AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Flashback [PV Chris]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jane Myers

avatar


Humeur : Justicière
Messages : 75
Points : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Flashback [PV Chris]   Ven 9 Mar - 22:50


Flashback



Aujourd'hui on est samedi. Dans la ville de Beacon Hills, le temps était au beau fixe. Les habitants vadrouillaient dans les rues, entraient dans les commerces et se dépêchaient de ressortir avec leurs affaires achetées. Pas très loin, une jeune femme enceinte se promenait profitant du beau temps, accompagnée de sa petite fille qui s'amusait à enjamber les dalles de pierre sur son chemin. Le temps était idéal pour partir à la mer, se balader et même voyager. Pas un seul nuage dans ce beau ciel bleu.

Jane avait gardé certaines habitudes de New-York et tous les matins, elle partait faire un jogging autour du pâté de maisons. Faire du sport était pour elle, un très bon moyen d'avoir l'esprit libre tout en gardant la forme et l'apparence svelte. Elle s'exerçait une à deux fois par jours. Beacon Hills n'avait beau ne pas avoir de Central Park, ni même de Starbucks Coffee, elle n'en restait pas moins une ville pleine de surprises.

Après être retournée chez elle prendre une douche, Jane décida de prendre la route pour New-York. Il devait y avoir quelques heures de route à faire, mais elle était décidée à retourner dans la ville où elle avait habité pendant plus de vingt ans avec son père. La musique en marche, les fenêtres ouvertes, c'est parti pour New-York !

C'est la plus grande ville des Etats-Unis. New York City (NYC), elle est incroyable. Ceux qui n’y ont jamais posé les pieds la connaissent déjà, par le cinéma, les séries, la musique, la littérature. New York est une machine à rêve pour tous ceux en quête de célébrité et de succès. Jane adorait Manhattan, le cœur de la ville de NYC. C'est là qu'il y a Wall Street, Central Park, ainsi que beaucoup d'autres monuments aux architectures complètement délirantes. Le quartier de Soho fait partie des endroits les plus réputés et Jane y passait souvent à cause de ses nombreuses boutiques et restaurants. Lorsqu'elle habitait encore ici, Jane avait pour habitude de prendre le journal et de se rendre au McNally Jackson, un endroit fabuleux où elle allait chercher le meilleur cappuccino qui pouvait exister, tout en passant entre temps voir une boutique ou deux histoire de voir la nouvelle collection. D'autres quartiers comme Little Italy et Chinatown sont aussi tous deux intéressants et n'apportent que plus d'authenticité à la ville.

Le soleil avait disparu depuis longtemps et Jane n'avait pas vu l'heure passer. Il était 22h30 tout au plus et NY n'avait pas encore fini sa journée. En effet la nuit, la ville ne dort pas. Les vrais new-yorkais le savent, c'est l'heure idéale pour sortir boire un verre, danser, et s'amuser jusqu'au bout de la nuit. Jane connaissait un endroit à NY où elle allait avec des potes, un bar/boîte de nuit du nom de " The Marquee ", très tendance et surtout très connu. Il y a un code vestimentaire à respecter et heureusement, Jane avait mis sa robe chic qu'elle avait acheté dans un des centres commerciaux de Manhattan. Elle passa donc sans problèmes. A l'intérieur, il y avait énormément de monde et il faisait très chaud. La plupart des new-yorkais était déjà sur la piste de danse, ce qui laissait l'avantage de se frayer un chemin plus facilement jusqu'au bar. Une place était disponible à côté d'un jeune homme qui physiquement était plutôt bien gaulé. Il portait un costume, plutôt classe faut l'avouer. Jane se demanda pourquoi il n'avait pas enlevé sa veste plus tôt, il faisait une de ces chaleurs ! Elle s'assit à côté de lui, tournant son regard vers le barman, tout aussi ravissant.

" - Je voudrai un Manhattan, s'il te plaît Alex. " Elle ponctua sa phrase par un jolie sourire.
" - Jane ! " Alex finissait à l'instant de ranger ses bouteilles et vint la saluer, apparemment surpris de la voir ici. " - Ça fait si longtemps que je ne t'ai pas vu. Qu'est-ce que tu deviens ? "
" Oh tu sais, je ne suis jamais vraiment partie, ce lieu me rends tellement nostalgique. J'habite à Beacon Hills actuellement. Une petite ville à quelques heures de route. Ça faisait tellement longtemps que je n'étais pas revenue ici. " Elle pris son Manhattan et bue une gorgée. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressentie ce goût exquis de Whisky.

©️ Alony sur NU


" On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. " ADL



Dernière édition par Jane Myers le Sam 10 Mar - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Sam 10 Mar - 0:44

Flashback


New-York City. Cette ville est tellement connue du grand public, qu’on aurait l’impression que toute la population planétaire y vit. C’est vrai non ? Qui ne connait pas la Big Apple sérieusement ? Central Parc, les grands buldings, les grandes avenues bondées de taxis et de boutiques de marques de luxes. Cette ville, si vivante et moderne. Je ne pourrais pour ma part, jamais m’en passer. Elle est beaucoup trop attachante. Quand on y a passé toute son adolescence, c’est-à-dire que c’est tout de même le lieu où l’on va forger sa propre personne, ses opinions et sa façon de penser. La ville où l’on grandit, notre ville natale est forcément un endroit qui nous tient particulièrement à cœur. Et j’ai eu la chance, pour ma part d’avoir New-York. J’y ai grandis dans une quartier pas très loin de central parc, nous étions très bien placés. New-York amène certes de bons souvenirs lorsque j’y retourne, mais aussi beaucoup de mauvais souvenirs. C’est ici que j’ai eu ma morsure, dans « l’arrière pays » de la ville. Mais c’est aussi ici que j’ai commis l’irréparable. En effet, c’est en ces terres que j’ai tué la personne qui comptait énormément pour moi. Mon « premier amour ». Pour venir de Beacon Hills, nous sommes obligés de passer devant les bois où tout c’est passé. A chaque fois que je repasse devant, c’est un enfer. Je possède en moi un nombre de scrupules et de remords incalculables. Je sais que je n’y étais pas forcément pour quelque chose, mais je l’ai fais. J’ai commis l’acte, l’acte irréparable. Je me souviens exactement des émotions qui traversaient mon corps lors de la tuerie. J’étais sur Julie, une soif de sang avait envahit et prit possession de mon corps. Je n’arrivais pas à m’arrêter, je n’en n’avais surtout pas envie. Au contraire, lui donner des coups de griffes me procurer un plaisir fou. Je ressentais mes pulsions meurtrières comblées par ces coups portés. Mais, cette sensation c’est vite dissipée lorsque je m’étais rendus compte de ce que je venais de faire. J’aurai clairement aimé revenir dans le passé et pouvoir changer les choses… Mais nous ne pouvons malheureusement pas, à ce que je sache en tout cas. Les êtres surnaturels existent, mais la nature ne nous a pas donné le pouvoir de remonter dans le temps malheureusement.

Mais aujourd’hui, on est Samedi et je ne compte pas déprimer toute la soirée. J’ai eu certes mon petit moment de déprime lorsque je suis arrivé chez mon père, qui a su même si j’ai quelques différents avec ce dernier ces temps ci, me réconforter. C’est vrai que je devrais passer plus souvent le voir, avec tout ce qu’il a fait pour moi je lui dois bien ça… mais les études me prennent un temps fou, de plus j’ai encore du mal à faire le cap et revenir fréquemment ici. C’est une épreuve très difficile.

Ce soir, j’ai décidé de me mettre sur mon 31. Que dis-je ?! Montre 32 même ! Un beau costume deux pièces que mon père m’a acheté pour mes vingt-ans. Il est d’une très bonne qualité, et me va plutôt bien. Je le mets surtout pour lui faire plaisir, il est content au moins, c’est le principale. Généralement, le samedi soir je suis habitué à aller dans des bars plutôt pommés avec mon ancien groupe de potes. Nous n’allions pas toujours dans les plus grosses boites, car il n’y avait pas de vrai challenge. Nous se qu’on aimait, c’est rentrer dans un lieu sans ambiance, et repartir avec une ambiance explosive que nous avions nous-mêmes crées. C’était une très belle époque. Mais bon, moi et mon groupe de potes on c’est tous perdus de vu. Je me suis installé à Beacon Hills, certains sont partis sur la Côte Ouest, d’autre dans le Sud… Et nous n’avons même pas gardé contact. C’est ainsi que nous reconnaissons les vrais amis n’est-ce pas ? Pour changer, j’ai décidé ce soir de prendre le cap d’une célèbre boîte de nuit que j’ai pu fréquenter plusieurs fois tout de même, appelée « The Marquee ». La gente féminine est très présente, et les personnes sont très classes à l’intérieur. Que demander de plus ? Je connais en plus très bien le videur, il va être probablement très content de me revoir depuis le temps.

Ma montre affichait 22h15, j’arrivais à l’entrée de la boite. Bob étant à l’entrée, ne me reconnait pas au premier regard étant donné ma pilosité faciale qui avait très largement poussée depuis notre dernière rencontre. Dés qu’il me reconnait, il saisit amicalement ma main en la tirant vers lui, me donnant une accolade dans le dos.

- Chris ! Qu’est-ce que tu fais ici, j’ai cru que tu  étais mort oh ! Comment-tu vas ? Super la barbe !

- Bob ! Et bien je suis de passage à New-York, je rends visite à mon père ! J’ai déménagé dans un petit village à quelques heures d’ici, je viendrais de temps en temps ! Et merci pour la barbe ! Dis-je en souriant.

Il me salue de nouveau et m’invite à rentrer. La foule est par ailleurs totalement en délire sur la piste de danse. J’essaie de me tracer un passage comme je le pouvais vers le bar. Un russe digne de ce nom se doit de se prendre une bonne vodka pour commencer la soirée ! Je m’assois donc au bar, et commande au barman présent une double vodka avec une tranche de citron verre !

- Na zdrowie. Lâche-je en souriant au serveur qui venait de me servir mon verre.

Je savoure mon verre en commençant à le siroter tranquillement, toisant la boite de nuit dans tous les sens à la recherche de visage qui me paraissait familier. Une femme se dirigeant vers le bar attire particulièrement mon attention. Une mâchoire carrée, un très beau sourire et un regard déstabilisant s’approche du bar et s’assit à côté de moi. Je ne manque pas de lui adresser un simple sourire, pour ensuite me retourner et continuer à siroter mon verre. Je n’écoute pas forcément la discussion entre la jeune demoiselle à côté de moi et le barman, mais lorsque cette dernière prononce « Beacon Hills », je retourne ma tête instantanément en souriant.

- Excusez-moi, je n’écoutais absolument pas votre discussion, mais je ne pense pas que mon ouïe me fait défaut à mon âge. Un tel nom de ville n’est pas commun. Tu viens de Beacon Hills toi aussi ? Dis-je en affichant un beau sourire, content d’apprendre que les citoyens de notre ville ne restent pas fourgués là-bas.  Avant toute chose, moi c’est Chris. Enchanté. Réplique-je une nouvelle fois en lui tendant la main. Que fais-tu à New-York si ce n’est pas indiscret ? On est à quelques heures de Beacon Hills tout de même ! Rétorque-je en fixant mon interlocutrice droit dans les yeux.

Une bonne soirée s’annonce. J'enlève ensuite lentement ma veste de costume, la posant contre mes genoux. Il fait super chaud ici dites moi !
:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge



All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Myers

avatar


Humeur : Justicière
Messages : 75
Points : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Sam 10 Mar - 22:38


Flashback




 " - Excusez-moi, je n’écoutais absolument pas votre discussion, mais je ne pense pas que mon ouïe me fasse défaut à mon âge. Un tel nom de ville n’est pas commun. Tu viens de Beacon Hills toi aussi ? Avant toute chose, moi c’est Chris. Enchanté. " Dit-il souriant tout en proposant une poignée de main.

Jane regarda soudainement son interlocuteur,  surprise et lui serra la main, un sourire aux lèvres. Il venait de poser sa veste sur ses genoux, probablement signe qu'il allait rester en fin de compte. Jane regarda une nouvelle fois Alex qui répondit d'un clin d'oeil tout en s'éloignant. Un roulement d'yeux, puis son regard s'attarda sur l'interlocuteur.

" - Que fais-tu à New-York si ce n’est pas indiscret ? On est à quelques heures de Beacon Hills tout de même ! " Dit-il d'un regard interrogateur. Jane avait rougit subitement et lui répondit.
" - Je m'appelle Jane et en effet tu as bien entendu. " Dit-elle curieuse. " Beacon Hills est une ville pleine de mystères, pas vrai ? " Testant la réaction de son interlocuteur qui semblait être d'accord avec ces propos. " New-York fait partie de ma vie, j'y reviens souvent par nostalgie. J'avais toute ma vie là-bas, cette ville est tellement vivante. " Dit-elle rêveuse. " J'y ait vécu pas mal de temps, j'habitais à Manhattan, proche du quartier Soho. "

Jane venait de se rendre compte qu'elle parlait de sa vie avec un inconnu. Qui plus est, un inconnu venant tout droit de Beacon Hills lui aussi. Coïncidence ? Peut être est-ce t'il un chasseur comme ceux qu'elle avait déjà croisé. À première vue, il n'en avait pas l'air. Puis, comme chasseur, il ne serait pas très futé, sans armes sur lui et sans savoir l'identité de son interlocutrice. Il y a mieux et plus malin. Il faut dire que les chasseurs qu'avait croisé Jane, 3 ans plus tôt, étaient très au courant de la situation et visiblement bien renseignés. Par qui ? Ça, une bonne question en l'occurrence. Elle pris une nouvelle gorgée de son cocktail.

" - Et toi, que fais tu à New-York, aussi loin de Beacon Hills ? " Dit elle suspicieuse. " Envie de visiter ? Tu n'as pas l'accent d'ici... Russe, si je ne me trompe pas ? "

Soudain, l'ambiance de l'endroit changea pour laisser place à de la musique plus douce. Jane regarda sa montre qui lui indiquait minuit. Le temps filait tellement vite. Bientôt à cours de boisson, elle se tourna pour observer la foule. De son point d'observation, elle pouvait apercevoir deux homosexuels dansant l'un et l'autre sous les lumières des projecteurs, la scène sur laquelle une jeune femme chantait, sa guitare à la main, des jeunes assis autour d'une table jouant à un jeu d'alcool et d'autres allant à l'extérieur fumer une clope. Ce qui plaisait à Jane, c'était exactement ça, cet esprit fêtard, jeune et insouciant, cette liberté de pouvoir être qui tu veux sans te soucier des autres autour de toi. Ces sentiments qu'elle n'avait pas éprouvé depuis qu'elle vivait à Beacon Hills. New York lui correspondait tellement plus mais, elle n'en avait pas fini avec Beacon Hills. Qui sait, peut-être qu'un jour, elle reviendra ici définitivement. Ce qu'elle ne savait pas en revanche, c'était qu'à Beacon Hills, des liens forts allaient se créer la gardant accrocher pour toujours comme une souche à sa terre.

" - M. Ivakov, accepteriez vous cette danse ? " Elle ponctua sa phrase d'un regard malicieux.

Tout autour, des couples de danseurs se formaient, les lumières anciennement fortes avec alternance de coupures, avaient laissé place à une atténuation de couleurs plus harmonieuses.

©️ Alony sur NU


" On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. " ADL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Dim 11 Mar - 20:20

Flashback


Les boites de nuit de New-York sont totalement différentes de Beacon Hills. Celles de la petite bourgade sont plus conviviales, l’ambiance rime plutôt avec « famille » qu’avec grosse soirée. Mais j’aime tout de même cette ambiance. Mais cela ne vaut bien évidemment pas les boîtes de nuit de la Big Apple. Un monde pas possible, une musique de dingue avec des Dj’s autant doués les uns par rapport aux autres, une ambiance monstrueuse et un décor à tomber. Les clubs à NY sont très appréciables, et sont particulièrement l’ambiance que je recherche : pouvoir m’amuser, faire le con et pourquoi pas en prime faire des connaissances. C’est fou à quel point notre ville natale est toujours une espèce de noyau qui nous attire sans cesse, pour nous procurer cet envie de « retour aux sources ». Enfin, de mon point de vue en tout cas. Malgré toutes les « horreurs » que cette ville m’a données, je prends toujours autant de plaisir à venir, malgré que cela soit difficile au début.

La voix de mon interlocutrice, semblant s’appeler d’après ses dires Jane me sort immédiatement de mes pensées, mon regard attiré par le sien.

- Et toi, que fais tu à New-York, aussi loin de Beacon Hills ? Envie de visiter ? Tu n’as pas l’accent d’ici… Russe, si je ne me trompe pas ?

Je plissais les yeux en souriant, du à la remarque de la jeune femme.

- New-York est ma ville natale. J’ai passé toute mon enfance dans la ville, et j’ai déménagé à Beacon Hills il y a quelques années de ça déjà ! Et je ne pensais pas avoir l’accent Russe, je ne parle que quelques mots de la langue ! Et entre nous, c’est bien moche. Dis-je en rigolant légèrement ironiquement.

La remarque de Jane m’avait fait il y a quelques minutes m’avait bien intrigué.  Lorsqu’elle parle d’une ville pleine de mystère, il y a plusieurs solutions possibles à mon goût à cette énigme lancée. Soit, c’est un être surnaturel, ou bien une humaine connaissant notre « espèce », une chasseuse ou alors elle est totalement déchirée. Et en toute honnêteté, j’hésite entre la première et la troisième option. Son assurance, sa confiance en soit à première vue pourrait très clairement faire l’affaire pour une chasseuse, plutôt rusée. Mais je ne pense pas qu’elle raconterait sa vie à un inconnu, si c’était le cas. Et dans tous les cas, je m’en fou un peu pour le moment. Je vais simplement rester sur mes gardes, par simple mesure de sécurité.

L’ambiance de la boîte prend une toute autre tournure. Je tourne ma tête vers la foule, de célibataire qui se dissipait peu à peu pour laisser place à des  binômes mixtes. Un grand sourire se trace sur mes lèvres. J’allais proposer à la jeune fille une danse, lorsque cette dernière me prit totalement le court, ce qui m’arracha un sourire.

- M. Ivakov, accepteriez vous cette danse ?

- Avec plaisir. Dis-je en attrapant la main droite de cette dernière.

C’est ça que j’aime bien avec les New-yorkais. Pas de prise de tête, nous voulons simplement passer de bons moments, faire la fête et s’amuser en profitant au maximum. C’est tout ce que je souhaitais ce soir : passer une très bonne soirée, bien accompagné de préférence.
Je tire alors avec moi la dénommée Jane dans la foule, me créant un passage en zig-zagant entre les couples qui dansaient. Une fois arrivé à un endroit avec un minimum d’espace sur la piste de danse, je me retourne avec allure vers ma jeune rencontre, et désormais cavalière en remontant ses deux mains autour de ma nuque, plaçant les miennes sur sa taille. Nous nous mettons alors en rythme avec la musique qui résonnait dans toute la boîte, dansant plus ou moins vite en fonction des musiques. Nous nous démarquions très vite des autres dans nos pas de danses. Je ne suis pas un excellent danseur, je l’avoue en toute honnêteté. Mais j’étais plutôt bien accompagné, je me laissais diriger les quelques premières secondes pour reprendre le dessus par la suite, me rapprochant légèrement de cette dernière au fur et à mesure que les musiques s’enchainent. Je rapproche délicatement ma tête de son oreille la plus proche, pour lui glisser quelques mots, la musique étant très forte je n’avais pas d’autre choix.

- Ta remarque tout à l’heure m’a intriguée. Qu’entends-tu par le fait que Beacon Hills, est une ville remplit de mystères, t’entends quoi par là ? Dis-je tout en continuant de danser avec cette dernière.  

La jeune femme n’a pas une odeur de louve, mais mon instinct et mes sens me disent que ce n’est pas une femme ordinaire. J’ai bien envie d’apprendre à la connaître, et à vrai dire j’ai toute la nuit devant moi pour ça. La musique quand à elle devenait de plus en plus "calienté", rapprochant forcément nos deux personnes donnant une très belle performance que cela soit à regarder ou bien à pratiquer.
:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge



All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Myers

avatar


Humeur : Justicière
Messages : 75
Points : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Lun 12 Mar - 2:28

Jane and Chris - Flashback


One danse




Sa ville natale hein... on aurait pu dire la même chose d'elle si sa naissance n'avait pas eu lieu à Paris. Jane avait 4 ans lors de son déménagement à New-York avec son père. Elle avait pris les habitudes de la ville et s'en lassait jamais. Cette ville est tellement unique en son genre, soit tu l'aimes, soit tu la déteste, soit ça passe soit ça casse. L'accent ne la dérangeait pas, au contraire elle trouvait ça plutôt amusant. Jane savait reconnaître un accent étranger quand elle en croisait un. Elle s'était fié aux syllabes de son interlocuteur qui sonnaient comme du russe de toute évidence.

Voilà quelques années qu'il était installé à Beacon Hills. Intéressant, Jane était curieuse. Elle voulait en savoir plus et son interlocuteur fut la personne idéale pour en apprendre davantage. Chris avait pris ses deux mains pour les disposer derrière sa nuque. Une approche en douceur qui détendit Jane et ne pu s'empêcher de sourire. Quel bonheur un homme aussi gentleman. Et quel bonheur d'être à New-York. Jane passait une agréable soirée, sans complexes, sans regards inquisiteurs, sans personne pour l'empêcher de faire ce quelle voulait. Comme redevenir jeune... et con. La musique était douce du même genre que " Perfect Duet " d'Ed Sheeran. Facile à danser, il suffit de balancer son corps en rythme en évitant de s'écraser les pieds. Jane accompagnait Chris ou bien l'inverse, puis une approche de celui-ci vers son oreille avait surpris la jeune femme qui avait posé son menton sur son épaule quelques secondes plus tôt. Les lumières de la piste de danse alternaient différentes couleurs au rythme de la chanson, Jane ferma les yeux quelques instants, savourant l'instant.

- Ta remarque tout à l’heure m’a intriguée. Qu’entends-tu par le fait que Beacon Hills, est une ville remplit de mystères, t’entends quoi par là ? Dis-je tout en continuant de danser avec cette dernière. Jane sourit à la remarque.

Devrait-elle lui dire qu'elle n'était pas seulement humaine ? Que d'autres surnaturels existaient bel et bien et que Beacon Hills, elle le savait, était un aimant les attirant tous tels des robots programmés pour venir en un même lieu ? La musique devenait de plus en plus "calienté". À proximité, un couple dansait tellement proche l'un de l'autre que leurs lèvres se touchaient presque. Jane les regarda furtivement avant de regarder Chris droit dans les yeux.

- Tu dis que tu habites à Beacon Hills depuis des années. Alors je pense que tu sais très bien de quoi il est question. Le regard certain, elle s'approcha plus prêt de lui, testant sa capacité à rester concentré. Une histoire sur des chasseurs et surnaturels à Beacon Hills, ça ne t'évoque rien ? À quelques centimètres de ses lèvres, elle sourit et effleura son oreille. Je suis au courant et au passage...  je suis une coyote-garou.

Jane lui faisait confiance. Elle était aussi très franche, ce qui lui valait parfois de prendre des risques. Après une étude approfondie sur les chasseurs, elle savait qu'il n'en était pas un. Et tout comme elle, Chris cachait sa vraie nature. Elle espérait qu'il partagerait son secret et qu'ils pourraient liés tous deux, une véritable amitié. C'était lui, sa première rencontre de Beacon Hills et pas la dernière.

Avant qu'il ne puisse repondre, elle pris sa main et le guida à travers la foule en direction de la sortie. Un signe de la main vers Alex et tous deux savourèrent enfin l'air frais du dehors. Elle sourit au videur puis ils marchèrent tranquillement dans la rue. Le panneau indiquant le nom de la boîte de nuit clignotait alors qu'ils s'éloignèrent dans la ruelle sombre où le ciel était parsemée d'étoiles. Il faisait beaucoup moins chaud et il y avait moins de monde, idéal pour pouvoir discuter. Jane regardait le sol tout en esquissant un sourire lorsque son regard croisait le sien.

- Je peux reconnaître un chasseur quand j'en vois un, mais pour le reste... tu es quoi au juste ? Elle s'arrêta un instant et le regarda intensément voulant absolument connaître sa réponse.
©️clever love.


" On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. " ADL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Lun 12 Mar - 21:56

Flashback


Mes deux mains étaient apposées sur la taille de la dénommée Jane. Nous dansions avec une telle synchronisation que tout le monde ne pouvait que nous admirer ! Je sentis son mentons se poser contre mes épaules, à mon tour je dépose très légèrement le coin de ma mâchoire contre la tête de la jeune fille. J’aspirais alors à poumon plein par le nez, une très belle odeur se dégageait des cheveux de cette dernière… Ne croyez pas que c’est bizarre hein, c’est juste… un truc de loup. Je sentais que la question que je venais de poser à la jeune fille ne l’avait pas laissée indifférente, ce qui m’arracha un très large sourire. Quand sa tête se relève de mon épaule, je recule la mienne pour ne pas qu’elle se mange mon menton, ce qui, on peut le dire, aurait totalement foiré la scène. Elle lève sa tête et se met à me fixer sans fin, je me prête donc au jeu et ne la lâche pas d’un centimètre.

- Tu dis que tu habites à Beacon Hills depuis des années. Alors je pense que tu sais très bien de quoi il est question. Dit-elle premièrement, en s’approchant une nouvelle fois de moi. Une histoire sur des chasseurs et surnaturels à Beacon Hills, ça ne t'évoque rien ? Rétorque cette dernière à quelques centimètres de mes lèvres. Ok, elle est au courant de tout ça, et est par-dessus tout très provocatrice et joueuse. J’adore ça. Elle vire au dernier moment vers mon oreille. Je suis au courant et au passage...  je suis une coyote-garou. Lâche Jane sans aucuns scrupules.

Je ne dis absolument rien pour le coup. Une coyote garous ? Je n’en ai fréquenté qu’une, Malia une connaissance d’il y a quelques années déjà. Et à vrai dire, je n’en sais trop rien sur eux. Je ne sais même comment ils le deviennent, ni rien. Je sais juste à quoi ressemblent leurs yeux lors de leur transformation, c’est tout. Le monde est bien petit je trouve. Nous ne nous connaissons absolument pas, et j’aurai pu m'asseoir à n’importe quel endroit du bar. Elle aussi d’ailleurs, et j’aurai bien pu danser avec une autre personne, mais non, un autre être surnaturel. Le hasard, ainsi que le destin font bien les choses vous ne trouvez pas ? Je crois par ailleurs à ce phénomène : le destin. J’y crois dur comme fer. Pour moi, chaque chose que nous vivons, a un but bien précis. Ce n’est pas pour rien que nous vivons certains événements. Et là, c’est exactement la  même chose. Je ne pense pas que j’ai croisé cette fille par hasard. Enfin, si pour le coup. Mais, cela va forcément attiser et créer quelque chose entre nous, que cela soit amicale ou autre. J’en suis sûr, je le sens. J’allais aussitôt me mettre à parler lorsque la Jane s’arrêta subitement de danser en attrapant ma main pour me mener vers l’extérieur de la boite. Nous déboulons alors la sortie, Bob me regarda avec un grand sourire aux lèvres. J’affiche une mine incomprise par rapport à ce que venait de faire la demoiselle m’accompagnant, pour surenchérir d’un petit clin d’œil bien complice avec mon ami.

Nous arrivons quelques mètres plus tard dans une ruelle bien sombre. Je me retourne vers les personnes devant la boite, qui commençaient à être à une certaine distance, nous laissant donc une certaine « intimité ». Je relève ma tête tout en continuant d’être tiré par la jeune fille, regardant les étoiles que la rue nous permettait d’admirer au vu de la clarté très faible que cette dernière nous donnait. Je relâchais la main de Jane, et détourna mon regard vers elle en croisant mes mains contre mon buste.

- Je peux reconnaître un chasseur quand j'en vois un, mais pour le reste... tu es quoi au juste ?

J’attrapais à mon tour la main de la demoiselle en la tirant avec moi, totalement au fond de la ruelle pour être à l’abri de regards curieux. On ne sait jamais. Je la lâche ensuite quelques mètres plus tard.

- Une coyote-garou ? J’en connaissais une, il y a quelques années de ça. Je ne sais pas grand-chose sur vous à vrai dire, juste que vous avez de beaux yeux bleus lors de votre transformation. Et j’aurai un conseil à te donner Jane. Dis-je premièrement en m’approchant d’elle, de manière à se qu'elle recule et qu'elle se retrouve à dos contre le mur tout au fond de cette fameuse ruelle. J’aime autant jouer qu’elle a l’air d’aimer jouer, et de surtout provoquer. Je me donne totalement à son jeu, qui me plaît bien évidemment beaucoup. Tu sais, les chasseurs même si tu les connais sont de plus en plus astucieux, plus malins et savent se fondre dans la masse. Réplique-je, en frôlant à la limite ses lèvres avec les miennes, détournant ces dernières vers son oreille au dernier moment. Ne révèle jamais, sauf si tu es sûre de toi, ta nature aux autres. Réplique-je une dernière fois en souriant, laissant mon souffle s’abattre contre sa nuque en redevenant droit.

Je souriais alors à la tête qu’elle tirait, je pense qu’elle ne s’attendait pas à ce que j’agisse de la sorte. Elle n’avait pas l’air choquée, simplement surprise. Sûrement bon signe pour la suite.

- Quand à moi, je suis un loup garou.
Dis-je d’une voix assez basse. De morsure, je me suis fait mordre par ailleurs ici, dans la forêt à quelques kilomètres d’ici. Et comparé aux autres loups, je n’ai pas les yeux oranges lorsque je me transforme, mais bleus. Pas comme les tiens, dans un ton plus électrique. Réplique-je en laissant mes yeux scintiller avec ce fameux bleu électrique durant quelques secondes. Ne me demande pas pourquoi ils ont cette couleur, j’ai commis quelque chose dont je ne suis pas fier, qui a fait que j’ai cette couleur. Et n’en parlons pas, ça risquerait de totalement niquer la soirée, et ça serait vraiment bête car elle a très bien débutée. Je t’en dirais plus, plus tard, demain j’en sais rien si on reste en contact bien évidemment. Rétorque-je d’un air plutôt provocateur.

Mes yeux reviennent à leur couleur originale. J'avoue y aller plutôt vite pour le coup, mais je pense moi aussi pouvoir me fier à elle. Et surtout, sa réaction me prouve très clairement que ce n'est pas une chasseuse. J’observais désormais Jane qui semblait totalement découvrir ma nature de loup garou à première vue. Je pense avoir quelques questions sur ma nature, auxquelles je répondrais avec plaisir. Mais il fallait que je résolve un mystère.

- Par simple curiosité, après tu peux me poser n’importe quelle question sauf au sujet de la couleur de mes yeux, car je sens que t’en meurs d’envie. Comment es-tu devenue une coyote garou ? C’est de naissance, tu t’es fais mordre, j’en sais rien ? Dis-je d’un air totalement interrogatif.

Désormais, je la fixais droit dans les yeux et écoutais avec un grand intérêt tout ce qu’elle allait me dire. Cette soirée, s’annonce tout aussi intéressante qu’amusante.
:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge



All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Myers

avatar


Humeur : Justicière
Messages : 75
Points : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Mar 13 Mar - 2:53

Jane and Chris - Flashback


☆ Quelle que soit la longueur de la nuit, le soleil finit toujours par se lever. ☆



Parfois, nos chemins se croisent sans qu'on le sache. Par simple coïncidence, notre destin s'en retrouve lié à jamais. Des personnes peuvent croiser notre route et y rester ou partir comme si de rien était et retour à la case départ. Pourtant il en existe des lieux, par milliers.  New York était composée de 5 arrondissements. Tous étaient célèbres mais Manhattan était vraiment le plus connu. Maintenant qu'elle venait de balancer son secret, elle avait l'impression d'être soulagée d'un poids qu'elle avait traîné depuis New-York. Son regard explorait chaque bâtiment, chaque lumière, chaque voiture, chaque visage, chaque boutique, chaque panneau... d'un oeil nouveau. Comme transformée d'avoir enfin avouer sa vraie nature à quelqu'un. Quel apaisement d'avoir pu déballer son sac, même si elle savait que cela pouvait comporter des risques, comme se mettre à nu face à l'inconnu.

L'air frais caressait son visage illuminé par les lampadaires qui se faisaient plus rares à mesure de marcher. La nuit était beaucoup plus sombre et devenait davantage étoilée. Subitement, le jeune homme avait prit la main de Jane et l'avait entrainé dans le fond de la ruelle permettant ainsi d'éviter tout colportage. Son comportement pourrait être qualifié de sécuritaire, et c'était tout à son honneur. Après quelques secondes de concentration, Jane entendit ce qu'il avait à dire.

- Une coyote-garou ? J’en connaissais une, il y a quelques années de ça. Je ne sais pas grand-chose sur vous à vrai dire, juste que vous avez de beaux yeux bleus lors de votre transformation. Et j’aurai un conseil à te donner Jane.

Sa réponse l'a fit sourire nerveusement car elle le savait, il n'avait pas tous les éléments. Cependant sa réflexion fit tilt. Il a du connaître Malia Tate à Beacon Hills. Jane ne connaissait que son nom qu'elle à déjà entendu quelque part. Elle connaissait d'elle sa nature de coyote-garou. En réalité, les yeux bleus chez le coyote-garou veulent dire qu'il y a eu un meurtre d'un innocent. Malia a les yeux bleus car elle a tué sa propre famille adoptive. Si un coyote n'a pas tué, il a les yeux jaunes-orangés et si c'est un alpha, il a les yeux rouges. Donc techniquement, la transformation n'amène pas toujours des yeux de couleurs bleus. Cependant, Jane ne se doutait pas que ce système s'appliquait egalement pour les loups-garou dont elle ignorait totalement l'existence. Mais ce soir, tout va changer et le secret n'en sera plus un, normalement.

Jane ne pouvait discerner qu'une silhouette du jeune homme. Lui-même qui s'était pourtant rapproché tellement prêt d'elle, que son corps appuyait le mur derrière elle qui était d'un froid à glacer le sang. Un frisson parcourut le long de sa peau fraîche, jusqu'à atteindre le bout de ses orteils. Elle entendait la respiration de son interlocuteur qu'elle peinait à voir sous la nuit trop sombre, le bruit des battements de son coeur se répercutaient dans ses oreilles comme si sa tête reposait contre son torse. Se mordant la lèvre, elle attendait patiemment qu'il reprenne la parole afin de dévoiler son conseil qui pouvait se révéler très utile.

- Tu sais, les chasseurs même si tu les connais sont de plus en plus astucieux, plus malins et savent se fondre dans la masse. Son approche se faisait plus proche et bientôt, il fut à la limite de ses lèvres comme s'il s'attardait à vouloir l'embrasser. Puis il bifurqua vers son oreille pour ajouter d'autres mots qui l'a surprirent aussitôt. Ne révèle jamais, sauf si tu es sûre de toi, ta nature aux autres.

Protecteur ? Du vécu ? Jane ne savait pas très bien comment l'interpréter. Il avait emprunté le même chemin de provocation dont elle ne s'était pas privée, quelques heures plus tôt. Cest flatteur. Jane sourit à sa remarque.

- Je n'ai aucun doute avec toi. Dit elle rougissant légèrement. Je comprends ton point de vue, et je sais que tu as raison. Je me suis renseignée sur eux il y a de ça des années, 3 ans pour être exact. Ils sont très malins et savent anticiper même piéger leurs proies.

Penser à eux lui faisait toujours autant d'effet. Les points serrés, Jane se rappela de la scène avec son père. Les deux chasseurs débarquant avec leurs armes, son père Julian essayant de calmer le jeu, le chasseur tuant Julian et mourant lui aussi laissant un sourire jouissif et sanglant sur son cadavre minable, l'autre chasseur fuyant à toutes jambes, Jane plus en colère que jamais,  une poursuite facilement menée, un meurtre sans pitié vide de tout sentiment, une Jane transformée et oeuvrant pour la justice, son esprit vengeur étant... toujours intact pour le moment. En bref, une après-midi abominable. Les paroles de Chris l'extirpa de ses pensées, elle dessera instantanément les points.

- Quand à moi, je suis un loup garou. Dit il à voix basse. De morsure, je me suis fait mordre par ailleurs ici, dans la forêt à quelques kilomètres d’ici. Et comparé aux autres loups, je n’ai pas les yeux oranges lorsque je me transforme, mais bleus. Pas comme les tiens, dans un ton plus électrique. Il montra quelques instants sa vraie couleur d'yeux qui faut l'avouer, était envoûtante.

Un loup garou ? Bien-sûr ! Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt. Forcément, si les coyotes-garou existent, alors les loups-garou aussi, ça coule de source ! Il était alors un loup garou, un vrai, et leurs yeux pouvaient virer au jaune-orangé quand ils se transformaient. Intéressant. Le même système que pour les coyotes. À croire qu'on est bien plus proche qu'on n'aurait pu l'imaginer. Il s'est fait mordre, par qui ? Comment ? Pourquoi ? Et ses yeux à lui sont bleus électriques. Electriques, pourquoi electriques d'ailleurs ? Les yeux bleus, à son plus grand malheur, Jane connaissait sa signification. Il avait dû tuer pour mériter ses yeux. À quel prix les a-t-il obtenu ? Était-ce volontaire ou un accident purement dramatique ? Tant de questions qu'elle voulait à tout prix lui poser.

- Par simple curiosité, après tu peux me poser n’importe quelle question sauf au sujet de la couleur de mes yeux, car je sens que t’en meurs d’envie. Comment es-tu devenue une coyote garou ? C’est de naissance, tu t’es fais mordre, j’en sais rien ? Dit il activement. Le souvenir refit surface comme une vague déferlant sur les côtes. Il ne pouvait pas le savoir mais, se fut une épreuve difficile même si à cet âge, elle n'en était pas tellement consciente.

- La seule transformation connue à ce jour pour les coyotes-garou se réalise dès la naissance. La mère coyote-garou donne la majeur partie de ses dons à sa descendance. Ensuite elle redevient humaine en grande partie. Raclement de gorge. Ma mère est morte à mes 4 ans, on lui avait diagnostiqué un cancer incurable, elle n'a pas survécu. Dit elle légèrement triste. Je ne l'ai pas vraiment connue, mais c'était ma mère. Dit elle comme pour elle-même. Les souvenirs ne restèrent pas longtemps actifs en cet instant car elle ne voulait pas gâcher la soirée ni même se victimiser. Ce qu'elle voulait, c'était découvrir et apprendre le plus possible.

Il savait qu'elle avait les yeux bleus mais... pas pour les bonnes raisons. Elle se devait de lui dire, c'était important à ses yeux, qu'il comprenne. Mais peut-être n'avait-il pas envie de parler de ça. Sa réflexion se confirma lorsqu'il dit ne pas vouloir raconter la cause du changement de couleur de ses yeux. Ce qui était tout à fait honorable étant donné que de son côté, la même amorce s'était préparée. Jane espérait qu'un jour, ils se reverraient pour en discuter plus sérieusement, mais en attendant, la soirée n'était pas terminée.

Cela faisait des heures qu'ils discutaient et sans s'en rendre compte vraiment, ils étaient arrivés à Central Park. Dans le ciel, les étoiles brillaient intensément et la lune jouait le rôle du lampadaire qu'il manquait à cette partie du parc. Jane entendait chaque bruit environnant, les feuilles des arbres que le vent venait balayer, les grillons dont leur bruit s'entendait à plusieurs mètres, les arbres dont le tronc craquait au contact de la douce brise. Jane lui indiqua un banc sur lequel tous deux pouvaient s'asseoir. Un silence paisible semblait durer une éternité, et la brise venait caresser les cheveux de la jeune femme. Elle sourit, remit ses quelques mèches derrière ses oreilles, puis le regarda.

- Tu sais. Elle s'éclaircit la voix avant de continuer. Tu es le premier loup garou que je croise et j'en suis honorée. Elle baissa les yeux quelques secondes puis se redressa. Tes yeux sont magnifiques et pour rien te cacher, je trouve que tu es un homme surprenant. Dit elle franche et souriante. Ta confiance me va droit au cœur. Toutefois, j'aimerais que tu saches quelque chose. En réalité, tout comme les loups-garou,  les coyotes se transforment aux moments des pleines lunes et leurs yeux deviennent oranges pour les bêtas et rouges pour les alphas. Ils sont bleus lorsqu'ils ont tué un innocent. En faisant le rapprochement avec ce que tu as dis tout à l'heure,  les coyotes et les loups-garou possède donc le même mode opératoire. Ses mots s'enchaînaient les uns après les autres, sans reprise de souffle. Elle s'arrêta donc pour prendre une grande bouffée d'inspiration, voyant qu'il allait répliquer, sûrement pour dire qu'elle avait donc les yeux oranges ou tout autre chose, elle deglutit avant même qu'il puisse répondre. Mes yeux aussi sont bleus. Elle regarda ailleurs comme pour souffler, puis regarda Chris changeant la couleur de ses yeux quelques secondes qui devinrent bleus très clairs. Mais ne parlons pas de ça, profitons plutôt de cette soirée sous les étoiles. Elle ponctua sa phrase par un sourire avant de se lever.

Jane toisa Chris qui semblait en pleine réflexion, puis elle tendit sa main qu'elle espérait qu'il prenne. Elle l'amena au centre d'un grand espace vert puis s'allongea dans l'herbe, lui faisant signe pour qu'il l'accompagne. Le regard centré sur les étoiles, la brise amenant tout juste ce qui fallait de douceur et de fraîcheur, les yeux de la jeune coyote se fermèrent doucement.

- Dis-moi Chris, puis-je t'appeler par ton prénom j'espère ? Je voudrais savoir par qui tu a été mordu, tu le sais ? Dans quel contexte et pourquoi t'avoir laissé en vie ? Tu connais du monde à Beacon Hills comme toi ou moi ? Tu as des noms que tu peux partager ? Tu peux me parler d'eux, ou de comment vous vivez ? As-tu une meute ? Quels sont tes capacités en tant que loup garou ? Connais-tu des chasseurs ? ... Je suis désolée pour toutes ces questions, je suis juste très... curieuse. Si tu n'as pas envie de répondre, je ne t'en voudrait pas. Parfois il m'arrive d'aller trop loin. Son visage exprimait une certaine compréhension

C'était une soirée fabuleuse. Jane était contente d'avoir ce souvenir positif avec Chris de New-York. Grâce à cette rencontre, elle avait remplacé son souvenir dur et froid par un souvenir libre, virevoltant, doux, chaleureux avec Chris. Elle décida de poser son bras le long du corps et sentis soudainement sa main frôler celle de son partenaire de danse. Un léger frisson suivit d'un sourire, Jane enlaça ses doigts autour des siens et succomba au bonheur d'être ici.

©️clever love.


" On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. " ADL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Mar 13 Mar - 21:43

Dance with me.


Nous continuons tous les deux de discuter tout en marchant le long de petites ruelles sombres qui s’entremêlaient. Notre discussion était passionnante, et j’y portais un intérêt très fort. Jane avait une très belle façon de s’exprimer, elle était clair et ne passait surtout pas par quatre chemins pour arriver à ces fins, et demander ce qu’elle voulait.

- La seule transformation connue à ce jour pour les coyotes-garou se réalise dès la naissance. La mère coyote-garou donne la majeure partie de ses dons à sa descendance. Ensuite elle redevient humaine en grande partie. Dit-elle en se raclant la gorge. Ma mère est morte à mes 4 ans, on lui avait diagnostiqué un cancer incurable, elle n'a pas survécu. Dit-elle légèrement triste. Je ne l'ai pas vraiment connue, mais c'était ma mère. Lâche Jane tout simplement.

- Ah… je suis désolé Jane. Dis-je d’un ton sincèrement désolé. Et d’accord, je ne savais pas du tout pour votre transformation, ça ne se passe pas comme nous alors.

A force de discuter et de parler de tout et de rien, mais surtout de nos êtres surnaturels respectifs, nous arrivons à quelques pas de Central Park. Je relevais mes yeux en affichant un très large sourire à la vue de ce dernier. Central Park… Que des bons souvenirs me virent au cerveau en revoyant le fameux parc qui aura tant baigné mon enfance. Ici, j’y ai passé un nombre de journées incalculables. Entre les matchs de soccer, de football us, de baseball et j’en passe. On peut y faire de tout dans ce parc tellement sa superficie est grande. C’est une mini-forêt à lui-même en réalité. L’ambiance qu’il procure est tellement joviale à mon goût. C’est ici que j’ai rencontré et eu mon premier « rencard » quand j’étais plus petit, avec une jeune fille qui s’appelait Manon. Cette époque était tellement insignifiante, mais me plaisait tout autant. Être insignifiant a parfois quelques avantages, comme celui de ne pas connaître la triste réalité que la vie peut parfois nous faire endurer. De plus, Central Park est pour moi une sorte de « havre de paix ». Manhattan est une île remplit de Buldings, de voitures de pollution et toute autre chose caractérisant la population moderne et à la fois dégelasse. Car, j’ai beau aimé New-York, elle a franchement besoin d’un petit coup de nettoyage.  Et au milieu de tous ces bâtiments, vous avez ce petit parc, cette petite parcelle verte entourée d’immeubles pouvant faire respirer la ville. On peut y retrouver de tout dans cet espace vert : partant des bébés, passant par les adolescents pour arpenter les adultes et finir par les personnes âgées, voir même très âgées. Cette diversité et cette hétérogénéité m’a toujours plus, même lorsque j’étais petit.

Un vent venait soulever les cheveux de Jane, ramenant le parfum de ces derniers tout droit vers mon nez, me retirant immédiatement de mes pensées. Nous pouvions tous les deux entendre la nature vivante dans le parc s’agiter, et faire son petit train-train quotidien, car ils ne peuvent pas réellement faire ça de jour tellement le parc est bondé de monde. Je remets quant à moi mes cheveux en place, lorsque la jeune fille m’accompagnant brisa soudainement ce silence, devenant légèrement pesant.

- Tu sais. Elle s'éclaircit la voix avant de continuer. Tu es le premier loup garou que je croise et j'en suis honorée. Elle baissa les yeux quelques secondes puis se redressa. Tes yeux sont magnifiques et pour rien te cacher, je trouve que tu es un homme surprenant. Dit-elle franche et souriante. Ta confiance me va droit au cœur. Toutefois, j'aimerais que tu saches quelque chose. En faite, tout comme les loups-garous,  les coyotes se transforment aux moments des pleines lunes et leurs yeux deviennent oranges pour les bêtas et rouge pour les alphas. Ils sont bleus lorsqu'ils ont tué un innocent. En faisant le rapprochement avec ce que tu as dis tout à l'heure,  les coyotes et les loups-garous possède donc le même mode opératoire.

Et bien encore une nouvelle chose que je ne savais pas. Les coyotes ont aussi cette hiérarchie d’Alpha bêta, et probablement oméga aussi du coup ? C’est surprenant. La hiérarchie sociale est présente dans toutes les espèces que j’ai croisées apparemment. Et cela me fait plaisir d’un côté, car nous sommes peut-être différents les uns les autres, mais certaines caractéristiques comme cette hiérarchie nous rapproche et font que nous ne sommes pas si différents que ça. Et en soit, ça peut largement être une force.

- Mes yeux aussi sont bleus. Rétorque subitement Jane.

Je relève rapidement mes sourcils en tournant ma tête vers cette dernière, observant ces yeux virer à un bleu bien particulier, qui pouvait se rapprocher du mien mais qui était aussi à la fois différent. Et honnêtement, j’étais sur le cul. Mise à part Derek, je n’avais jamais croisé quelqu’un qui avait commis quelque chose comme ça, et honnêtement cela ne me déplaisait pas. Au contraire, ça me réconfortait plus qu’autre chose. Une personne comme elle, me prouve bien que je ne suis pas forcément un monstre. Je ne la connais certes pas beaucoup, mais elle n’a pas l’air d’être une tueuse, une personne horrible qui tue des innocents à volonté. Je pense que si elle a commis « l’irréparable », c’était soit pas accident comme je l’ai fais moi, ou avec une très bonne raison. La façon dont elle s’exprime, et surtout qu’elle amène le sujet de la sorte me prouve très bien que ce n’est pas d’une façon horrible qu’elle a fait cela. Je souris pour retourner ma tête vers Jane, la toisant de haut en bas lorsque son scintillement disparaissait peu à peu.

- Mais ne parlons pas de ça, profitons plutôt de cette soirée sous les étoiles.

- Je suis d’accord avec toi. Lui répondis-je. Tu es d'ailleurs une femme tout aussi sublime que surprenante toi aussi. Lâche-je avec un petit sourire, mes joues devant légèrement rouges. Cela me fait d'autant plus plaisir que tu m'accordes une certaine confiance en me révélant tout cela sur toi, vraiment.

Mon regard fut attiré par la main de Jane qui se releva. Je la saisis bien évidemment aussitôt pour me laisser entrainer vers un endroit qu’elle avait probablement en tête. Nous arrivons quelques secondes plus tard dans un grand espace vert. Je regard avec beaucoup d’intérêt la jeune fille s’allonger sur le gazon, m’invitant à l’accompagner de nouveau, ce que je ne manquais absolument pas de faire. Je me plaçais alors sur le dos, à côté d’elle en fixant les étoiles. Nous avions beaucoup de chance ce soir. Le coin n’étant pas beaucoup éclairé, et la pollution pas à son plus haut cap, nous avons là un très beau ciel étoilé, où nous allons probablement pouvoir voir des étoiles filantes tracer le ciel, un spectacle que j’affectionne tous particulièrement.

- Dis-moi Chris, puis-je t'appeler par ton prénom je l'espère, je voudrais savoir par qui tu as été mordu, tu le sais ? Dans quel contexte et pourquoi t'avoir laissé en vie ? Tu connais du monde à Beacon Hills comme toi ou moi ? Tu as des noms ? Tu peux me parler d'eux, ou de comment vous vivez ? As-tu une meute ? Quels sont tes capacités en tant que loup garou ? Connais-tu des chasseurs ? ... Je suis désolée pour toutes ces questions, je suis juste très... curieuse.

- Bien évidemment que tu peux m’appeler par mon prénom Jane. Alors, j’étais été mordus il y a quelques années de cela dans les bois comme je te l’ai dis tout à l’heure dans les bois autour de New-York lorsque je faisais un footing. Je courrais, et tout ce que je me rappel avoir voir est simplement des yeux rouges, qui m’avait dés lors inspiré beaucoup de haine, de colère et de peur. Ensuite, une morsure aux côtes, j’ai déboulé une grosse pente et j’ai percuté un arbre qui m’a stoppé dans mon élan. Je ne sais absolument pas qui c’est, je n’ai jamais eu de nouvelles de lui d’ailleurs. Il a peut-être été tué par un chasseur, ou a quitté la ville. Lorsque j’ai été mordus, après ma première pleine lune où j’ai fais cette chose qui m’a donné les yeux bleus au lieu des yeux dorés lors de ma transformation, je suis resté enfermé chez moi plusieurs semaine pour apprendre à me contrôler, et surtout lors des pleines lunes. Mon père m’a beaucoup aidé pour ça, étant donné qu’il était au courant. Lorsque je suis arrivé à Beacon Hills, quelques mois plus tard, j’ai rapidement connus du monde comme moi oui. Des noms à te donner, oui j’en ai mais il serait plutôt préférable que je te les présente. Je pense notamment à Maxine, une louve, ou bien encore Arès un gardien du surnaturel. Lui avait une transformation bien particulière lui donnant des aptitudes de tigre et une force, vitesse et dextérité décuplée. Il veille à ce que le surnaturel soit dans un certain équilibre. J’ai aussi rencontré une banshee tueuse, nommée Pia mais elle je n’ai jamais eu de nouvelles d’elle étant donné qu’elle a faillit me tuer. Si un jour tu souhaites rencontrer quelqu’un, je te présenterais aux bonnes personnes t’en fais pas. Et nous vivons tout à fait normalement. Lorsque nous avons appris à nous contrôler, se fondre dans la masse est quelque chose de primordiale tu sais. J’ai faillis entrer dans une meute, mais l’Alpha que j’ai côtoyé ne m’a pas donné de nouvelles. Mes aptitudes sont probablement les mêmes que les tiennes. Les sens développés, une force, vitesse et dextérité accrue, des performances surhumaines quoi. Je me suis déjà fait attaquer par des chasseurs, mais je n’aurai pas de noms à te fournir malheureusement ! Dis-je en finissant enfin mon monologue, respirant un bon coup.

- Et toi, tu te plais à Beacon Hills ? Rétorque-je en tournant ma tête vers elle.

Je reposais quelques minutes suivant notre discussion, ma tête contre l’herbe fraîche du parc. Je sentais dés lors le bras de Jane glisser le long de son corps, et donc forcément du mien.
Nos mains se frôlèrent, une multitude de frissons parcourent mon corps lorsqu'elle entrelaça ses doigts avec les miens. Ces sensations, ça faisait bien un moment que je ne les avais pas senties. Cette sensation de bien être, avec cette touche de bonheur partagé avec une autre personne. J’en profite pour fermer les yeux, « massant » le haut de la main de ma partenaire de danse avec mon pouce. Je savourais pleinement l’instant présent, un grand sourire aux lèvres.

J’attrapais quelques instants plus tard mon téléphone avec ma main libre, le déverrouillant pour chercher sur youtube une musique bien particulière. J’en profite pour directement déposer mon téléphone à terre, me relevant en relâchant la main de la jeune fille étant encore à terre, me regardant me relever.

- Nous étions entrain de danser de base à ce que je sache non ?
Dis-je premièrement. J’ouvrais délicatement les deux premiers boutons de ma chemise, pour ensuite tendre une main vers la demoiselle au sol. M’accorderais-tu une nouvelle danse ? Dis-je avec un large sourire.

J’attrapais alors sa main en l’aidant à se relever. J’en profite pour lancer le morceau de musique que j’avais choisis quelques instants plutôt, qui s’avérait être un slow. Je pris le soin d’enlever rapidement mes chaussures pour être plus à l’aise dans l’herbe fraîche, laissant probablement Jane faire de même pour ensuite déposer délicatement mes deux mains sur les siennes, la fixant droit dans les yeux durant quelques secondes, les déposant autour de ma nuque. Quand aux miennes, elles se logeaient avec finesse sur ses hanches, souhaitant de nouveau la provoquer, comme j’aime tant le faire. Nous nous mettons alors à danser, dans ce décor et cette ambiance plutôt atypique pour une danse, mais qui donnait une réelle originalité à la chose. Je déposais mon front contre le sien en souriant, me mordillant à plusieurs reprises ma lèvre par l’intérieur, démontrant le plaisir que je prenais à danser avec ma nouvelle partenaire de danse. Mes lèvres effleurèrent toujours à quelques centimètres les siennes, mon souffle s’écrasant sur  ces dernières ainsi que sur son cou, avec un air de sensualité. Je ne souhaitais que passer un moment magnifique et laisser derrière nous tous les problèmes que nous pouvons avoir chacun de notre côté. Et ce n’était bien évidemment par une corvée de faire tout cela, bien au contraire.
:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge



All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Myers

avatar


Humeur : Justicière
Messages : 75
Points : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Jeu 15 Mar - 2:01

Jane and Chris - Flashback


☆ Danser, c’est comme parler en silence. C’est dire plein de choses sans dire un mot. Yuri Buenaventura ☆



Il s'excuse. Ce type de réponse est souvent obtenue suite aux dires d'un proche décédé. C'est une réponse gentille, douce sans arrières pensées. Venant de Chris, c'était encore mieux. On se connaissait à peine pourtant, une sorte de courant passait bien entre nous. Ses attentions étaient toujours gentilles à l'égard de Jane, il se montrait sécuritaire, protecteur, à l'écoute. Il avait aussi cet esprit très libertin, comme Jane, rejetant le conformisme, les contraintes adoptant plutôt un style fantaisie et sans gêne. Comme prendre les choses comme elle viennent, juste vivre, sans oublier que le bonheur n'est pas un projet. Ça se construit tout les jours, avec chacun de ces moments, chacune de ces rencontres, chacune de ces émotions. Chaque événement fait de nous ce que nous sommes.

Sa main entrelaçait la sienne, les étoiles et la lune brillaient toujours dans le ciel devenant de plus en plus noir. Bientôt, même les quelques rares chauve-souris se mêlaient à la nuit ne laissant plus l'opportunité de les voir voler. Dans ce parc, Jane y avait des souvenirs. Des souvenirs qui lui paraissait tellement loin maintenant, comme d'une autre vie. Mais elle s'en souvenait très bien, elle y venait faire du vélo, se balader, lire et écrire, faire son jogging matinal. C'était comme une coutume d'aller à Central Park. Un coup le matin, un coup le midi, un coup le soir. Une habitude pour tous les vrais new-yorkais.

- Je suis d’accord avec toi. Tu es d'ailleurs une femme tout aussi sublime que surprenante toi aussi. Dit il souriant quelque peu. Cela me fait d'autant plus plaisir que tu m'accordes une certaine confiance en me révélant tout cela sur toi, vraiment.

C'était avec plaisir. Faut pas se mentir, Jane ne se serait pas délivrée autant si c'était un chasseur à la place. Des étoiles filantes. Un spectacle merveilleux à observer. Pour une observation optimale, il ne fallait aucune lumière et aucun nuage. Ce soir, toutes les conditions étaient réunies pour l'événement. Bien entendu, ce spectacle se devait d'être vu à deux et non tout seul. C'est pourquoi, cette soirée est tout simplement  bellissima. Mes questions étaient nombreuses, peut-être même trop. Mais Jane voulait absolument tout savoir et elle savait qu'elle pouvait avoir confiance en lui. Comme une intuition féminine.

- Bien évidemment que tu peux m’appeler par mon prénom Jane. Alors, j’étais été mordus il y a quelques années de cela dans les bois comme je te l’ai dis tout à l’heure dans les bois autour de New-York lorsque je faisais un footing. Je courrais, et tout ce que je me rappel avoir voir est simplement des yeux rouges, qui m’avait dés lors inspiré beaucoup de haine, de colère et de peur. Ensuite, une morsure aux côtes, j’ai déboulé une grosse pente et j’ai percuté un arbre qui m’a stoppé dans mon élan. Je ne sais absolument pas qui c’est, je n’ai jamais eu de nouvelles de lui d’ailleurs. Il a peut-être été tué par un chasseur, ou a quitté la ville. Lorsque j’ai été mordus, après ma première pleine lune où j’ai fais cette chose qui m’a donné les yeux bleus au lieu des yeux dorés lors de ma transformation, je suis resté enfermé chez moi plusieurs semaine pour apprendre à me contrôler, et surtout lors des pleines lunes. Mon père m’a beaucoup aidé pour ça, étant donné qu’il était au courant. Lorsque je suis arrivé à Beacon Hills, quelques mois plus tard, j’ai rapidement connus du monde comme moi oui. Des noms à te donner, oui j’en ai mais il serait plutôt préférable que je te les présente. Je pense notamment à Maxine, une louve, ou bien encore Arès un gardien du surnaturel. Lui avait une transformation bien particulière lui donnant des aptitudes de tigre et une force, vitesse et dextérité décuplée. Il veille à ce que le surnaturel soit dans un certain équilibre. J’ai aussi rencontré une banshee tueuse, nommée Pia mais elle je n’ai jamais eu de nouvelles d’elle étant donné qu’elle a faillit me tuer. Si un jour tu souhaites rencontrer quelqu’un, je te présenterais aux bonnes personnes t’en fais pas. Et nous vivons tout à fait normalement. Lorsque nous avons appris à nous contrôler, se fondre dans la masse est quelque chose de primordiale tu sais. J’ai faillis entrer dans une meute, mais l’Alpha que j’ai côtoyé ne m’a pas donné de nouvelles. Mes aptitudes sont probablement les mêmes que les tiennes. Les sens développés, une force, vitesse et dextérité accrue, des performances surhumaines quoi. Je me suis déjà fait attaquer par des chasseurs, mais je n’aurai pas de noms à te fournir malheureusement !

Son récit fut particulièrement intéressant. Une multitude d'informations à saisir, à absorber et des noms, d'autres surnaturels. C'est fou, la diversité qu'il peut exister, sans que personne ne le sache. Jane analysa chaque phrase, chaque mot sortant de sa bouche comme si le moindre petit détail pouvait tout changer. Il a été tué par un alpha qui ne l'avait pas recontacté. Bizarre, les alphas ne sont-ils pas " liés " à leurs bêtas normalement au point de les inciter à rejoindre leur meute ? Enfin, ce n'est que supposition. L'accident a été causé par sa première transformation. Aïe, sans contrôle de soi, c'est vrai qu'il est vite facile de déraper et faire des choses horribles. C'est noble de sa part que de vouloir se contrôler après cette terrible épreuve. D'autres auraient pu abandonner tout espoir. Jane le comprenait, une aide familière pouvait toujours se révéler utile surtout dans ces moments-là où on pense que tout est hors contrôle. Beacon Hills devait être le genre d'endroit où tout le monde se connaissait, où les rumeurs circulaient aussi vite que le vent, comme un village, rien à voir avec New-York évidemment. Chris avait cité des noms que Jane ne connaissait pas, mais également des catégories de surnaturels dont elle ignorait totalement l'existence jusqu'à maintenant. On se croirait dans un conte pour enfant ou chaque personnage joue un rôle bien spécifique. Mais ce n'était pas le cas, c'était la dur réalité. Des créatures biens étranges se pavanaient à Beacon Hills, des gardiens du surnaturel, des banshee... Encore une particularité qui n'existait nul part ailleurs. Et bien entendu, certains pouvaient être bien plus dangereux qu'on pourrait le croire. Il suffisait simplement de rencontrer les bonnes personnes. Mais qui ? Chris avait peut être bien la réponse à cette question. Les loups-garou pouvaient se fondre dans la masse. Là encore, on pouvait imaginer la scène autrement où les loups prennent la place des hommes costumés, par exemple, lors d'un bal masqué. Chacun possède son propre masque et s'amuse à le retirer s'il juge le moment opportun pour cette action. Concernant leurs capacités physiques, elles étalent les mêmes que celles des coyotes à peu de choses près. Jane appréciait son assurance, elle le voyait détailler chaque réponse qu'elle lui avait demandé, prenant le temps de bien tout expliquer pour qu'elle comprenne. L'ignorance de Chris sur le sujet des chasseurs ne l'importait que peu même si d'habitude elle aurait été déçue de ne pas avoir eu de réponses concrètes ou de noms pouvant donner le top départ d'une recherche frénétique, cette fois-ci les autres informations lui suffisaient amplement comme rassasiée de tout commentaire.

La question de Chris l'a fit sursauter comme tirée de ses pensées les plus profondes. Plaire est un bien grand mot, Beacon Hills, oui la ville est belle, le temps y est bon, euh... quoi dire d'autre... ?

- Oui. La ville est belle, les gens ont l'air plutôt sympa. Pour rien te cacher, je ne connais pas grand monde à vrai dire. Juste deux trois têtes par habitude de les voir dans des ruelles de passage. Il y a peu de temps que je suis ici, je n'ai pas encore tout vu. Avec le temps, je pense connaître plus de monde. Déjà je t'ai toi. Dit elle tournant sa tête pour le regarder.

Silence. Rien ne bougeait comme si le temps s'était soudainement arrêté. Puis vint la lumière du téléphone portable de Chris. Après quelques minutes, il se leva lâchant doucement sa main. Jane le regardait incrédule, un imperceptible sourire aux lèvres.

- Nous étions entrain de danser de base à ce que je sache non ? Dit il. Irrémédiablement, Jane sourit à sa remarque, d'humeur enjouée. M’accorderais-tu une nouvelle danse ? Exprimant un sourire flambeur.
- C'est exact, vous m'en voyez ravie. Dit-elle rendant son sourire.

Jane prit la main de Chris qui lança la musique de son autre main avec son téléphone. Une musique douce et mélodieuse caractéristique d'un slow s'entendit dans la nuit. Jane exprima un " Ooooh " pour signifier son engouement face à la situation. Les deux boutons de sa chemise enlevés, ses chaussures misent de côté, mais c'est qu'il est sexy le loup. Jane, sans se démonter, retira elle aussi ses chaussures laissant ses pieds nus toucher le gazon légèrement humide. Son contact apaisa la jeune coyote qui s'approcha de Chris. Comme au commencement de la soirée, tous deux se retrouvèrent mains posées sur les hanches et la nuque. Jane profita de ce moment pour masser la nuque de son partenaire avec ses deux pouces comme pour le remercier de l'avoir invitée à danser. Ses mains remontèrent instantanément vers son visage sur lequel elle dessina chaque traits, chaque creux, comme le ferait un scan sur un document. Front contre front, les deux s'étaient rapprochés si prêt que leurs lèvres se touchaient presque, faisant appel aux souvenirs plus tôt dans la soirée.  La provocation fut si grande, la sensualité si perceptible, Jane n'avait jamais ressentis ça pour personne d'autre. La jeune coyote sentait le souffle chaud de son partenaire, si doux si " calienté ", la tentation était si grande de vouloir l'embrasser violemment, comme une tension palpable prête à exploser. Le corps chaud, les muscles contractés, Jane prit ses mains, entrelaça ses doigts qui étaient proches de broyer les siens si la tension montait encore d'un cran.

- Je compte sur toi Chris, pour rencontrer les bonnes personnes. Étant nouvelle, je n'ai pas encore... d'affinités, si tu vois c'que j'veux dire ? Dit elle provocante, se rapprochant dangereusement de son oreille. J'espère te revoir bientôt à Beacon Hills. On pourrait, sortir de temps en temps, se rapprocher tous les deux. Dit-elle d'une franchise audacieuse.

Elle plongea dans ses yeux laissant elle-même ses yeux bleus apparaître dans la pénombre de la nuit.

HRP:
 

©️clever love.


" On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. " ADL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Jeu 15 Mar - 22:16


A long night..



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


La danse est à la fois une démonstration de savoir faire mais aussi un art à la séduction. Nous pouvons séduire sur tous les différents types danses à mon goût. Cela dépend simplement du lieu fréquenté et des goûts de chacun. Lorsque l’on danse avec une personne du sexe opposé, une certaine séduction et provocation est mise en avant pour rendre les mouvements artistiques plaisants à regarder. Et, cette fameuse séduction et provocation va forcément jouer un rôle sur les deux partenaires, pouvant donc créer une attirance l’un envers l’autre. Après bien évidemment, si l’attirance était déjà présente avant tout ça, la danse ne va que « accélérer » les choses. Une danse permet à quiconque de se relâcher lorsqu’il est avec le ou la bonne partenaire. Il suffit de se laisser aller, et de laisser les événements s’enchaîner les uns après les autres, en aillant confiance en soit un minimum et un certain « culot » si une occasion en or de séduire sa partenaire de manière un peu osée se présente. Mon but n’était absolument pas de séduire Jane lorsque je l’ai vu dés les premières secondes s’asseoir à côté de moi au bar du Marquee, même si je dois l’avouer, elle m’a directement tapé dans l’œil. Son allure, son regard, son sourire, sa posture athlétique et svelte, son aisance sa confiance en soit à première vue et un grand air mystérieux. Elle a tous les critères physiques réunis qui font qu’une personne va attirer très rapidement mon intérêt et mon regard. Lorsque nous avons entamé un premier slow, j’avoue totalement avoir kiffé le moment pour le coup, elle danse très bien et s’accorde en parfait harmonie avec mes mouvements, et pourtant Dieu sait que je ne suis pas un très bon danseur. Mais, j’ai pu me relâcher car elle a très vite su m'entraîner et réveiller le loup qui était en moi avec une simple provocation qui a très vite fait que cette dernière c’est très vite démarquée des autres. Les gens ont peur de s’amuser, ont peur d’oser des choses pour pouvoir accélérer les choses et créer une soirée magnifique, riche en événements et émotions. C’est ce que Jane a su faire à la perfection, elle m’a offert l’une de mes meilleures soirées passées sur New-York, me rappelant le bon vieux temps, mais aussi qui a la bonté de me faire revenir sur terre.

Qu’est-ce que j’attends sérieusement ? Ses mains parcourent mon visage en frôlant chaque partie de ce dernier, ne manquant pas l’occasion de me créer plusieurs frissons onctueux dans le dos. Nous continuons de danser, nos visages étant à quelques centimètres l’un de l’autre. Mon corps était bouillant, j’en étais limite haletant tellement la scène et les événements se déroulant étaient si sensuels, torrides et provocateurs qu’il ne me manquait pas grand-chose pour me jeter sur Jane. Lorsque ses mains glissèrent vers les miennes pour les attraper, entrelaçant ses doigts avec les miens en le serrant à la limite de les briser, je compris tout de suite qu’elle était exactement dans le même état que moi, ce qui ne manqua pas de m’arracher un long sourire.

- Je compte sur toi Chris, pour rencontrer les bonnes personnes. Étant nouvelle, je n'ai pas encore... d'affinités, si tu vois c'que j'veux dire ? Dit-elle en se rapprochant dangereusement de mon oreille. J'espère te revoir bientôt à Beacon Hills. On pourrait, sortir de temps en temps, se rapprocher tous les deux. Réplique cette dernière par la suite.

- Ne t’en fais pas pour ça. Dis-je dans un premier temps, approchant de nouveau ma tête vers son oreille à mon tour, ne manquant pas de laisser mon nez frôler avec délicatesse le coup de ma partenaire, un léger sourire aux lèvres. Et c’est bien évidemment avec plaisir. Répondis-je finalement.

Je remonte aussitôt ma tête en avant, plongea à mon tour mon regard dans le sien. Ses yeux s’illuminaient alors subitement dans un bleu magnifique. Je fis bien évidemment la même chose en laissant mes yeux virer à un bleu électrique bien spécial, pouvant l’admirer avec plus de clarté étant donné que ma vision lupine me permet d’y voir plus clair la nuit. Je ne cache pas que mon cœur se mit à s’emballer, et plutôt rapidement. Je n’avais rarement ressentit quelque chose de similaire à ce que je ressens actuellement, vers une autre personne et aussi rapidement. L’ambiance que nous offrait cette scène avait le don de me rendre nerveux, ma partenaire avait elle aussi le don de me rendre nerveux. Le bout de mes doigts glissa avec sensualité sur les avant-bras de Jane, remontant par ses hanches et ses côtes pour finir sur son cou. Je glissais à mon tour mes doigts sur les formes du visage de la demoiselle, arpentant chaque creux que ce dernier pouvait m’offrir. Ma main se logea finalement sur le bas de sa joue, mangeant un peu sur sa mâchoire par pour logique alors que nos deux têtes continuaient de se rapprocher, encore et toujours. Je ne lâchais pas la jeune coyote du regard, ma mâchoire étant totalement serrée. Je ne contrôlais absolument pas ce que j’étais entrain de faire, c’était bien plus fort que moi. Mon autre main se logeait quant à elle dans les cheveux de Jane, au niveau de sa nuque. La tension ne faisait que monter, ce moment me paraissait totalement au ralentis et je commençais vraiment à réaliser ce que j’étais entrain de faire, mais je ne reculerais absolument pas, et pour rien au monde. A croire ce que j’allais faire allait me déranger, oh non bien au contraire. Mes yeux se refermèrent au même moment que les siens, mes lèvres s’entre-ouvrirent lentement pour entrer en contact avec les siennes, avec le plus de sensualité possible. Ma respiration se voulait haletante, mes mains venaient et repartaient dans les cheveux de cette dernière au niveau de sa nuque, j’appuyais très légèrement pour lui démontrer le plaisir que j’étais entrain de prendre. J’en profitais pour mordiller à quelques vastes reprises sa lèvre inférieure, la tirant en arrière pour surenchérir de nouveau sur un baiser, que l’on pourrait qualifier de « frenchkiss ». Sur le feu de l’action, j’entraînais ma partenaire au sol lentement avec délicatesse et sensualité, la couchant totalement sur l’herbe fraîche du Central Park. Mes mains s’entrelacèrent de nouveau avec les siennes, les remontant au dessus de sa tête pour avoir une totale emprise sur cette dernière. Je serrais de nouveau ses mains, fort mais de manière supportable tout en continuant de l’embrasser aussi tendrement que possible, donnant quelques soupçons de provocation toujours en lui mordillant la lèvre de temps à autres.

Je profitais et savourais au maximum ce moment qui me parait tellement magnifique, remplissant ma soirée de bonheur et de bien-être. Nos lèvres se relâchèrent enfin après plusieurs minutes « d’apnée » si je puis dire.

- Euh, Jane, je suis dés… Dis-je en m’arrêtant subitement de parler.

Mon ouïe détecta des bruits de pas se dirigeant vers nous, et des faisceaux lumineux dirigés vers notre position. Cela n’annonce rien qui vaille, des gardes de nuits probablement. Mais j’avoue que sur le coup, je n’en ai strictement rien à faire. Je retourne ma tête vers la jeune fille étalée au sol en dessous de moi, lui arrachant un dernier baiser. Dire que je souhaitais m’excuser maintenant, ça sera sûrement pour plus tard. J’avais totalement oublié que traîner dans Central Park à cette heure ci n’était pas autorisée. Un petit cache-cache version XXL ou une petite course poursuite est sûrement en prévision pour les prochains événements à venir, même si j’avoue que j’aurai bien aimé rester au sol, avec elle encore quelques instants.
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

©️ Halloween sur Never-Utopia




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Myers

avatar


Humeur : Justicière
Messages : 75
Points : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Sam 17 Mar - 0:17

Jane and Chris - Flashback


☆ La seule façon d'être suivi, c'est de courir plus vite que les autres. Francis Picabia ☆



A l'heure où nous parlions, l'atmosphère était bouillante. Le coeur battant la chamade, Jane se retenait de se jeter sur lui telle une furie déjantée. L'apparition de ses yeux bleus prouvait quand même une certaine perte de contrôle de l'animal. Qu'allait être la suite ? Les prochains symptômes, peut-on dire, de ce dérèglement. Les griffes ? Les crocs ? Pour l'instant, rien de tout cela. Mais la tension était montée tellement haute qu'il était difficile de garder toute sa lucidité. Derrière Chris, Jane voyait flou, comme si l'arrière plan ou le décor etait devenu secondaire. Ses yeux ne voyaient que par Chris, son visage, ses yeux, ses cheveux, son nez, son cou... tout était précis dans ce premier plan. Son souffle chaud haletant sur son visage et son cou lui donnait a l'inverse de l'effet voulu, la chair de poule. Une surface de peau froide et un corps chaud, bouillonant de milles sensations. Danser, elle se debrouillait mais souvent, il lui arrivait d'écraser les pieds de son partenaire, de glisser et tomber ou même de trébucher. Dans ces moment-là qu'est ce qu'on peut se sentir idiot. Mais avec Chris, c'était comme si elle avait dansé toute sa vie. Pas d'erreurs, une danse qu'on pourrait décrire comme " exceptionnelle " ou " fusionnelle ". Comme si le choix de son partenaire avait dirigé sa façon de danser. Une combinaison explosive.

- Ne t’en fais pas pour ça. Dit il premièrement frôlant son cou avec son nez. Et c’est bien évidemment avec plaisir. Jane ferma les yeux tout en souriant d'entendre ses paroles.

A partir de ce moment là, Jane savait qu'un véritable lien s'était formé entre eux. Un lien fusionnel, passionnel, qui s'était créé au cours de la soirée. Le début n'avait pourtant rien annoncé de tout cela. Mais de fil en aiguille, les choses avaient, comme qui dirait, dérapées et laissées place à de la séduction, de la provocation purement partagée. La réciprocité des choses avait conduit ces deux jeunes êtres à cette finalité époustouflante où l'amitié premièrement construite s'était mêlée à de l'amour vivace. Ce bonheur indescriptible de se sentir être avec la bonne personne, c'était tout simplement merveilleux. Jane ressentait ce sentiment à l'égard de Chris. Même si c'était la première personne de Beacon Hills qu'elle venait de croiser. Même s'il était plus jeune. Même si leurs natures diffèraient. Même s'ils se connaissaient peu, l'attraction physique et mentale était là. C'était tout ce qui compte.

Ses yeux bleus électriques firent leur apparition. Quelle beauté. Jane adorait cette couleur, c'était sa préférée. Elle pouvait exister en plusieurs nuances, comme se fut le cas ici avec Chris et Jane, mais aussi tout autour de nous chaque jour, il était possible de l'observer, par exemple dans le ciel, dans l'eau, dans certains minéraux, dans divers objets du quotidien. La luminosité pouvait jouer aussi, le bleu pouvait devenir plus ou moins intense comme en pleine journée ou en pleine nuit. Là, tout de suite, le contraste fulgurant de ses yeux avec la nuit, était un spectacle à ne pas rater. On avait l'impression de voir des éclairs foudroyer dans ses pupilles. A l'inverse, Jane avait des yeux bleus clairs où l'ont pouvait imaginer un beau ciel bleu. Entre eux, une opposition appellative s'était révélée comme étant une force d'attraction qu'on pouvait visualiser entre une borne positive et négative.

Les deux partenaires se rapprochèrent doucement une première fois avec de simples avances caracteristiques de simples contacts au toucher, puis la seconde fois plus significative, plus intéressante comme la sensation d'un sentiment nouveau, caractéristique d'un baiser, à la fois sensuel et attirant. Ses mains dans ses cheveux, Jane se sentait succomber au plaisir, au désir qu'il lui procurait. Ce baiser sembla durer une éternité, mais une éternité de pur bonheur. Le début du baiser fut long, dû probablement à un sentiment de découverte, une sensation nouvelle non encore éprouvée. De petites pauses entre baisers furent nécessaires dans cette exploration. Puis une fois l'habitude prise, à force de répétitions, l'intensité se révéla avoir doublée, les appuis se faisant plus forts, plus insistants et prononcés comme pour marquer le coup. Jane se laissait emporter par cette passion extrême qu'elle jugeait plaisante et distrayante mais aussi hors de contrôle. Les yeux de la coyote s'étaient fermés et ses lèvres continuaient d'appuyer sur les siennes gracieusement, sans excès. Ses griffes étaient sorties d'elles-mêmes et ses traits du visage commençaient légèrement à s'épaissir. Ses mains touchèrent son dos et parcoururent le long de sa colonne vertébrale, tantôt le griffant par tentation, jusqu'à atteindre les cervicales. Au vu des évènements, les mouvements paraissaient plus rapides, plus rapprochés et Jane sentait que son partenaire voulait la deposer au sol comme le ferait-on d'une fleur sur une tombe. Le contact de l'herbe fraîche lui permit de se calmer, lui procurant une sensation de déjà vu qui la fit sourire repensant aux sensations ressentis lorsqu'elle avait enlevé ses chaussures pour laisser ses pieds nus toucher le sol humide. Jane vit ses mains, enlacées avec celles de Chris, remonter délicatement le long de son corps, qui était plus frais grâce à l'humidité de la nuit, et être placées en hauteur. De tout son corps, Chris semblait dominer la situation qu'elle comptait bien inverser, laissant sa nature de coyote-garou s'affirmer elle aussi. Mais elle ne put exercer son plan pourtant ragoûtant à souhait.


- Euh, Jane, je suis dés… Dit il s'arrêtant brusquement.

Elle aussi avait entendu. Des bruits de pas, impossible à entendre pour des humains, mais pour des surnaturels comme nous... l'herbe et les feuilles mortes craquaient sous leurs pieds permettant d'estimer leur position. Ils étaient proches. Très proches. Trop proches. Des lumières dirigées en tous sens apparaissaient clairement dans notre champ de vision. Jane encore sous l'emprise de Chris le regarda complètement alertée. " Mais, va-t-il se lever qu'on puisse partir en douce et vite !!! " Après un rapide baiser, elle se releva tout en se recoiffant. Des bouts d'herbe étaient accrochés à ses cheveux, on aurait dit une dryade sortie tout droit de la forêt. Et dire qu'il allait s'excuser. De quoi d'ailleurs ? Chris semblait dépité, Jane le regarda perplexe. Puis elle se retourna vers l'endroit d'où les lumières venaient. Des gardes de nuit, alors qu'elle allait demander à Chris ce qu'ils pouvaient bien faire, un des gardes la surprit, lui même était caché derrière l'arbre le plus proche.

- Eh ! Vous là !! Vous n'êtes pas sensés être ici !! Dit un garde pointant sa lampe de poche sur son visage. Jane fit quelques pas en arrière, éblouis par la lumière et s'arrêta, reprit ses esprits et...
- Chris court !!!!!!!!!!!

Jane s'élança, courrant aussi vite que possible. Derrière elle, Chris s'était mis lui aussi à courir ainsi que les gardes qui hurlaient de s'arrêter. C'était la première fois que Jane transgressait une règle. Elle aimait plutôt ça, c'était même excitant de braver l'interdit surtout aux côtés d'un si bel homme que Chris. Plusieurs mètres plus loin, elle vit le lac sur lequel elle ne pouvait marcher sur l'eau. Bien dommage en somme. Elle bifurqua par la droite ou elle entra dans le zoo. Génial, son ancien lieu de travail, pourquoi fallait il qu'elle passe par là. En plus elle le savait ! Elle continua de regarder derrière elle pour voir si Chris suivait toujours. Les gardes étaient toujours à notre poursuite. Quels bandes de nazes croyaient ils vraiment pouvoir nous attraper ? Son regard s'attarda sur une clôture facilement escaladable. Mais derrière celle-ci se trouvait un fossé. Elle passa la clôture prenant son élan pour sauter passant également le fossé. Leurs capacités physiques le permettait et c'est d'un soulagement qu'elle se retrouva de l'autre côté continuant sa traversée, Chris suivant toujours. Mais quel était cet enclos déjà ? Il y a des broussailles, des rochers, des herbes sèches, un point d'eau, et... une tanière. A sa vue, elle stoppa net son avancée en plein milieu de l'enclos manquant de se faire percuter par Chris. S'excusant rapidement, elle prit la main de Chris pour se cacher derrière un buisson. Les gardes arrivèrent quelques secondes plus tard, regardant perplexes de tous les côtés. Puis ils fulminèrent quelques reproches avant de repartir. Jane regarda Chris qui souffla d'apaisement. A l'inverse Jane n'était pas du tout rassurée. Elle connaissait bien les animaux étant elle-même soigneuse animalière et cet enclos n'était pas très... sécurisant.

- Chris. Dis-moi, en tant que lycanthrope et connaisseur en la matière, lorsqu'on entre sur le territoire d'une meute totalement étrangère. Est-ce qu'il y a possibilité que celle-ci nous attaque, ne nous connaissant pas et aillant l'habitude de chasser ? Jane le regarda dans les yeux d'un air horrifiée. Je te demande ça parce que... je crois qu'on est dans l'enclos des lions.

Jane plongea son regard bleuté dans la pénombre. Heureusement, leurs capacités pouvaient les aider dans cette galère. Mais il fallait faire attention car à partir du moment où nous étions entrés dans cet enclos, les lions pouvaient déjà le savoir. Surtout avec ces gardes et leur lumière aveuglante, ceci a pu quelque peu compliquer la situation. Jane examina les environs avec dextérité.

- Bon d'accord. Avant tout, ce qu'il faut savoir des lions c'est qu'ils sont extrêmement rapides. Dit elle à voix très basse. Ils sont le plus souvent entourés de leur meute et le chef est un mâle dominant et fort. L'important est que si on se retrouve en face d'un lion, il ne faut surtout pas courir. Il faut rester calme et paniquer le moins possible. Dit elle sérieusement. Nous allons traverser cet enclos, je connais une sortie qui nous permettra de ne pas se faire repérer par les gardes. Dit elle crédule.

Puis au pire des cas, elle savait quoi faire, les animaux sauvages, c'était son domaine. Aussitôt, Jane scruta les environs tout en traversant l'enclos. Chris à ses côtés, elle accéléra le pas, puis elle vit de l'autre côté la clôture de l'enclos, ils étaient enfin presque arrivés. Mais soudainement un lion leur fit face. Jane s'arrêta brusquement, points serrés. Le lion les avait aperçu et à première vu c'était un mâle. Peut-être le dominant. Jane prit la main de Chris lui incitant de ne plus bouger. Ne pas fuir. C'était la pire des solutions. Un léger rugissement sortit de la gorge du lion avançant doucement. Ses yeux luisaient dans la nuit. En observant les alentours, Jane vit d'autres yeux se braquer sur eux. Ils étaient mal, très mal. Jane tenta de se rappeler ce qu'on lui avait dit. Il faut se montrer dominant et non trouillard sinon il risquerait de sentir la peur et de charger. Le vent s'engouffrait dans la crinière du lion et dans ses cheveux. Jane se risqua d'avancer vers la clôture, un pas après l'autre. Puis le rugissement féroce du lion l'en dissuada davantage. Elle ferma les yeux quelques instants et les rouvrit observant le comportement du lion. Les babines retroussées, sa mâchoire s'était entrouverte délicatement dévoilant des canines aiguisées. Les oreilles baissées, tout portait à croire qu'il voulait nous faire peur et c'était plus ou moins réussie dans mon cas. En revanche, son voisin ne bougeait pas, va savoir ce qui lui passait par la tête. Jane inspira profondément avant d'entamer sa transformation. Ses yeux devinrent bleus, ses griffes remplacèrent ses ongles, les traits de son visage se durcirent et ses crocs se formèrent. De tout son être, Jane hurla contre le lion pour montrer sa férocité. A deux on serait plus efficace d'ailleurs, face à cette meute, il vaut mieux être trop que pas assez. Qui plus est, Jane ne voulait pas les tuer. Elle aimait trop les animaux pour ça. Une fois fait, elle redevient elle même, calmant le coyote par la simple pensée de son père. Les ardeurs du lion semblaient s'être calmées. A son geste, Jane décida d'effectuer quelques pas sur le côté très lentement, tranquillement sans brusquer le lion. Sans plus tarder, le lion fit quelques pas en arrière et s'éloigna laissant la possibilité aux jeunes de partir.

Passant la clôture Jane reprit son souffle. Il n'y avait aucune raison pour que les gardes soient ici, encore moins avec tout ce bruit. Après une petite marche silencieuse, il arriverent vers la sortie du parc. Rassurés d'être enfin sortie de cette galère, ils marchèrent un moment.

- Chris. Dit elle cassant ce silence. C'est à moi de m'excuser, vraiment. Je ne voulais pas nous mettre en danger en allant dans ce parc. Je suis franchement désolée. Dit elle sincère.

Le retour des lampadaires dans les rues de new York la consolait. Elle espérait ne pas avoir gâchée la soirée. Tout ce qu'elle voulait, c'était passer du temps avec Chris. Elle se rappela soudainement qu'elle avait réservé une chambre dans un hôtel pas très loin d'ici. Elle regarda Chris, souriante à moitié.

- Pourrais-tu m'accompagner jusqu'à l'hôtel. J'aimerais me reposer, il se fait vraiment tard. Dit elle en regardant sa montre. Et si ça ne te déranges pas... je voudrais que tu restes avec moi cette nuit. Dit elle de sa franchise inégalable.

Elle traînait des pieds dans la rue. Toutes ces mésaventures emcombraient son esprit et elle n'avait pas ressentis une telle insouciance et une telle vivacité depuis longtemps. Profitant de pouvoir marcher librement sans se soucier d'être poursuivie ou attaquer. Elle se rapprocha doucement de Chris pour l'embrasser tendrement, l'immobilisant dans son avancée. Puis elle prit sa main pour qu'ensemble, ils continuent leur aventure.
©️clever love.


" On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. " ADL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Sam 17 Mar - 20:09


A long night..



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Tout était parfait pour que nous passions une soirée magnifique. Le décor, l’ambiance, la complicité qui venait de naître entre nous deux. J’étais en compagnie d’une charmante jeune fille, toutes les conditions étaient réunies pour passer une très bonne fin de soirée. Mais en venant ici, nous n’avions pas pris en compte les possibles gardes de nuit qui rodaient dans le parc. Et bien évidemment, nous n’aurions pas pu avoir un peu de chance, de manière à ce qu’ils ne nous voient pas… Mais non, pas de chance. Ils nous ont pris la main dans le sac. Les lumières scrutaient terriblement nos deux visages, nous éblouissant totalement. Jane se releva d’un coup sec et recula de quelques mètres, au fur et à mesure que les gardes s’avançaient vers nous. Pour ma part, je ne captais pas trop ce qui était entrain de se passer. J’étais à vrai dire plus en colère qu’autre chose que ces derniers viennent nous débusquer dans nos ébats.

- Eh ! Vous là !! Vous n'êtes pas sensés être ici !! Lance l’un des gardes.

- Chris court !!!!!!!! Réplique directement Jane.

Les bruits de pas de Jane étaient vraisemblablement bien comparables à ceux des coyotes. Elle courait comme une féline chassant sa proie. Ses pas étaient sourds, et très rythmés. Je ne manque bien évidemment pas moi non plus de la suivre en courant le plus rapidement possible pour semer les gardes. Et j’avoue totalement avoir un peu de mal à la rattraper, déjà par le faites qu’elle changeait constamment de direction mais par sa rapidité. Elle m’épatait tout bonnement, si je puis dire. Nous contournions un grand lac en entrant dans le grand Zoo de Central Park. Mes sens m’alertaient bien évidement au vu des différents cœurs que mon ouïe a pu détectée que une multitude d’animaux étaient bel et bien présentes ce soir. Ce qui est logique, nous sommes dans un zoo. Nous nous arrêtons subitement face à une clôture, derrière se trouvant un grand fossé. Jane recule et sauta avec ces aptitudes la clôture et le fossé, ce que je fais bien évidemment directement après elle. Nous pénétrons alors dans un grand enclos, l’odeur présente à l’intérieur ne me dit rien qui vaille. Ma partenaire s’arrêta d’un seul coup, manquant par la même occasion de la percuter en arrivant derrière elle. Elle attrapa directement ma main et me mena derrière un buisson plutôt dense, à l’abri des gardes qui nous traquait potentiellement toujours. Ces derniers arrivent d’ailleurs quelques secondes plus tard, nous cherchant vaguement dans la zone pour repartir directement. Bande d’incapables. Le seul buisson présent dans l’enclot, ils ne sont pas fichus de jeter un coup d’œil, c’est la planque basique pourtant. Mais que voulez-vous, de plus en plus incapables. Je soupire quant à moi lentement, m’asseyant au sol en relevant ma tête vers le ciel étoilé. Mais, je sentais que quelque chose clochait. Jane, elle n’était absolument pas apaisée. Bien au contraire.

- Chris. Dis-moi, en tant que lycanthrope et connaisseur en la matière, lorsqu'on entre sur le territoire d'une meute totalement étrangère. Est-ce qu'il y a possibilité que celle-ci nous attaque, ne nous connaissant pas et aillant l'habitude de chasser ?


- Euh, oui… Pourquoi ? Répondis-je.

- Je te demande ça parce que... je crois qu'on est dans l'enclos des lions.

Je ne répondis pas à sa phrase et me mets simplement sur mes gardes. Je me relevais lentement en laissant moi aussi mes yeux virer au bleu électrique, tentant de trouver une potentielle trace des félins qui devraient logiquement être dans l’enclos. C’est donc ça l’odeur que j’ai sentis en pénétrant dans la zone !

- Bon d'accord. Avant tout, ce qu'il faut savoir des lions c'est qu'ils sont extrêmement rapides. Dit elle à voix très basse. Ils sont le plus souvent entourés de leur meute et le chef est un mâle dominant et fort. L'important est que si on se retrouve en face d'un lion, il ne faut surtout pas courir. Il faut rester calme et paniquer le moins possible. Dit elle sérieusement. Nous allons traverser cet enclos, je connais une sortie qui nous permettra de ne pas se faire repérer par les gardes. Dit elle crédule.

Nous remarquions tout les deux la clôture de l’autre côté de l’enclos, démarrant une marche rapide et silencieuse pour tenter d’esquiver la possible meute de lions présents dans la zone. J’étais quant à moi très perplexe. C’est beaucoup trop facile. On entre dans un enclos de lion, et ce dernier, leader de sa chaîne alimentaire nous laisse sortir sans rien faire ? Arrivés à quelques mètres de la clôture, des yeux scintillaient soudain devant nous, affichant par la suite une magnifique carrure du lion qui semblait être le male dominant à première vue. Je ne m’y connais absolument pas, mais vu sa posture et sa carrure, il ne peut être que le mal dominant. Ce dernier ne manque pas par ailleurs de laisser un petit rugissement s’échapper de sa gorge. Quant à moi, je tournais lentement ma tête de droite à gauche, remarquant plusieurs scintillements étant probablement les yeux des autres lions, s’approchant vers nous. Et pour le coup, je ne sais absolument pas quoi faire. La main de Jane attrapant la mienne me fit directement comprendre que fuir n’était pas la solution à adopter. Nous tentons malgré tout une petite approche vers la clôture, pas par pas, très lentement… mais le nouveau rugissement du lion, cette fois-ci beaucoup plus féroce nous fait clairement saisir que le fait d’avancer quelques pas de plus n’est pas à prendre en considération. Mon attention était totalement captée par les lions présents autour de nous. Et en toute honnêteté, la seule chose que j’envisageais était de sortir les crocs pour leur bondir dessus, je ne voyais que ça. Mais le hurlement de Jane qui venait de se transformer me fit directement changer d’avis. Pour l’aider, j’hurlais moi aussi à mon tour en laissant le loup prendre le dessus sur l’être humain, mes caractéristiques physiques lupines faisant leur apparition. Les lions s’étaient calmés directement, ce qui ne manqua pas de m’arracher un long sourire. Je laissais lentement mes émotions se différer, reprenant une apparition totalement humaine. Les félins se dégonflèrent par pur logique et s’en allaient dans le tanière, à quelques mètres d’ici.

Nous passions enfin la clôture devant nous, nous menant aux belles rues de New-York. Je soupirais cette fois-ci pour de bon, craquant ma nuque de droite à gauche pour me soulager. C’est que tout ce stress m’a légèrement tendu. Nous entamons une simple marche en direction de je ne sais où. Un long silence venait de s’installer, Jane venant le briser soudainement.

- Chris. Dit-elle dans un premier temps. C'est à moi de m'excuser, vraiment. Je ne voulais pas nous mettre en danger en allant dans ce parc. Je suis franchement désolée. Rajoute cette dernière.  

- Ne t’en fais pas. Dis-je dans un premier temps. Au contraire, ça m’a vachement boosté. Transgresser les règles de temps à autre, cette dose d’adrénaline et cette envie d’aventure ne fait pas de mal non ? Répondis-je en lui souriant.

Nous continuons de marcher, cote à cote dans une longue et grande avenue de New-York. Et honnêtement, je n’avais absolument pas envie de rentrer. Je voulais seulement, passer le reste de la soirée avec Jane, passer encore et encore du temps avec elle.

- Pourrais-tu m'accompagner jusqu'à l'hôtel. J'aimerais me reposer, il se fait vraiment tard. Dit elle . Et si ça ne te déranges pas... je voudrais que tu restes avec moi cette nuit. Réplique de nouveau Jane.

Je n’attendais qu’une seule chose, c’est de continuer à rester avec elle. Un long et large sourire souleva mes lèvres, tournant ma tête vers elle.

- Avec plaisir. En toute honnêteté, je ne voulais pas te quitter de la soirée. Tout court, même. Lâche-je en souriant.

Notre marche me semblait durer une éternité. La main dans la poche, je toisais les différents bâtiments que cette dernière nous offrait. Ce paysage si atypique de New-York, qui ne plaît pas forcément à tout le monde. Certains préfèrent la campagne, les grandes plaines d’herbe à perte de vue. Mais quant à moi, les grands buldings à perte de vue de la Big Apple me convient largement plus. Je suis né dans la ville, je suis un jeune de la ville et n’aime pas réellement la campagne. Mais, depuis ma morsure, j’ai une tendance à plus aimer les bois que la ville à certaines périodes de l’année, mais un retour aux sources ne fait pas de mal, bien au contraire. Jane m’arrêta subitement, me sortant par ailleurs de mes pensées. Se rapprochant de moi, je remontais ma main contre sa joue ne manquant pas de lui donner un baiser langoureux. Je souriais derrière ce baiser, des frissons parcourant l’intégralité de mon corps. Je saisissais à mon tour sa main, la collant légèrement à moi pour continuer notre route. Je me laissais tout de même guider par la jeune coyote qui me menait à son hôtel. Un stand de tacos ambulant attira mon attention à quelques mètres. Tout ce sport, toute cette action m’a donné faim, très faim.

- J’espère que tu ne vas pas me laisser manger seul ?
Dis-je en tirant Jane avec moi devant le marchand.

Je commandais alors deux tacos, laissant Jane dicter la garniture qu’elle voulait au mec qui tenait le stand. Je pris bien évidemment les devants pour payer les deux sandwichs, prenant aussi deux boissons gazeuses. Avant qu’elle se mette à manger en plongeant ses deux mains dans le sac où les deux tacos y étaient logés, j’en profite pour passer délicatement mes deux mains sur ses joues, lui offrant un baiser digne de ce nom. Nos lèvres commençaient à se connaître petit à petit, donnant une chorégraphie de ces dernières de plus en plus complices, rythmées et rapides. Nos lèvres se décolèrent quelques secondes plus tard, adressant un long et large sourire à ma partenaire. Mon bras se glissa autour de la nuque de Jane, la collant contre mon épaule en continuant de s’avancer vers un banc au bord de la route pour s’asseoir et manger tranquillement.

- Bon appétit ! Lançais-je en lui adressant un long sourire.

Quelques fous rires et chamailleries sur nos façons différentes de manger s’échangèrent durant notre en-cas du soir. Après avoir finis, nous nous relevons pour prendre la route de l’hôtel. J’en profitais pour de nouveau attraper sa main, entrelaçant mes doigts avec les siens.

Nous n’étions plus très loin je pense.
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

©️ Halloween sur Never-Utopia




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Myers

avatar


Humeur : Justicière
Messages : 75
Points : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Lun 19 Mar - 3:55

Jane and Chris - Flashback


☆ Les petits moments d’aujourd’hui deviennent de précieux souvenirs de demain. CB ☆



Nous marchions dans la rue, côte à côte, main dans la main, seuls dans cette rue faiblement éclairée par les lampadaires. La compagnie de Chris était tout ce dont elle avait besoin. Sa présence était si rassurante, c'était bon d'être avec lui, aussi proche. La rue, était en réalité une avenue, plus précisément " Madison Avenue ". De chaque côté, des magasins de vêtement, d'accessoires de mode, d'alimentation... Et beaucoup plus bas se trouvait l'hôtel : The Roosevelt. Réputé pour sa notoriété, son élégance, son luxe contemporain, en bref un hôtel d'une très grande qualité.

- Ne t’en fais pas. Dit il dans un premier temps. Au contraire, ça m’a vachement boosté. Transgresser les règles de temps à autre, cette dose d’adrénaline et cette envie d’aventure ne fait pas de mal non ? Répondit il souriant.

Oui. Un peu d'aventure, de vie trépidante. Pourquoi pas, mais que ça en devienne pas une habitude. En général, Jane est une personne sérieuse, s'autorisant quelque fois des folies. Ses parents étaient tellement croyants, " sur le droit chemin ", généreux, honnêtes, qu'ils étaient devenus coincés avec le temps. Jane ne voulait pas devenir comme eux. Elle voulait vivre, savourer chaque opportunité que la vie lui offrait. Ce moment dans cet enclos, aux côtés de Chris, partageant leurs vraies natures, fut éprouvant. On aurait pu s'enfuir, au risque d'être pourchassés et tués. Antérieurement, en présence des gardes, on aurait pu se faire attraper et emmener au " New York City Police Department ". Heureusement rien de tout cela n'est arrivé. Mais se fut tellement vivifiant de braver l'interdit. Ce souvenir restera longtemps.

- En effet. Un peu de folie dans ce monde de brute. Dit elle en riant.

La soirée s'étendait légèrement sur la fin. Les yeux brillants, la nuit sombre, ils marchèrent longtemps. Les buildings se faisaient imposants, et plus nombreux, le vent ne pouvait s'engouffrer dans l'avenue bien silencieuse comparée aux rues proches de la boîte de nuit. Le temps filait et Jane voulait rester le plus longtemps possible avec Chris. Faire en sorte que la soirée ne se termine pas encore. Pouvoir arrêter le temps, histoire de profiter plus longtemps.

- Avec plaisir. En toute honnêteté, je ne voulais pas te quitter de la soirée. Tout court, même.
Dit il souriant.

Elle lui souria en retour. Il voulait bien rester à ses côtés, et qui plus est passer la nuit entière avec elle. Tout court. Il voit bien plus loin que ça. Il avait l'air de se projeter, un peu vite peut-être ? Cela dit, elle se sentait tellement bien à ses côtés. Elle se sentait revivre, comme le déferlement d'une vague sur les côtes ramassant les débris, comme chassant tous les mauvais souvenirs. Ce sentiment là est rare, il ne faudrait pas le laisser s'échapper. Comme une perle rare, Chris pouvait il bien être son âme soeur ? Après un baiser tout aussi passionnel que langoureux, ils s'étaient pris la main, avançant ensemble dans la même direction. Elle le guidait vers son hôtel, ou devrait on dire, notre hotel, faisant le coin entre Madison Avenue et 45 East 45th Street.

- J’espère que tu ne vas pas me laisser manger seul ? Dit il tirant Jane vers un marchant de tacos.
- Bien-sûr que non, je ne compte pas t'inviter à rester dormir sans manger avec toi. D'autant plus que j'ai faim moi aussi. Dit elle regardant les tacos avec envie, le ventre gargouillant gracieusement. Je voudrais un tacos taille medium avec steak haché et sauce blanche, s'il vous plaît. Leurs tacos et boissons choisis, ils quittèrent le stand pour continuer leur chemin.

- Je te remercie d'avoir payé. A charge de revanche. Dit elle souriante.

Alors qu'elle allait plonger sur son tacos, Chris posa ses mains sur ses joues qui rougirent légèrement. Il l'embrassa tendrement, chose qu'elle n'avait pas anticipé. Elle répondit de son baiser par plusieurs à-coups prononcés, puis elle se rapprocha collant ses lèvres sur les siennes, faisant durer l'embrassement. Elle ne voulait plus quitter ces lèvres. Chaque contact lui procurait un sentiment de joie, de bonheur intense indéfinissable. Ses yeux se fermaient à chacun de ses baisers, comme emprise par l'envie de voyager quelques instants. Comme si ses pieds ne touchaient plus terre. Comme flottant dans l'air frais de la nuit. Elle se voyait voler. C'est ça, ce sentiment d'amour ?

Ils arrivèrent vers un banc sur lequel ils s'assièrent confortablement.

- Bon appétit ! Dit il souriant.
- Bon appétit, toi. Dit elle avec un clin d'oeil.

Des moments de fou-rires, de taquineries puis vint le moment de reprendre le chemin. Main dans la main toujours, nous arrivions devant l'hôtel. La devanture était incroyable. La hauteur du building époustouflante. Les new-yorkais vivant à Manhattan connaissait bien cet hôtel quintessant. Classe tout en gardant son élégance chic d'autrefois, cet hôtel propose des chambres luxurieuses, une cuisine raffinée,  des cocktails classiques en bar ou pouvant même être savourés sur le toit. Proche de Times Square, Central Park, Musée d'art moderne, Empire State Building. Il avait tout pour plaire. Jane s'arrêta devant et fit le code d'entrée qu'on lui avait fournit. Dans l'entrée, des vigiles pour surveiller et l'accueil toujours présent. New york est une ville qui ne dort pas. La preuve est, même à 4h du matin, le service de réception reste toujours disponible.

Dans le hall, l'ensemble de la pièce montrait une harmonie parfaite. Une couleur dorée balayait la totalité des meubles et des portes sur lesquels des pierres précieuses étaient parfois visibles. On se serait cru dans un château, à l'époque de Louis XIV. Les murs était recouvert de tapisseries d'époque et le sol d'un tapis plutôt citadin.

- Chambre 307, s'il vous plaît. Dit elle devant le comptoir de l'accueil.

Les clés prises, nous arrivions devant l'ascenseur. Jane appuya sur le bouton et ils entrèrent. Troisième étage. Elle en profita d'être dans l'ascenseur pour échanger avec lui quelques baisers rapides avant d'arriver. Avant d'entrer dans la chambre, Jane se tourna vers Chris pour lui demander s'il n'avait pas changer d'avis. Sait on jamais. Ils entrèrent dans la chambre. Jane posa ses clés dans un panier à l'entrée et ses chaussures dans un coin par là. Sur la gauche se trouvait la salle de bain, un peu plus loin les toilettes séparés. Sur la droite se trouvait la chambre ou était disposée une table pour deux personnes. L'ensemble faisait trente mètres carrés sans compter la salle de bain et les toilettes. Autant vous dire qu'il y avait largement la place pour deux personnes. Pendant que Chris faisait son étude de terrain, Jane décida d'appeler la réception.

- Bonsoir, serait-il possible d'amener une bouteille de champagne en chambre 307 s'il vous plaît ? Dit elle incertaine. Hum, oui, d'accord merci beaucoup. Elle se tourna vers Chris. Du champagne est en route ! J'espère que ça te vas. Mets toi à l'aise. Ça me fait plaisir que tu ai décidé de rester. Dit elle lui souriant longuement.

Elle s'approcha de Chris, enlevant sa veste pour aller la poser sur une chaise. Elle revint vers lui, l'embrassant doucement. L'habitude de ses lèvres l'a fit sourire, l'embrasser était comme une drogue dont elle devenait totalement accro. Quand même, s'accrocher autant des le premier soir, c'est possible ?
Ses mains se posèrent sur sa chemise touchant ses deux boutons du haut qu'il avait enlevé quelques heures plus tôt. Massant le haut de son corps et remontant jusqu'à sa nuque facilement accessible. Elle murmura quelques mots doux avant de l'embrasser dans le cou, pouvant sentir son odeur corporelle. Puis, avant de pouvoir continuer, une sonnerie retentit. Jane s'affaira vers la porte qu'elle ouvrit laissant passer un jeune homme portant un seau ou se trouvait à l'intérieur la bouteille. Jane le regarda l'ouvrir et remplir un des verres qu'il lui tendit. Tout d'abord, on peut reconnaître un bon champagne lors du débouchage de la bouteille, un léger " pop " maîtrisé, ce bruit que fait le retrait du bouchon est facilement reconnaissable habituellement. Il y a aussi l'effervescence des bulles, leur ralenti, leur installation dans le verre et leur degré de finesse qui peuvent définir un Champagne. Jane prit une gorgée qu'elle garda en bouche pour ressentir toutes les saveurs. Ensuite la mise en bouche, le palais est sollicité par cette action. La dégustation du champagne est un moment important. Selon les papilles, certains reconnaîtront un goût ou un mariage de goûts particulier, d'autres feront la différence entre cette pointe d’agrumes ou cet accent de poire mûre, cette rondeur ou cette longueur en bouche, cette vivacité ou cette souplesse, cette sensation de fruits rouges ou de sous-bois, de pain grillé ou de brioche cette délicatesse ou cette extrême finesse, le palais saura lui-même trouver les réponses à ses questions et apprécier toutes ces harmonies.

- C'est parfait. Jane sourit promptement tout en se faisant resservir. Chris également fut servi. Jane lui donna un pourboire.

Une fois le jeune homme parti, Jane leva son verre pour porter un toast.

- Je trinque, à cette soirée, à ta rencontre Chris. Dit elle. Au plaisir que j'ai d'être avec toi ce soir et à celui que j'aurai en te revoyant. Tchin ! Leurs verres tintèrent délicatement.

Leurs regards se croisèrent à multiples reprises. Qu'elle allait être la suite de cette soirée... Un rapprochement plus intime (dont on ne dévoilera pas les détails) ? Une discussion sérieuse sur notre vie ? Un jeu de cartes ou de société ? Une discussion sur le programme de demain ? Ou plutôt une envie profonde de dormir ? Ce qui est sûr c'est que tous deux profitaient très bien de cette soirée en tête à tête.

©️clever love.


" On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. " ADL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Ivakov

avatar


Humeur : Nouvelle
Messages : 408
Points : 502
Réputation : 9
Date d'inscription : 27/11/2015
Localisation : Chez moi.

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Lun 19 Mar - 23:25


Fifty Shades of Jane & Chris.



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Nous avions l’air d’arriver devant un grand bulding, me faisant pencher mon buste en arrière pour admirer la hauteur de ce dernier. Mes yeux le détaillèrent avec précision, l’hôtel étant effectivement très connus. Il est à noter que les habitants de la Big Apple connaissaient bien particulièrement pour la beauté de l’hôtel, autant extérieur qu’intérieur. Ce dernier détient une très belle décoration, plutôt des temps modernes mais qui change vraiment du décor des autres hôtels de la ville. Nous pénétrons alors tout les deux, main dans la main dans le hall, tournant sur moi-même en admirant la décoration de ce dernier. De base, la décoration des Temps Modernes et de la Renaissance n’est pas quelque chose qui m’attire forcément. Mais il faut avouer que le cadre et l’ambiance du hall, tout est tellement bien agencé que ça donne un très bel effet visuel, je prends donc un réel plaisir à détailler la pièce de mon regard.

- Chambre 307, s'il vous plaît. Dit Jane à la réceptionniste.

Cette dernière nous adresse un sourire en lui donnant la clé de la chambre, prenant désormais la direction de l’ascenseur. Une fois que les portes s’ouvrent, j’avais une fine impression d’être dans un film. Vous savez, le cliché même ou le mec saute sur la fille dans l’ascenseur, la plaquant contre le mur en l’embrassant sensuellement, lui arrachant presque ses vêtements. Et bien, c’était à peu prêt similaire pour nous deux, sauf que nous n’étions qu’à l’apéritif, il fallait commencer soft. Quelques baisers furent rapidement échangés entre nos deux personnes, jusqu’à ce que le troisième étage soit atteint par l’ascenseur. Lorsque nous arrivions devant la porte, Jane me demandait si j’étais sûr de mon choix. Je fronce les sourcils en insistant une dernière fois sur le fait que j’étais bel et bien sûr de moi, et que si je n’avais pas eu envie de venir, je ne serais pas venu.  Lorsque Jane ouvrit la porte, je pris les devant inspectant la chambre d’hôtel comme si j’étais entrain de faire du repérage, mais je n’avais jamais eu la chance de passer une nuit dans un hôtel comme celui-ci, les chambres m’intéressaient donc tout particulièrement. Dormir autre part que dans ma chambre d’ado chez mon père à New-York me fait bizarre sur le coup, mais à vrai dire, étant en très charmante compagnie.  J’entendais derrière moi Jane qui commandait quelque chose à la réception, me retournant vers cette dernière en souriant.

- Du champagne est en route ! J'espère que ça te vas. Mets toi à l'aise. Ça me fait plaisir que tu ai décidé de rester.

- Super ! Mais c’est avec plaisir, crois moi.
Dis-je alors en enlevant ma veste, la déposant sur l’une des chaises de la chambre.

L’avancée de Jane vers moi m’avait directement fait sourire, me retournant directement vers elle. Nos lèvres s’entrelacèrent de nouveau, créant une nouvelle fois cette alchimie, cette connexion parfaite qui avait le Don de me donner des frissons partout sur le corps. Mes poils s’hérissaient au vu de ses sensations, qui étaient belle et bien rare de ressentir aussi rapidement envers une personne. Les mains de Jane se posant sur ma chemise, je laissais quant à moi mes mains glisser le long de ses côtes pour se déposer sur sa taille, un léger sourire aux lèvres apparent durant une très courte pause entre deux baisers. Les petits massages sur le haut de mon buste me firent de nouveau frissonner, continuant de l’embrasser tendrement. Les petits mots doux à voix basse dans mon oreille que Jane venait de me souffler avaient très clairement fait leur effet, laissant un petit grognement de plaisir s’échapper de ma bus lorsque cette dernière attaqua un très fort point sensible de ma personne : mon cou. Mais bien évidemment, il fallait que le champagne arrive à cet instant précis. Mes poings se refermaient aussitôt, manquant d’emplâtrer le miroir derrière moi.. Mais ce n’était pas grave. Je m’asseyais simplement sur le lit en regard Jane ouvrir à un jeune homme, plutôt bien polis entrant dans la chambre. Il ouvrit la bouteille en demandant qui voulait goûter, j’indiquais d’un signe de tête en souriant Jane au jeune homme. Il la servit d’ailleurs quelques secondes plus tard, après avoir débouchonné la bouteille de champagne. Ce que j’apprécie par-dessus tout lors de cette étape cruciale pour un serveur, c’est cette fumée blanchâtre qui s’échappe de la bouteille, du au gaz contenu dans cette dernière. Cette sensation de ralentis lorsqu’il s’échappe m’a toujours plu et fasciné. Ne me demandez pas pourquoi, je ne saurai absolument pas vous répondre.  Jane goûta alors le champagne que le serveur venait de lui servir. Pour ma part, je n’y connais pas grand-chose. Je saurais reconnaître un bon champagne, rien de plus. Les caractéristiques techniques, tout ça, ce n’est pas pour moi.

- C'est parfait Rétorque Jane, le serveur la servant de nouveau pour me servir moi aussi après.

Ce dernier quitta la pièce en nous souhaitant une bonne soirée, lui rendant un très franc sourire lorsqu’il ferma la porte. Nous levons nos verres en l’air, portant un toast.

- Je trinque, à cette soirée, à ta rencontre Chris. Dit elle. Au plaisir que j'ai d'être avec toi ce soir et à celui que j'aurai en te revoyant. Tchin ! Dit-elle de nouveau en tapotant son verre contre le mien.

- A ta rencontre aussi Jane, et bien évidemment au plaisir d’être avec toi ce soir, et de te revoir bien évidemment après ce soir. Tchin !Lui répondis-je en ne la lâchant pas d’une seule seconde, goûtant au champagne qui était très bon.

Je dois avouer que mon verre ne fit pas long feu. Ne ressentant pas l’effet de l’alcool, j’avoue que rester planter en buvant et en blablatant n’était pas forcément la chose qui m’intéressait le plus en ce moment même. Je resservis tout de même Jane une nouvelle fois, discutant avec cette dernière. Nos regards se croisés, encore et toujours avec ce même grain de provocation qui faisait littéralement monter mon rythme cardiaque. Et puis merde hein. Je déposais délicatement mon verre sur la table avec le sien dés qu’elle l’avait finit. Mes deux mains entourèrent subitement la taille de ma partenaire, la déposant avec sensualité et délicatesse sur le grand lit de la chambre. Je commençais alors de nouveau à mélanger mes lèvres avec les siennes, débutant une danse endiablée avec cette dernière. Les bouts de mes doigts parcoururent quant à eux les avants bras de la jolie demoiselle, remontant au niveau de ses hanches. Mes lèvres glissèrent le long de son cou, déposant plusieurs baisers doux et chaleureux, laissant toujours mon souffle se déposer sur ce dernier avec sensualité. Ma chemise n’avait pas tenu très longtemps et n'était plus trop la bienvenue, Jane ne manquait pas de me faire comprendre qu’elle était de trop, lorsqu’elle « enleva » les boutons de ma chemise. J’insiste sur « enleva » entre guillemets, vu que c’était plus un arrachement qu’autre chose, mais ça avait eu le don de faire monter la température de mon corps. Ma bouche se glissa vers l’oreille de ma partenaire, lui embrassant le lobe de ce dernier en premier lieu, lui murmurant ensuite des mots doux et sensuels par la suite. Je replongeais mon nez dans le cou de cette dernière, le mordillant très légèrement à plusieurs zones bien sensibles tout en l’immobilisant fermement contre le lit, enlevant délicatement les bretelles de la robe de cette dernière. Mes mains arpentèrent alors la poitrine de cette dernière à protégée par un soutien-gorge, qui ne fit pas d’ailleurs long feu non plus.  Nos ébats étaient très sensuels, torrides avec toujours cette sensation de vouloir provoquer l’autre, de lui faire passer un bon moment. Mes mains se glissèrent dans la chevelure de Jane, massant sa nuque de nouveau pour lui démontrer le plaisir que je prenais, tenant tout de même de contrôler ma nature lupine qui s’efforçait de rester calme,  mais qui avait tendance à parfois prendre le pas sur l’homme. Mes yeux virent au bleu électrique à plusieurs reprises, mais j’avais su garder le contrôle de mon loup pour ne pas non plus faire peur à ma partenaire et surtout pour ne pas retourner la chambre dans tous les sens. Nos lèvres échangèrent de longs et sensuels baisers, avec tout de même une certaine férocité dans nos mouvements,  notre nature de prédateurs se faisaient clairement ressentir par nos mouvements. J’étais à présent en caleçon et elle en sous-vêtements, lorsque cette dernière reprit la situation en mains, passant par-dessus moi. Cette fin de soirée risque d’être franchement intime.

[…]

Les rayons du soleil pénétraient les rideaux de la chambre, se posant sur le doux visage de Jane, me réveillant quelques minutes plus tard. Jane avait déjà l’air d’être réveillée, je me retourne lentement vers elle en déposant plusieurs baisers sur ses lèvres, souriant.

- Salut toi… Bien dormis ?
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

©️ Halloween sur Never-Utopia




All monsters do not do monstrous things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Myers

avatar


Humeur : Justicière
Messages : 75
Points : 62
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2018
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Flashback [PV Chris]   Mer 21 Mar - 1:29

Jane and Chris - Flashback


☆ Le vrai amour nous rend meilleur sans pour autant changer qui l’on est vraiment. ☆



Les coyotes-garou et les loups-garou ne ressentaient pas les effets de l'alcool. C'est pourquoi, ils pouvaient boire autant qu'ils le voulaient, il resteraient aussi sobre qu'un chameau. Après un second verre servi galamment par Chris, qu'elle but rapidement, leurs regards se croisèrent. Un échange mêlant séduction et provocation planait dans l'atmosphère. D'un haussement de sourcil enjoleur, Jane déposa son verre ne cessant de regarder son partenaire. Oeil pour oeil, dent pour dent, Chris posa délicatement ses mains sur ses hanches lui procurant un léger frisson de satisfaction. Le cœur accéléra la cadence, ses mains touchèrent son visage passant sur chaque traits et creux de celui-ci pour venir se loger dans ses cheveux. Plus tard, des baisers vinrent caresser son cou chauffé par le souffle du jeune garou. Ceux-ci bien entendu, rendus au contact de ses lèvres alternant avec de légers mordillements répétés sur sa lèvre inférieure. Les yeux fermés afin de savourer chaque sensation de bien-être, de douceur, de bonheur, de tendresse, d'attention, d'affection. " Si ça c'est l'amour, je veux bien le revivre plus souvent ! " Comment un inconnu pouvait-il devenir un ami, ensuite un meilleur ami, puis un confident et enfin un amour en aussi peu de temps ? Est-ce un coup de foudre ? " Ça m'en à tout l'air. " Va-t-il durer quelques jours ou longtemps voir même une éternité ? N'allait-on pas trop vite ? Tant de pensées, purement et simplement chassées de son esprit pour le moment bien trop captivé par ce qui se passe plus bas. L'intégralité de son corps était appuyé contre le sien, dont on voyait que sa chemise lui faisait défaut, si bien qu'elle fut enlevé voir même arrachée d'une telle intensité que ses yeux bleus firent leur apparition sous l'effet d'une fougue passionnelle. De nouveau soi-même, l'animal contrôlé quelque peu, l'apparition nouvelle de son torse captiva le regard de la jeune coyote, admirant les détails de ses muscles pectoraux et abdominaux, résultats de plusieurs années de sport à première vue. Un sourire malicieux sur son visage, elle se dirigea vers son buste sur lequel elle exerça quelques baisers longuement appuyés tandis que son partenaire avait choisi d'attaquer son lobe d'oreille sentant son souffle plus fortement où se mêlèrent divers mots doux. Le corps immobilisé, elle sentit ses mains venir défaire les bretelles de sa robe, sensible à cette approche remarquablement sensuelle, elle émit un grognement de plaisir suivi d'un frisson énergique et palpable au toucher. La température de nos deux corps était considérablement montée, tellement même qu'ils devinrent moites, humides, les " scellant " beaucoup plus. Son soutien-gorge en dentelle noir, élégant à souhait, fut enlevé rapidement dévoilant sa poitrine à son partenaire. Toutes ces découvertes corporelles renforçaient ce lien indescriptible de ce premier soir. La beauté de l'acte fut tout aussi plaisante à regarder. Il s'était créé une véritable symbiose entre eux, psychique et physique, qu'aucun humain pouvait même imaginer. Comme une union harmonieuse, équilibrée et réciproque entre deux âmes parfaitement compatibles. Cette fin de soirée se déroulait d'une manière très intime, fortement prévisible de par les chemins qui ont été pris jusque-là.


* * * *


Jane entrouvrit lentement ses yeux afin de s'habituer à la luminosité provoquée par le soleil. Se fut une sacrée nuit mouvementée. Chris, à ses côtés, avait l'air de toujours dormir. Un sourire se dessinait sur ses lèvres à la simple pensée de cette soirée. Elle revisualisait chaque scènes, chaque moments passés avec lui comme un film qu'on remettait en boucle. Il était déjà 11h, le temps était passé tellement vite. Ce soir, elle devait être de retour à Beacon Hills pour déballer les cartons. Depuis qu'elle était là-bas, elle n'avait pas encore finit d'emménager chez elle, c'était un désordre. New york et les souvenirs qu'elle avait dans cette ville l'avait hanté chaque jour comme une omniprésence. Mais, maintenant qu'elle a rencontré Chris, c'était différent, de la même manière qu'une page qui se tourne. Les yeux rêveurs, elle s'arrêta de penser quelques instants pour écouter ce jeune homme qui avait fait de sa soirée une merveilleuse aventure.

- Salut toi… Bien dormis ? Dit il souriant, déposant des baisers sur ses lèvres encore endormies. Jane se tourna vers lui, souriante à son tour.
- Hey... j'ai très bien dormi, et toi ? Répondit elle. Je commande le p'tit dej au lit, qu'en penses-tu ? Dit elle envieuse. Imagine, dit elle ouvrant grands ses yeux, des pancakes, accompagnés de toutes sortes de fruits ou de sirop d'érable selon les préférences, ensuite l'odeur enivrante du café ou du chocolat chaud, suivit de deux verres de jus d'orange pressé. Racontait elle proche de l'extase. Mais, on choisit à deux hein ! Reprit elle après reconsidération même si, au fond d'elle, son dévolu était resté fixe.

Jane passa commande. Après quelques minutes d'attente passées dans les bras de Chris, la sonnerie retentit. Jane voulu se lever mais Chris l'a devança se hatant d'aller ouvrir la porte. Peut-être avait-il peur qu'on l'a voit en petite culotte, surtout en présence masculine. Cette idée l'a fit sourire visualisant la scène promptement. Puis, vint le moment de déguster ce petit-déjeuner qui avait l'air délicieux rien qu'en le regardant. Après ce petit tête-à-tête fort bien sympathique, le moment était venu de décider du programme de ces prochaines heures. Mais avant toutes choses, Jane avait quelques questions. En relation direct avec ce qu'elle avait appris de la soirée d'hier.

- Chris, j'ai beaucoup repensé à notre soirée, à ce qu'on s'est dit, et... j'aimerais savoir ce que sont devenus tes parents à la suite de ta morsure. Sont-ils toujours à New-York ? Tu ne m'as pas parlé de ta mère, je ne voudrais pas mettre les pieds dans le plat mais, est-elle toujours en vie ? Dit elle gênée. Je m'excuse si mes questions sont trop directes, j'ai tendance à être maladroite parfois. Reprit elle confuse.

De son côté, à l'heure actuelle, Jane ne pouvait en dire autant d'elle et de sa famille, ses parents étant tous deux morts l'ayant laissé totalement orpheline. Il n'y avait plus de pied à terre pour elle ici, à New-York. C'était comme revenir dans une ancienne ville du passé revivant certains souvenirs à la fois heureux et douloureux.

Il était important pour elle de trouver une réponse à ces questions. De plus, étant tous deux proches maintenant, elle estimait avoir le droit à des réponses. Puis, s'il avait de la famille dans le coin, ça pourrait être une bonne idée de passer les voir. Elle se sentirait encore plus proche de lui qu'elle ne l'est déjà. Mais, avait-elle posé ces questions dans l'unique but d'en découvrir davantage sur Chris ou... ? Dans le fond, avait-elle voulu créer une échappatoire afin d'éviter toutes discussions envisageables sur le pourquoi du comment de ce qu'il s'était passé la veille entre eux ? Les moments à venir allaient être lourds de multiples révélations.

©️clever love.


" On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. " ADL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Flashback [PV Chris]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chris Jericho© Vs Edge
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Chris Sabin Vs Big Show
» Chris Masters 2V [dvc]
» The Miz Vs Batista Vs Chris Jericho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Out of Beacon Hills :: In USA :: New York-
Sauter vers: