AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
8 décembre 2018

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd




Classement au
24 novembre 2018

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Sam 9 Juin - 23:48


☾ un nouveau remède.
There was a friend of mine on murder and the judge's gavel fell. Jury found him guilty, gave him sixteen years in hell. He said "I ain't spending my life here, I ain't livin' alone, Ain't breakin' no rocks on the chain gang. I'm breakin' out and heading home." Gonna make a jailbreak and I'm looking towards the sky, I'm gonna make a jailbreak. Oh, how I wish that I could fly all in the name of liberty. All in the name of liberty got to be free.

▼▲▼

J’ai eu une idée, je ne sais pas ce que cela peut donner, mais il est peut-être temps de commencer à travailler sur moi. L’aide extérieure ne m’est pas inutile, ce serait être idiot que de le penser. Alors en faisant des efforts, en me concentrant sur ce que je suis, ce sera sûrement efficace. Tous les conseils reviennent sur le même constat, vivre ma vie, et non pas la brimer parce que d’autres peuvent mal réagir. Le truc c’est que c’est bien plus facile à dire qu’à faire. Certes ce n’est pas pour les autres que je décide de mener mon existence, pourtant l’avis d’autrui façonne le monde, et l’ignorer c’est agir comme une ganache. Je suis donc entre deux eaux, partagé entre l’envie de hurler au monde ce que je suis de façon intrinsèque, et celle de me cacher sous terre, d’occulter ce que je ressens pour ne plus jamais à avoir à y faire face. Je suis monstrueusement égoïste, j’en suis parfaitement conscient, et c’est ce qui est le pire. Regarder mon couple s’étioler par peur du jugement. Plus les jours avancent et plus il est aisé de se rendre compte que les mots que l’on ne se dit plus, que les fois où il préfère dormir sans moi sont fréquents. Je n’en peux plus de cette situation, aux situations extrêmes, moyens désespérés. Jamais de ma vie je n’aurais cru que cela soit possible venant de moi, pourtant je me retrouve là, dans un dojo pour faire une séance de yoga.
Je me suis bien renseigné sur cette discipline, les effets sont exactement ce que je recherche, alors pourquoi pas. Vêtu d’un bas de jogging noir et d’un t-shirt tout aussi noir qui est – presque trop – cintré sur les muscles de mon buste j’attends dans le dojo que la professeure arrive. Je dois admettre que je ne sais pas trop où me mettre. J’ai vu qu’il y avait possibilité d’avoir des cours particulier pour 25 % du prix d’une leçon collective en plus. Je ne roule pas sur l’or, mais je ne veux pas être dérangé, c’est plus par besoin de me retrouver seul avec moi-même que j’ai eu cette démarche d’ermite. Sur les tatamis, je reste là, assis, essayant divers assouplissements. Je dois admettre que ma force brute cache une souplesse insoupçonnée. Résultat d’exercices physiques réguliers qui ne sont pas à outrance dans la prise de masse musculaire. Autant dire que ce n’est pas la musculation qui m’a donné la carrure que je possède actuellement, mais des années de sport assidu.
Une femme arrive, un petit bout, je dirais même pas un mètre soixante-dix, blonde avec une carrure svelte dont les muscles sont visibles sans pour autant être exubérants. Elle a un physique rêvé. Et quelque chose remue en moi. Le loup a senti quelque chose. Elle n’est pas normale, enfin si, mais c’est une créature surnaturelle, un mélange de connu et d’inconnu. Immédiatement mes yeux deviennent rubis et mes crocs sortent de ma bouche. Puis je me rends compte qu’il n’y a aucune menace, rien qu’une femme venue faire son travail. « Je vous prie de m’excuser. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris. » Il me semble que des excuses sont nécessaires, elle ne doit capter aucune intention hostile, car je n’en ai pas, c’est simplement que le mélange entre le loup en elle et la créature que je ne connais pas m’a fait réagir de manière étrange. Je baisse le regard et m’avance vers elle pour lui serrer la main amicalement. « Inutile de le cacher maintenant je présume. Je suis Leoric Teniala, et accessoirement l’un des alphas de la ville. » Elle n’est pas idiote, je ressens au plus profond d’elle que la lycanthropie est présente, ou du moins qu’il s’agit d’une déviance de la mutation. J’ai entendu dire que la morsure d’un alpha permet de donner forme à ce que la personne est réellement, que parfois ce n’est pas un loup qui sort, mais autre chose. Il doit s’agir de cela. N’ayant jamais mordu quelqu’un ou transformé quelqu’un moi-même, je ne pourrais dire. Et surtout elle a dû remarquer à mon accent nordique que je ne suis pas d'ici, ce qui me donne apparemment un petit charme.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 201
Points : 202
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Dim 10 Juin - 16:20

Andy Turing & Leoric Teniala


Un nouveau remède



Elle débarque en trombe sur son lieu de travail, les cheveux en vrac, un haut volé à Capucine bien trop grand pour elle, et un vieux short sur les fesses. Elle grogne un bonjour à son patron en passant près de lui, embarquant la tasse de thé vert de ce dernier par la même occasion. Elle reste sourde à ses protestations et fuit vers le vestiaire des filles. Une fois dans le petite pièce, une nouvelle fois vide de tout être humain, elle se change, troquant sa tenue pour une brassière de sport, et un short aux couleurs assorties. L'image que lui renvoie le miroir qu'elle a collé sur la porte de son casier lui confirme que cette nuit elle n'a pas assez dormi. Foutue série télé addictive qui les a obnubilées elle et son amie une bonne partie de la nuit, ne leur laissant que quelques heures de sommeil... N'ayant pas le luxe de travailler pour son propre compte, elle a pourtant du se lever, alors que l'humaine est sûrement encore collée sur le canapé, bien cachée dans sa couette.

Elle se passe de l'eau glaciale sur le visage, achevant de se réveiller par la même occasion. La tasse de thé vidée, elle finit par brosser ses longs cheveux blonds, les nouant en une tresse assez lâche pour ne pas la déranger pendant ses cours. Un dernier bâillement pour la forme, et elle retourne à l’accueil, attrapant son planning en déposant la tasse devant son employeur.

-Pas assez de sucre là dedans.

Ses yeux parcourent la liste des cours qu'elle doit dispenser dans le journée. Un cours particulier, le clan des baleines en gestation qu'elle voit deux fois par semaine, un groupe mixte, des petits vieux à la recherche d'une seconde jeunesse et une séance avec des couples en fin de journée. Magnifique. Elle déteste les cours particuliers autant que son patron les adore. C'est ennuyeux, et ça manque de vie la plupart du temps.

Elle prend le chemin de sa salle de cours, se déchaussant à l'entrée de celle-ci avant d'entrer sans faire trop de bruit. Son élève est déjà là, et pourtant elle est certaine de ne pas être arrivée en retard. Elle lève les yeux pour le saluer, quand cette odeur oppressante lui arrive en plein visage. Un grognement manque de lui échapper, mais son élève ne semble pas savoir faire preuve d'autant de self-contrôle. En effet, il la fixe avec ses yeux couleur rubis, ce qui a le don de la mettre mal à l'aise. Elle se pince pour retenir un feulement, alors que l'homme range ses crocs, prenant la parole pour lui faire ses excuses. Son parfum ne démontre aucune agressivité, plus de gêne et d'incompréhension qu'autre chose. Elle ne peut s'empêcher de le dévisager alors qu'il vient vers elle main tendue, se présentant un peu piteusement. Un doux sourire fait son apparition sur ses lèvres, alors qu'elle attrape cette main, ses doigts se resserrant autour de celle-ci.

-Vous n'avez pas à vous excuser, j'ai failli moi même avoir une réaction disproportionnée. Je m’appelle Andy Turing. Je suis très impressionnée par votre aura, vous êtes le premier Alpha que je rencontre, ça n'existe pas vraiment chez nous.

Les Naguals ne fonctionnent pas comme les loups, les félins n'ont pas les même besoins, et pas la même hiérarchie. Sa mère a toujours géré la maisonnée, et elle sait que c'était la même chose du temps de ses grands parents.  La femelle ordonne, protège les siens et fait en sorte qu'ils ne manquent de rien. Un véritable ode au féminisme dans le monde animal. Elle sourit un peu plus, comprenant la raison de l'indécision du loup face à elle. Les félins sont bien moins courant que les loups dans le monde surnaturel, elle le sait même si elle a toujours été éloignée de ce milieu malgré ses origines. Elle serre un peu plus la main de l'Alpha entre les siennes avant de continuer.

-Je dois vous sembler étrange ? Je suis un puma, une Nagual si vous préférez les termes plus conventionnels. C'est pas une chose très courante.

Elle n'a jamais rencontré d'autre Naguals en dehors des membres de sa famille qui ont la même particularité qu'elle. Très peu de personnes sont au courant à propos de sa nature des plus originales. Sa meilleure amie, les membres de sa famille et un de ses ex qui semblait avoir des doutes à la fin de leur relation. Avec ce Leoric cela fait donc une personne de plus à présent.
©️clever love.



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Lun 11 Juin - 12:08


☾ un nouveau remède.
There was a friend of mine on murder and the judge's gavel fell. Jury found him guilty, gave him sixteen years in hell. He said "I ain't spending my life here, I ain't livin' alone, Ain't breakin' no rocks on the chain gang. I'm breakin' out and heading home." Gonna make a jailbreak and I'm looking towards the sky, I'm gonna make a jailbreak. Oh, how I wish that I could fly all in the name of liberty. All in the name of liberty got to be free.

▼▲▼

La jeune femme ne semble pas être farouche, au contraire, car elle vient pour me serrer la main de façon plus que naturelle. Sa poigne est ferme sans être violente, et je constate au plus profond d’elle que sa force est considérable. Elle a un quelque chose de sauvage, une sorte de folie naturelle due à ce qu’elle est de façon intrinsèque. Ma professeure de yoga est spéciale, non pas que ce soit mal, bien au contraire. J’aimerais savoir ce qu’elle est, car à vue d’œil j’aurais dit un loup, car de façon intérieure, elle a les gênes d’un lycanthrope, je le ressens, mais pourtant quelque chose me dit que ce n’est pas pareil, qu’il y a autre chose, une chose que je ne comprends ou que je n’ai encore jamais vu. Décidément le monde surnaturel est bien compliqué et je ne suis pas au bout de mes surprises. « Vous n'avez pas à vous excuser, j'ai failli moi même avoir une réaction disproportionnée. Je m’appelle Andy Turing. Je suis très impressionnée par votre aura, vous êtes le premier Alpha que je rencontre, ça n'existe pas vraiment chez nous. » Le premier qu’elle rencontre, j’espère ne pas lui faire une mauvaise impression en laissant le loup se montrer sans le contrôler. Seulement en ce moment je suis un peu à cran, et je n’arrive pas à me raisonner ou à me montrer réellement comme je suis d’ordinaire. La faute à la pression et aux disputes.
Elle presse délicatement mes doigts et je souris en voyant cette douce attention, comme si la jeune femme tentait de se vouloir rassurante, comme si elle avait senti que quelque chose n’allait pas chez moi. « Je dois vous sembler étrange ? » Étrange ne serait pas le mot, tout ce que je vois c’est une femme surnaturelle qui est délicate et pleine de douces attentions avec moi. « Je suis un puma, une Nagual si vous préférez les termes plus conventionnels. C'est pas une chose très courante. » Le nom sonne comme étant plus espagnol qu’autre chose. Une nagual, quelque chose me dit que cette créature vient d’un pays hispanique. Je ne suis pas un expert loin de là, et vivre sans druide n’est pas une bonne solution pour l’ignorance d’un alpha. J’aurais préféré en avoir un, seulement ça ne court pas les rues et le seul que je connais c’est Connor, et autant dire qu’on ne s’est pas quitté sur de bonnes fins. « Je ne connaissais pas votre… espèce, autant appeler les choses par les mots appropriés. Pourtant, je dois admettre qu’il y a une chose… comment dire… de loup-garou. » Il faudra que je me renseigne, que je me repère pour en savoir un peu plus. Ce me sera plus profitable pour moi afin d’améliorer mes connaissances, mais en prime ça peut l’aider elle si jamais elle ne connaît pas bien ce qu’elle est.
Je regarde la salle dans laquelle nous sommes, j’aimerais bien commencer le cours, car après tout, c’est pour cela que je suis venu. Je cligne des yeux et détache ma main de celle de Andy pour ne pas paraître malpoli. Puis je lui souris et commence à regarder la jeune femme. « On commence alors ? Non pas que vous parler me déplaise, mais on est là pour le yoga il me semble. » Je ne sais pas vraiment comment la séance va se dérouler, mais la jeune femme accepte que l’on se mette en route. Les positions commencent par s’enchaîner, la souplesse au début est rude, puis tout devient plus fluide, comme si c’était naturel et que j’avais fait cela toute ma vie. La respiration est un facteur important selon Andy, alors je m’applique à inspirer et à expirer profondément pour être connecté avec ce que je suis à l’intérieur. Certains exercices sont beaucoup trop complexes pour moi, et j ene parviens absolument pas à les faire, alors que pour mon enseignante, cela paraît être d’une facilité déconcertante. « On peut faire une pause ? lui demandé-je un peu avec une voix rauque. » En effet, il faut que je boive et que je mange un petit morceau pour ne pas faire une crise d’hypoglycémie. Puis on reprendra, j’ai payé pour faire une heure, une demi-heure est déjà passée.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 201
Points : 202
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Mar 12 Juin - 14:35

Andy Turing & Leoric Teniala


Un nouveau remède



Elle lui sourit encore une fois lorsqu'il dégage lentement sa main, demandant à commencer le cours. Rien de plus logique, après tout il a payé le prix fort pour être seul, et il en veut pour son argent. Et puis elle ne l'a jamais vu ici, et il a sans doute prit la décision de venir pour une bonne raison. Le yoga est rarement quelque chose que l'on découvre sur un coup de tête, en général on passe la porte d'une salle parce qu'on en ressent le besoin au fond de soi, même s'il faut parfois du temps pour s'en rendre compte.

Elle lui tourne le dos, sort deux tapis en mousse bleu ciel avant de les dérouler au sol. Puis elle salue son élève comme le veut le rituel. Celui-ci semble un peu perdu, mais il suit le rythme, même si certaines postures semblent un peu ardues pour son corps. Après tout le corps des occidentaux n'est pas aussi bien adapté à ce genre de situation. Ou en a juste moins l'habitude. Lorsqu'elle sent des tensions émaner du corps de son élève, elle reprend les postures depuis le début, les détaille un peu plus, lui rappelle de travailler sur sa respiration, et surtout de ne pas aller jusqu'au seuil critique qui emmène à la douleur. Celle-ci va à l'encontre des bienfaits du Yoga sur le corps et l'esprit.

C'est au moment ou ils se laissent glisser hors de la posture de l'arc que son élève lui demande si une pause est possible. Elle ne peux s'empêcher de lui faire un grand sourire, alors qu'elle achève de se lever.

-Aucun soucis, mon but n'est pas de vous épuiser, au contraire j'aimerais que vous ressortiez d'ici rempli d'une énergie nouvelle.

Elle se lève et va récupérer une bouteille de thé vert qu'elle garde dans un coin de sa salle. Du thé bien sucré cette fois-ci, qui compense avec l'absence de petit déjeuner. Probablement un des raisons qui fait qu'elle était de si mauvaise humeur en arrivant sur son lieu de travail. Mais cette dernière s'est évaporée avec la rencontre de Leoric, qui continue à l'impressionner malgré sa douceur apparente. Elle essuie sa bouteille avec un mouchoir en papier avant de la tendre à ce dernier, rapidement suivie par une barre de céréales au raisins secs. La sienne est engloutie en moins de temps qu'il ne lui en a fallu pour la sortir de son emballage. Elle pose ses déchets dans un petit sac en papier avant de détailler cet Alpha. Il a l'air plutôt gentil, et son accent est assez drôle lui aussi. Ce n'est pas tout les jours que l'on entend une voix de ce genre en Arizona. Elle récupère le papier de la nourriture qu'elle vient de lui offrir avant de le mettre avec l'autre.

-On rattrapera ses cinq minutes à la fin du cours, je n'ai personne pour l'heure qui suit. Mais il faut que vous vous détendiez, que vous preniez conscience de votre corps, et surtout que vous ne poussiez pas votre souplesse au delà de ses limites. Lors de notre dernière posture, celle du cadavre, vous devrez tenter de réorganiser votre esprit, le corps suivra. Il suit toujours.

Elle lui fait un grand sourire, pose une main sur son épaule avant de reprendre sa bouteille de boisson. Elle retourne se positionner sur son tapis après avoir lancé la chaîne hifi, qui laisse échapper le son d'un cd New Age qu'elle a trouvé dans une brocante à Pasadena il y a deux ans. Les yeux clos, elle prend une nouvelle inspiration, ancrant ses deux pieds dans la mousse bleu ciel.

-Et surtout on fait le vide, et on oublie l'extérieur... Même la blondinette face à soi.

Et elle commence à détailler la posture du poisson, doucement, sans un mot, ses yeux de nouveau grands ouvert ne quittant pas Leoric.
©️clever love.



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Mar 12 Juin - 18:35


☾ un nouveau remède.
There was a friend of mine on murder and the judge's gavel fell. Jury found him guilty, gave him sixteen years in hell. He said "I ain't spending my life here, I ain't livin' alone, Ain't breakin' no rocks on the chain gang. I'm breakin' out and heading home." Gonna make a jailbreak and I'm looking towards the sky, I'm gonna make a jailbreak. Oh, how I wish that I could fly all in the name of liberty. All in the name of liberty got to be free.

▼▲▼

Je ne suis pas fatigué, loin de là, il m’en faut bien plus, seulement les muscles commencent un peu à tétaniser sous l’effet de la déshydratation et de la satiété. En clair, j’ai soif et j’ai faim. Le yoga est certes un sport, mais ce n’est pas très épuisant, c’est au contraire très relaxant, d’où la petite pointe de sommeil qui pourrait venir. J’ai donc demandé une pause, seulement pour boire et pour manger. Elle me répond avec un grand sourire, et je la trouve vraiment charmante cette jeune femme. « Aucun soucis, mon but n'est pas de vous épuiser, au contraire j'aimerais que vous ressortiez d'ici rempli d'une énergie nouvelle. » Je ne comprends pas exactement de quoi elle parle, pourtant son ton me pousse à la croire, à lui accorder ma confiance. Cette jeune femme est douce, conciliante et m’a l’air très agréable à vivre. J’avais pris de quoi me sustenter au cas où, mais ça n’ a pas l’air d’être au programme, car en effet Andy attrape sa bouteille rempli d’un thé vert avec une odeur exquise, elle en boit une gorgée puis nettoie le goulot avec un mouchoir avant de me la tendre avec une barre de céréales aux raisins secs. « Je ne savais pas que tout ça était inclut dans la leçon, lui dis-je en riant et en acceptant de bonne grâce ce qu’elle m’offre. » Je commence donc à boire, et découvre le meilleur thé qu’il m’ait été donné de boire de toute ma vie, et pourtant j’en ai testé beaucoup. Celui-ci est très sucré mais a un goût de menthe fraîche qui est réellement délicieux.
La barre de céréales est rapidement engloutie et la professeure va mettre les emballages dans la petite poubelle au coin de la pièce. Ce qui me fait bizarre c’est d’échanger les rôles, d’ordinaire c’est moi qui enseigne et non l’inverse, se retrouver à la place d’un élève c’est plus que revenir dans des souvenirs d’antan, c’est grisant et en même temps très agréable. « On rattrapera ces cinq minutes à la fin du cours, je n'ai personne pour l'heure qui suit. Mais il faut que vous vous détendiez, que vous preniez conscience de votre corps, et surtout que vous ne poussiez pas votre souplesse au delà de ses limites. Lors de notre dernière posture, celle du cadavre, vous devrez tenter de réorganiser votre esprit, le corps suivra. Il suit toujours. » J’écoute ses conseils qui sont professionnels. Ainsi donc elle me conseille de me détendre, et d’être en parfaite harmonie avec mon enveloppe corporelle, et que le reste suivra sans pour autant forcer. Je souffle donc avec puissante, tente d’écharper les mauvaises ondes et les problèmes que je peux avoir en ce moment. Andy me sourit et pose sa main sur mon épaule, un geste affable qui a pour but de me détendre, du moins c’est ainsi que je le ressens. Puis elle reprend sa bouteille avant de venir s’installer sur son tapis de yoga.
La musique reprend, et je me dois de l’écouter, de la suivre pour instaurer un rythme respiratoire qui correspond au tempo de de cette mélopée envoûtante. Elle commence à ancrer ses pieds dans le sol et je suis son exemple, préférant adopter ce qu’elle fait pour ne pas réaliser d’erreur grossière. « Et surtout on fait le vide, et on oublie l'extérieur... Même la blondinette face à soi. » Un petit rire idiot m’échappe, je n’en reviens pas d’avoir pu m’esclaffer de la sorte. Le stress et les nerfs doivent y être pour beaucoup j’imagine. Je finis donc par faire le vide, et pour cela une seule solution. Pour une fois je dois oublier Derek et ce qui nous arrive. Il faut que nos problèmes soient secondaires et que jamais cela ne doit prendre le dessus sur moi.
Andy commence donc avec une posture qu’elle m’explique être celle du poisson. Nous nous allongeons donc sur le tapis en glissant nos bras dans notre dos, nos mains sur nos fesses et relevons le menton en l’air ainsi que notre torse. Avec cette position, je sens à l’intérieur de moi mon sang qui circule mieux, mes voies respiratoires dégagées et je soupire d’aise en respirant profondément. Puis après avoir observé le poisson, Andy m’invite à commencer à faire une posture avec un nom étrange, celle de Gomukhasana, autrement dit la tête de vache. Je procède avec une extrême lenteur quand je la vois faire afin de ne pas me froisser les muscles. Et intérieurement je sens quelque chose s’ouvrir, mon cœur, en pleine harmonie avec ce que je suis, et avec elle. Comme si la jeune femme avait perçu mon mal être depuis le début et qu’elle tentait de corriger ce qui n’allait pas. Il suffit d’une seule chose, d’un seul souffle qui lui parvient avec la bonne intensité, un souffle pour lui dire merci.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 201
Points : 202
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Jeu 14 Juin - 22:18

Andy Turing & Leoric Teniala


Un nouveau remède



Le petit rire un peu niais qui vient d'échapper à son élève à le don de la faire sourire. Il semble se détendre peu à peu, même si elle sent bien que ce n'est pas optimal non plus. Ils passent d'une posture à une autre, seul le son de leurs respirations synchronisées se faisant entendre dans la pièce. Elle sent bien que Leoric a un soucis, mais n'ose pas creuser plus loin. Après tout cela ne fait même pas une heure qu'ils se connaissent, et même si son tempérament est des plus énergiques, elle sait respecter l'intimité d'autrui.

Une respiration plus profonde, plus relaxée lui parvient.  Cela l'a rend heureuse, l'idée selon laquelle elle a pu apporter quelque chose de bénéfique à cet homme venu des pays du nord. Ils restent quelques minutes dans cette position, étirant leurs corps, triant leurs émotions, réapprenant comment gérer tout cela, malgré le monde extérieur. Seuls dans ce petit cocon excentré par rapport à la vie folle qui les attend lorsqu'ils quitteront cet endroit. Une autre posture suit celle de la tête de vache, demandant cette fois-ci plus de souplesse à son élève. Elle le regarde se débattre avec son corps, avant de sourire à nouveau, une petite phrase moqueuse lui échappant.

-La grue est un petit challenge personnel pour tout les nouveaux. Vous vous améliorerez si vous revenez.

Son corps à elle n'a aucune difficulté pour prendre cette position contre nature. Elle n'a jamais su si c'était du au puma, ou bien à la danse qu'elle a pratiqué très jeune, mais sa souplesse et sa puissance l'étonnent encore quelques fois. Elle décide pourtant de ne pas faire endurer cette torture trop longtemps à son élève, pour passer à une des positions les plus simples mais aussi les plus importantes de son cours, celle du cadavre. Elle ne fait jamais l'impasse sur cette dernière, la trouvant formidable lorsqu'il s'agit de devoir aider une personne à se recentrer sur elle même. Elle se redresse, et va attraper la télécommande de la chaîne hifi pour revenir s'asseoir sur son tapis de mousse.

-Nous allons passer à l'instant le plus important de ce cours. Ce moment ou vous aller chercher en vous cette énergie qui vous aidera à retourner affronter le monde extérieur. Vous allez en profiter pour travailler votre respiration de différentes manières, et aider votre esprit à se détendre. Repenser à vos troubles émotionnels, les trier pour ensuite mieux les gérer.

Elle s’allonge, jambes légèrement écartées, paumes tendues vers le ciel, surveillant Leoric du regard, attendant qu'il se mette en position. Puis elle lance une des pistes de son cd avant de poser la télécommande aussi loin que lui permettent ses bras.

-Lorsque ce morceau sera fini, nous nous saluerons et irons nous restaurer.

Elle ferme les yeux, et part loin de cette pièce. Son abdomen qui se soulève à intervalles réguliers marque le tempo de sa respiration. Elle tente de faire le calme, de stopper son esprit qui semble ne jamais vouloir se calmer, ses nerfs qui font que parfois elle gigote sans même sans rendre compte. Et surtout elle voyage loin, repart à Phoenix, près des siens, oubliant même son élève, cet Alpha. Si proche mais aussi si lointain. Elle fixe son esprit sur des choses simples, les bonbons sucrés de Capucine, l'odeur si particulière d'Alex, les bibliothèques de Stanford, les cheveux blonds de Taylor. Taylor. Son esprit s'arrête, se fige, alors qu'elle ne garde plus que son image en tête. Cherchant sa moitié d'âme dans ses songes.

Son cœur loupe un battement alors que la musique s'arrête, laissant une nouvelle fois place au monde réel, la faisant revenir de ce voyage qu'elle fait si souvent mais qui est tellement différent à chaque fois.  
©️clever



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Ven 15 Juin - 13:43


☾ un nouveau remède.
There was a friend of mine on murder and the judge's gavel fell. Jury found him guilty, gave him sixteen years in hell. He said "I ain't spending my life here, I ain't livin' alone, Ain't breakin' no rocks on the chain gang. I'm breakin' out and heading home." Gonna make a jailbreak and I'm looking towards the sky, I'm gonna make a jailbreak. Oh, how I wish that I could fly all in the name of liberty. All in the name of liberty got to be free.

▼▲▼

La jeune femme me fait enchaîner les postures et les exercices d’assouplissement, de respiration ainsi que d’ouverture aux énergies extérieures. Certaines sont trop dures pour moi, mon corps n’est assez extensible, je ne possède pas encore les forces nécessaires pour y parvenir, je pense notamment à la position de la grue. Pourtant la professeure le fait avec une facilité déconcertante. Je ne peux qu’être admiratif, parce que c’est épuisant alors qu’on ne le dirait pas. « La grue est un petit challenge personnel pour tout les nouveaux. Vous vous améliorerez si vous revenez. » Je ne sais pas si je reviendrai, ce qui est sûr c’est qu’elle a raison, c’est un véritable challenge. Mes muscles sont trop rouillés pour que je parvienne à la réaliser et ce, malgré toute la bonne volonté du monde. Pourtant je n’abandonne pas, j’essaye de la suivre, le problème ce n’est pas la force musculaire, mais plutôt ma rigidité. Je comprends donc qu’en réalité je suis tout aussi raide dans ma vie, et c’est justement là, le problème. Je suis incapable d’être souple. Elle décide donc de ne pas me faire endurer cette torture trop longtemps. Et je la remercie pour cette clémence qu’elle m’accorde.
Le cours n’est pourtant pas terminé, et je sais que nous allons donc passer à autre chose pour conclure cette heure que j’ai payé avec elle pour apprendre à mieux appréhender mon organisme et les soucis de ma vie. « Nous allons passer à l'instant le plus important de ce cours. Ce moment ou vous aller chercher en vous cette énergie qui vous aidera à retourner affronter le monde extérieur. Vous allez en profiter pour travailler votre respiration de différentes manières, et aider votre esprit à se détendre. Repenser à vos troubles émotionnels, les trier pour ensuite mieux les gérer. » Je ne comprends pas tout ce qu’elle veut dire, mais je sais que cela viendra en expérimentant. Andy s’allonge au sol avec les jambes légèrement écartées, puis les paumes tendues vers le ciel. Je fais de même et elle démarre la dernière piste de son disque. La télécommande du poste radio est posée à terre et un calme bienfaiteur raisonne dans la pièce. « Lorsque ce morceau sera fini, nous nous saluerons et irons nous restaurer. » Je ne dis rien, je ferme juste les paupières pour me laisser envahir par la sérénité et ce qui me compose de l’intérieur. Le souffle s’apaise, mon abdomen se gonfle et se rétrécie sous l’injonction de mon diaphragme. Quoi que cela puisse amener, je me prête à l’exercice parce que je suis venu ici pour ça, pour apprendre à mieux contrôler mes émotions, à mieux pouvoir appréhender ce qui m’arrive en ce moment.
Quand je souffle, des images me viennent, un mélange de douleur et de douceur. Deux mots si proches, une jolie paronomase doublée d’une homéothéleute. Pourtant c’est la vérité, ce genre de sonorités font la beauté d’une langue. Les yeux clos, j’ouvre mon cœur. Et ça me blesse, pourtant aucune larme, simplement un calme olympien, et une pointe de de joie qui résulte des mauvais souvenirs. Le temps passe, et c’est sans avoir compris comment arranger les choses que la musique s’éteint. Je me redresse et regarde la jolie blonde qui semble elle aussi dans un drôle d’état. Ma main se pose sur son épaule et j’use de mon pouvoir d’Alpha pour aspirer sa douleur ou tout du moins sa peine, parce que je ressens ce qu’elle a au fond du cœur et si pendant la position de yoga je m’étais occulté au monde extérieur, maintenant je la ressens au plus profond de moi. Je ne fais pas ça avec des inconnus, mais elle m’aide un petit peu, alors autant tenter de le faire avec elle aussi. « Vous allez bien ? Je ressens… de la peine chez vous… » Cela m’attriste énormément, et je ne le supporte pas de voir des gens autour de moi souffrir. Moi je souffre, et cela fait souffrir Derek, et c’est la seule fois où je ne peux rien faire, absolument rien faire, parce que ça touche les peurs les plus profondes de mon âme.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 201
Points : 202
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Mer 20 Juin - 2:13

Andy Turing & Leoric Teniala


Un nouveau remède



 Ils se redressent tout les deux, chacun revient de cette bulle de calme ou ils étaient enfermés. Le retour dans le monde réel n'est pas une chose aisée. Et on ne s'y habitue jamais vraiment. Elle passe une main dans ses cheveux, réarrangeant l'ordre précaire qu'elle leur a donné avant le cours. Son élève la fixe, semblant un peu troublé, elle ne sait pas si c'est du à cette fin de séance ou si c'est parce qu'il la dévisage. Elle n'a jamais été très douée pour dissimuler ses émotions, bien moins qu'elle ne l'est lorsqu'il s'agit de cacher sa vraie nature aux autres en tout cas. Puis il vient vers elle, pose sa main sur son épaule ce qui la fait doucement sourire. Serait-il aussi tactile qu'elle ? La vraie raison de ce contact imprévu lui arrive bien vite lorsqu'elle sent une vague de bien être la parcourir. Il a du sentir son désarroi et tente d'y remédier. Sa mère a déjà fait ce genre de choses avec elle, surtout lorsqu'elle était enfant avant de lui apprendre l'importance des émotions, même les plus dures.

Ses dires ne font que conforter son impression, alors elle attrape son poignet avec douceur avant de retirer sa main de son épaule, un sourire désolé au bord des lèvres.

-J'ai perdu mon frère... Il y a peu, les souvenirs reviennent et se font bien souvent plus forts en fin de cours.

Elle fait son deuil, sa façon à elle de gérer sa tristesse et sa colère après ceux qui ont laissé la tête de son frère dans ce sac. Les autres pièces détachées de Taylor étant sans doute elles aussi disséminées à travers le désert qui entoure la ville ou elle a grandit. C'est ce qu'on dit les flics quand elle a du aller l'identifier, ne pouvant laisser ce rôle à ses parents déjà submergés par la perte de leur enfant. Elle n'a pas longtemps hésité avant de prendre cette décision, tenant son rôle de femelle forte jusqu'au bout. Une de ses mains part caresser la joue de Leoric, le bout de ses doigts effleurant sa peau.

-La douleur est une bonne chose, elle rappelle aux hommes qu'ils sont vivants. Il faut juste parvenir à la gérer, faire de son maximum pour l'empêcher de venir gâcher nos vies. Elle n'est rien d'autre qu'un guide. Je dois faire mon deuil à un moment ou un autre, j'ai besoin de cette douleur pour y parvenir. La gérer reste dur, mais laissez la moi.

Plus qu'une demande c'est une supplique qui vient de quitter sa bouche. Elle espère que cet Alpha ne prendra pas mal ce qu'elle vient de lui dire et le refus qu'elle vient de lui afficher face a cette aide. Il n'a pas l'air dans son assiette, et elle a bien comprit que sa présence ici n'était pas due à une bonne chose. Il a de la souffrance en lui, elle la ressent comme si c'était la sienne, sauf que cette dernière semble bouffer l'homme de l'intérieur. Il n'a pas l'air de savoir gérer tout cela, mais il va falloir qu'il trouve comment faire s'il ne veut pas que la douleur prenne le pas sur le reste de sa vie. Elle s'en éloigne avant d'aller reprendre sa bouteille pour la jeter en direction de Leoric.

-Réflexe !

Vieille habitude, jeu entre gosses avec Taylor, avant de se mettre à le faire avec ses amies à elle. Capucine en fait régulièrement les frais, cela travaille son temps de réaction et elle a beau crier à chaque fois, elle s'en sort de mieux en mieux. Le loup du nord ne semble pas avoir de soucis à ce sujet, car la bouteille prend place dans sa main levée sans qu'il ne laisse montrer d'efforts apparents. Andy redevient la fille un peu trop énergique qu'elle est au quotidien, débit de paroles trop rapide et un grand sourire agrafé au visage. Elle engloutit une poignées de baies séchées aussi sucrées que des bonbons, avant de poser les questions qui lui passent par la tête.

-Vous êtes né loup ou vous avez été mordu ? Je connais pas de loup ou presque à part vous, y en avait bien un au lycée, et à Stanford je suis sûre qu'un mec était pas humain non plus. Et un Alpha, c'est comme la femelle chez les Naguals ? Un big Boss ? Parce que ma mère c'est un peu ça, c'est important la femelle chez les félins. Cela fait longtemps que vous êtes là ? Vous venez d'ou ? L'accent sonne Europe du Nord, mais je sais pas ou exactement. Et dans la vie? Vous avez un travail ? Vous avez une tête de bibliothécaire ou de maître nageur. Oui c'est ça, de maître nageur. Personnellement je suis pas fan de la piscine, mais pas mal de gens trouvent ça sympa...

Elle se tourne vers lui, et voit son regard surpris. Elle éclate de rire. Son débit verbal choque souvent les gens, et elle voit régulièrement ce genre de regards se poser sur elle lorsqu'elle se laisse emporter dans ses divagations.

-Désolée, je suis un peu survoltée. Très souvent. Surplus d'énergie mais si vous répondez à toutes mes questions je vous laisserai partir sans demander pourquoi vous semblez si malheureux.

Elle lui fait un clin d’œil avant de lui lancer une nouvelle barre de céréales, alors que ses dents déchirent déjà l'emballage de celle qu'elle s’apprête à dévorer.

©️clever



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Mer 20 Juin - 12:34


☾ un nouveau remède.
There was a friend of mine on murder and the judge's gavel fell. Jury found him guilty, gave him sixteen years in hell. He said "I ain't spending my life here, I ain't livin' alone, Ain't breakin' no rocks on the chain gang. I'm breakin' out and heading home." Gonna make a jailbreak and I'm looking towards the sky, I'm gonna make a jailbreak. Oh, how I wish that I could fly all in the name of liberty. All in the name of liberty got to be free.

▼▲▼

La jeune femme attrape mon poignet pour retirer ma main de son épaule, coupant court à ce que je viens de faire pour lui ôter sa douleur. Elle préfère la ressentir, ce que je peux concevoir, j’aurais refusé qu’on le fasse pour moi quand j’ai perdu ma meute, et m’introduire dans sa vie de la sorte est une erreur, je m’en veux de l’avoir fait. « J'ai perdu mon frère... Il y a peu, les souvenirs reviennent et se font bien souvent plus forts en fin de cours. » Elle n’a pas l’air de m’en tenir rigueur, et je suis bien heureux que ce soit le cas. Je ne veux pas m’en faire une personne antipathique à mon égard. Cette femme m’a l’air bien trop douce pour qu’on soit avec des sentiments négatifs l’un pour l’autre. Puis sa main vient se poser sur ma joue, qu’elle caresse du bout des doigts. Étrangement, moi qui n’aime pas les contacts physiques, je me surprends à ne pas sourciller, elle est tellement délicate et sa présence m’apaise, je la laisse donc faire. « La douleur est une bonne chose, elle rappelle aux hommes qu'ils sont vivants. Il faut juste parvenir à la gérer, faire de son maximum pour l'empêcher de venir gâcher nos vies. Elle n'est rien d'autre qu'un guide. Je dois faire mon deuil à un moment ou un autre, j'ai besoin de cette douleur pour y parvenir. La gérer reste dur, mais laissez la moi. » Ces mots trouvent un écho direct dans mon cœur. La douleur que je ressens est trop forte pour moi, elle me tue de l’intérieur, mais je ne puis faire autrement que de la laisser m’envahir, car il n’y a pas d’échappatoire, il n’y a aucune porte de sortie. C’est comme un piège qui empoisonne mon existence, chaque jour, un petit peu plus.
« Réflexe ! » Immédiatement j’entends l’air qui siffle et je lève la main pour attraper la bouteille sans même regarder, les yeux encore fermés par la concentration. Je suis perturbé par les mots qu’elle vient de me prononcer, comme si elle avait touché en plein centre la cible. Je suis un nid à douleur, j’aspire celle de tous ceux qui m’entourent s’en le vouloir et je l’accumule à celle que je ressens de mon propre chef. Je rouvre les paupières et bois une longue gorgée de la bouteille d’eau après l’avoir ouverte. C’est ainsi qu’elle commence à m’assaillir de questions, toutes plus étranges les unes que les autres, ou carrément justifiées en fait. Je souris laissant les problèmes de côté pour venir la regarder, un petit air amusé sur les lèvres et le regard pétillant. Le rire finit par venir quand elle dit que je dois être maître nageur. Non pas vraiment, certes j’adore nager, mais pas au point d’en faire mon métier. Son débit de paroles est impressionnant, et contraste énormément avec le métier qu’elle exerce, une professeure de yoga survoltée, ce paradoxe me plaît beaucoup. « Désolée, je suis un peu survoltée. Très souvent. Surplus d'énergie mais si vous répondez à toutes mes questions je vous laisserai partir sans demander pourquoi vous semblez si malheureux. » Elle me fait un clin d’œil avant de me lancer une barre de céréales, une nouvelle. Aussi étrange que cela puisse paraître, j’aime bien cette femme, et j’ai envie de lui faire confiance.
Alors rapidement, je viens à repenser à toutes ses questions, à vouloir y répondre les unes après les autres et dans le bon ordre pour qu’elle ait les informations comme elle le désire. Seulement, il y a des choses que je préfère éviter, la douleur, encore et je ne veux pas qu’elle puisse avoir un trop gros panorama de ce que j’ai pu vivre. « J’ai été mordu à mes quinze ans. Je suis devenu alpha à mes vingt-sept ans. Un Alpha c’est celui qui gère la meute, alors j’imagine que ce doit être comme la femelle des Naguals, peut-être bien oui. Je suis à Beacon Hills depuis noël dernier et je viens de Norvège, d’où mon accent nordique. Dans la vie… c’est compliqué. Je suis professeur de littérature au lycée sinon. Donc non, je ne suis pas maître nageur, bien que cela me fasse rire que vous m’imaginiez en maillot de bain. » Je mords dans la barre qu’elle m’a offerte, la deuxième. Je vais finir par devoir faire un crédit pour la rembourser à ce rythme. Car oui, j’ai bien envie de revenir, d’être capable de faire mieux, d’apprendre à m’en sortir avec des techniques de yoga qui sont là pour m’apaiser.
Cependant il reste quelque chose, la douleur. Et je dois bien avouer qu’elle s’est ouverte à moi, qu’elle m’a donné à voir ce qui lui arrivait, peut-être qu’il est temps de devoir rembourser mes dettes. « N’aie pas peur, je vais te montrer... » J’attrape sa main en m’approchant d’elle et ouvre mon cœur, lui transfère toutes les émotions contradictoires que je ressens. Ma morsure, les tortures que mon père m’a infligé, l’absence de ma mère, la mort de mon père, moi qui devient un Alpha, la mort qui frappe ma meute, la rencontre de Derek, la magie qui lie nos vies et nos destins, la peur que j’ai de l’inconnu et la peur de l’adversité. Je la relâche, mes yeux rougeoient faiblement et je m’éloigne d’un pas. « Voilà, tu sais tout. » Cette fois-ci, je me referme comme une huître. Puis je me souviens de ce qu’elle m’a appris aujourd’hui. Alors mes paupières se ferment d’elles-mêmes et j’inspire et expire longuement pour tenter de chasser ce qui est superflu de ma mémoire, car c’est la clé de la guérison.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 201
Points : 202
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)   Lun 25 Juin - 13:50

Andy Turing & Leoric Teniala


Un nouveau remède



 Elle ne cesse ses mastications alors que Leoric répond à toutes ces questions. Et dans l'ordre en plus, ce qui ne rend cet exploit que plus impressionnant encore. C'est certes un peu indiscret de sa part, la façon dont elle l'a inondé sous ses questions, mais elle aime les gens. Elle aime leur parler, tenter de les aider parfois, ou juste être près d'eux, se sentir bien à leur contact.

Tout ne semble pas avoir été rose pour cet homme, les responsabilités ont l'air de s'enchaîner, pour peser toujours plus lourd sur ces épaules. C'est sans doute la raison pour laquelle il est venu la voir dans sa salle de yoga. Elle sourit, gloussant de façon un peu gauche en entendant le métier de son élève. Très loin du maître nageur auquel elle avait pensé de prime abord. Elle ne sait même pas quelle logique a pu la mener à penser à cela. Encore une fois, son cerveau a été prit de vitesse par sa langue. Elle termine son encas, se léchant les doigts pour les laver du sirop sucré qui s'est déposé dessus. Elle n'a rien le temps de dire de plus, que Leoric s'approche d'elle. La tristesse toujours bien visible dans ses yeux. Il prend sa main dans la sienne, et ce sont ses mots plus que ce geste qui la font reculer quelque peu. Trop tard, le flot d'informations arrive.

Trop de choses, tellement loin de ce qu'elle a vécu de son côté. Ses doigts serrent la main de l'Alpha. Ses griffes sortent, mais ne font que caresser la peau de l'homme. Son souffle se raccourcit face à toute cette douleur, semblant revêtir une nouvelle forme à chaque fois. Le sourire qui fait son apparition suite à la rencontre des deux hommes, se fane bien vite au vu des sentiments de son élève à ce sujet. Il lâche sa main, puis la fixe de son regard rouge, bien moins intense que tout à l'heure. Ses yeux verts lui répondent, un faible instant alors qu'elle le prend dans ses bras, ou plutôt s'agrippe à lui. Une main se pose sur la nuque de l'homme, à la naissance de ses cheveux, et elle le serre encore un peu plus contre lui. Respirant doucement. Ne sachant pas trop quoi dire. Il vient de lui clouer le bec, chose assez rare pour être remarquée. Elle fait durer cette accolade, qui devient bien loin de ce que les conventions sociales attendent de deux personnes qui viennent de se rencontrer. Elle pose finalement ses lèvres contre la joue de l'homme, se hissant sur le pointe des pieds pour y parvenir. Avant de s'en éloigner, tête baissée.

Elle renifle un peu, avant d'oser lever à nouveau les yeux vers l'Alpha. Elle ne s'est jamais sentie aussi démunie, sauf peut être ce jour, il y a quelques mois dans cette morgue. Ce face à face final avec Taylor est la chose la plus dure qu'elle ait eu à vivre jusqu’à maintenant. Son enfance a été idyllique, son adolescence a amorcé son départ loin de sa famille. Famille qu'elle vient de fuir sans laisser de numéro de téléphone. Un petit sourire triste naît sur ces lèvres, alors qu'elle pose son regard dans celui du loup du nord.

-Je viens de fuguer de chez mes parents à 27 ans. Je suis pas un bon exemple. Mais je crois qu'une glace vous ferait du bien. Avec une nouvelle tête. Personnellement j'adore celle à la framboise.

Elle va récupérer sa serviette éponge, la passe dans sa nuque, effaçant les dernières traces de transpiration qui s'y trouvent. Elle lève un bras, inspire, avant de grimacer. Elle n'a pas eu le temps de se laver, elle pue la sueur mélangée à la bière qu'elle a bu avec Capucine en trop forte quantité. Et elle vient de faire un câlin à un quasi inconnu, lui infligeant tout ça par la même occasion. Il va falloir qu'elle se douche rapidement avant son prochain cours. Elle va reprendre tout son barda, et se dirige vers la porte. Sa main libre posée sur celle-ci, elle se retourne vers son élève.

-C'est peut être ce qu'il vous manque. Un ami. Quelqu'un qui n'a aucun rapport avec tout ça. Si l'idée vous tente, je vous passe mon numéro après ma douche.

Elle part, fait deux pas avant de revenir en vitesse.

-Et c'est pas une demande de rencard. Vous direz à votre homme que les grands blonds déjà pris c'est pas mon truc.

Cette fois-ci elle part vraiment en direction des vestiaires, elle entre, se déshabille dès que la porte se referme. Ses vêtements chutent au sol alors qu'elle va vers son casier, récupérant le nécessaire pour se ruer sous la douche trop fraîche qui lui tend les bras. Elle laisse le jet puissant délasser ses muscles pas encore bien réveillés. Ses yeux se ferment tandis qu'elle se demande si l'Alpha sera encore là après son petit brin de toilette. Il l'impressionne, et elle a envie d'en savoir plus sur lui, de jouer les curieuses et peut être même l'aider.
©️clever



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
un nouveau remède. (ANDY&LEORIC)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» le nouveau gouvernement
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» nouveau supplement-non officiel?
» Nouveau mordu DEUTZ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Boutiques, magasins et autres affaires privées :: Ecole de Jujitsu-
Sauter vers: