AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)

Aller en bas 
AuteurMessage
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Jeu 19 Avr - 11:40


☾ la planification mortuaire.
I'm a street walking cheetah with a hide full of napalm. I'm a runaway son of the nuclear A-bomb. I am a world's forgotten boy, the one who searches and destroys. Honey gotta help me please, somebody gotta save my soul. Baby detonates for me. Look out honey, 'cause I'm using technology ! Ain't got time to make no apology, soul radiation in the dead of night. Love in the middle of a fire fight.

▼▲▼

Les choses tournent rapidement au vinaigre, on ne voit que par le sang dans cet endroit déluré. Les gens semblent effrayés, voir un fou furieux avec un sabre dégoulinant de sang à la main, après tout, j'ai une idée en tête. Je souris derrière mon écharpe et m'avance en roulant des épaules. Les articulations bien chaudes, je me propulse délicatement sur la potence. Les autres exécuteurs ne semblent pas me remarquer, je me fige derrière une corde de pendaison libre. Je fais un nœud rapidement mais laisse un espace délibéré pour que la personne puisse se détacher. Je vais chercher un homme dans la vingtaine, je lui passe discrètement une arme à feu, un pistolet avec un chargeur entier qu'il cache sous sa chemise qui est rentrée dans son pantalon. Je lui indique que s'il veut sauver sa famille, il doit m'aider à tous les abattre, tous, toutes les personnes sans visages, le chaos pour le chaos. On soigne le mal par le mal après tout non ? Il me regarde et acquiesce rapidement. Il vient avec moi pour que je puisse l'attacher. Je donne un rapide coup sur la pédale qui le pend en l'air. Je m'approche de l'un de mes « collègue » et d'un coup circulaire d'épée, lui tranche la tête, elle tombe et roule au sol. Il n'en faut pas plus à mon allié pour me rejoindre et déclencher la pagaille. Je saute à terre et me profile dans la foule, à chaque coup donné, une personne tombe, encore et toujours. Je retire ma capuche et rigole à gorge déployée. La force armée arrive enfin, mais que me veulent-ils ? Ne savent-ils pas que je suis quasi invincible ? Je me jette dans la gueule du loup et tranche des membres, les mutile de façon ignoble, je les tue tous, j'entends encore les coups de feu caractéristiques de mon allié qui se bat. Des hurlements et des giclées de sang résonnent à mes oreilles. Quoi de mieux pour un affrontement pareil ? La liberté, voilà ce qui le pousse à se battre, pour ma part c'est juste mon désir incontrôlé du sang qui me donne cette envie d'attaquer à tout bout de champ.


▼▲▼

Je me réveille de ce rêve particulier, une semaine est passée. Une semaine, c’est arrivé vite, et j’ai réussi mon pari, les informations que j’ai reçu et pu obtenir à force d’explorations sont très importantes et peuvent devenir capitales pour la suite des événements, c’est-à-dire que pour l’extermination des bouchers et des cow-boys, chaque détail compte, et il ne faut rien négliger, ne rien laisser au hasard. Pour obtenir tout cela j’ai dû m’infiltrer dans leurs domaines, et se faisant je me suis blessé à plusieurs reprises au visage, pour ne pas alarmer Connor j’ai dû lui dire que c’était à la boutique, que j’ai manipulé des plantes avec des épines pour qu’il ne me pose aucune question auxquelles je ne pourrais répondre honnêtement. Normalement Chad arrivera dans la nuit aux alentours de vingt-trois heures, j’espère qu’il n’aura pas de retard et qu’il aura appris des choses, ce qui permettrait d’étayer ce que je sais par moi-même.
La journée de travail dans l’herboristerie est passée et j’ai profité des moments de calme pour préparer des infusions de ciguë mortelles afin d’en imbiber des carreaux d’arbalète pour que ceux touchés par mes tirs meurent rapidement, de même j’en ai profité pour faire de même en mettant des fleurs de muguet dans des balles que j’ai moi-même forgées. Le muguet est une plante très connue en France, mais l’ingestion de quelques peut devenir mortelle. La boutique fermée, j’ai rapidement mangé et dit à Connor que je ne pourrais pas être avec lui ce soir, raisons professionnelles et du retard à rattraper au travail. Mensonge éhonté, mais je ne peux pas lui dire la vérité, la seule personne au courant à Beacon Hills, voire dans le monde entier, c’est Chad.
J’ai sorti les cartes que j’ai trouvé et agrémentées de mes annotations ainsi qu’un petit exemplaire des armes que je possède. Il n’a pas à voir tout ce que j’ai dans ma cave, ni à savoir où se situe ma cave d’ailleurs. Cet endroit est mon sanctuaire et je ne permettrais pas que quelqu’un puisse y mettre les pieds. Surtout qu’en bas il y a une chaise électrique et tout un attirail de torture, plus des centaines d’armes qui sont sous verrous. Pour exemple j’ai sorti un arc à poulies, une arbalète miniature, une épée forgée dans un alliage d’argent et d’or, ainsi qu’une kalachnikov et un pistolet 9mm, ce sont les armes que j’emporterais avec moi pour cette mission, que je lui montre ce que j’ai en tête. Je n’ai plus qu’à l’attendre, à faire en sorte que tout soit préparé de façon parfaite.
Le repas avalé en quatrième vitesse, je termine quelques infusions dont on m’a fait commande, notamment un thé oriental particulier avec des baies de goji et des feuilles de thé blanc puis j’ai également un druide adepte de pratiques chamaniques désireux de créer une barrière repoussante envers les lycanthropes autour de chez lui. Pour cela une infusion ainsi que des végétaux à planter autour de lui en forme de cercle seront les bienvenues. Une fois tout ceci fait, l’heure approche à grand pas, et il est bientôt venu le moment où mon allié devrait arriver, qu’il se dépêche.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Mar 24 Avr - 17:06

La planification mortuaire
Chad
ft.
Samael
J’ai reçu un message laconique de Samael. Vingt-trois heures à sa boutique, assorti une mise en garde sur ma discrétion. Discrétion pour me rendre chez lui, comme pour me la fermer sur son cas.  Me voilà à nouveau en porte à faux avec Mick. Et même s’il m’en coûte de ne pas dire à mon fiancé qui je vais voir exactement, je tiens ma parole donnée. Non que je craigne les menaces des chasseurs. Il est peut-être doué dans son job, arrivera facilement à me descendre, mais il ne sortira pas de cette action vivant. Ma meute est composée d’âmes brûlées qui s’offre le luxe d’une nouvelle vie. Mais, toucher à l’un de ses membres, c’est réveiller les pires instincts des autres.

J’avais donné à Samael tous les éléments en ma possession sur les bouchers et les cow-boys. Surnoms réducteurs pour désigner deux groupes par leur comportement. Pour justifier ma sortie tardive à Mick, je lui ai affirmé que je n’allais pas voir Alessandro, mais quelqu’un autre qui m’aiderait dans mon plan. J’avais souligné que mon association avec ce gars était soumise à ma discrétion sur son identité. Mick avait serré les dents, mais il a suffisamment fréquenté ce genre de milieu pour savoir qu’un engagement à se taire est sacré. J’étais sorti non sans une étreinte, non sans écouter ses recommandations de prudence. Je n’ai rien dit de la violence latente de Samael. Mais pour mon projet, il me faut un type de sa trempe.

Je gare la Maserati à deux blocs de la boutique d’herboristerie. Mes pas sont silencieux, j’ai pris la précaution de me chausser de mes chaussures de sport, comme de mettre une tenue sombre. La capuche de mon sweat cache mon visage. La boutique de Samael est plongée dans la pénombre, mais je ne doute pas qu’il est là, à épier mon arrivée.

Je n’ai pas à frapper contre la vitre de la porte que celle-ci s’ouvre sur le propriétaire des lieux. J’entre après un ultime coup d’œil dehors. La rue est déserte. C’est ce que mes sens lupins m’affirment.  

Impatient, fébrile, avide d’en découdre, je me rends compte que j’ai donné un os à flairer à un chien de chasse, lorsque je vois le regard brillant de Samael. Je le suis à l’arrière-boutique qu’il éclaire, une fois la porte de séparation avec sa boutique refermée. Chacun de ses gestes est pesé, calculé. Dans la vie de tous les jours il doit être pénible à vivre, méticuleux à l’extrême, monomaniaque. A-t-il seulement quelqu’un dans sa vie ? En tout cas, rien ici ne trahit la présence d’une autre personne. Je ne peux pas m’empêcher de siffler à la vue de l’arsenal posé sur la table.

Mes traits se crispent à la vue d’une arbalète et d’un carreau posé à côté.

Nous étions venus au manoir pour lui montrer l’avancement des travaux de reconstruction et mon premier projet en tant qu'architecte. J’étais arrivé avec Mick, Derek était venu avec Ruby et Peter. C’est Jordan qui accompagnait ma mère dans sa voiture de patrouille. Une mère biologique dont j’avais appris l’existence deux mois plus tôt en voulant refaire mes papiers d’identités perdu dans mon enlèvement, un souvenir que Matrim m’a permis de brider au plus profond de mon esprit. Mon père m’avait lui-même apporté mon acte de naissance, pour m’expliquer de vive voix qui étaient mes vrais parents. Quelques semaines plus tard, Fiona Ferones, agent du FBI était arrivée à Beacon Hills. Beacon Hills est une ville étrange avec des phénomènes étranges. Il y avait une chance sur un million que ma mère biologique mette les pieds dans cette ville à ce moment-là.

La ville, ou plus vraisemblablement le Nemeton m’avait fait ce cadeau pour me le reprendre de la plus cruelle des manières.

Ils nous attendaient en planque autour du manoir. Des berserks, des chasseurs rompus à la chasse aux loups. Si la Chad-boussole, cet artefact qui me vient de la tribu indienne de ma mère n’avait pas réagi comme un signal d’alarme, ils nous auraient eu jusqu’au dernier. La lutte s’est engagée, rapide, brutale, sans état d’âme sur le fait qu’avec nous il y avait un sheriff adjoint et un agent du FBI. Le carreau d’arbalète visait le chien de l’enfer, Fiona – on ne m’a pas donné assez de temps pour l’appeler maman – s’est interposée. Je revois la fleur rouge qui éclot sur son chemisier blanc. Ma raison qui explose en un milliard de débris. Ce jour-là, un gentil étudiant a basculé. Je n’ai aucun souvenir du carnage qui a suivi, juste le Nemeton qui me refuse d’approcher, mes mains et ma bouche poisseuse de sang, une colère brûlante qui menace de me faire perdre la raison. Le tueur a pu s’échapper avec deux de ses compères. L’investigateur de ce drame, William Hale, a récidivé lors du mariage de son cousin Peter avec le drame que l’on connaît, la perte d’un des jumeaux que Ruby attendait. Mais déjà avant ce nouveau deuil, je me suis juré d’éliminer les trois chasseurs qui ont participé à l’attaque du manoir, ainsi que ce loup, renégat de sa propre famille. Peter peut dire ce qu’il veut, si William est à portée de mes griffes, je le tuerai.


Je me secoue, revenant au présent. Mon absence n’est pas passée inaperçue au regard attentif de Samael. Je me sens obligé de donner une explication. Car ce n’est pas son attirail qui m’effraie, mais un très mauvais souvenir.

- Ma mère, une humaine agent du FBI, s’est mangée un carreau d’arbalète en voulant protéger un être surnaturel qui est également policier.

Ma voix est rauque sous l’émotion qui m’étreint. Puis je me reprends. Cette fois à mon tour de mettre les points sur les i quant à la loyauté de chacun.

- Je sais que la chasse est un mal nécessaire. Mais je jure de poursuivre infiniment tout chasseur qui se « trompe » de cible.

Ici, dans cette boutique, je suis peut être à la merci de Samael, mais trop de chasseurs oublient qu’un loup vit rarement seul. Avec les drames que nous avons récemment subis, une simple étincelle suffira à réveiller les vrais monstres au fond de nos cœurs. Puis il ne faut pas oublier une certaine tribu indienne qu’il ne vaut mieux pas conduire sur le sentier de la guerre. Les Kawaiisu ont une capacité d’infiltration qui frôle la magie. Quand vous devinez leur présence, c’est déjà trop tard. Je ne précise pas à Samael quel à type de danger, il s’expose en me doublant. Mais qu’il n’aille pas croire que tel un John Rambo, il peut se pointer et massacrer les miens sans y laisser la peau.

Échanges de regards « virils ». Chacun retient sa respiration, puis, les messages passés dans un sens et dans l’autre, j’attaque sur l’objet de ma venue.

- Comment on procède ? Si cela peut t’aider à coller le trouble entre les deux factions, voici une balle qu’utilisent les cow-boy.

Je lui lance une douille argenté. Elle présente une gravure de trois triangles non fermés à leur base.

- Ce n’est pas sans rappeler les capuches des membres du Ku Klux Klan….





© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Jeu 26 Avr - 20:35


☾ la planification mortuaire.
I'm a street walking cheetah with a hide full of napalm. I'm a runaway son of the nuclear A-bomb. I am a world's forgotten boy, the one who searches and destroys. Honey gotta help me please, somebody gotta save my soul. Baby detonates for me. Look out honey, 'cause I'm using technology ! Ain't got time to make no apology, soul radiation in the dead of night. Love in the middle of a fire fight.

▼▲▼

Au bout de quelques minutes d’attente, j’entends que l’on toque à la porte, je soupire doucement avant d’aller ouvrir immédiatement, ne laissant qu’une seconde ou deux entre le premier coup et le moment où je décide de le laisser entrer. Il est grand temps de discuter plan d’action, de voir si jamais notre association en vaut la peine et si l’on réussira un jour à mettre tout cela en exécution. Je le lui lâche un simple bonsoir sans aucune autre forme dé cérémonie, il est désormais inutile de faire dans la démonstration de force, il a compris que je ne voulais pas qu’il me trahisse, et même si je sais que derrière lui il y a tout une meute – informations utiles – je n’ai pas peur, j’ai maté des gens beaucoup plus coriaces qu’eux. Les seuls qui me poseront réellement problème ce sont les deux Hale que je sais être de redoutables guerriers. L’humain ne m’impressionne guère et l’alpha est facilement manipulable grâce à son fils restant. Je ne suis pas un monstre, mais si jamais je dois jouer de la force, je sais exactement où frapper pour faire mal.
Nous filons tous les deux dans l’arrière boutique où j’ai tout préparé, son regard à lui s’attarde longuement sur l’arbalète et je le vois s’effacer, plonger dans un souvenir affligeant, je devine rapidement ce qui a dû se dérouler et je le regrette, je le laisse dans ses pensées, je ne veux pas l’en extraire. Parfois se remémorer des choses douloureuses peut être une véritable thérapie. Pourtant les secondes passent et se transforment en minutes, pourtant je ne pipe pas un mot, respectueux de son moment, ne voulant pas le forcer ou lui faire du mal par inadvertance. Quand il revient à lui, il doit deviner un air interrogateur sur mon visage et me livre donc son histoire. « Ma mère, une humaine agent du FBI, s’est mangée un carreau d’arbalète en voulant protéger un être surnaturel qui est également policier. » Je tique doucement, l’implication des humains dans le monde surnaturel est vraiment trop forte dans cette ville. Beacon Hills n’est pas le berceau du surnaturel pour rien.
Puis je vois à son attitude qu’il veut également marquer les esprits, me montrer qu’il n’est pas un simple chiot mais bel et bien un loup garou qui a des crocs et des griffes, qu’il sera donc capable de les utiliser. « Je sais que la chasse est un mal nécessaire. Mais je jure de poursuivre infiniment tout chasseur qui se « trompe » de cible. » Un sourire éclaire mon visage, ni ironique, ni satisfait. Il faut qu’il sache que je ne me trompe jamais de cible. Je réfléchis toujours à ce que je fais avant d’agir, ce n’est pas dans ma façon d’agir que de le faire avec précipitation. Il veut se la jouer gros dur, soit, mais il ne m’impressionne aucunement, et inutile de me lancer des regards aussi sévères, ce n’est pas la peine de se la raconter. « Comment on procède ? Si cela peut t’aider à coller le trouble entre les deux factions, voici une balle qu’utilisent les cow-boy. » Je prends la balle qu’il m’a donné pour en examiner le symbole dessus, c’est d’une facilité affligeante à reproduire, une aubaine pour nous deux. Il s’agit de trois triangles non fermés à leur base et c’est donc là-dessus que l’on jouera. Je ne sais pas où il a pu obtenir cela, mais c’est une véritable mine d’or, ou plutôt d’argent dans le cas présent. « Ce n’est pas sans rappeler les capuches des membres du Ku Klux Klan…. » Il n’a pas entièrement tord, tout ce que j’espère qu’il n’y a aucun lien entre ces extrémistes religieux et le clan des cow-boys, parce que si c’est le cas, tout ça devient trop compliqué.
Je dépose donc la balle sur la table où est exposée la carte de la forêt où sont les deux clans de chasseurs. Nous avons quelque chose sur quoi jouer. J’aurais aimé avoir plus d’éléments en ma possession, peut-être que ça nous aurait aidé à avoir une meilleure vision d’ensemble. « Espérons qu’il n’y ait pas de lien avec le Ku Klux Klan, Chad, espérons le. » Je pose mes mains sur la table et je regarde la fameuse carte, c’est ainsi que je commence à savoir comment exposer mes idées, lui montrer que je n’agis pas à l’aveugle.
Je reprends la balle pour la mettre dans les limites du territoire des bouchers. C’est comme ça que l’on arrivera à faire quelque chose. « Bon, pour mettre le feu aux poudres, il faudra que je tue un des chasseurs du clan des bouchers à l’aide d’une balle gravée du symbole des cow-boys, il faudra mettre tout ça en scène. » Je veux qu’il finisse par se faire lui-même le plan dans sa tête. Il comprendra, il n’est pas idiot, il me l’a démontré l’autre soir, quand il est allé dans mon sens suite à ma petite scène. J’avoue que je ne m’attendais pas à tant de choses le concernant, et j’ai été drôlement impressionné.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Mer 9 Mai - 16:42

La planification mortuaire
Chad
ft.
Samael
Mick s’inquiète de ma fréquentation d’Alessandro, mais je me demande si Samael n’est pas plus dangereux. Avec l’Italien, la négociation est possible, avec le chasseur… Il a un caractère très affirmé et brut. S’il fait fausse route, il y a intérêt d’avoir des preuves plus qu’irréfutables pour le faire changer d’avis. Il doit très certainement la vie à cette rigidité de pensée, mais peut-il être sûr à cent pour cent ne s’être jamais trompé ? Qui peut se targuer d’être infaillible ? Pas moi.

- Espérons qu’il n’y ait pas de lien avec le Ku Klux Klan, Chad, espérons-le.
- Oui, car ce lobby est tentaculaire.


Samael scrute la carte des environs posée sur la table et pose la douille sur le territoire des bouchers dans une zone reculée d’un espace industriel. Sa rigidité devient rigueur quand il se met au travail. Cela me plait et me rassure. Je n’ai pas besoin d’un cow-boy de plus.

- Bon, pour mettre le feu aux poudres, il faudra que je tue un des chasseurs du clan des bouchers à l’aide d’une balle gravée du symbole des cow-boys, il faudra mettre tout ça en scène.
- Il y a quatre gardes en permanence dans leur entrepôt. Information qui date de…


De quand déjà ? Je ferme les yeux et remonte le cours du temps. C’est que cela commence à dater quand j’étais allé fouiner avec Adriann et que nous avions failli être débités au détail. C’était avant la mort de ma mère. Elle qui était venue me sauver de là, nous ne connaissions pas encore notre lien. Les souvenirs sont douloureux, mais raffermissent ma détermination à me venger de ceux qui massacrent des innocents. Les bouchers, comme les cow-boys ne sont pas ceux qui ont assassiné ma mère, mais… Ce sont des meurtriers qu’aucune cour de justice ne condamnera.

- Six mois. Dis-je au bout d'une dizaine de secondes. Il y a un type reconnaissable à une balafre sur le visage dont je ne connais pas le nom. Il semble être le bras droit de celui qui dirige ce merdier, un homme qui se fait appeler Butch. C’est lui qui semble gérer les « ventes ».

Je me souviens de l’enthousiasme du gars quand il était revenu nous narguer dans notre cage. Avoir attrapé un wendigo avec Adriann semblait lui afficher des dollars dans les prunelles. Le wendigo avec qui j’avais été enfermé plusieurs jours. Le professeur de criminologie avait beau dire que la viande de loup garou lui était infecte, quand on a faim, ben on a faim. Je me souviens de mon stress quand la fatigue me faisait fermer les yeux. J’avais peur de devenir son repas. Il s’était trouvé que le professeur était plus en manque de sexe que de bouffe. Il y a vraiment des gens bizarres.

- A ton avis, quelle est la meilleure cible pour provoquer une vendetta ? Le chef ou son bras droit ?

Samael prend le temps de réfléchir à ma question. Je regarde la douille. On peut la laisser sur place, mais elle est petite et peut passer inaperçue.

- Tu penses pouvoir reproduire ce motif sur tes armes ?


[HRP]:
 


© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Mar 22 Mai - 14:52


☾ la planification mortuaire.
I'm a street walking cheetah with a hide full of napalm. I'm a runaway son of the nuclear A-bomb. I am a world's forgotten boy, the one who searches and destroys. Honey gotta help me please, somebody gotta save my soul. Baby detonates for me. Look out honey, 'cause I'm using technology ! Ain't got time to make no apology, soul radiation in the dead of night. Love in the middle of a fire fight.

▼▲▼

Le tout sera de faire une mise en scène assez crédible pour qu’elle soit convaincante aux yeux de tous, mais pas spectaculaire pour ne pas alerter sur la fausseté de la chose. Ce ne sera pas la première fois que je fais ça, j’ai dû faire pire pour coincer des salopards notables, et j’ai fait pire tout court dans mon existence entière. La chose la plus horrible que j’ai fait fut la fois où j’ai fait avaler une solution de cuivre liquide à mon ex copine pour bloquer ses pouvoirs et la tuer à coup de hache. Mais quoi qu’il en soit elle le méritait, cette mentaliste m’utilisait pour des jeux macabres. En fait non, ce n’est même pas ça le pire, et je ne préfère même plus y songer tant ma vie est jalonnée de sang. « Il y a quatre gardes en permanence dans leur entrepôt. Information qui date de… il marque une légère pause pour se remémorer les détails, pour reprendre dans sa mémoire cette information qui peut devenir capitale. Six mois. » Je ne suis même pas sûr de vouloir savoir pourquoi et comment il sait ce genre de choses, peut-être est-ce de l’investigation personnelle, mais je n’en suis pas si sûr. Sauf que cela ne me regarde pas, n’a aucun intérêt dans notre planification et ne m’intéresse absolument pas. « Il y a un type reconnaissable à une balafre sur le visage dont je ne connais pas le nom. Il semble être le bras droit de celui qui dirige ce merdier, un homme qui se fait appeler Butch. C’est lui qui semble gérer les « ventes ». » Butch. Un beau surnom pour un fils de pute de première. Parfaitement ridicule. Mais quoi qu’il en soit je me garde bien de me donner mon avis qui ne sera pas constructif pour ce que l’on prévoit.
Je ne suis pas entrain de couper la parole à Chad, je sais qu’il possède d’autres informations qui me seront bien utiles, alors autant le laisser continuer à parler. J’imagine très bien ce qu’il a en tête, la cible à abattre, et comment faire. « A ton avis, quelle est la meilleure cible pour provoquer une vendetta ? Le chef ou son bras droit ? » Le bras droit. Le chef je veux le faire souffrir, et j’ai tout le matériel pour dans la cave, la chaise électrique ainsi qu’un tas de bistouris qui sont rouillés depuis le temps. « Le bras droit, le chef je lui réserve bien pire. Pas que lui, celui des cow-boys aussi d’ailleurs. » Je le regarde avec une détermination sans failles dans le regard, et aussi une promesse de sang, de souffrance, de hurlements de douleur, ils perdront la tête à force d’être torturé comme je le ferais. Je les tuerais, mais pas avant longtemps. « Tu penses pouvoir reproduire ce motif sur tes armes ? » Là c’est un air faussement offusqué que je fais apparaître sur mon visage pour marquer ma surprise face à sa question. « Tu me prends pour qui ? Un novice ? Bien sûr que je peux le faire. » Je hausse les épaules et lève les yeux au ciel avant de prendre des pions symbolisant les victimes à abattre ainsi que là où il faut frapper.
Je place les pions rouges qui sont les chefs, un dans chaque camp et commence à disposer d’autres couleurs symbolisant les simples chasseurs ainsi que les bras droits. Ainsi disposé notre carte semble plus vivante et bien plus réalistes. « Ce que je vais faire c’est que je vais armer mes fusils silencieux et tirer comme un taré dans ce foutu entrepôt en me mettant embusqué. Les balles seront suffisamment nombreuses pour qu’on les remarque. Pendant ce temps tu feras diversion pour les chiens afin que je puisse m’enfuir sans risquer de me faire arracher la gueule par ces saloperies de clebs. » Oui voilà ce qu’il faut faire. A la base je voulais viser les deux camps, faire en sorte qu’ils se rendent compte qu’ils se sont attaqués tous les deux. Mais c’est une connerie à ne pas faire. Ils vont savoir qu’il y a anguille sous roche et c’est un coup à ce qu’ils s’allient de façon momentané pour éliminer la menace. Et c’est hors de question, diviser pour mieux régner.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Mar 29 Mai - 22:18

La planification mortuaire
Chad
ft.
Samael
- Le bras droit, le chef je lui réserve bien pire. Pas que lui, celui des cow-boys aussi d’ailleurs.

Nous y sommes. Des mois que je planifie, et engrange les données avec patience. Aless’ a remplacé Matthias comme source d’informations. Le prix à payer n’est pas le même. C’est le prix d’une vengeance. Le prix du sang. Samael affiche une détermination sans faille qui m’empêche de flancher. Je suis allé trop loin pour reculer maintenant. Le chasseur s’offusque de ma question quant à la reproduction des balles personnalisée. Il doit me prendre pour ce que j’ai l’air : un fils à papa. Non, je ne le prends pas pour un novice. Et j’ai certainement bien moins d’expérience que lui dans les combats armés. Mais le soldat se forge-t-il uniquement sur les années d’apprentissages, ou est-ce qu’une poignée d’expériences aussi intenses que dramatiques suffisent à hisser quelqu’un du statut de paisible citoyen, à mec décidé de ne plus se faire trouer la peau et capable de rendre les coups subis ?

Je me tais en regardant Samael poser ses pions sur la carte. Me vanter, ou simplement me mettre en valeur n’a jamais été ma préférence. Je fais plutôt partie des gens qui ne disent pas grand-chose, qui écoutent et qui agissent quand tout le monde a oublié leur présence.

Le chasseur expose son plan. Des armes avec des silencieux qui lui permettront de tirer suffisamment de balles pour qu’elles soient retrouvées et cela avec un minimum de risque de se faire repérer.

- Il faut en effet éviter tout contact, ou le plan tombe à l’eau. Pour les chiens, c’est plutôt les cow-boys qui sont entourés de ces gardes, à cause de leur activité liée au ranch. Je n’ai pas souvenir d’avoir senti un chien dans le hangar quand je m’étais fait prendre.

D’ailleurs l’idée d’y remettre les pieds m’effraie un peu. Mais Samael me demande une couverture, je ne peux pas là lui refuser. Cela ne serait pas honorable de ma part.

- Mais, ils pourraient avoir mieux que des chiens. Ce que je n’espère pas.

Samael me lance un regard torve. Je m’empresse de poursuivre, il n’est pas homme à aimer les effets de langages

- La captivité et la torture amènent parfois à des paradoxes où la victime finit par apprécier son bourreau. Tu connais certainement ce qu’on appelle le syndrome de Stockholm. Le loup est un animal particulièrement sociable… et facile à dresser également.

Samael n’a pas besoin de plus d’explications pour comprendre que ce que les bouchers peuvent éventuellement nous envoyer dans les pattes, comme un surnaturel qui tentera d’obtenir un sursis, ou de la compation s’il les aide.

- Je gère le non humain. Tu as un système de communication ? Genre des oreillettes, pour que je te prévienne de ce qu'il t’arrive dessus ?

Étant un loup, je suis condamné au combat au corps à corps. Et c’est justement ce que l’on veut éviter pour que les bouchers accusent les cow-boys. C’est Samael qui doit gérer les morts avec ses armes. Mais contre un surnaturel, il lui faut un atout, celui que je lui donne en lui prêtant mes sens. Une communication entre nous est donc indispensable.

- J’ai appris à me faire furtif. Mon ouïe et mon odorat seront à ton service et je couvre tes arrières.

Je montre un bâtiment sur le plan. Une sorte de transformateur électrique qui surplombe le hangar. Je n’aurais aucun mal à me hisser là-dessus.

- À moins que tu préfères que je me poste ailleurs ?

© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Mer 30 Mai - 11:42


☾ la planification mortuaire.
I'm a street walking cheetah with a hide full of napalm. I'm a runaway son of the nuclear A-bomb. I am a world's forgotten boy, the one who searches and destroys. Honey gotta help me please, somebody gotta save my soul. Baby detonates for me. Look out honey, 'cause I'm using technology ! Ain't got time to make no apology, soul radiation in the dead of night. Love in the middle of a fire fight.

▼▲▼

Je dois avouer que ce plan possède une multitude de défauts et de points qui pourraient tout faire tourner en vrille. Il suffit que je me retrouve à la merci de l’un de ces mecs et c’est la fin. Je dois donc également me préparer à toutes éventualités. C’est-à-dire que je dois envisager toutes les possibilités, un gilet pare balles ne sera pas de trop et il faut aussi que je me prépare en cas de combat au corps à corps, une épée ne sera peut-être pas de trop, j’ai exactement ce qu’il me faut dans la cave, une lame en acier affûtée comme jamais qui est rétractable, l’outil parfait pour paraître discret. « Il faut en effet éviter tout contact, ou le plan tombe à l’eau. Pour les chiens, c’est plutôt les cow-boys qui sont entourés de ces gardes, à cause de leur activité liée au ranch. Je n’ai pas souvenir d’avoir senti un chien dans le hangar quand je m’étais fait prendre. » Là c’est déjà une bonne nouvelle. Pas de clébards chez les bouchers, je devrais être ravi que ce ne soit pas le cas, mais le problème c’est que je crains autre chose vu l’air de Chad, il doit être préoccupé par autre chose, quelque chose de probablement pire que des chiens. « Mais, ils pourraient avoir mieux que des chiens. Ce que je n’espère pas. » Sa phrase me laisse complètement désarmé. Je ne vois pas vraiment où il veut en venir, tout ce que j’espère c’est qu’il n’y aura pas vraiment quelque chose de pire, du moins quelque chose que je serais capable de gérer de mon côté.
Le truc c’est que je me demande bien comment il aurait pu être au courant de ce genre de choses, les explorations ne peuvent pas forcément être suffisantes, à moins que cela fasse vraiment des mois et des mois qu’il les observe. Il doit y avoir anguille sous roche, je le crains. « La captivité et la torture amènent parfois à des paradoxes où la victime finit par apprécier son bourreau. Tu connais certainement ce qu’on appelle le syndrome de Stockholm. » Il n’a pas besoin d’en dire plus, je sais exactement où il veut en venir. Les personnes en captivité finissent par aimer leur bourreau et je sais ce qui nous attend, et cela m’effraie un peu. « Le loup est un animal particulièrement sociable… et facile à dresser également. » Des loups-garous, il ne manquait que cela. Là je dois avouer que je peux gérer un ou deux de ces êtres en même temps, mais s’il y en a plus, jamais je n’y arriverai seul. Je suis peut-être une machine de guerre, mais j’ai mes limites, j’en suis parfaitement conscient. Je le regarde avec un air un peu apeuré. « Je gère le non humain. Tu as un système de communication ? Genre des oreillettes, pour que je te prévienne de ce qu'il t’arrive dessus ? » Je hoche la tête, en effet, j’ai ça dans mon attirail qui se trouve dans la cave. C’est du matériel dont j’ai fait l’acquisition il y a de cela plusieurs années pour une mission un peu délicate. J’avais posté une des oreillettes dans un endroit caché pour épier les conversations d’une créature que je chassais. Quoi qu’il en soit, je pourrais lui fournir l’une des oreillettes afin que l’on reste en contact.  « J’ai appris à me faire furtif. Mon ouïe et mon odorat seront à ton service et je couvre tes arrières. » Je soupire de soulagement, savoir que je ne serais pas seul dans cette histoire me soulage. Cependant, quand la poudre a canon aura pris feu, il faudra que l’on soit plus nombreux que deux, parce que les tirs croisés seront probablement dangereux pour nous.
Chad attrape le pion qui le symbolise lui et le pose sur un compteur électrique, un endroit où il aura une vue d’ensemble, mais où il sera également visible. Je ne compte l’exposer à un pareil danger non plus, il ne m’a pas l’air méchant, et c’est mieux s’il n’y a pas de morts de notre côté. « À moins que tu préfères que je me poste ailleurs ? » Je réfléchis en regardant la carte exposée devant nous deux. Examinant touts les endroits possibles et inimaginables pour qu’il ait un bon point de vue sur l’endroit. Je ne trouve pas, le mieux serait un arbre, il sera à l’abri des regards et avec ses sens sur-développés il n’aura pas de mal à repérer les dangers potentiels. « Si tu te mets là il suffit qu’un te vise et tu te fais trouer la peau. Ce n’est pas une très bonne idée, je n’ai pas envie de te mettre en danger pour sauver ma peau, à toi de voir où tu souhaites te poster. » Je lui expose l’idée de l’arbre, cependant la carte ne permet pas de montrer la géographie naturelle de l’endroit, il faudra qu’il avise sur le moment, qu’il se montre très prudent. « L’avantage de cette position c’est qu’en cas de problème, tu peux sauter d’arbre en arbre pour t’échapper. » Pour ma part je dois envisager une solution de repli, même s’il couvre mes arrières je serais beaucoup plus exposé que lui. J’avais pensé à une moto, le truc c’est qu’avec les traces des pneus ils pourraient me retrouver. Courir est une mauvaise idée. A moins que je parvienne à voler l’un de leur véhicules. « Pour que je m’échappe, tu me conseilles quoi ? Il faut que je trouve une idée, mais toutes celles que j’ai en tête sont dangereuses. » Il est important qu’il ait son mot à dire, c’est son plan aussi, nous sommes deux dans cette guerre dans laquelle on se lance. Puis à deux cerveaux nous serons déjà beaucoup plus intelligents et beaucoup plus rapides pour la réflexion.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Jeu 7 Juin - 22:11

La planification mortuaire
Chad
ft.
Samael
Samael n’est pas un tendre. Des avertissements j’en ai déjà entendus dans ma vie. Le sien je le prends au sérieux. Mais c’est le gars qu’il me faut. Alors, je vais jusqu’au bout et me propose de le couvrir. Son soupir de soulagement me prouve qu’il apprécie. Il comprend également qu’il n’a pas affaire à un gars qui part en guerre contre les chasseurs sur un coup de tête, enfin pas tout à fait. Je me donne simplement les moyens d’assouvir ma vengeance.

- Si tu te mets là il suffit qu’un te vise et tu te fais trouer la peau. Ce n’est pas une très bonne idée, je n’ai pas envie de te mettre en danger pour sauver ma peau, à toi de voir où tu souhaites te poster.

Je souhaitais bien faire, mais il a raison. Je ne lui sers à rien, si je me fais trouer la peau. Samael évoque les arbres comme cachette. De mémoire, je crois qu’il y en a quatre qui longent le hangar, après c’est de la zone industrielle où les seuls « arbres » sont des lampadaires défoncés.

- L’avantage de cette position c’est qu’en cas de problème, tu peux sauter d’arbre en arbre pour t’échapper.
- Exact. Je vais faire ça. Il y a des arbres de ce côté.


Je désigne la carte et lui explique la configuration des lieux que j’ai mémorisés. Notre principal atout est la surprise. Les bouchers ne s’attendent pas à se faire canarder. Mais pour cela, Samael va devoir entrer, et ressortir sans se faire trouer la peau. Il doit penser à la même chose que moi, car c’est ce point qu’il évoque. Comment se barrer de là sans se faire suivre, ni retrouver.

- Pour que je m’échappe, tu me conseilles quoi ? Il faut que je trouve une idée, mais toutes celles que j’ai en tête sont dangereuses.
- Je vais déjà te faire un plan de l’intérieur du hangar.


Du regard, je cherche un papier sur lequel écrire. Son arrière-boutique c’est un peu le fatras. Une bibliothèque orne un mur, mais pas de papier. Samael finit par me sortir un bloc-notes. Je dessine un rectangle, fait apparaître les issues, puis l’enfilade de couloir, leur geôle où j’avais été retenu prisonnier et leur salle « d’opération » avec sa table métallique sur laquelle ils charcutent les surnaturels pour les vendre au détail.

Je n’ai pas besoin de pousser très loin. Samael dégage une aura meurtrière. Là, je me dis qu’il est préférable d’être de son côté que de celui de sa cible. Il a une sorte de grain de folie qui lui permet d’être un chasseur redoutable. Une facette qui le déshumanise. Je le devine capable des pires atrocités pour faire ce qu’il considère comme être juste. Je joue clairement avec le feu en m’associant avec lui. Il me tarde que tout cela se termine pour que je redevienne le loulou que Mick aime.

- Il te faut un véhicule. Pas quelque chose d’emprunté, car ça ne collerait pas avec les cow-boys et…

Le but est de faire accuser les cow-boys. Leur voler une voiture ne serait pas aisé. Ils s’en apercevraient et pourraient comprendre notre stratagème. Quelque chose de plus petit, une de leur moto. Mais même souci, ils s’en apercevraient. Je tourne autour de la table essayant de ne pas bloquer mes pensées, de prendre du recul et n’oublier aucune hypothèse.

- Il te faut un engin rapide et malléable.

Oui mais lequel ?! Je m’adosse à sa bibliothèque et regarde autour de moi. Sa boutique est assez hors norme et finalement pas ce qu’elle semble être depuis l’extérieur. N’est pas ce qu’elle semble être…

- Je sais ! Il faut repérer le modèle de l’une des motos des Cow-boys, de préférence une marque standard. On vole le même modèle, ou je peux trouver quelqu’un qui peut me la fournir et surtout m’y coller de fausses plaques d’immatriculation avec un numéro qui appartient à la moto des cow-boys.

Aless’ peut m’avoir cela. Je sais que l’un de ses mecs est spécialisé dans le vol de voiture. Plus vite j’épure Beacon Hills de ses ordures, plus vite je rends en services, ce que je dois à l’Italien.

- Tu en penses quoi Sam ?

J’espère que mon idée va lui plaire. Tellement concentré sur notre plan, que je ne m’aperçois pas que j’ai osé une familiarité en abrégeant son prénom.

© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Sam 9 Juin - 19:20


☾ la planification mortuaire.
I'm a street walking cheetah with a hide full of napalm. I'm a runaway son of the nuclear A-bomb. I am a world's forgotten boy, the one who searches and destroys. Honey gotta help me please, somebody gotta save my soul. Baby detonates for me. Look out honey, 'cause I'm using technology ! Ain't got time to make no apology, soul radiation in the dead of night. Love in the middle of a fire fight.

▼▲▼

A vrai dire, je suis plutôt content que Chad remarque ce que je lui ai dit. Sa position est capitale, s’il est mal placé, il meurt et s’il meurt, je meurs. Donc notre entreprise vindicative ne servira strictement à rien. Mettre le feu aux poudres n’est pas suffisant. Il faut viser plus haut, il faut tous les exterminer. Ou plutôt les pousser à se buter les uns les autres. Je ne veux pas avoir trop de sang sur les mains, j’en ai déjà bien assez. En ajouter un peu plus ne me dérange pas, sauf que là il s’agit de beaucoup de monde, et ce n’est pas moi tout seul qui y parviendrait. Loin de là, je ne suis qu’un homme, certes avec des capacités importantes, mais je ne suis pas immortel et bien loin. Je me suis déjà retrouvé en très mauvaise posture, plusieurs fois entre la vie et la mort, et si je suis toujours là c’est grâce à la prudence et à une clairvoyance presque surnaturelle. A force de jouer avec le diable, j’ai fini par apprendre de lui. Il me reste seulement à apprendre comment m’enfuir, comment ne pas finir la peau trouée par des balles ou déchiquetées par des créatures rendues amorphes à cause de l’enfermement. C’est vers lui que je me tourne. « Je vais déjà te faire un plan de l’intérieur du hangar. » Il me montre les pièces, il dessine sur un papier et je n’ai pas besoin de trente ans pour tergiverser. Je sais où je vais me placer, je lui montre donc une fenêtre, avec un parfait angle de vie et une place assez dissimulée pour ne pas être détecté. C’est là que je me placerai pour faire feu.
Puis il réfléchit, et je vois ses yeux plongés dans ses pensées pour qu’il me trouve une idée. J’ai bien pensé à un véhicule, seulement je n’ai pas les moyens de m’en acheter un neuf pour ensuite l’abandonner. « Il te faut un véhicule. Pas quelque chose d’emprunté, car ça ne collerait pas avec les cow-boys et… » S’il me dit cela, c’est que ces derniers se rendraient compte du vol, et que cela mettrait tout notre plan à mal, j’avais songé à cette possibilité et j’étais rapidement venu au même constat que lui. « Il te faut un engin rapide et malléable. » L’idéal serait une moto. J’en ai conduit quelques unes dans ma vie, je ne suis pas un expert, mais au moins ce serait parfait pour semer rapidement les chasseurs dans les bois et puis c’est facile à brûler. Reste le fait que le vol sera trop vite trouvé. « Je sais ! Il faut repérer le modèle de l’une des motos des Cow-boys, de préférence une marque standard. On vole le même modèle, ou je peux trouver quelqu’un qui peut me la fournir et surtout m’y coller de fausses plaques d’immatriculation avec un numéro qui appartient à la moto des cow-boys. » Cette idée est parfaite, je lui souris et hoche positivement de la tête. Ce garçon est un génie, entre lui qui a les idées et moi le plan de guerre, notre vengeance va être monstrueuse. Seulement il faudra quand même trouver cette fameuse personne, même si je me doute qu’il sera beaucoup plus apte à faire cela, étant un petit garçon propre sur lui, des connaissances il doit en avoir. « Tu en penses quoi Sam ? » Le prénom abrégé ne me fait même pas tiquer. Je m’en balance, je ne suis pas là pour les commodités, mais pour l’aider dans ce qu’il recherche à faire. « C’est l’idéal, à toi de trouver le moyen de me dégoter cette fameuse bécane, lui dis-je sans aucune expression sur le visage à part le sérieux qu’exige cette situation de préparation. »
Je finis cependant par remarquer un défaut dans la cuirasse. Ce plan aussi génial soit-il possède quelque chose qui peut tout faire foirer ; amener le véhicule sur les lieux. Il faudra pousser la moto, car hors de question de rouler pour approcher du bâtiment sinon adieu la discrétion. « Il faudra que tu m’aides pour la pousser par contre. Et surtout que tu détermines un chemin sûr parmi les rondes pour qu’on ne se fasse pas repérer. » Je continue en lui expliquant que si on se fait repérer je vais devoir tuer la sentinelle et si les autres voient qu’elle ne revient pas, ils sauront qu’il y aura un problème. Ce que l’on veut absolument éviter au final. Je reste un peu fermé en examinant la carte. Je ne connais pas bien les environs. Chad semble bien mieux maîtriser la géographie de cet endroit de malheur et s’il y a bien une personne capable de m’aider, c’est bien lui. « On ne peut rien laisser au hasard, car si jamais on le fait, c’est fini pour notre entreprise, voire pour nous. Je préfère encore mourir que de me laisser attraper par ces fils de putes. » Oui, car je me doute qu’ils ne feront pas que de nous enfermer, mais la torture sera bien présente, torture pour moi, pour lui je crains qu’ils ne le forcent à devenir un monstre qu’il n’a pas envie de devenir. Bien qu’avec moi, le monstre surnaturel va bien devoir apparaître également, sauf que je ne le force pas.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Mer 13 Juin - 20:55

La planification mortuaire
Chad
ft.
Samael
Samael semble emballé par mon idée d’utiliser une moto leurre. Deux effets en un. La bécane lui permettra de se tirer rapidement et la fausse plaque renforcera le subterfuge. Enfin quand je dis emballé… le chasseur approuve mon idée avec un masque imperturbable. Comment fait-il pour rester si impassible ? La mission que je lui propose n’est pas sans danger. C’est idiot à dire, mais je suis assez fier que mon idée lui convienne. Une façon comme une autre de constater qu’il me prend au sérieux.

Je vais devoir aller tenir mes promesses auprès d’Alessandro et aller traîner autour du maire de Beacon Hills. Je pense à Mick. Mon cœur se serre. Il n’approuve pas le chemin que je prends. Je ne l’approuve pas non plus, mais je ne vois pas d’autre solution. Puis je me suis déjà grillé pour sauver mon compagnon. J’aurais pu demander l’aide de la meute, mais nous sommes assez exposés comme ça, pour nous ajouter des ennemis. J’ai donc décidé de payer seul, le coût de l’aide armée de l’Italien. C’est le principal sujet de dispute avec Mick.

- Il faudra que tu m’aides pour la pousser par contre. Et surtout que tu détermines un chemin sûr parmi les rondes pour qu’on ne se fasse pas repérer.

Samael continue son explication et insiste sur une approche discrète. C’est à ce genre de détails qu’il fait la différence avec un autre. C’est un pro qui ne laisse rien au hasard. Un pro toujours en vie grâce à sa rigueur et sa prudence. Quand je l’avais croisé, j’avais pensé que c’était un peu un gros bras, frondeur et fanfaron. Mais non. Il s’adapte à son environnement, au contexte. Un vrai caméléon. Dangereux. Il pourrait s’entendre avec Alessandro, si celui-ci n’était pas un gangster doublé d’un loup oméga.

- On ne peut rien laisser au hasard, car si jamais on le fait, c’est fini pour notre entreprise, voire pour nous. Je préfère encore mourir que de me laisser attraper par ces fils de putes.

Je n’ai pas envie de mourir. J’ai trop de chose à vivre avec Mick. Notre nid d’aigle à construire, une vie à vivre, des projets à imaginer et pourquoi pas plus tard, quand Mick aura réglé les mystères de son passé et moi vengé ma mère… pourquoi ne pas adopter un enfant ? Depuis que Mick est le parrain de Ian, le fils de Peter, je vois bien qu’il est fait pour être père. Cela nous donnerait un but, une joie supplémentaire, de la fierté aussi.

- J’ai des projets de vie, donc pas question de se faire prendre, ni de finir en donneur d’organe pour ce qui me concerne.

Mon visage est subitement dur et affiche ma détermination. Je suis un homme doux, mais le temps d’une parenthèse, c’est mon sang de chasseur qui prend le dessus, mon nom de naissance : Argent. Je ne peux pas renier mon capital génétique, chasseur par mon père, druide-chaman par ma mère et loup par morsure. Ézéquiel, mon grand-père maternel m’avait affirmé que rien n’arrive au hasard et que fuir son destin ne fait que nous le renvoyer dans la figure avec violence.

- Pour la moto, j’ai un contact fiable. Un rital. Si tu traînes un peu dans l’underground de la ville, tu sauras vite de qui je parle.

Je pose mes mains sur la table et observe la carte. Ma formation d’architecte me rend à l’aise avec tout ce qui est plan. Vision d’ensemble qui zoome au détail. J’attrape un pot de pièce de monnaie dans le fourbi de Samael. De vieilles pièces de cuivre vert de gris. Je matérialise les voies à éviter, rapidement un chemin se dessine. Un pour l’aller, le plus tortueux pour la discrétion. Mais nous avons le temps, nous approcher lentement mais avec un maximum de garanties de discrétion.

- Ça c’est le chemin pour y aller. Je pousserai la moto, toi t’auras bien à faire avec ton barda et autant que tu préserves tes forces.

Je vire les pièces du plan, comme on efface une ardoise magique et recommence pour trouver la route qui permettra à Samael de se barrer de là vite fait. Je commence à connaître très bien cette ville. Déformation professionnelle oblige, je connais toutes les particularités de chaque quartier. Il faut imaginer que Samael se fasse courser en voiture, en deux roues aussi et peut-être par un être surnaturel. À moi d’attirer le surnat sur ma trace, lui laissant le reste.

- Il te faut à minima deux passages délicats qui te permettront de les semer.

Je pose une pièce sur deux ruelles trop étroites pour une voiture. Avec les autres, je trace un trajet tortueux, qui semble à une fuite désorganisée, mais qui est au contraire diablement réfléchie.

- Il faut éviter que ceux qui te perdent de vue, te retrouvent au détour d’un croisement. Si tu prends la direction du sud, passe là, puis là, plonge vers l’est, mais fais demi-tour là, pour revenir vers l’ouest, puis le nord.

Comme le petit poucet, je matérialise le trajet. Une bonne partie de la ville y passe, mais ce trajet noie totalement le poisson avec deux obstacles majeurs qui permet de semer ses poursuivants. Reste une inconnue.

- Es-tu capable de mémoriser ce trajet ? Soit tu comptes les intersections, soit tu vas en repérage et mémorise des détails. Ne pas oublier qu’il fera nuit.


J’ai plutôt confiance dans ses capacités. Ce type est encore en vie car justement il fait attention aux détails. Sur le plan, il n’y a pas tant de changements que cela, mais ils sont judicieusement choisis pour ne pas recroiser la route de ceux qui s’égareraient en le cherchant. S'il se plante, il peut se retrouver face à ses poursuivants.

- Faut que je prévoie aussi une autre plaque pour la moto. Pour qu’on puisse l’abandonner et que cela prenne du temps à remonter à son vol.



© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Jeu 14 Juin - 11:42


☾ la planification mortuaire.
I'm a street walking cheetah with a hide full of napalm. I'm a runaway son of the nuclear A-bomb. I am a world's forgotten boy, the one who searches and destroys. Honey gotta help me please, somebody gotta save my soul. Baby detonates for me. Look out honey, 'cause I'm using technology ! Ain't got time to make no apology, soul radiation in the dead of night. Love in the middle of a fire fight.

▼▲▼

Rien qu’à voir la tête de Chad, je comprends aisément que lui non plus n’a pas envie de mourir lors de cette entreprise. Il ne fait pas ça en fonçant juste tête baissée pour crever en martyre, c’est une vengeance et non pas un simple coup de tête, ce qui en soit est bien mieux, il a donc les idées en place et est prêt à faire son boulot convenablement. « J’ai des projets de vie, donc pas question de se faire prendre, ni de finir en donneur d’organe pour ce qui me concerne. » A bon entendeur, je hoche la tête comprenant exactement ce qu’il veut dire. Soudainement son visage devient plus dur, plus froid. Il se met à réfléchir, à ne plus ressembler à un homme doux, mais plutôt à celui que je suis, calculateur, ne laissant absolument rien au hasard. Là il me plaît, rien que pour ça je pourrais l’attraper dans mes bras pour l’enlacer. Sauf que j’ai trop de retenue et d’amour propre pour faire un truc pareil. « Pour la moto, j’ai un contact fiable. Un rital. Si tu traînes un peu dans l’underground de la ville, tu sauras vite de qui je parle. » Amaro, décidément ce loup n’est pas conventionnel, entouré de toute une meute sans en être un vrai alpha. J’ai entendu parler de lui et il me tarde d’être amené à le rencontrer pour que l’on puisse discuter affaire lui et moi.
Soudainement Chad se met à regarder la carte et attrape un pot de fausses pièces en métal pour qu’il puisse matérialiser un chemin et les obstacles de la forêt ou mêmes les humains. Je vois rapidement selon ce qu’il dessine un chemin qui se dresse. « Ça c’est le chemin pour y aller. Je pousserai la moto, toi t’auras bien à faire avec ton barda et autant que tu préserves tes forces. » Je le regarde avec un sourire sincère, il n’a pas tord, mais pour une fois je ferais léger dans mon matériel. Je serais armé d’un pistolet neuf millimètres chargé avec des balles imbibées d’aconit, une épée dans le dos ainsi qu’un fusil automatique qui soit capable de faire de la précision et équipé d’un silencieux et une ribambelles de couteaux de lancer dans la doublure de mon blouson. Mais plus je serais en forme, mieux ce sera.
Rapidement le loup efface tout et prend un plan de la ville même. Il a raison, il me faudra un chemin pour m’enfuir à travers les rues. Je suis content qu’il soit là avec moi, au moins je ne me retrouve pas seul dans ce plan complètement dingue. Je hoche la tête à chaque fois qu’il me donne des indications. Lui c’est le cerveau, mois la main armée. A deux nous sommes redoutables et je sais que notre plan aura de grandes chances de réussites. Il nous faudrait juste l’aide de quelqu’un d’autre, que l’on puisse enfin être persuadés que tout ira bien. Mais là je sèche et autant se contenter de ce que l’on a. « Es-tu capable de mémoriser ce trajet ? Soit tu comptes les intersections, soit tu vas en repérage et mémorise des détails. Ne pas oublier qu’il fera nuit. » J’attrape mon téléphone portable pour prendre en photo la carte de la ville. Au moins j’aurais de quoi réviser le chemin et de prime abord je ferai un tour de nuit pour avoir bien en tête tous les endroits que je vais devoir emprunter. « Faut que je prévoie aussi une autre plaque pour la moto. Pour qu’on puisse l’abandonner et que cela prenne du temps à remonter à son vol. » Soudainement j’ai une idée intéressante pour que l’on puisse éviter de remonter à qui que ce soit. Il faut que je trouve de quoi brûler le véhicule motorisé. Mais pour cela il faut qu’elle ne coûte pas une blinde, ce serait vraiment dommage.
D’autant plus qu’en brûlant la moto, on aura moins de chance de nous retrouver. Sauf qu’en y réfléchissant bien, si on la brûle on ne pourra pas accuser l’autre groupe de chasseurs. Donc non, mon idée est caduque. « Il nous faudrait un troisième coéquipier Chad. Quelqu’un qui au même moment volera la vraie moto dans l’autre camp pour la faire disparaître. Comme ça l’accusation de traîtrise sera valide. » Le problème c’est que je ne fais confiance à personne, si je le fais envers Chad c’est parce qu’il m’a sauvé la vie autant que j’ai sauvé la sienne. Je me gratte le haut du crâne en pensant à tout cela. Si l’on doit trouver une troisième personne, ce sera probablement lui qui trouvera une autre personne.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Mer 20 Juin - 15:03

La planification mortuaire
Chad
ft.
Samael
Mémoriser le trajet de fuite ne semble être un problème. Tant mieux, car s’il se fait chopper, le plan tombe à l’eau et Samael risque de passer un sale quart d’heure. Je ne souhaite à personne la terreur sans nom que j’ai ressenti quand j’étais entre leurs mains. Je m’écarte, prends du recul, comme je le fais sur mes plans d’architecte. Savoir prendre de la distance. Visualiser le schéma général et les obstacles qui peuvent survenir. Ma nature profonde prend le dessus, malgré l’enjeu, malgré le risque. Je suis un homme posé et réfléchi. Je tourne autour de la carte, envisage d’autres angles pour revenir au chemin que j’ai tracé.

- Il nous faudrait un troisième coéquipier Chad. Quelqu’un qui au même moment volera la vraie moto dans l’autre camp pour la faire disparaître. Comme ça l’accusation de traîtrise sera valide.

J’hoche la tête silencieusement. C’est une bonne idée, mais qui ? Pas question d’y mêler Mick. C’est suffisamment tendu entre nous. Une telle opération est stressante, le moindre grain de sable peut exacerber nos réactions. Un des mecs à Aless ? Mon ardoise chez le rital est déjà salée. Qui ? Qui d’assez fou ? Qui de fiable ?

D’un vague geste à Samael, je lui fais comprendre que je réfléchis. Je déambule dans son arrière-boutique qui est encombrée d’objet divers. Mon regard erre sur les étagères. Un détail m’intrigue, une proportion étrange. C’est l’architecte qui est actif là. Ce métier, c’est ma passion et un projet depuis que j’ai l’âge de six ans. L’air de rien, je retourne à la boutique qui est dans la pénombre, simplement éclairée par les lampadaires dehors.

Le fourbi de Samael tromperait n’importe qui, mais pas quelqu’un qui raisonne en pilier, murs porteur et normes réglementaires. La largeur de la boutique est plus grande que l’arrière-boutique. Je retourne dans celle-ci. Le mur incriminé est garni d’une bibliothèque. Je souris. C’est bien fait, car je ne vois pas où est l’ouverture. J’ai presque envie de le questionner. Porte pivotante ? Basculante ? C’est le curieux qui s’émerveille, pour le mécanisme, pas pour ce qu’il cache. Notre future maison avec Mick va être truffée de pièces cachées. Mick aura sa « Batcave », je le charrie souvent avec son pseudonyme. Mais notre maison, pourra se transformer en réel bunker. J’ai étudié chaque entrée, chaque accès. Vauban pourrait être impressionné. C’est un animal en porcelaine qui me fait penser à un nom. Je me retourne vers Samael. Je crois qu’il pétera un câble avec ma druide, mais c’est la seule personne que je vois capable de voler une moto sous le nez d’une meute de chiens sans que les toutous ne bougent la truffe.

Samael se rend compte à mon regard que j’ai une possible solution. Il est pas mal foutu comme gars. Oui, il va péter un câble avec la chieuse qu’est Mafdet Mahes. Je sais qu’elle acceptera. Elle aime bien fourrer son nez un peu partout.

- J’ai bien quelqu’un de fiable. Mais… Elle peut être soit adorable, soit royalement agaçante. Mais côté furtivité, elle me bat haut la main. Tu n’as rien contre les chats ou les félins en général ? Il s’agit de mon émissaire, Mafdet Mahes. Elle sévit au lycée, comme prof de chimie.

Je regarde les étagères où Samael conserve ses stocks d’herbe et de plante.

- Tu as de l’herbe à chat ?

Dingue l’effet attractif que cette plante à sur ma druide.


© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samael Washington

avatar


Humeur : déviante.
Messages : 73
Points : 99
Réputation : 6

Date d'inscription : 07/02/2018

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Mer 20 Juin - 19:33


☾ la planification mortuaire.
I'm a street walking cheetah with a hide full of napalm. I'm a runaway son of the nuclear A-bomb. I am a world's forgotten boy, the one who searches and destroys. Honey gotta help me please, somebody gotta save my soul. Baby detonates for me. Look out honey, 'cause I'm using technology ! Ain't got time to make no apology, soul radiation in the dead of night. Love in the middle of a fire fight.

▼▲▼

La vérité c’est que si l’on veut avoir une nouvelle personne dans cette équipe, il faut choisir attentivement et surtout ne pas prendre le premier venu. D’accord son rôle sera minimaliste, mais pas moins dangereux. Je ne veux pas qu’on perdre quelqu’un pour une entreprise pareille, surtout pour une entreprise dont la personne n’a strictement rien à carrer. Chad se met à réfléchir, et je le vois marcher dans la boutique, dans toute l’herboristerie. Son attention se porte sur ma bibliothèque, et je commence à tiquer. Je le vois regarder, observer. C’est mauvais. Je sais qu’il est étudiant architecte, et il a dû trouver que le mur peut se dégager. L’entrée de ma cave. Là je n’aime pas ça du tout. Si jamais il parvient à trouver le mécanisme, je suis sacrément dans la merde. Ce gars pourrait découvrir toute la vérité. Sauf que pour le moment, il ne sait pas où se trouve le mécanisme d’entrée et pour ça, il lui faudra beaucoup de temps. Et je ne suis pas disposé à lui en laisser autant. Je ne veux pas qu’il découvre mes moindres secrets, mes armes, ou mon matériel de torture. Ce serait un coup à ce que je me fasse dénoncer aux flics. Même s’il m’a dit qu’il ne le fera pas, je préfère rester sur mes gardes, on n’est jamais assez prudent. Si je suis toujours en vie, c’est parce que je suis toujours attentif à la moindre des choses qui m’entoure.
Chad se retourne vers moi, son regard brille, il a trouvé quelqu’un. Je le devine rien qu’à voir son expression faciale. Parfois être un loup-garou pour devenir ce que les autres pensent n’est pas nécessaire. « J’ai bien quelqu’un de fiable. Mais… Elle peut être soit adorable, soit royalement agaçante. Mais côté furtivité, elle me bat haut la main. Tu n’as rien contre les chats ou les félins en général ? Il s’agit de mon émissaire, Mafdet Mahes. Elle sévit au lycée, comme prof de chimie. » Un félin ? Je ne sais rien sur cette femme, je ne suis pas au courant de tout. Ce n’est pas possible de connaître tout le monde et toutes les créatures, les mythes sont nombreux et les réalités qu’ils recouvrent le sont encore plus. Mais si c’est un félin, comme il dit, c’est le candidat idéal, la personne que l’on devrait avoir avec nous. Discrétion, c’est tout ce qu’il nous faut, elle n’aura pas besoin de se battre, par contre si elle fuit, ça va ameuter les gens. « Tu as de l’herbe à chat ? » Je hoche la tête et je file dans la boutique pour lui en prendre un pot contenant de la cataire, le nom scientifique de cette plante dont les félins raffolent. Je lui fais glisser sur la table pour qu’il l’attrape, je lui offre, de toute façon ça ne coûte pas cher.
Maintenant il faut penser à comment cette fameuse Mafdet peut s’enfuir avec la moto sans qu’elle ne se fasse poursuivre, et là étrangement j’aimerai trouver la solution parfaite, pour qu’il sache que je ne suis pas non plus un profiteur et que je profite de ses idées à lui. Enfin c‘est complètement con d’ailleurs, parce qu’on est à deux sur ce coup là. « Tu crois qu’elle serait capable de voler cette moto sans l’allumer à proximité de leur camp ? » Je dois vérifier toutes les alternatives, si on laisse le moindre détail au hasard, tout peut foirer, et ce n’est pas ce que l’on veut. La druide n’est pas humaine d’après ce que je comprends, c’est une sorte de félin, donc elle doit posséder une force surhumaine, et ce sera donc un jeu d’enfant pour elle. « Si elle y arrive, c’est dans la poche pour nous. Elle pourra même garder la moto si elle veut, dis-je en lui souriant. » Le plan commence donc à se dessiner dans nos esprits, encore faut-il arriver à convaincre Mafdet. Je pourrais lui fournir un stock considérable d’herbe à chat, même si ça vient de mon stock, peu m’importe.


CODAGE PAR AMATIS



❝ l'écume des jours❞ il me faudra des mois, des mois, pour que je me rassasie des baisers à vous donner. il faudra des ans de mois pour épuiser les baisers que je veux poser sur vous, sur vos mains, sur vos cheveux, sur vos yeux, sur votre cou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 981
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)   Ven 29 Juin - 20:15

La planification mortuaire
Chad
ft.
Samael
Mes doigts se crispent sur le pot que Samael vient de faire glisser vers moi. La nature féline de Mafdet rend les actions avec elle parfois compliquées. Son esprit est indépendant, fier et snobe comme tous chats, mais à l’instar de ces boules de poil, de l’attention et quelques gratifications la rendent coopérative. Beaucoup trouveraient cela ridicule, mais il suffit d’observer la gente féline pour comprendre son mode de fonctionnement. L’erreur avec elle, est d’appliquer un schéma humain.

- Tu crois qu’elle serait capable de voler cette moto sans l’allumer à proximité de leur camp ?
- Oui,
affirmé-je sans hésitation. Elle a une force équivalente à un bêta.
- Si elle y arrive, c’est dans la poche pour nous. Elle pourra même garder la moto si elle veut.


Je ne peux pas m’empêcher de rire.

- Je ne pense pas qu’elle fasse d’infidélité à sa Kawasaki Ninja vert pomme. Le mieux c’est de se débarrasser de cette bécane.

Je me tais. Le silence s’installe. Le plan est monté. Je cherche ce que nous aurions pu oublier. Le front soucieux de Samael montre qu’il fait de même. Deux cerveaux valent mieux qu’un sur cette affaire. De plus la mission n’est pas sans risques. Si nous verrouillons chaque détail, cela passera comme une lettre à la poste. Je regarde ma montre. Reste un dernier détail à valider.

- Je te propose que nous allions voir ma druide. Autant être fixés tout de suite si nous pouvons compter sur son aide. C’est un plus non négligeable, mais sinon nous nous passerons du vol de cette bécane.

***

J’attends Samael sur le trottoir, le temps qu’il range un peu et verrouille sa boutique. Le quartier où loge Mafdet est un peu au nord du centre-ville, un coin résidentiel. Avec ma voiture, il ne nous faut que cinq minutes. Il est tard et la circulation négligeable.

La maison de Mafdet date des années cinquante. Elle a un peu l’allure de la maison de Norman Bates. Maf’ a poussé le vice en remplaçant le numéro de sa maison par une plaque qui annonce : 666 Evil Road. L’humour de la druide est… « félinesque ». Avant de venir, j’ai pris la précaution de lui envoyer un message pour la prévenir. Je vérifie que j’ai le pot d’herbe à chat. Non je n’ai pas peur ! Je suis juste, impressionné ? Intimidé ? Bon OK, elle me fout les jetons. Mais c’est une alliée précieuse sur qui on peut compter.

Mon éducation bourgeoise reprend le dessus. J’affiche une mine réjouie et affable avant de sonner. Nous voyons la lumière s’allumer dans le hall par la vitre granitée de la porte d’entrée. Une ombre passe, puis la porte s’ouvre.

- Bonsoir Maf’. J’ai un service à te demander comme précisé sur mon message. Tu vas comprendre pourquoi je souhaitais t’en parler de vive voix. Je te présente Samael Washington, mon… associé.

Elle nous scrute. À chaque fois, j’ai l’impression qu’elle me voit à poil ou pire, qu’elle voit mes os et mes organes. Quand enfin elle s’efface, pour nous laisser entrer. Samael est scanné de la tête au pied, senti et humé. Bon, j’espère que son after-shave va plaire à Maf’. Aïe, pourquoi elle fronce le nez ?

Spoiler:
 


© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
la planification mortuaire. (CHAD&SAMAEL)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Dreamland mortuaire
» Planification de la crémaillère de maison de confrérie
» Promouvoir la planification familiale
» SCOOP/LE NOUVEAU CEP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Dans la ville-
Sauter vers: