AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Badges


Classement au
16 février 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Vicky Anderson

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
2 février 2019

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Vacances j’oublie tout || Feat Amance Andy Alessandro

Aller en bas 
AuteurMessage
Willem Shepherd

Willem Shepherd


Âge du personnage : 32 ans
Humeur : Claustro

Messages : 689
Points : 667
Réputation : 86
Date d'inscription : 05/10/2016
Localisation : Beacon Hills


MessageSujet: Vacances j’oublie tout || Feat Amance Andy Alessandro   Ven 8 Fév - 18:19





Feat :
A, A et A


Vacances j’oublie tout


Trouver un chalet qui convienne à Aless’ ne fut pas rien. Son argument était le bien être de sa puma de nana, mais je sais que dans la balance, son propre confort compte pour beaucoup. J’ai donc mis de côté la petite cabane rustique que je connaissais et fais marcher mon réseau pour dénicher un logement compatible Italien en Prada.

- Tu ne viens pas avec tes costards à 3000 boules hein !
- Armani fait aussi des vêtements « nature ».
- Sérieux !!!


Alessandro sourit. Je ne sais pas s’il plaisante ou s’il se fout royalement de ma figure. Je lui soumets différents lieux. Rude bataille quand il en voit qui sont équipés de SPA, piscine, salle de cinéma, sur l'ordinateur portable que j'ai amené au Pink.

- On s’en tient à un budget r-a-i-s-o-n-n-a-b-l-e.

L’Italien râle, il n’a pas l’habitude de compter ses sous. Jerry vient se mêler de l’affaire. Nous sommes deux contre le patron du Pink à tenter d’éveiller sa fibre écologique. Nous y arrivons.

Presque.

Le chalet qui fait consensus est perdu au bout d’une route forestière que nous devrons parcourir en raquette, mais il est équipé d’un jacuzzi en extérieur chauffé au gaz. C’est une bouteille que l’on doit amener qui alimente ce gâchis. Le bâtiment tout en rondin de bois est chauffé au bois et surplombe un lac qui devrait normalement être gelé.

- On pourra faire du patin si la glace est assez épaisse et pécher aussi !

Aless’ argue qu’il préfère pécher au supermarché…

(…)

Il a été convenu que chaque couple amène sa part de nourriture, d’alcool et son mètre cube de cigarettes pour Amaro. Habitué à la vie en plein air hivernal, en plus des raquettes, j’ai loué un traîneau qui nous permettra de transporter nos affaires et la bonbonne de gaz.

Jour J, heure H, je pile devant chez Amance. J’ai laissé l’Impala à Mady et pris sa Ford, plus apte à tenir sur les routes enneigées.

- Tu as pensé à prendre ton maillot de bain pour le jacuzzi ?

Amance est apparue sur le pas de la porte. Pour expliquer que nous partons pas tous les quatre ensembles, alors qu’Amance et Andy habitent sous le même toit, Alessandro a prétexté une affaire urgente de dernière minute et moi de devoir passer prendre la viande chez le traiteur. À un quart d’heure près, nous devrions arriver au début de la route forestière en même temps ou presque. Dans le coffre, Amance entasse ses affaires à côté des miennes.

- On ne dort que deux nuits, pas trente !

Les filles semblent s’être monté le bourrichon sur les froidures hivernales. Je regarde le traîneau arrimé sur le toit de la voiture qui paraît incongru à Beacon Hills, où il ne neige jamais ou presque.

- J’ai bien fait de ne pas prendre le petit modèle. Je vais faire chien de traîneau !

Je regarde Amance et lui fais la tête de l’épagneul breton triste.

(…)

Jared piaffe d’impatience sur la banquette arrière. Il va falloir que je le mette dans la confidence sans qu’Amance me voie. Car il pourrait bien attaquer Alessandro lors de notre blague aux filles. Pour cela, l’Italien m’a prêté l’une de ses écharpes. Je l’ai mise autour du cou pour que nos odeurs se mêlent. Cela devrait rassurer le chien, enfin je l’espère.

Nous avons deux heures de route, la météo est de notre côté, il fait soleil. Amance et moi avons fini nos cours à quinze heures. Il est prévu de dormir dans le chalet le vendredi et samedi soir et d’être de retour à Beacon Hills dans la soirée du dimanche.

- J’ai pris des lampes frontales supplémentaires ainsi que deux lampes tempêtes. On va arriver après le coucher du soleil.

Amance me questionne sur le trajet à faire.

- Rien de difficile. C’est une route forestière, donc un chemin large. Il n’y a que trois cent mètres de dénivelé à faire. Le chalet se situe à deux kilomètres de la route. Je passerai devant avec le traîneau, cela damera un peu et cela sera plus facile pour toi avec les raquettes. Puis le mec d’Andy pourra me relayer.

Je n’ai montré aucune photo à Amance pour lui laisser la surprise, l’arrivée de nuit, le chalet que l’on découvre à la lueur des frontales, l’absence de bruit, la nature… J’ai hâte d’y être.

(…)

Enfin arrivés. Comme prévu, nous sommes les premiers. Amance m’aide à descendre le traîneau du toit et nous prenons le temps de vider le coffre et de charger le traîneau. C’est Alessandro qui est chargé d’apporter la bonbonne de gaz. Je tends une thermos à Amance.

- Mady nous a fait du thé aromatisé.

Nous nous asseyons sur le capot de la voiture pour nous réchauffer les fesses en attendant les retardataires. Alors qu'Andy en profite pour prendre un bain de soleil, je m'amuse avec Jared et lui fais sentir l’écharpe. Il commence par grogner en reconnaissant l'odeur de l'Italien. Je le rassure avec mon aura et des caresses. Et pour bien marquer le chien et lui faire comprendre de ne pas grogner contre l'Italien, je lui noue l'écharpe autour du cou. Finalement ça l'amuse et il court pour faire voler les bouts.

- Jared est aux anges !

(…)

Une heure ! Ils nous ont fait poireauter une heure ! Comble de malchance, le point de départ du chemin forestier est dans une combe où on ne capte rien, pas de réseau. Amance a tenté en vain de joindre sa copine. La voiture de frime d’Alessandro s’arrête derrière la Ford. Je n’ai pas à jouer la comédie pour soupirer bien fort. Amance commençait à avoir froid. Dans vingt minutes, le soleil va basculer derrière l’horizon. Nous en avons pour une petite heure de marche. Je crois que je vais finir par coller Amance sur le traîneau et faire le trajet en courant.

Les portières claquent, les excuses fusent. Les filles sont contentes de se revoir alors qu’elles se sont quittées il y a moins d’une demie journée. Le sourire d’Amance me ravit. Je vais avoir du mal à jouer le rôle du pas content et faire cette farce avec Aless. Je me décolle du capot. Et c’est parti.

Alessandro s’avance vers nous en mode « je suis le mâle alpha qui va te piquer ta nana ». Je me gonfle à l’identique. Notre poignée de main est si forte que nous pourrions réduire un caillou en sable.

- Bonjour. Je suis Willem.

On inverse, je salue Andy pendant qu’Aless colle une bise sonore sur les joue d’Amance. Pff !

- Il reste de la place sur le traîneau pour quelques affaires en plus de la bouteille de gaz.



Codage par Libella sur Graphiorum




Je plie et ne romps pas. Mais surtout je persévère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t2296-willem-shepherd-loup-alpha-termine#21443 http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t2302-les-liens-d-un-ancien-boheme-willem-shepherd
Alessandro Amaro

Alessandro Amaro


Alias : Le Sicilien - La Rafale à voyelles
Âge du personnage : 29 ans
Humeur : Dangereusement votre
Messages : 1255
Points : 1267
Réputation : 257
Date d'inscription : 15/11/2015
Localisation : Au Pink Print

MessageSujet: Re: Vacances j’oublie tout || Feat Amance Andy Alessandro   Mer 13 Fév - 11:01

clickAlessandro & Andy, Amance & Willem
xxx
« Vacances j’oublie tout. »
Je tors le nez lorsqu’Will’ me montre une cabane en rondins perdue au milieu de nul part. Le truc avec quatre murs et un toit sans un minimum de commodité j’ai donné il y a peu. L’alpha s’inquiète également sur ma capacité à adapter mes tenues en fonction du lieu. Je me fous de sa tête.

- Armani fait aussi des vêtements « nature ». Oh ! Regarde ce chalet, y a une salle de ciné et une pi…
- On s’en tient à un budget r-a-i-s-o-n-n-a-b-l-e.
- Pff !
- Regardez celui-là patron, il est alimenté par des panneaux solaires.
- Sous vingt centimètres de neige, le solaire ça ne marche pas !
- Y a un groupe électrogène !
- Ça fait du bruit ça.


Nous tombons d’accord sur un chalet isolé au bout d’une route forestière que nous devrons parcourir en raquette. Il y a un lac où Will’ pense pouvoir pécher, mais surtout un jacuzzi. J’accepte de bonne grâce de fournir la bonbonne de gaz qui doit alimenter le chauffage de l’eau.

(…)

Le jour J, je prétexte une affaire urgente pour retarder mon arrivée chez les filles et ainsi ne pas croiser Will en ville. Andy a tellement hâte d’y être qu’elle me rejoint au Pink. Je donne les dernières consignes à Jerry. Je suis allé au magasin de sport pour m’acheter un sac à dos adéquat, puis j’y suis retourné pour prendre le plus grand modèle de luge. Mes affaires, l’alcool, mes cigarettes, et la bouffe préparée par Charlie ne rentraient pas dans le sac. Will’ m’a dit qu’il se chargerait de porter la bonbonne de gaz. J’imagine qu’il va m’inventer un truc de nomade.

Andy entasse son monceau d’affaires dans le coffre de la voiture. J’ai du mal à caser la luge et la bonbonne de gaz. Alors que je vais pour démarrer, Jerry arrive affolé : un mec de l’hygiène et sécurité est arrivé pour une inspection surprise…

(…)

Je n’ai pas commis de meurtre, mais il s’en est fallu d’un cheveu. Mon établissement est aux normes, il vient d’être refait. L’autre a cherché la petite bête. Je tente de rattraper notre retard, mais en vain. Ma voiture n’est pas adaptée aux routes enneigées. Je suis contraint de rouler prudemment. Andy essaye en vain de joindre sa copine. Les communications ne passent pas. Cela me contrarie, car cela veut dire que mes hommes ne pourront pas me joindre. Ryan sait où je vais. Mais un coup de fil est plus simple et plus rapide que se déplacer…

Je les vois au détour d’un virage qui nous les masque aussitôt. Enfin nous arrivons. Je vois le chien, mince je l’avais oublié celui-là. À côté de la voiture de Will’, il y a un grand traîneau. Je grimace, il va se moquer de ma luge. Nous descendons de voiture et allons saluer nos « amico ». J’arbore une veste de ski de grande marque sur un pantalon de randonné ajusté qui ne me change pas de ma classe habituelle. Will’ est en… homme des bois. Je lui serre la main et lui broie les phalanges.

- Ciao’ Willem, je suis Alessandro.

Puis je m’approche d’Amance et l’entoure de mes bras avant de lui coller deux bises sonores sur les joues. Will’ n’a même pas besoin de se forcer pour être agacé.

- Il reste de la place sur le traîneau pour quelques affaires en plus de la bouteille de gaz.
- Ce n’est pas de refus pour le gaz, sinon j’ai aussi apporté de quoi tirer nos affaires.


Je grimace un sourire, Will répond sur le même niveau, celui de deux mâles en compétition. Je décide d’ajouter une provocation de plus et me tourne vers Amance.

- Andy ne m’avait pas dit que sa colocataire était aussi magnifique qu’elle.

Sans attendre, j’attrape la main d’Amance et lui baise délicatement l'intérieur du poignet, mon regard de braise planté dans le sien. Jared qui était jusqu’à présent resté tranquille se met à gronder. Je remarque qu’il porte mon écharpe. Mais à quel moment l’alpha me l’a-t-il piqué ?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1430-alessandro-amaro http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t1604-le-carnet-d-adresse-du-sicilien-alessandro-amaro
Amance Jouve

Amance Jouve


Âge du personnage : 26
Humeur : Bien dans ses basquette
Messages : 266
Points : 165
Réputation : 20
Date d'inscription : 10/04/2018
Localisation : Dans mon canapé avec Jared


MessageSujet: Re: Vacances j’oublie tout || Feat Amance Andy Alessandro   Sam 16 Fév - 22:07


Vacances j’oublie tout
Feat. Willou, Raymonde, Roquet et Jared



Je boucle ma dernière valise, enfonce dans le fond d’un sac de voyage le coussin de Jared, ses croquettes et son doudou. Il geins, assis à mes pieds en me regardant faire. Je souris et le caresse pour le rassurer :

-Tu viens avec moi, c’est promis.

Long soupir de sa part, il se lève et sors de la chambre.

-Bonjour l’enthousiasme.

Moi au contraire je le suis. Ce week-end, depuis qu’on en a parler je ne fais que d’y penser. Will a dit qu’il gérait le côté réservation, je lui fait suffisamment confiance sur ce point pour lui laisser les rênes... De mon côté, j’avais juste à préparer mes affaires ainsi que celle de Jared. Andy a tellement insisté pour que je l’emmène que je n’avais le cœur à refuser, et si Will avait d’abord tiqué sur ce point, j’avais réussis à décider mon loup à grand renfort de charmes.

Andy débarque dans ma chambre, donne un coup d’œil à mes valises. Je fronce les sourcils :

-Quoi? Ça te choque que j’en prenne autant ? Figure toi qu’il fait froid là bas et qu’il va y avoir plein de neige! La neige, quand ça fond, ça rend tout humide et après le linge sent pas bon. Si moi je ne vais pas le sentir, Willou si. Et pas question qu’il trouve que je sente mauvais.

Moquerie de la part d’Andy, mon coussin traverse la pièce pour s’écraser sur sa tête. Ça dégénère, on se retrouve à se balancer des paires de chaussettes en boule à travers le couloir. La guerre de la coloc’ est déclarée ! A l’heure de l’armistice, on compte trois grand blessé dans la décoration, un mort parmi les cadres et un Wes blasée de nos âneries.

(...)

Enfin le grand jour est arrivé. Je fait les 100 pas dans l’entrée en me rongeant les ongles, Jared me suis sans comprendre ma démarche. Will n’est pas en retard, mais c’est moi qui commence à stresser. Pas pour le week-end en soit, ou du moins si un peu, mais surtout à savoir si je n’ai rien oublié.

Une voiture se gare devant la coloc... Avec mon loup à l’intérieur. Ou est l’impala? Jared saute à la porte, quand j’ouvre c’est le premier à sortir pour faire la fête à Will, se roulant à ses pieds. Je souris niaisement en le voyant faire.

-Tu as pensé à prendre ton maillot de bain pour le jacuzzi ?

Je lève les yeux au ciel, lui vole un baiser.

-Bonjour mon chéri. Et oui figure toi que j’y ai pensé, j’en ai même pris deux.

Nous portons mes valises que j’entasse à côté de celle de Will, jetant au passage ma doudoune blanche, mon bonnet et mon écharpe sur le siège arrière.

-On ne dort que deux nuits, pas trente !

Je ris et secoue la tête :

-Y a les affaires de Jared aussi. Et je suis pas comme toi, moi j’ai froid. Toi t’es un radiateur à toi tout seul... T’as pas besoin d’emmener trop d’affaires!

Le coffre ferme, c’est qu’il n’y a pas trop d’affaires. Mon loup se plaint de faire le chien de traîneau, m’offre une tête de chien battu. Je ris et l’embrasse en passant mes bras autour de son cou.

(...)

Tout est blanc. De la neige, partout. Un épais manteau étincelant recouvre la forêt. Je suis aux anges, j’ai un sourire stupide sur le visage.

Traîneau descendu, affaire installé dessus, je regarde mon homme joué avec le chien en souriant tendrement, emmitouflé dans mon épais manteau. J’aimerais avoir le droit à ça tous les jours. Je sors mon téléphone, prend une photo alors que Will noue son écharpe autour du cou de Jared. Je l’enregistre et la met en fond d’écran. Mon sourire est encore plus niais alors que je regarde mon téléphone.

-Jared est aux anges !

Je murmure un « Moi aussi. » Mais Will ne semble pas l’entendre. Je regarde Jared courir comme un fou et écoute Will rire. Pour moi,c’est parfait.

(...)

Une heure dans le froid, c’est long, même avec le thé de Mady et Will comme compagnie. Jared a finis par s’installer tel un pacha sur le traîneau alors que je me suis coller contre mon loup à la recherche d’un peu de chaleur. J’ai bien tenter d’appeler Raymonde mais mon téléphone ne supporte pas le froid et de toute manière, le réseau est inexistant ici.

Enfin une voiture arrive, se gare derrière la notre. Je souris en reconnaissant ma coloc sur le siège passager tandis que Will soupire comme un gros ours en colère. Ça commence bien. Le couple sors de la voiture, j’étudie un bref instant la tenue et la gueule de tombeur du copain d’Andy. Un peu trop « Regardez-moi » à mon goût, mais après tout, les goûts et les couleurs ne sont pas chose à discussion. Je serre la main de mon homme un bref instant, histoire de lui rappeler que je suis là avec lui et que tout ira bien, avant d’aller serrer ma coloc dans mes bras.

-J’ai cru que tu n’arriverais jamais... Vous avez été faire vos affaires dans la voiture avant de venir ou bien ?

Je reçois une tape de la part de ma Raymonde, nous rions en chœur elle et moi. J’entend Will se présenter... Suivis d’Alessandro et de son accent mui caliente. J’hausse les sourcils et souris en coin avant de glisser a Andy:

-My my... Hâte d’en savoir plus pour t’enquiquiner autant que tu peux le faire avec moi.

Je jette un œil à leur poignet de main... Bon sang, c’est à celui qui va briser l’autre? Je me mord l’intérieur de la joue, me demande si au final c’était une bonne idée. Will s’approche pour saluer et se présenter à Andy tandis qu’ Alessandro s’approche de moi. Je me retrouve dans ses bras avec deux baisers sur les joues. Manière typiquement européenne, les américains ne sont pas comme ça. Je souris, légèrement gêné, me contentant de lui faire la bise comme ont peut le faire chez moi. Je peux sentir d’ici mon loup Alpha qui n’apprécie pas du tout ses manières. Il s’empresse de parler (ou de grogner, je ne saurais dire):

-Il reste de la place sur le traîneau pour quelques affaires en plus de la bouteille de gaz.

-Ce n’est pas de refus pour le gaz, sinon j’ai aussi apporté de quoi tirer nos affaires.

Round un, du jeu de qui mieux mieux. Grimace forcé des deux côtés. Je déteste la tournure que prends les événements. Je jette un œil à Andy, elle ne semble pas plus rassuré que moi.

-Andy ne m’avait pas dit que sa colocataire était aussi magnifique qu’elle.
-Pardon? Moi?

Ma main se retrouve dans la sienne, ses lèvres sur ma peau et son regard planté dans le miens. Je vire au cramoisis, mon cœur loupe un battement et me pince les lèvres. Euh... Je cherche du secour dans le regard de ma colocataire, elle semble tout aussi perturbée que moi. Ah. Génial. Jared gronde à mes pieds. Il c’est réveillé quand lui? Quelque chose d’autre gronde. Plus lourd, plus angoissant que celui que mon chien peut produire. Je tourne la tête vers Will. J’ai trouvé de ou ça venait.

Ma main se retire rapidement de celle d’Alessandro, je rattrape mon chien par son collier écharpe et tente un sourire pour détendre l’atmosphère :

-Haha ! C’est... C’est très gentil de votre part...

Je me rapproche de mon loup dans l’espoir de retenir ce qui gronde à l’intérieur de lui, une boule d’angoisse dans la gorge. Mais il semble tout tendus, prêt à sauter sur l’autre d’un moment à l’autre, avec comme acolyte un Jared prêt à tout pour suivre l’ Alpha. Je sens que ce week-end va mal commencer.


(c) fiche par ocean lounge


Love is not a choice
And never did I think that I would be caught in the way you got me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3272-amance-ca-ressemble-a-amande-sans-le-d-termine
 
Vacances j’oublie tout || Feat Amance Andy Alessandro
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» La politique du « tout va mal »...
» TNT - la télé tout numérique
» Une chanson qui dit tout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Out of Beacon Hills :: In USA :: Quelques part aux States-
Sauter vers: