AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
22 décembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
8 décembre 2018

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd




Classement au
24 novembre 2018

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
10 novembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
27 octobre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Liam Dunbar




Classement au
13 octobre 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Therence & Caracole


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
29 septembre 2018

Andy Turing


►►►◄◄◄

Tobias Shepherd


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jasmine Rapier

Jasmine Rapier

Messages : 4
Points : 9
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/12/2018

MessageSujet: Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]   Lun 17 Déc - 10:12



Un cadeau venu de loin

Jasmine & Alessandro & Tobias



-Oui, j'ai bien trouvé le bar, d'un côté il est assez dur à louper. Plus qu'à attendre l'arrivée de Grincheux pour voir sa mine réjouie quand il va découvrir sa surprise.
-Sans vouloir vous vexer je suis pas certain pour la mine réjouie.

Elle sourit face à la réflexion de son interlocuteur, avant de continuer sur un ton plus réprobateur.

-Lewis mon cœur, l'important c'est d'y croire.

Silence gênant de l'autre côté de la ligne. Jasmine tire une longue bouffée de tabac sur sa cigarette avant de se reprendre.

-Ok, pas de surnom j'ai compris. Je m'excuse d'avance pour l'humeur de Tobias après nos retrouvailles.

Elle grimace, le colocataire de son frère va morfler ce soir, surtout qu'il va certainement se douter que c'est lui qui a balancé son emploi du temps sans remords.

-Vous êtes certaine de ne pas vouloir dormir à l'appartement ce soir.
-Oui, Tobias et moi dans la même maison, c'est un coup à finir la soirée avec un Rapier mort. Je vous laisse, au revoir mon cœur.

Elle tire sur son gant, l'arrachant de sa main à coup de dents avant de raccrocher. Une dernière bouffée de nicotine se fraie un chemin vers ses poumons et son mégot termine écrasé dans son cendrier de poche. Puis main sur la porte, elle pousse cette dernière pour pénétrer dans le bar. Mentalement elle se refait la description du patron des lieux que l'ami de son frère lui a donné.

Grand, minet italien, petite trentaine. Elle fouille les lieux du regard, avant de sourire de façon presque narquoise en voyant le principal intéressé derrière le bar en grande conversation avec une jeune femme.

Gants et bonnet rangés dans une des poches de son long manteau rouge, elle s'approche d'un tabouret face au duo avant de se lancer, son sourire devenant plus franc alors qu'elle pose une main décidée sur le comptoir.

-Bonjour.

La femme lève les yeux sur elle, et lui rend son sourire, puis c'est le tour du garçon. Dire qu'elle a été choquée en apprenant que son frère avait des amis dans cette ville est un euphémisme. En effet les relations humaines et Tobias n'ont jamais été bons amis. Elle passe une main dans ses cheveux, tentant de remettre de l'ordre dans ses boucles brunes qui lui tombent dans les yeux avant de répondre à la demoiselle lorsque cette dernière lui demande ce qu'elle désire. Son regard se glisse vers les bouteilles qu'elle arrive à discerner avant de se faire amoureux lorsqu'elle voit une enseigne qu'elle connaît bien. Un peu de chez elle pour fêter son arrivée en Californie. Elle pointe du doigt l'objet de sa convoitise avant de répondre d'un ton enjoué.

-Une Guiness. Pinte si possible.

Derrière le bar, la jeune femme se met en mouvement alors que l'homme continue de la fixer. Les Rapier se ressemblent, suffisamment pour qu'une personne au courant de son existence face le lien entre elle et son frère. Ça plus son accent peu discret, elle se dit qu'elle est sans doute grillée avant même d'avoir fait sa seconde demande. Elle sourit, sort son téléphone de la poche de son manteau, vérifiant l'heure, et calculant le délai qui lui reste avant que Tobias ne pointe le bout de son nez. Très voir trop prévisible, il a toujours été simple de calculer certaines de ses réactions à l'avance. Elle pose son cellulaire sur le bar, qui est rejoint rapidement pas un dessous de verre et sa pinte. Elle louche un peu sur la bière brune à la mousse épaisse avant de concentrer son attention sur l'ami de son frère.

-J'aimerais aussi autre chose, même s'il y a des chances pour que mon souhait se réalise seul dans peu de temps. Mon petit frère, grand, tête de croquemort sous Prozac. Il a avalé un balai quand il était gosse et n'arrive toujours pas à l'expulser. Son coloc m'a dit qu'il traînait souvent dans le coin.

Son sourire ne fait que s’agrandir alors qu'elle voit les visages des personnes face à elle réagir sous les émotions qui les traversent. De la surprise et de l'amusement. Même si c'est clairement devenu inutile, elle tend une main à l'homme, se présentant de façon plus polie.

-Jaz Rapier.
 



Dernière édition par Jasmine Rapier le Mer 26 Déc - 15:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessandro Amaro

Alessandro Amaro


Humeur : Dangereusement votre
Messages : 1233
Points : 1246
Réputation : 252

Date d'inscription : 15/11/2015
Localisation : Au Pink Print

MessageSujet: Re: Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]   Ven 21 Déc - 18:03

clickAlessandro & Tobias and Sorella Jasmine
xxx
« Il regalo. »
Sophie me parle de ses ennuis d’appartement. Son propriétaire se fait tirer l’oreille pour effectuer des réparations nécessaires. Bilan, ma barmaid vit dans l’humidité et le moisi. Je pourrais demander à l’un de mes hommes aller tirer l’oreille du grincheux, mais il s’agit d’Elias Argent. Un promoteur véreux bien connu de Beacon Hills, et chasseur de son état. Mon instinct de bandit me dit qu’il ne faut pas se fier à son âge canonique, ni à sa jambe raide. Le grippe-sou a certainement le bras long dans le milieu. Et si il y a un monde auquel je n’ai pas envie de me frotter, c’est bien celui des chasseurs. Ils disent suivre un code d’honneur, mais ce ne sont que des balivernes. La Cosa Nostra, elle, suit un code et s’y tient. Eux… c’est suivant l’humeur du moment et la tête du loup.

- D’ici le mois prochain, je fais l’acquisition d’un immeuble pas très loin du centre-ville. Il est sain et reste des apparts de libres. Si cela ne te dérange pas d’avoir ton patron pour bailleur, je t’en réserve un.
- Bonjour.


Une cliente nous interrompt. Manteau de chaperon rouge qui appelle au loup, une coiffure apprêtée ou plutôt sauvagement désorganisée nous sourit manière pub de dentifrice.  Je rends sourire et regard à la bella donna. Elle commande une Guinness en pinte. Cet accent, ce visage… L’inconnue m’intrigue. Pendant que Sophie s’occupe de sa commande, je l’observe. Peu intimidée par le fait qu’elle et son manteau ne passent pas inaperçus, elle regarde l’heure sur son téléphone qu’elle pose sur le comptoir. La Saxonne vient conquérir le Pink. Sa pose, son dos droit, la forme de ses yeux me rappellent un autre anglais.

-J'aimerais aussi autre chose, même s'il y a des chances pour que mon souhait se réalise seul dans peu de temps. Mon petit frère, grand, tête de croque-mort sous Prozac. Il a avalé un balai quand il était gosse et n'arrive toujours pas à l'expulser. Son coloc m'a dit qu'il traînait souvent dans le coin.

Je ne peux pas m’empêcher d’éclater de rire à la description de Tobias. Je jette un œil à la pendule.

- En effet, Tobias ne devrait plus tarder mia bella Donna. Je vous offre la Guinness et permettez-moi de vous accompagner.

Je ne choisis pas une bière, mais un pur malt, double dose. J’ai dans l’idée que Tobias n’est pas au courant que sa grande sœur est à Beacon Hills. Mio amico n’est pas très disert, mais ça il me l’aurait annoncé. C’est le genre de nouvelle aussi grave que si le Yellowstone se réveillait.

-Jaz Rapier.

Je me saisis de la main tendue, mais au lieu de la serrer, je la porte doucement à mes lèvres et la baise sans lâcher sa propriétaire du regard.

- Alessandro Amaro, membre du cercle très restreint des amis qui arrivent à survivre aux côté de Tobias.

Je lève mon verre et porte un toast.

- À vos retrouvailles. Je suis ravi qu’elles se passent dans mon bar.

Le spectacle risque d’être prometteur.

- Vous lui ressemblez. Non que vous ayez une tête de croque-mort ou un balai dans le fondement…

Mon sourire se fait charmeur. Jaz semble avoir plus d’humour que Tobias. J’avale une gorgée de mon verre quand j’aperçois son fratello pousser la porte. Il stoppe net. Difficile de rater la présence de Jaz.

- Tobias ! Mio amico, devine qui est là !

Je l’interpelle au cas où il voudrait rebrousser chemin. C’est que je ne veux rien manquer du spectacle.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Rapier

Tobias Rapier


Humeur : Laconique
Messages : 354
Points : 362
Réputation : 39

Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque

MessageSujet: Re: Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]   Dim 23 Déc - 19:37

Tobias & Alessandro & Jasmine


Un cadeau au goût douteux



Il rejoint sa voiture, bien heureux de quitter cet endroit sinistre où il a passé quelques semaines de sa vie. Le bureau du psychologue qui s'occupe de lui depuis qu'il a mit les pieds dans ce lieu pour la première fois, ses sourires doucereux et faussement avenants quand il tente de lui expliquer ce qu'il s'est passé de nouveau depuis sa dernière visite. Rien n'a le don de l'énerver à ce point. Exception faite de la jeune Anderson.

Soixante longues minutes pour lui parler de seulement trois petites journées ou il a principalement travaillé. Temps bien trop long si on le compare à ce qu'il est prêt a raconter. Les froncements de sourcils de l'homme à chaque fois qu'il fait mention de Wesley où de ses visites plus ou moins rapprochées au bar. Cela ne donne qu'une envie à Tobias, fuir cet endroit pour ne plus y revenir. Mais faire une chose pareille reviendrait à signer pour de nouvelles vacances forcées dans l'asile, ce qui est hors de question. Donc il joue le jeu avec un talent digne d'un tragédien.

Contact mis en route, il se dirige vers la pharmacie la plus proche, son ordonnance sur le siège passager.

Cet arrêt rapide effectué il se sent déjà un peu mieux. Les boîtes de pilules entre les mains, il reprend sa place, maugréant entre ses dents quand son téléphone vibre. Il l'attrape, déverrouille l'objet d'un geste sec avant de froncer les sourcils face au texto de son ami.

"Ta journée a été bonne ?"

Il répond rapidement, excédé par cette question sans sens, surtout de la part de Lewis qui connaît son emploi du temps presque aussi bien que lui même.

"Je sors de chez le psy. J'ai passé la journée avec des idiots à peine pubères. Je suis en train d'acheter de la mort aux rats pour assaisonner le repas de ce soir. Et ensuite je visionnerais la mélodie du bonheur en me servant de ton cadavre comme tapis."

Il éteint son téléphone pour le ranger dans la boite à gant de sa voiture avant de mettre la musique, poussant le volume à la limite du tolérable. Une cigarette glisse de son paquet à ses lèvres, il l'allume d'un geste sec avant de se diriger vers un endroit ou il sait que ses soucis vont s'évanouir. Et cela grâce à quelques verres d'alcool ou les nouveaux ragots que lui racontera Alessandro.

La berline traverse la ville, un regard vers la librairie tenue par son blond favori lui apprend que cette dernière est fermée. Il pousse un soupir à se fendre l'âme en se souvenant que le matin même ce dernier lui a apprit qu'il devait fermer pour aller récupérer une livraison dans une ville voisine. Son automobile garée non loin du Pink, il en sort, ses pas le traînant vers le bar alors qu'il termine sa cigarette, la jetant au loin quand cette dernière menace de lui brûler les lèvres. Tête baissée, il entre, levant seulement les yeux vers le bar pour saluer ceux qui pourraient se trouver derrière ce dernier.

Il se fige en apercevant une masse de cheveux bouclés sombres entourés d'une horreur rouge. Il recule, reconnaissant la propriétaire de ses attributs quand cette dernière se tourne vers lui. Trahi par son ami, il imagine mille souffrances qu'il pourrait faire subir à ce dernier pour l'affront qu'il vient de lui faire alors que dans son cerveau des lumières rouges viennent de s’enclencher, le mot "DANGER" clignotant de façon agressive. Il ouvre la bouche, laissant le fond de sa pensée s'exprimer, oubliant la petite femme qui se dirige vers lui. Souriante, un peu trop même.

-Tu as laissé le diable entrer dans ton bar...

Sans qu'il ne comprenne ce qu'il vient de se passer, une main accroche sa veste, le force à se baisser et un autre appendice vient heurter l'arrière de son crâne avec force. Puis la femme se colle à lui alors qu'il étouffe un grognement de douleur.

Sa sœur s'accroche à lui, exprimant tout son mécontentement face à l’appellation charmante dont elle vient d'être l'objet tandis qu'il se fige, serré entre les bras de cette dernière. Il soupire face au refus de la brune lorsqu'il tente une nouvelle fois de l'éloigner. Il désigne la femme d'un geste du menton avant de grimacer en direction du loup. Un appel au secours qui semble totalement vain s'il se fie au sourire amusé que ce dernier affiche.

-Alessandro je te présente Jasmine, troisième progéniture de nos parents. Ils ont mit pas mal de temps à réussir un prototype valable.

Coup de pied dans son tibia, une nouvelle grimace lui échappe alors qu'il sourit à sa sœur, rictus plus qu'autre chose.

-Maman a choisi ce nom, le fait que ce soit celui d'une fille de joie ne rend mon plaisir que plus grand. C'est elle qui t'envoie ?

Leur mère serait tout à fait capable de faire une chose pareille, envoyer sa fille pour surveiller son fils. Incapable de faire un aussi long trajet, cette dernière est même sûrement la personne qui est derrière tout ça. D'une main plus ferme il finit par repousser sa sœur, manquant de la faire trébucher par la même occasion avant de s'approcher du bar, grimpant sur son tabouret habituel avant de faire signe à Alessandro que ne se départi pas de son expression hilare. Il tend la main, attrape la pinte située non loin de lui, sachant qui en est la propriétaire avant de la soulager d'une partie de son contenu.
©️️️clever love.



+ Whiskey is my tears
Tout homme peut sombrer, il suffit de toucher son point faible pour l'y aider. Sortir de cette folie est au contraire une chose bien moins aisée. ©️ sensitive


Dernière édition par Tobias Rapier le Mer 26 Déc - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasmine Rapier

Jasmine Rapier

Messages : 4
Points : 9
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/12/2018

MessageSujet: Re: Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]   Mer 26 Déc - 15:14



Un cadeau venu de loin

Jasmine & Alessandro & Tobias



Elle sent ses joues se réchauffer quand le jeune homme qui lui fait face attrape sa main pour poser ses lèvres dessus sans la lâcher du regard. Cet Alessandro correspond pour l'instant en tout point à la description qui lui a été faite par Lewis. Italien, charmeur, ne faisant pas outrage à la réputation qu'on donne aux hommes venant de ce pays.

Elle rit de façon peu discrète à son tour quand il lui dit qu'elle ressemble à son frère, excepté les quelques petits détails qui font que Tobias reste un des sujets les plus particuliers de leur famille nombreuse.

-Les Rapier sont tous bruns des cheveux jusqu'aux yeux. Mais Tobias a en effet le monopole pour le mauvais caractère et son sourire éblouissant. Je suis charmée de vous rencontrer, le colocataire de mon frère m'a parlé de vous.

Tobias a des amis, l'idée reste incongrue, autant qu'une chute de neige en plein Sahara. C'est à se demander si ces derniers n'ont pas de vices cachés pour avoir réussi à s'entendre plus de cinq minutes avec son frère sans avoir envie de le laisser en plan. Elle prend une gorgée de sa bière, la mousse épaisse  se déposant sur ses lèvres alors que la fraîcheur de l'alcool glisse dans sa gorge, effaçant le goût du café infâme qu'elle a bu à l'aéroport avant de prendre la route pour Beacon Hills. Elle se retourne vivement quand elle entend Alessandro prononcer le prénom de son frère, sautant de son tabouret pour se diriger vers lui, un sourire heureux collé sur le visage.

Son sourire disparaît quand Tobias ouvre la bouche pour laisser une insulte à son égard la quitter. Les sourcils de Jasmine se froncent alors qu'elle se colle au nouvel arrivant, tirant sur sa veste pour le forcer à se baisser avant de le cogner du plat de la main. Elle décide d'ignorer la réaction de ce dernier, le prend entre ses bras avant de lever les yeux vers lui.

Il a prit un sérieux coup de vieux le bébé de la famille, et semble au bout du rouleau. Le jeune homme peu souriant qu'il était a laissé place à un homme qui semble aigri par la vie. Elle repense à Maryssa et au petit, cajolant un peu plus son frère contre elle même si ce dernier semble complètement imperméable face à ses élans d'affection. Elle a eu raison de tout quitter pour venir s'occuper de lui, et même si elle savait la situation grave, elle se demande si elle n'a pas sous estimé le mal être de son cadet.

Elle sourit en l'entendant faire un trait d'humour. Son pied cogne contre la jambe de Tobias quand ce dernier prononce son prénom complet.

-C'est Jaz.

Elle lève un regard réprobateur dans la direction du géant toujours entre ses bras, ce dernier lui sourit, et même si cette expression n'est pas aussi joyeuse que ce qu'elle pourrait espérer, elle s'estime heureuse d'avoir le droit à ce semblant de joie. Elle ne relâche pas son étreinte autour du grand gaillard, souriant en l'entendant parler de leur mère.

-Je suis assez grande pour prendre ce genre de décision seule, mais sache qu'elle approuve mon idée. Elle n'aime pas savoir son bébé tout seul. Tu nous as fait assez de frayeurs pour qu'on ...

Elle est coupée dans sa phrase par la poigne de son frère la repousse cette fois avec plus de force, et qu'elle tombe presque au sol sous le choc. Elle tourne la tête vers lui alors qu'il s'éloigne. Tobias n'a jamais été violent, solitaire certes mais il n'aurait jamais fait chuter une personne pour l'éloigner de lui. Elle se mord les lèvres avant de lever la main en le voyant récupérer sa pinte pour en boire une trop longue gorgée. C'est d'un pas décidé qu'elle va le rejoindre, lui arrachant la bière des mains avant de lever une main réprobatrice en direction du voleur.

-C'est MA bière gratuite !

Elle éloigne son verre des mains de Tobias avant de le regarder, le doute naissant en elle en notant ce nouveau détail inédit. La question lui brûle les lèvres, et finalement lui échappe alors qu'elle observe les deux hommes tour à tour, cherchant une réponse sur leurs visages.

-Depuis quand tu picoles toi ? La dernière fois que je t'ai traîné dans un bar tu n'avais même pas voulu boire une bière. Tu t'étais contenté d'un thé comme un petit vieux.

Tobias bouge la tête, rendant son expression faciale impossible à voir. Pourtant Jasmine reste campée sur ses positions, en rajoutant une couche alors qu'elle se souvient de sa surprise quand Lewis lui avait dit que l'endroit le plus sûr pour trouver son frère était le bar ou il avait élu domicile la plupart du temps. Elle reporte son attention sur l'italien, continuant ses explications.

-On a du le forcer pour le faire trinquer à son mariage, et on est certains que ce jour là c'est Mary qui a finit son verre en douce.

Le silence tombe alors qu'elle se rend compte qu'elle a peut être touché à un sujet tabou. Derrière le bar, Alessandro sert un verre semblable au sien avant de le poser devant Tobias sans que ce dernier n'ai eu le besoin d'en faire la demande. Elle tend une main vers son frère, son cœur se serrant quand il se ramasse sur lui même pour éviter le contact.
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessandro Amaro

Alessandro Amaro


Humeur : Dangereusement votre
Messages : 1233
Points : 1246
Réputation : 252

Date d'inscription : 15/11/2015
Localisation : Au Pink Print

MessageSujet: Re: Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]   Dim 30 Déc - 17:47

clickAlessandro & Tobias and Sorella Jaz
xxx
« Il regalo. »
Je ne suis pas déçu du spectacle, digne de Cinema Paradisio. La mine de Tobias est un bijou d’effroi. Je ne boude pas mon plaisir et assiste à la scène des retrouvailles, mes sourcils se haussent faisant plisser mon front.

-Tu as laissé le diable entrer dans ton bar...

Le diable peut être pas, j’hésite entre toutes les femelles de l’antiquité qui ont tourmenté les hommes. Jaz semble en être une belle incarnation. Je jouis du spectacle, mais je suis bien heureux de ne pas être le centre d’intérêt de cette donna prédatrice. Sa manucure est presque aussi acérée que mes griffes.

Lui, que le moindre contact physique rend fou, se fait câliner en beauté et en public. Cela ne serait pas sa sœur, je crois que le front de l’impulsive sorella aurait déjà fracassé le rebord du comptoir. Ah, le pouvoir des liens de sang ! Le regard de mio amico cherche le mien. C’est celui du naufragé qui se noie. Je hausse les épaules, la famiglia c’est sacré et souris amusé. J’imagine que Tobias me fera payer mon ticket de spectacle un jour ou l’autre.

-Alessandro je te présente Jasmine, troisième progéniture de nos parents. Ils ont mis pas mal de temps à réussir un prototype valable.

Grimace quand la troisième prototype balance sa chaussure pointue dans le tibia de Tobias. Je grimace et compatis à sa douleur certainement plus psychologique que physique.

-C'est Jaz.
-Maman a choisi ce nom, le fait que ce soit celui d'une fille de joie ne rend mon plaisir que plus grand. C'est elle qui t'envoie ?
- Outch !
-Je suis assez grande pour prendre ce genre de décision seule, mais sache qu'elle approuve mon idée. Elle n'aime pas savoir son bébé tout seul. Tu nous as fait assez de frayeurs pour qu'on ...
- Sacré bébé…


Je ne poursuis pas ma phrase, Tobias m’a lancé un regard assassin avant de s’emparer de la bière de Jaz.

-Depuis quand tu picoles toi ? La dernière fois que je t'ai traîné dans un bar tu n'avais même pas voulu boire une bière. Tu t'étais contenté d'un thé comme un petit vieux.
- Sul serio ?


J’ai du mal à imaginer un Tobias Rapier 100% sobre, de la veine des « moi l’alcool ? Jamais ! » Le seul vice que je ne lui connais pas, c’est le sexe… Son malaise, qui était amusant jusqu’à présent, devient à mes yeux, malsain. Jaz me prend à témoin et me raconte le pire moment à rappeler à un homme veuf : son mariage. Le silence qui suit est à la hauteur du malaise de mio amico. Je m’active et sers une pinte à Tobias, de quoi lui donner une contenance et occuper ses mains qui se crispent dangereusement. Sa sorella à la langue toute aussi acérée que lui. Le fait qu’elle ne se soit pas prise une claque, ou pire encore, prouve que Tobias éprouve encore assez d’amour fraternel pour prendre sur lui. Il n’aime pas que l’on se mêle de ses affaires, pourtant l’attention de sa familgia est toute à son honneur. Concilier ces deux-là, ne va pas être une mince affaire. Je souris à Jaz et lui attrape les deux mains entre les miennes pour les porter à mes lèvres. J’attire son attention, laissant du répit à Tobias pour se recomposer. Conservant ses mains entre les miennes, je plonge mon regard dans celui de Jaz et me penche pour une confidence.

- Mia bella, il n’est jamais bon de gratter les croûtes d’anciennes blessures. Un homme ne gère pas ses émotions comme la gente féminine, plus prompt à partager ses peines et ses tracas. La femme est belle comme Venus avenante et amicale, alors que l’homme se rapproche de mars, dieu de la guerre, bourru et secret.

Je lâche l’une de ses mains pour garder son attention et tends le bras vers une bouteille de whisky dont je me sers un verre en tirant le bouchon avec les dents. Je lui propose de trinquer, Jaz Tobias semble apprécier mon attention toute masculine. Mes doigts chauds emprisonnent toujours ceux de l'une de ses mains. Tobias a horreur des contacts, alors je les attire à moi.

- Et si vous me racontiez qui vous êtes ? Votre métier ? Ce qui vous anime. Un mari ?

… un cadavre dans un placard ?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Rapier

Tobias Rapier


Humeur : Laconique
Messages : 354
Points : 362
Réputation : 39

Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque

MessageSujet: Re: Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]   Lun 7 Jan - 11:43

Tobias & Alessandro & Jasmine


Un cadeau au goût douteux



Jasmine récupère son bien sans attendre que celui ne reprenne sa place sur le bar. Leurs regards se croisent, il hausse un sourcil l'intimant à livrer le fond de sa pensée. Il aurait pu s'en passer, car dès que sa sœur le fait, elle s'en sert pour parler d'un temps trop lointain pour qu'il parvienne encore à se trouver des similitudes avec le jeune homme qu'il était à l'époque. Il garde la bouche scellée, se passant de faire un commentaire face à la réaction de surprise de son ami. Son visage se ferme soudainement quand il entend la petite anecdote qu'offre sa sœur à Alessandro.

Il ferme les yeux sous le choc, cherchant à avaler sa salive malgré la boule qui vient de prendre place dans sa gorge. Contre son flanc son arme le démange, le fait que ce soit sa sœur qui vient de parler de sa femme est la seule chose qui sauve la vie à l'imprudente. Une petite voix persifle dans sa tête, lui disant qu'il aurait aussi évité de faire un tel carnage en public. Il se tend en sentant sa voisine se pencher vers lui, tournant le dos à celle qui vient de lui offrir un voyage malvenu dans ses souvenirs. Ses mains parcourues de tremblements se referment autour de la pinte qu'Alessandro vient de poser devant lui. Il le remercie d'un pincement de lèvres plus avenant que les autres avant de courber l'échine pour fixer l'épaisse mousse qui couvre sa bière.

Du bout de deux de ses doigts, il caresse son alliance le regard morose. Une oreille distraite écoute la leçon de savoir vivre que son ami tente de faire à sa sœur. Même avec toute la douceur du monde il y a peu de chances pour que cela fasse naître un vrai changement chez la teigne qui lui sert de sœur, il faut se faire une raison. Alessandro parle beaucoup, et pour une fois c'est un trait qui se révèle plus qu’appréciable dans sa personnalité. Jasmine aime bien, cesse de parler de sujets pouvant devenir fâcheux pour finalement attaquer les futilités, parlant de ses dessins et de sa dernière aventure sentimentale. Moqueur malgré lui, Tobias sent ses lèvres se fendre d'un sourire amusé. Il connaît la petite histoire, sa sœur lui ayant raconté au téléphone lors de leurs premiers appels, quand est venue la grande question des histoires sentimentales. Jasmine l'avait prise au mot, lui envoyant des vidéos dignes de modes d'emplois bien plus performants que ceux fournis avec des meubles suédois.

Moment gênant quand Lewis a failli le surprendre. Instant qui est même devenu mémorable quand le rossignol s'est mit à le charrier sur son odeur. Mentalement il achève de faire le lien entre la présence de Jasmine et son colocataire. Sa mère a son adresse, il l'a bien comprit quand on commencé à arriver les premiers colis de biscuits et de confiseries traditionnelles britanniques. Il ignore qui il doit accuser pour ce méfait, ses soupçons passant de son colocataire à son psy. Et il en est même venu à remercier cette personne quand le soir il grignote les bonbons de son enfance en corrigeant ses copies.

Mais une chose est certaine, seul Lewis peut être le traître dans le débarquement de Jasmine en Californie. Il est un fourbe digne de faire parti des plus grands. Tel un Pétain, il est allé voir la femelle pour collaborer avec lui.

Il boit une longue gorgée de sa bière, sa fraîcheur alors qu'elle passe dans sa gorge achevant de lui faire retrouver sa contenance habituelle.

-Tu as dit à Lewis que tu avalais l'âme et la joie de vivre des gens juste en apparaissant ?  En tout cas j'espère bien que tu as prit un hôtel pour tes petites vacances, hors de question que le salon se transforme en pension pour vieilles filles.

Nouvelle gorgée, il sort son portable, le rallume avant d'ouvrir la discussion qu'il a avec son colocataire. Il survole du regard ses derniers messages, leur courtoisie devenant un peu plus subtile à chaque fois. Ses doigts bougent sur le clavier, rectifiant le correcteur quand ce dernier souhaite inventer un nouveau mot.

"Je vais aussi aller acheter un cercueil pour piaf."

Il met l'objet en sourdine, le pose sur le bar avant de fixer Alessandro. Son sourire devenant mauvais.

-Le bar sans ton chanteur... Ça va être dur ?

©️️️clever love.



+ Whiskey is my tears
Tout homme peut sombrer, il suffit de toucher son point faible pour l'y aider. Sortir de cette folie est au contraire une chose bien moins aisée. ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasmine Rapier

Jasmine Rapier

Messages : 4
Points : 9
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/12/2018

MessageSujet: Re: Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]   Lun 14 Jan - 11:35



Un cadeau venu de loin

Jasmine & Alessandro & Tobias



Elle vient de blesser son frère, parlant trop vite sans réfléchir. Quelle idée aussi de lui parler de sa femme alors que celle-ci n'est plus de ce monde. Le souvenir de sa belle sœur, qui était aussi une de ses grandes amies est sombre pour toute la famille. Son décès, celui du petit, Tobias qu'ils ont pensé mort pendant des mois avant que ce dernier ne redonne signe de vie. Tout cela a été une véritable mise à l'épreuve offerte par le destin pour toute la famille. 

Elle tourne la tête vers l'ami de son frère quand ce dernier prend ses mains entre les siennes, il lui sourit, tentant sans doute de désamorcer la situation devenue malsaine à cause d'elle. La gorge serrée, elle ne parvient pas à rendre son sourire au jeune homme, l'esprit bloqué sur son frère et le mal qu'elle vient de lui faire alors qu'elle a tout laissé en Angleterre pour venir le protéger. Le regard d'Alessandro accroche le sien pour ne plus le lâcher alors que ce dernier lui explique son erreur. Il n'a pas besoin de le faire, mais son comportement et ses dires prouvent qu'il connaît bien Tobias, peut être mieux qu'elle. Elle hoche la tête, approuvant les paroles et la proposition du jeune homme tandis que ce dernier débouche une bouteille d'alcool d'une seule main.

Il est tactile, une différence non négligeable avec son frère qui ne l'a jamais été, son amour pour les gens augmentant proportionnellement avec la distance qu'il peut mettre entre eux et lui. Exception faite de leur mère à laquelle il a toujours été collé, cherchant sa présence constamment.

Jasmine sourit au jeune homme, répondant à ses questions.

-Je suis tatoueuse. J'ai toujours aimé dessiner. Quand j'étais petite je le faisais partout, sur tout ce que je pouvais trouver. J'ai laissé la fac sur un coup de tête pour commencer en nettoyant dans un salon et ils m'ont formé sur le tas. J'ai fini par le reprendre.

Revendre son affaire a été un crève cœur. 28 ans qu'elle travaille au même endroit, elle ne s'en était jamais lassée, chaque jour se levant pour sa passion, le plaisir de voir les gens heureux en les aidant rendre indélébile un souvenir, une émotion ou bien même un rêve.

-Pas de mari, je suis une catastrophe sur ce point. Ma dernière amie s'est tirée du jour au lendemain,  en hurlant que les Rapier sont tous des malades mentaux. Elle a même prit Rolling et Stones avec elle.

Un des sourcils de son interlocuteur se hausse.

-Mes chats... Enfin mes anciens chats.

Elle boit une longue gorgée de sa bière brune en pensant à ses petites boules de poils. Son frère près d'elle l'accompagne, leurs gestes se synchronisant alors qu'ils reposent tout deux leurs verres sur le bar. Ses sourcils se froncent alors qu'elle entend Tobias la tacler sans prendre de gants. Elle le dévisage, ses mains toujours serrées contre celle chaude d'Alessandro. Elle fait un clin d’œil à ce dernier, sa bouche s'ouvre alors qu'elle enfonce le clou en répondant à Tobias qui a visiblement bien vite comprit qui était la personne qui avait donné sa localisation précise.

-Tobi. Ne touches pas au petit cœur, maman l'aime bien. Et j'ai trouvé un hôtel, demain je vois pour un salon en vente dans les parages. Je vivrais dedans avant de voir pour un petit appart sympa. Ton charmant sourire tout les matins et je finirais par mourir d'une overdose de joie. Dommage, j'avais d'envie de savoir si on avait toujours besoin de te courir après pour te faire aller à la douche.

Un silence se fait entendre. Tobias semble coincé entre choc et rage. Elle vient de taper en dessous de la ceinture, déballant un dossier honteux sur sa petite enfance juste après lui avoir annoncé son emménagement en ville.

Alessandro lâche sa main, son visage montrant l'hilarité qui commence à le traverser alors qu'il les fixe tout deux tour à tour. Elle attrape son verre, le vide en quelques longues gorgées, passe sa main sur sa bouche pour y effacer la moustache de mousse qui vient de faire son apparition.

-Tobi. Alessandro. Ce fut un plaisir mais je dois vous laisser. Le décalage m'a tuée et je suis arrivée il y a seulement quelques heures.

Ses pieds posés sur la barre de son tabouret, elle se redresse, pose ses lèvres sur la joue du jeune homme pour y laisser un baiser claquant. Sa main récupère son téléphone, puis elle saute de son perchoir avant de se diriger vers son frère, le serrant brièvement contre elle avant de lui déposer un baiser sur le front. Ce dernier semble quitter sa torpeur, murmure une menace à son encontre à laquelle elle répond par un grand sourire.

-Mais non mon lapin. Appelles les parents, ils s'inquiètent.

Elle quitte les lieux, aussi vive qu'à l'accoutumée, se dirige vers son hôtel ou ses valises attendent déjà. La suite de ses affaires prête à arriver dès qu'elle aura trouvé un véritable pied à terre.


 



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alessandro Amaro

Alessandro Amaro


Humeur : Dangereusement votre
Messages : 1233
Points : 1246
Réputation : 252

Date d'inscription : 15/11/2015
Localisation : Au Pink Print

MessageSujet: Re: Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]   Dim 20 Jan - 12:54

clickAlessandro & Tobias and Sorella Jaz
xxx
« Il regalo. »
-Le bar sans ton chanteur... Ça va être dur ?

Je me contente de grimacer un sourire. Lewis a du cran pour cohabiter avec Tobias. Du cran et de la patience. Et peut-être un brin d’inconscience. Mais quoi qu’il en soit, ils n’en sont pas à une discussion houleuse près, et si en général je prends très au sérieux les menaces de mio amico, j’ai l’intuition qu’il ne fera pas de mal au Rossignol. Sa dette est bien trop énorme.

Jaz m’apprend qu’elle est tatoueuse. L’information me surprend, puis finalement je trouve que cela sied à la personnalité de cette Rapier femelle.

-Pas de mari, je suis une catastrophe sur ce point. Ma dernière amie s'est tirée du jour au lendemain,  en hurlant que les Rapier sont tous des malades mentaux.


Je note à la volée le sexe de la dernière personne à l’avoir côtoyée intimement, pour sourire à la mention de la folie de la famille Rapier. J’ai toujours du mal à imaginer Tobias en mari rangé qui ne boit pas d’alcool. Certes, le crime sur sa famille transformerait n’importe quel ange en démon, mais il y a un détail, bien plus profond qu’une abstinence, que Jaz n’évoque pas. Les sarcasmes de Tobias sont trop liés à ce qu’il est pour n’avoir éclos qu’après le drame. Je coule un regard en biais vers lui. Pression familiale ? Système matriarcal ? Qu’est-ce qui l’a forgé ?

- Elle a même prit Rolling et Stones avec elle.

Je lève un sourcil étonné. De quoi parle-elle ?

-Mes chats... Enfin mes anciens chats.
- C’est violent ! C’est qu’on s’attache à ces petites bêtes.


La seule félidée que j’accepte sans réserve, c’est Andy. Heureusement, Therence ne m’a jamais parler d’animaux à adopter, ou une connerie de ce genre.

-Tobi. Ne touches pas au petit cœur, maman l'aime bien. Et j'ai trouvé un hôtel, demain je vois pour un salon en vente dans les parages. Je vivrais dedans avant de voir pour un petit appart sympa.

Outch ! Elle s’installe. Ce n’est donc pas simplement un voyage. Il va peut-être falloir priver Tobias de ses armes, à moins que Jaz sache très bien jusqu’où elle peut mettre les pieds. Étrange famille qui se dévoile sous mes yeux, et je ne suis pas au bout de mes surprises.

- Ton charmant sourire tous les matins et je finirais par mourir d'une overdose de joie. Dommage, j'avais d'envie de savoir si on avait toujours besoin de te courir après pour te faire aller à la douche.

Un blanc s’installe. Difficile pour moi de retenir l’hilarité qui me gagne. Et le regard meurtrier de Tobias n’y peut rien. Elle a de l’aplomb sa sœur et sous sa frêle apparence le caractère d’un général. Si le reste de la famille est comme ça, je comprends mio amico, sa fuite et son manque de contact avec ses parents.

-Tobi. Alessandro. Ce fut un plaisir mais je dois vous laisser. Le décalage m'a tuée et je suis arrivée il y a seulement quelques heures.
- Je vous trouve resplendissante comme une fleur fraîchement coupée Jaz.


J’hérite d’une bise claquante sur la joue et Tobias d’un baiser sur le front. J’ai peur un instant qu’il ne lui saisisse le cou pour l’étrangler, mais Jaz ne se laisse pas démonter par la nouvelle menace. J’en déduis que sous ses airs d’ermite asocial, Tobias garde un profond amour pour les siens. Quelqu’un d’autre à la place de Jaz serait mort une bonne dizaine de fois déjà. Elle s’en va dans un nuage odorant. Quelques clients se retournent sur son passage. J’imagine les avis partagés, les appréciations sur sa personne ne peuvent qu’être binaire, on aime ou pas. Quand je me retourne vers mio amico, je hoche la tête. J’adore cette famille !

- Sacrée femme ! Et ne t’inquiète pas pour les détails personnels. J’ai un principe entre amico : ne pas se servir de ce genre de faiblesse, c’est peu honorable.

J’ai rapproché mon verre presque vide à côté de sa chope. J’attrape à nouveau la bouteille de whisky et un verre propre.

- Celui-là est à savourer lentement et il réchauffera ton cœur amico.

Depuis sa sortie de l’hôpital, Tobias fait attention à ce qu’il boit. Alors quand je lui sers quelque chose de plus fort qu’une bière, je lui donne un alcool de qualité, pour qu’il se sente obligé de savourer et non avaler en trois lampées.

- Salute !

Nous ne disons rien pendant un moment. Je remplace Jerry un moment, le temps qu’il revienne de la réserve.

- Tu veux que je l’aide pour se trouver un local ? Y a la boutique de l’ancien tatoueur Nikolai Baranov qui est disponible à une rue d’ici. Il est parti, il y a un an. Je connais le proprio. Il ne semble pas pressé à relouer, mais je pourrais... lui parler de ce qu'il raterait avec ta soeur.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un cadeau venu de loin [Feat Alessandro Amaro et Tobias Rapier]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plus on prend de la hauteur, plus on voit loin. ||Feat. Herby [PV]
» [PCM2015] Un viking venu de loin !
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Plus loin que dans mes Rêves [PV Nuage d'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Restaurants / Bars :: Pink Print : Bar gay friendly-
Sauter vers: