AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Badges


Classement au
13 avril 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Andy Turing



Classement au
30 mars 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Arizona Blake



Classement au
16 mars 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Amadeï Caïmbeul



Classement au
2 mars 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Wesley Beaumont

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro



Classement au
16 février 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Vicky Anderson

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
2 février 2019

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez
 

 Bad blood [Pv Mick]

Aller en bas 
AuteurMessage
Therence Garnet

Therence Garnet

Bad blood [Pv Mick] Symbol24
Alias : The Rebel
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Effronté
Messages : 1013
Points : 1198
Réputation : 189
Date d'inscription : 27/12/2014
Bad blood [Pv Mick] Embrou11

Bad blood [Pv Mick] Empty
MessageSujet: Bad blood [Pv Mick]   Bad blood [Pv Mick] EmptyJeu 1 Nov - 14:00



Look what you made me do


Je respire à plein poumon les effluves d'humus et la fraicheur de fin de soirée qu'une bourrasque m'amène, dévoilant mon visage à la pommette colorée en s'engouffrant dans ma capuche. La vallée s'étend à mes pieds, baignée dans l'atmosphère orangeâtre du soleil déclinant et les ombres grandissantes des collines qui la couronne. La vue est superbe perché sur ce promontoire. C'est l'emplacement idéal pour qu'un roi érige son domaine.  

Je comprend pourquoi Wilder et son vairon ont décidés d'y établir leur nid.

Je tourne le dos à la falaise balader mon regard sur les fondations qui émergent du sol en ramenant sur mon épaule une barre de métal et en resserrant les doigts autour d'une bombe de peinture rouge.

"Navré pour ta tête Therence. Ce n'était pas équitable comme combat."

Un sourire mauvais point dans l'ombre de ma capuche. T'as raison, l'architecte. J'aurais du frapper là où ça fait mal, et où la guérison ne se fera pas par elle-même et sans en payer le prix.

Le phare d'un engin de construction éclate sous l'impact de la barre. Le boulot terminé, les chantiers sont décidément bien mal gardés. C'est d'autant plus facile de ne pas se faire repérer dans un endroit reculé comme celui-là.

Les sourires narquois de Wilder me hérisse. Du jour, dès l'instant où nos regards se sont croisés aux derniers mots qu'il m'a lâché en quittant le Pink après m'avoir mis au tapis, le jeune lycan n'a jamais eu que du mépris à mon égard.

Je ne supporte pas la façon qu'il a eu de se prendre pour un prince et de tenir tête à Amaro. "Nous avons un contrat. Nous allons nous y tenir toi et moi." Je rage! Le Nombre de la Bête avec lequel il l'avait menacé avait salement fait réagir le parrain, et ce n'est pas tolérable.

Je m'y reprend à deux fois pour faire éclater ce maudit pare brise, trop résistant, et j'envoie valser un retro-viseur dans un home-run mémorable.

J'ai fait le deuil d'une mère, je ferais le deuil d'un amant. J'ai arrêté de pleuré après Adriann depuis le soir de la bagarre, peut-être parce que je ne suis pas seul, que je ne l'étais déjà pas quand il était encore parmi nous. Mais convenir que ma relation au wendigo était voué à l'échec et pouvoir compter sur le soutient d'Alessandro ne tarit pas tout le mépris que Chad à toujours eu pour cette relation, l'allemand qu'il présentait comme étant son partenaire et moi-même.

Je donne un coup de pied dans un empilement de tuyauterie. L'ensemble dégringole, manquant de m'emporter avec.

Wilder a des crocs et des griffes et guérit en un temps record. Wilder est un loup alors il se croit au dessus de tout! Je veux lui faire voir qu'on ne plaisante pas avec les humains...

J'appuie sur le pressoir et un jet vaporeux et sanguin macule un block de parpaing au grès d'une chorégraphie vengeresse.

GET OUT

Celle-ci c'est pour Adriann. C'est lui qui aurait du disparaître à sa place.

Un retro viseur file majestueusement dans les airs par delà le vide qui sous-plombe le chantier.  

Ça, c'est pour la raclée qu'il m'a mise.

Je graffe le visage d'un diable au rictus désapprobateur suivit de trois vifs 6 éparpillés de part et d'autre.

Celle-là parce que personne ne tient Alessandro en laisse!

Et le reste, c'est pour ses airs hautain qu'il ne m'épargne jamais!

Je reprend mon souffle, perché sur le toit de la pelleteuse. J’atterris à pied joint sur le bras motorisé, sors mon canif, et d'un geste féroce, lève haut le poing et l’abat sur la taule. La lame perce, et les doigts cramponnés autour de l'objet, je raille péniblement la toile d'un seul mouvement, une ronde croissante, un cri strident. Mon bras suit sa dernière ligne dans les airs lorsque je retire la pointe, me faisant reculer maladroitement dans l'élan. Mon déchaînement me grise, mais je reste assez lucide pour pleinement admirer mon œuvre avant de déguerpir et qu'on ne me surprenne sur les lieux.

Ci et là sur les engins et le matériel entreposé, des représentations grossières de virilités, des noms d'oiseaux, des phares éclatés, des rétros manquants, un pare brise brisé. Et sur le flanc de la pelleteuse, une cicatrice maladroite mais furieuse.
Un tortillon qui pourrait rappeler un chiffre diabolique.

Une spirale vengeresse.

Une signature.


Le "G " de Garnet.


* * *


-Dis moi, Alessandro. Ta rouquine. Elle est du genre à s'amuser? demande-je en lorgnant vers le déhanché naturel de la jeune barmaid.

Je crois que l'italien a arrêté de sonder mes états-d'âmes depuis le soir où je me suis épanché sur son comptoir pour un amour perdu avant de finir l’œil au beurre noir et blottis dans ses bras. Le sur-lendemain que je suis revenu d'une nuit un peu éméché et qu'il m'avait fallut répondre à un de ces regards d'ange gardien de l'ombre qui cherche dans une acte ou une parole un signe de mal-être, je lui avais annoncé, le sourire béat et goguenard :  "Tu sais le diction qui dit "Une de perdue, dix de retrouver"? Et bien la fête d'hier à sacrément dérapé...". Ça aurait pu être les paroles désespéré d'un célibataire meurtrie. Le loup mieux que personne pouvait-être sûr que ça ne l'était pas. Pas au petit sourire reconnaissant que je posais sur lui en conclusion.

Je n'ai pas seulement confié un corps et une âme blessés à Alessandro cette nuit là. C'est vers mon cœur que j'avais guidé sa main.

Mais pour faire définitivement mon deuil, il me restait une chose à faire. Et je le fête ce soir en compagnie de mon patron de bar, parrain et professeur d'arme favoris! Même s'il n'en a pas conscience, et heureusement.

-Et ton chanteur? Toujours en contact avec ton ancien serveur? lorgné-je maintenant vers l'autre bout du comptoir où le showman sirote sagement en attendant de monter sur l'estrade. Je tenterais bien ma chance. Avec la rouquine ET le chanteur, je veux dire. On ferais un plan à trois...

Je lève les yeux sur l'italien, examinateur, et laisse flotter un sourire.

-... A quatre?

-C'est l'heure du couvre feu, Therencio.

-Ne me traite pas comme un bambino. J'ai plus l'âge des couvre feu.

-Giustamente si. File avant que je ne réclame ta carte d'identité.

Tsss. Je paie ma consommation, prend ma veste, et m'en vais en déposant une cartouche de cigarette vide dans les pattes d'Aless. A l'intérieur j'ai laissé autant de billets qu'il me paraissait nécessaire et un simple petit mot : "Besoin d'un deuxième chargeur". Ça me permet d’enchaîner les tirs sans me retrouver handicapé à recharger manuellement comme ça avait été le cas aux égouts.
Le chant envoûteur du rossignol fait doucement taire la salle quand la porte se referme derrière moi. Comme si une voix pouvait-être trop érotique pour mes oreilles de pas-tout-à-fait-majeur...

Il est trop tôt pour rentrer. J'enfourche ma moto et m'élance à travers les rues de Beacon Hills, direction un endroit où terminer ma soirée avec de la compagnie et de l'alcool à la clef.


* * *


Comment ça, la rave est annulé?... Je laisse la Harley sur un terrain devenu le parking improvisé des fêtards habituels et m'engouffre entre les arbres en rangeant mon portable, une bouteille de vodka à la main. Le patron de bar réglo plus que le padre refuse de me servir de l'alcool à son comptoir, hors exception, alors je biberonne en dehors du Pink. Je me dis qu'il ne me reprochera jamais ça : il a été jeune et humain, lui aussi.

J'arrive à l'orée du lac, là ou la végétation marque une dense frontière avec la berge dénudée. Je remue du menton faire osciller ma cigarette de bas en haut en grommelant à la vue d'une silhouette plantée devant l'étendu d'eau. Silhouette familière. Trop familière... Dite moi que je rêve...

Je reste dissimulé dans les feuillage à observer le vairon. Il fallait que je tombe sur lui ce soir. De quoi bien boucler ma soirée! Je reste tapis, discret, en guettant la présence de sa moitié. Je songe à la bombe de peinture bien à l’abri dans la case de ma moto. A une envie suicidaire de me jeter sur le couple et les peinturlurer de rouge... Mais de Wilder je ne repère rien que l'ombre impalpable de mon aversion pour lui. Je me détend imperceptiblement en constatant que le Chevalier Noir fait cavalier solitaire...

Qu'est-ce qu'il fout ici, seul, à une heure pareille? Il poirote? Contemple le lac en espérant voir une nuée de chauve-souris assombrir l'horizon en couinant? A rendez-vous avec une mystérieuse créature qui a une mission pour le probable-tueur-à-gage et moins probable héro-de-l'ombre qu'il est? Ou il songe à prendre un bain sauvage?... Je n'ai pas la patience d'attendre qu'il se décide à piquer un plongeons pour lui voler ses fringues et m'empare d'une pierre que je fais bondir dans ma main. Je projette de la balancer quelques mètres plus loin, histoire d'obtenir une réaction, celle, ridicule, du mec en alerte pour un caillou jeter sur les galées, lorsqu'un bruissement attire mon regard haut dans les branchages.
Bête frayeur nocturne. Ce n'est qu'une chouette qui s’envole en hululant.

Je réarme mon poing en reposant les yeux sur ma cible. Sauf qu'il n'y a plus personne.

… Mais où il est passé?

©️ Halloween sur Never-Utopia



Bad blood [Pv Mick] Sign3_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t85-therence-garnet-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t86-therence-garnet-s-relashionship-parce-que-je-vous-capturerais-tous-dans-ma-toile
Mickael Wayne
Administrateur
Mickael Wayne

Bad blood [Pv Mick] Symbol24
Alias : L'homme sans passé
Âge du personnage : 25 ans
Humeur : Pensif
Bad blood [Pv Mick] Ruby_p10
Messages : 1525
Points : 1540
Réputation : 246
Date d'inscription : 17/11/2014

Bad blood [Pv Mick] Empty
MessageSujet: Re: Bad blood [Pv Mick]   Bad blood [Pv Mick] EmptyLun 24 Déc - 10:03

Confessions nocturnes
Mick
ft.
Therence
Comment pourrais-je l’aider ?

Comment pourrais-je seulement savoir où elle est, ce qu’il se passe ?

Je refuse de me laisser envahir par les émotions d’un nouvel abandon. Avec tout ce qui arrive, elle n’est pas partie de son plein gré. J’en ai la certitude.

Elle était l’une des personnes les plus introuvables lorsqu’elle était à la tête de l’organisation. Et ceux qui s’en sont pris à elle font preuve d’autant de discrétion.

Elle est redevenue un fantôme.

Mais aujourd’hui, je sais qu’elle n’est pas un mirage, le souhait d’un enfant perdu de retrouver un être cher.

Je peux faire quelque chose.

Je veux.

Un bruissement à proximité me renseigne sur l'origine de cet éclat métallique qui  m’attire l'œil.

Quelqu'un m'observe.

Est-ce un agent de Monroe qui s'assure de ma loyauté ?

Un promeneur égaré et curieux ? Un agresseur ?

Cette supposition me fait penser à Ruby dont la fureur a fait des victimes ces derniers temps. Des hommes aux actions horribles ont perdu la vie.

Étrangement, je ne pense pas en premier lieu que ça puisse être une créature sauvage qui me voit comme une proie. Après tout, nous sommes à Beacon Hills, on ne compte plus les faits divers de personnes attaquées par un prétendu puma.

Mais non, ce n'est pas ce qui me vient à l'esprit. Car ici comme ailleurs, les monstres ne sont pas toujours ceux qu'on croit.

Un oiseau nocturne hulule depuis une branche haute. C'est mon signal.

Quand on essaie d'être discret, le moindre bruit attire l'attention le temps de quelques secondes.  C'est dans cette brèche où je me sais à l'abri du regard d'un éventuel rodeur que je me faufile sous le couvert de la végétation.

Je contourne les éléments qui m'empêchent d'approcher de la silhouette qui se dessine devant moi.

L'individu est seul. C'est un homme, bouteille à la main. Je jauge du danger par sa taille et sa posture. Et me crispe d'exaspération quand je reconnais l'intrus.

L'envie de le prendre à son propre jeu m'arrache un sourire.

J'approche sans bruit alors qu'il me cherche du regard sur le bord du rivage.

- Envie d'une baignade nocturne, Garnet ? Dis-je d'une voix forte qui le fait sursauter.

Il grogne mon nom entre ses dents et justifie sa présence sans se décomposer.

- Sors de là, j'ai pas envie qu'on nous voit cachés dans les bois au clair de lune, lance-je.

Avec autant de dignité qu'il le peut, il se défait des branchages qui se prennent dans sa veste en cuir et me rejoins sur la berge plus dégagée.

Je m'attends d'une seconde à l'autre à sa question : "qu'est ce que tu fais ici ?" suivie d'une réplique acerbe sur l'arrivée d'extraterrestres censés me ramener chez moi ou encore d'une excursion vêtue d'une cape noire et d'un costume plein de gadgets.

Mais non. L'adolescent est silencieux. Étrangement silencieux. Je le dévisage et sous son air habituel d'emmerdeur rebelle je décèle autre chose.

- Il se passe quoi Garnet ? Demande-je. Quelque chose me dit que tu es pas là pour me mater en secret.

Avec une autre personne, le pic verbal aurait coupé court au dialogue. Mais avec Therence, c'est de cette manière que nous communiquons.

Il me retourne la question sur l'absence de cet air niais typique des loulous qu'il a en horreur. J'accepte la moquerie qui ne m'atteint pas. Mon couple avec Chad est l'une des rares choses stables dans ma vie.

Mais il est vrai que ce soir d'autres pensées me rendent morose.

Nous restons plantés face au lac, comme si sa surface calme pouvait apaiser nos tourments.

Maturité oblige, je relance le dialogue.

- On a pas eu l'occasion de parler depuis mon intervention au HCC ? Commence-je.

J'aurais dû me douter qu'il n'oublierait pas que je lui dois un service pour tous les désagréments que ça a provoqué après ça. Son égo, plus que son visage, garde encore les marques des coups portés par Chad. Cet évènement accentue l’inimitié entre eux alors même que je ne porte pas l’adolescent dans mon cœur pour les mêmes raisons que mon fiancé, et d’autres encore.

De mon côté, la discussion de notre couple avait en partie réussi à apaiser mes craintes. Si Chad fait affaire avec le mafieux et les dangers que ça représente, il garde à cœur de ne pas noircir son âme à en perdre le regard doré de son loup.

Tout est question d'équilibre entre le droit et l'illégal, la justice et la vengeance. Le bien et le mal sont des notions trop restrictives pour être parfaitement vraies.

Passées nos récriminations respectives, sur fond de vodka pour le blousonneux et d’une inquiétude sourde pour ma part, le dialogue se mue en confessions nocturnes.

À demi-mots puis avec plus de ferveur, le blousonneux m'explique sa place dans ce schéma. Le départ d’Adriann, la présence du rital, sa quête personnelle.

J'avais appris par Ruby que l'adolescent et Peter avaient eu une discussion houleuse. Je n'imaginais pas son impact sur Therence. Pour la première fois, je sens qu'il lève un voile sur ses paroles. Même lorsqu'il était venu me trouver pour me demander des conseils pour sa relation amoureuse, il n'y avait pas tant de sincérité.

La colère ouvre des voies. Elle camoufle bien souvent quelque chose de plus profond. C'est une barrière pour lutter contre la solitude. J'observe nos reflets sur l'eau miroitante. Nous sommes très différents. Pourtant, un noyau dur d’indépendance forcée nous a façonnés à cœur.

Orphelins, c'est ce que nous sommes. Nous accrochant à tout ce qui pourrait remplir nos vies. Je crois que la disparition de ma... de la reine, de Nora, comme elle se fait appeler, me rend réceptif à la peine de Garnet.

L’arrivée d’un véhicule lourd de l’autre côté du ponton qui sert d’amarrage à quelques barques nous fait tourner la tête de concert.

Une camionnette recule sur le rivage. Trois hommes descendent de la cabine pour rejoindre les deux autres qui sautent du haillon et se retrouvent les pieds dans l’eau.

Quelque chose me dit que les bidons qu’ils descendent contiennent des liquides nocifs dont le retraitement coûte une fortune.

Qu’il serve de cimetière pour les traitres, de planque pour quelques kilos de drogue ou de cuvette géante pour des produits chimiques, le lac est le dépotoir de la ville. Si les choses continuent ainsi, ce petit coin de verdure va disparaitre sous la pollution.

Je ne vois pas de logo ou d’enseigne sur la camionnette qui pourrait indiquer quel industriel n’a aucun respect pour l’écologie.

- Alors les tapettes, on se ballade en amoureux ? Raille un homme derrière nous.

Qu’on nous prenne pour des amants, elle est bonne celle-là ! De toutes les options qui s’offrent à nous, ce serait bien la dernière chose qui pourrait arriver.

Lampe à la main, un bonnet défraichi sur la tête, il est certainement chargé de faire une ronde pour chasser les témoins de leur activité véreuse. Nul doute qu’ils touchent une somme d’argent suffisante pour ce boulot illégal. Ils n’en éprouvent aucun scrupule.

D’un sifflement maitrisé, il alerte ses compagnons qui arrivent rapidement.

Dos à dos, jugeant du regard belliqueux des gaillards qui nous font face, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes. Un duo improbable dirait n’importe quel spectateur habitué à la rivalité qui est née dès notre rencontre.

À bien y réfléchir, Therence est mêlé à ma vie, de près sans faire partie de mon quotidien et de loin sans être vraiment hors de portée. C'est comme un petit frère pot-de-colle qui suivrait son modèle, un nuisible qui ne disparait jamais vraiment, un moustique qui refuse de me laisser en paix, un trouble fête entre Chad et moi, c’est comme une ombre dont on ne se défait pas.

Il a bien des rôles. Emmerdeur fouineur, solitaire à la curiosité exaspérante, adolescent rebelle.

À cet instant, il reprend celui de complice d'embrouilles.

Mick et Therence.

Wayne et Garnet.

S'il m'affuble du surnom du chevalier noir dont il rêvait étant gamin, il devient, l'espace de cette soirée agitée, l'acolyte en collant colorés, le clown aux côtés du célèbre héros.

Les malfrats que nous avons dérangés dans leur besogne s’agitent. Les coups vont pleuvoir.

© Fiche by Mafdet Mahes
► Que cache Mick ? ◄


Bad blood [Pv Mick] Signat14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t87-mickael-wayne-ce-qui-ne-te-tue-pas-te-rend-plus-fort http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t88-mickael-wayne-liens-et-rps
Therence Garnet

Therence Garnet

Bad blood [Pv Mick] Symbol24
Alias : The Rebel
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Effronté
Messages : 1013
Points : 1198
Réputation : 189
Date d'inscription : 27/12/2014
Bad blood [Pv Mick] Embrou11

Bad blood [Pv Mick] Empty
MessageSujet: Re: Bad blood [Pv Mick]   Bad blood [Pv Mick] EmptyDim 24 Fév - 23:25



The Brave and the Bold
Wayne, Wayne, Wayne... seul devant le lac, la nuit tombée, l'air plus mystérieux que d'accoutumé, le tableau est propices à toutes les suspicions. Ce n'est pas comme si je savais qui était réellement l'orphelin bichrome à la recherche du meurtrier de ses parents et en possession d'un box rempli d'armes. Est-il un assassin, un mercenaire? Une véritable expérience scientifique raté? A t-il seulement déjà tué quelqu'un sous ses airs d'exterminateur?... Qu'est-ce qu'il fait en dehors de poper dans ma vie à l'heure du café, ou de poser comme une pub vivante au côté de son amour parfait? Est-ce qu'il a un boulot légal? Des amis en dehors de sa meute et de son loup? Un hobby? Même le Bruce Wayne des comics a une activité officielle et des mondanités lorsqu'il ne revêt pas sa cape pour lutter contre le crime. Alors, oui, je m'interroge...
... Au fond, qui connait vraiment Mickael Wayne?... Minute, il était là il y a une seconde, où est-ce qu'il est pa...

-Envie d'une baignade nocturne, Garnet?  

-NON DE...!


Je fais volte-face et me ramasse dans les branches, le poing paré à frapper. Je jure voir un micro sourire trahir son visage d'impassible.

-Ose, et même Chad ne pourra pas identifié ton corps...

Je n'ai pas peur de l'eau. Mais j'ai une sainte horreur des bains forcés.

-Sors de là, j'ai pas envie qu'on nous voit cachés dans les bois au clair de lune.

-Hin... Peur que Loulou l'apprenne? On se demande qui porte la culotte dans votre merveilleux petit couple
.

Extirpé de ma cachette, je suis son regard qui s'attarde sur mes tiffes. Un bout de branche pointe de mes cheveux. Je me brosse furieusement le crâne. Bon sang ce que je déteste cette façon qu'il a de me juger! J'ai l'impression de passer pour le crétin de service.

Je guette un coup en traitre qui ne vient pas. J'en déduis que Wayne n'est pas au courant pour le vandalisme que j'ai commis plus tôt sur le chantier en construction. La situation devrait me faire marrer, mais je n'en ai pas envie. C'est une pauvre vengeance pour ce que Wilder mérite. Je sais que la maison en construction est le futur foyer de Mick, également. Le vairon n'a rien à voir avec ma vendetta, mais je n'ai pas à me sentir coupable : comme il s'est moqué un jour, dans tout conflit il y a des victimes collatérales...

-Il se passe quoi Garnet? Je coulisse un œil suspicieux sur l'extra-terrestre. Impossible qu'il lise mes pensées, pas vrai?... Quelque chose me dit que tu es pas là pour me mater en secret.

-Parle pour toi. Ton costume te rentre dans la raie ou tu as de si gros ennuis que t'es même pas capable de le cacher? Cet air soucieux que tu te traines, désignè-je sa figure en faisant tourniquer mon doigt dans le vide, ça ne fait pas partie de ton richissime panel d'expression habituel.

Pas un air aussi soucieux en tout cas.
Tsss... C'est bien ce que je pensais. Le cavalier solitaire reste muré dans le silence. Je déteste ça. Le sentiment d'être mis à l'écart, le manque de réciprocité. Chacun dans ses problèmes... Ma mère était exactement comme ça.
Il repose son regard sur le lac. J'en fais de même.

-On a pas eu l'occasion de parler depuis mon intervention au HCC?

-Oh, parce que tu veux qu'on parle?!
bondis-je littéralement sur l'invitation. Très bien : commence par dresser ton petit copain et le tenir en laisse! Vois ce qu'il m'a fait!

Je pointe les vestiges de mon coquard d'un indexe vindicatif. Mick a perdu la face de pruneau qu'il avait récolté sur le ring du HCC dans le but stupide et chevaleresque d'impressionné son Loulou.

-Je l'ai pas mérité! gueulè-je lorsqu'il affiche l'air exaspéré du petit-ami qui sait que son angélique carnassier n'aurait pas frappé gratuitement, Adriann a quitté la ville! Et ce ne serait pas arrivé s'il l'avait pas embarqué dans ses petits plans foireux!... B*rdel, il fallait le voir apprendre la nouvelle, c'est à peine s'il s'est senti concerné. Et maintenant, c'est après Alessandro qu'il en a. Garde le à distance, Wayne! Ou je te jure que je me charge de lui à ma façon.

Mick me lance un mauvais regard, mélange de menace et d'incrédulité. "Ne me sous-estime pas", répliquè-je sans ouvrir la bouche, bataille oculaires de vaironnes à noiraudes. Les loups ont leur kryptonite et ne sont pas à l'épreuve des balles...

-Je le laisserais pas faire une c*nneries supplémentaire et me l'enlever lui aussi... Aless, c'est tout ce que j'ai.

J'ai fais passer mon message pour ça, à la bombe rouge et à coups de pied-de-biche sur le matériel de chantier. Mais je n'hésiterais pas à exhiber mon flingue si personne n'en tient compte...
Est-ce que j'ai déjà dis combien je détestais son air de robot à ne pas savoir ce qui se trame exactement derrière son regard insistant?... L'idée de susciter la pitié me répugne. Je me détourne en pestant, m'assoie sur les graviers et pose le menton et le coude sur mon genoux, balançant la bouteille de vodka au bout de mon bras tendu. Sur mes prunelles, un voile trouble vient estomper ma colère.

-Adriann s'est barré sans rien dire.

Ça sort, entrecoupés de silence pensifs et balbutiant. C'est dur de mettre des mots sur ses émotions.

-C'est pas son départ le plus dur. Notre relation était terminée avant même qu'on ne se soit séparés, je m'y suis résolu. Mais c'est...

...l'absence d'explication. Un "pourquoi?" dont je ne peux pas me débarrasser et qui s'ajoute aux autres, mêmes, irrésolues questions. J'ignore qui est mon père et les raisons de son absence, j'ignore pourquoi ma mère à emporter ses secrets jusque dans la tombe, et j'ignore pourquoi l'homme dont j'étais amoureux s'est enfuit.

Et parfois, la cause de ces éternels abandons me parait tellement évidente...

Je passe un pouce furtif sur mes paupières, m'empare d'un galet, et vise la surface de l'eau. Plouf. Même pas un rebond. Je me moque de moi-même.

-Il avait pas le droit de partir comme ça. Je mérite des réponses. ricanè-je. J'ai jamais été un bon fils, ni un chic type, mais j'ai jamais été assez mauvais pour mériter qu'on me largue sans une p*tain de raison! C'est... c'est cruel!

Je suis devenu un gosse imbuvable, mais c'était avant tout pour exister et pour punir tout ceux qui m'ont mis de côté! Mais je suis pas foncièrement condamnable...
J'écarte désespérément les bras en cherchant une réaction de la part de Mick.

-On abandonne pas les gens comme ça, pas vrai?... Qu'est-ce que j'ai fais pour mériter ça?... Qu'est-ce que j'ai fais de travers...

Je m'ancre à ses vaironnes qui d'ordinaire me mettent si mal-à-l'aise et il me semble que quelque chose en l'imperturbable Wayne se trouble. Wayne a été le second après Derek à me faire cracher ma condition d'orphelin et à se livrer sur sa situation similaire en échange. Lui aussi il connait, cette solitude, ce vide de sens et de présences... Il comprend que je n'ai pas avancé sur ma quête paternelle. Une remarque pour la forme. Je fait "non" de la tête en baissant mes yeux de gamin perdu.

-J'ai suivi plusieurs pistes concernant mon père, une seule était sérieuse. Elle m'a menée vers Peter Hale. Je l'ai surveillé. J'ai été le voir. Je lui ai demandé si c'était vrai. S'il avait connu ma mère...

Peter Hale. Père de deux enfants. Époux de la louve revêtue de rouge.
Le Démon-Loup qui a tué sa propre nièce et terrorisa Beacon Hills.

-Il l'a connu, Wayne. Je suis sûr qu'il l'a connu. J'ai essayé d'en savoir plus, mais j... j'étais bourré. Et lui, il était... Peter Hale. haussè-je des épaules par dépits.

Mais à ce moment là, ce n'est pas un intriguant que loup a chassé sans scrupule de son domaine, c'était un gamin qui pensait avoir enfin retrouver son père.

-Il a même pas daigné m'écouter, on aurait dis que j'étais un... un déchets qui venait d’atterrir sur sa pelouse, il m'a virer de là comme le sale psychopathe qu'il est! J'aurais... j'aurais du emporter mon flingue. ris-je nerveusement. J'aurais du lui brandir sous le nez. Il m'aurait pas traité comme il l'a fait.

Je fulmine. Je tremble de peur et de colère. Je la vois venir. La leçon de morale. Je le coupe, le regard sombre.

-Tu me dois un service Wayne.

Comme convenu, j'ai contacté Chad avec qui Alessandro était en affaire pour permettre à Mick de jouer les martyrs au dépend du gangster. J'ai été punis pour ça. Il me doit la pareille.

-Découvre ce que Peter a à voir avec ma mère. Je me fiche de savoir comment tu t'y prendra, mais je veux savoir qui il était pour elle, et ce qu'il lui a fait.

Si le monstre qui hantait ma mère n'était pas mon père, le loup aux yeux rouges, alors c'était peut-être lui...

Mick aura sans doute besoin d'éléments. Il cogite sur la possibilité que Peter soit mon géniteur, mais je lui rétorque que le loup du tableau ne possède rien de ses yeux bleu. Je lui explique ma théorie selon laquelle les yeux bicolores sur le tableau représenterait plusieurs aspects d'une même vie, dont le passage d'un béta à alpha. Un point qui fait échos à l’analyse de Derek selon laquelle le modèle serait quelqu'un de puissant, et auquel je me raccroche depuis.  

-Alessandro m'a ouvert sa porte ce soir là. C'est lui qui m'a aidé à comprendre.

Je désigne mes yeux avec un petit sourire. Ce sont ses iris bleu qui ont fait le déclic.

-Je ne suis plus tout seul. admis-je. J'attrape un galet, fouette l'air du bras, et le regarde raser la surface, une, deux, trois, quatre fois, et me gonfle. J'ai quelqu'un pour me border le soir et me consoler durant la nuit.

Est-ce qu'il se souvient ce qu'il m'a dit lorsque j'étais venu le déranger à la Bat-Box au sujet de conseils amoureux?... "C’est donc ça. Tu cherches une recette miracle pour obtenir une relation stable et te prouver à toi-même que tu peux t’en sortir. Et ce, avec le bagage d’un enfant qui a grandi sans père pour le border le soir et le consoler durant la nuit."
Je me suis parfois endormi aux côtés d'Alessandro en repensant aux paroles de Mick, et ça me faisait jubiler. Étonnement ce soir, je n'éprouve plus ce petit rire viscéral, mais l'envie de partager le bonheur qu'une mauvaise graine comme moi a enfin atteint. J'ai besoin que quelqu'un reconnaisse que moi aussi, je suis quelqu'un qu'on peut aimer, et que je peux pousser sainement avec le bon soutient, quoi qu'on puisse en douter.

-Aless est tout ce que j'ai. répétè-je doucement. Ce n'est pas une plainte hérissée de jalousie, c'est un constat qui justifie ma hargne à vouloir le garder à n'importe quel prix. Il est a la fois mon Chad, ma meute, et ma famille...

Tous mes sentiments convergent vers le gangster et je n'ai jamais été aussi sûr de ce que je ressens pour quelqu'un. Je ne m'en vante pas, mais je n'ai pas non plus honte. Je veux seulement qu'en se retrouvant dans ma comparaison, Mick comprenne l'importance et l'authenticité de ce lien à triple brins.  

-Promet moi que tu garderas Chad à l’œil.

J'ai déjà réclamé mon service comme il ne manque pas de le faire remarquer. J'éclate d'un grand rire.

-Non Wayne! Ça, ce n'est pas le service que tu me dois pour avoir jouer les pions dans ton plan foireux : c'est les intérêts pour m'être manger le retour de bâton! J'ai cru qu'Aless allait me laisser croupir dans sa cave...

... Il roule des yeux devant le dramatique de la situation. Après tout, de ce qu'il en a bien compris, ça va plutôt bien entre le mafieux et moi maintenant. Et puis qui aime bien châtie bien!

-... Fais pas comme si tu m'avais rendu service... grommelle-je.

Le silence s'installe.

-T'as vraiment détourner un camion entier et remplacé la marchandise par une seule bouteille?

Je me défend d'éprouver la moindre admiration pour son geste. Pas alors qu'il s'en est pris à mon mentor!
C'est pourtant un rire qui s'étouffe dans le goulot de ma bouteille. C'était fort. Vraiment très fort.

Un long nuage cache la lune et sa clarté bienfaitrice. L'air rafraichi me fait frissonner, et je me rapproche imperceptiblement de l'épaule du blond. Quoi? Il fait un excellent coupe-vent. "Sais-tu pourquoi les enfants ont peur du noir? C’est parce qu’en l’absence de lumière, nous nous retrouvons seul. Et c’est le moment propice aux questions sans réponse, aux doutes, aux angoisses".

J'observe discrètement le vairon qui ne réagit plus, son esprit perdu loin dans les profondeurs noires et inquiétantes du lac à nos pieds. Mais qu'est-ce qui peut le tracasser à ce point?... Je lui tend la bouteille et la secoue pour attirer son attention. Il daigne juger la proposition du coin de l’œil mais s'en retourne rapidement à sa triste contemplation. Je grimace de mécontentement et cogne son genoux avec la bouteille. Aller, fait pas ta sainte, Wayne! T'es un humain, l'alcool à de l'effet sur toi. Profites-en! Visage hargneux contre visage impassible. Il fini par accepter la vodka et je souris enfin en le regardant porter le goulot à ses lèvres. Voilà. Là, c'est mieux!

-Tu devrais apprendre à te décrisper, de temps en temps. Ça ne te ferait pas de mal.

Je me demande comment on peut-être aussi... cadré. J'ai toujours été un agité, besoin de liberté et d'abolir les limites. Sans père et maman n'étant qu'une demi-présence, c'était ma façon d'exister aux yeux de tous et de lutter contre les remparts qu'elle s'échinait à construire autour de ses secrets. Battre des bras pour ne pas me faire avaler par les abysses de mes angoisses, aussi. Je suis devenu un ado dissolu. Ce n'est qu'à sa mort que j'ai décidé, dans mon propre intérêt, de m'assagir et suivre certaines règles de bonne conduite. Je me récure l'ongle, sale de ma virée chez Wilder. Mais chassez le naturel... Puis je considère Wayne. Il a pratiquement grandi seul très tôt, en étant son propre parent. Livré à lui même, lui s'est entouré d'une petite boite mentale, bien droite et taillée au millimètre prêt. Sécurisante. C'est sa façon de gérer les événements, se protéger des autres et se faire sa place dans le monde, je suppose. Étonnant les chemins opposés que peuvent prendre deux orphelins...

C'est lorsqu'il tourne les yeux sur moi que je me rend compte que ça fait un moment que je le scrute, tout occupé à mes réflexions. Jugeant subitement combien la situation est gênante, je grimace et m'empresse de regarder ailleurs. Rah! Ne te fais pas de film sale bichrome! Je ne m'inquiète pas pour toi, je suis seulement curieux. C'est tout.

-Tu sais que ça marche dans les deux sens une conversation, pas vrai? Lâche-je tout de même. Tu sais quoi? On va faire un jeu et on va commencé facile. Je pose une question, tu réponds par oui ou non : est-ce que t'es un assassin? Un mercenaire? Une véritable expérience scientifique raté? T'as déjà tué quelqu'un sous tes airs d'exterminateur?... Qu'est-ce que tu fais en dehors de poper dans ma vie à l'heure du café, ou de poser comme une pub vivante au côté de ton amour parfait... est-ce que t'as un boulot légal? Des amis en dehors de ta meute et de son loup? Un hobby?!

Un véhicule interrompt notre conversation. La fourgonnette s'arrête au bord de l'eau et cinq types en sortent par tous les côtés.

-C'est qui ceux là?

Un coup d’œil méfiant de ci, un mouvement impératif par là, ils grouillent autour du véhicule comme des rats et s'activent à faire descendre des barriques au contenu douteux. Hey! Mais y a des raves-party-bikini qui se déroulent dans le coin!

-Alors les tapettes, on se ballade en amoureux? Raille une voix dans notre dos.

-... Alors ça, c'est insultant...

Me faire traiter de tapette ça heurte méchamment ma virilité. Mais imaginer que je sorte avec LUI?!

Ma grimace blasé-j'te-défonce-sans-prévenir est éloquente. Tout comme les pensées de Mick... Wow, comment ça "qu’on nous prenne pour des amants, elle est bonne celle-là"?!

-Hey! Que moi je veuille pas d'un automate dans ton genre, ça ce comprend, clarifiè-je. Mais PERSONNE ne dit non à "ça"! Je me désigne des deux mains, offusqué.

La meute de grognard s'amène au signal de Mister Bonnet. Je me lève en même temps que Mick, nous voilà encerclés. Le vairon me rappelle l'air de rien m'avoir surpris en train de le reluquer caché dans les fourrés, avant qu'un type ne se jette sur lui. Et alors, je suis censé avoir honte?!

-Rêve pas, Bruce! C'est pas après ton corps que j'en avais. Mais j'peux savoir pourquoi, toi, tu sortirais pas avec moi?!

J'esquive une droite, heurte une mâchoire. J'ai une belle gueule, de l'audace, et je sais que mon arrogance énerve mais marque de façon plaisante. Je comprend qu'on puisse ne pas vouloir de moi pour s'épargner des tumultes émotionnels, mais je ne suis pas "un type par lequel on n'est pas attiré"! Il a forcément fantasmé sur ma personne, quoi qu'il en dise!

-Ooh steuplais! Ton loulou n'existerait pas que tu me serais déjà tombé dans les bras! J'évite une bourrade et heurte l'ainé au patronyme héroïque. Épaule contre épaule dans le dos de l'autre, je n'ai qu'à tourner la tête pour murmurer à son profil. Et dieu sait comment tu aurais aimé ma façon de saccager ton cœur d’obsessionnel-du-tout-parfaitement-contrôlé...

Gniark, gniark! Pure politesse si ce n'est pour sous-entendre mes penchants faciles, l'autre me retourne ma question du "pourquoi je voudrais pas de lui". J'éclate de rire.

-Sérieux, t'es sûr de pouvoir l'entendre? un nez vient de craquer. Voyons : trop extraterrestre, trop bichrome... trop "loulou"! Trop toi en fai-

Un poing m'atterrit dans la figure. Ça m'apprendra à trop l'ouvrir.


©️ Halloween sur Never-Utopia



Bad blood [Pv Mick] Sign3_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t85-therence-garnet-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t86-therence-garnet-s-relashionship-parce-que-je-vous-capturerais-tous-dans-ma-toile
 
Bad blood [Pv Mick]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» armée blood axe en construction
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3
» Blood Bowl, New Ork Jets vs Kass'Krâns
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail
» True blood.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Lac-
Sauter vers: