AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
8 décembre 2018

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd




Classement au
24 novembre 2018

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]

Aller en bas 
AuteurMessage
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Dim 1 Juil - 20:04

Andy Turing & Jessabelle Millstone


Volent les jolis papiers



Elle était devant le lycée public de la ville, sa pile de tracts à la main. Attendant le flot de lycéens qui ne tarderait pas à franchir les portes. Elle s'éventa un peu avec les feuilles de papier, espérant que ce qu'elle s’apprêtait à faire aurait une quelconque utilité. Trop de petits vieux et de femmes enceintes durant ses cours. Elle n'avait rien contre ses deux groupes de personnes, mais autant être franche : Les cours étaient ennuyeux au possible.

Les tracts avaient été imprimés et photocopiés avec son argent personnel, elle n'avait pas oser en parler à son patron de peur qu'il trouve cette idée stupide. Pour elle son idée était digne d'un coup de génie, un de ceux qui nous sautent à l'esprit alors qu'on chute le matin, les pieds prit dans la couette. Son paquet de marshmallows entre ses cuisses, assise sur un muret, elle se redressa en entendant la sonnerie faire résonner sa délivrance dans tout l'établissement. Six nouvelles friandises se frayèrent un chemin dans sa bouche, avant que le paquet presque vide ne finisse au fond de son vieux sac en cuir camel. Les premiers élèves commençaient à venir, et elle se mit debout, leur barrant la route autant que lui permettait sa carrure. Elle était prête à affronter cette foule shootée aux hormones. Les soldes à L.A c'était l'entraînement parfait pour ce type de situation. Elle n'était sans doute pas aussi puissante ou intimidante que Leoric, mais elle était teigneuse et c'était bien suffisant aujourd'hui.

Un premier garçon passa près d'elle, elle l'intercepta, lui fourra un tract dans les mains. Il la regarda bizarrement, elle fit de même avant de sourire de toutes ses dents bien blanches, se penchant un peu pour lui laisser entrevoir le joli décolleté que lui offrait sa petite robe bleue. Son absence de poitrine habillement camouflée par les feuilles de papier toilette glissées dans son soutien gorge.

-Yoga, et en plus la prof est adorable.

Il lui lança un regard dédaigneux, elle lui tira la langue. P'tit con va. Aucune maturité à cet âge là.

Puis la nuée fut sur elle, et courir dans tout les sens pour être sûre de ne louper personne devint vite une chose compliquée. Les talons haut n'aidaient pas vraiment, mais ils étaient indispensables à son amour propre. Elle finit par attraper un petit brun, et lui colla une partie de son paquet de feuilles dans les mains. Il protesta, elle le fixa de son regard le plus effrayant avant de lui expliquer sa façon de voir les choses.

-Tu as été désigné volontaire par la grande prêtresse Andy. Travailles bien et tu seras récompensé.

Le garçon se mit immédiatement au travail, appâté par le gain qu'elle venait de lui promettre. Après tout une guimauve à la fraise valait bien quelques minutes de boulot. Elle continua de son côté, telle une tornade, ne voyant pas la jeune rousse qui venait vers elle, un livre à la main et sans doute aspirée dans l'intrigue de ce dernier. Elle l'heurta de plein fouet, le bouquin s'envola avant de s'écraser au sol. Les tracts partirent dans les airs, s'envolant sous le vent. Elle observa ce spectacle un peu choquée avant de crier.

-Rattrapez les !

Les gamins stupides se barraient en riant. Et merde...Depuis quand le vent était-il une chose autorisée dans cette ville ?
©️clever love.



©️️ sensitive


Dernière édition par Andy Turing le Mer 29 Aoû - 2:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jessabelle Millstone

avatar


Humeur : Bavarde ~
Messages : 37
Points : 46
Réputation : 3
Date d'inscription : 30/06/2018

MessageSujet: Re: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Dim 1 Juil - 21:40

Volent les jolis papiers [ft Andy Turing]

Aujourd’hui, maman est morte. Cette phrase sortie de L’étranger de Camus avait toujours été marquante pour Jessabelle, notamment parce qu’il disait cela d’une façon si banale que c’en devenait étrangement dérangeant. Bien entendu, elle savait aussi que, dans d’autres livres, les paroles étaient plus osées, plus cruelles que dans celui-ci, mais prononcer une phrase avec autant d’indifférence restait marquant. C’était comme cet espèce d’adolescent jaloux et capricieux qu’était le narrateur dans le Diable au corps de Radiguet, où, après la mort de Marthe, il lui espérait plus le néant que de se retrouver dans un paradis comparé avec cynisme à une fête.

M’enfin, Jessabelle aimait se pencher davantage sur Camus, et elle ne pouvait s’empêcher de le lire, sans jamais s’en priver. C’était comme lire un Shakespeare ; un incontournable, avec cette phrase si culte « être ou ne pas être, telle est la question ». Elle connaissait si bien Hamlet (un classique shakespearien) qu’elle pouvait vous ressortir l’acte et la scène de cette phrase-là, en l’occurrence l’acte trois, scène une.

Alors que la sonnerie retentissait, Jessabelle cessait de rêvasser en cours vis-à-vis des livres qu’elle aimait tant lire, et se hâta de sortir un bouquin dans le but de faire le chemin jusqu’à son humble demeure. Son petit péché mignon, à son grand dam, était malheureusement de lire éternellement L’étranger. Oui, oui, c’était tout à fait possible d’avoir une pareille motivation à se contraindre à toujours lire la même chose. La dernière fois qu’elle avait ouvert ce livre datait d’il y a maintenant quelques jours, et cela faisait beaucoup pour elle.

Absorbée par l’intrigue dévorante et impressionnante que lui offrait Albert Camus, elle ne remarqua pas dans quelle direction elle se déplaçait, au point de se faire percuter de plein fouet par ce qui semblait être une femme. Le choc avait été si puissant que Jessabelle avait poussé un petit cri portant atteinte à sa dignité (et dont elle ne ferait aucun commentaire) ; elle manqua de s’étaler en toute beauté à même le sol, tandis que son bouquin favori s’écraser sans la moindre pitié sur le béton devant le lycée.

« Rattrapez les ! »

Disait cette inconnue aux cheveux blonds. Elle avait de si beaux cheveux blonds ! c’était presque si elle ne lui enviait pas sa couleur —était-elle naturelle ? Oh, à quoi pensait-elle bon sang ? Son livre était tombé à terre, et déjà les papiers que transportait la femme s’envolaient sans un regard vers leur propriétaire. Bien sûr, les autres adolescents aux alentours ne se retinrent pas de rire devant ce spectacle pourtant peu sympathique, et couraient afin de la laisser seule avec ses papiers.

Dans un élan de bonté, Jessabelle tenta d’en attraper un. Elle n’y parvint qu’après la troisième tentative, alors que l’autre femme désespérait certainement devant ce gâchis de feuilles volantes. C’est alors qu’avec curiosité, elle lut ce qui semblait être un tract publicitaire... pour du yoga. Du yoga ! Jessabelle avait bien tenté de nombreuses activités, mais elle n’avait jamais été douée, et ce n’était pas faute de s’être impliquée corps et âme dans cette lutte de préserver au moins quelque chose en dehors de sa passion pour les littératures et les films. Pourtant, là, maintenant, Jessabelle était intéressée par du yoga. Bon, d’accord, elle voyait plutôt des petits vieux en nage ou encore des femmes enceintes qui tentaient de respirer et de se tranquiliser avant de subir la Grande Épreuve... elle avait nommé l’accouchement !

La rouquine se retourna aussitôt vers sa comparse blonde, et lui sourit. Et, alors qu’elle allait parler, elle se pris une feuille en plein visage. Bien sûr, le rouge lui monta aussitôt aux joues ; il n’y avait qu’elle pour se ridiculiser de la sorte de toute façon. Toutefois, elle parvint à la récupérer (elle aurait fait un certain succès si quelqu’un l’avait filmé) sur sa tête, et conserva son grand sourire guilleret face à la dame.

« Excusez-moi, vous donnez des cours de yoga ? Je suis plutôt intéressée, à vrai dire, et vous savez, je me demandais si ce ne serait pas utile pour quelqu’un comme moi. Vous voyez, je parle beaucoup trop, et les personnes ont souvent tendance à ne plus m’écouter. Je ne comprends pas ; est-ce que vous, ça vous dérange les bavardes ? Moi, non. J’aime bien parler, c’est quelque chose d’humain de vouloir discuter avec d’autres personnes, de vouloir faire de nouvelles rencontres et... »

Pendant bien cinq minutes, elle se mis à parler comme à son habitude, à une grande vitesse, abordant les besoins humains de communiquer avec les siens. En avait-on quelque chose à faire de sa philosophie ? Ce n’était pas sûr.

Codage par Libella sur Graphiorum



PRÉSENCE RÉDUITE JUSQU'AU 12/10/2018
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Mer 4 Juil - 2:15

Andy Turing & Jessabelle Millstone


Volent les jolis papiers



Les mômes fuient plus vite que s'il y avait une distribution de porno gratuite à l'autre bout de la ville. Très vite elle se retrouve seule au milieu de ses feuilles volantes. Enfin presque seule. La jolie rousse qu'elle a heurté est là elle aussi, et tente de l'aider du mieux qu'elle le peut. Andy, elle continue de sauter, chipant quelques tracts aux passage, avant de les regarder s'envoler à nouveau . Elle parvient a en prendre une petite dizaine dans ses mains avant de finalement lâcher l'affaire, dépitée. Elle les fourre dans son sac d'un geste rapide, les chiffonnant un peu, une moue boudeuse bien installée sur son visage.

Dépitée, elle se tourne vers la jeune fille, prête à lui dire de laisser tomber et la remercier pour son aide. Celle-ci la regarde, un grand sourire aux lèvres, avant qu'un tract ne vienne se poser sur son visage. Elle se mord la lèvre supérieure pour ne pas pouffer de rire, alors que la lycéenne se débarrasse de son nouveau masque. Le sourire toujours collé au visage, elle lui parle d'un ton enjoué. La blonde ne fait rien d'autre qu'opiner du chef, marchant sur les feuilles qui ont finalement décidé que revenir sur la terre ferme était une bonne idée maintenant qu'on ne leur courrait plus après. Enfin pas toutes, certaines on trouvé bien plus drôle de s'accrocher au arbres alors que les dernières résistantes s'envolent définitivement dans le beau ciel bleu de ce jeudi après midi.

La jeune fille semble intéressée par les cours, au moins elle n'aura pas fait tout cela pour rien. Et elle ne peut que lui confirmer que le yoga à des bienfaits prouvé sur un esprit parfois un peu trop vif. La nagual en est la preuve parfaite. Si elle arrive à mettre sa cervelle surexcitée sur pause durant ses instants, la plupart des gens pourront le faire aussi. Et puis les bavardes, ça ne court pas les rues. Enfin pas tant que ça.

Et la jolie rousse continue, ses propos prenant une tournure philosophique alors qu'elle continue à l’inonder de ce que certains pourraient qualifier de diarrhée verbale. Ce ne sont que des jaloux, des gens incapables de tenir une vraie discussion sans tourner en rond au bout de trois phrases. Elle s'approche de la jeune fille alors que celle-ci semble être à court de mots, ou tout simplement devoir assouvir ce besoin que tout les humains ont :  Respirer.

-Salut, Andy Turing. C'est moi qui donne les cours. J'ai un petit soucis de surplus d'énergie et personnellement le yoga m'aide énormément. Je ne suis plus la même lorsque je rentre dans la salle de cours. Elle n'est pas très loin d'ici, juste en face de ce super glacier qui vend cette glace aux fraises que j'adore. J'adore les glaces. Aux fraises c'est encore meilleur. Il faudrait que je tente d'en faire moi même. Avec ces fraises que ma mère à tenté de faire pousser. La "Marrah dèsse boahsse"*. Elles n'ont jamais voulu tenir à Phoenix, le soleil les a fait griller comme de la guimauve dans un feu de camp.

Elle fronce les sourcils, se demandant quelques secondes comment elle a pu en arriver à la guimauve dans cette conversation sur le yoga, avant de fourrer une main dans son sac, et en sortir quelques friandises toutes roses. Elle souffle dessus alors que les derniers tracts s'échappent, profitant de son manque de vigilance. Elle tend finalement sa main à la lycéenne, lui donnant l'autorisation de piocher dans les bonbons d'un coup de menton.

-Tu devrais goûter, elles sont à la fraise.

Elle se demande comment indiquer au mieux l'emplacement du dojo à la jeune fille. Connaît elle la pâtisserie de ce vieux monsieur qui vend des tartes au citron meringuées à se damer, ou bien le salon de thé qui vend des croissants français si distingués pour accompagner son thé à la rose ?
©️clever love.


Spoiler:
 



©️️ sensitive


Dernière édition par Andy Turing le Mer 4 Juil - 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jessabelle Millstone

avatar


Humeur : Bavarde ~
Messages : 37
Points : 46
Réputation : 3
Date d'inscription : 30/06/2018

MessageSujet: Re: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Mer 4 Juil - 17:25

Volent les jolis papiers [ft Andy Turing]

Jessabelle remerciait la blonde intérieurement de son ouverture d’esprit ; elle aurait très bien pu se moquer ouvertement d’elle lorsque cette feuille publicitaire était venue se coller sur sa tête, tel un nouveau masque, mais exceptionnellement fait au yoga et non pas à toutes ces autres choses étranges que mettaient les adolescentes sur leurs peaux abîmées ou en parfaite santé. Allez savoir, la rouquine n’était décidement pas une professionnelle en beauté !

La jeune femme blonde, qui avait précédemment perdu ses papiers malgré qu’elle ait réussi à en rattraper une bonne dizaine, la laissa étonnement parler au fil de ses pensées quelque peu philosophiques. Jessabelle lui en était reconnaissante, une fois de plus, de la laisser parler alors qu’elle aurait très bien pu la stopper dans son élan fou et lui mettre un frein directement. Au lieu de cela, elle se présenta sous le nom d’Andy Turing. Un aussi joli nom pour une aussi jolie femme, se disait la rousse. Elle avoua ensuite qu’elle donnait les cours de yoga, et vint lui parler de son problème de surplus d’énergie.

Jessabelle apprenait donc qu’Andy avait pu canaliser en quelque sorte son surplus d’énergie grâce à la pratique quotidienne du yoga. La rousse en était davantage impressionnée puisqu’elle se demandait si cela ne pouvait justement pas l’aider, comme cela l’avait fait avec Andy. Celle-ci lui donna une indication sur l’emplacement de la salle de yoga ; elle se trouvait vers un super glacier qui vendait une glace aux fraises. Une glace aux fraises ! quelle précision.

La “Marrah dèsse boahsse” ou Mara des bois, était une variété de fraises qu’avait tenté de faire pousser la mère d’Andy selon cette dernière, et visiblement, elles n’avaient jamais apprécié autant de soleil puisqu’elles avaient grillé comme de la « guimauve dans un feu de camp ». Oh ! de la guimauve dans un feu de camp, ce qu’elle aimait beaucoup les feux de camps, c’était un moment chaleureux pendant lequel les personnes assises pouvaient se raconter tout et n’importe quoi, et ainsi profiter tous ensemble de la présence des uns et des autres, avant finalement de se faire attaquer par des bestioles et de rentrer dormir aussitôt dans des tentes pour éviter ce supplice plus longtemps.

Finalement, Andy lui propose de goûter des bonbons à la fraise. Oh ! des bonbons à la fraise. Jessabelle avait en tout cas bien compris que le péché mignon de la jeune femme devait être les frères, ou bien était-ce la nourriture en règle générale ? Cette personne était si passionnante et si... incroyable que la rousse en devenait admirative. Alors, elle lui sourit, tendit sa main avec gaieté, et piocha deux bonbons à la fraise, avant d’en enfourner un dans sa bouche.

Miam ! Comme c’était bon ! D’ordinaire, ce qu’elle préférait était le chocolat (oh, la mousse au chocolat, un petit délice !), mais ces bonbons avaient une faveur divine. Peut-être étaient-elles aussi bonnes parce que leur propriétaire était tout bonnement une femme incroyablement intriguante et à la fois surprenante ? Oui, ce devait aussi être de cela.

« Elles sont super bonnes ! Où les avez-vous acheté ? Oh ! Je sais, j’avais déjà essayé de faire de la glace au chocolat, parce que j’adore le chocolat et en même temps, la glace, c’est tellement bon ! On pourrait, un jour, essayer de faire de la glace ensemble ? Je ne vous force pas la main, bien sûr !

Jessabelle sourit, le rouge aux joues, devenue une petite écrevisse, alors qu’elle se rendait compte de sa proposition culinaire qui n’avait pourtant pas été irrespectueuse, mais plutôt indiscrète puisqu’elle ne connaissait pas personnellement Andy. Mais en même temps, elle s’était dit sur le moment qu’elles pourraient toutes les deux tenter de faire de la glace au parfum tant aimé afin qu’elles s’aident. En effet, n’étant pas très douée en cuisine (et en quoi était-elle douée de toute façon ?), elle se savait quelque peu désavantagée avec sa glace au chocolat faite maison (et elle n’avait jamais réussi à la faire...).

« Oh, j’avais oublié de me présenter. Moi c’est Jessabelle, Jessabelle Millstone ! Ravie de faire votre rencontre, Andy. Votre prénom vous va tellement bien, et vous êtes tellement incroyable que j’ai envie de faire du yoga maintenant ! Oh, je sais, je sais ! Quand est-ce que commencent vos cours de yoga ? Je pourrais venir très rapidement, et... bon, je ne sècherai pas les cours, sinon mes parents vont me tuer, mais je viendrai dès que j’ai du temps libre. Oui, j’ai beaucoup de temps libre en plus. »

La rousse se sentait toute petite à côté d’Andy et la trouvait sûrement si charismatique qu’elle se sentait joyeuse rien qu’à l’idée de la côtoyer au moins pour des cours de yoga. En tout cas, elle aimait déjà ces bonbons à la fraise.

Codage par Libella sur Graphiorum



PRÉSENCE RÉDUITE JUSQU'AU 12/10/2018
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Mar 17 Juil - 19:28

Andy Turing & Jessabelle Millstone


Volent les jolis papiers



Ses guimauves plaisent à la jeune fille, mais malheureusement elle ne peut pas vraiment lui dire ou elle les a acheté. C'est Capucine qui gère ce genre de choses, elle n'a fait que les trouver dans le tiroir à sous vêtements de sa colocataire. Elle se mord la langue pour éviter de donner cette réponse à la lycéenne. Elle va passer pour une dingue si elle lui sort un truc pareil, et avec l'envolée de petits papiers elle a déjà suffisamment joué au clown pour ne pas en rajouter une couche.

L'amour du chocolat de l'adolescente la fait sourire. Elle en connait une autre qui adorait ça à l'époque du lycée, et elle peut clairement dire que son cas ne s'est pas arrangé avec les années. Personnellement ce n'est pas son truc, manger une chose marron ne la tente pas plus que ça, car son esprit un peu fou la renvoie fatalement à une chose de la même couleur. Provoquant hauts le cœur ou éclats de rires. Parfois même un mélange des deux, et c'est dans ces instants qu'elle perd toute dignité. Mais la glace rend tout excellent. Et elle a très envie d'accepter la proposition de la jeune fille. Préparer la glace soi-même avec pour compagnie quelqu'un qui a un vrai sens de la discussion cela doit être génial. Elle hoche la tête avec enthousiasme, alors que son cerveau se barre si loin qu'elle ne se rend compte de sa sottise qu'au moment ou cette dernière s'échappe de sa bouche.

-J'emmènerais l'extincteur.

Elle reste bouche bée face aux mots qui viennent de sortir de sa bouche alors qu'elle se frappe le front du plat de la main à plusieurs reprises. Stupide langue trop rapide. Stupide cerveau. Stupide Andy. Méchante Andy.

Elle stoppe finalement son autoflagellation pour regarder la jeune fille, le rouge envahissant ses joues à son tour.

-Dans ma fac une fille avait tenté d'en faire. L'appareil dont elle se servait a prit feu, ses sourcils également.

Elle a paniqué ce jour là en entendant les cris venant de la chambre d'à côté. Hors de questions que ses sourcils ou même ses longs cheveux blonds subissent le même sort. Et elle ne veut pas non plus que ça arrive à cette fille, Jessabelle. Elle a des cheveux magnifiques. Joli nom d'ailleurs. Très original. Cela la fait penser à un film, mais elle ne saurait dire lequel. Le rouge fait un retour en force sur ses joues lorsque la jeune fille la complimente sur son prénom qu'elle trouve personnellement ignoble, mais c'est certainement du à l'anecdote qui va avec. Elle est contente de s'être trouvé une nouvelle élève aussi cool et motivée. Même s'il va sans doute falloir lui apprendre que le silence est de rigueur pendant les cours. Elle seule a le droit de parler, parfois cette règle passe au second plan dans les cours particuliers mais elle reste très importante. Elle pose une main sur une des épaules de la jeune fille avant de lui dire très sérieusement.

-Tu ne dois pas sécher les cours du lycée pour venir me voir. Pour les miens il suffit de venir t'inscrire et de t'ajouter à un groupe déjà existant. J'en ai quelques uns qui devraient convenir. Tu n'es pas obligée de venir à tous, ce n'est pas comme un entraînement de baseball ou même un cours de guitare. C'est selon tes disponibilités à toi. L'adresse, mon mail et mon numéro sur le tract ainsi qu'un...

Elle reprend le feuillet que Jessabelle tient toujours en main avant de le retourner, un grand sourire victorieux collé au visage.

-Un super plan !

Et un excès de joie inutile bon à ajouter à son palmarès déjà bien chargé de la journée. Heureusement le ridicule ne tue pas, et elle pointe du doigt le schéma où les indications habituelles telles que la mairie et les autres bâtiments municipaux sont remplacés par les magasins de chaussures, de glaces et autres pâtisseries de la ville. Ce qui en fait un objet bien plus adaptés aux esprits plus juvéniles des élèves des lycées du coin.

Elle ne fait par contre aucune réflexion à propos de son prénom, si rousse l'aime bien c'est tant mieux. Après tout Andy, y a pire comme nom pour une fille.
©️clever love.



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jessabelle Millstone

avatar


Humeur : Bavarde ~
Messages : 37
Points : 46
Réputation : 3
Date d'inscription : 30/06/2018

MessageSujet: Re: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Mer 18 Juil - 13:29

Volent les jolis papiers [ft Andy Turing]

La lycéenne aux cheveux roux eut un mouvement de surprise en apprenant que son aînée avait alors l’intention d’emmener un extincteur si jamais elles venaient à faire des glaces. Un extincteur ? se répétait, en boucle et inlassablement, la rouquine, l’air mi-surpris mi-inquiet. Un doux sourire naquit sur ses lèvres lorsqu’elle apparit de la blonde qu’une fille de sa faculté avait tenté de faire la même chose, mais que l’appareil qu’elle avait utilisé avait alors pris feu ; ses sourcils en même temps. Oh. Jessabelle n’avait décidément aucune envie de voir ses sourcils prendre feu ; ni même ses belles longueurs rousses. Elle aimait bien ses cheveux roux, même s’il s’agissait d’un autre élément de comparaison avec Annabelle le chiffon démoniaque.

« Il faudra bien penser à un extincteur alors... ça repousse les sourcils, mais... je n’ai pas envie de ressembler à Victor Zsasz... »

Victor Zsasz, un grand personnage de Batman dirons-nous. Il n’avait absolument pas le moindre cheveu sur le crâne, et à vrai dire, la version jouée par Anthony Carrigan le démontrait même comme n’ayant ni cheveux ni sourcils. De quoi s’imaginer un peu à quoi elles pourraient ressembler sans extincteur à leurs côtés ; d’autant plus qu’Andy avait l’air aussi maladroite que Jessabelle. Devenir chauve et sans sourcils ? Ce n’était pas pour aujourd’hui.

Apercevant les rougeurs sur les joues d’Andy, cela agrandit son sourire. Finalement, elle voit la blonde déposer une main sur une de ses épaules, et lui dire, avec un sérieux inébranlable qu’elle ne devait surtout pas sécher les cours pour venir la voir. Oh ? Jessabelle se dit alors que les cours n’étaient franchement pas intéressants, mais que si son aînée le lui demandait avec autant de sérieux, alors autant lui donner sa parole et ne jamais sécher les heures de cours au profit du yoga. Elle l’informa par la suite qu’en ce qui concernait ses propres cours de yoga, elle n’aurait qu’à venir s’inscrire et s’ajouter à un groupe déjà existant. Oui, c’était parfait ! Bien entendu, Andy lui rappela qu’elle n’était pas obligée de venir à tous les cours ; ce n’était pas comme des entraînements de baseball, ou, ici à Beacon Hills, de crosse. Cela la fit davantage sourire, et elle se dit qu’elle ne louperait toutefois aucun cours ! Il n’en était pas question ; elle aimait s’impliquer à fond dans tout ce qu’elle entreprenait. Et puis, les cours de yoga avaient l’air d’être bien différents de tout ce qu’elle avait pu tenter jusqu’à maintenant.

La jeune femme d’en face lui reprit alors le feuillet qu’elle avait dans les mains, et le retourna pour, d’un grand sourire victorieux collé au visage, lui parler d’un super plan. Un super plan ? Jessabelle ne retint pas son immense sourire, les yeux brillants d’émerveillement, et observa en effet le plan correctement mis sur le derrière. Il y avait des indications soigneuses, claires et précises de l’endroit où elle pourrait se rendre pour les cours de yoga. C’était décidément très intéressant ! en plus, la présence des magasins de chaussures, de glaces et autres pâtisseries de Beacon Hills lui seraient davantage utiles que des indications mises en place à l’aide de la mairie, voire même d’autres choses. Bon, la bibliothèque, elle n’aurait eu aucun mal, mais allait-elle aller très loin avec pour seule indication la bibliothèque ? Honnêtement ? Non.

« Promis ! Je ne sècherai pas les cours ! Mais je viendrais le plus rapidement possible pour m’inscrire aux cours de yoga. Oh comme j’ai hâte de commencer ! »

Trépignait-elle d’impatience. Oui, elle avait plus qu’hâte de débuter les cours de yoga aux côtés d’autres personnes, et même de leur professeure attitrée, Andy Turing. Un magnifique nom pour une magnifique femme, comme on dirait. Son sourire s’agrandit alors (était-ce possible d’avoir une banane au lieu d’un sourire ?), et elle eut un moment de joie intense, sautilla soudainement sur place, les bras levés, les yeux fermés, et le visage heureux. Soudainement, ses joues s’empourprèrent, et elle reprit place très rapidement, contenant ses émotions faites d’une intensité surprenante.

« Oh. Eh bien... aheum. J’ai vraiment très hâte de commencer ces cours. »

En fin de compte, son immense sourire revint à la charge sur son visage heureux, et elle ne pu que s’exclamer, d’un seul coup :

« J’ai tellement, tellement, tellement hâte ! »

Contenir sa joie, elle ? Absolument pas. Elle aimait bien montrer à quel point elle était heureuse. En fait, non. Elle ne le montrait pas ; elle ne faisait pas exprès, ce n’était pas volontaire. Elle était juste... juste elle. Oui, c’était ça. Elle était elle.

Codage par Libella sur Graphiorum



PRÉSENCE RÉDUITE JUSQU'AU 12/10/2018
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Mar 24 Juil - 22:14

Andy Turing & Jessabelle Millstone


Volent les jolis papiers



La joie de la jolie rousse est contagieuse, à moins que ça soit la sienne qui ait contaminée la jeune fille. Difficile de savoir dans ce cas précis. Son sourire, son expression heureuse collée au visage, ses gesticulations... Tout en Jessabelle lui donne envie de la serrer dans ses bras. Elle a l'impression de se revoir à l'époque du lycée, en un peu plus bavarde peut être. Et elle semble très volontaire, même bien plus que cela. Surexcitée, c'est le bon mot pour la décrire.

La blonde se tapote le menton du bout de l'index, fixant de son regard perçant, et sans doute un peu sournois si on en croit certaines mauvaises langues, la lycéenne. Elle lui sourit finalement, se rendant compte que ses sourcils se sont froncés dans la manœuvre. Elle stoppe tout cela du mieux qu'elle le peut, ne voulant pas ressembler à un garçon aigri ,ou même pire à sa mère, avant de continuer sur sa lancée.

-Je cours aussi pas mal. Dans les bois principalement, quelques petits kilomètres le matin pour me mettre de bonne humeur. Enfin quand j'entends mon réveil sonner.

Et puis il y a des matins ou elle l'entend, mais ne se lève pas, préférant l'envoyer se fracasser au sol. Le sommeil c'est important pour bien grandir et comme son petit mètre soixante à peine dépassé ne peut définitivement pas être sa taille d'adulte, elle préfère mettre toutes les chances de son côté. Entre ça et la soupe de fraises glacées. Oui, la soupe fait grandir c'est bien connu, et elle est sure que la sienne fonctionne mieux que l'horreur aux poireaux que sa mère lui donnait quand elle était petite. Beurk. Le simple fait d'y penser lui donne envie de dégobiller sur ses jolies chaussures et celles de sa future élève. Son cœur se lève. Une fois, puis plusieurs petites fois avant qu'elle ne se décide à mettre sa main devant sa bouche par mesure de sécurité. Elle a avalé beaucoup d'air, et c'est finalement un rot bien sonore qui lui échappe. Elle louche un peu sous le choc avant de murmurer.

-Dégueu p'tite Dydy...

Elle se souvient au bout de quelques instants qu'elle n'est pas seule. Ou plutôt c'est le regard surpris de Jessabelle posé sur elle qui l'aide à s'en rendre compte. Elle fait une tentative de sourire, toujours bien cachée derrière sa main et lâche un tout petit mot d'excuse.

-Pardon.

Son sourire se transforme en une grimace lorsque sa propre haleine lui revient. Les guimauves à la fraise n'ont pas la même odeur lorsqu'elles ressortent. Bon à savoir, mais elle va tout de même envoyer une lettre de réclamation à la marque qui commercialise ses petites merveilles. Le tout enrobé d'un beau jargon juridique qui lui fera peut être gagner quelques paquets gratuits. Le yoga c'est bien, mais ce n'est pas ça qui la rendra riche et lui permettra de pouvoir assouvir le besoin de sucre qui est le sien. Enfin pas autant qu'elle ne le voudrait. Elle joindra sans doute une pétition à sa lettre. Faire signer des gens ce ne doit pas être si dur que ça. On en trouve pour tout maintenant, alors pourquoi pas pour ses guimauves et l'haleine de chacal qu'elles donnent ? Elle n'aura qu'à aller dans la rue avec un mégaphone. Bien juchée sur une chaise pour que tout le monde la visualise bien. Et si elle finit arrêtée par les forces de l'ordre, elle fera passer son papier dans les mains de policiers pour qu'ils signent le tout.

Plan parfait, comme quoi il n'y a a pas besoin de connaître beaucoup de monde pour faire entendre ses idées. Il suffit juste d'un peu de détermination.Du monde...C'est ça qui lui faudrait pour échapper aux cours uniquement remplis des femelles en gestation de cette ville. Si des jeunes débarquent dans sa salle, elle n'entendra plus parler des hémorroïdes et autres varices de ces dames à longueur de journée. Adieu les cauchemars et les sueurs froides. Elle attrape Jessabelle qui sourit toujours face à elle, avant de la tirer par le bras, en douceur pour ne pas lui arracher.

-Des amis ? Enfin des jeunes motivés par la découverte d'un sport différent et relaxant tu en connais au lycée ? Je pourrais faire un cours avec uniquement des jeunes gens, des gens qui peuvent toucher leurs pieds, ou du moins s'en approcher sans se déboîter des vertèbres ? Des gens qui pourraient aimer se retrouver entre eux ailleurs que dans une salle de classe avec un prof de SVT qui sent le moisi ? Tu sais j'ai commencé à quatorze ans, j'ai été dans l'équipe des cheerleaders aussi. Presque capitaine, cinq années de suite.

Jamais élue en fait, mais c'est bien plus agréable pour son ego de se dire que la victoire n'était pas si loin. Mais elle était trop petite, bien loin des physiques de mannequins des filles qui avaient de réelles chances de récupérer ce titre tant convoité. La guerre ce n'est rien face à des gamines qui luttent entres elles pour un peu de prestige. C'est pire que tout, même les soldes de San Francisco, le jour de l'ouverture c'est du gâteau à côté. Elle fourre son sac à main dans les mains de Jessabelle avant de tenter l'impossible.

-Regarde. Le yoga ça conserve.

Mains en avant, elle fait un équilibre parfait avant de se mettre à marcher la tête en bas. Ses talons aiguilles ne l'ont aucunement gênée dans cette manœuvre, pourtant c'est le vent faisant son grand retour qui la fait chavirer, pour l'envoyer chuter. Elle crie sous la surprise, tente de se redresser en vain. Le dieu des pumas doit avoir pitié d'elle, c'est finalement dans la pelouse qu'elle atterrit tête la première. De l'herbe et de la terre plein le visage, elle éclate finalement de rire, recrachant les morceaux de trèfles qui ont failli devenir son repas.
©️clever love.



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jessabelle Millstone

avatar


Humeur : Bavarde ~
Messages : 37
Points : 46
Réputation : 3
Date d'inscription : 30/06/2018

MessageSujet: Re: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Dim 29 Juil - 13:14

Volent les jolis papiers [ft Andy Turing]

La blonde d’en face se mis à se tapoter le menton du bout de l’index, tout en fixant la rouquine d’un regard perçant et teinté de sournoisie ; Jessabelle ne comprenait pas réellement ce qu’il se passait, ni même pourquoi son aînée fronçait autant les sourcils. Peu lui importait, de toute façon, puisque cette situation ne fit qu’agrandir son sourire ; finalement, elle l’entendit continuer sur sa lancée, et lui dire qu’elle courait souvent, dans les bois principalement, quelques petits kilomètres le matin afin de se mettre de bonne humeur. Ce qu’elle rajouta, « enfin quand j’entends mon réveil sonner », fit rire la rousse. Elle supposait ainsi qu’entendre le réveil sonner ne devait pas être une tâche fort facile, puisqu’elle-même aimait bien se relaxer et décaler ce qu’elle avait à faire, surtout tôt le matin, à plus tard dans l’après-midi, voire dans la soirée (ou même la nuit, cela lui arrivait).

Andy semble repenser à quelque chose puisqu’elle met une main sur sa bouche, c’est comme si elle allait se mettre à vomir d’un seul coup. Cela surprend grandement la rousse qui se demande ce qui peut bien lui arriver ; est-elle malade ? n’a-t-elle pas digéré les bonbons à la fraise qu’elle lui a donné ? ils étaient pourtant délicieux, et elle avait l’air de beaucoup les aimer. En fin de compte, elle lâche un rot sonore au grand étonnement de la rousse. Jessabelle ne peut s’empêcher d’éclater de rire, surtout lorsque la blonde murmure « dégueu p’tite Dydy... » ; elle ne savait pas que la professeure de yoga était aussi marrante. Elle s’excuse donc, et Jessabelle s’empresse de lui dire :

« Ce n’est pas grave, ça arrive à tout le monde ! Mais il était impressionnant. »

Beaucoup même. Andy l’attrape soudainement, lui sourit toujours en face d’elle, avant de la tirer par le bras en douceur, sans doute pour ne pas le lui arracher ou ne pas lui faire mal, et elle lui demande si elle a des amis ; ou du moins, si elle connaît des jeunes motivés par la découverte d’un sport différent et relaxant. Jessabelle réfléchit ; est-ce qu’elle en connaît ? Les personnes avec qui elle traîne la plupart du temps ne sont franchement pas des adeptes de sport, et plus particulièrement de yoga, mais il y avait bien Vicky qui pourrait être intéressée par cette nouvelle expérience. Tiens. Elle tenterait de lui en parler la prochaine fois qu’elle la verrait. Le plus impressionnant dans ce qu’Andy vient de lui dire est le simple fait qu’elle avait commencé à quatorze ans, et qu’elle avait été dans l’équipe des cheerleaders, devenant presque capitaine.

« Woah ! »

Lâcha Jessabelle. Elle ne s’attendait pas à ce genre de choses ; devenir presque la capitaine de l’équipe des cheerleaders devait être franchement grandiose, non ? Elle réfléchit davantage, et finit par lui dire :

« J’ai une amie qui pourrait, peut-être, être intéressée. Elle s’appelle Vicky. Je peux essayer de lui en parler la prochaine fois que je la vois, si ça te dit ? Et puis, elle connaît sûrement d’autres personnes, et elle pourra les ramener pour faire un cours de yoga spécialement réservé à la jeunesse ! »

S’exclamait avec enthousiaste la rouquine. Peu de temps après leurs paroles échangées à ce sujet, Andy lui fourre son sac à main dans les pattes. Tiens, que fait-elle ? se demande la rousse. La blonde lui dit de regarder ; le yoga, ça conserve selon elle. Un air émerveillé sur le visage, elle voit Andy mettre ses mains en avant, et faire un équilibre parfait, puis marcher sur les mains, la tête si proche du sol. Ce qu’elle aurait peur à faire ce genre de choses ! mais Andy conservait décidément cette allure charismatique qui lui seyait si bien. Bien qu’elle ait été en talon aiguille, elle réussissait à merveille cet exercice qui demandait beaucoup de savoir-faire et d’équilibre.

Pourtant... oui, pourtant. Il y eut un coup de vent, et la rousse vit son aînée chanceler, pour ensuite chuter ; elle poussa un cri sur le coup de la surprise, et en tentant de se redresser, elle atterrit la tête la première sur la pelouse. Jessabelle se hâte de la rejoindre, une lueur inquiète passant dans ses yeux.

« Tu vas bien ? »

S’inquiéta-t-elle. Oh. Ce qui l’inquiéta encore plus fut lorsqu’elle se rendit compte qu’elle venait de tutoyer son aînée, sans même en avoir obtenu l’autorisation. Et le pire dans toute cette histoire, c’était qu’elle l’avait déjà fait précédemment... elle fit toutefois abstraction de ce détail qui lui vaudrait certainement une remarque de la part de l’aînée, si elle n’appréciait pas ce tutoiement soudain, et se concentra sur Andy. Andy qui éclatait soudainement de rire tout en recrachant des morceaux de trèfles. Woah. Avait-elle mangé des trèfles à quatre feuilles ? Son rire fut contagieux, puisque la rousse ne pu empêcher le sien d’apparaître.

« Oh, pitié, dis-moi que tu as trouvé un trèfle à quatre feuilles avec tous ces petits malheurs qui t’arrivent d’un coup ! »

JESSABELLE ! lui hurle une petite voix sévère. Oui ? lui répond une autre petite voix. Oh. Elle l’a encore tutoyé.

HRP:
 

Codage par Libella sur Graphiorum



PRÉSENCE RÉDUITE JUSQU'AU 12/10/2018
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]   Mer 8 Aoû - 22:08

Andy Turing & Jessabelle Millstone


Volent les jolis papiers



Alors qu'elle recrache tout ce qui a pu rentrer dans sa bouche suite à sa chute, elle lève les yeux vers la jeune fille à qui elle vient d'imposer ce spectacle pitoyable. Elle tousse encore un peu, hochant la tête en se mettant en position assise. Ses genoux sont devenus tout verts à cause de son plongeon dans le remblai, mais c'est une possible blessure qu'elle cherche, préférant éviter une guérison trop rapide devant sa future élève. Au final elle se redresse, passant les mains sur ses fesses, enlevant les traces de sa maladresse, ou malchance. La petite voix mesquine qui vit dans son crâne lui susurre plutôt que c'est sa bêtise qui la conduite à ce moment gênant. L'envie de lui feuler dessus se fait sentir, mais le contrôle prend le dessus. Elle louche un peu au lieu de laisser le puma s'exprimer avant de sourire à Jessabelle. Elle la tutoie ! Cela signifie qu'elle est encore jeune. Assez jeune pour qu'une adolescente lui parle de façon normale et décontractée.

Elle enlève un dernier morceau de verdure de sa langue avec le bout de son doigt avant de montrer sa récolte à la lycéenne.

-Si on colle cette feuille à un trèfle à trois feuilles, je pense que le côté porte-bonheur pourrait fonctionner.

Son sourire indique à Jessabelle que ce n'est qu'une tentative d'humour, et pas un signe de naïveté trop poussée. C'est juste qu'avec le temps elle s'est bien vite rendue compte que jouer les blondes un peu idiotes évitait bien des ennuis. Les gens se disent qu'elle n'est rien d'autre qu'une poupée un poil superficielle, ne se doutant pas un instant du caractère bien trempé et de l'intelligence qui se cache derrière tout ça. Elle est la bonne copine, celle qui oublie les soucis du passé, qui pardonne un peu trop vite et change de sujet de discussion toutes les deux minutes.

Il y a aussi l'autre. La rancunière, celle qui a eu envie d'arracher les yeux d'Amaro il y a quelques jours. Celle qui en veut encore à son frère pour la stupidité dont il a su faire preuve durant les dix dernières années de sa vie. La fille qui commence a faire des recherches sur les possibles tueurs de son frère. Le puma, la bête à présent blessée d'avoir laissé mourir un de ses semblables.

Cette Andy. Tout le monde l'oublie, la plupart ignorent même son existence. Elle même fait comme si cette dernière n'existait pas la plupart du temps. Manger des bonbons devant une comédie romantique en ronronnant pour sa colocataire, c'est bien plus drôle et facile à gérer.

Elle s'approche de la jeune fille, reprend son sac et gobe une guimauve pour cacher le goût désastreux de l'herbe qu'elle a toujours l'impression d'avoir dans la bouche. Elle en met une poignée dans les mains de Jessabelle, cherchant à retrouver un peu de contenance. La première guimauve ayant été suivie par plusieurs de ses consœurs, elle déglutit avant de se passer la langue sur les lèvres.

-Ta copine Vicky est la bienvenue elle aussi. En fait... Toutes les personnes que vous pourrez amener le seront. Et le premier cours est gratuit, comme ça pas besoin de débourser si ça ne vous plaît pas.

Elle se passe une main dans les cheveux, enlevant un peu de terre par la même occasion. Puis elle grogne en découvrant ce qu'elle vient de dire.

-Enfin ce sera gratuit, mais pas dans la salle. Je piquerais des tapis en mousse et je ferais ça dans les bois. C'est encore mieux pour s'entraîner.

Voilà, comme ça ce qu'elle vient de dire la fait passer pour une fille prévenante et non pas pour une rapiat qui ne pense qu'à préserver son boulot en faisant entrer de l'argent dans la caisse. Même si son patron n'a pas l'air vraiment près de ses sous, il vaut mieux qu'elle évite de proposer des cours gratuits à toutes les personnes qu'elle croise. C'est un peu inquiète qu'elle relève les yeux vers la jeune fille qui lui semble toujours aussi souriante. Et c'est d'une petite voix qu'elle ose enfin demander.

-Tu viendras ? Même si la prof est tarée ?

Il faut qu'elle dise oui, sinon elle aura vraiment perdu l'argent qu'elle a dépensé pour faire ses tracts.  Et puis une élève, jeune, avec le sens de la conversation et qui ne se moque pas de ses pitreries, cela ne court pas les rues. Elle lui fait un regard de puma battu, cherchant à l'attendrir, son sac serré contre elle, laissant apparaître les guimauves qui lui restent, prêtes à finir entre les mains de Jessabelle.
©️clever love



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Volent les jolis papiers [ft Jessabelle Millstone]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Maître Façonneur, une Sorcière, un tas de papiers et plein d'abrutis! [Tahly]
» Pour Hortefeux, les sans-papiers ne sont pas propres
» Sans-papiers: le bon plan des policiers
» Les emmerdes, ça volent toujours en escadrille...
» Bataille sans polochons et plumes qui volent [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Quelque part dans le lycée-
Sauter vers: