AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Badges


Classement au
13 avril 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Andy Turing



Classement au
30 mars 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Arizona Blake



Classement au
16 mars 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Amadeï Caïmbeul



Classement au
2 mars 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Wesley Beaumont

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro



Classement au
16 février 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Vicky Anderson

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
2 février 2019

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez
 

 A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Vicky Anderson

Vicky Anderson

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol24
Alias : Vimaro
Âge du personnage : 18
Humeur : Rêveuse
Messages : 474
Points : 246
Réputation : 23
Date d'inscription : 20/05/2018
Age : 19
Localisation : Galaxie
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Belle_11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyDim 10 Fév - 8:49



A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeule


Le grand hall de l'université de Beacon Hills ouvrait grand sa gueule pour avaler la petite Anderson alors qu'elle s'avançait dans l'ombre du bâtiment. Ce n'était pas les édifices centenaires dont elle avait rêvé. Mais cela ferait bien l'affaire. Trois petites années. Guère plus. Son plan était en place. Il fallait juste qu'elle soit meilleure. Vicky se mordilla les lèvres à cette idée. Elle était une bonne élève. Loin d'être la meilleure mais légèrement au dessus de la moyenne. Cela avait amplement suffit pour prétendre au Collège de Loi de Beacon Hills. Une fois acceptée, quelques mois en avance avant le début des cours, il n'avait resté à Vicky plus qu'à décider de son futur.

La pression parentale était telle qu'elle aurait souhaité quitter au plus vite la Californie. Mais subir un nouveau déménagement avec le déchirement du premier moins d'une année plus tôt aurait été trop difficile. Malgré le contexte sombre qui avait amené Vicky à échouer à Beacon Hills, elle commençait à se plaire dans la petite bourgade. Malgré - ou grâce mais elle ne se l'avouerait jamais - la présence des loups, la découverte de ce nouveau monde et le chamboulement de ses croyances l'aidait profondément. Elle trouvait une foi nouvelle, moins puritaine et plus adoucie.

Mais elle ne perdait pas de vue son ambition. La JF Kenney School of Politic. Intégrer Harvard en somme. C'était quelque d'impressionnant, d'ambitieux. Mais Vicky aimait cette idée. Devenir une politicienne, défendre des causes et gouverner selon ses valeurs et sa foi. Peut être pourrait elle devenir Sénatrice ou même une Secrétaire d'Etat ? Elle frissonna à cette idée. Que d'ambition. Mais est-ce que cela seyait bien avec avec la foi chrétienne ? Parfois, elle pensait que oui, d'autres matins son ambition lui paraissaient puérile et bien égoïste.

Le temps des doutes et de la réflexion était passé cependant. L'heure était à l'action. L'inscription menait entre ces murs Vicky et elle comptait bien remplir dûment et simplement le dossier. Elle signerait même le chèque de ses parents de la valeur d'une année d'enseignement ! Ils étaient certes éloigner de leur fille, ne l'avaient presque pas éduqué comme il auraient voulu mais ils savaient subvenir à ses besoins. Pour ça elle les aimait...

Dans son petit chandail gris à col roulé, une sage natte enroulée en couronne autour de son crâne, Vicky approcha d'un pas léger d'un grand élève de dos. Il avait l'air tellement sûr de lui et semblait se sentir tellement à l'aise que la lycéenne pouvait aisément deviner qu'il n'était pas nouveau. Il pourrait l'aider. « Bonjour ! » lança la jeune fille d'un ton joyeux et qui se voulait léger. « C'est la première fois que je viens à l'université. Est-ce que tu pourrais m'indiquer où se... Oh non... » Vicky avait reconnu l'homme. C'était lui qui avait vu la scène humiliante entre Lahey et elle quelques jours plus tôt au café. Il fallait qu'elle tombe sur quelqu'un qui la connaisse et dans le mauvais sens du terme ! Sa mine se fit plus boudeuse et Vicky se mordilla la lèvre avant de reprendre : « Euh... Hm... M'indiquer où se trouve le bureau d'admission des élèves s'il te plaît ? »


Codage par Libella sur Graphiorum



+ i need my integration +
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again.  ©️ sensitive


Dernière édition par Vicky Anderson le Ven 19 Avr - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3324-vicky-anderson#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3326-journal-intime-d-une-lyceenne-vicky-anderson
Amadeï Caïmbeul

Amadeï Caïmbeul

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol21
Âge du personnage : 25 balais
Humeur : On fait aller
Messages : 25
Points : 23
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/02/2019
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Avatar11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyDim 10 Fév - 12:39



A l’aube du grand saut

Amadeï  & Vicky

       

J’attrape mon sac, mon casque et sors de la maison. Le soleil est haut, le temps sec. La journée s’annonce chaude et agréable. Je démarre ma moto, la fait gronder un peu avant de l’enfourcher. J’accroche mon casque et file en direction de Beacon Hills.

Je regarde l’immense bâtiment de béton, entend quelques personnes parler sur moi, se retourner pour me regarder. Je suis habitué à ce genre de chose, et à dire vrai , ça ne m’atteint plus. Mon visage reste de marbre alors que je pénètre le bâtiment de béton, monstre gigantesque prêt à engloutir les élèves innocents qui ne cherchent qu’à s’en sortir.

Mon premier cour se trouve au 2 eme étage, dans un amphithéâtre. Je traîne mes pieds, le sac sur le dos, m’arrête devant une feuille accroché à une porte annonçant que l’un de mes profs serait absent ce jour ...

-Bonjour !

J’ hausse un sourcil. C’est à moi qu’on parle ? Je me retourne lentement, je baisse la tête pour croisé le regard obscur d’une jeune demoiselle, à peine sortie de...  Je la regarde de la tête au pied. Mais qu’est ce que c’est que cette tenue ? On dirait qu’elle sort tout droit d’un vieux remarque des années 80... C’est quoi ce pull ? Et cette coiffure? C’était journée à thème ? Je regarde autour de nous. Non les autres sont normaux...

Mon regard se pose de nouveau sur elle, je me décide à répondre :

-Bonjour...

-C'est la première fois que je viens à l'université. Est-ce que tu pourrais m'indiquer où se... Oh non...

Oh non? Quoi oh non? Je regarde mon t-shirt gris, mon cuir, au cas où j’y verrais une tache. Mais rien. Pourquoi elle a dit oh non alors ? Ce petit moineau rachitique semble s’être perdu de toute évidence. Peut être qu’elle est en retard et c’est pour ça qu’elle...

Je rêve où elle tire la gueule ? Alors là... J’y comprend plus rien. Mais ce regard là, celui qu’elle me lance ne m’est pas inconnu...

(...)

Quelques jours plus tôt .

Un thé et un bouquin. Rien de bien extraordinaire selon vous, mais pour moi c’est un bon moment de repos. Je lis tranquillement quand je perçois du coin de l’œil, 3 adolescents qui se chamaillent à deux table de moi. Je pose mon livre alors que je peux distinctement entendre le jeune homme gronder. Et ce grondement là n’a rien d’humain. Je le suis du regard, me marre un peu alors qu’il adresse un majestueux doigt d’honneur à une jeune femme. Peut-être des ex. Le lycée n’est jamais de tout repos... Mais il n’a pas l’air dangereux. Je suis quand même surpris de voir un si jeune loup dans le coin... Car j’en suis sûr, ce gamin n’a d’humain que l’apparence.

Mon regard se porte de nouveau sur la table où les deux jeunes filles sont encore. Je croise le regard assassin de l’une d’elle. J’ai fait quoi ? J’hausse les épaules et me replonge dans les méandre de madame Bovary...

(...)

Je sais maintenant ou je l’ai croisé. J’inspire profondément tandis qu’elle me demande l’accueil pour les inscriptions.

-Je t’y accompagne. Mais t’es pas un peu jeune pour t’inscrire à la fac ? T’as quoi ... 16? 17 ans? Finis tes années de Lycée avant de vouloir t’inscrire ici... Enfin bref, suis moi.

Je lui fait un signe de tête et l’accompagne. La dame de l’accueille est une cinquantenaire tiré à 4 épingles, chignon haut et tailleur ajusté. Mais c’est une femme sympathique et chaleureuse. Je m’appuie au comptoire:

-Bonjour Clarence... Je t’amène une nouvelle élève... Enfin je crois.

Clarence me sors ses yeux de biche comme elle le fait toujours. Je souris et rit un peu quand elle me dit :

-Si je l’inscris, on ira prendre un thé tous les deux ?
-Non, Clarence. Fais ton travail. Tu es trop bien pour moi, tu le sais bien.

Elle rit, m’assène une tape sur l’épaule et m’intime de déguerpir d’un geste de la main.

-Oust. Je m’occupe de ton amie.
-Elle n’est pas mon amie. C’est une enfant.

J’hausse les épaules, fait un signe de tête en direction de la jeune femme et sors de l’accueil pour aller en cours.

(...)

Pause de midi. Je croque dans ma pomme avec appétit, un livre de médecine entre les mains, adossé au mur de la cafétéria. Comme d’habitude, je déjeune seul. Non pas que je connaisse personne, mais ma seule compagnie me suffit. Je termine ma pomme, jette le trognon dans une poubelle et vais pour sortir, ma Thermos de café ouverte dans la main.

Le bruit du métal rencontrant le carrelage résonne dans la cafétéria. Je regarde mon t-shirt imbibé de café, sers les dents pour ne pas éclater de rage pur. Écoute, sent, ressent. J’inspire profondément et sers les poings. Ma voix est calme, posée quand je m’adresse à la personne qui m’est rentré dedans :

-Tu ne peux pas faire atten... Encore toi?

La gosse des années 80. Son pull gris est aussi taché que mon t-shirt. Je soupire:

-Tu me suis ? Tu t’es perdu ? Tu sais que c’est réservé aux adultes ce genre d’école ?

       
       
codage by Wiise



Écoute, sent, ressent.
“They say it's all been done but they haven't seen the best of me . ” — @Shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/modcp?tid=2cd4ae82562f100cfb4857899585b85e
Vicky Anderson

Vicky Anderson

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol24
Alias : Vimaro
Âge du personnage : 18
Humeur : Rêveuse
Messages : 474
Points : 246
Réputation : 23
Date d'inscription : 20/05/2018
Age : 19
Localisation : Galaxie
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Belle_11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyLun 11 Fév - 8:04



A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeule


Maintenant qu’elle lui faisait face, Vicky ne pouvait pas s’empêcher de remarquer que le garçon était beau. Certainement pas le gendre idéal avec ses airs de voyous mais lorsqu’on était dans un esprit de rébellion, il faisait parfaitement l’affaire. Vicky lui sourit doucement lorsqu’il lui proposa de l’amener voir le bureau des élèves. Apres tout, il ne se rappelait certainement pas de qui elle était. Ou il avait la délicatesse de ne pas lui rappeler.
Mais le sourire amadoueur de la jeune fille disparut aussitôt devant la grossièreté du personnage. Rappeler à une adulte qu’elle avait l’air plus jeune que ses benjamins de lycée ?

Quel toupet ! Le regard assassin, et par bien des faits, naturel de Vicky revint a l’assaut et elle se mordilla l’intérieur des joues pour éviter de lancer un sarcasme bien senti sur le look de Millenial mal dans sa peau de l’étudiant. Ils ne valaient guère mieux l’un que l’autre.
Vicky se contenta de suivre l’impétueux imbécile jusqu’à ce qu’ils rejoignent le cœur de la quête de la lycéenne : le bureau des admissions. La jeune fille inspira profondément avant de se lancer.

Mais son Virgile infernal prit le pas, flirtant sans aucune honte avec une femme qui devait bien avoir deux fois son âge ! Aucun respect pour ses aines ou pour le sexe féminin. Ce garçon n’avait décidément aucune valeur. Encore quelqu’un qui avait l’air brillant jusqu’à ouvrir la bouche. Vicky le regarda s’éloigner d’un air mauvais, priant le Seigneur de ne plus jamais avoir affaire avec lui.

[…]

Il fallut près de trois heures complètes pour remplir son dossier à Vicky. Trois longues heures à dégainer certificat de naissance, justification de domicile, preuve de scolarité avant d’enfin pouvoir signer le sacro-saint cheque de dotation. Elle était officiellement une élève de l’université… Certes il lui restait encore trois longs mois avant de débuter les cours de droit. Mais elle y était. Vicky n’en revenait pas alors qu’elle relisait encore et encore le reçu. Elle ferait tout pour réussir.

Ce fut d’un pas léger et presque bambiesque que la lycéenne se tourna naturellement vers la cafeteria. Cela serait certainement son futur refuge du midi où des soirs où elle voudrait quitter la colocation et être seule. Repérer les bons plats des mauvais des aujourd’hui lui semblait une bonne idée et…

Avant d’avoir pu atteindre la porte de la cafeteria, Vicky rentra dans quelqu’un dans sa maladresse habituelle. Une vague de café tiède sembla déferler sur elle et l’odeur âcre de la boisson remonta jusqu’à son nez qui se plissa de dégout. Son chandail était pour ainsi ruine ! Elle allait encore passer des heures a le laver ! Mais ce n’était rien en comparaison du T-shirt de sa victime. Un T-shirt qui lui rappelait pourtant quelque chose et…

C’était lui. L’homme qui l’avait guidée le matin même, tout en condescendance et sans une once d’empathie pour elle. Sans attendre de nouvelles remarques acerbes glissèrent hors de la jolie bouche de l’étudiant. C’en fut de trop pour Vicky. Elle vira au rouge avant d’exploser, redevenue soudainement pale alors que sa frustration s’échapper a grand coup de commentaires acides :

« Oh voyons ! Monsieur me trouve un peu jeune forcement il m’assimile a une enfant ! Par contre que monsieur se permette de flirter avec tout ce qui a plus de vingt ans et encore des seins un minimum gonfles ça ne dérange personne. » Cracha Victoria avant de tourner les talons. « Ravie de t’avoir rencontré. Et la prochaine fois prends au moins la peine de te présenter. »


Codage par Libella sur Graphiorum



+ i need my integration +
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again.  ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3324-vicky-anderson#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3326-journal-intime-d-une-lyceenne-vicky-anderson
Amadeï Caïmbeul

Amadeï Caïmbeul

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol21
Âge du personnage : 25 balais
Humeur : On fait aller
Messages : 25
Points : 23
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/02/2019
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Avatar11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyMar 12 Fév - 21:35


À l’Aube du grand saut

Vicky & Amadeï


Je tire sur mon t-shirt, le café le rendant humide et poisseux collant à mon torse. Génial. J’ai cours dans une heure et rien pour me changer à porter de main... À moins d’avoir ce qu’il faut dans mon sac. Je tente de réfléchir à ce que je peux posséder dans mon sac à dos quand la jeune femme face à moi vire au cramoisi. J’ hausse un sourcil avant que des paroles aussi venimeuses que haineuse sortent de ses lèvres rose bonbon :

-Oh voyons ! Monsieur me trouve un peu jeune forcement il m’assimile a une enfant ! Par contre que monsieur se permette de flirter avec tout ce qui a plus de vingt ans et encore des seins un minimum gonfles ça ne dérange personne.

-Quoi? Flirter ? Avec qui ?

J’ai flirté? Moi? Des seins un minimum gonflé ?  Mais de quoi elle parle cette petite idiote ?! Elle me rentre dedans, ne s’excuse même pas et ose m’agresser verbalement? Mais pour qui elle se prend ? C’est quoi cette gamine mal élevée ?

Je m’apprête à lui balancer ses 4 vérités quand elle me tourne le dos . Je sens un pique de colère monter en moi, mauvaise graine qui s’enracine. Mon maître d’arts martiaux me taperait sur le haut de la tête si il me voyait en ce moment même... Elle rajoute une couche de mots acerbes:

-Ravie de t’avoir rencontré. Et la prochaine fois prends au moins la peine de te présenter.

Me présenter ? Et puis quoi encore ? Je sers les mâchoires. Je la rattrape par le poignet, là retourne vers moi:

-De une, tu ne peut-être qu’une gamine au vue de ton comportement. Tu ressembles à une enfant qui n’a pas ce qu’elle veut. Tu taperais du pied ça ne m’étonnerais même pas ! De deux, un pardon, ça tue personne!

Mon accent des Highland remonte au grand galop, hache mes mots. Ma voix est froide, trop froide pour que je sois calme. Il faut que je me reprenne, maintenant. La colère n’amène à rien, la haine attise la haine. Me reprendre. Vite, vite. C’est une gosse, t’es un adulte, mature et responsable. Mes doigts se déroulent de son frêle poignet. J’inspire profondément, frotte mes joues, faisant crisser ma barbe de ma paume de main. Je soupire, me penche pour ramasser ma Thermos vide. Adieu café... Ma langue hydrate mes lèvres tandis que je me relève :

-Et oui, je pense que tu es une enfant. Je t’ai vue au café. Tu t’es fait méchamment chambrer par un garçon. Tu m’y a vus. Tu m’as assassiné du regard sans savoir ce que je pensais. Seuls les enfants se comportent ainsi. Les enfants ou les animaux en position de faiblesse.

Je range ma Thermos dans mon sac à dos, vérifie au passage si j’ai de quoi me changer et referme mon sac. Je regarde la jeune femme de nouveau:

-Et je n’ai flirter avec personne. Je ne flirt pas. Je ne suis pas un de tes amis de ton âge en mal d’attention, bourré d’hormone en folie et qui rend stupide à la seule vue d’une paire de seins, aussi petite soit elle. Pardon de froisser ton fantasme, mais tu te trompes totalement sur la personne que je peux êtres.

Je soupire longuement, me passe une main dans les cheveux.

-Amadeï ?! Mais qu’est ce que t’as foutus ?

Je tourne la tête vers la personne qui me parle. Je lui offre un léger sourire en coin:

-T’inquiète James, juste une Thermos de café renversé.

James passe son bras autour de mes épaules, s’appuie sur moi sans gêne. Mouler dans un jean troué, un t-shirt à l’effigie de son groupe de rock favoris, des all star noir recouvert de peinture et les cheveux aussi rouge que le rubis, il est le parfait stéréotype de l’étudiant en art. Il regarde la gamine des années 80 et lui offre un large sourire de ses dents trop blanche:

-Salut toi. T’es une pote à Ama ? T’es en cours ici? C’est quoi ton petit nom, ma jolie ?

Je repousse le bras encombrant de mon ami et soupire:

-Non c’est pas une pote à moi. Et non, elle est pas en cours ici. Et...

Je me rend compte que je ne sais même pas son nom. J’hausse un sourcil. Quitte à l’avoir dans les pattes autant que je sache comment elle se prénomme la gosse. J’attend sa réponse, après je me tire.
       
codage by Wiise



Écoute, sent, ressent.
“They say it's all been done but they haven't seen the best of me . ” — @Shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/modcp?tid=2cd4ae82562f100cfb4857899585b85e
Vicky Anderson

Vicky Anderson

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol24
Alias : Vimaro
Âge du personnage : 18
Humeur : Rêveuse
Messages : 474
Points : 246
Réputation : 23
Date d'inscription : 20/05/2018
Age : 19
Localisation : Galaxie
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Belle_11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyDim 17 Fév - 14:38



A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeule


Vicky n'était pas peu fière de sa sortie magistrale. Elle avait cloué le nez à ce bouledogue infernal avec sa tête de saoudien mal dans sa peau qui voulait se donner des airs de mauvaise gueule ! Fulminante intérieurement, malgré son coup d'éclat, la jeune fille fit quelques grands pas pour s'écarter de l'être odieux. Persuadée d'avoir mis à bas son adversaire, elle ne vit pas venir la main de l'homme et ne put que sursauter pitoyablement lorsque l'écrin d'acier se referma sur son poignet. Retournée aussi ridiculement qu'un pancake dans une poêle de Canadien, Vicky fit face à son Nemesis d'un jour et lui décocha un regard de vipère.

« Lâches moi brute épaisse ! »

Les mots âpres de Vicky furent calmement frappés dans sa bouche alors que ses dents se découvraient de haine. Comment-osait il seulement levé la main sur elle ? Ses poings se serrèrent mais avant qu'une claque retentissante ne puisse s'exprimer dans la cafétéria, l'imbécile ouvrit la bouche. L'accent écossais lui fit tirer une grimace affreuse à l'attente d'un anglais aussi charcuté. Dire qu'ils étaient par bien des aspects les plus proches cousins de la mère patrie de la langue de Shakespeare et Jane Austen ! Quand même bien certaines pouvaient bien fantasmer sur un James MacAulay d'autant Vicky préférait une classe toute Don Harperienne.

Les mots coulèrent doucement sur les rocs de l'accent du highlander aux traits basanés. Il l'avait bien remarquée au café et la jugeait là dessus ! Elle le savait ! Une moue se dessina sur les lèvres de Vicky et son front se plissa alors qu'un regard boudeur foudroyait le jeune homme. Elle ne comptait pas se laisser faire comme ça ! Préparant sagement ses mots, elle ouvrit la bouche pour reprendre leur joute verbale lorsqu'un troisième compétiteur sembla vouloir s'intégrer au tournoi.

Il s'avéra bien compte qu'il n'était plus qu'un ami débarqué au milieu d'un champ de bataille. Mais Vicky était bonne combattante. Aucune balle perdue ne ferait tomber une innocente victime. Lèvres closes, regard meurtrier, la jeune fille attendit de voir si son adversaire profiterait ou non de son honneur. Par chance, il n'en fit rien et baissa les armes pour une trêve de courte durée.

« Victoria Anderson ! Mais appelles moi Vicky. » lança joyeusement la lycéenne avec son plus beau sourire. « Non, je rencontre seulement Ama. » continua sur un ton amer, en insistant avec arrogance sur le surnom de l'homme avant de conclure : « Je ne suis pas encore étudiant. Je devrai commencer mon college de droit à la prochaine rentrée. Enfin je vais vous laisser... Ah et... » Vicky s'avança vers son adversaire et marcha sur son pied pour arriver à la hauteur. Malgré leur proximité gênante, elle enfonça un doigt dans le torse du garçon et lui lâcha hargneusement à l'oreille : « Ecoute MacBeth, ce qui est fait ne peut être défait. Ne m'embête plus à l'avenir. »

Sur cette citation, Vicky se détourna et se dirigea vers la cantine pour enfin savourer son premier vrai repas d'étudiante.

Pâtes ou pizza ?

Codage par Libella sur Graphiorum



+ i need my integration +
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again.  ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3324-vicky-anderson#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3326-journal-intime-d-une-lyceenne-vicky-anderson
Amadeï Caïmbeul

Amadeï Caïmbeul

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol21
Âge du personnage : 25 balais
Humeur : On fait aller
Messages : 25
Points : 23
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/02/2019
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Avatar11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyMer 20 Fév - 21:16


À l’Aube du grand saut

Vicky & Amadeï


James et ses cheveux rubis encombrent mon champs de vision. Je fais une légère moue avant de le repousser, tandis que la gosse des années 80 s’exprime enfin. Vicky? Même son surnom sors tout droit d’un sitcom appartenant à la même année que ses fringues. Elle en profite pour écorcher le surnom que me donne James. Je lève les yeux au ciel. Mon ami affiche un large sourire à la jeune femme, ébouriffe sa crinière de feu d’une main :

-Hate de te voir dans les locaux, Mademoiselle Vicky.

Elle ne semble pas y prêter attention, s’approche de moi en me marchant sur le pied au passage. Je grommelle une insulte, pas qu’elle pèse lourd la gosse mais elle va pourrir mes boots toutes neuves.

-Écoute, MacBeth, ce qui est fait ne peut être défait. Ne m’embête plus à l’avenir.

-MacBeth ?

Je fronce le nez, retiens de peu sa main avant qu’elle n’enfonce encore son doigt dans mon sternum. Pourquoi me citer du Shakespear franchement ? Et j’ai quoi en commun avec MacBeth? Elle s’éloigne tel une princesse. Je secoue la tête, dépité par son comportement de gamine. James continue de sourire en la regardant s’éloigner:

-Plutôt hargneuse la petite mère!

-Donc totalement ton genre. Je la trouve immature, en ce qui me concerne.

-Tu trouves toutes les nanas immatures...

Je lui jette un œil, sourit et rit. Je suis compliqué en matière de fille, je le sais parfaitement. Je m’apprête à lui répondre quand j’intercepte du coin de l’œil la confrérie de nana réputé pour leur sale coup se diriger droit sur Vicky. Je croise les bras et lâche:

-C’est parce qu’elles le sont toutes.

Une grande blonde, que je sais être la « chef » de la confrérie, s’amener a côté de Vicky, un verre de granité bleu dans la main. Elle s’arrête près d’elle, lui dit quelque chose de totalement inaudible pour moi avant de renverser son verre sur la tête de la gosse, ruinant son pull au passage. Je soupire alors que le cris de surprise de la jeune femme résonne dans la cafétéria.

La blonde passe à côté de moi , me souris en me faisant un petit signe de main. Je répond d’un sourire poli. Je n’adhère pas du tout à son comportement, c’est mal me connaître que penser me charmer avec ce genre de chose. James toujours à mes côtés passe de la surprise au rire :

-Je rêve... C’était quoi ça ? Elle est jalouse ?

-Aucune idée. Mais ça va me retomber dessus, ça je le sens gros comme une montagne...

Je croise le regard furieux de Vicky. Je lâche un nouveau et profond soupire, hausse les épaules et sors de la cafétéria. Hors de question de prendre pour quelque chose dans laquelle je n’ai rien à voir.

(...)

Fin de journée. Le beau soleil à quitter sa place, laissant l’averse faire son œuvre. Je regarde la pluie tomber du ciel, éclaté au sol en millier de goutelette. La route va glisser, pas sur que la moto apprécie.
J’inspire profondément, ferme mon cuir et met mon casque sur ma tête. En quelques pas de course, je rejoins ma moto. Elle démarre dans un doux ronronnement qui m’arrache un sourire.

-Allez ma belle, et on y va au pas.

J’enlève la béquille et me lance. Je pousse un peu l’accélérateur, pas trop non plus pour ne pas glisser... Quand elle débarque de nul part, sous la pluie.

Je pile, tourne le guidon à 90 degrés. Pas question que je renverse quelqu’un bordel! Mais je n’arrive pas à me rattraper, les roues glissent sur le macadam mouillé et je dois lâcher le guidon pour ne pas me prendre la moto sur les jambes. Je me rattrape comme je peux, le bruit de la ferraille sur le macadam fait un bruit ignoble. Je me redresse rapidement, tant pis pour ma bécane, il faut que je vois si la personne qui a traversé n’a rien. Je retire mon casque, inquiet...

Mon visage inquiet vire à la colère quand je reconnais la brune face à moi :

-Toi ?!

Victoria. La gosse des années 80. Elle a fait tomber son parapluie et la pluie tombe sur ses cheveux et son pull taché de granité et de café. Elle semble paniquée et un peu paumée. Je me calme doucement, soupire longuement. Je vais tout de même pas m’énerver après une gosse... Je plaque mes cheveux vers l’arrière, essuie l’eau de mon visage, reprend plus calmement :

-T’as rien ?
       
codage by Wiise



Écoute, sent, ressent.
“They say it's all been done but they haven't seen the best of me . ” — @Shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/modcp?tid=2cd4ae82562f100cfb4857899585b85e
Vicky Anderson

Vicky Anderson

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol24
Alias : Vimaro
Âge du personnage : 18
Humeur : Rêveuse
Messages : 474
Points : 246
Réputation : 23
Date d'inscription : 20/05/2018
Age : 19
Localisation : Galaxie
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Belle_11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyJeu 21 Fév - 14:32



A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeule


La petite brune n'eut même pas la chance ou l'horreur d'avaler des pâtes en plastique ou une pizza en bakélite. Alors qu'elle approchait enfin de son but ultime, une grande blonde aux faux cils et au maquillage bien trop marqué lui fit face. Entourée de sa meute d'Heathers, Vicky ne put que s'arrêter et hausser de grands sourcils innocents. Que lui voulait la jeune femme ? Elle n'en avait aucune idée. Mais la façon dont on l'avait encerclée ne lui disait rien de bon. D'une petite voix, Vicky s'enquit enfin de la raison de la présence de blonde. La réponse ne tarda pas.

"Amadeï est à moi. Si quelqu'un doit le sucer ça sera moi. Ne t'approche plus de lui la naine."

Vicky était bien en peine de comprendre l'agression qu'elle venait de subir. N'avait-elle pas vu que l'abruti écossais et elle ne pouvaient pas se voir même de loin ? Et qu'est ce que cela pouvait bien vouloir dire que sucer ? La jeune femme y voyait une allusion sexuelle inconnue et vague et rien que de le savoir elle grimaça. Sa mimique se transforma en un cri de surprise lorsque son agresseur renversa son verre droit sur son pull déjà taché. Le granité bleue s'étala dans la laine avide d'absorber le moindre intrus.

Interdite, la lycéenne ne réagit pas et regarda le groupe s'éloigner en ricanant et gloussant comme dans une mauvaise sitcom. Elle n'arrivait pas à croire ce qui venait d'arriver. A vrai dire Vicky ne comprenait pas la seule raison d'avoir approcher Amadeï. Mais il était au coeur de cette entourloupe elle en était sûre ! Ses soupçons s'en trouvèrent confirmer lorsqu'elle aperçut sa tortionnaire faire un signe de la main fort complice à son némésis. Tout était donc lié... Le menton haut et fier, Vicky se contenta d'un regard sombre à l'adresse de l'écossais et s'éloigna, drapée dans son orgueil enfantin.

***

Elle avait survécu à cette journée insupportable. Après avoir rencontré le pire idiot de la faculté, échappé à une chute de café, un granité renversé et à la nourriture de la cantine - elle avait tout de même hésité à courir aux toilettes plus d'une fois - Vicky avait survécu. Son après-midi à la bibliothèque pour repérer des ouvrages intéressants s'était même bien déroulé. C'était avec quelques traités de politique - le grand Hobbes lui avait été proposé ! - dans les bras qu'elle avançait sous la pluie battante.

Le son de l'eau frappant le bitume et la fatigue de la journée l'avait rendue complètement étourdie. Le regard éteint, la mâchoire se décrochant à intervalles irréguliers, elle n'arrivait qu'à grande peine à enchaîner un pas devant l'autre. Alors de là à prendre conscience de son univers... Ce ne fut qu'au dernier moment que Vicky prit conscience du bruit de moto et du fracas qui s'ensuivit. Sursautant comme jamais, elle en lâcha son parapluie et resta muette au milieu de la route. Elle avait failli mourir. Cette journée était décidément mauvaise.

Comme à chaque fois que sa vie était menacée Vicky eut une simple réaction.

Elle fondit en larmes devant Amadeï toute fierté envolée.

Codage par Libella sur Graphiorum



+ i need my integration +
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again.  ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3324-vicky-anderson#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3326-journal-intime-d-une-lyceenne-vicky-anderson
Amadeï Caïmbeul

Amadeï Caïmbeul

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol21
Âge du personnage : 25 balais
Humeur : On fait aller
Messages : 25
Points : 23
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/02/2019
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Avatar11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptySam 2 Mar - 11:00


À l’Aube du grand saut

Vicky & Amadeï


Le moteur de la moto s’étrangle sur le bas côté, elle crache une dernière fois, comme un râle de douleur, avant de s’éteindre. Si elle se rallume j’ai vraiment de la chance. Pour le moment, je n’y crois pas, et j’ai bien plus encombrant sur les bras. 

La gosse vient d’éclater en gros sanglots. De grosses larmes roulent sur ses joues, se mêlent à l’eau de pluie. Son corps frêle secoué par les sanglots et les hoquets. Et moi, qui la regarde, interdit, planté comme un con au milieu de la route. Parce que, si j’ai appris beaucoup de choses durant ses dernières années, on ne m’a jamais enseigné comment réconforter une jeune femme. Alors je reste là à la regarder, sans vraiment savoir quoi faire, ni même quoi dire, avec cette putain de pluie qui continue de couler sur nos têtes. 

J’entends le bruit d’une voiture se pointer, je ne réfléchis pas trop, attrape la jeune femme et la cale sur mon épaule pour que l’on se retrouve sur le trottoir. Je la remet sur ses deux jambes sous un abris de bus et vais récupérer ma moto qui n’a pas vraiment apprécier la chute, ainsi que 2 bouquins qu’elle a sûrement dû emprunter à la bibliothéque de la fac. Je cale les bouquins dans mon casque et reconduit ma moto à l’abri avec la gosse. Elle semble s’être calmer. Enfin si par calmer on peut inclure le fait qu’il reste des larmes et un peu de hoquet. 

Je me mords la lèvre inférieur, ne sachant toujours pas quoi faire avant de m’apercevoir qu’elle grelotte. Elle est trempé. J’inspire profondément et retire mon cuir pour lui poser sur les épaules. 

-Je vais te reconduire chez toi. Je ne pense pas que tu sois capable d’y arriver seule. J’ai un deuxième casque dans un vestiaire dans le hall. Reste là, je reviens. 

Je met la béquille sur ma moto et la laisse avec la gosse sous l’abris de bus. 

Je reviens quelques minutes après, avec une veste de sport sur le dos et un autre casque dans la main. Je donne le casque à la gamine sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit: 

-Met ça, attache le bien. 

Je monte sur ma moto, fait tourner la clés. Elle commence par gargouiller sévèrement avant de bien vouloir démarrer. Je souris, tapote le flanc du bolide. 

-Bien, ma belle. 

Je me tourne vers Vicky. Elle semble encore plus jeune comme ça, perdue dans ma veste en cuir. Je l’aide à régler la lanière de son casque : 

-T’habite où, du coup ? 

(...) 

J’ai déposé la gosse chez elle mais une blonde en tenue de Yoga et un gros chien loup aux allures pataudes m’ont traîné à l’intérieur. La blonde m’à proposé plusieurs fois de boire une bière que j’ai poliment refusé et quand elle a quitté la cuisine, j’ai bien sentis son regard coulé sur mes fesses. Je regarde la gosse qui semble toujours aussi paumée. Je sais pas trop quoi faire pour l’aider, elle a sûrement du avoir une sacré peur... Il me faut quelques instants de réflexion avant de sortir de mon sac des herbes que je pose sur la table devant elle. Son regard semble suspect, je soupire et lève les yeux au ciel:

-Je suis étudiant en médecine avec option  phytothérapie. C’est pas de la drogue, c’est de quoi faire une infusion. Un thé si tu préfère. Si tu veux je te la prépare, c’est pour t’aider à te calmer et à dormir. 

J’hausse un sourcil. Si elle ne me croit pas, qu’elle demande à la blonde aux allures de gros chats. Je suis sur qu’elle aussi à quelque chose de surnaturel dans les veines, mais je ne préfère pas m’avancer là dessus sans preuve. Je plonge les mains dans les poches, attendant le verdict de la gosse. 
codage by Wiise




Écoute, sent, ressent.
“They say it's all been done but they haven't seen the best of me . ” — @Shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/modcp?tid=2cd4ae82562f100cfb4857899585b85e
Vicky Anderson

Vicky Anderson

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol24
Alias : Vimaro
Âge du personnage : 18
Humeur : Rêveuse
Messages : 474
Points : 246
Réputation : 23
Date d'inscription : 20/05/2018
Age : 19
Localisation : Galaxie
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Belle_11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyDim 3 Mar - 7:45



A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeule


Vicky ne voyait plus dans les cascades de ses larmes et de ses affaires trempées. Paralysée par la peur et par la fatigue, elle ne voyait qu'une silhouette floue qu'elle devinait être Amadeï. L'écossais lui parlait mais les mots ne parvenaient pas à son esprit accaparé par sa déception. Encore une fois devant le danger et la mort elle n'avait pas su réagir. Vicky se mordit les lèvres et éclata de nouveau en longs sanglots lancinants. Elle n'était qu'une petite peste incapable de voir plus loin que le bout de son nez et toujours devant être portée par les autres.

Littéralement.

Vicky battit des paupières lorsque ses pieds touchèrent à nouveau terre. Elle ne s'était même pas rendue compte du geste d'Amadeï. Il avait pris la peine de la porter, de l'amener au sec sous un abri-bus avant même de s'occuper de sa moto. Des frissons parcourut son corps alors que peu à peu elle reprenait conscience de son environnement immédiat. Mais avant qu'elle ne puisse cacher son état de faiblesse par fierté, le cuir du jeune homme vint couvrir ses épaules laissant contre sa peau une délicate sensation de chaleur. Vicky ouvrit des grands yeux surpris alors qu'il s'éloignait. Avait-il vraiment eu un geste gentil pour elle ?

Mais Vicky était encore trop sous le choc pour savoir répondre à la question. Immobile, serrant contre elle ses livres détrempés, la jeune fille attendit presque bêtement le retour de son némésis. Lorsqu'il revint, elle le gratifia d'un regard vide et épuisé. Ses larmes ainsi que son dégoût de soi même l'avait laissé éreintée. Elle obéit bêtement à Amadeï et grimpa gauchement sur la moto qui avait voulu sa mort. Alors qu'il se tournait vers elle pour l'aider à mettre son casque, elle lui cracha quelques mots à la gueule qui consistaient en son adresse. Alors que leur véhicule vrombissait, Vicky s'accrocha à Amadeï en lui passant ses bras autour de la taille et laissa sa tête reposer contre le dos, le regard vide et le corps flasque.

***

-Je suis étudiant en médecine avec option  phytothérapie. C’est pas de la drogue, c’est de quoi faire une infusion. Un thé si tu préfère. Si tu veux je te la prépare, c’est pour t’aider à te calmer et à dormir. 

Vicky leva les yeux vers son tourmenteur. Et sauveur. Elle ne savait plus trop quoi penser du jeune homme. Alors qu'elle reprenait conscience de son état second, et qu'une nausée terrible la prenait à l'idée d'avoir échouer malgré toutes ses promesses. Elle voulait qu'une chose : du réconfort et dormir. Le premier lui semblait inaccessible. Elle n'allait pas débarqué dans la chambre d'Andy pour pareille chose, Amance était de sortie et sa confiance en Wesley était des plus ténues. Aussi...

« Oui. Je veux bien. De toutes façons tu peux m'empoisonner pour ce que j'en sais. Je suis ridicule. » Vicky croisa ses bras contre la table et y cala sa tête alors qu'Amadeï préparait sa mixture. Moins elle le verrait, mieux elle s'en porterait.


Codage par Libella sur Graphiorum



+ i need my integration +
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again.  ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3324-vicky-anderson#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3326-journal-intime-d-une-lyceenne-vicky-anderson
Andy Turing

Andy Turing

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Nagual10
Alias : Raymonde
Âge du personnage : 27
Humeur : Sucrée
Messages : 271
Points : 267
Réputation : 40
Date d'inscription : 29/04/2018
Localisation : En plein cours, ou sur le canap' en train de gloutonner devant Netflix
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Impliq11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyDim 3 Mar - 14:17

Vicky et Amadeï


à l'aube de la catastrophe




15 heures 30. Elle vient de rentrer du dojo après un cours qui lui a semblé interminable. La sorcière aux yeux bridés était bien sûr au rendez vous, rendant l'instant gênant et mettant les nerfs de la blonde à rude épreuve. Jamais un mot gentil, juste des remarques cassantes sur le déroulé du cours et les postures choisies par la professeur. Avec aujourd'hui une nouvelle arme, la couleur des cheveux de la puma jugée inadéquate pour exercer une telle profession. Le contrôle de la jeune fille est la seule chose qui l'a empêchée de mettre la tête de la femme méchante et aigrie dans le mur. Elle commence à se dire que laisser Alessandro lui offrir une paire d'escarpins en béton ne serait peut être pas une mauvaise chose.

Toujours en tenue de boulot, elle zappe avant d'arrêter son choix sur un film d'horreur aux effets spéciaux médiocres, Jared allongé à côté d'elle, son doudou entre les crocs.

[...]

-Kesskisspass

Elle ouvre un œil hagard, écrasée par Jared. Elle essuie le filet de bave qui a séché sur son menton avant de se redresser pour aller ouvrir la porte de la maison. On vient de frapper alors que normalement personne ne devrait rentrer à cette heure hormis ses colocataires. Elle pousse le chien par terre avant de se diriger vers la porte, le pas hésitant, le regard un peu perdu d'une personne qu'on vient de réveiller collé au visage.

Elle fait triste mine en voyant Vicky, comprenant que c'est elle qui vient de faire autant de bruit, puis sourit en voyant le garçon qui l'accompagne. Jared sur les talons, elle le traîne dans la maison, puis dans la cuisine, ne prenant même pas le temps de lui demander son prénom. La naine a ramené un mec, et pas n'importe lequel, un canon de chez canon. Le style de gars qui semble avoir été photoshopé à la naissance. Un bon gros 9. Il n'a pas l'air à l'aise, alors il est du devoir de la blonde de résoudre ce soucis au plus vite.

-Tu veux une bière ?

Réponse négative, alors elle repose sa question, faisant comprendre au garçon qu'elle ne va pas le juger s'il accepte de boire de l'alcool. Vicky non plus n'a pas l'air dans son assiette, mais cela ne change pas de l'habitude. Même si ce matin elle avait l'air de bonne humeur à l'idée d'aller découvrir la vie estudiantine de plus près.

Quand elle comprend qu'elle n'essuiera rien de plus que des refus Andy laisse tomber. Vicky a ramené un autre mormon... Elle quitte la cuisine, une blonde à la main, un clin d’œil pour sa colocataire, et un regard appuyé pour les fesses du garçon. Juste pour être polie. Car rester insensible face à ce genre de spectacle relèverait de l'hypocrisie de haut vol.

De retour dans sa chambre, elle dégaine son portable, et tape rapidement un message destiné à ses deux autres colocataires.

"Vicky a ramené un avion de chasse. Un 9. Je fais quoi ?"

Elle se coiffe rapidement, ramenant ses cheveux blonds en une queue de cheval haute, troquant sa tenue de sport pour un jean qui moule ses fesses et un haut blanc au dos dénudé. Son portable vibre sur son lit, et c'est quand elle est enfin prête à sortir qu'elle regarde ses messages. Au moins ses deux amis semblent avoir comprit l'urgence de la situation. Même s'ils voient chacun les choses de manière différente.

"Un 9 ? Surtout tu les laisses seuls. Et tu ne dis pas de bêtises. En fait tu dis rien. LOL"

Wesley et son manque de foi face aux capacités de la blonde quand il s’agit de bien se tenir en société pourraient presque être vexant. Elle décide d'ouvrir le message de Sylvie, qui elle devrait bien mieux comprendre l’urgence d'une telle situation.

"T'as prit une photo ? Dit à Vicky pour les capotes, je suis pas sûre qu'elle sache où elles sont."

Et bien voilà, la brune a un sens de priorités parfait. Andy attrape son sac, envoie un message bref à Vicky avant d'ouvrir la fenêtre de sa chambre pour s'échapper de la maison.

"Je sors. Y a tout ce qu'il faut dans le tiroir à couverts. T'es une Warrior !"

Elle range son téléphone dans son sac à main, grimpe sur le rebord de la fenêtre avant de sauter pour atterrir gracieusement sur la pelouse un étage plus bas. C'est en entendant un rire qu'elle redresse la tête avant de sourire en apercevant leur voisine qui semble bien affairée au milieu de ses rosiers.

-Ma belle, tes parents ne t'ont jamais appris à utiliser une porte ?
-Bonjour madame Greenberg. Vicky a ramené un copain et je ne voulais pas les déranger. Donc je vais voir si mon chéri est dans son bar.

Elle part à pied, puis se stoppe au bout de quelques pas quand la gentille grand mère relance la conversation.

-J'ai un gâteau aux pèches qui est en train de refroidir. Viens en manger une part autour d'un bon chocolat, je t'en donnerais une pour ton ami après.

Madame Greenberg est une voisine adorable, mais vit seule depuis que son mari est décédé. Seule dans une grande maison, avec des enfants qui oublient de venir la voir et un petit fils qui ne sait rien faire d'autre que se plaindre sans cesse. Andy n'a pas besoin de se forcer pour la suivre dans sa maison, alléchée par cette tarte dont elle peut presque sentir l'odeur avant même que sa fragrance ne parvienne jusqu'à elle.
©️️️clever love.


HRP:
 



©️️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3301-andy-turing-on-dit-que-je-suis-chiante-termine
Amadeï Caïmbeul

Amadeï Caïmbeul

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol21
Âge du personnage : 25 balais
Humeur : On fait aller
Messages : 25
Points : 23
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/02/2019
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Avatar11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyLun 8 Avr - 12:45


À l’Aube du grand saut

Vicky & Amadeï


-Oui. Je veux bien. De toutes façons tu peux m'empoisonner pour ce que j'en sais. Je suis ridicule.

Pour conclure son monologue, elle se laisse choir sur la table en lâchant un grognement éreinté. J’hausse un sourcil, incrédule face à son comportement. Elle est fatiguée après une seule journée ? Et elle veut étudier à la Fac? Je me retiens de soupirer face au spectacle minable que m’offre la gosse :

-Aidh... Tu es ridicule. Tout du moins, ton comportement puéril l’est.

Regard noir de l’intéressée, je l’ignore, retire ma veste trempée que je pose sur le dossier d’une chaise avant de ramasser le sachet de préparation sur la table. J’allume la plaque de gaz, remplis la bouilloire d’eau et la met à chauffer. Durant tous le temps de la préparation, un silence flotte entre nous, seul le sifflement de la bouilloire le brise.

Le chien est resté dans mes jambes, à réclamer caresse et attention. Un vrai pot de colle. Une fois l’eau à la bonne température, j’y ajoute le mélange qui se compose entre autres de tilleul, de camomille, de mauve et de mélisse. Je me tourne vers la gosse pour savoir où se trouvent les tasses et les cuillères (vu qu’elle ne semble pas enclin à se bouger), attrape un mug dans un placard et ouvre un tiroir. Je manque de faire tomber la tasse de surprise. C’est un tiroir à couvert ou une pharmacie de secours ? Je jette un œil à la gosse... Non, au vue de sa tenue et de son comportement, cette gamine n’a jamais vu le loup, j’en mettrais ma main au feu. Ça doit sûrement appartenir à sa colocataire blonde. J’attrape une petite cuillère et referme le tiroir, comme si de rien était.

Je sers le thé et l’apporte à Victoria, le posant juste devant son nez. Elle regarde le contenu d’un drôle d’œil. J’hausse un sourcil:

-Quoi? Je regarde la tasse, soupire: C’est la fleur de mauve qui teinte le liquide en bleu. C’est normal.

Je reste debout derrière une chaise, là regarde boire son thé du bout des lèvres. Je râle en levant les yeux au ciel:

-Tu te comporte vraiment comme une enfant!

J’attrape la tasse de ses mains, en bois une gorgée et lui rend:

-Tu vois? Pas mort empoisonné. Avale maintenant.

J’attrape ma veste sur le dossier de chaise, récupère mon casque en jetant un œil dehors. Le temps c’est éclairci, adieu pluie bonjour soleil. Je me passe une main dans les cheveux pour tenter de dompter les mèches rebelles qui ornent mon crâne.

-Je vais rentrer chez moi. Un dernier conseil, si tu ne veux pas être malade, prend un bon bain, ou une douche à défaut, bien chaud. Et enfile quelque chose de sec. Je viendrais récupérer mes affaires plus tard si ça ne t’embête pas.
       
codage by Wiise



Écoute, sent, ressent.
“They say it's all been done but they haven't seen the best of me . ” — @Shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/modcp?tid=2cd4ae82562f100cfb4857899585b85e
Vicky Anderson

Vicky Anderson

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol24
Alias : Vimaro
Âge du personnage : 18
Humeur : Rêveuse
Messages : 474
Points : 246
Réputation : 23
Date d'inscription : 20/05/2018
Age : 19
Localisation : Galaxie
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Belle_11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyLun 8 Avr - 15:32



A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeule


Empêtrée dans son malheur, Vicky ne regardait pas Amadaï. Elle ne voulait pas le voir, voir personne. Cette journée avait été un véritable cauchemar. Humiliée, écrasée, jetée en pâtures à des tourmenteurs, presque littéralement écrasée. Tout semblait avoir déraillé pour celle qui ne voulait que goûter à la vie. Alors qu'elle se parlait à elle-même, ce rustre d'écossais ne put qu'en rajouter une couche s'attirant un regard noir de Vicky. Comment osait-il ?! Comportement puéril ? Il avait au moins le double de son âge et il ne valait pas mieux !

Regard braqué sur lui, la jeune fille ne put s'empêcher malgré d'admirer le jeune homme. Avec ses airs bravaches, il avait un certain style et une beauté. Et ce caractère d'acier. Certes, Vicky en avait fait les frais mais elle avait bien vu les miracles que cela pouvait faire sur Andy, pourtant coureuse de caleçons aguerrie. Amance elle même aurait fondu face à la gueule d'ange du béjaune. Alors qu'il farfouillait à la recherche d'une cuillère, Vicky remarque un message non lu sur son portable et blêmit à la vue des mots de sa colocataire au même moment où elle aperçut Amadeï tressaillir. Lorsque l'homme se tourna vers elle, la lycéenne détourna le regarda interdite et fit mine de ne rien savoir du contenu de l'appartement. Andy comptait elle vraiment à ce qu'elle... couche avec Amadeï. Après tout ça ?

Fébrile et plongée dans ses pensées, Vicky sursauta lorsque la tasse apparut devant ses yeux et elle regarda d'un drôle d'air son serviteur, en même temps qu'un léger rouge venait teinter ses joues. Lisait-il dans ses pensées ? Mais Amadeï se méprenait et il se contenta d'expliquer la couleur du thé. Vicky se contenta d'y tremper les lèvres tout en repensant au message d'Andy. Ses colocataires avaient un effet bénéfique sur elle, elle se sentait mieux, loin du joug de la mort de Grand'Pa. Et puis il faudrait bien goûter au sexe un jour. Vicky en avait assez de cette étiquette de mormonne qui lui collait au dos. Elle n'était qu'une simple méthodiste ! L'alcool la toucherait un jour. Si elle devait être...

«Eh ! » s'exclama Vicky alors qu'il lui prenait la tasse des mains. «J'ai pas besoin que tu me paternes...» gronda la jeune femme avant de boire de longues gorgées. Il fallait qu'elle fasse rester Amadeï. Le message d'Andy était une promesse tacite. Vicky se sentait poussé des ailes. Après l'échec de la journée elle devait bien réussir quelque chose non ? Peine perdue. L'écossais s'éloignait déjà.

« Attends Macbeth ! » s'écria Vicky en se levant. Le jeune homme se retourna et il la regarda se diriger vers le tiroir de la cuisine. Elle fit face à Amadeï tout en ouvrant le dit rangement et attrapant quelque chose à l'aveuglette. Une chose qui avait assurément la couleur de la tisane mais pas le goût. Du moins l'espérait-elle. « Tu m'as dis de prendre une douche. Mais tu es trempé toi aussi... On pourrait peut être... » Vicky buta sur les mots avant de se lancer. « La prendre ensemble ? »

Seul un ricanement lui répondit.

Paniquée Vicky fit la seule chose qui lui passa à l'esprit. Elle agrippa son pull, le retira brusquement, s'arrachant un couinement de douleur et le jeta contre Amadeï qui se retourna, surpris. La lycéenne lui faisait face, torse nue et les bras enroulaient autour de sa maigre poitrine. Entre ses doigts brillaient dans son papier argenté sa prise du jour dans le tiroir. Un sourire ingénu aux lèvres, le regard indécis, Vicky eut une moue mi-boudeuse mi-joueuse, le coeur battant la chamade. « Après tout c'est ta faute si je me suis retrouvée comme ça non ? Avec l'autre qui voulait te... te... sucer. Alors... Restes. »


Codage par Libella sur Graphiorum



+ i need my integration +
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again.  ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3324-vicky-anderson#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3326-journal-intime-d-une-lyceenne-vicky-anderson
Amadeï Caïmbeul

Amadeï Caïmbeul

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol21
Âge du personnage : 25 balais
Humeur : On fait aller
Messages : 25
Points : 23
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/02/2019
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Avatar11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyDim 14 Avr - 12:07

-Attend MacBeth !

Je lève les yeux au ciel. Moi qui m’apprêtais à quitter les lieux, la voilà qui me relance sur Shakespear. J’aimerais vraiment qu’elle me dise en quoi je suis semblable à ce personnage de théâtre... Je ne sais pas pourquoi, mais je me tourne vers elle, mon regard insistant sur le sien. Elle doit bien voir que j’ai envie de rentrer chez moi, non?

Ses pieds la mènent jusqu’au tiroir à couvert-capote. Elle cherche à taton dedans tandis que je pris pour qu’elle ne sorte pas ce que je pense. Un soupire agacé m’échappe quand je vois l’emballage si reconnaissable. Je me passe une main sur le visage, partagé entre le rire et l’épuisement.

-Tu m’as dit de prendre une douche. Mais tu es trempé toi aussi... On pourrait peut-être...

Elle bégaye. Bute sur ses syllabes. Elle n’a jamais entrepris quoi que ce soit avec un garçon et ça se voit à son air paniqué. Et bien sûr, c’est à moi qu’elle demande. Je me demande si il n’y aurait pas une herbe que je pourrais utiliser pour repousser les nanas de son genre...

-La prendre ensemble?

Un blanc. Je pouffe de rire et secoue la tête, lui faisant un signe de la main pour lui dire de laisser tomber. Non mais n’importe quoi... J’aurais tout vu aujourd’hui. Je tourne les talons, direction la porte de sortie.

Je fais deux pas, à peine, avant de ramasser un truc dans le dos. Je grommelle quelques insultes, me retourne pour trouver au sol un pull. Pas n’importe quel pull, en fait. Un pull a col roulé blanc avec des taches de café et de granité bleu. En un quart de seconde je fais la liaison. Elle a pas fait ça...? Mes yeux se relèvent

Et je reste sans voix. Dans la lueur faible de la cuisine, elle se tient debout, ses bras cachant sa poitrine. Ma bouche s’ouvre pour dire quelque chose mais elle me devance, avec un sourire ingénue aux lèvres.

-Après tout c'est ta faute si je me suis retrouvée comme ça non ? Avec l'autre qui voulait te... te... sucer. Alors... Restes.
-... Me sucer?

Ceci explique cela. L’autre pimbêche blonde avait juste mis en garde la gosse que j’étais chasse gardée. Ce que je ne suis pas. Je regarde la jeune femme. Elle n’est pas laide, en soit, même plutôt jolie. Mais je refuse d’être celui qui lui fera découvrir ce monde. C’est une enfant, je suis un adulte. Et je dois rentrer chez moi. Mais si elle veut une expérience... Je vais lui en offrir une.

Je pose de nouveau ma veste et mon casque et traverse la cuisine en quelques enjambées. Mes mains se posent sur le plan de travail dans son dos, je la surplombe, penchée sur elle. Mes yeux se plongent dans les siens, mes lèvres s’approchent des siennes dangereusement:

-Tu ne sais pas ce que tu fais. Ni à quoi tu joues. Tu te mets en danger. Tu ne me connais même pas et je pourrais te faire n’importe quoi. Encore une fois, tu me prouves que tu es une enfant.

Mes lèvres s’écrasent brutalement sur les siennes pour appuyer mes dires, mon bras s’enroule autour de son corps frêle, la bloque contre mon corps. Une jambe entre les siennes, j’appuie ma cuisse sur son entrejambe. Son coeur accélère dans sa poitrine, tandis que ma langue franchis la barrière de ses lèvres, venant caresser la sienne. Une main dans ses cheveux, je tire légèrement dessus pour qu’elle incline la tête vers l’arrière, approfondissant un peu plus mon baiser

Je la maintiens ainsi quelques secondes avant de la relâcher, lentement. Mon regard de nouveau plonger dans le sien je reprend:

-Tu ne connais rien à tous ça. Tu ne veux pas être materné mais tu te jettes sur le premier venue. Range ce que tu as dans les mains et va prendre une douche.

Mes yeux se baissent sur ses lèvres, rougies, légèrement gonflé par le baiser que je viens de lui offrir. Je sais que je suis dure avec elle, je vois dans ses yeux que mes paroles sont blessantes. Mais je suis vrai. J’aurais très bien pu pousser ma démonstration plus loin, aller jusqu’au bout coûte que coûte, parce que certains l’aurait fait. Mais je ne suis pas ce genre de mec.

Ma langue humecte mes lèvres, j’ai encore le goût du thé qu’elle a bu dessus. J’inspire profondément, me détache d’elle avant de tourner les talons de nouveau. Je récupère pour la dernière fois mes affaires et sors de la maison en la laissant seule.

(...)

Ma mère dors dans son fauteuil, la télé diffusant son émission dans le vide. Je souris légèrement, pose un baiser sur son front et monte prendre une douche. L’eau chaude m’arrache des frissons. Je ferme les yeux pour mieux apprécier ce moment de détente.

Les grands yeux ingénu de Vicky. Son sourire satisfait quand elle s’adresse à James. Ses cheveux brun tresser. Son corps frêle et mince. Sa peau laiteuse sous la lueur décroissante dans la cuisine. Le goût de ses lèvres.

Je rouvre les yeux. Eh merde...



Écoute, sent, ressent.
“They say it's all been done but they haven't seen the best of me . ” — @Shiya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/modcp?tid=2cd4ae82562f100cfb4857899585b85e
Vicky Anderson

Vicky Anderson

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Symbol24
Alias : Vimaro
Âge du personnage : 18
Humeur : Rêveuse
Messages : 474
Points : 246
Réputation : 23
Date d'inscription : 20/05/2018
Age : 19
Localisation : Galaxie
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Belle_11

A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]   A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE] EmptyLun 15 Avr - 15:31



A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeule


Vicky était persuadée qu'il allait rire, s'écarter puis partir sans un autre mot. Il ne reviendrait jamais récupérer ses affaires. En d'autres termes, elle allait être abandonner tout comme Grand Pa' l'avait laissé seule derrière. Frissonnante, mal à l'aise, Vicky se stupéfiait elle-même. Toute son éducation lui hurlait de se rhabiller, d'oublier cette histoire et de redevenir la petit fille sage qu'elle avait toujours été. Mais son caractère volontaire et têtu ne l'entendait pas de cette oreille et ses bras s'écartèrent peu à peu pour découvrir sa maigre poitrine à peine retenue par son soutien-gorge.

Son souffle se bloqua au fond de sa gorge lorsque la silhouette sensuelle d'Amadeï s'approcha, posant casque et veste d'un geste agacé... ou excité se prit à espérer la jeune femme. Maintenant qu'elle s'était lancée elle ne pouvait reculer. Des frissons parcourent sa peau à l'idée d'être aussi proche et vulnérable face au bel homme. Fiévreuse, Vicky cligna des yeux lorsque Amadeï la menaça. Il n'avait pas fais demi-tour pour lui dire ça. C'était tout bonne impossible. Elle n'était pas si horrible ?

Il lui fallait croire que non. Abasourdie, Vicky se retrouva soudainement prise dans une étreinte inconnue et pourtant dont son corps connaissait déjà les pas. Un feu cuisant éclata entre ses cuisses et fit bouillir son estomac d'anticipation alors que la jambe d'Amadeï se glisser contre. Ses lèvres ouvrirent les vannes de la libido de Vicky, passablement perturbée. Un gémissement la surprit lorsqu'une main virile attrapa ses cheveux pour adapter leur baiser à leur différence de taille et la lycéenne se surprit à agripper le dos d'Amadeï. Elle le voulait nu, sentir sa peau contre la sienne, baiser chaque parcelle de son corps. Pire elle le voulait en elle.

Mais toute magie fut bien vite brisé par le jeune homme. Quelques secondes à peine s'était déroulée mais cela fut suffisant pour retrouver une Vicky échevelée et passablement frustrée par la rupture de leur étreinte. A ses attentes de voir Amadeï se dévêtir ne lui répondirent que des mots blessants, chaque variation de ton transperçant son coeur d'une terrible déchirure. Et avant même qu'elle ne put lui répondre, Vicky se retrouva seule, abandonnée et ridicule au coeur de sa cuisine...

***

Vicky trembla sous sa couverture. Elle n'avait guère plus de larmes à donner et malgré l'épuisement de la journée la lycéenne ne trouvait guère le sommeil. Ce dernier lui échappait, jouant avec les souvenirs des dernières heures. La sensation brûlante de la peau, le frémissement de son corps, l'humidité de ses lèvres... Tout cela n'était qu'un vague mirage enveloppé dans un cocon presque onirique. Pourtant Vicky ne parvenait pas à effacer chaque image de ses rétines.

Elle avait frôlé un risque. Et le n'acceptait pas. Son orgueil avait volé en milles éclats devant le refus d'Amadeï et si dans le fond elle partageait l'avis du jeune homme, Vicky ne pouvait l'admettre. De rage, elle avait brisé la tasse remplie de thé mauve contre le mur avant de nettoyer chaque tâche tout en fondant en larmes. Elle avait passé près d'une heure sous une douche brûlante, s'attirant les hurlements de ses colocataires, surpris de découvrir le ballon d'eau chaude vide. Elle n'avait guère daigné répondre à leurs martèlements rageurs à la porte de sa chambre.

Vicky avait longuement pleuré, à s'en rendre malade. Epuisée et fourbue, elle ne demandait que le repos. Mais avant son corps réclamait une chose, une dernière petite chose. La lycéenne le regretterait amèrement, ferait pénitence et en parlerait peut être même à son entourage. Mais alors qu'elle fermait les yeux, ses doigts ne purent s'empêcher de s'aventurer en des endroits jusqu'alors interdits...

[RP terminé]




Codage par Libella sur Graphiorum



+ i need my integration +
Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again.  ©️ sensitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3324-vicky-anderson#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3326-journal-intime-d-une-lyceenne-vicky-anderson
 
A l'aube du grand saut | Amadaeï Caïembeul [TERMINE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le grand saut, un pas vers l'avenir [PV : SEIICHI HASEGAWA]
» Le grand saut // Narcisse
» A Saut D'eau il n'y a pas d'eau potable
» des idées de grand'mère
» La bataille du Grand-Port...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Campus :: Hall-
Sauter vers: