AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Come with me in the woods. {with Evangeline Henry}

Aller en bas 
AuteurMessage
Harleen Carteret

avatar


Humeur : Rieuse × (ava : ☾☾)
Messages : 26
Points : 39
Réputation : 1
Date d'inscription : 24/10/2018

MessageSujet: Come with me in the woods. {with Evangeline Henry}   Jeu 25 Oct - 16:37


 
COME WITH ME IN THE WOODS. — w// @Evangeline Henry


En une journée,
Tu essaies de t’abriter,
Là où tu peux,
Mais tu découvres,
Très rapidement,
Trop rapidement,
Ce monde poussiéreux, et perverti
Par la Mort.


Douce, douce mort, où t’emmène-t-elle donc ?
Douce, douce mort, les sous-bois ne sont-ils donc pas synonyme de Mort ?
Douce, douce mort, pourquoi ?
Douce, douce mort, qui ?

Tard dans la nuit, hier, un agent de police te contacta. Un cadavre avait été retrouvé dans les sous-bois de Beacon Hills, et te voilà de nouveau prisonnière de ton masque de médecin légiste, prête à rire aux côtés de ce nouveau mort. Douce, douce mort, que te réserve-t-elle donc ? Tu éclates d’un rire sonore, et tu souris ; un sourire grand, un sourire heureux. Tu avances, doucement, prudemment, et sans pitié, dans les sous-bois, dirigée par la douce main de la Mort. Elle-même te conduit jusqu’à l’emplacement du cadavre —cadavre dorénavant à la morgue, prêt à être découpé par tes soins.

Oh, oui. Tu t’en es occupé, du cadavre, et tu l’as trouvé bien trop bavard à ton goût. Vous avez longuement parlé, ensemble, de nombreuses choses. Il y avait notamment cette part de folie en lui ; il te disait de te rendre dans les sous-bois, de découvrir par toi-même qui fut l’auteur de son meurtre, de son assassinat, de —bon sang !— cet acte horrible. Alors tu avais contacté, ce matin même, une zoologiste du doux et soyeux nom d’Evangeline Henry. Evangeline. Un nom peu courant, du moins le pensais-tu, mais elle te paraissait adorable, alors tu lui avais donné une heure : vingt-et-une heures dans les sous-bois, tu avais besoin de son expertise concernant un animal sauvage. Bien entendu, tu ne lui avais pas réellement parlé en détails du pourquoi tu souhaitais tant la voir, et tu n’avais pas eu le temps de décliner ton identité en large et en travers. Tu te présenterais sous le nom de Docteur Carteret —mais ma chère, ma très chère Evangeline, appelle-moi donc Harleen. Pour les intimes, ne veux-tu pas en faire partie ?—, et tu chercherais à ses côtés la nature du crime, et l’auteur de cet acte monstrueux et ignoble. Une bête avait-elle osé chercher un Homme ? La Bête doit donc être mise à bat. A feu la Bête, à feu l’Horreur ! Tu chassais ceux qui te chassaient, et il se trouvait que l’Homme avait été chassé par une chose, le conduisant jusqu’à sa triste et repoussante mort.

Enfin, après quelques minutes de marche, de terrible marche dans les sous-bois si sombres, tu arrivais au lieu de rendez-vous. Tu espérais qu’elle ne se soit pas perdue —pourquoi se serait-elle perdue ?—. Tu sortais de ton sac à main une lampe torche, et illuminais les yeux. Heureusement pour toi, les flics de Beacon Hills avaient fait attention à où ils mettaient leurs sales pattes. Rien de cette scène de crime n’avait disparu : tu étais heureuse que tout soit intacte. Tu pouvais maintenant attendre la petite zoologiste. A quoi pouvait-elle bien ressembler, au juste, la zoologiste ? Tu l’attendais, tu l’attendais, et tu te rendis soudainement compte que tu avais froid. Brrrr ! frissonnais-tu. Qu’il fait froid ! Mais tu pouvais aisément l’attendre dans ce froid glacial. Il te fallait à tout prix des réponses à tes questions ; la chasse allait-elle reprendre ?



   
Take me to church
I tell myself you don't mean a thing, And what we got, got no hold on me But when you're not there I just crumble I tell myself I don't care that much, But I feel like I die 'til I feel your touch

©Beylin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangeline Henry

avatar


Humeur : Silencieuse
Messages : 9
Points : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 30/09/2018
Localisation : Planqué dans un fourrée dans la forêt

MessageSujet: Re: Come with me in the woods. {with Evangeline Henry}   Lun 29 Oct - 19:30

Loup, où es-tu ?

C'est une soirée tranquille. Comme il en arrive peu finalement. Evangeline s'est vautré bien comme il faut sur son matelas avec tout ce qu'il faut pour se sustenter durant une soirée vidéo. Des paquets de gâteaux, quelques chips, un gros paquet de marshmallow et un énorme milk shake au chocolat. Comme ça elle n'a pas à bouger de la nuit. Son tout nouveau colocataire à quatre pattes, Oswald ou Oz pour les intimes, n'est pas là, sans doute en train d'arpenter mon appartement à faire dieu seul savait quoi.

Mais tant qu'il ne fait pas de dégats, Eva lui fiche la paix, bien qu'elle s'inquiète pour lui. Après tout ce jeune chaton n'a été que récemment sorti de sa boite en carton abandonné dans la rue le jour où elle s'était mit en tête de faire ses courses sans préparer en avance son départ et ses instincts maternelles sont en pleines effervescences.

Enfin bref, la soirée s'écoule doucement, rythmée par les épisode de sa série du moment et ses changements de positions sur son lit, tous plus étranges les unes que les autres d'ailleurs. Elle ne pense pas être faite pour s'installer comme tout le monde pendant une longue durée. La veillée a atteint son terme lorsque ses paupières se ferment d'elle même. Vers minuit, Elle éteint donc ses lumières et son ordinateur dans un sursaut de responsabilité.

Et Oz n'est toujours pas réapparu dans son champs de vision... Elle se lève, se vautrant au passage dans un carton traînant sur le sol. Eva grogne une insulte à elle même sur le fait de ranger une bonne fois pour toute ses affaires avant de se remettre sur ses pieds et de s'étirer. Elle se rend dans son salon puis dans sa cuisine à la recherche de l'animal ou tout de moins des traces de son passage.

C'est dans son bac à linge qu'elle le trouve, ronronnant comme un pacha dans son pull adoré. Soupirant, elle lui caresse la tête avant de revenir sur ses pas. Enfin de retour dans sa chambre, Eva s'écroule dans son lit toute habillée. Si la soirée a été tranquille, la journée a quant à elle été chargée de rebondissement. Elle les a enfin aperçu plus tôt dans la forêt, ces fameuses preuves de passage de loup. Mais sans grand résultat malheureusement.  C'est donc avec un bonheur non feint qu'elle se laisse glissée dans les bras de Morphée.

Evangeline se réveille en sursaut quand 'Kryptonite' des 3 Doors Down résonne à fond dans sa chambre. Encore à moitié endormie, elle tâtonne pour trouver l'objet du délit : son téléphone portable. Elle fronce les sourcils en vérifiant le numéro inconnu qui s'affiche sur mon écran. Peut être ses parents qui avait des soucis. Eva ne prends même pas la peine de réfléchir à deux fois qu'elle décroche en même temps de rouler sur le dos.

-Bonjour. Evangeline Henry.

Evangeline fronce encore plus les sourcils que précédemment lorsqu'une voix féminine lui réponds et elle lance un regard mi-ensommeillé, mi-étrange à son téléphone. Elle cligne plusieurs fois des yeux dans le vide, essayant de comprendre ce qu'on lui raconte au bout du fil.  Elle a réussi à identifier son appelant comme étant le Docteur Carteret. Et ce n'est surement pas pour ses parents, ça c'est certain. Mais Eva n'a rien compris à ce que cette charmante femme a débitée.

Une histoire d'animal sauvage, de rendez vous dans les bois pour une consultation... Et de cercle intime se basant sur les dénominations mielleuses de prénoms. Doit-elle l’appeler aussi' 'ma très chère Harleen'' comme elle le désire ? C'est une très mauvaise idée quand on y réfléchit un peu en fait. Elle ne connait rien de cette femme après tout si ce n'est qu'elle est assez bizarre va-t-on dire.  

Déjà un peu plus réveillée, Eva comprends cette fois ci que cette doctoresse a besoin de son aide. Et par le plus grand des miracles, elle a déjà enregistrer la majorité de la faune locale dans ses carnets de notes. Elle marmonne un son qui ressemble plus à «Je serai là» elle n'est pas encore à moitié endormie.

Elle raccroche et roule sur le coté, se laissant choir de son lit pour rencontrer le sol de sa chambre sans aucune douceur.  Voilà, comment elle se lève après un réveil mouvementé... Eva se met d'abord à quatre pattes, puis sur deux. Un petit tour à la salle de bain pour se passer un peu d'eau sur le visage histoire de se réveiller complètement, puis dans sa penderie pour s'habiller et la voilà prête pour affronter la journée d'aujourd'hui.

Il y a des journées qui commencent bien et qui finissent mal, parfois c'est carrément l'inverse, ou alors elles sont toutes pourries, ou au contraire extrêmement bénéfique. Evangeline ne sait pas encore comment classer cette journée qui vient de se dérouler à vue d’œil. Elle sent que quelque chose est sur le point d'arriver, une sorte de pressentiment qu'elle n'arrive pas à décrire exactement son ressenti à ce sujet. C'est une sensation bizarre, étrange, presque malsaine qui la dérange depuis ce fameux appel de ce matin.

Lors d'un détour en passant chez elle après son travail avant de se rendre à cette fameuse expertise, elle récupère quelques bricoles comme des notes qu'elle considère comme étant importante, une lampe torche, des habits plus chaud, son appareil photo et sa trousse de soin en plus de quelques affaires au cas où. Puis elle descends de son immeuble et grimpe sur son vélo où elle active les lumières avant de se mettre en route. Autant dire qu'en chemin elle ne prends pas forcement garde à respecter le sentier, coupant à travers champs. Eva arrive donc plutôt rapidement dans les sous-bois et me met en devoir de rejoindre le point de rendez vous comme la femme lui l'a précédemment indiqué au téléphone.

Elle descends de son vélo et marche à ses côtés jusqu'à rejoindre une source de lumière où se dessine une silhouette féminine derrière elle. Arrivé près de cette dame, elle se présente, espérant que c'est bel et bien la personne qui l'a demandé.    

-Bonsoir. Docteur Carteret ? Enchanté, Evangeline Henri. Salue-t-elle d'un ton froid.

Politesse du travail oblige, elle tends même une de ses mains pour saluer correctement. C'est ce que les gens habituellement font lorsqu'il se rencontre, non ? C'est du moins ce qu'elle a constaté lors de ses interactions humaines. Eva en profite même pour examiner la doctoresse, qui n'est pas habillé très chaudement pour une soirée dans les bois. Ne doit-elle pas avoir l'habitude de sortir de son laboratoire ou de son cabinet pense-t-elle.

-Vous m'avez appelez pour une expertise, exact ?

Evangeline regarde autour d'elle, constatant que c'est un endroit étrange pour une tel chose. Et surtout, qu'est ce que c'est que ces banderoles jaunes ? Pourquoi ne les avait-elle pas remarqué avant ? Est-ce vraiment une zone interdite aux citoyens et pourquoi ? Elle espère de tout cœur que c'est juste pour constater le décès étrange d'un animal sauvage ou d'un événement anormal commis par celui ci et non une scène de crime comme on en voit dans les films. Parce que, une rencontre à cette endroit ci la nuit avec une inconnue, c'est vraiment inquiétant. Même si ses collègues de travail et les gardes forestiers lui ont assurés la véracité de l’existence de cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harleen Carteret

avatar


Humeur : Rieuse × (ava : ☾☾)
Messages : 26
Points : 39
Réputation : 1
Date d'inscription : 24/10/2018

MessageSujet: Re: Come with me in the woods. {with Evangeline Henry}   Dim 11 Nov - 21:23


 
COME WITH ME IN THE WOODS. — w// @Evangeline Henry


La nuit est sombre, ce soir, et tu le sais d'avance, mais tu ne peux t'empêcher de te dire qu'au fond, c'est pour la bonne cause. Quelque chose t'échappe, dans cette drôle d'affaire, et l'on te demanda ainsi de résoudre ce mystère par le biais de ce que te diront les blessures du cadavre, et par le biais de ses propos tenus également. En tant que médecin légiste, tu avais l'habitude de passer pour une cinglée, et te promener en pleine nuit, dans les sous-bois, tout en demandant, tardivement, à une zoologiste de venir te tenir compagnie afin de faire une expertise. Quoi de plus anormal que ce rendez-vous nocturne, au milieu d'une scène de crime délimitée par la police ?

Une femme arrive près de toi, et te salue froidement ; elle se prénomme Evangeline Henry. Bingo ! te dis-tu, c'est la bonne personne. Tu te retournes vers elle, toute souriante, et heureuse de la voir enfin être ici, non pas que tu n'aimais pas ces lieux morbides, bien entendu. Tu avais toujours trouvé les endroits glauques fort intéressants, notamment pour les crimes qui s'y déroulaient, et les cadavres qui en revenaient avaient toujours beaucoup de choses à dire. « Oh, chérie, appelle-moi Harleen. Ravie de te rencontrer, Evangeline ! » lui disais-tu chaleureusement. Tandis qu'elle te semble plus professionnelle que toi vis-à-vis du protocole de politesse, tu préfères délaisser ce côté trop glacial, et privilégier la chaleur à la froideur humaine. Il fait trop froid, de toute manière. Evangeline te demande alors si tu l'avais appelé pour une expertise, et tu lui souris en entendant cela. Exactement. Une expertise. Tu lui fais signe de s'approcher, et de dépasser la restriction de passage indiquée par les rubans jaunes. « C'est exact. J'ai un cadavre chez moi —enfin, pas chez moi, mais sur mon lieu de domicile. Mon cadavre a été retrouvé juste ici, et il me faut trouver le coupable à cette énigme peu amusante. Je me suis donc dépêchée de me rendre ici, et je t'ai appelé pour que tu puisses m'apporter l'entièreté de tes connaissances sur les bêtes. En gros, tu collabores avec un médecin légiste, en pleine nuit, sans savoir ce qui t'attends. C'est ce qu'il y a de plus excitant, tu trouves pas ? » rigolais-tu. Quel intérêt à te retrouver ici, avec de la compagnie ? Justement. Tu n'étais pas toute seule, au moins. Tu la regardes ensuite, la détailles, et lui dis : « Je ne t'ai pas dérangé, rassure-moi ? Je veux dire, si tu étais avec ton petit-ami, ton fiancé, ton mari, ton amant, ou que sais-je, dis-le-moi, comme ça, la prochaine fois je t'enverrai d'abord un message pour te signaler que j'aurai potentiellement besoin de ton aide. Et puis, si tu étais toute seule ce soir, dis-toi que maintenant, tu as une compagnie très intéressante ! » Plus narcissique, tu meurs.



   
Take me to church
I tell myself you don't mean a thing, And what we got, got no hold on me But when you're not there I just crumble I tell myself I don't care that much, But I feel like I die 'til I feel your touch

©Beylin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Come with me in the woods. {with Evangeline Henry}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mouchoirs Hypoallergéniques. [SOMA, KIARA, EVANGELINE]
» Arrived at Mahora ! { Evangeline Mac. Dowell }
» Blair Woods [validée]
» Evangeline AK McDowell
» ~ Evangeline ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Les sous-bois-
Sauter vers: