AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Badges


Classement au
10 août 2019


Amance Jouve

►►►◄◄◄


Alex Cormier

►►►◄◄◄


Peter Hale



Classement au
27 juillet 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Isaac Lahey

►►►◄◄◄


Mathieu Lamy



Classement au
6 juillet 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Peter Hale



Classement au
22 juin 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Amance Jouve



Classement au
08 juin 2019


Derek Hale

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
25 mai 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
11 mai 2019


Richard Turner

►►►◄◄◄


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Mafdet Mahes



Classement au
27 avril 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Richard Turner



Classement au
13 avril 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Andy Turing



Classement au
30 mars 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Arizona Blake



Classement au
16 mars 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Amadeï Caïmbeul



Classement au
2 mars 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Wesley Beaumont

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro



Classement au
16 février 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Vicky Anderson

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
2 février 2019

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez
 

 T’es pas mon père. (Feat Tobias )

Aller en bas 
AuteurMessage
Isaac Lahey

Isaac Lahey

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol17
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Je t'ai demandé l'heure?
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Scott_10
Messages : 211
Points : 220
Réputation : 15
Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyMar 5 Fév - 23:42


T’es pas mon père.
Feat. Rapier



Vitesse. Feinte. Sur le ring, je met en place ce que Amaro et Joe m’ont appris durant ces dernières semaines. Si mes yeux restent de la couleur de la glace, c’est le loup qui contrôle chacun de mes coups. Du coin de l’œil, je saisis la droite que mon adversaire prépare. Ses muscles se crispent une première fois avant de se détendre. Je l’évite en me penchant, balance mon pied dans ses jambes pour le faire chuter. Le loup qui combattait contre moi tombe au sol, sa mâchoire émettant un bruit étrange lorsqu’elle rencontre le sol. Il geint, tente de se relever. Je me jette sur lui, le maintiens au sol, mes coups pleuvent sur son corps, sous les cris déchaînés du public qui nous observent. L’arbitre m’attrape le bras, me tire vers le haut. Mon adversaire est encore au sol. Je remporte ce dernier round, je gagne le combat par abandon. On scande mon nom, je frémis de bien être.

De retour dans les vestiaires, je prends une longue douche qui détend chacun de mes muscles. L’eau retire de ma peau l’odeur âcre de la sueur et le sang séché. Mon adversaire était coriace, j’ai des bleus partout. Heureusement que je guéris rapidement, Chris se poserait bien des questions si ce n’était pas le cas... Lydia également. Je finis de me laver, éteins l’eau et vais m’habiller. Il faut que je passe prendre ma « prime » avant de rentrer de toute manière. Je salue mon adversaire, le félicite pour le combat. Nous échangeons une poignée de main, un sourire .Je ne suis pas de ceux qui se vantent d’avoir gagné. Avant, je l’aurais fait. Mais les choses ont changé... J’ai changé. Je sors du vestiaire, fatigué mais revigoré, un sourire stupide aux lèvres alors que certains me félicitent sur mon passage.

(...)

Le Print est plein, comme la plupart des soirs. Je salue quelques personnes qui me connaissent via les combats, quelques poignées de mains affirmées, quelques tapes dans le dos. Ça me fait plaisir, bien entendu mais je ne suis pas là pour ça. Je suis venu voir Amaro, lui demander si l’ont peut organiser d’autres combats. Les fêtes approchent, j’aimerais offrir des cadeaux à ceux que j’aime et l’idée de me faire un peu plus d’argent ne serait pas pour me déplaire. J’hume les odeurs, pas de trace du loup rital. Par contre... Je lève le museau un peu plus haut. Derrière l’odeur de l’alcool, derrière toutes les autres odeurs, j’en connais une. Ça sent le thé. Le thé et le tabac. Qui sent comme ça déjà ? J’inspire plus fort, tourne la tête dans tous les sens, trouve la piste avant de la suivre.

Un costume hors de prix, des cheveux aussi noir que les ténèbres, un verre à la main au bar. Je souris en coin, m’approche. Mon sac tombe de mon épaule sur un des tabourets du bar :

-Monsieur Rapier...

Je prends place à ses côtés, l’air de rien. La dernière fois que je l’ai vu, il m’a collé une droite dans les dents avant que des infirmiers ne se jettent sur lui. Je lui avais d’ailleurs écrit une lettre suite à ça en lui promettant que c’était à charge de revanche.

J’avais, dans un premier temps, pensé à me venger durant l’un de ses cours. Mais entre les combats, les sorties avec ma jolie rouquine et les cours, je n’avais plus ni l’envie, ni la force. Je suivais son cours de manière placide et sérieuse (quand je ne dormais pas sur la table) et tentais de ne pas me faire remarquer en général. L’idée de reprendre une droite (ou une balle) par ce type est loin de me plaire, je préfère du coup rester en retrait.

Je le regarde, un sourire en coin, accoudé au bar. Lui aussi à changé, mais je ne saurais dire en quoi...

(c) fiche par ocean lounge




I don't believe in Satan
But he believes in me.
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3187-ca-tombe-bien-lui-non-plus-te-fait-pas-confiance-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3191-parait-qu-on-a-des-amis-dans-la-vie-il-parait-liens-d-isaac
Tobias Rapier

Tobias Rapier

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol23
Alias : Le Freak
Âge du personnage : 44 ans
Humeur : Laconique
Messages : 517
Points : 537
Réputation : 66
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Retors11

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyMer 6 Fév - 13:10

Tobias Rapier & Isaac Lahey


T'es pas mon père



Sa vie est en train de devenir tout doucement mais sûrement un enfer. Mais dans un style tout à fait différent de ce qu'elle a été ces dernières années. Différent mais tout autant douloureux. Une seule personne en est la cause, Jasmine, sa sœur qui ne jugeant pas suffisant d'être arrivée sans crier gare dans sa vie semble aussi très motivée par l'idée de lui enlever toute intimité, et tout instant de calme par la même occasion. Il soupire face à ces copies, rayant plusieurs lignes sur le papier de cet élève qui non content d'avoir rendu un devoir complètement à côté de la plaque, lui explique par la même occasion l'histoire du roman étudié en cours. Un avis qui serait le bienvenu s'il n'avait pas été uniquement construit par les données divulguées dans une mauvaise adaptation cinématographique et quelques vieilles fiches de lectures trouvées à la bibliothèque.

Son cellulaire vibre alors qu'il pose cette dernière copie sur le tas devant lui, repoussant celles des élèves de seconde qui devront attendre un peu plus. Il a eu son lot d'idioties pour le moment. Son stylo rouge refermé et ayant retrouvé sa place dans le plumier, il attrape son portable, souriant face aux messages de Wesley qui lui souhaite une bonne soirée. Le blond est coincé dans sa librairie par un inventaire, et lorsqu'il lui a proposé son aide il lui a répondu qu'ils risqueraient d'être trop peu productifs s'il venait le voir. Il lui envoie une brève réponse, lui rappelant qu'il peut toujours changer d'avis à propos de cette soirée avant de ranger toutes les copies qui encombrent l’îlot central de la cuisine.

Cigarette au bord des lèvres, il revient, veste sur le dos, se décidant pour un passage rapide au Pink. Lewis travaille ce soir, et même si entre eux le torchon brûle souvent dans l'appartement, il est toujours heureux d'entendre la voix du rossignol. Son arme récupérée, et rangée dans l'écrin de cuir contre son flanc, il quitte les lieux.

[...]

Il n'a pas pu se retenir de faire un détour par la librairie, située non loin du Pink. Il a tout tenté, des yeux de malheureux, aux vers de poètes débordant de mièvreries, mais rien n'a fonctionné. Wesley l'a viré comme un malpropre après quelques baisers et un peu de pelotage entre deux rayonnages.

Assis sur son tabouret habituel, son verre posé devant lui, une tasse de café non loin, il cherche son ami du regard avant de se faire un raison face à l'absence de l'italien dans son commerce. Quelques mots échangés avec Jerry quand ce dernier a le temps de respirer entre deux vagues de commandes occupent sa soirée. Il fixe son téléphone comme si le blond allait changer d'avis à tout moment, lui disant que finalement sa présence serait appréciée pour la soirée. Il ne peut s'empêcher de penser au préservatif bien rangé dans son portefeuille. Il a hurlé sur sa sœur quand cette dernière lui a fait ce petit cadeau, laissant sous entendre avec des mots qu'il s'interdit de répéter qu'un peu d'action sur ce point lui ferait du bien. Le rire de l'oiseau qui lui sert d'ami et de colocataire n'a rien arrangé à cette situation, alors que ce dernier semblait sur le point de décéder à cause de son hilarité déplacée.

Sa main se resserre sur son verre, mais il est coupé dans son élan par une voix qui l’interpelle et qu'il reconnait immédiatement malgré le brouhaha ambiant. Il hausse un sourcil, son expression passant de neutre à mesquine alors qu'il ouvre la bouche pour saluer son élève avant de boire une gorgée du liquide ambré qui sommeille dans son verre.

-Monsieur Lahey. Vous avez décidément un don pour fréquenter des lieux qui ne sont pas fait pour les jeunes gens de votre âge.

Il hausse un sourcil, montrant au gamin qu'il sait parfaitement en quoi consiste sa nouvelle activité extra-scolaire. Isaac a beau l'éviter depuis la légère altercation qui a mit fin à sa visite à Eichen House, cela n'a pas empêcher Tobias de remarquer le changement de comportement de l'enfant. Ni quelques fois ou ce dernier c'est assoupi durant un de ses cours. Puis le nom du loup dans quelques bouches appartenant à des personnes fréquentant le HCC ont suffit pour lui indiquer ce qui clochait dans son attitude. Il n'approuve pas cette idée, mais il semble que son avis ne soit pas à prendre en compte dans toute cette histoire. Ce genre de choses ne l'attire pas, et ça le gêne tout de même de savoir que son élève va dans cet endroit. Il a peur qu'un jour les choses tournent mal. Sans le vouloir il s'est attaché plus qu'il ne l'aurait voulu à ce gamin. Il soupire, vide son verre et hèle le barman quand celui-ci passe près de lui.

-Jerry, tu peux faire un chocolat chaud pour le petit ?

Si ce dernier est venu voir Alessandro à propos des combats, il va être déçu vu que ce dernier semble introuvable ce soir. Il est sans doute avec Therence ou sa petite blonde. Il pose son regard sur son élève avant de lui donner quelques consignes sur un ton qui ne laisse pas de place à la discussion.

-Asseyez vous, buvez votre chocolat et rentrez chez vous.

Il est certain que ce monsieur Argent qui sert du tuteur à Isaac n'est pas au courant des activités de celui-ci. Le chasseur n'apprécierait sans doute pas l'idée si cette dernière arrivait jusqu'à lui.

©️️️clever love.




I'm a man of wealth and taste
Sympathy for the devil (RS)
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3197-tobias-plus-qu-un-ami-un-veritable-ennemi-termine#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3355-carnet-d-adresses-du-brittish
Isaac Lahey

Isaac Lahey

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol17
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Je t'ai demandé l'heure?
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Scott_10
Messages : 211
Points : 220
Réputation : 15
Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyLun 11 Fév - 20:42


T’es pas mon père.
Feat. Rapier



Je ricane alors qu’il m’annonce que je n’ai rien à faire ici. J’hoche la tête à l’affirmatif en soupirant:

-J’aime les endroits où je sais qu’on ne désire pas m’y voir. Je m’y sens comme chez moi!

Je lui offre un sourire sarcastique et secoue la tête. 2 minutes. Ça fait deux minutes que je suis assis à ses côtés et je le regrette déjà. Il soupire à mes côtés, vide son verre d’un trait. Je fronce les sourcils. Je ne comprendrais jamais comment ont peut autant aimé ce liquide ambré. Peut être suis je encore trop gamin mais le whisky reste un alcool que je n’apprécie pas du tout...

Un chocolat chaud ? Jerry et moi regardons Rapier d’un drôle d’air. Il n’est pas sérieux là ? Jerry me jette un œil, je lui fait un discret signe pour lui faire comprendre que non, je n’en veux pas avant de me tourner vers mon professeur :

-Je vous remercie de votre proposition, mais j’ai passé l’âge dès chocolat chaud à dire vrai...

-Asseyez-vous, buvez votre chocolat et rentrer chez vous.

Je retiens un grondement mauvais. L’adrénaline du combat précédent coule encore dans mes veines, je me ferais un plaisir de lui en recoller une... Mais si je tape sur un client, je crois qu’Amaro me feras la peau. J’inspire profondément, détourne le regard en secouant la tête négativement.

Jerry dépose devant moi un mélange sans alcool mais que je sais bourré de vitamines en tout genre. Le liquide est un mélange entre le mauve cassis et le vert épinard. Je soupire d’aise en buvant la première gorgée, comme d’habitude son cocktail est un pur délice. Je remercie le Barman du regard avant de regarder Rapier :

-Vous en avez pas marre de me traiter comme un enfant? Vous savez que je n’ai pas cinq ans ? Je vais avoir 20 ans dans quelques mois. Laissez moi vivre ma vie comme bon me semble...

Je termine mon cocktail rapidement. Je pensais parler tranquillement avec lui. Peut-être lui faire comprendre que je ne suis pas si mauvais qu’il semble le penser. Mais il continue de jouer les sales types, les connards aigries dont on ne peut rien tirer. Je sors un billet de ma poche, paye ma consommation et me penche sur le bar :

-Je voulais voir Amaro, Jerry. Tu peux lui faire passer le message ?

Il me fait un signe de la main pour me dire que c’est bon. Je souris, rattrape mon sac :

-Bonne soirée, Rapier.

J’hoche d’un geste bref la tête, me dirige vers la sortie.

Arrivé au milieu de la rue, je me rends compte que mon portable est rester sur le bar. Je m’insulte, m’apprête à faire demi-tour, quand une odeur bien connu maintenant me chatouille les narines. Quand je me retourne la carcasse de Rapier me fait de nouveau face. Je me passe une main sur le visage, puis dans les cheveux.

-Mais c’est pas vrai ... Vous comptez me lâcher ou ça se passe comment ?

Le fait que je sois excédé par son comportement se ressent dans ma voix. Cette dernière est plus dur, plus grondante et mordante. Mes mâchoires se serrent et se desserrent, il me faut quelques secondes pour me reprendre. J’essaye de faire fi de ce que je ressens et reprend :

-Excusez-moi maintenant, je dois aller récupérer mon téléphone...


(c) fiche par ocean lounge




I don't believe in Satan
But he believes in me.
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3187-ca-tombe-bien-lui-non-plus-te-fait-pas-confiance-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3191-parait-qu-on-a-des-amis-dans-la-vie-il-parait-liens-d-isaac
Tobias Rapier

Tobias Rapier

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol23
Alias : Le Freak
Âge du personnage : 44 ans
Humeur : Laconique
Messages : 517
Points : 537
Réputation : 66
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Retors11

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyMer 13 Fév - 18:01

Tobias Rapier & Isaac Lahey


T'es pas mon père



Soit le gamin est énervé, soit il est devenu bon acteur. La seconde possibilité relevant de l'impossible, il sourit en comprenant que malgré les apparences, les soucis de contrôle, en particulier avec tout ce qui concerne la colère ne sont toujours pas des choses réglées. Il se mord l'intérieur de la joue pour ne rien dire, ne bronchant même pas lorsque Jerry pose une drôle de boisson très loin du chocolat chaud demandé devant l'enfant. Il inspire donc doucement, cherchant à visualiser un paysage apaisant. Une cascade perdue dans la jungle loin de l'humanité. Cela fonctionne, la cascade génère bien vite un autre soucis. Tobias stoppe donc toute tentative pour se détendre, n'ayant pas prévu d'aller au cabinet dans l'immédiat.

Lèvres scellées, il attrape son sucre, le sort de l'emballage avant de le verser dans son café qui a déjà eu le temps de trop refroidir pour rester bon. Tant pis. Il fait tinter sa cuillère dans sa tasse avant de finalement se figer une fraction de seconde quand Lahey reprend la parole. Son élève lui donne son avis sur sa personne, et la façon dont il le fait est emplie d'insolence et de colère. Le loup termine son verre, ne coupant le silence que pour demander à Jerry de laisser un message pour le rital.

Tobias n'aime pas ça, car cela confirme les informations qu'il a sur le gosse. Il court droit aux ennuis s'il pense pouvoir jouer à ça sans jamais ne devoir donner d'explications. L'idée de poser sa main sur le crâne du gosse pour lui fracasser la tête contre le comptoir traverse l'esprit de l'anglais. Sans toutefois réellement s'y attarder. Il doit se contrôler, que ce soit dans un lieu public comme le Pink, ou bien un endroit avec un public minimisé comme sa salle de classe. Il repense à la jeune Miss Blake,  au comportement qu'il a eu face à elle. Cette façon dont il a laissé la place à l'effrayant personnage de cauchemar. Se faisant traqueur comme avec cette brune aux yeux d'or qu'il a effrayé au point qu'elle ne fasse une chute fatale.

C'est en sentant son voisin quitter le tabouret à ses côtés après s'être fait saluer d'une façon irrespectueuse qu'il comprend l'erreur. Le portable ne devrait pas être posé sur le comptoir alors que son propriétaire est en train de passer la porte. Tobias inspire, pose un billet sur le zinc, vide sa tasse de café froid de l'autre main. Il se redresse, le téléphone de Lahey entre les mains, quittant le bar après un vague salut à Jerry.

Il sort son paquet de cigarettes, le téléphone rejoignant temporairement une de ses poches le temps qu'il embrase le bâtonnet de nicotine. Il ne fait que quelques pas, puis se stoppe, expulsant la fumée entre ses lèvres serrées, ne quittant pas son élève qu'il voit de dos. Ce dernier ne perd pas de temps à se rendre compte de la présence de chasseur et fait volte face à son tour.

Une nouvelle bouffée de nicotine traverse sa gorge pour arriver jusqu'à ses poumons, il glisse une main en direction de sa poche, prêt à y retrouver le bien du garçon pour lui rendre, décidant de rester aussi calme que possible malgré les manières dérangeantes du loup. Mais celui-ci s’insurge à nouveau un bref instant, ne semblant pas se rendre compte du contrôle dont est en train de faire preuve son professeur pour ne pas le reprendre sur le champ.

-Monsieur Lahey...

Le garçon se calme, avant de finalement se reprendre à voix haute, s'attirant cette fois un soupir de désespoir de la part de l'anglais. Ce dernier lève les yeux au ciel, se disant que ce qu'il s’apprête à faire, déraper. Ce n'est en rien de sa faute. C'est juste la simple conséquence de petites causes semblant d'une importance toute relative, qui a présent sont en train de lui ruiner sa toute nouvelle sérénité. L'absence d'Amaro, le fait que ce dernier et le mioche se connaissent, Wesley qui ce soir n'a pas voulu de son aide, et sa fouine de sœur qui va peut être devoir passer de vie à trépas avant d’avoir eu le temps de dire "exécution".

Il laisse le gamin faire un premier pas, avant de finalement le stopper, sa voix claquant dans l'air.

-Votre cellulaire est venu à vous. Je me suis dit qu'Alessandro aurait du mal à vous contacter sans.

Le message passe. Le professeur connait l'italien. Et a sans aucun doute une idée plutôt nette des activités du jeune trentenaire. Il sort le téléphone de sa poche, le gardant à la main quelques secondes avant de le jeter dans celle du garçon qui n'a plus qu'à refermer ses doigts dessus.

-Faire des idioties sur un ring c'est plus compliqué si l'on n'a pas connaissance de l'heure de rendez vous.

En fait aurait-il mieux fait de garder le téléphone pour lui et s'en débarrasser dans la première bouche d'égout venue ? Mais cela n'aurait pas suffit à empêcher le gamin de retourner au HCC. Et remonter sur ce foutu ring où il risque la mort. Ou pire, de devenir un tueur. Il pose son regard sur le jeune homme face à lui, cherchant ce qu'il pourrait lui dire pour lui faire comprendre qu'il n'a pas besoin d'aller là bas. Mais ça il ne le sait pas, après tout il ne connait pas grand chose de son élève. Juste ce qu'il en déduit avec le comportement qu'il voit dans sa classe. Il sait juste en voyant le gamin quand ce dernier a trop forcé la veille, ou même quand Miss Martin est venue l'attraper pour un baiser avant un cours. Il attrape sa cigarette entre ses doigts pour l'éloigner de sa bouche non sans y avoir prit une dernière bouffée de tabac, relâchant fumée et mots posés sur un ton neutre.

-En tant que professeur cela m'ennuie de savoir qu'un de mes élèves fait ce genre de choses après les cours. Et ce même si mon comportement en tant que professeur n'a pas toujours été irréprochable.

C'est un peu une sorte de mea culpa qu'il est en train de faire face à ce gosse qui ne doit attendre, qu'une chose. Pouvoir le rabaisser pour le remettre à sa place après ses deux premières batailles victorieuses. Il fixe la braise au bout de sa cigarette, espérant juste faire réagir Isaac.
©️️️clever love.




I'm a man of wealth and taste
Sympathy for the devil (RS)
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3197-tobias-plus-qu-un-ami-un-veritable-ennemi-termine#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3355-carnet-d-adresses-du-brittish
Isaac Lahey

Isaac Lahey

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol17
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Je t'ai demandé l'heure?
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Scott_10
Messages : 211
Points : 220
Réputation : 15
Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyDim 17 Fév - 14:40


T’es pas mon père.
Feat. Rapier



-Votre cellulaire est venu à vous. Je me suis dit qu'Alessandro aurait du mal à vous contacter sans

Je regarde sans comprendre mon professeur, relève les yeux vers les siens quand il prononce le prénom d’Amaro. Je penche la tête légèrement sur le côté, interrogatif. Il connaît le patron du pink? Ma langue hydrate mes lèvres, ma main masse ma nuque dans l’espoir de détendre là tensions ressentis dans cette dernière. Est ce qu’il le connaît vraiment? Au vu de son regard, oui, il connaît le rital. Est ce qu’il est au courant pour les hangars? Alessandro en aurait parler ? Je me mord l’intérieur des joues sans répondre. Il me jette mon téléphone, je le récupère sans mal et le fourre dans le fond de ma poche tandis qu’il reprend:

-Faire des idioties sur un ring c'est plus compliqué si l'on n'a pas connaissance de l'heure de rendez vous.

-Des idioties ?

Je serre les mâchoires, les poings et gronde pour faire comprendre ma désapprobation sur ses propos.Comment peut il penser que je fais des idioties ? J’ai trouvé dans le combat un moyen de me canaliser, un moyen de passer mes nerfs, de me défouler autant que j’en ai besoin. Je me sens mieux dans ma tête, mieux dans mon corps et d’après lui je fais des idioties ??

-En tant que professeur cela m'ennuie de savoir qu'un de mes élèves fait ce genre de choses après les cours. Et ce même si mon comportement en tant que professeur n'a pas toujours été irréprochable.

Mes mâchoires et les poings se relâchent. Il se moque de moi, c’est ça? Elle est où la caméra cachée? J’hume l’air. Je peux sentir d’ici qu’il est armé. Un seul faux pas et je sais qu’il serait capable de m’abattre comme un chien qui a la rage. Peut être que c’est comme ça qu’il me voit d’ailleurs. Je secoue la tête, un sourire étire mes lèvres avant que je ne me mette à rire. C’est nerveux, c’est plus fort que moi:

-Tu te fous de ma gueule ?

Ah oups, sortis plus vite que je ne le pensais. Tant pis, là que je suis lancé... Je réduis l’espace entre nous en avançant d’un pas :

-Vraiment, je ne vois que ça comme explication.

Je me stop, mon regard vire à l’or quand mes yeux se fixent dans les siens:

-Pas un professeur irréprochable, tu dis ? Tu m’as tiré dessus dans l’enceinte du lycée !! Tu m’as frappé alors que j’ai été le seul à venir te voir dans ton putain d’asile de fou! Et tu oses venir me faire la moral pour les hangars?

Je monte le ton de ma voix, je gronde tout autant que je parle. Mes poings se serrent.Je reprend de plus belle, ma colère éclatant :

-Et puis merde !! Tu ne peux pas te mêler de ton cul ?? Pour qui tu te prends ?! T’es juste mon prof !! J’ai aucun compte à te rendre !! Tu me prends pour ton gamin ?! J’ai déjà eu un père de merde qui me tabassait et me séquestrait, j’en ai pas besoin d’un autre de substitution qui prend un malin plaisir à me torturer de je ne sais quel manière de tordus!!!

Je reprend ma respiration, j’ai le cœur qui palpite. Je ne pensais pas ressentir tout ça. Je ne le savais pas jusqu’à ce que cette colère éclate. J’achève ma tirade de mots assassins :

-Alors je t’interdis de me juger pour ce que je fais. Contrairement à toi, je ne cherche pas à tuer qui que ce soit.


(c) fiche par ocean lounge




I don't believe in Satan
But he believes in me.
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3187-ca-tombe-bien-lui-non-plus-te-fait-pas-confiance-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3191-parait-qu-on-a-des-amis-dans-la-vie-il-parait-liens-d-isaac
Tobias Rapier

Tobias Rapier

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol23
Alias : Le Freak
Âge du personnage : 44 ans
Humeur : Laconique
Messages : 517
Points : 537
Réputation : 66
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Retors11

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptySam 23 Fév - 23:19

Tobias Rapier & Isaac Lahey


T'es pas mon père



Il a voulu pousser son élève à bout, le faire réagir et il sait qu'il a transformé l'essai quand ce dernier le fixe, furieux avant de lui répondre sèchement. Ses sourcils se froncent à l'entente de ce tutoiement auquel il ne s'était pas préparé et qu'il trouve particulièrement déplacé. Les gens qui peuvent se permettre cette familiarité avec lui sans prendre le risque de se faire rembarrer ne sont pas légions, et il ne s'attendait pas à ça. Et ce même s'il était préparé à une réaction peu charmante, cette façon bien personnelle qu'à le gosse de lui dire ce qu'il pense de lui. Et ce avec des mots parfois désolants de vulgarité comme ce soir.

Le gamin perd le contrôle un bref instant, ses yeux changent de teinte, révélant cette nature qu'il a décidément du mal à camoufler lorsqu'il se retrouve contrarié. Est-ce pour ça qu'il s'écharpe sur un ring régulièrement ? Ou bien juste pour quelques billets. Au fond de lui Tobias espère bien que c'est la première raison qui trône sur la liste des priorités de son élève. Ses lèvres se pincent, il se retient de dire au gamin qu'il ne lui a jamais rien demandé. Personne ne l'a forcé à venir le voir, si ce n'est Miss Jouve. Il aurait pu ne pas venir, mentir, dire aux autres qu'il avait en effet effectué sa petite visite au fou qu'on laisse enseigner en tout impunité. Tobias aurait suivi, bien content d'avoir échappé à un instant que son instinct lui aurait dicté comme gênant sans même qu'il ait besoin de le vivre. 

Même s'il voulait rétorquer quelque chose au blond il ne pourrait pas le faire, ce dernier ne lui en laisse pas le temps. Il débite le fond de sa pensée, vide son cœur comme ça sur ce trottoir où n'importe qui pourrait les voir. Les mots sont durs, le malaise ne fait qu'augmenter quand le gamin attaque un autre sujet. Les pères. En général. Soulignant par la même occasion que Tobias n'a pas à jouer les paternalistes envers lui. Le brun en reste muet, encaisse comme il peut, portant sa cigarette à ses lèvres, cherchant un peu de calme dans cette fumée qu'il invite à venir lui brûler les poumons. Cette rage qui monte en lui quand il apprend certaines choses qu'il aurait préféré ignorer à propos du gamin, de ce père qui n'en était pas un. Juste un taré préférant martyriser la chair de sa chair plutôt que lui donner amour et affection.

Il hait cet homme sans même le connaître, il le sait mort et regrette que ce soit déjà fait. Il pense au plaisir qu'il aurait prit à le faire hurler, puis l'égorger avant de le démembrer pour en faire disparaître les morceaux plus facilement. Sa colère prend toute la place restante dans son cœur, rejoint cette rage qu'il éprouve encore pour celui qui lui a volé les siens, surpasse celle qu'il éprouve pour lui même. Son esprit ne tourne plus rond alors que sous l'émotion son souffle se fait plus ardu. Il ferme les yeux un bref instant, tentant de dissimuler ce qu'il ressent. Une douleur traverse son bras, il inspire plus fort cherchant ce qui en en train de se passer alors que son souffle se coupe brusquement.

Poitrine serrée dans un étau invisible, il sent que quelque chose cloche alors qu'il n'entend plus le rythme de son cœur résonner dans ses oreilles.

Sa cigarette se brise entre ses trop longs doigts.

Doigts de pianiste. C'est ce que disait sa grand mère. Piano. Il pense à Mary. La naissance de Charles qui a bien failli voir le jour dans leur voiture conduite par le futur père au bord de la panique. Un autre visage, vision plus récente, ce jeune homme a qui il ouvre son cœur. Celui qui vient de cesser de battre prouvant là son existence. Encore une fois brisé pour devenir inutile. Un cœur fragile car trop malmené par tant de douleur.

Il chute. Pense aux échecs qui ont peuplé sa vie, mêlés à de trop maigres victoires alors qu'il ne sent même pas son corps heurter le sol. Qu'il n'entend pas Lahey lui asséner ce coup de grâce dont il n'a pas eu besoin pour être mit KO. Dans tout les sens du terme.


Il a froid. C'est cette première sensation qui le prend au tripes alors qu'il s’éveille à nouveau dans un lieu étrange qu'il ne connait pas. Non loin de là un enfant rit aux éclats. Un son qui résonne dans les airs. Cette voix. Il sait à qui elle appartient. Instinctivement il appelle son fils. Le cherchant dans cette brume.

-Charles ? CHARLES !

Les voix se taisent, puis reprennent de plus belle. Des notes féminines s'alliant aux rires candides. Il faut qu'il les rejoigne. L'esprit trop allègre, il ne cherche même pas de logique dans ce qui est en train de se passer. Son cœur désormais mort comme seul guide.

Enfin sa vie s'achève, d'une façon des plus inattendues. De cette mort lambda qui est la sienne alors qu'il aurait eu tant d'occasion d'y passer avant ce jour. Il continue sa quête, fouille à travers cet épais brouillard qui est le seul décor dans lequel il évolue. Puis il court vers ce qui semble être la source des voix, plus proche des siens que jamais quand une douleur le plie en deux, mains posées sur la poitrine.

-Non pas ça...

Il sait ce qui est en train de se passer. Le monde autour de lui devient plus flou, plus onirique. Il reprend pourtant sa course, encouragé par Mary, ses rires. Ces encouragements dont le contenu le choque. Il lutte, désobéit, hors de question de faillir tout en étant si proche du but. La douleur, si forte, il veut que ça cesse. Il se bat contre son propre corps. Contre cet idiot de gosse qui semble bien décidé à le faire chier jusqu'au bout.


©️️️clever love.




I'm a man of wealth and taste
Sympathy for the devil (RS)
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3197-tobias-plus-qu-un-ami-un-veritable-ennemi-termine#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3355-carnet-d-adresses-du-brittish
Isaac Lahey

Isaac Lahey

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol17
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Je t'ai demandé l'heure?
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Scott_10
Messages : 211
Points : 220
Réputation : 15
Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptySam 2 Mar - 10:45


T’es pas mon père. 
Feat. Rapier 



Je lui tourne le dos en prononçant mes derniers mots emplis de venin. Je suis tellement en colère que j’ai du mal à me contenir, à contenir le loup et la douleur lancinante dans ma nuque n’augure rien de bon. 

Un son mat derrière moi. Je me retourne d’un geste vif, sur mes gardes, prêt à intervenir si besoin. Mes yeux se mettent à la hauteur ou ceux de mon professeur devrait se trouver... Rien. Je baisse le regard vers le sol. Il est allongé sur le bitume dans la ruelle, face contre terre, la cigarette cassée non loin de sa main. Je fronce les sourcils, grogne: 

-Si tu me fais une mauvaise blague pour mieux me tirer dessus, t’es un homme mort Rapier! 

Je continue de gronder quelques instants, sans que son corps ne bouge. J’hume l’air en l’approchant de lui. Il sent... La mort. Je blêmis. Bordel de merde. C’est moi qui l’ai tué?? J’ai fait comment ?? 

Je me jette à genoux à ses côtés, tente d’écouter son cœur battre... Rien. Il a cessé de fonctionner. Je le pousse sur le côté, pose mon oreille sur son torse de peur que ça ne soit mon ouïe qui ne me joue des tours... Mais non, c’est sur. Rapier est mort. 
Je recule, tombe sur les fesses, le cœur battant la chamade. 

-Putain de merde ! 

Je fais quoi ? Je fais quoi? JE FAIS QUOI ??!
Qu’est ce que j’ai vu en cours là dessus ? Pas grand chose qui peut me servir maintenant. Qu’est ce que Chris m’a appris? Massage. Un massage cardiaque. Comment ont doit faire déjà ? Ah oui. J’attrape sa cravate, la retire d’un geste rapide avant d’ouvrir sa veste ainsi que sa chemise pour avoir accès à son torse. Je vais pas le laisser mort ici tout de même ! C’est une enflure certes... Mais je ne suis pas comme lui. J’attrape mon téléphone, compose le 911... La batterie me lâche. Je hurle de rage au milieu de la ruelle. Tant pis, je me demerde seul. Mes deux mains au niveau de son cœur, à genoux à ses côtés je commence à masser. 30 pressions à intervalle régulier. Je grimace alors que je dois pratiquer les 2 insufflations nécessaire, mais le fait quand même. J’écoute son cœur. Rien. Je reprend mon massage : 

-Je vais pas te laisser crever là, crois moi! Si tu dois crever, c’est parce qu’on se sera battu, mais là, là t’as pas le droit...

Ma gorge se serre, mes yeux me piquent. Merde je vais pas me mettre à chialer! J’inspire profondément, continue de compter. 30 compressions, 2 insufflations. Toujours rien. Je recommence jusqu’à entendre son cœur battre. 

-Oui!! Oui putain j’ai réussis !! Allez, tiens le coups maintenant !! 

Je m’assure que son cœur batte plus ou moins correctement avant de l’attraper et le mettre sur mon dos, abandonnant téléphone et sac à dos dans la rue.

J’avance à pas rapide, Rapier fait son poids mais ,une des choses qui font que j’aime être un lycan, est le fait que je sois plus fort que la normale. Et la boxe aide aussi pour l’endurance.

Alors que j’avance, je l’entend grogner contre ma veste. Mon nez se fronce. Il se plaint ? Je m’arrête pour mieux écouter son geignement :

-Quoi? 

Plus de geignement, mais à la place un petit bruit métallique qui cliquette dans sa poche. Qu’est ce qu’il peut bien avoir dans sa poche qui fait ce bruit ?Je ferme les yeux, m’insultant intérieurement. Ce con est armé jusqu’aux dents avec un peu de chance. Comment j'ai fais pour ne pas le sentir? En fait si, je l'ai sentis un peu plus tôt, mais j'ai tellement flipper de le voir mort au milieu de la ruelle que je n'y ai plus pensé. Et je ne peux pas l'amener à l'hôpital comme ça! J'imagine bien la tête des infirmières en tombant sur son attirail de tueur en série.. Je le pose au sol, l’adosse au mur et commence à lui faire les poches, récupérant au passage son portefeuille et ses clopes que je glisse dans l'une des miennes. Je retire les couteaux et les flingues, disséminés dans ses poches de veste et de pantalon, retirant également les balles . J’hume rapidement, ça pue les produits et la poudre à canon. Putain de chasseur. Je n'ose même pas imaginer ce qu'il a mis la dedans… Je balance toutes les armes dans le fond d’une poubelle avant de récupérer mon prof, direction l’hôpital.

(...) 

Je regarde la photo trouver dans le portefeuille de mon professeur. Il est plus jeune. Il n’a pas cet air triste et maussade inscrit sur le visage. Il y a une jeune femme belle et souriante, un petit garçon aux yeux noir dans les bras. Mes yeux se relève vers l’homme allongé dans le lit d’hôpital. Je ne connais pas le Tobias Rapier de la photo. Je ne connais que l’homme alcoolique et déprimé qui se trouve dans ce lit, branché de partout. Les infirmières ont dit que j’avais eu un bon réflexe. Je dis que je n’aurais pas du être aussi dur. J’inspire profondément, me masse l’arrête du nez un instant, me laisse aller dans le fond du siège à côté de son lit.

Il ouvre les yeux, il semble chercher autour de lui. Je me relève, me poste au bout du lit : 

-Vous êtes à l’hôpital.


(c) fiche par ocean lounge





I don't believe in Satan
But he believes in me.
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3187-ca-tombe-bien-lui-non-plus-te-fait-pas-confiance-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3191-parait-qu-on-a-des-amis-dans-la-vie-il-parait-liens-d-isaac
Tobias Rapier

Tobias Rapier

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol23
Alias : Le Freak
Âge du personnage : 44 ans
Humeur : Laconique
Messages : 517
Points : 537
Réputation : 66
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Retors11

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyJeu 7 Mar - 20:22

Tobias Rapier & Isaac Lahey


T'es pas mon père




Rêve étrange que celui dans lequel il est en train d'évoluer. Ou plutôt même cauchemar selon les critères qui sont les siens. Il les cherche mais ils ne sont plus là, et ont à nouveau disparu aussi brusquement que la première fois. La douleur de l'âme est la même, même si son esprit fatigué flotte dans une étrange torpeur. Différente de l'anesthésie causée par l'alcool, cette fois ce n'est pas son esprit qui est apaisé mais son corps. Une gêne le fait gémir, quelque chose près de son nez, dans son nez. Il tente de se souvenir de la soirée, en vain, seule la brume et les rires de son fils remplaçant les pleurs habituels lui restent en tête. Il se force à ouvrir les yeux lorsque son bras le gratte désagréablement.

Il pose son regard perdu sur ce nouvel environnement qu'il ne connaît pas, un "bip" régulier le mettant mal à l'aise, tout autant que ces draps rêches au milieu desquels il repose. Sa bouche s'ouvre pour laisser s'échapper un geignement pathétique, et ses yeux s'écarquillent lorsque la voix d'un gamin se fait entendre.

Pas Charles. Lahey. Il ferme les yeux de dépit alors que son cerveau lui renvoie les images de cette soirée. Wesley qui travaille. Le Pink Print. Chocolat chaud et ce père qui torture son fils au lieu de lui donner l'amour dont un gamin à besoin. Un sanglot lui échappe quand il comprend que son doux rêve et ses plans d'évasion viennent de tomber à l'eau à cause d'un gosse doté de trop bons réflexes. Ses paupières se lèvent, dévoilant son regard noir qu'il devine abruti par l'émotion et les médicaments qui passent par le tuyau rattaché à son bras. Sa voix est bien moins cassante qu'il ne l'aurait souhaité quand il ouvre la bouche, horrifié par l'image de son élève une vieille photographie entre les mains. Il sait d'où elle sort, il l'a tenu bien trop souvent entre ses mains, lors de ses soirées solitaires. Il connaît ses angles racornis et usés par le temps par cœur.

-Vous...Vous auriez du me laisser sur le bitume espèce de fouineur.

Il lève une main. Le gosse doit prendre ça comme un geste pour lui intimer le silence alors qu'il n'en est rien. Même si le fait que ce dernier garde sa bouche fermée est un confort sur lequel il ne va pas cracher. C'est sur la canule nasale, l'objet causant cette gène qui l'a réveillé, que sa main s'abat avant de tirer dessus pour la dégager au loin. Son élève se lève, tente de le stopper, mais il le coupe dans son élan, sifflant entre ses dents un ordre à destination de l'apprenti boxeur.

-Restez loin de moi. Rendez vous utile. Trouvez le numéro de Jasmine Rapier, et appelez la. Elle devrait être ravie de me savoir en vie et prévenir tout ceux pour qui votre exploit pourrait avoir de l'importance.

Il déteste cette voix qui ne ressemble pas à la sienne avec laquelle il s'exprime. Fatiguée, usée jusqu'à la corde montrant la faiblesse de son propriétaire qui n'a même pas la force suffisante pour reprendre un minimum de contenance. Les bips indiquant sa fréquence cardiaque s'accélèrent et quand il ouvre les yeux à nouveau sans se souvenir de les avoir fermés il tombe sur le visage hébété du garçon. Le professeur enrage face à cette inaction, fixe le gamin avant de reprendre.

-VOUS ATTENDEZ QUOI ? Je les ai perdu pour la seconde fois à cause de vous ! Vous voulez un remerciement ? Cassez vous !

C'est quand Isaac sort enfin, claquant la porte derrière lui, des mots peu charmants sortant de sa bouche, qu'il se rend compte de ce qu'il vient de faire. Méchanceté pure et gratuite, comme à son habitude. L'affection qu'il se surprend à éprouver parfois pour ce gosse ne change rien à sa colère, et c'est dans un geste rageur qu'il arrache sa perfusion pour le regretter immédiatement quand une douleur aiguë traverse son bras. Il grogne sa rage, ignorant ses larmes qui commencent à dévaler la pente de ses joues. Un regard vers la machine qui s'emballe près de lui, et il localise la prise qui la maintient en route. Il tire dessus, faisant cesser ce bruit insupportable sur le champ.

Ne reste qu'à sortir de ce lit pour pouvoir quitter ce sinistre endroit. La chambre, l'hôpital et peut être même cette ville, voir le monde des vivants une bonne fois pour toute.

Alors que déterminé il se redresse tant bien que mal, un visage angélique aux cheveux blonds lui apparaît, rendant les deux dernières étapes de ce plan infaillible impossibles à accomplir. Toutefois il bouge, et après de multiples efforts parvient à mettre ses jambes sur le côté du lit. L'énergie du désespoir, la peur d'inquiéter Wesley lui donnent la force de se mouvoir. Mais c'est sans compter sur ses jambes qui refusent de le porter et le font s'échouer au sol comme un pantin désarticulé.

Un cri de colère transpirant la douleur lui échappe, des larmes continuant à rouler le long de ses joues, de véritables traîtresses dévoilant sa détresse. Il se recroqueville sur lui même, l'épuisement s'alliant à son mal être.

La porte s'ouvre sur de nouveaux arrivants, il se refuse à lever la tête vers eux.
©️️️clever love.




I'm a man of wealth and taste
Sympathy for the devil (RS)
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3197-tobias-plus-qu-un-ami-un-veritable-ennemi-termine#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3355-carnet-d-adresses-du-brittish
Isaac Lahey

Isaac Lahey

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol17
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Je t'ai demandé l'heure?
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Scott_10
Messages : 211
Points : 220
Réputation : 15
Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyMar 7 Mai - 8:38


T’es pas mon père.
Feat. Rapier



Je le regarde reprendre ses esprits, m’observer comme si j’étais une étrange créature tout droit sortis d’un rêve. Je me mords l’intérieur de la joue. Je fais quoi maintenant ? Je reste ou je me tire? Il referme les yeux. Il va replonger? Je m’approche un peu plus de son chevet :

-Monsieur Rapier...?

Un sanglot s’échappe de sa bouche. Je penche la tête sur le côté, comme un chiot qui cherche à comprendre. J’hume légèrement l’air. Aucune larme. Il a déjà pleurer une fois devant moi, je doute que cela recommence de si tôt. Ses yeux s’ouvre de nouveau, son regard planter dans le miens. Je ne sais pas trop quoi penser de ce que je peux y lire. C’est un trop plein d’émotions, le tout parfumé de nostalgie et de déception. Et...

-Vous... Vous auriez du me laisser sur le bitume espèce de fouineur.

De la colère.Rapier le retour, c’est bon tout est normal. Je soupire, blasé. Pourquoi diable aurais je dû faire ça ? J’ai beau chercher une raison je n’en vois aucune. J’ouvre la bouche pour lui répondre, il me coupe la parole d’un geste de la main. Je fais la moue. Sympa. Je croise les bras, me laisse aller dans une chaise à mes côtés. « Merci Lahey. » Putain, c’était si dur à dire ? La prochaine fois, je le bouffe en mode case dalle avec de la moutarde et...

-WOH!!!! Mais vous faites quoi ?!

De nouveau debout sur mes deux jambes , j’accoure vers le lit en mode panique pour tenter de l’empêcher de tout débrancher. Sa main attrape mon poignet, même si il n’a pas la force de la maintenir je ne me débat pas. Il crache son venin à chaque mots, la fatigue ressortant dans chaque intonation de sa voix:

-Restez loin de moi. Rendez vous utile. Trouvez le numéro de Jasmine Rapier, et appelez la. Elle devrait être ravie de me savoir en vie et prévenir tout ceux pour qui votre exploit pourrait avoir de l'importance.

De l’importance...? Parce que c’était pas important de le sauver ? Il ne pouvait pas me dire ça avant ?? Il me relâche, son corps retombe mollement dans le fond du lit. Ça bipe de partout en mode alarme de banque. Je ne comprend rien à ce qu’il se passe. Et en quoi je suis en fouineur ? Qu’est ce que j’ai encore fait? Et... Jasmine Rapier? Je regarde la photo que j’ai encore dans les mains. C’est sa femme ? Je le regarde sans comprendre . Je dois vraiment l’appeler cette nana ou pas ?

Après ce qui semble être une éternité, il rouvre les yeux en mode mort vivant. Je sursaute légèrement, l’observe silencieusement.

-VOUS ATTENDEZ QUOI ? Je les ai perdu pour la seconde fois à cause de vous ! Vous voulez un remerciement ? Cassez vous !

Je ferme les yeux, les poings. Je serre les mâchoires, déglutit difficilement.

-Juste un « Merci de ne pas m’avoir laisser crever comme une charogne » aurait suffit. Vous êtes une putain d’enflure !!

Je pose la photo sur le bord du lit et m’exécute, claquant la porte de chambre derrière moi en l’insultant de tous les noms d’oiseaux qui qualifie mon professeur de littérature.

Une fois dans le couloir, je sens quelque chose sur ma joue. Je l’essuie d’un revers de manche rageurs. Qu’il aille se faire voir lui et sa crise cardiaque. Il pourra crever la prochaine fois !! Et perdu qui une deuxième fois ? De quoi il parlait ? Plutôt de qui ?

-Isaac?

Je relève la tête vers la voix. C’est la mère de Scott. J’esquisse un semblant de sourire.

-B’soir madame...
-Isaac, ça va? Pourquoi tu pleures?

Je pleure ? Depuis quand ? Je croise mon reflet par le biais d’une fenêtre, j’ai les yeux rougies et gonflé. Je renifle, essuie les larmes et hoche la tête:

-Oui ça va, vous en faites pas pour moi...

Un cri de rage résonne dans le couloir. Je relève la tête. Rapier. Je reconnaîtrai sa voix n’importe où. Il a beau être une enflure, il a encore un problème. Je regarde la J’attrape le bras de madame McCall et l’attire avec moi dans le couloir.

Rapier est au sol, en boule. Cette fois il pleure, l’odeur du sel humide inonde la chambre.

-Tu peux le relevé?

J’hoche la tête et contourne le lit pour remettre mon professeur dans son lit. Il me repousse, j’use du loup pour qu’il cède et se laisse faire :

-Arrêter de vous comporter comme un gamin bordel ! Vous êtes un adulte que je sache !

Madame McCall me lance un regard noir, je me radoucis. Elle a don cette bonne femme pour nous remettre à notre place. Je réussis à asseoir le prof dans son lit, recule et sors de la chambre, laissant l’infirmière faire son travail. Moi je m’occupe d’appeler Jasmine Rapier.

[...]

Son parfum inonde l’entrée quand elle y pose un pied. Un petit bout de femme brune semble chercher quelqu’un autour d’elle. J’hume son odeur rapidement . Elle a quelque chose qui sent comme mon prof. Ça doit être elle. Je me lève pour aller à sa rencontre :

-Madame Rapier?

Elle se tourne vers moi. Bonne pioche.

-Je suis Isaac, c’est moi qui vous ai appelé tout à l’heure...

(c) fiche par ocean lounge




I don't believe in Satan
But he believes in me.
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3187-ca-tombe-bien-lui-non-plus-te-fait-pas-confiance-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3191-parait-qu-on-a-des-amis-dans-la-vie-il-parait-liens-d-isaac
Jasmine Rapier

Jasmine Rapier

Âge du personnage : 47
Messages : 6
Points : 11
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/12/2018

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyLun 13 Mai - 10:46



Il était son père

Jasmine & Isaac]



Avachie sur le canapé, un projet en cours sur la table basse qui l'attend alors qu'elle l'a totalement délaissé pour la télévision, elle fixe l'écran, son regard brun ayant du mal à se décrocher de l'action qui s'y déroule. Elle pioche dans le sachet de bonbons posé près d'elle, grimace quand le sucre acidulé qui les recouvre vient taquiner sa langue. Sans sourciller, elle est captivée quand le tueur à la tronçonneuse se trouve une nouvelle victime. Une blondinette qui a crié trop fort pour son bien. Cliché total des films d'épouvante.

La blonde perd un bras, Jasmine sursautte. Son téléphone vient de sonner. Bande son de l'étrange noël de Mr Jack. C'est son grand épouvantail personnel qui tente de la joindre. Sans cesser de mâcher elle décroche, puis déglutit avant de parler.

-Toby c'est un peu tard. Même pour toi.
-Bonsoir ce n'est pas ... Toby. Je m'apelle Isaac Lahey, je suis un de ses élèves. Il a fait une attaque.

La brune se dresse comme un diable qui sort de sa boîte, son visage perd ses couleurs alors que d'une voix tremblante elle questionne. Cherche une confirmation.

-C'est... C'est une blague ? IL VA BIEN ? IL EST OÙ ?
-Il s'est réveillé et m'a demandé de vous appeler. On est à l'hôpital de Beacon Hills il faudrait que vous...

Elle vient de raccrocher au nez du jeune homme, se dirige vers sa chambre pour troquer son t-shirt des Stones et sa petite culotte contre une tenue convenable pour sortir de chez elle. En quelques minutes elle est prête, quitte son petit appartement, les talons de ses botines claquant contre le parquet. Laissant Leatherface continuer son massacre sans public.

[...]

Un peu perdue dans le hall d'entrée de l'hôpital, son regard fouille les environs à la recherche du jeune homme qu'elle a eu au téléphone. Elle sait qu'elle a sans doute l'air d'une folle avec ses boucles sauvages et ses tremblements qui agitent ses mains et qu'elle ne parvient pas à maîtriser. Pas Tobias. Pas après toutes les peines que ces décès vieux de quinze ans ont déjà causé à leur famille. Pas maintenant qu'il tente de refaire sa vie, aussi maladroit soit-il. Ses yeux brûlent, sur le point de laisser sa détresse devenir visible et s'écouler le long de ses joues pâles. Ses dents rongent ses lèvres alors qu'elle craint déjà de devoir annoncer le pire à leurs parents la prochaine fois qu'elle les appellera.

Elle sursaute, fait volte face quand elle entend son nom être prononcé. Isaac. Elle ne cherche même pas à relever ce madame inapproprié, se dirige vers ce jeune homme trop grand et le serre contre elle dans une étreinte désespérée. Ses larmes mouillent la veste du garçon, elle murmure quelques mots.

-Il faut que je le voie. Faut pas qu'il reste tout seul. Emmène moi le voir s'il te plaît. S'il te plaît Isaac.

Sans faire attention à ce corps qui se tend sous son étreinte, elle ferme les yeux, sanglote doucement quand une main hésitante vient se poser sur son dos. Les quelques mots de réconfort que lui octroie le jeune homme ne parviennent pas à apaiser sa peur. Elle tremble toujours, avant de finalement se détacher d'Isaac quand il lui dit de le suivre.

[...]

-Il a toujours gagné en sympathie quand il dormait. Ça doit être dû au fait qu'il la ferme.

Elle se redresse, détache ses lèvres du front sur lequel elles déposaient un doux baiser. Du bout des doigts elle caresse le bras de son frère, s'attarde sur des marques qui elle en est sûre sont le fruit d'une ânerie de Tobias. Un dernier passage de main dans les cheveux bruns trempés de sueur de l'endormi et elle se tourne vers celui qui l'a mise au courant.

-Il est bien trop jeune pour faire une attaque. Je suis venue d'Angleterre pour prendre soin de lui et voilà que ce grand con manque de passer l'arme à gauche.

Elle soupire, se passe une main sur le front alors que de nouvelles larmes menacent de faire leur apparition.

-Isaac. Il faut que tu me dises ce qui s'est passé. Comment mon petit frère a pu finir sa soirée à l'hosto.

 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Lahey

Isaac Lahey

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol17
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Je t'ai demandé l'heure?
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Scott_10
Messages : 211
Points : 220
Réputation : 15
Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyVen 31 Mai - 18:00


T’es pas mon père.
Feat. Rapier


Des bras encerclent ma taille, une tête se colle contre mon torse. Je relève les bras en mode innocent, regarde le petit bout de femme m’enlacer comme si nous nous étions toujours connus. L’odeur salée des larmes emplis mes narines, je soupire lentement quand elle parle. Elle veut le voir... Il va lui dire quoi de moi? Que je suis le sale type qui lui a fait faire une crise cardiaque ? Ou que je suis un loup emmerdeur qui passe son temps à lui casser les pieds? Est ce qu’elle sait pour le surnaturel ? Elle aussi c’est une chasseuse?

Trop de questions se bousculent dans ma tête, se tapent les unes contre les autres. Je pense tellement qu’il me faut un petit temps pour me rendre compte que la femme sanglote, son corps secoué de soubresaut raisonnant contre le miens. Je cherche du regard une aide quelconque, mais à cette heure ci à l’hôpital, y a pas grand monde. Mes bras redescendent lentement, j’hésite pour finalement poser une main dans son dos, que je caresse lentement, tentant de la réconforter comme je peux.

-Il va bien maintenant vous savez... Les médecins ont dit qu’il allait s’en sortir... Vous ne devriez pas vous inquiéter...

Mes mots résonnent dans le couloir désert et se répercutent au mur. La dame tremble toujours, je n’ai servis à rien. Si j’avais des oreilles de chiens, je crois qu’elles seraient aplaties vers l’arrière. Je me sens un peu inutile... Et nul.

-Je vais vous y accompagner...

Dernier recours, absorber son mal avant d’y aller. Elle se détache de moi avant que je n’ai eu le temps de quoi que ce soit. Je me sens trop grand et idiot, perdu dans ce couloir trop grand. Mes mains se callent dans les poches de jean, je traîne des pieds jusqu’à la chambre sans même dire un mot.

(...)

Elle regarde Rapier comme si elle regardait un bébé, avec une tendresse maternelle que je ne connais pas outre chez madame McCall. Moi je reste loin de tout cela, distant avec ce spectacle. Est ce que c’est sa femme ? Elle ne ressemble pas à celle de la photo... Peut-être un remariage... Son odeur me trouble, mélange d’encre fraîche et de métal, mêler à une plus profonde, comme celle que Rapier a derrière celle du tabac et de l’alcool...

-Il a toujours gagné en sympathie quand il dormait. Ça doit être dû au fait qu'il la ferme.

Je pouffe de rire, cache ma bouche d’une main et tente de faire passer ce ricanement pour une quinte de toux... En vain. Je crois qu’elle a compris que je me fous de la gueule de Rapier. Elle s’attarde sur les marques qu’il c’est infligé en arrachant ses branchements, quelques heures plus tôt. Je soupire légèrement avant de croiser le regard emplis de crainte de Jasmine. Je me mord la lèvre inférieure, me ratatine sur moi même avant de détourner le regard. J’ai une tache sur ma basket gauche, sûrement de l’herbe. Ou du sang... J’en sais rien en fait. Faudra que je la nettoie...

-Ilest bien trop jeune pour faire une attaque.

Nous y voilà. Je relève le regard sur elle, guettant ses réactions par en dessous. Si je lui dit que c’est moi le responsable... Est ce qu’elle va me frapper avec son sac à main en cuir noir?

-Je suis venue d'Angleterre pour prendre soin de lui et voilà que ce grand con manque de passer l'arme à gauche.

Je retiens un sourire à ses mots. Je jette un œil à Rapier, me moquant de lui intérieurement. Ça pour être un grand c...

-Isaac.
-Hein?

Mon attention se reporte sur le petit bout de femme brun.

-Il faut que tu me dises ce qui s'est passé.
-Euh...
-Comment mon petit frère a pu finir sa soirée à l'hosto.
-Petit frère ?!

J’ai crié, presque. Mes yeux passent de Rapier à Jasmine, surpris. C’est son frère? Mais il lui a bouffer toute sa croissance ou bien ? Je me redresse sors les mains de mes poches:

-Vous êtes pas sa femme ?

Regarde écœurées de la part de la brune. J’esquisse un sourire désolé. Mais à aucun moment j’ai pu penser qu’elle pouvait être la sœur de Rapier. Je passe une main dans ma crinière blonde, me masse la nuque avant qu’un long soupire s’échappe de mes lèvres. Je grimace un peu :

-Il se pourrait que ça soit... Un peu... Tout petit peu... De .. Ma faute ?

Je rentre la tête dans mes épaules. Elle ne semble pas comprendre ce que je viens de dire. Je la regarde comme un chien battue :

-En fait... On c’est disputé. Vraiment très très fort... Et j’ai dit des mots... J’ai été horrible je crois.

Je m’approche du lit, regarde mon prof allongé sur ce lit d’hôpital. Jasmine a pas tord, il gagne en sympathie quand il est dans les vapes... Mes mains se glissent dans les poches avant du jean usé que je porte.

-J’ai pas du tout était cool. Et il est tombé comme ça. Paf. Genre poupée de chiffon. Je pensais qu’il allait me balancer une saloperie en réponse... Mais non, il était par terre et il respirait plus. Alors j’ai paniqué et je savais pas quoi faire! J’ai jamais fait mourir quelqu’un moi! Encore moins comme ça !

Je le montre du doigt, mes bras s’agitent quand je continue sur ma lancée, tourne en rond comme un lion:

-Alors du coup j’ai fait du bouche à bouche et un massage cardiaque. J’avais jamais fait ça ! Je sais même pas si je l’ai fait correctement ! Peut-être que j’ai cassé une côte ? Ça se peut ça ? Je vais avoir des problèmes si il a un truc de cassé ?

On me stoppe dans mon élan, des mains se posent sur mon torse. Je me calme un peu en regardant le petit bout de femme face à moi. J’inspire profondément :

-Je l’ai amené à l’hôpital sur mon dos... J’aurais dû appeler les pompiers, ou je sais pas qui d’autres... Mais j’y ai pas pensé. Et puis... L’infirmière m’a donné ça. C’était dans sa poche de veste avec son portefeuille et son téléphone.

Je cherche dans ma poche et lui tends la photo de Rapier heureux.

-Quand il m’a dit de vous appeler... J’ai cru que vous étiez elle.

Je tapote la femme sur la photo du bout du doigt.

-Je ne savais même pas qu’il était marié et papa...

(c) fiche par ocean lounge





I don't believe in Satan
But he believes in me.
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3187-ca-tombe-bien-lui-non-plus-te-fait-pas-confiance-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3191-parait-qu-on-a-des-amis-dans-la-vie-il-parait-liens-d-isaac
Jasmine Rapier

Jasmine Rapier

Âge du personnage : 47
Messages : 6
Points : 11
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/12/2018

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyMar 4 Juin - 16:47



Il était son père

Jasmine & Isaac



Sourcils froncés, elle fixe Isaac, tente de chercher ce qui le choque à ce point dans le fait que Tobias soit son petit frère. Elle jette un regard vers le brun, cherche du soutien que l'emmerdeur au bois dormant n'est pas en position de lui offrir. Son attention revient vite sur le gamin quand il lui offre sa théorie. Idée écœurante. Malsaine. De quoi donner envie à Jasmine de rendre toutes les friandises dont elle s'est empiffrée plus tôt dans la soirée. C'est sa nausée collée au visage qu'elle lève les yeux au ciel, une oreille tendue vers le petit crétin qui creuse pour empirer sa situation.

Jasmine toise le grand dadais de toute sa colère quand ce dernier se dit responsable de l'attaque de Tobias. Comment une simple discussion peut-elle mener à un drame pareil ? Les mots durs, l'endormi est un professionnel dans cette catégorie, mais même comme ça il ne ferait pas de mal à une mouche. Dans les pire des cas il peut faire naître la migraine dans l'esprit de ceux qui sont forcés de lui parler, mais rien d'irréparable. Lèvres pincées, incapable de trouver les bons mots pour réconforter Isaac, Jasmine se contente de le fixer, le suit du regard alors qu'il est en train de s'approcher de son professeur si elle a bien comprit le lien qui pouvait unir ces deux énergumènes. Elle inspire profondément, sur le point de demander au géant blond les tenants de cette discussion qu'ils ont eue et qui semble la cause de ce drame dans la tête du jeune homme, mais ce dernier ne lui en laisse pas le temps.

Il s'énerve, bat des bras et s'il continue à marcher de cette façon il va finir par creuser une tranchée dans cette chambre d'hôpital. Bref il s'en veut. Mais le Crétinus Britannicus endormi est en vie. Bips énervants et ronflements à l'appui. Sans parler, Jasmine s'approche du gamin paniqué, pose une main contre son torse avant de murmurer.

-Tu n'auras pas de soucis.

La respiration du lycéen se fait plus profonde et gagne en sérénité sous la main de la brune. Elle lève les yeux vers lui, puis reprend. Cherche à se montrer rassurante. Le môme s'accable tout seul et elle ne croit pas à cette histoire d'attaque provoquée par quelques mots un peu durs. Tobias est un glaçon, enfin c'est ce qu'il cherche à faire croire depuis qu'il a casé les gens qui l'entourent en trois catégories : Lui, la famille et les insignifiants. Il l'a fait jeune, bien trop. S'est coupé du monde, se montrant sous son plus mauvais jour avec ceux dont il refusait la compagnie. Quelques exceptions sont venues bouleverser cet ordre des choses. Maryssa, puis quelques amis. Rares mais durs à repousser pour Tobias. Des volontaires pour casser la barrière que le dernier marmot Rapier à construite autour de lui.  

-Tu n'as pas tué Toby. Tu l'as sauvé. S'il discute avec toi en dehors des heures de cours c'est que tu es digne de son intérêt. Qu'il t'apprécie. Si tu paniques comme ça c'est que c'est réciproque.

Elle laisse le gamin continuer, avant de fixer un peu surprise le morceau de papier glacé qu'il lui fourre dans la main. Son regard passe de la photographie au jeune homme, ses lèvres se pincent, ses grands yeux bruns s'embuent. Elle soupire, attrape la main d'Isaac et lui fait caresser l'image de sa défunte belle sœur.

-C'est Mary. C'était une des mes amies. Un jour Tobias a débarqué dans mon salon pour me taper du fric. Il avait dépensé ses économies dans un costume. Il venait de passer d'étudiant à prof, c'était nécessaire. Mais il fallait qu'il puisse payer son loyer. Maryssa lui a collé 50 livres dans les mains. Elle a avoué après coup l'avoir fait pour être sûre de le revoir. Elle l'avait trouvé mignon. Là où Tobias avait déjà des airs de croquemort, elle c'était plus le style jean déchiré et épingle à nourrice dans l'oreille.

C'était dur de faire moins assortis à l'époque. Mais ils se sont rapidement découvert suffisamment de points communs pour avoir envie de se revoir. Tobias est à la grande surprise de tout le monde tombé amoureux. Mary lui a volé son premier baiser. Le mariage a suivi dans les mois qui ont suivis, puis le prêt pour la maison, le train de vie de monsieur et madame tout le monde.

Jaz resserre sa main autour de celle du blond, sa voix devient plus morne tandis qu'elle désigne Charles. Une boule prend de l'ampleur dans sa gorge alors qu'elle continue.

-Et là, c'est Charles. Leur petit garçon. Il avait trois ans quand Mary et lui ont été massacrés par un fou. Toby a disparu dans la foulée. On l'a cru mort...

Les larmes font la course sur les joues de la brune qui se retrouve brutalement plaquée contre Isaac. Elle continue pourtant, tremblante.

-C'était il y a presque seize ans. Je viens de retrouver mon petit frère... J'ai eu si peur quand tu m'as appelé.

 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Lahey

Isaac Lahey

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Symbol17
Âge du personnage : 19 ans
Humeur : Je t'ai demandé l'heure?
T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Scott_10
Messages : 211
Points : 220
Réputation : 15
Date d'inscription : 20/02/2018
Localisation : A Beacon Hills

T’es pas mon père. (Feat Tobias )  Empty
MessageSujet: Re: T’es pas mon père. (Feat Tobias )    T’es pas mon père. (Feat Tobias )  EmptyMer 5 Juin - 21:53


T’es pas mon père.
Feat. Rapier et Jaz



Réciproque. C’est ce qu’elle a dit. Si il joue les enquiquineur avec moi c’est qu’il m’apprécie. Drôle de façon de le montrer si vous voulez mon avis. Et non, non je ne l’apprécie pas. C’est un putain d’emmerdeur avec moi, j’ai mis deux jours avant de guérir totalement de mon genoux, et j’ai faillis finir avec une seringue dans le bras a Eichen House quand je suis venue le voir. Non, il ne peut pas m’apprécier. Et je ne peux pas faire de même avec lui. Si je l’ai sauvé c’est parce que... Parce que... J’en sais rien. Parce que je ne voulais pas des yeux bleus, voilà.

Je continue en sortant la photo de ma poche et lui tend. Ses grands yeux bruns remontent vers les miens. Elle va pleurer. Je fais non de la tête, essayant de lui faire comprendre que ce n’était pas mon intention... Mais c’est trop tard, ses lèvres se pincent et je peux humer la douleur des souvenirs émaner d’elle.

Mes doigts se retrouvent prisonnier des siens, je caresse par intermittences la photo ou se trouve cette très belle femme. Celle de Rapier.

Elle m’explique qui elle est, ou plutôt qui elle était. Elle n’était pas seulement la femme de Rapier, elle était également l’amie de Jasmine. J’ai du mal à imaginer mon prof en mode amoureux, doux et romantique. Il est tellement froid... Et elle semblait tellement pleine de vie.

La main de la brune se resserre sur la mienne quand elle indique l’enfant dans les bras de Rapier. Sa voix se fait plus douloureuse. Mes doigts se resserrent sur les siens, j’essaye de prendre lentement sa douleur sans qu’elle s’en rende compte.

-Et là c’est Charles. Leur petit garçon. Il avait trois ans quand Mary et lui ont été massacrés par un fou.
-Un fou...?
-Toby à disparu dans la foulée.On l'a cru mort...

Un fou. Mes yeux se portent sur mon professeur allongé dans le lit. Ce n’est pas un fou qui les as attaqué. Mais un loup. Je suis sur que c’est ça, j’en mettrais ma main à coupé. Mais pourquoi est ce qu’il a fuis sa famille? Pourquoi se faire passer pour mort après un choc pareil?

L’odeur du sel inonde mon odorat, Jasmine renifle. Je l’ai fait pleurer. Je suis décidément pas doué pour ça. Je regarde autour de moi, tente de trouver quelque chose mais... Je tire sur sa main et l’attire contre moi. Mes bras l’entourent, pompant lentement sur sa douleur qui noircis mes veines.

-C'était il y a presque seize ans. Je viens de retrouver mon petit frère... J'ai eu si peur quand tu m’as appelé...

Alors Charles devrait avoir mon âge. Mes yeux se posent sur Rapier.

« Vous savez Lahey, si je suis venu ici c'est pour reprendre une vie normale.... »

« Vous êtes puéril. »

« Jerry, tu peux faire un chocolat chaud pour le petit ? »

«Cela m'ennuie de savoir qu'un de mes élèves fait ce genre de choses après les cours. »

J’avais raison. Quand je lui ai dit qu’il se comportait avec moi comme un père... Je blêmis, déglutit difficilement. J’ai été horrible avec lui. J’ai été abominable dans mes propos... Ce n’est qu’un mec un peu chiant et paumer... Et moi je l’ai piétinée dans mes propos. Mes bras se resserrent autour des épaules de Jasmine.

« Je les ai perdu pour la seconde fois à cause de vous ! Vous voulez un remerciement ? »

Je couine alors que je peux encore entendre la douleur mêler de désespoir me vriller les tympans. Il les à vues. Je ne sais pas comment, mais il avait retrouvé sa femme et son fils tandis qu’il mourrait. Mes yeux me piquent, ma mâchoire se crispent, tandis que ma gorge et mes poings se serrent.Je n’entend même pas ce que Jasmine me dit. Je dois partir. Je dois m’éloigner très loin de lui et faire taire la culpabilité qui m’envahis.

Je n’arrive pas à le lâcher du regard. Il bouge un peu, le bip accélère lentement. Il se réveille. Ses paupières papillonnent, il cherche autour de lui avant que ses yeux ne se posent enfin sur moi et captent mon regard. Je laisse mes yeux luire d’un mordoré un court instant histoire de cacher les larmes qui commence à s’y entasser. Relâchant Jasmine lentement, la laissant aller au près de son petit frère à grand renfort de tendresse, je tourne les talons et quitte l’hôpital sans un mots.

(...)

-Joe? Joe, t’es là ?

J’essuie mes yeux, j’ai pas réussis à faire cesser ses maudites larmes. Je renifle un peu:

-JOE!!!
-He! On crie pas à cet heure ci nom de Dieu...

Mon entraîneur débarque, la tête enfariné, les yeux fatigué et cerné. Il fronce les sourcils en me regardant:

-Qu’est-ce que tu as gamins ? T’es pas censé être chez toi? Je croyais que tu avais cours demain...

J’hausse les épaules, je m’en fiche des cours. Et je n’ai pas envie de rentrer. Joe comprend sans que je n’ouvre la bouche. Il soupire, allume les lampes et me laisse monter sur le ring.

-Dit moi quand tu pars...

J’hoche de nouveau la tête. Mes coups fendent l’air. Rapier allongé au sol.Je tape plus fort contre le vide. Son cœur à cesser de battre. Je laisse sortir crocs et griffe. Il ne respire plus. Mon rugissement résonne dans le hangars, fait vibrer les lampes, les fenêtres . Je me laisse tomber à genoux au milieu du ring. Je le déteste. Je le déteste plus que tout. Alors pourquoi j’ai eu si peur qu’il meurt...?

(...)

Je reste assis au sol, l’eau froide coule sur ma nuque et mon dos. J’ai même pas retiré mes fringues. La tête entre les bras, les yeux dans le vide je tente de trouver un sens à tout ce tintamarre qui résonne dans ma tête.

-Zack? Tout va bien ?

Je relève la tête, repousse mes cheveux mouillés vers l’arrière. Joe s’inquiète.

-Ouais...

Je l’entend soupirer et partir. Je devrais peut-être rentrer chez moi aussi... De nouveau debout sur mes jambes, l’eau éteinte je me dirige vers le vestiaire. Attraper des fringues sèches, retirer celles que je porte et...

Un petit paquet chute du dessus du casier quand je l’ouvre. A l’interieur, des sortes de bonbon gélifié en forme de smiley. Je ramasse le paquet, pas de nom, pas d’étiquette. J’hume le paquet. Ça sent les fruits... Et quelque chose que je n’arrive pas à définir. Mon ventre gronde. J’ai rien dans l’estomac depuis trop longtemps... Alors un bonbon... Ça ne fera pas de mal. J’hausse les épaules, ouvre le paquet. L’odeur me donne l’eau à la bouche. Un seul et je remettrais le paquet à sa place...

Ça pétille sur ma langue. J’ai l’impression d’avaler tout un tas de choses en même temps. Je souris, croque le petit morceau de sucre et l’avale sans plus de chichi.

(...)

Je ris tout seul, allongé au milieu du ring. Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Mais bon dieu, qu’elle forme je tiens !! Joe est repartis depuis longtemps. Je regarde le plafond du hangar. Je me sens incroyablement vivant, incroyablement bien. Plus de mal. Plus de question. Je suis sur que ce sont les petits bonbons les responsables. Mon cœur palpite, tout me semble incroyablement beau. Je saute sur mes pieds, passe par dessus les élastiques du ring pour me réceptionné plus bas. Je ne sais pas ce qu’il y avait là dedans... Mais ce truc déchire. Je retourne dans le vestiaire, récupére le paquet de « bonbon » et file en cours, sourire aux lèvres.

A moi la belle vie !


(c) fiche par ocean lounge


Fin du Rp




I don't believe in Satan
But he believes in me.
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3187-ca-tombe-bien-lui-non-plus-te-fait-pas-confiance-termine http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3191-parait-qu-on-a-des-amis-dans-la-vie-il-parait-liens-d-isaac
 
T’es pas mon père. (Feat Tobias )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» bravo au père miguel
» Taz joue au père Noel
» Les Invités de mon père [DVDRiP]Comédie dramatique
» Cher Père Noël... le sondage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Restaurants / Bars :: Pink Print : Bar gay friendly-
Sauter vers: