné son nom… Il faut dire que moi non plus, je ne me suis pas présenté. Dans un sens, comment aurais-je pu le faire ?

– Quoi ?

Mon corps atterrit au sol et le loup-garou s’écarte un peu de moi. Je le regarde, d’un air perdu, tout comme le sien. Ai-je dit une erreur ? Sûrement vu sa tête.

– Je… Tu… Enfin, ce n’est pas ce que tu crois, parle-t-il avec un peu de mal : je ne suis pas attiré par toi, t’es pas mon genre. Pas que tu sois pas agréable au regard hein, mais je ne suis pas branché mec. Pas du tout.

Je l’observe et ne sais pas comment réagir face à sa phrase. Je me suis vraiment trompé sur ses intentions ? Il préfère les filles. Cette situation, dans un sens, me rassure. Qu’aurais-je pu dire à Liam après cela ?

– Désolé de t’avoir… Secoué. Un peu.

Je lève la tête et me la gratte, stressé d’avoir sortie cette phrase si rapidement, même si, elle m’a permis d’éviter un combat indésirable.

– Excuse-moi ! Je ne suis pas très doué dans ce genre de cas, souris-je maladroitement, un ami m’a montré un film et un des personnages réagissaient de cette manière pour draguer l’autre acteur, alors j’ai cru que toi aussi… Et j’ai préféré mettre tout cela au clair.

Je me mords l’intérieur de la bouche et ressens un brin de panique émané de lui, une inquiétude, et ça, je sais le reconnaître. Il ne va pas bien, quelque chose le tracasse.

– Tu as des problèmes, demandé-je doucement, me rappelant que je ne le connais pas : euh, c’est quoi ton prénom déjà ? Moi c’est Caracole, et si tu as besoin de parler, je suis là.




© Fiche by Mafdet MAHES








Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Lahey

avatar


Humeur : Je t'ai demandé l'heure?

Messages : 186
Points : 196
Réputation : 14

Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Mar 8 Mai - 21:57

But if you close your eyes


Caracole O'brien | Isaac Lahey




-----------------------------------------------



Je me sens tellement con. Comment est ce que j'ai pu lui faire croire que je comptais le dragué? Même quand je suis en colére je suis minable. Je crains. Mode looser ON. Bon, maintenant que je lui ai dit que je ne comptais pas lui faire des avances, je fais quoi? Je me sens tellement stupide. Vite, un trou. Un trou ou je peux me planquer et y restait pendant… Les 30 ans qui arrive? Ouais, ça reste une excellente possibilités. Je reste a une distance respectable du jeune homme face à moi, et quand je dis respectable ça veut dire assez loin pour ne pas lui laisser croire que j'ai des intentions à son égard, mais pas trop pour ne pas qu'il pense qu'il me dégoute, ce qui n'est, bien entendu, pas le cas.

Je reléve le regard sur lui quand il se met a parlé. Il s'excuse? J'hausse un sourcil, il est sérieux là? C'est moi qui doit m'excuser, surtout pour ce que je viens de lui faire! Il sourit. Je reste bouche bée devant ce type. Je le menace, je montre les crocs, j'étais à deux doigts de le fracasser…. Et il me sourit. Soit j'ai l'air d'un sacrée crétin, soit ce mec est doublé d'un ange. J'ai pas vu si il avait des ailes blanches dans le dos… Je regarderais mieux la prochaine fois que je veux lui éclater la tête pour une bousculade.

J'hoche la tête lorsqu'il me dit qu'il voulait mettre les choses au clair, détourne le regard pour admirer le bout de mes chaussures, me massant la nuque d'une main, m'appuyant sur le bureau de l'autre tout en me mordant la lévre inférieur. Je deviens forcément fou. Je ne sais même plus me controler. Comment ça va être, cette nuit? Et si je devenais violent et agressif? Ou pire, si demain à mon réveille, l'éclat de mes yeux avait tourné au bleu électrique? Ce serait une catastrophe… Je ferme les yeux, cherchant dans ma tête une solutions pour controler le loup que je vais devenir cette nuit …

Je reléve la tête vers le mec face à moi alors qu'il reprend la parole. Ce type est… Est-ce qu'il est réel? J'en connais pas beaucoup qui après s'être fait agresser propose leur aide, ils auraient plutôt tendance a s'enfuir ou a chercher des noises pour se reprendre... Moi le premier. Je cligne plusieurs fois des yeux en le regardant. Il a l'air tous ce qu'il y a de plus sérieux, ce fameux Caracole… Caracole. C'est quoi ce prénom? Le pauvre, ses parents manquaient pas d'imaginations ma parole… Dire que je me plains de mon prénom. Je me reprend et me redresse un peu :


-Isaac. Isaac Lahey.


Je me mord l'intérieur de la joue. Est-ce que je dois lui serrer la main? Non ça serait ridicule. Je croise les bras sur mon torse, m'assois a moitié sur le bureau et hausse une épaule sans me défaire de mon air de "Qu'est ce que ça peut te faire?" :


-Si j'ai des problèmes ça ne te regardent pas que je sache… Pour qui tu te prends? T'es bouddhistes c'est ça? C'est pas les bouddhistes qui pardonnent tous à tous le monde? T'as une réaction bizarre mec, j'étais sur le point de te refaire le portrait… Et tu me demandes comment je vais. T'as fumé quoi au petit dej'? Donne moi la recette, j'en veux…
Riais-je

Oui, je sais. Encore une fois, je préfére me cacher dérriére mon rire et mes sourire plutôt que d'avouer réellement ce que je ressens. Mais après tout… Je ne le connais même pas! Je ne vois pas trop pourquoi je devrais tous lui balancer comme ça, lui dire pourquoi je vais mal et ce que je ressens… J'attrape mon sac au sol, prêt à partir. L'avantage de ce quiproquo, c'est que je suis beaucoup moins sur les nerfs… Mon rythme cardiaque a même repris un rythme acceptable.




A monster and it keeps getting stronger
But I love the adrenaline in my veins
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1187
Points : 1281
Réputation : 80

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Lun 28 Mai - 17:23



But if you close your eyes feat Isaac




Je regarde le loup, en face de moi, qui recule de quelques centimètres, comme pour me prouver ces dires. Il n’a rien à mon encontre… Du moins pas de la manière dont je le craignais. Et cela me rassure. Je ne suis plus seul moi. Sa réaction est plutôt liée à une colère en lui. Colère qui se transforme en inquiétude. Je sens cet autre sentiment qui émane de lui, et, à cela s’ajoute un manque de confiance. Un très mauvais mélange, surtout pour un loup-garou. D’où ma question !

Comment va-t-il ?

Dans sa réponse, je comprends qu’il joue au dur, qu’il désire passer à autre chose, et, pourtant, j’ai aussi l’impression qu’il veut parler. À moins que cela soit une autre mauvaise interprétation de ma part ? Mais je pense être dans le bon. S’il souhaitait juste me taper, il ne se serait pas arrêté avec ma question, ou il serait parti sans attendre. Et là, il s’adosse contre un bureau. J’observe ses gestes, la morsure sur ses lèvres, je réfléchis à comment réagir… Et, me voyant silencieux, Isaac se redresse, prend son sac et s’apprête à sortir de la salle. Je suis, du regard, le jeune homme qui marche vers la porte et ressens, toujours ce questionnement en lui. Il risque de retomber dans la colère. Cette notion s’invite à nouveau dans la donne, mais moins puissante. Une colère qui ne demande qu’à éclore.

— Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu peux dire ce que tu veux, mais quelque chose te tracasse… Et même toi, tu ne te l’expliques pas… Je me trompe ? Et si, cela me regarde… Surtout si tu as du mal à te contrôler… J’ai des amis ici… Tout comme toi je suppose… dis-je simplement, en lui montrant mes yeux jaune brillant.

Je n’ai pas vraiment réfléchi à mon acte, juste à mon alpha qui, pour me calmer, avait fait la même chose… Chose qui quand j’y repense est très stupide… Je ne suis pas alpha et cette technique n’aurait pas l'effet voulu sur lui, à part me trouver bizarre, ce qui n’est absolument pas le but…

— Euh, désolé ! dis-je avec une pointe de stress. Je pensais que ça aurait te montrer que tu peux me faire confiance… Mais c’est un peu bête de ma part… C’est juste que si tu te poses trop de questions, tu risques de faire ressortir ta colère aussi vite qu’elle est partie… J'imagine que ce n'est pas ce que tu désires.

Je me triture les doigts, par pur réflexe, quand une de ses demandes me revient en tête :

— Et je ne touche pas à la drogue et à la religion, Isaac ! dis-je avec le plus grand sérieux du monde.



© Fiche by Mafdet MAHES








Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Lahey

avatar


Humeur : Je t'ai demandé l'heure?

Messages : 186
Points : 196
Réputation : 14

Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Mar 12 Juin - 13:47

But if you close your eyes


Caracole O'brien | Isaac Lahey




-----------------------------------------------



Pas de réponses. De toute évidence, ce qu'il prend est tellement puissant que lui-même n'en gère pas les conséquences. J'hausse un sourcil en me mordant l'intérieur de la joue. Je soupire bruyamment, lève les yeux au ciel et me dirige vers la porte. Autant le laisser tout seul, planter dans son mutisme. Je suis sur qu'il sniffe de l'aconythe tue-loup en secret, je ne vois que ça comme explications à son comportement.

Je me stoppe dans l’embrasure de la porte en soupirant. Sérieusement, il faut qu'il l'ouvre au moment ou je me casse? Je tourne la tête vers lui, jouant avec ma langue sur mes dents. Il me laisse apercevoir ses yeux jaune, je fais de même en grondant légèrement. Un pas en arrière, mon sac atterrit sur le bureau alors que la porte se referme dans un fracas sourd. Je croise les bras sur mon torse, bien droit sur mes jambes, mon regard planter dans le sien. Mes yeux luisent toujours. Est-ce qu'il cherche à me faire parler? Ou à se battre? Mes muscles se tendent sous ma peau à cette dernière idée. Me battre me ferait du bien, pouvoir me défouler enfin…

Il reprend en s'excusant de plus belle. Je soupire de nouveau, laisse ma tête tomber vers l'avant en la secouant négativement. Mes bras se décroisent lentement alors que je m'approche. Cette fois, je ne me fais pas avoir, pas question qu'il pense que je suis en train de le draguer. Mes mains se posent sur la table qui nous sépare et je me laisse tomber dans la chaise sans le lâcher du regard. Sa dernière réplique me fait rire, le son de ma voix résonne dans la classe plus que je ne le voudrais. Je secoue la tête :


-Si tu prends rien, c'est que tu as un sacré grain ma parole. Je me répète, j'ai voulu explosé mes phalanges sur ta petite gueule de garçon bien éduqué et tu me proposes ton aide? T'es pas normal.


Je secoue la tête, détourne le regard en laissant  l'éclat métallique de mes yeux reprendre place. Si j'ai bien compris, je ne vais pas me battre. Mais il me gonfle avec ses questions aussi!! J'ai besoin de me défouler, en atteste ma jambe qui tressaute a un rythme régulier. Ma langue se faufile sur mes lévres avant que je ne les triture du bout des dents. Une main se glisse dans mes cheveux avant de relever mes prunelles sur le jeune homme face à moi:


-Je suis sous tension. La lune en est la première cause, tu devrais le savoir aussi bien que moi, non?
je fronce le nez légèrement avant de reprendre : Le reste de mes interrogations ne regarde que moi. Je ne te connais pas, je viens de revenir à Beacon Hills, qu'est ce qui peut me prouver que tu es aussi cool que tu le parais ? Et pourquoi tu tentes à tout prix de m'aider?

Mes dernières paroles ne sont qu'un grondement sourd qui sort du tréfonds de ma cage thoracique. La colère remonte dans mes veines, emplis mon sang d'un liquide épais qui me fait voir rouge. Comment est ce que j'ai fait pour devenir ce monstre, cette bête emplis d'amertume prêt à s'abattre sur la première victime venue? La lueur acier de mon regard laisse place à celle ambré de l'animal qui sommeil en moi, tandis que ma mâchoire laisse percer les crocs . Si mon souffle est court, je reste cependant assis dans le fond de ma chaise, serrant les poings jusqu’à rentré mes griffes dans ma chair.  Ça va promettre en cours si je ne suis même pas capable de contrôler ça…




A monster and it keeps getting stronger
But I love the adrenaline in my veins
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1187
Points : 1281
Réputation : 80

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Mer 25 Juil - 15:38



but-if-you-close-your-eyes !





Isaac se retourne juste après ma réponse et oublie son envie de partir, pulsée par mon regard jaune, regard jaune qu’il me rend. J’espère ne pas commettre d’erreur en le forçant à rester ici. Il doit se calmer avant de rejoindre la salle de cours… Et parler, peut-être. Je me tais un instant, peu sûr, mais trop tard. J’atteins mon but, même si c’est de la mauvaise manière.

Sa respiration montre qu’il n’est pas des plus enclin à écouter et que je n’ai pas le droit à l’erreur. Je dois choisir avec soin les mots que j’emploierais et les gestes que je mimerais.

L’action débute.

Colérique, le loupiot recule, s’arrête une seconde, et jette son sac par terre, tout en refermant la porte. Il souhaite se battre.

Isaac m’observe un instant, se prépare à attaquer. Je me demande s’il n’a pas mal interprété mon acte. Sûrement, vu qu’il croise les bras autour de son torse, ses yeux brillent du jaune des bêta qui n’ont tué personne et cela me rassure, même si je sens cette violence en lui.

Je tente de me reprendre, d’anéantir le doute, et lui parle de mes intentions. Intentions que je lui explique sans attendre et mal. À moins que je détruise ses espoirs ? Il décroise les bras, comme pour annoncer la fin du round, pour l’instant. Il s’approche de moi et s’installe sur une chaise, non loin de moi.

Cet acte me donne envie de sourire, mais je ne montre rien. Je le laisse reprendre. Dans sa phrase, je ressens des critiques qui le touchent plus à lui qu’à moi et ne comprends pas pourquoi je souhaite tout de même l’aider. Je me tais, ne désirant pas le déranger, ou le couper dans son élan. Surtout qu’il garde le silence, ne me regarde plus. Les explications sur son mécontentement vont apparaître vites… Ses yeux reprennent leur couleur naturelle, même s’il soupire une nouvelle fois, passant sa main dans ses cheveux bouclés, il répond alors à ma question. Une fois son discours terminé, je ressens cette colère toujours en lui, mais elle n’est pas contre moi.

— Et ? lui demandé-je, un peu abrupte, si battre le premier venu, ou laisser une personne dans le besoin fait de moi quelqu’un de normal, ben, je suis fier d’être étrange… Surtout que dans ta phrase, tu as l’air de te faire plus de reproches qu’à moi.

Je ne rajoute rien d’autre, essaie de savoir quoi lui dire, de me rattraper après avoir remarqué sa transformation soudaine :

— Oui, je la ressens aussi, c’est peut-être pour cela que je parle parfois de manière directe, dis-je en pleine réflexion, pourtant je ne me laisse pas embarquer là-dedans, car j’ai pas envie devenir ce que mon ancien tuteur désirait faire de moi. Je ne suis pas son garde du corps… terminé-je, le cœur battant, mon regard se brouillant doucement…

Je me tais, soudain, lui ayant dévoilé un peu trop mon histoire. Je me le reproche assez vite et triture mes doigts. Je transpire à cause de bourdes et tente de rapidement passer à autre chose en répondant à sa dernière question :

— Je t’aide, car tu n’y arrives pas toi-même. Et surtout tu ne sais pas à qui parler… Sinon tu te dominerais mieux… Et arrête de te t’arracher les cheveux sur ce qui t’atteint… La plupart de mes pertes de contrôles sont liées aux trop grandes réflexions qui s’imposent à moi. Tu devrais trouver un meilleur moyen pour t’ancrer dans la réalité que le combat non ?


© Fiche by Mafdet MAHES



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Lahey

avatar


Humeur : Je t'ai demandé l'heure?

Messages : 186
Points : 196
Réputation : 14

Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Lun 6 Aoû - 0:27

But if you close your eyes


Caracole O'brien | Isaac Lahey




-----------------------------------------------



Mes poings me démangent, mes muscles tendus sous ma peau. Je n'ai qu'une envie, le cogner. Voir le sang couler et lui faire du mal, du mal a lui pour me soulager moi. Ecraser sa petite tête trop sage contre le sol, lui enlever cet air heureux du visage alors que moi je vais si mal. Si je n'arrive pas à être bien, pourquoi lui le serrer? C'est plongé dans mes propres tourments qu'il tente de m'apaiser. Je ne prend en considérations ses mots qu'en entendant son cœur battre anormalement, comme s'il était soudainement douloureux. Attends… J'ai rien fait, pourquoi est ce qu'il souffre?

Je garde la machoire serré, crocs et griffes sorties, mais je me calme lentement. Il m'a parlé de son tuteur… Une histoire de garde du corps… Je ne comprend pas ou il veut en venir. Mais il a mal. Intérieurement. Sa douleur répond en écho à la mienne. Son tuteur lui a fait quoi. L'image de mon pére levant la main sur moi m’apparaît comme un flash en pleine face. Est ce qu'il aurait eu droit au même traitement de la part de son tuteur? Est ce pour cela qu'il souffre? Le loup se tait, je cesse de gronder. Il transpire, sens l'acide. Il est nerveux. Mes yeux reprennent une teinte métallique. Il reprend, me parle de m'aider. Sa gentillesse me déstabilise, je ne sais plus quoi penser.Est il sérieux? M'aider alors que je viens d'essayer de le décapiter, encore?

Mes épaules retombent lentement. Le pire dans l'histoire c'est qu'il a raison. Je n'ai personne à qui parlé parce que j'ai l'impression que personne ne peut me comprendre. Je regarde les griffes qui ornent mes mains. Ça n'est pas moi. Le Isaac sur de lui et serein ne cherche pas la bagarre, jamais. Ou tous du moins pas pour rien. C'est mon père qui faisait ça. C'est mon pére qui levait la main sans raison, juste pour évacuer toute la tristesse qu'il ressentait. Je ne suis pas mon pére, je me refuse à être comme lui. Il en est hors de question, jamais.Mes crocs reprennent leur place, les griffes restent


-Je…


Je déglutit difficilement. J'ai besoin de parler. Besoin d'expliquer a quel point vivre ici sans Allison me parait insurmontable, comme le fait de ne plus avoir de meute me rend faible. A quel point je me sens vide depuis mon retour de France. Comme il est difficile de vivre avec le pére de son ex petite copine, de voir en lui des expressions qu'elle possédait. Je sens qu'il me regarde, qu'il attend, avec sa petite tête de garçon trop gentil et ses airs de gamins parfait. Est ce que je peux vraiment me confier à lui?  Tant pis, je vide mon sac


-Le moyen que j'avais pour m'ancrer à la réalités m'a quittée. Et par quitté, je parle de décès.
Mes yeux remontent vers ceux du jeune homme face à moi: Elle est morte. Elle était éléve ici, avec moi. Et elle n'est plus là. Je l'ai perdu pour toujours… Et j'ai sans cesse… Merde, je suis tellement en colére. J'ai pas pu la sauver… J'ai pas eu le temps…

Ma voix se brise. Reprend toi bordel!! Je déglutis difficilement, amèrement, tente de ravaler mes larmes qui menacent de se pointer, qui me piquent déjà les yeux et fait frémir mes narines. Je secoue la tête :

-Désolé d'avoir essayé de t'attaquer… Je suis pitoyable en ce moment.

J'essaye un sourire avant de rire nerveusement. C'est un loupiot plus jeune que moi qui vient de me calmer. J'ai honte. Je laisse ma tête retomber entre mes bras en inspirant et expirant profondément.




A monster and it keeps getting stronger
But I love the adrenaline in my veins
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caracole O'brien

avatar


Humeur : toujours joyeux

Messages : 1187
Points : 1281
Réputation : 80

Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 29
Localisation : A beacon hill, toujours en présence de Liaminou

MessageSujet: Re: But if you close your eyes(Feat Caracole)   Lun 5 Nov - 15:04



 But if you close your eyes
Caracole O'brien | Isaac Lahey






La colère qui émane de lui, grandit à chaque battement de cœur et se colle à l’ambiance de la salle. Ses poings approuvent mes pensées. La violence l’habite. J’essaie de le calmer et lui conte mon histoire : ce moment où mon tuteur se servait de moi, lors de combat. Me remémorer tout cela, m’inquiète toujours autant. La peur de le voir revenir et me reprendre sous « ses ailes » s’impose quand l’angoisse s’invite à la fête. Je retiens cette peur, pour ne pas envenimer les choses.

Les doigts d’Isaac se serrent, prêts à me frapper, puis se desserrent. Son cœur pulse d’une manière plus sereine. Pourtant, il garde, en lui, un poids qui écrase ses épaules et son esprit.

Je tente de le rassurer avec mes mots et mon être. Parfois, les gens attendent simplement une présence, une personne à qui parler et je me propose pour l’aider.

La colère, qui le bouffé, s’efface, peu à peu de son esprit, même si elle reste tapie quelque part et tant qu’il la gardera en lui, elle le contrôlera… Mais, cette fois-ci, il domine sa haine. Ses attributs lupins rentrent doucement en lui et disparaissent. Ses yeux dorés se déteint et retrouvent ses couleurs originelles, ses griffes rapetissent et ses crocs suivent le mouvement.

– Je, commence-t-il, hésitant.

Je me tais et n’esquisse aucun geste. Je ne le force en rien et attends tout simplement qu’il désire me dire ce qui le détruit à petit feu.

– Le moyen que j’avais pour m’ancrer à la réalité m’a quittée. Et part quittée, je parle de décès.

Depuis qu’il a commencé son discours, il ne m’a pas regardé, pourtant, à cet instant, il a levé ses yeux vers moi et repris :

– Elle est morte. Elle était élève ici, avec moi. Et elle n’est plus là. Je l’ai perdu pour toujours… Et j’ai sans cesse… Merde, je suis tellement en colère. Je n’ai pas pu la sauver… J’ai pas eu le temps… m’explique-t-il, la voix affaiblie par la souffrance que cette disparition a provoquée en lui.

Mort ! Je sais ce qu’il ressent. Mon sauveur n’existe plus lui aussi. Perdu durant une guerre. Sans l’intervention de Ruby et l’arrivée de Leoric, je me morfondrais encore…

– Désolé d’avoir essayé de t’attaquer… Je suis pitoyable en ce moment.
– Non, tu n’es pas pitoyable… affirmé-je, avec conviction, tu arrives à combattre ta colère quand on te l’explique.

Je cherche mes mots pour la suite et repense à ce que m’a dit Ruby, Leoric et Therence quand j’allais mal. Comme je ne le connais pas, je me vois pas lui ébouriffer les cheveux comme Therence a fait pour la disparition de papa. Pour Leoric, il m’avait promis de toujours veiller sur moi… Phrase que je ne peux redire, vu que je ne possède pas la force d'un alpha. Il ne reste plus que les paroles de Ruby pour essayer de panser ses blessures, même si, je devrais faire en sorte que cela colle pour son histoire.

– Je suis désolé pour ton amie… Moi aussi j’ai perdu quelqu’un d’important. Grâce à lui, je suis devenu un loup-garou et surtout, j’ai pu me sauver de chez mon tuteur. Il m’a changé et fait grandir…

Ma gorge se serre. Mes yeux me piquent. La tristesse gagne du terrain. Je respire une fois puis deux pour lutter contre cela.

– Je ne pourrais que te conseiller ce que d’autres mon dicté pour t’aider à avancer. Quand mon alpha est mort, j’ai rencontré son alpha. On a discuté tous les deux et elle m’a dit : « Que je devais rester fort pour lui ! Qu’il avait ses idées et que pour honorer sa présence, je devais suivre ses principes… Que je devais aussi protéger les gens que j’aime, les innocents ! D’être droit et honnête. Alors, toi aussi, si tu l’aimes, sois digne de ce qu’elle a laissé au monde ? Et surtout ne fait pas évoluer ton ancien encrage dans la violence. Essaie de trouver quelque chose de plus sain pour toi. Car te battre ne t’aidera en rien, tu te sentiras mieux sur le coup, mais en voudra plus, après quelques minutes… Crée-toi un lieu dans ta tête pour t’apaiser ? Imite Harry Potter contre les détraqueurs en pensant à ton meilleur souvenir ? terminé-je pour essayer de le faire rire.



© Fiche by Mafdet MAHES



Une nouvelle vie commence avec toi. Une vie de bonheur, (saupoudré de petit problème, comme toute vie de couple).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
But if you close your eyes(Feat Caracole)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50
» Come together ▽ 23/05 | 17h20
» ARMAGEDON ☞ close my eyes.
» Elo - Close your eyes, take a breathe, count to three...
» Caleb - I don't want to close my eyes, I don't want to fall asleep

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Salles de classe-
Sauter vers: