AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
8 décembre 2018

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd




Classement au
24 novembre 2018

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]

Aller en bas 
AuteurMessage
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Dim 30 Sep - 19:51

Andy Turing & Amance Jouve


La blonde, la brune et le Jared



La ville est petite, mais elle s'habitue à y vivre bien plus facilement qu'elle ne l'aurait craint. Sa vie est devenue moins calme l'espace de deux jours, cette traque dans les rocheuses ayant donné naissance à une nouvelle relation avec Amaro. Elle ne sait même pas comment appeler ce qui s'est passé cette nuit à, tout ce qu'elle sait c'est qu'elle a trouvé cela agréable, très satisfaisant et qu'elle ne regrette absolument rien.

Ce garçon, celui qu'elle a considéré comme coupable de tout ses tracas il y a quelques années, et même de la mort de Taylor lorsqu'elle l'a vu dans son bar. Ce loup qui a sauvé ses fesses, et le reste de sa petite personne face à un danger qu'elle avait créé elle même en étant aussi butée qu'à son habitude. Elle ne sait pas si elle doit aller le voir pour parler de ce que qui s'est passé, ou bien laisser glisser les choses, faire comme-ci de rien était, et peut être même réitérer l'expérience.

Elle passe une main dans ses cheveux encore humides de la douche qu'elle a prit en quittant le boulot, son sac à main remplit à ras bord de ses affaires de boulot, et de toutes les bricoles qu'elle emmène partout avec elle lui fait mal au bras. Enfin c'est la lanière de son sac qui appuie sur son épaule, et qui la déséquilibre un peu. Elle avance vers le glacier du parc, celui qui est installé près de l'espace de jeux pour enfants. Elle observe les alentours, cherchant son rendez vous. Amance Jouve, sa future colocataire. Ou plutôt la fille qui a appelé suite à son annonce et qui a fait comprendre qu'une chambre dans une grande maison à partager l’intéressait.

L'annonce a été diffusée dans toute la ville par le journal qui vient de l'embaucher pour une période d'essai. Gérer une petite chronique juridique. Donner des conseils aux gens, et surtout leur éviter de devoir se tourner vers des professionnels travaillant dans le libéral et proposant des tarifs étouffants. Pour l'instant le rédacteur en chef du journal lui a parlé de trois conseils par semaine, qu'elle peut rédiger depuis chez elle. Il a semblé très impressionné par son parcours universitaire et lui a dit que si la demande se faisait sentir il pourrait aussi lui demander de travailler pour l'édition du mardi. Sa situation s'améliore, comme quoi l'optimisme empêche toujours de rester au fond du trou bien longtemps. Elle ne va pas gagner grand chose avec ce job d'appoint, mais ce petit pécule va lui permettre de rembourser son prêt étudiant un peu plus vite si la banque est d'accord, et l'aider à faire quelques économies.

Tout va mieux pour celui qui est prêt a chercher une solution et du bon dans chaque chose, ce ne sont pas ses 135 000 dollars de dettes auprès de la banque qui vont l'empêcher de vivre. Elle est persuadée qu'elle peut s'en sortir seule, comme n'importe quel adulte se mettant face à ses responsabilités. Amance son rendez vous du jour à l'air d'avoir des difficultés financières elle aussi. Elle a un joli accent, très prononcé. Sûrement français. Elle aime les animaux.

Et c'est là que se termine la liste d'informations à son sujet que la blonde à en sa possession. Elle passe une main sur la dentelle de sa blouse fleurie, grognant sur la lanière de vieux cuir camel qui lui broie l'épaule. Elle est belle la créature surnaturelle avec sa force surhumaine, mais complètement soumise à la gravité et à son effet sur le contenu de son sac à main. Elle tire dessus, tente de le remettre en place, cherchant un nouvel angle moins douloureux. Du coin de l’œil elle surveille le glacier qui est en train de vider son stock de sorbet à la fraise pour fabriquer la glace d'un gosse. Elle fusille le gamin du regard avant de le pointer du doigt, mimant de grosses bajoues bien grasses en emplissant ses joues d'air.

Le petit insolent lui tire la langue. Dans un sursaut de maturité, elle lui rend la politesse en louchant. Le gosse s'en va, courant rejoindre ses petits copains. Elle n'est pas méchante, alors évite de souhaiter que ce dernier se retrouve le visage au sol en se prenant les pieds dans ses lacets. De toute façon ce serait un vœu inutile puisque cela n'arrive pas. Elle fixe les parfums proposés par le glacier, cherchant par quelle sucrerie elle va bien pouvoir remplacer son péché mignon habituel quand un aboiement lui fait tourner la tête.

Un chien. Un très gros chien. La bestiole doit peser plus lourd qu'elle et sans doute battre la personne qui court après, visiblement à deux doigts de lâcher la laisse. Le soucis avec ce splendide animal c'est que c'est précisément sur la puma qu'il se jette, tournant autour d'elle, la laisse lui bloquant les jambes. La jolie brune vient de lâcher l'affaire et Andy se retrouve au sol, les quatre fers en l'air.

Tomber c'est quelque chose qu'elle maîtrise, sa maladresse lui jouant régulièrement des drôles de tours. Mais c'est la première fois qu'un chien entre dans l'équation Puma/Sol. En général ces grosses boules de poils ne l'aiment pas tellement, souvent énervés par son odeur. Il faut bien avouer que ce sentiment est réciproque.

Quand le chien se jette sur elle, posant ses grosses pattes sur son jean, le marquant de traces pleines de terres elle grimace un peu, feule même. Puis la langue du chien baptise son visage, la couvrant de bave. Elle ferme les yeux, feulements remplacés par des éclats de rires. Ses pieds toujours bloqués, elle passe une main sur l'encolure de la bête avant de la caresser en riant. L'animal s’appelle Jared et c'est là qu'elle tilte. Le chien d'Amance a le même nom, et il était assez logique qu'elle vienne au parc avec. Une dernière caresse entre deux gloussements, elle souffle dans les poils du chien loup avant de murmurer.

-Alors mon gros copain, tu viens pour la maison ?
©️clever love.



©️️ sensitive


Dernière édition par Andy Turing le Dim 14 Oct - 19:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amance Jouve

avatar


Humeur : Bien dans ses basquette
Messages : 226
Points : 124
Réputation : 10

Date d'inscription : 10/04/2018
Localisation : Dans mon canapé avec Jared

MessageSujet: Re: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Mar 9 Oct - 16:21



La blonde, la brune et le Jared
ft. Sylvie & Raymonde


Je soupire longuement en regardant mon compte en banque via le net. La maison me revient beaucoup trop cher, je suis en train de me mettre dans la mer... jusqu’au cou. Je ferme la page en geignant, me laissant aller dans le fond de mon siège. Jared pose la tête sur mes jambes, sa queue fouettant le parquet de la salle. Ma main se perd dans la fourrure de son cou :

-Va falloir qu’on déménage mon chien... C’est trop cher ici...

(...)

Je ne sais pas trop quel dieu ou divinité je dois remercier, mais de toute évidence l’un d’entre eux m’a entendu ! Je jubilerai presque devant l’annonce du journal . Une jeune femme cherche des colocataires!! Le loyer est plus intéressant que le miens, la maison est plus grande, il y a un jardin où Jared pourrait gambader tranquillement... Je sautille sur place en serrant le journal contre moi. Si ça fonctionne, je ne serais pas obligé de demander de l’argent à mes parents...

(...)

Me voilà dans le parc. On a rendez-vous devant le marchand de glace. Andy Turing, 27 ans, prof de Yoga et rédactrice dans le journal ou j’ai trouvé l’article. Voilà tous ce que je sais sur elle. J’inspire profondément, glisse une main dans la poche de mon jean. Glissé dans un sweat gris trop grand et un jean noir , doc au pied et cheveux attaché en pagaille, on a l’impression que je sors du lit mais tant pis. De toute manière si la coloc se fait, je n’aurais pas tous les jours une tête parfaite. Jared me traîne plus que je ne le promène pour le coup, mais je m’en fiche un peu également.

On arrive quasiment au stand quand, sans savoir vraiment ce qui lui passe par la tête, Jared se met à tiré comme un forcené sur sa laisse, gueule ouverte et langue pendante. Je tente de retenir mon chien, réduit la laisse en l’attrapant à deux main , mais cela semble lui faire autant d’effet qu’une brise de vent. Il court droit sur une jeune femme, la sens en s’enroulant autour d’elle. Je tire sur la laisse... Mauvaise idée. La jeune femme tombe au sol , je lâche tout. Mais quelle idiote!!!

Mon chien se jette sur elle littéralement, il la sent un instant avant de lui refaire le portrait à grand renfort de coup de langue et de bave. Je suis mortifiée:

-Jared!!!! Non!!! Arrête !!!

Il écrase ses pattes couvertes de terre sur la tenue de la blonde qui rit aux éclats. J’ai envie de me cacher dans un trou de souris. Comment peut-on rire alors qu’un chien inconnu nous refait le brushing?? Je récupère mon chien tant bien que mal, les deux mains sur le collier à retenir mon fou à 4 pattes.

Je souris à la jeune femme, honteuse,?avant de tilter ce qu’elle a dit au chien . La nouvelle maison ?

-Vous... Tu... Andy ?

Elle me confirme la chose. Je deviens rouge écarlate, pose une main sur ma bouche. Génial la première rencontre... Je tend la main après un instant, serre celle de la jeune femme :

-Je suis Amance... On c’est parlé au téléphone tout à l’heure. Et... Et ça c’est Jared.

L’intéressé lâche un « Wouaf! » enjoué, la langue pendante sur le côté.

-Je suis vraiment désolé, il fait pas souvent le crétin... Je pense qu’il a dû vous prendre pour quelqu’un d’autre... Ou alors vous sentez bon... Ah euh.. Vous avez de la bave... Sur la joue...

Je montre l’endroit sur ma propre joue, grimace, fouille dans mes poches pour sortir un paquet de mouchoirs et lui tend. Je souris et rit un peu en regardant le pantalon de la jeune femme. Je me mords la lèvre inférieure :

-Y a une bonne machine à laver dans la maison ... ?  Si non, je peux ramener celle que j’ai.

Je souris de plus belle avant de rire de bon chœur. Connaissance décalée, ça c’est sur. Je suis à la fois très gênée et partager avec l’envie d’éclater de rire.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
[/i]


Love is not a choice
And never did I think that I would be caught in the way you got me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Mer 10 Oct - 18:24

Andy Turing & Amance Jouve


La blonde, la brune et le Jared



Elle lève les yeux vers la jolie brune lorsqu'elle lui demande si elle est bien Andy. Elle confirme la chose d'un hochement de tête avant de tendre la main pour caresser Jared qui ne demande que ça. Ce chien adore les félins visiblement, et ne semble pas au courant au sujet d'une possible guerre entre les chiens et les chats. Elle attrape la main de la maîtresse de son nouveau copain, et la serre énergiquement, un sourire enfantin toujours rivé aux lèvres. L'animal aboie un coup, confirmant là les dires de la femme qui vient de les présenter,  et Andy en profite pour enlever la laisse toujours présente autour de ses chevilles. Une fois debout, elle se passe une main sur le visage avant de grimacer en sentant la bave sur sa peau.

C'est avec un timing presque parfait qu'Amance lui fait remarquer la présence de la bave en question sur sa joue. Elle s'essuie avec un des mouchoirs en papier que la française lui tend avant de gratter Jared, juste entre ses deux oreilles. Il se met à haleter sous la caresse, faisant cogner sa tête contre sa main pour un peu plus d'attention.

-Non ça c'est un gentil gros toutou, pas un crétin. Un très gentil Jared, pas un vilain roquet. Non, un bon gros gentil garçon.

Elle se penche, laissant un baiser entre les yeux du chien, ou plutôt essayant vu que ce dernier semble préférer l'aider dans sa toilette, donnant un nouveau coup de langue. Elle glousse un peu plus quand la bave lui rentre dans le nez, avant de se redresser pour s’essuyer à nouveau, tentant de rester digne, malgré les gamins qui la montrent du doigt. Certains rient, sans doute à cause de la chute qu'elle vient de faire, mais c'est surtout Amance qui a l'air embêtée. Andy baisse les yeux vers son pantalon en entendant la brune lui parler de machine à laver, se rendant compte que son jean n'est plus propre du tout, et que sa blouse vient elle aussi de subir un changement radical de décoration.

Elle sourit quand le rire d'Amance se fait enfin entendre, brisant là la glace, vite rejoint par celui de la puma et des aboiements pleins de joie de Jared qui semble avoir comprit que sa bêtise lui est d'hors et déjà toute pardonnée.

-A vrai dire...Une machine à laver ce serait pas mal. Entre mes tenues, celle pour mon job, et Wes qui se change tout les jours on fait presque un tour à la laverie tout les deux jours. Celle de l'ancienne maison ou je vivais avant n'était pas à moi, et Wesley à débarqué de l’hôtel avec seulement deux valises. Il vit dans la coloc depuis deux jours, il a très vite répondu à l'annonce et comme il était à l'hôtel il a emménagé dans la foulée. Il est très sympa tu verras, et cuisine super bien. Enfin mieux que moi en tout cas.

Elle se rend compte qu'elle avait complètement oublié de parler de son autre colocataire à la jeune femme quand elle l'a eu au téléphone avant de reprendre le travail après sa pause de midi. En ce moment elle a pas mal de choses dont elle doit s'occuper, entre les rendez vous à la banque, le travail et le déménagement. Elle a même reprit contact avec ses parents, même si leurs relations ne sont pas au beau fixe. Elle refuse toujours de leur dire ou elle est est partie vivre et s'est contentée de leur donner une adresse mail créée pour l'occasion quand ils ont voulu lui envoyer des renseignements à propos de l'examen du barreau qu"elle a réussit sans même le savoir. Alessandro a beau lui avoir dit qu'elle était hors de danger et que les mexicains les pensaient morts tout les deux, elle ne veut pas faire prendre de risques inconsidérés à sa famille, et ne veut pas non plus les voir arriver dans sa vie toute nouvelle. Une vie plus simple, loin d'un deuil impossible à faire en famille, loin de la souffrance causée par la mort de son idiot de frère.

Elle relève la tête vers sa colocataire qui ne semble pas plus grande qu'elle, au moins elle n'a pas l'impression d'avoir oublié de grandir pour une fois. Elle désigne le marchand de glace d'un geste de la tête avant de continuer sur un ton enjoué.

-Alors on se prend une glace ?

Elle accompagne sa question d'un pas de côté vers le stand du glacier, approchant furtivement du paradis des gourmands. Elle pointe du doigt les différents parfums avant de sortir le bout de sa langue de sa bouche, plongée dans une réflexion intense.

-Pour moi ce sera... Nougat, framboise, menthe-choc, miel et...Abricot ! Et des petits vermicelles ! Pleins de vermicelles !

Regard choqués conjugués du glacier et d'Amance. Seul le chien qui bat de la queue comme un bienheureux semble approuver son choix. L'homme finit par hausser les épaules avant d'empiler les différents parfums de glaces dans un cornet double. La brune ajoute sa commande à la sienne, pas plus raisonnable qu'elle. Une fois les friandises réglées, et Jared récompensé par un peu de sorbet pèche sur un morceau de biscuit, elles commencent à manger. De la glace à l'abricot collée sur le nez, Andy sourit à la brune.

-On mange, on promène Super-Toutou et on va voir la maison ? J'ai quelques chef d’œuvres des années 90 sur mon disque dur externe et de quoi faire des fajitas dans le réfrigérateur. Tu aimes les fajitas ?

©️clever love.



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amance Jouve

avatar


Humeur : Bien dans ses basquette
Messages : 226
Points : 124
Réputation : 10

Date d'inscription : 10/04/2018
Localisation : Dans mon canapé avec Jared

MessageSujet: Re: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Jeu 11 Oct - 15:28



La blonde, la brune et le Jared
ft. Sylvie & Raymonde



Nous rions ensemble pendant un petit moment avant qu’elle ne réponde à ma question:

-A vrai dire...Une machine à laver ce serait pas mal. Entre mes tenues, celle pour mon job, et Wes qui se change tout les jours on fait presque un tour à la laverie tout les deux jours. Celle de l'ancienne maison ou je vivais avant n'était pas à moi, et Wesley à débarqué de l’hôtel avec seulement deux valises.

-Wes?

-Il vit dans la coloc depuis deux jours, il a très vite répondu à l'annonce et comme il était à l'hôtel il a emménagé dans la foulée. Il est très sympa tu verras, et cuisine super bien. Enfin mieux que moi en tout cas.

Oh.

Est ce que j’ai fait abstraction de cette information ? Je ne me souviens pas qu’elle m’ait parlé d’un 3 éme colocataire. Bon pas que ça me dérange mais bon... 2 ou 3, ça ne change pas grand chose, du moment ou j’ai toujours une chambre et un coin à moi, le reste m’importe peu. Je note dans un coin de ma tête qu’il faut que je garde la machine à laver, pas questions de la mettre sur la liste des choses à vendre. Et que je prenne aussi la lessive. Et les paniers de linge sale. Que je prenne toute la laverie en fait.

-Alors on se prend une glace ?
-Et comment ! J’en crève d’envie...

On est pas venue pour manger une glace de base? Bon se rencontrer aussi mais surtout, surtout, manger une glace. Je raccroche la laisse au collier de Jared, réduit la longueur pour le garder au pied. Je n’ai pas envie qu’il se jette de nouveau sur la blonde pour lui voler sa glace. Je la laisse commander en premier.

Je la regarde, choquée. 5 boules?? Est ce que... aurais-je trouvé aussi gourmande que moi? Bon c’est vrai qu’avec mon gabarit de crevette j’ai pas l’air mais en réalité, je dévore tous ce qui peut être sucrée. Je ressemble assez à Will là dessus. Il faudra que je l’appelle, le prévenir que je déménage. Je le vois bien débarquer à la maison et la trouver vide.Je me mord la lèvre inférieur, regarde les parfums de glace. Je devrais être raisonnable. Ne pas faire la morfale tout de suite.. Je râle un court instant, tant pis, je crève d’envie de m’empiffrer d’une bonne glace :

-Okay. Pour moi ce sera chocolat noir, café avec les petits grains là, caramel au beurre salé et euh... au dessus je veux cassis et citron. Avec de la chantilly. Et du coulis de caramel. Et une cuillère. S’il vous plaît.

Le glacier nous regarde tour à tour. Je crois qu’on l’a choqué. Il soupire, secoue la tête et se contente d’empiler les boules de glace. Je rouspete, lui rappelant que le citron et le cassis devait être au dessus des autres parfums. Le glacier s’exécute en soupirant de plus belle et je me retrouve avec le cornet de mes rêves entre les mains.

Assise sur un banc, je regarde en riant la jeune femme blonde qui mange sa glace comme un enfant. Elle me fait rire. Si elle est comme ça tous les jours, ça promet la colocation.

-On mange, on promène Super-Toutou et on va voir la maison ? J'ai quelques chef d’œuvres des années 90 sur mon disque dur externe et de quoi faire des fajitas dans le réfrigérateur. Tu aimes les fajitas ?

J’adore les fajitas ! Mais sans la viande... Je ne suis pas trop... Je me dis que manger de la viande c’est manger un animal mort et... Ça me répugne un peu en fait. Mais je veux vraiment voir la maison ! Et regarder un film. Aussi.

Je ris légèrement gêner. Les seules qui savent que je ne mange pas de viande sont Will et mes parents. En général, quand je dis que je ne mange pas de viande, on me prend pour une dingue. Alors que c’est juste pas dans ma nature d’avaler les restes d’un corps qui vivait peu de temps auparavant.

-Je suis vraiment impatiente de voir la maison. De la façon dont tu me l’as décris, on dirait un petit coin de paradis.

J’enfourne une belle cuillère de cassis et de chantilly, soupirant d’aise devant ce plaisir gustatif. Je prend une autre cuillère en reprenant:

-Tu veux bien qu’on parle un peu de nous? Juste histoire de se connaître un minimum avant de vivre ensemble... Et je voudrais en savoir plus sur ce fameux Wes. Ça le dérange pas qu’une deuxième nana emménage dans la maison ?

Nouvelle cuillère de glace. Jared quémande à mes pieds, je lui donne un peu de chantilly en reprenant:

-Je suis prof dans un lycée,  je fais à peu près 21h de cours semaine parce que mon cours est optionnel, ce qui en soit n’est pas énorme. Et euh... Je suis pas célibataire... Enfin plus. Depuis pas longtemps... Du coup... Il risque de venir de temps en temps... Ça sera pas dérangeant? Il est vraiment super cool, il est prof aussi... Et vraiment craquant.

Will. Pourquoi est ce que je me sens obligé de parler de lui ? Et pourquoi j’ai dit qu’il était craquant??? Et c’était quoi ce ton de voix genre « C’est mon mec » . Je baisse le nez dans mon cornet de glace, me sens obligé de passer à autre chose pour ne pas rester là dessus:

-Et toi? Tu as quelqu’un dans ta vie ?

made by lizzou – icons & gif by tumblr
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Dim 14 Oct - 18:44

Andy Turing & Amance Jouve


La blonde, la brune et le Jared



Amance aime les fajitas, elle aime manger tout court si on se fie à la taille de sa glace. Ce qui est une excellente chose. Le fait qu'elle ne mange pas de viande n'est pas un soucis, même si elle même est loin d'être végétarienne, elle comprend tout à fait ce choix de vie. Elle hoche la tête, faisant comprendre à sa future colocataire que ce n'est pas un soucis, avant de lui sourire.

-Y a tout ce qu'il faut pour faire ça sans viande dans la maison, personnellement j'en mange régulièrement et je crois que j'aime trop les steaks pour m'en passer définitivement. A moins que ce soient les légumes que je n'aime pas assez pour ne plus manger de viande. Ça doit être dans ma nature ou un truc du genre... Pour les films j'ai des trucs comme Wayne's World, de vieux trucs de science fiction avec des effets spéciaux dégueux, l'intégrale de Friends. Pas mal de choix en fait.

Elle continue de dévorer sa glace comme si c'était la meilleure chose du monde, au détail près que cela manque cruellement de fraises. Elle espère secrètement que le gamin qui a vidé le stock du glacier sera malade ce soir à cause d'une indigestion. Une mauvaise pensée tuée dans l’œuf par Amance qui parle de la maison;  En effet cet endroit est génial, et les quatre chambres permettent de faire vivre pas mal de monde sous ce toit. Wesley est cool, et comme la maison est grande chacun peut aussi avoir son intimité. On est loin de certains endroits minuscules qu'elle a partagé avec d'autres étudiants à l'époque de la fac. Au bout de deux jours ils sont déjà en train de mettre en place une petite routine. Wesley a prit les rênes de la cuisine après avoir découvert l’étendue des talents culinaires de la blonde. Et elle s'active autant qu'elle le peut sur le ménage, histoire que les tâches soient réparties de la façon la plus équitable possible.

Elle se lèche le contour de la bouche avant de caresser le chien pour enfin répondre à Amance qui semble bien partie pour poser pleins de question. Au moins elle parle, plus que Wesley et même si elle ne le fait pas autant que la blonde, cela montre qu'elle ne parlera pas trop dans le vide durant leur colocation.

-Wesley est cool, et en fait je crois qu'il s'en fiche de vivre avec des filles. Tant que tu penses à porter une culotte et que tu caches tes seins dans les parties communes. Vu la tête effrayée qu'il a fait la fois ou j'ai oublié de fermer la porte de la salle de bain, je pense que les filles ne sont pas sa tasse de thé. Il a 25 ans, est blond avec une bouille toute mignonne. Il a une librairie et vit pas dans le coin depuis longtemps. Je pense que ses parents sont deux fumiers vu la façon dont ils lui parlent au téléphone. Et il ramène des fleurs à la maison tout les jours, enfin tout les jours depuis qu'il vit dans la maison.... Je sais pas qui lui offre et je suis pas sure que lui même ait cette information. Mais ça lui fait plaisir.

Sa boule de glace parfum abricot n'est plus qu'un souvenir, et celles au nougat et au miel sont bien parties pour suivre le même chemin. Elle n'y peut rien si c'est aussi bon. Elle n'a jamais su refréner sa gourmandise face à des sucreries, ou même de la nourriture en général. Le fait de passer tout son temps libre, et maintenant de bosser dans le domaine du sport lui permettent de contrer tout ces écarts et de l'empêchent de ressembler au professeur Foldingue.

Elle sourit doucement en entendant Amance lui parler de son amoureux. C'est tellement mignon, et même si elle ne s'est jamais vraiment attachée à quelqu'un sur le plan sentimental, elle se surprend à l'envier un peu. Parfois le soir elle aimerait bien appeler Alessandro, pour un peu de tendresse, de chaleur et de protection. Sentir son odeur sur sa peau, se lover contre lui. Faire comme-ci. Puis elle se l'interdit, de peur de se prendre au jeu et de finir par y croire, se faire des idées et ensuite se rendre malheureuse quand tout s'écroulera.

Elle glousse un peu quand Amance lui dit que son homme est craquant. En tout cas dans la bouche de la brune cet homme prend des airs de prince charmant, ne reste plus qu'à espérer que la réalité est aussi belle que ce que sa future colocataire voit.

Puis arrive la question fatidique, celle qui la fait s'étouffer sur sa bouchée de glace. Un morceau de cornet au goût de carton se coince dans sa bouche, elle a du mal à l'expulser malgré la main de la brune qui cogne dans le haut de son dos. Elle tousse, puis finalement le petit morceau de biscuit tout ramolli par sa bave jaillit, et c'est Jared qui le récupère en plein vol.

Elle ferme les yeux rendus humides par cette quinte de toux une fraction de seconde, réfléchissant à sa réponse alors que sa bouche laisse déjà échapper un flot de mots.

-Je suis célibataire. J'ai eu une nuit géniale avec un gars avec une paire de fesses splendide il y a quelques temps, mais je crois que ce sera tout. C'est pas le genre de type que je fréquente habituellement, et souvent quand il ouvre la bouche j'ai envie de lui coller les parties génitales dans un broyeur à ordures. J'ai pas aimé qu'on se sépare l'autre jour, et même si j'ai son numéro de téléphone je l'ai pas appelé, parce que je veux pas croire en un truc qui n'existe pas et qui peut foirer à tout moment. Donc je suis célibataire, c'est bien aussi d'être célibataire. Et au moins c'est un truc que je maîtrise.

Passer pour une fille paumée et à moitié folle ça c'est fait. Et puis c'était quoi ce truc dans sa voix ? Du regret ? Elle qui pensait que tout roulait parfaitement dans sa vie, la voilà qui se met à regretter quelque chose qu'elle n'a jamais recherché auparavant. Elle se venge sur sa glace, avalant l’intégralité de la boule menthe-chocolat en deux bouchées. Le froid qui attaque ses dents l'aide a garder un minimum de contenance, et surtout lui occupe la bouche l'empêchant ainsi de parler pour déblatérer d'autres sottises. Elle commence le dernier parfum, lui offre une fin tout aussi rapide avant de frisonner quand le sorbet coule dans sa gorge, lui donnant l'impression que des petits éclairs lui courent le long de sa colonne vertébrale.

Elle renifle une dernière fois, avant de lâcher quelques mots sur un ton plus léger.

-J'ai des photos de lui de l'époque du lycée. Il était à Phoenix lui aussi. Un vrai branleur...

La fin de son cornet finit dans le gueule de Jared qui ne demande que ça. Elle le caresse entre les deux oreilles avant de se tourner vers Amance, un tout nouveau sourire sur le visage.
©️clever love.



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amance Jouve

avatar


Humeur : Bien dans ses basquette
Messages : 226
Points : 124
Réputation : 10

Date d'inscription : 10/04/2018
Localisation : Dans mon canapé avec Jared

MessageSujet: Re: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Lun 19 Nov - 18:21



La blonde, la brune et le Jared
ft. Sylvie & Raymonde


Je me sens encore un peu honteuse d'avoir parler de Will comme d'un objet. Mais, d'un autre côtés, je me sentais comme obligé de revendiquer le fait qu'il soit à moi. Jalousie? Possessivité? Je n'en sais trop rien, je n'ai jamais étè obligé de revendiquer le fait que j'étais avec quelqu'un… Avant lui. Je soupire, perdu dans mes pensées, en repensant à notre nuit absolument parfaite… Mais la blonde me ramène vite à la réalité en s'étranglant avec un morceau de glace. Je manque de faire chuter la mienne en lui tapant dans le dos pour éviter que cette rencontre ne tourne au drame. Morceau expulser, Jared dévore l'incriminé, fin du Game. Je soupire de plus belle, soulagée de ne pas avoir été obligé de faire un 911 à cause d'un cornet de glace qui ne passe pas.

Je me rassoit correctement, remange une bonne cuillère de mon propre cornet avant de m'étrangler à mon tour. On vient à peine de se rencontrer, pourquoi est-ce qu'elle me parle de paire de fesses? Elle me raconte des détails que je suppose être relativement personnel, bien plus que ce que j'ai pu lui dire sur Will et moi. Je reste accroché à ses lévres, écoutant toutes son histoire et je me surprend à être curieuse d'en savoir plus sur sa relation avec "Monsieur-coup-d'un-soir". Je ris de bon cœur alors qu'elle avoue ne pas le supporter, la laisse terminer jusqu'au bout avant de lâcher un sourire en coin :

-De la haine à l'amour, la frontière est mince…

Je laisse cette phrase en suspend tandis qu'elle dévore sa glace en l'espace de deux cuillères. Elle dévore ma parole, je crois que questions gourmandise je ne suis pas loin d'être battue. Elle termine sa glace alors que je n'en suis qu'a la moitié. Je suis peut-être trop gourmande pour toute avaler d'une traite, j'adore savourer chaque bouchée avant d'en prendre une autre.

Je manque de recracher le morceau de glace qui fond sur ma langue quand elle rajoute (comme pour conclure son monologue comme quoi c'est un sale type et qu'elle le déteste au plus haut point) que c'était un branleur. J'éclate de rire, elle me suit sur le même chemin et nous rions juste comme si nous nous connaissions depuis toujours…

Après de long bavardages, nous allons enfin voir la maison. Elle est comme je l'imaginais, spacieuse, avec une petite cour pour que Jared puisse se dégourdir les jambes. Il y a peu de meubles, les miens pourront y trouver une place sans mal, en commençant par mon canapé dans le salon pour remplacer les chaises. Elle me montre ma chambre à l'étage, une chambre spacieuse que j'imagine déjà décoré. Wesley est sympa également, et nous passons la soirée à manger des tacos devant Wayne's World, sortant tour à tour avec Andy les répliques cultes de ce film mythique. J'ai l'impression d'avoir trouvé ma Raymonde, je serais sa Sylvie.

Quand je rentre chez moi, tard dans la nuit, j'envoie un message à Will pour le rassurer. Andy est géniale, Wesley est cool et j'aurais besoin de ses gros bras musclé pour déménager. Je m'endors en rêvant de cette colocation qui s'annonce haute en couleur.

(…)

JOUR 1

Me voilà dans la colocation. Au final, c'est encore mieux que ce que je ne le croyais. Bon, je l'avoue, Andy est nul en cuisine (vous avez déjà manger des crêpes aux anchois et à la confiture de fraise? Non? Bah d'après Andy, c'est mangeable. ) et Wes envahis la maisons de bouquet de fleur toujours plus gros venant d'un admirateur secret (moi ça me ferait peur, lui il semble heureux.)

Je rentre du lycée après la journée de cours. Will m'a gentiment ramené et je suis encore sur un petit nuage, comme à chaque fois que je passe du temps en sa compagnie. Jared m'accueille, me saute dessus pour son câlin de retrouvaille.

-Hey mon chien… Andy? Wes? C'est moi, je suis rentrée!

J'entends un vague "Okay" venir du salon et je souris. Ca me fait bizarre de ne plus vivre seule. Sac et veste accrochés au porte manteau de l'entrée, je me dirige vers la cuisine, me sers un verre de jus d'orange alors que mon téléphone vibre sur l'ilot centrale. Le nom de Will me fais sourire, je parcours son texto du regard… Et m'empourpre en ouvrant de grands yeux. Je recrache ma gorgée de jus d'orange dans mon verre, manquant de m'étouffer au passage. Il faut qu'Andy entre dans la cuisine à ce moment là, bien entendu. Elle me demande ce que j'ai , je fais un signe de la main rapide, me reprenant doucement:

-Rien… Rien… Hum… J'ai pas mal de copies à corriger, je vais aller bosser dans ma chambre… Oh et je m'occupe du diner, okay? Surtout, surtout, je t'en prie Raymonde, ne t'en occupe pas!

J'ai le droit à quelques insultes qui me font rire et je sors de la cuisine en relisant le texto de mon loup. Une photo… Il veut une photo. Pas n'importe quel genre de photo tant qu'à faire… Je monte les escaliers 4 à 4, Jared sur les talons. Je referme la porte de la chambre derrière moi et relis encore une fois son message. J'hésite. Et si c'était une blague de Keanus? Non pas son genre…. Pire, Tobias, son neveu. Non, non, non plus. Tobias est un jeune garçon sage (de ce que j'ai pu voir), ce n'est pas son genre. Je pése le pour et le contre de cette demande. Je soupire et sourit en coin en rougissant. Je suis capable de faire ça, pour lui…

Je me regarde dans le miroir. Je ne porte que ma culotte en dentelle noir et mes escarpins du jour. Je suis folle. Je prend mon téléphone, prend une pose des plus lascives  et m'apprête à prendre THE photo.  La porte s'ouvre en grand. Je deviens écarlate, incapable de faire un mouvement en croisant dans le reflet du miroir le regard de ma colocataire…

made by lizzou – icons & gif by tumblr
[/i]


Love is not a choice
And never did I think that I would be caught in the way you got me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Lun 26 Nov - 11:39

Andy Turing & Amance Jouve


La blonde, la brune et le Jared



La maison a plu à Amance, la soirée passée entre colocataires n'a fait que renforcer cette impression si on se fie à la rapidité avec laquelle la jeune femme a emménagé, emmenant avec elle ses meubles, sa bonne humeur et son chien.

Vautrée sur le canapé, encore en tenue de sport, Andy dévore un pot de glace aux cookies devant la télévision. Alf loupe encore une de ses fameuses tentatives pour manger le chat, tandis qu'en arrière plan la porte de la maison claque. Aux aboiements caractéristiques de Jared, il est facile de deviner qui vient d'arriver. Amance appelle, la blonde lui répond en étouffant un bâillement, la cuillère collée contre la langue.

-Okay...

Motivation au point zéro, même plus bas si c'est possible. Dehors il pleut, et par la même occasion il fait froid, les jambes repliées dans son sweat shirt, la puma se laisse tomber au sol, avant de se redresser cuillère à la main, le pot de glace à présent vide abandonné sur le sofa.

Deux bâillements plus tard, Andy arrive dans la cuisine, ses chaussettes glissant sur le carrelage froid. Son regard se pose sur la brune qui à l'air étrange, les joues légèrement rougies. Est-ce le froid où autre chose qui la met dans cet état ? Elle tend le museau, souriant en sentant l'odeur d’excitation sexuelle qui émane de son amie. Willem a du la ramener dans la voiture et ils ont du se dire au revoir d'une façon bien sympathique pour que ce parfum sur elle soit aussi fort. Elle ouvre la porte du réfrigérateur attrapant un litre de lait, avant de la questionner.

-Un soucis Sylvie ?

Le sourire de la puma, bien graveleux laisse penser qu'elle a tout deviné du tracas de sa colocataire, et quand cette dernière répond, elle manque de s'esclaffer face à l'excuse bidon qu'elle lui donne. Ses sourcils se froncent à la mention de nourriture, son ventre grondant, oubliant le demi litre de crème glacée qui vient de s'y inviter.

-T'es qu'une vilaine. Une jalouse ! Je suis au top niveau de la cuisine moi, espèce de mangeuse de grenouilles !

Amance sort sans prendre la peine de répondre à ses insultes, son portable entre les mains. Il y a fort à parier que ses copies si elles existent ne sont pas la raison de son état. La blonde hausse les épaules avant d'ouvrir un placard, cherchant son graal. Le pot de beurre de cacahuète entre les mains, elle l'ouvre, plonge sa main dedans avant de se goinfrer, ajoutant une gorgée de lait dans sa bouche avant de se gargariser avec. Un gémissement de plaisir lui échappe, et elle range le tout avant de retourner dans le salon.

Dans un coin de la pièce, le tas de linge à repasser lui fait de l’œil et elle geint en se rappelant que c'est son jour de lessive. Avec un soupir à fendre l'âme, elle se redresse, traquant les vêtements sales, retirant son sweat plein de sueur avant de finalement passer dans la chambre de Wesley qui est absent. Dans la pièce rien ne traîne, et surtout ça sent les fleurs. Trop de fleurs. Elle referme la porte, passe à la suivante sans prendre le temps de frapper pour s'annoncer. Le spectacle qui s'offre à elle la stoppe quelques instants, son amie, la pose qu'elle est en train de prendre et ses vêtements qui viennent de disparaître. Elle éclate finalement de rire alors qu'une Amance rouge comme une tomate se tourne vers elle.

-Je savais pas que les copies se corrigeaient comme ça. En fait t'es une grosse chaudasse. Mais j'aime l'idée.

Elle retire son débardeur, sort son portable de sa poche avant de dégrafer son soutien gorge pour prendre ses seins en photo. Une petite manipulation plus tard et l'image est envoyée à Alessandro accompagnée d'un smiley hilare. Sans plus de cérémonie, elle repart aussi vite qu'elle est arrivée, gratifiant le fessier de son amie d'une claque en riant.

-Je passais chercher des fringues sales, tu feras ça quand tu auras fini ton... Tas de copies.

Son visage est hilare alors qu'elle s'en va, simulant des vocalises d'extase, ajoutant le nom du copain de sa colocataire à ses bêtises. Dix secondes plus tard elle revient, se postant devant l'encadrement de la porte, portable à la main. Un flash et elle s'enfuit en courant sous les insultes de son amie, évitant les oreillers volants pour finalement arriver devant un Wesley qui hurle à l'agonie, parlant de ses yeux et d'eau de javel.

[...]

Jour 3

Aspirateur à la main, casque sur les oreilles et plumeau coincé dans les cheveux, elle fait le ménage en se déhanchant outrageusement sur un morceau culte du groupe Queen. Jared l'encourage, aboyant autour d'elle en sautant partout. Un vrai travail d'équipe. Son vieux maillot de baseball sur le dos, seul vêtement avec la culotte trop mignonne qu'elle a récupéré dans la chambre de son amie, Andy hurle plus qu'elle ne chante, massacrant l'oeuvre de Freddie Mercury sans aucuns remords.

Partie trop loin dans son délire, elle n'entend pas pas la porte s'ouvrir, et c'est quand son casque lui est retiré qu'elle réagit tombant sur le visage mécontent de son amie qui lui parle d'espace personnel et de son petit chat. Les sourcils de la blonde tentent une ascension sur son front, alors qu'elle cherche une certaine logique dans les dires de son amie. Son regard passe du visage de la brune, à son entrejambe avant de glisser vers la sienne. Comprenant sa bévue, Andy fait une moue boudeuse avant de s'excuser.

-Oh je la trouvais mignonne. Attend je te redonne ça tout de suite, elle est presque propre.
©️️️clever love.



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amance Jouve

avatar


Humeur : Bien dans ses basquette
Messages : 226
Points : 124
Réputation : 10

Date d'inscription : 10/04/2018
Localisation : Dans mon canapé avec Jared

MessageSujet: Re: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Mar 27 Nov - 19:47



La blonde, la brune et le Jared
ft. Sylvie & Raymonde


Son rire résonne dans la pièce alors que je suis incapable de bouger. Mon dieu mais pourquoi je n’ai pas fermé à clé ?! Je me tourne vers elle, cachant ma poitrine de mes bras. J’ai les joues bouillante, je suis sur que je suis plus rouge qu’un homard trop cuit.

-Je savais pas que les copies se corrigeaient comme ça.
-Je... Non, euh...
-En fait t'es une grosse chaudasse.
-Quoi???
-Mais j’aime l’idée.

Moi? Chaudasse ??? Je crois que c’est la première fois que l’on me décrit comme tel. Ok, c’est vrai je suis plutôt porter sur la chose... Mais pas au point de m’en vanter. Ça n’en reste que je ne suis pas une chaudasse! La honte et la gêne se change doucement en colère . Et puis d’abord, qu’est-ce qu’elle fait dans MA chambre?

Mais elle me prend de cours, encore une fois. Elle se déshabille, prend une photo de sa poitrine. J’ouvre de grands yeux et m’approche d’elle pour la faire sortir de ma chambre. Finalement, c’est elle qui s’enfui en me donnant une tape sur les fesses.

-ANDYYYY!!!

Je claque la porte derrière moi, essaye de ne pas prêter attention à ses vocalises qui sont censé m’imiter. Je sais bien que ça ressemble à une dispute d’enfant, mais là j’ai juste envie de bouder. De colère, j’envoie promener Will en prétextant qu’il avait qu’à en prendre une lui même. Ce à quoi il me répond qu’il le fera sans faute. Sa réponse me fait sourire, puis rire gentiment. Je me laisse aller sur le lit, allongée sur le ventre quand la porte s’ouvre de nouveau. Un flash. J’enrage.

-Andy!!!! Je vais te tuer!!! De où tu rentres dans ma chambre ??!! Petasse !!! Vicieuse !!!

Je lui balance tous ce que je trouve sous la main, continuant de l’insulter de tous les noms possible et imaginable. J’entend Wes hurlé dans le couloir. Il a vu Andy en short, sans rien en haut. Je passe la tête à la porte et regarde mes deux colocataires se disputer pour une histoire de nuditer. Je secoue la tête et me met à rire. Pauvre Wes...

(...)
Jour 3

La dispute post photo dénudé a pris fin aussi vite qu’elle a commencé. J’ai réussi à faire effacer la photo de moi qu’elle avait pris.

8h30. On est samedi et, habituellement, c’est mon jour de grass’mat. J’ai bien dit, habituellement. J’écrase mon oreiller sur ma tête, essaye de faire abstraction de ma colocataire qui massacre « I wan’t to break free. » et de mon chien, idiot qu’il peut être, suis en hurlant à la mort. Le tout couronné du bruit de l’aspirateur.

Alors qu’elle reprend le deuxième couplet, je me décide à me lever. Je soupire, enfile un t-shirt appartenant à mon loup ainsi que mon short de pyjama. Mes cheveux n’ont pas d’allure mais tant pis. De toute manière c’est le matin.

Je descend les escaliers en m’étirant, direction la cuisine pour un bon petit déjeuné. Je prépare des tartines grillées, ainsi que du thé et du jus d’orange frais. Dans l’idée de ressouder les liens avec ma Raymonde, je me dirige vers le salon pour lui dire de venir déjeuner avec moi... Mes yeux s’arrêtent sur ce qu’elle porte. C’est... C’est ma culotte !!! Je me précipite vers elle, lui arrache le casque des oreilles. Jared stoppe ses vocalises et rampe jusqu’à son panier, oreilles baissée et queue entre les pattes.

-On ne t’as jamais appris à respecter l’intimité des autres? De ne pas prendre les affaires qui ne t’appartiennent pas ?? C’est MON petit chat !!! ... Pourquoi tu...?

Je suis son regard. Croise les jambes en rougissant avant de reprendre :

-Tu as pris ma culotte !!!!

Elle semble se rendre compte de la chose, je soupire et croise les bras. Elle prend une petite moue boudeuse. Je m’en veux immédiatement d’avoir crié sur elle...

-Oh je la trouvais mignonne. Attend je te redonne ça tout de suite, elle est presque propre.

Euh... Quoi?J’ouvre de grands yeux surprise avant de secouer les mains :

-Non! Non!! Tu ne l’enlèves pas au milieu du salon!!!

Je rattrape les bords du tissus et remonte la petite culotte sur ses hanches. Wes entre à ce moment là. Moi les mains accroché à la culotte d’Andy, elle penché sur moi parce qu’elle essaye de l’enlever. Un long silence fige la scène. C’est Wes qui rompt le silence:

-Euh... Je dérange ?
-Non!

Je retire mes mains des hanches d’Andy et lève les mains en mode «Je suis innocente ». Ma culotte atterris dans une de mes mains alors que ma colocataire explique que ce morceau de tissus est à moi. Je lache un petit cri et laisse tomber au sol le morceau de tissus avant de crier:

-Mais t’es malade ?? De où tu as vu qu’on rendait un sous-vêtement « presque » propre?? Renfile la!!! Wes, dit quelque chose.

- Je vais finir aveugle...

Il sort de la pièce, légèrement livide, nous laissant toutes les deux avec une petite culotte au sol. Je me mords la lèvre inférieur, soupire.

-J’ai fait du pain grillé. Tu as pris ton petit dej’ ...?

(...)
JOUR 8

Il semblerait que Raymonde commence à imprimer qu’on ne peut pas se promener nue dans la maison. Et il semblerait qu’elle ait compris également qu’on ne peut pas piquer les fringues des autres sans demander avant. On commence à trouver un équilibre à 3 et la colocation est des plus agréables.

On me réveille en pleine nuit. J’ai du mal à émerger. J’ouvre un œil, puis l’autre. Le visage de mon amie est juste au dessus du miens. Il me faut quelques instant pour comprendre qu’elle me parle. Je me frotte les yeux, regarde le réveil. 3h du matin. C’est une blague...

-Attend... Deux minutes je comprend rien à ce que tu me racontes...

J’allume ma lampe de chevet et me redresse dans le lit, Raymonde s’installe à côté de moi tandis que j’emmerge lentement:

-J’ai rien compris de ce que tu m’as dit... T’es en retard? En retard pour quoi...?

made by lizzou – icons & gif by tumblr
[/i]


Love is not a choice
And never did I think that I would be caught in the way you got me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Turing

avatar


Humeur : Sucrée
Messages : 196
Points : 198
Réputation : 30

Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix

MessageSujet: Re: La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]   Mer 5 Déc - 19:04

Andy Turing & Amance Jouve


La blonde, la brune et le Jared



Elle glisse ses mains le long de ses hanches, prête à rendre son bien à son amie dans la foulée, ayant comprit qu'elle venait à nouveau de faire une bourde. Mais Amance la coupe dans son entrain, prise de panique avant de poser ses mains sur les siennes, se collant à elle pour l'empêcher de retirer le sous vêtement. Visiblement la brune ne semble pas vraiment savoir ce qu'elle veut. Pourtant la puma ne se stoppe pas dans ses tentatives et c'est l'arrivée de Wesley qui lui permet d'aller au bout de son idée. Bien plus simple à mettre en pratique quand deux mains ne sont plus là pour la gêner.

Culotte enlevée, elle la fourre dans la main de son amie, un sourire fier aux lèvres. Amance crie, la culotte tombe par terre alors qu'on lui hurle encore dessus. Elle baisse les yeux vers le sol, une expression de puma battue collée au visage alors qu'elle attend que l'orage passe. L'habituel discours sur la pudeur est rejoint par celui sur l'hygiène. Elle ne voit pas ou est le soucis, elle n'a pas de maladies et a porté ce sous vêtement moins d'une heure.  Wesley finit par quitter la pièce, faisant encore une fois le traumatisé dans toute sa splendeur. Elle fixe son amie, souriant à le mention de petit déjeuner, oubliant immédiatement la boite de biscuit au chocolat qu'elle a vidé en se levant.

Son regard illuminé par la pensée d'un repas proche redescend vers la culotte, et elle finit par se pencher pour la prendre en main. Elle renifle l'objet, haussant les épaules. Définitivement propre. Elle l'enfile avant de rejoindre la brune dans la cuisine, l'estomac criant famine.

[...]

Jour 8

Impossible de dormir. Le sentiment d'avoir loupé quelque chose ces derniers jours fait que malgré les chiffres qui défilent sur son réveil, Andy est toujours en train de chercher le sommeil, tournant au fond de ses draps. L'odeur de son loup les imprègne, et la ramène à la pleine lune qui a bien failli se révéler désastreuse.

La pleine lune, elle est sûre et certaine d'avoir loupé quelque chose à ce sujet, un truc énorme et pas marrant. Cette soirée qui a failli devenir sanglante.

Sang !

La révélation se fait sous son crâne et le choc est si grand qu'elle chute de son lit dans un mouvement trop rapide, manquant de s'ouvrir la tête contre sa table de chevet. Du retard dans ses règles qui auraient du faire leur apparition il y a deux jours à présent. Elle se redresse, enfile un vieux t-shirt à l'effigie d'un groupe de rock et se dirige vers la salle de bain.

Elle ouvre l'armoire à pharmacie, cherche au milieu des divers médicaments dont elle n'a jamais eu besoin, avant de trouver la boîte de tampons. Elle compte, recompte, son cœur s'accélérant face à cette situation. Sa main se fait serre au dessus d'une boite fine en carton et elle se dirige vers la chambre d'Amance. Elle a besoin de soutien, surtout si elle doit apprendre qu'elle va enfler comme une dinde qu'on gave pour les fêtes durant les prochains mois.

La brune ronfle, elle grimpe à ses côtés, se demandant qu'elle peut être la façon la plus douce de la réveiller, tout en conservant un minimum d'efficacité durant la manœuvre. Son doigt appuie sur la joue de son amie alors qu'elle se penche au dessus d'elle.

-Sylvie. Debout, y s'passe un truc grave.

Son doigt revient sur le visage de son amie, puis enfin du mouvement, et des mots hésitants se font entendre. La puma soupire de soulagement et reprend son action, les mots sortant de sa bouche sans sens réel, sa panique rendant ses explications anarchiques.

-Amance ! Debout ! Le diable rouge est en retard. Du retard ! Tu te rends compte, je peux pas avoir du retard, sinon je suis dans la merde jusqu'au cou.

Un peu de réactivité de la part de la brune, et Andy continue ses explications tout en la tirant hors de son lit, manquant de les faire chuter toute les deux.

-Du retard comme un bébé dans neuf mois espèce d'andouille ! Un bébé avec l'autre andouille ! Pas toi, celui avec un pénis, tu sais avec Aless !

Bon Sylvie semble savoir puisqu'elle la suit sans trop ronchonner, montrant même un peu trop de joie face au scénario catastrophe qui se profile à l'horizon. La blonde finit par les enfermer toutes les deux dans les toilettes, et s'installe au dessus de la cuvette, jambes écartées. L'emballage du test de grossesse destiné aux situations d’urgences finit déchiqueté, le plastique recouvrant l'engin meurt sous ses dents et elle commence à viser, priant pour ne pas en mettre partout et pour que le résultat soit composé d'une seule petite barre. Sylvie la fixe, semblant oublier tout ses beaux discours sur l'espace personnel et la pudeur. Elle se contente de parler dans sa langue maternelle, impossible pour la puma de savoir ce qu'elle dit. Mentalement elle tente de compter, pensant aux hémorroïdes, varices et aux dents d'un bébé mordant son sein.

-Les filles ? Vous faites quoi ?

Wesley. Mais qu'est ce qu'il fait debout celui-là ? Andy redresse la tête, secouant le test, projetant des petites gouttes d'urine sur les murs.

-Vas dormir toi ! Truc de filles. Interdit au pénis !

En réponse, l'humain gémit, écœuré à l'idée de ce que peuvent être des activités féminines.

Une longue attente, trop longue. Elle et Amance se fixent, le sourire sur les lèvres de la brune n'ayant rien de rassurant. Après avoir récité mentalement la liste des joueurs de l'équipe principale de Phoenix à trois reprises, Andy place le test sous ses yeux, plissant les paupières pour mieux voir. Elle bondit de joie, se colle contre son amie, jetant le test par terre avant de se mettre à sauter dessus à pieds joints.

-Une barre ! Une seule ! Je suis sauvée !

Elle pleure un peu, de soulagement surtout. Ses jambes tremblent encore. L'émotion sûrement. Elle embrasse une dernière fois son amie, la ramène vers sa chambre, flottant sur un petit nuage avant de finalement aller se jeter sur son propre lit, passant une main sous un oreiller pour en sortir son portable. Dans l'obscurité elle envoie un message à son loup.

"Toi et moi on a échappé aux couches culottes. Note pour plus tard :  Deux capotes avec un ourlet.  J'espère que tu dors et que tu auras ce message au réveil. Je t'aime."

©️️️clever love.



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La blonde, la brune et le Jared [ft Amance Jouve]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» Marc Bazin ne prend pas à la légère les allégations Jared
» Petit poisson mord à l'hameçon... [Jared] ♥
» Porter, Malcolm Jared

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Dans la ville :: Parc-
Sauter vers: