AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 O'majide mukatsuku ! ¤ [Tobias]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shinomi Amemiya

avatar


Messages : 63
Points : 76
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/10/2018
Age : 28

MessageSujet: O'majide mukatsuku ! ¤ [Tobias]   Mer 31 Oct - 0:39

La journée avait pourtant si bien commencé. Le beau temps, le café délicieux, les petits gâteaux de la veille et surtout l'humeur agréable des élèves. Malheureusement, le reste de la journée fut instantanément bouleversé par quelque chose de terrible. La première heure de cours, cela allait, la deuxième, je commençais à me poser des questions. Quant aux autres heures de cours, là franchement j'étais vraiment énervée. Et moi, quand on m'énerve, il vaut mieux fuir et... Eeeeh~ ? Pourquoi d'ailleurs ? J-Je ne m'en souviens plus trop... C'est étrange. Bon je ne suis pas si violente que cela, du moins je crois... Mais en tout cas, je sais que je peux avoir du mordant et un vocabulaire fleuri, ainsi qu'un comportement tout ce qui est contraire à la beauté d'une femme.

En effet, j'étais agacée, frustrée, j'avais l'impression de travailler pour rien, d'avoir fais des études pour que dalle, d'avoir appris une langue on se demande bien pourquoi. J'avais la sensation de ne pas trouver ma place dans ce pays, dans ce lycée. Ces cancres, ces professeurs abjectes. Pourquoi est-ce que je suis si passionnée alors que tout le monde s'en moque juste tout bonnement ? Voilà, le fait est que dès la première heure de cours, certains de mes élèves m'ont reporté des heures de colle interminables avec un autre enseignant, ce qui les avait empêché dans la semaine dernière, de faire correctement leurs devoirs. Cela arrive à tout le monde et sur le coup, je mettais cela sur le dos des élèves en leur rabâchant qu'ils n'avaient qu'à avoir un comportement exemplaire et que cela ne les aurait point empêché de travailler. Mais lorsque j'ai constaté que ce n'était ni un petit groupe d'élève, ni la même classe et encore plus dans toute la journée que l'on me reportait les mêmes fais.... Comment dire ?! Ils se foutent de moi ? J'ai cru à un complot sur le moment, mais non, ils avaient bien la preuve de ne pas avoir pu bosser : cette heure de colle était bien spécifiée sur une feuille.

Ces petits papiers possédaient tous la même signature et la même écriture. Professeur Rapier Tobias. Je ne connais pas encore cette personne, et j'avoue qu'elle m'intimide un peu... Ou plutôt ce n'est pas le seul professeur avec qui je n'ai encore jamais parlé, mais tout de même, j'ai un peu plus de mal avec lui et j'ignore pourquoi. Cela dit, je devais aller le voir immédiatement ! Ce comportement de coller n'importe qui, n'importe quand, durant des heures indéterminées et surtout d'empêcher ces cervelles vides de travailler, je trouve cela tout bonnement inadmissible !

La dernière sonnerie a retenti dans l'école lorsque j'ai croisé cette personne dans les couloirs. S'apprêtait-il déjà à rentrer chez lui malgré tout le calvaire qu'il me faisait subir ? Je trottinais dans sa direction avec des feuilles serrées entre mon bras et ma poitrine.


- Professeur Lapi... Rapièru ...? Professeur Rapier ! Avais-je essayé avec mon accent définitivement hors de contrôle. Attendez moi. J'ai à vous parler en privé.

Je m'arrêtais face à lui, il fallait maintenant que je venais de le coincer, lui donner matière à rester et surtout lui bloquer le passage.

- J'ai un gros problème, il faut que vous m'aidiez, m'accorderiez-vous cinq minutes ? Subterfuge grossier, mais tant pis, ai-je vraiment le choix ? Je continuais de lui barrer la route au cas où il prendrait la fuite. C'est à propos d'élèves que nous avons en commun, j'ai un gros soucis avec certains d'entre eux. Je ne peux régler ce problème avec personne d'autre que vous sinon le directeur de cet établissement, je suppose que vous ne voulez pas en arriver là. N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Rapier

avatar


Humeur : Mentalement au top !
Messages : 306
Points : 317
Réputation : 33

Date d'inscription : 28/02/2018
Age : 28
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque

MessageSujet: Re: O'majide mukatsuku ! ¤ [Tobias]   Mer 31 Oct - 19:05

Tobias Rapier & Shinomi Amemiya


O'majide mukatsuku !



Son emploi du temps est passé de bien rempli à surchargé; Le départ du norvégien en étant la principale raison. Plutôt que de lui trouver un remplaçant, l'administration du lycée à préféré distribuer ses classes aux autres professeurs de littérature. Ce qui implique plus de copies, plus de migraines et plus de cigarettes dans le cas de Tobias. Les examens approchent, et avec eux les cours s'intensifient, demandant aux jeunes gens plus de rigueur dans leur travail. Les sanctions s'enchaînent, tentatives souvent inutiles pour asseoir son autorité auprès les lycéens. Ceux qui commencent à fréquenter sa salle de classe n'apprécient pas son caractère et non pas encore forgé cet instinct qui normalement devraient les empêcher de venir lui tenir tête.

Monsieur Hale, l'autre professeur de littérature ne semble pas avoir ce soucis, et l'anglais finirait presque par se demander s'il utilise la bonne méthode avec les têtes blondes qui viennent s'échouer das sa classe. Mais les notes remontent, preuve directe que sa sévérité fini toujours par payer. Même si certaines bouches laissent s'échapper des mots qui ne devraient pas être prononcés par de si jeunes adultes, il est assez content du travail qu'il abat dans ce lycée.

Une pile de sujets pour le prochain devoir des élèves de seconde dans les bras, il sort de la salle des professeurs quasiment vide, suivant le chemin qui le guide vers sa classe. Les couloirs sont presque dénués de vie à cette heure-ci, seul le concierge le salue, souriant comme à son habitude lorsqu'il passe près de lui. Un sourire crispé aux lèvres, il lui rend cette politesse avec le nombre minimal de mots qu'il est capable de prononcer quand sa dernière bouffée de nicotine remonte à aussi longtemps. Plus que sa sacoche à récupérer, ainsi que les copies des trois classe qu'il doit corriger dans les deux jours à venir et il pourra rentrer chez lui. Il reste une part de moussaka au réfrigérateur, et il va pouvoir travailler calmement avant de sortir pour aller au Pink boire un verre en bonne compagnie. Il n'ose pas proposer une nouvelle sortie à l'extérieur a Wesley, un peu échaudé par ce rendez vous qui ne s'est pas du tout passé de la façon qu'il avait prévue. Même si cet instant n'est pas un mauvais souvenir, ce qui s'est passé ce soir là, l'a un peu perturbé. Il se contente a présent de passer le matin à la librairie quand il en a le temps, ou le midi pour partager son repas avec le blond.  Toujours armé de son sourire énamouré et d'une rose couleur sang.

Il ralenti son rythme en entendant une voix à l'accent épouvantable s'adresser à lui en écorchant son nom de famille pourtant simple à prononcer. Il accepte de marquer un temps d'arrêt lorsqu'on lui demande et en reconnaissant la jeune femme au physique enfantin et pourtant fort bien avantageux qui enseigne les mathématiques depuis peu de temps.

Les mathématiques, torture de l'esprit dans toute sa splendeur. Même lui qui en connait pourtant un rayon sur ce sujet, ne comprend pas comment on peut en arriver à vouloir enseigner cette matière soporifique. L'asiatique dont il n'a pas prit la peine d'apprendre le nom se poste devant lui, feuilles serrées contre le buste comme si quelqu'un allait tenter de venir lui voler. Drôle d'idée que cette dernière, il doute que les élèves soit fanatiques de équations à ce point, hormis la jeune  mademoiselle Martin il n'a pas l'impression que beaucoup de lycéens apprécient les rangées de chiffres et de signes occultes.

Il fixe la jeune femme d'un air suspicieux, hochant la tête quand elle lui demande de lui accorder cinq minutes. Oui c'est en effet dans l'ordre du possible, même si passer du temps avec une collègue aussi charmante soit elle, n'est pas prévu dans le petit programme qu'il s'est concocté. Et puisque fait elle, pourquoi reste elle figée devant lui de cette façon ?  Son visage reste impassible alors que la jeune femme commence à parler d'un soucis, même s'il ne comprend pas en quoi ce dernier le concerne. C'est la mention du directeur de l'établissement qui lui fait froncer les sourcils. Cet personne ne l'apprécie guère et s'il a fait une erreur, il vaut mieux qu'il gère la chose seul avant que tout cela ne lui cause de nouveaux ennuis.

Son regard glisse une nouvelle fois sur la jeune femme, puis il ouvre la bouche, son visage à nouveau figé dans un froideur complètement maîtrisée.

-Suivez moi mademoiselle, ma classe n'est pas loin et me semble plus indiquée que le couloir pour discuter de ce qui vous cause du soucis.

Il ne perd pas de temps à lui tourner le dos, ses pieds montrant la voie sur les quelques mètres qui le séparent de son sanctuaire. Il cale ses copies entre son bras gauche et son flanc, alors que sa main droite part chercher ses clefs dans sa poche de pantalon pour ouvrir la porte sans perdre de temps. Il franchit le seuil, tenant la porte pour laisse la jeune femme derrière eux avant de la refermer.

-Vous devriez vous installer et me donner la raison de cette entrevue.

Il est déjà de retour près de son bureau, attendant que la jeune femme soit installée, pour prendre lui aussi place sur sa chaise. Il se penche, ouvrant le dernier tiroir de son bureau pour en sortir deux tasses de porcelaine blanche et un thermos.

-Si vous venez me voir, c'est que j'ai fait moi même une chose qui vous déplaît. Je ne vois pas ce qui pourrait vous donner envie de venir me parler de vos problèmes, sachant qu'ici on m'évite comme la peste. Du thé ?

©️clever love.


HRP:
 



+ Whiskey is my tears
Tout homme peut sombrer, il suffit de toucher son point faible pour l'y aider. Sortir de cette folie est au contraire une chose bien moins aisée. ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinomi Amemiya

avatar


Messages : 63
Points : 76
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/10/2018
Age : 28

MessageSujet: Re: O'majide mukatsuku ! ¤ [Tobias]   Mer 31 Oct - 22:15

L'homme prenait la sage décision d'accepter de me recevoir en privé, ainsi que de me conduire à sa classe. Toutefois, je détestais la manière hautaine dont il me fixait, cette façon trop audacieuse de dire par le regard qu'il n'avait pas plus de temps à perdre avec moi qu'avec les autres. Ou bien extrapolais-je sans doute. Chiotte, j'ai une boule au ventre qui se crée et me fait légèrement crisper mes lèvres. Je ne mettais pas bien longtemps avant de constater que c'était lui qui me mettait mal à l'aise beaucoup plus que de raison.

Cependant je le suivais silencieusement jusqu'à notre point de rendez-vous de dernière seconde. Heureusement qu'il marchait devant, ainsi il ne verrait pas que je me frottais légèrement le ventre d'une main plate. Serait-ce le yakisoba-pan que je me suis improvisée à ma pauvre pause déjeuner ? Pourtant le goût chili était plus doux que d'habitude, mais j'ai la sensation de ne plus supporter le moindre piment qui me crée des aigreurs d'estomac depuis quelques temps. Il ouvrait sa porte et me laissait entrer, aussitôt je lâchais mon ventre en me ressaisissant, avant qu'il ne suive et ne referme la porte derrière lui.

Il m'indiquait de m'asseoir mais je restais debout contrairement à lui qui agissait de manière sereine à sortir deux tasses, et à me proposer du thé. J'étais un peu surprise, mais malheureusement un thé ne parviendra pas à calmer ni mes nerfs, ni mes aigreurs d'estomac.


- Non merci. Restais-je polie tout en déposant mes fiches sur son bureau. Je vous laisse jeter un œil à ce devoir maison de plusieurs de mes classes. Cette douzaine d'étudiants est venue me voir en début de chaque cours afin de s'excuser de ne pas avoir rempli ce devoir par votre faute. Ces jeunes personnes assuraient avoir eu des heures de colle interminables. Franchement, un élève cela passerait et si ce n'était qu'une fois, je me contenterais juste de les envoyer paître pour leur comportement. Mais plus d'une douzaine en une journée, je trouve cela inquiétant. M'expliquais-je encore calmement.

Je marquais une pause certaine avant de lui poser une question qui me fit devenir légèrement brusque dans ma façon de parler.
Loin de moi l'envie de remettre en cause votre diplôme. Ne croyez-vous pas que vous avez la main trop lourde sur les heures de colle ? Cela vous fait peut-être prendre votre pied mais lorsqu'il s'agit d'éducation, je préfère... personnellement... qu'un élève passe son temps à étudier plutôt qu'à soupirer en méprisant une horloge et un professeur. Un goût d'acidité remontait dans ma gorge pendant que je parlais et me fit tourner le dos en prétextant faire les cent pas d'agacement.

C'est fini, je ne mangerais plus jamais de chili de ma vie, j'avais la sensation que d'une minute à l'autre, j'allais vomir, il fallait que je calme mes nerfs et encore j'étais bien gentille avec lui pour le moment. Courtoise, polie, respectueuse... je me retenais bien trop et j'ignorais pourquoi je bouillonnais autant à l'intérieur, comme une envie de lui exploser une table en plein visage. Mais je ne me doutais pas un seul instant que j'allais sans doute perdre toute son attention face à mes propos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Rapier

avatar


Humeur : Mentalement au top !
Messages : 306
Points : 317
Réputation : 33

Date d'inscription : 28/02/2018
Age : 28
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque

MessageSujet: Re: O'majide mukatsuku ! ¤ [Tobias]   Mar 6 Nov - 15:11

Tobias Rapier & Shinomi Amemiya


O'majide mukatsuku !



Elle ne semble pas aimer le thé, ou ne pas aimer Tobias tout simplement. Cela ne va pas l'empêcher de dormir, et au pire cette jeune femme à de l'audace ce qui fait d'elle un intéressant personnage. Agaçant, mais au moins sa tête alors qu'elle commence à se plaindre est des plus distrayantes. Il se sert une tasse de thé, qui bien qu'il soit devenu froid au cours de la journée devrait avoir conservé un bon goût. En face de lui, le moineau asiatique prend son bureau d’assault, posant fiches, devoirs et son mécontentement sur le meuble de bois.

Les heures de colles, un des seuls moyens légaux qu'il ait à sa disposition pour asseoir son autorité face à ses élèves, et elle tente de lui retirer ça ? Outre le fait d'apprécier la vue de leurs visages défaits lorsqu'il annonce la sentence, c'est aussi une excellente façon de les faire travailler sur leurs cours tout en étant punis. Il n'a de jamais interdit à ses élèves de finir leur devoirs pour les autres cours durant ces instants. Au contraire, il encourage même fortement les enfants à se tenir à jour dans leurs travaux à rendre, proposant son aide en cas de besoin. Le rictus amusé qui a fait son apparition sur son visage fond comme neige au soleil quand la demoiselle se met à critiquer clairement ses méthodes éducatives. Et le simple fait qu'elle parle de remettre en cause son diplôme, même si ce n'est pas là son intention a le don de le mettre hors de lui.

Ses sourcils se froncent alors qu'il jauge la femme du regard tandis qu'elle fait les cent pas. Elle se fait berner par les élèves et trouve le moyen de lui reprocher ses méthodes ? Il se farcit double charge de travail, ne lâchant aucun mot malencontreux à ce sujet pour ne pas créer de conflit avec la direction, et miss Japon vient le voir pour lui bassiner les oreilles avec ces leçons de morale. Le dernier à avoir fait ça a bien faille se prendre un coup. Pourtant les paroles de Teniala avaient eu plus de résonance dans son esprit que les plaintes et conseils mal avisés de la brune face à lui.

Il boit une gorgée de thé, avant d'ouvrir la bouche, ses dents se dévoilant derrière le sourire cruel qui est né sur son visage.

-Vous vous êtes faite embobiner par les enfants. Je les encourage à faire leur travail scolaire durant les heures de détention. Ou des travaux dans le lycée quand les sanctions se répètent trop souvent.

Il profite de ce moment, le sourire défait de la jeune femme qui comprend qu'elle s'est faite berner par ses élèves. Elle ouvre la bouche prête à rétorquer, mais il se dépêche de la faire taire en levant la main pour lui faire comprendre que ce n'est pas le moment de le couper dans ses explications.

-Mes méthodes peuvent vous sembler dures, mais elles fonctionnent. La preuve en est du fait qu'aucun de mes élèves ne s'amuse à me prendre pour une truffe.

Il la laisse s'égosiller, complètement perméable aux remontrances qu'elle est en train de lui faire. Il se contente de sortir son carnet de sanctions, cherchant les noms qui l'intéressent. Puis il déchire les talons correspondants avant de les poser sur le bureau, face à la jeune femme.

-Lahey. Anderson. Collés pour bavardages nuisant au bon fonctionnement de la classe. Deux heures chacun. Pourtant je sais qu'ils vous ont rendu leurs devoirs car j'ai vu Isaac s'arracher les cheveux dessus hier. J'ai aussi vu que vous écriviez "Mathématiques" sans la lettre "s".

Il reprend sa tasse,  avalant une longue gorgée de son contenu avant de lâcher d'une voix moqueuse.

-Mais loin de moi l'envie de remettre en question vos diplômes.
©️clever love.



+ Whiskey is my tears
Tout homme peut sombrer, il suffit de toucher son point faible pour l'y aider. Sortir de cette folie est au contraire une chose bien moins aisée. ©️ sensitive


Dernière édition par Tobias Rapier le Lun 12 Nov - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinomi Amemiya

avatar


Messages : 63
Points : 76
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/10/2018
Age : 28

MessageSujet: Re: O'majide mukatsuku ! ¤ [Tobias]   Mer 7 Nov - 3:23

C'est étrange, il m'a paru durant un instant qu'il se servait du thé froid. Il fait ce qu'il veut, c'est son corps. Personnellement je préfère le thé lorsqu'il est à très bonne température, le sien a une belle odeur, froide, mais ce n'était pas pour m'attirer. J'en connaissais de meilleurs, même s'ils coûtaient très cher. Cela ne serait pas de bonnes manières de critiquer sa manière de se faire du thé, aussi me souvenais-je de mes propres propos précédents. J'ai peut-être été une garce sur le moment, je n'en sais rien. Mais partie comme j'étais, je n'allais pas me faire écraser, s'il ne comprenait pas où je voulais en venir. Et j'allais en placer une lorsqu'il m'en empêcha, très bien, continues, je suis toute ouïe. Malgré son sourire agaçant, j'en convenais au moins de l'écouter poliment, ce que lui ne faisait pas forcément.

Il m'annonçait que je m'étais faite rouler par les gosses, que ses méthodes fonctionnaient, qu'il encourageait les gamins à faire leurs devoirs durant leurs heures de retenues et qu'on ne le prenait pas pour une truffe... hah ? Kinoko ? Qu'est-ce qu'il aurait à voir avec un champignon ? Il n'a pourtant pas la coupe au bol comme cet idiot de Fukunaga dans le dorama Liar Game... Je m'égarais en fixant ses cheveux d'une coupe plus basique et plus belle qu'un champignon. Je ne comprenais pas où il voulait en venir.

Je ne sais pas ce qu'il m'a prit, mais j'ai frappé d'une main plate la table, d'un regard plus qu'agacé. Lui me prenait pour une idiote. Aussi avais-je décidé de croire les plus insistants de mes élèves. Lahey était une chose, même si c'est une bille en maths. Et qu'est-ce qu'il raconte ? Serait-il en train de me dire que je ne sais pas écrire leur langue ? Il me renvoyait la conversation des diplômes comme une provocation. Je ne répondrais pas à celle-ci, j'ai plus d'éducation qu'il ne le croie, et j'essayais de rester très soft, ainsi qu'un minimum professionnelle. Je ne suis pas une gamine !


- Pourtant certains m'ont bien assuré qu'il n'avaient rien pu faire durant vos heures interminables de colle ! Qu'ils n'avaient jamais pu sortir de cette retenue interminable et qu'ils étaient restés coincés jusqu'à très tard au lycée. Par votre faute ! Une raison à cela ?! Ou bien je me fais encore rouler ? Je ne comptais pas en parler mais puisque vous m'y forcez, j'en ai vu l'autre soir, des élèves sortir énervés juste avant la fermeture du lycée. Il me semble que vous y étiez aussi.

Il m'énerve, il m'agace,... je préférais lui tourner le dos une seconde, me retenir à une table car mon mal de ventre revenait plus fort. Je l'attrapais d'une main en soupirant. Ce n'est pas le bon moment de devoir aller aux toilettes. Il fuirait sans doute comme un gamin qui s'en laverait les mains. Allez calme toi Shinomi, calme... Ce n'est qu'un petit merdeux, il n'en vaut pas la peine. Les yeux fermés et la tête baissée, j'essayais de me calmer. J'ai senti les murs vibrer d'un grondement très grave, j'ai aussi entendu l'une des tasses sautiller... mais... c'est bizarre... Tout cela n'a duré que deux secondes à peine. La secousse quant à elle était vraiment très légère. Moi qui ai l'habitude des secousses japonaises, il me semble étrange que ce pays soit aussi touché, surtout dans cet État.

Je me retournais plus calme et perplexe. L'envie de m'en prendre à lui m'était passée, enfin si tant est qu'il ne veuille pas encore me faire tourner en bourrique... Ce ne serait pas le bon moment de s'engueuler avec un collègue si un tremblement de terre avait lieu. J'espérais que lui aussi soit plus enclin à une conversation plus soft. Je n'aime pas avoir recours à des insultes dans ce genre de situation et j'espère qu'il ne me forcera pas à devenir désobligeante.


- Vous avez senti ? Lui demandais-je, sans me souvenir ni me douter un seul instant de la cause qui aurait pu provoquer cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Rapier

avatar


Humeur : Mentalement au top !
Messages : 306
Points : 317
Réputation : 33

Date d'inscription : 28/02/2018
Age : 28
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque

MessageSujet: Re: O'majide mukatsuku ! ¤ [Tobias]   Lun 12 Nov - 11:06

Tobias Rapier & Shinomi Amemiya


O'majide mukatsuku !



La main de la jeune femme cogne le bureau, visiblement elle est mécontente à l'idée d'être mise face à son impuissance avec à ces élèves. Bon le fait qu'il vienne de la charrier avec une sympathie toute relative sur l'orthographe joue peut être sur sa colère. Il la provoque, et prend un vrai plaisir à le faire, tout à fait conscient qu'il ne sera pas le premier à hausser la voix. Ce serait gaspiller son temps et son énergie, et surtout il n'en voit pas l’intérêt.

Elle ouvre la bouche, continuant à déblatérer sur les heures de colle et les élèves qui n'ont pas pu rendre leur devoir. Visiblement elle n'a pas compris que le soucis ne venait pas de lui, mais des enfants eux mêmes, sans doute peu motivés à l'idée de travailler leurs mathématiques, et amusés par le fait de faire tourner en bourrique la petite nouvelle. Dur de les juger pour leur comportement, en effet étudier une matière à l'utilité très limitée n'est pas une chose très motivante. Faire en sorte que la jeune femme aille seule se ridiculiser face à un des professeurs les plus froids du lycée est bien plus drôle. Il soupire, fatigué par cette conversation sans intérêt qui s'éternise. Les élèves n'aiment pas les heures de colle, logique qu'ils quittent le lycée énervés après une détention.

Il ouvre la bouche, prêt a lui dire de sortir de sa classe, mais il se stoppe, fixant la jeune femme qui ne semble pas au mieux de sa forme. Il repousse sa tasse, avant de se lever. Si elle vomit dans sa classe il va devoir nettoyer par lui même ou aller chercher le concierge pour qu'il le fasse. Concierge charmant, mais actuellement en instance de divorce qui va lui parler de sa femme, généralement comparée au diable ou à des sangsues. Il n'a pas envie de revivre ça, et fait un pas vers la jeune femme, s’apprêtant à l'aider quand les murs se mettent à trembler. C'est court et léger, mais le son des tasses qui dansent la gigue sur le bureau lui confirment que ce n'est pas juste une hallucination. La Californie et la joie des plaques tectoniques. Un phénomène courant, même si c'est la première fois que cela arrive depuis qu'il est venu vivre à Beacon Hills. Il grogne une réponse mal-aimable à l'asiatique lorsqu'elle pose une question dont la stupidité n'a d'égale que la personne qui vient de la poser.

-Bien sûr que j'ai senti. C'est plutôt courant en Californie. Nous sommes près d'une jonction de plaques, tout le monde sait ça.

Tout le monde sauf Miss Japon s'il se fie à son regard hébété. Un commentaire acerbe lui brûle le bout de la langue, pourtant il se retient de lâcher le fond de sa pensée. Son inquiétude reprend le dessus et il fixe la brune avant de continuer.

-Vous n'avez pas l'air bien, vous devriez rentrer chez vous.

L'état de santé de la jeune femme est une bonne excuse pour lui faire quitter sa classe au plus vite. Au moins il ne passe pas pour un sale type et même pour quelqu'un de presque attentionné. Quand elle lui dit qu'elle va mieux, il fait en sorte de ne pas laisser sa déception transparaître sur son visage. L'art de ne pas passer pour un fumier. Il inspire calmement, se contrôlant du mieux qu'il le peut avant de continuer, enfonçant le clou, tâchant de mieux choisir ses mots pour cette fois être enfin compris par la chose féminine qui est venue encombrer son espace personnel.

-Vous devriez tout de même partir. Dites à vos élèves que vous m'avez parlé, ils sauront que leurs petits mensonges ont été éventés. Et ils vous respecteront un peu plus, car le simple fait que vous ayez eu le culot de venir me voir pour me conseiller sur ma façon de faire signifie que vous en avez dans le pantalon.

Il fixe la jeune femme, cherchant dans son regard un éclair de compréhension, avant de finalement se résoudre à se faire plus clair quand il accepte l'idée de ne rien y trouver à part de la colère et la vide intersidéral. Il se penche près d'elle avant de continuer.

-Je parle de testicules, c'est métaphorique bien sûr. Votre carrure étant trop fine pour que vous soyez un homme.

Sans perdre de temps avec les dires de la jeune femme soudainement choquée par ce qu'il vient de sous entendre, il s'éloigne, ouvre la porte de sa classe avant de se placer de façon à montrer la sortie sans avoir l'air insultant. La prochaine fois qu'un de ses collègues vient le voir pour parler d'un soucis, il l'enverra directement dans le bureau du directeur. Il pense à ses cigarettes qui l'attendent bien sagement dans sa voiture, et évite de compter mentalement le temps écoulé depuis sa dernière bouffée de nicotine. Si cette femme continue à se mettre en lui et le paquet de Dunhill rangé dans sa boite à gants, il va devoir passer de courtois à vindicatif.
©️clever love.



+ Whiskey is my tears
Tout homme peut sombrer, il suffit de toucher son point faible pour l'y aider. Sortir de cette folie est au contraire une chose bien moins aisée. ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
O'majide mukatsuku ! ¤ [Tobias]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» père Tobias
» Mais c'est qui Père Tobias en fait ?
» Je blablate, tu blablates, il blablate ... (39eme edition)
» Qui a dit qu'une femme ne pouvait pas se défendre [PV: Tobias Grant]
» tobias ≡ every step you take.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Quelque part dans le lycée-
Sauter vers: