AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 L'art de la guerre [PV Caracole & Tobias]

Aller en bas 
AuteurMessage
Therence Garnet

avatar


Humeur : Effronté
Messages : 929
Points : 1085
Réputation : 162

Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: L'art de la guerre [PV Caracole & Tobias]    Sam 4 Aoû - 23:23



Jeu de diables
Le Pink Print, une matinée. Je sirote mon café en zieutant méchamment les allez-venus d'Amaro d'un côté à l'autre du comptoir.

Je rumine l'intolérable.

Amaro me surveille.

Il connaît ma vie de bahut. Je le sais parce qu'il me l'a clairement sous-entendu au HCC où il m'a grillé d'avoir agit dans son dos avec Wayne. "Rentre te coucher. Tu dois dormir même si tu n'as pas cours de la matinée." avait-il commandé avec sa voix chaude et autoritaire de padre. Il me fait surveiller. Par Tobias Rapier. Je le sais parce que je les ait vu un soir attablé au Pink, faire des messes basses et me jeter de petits regards conspirateurs...
J'aimerais pouvoir dire les avoir surpris, mais je suis sûr comme je sais tout le reste que c'était voulu. Amaro ne cache pas qu'il m'a à l’œil. Et pour un gamin qui a passé sa vie à souffrir des non-dit, cet aplomb me laisse perplexe. La menace n'est que plus évidente, un mal qui s'expose parce qu'il se sait infaillible. C'est une provocation. Une insulte à mon émancipation! Un défis à relever...

Je fais glisser le bout de mon doigts sur le bord de ma tasse dans une ronde lente et régulière, au rythme des rouages qui jouent dans ma tête.

L'omega au charisme de chef n'est pas attaquable de front. Je compte sur Wayne qui m'a fourré dans ses histoires pour me mettre au parfum des activités secrètes de l'italien avec Chad. Ce n'est pas du manque de confiance, mais un juste retour tandis qu'il n'a pas hésité à insinuer les termes de son partenariat avec le jeune loup juste sous mon nez, en m'y tenant exclu, et que lui-même pose un regard envahissant sur ma vie scolaire. Puis c'était sous-estimer l'obstination d'un gamin qui a grandit dans un climat de secret de penser que je puisse rester sagement en retrait. Obtenir des résultats par moyens détournés est un jeu auquel je me pense aguerri.
Et comme je ne pourrais jamais convaincre cette tête de mule de me lâcher la grappe au lycée, je ne vois qu'une solution : m'occuper de son espion. L'idée de demander à ce crétin de Wayne de montrer ce qu'il vaut comme mercenaire-assassin-intimidateur-ou-je-ne-sais-ce-qu'il-est pour m'en débarrasser me traverse l'esprit, mais alors je le vois me gratifier de son petit sourire en coin de comprendre que l'on me babby-sitte. RAH! Jamais! Et de toute façon, je n'ai pas besoin d'un intermédiaire dans son genre.
Rapier, j'en fais personnellement mon affaire...

Je scrute le loup en plongeant le nez dans ma tasse au contenu tout aussi noir et luisant que mes iris prédatrices dissimulés dans l'ombre. A nous deux, le maf-

Le gangster bavarde. Quelques bribes filtres. Je tend l'oreille. Pâte à fixe et gobelet, cellule, modalités, cigarettes... Rapier. Sérieux?

Rapier est au frais?... Amaro est borgne. Je suis libre!


* * *


-Je peux savoir ce que tu fais?

-Quelque chose que je n'ai pas fait depuis trop longtemps.

Je hausse le menton et recrache la fumée dans une belle nuée blanche et odorante. Bruny s'installe sur mes genoux et pose sa main sur la mienne et le paquet de cigarette que je triture depuis un moment, aux couleurs et au nom familier pour n'importe quel habitué du Pink et de son propriétaire. L'odeur atypique, devenue l’essence même de l'invétéré consommateur italien, s'infiltre entre les cabines des chiottes masculines du lycée.

-Tu sens comme Mister Grey...

-Tu l’appelles encore comme ça? C'est passé de mode, tu sais...

-Il m'y fais penser. minaude t-elle en passant un bras autour de mon cou, comprimant généreusement sa poitrine contre mon torse. Je repousse sa main qui sous prétexte de câlineries se dirige vers ma pommette noirâtre, cadeau de Wilder, ce qui ne l'empêche pas de tenter, habituée à mes humeurs. Au fait, qu'est-ce que tu as fait pour avoir l'œil dans cet état? Tu as gagné, au moins...

Le bruit de la porte et les jérémiades qui suivent me retienne de la virer le c*l dans une cuvette.

-Ça empeste! M*rde, allez fumer ailleurs.

-Dis donc, il est tenté par un plongeons le râleur? Va voir chez les filles. Ou je t'initie à la toilette à l'eau de WC. Qu'est-ce que t'en dis Bruny?

Gniark. La porte se referme sur des grommellements.

Je tire une taf d'un air rêveur. Ça fait longtemps que je n'avais plus personne à provoquer. La seule personne pour qui je me démenais et avais élevé mes c*nneries au rang d'art, dans l'espoir d'attirer son attention, dans l'intention de la punir, aussi, n'est plus là. Cette personne, c'était ma mère. Mais Alessandro, lui, est là. Et j'ai l'impression de renouer avec une drôle d’insouciance à retrouver un proche à qui imposer mon indépendance.

Nous quittons les cabines et je marque un splendide panier en jetant le gobelet de plastique chiffonné dans la poubelle, certain que si un rapace m'avait à l’œil, il ne manquerait pas d'en informer le boss. En sortant dehors, je calcule à peine Willem Shepherd qui prend racine sur le bitume, le museau rivé vers l'azur et ses moutons de coton blanc aux dessus de nos têtes.  

Deux jours plus tard au Pink Print, je rayonne.

Amaro n'a toujours fait mention du moindre incident...


* * *


-... de semaines à Echo House, je te jures! J'ai toujours dis que ce type est un dément. C'est à se demander qui décide d'accepter les professeurs dans cette école. Tu crois qu'il a tué quelqu'un? Avec son sourire de grand sadique... C'est quand même pas la pression scolaire qui l'a envoyé là bas. Dans tous les cas moi je dis, prof ce n'est pas un métier pour lui. commente Bruny en retouchant son maquillage à la vitre d'une porte de classe avant de faire la moue. Je me serais passé de son retour encore longtemps. Adieux le beau monsieur Teniala qui nous faisait cours à sa place...

La brunette soupire à fendre l'âme, couvrant le bruit imaginaire d'une joie qui se fendille et se brise.

Rapier est revenu. Amaro a retrouvé la vue. Mon sursit est fichu...

C'est la pause de 10 heure. J'abandonne Bruny à sa bande de copines et moi je file de mon côté d'un pas pressé. Je débouche sur le corridor des casiers. Cible en vue. D'un mouvement habile du bras, je fauche Caracole par l'épaule et l'embarque dans ma ballade.

-Salut toi. Faut qu'on parle.

Mais pas en se posant à la vue et au sus de tous. Quelques mots échangés le temps de changer de bâtiment, ça évitera d'alerter les oreilles indiscrètes.

-Tu te rappelles l'autre jour, que je t'ai dis qu'on me surveillait.

Une après-midi que nous passions à refaire le monde, j'avais entraîné Caracole à se cacher avec moi pour éviter le professeur-espion qu'est Rapier. Je n'avais pas pu ne pas lui expliquer ma situation, et j'avais rapidement trouvé un intérêt à mêler un serviable loupiot comme lui à mes histoires...

-Et bien Rapier est de retour. Et il est hors de question que ça continue! : on va renverser la situation. On va stalker le stalkeur. Menacer la menace. Se débarrasser du nuisible...

… Le dégoutter de l'idée de surveiller impunément des gens et le chasser du paysage scolaire...

-Va falloir que je montre patte blanche au bahut. Rapier m'y surveille pour faire son rapport à Amaro, donc si on veut l'espionner en retour, on ne doit éveiller les soupçons de personne. schématise-je le vicieux de la situation en dessinant un cercle avec mon index. On agira librement en dehors des heures de cours.

Amaro n'a pas du poussé le vice à mettre Tobias sur mon dos en dehors de l'école. Puis je peux pas me faire chopper et gâcher mon année pour des broutilles alors que j'ai été un saint - disons plutôt assez discret dans mes c*nneries - depuis que suis dans cet établissement.  

-Avant tout, on va avoir besoin de connaître notre ennemi. Et pour ça, j'ai besoin de matériel d'espionnage.

Je reluque le loupiot avec insistance. Le temps que ses synapses se connectent.

-Toi.

Le garou : l'outil multifonction idéal pour espionner en toute discrétion. Très pratique et transportable, cet appareil hautement sophistiqués est muni d’écouteurs professionnels et d’une fonction pour enregistrer les sons entendus sur un rayon de plusieurs dizaines de mètres. Équipé d’un binoculaire optique qui permet de voir des objets avec une nettetés exceptionnelle, il dispose d'une fonctionnalité détection de mouvement et fonctionne même en cas de mauvaise visibilité. Particulièrement discret, il s'infiltrera dans les coins les plus insoupçonnés. Appareil à mémoire intégrée, prêt à l'emploi. Fait également office de couteau, de poinçon, d'équipement de crochetage, punching-ball, doudou occasionnel, décapsuleur de bière et ouvre boîte. Article sans garantie et non remboursable.  

-J'espère que t'imagines pas que je suis en train de me servir de toi? demandé-je, dans le doute. Je suis en train de te rendre service.

...Vraiment.

-On vas bosser tes capacités de garou!

Qu'est-ce qu'il peut trouver à y redire? C'est une bonne occasion pour lui!

-Imagine combien Teniala sera content de voir tes progrès.

Sans bien sûr lui balancer comment il s'est amélioré. Et puis, même s'il devait flairer le coup foireux et que sa bonne conscience de Bisouloup se rebelle :

-En parlant de lui, qu'est-ce qu'il t'as dit au sujet des Liaminettes?

Oh, parce qu'il ne lui en a pas parler? Caracole a au moins assez de fierté pour ne pas avoir rapporter à son tuteur ni à qui que ce soit qu'il se fait chahuter par les groupies de son Liam. Groupies des griffes desquelles je l'ai sortie l'autre jours. L'empêchant de subir les brimades, de trahir sa nature lupine, ou déchaîner son amoureux de Dunbar. Il m'en doit une, rappelle-je avec toute l'innocence dont sont coutumiers les diables...

-Ta mission, si tu l'acceptes – et tu vas accepter! - commence maintenant. Il faut tout savoir sur Tobias Rapier. Où il vit, qui sont ses fréquentations, sa famille, son numéro de téléphone, ses hobby, où il fait ses courses, la marque de son papier toilette et le deuxième prénom de son chat! Mais pour commencer, on va s'en tenir à ce qu'il fabrique de ses moments de libre entre les cours, ses relations avec le corps enseignants, les élèves, ses lectures, le contenu de son petit déjeuner, combien de fois il vide sa fiole à whisky de la journée, et tout ce qu'il est possible de dégoter ici.

Nous savons au moins ceci : Tobias Rapier est un prof de lettre british sadique et alcoolo, régulier du Pink Print après ses heures de classes, qui fait une fixation sur Lahey, et un voyeur assez cinglé pour échouer dans l'asile local.
Je freine, pivote sur un pied pour me retrouver devant le mioche, et placarde solidement mes mains sur ses épaules, les yeux dans les yeux.

-Ouvre l’œil. Ouvre tes écoutilles. Fait marcher ton cortex préfrontal.

Moment de flottement Caracolien.

-Ta mémoire... Stocke ce que tu peux de renseignements, discrètement! et ce soir on se retrouve sur le toit pour un rap... port.

Au jeune loup de garder le professeur à l’œil, scruter la fenêtre de sa classe ou jeter un œil entre les portes ou les livres d'une bibliothèque, énumérer ses contacts humains de la journée, repérer sa localisation et ses repas à l'heure du déjeuner. Noter mentalement tous ses faits et gestes entre ces murs pendant que je donnerais le... change.

Une baisse de volume déferle dans le couloir. Le temps semble être suspendu, et puis progressivement, à mesure qu'une ombre traverse les rangs, la rumeur se lève prudemment. Rapier est revenu de chez les fous. Les regards convergent automatiquement sur l'étrange professeur. Et perdu au cœur des murmures, au milieu de tous ces yeux impitoyables, les miens, rehaussés d'un demi sourire.

-A nous deux, le voyeur.


* * *


Fin des cours. J'observe la BHHS qui se vide doucement. Depuis le toit normalement interdit d'accès, dont j'ai fait mon repère et où j'ai une vue d'ensemble du lycée, il y a peu de risque de me faire surveiller. Je m'accoude de dos à la rambarde lorsque Caracole arrive.

-Alors?

Qu'est-ce qu'il a déniché de bon? Je ne perd rien de ce que me raconte le loupiot tout en surveillant le paysage scolaire. En contre bas, je regarde notre cible traverser la cours direction le parking des profs.

-Hey, Carac'. T'es déjà monté sur une moto?

Je lui balance un casque avec un sourire amusé. En scelle le môme. On a un pisteur à pister!

©️ Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willem Shepherd

avatar


Humeur : Claustro

Messages : 547
Points : 551
Réputation : 79

Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: L'art de la guerre [PV Caracole & Tobias]    Dim 12 Aoû - 14:53

Je m'incruste suite à l'invitation de Therence  Razz





Feat :
Garnet O’Brien - Rapier


L'art de la guerre

Maxine…  Plus là.

Aless’ pose une grande tasse de café devant mon museau. Lorsque je la porte à mes lèvres, je sens parfaitement la rasade de whisky qu’il a ajouté au breuvage ébène. Sollicitude silencieuse, l’Italien se révèle plein de surprises. J’esquisse un vague geste de remerciement. En réponse, du regard il m’invite à lorgner à l’autre bout du bar. Therence Garnet se fait une inhalation à la caféine. Quelqu’un lui a dit que ça se buvait ? Je réponds à Aless’ en hochant la tête. Il persiste à ce que je surveille son fils d’adoption alors que je n’ai pas été foutu de protéger ma bêta.

Maxine…

(…)

Le lycée, quinze minutes avant le début des cours. Garnet fait le zouave en jaune canari. Pourquoi pas un gilet de sécurité pendant qu’il y est. Je dégaine mon téléphone. Un clic pour saisir l’instant. Mon pouce qui glisse sur mes contacts. En me rendant dans ma classe, je tape un court message à l’intention d’Aless’ sous la photo. Tu devrait lui apprendre à se fringuer…

Spoiler:
 

(…)

Envie de pisser pressante. Je lâche mes élèves absorbés par ce qu’ils voient dans leur microscope et file aux chiottes des mecs. Cela empeste la cigarette, la nana et le Garnet. Sans un bruit, je m’installe dans le chiotte juxtaposé à celui où les deux ados sèchent les cours. Mon mètre quatre-vingt-six me permet, le bras tendu, d’immortaliser la scène, me moquant bien de savoir s’il sont en train de le faire ou non. Aless’ a été clair : il veut tout savoir.

Spoiler:
 

-Tu sens comme Mister Grey...
-Tu l’appelles encore comme ça? C'est passé de mode, tu sais...


… pourtant j’imagine bien Aless’ posséder une chambre rouge… Mes pensées s’évadent sur des images…

-Il m'y fait penser. Au fait, qu'est-ce que tu as fait pour avoir l'œil dans cet état? Tu as gagné, au moins...
-Ça empeste! M*rde, allez fumer ailleurs.
-Dis donc, il est tenté par un plongeons le râleur? Va voir chez les filles. Ou je t'initie à la toilette à l'eau de WC. Qu'est-ce que t'en dis Bruny?


Anastasia Steele à quatre pattes s’efface de mon esprit, je termine ma commission et sors des chiottes.

Spoiler:
 

Je crois que c’est le boxon dans ma salle de TP. Je ramène mes élèves à une attitude studieuse, puis matte l’image prise un peu plus tôt. Envoie à Aless avec un message.

« Il fume la même marque que toi.»

(…)

- Tu crois qu'il a tué quelqu'un? Avec son sourire de grand sadique... C'est quand même pas la pression scolaire qui l'a envoyé là-bas. Dans tous les cas moi je dis, prof ce n'est pas un métier pour lui. Je me serais passé de son retour encore longtemps. Adieux le beau monsieur Teniala qui nous faisait cours à sa place...

J’embrasse l’extincteur qui dépasse d’un pilier. Rapier libre ?!

(…)

Interclasse, je ne sors pas de ma classe. Comment vais-je réagir en revoyant le chasseur ? Une conversation me parvient aux oreilles. Les deux ados pensent qu’à cette heure de pause, il n’y a plus personne dans le coin. En quelques mots, je retranscris ce que dit Therence. « Menacer la menace. Se débarrasser du nuisible... » L’inconscient ! « On agira librement en dehors des heures de cours. »

-Ta mission, si tu l'acceptes – et tu vas accepter! - commence maintenant. Il faut tout savoir sur Tobias Rapier. Où il vit, qui sont ses fréquentations, sa famille, son numéro de téléphone, ses hobby, où il fait ses courses, la marque de son papier toilette et le deuxième prénom de son chat! Mais pour commencer, on va s'en tenir à ce qu'il fabrique de ses moments de libre entre les cours, ses relations avec le corps enseignants, les élèves, ses lectures, le contenu de son petit déjeuner, combien de fois il vide sa fiole à whisky de la journée, et tout ce qu'il est possible de dégotter ici.

Je secoue la tête. Aless’ a vraiment une mauvaise influence sur ce gosse.

(…)

Rapier est revenu. Je me démerde pour l’éviter, je crois que la réciproque est également vraie. Je vois Therence passer en caricature de James Bond 007 suivi de son acolyte aussi discret qu’un clown.

-Hey, Carac'. T'es déjà monté sur une moto?

Nouvelle photo du gamin, nouveau message à Aless’.

Spoiler:
 

« Ton môme se plante de cible et a l’intention d’aller chatouiller un tigre… Préférable que tu t’en occupes, si Rapier l’agresse, je risque de déraper... »


Codage par Libella sur Graphiorum



S'en va ni vu, ni connu Rolling Eyes



Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'art de la guerre [PV Caracole & Tobias]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Couloirs-
Sauter vers: