AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
12 novembre 2017

Zeke Pevencie


►►►◄◄◄br />
Arès Kye Coleman & Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Jansen Avery




Classement au
25 novembre 2017

Cassian Norton


►►►◄◄◄br />
Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Maxine Evans




Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 L'horloge (PV Derek)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: L'horloge (PV Derek)   Mar 3 Fév - 13:22


Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
Cela faisait maintenant quelques temps que le jeune photographe avait envie de découvrir les environs. Avec son installation, et toutes les petites choses à régler qui allaient avec, il n’avait pas eu vraiment l’occasion de se familiariser avec son nouvel environnement. Sa forêt lui manquait, mais ce n’était pas nouveau, il ne venait pas de débarquer tout droit sortis d’une cabane en bois. Il était passé par la fac, avait eu son lot de problèmes existentiels que tout étudiant rêve d’avoir un jour ou l’autre. Mais ça ne changeait rien, sa forêt lui manquait. Alors il avait décidé de s’acclimater à celle-ci, plus proche, et pour ça il avait embarqué son fidèle appareil photo numérique, espérant glaner ou capturer des moments rares, poétiques, intéressants…

En levant la tête, il fut satisfait d’apercevoir un ciel clair, parsemé de milliers de petites étoiles, et une lune qui était presque pleine. Idéal donc, pour ses temps de pauses longues. Il espérait se faire le plus discret possible, pour avoir la chance de tomber sur un animal nocturne, même si il ne savait pas vraiment quel genre d’animal trainait dans le coin. Il voulait réunir suffisamment de photos pour en placer deux ou trois sur les tableaux d’affichage du lycée et de la fac, afin de faire venir des gens à sa boutique, et tout simplement se faire des amis, pourquoi pas ? Il n’était pas un loup solitaire. Bon. Ok. Il n’était pas un loup tout court, mais en tout cas il n’aimait pas être seul. Il avait trop connu ça jusqu’à présent.

Il s’arrêta le temps de prendre un arbre particulièrement tordu, qui était magnifiquement mis en valeur par les lumières projetées d’un peu partout. Très joli. Et.. Que ?... En faisant la mise au point, Matrim aperçu comme une sorte de construction, au loin, comme une bâtisse en ruine, mais pas exactement. C’était dur à savoir, surtout à cette distance, mais la curiosité du jeune homme était déclenchée, et dans ces cas-là, il ne fallait pas attendre bien longtemps avant qu’il ne fasse un truc stupide ou dangereux. Il était visiblement en forme ce soir-là, car il fit un truc stupide ET dangereux.

Prenant des photos à la volée, comme presque en transe, au fur et à mesure qu’il s’approchait de la bâtisse, Matrim était de plus en plus fasciné par ce qu’il découvrait en s’approchant. Une histoire à découvrir, ses mains le démangeaient déjà. Il avait peur, car un tel lieu était forcément chargé d’histoire, mais il était également très excité à l’idée d’en découvrir plus. Il fit donc quelques pas de plus, mais, il n’aurait su dire pourquoi, un frisson glacial lui parcourait à présent la nuque. Un coin de son esprit enregistra une information totalement anodine « propriété privée, ne pas entrer »… Et matrim continua donc, sachant qu’il n’avait rien à faire ici, mais, en même temps, étant persuadé qu’il était important qu’il soit là ce soir. Ici et maintenant… Il connaissait la chanson.....
{ Humeur : imprudent| fringues : joging / matos photo}


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Mar 3 Fév - 21:16





L’horloge

Derek & Matrim
Pas moyen de rester en place, la lune qui s’arrondissait dans le ciel agissait sur mes nerfs. Certes, je me sentais moins fébrile qu’avant car je savais que mon moi adulte se maîtrisait parfaitement, ce qui signifiait que je pouvais y arriver. Lors de ma fuite du poste de police, c’est Therence qui m’avait rappelé quelle était mon ancre, la colère.

Je tournai en rond dans le loft. Stiles était retenu chez des potes à lui pour un dossier à faire pour le Lycée. Peter était passé puis il était repartit aussi vite pour aller voir la future mère de ses jumeaux. Il m’avait laissé comme consigne… de me tenir à carreau. C’est ainsi que je pris les clés de la Camaro et sortit prendre l’air. Au moins le moi adulte me ressemblait à travers cette voiture de sport. C’est avec délice que je fis rugir le V6. Les routes étaient désertes, je poussai donc les rapports pour la griserie de la vitesse. Au bout d’un moment, je me dis qu’il n’était pas raisonnable que je traine trop. J’aurai du mal à expliquer aux flics pour quoi je conduis une voiture qui a neuf ans de plus que moi et les mêmes empreintes digitales. Sans parler du fait que je leur avais filé entre les mains quand ils m’avaient arrêté pour voie de fait sur le chantier du manoir.

Le manoir… Ce lieu est comme un aimant pour moi. Je suis heureux qu’il soit en reconstruction. Peter s’y installera avec Ruby et leurs deux enfants et moi… Il parait que j’ai demandé à Stiles de venir habiter avec moi dans une aile qui nous serait réservée. J’ai beau savoir que le fils du sheriff est sincère quand il me parle de notre histoire, mes souvenirs ont régressé jusqu’à mes dix-sept ans. Et à ce moment-là, l’idée même d’effleurer un autre mec autrement que pour lui coller une beigne était pour moi inenvisageable. Ruby m’avait dit que le drame du manoir m’avait considérablement muri et que j’étais devenu quelqu’un plus en phase avec ce que Talia, ma mère, espérait de moi plus jeune.

Je laissai la Camaro sur la route principale, le chemin d’accès était totalement défoncé par le passage des engins de chantier et je n’avais pas envie d’abimer le bas de caisse. Après tout cette bagnole était la mienne même si je n’en avais aucun souvenir.

La nuit était calme, je levai le nez au ciel et contemplai la lune gibbeuse. Je lui fis un clin d’œil malicieux. « Tu vois ma vieille, je suis calme ». Soudain, une lumière brève et violente jailli en direction du manoir. Je me mis sur le qui-vive et humai l’air. Il y avait un intrus. C’est à se demander si je ne devais pas changer le panneau « interdiction d’entrer » par « ouvert à tous », pour faire de la psychologie inversée. Les gens semblent avoir la fâcheuse manie de faire exactement l’inverse de ce qu’on attend d’eux.

Je coupai à travers bois pour rejoindre le manoir et surprendre l’intrus. De nouveaux flashs me guidèrent vers l’imprudent qui osait s’aventurer sur la terre des Hale. Sans un bruit, j’observai le type qui avait eu le culot de s’introduire ici malgré le message pourtant clair. Il semblait être un peu plus vieux que moi dans ma peau d’adolescent. Son appareil photo était plutôt imposant, j’en déduisais que c’était du matériel de professionnel. Ce mec était-il là à la solde de quelqu’un ? Chad m’avait dit qu’on nous mettait des bâtons dans les roues côté autorisations. Mon frère de meute m’avait montré les plans prévus, espérant que cela me fasse retrouver la mémoire. Mais il semblerait que le déclencheur du verrou qui me bride la cervelle soit ailleurs que dans ces plans pourtant validés par mes soins. Mais pour l’instant, j’avais un intrus à virer de chez moi. Je me glissai donc sans bruit dans son dos. On avait quasiment la même taille. Je me redressai et articulai d’une voix haute et forte.

- C’est une propriété privée ici, et le panneau à l’entrée est assez clair. Qui es-tu et pourquoi tu photographies ma maison ? Demander la permission au gens ne te viens pas à l’esprit ?



(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Mer 4 Fév - 12:31


Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Quelque chose clochait. Déjà, sans même parler de son état pratiquement hystérique, ce qui était indubitablement un signe que son pouvoir allait encore lui attirer des ennuis, il y avait quelque chose dans l’air, dans l’atmosphère…. Arrivé à un certain point, ou il pouvait apercevoir la bâtisse, un peu plus proche, il hésita. Il y avait une sorte de… de vie, dans cette maison. Elle n’était pas réellement en ruine, comme il l’avait cru. A bien y regarder, on avait l’impression qu’elle était même plutôt en train d’être rénovée. Ce qui lui fit prendre conscience d’un petit problème, et soudain, son moi sarcastique lui asséna un « je te l’avais bien dit, mais tu m’écoutes jamais »…Il n’était pas en pleine nature, en train d’observer un ancien édifice publique, il était sur une propriété… privée…

- C’est une propriété privée ici, et le panneau à l’entrée est assez clair. Qui es-tu et pourquoi tu photographies ma maison ? Demander la permission au gens ne te viens pas à l’esprit ?

Oh putain ! Matrim, pris complétement au dépourvu, se retourna, et, se faisant, glissa sur le sol, se cassant la tronche. Il se rattrapa tant bien que mal, préférant protéger son appareil que son coude, et se dernier protesta énergiquement alors qu’il heurtait le sol. Aie ! Il avait gagné un joli hématome pour la soirée, et elle était loin d’être terminée..
-Je .. euh… non.. C’est pas…
Il prit le temps de se redresser
-désolé je pensai pas à mal, je viens d’arriver dans le coin.. Je voulais juste avoir de chouettes photos de la forêt… La mienne me manque… Je suis photographe, j’ai un petit magasin en ville… Et puis j’ai aperçu la bâtisse dans mon objectif et elle m’a immédiatement fascinée…

Il se dandina un, peu, observant le jeune homme qu’il avait sous les yeux. Ce dernier semblait plus jeune que lui, mais avait une sorte d’assurance, ou d’arrogance, il ne saurait trancher, qui imposait un respect. D’ailleurs il l’avait instantanément tutoyé, ce qui ne dérangeait pas spécialement Matrim, mais ce dernier avait l’impression d’être un gamin pris la main dans le pot de confiture.
-j’étais persuadé que c’était juste une bâtisse, magnifique, mais vide. Je pensais pas qu’elle était habitée ou qu’elle appartenait encore à quelqu’un… Écoutes, si tu veux, j’efface devant toi les photos que je commençais à prendre ici, ça te vas ? dit-il en s’approchant doucement du jeune homme
-moi c’est Matrim. Je suis juste un photographe nostalgique qui voulait faire de chouettes photos, avec un tel ciel, c’était trop tentant pour moi.

Il tournait à présent l’appareil pour lui montrer l’écran de contrôle, afin d’effacer les photos. Dommage, celle qui était montré à présent sur l’écran était juste magnifique. La lune éclairait la bâtisse de sorte qu’elle ne paraissait presque plus malmenée par le temps. Les arbres et les ombres portées par la lune lui donnaient une parure majestueuse. Matrim avait toujours su capter l’instant… Et le jeune homme qu’il avait sous les yeux lui paraissait tellement étrange, presque aussi captivant que la bâtisse…
{ Humeur : intimidé| fringues : crade, suite à la chute}


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Jeu 5 Fév - 10:31





Les images du bonheur passé

Derek & Matrim
Je toisai l’inconnu attendant ses explications. C’est là que je me rendis compte que j’avais plus d’assurance qu’avant, le côté adulte qui se cachait à moi sans doute. Car si ne je l’avais avoué à personne, avant au lycée je jouai une comédie dont j’étais loin d’avoir l’étoffe. Mais nous sommes dans un monde d’apparence, celui qui est bon acteur gagne et par forcément le plus fort. Bien que ma supériorité à ce sujet sur les humains m’avait souvent évité de me prendre des beignes de mecs que j’avais provoqués. Je jaugeai la carrure du type qui me faisait face. Il était plus large d’épaule que moi et une ceinture abdominale musclée si j’en croyais son tee-shirt ajusté. Si d’après les descriptions pleines de superlatifs admiratifs de Stiles de comment je suis adulte, je sais que je n’aurai aucun mal à maitriser cet individu s’il fallait le virer de là manu militari, Dans ce corps d’adolescent j’avais un peu moins de muscles, moins que le mec qui commençait à bafouiller ses explications.

- Je .. euh… non… C’est pas… désolé je pensai pas à mal, je viens d’arriver dans le coin... Je voulais juste avoir de chouettes photos de la forêt… La mienne me manque… Je suis photographe, j’ai un petit magasin en ville… Et puis j’ai aperçu la bâtisse dans mon objectif et elle m’a immédiatement fascinée…

« Sa forêt lui manque ? » D’où sort-il celui-là ? Il n’a pas l’odeur d’un loup. Encore un « fasciné » par le manoir ! Il n’était pas le premier et malheureusement certainement pas le dernier. La maison de mes ancêtres avait toujours impressionné les gens. Mais quand la meute des Hale y vivait personne n’osait venir faire son curieux. Je regardai cette demeure qui fut le foyer du bonheur, maintenant elle tenait plus de la maison hantée que d’une demeure chaleureuse.

- J’étais persuadé que c’était juste une bâtisse, magnifique, mais vide. Je ne pensais pas qu’elle était habitée ou qu’elle appartenait encore à quelqu’un… Écoutes, si tu veux, j’efface devant toi les photos que je commençais à prendre ici, ça te va ?

Je le regardais s’approcher de moi avec méfiance. Ce type parlait beaucoup, je n’aime pas les gens qui parlent beaucoup… sauf Stiles apparemment.

- Moi c’est Matrim. Je suis juste un photographe nostalgique qui voulait faire de chouettes photos, avec un tel ciel, c’était trop tentant pour moi.

- Derek, répondis-je machinalement.

Mon regard fut capté par l’écran lumineux de l’appareil photo. Nous étions pourtant en pleine nuit avec pour seul éclairage celui de la lune presque pleine. D’ailleurs il faudrait que je fasse attention, ma maitrise n’est plus aussi parfaite… La première photo était saisissante malgré cette luminosité difficile. J’attrapai l’appareil sous les protestations de son propriétaire et fis défiler les images. En alternance, je regardais l’original qui se dressait à côté de nous. C’était bluffant, j’avais l’impression de revoir ma maison telle qu’elle était. Ce Matrim, n’avait pas cherché à mettre en valeur le côté glauque qu’avait le manoir depuis l’incendie. Non, il avait trouvé l’exact angle de vue pour un rendu saisissant de… vie. Effacer ces photos, reviendrait, à mes yeux, détruire une nouvelle fois le manoir.

- Elles sont… saisissantes. Comment fais-tu avec si peu de lumière ?

Je revins en arrière pour contempler de nouveau les photos que Matrim avait faites. Mon cœur se serra un peu. On m’avait arraché les miens de la pire manière qu’il soit. Nous étions si heureux et en paix avec le monde… sauf avec cette maudite famille Argent. Pourtant je savais que ma famille était impliquée dans la contée à l’hôpital et même à Echo Housse. Nous aidions les gens malades et particulièrement ceux que la médecine avait condamné. Si nous ne pouvions guérir les cancers et autres tumeurs, je savais que mes oncles et tantes soulageaient un peu la souffrance.  Cela me révoltais que les Argent nous comparaient à des monstres alors que…

- Je veux une copie des photos. Tu peux les garder mais ne les utilises pas à des fins commerciales, dis-je doucement en redonnant l’appareil qui devait certainement couter un œil.



(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Jeu 5 Fév - 13:22


Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Alors que le jeune homme toisait Matrim, ce dernier pouvait voir son assurance pratiquement suinter de tous les pores de sa peau…
Ce jeune homme n’avait pas l’habitude de se laisser faire, ni de céder du terrain, visiblement, et Matrim compris assez vite qu’il ne fallait surtout pas commettre l’erreur de le sous-estimer. Oh, il connaissait ce regard « balayant », ce n’était pas un prémisse à la drague. Il avait eu son lot de bagarre dans des pubs, et ça commençait exactement comme ça. Analyse des forces, des faiblesses… Matrim espérait vraiment que ça n’allait pas tourner ainsi…

Seulement voilà, les explications, ahanées un peu trop rapidement sans doute, n’avaient pas l’air de satisfaire le jeune homme outre mesure. Son regard se plissait, suspicieux. Matrim imaginait sans mal pourquoi.. Sans doute les lieux avaient attiré leur lot de curieux, chapardeurs, gothiques romantico-blasés et autres ado en mal de vivre… Si le jeune propriétaire devait régulièrement faire le ménage et chasser les intrus, ça pouvait effectivement être vite crispant….
- Derek, finit-il par dire, lâchant enfin son prénom.

Alors que Matrim s’approchait, orientant l’appareil pour lui montrer la photo en cours, Derek le pris par surprise et lui arracha des mains son reflex numérique, avec une vitesse assez impressionnante. Matrim émis quelques molles protestations, pensant dans un premier temps qu’il allait fracasser son appareil. Mais Derek, au contraire, le manipulait avec précaution, son regard allant de l’appareil à la bâtisse. Son expression semblait moins farouche, et Matrim cru y discerner une lueur d’émotion.
- Elles sont… saisissantes. Comment fais-tu avec si peu de lumière ?
Matrim sourit franchement, flatté..
- C’est mon truc, chacun doit trouver son truc… Moi c’est la photo. J’essaie de prendre le temps, je rallonge les pauses, je laisse la place à la lumière. La difficulté est de pas bouger, c’est dur de contrôler son corps pour qu’il se mette au service de l’image. Et puis je me projette aussi, j’imagine comment la lumière va se poser, délicatement, sur les objets, les êtres. La lune est tellement magnifique quand on ne la force pas… Tiens, regarde, sur toi elle a l’air pratiquement de te faire la cour, c’est fascinant.

En vérité, Matrim n’était même pas conscient de l’apport que lui apportait passivement son pouvoir. A un niveau infime, sa « bestiole » agissait sur son appareil, extension de sa volonté, de son désir, et ajustait les micro réglages, la milliseconde, le surplus de lumière, le moment de déclencher, ce genre de choses. Rien d’exceptionnel, mais ces petits détails faisaient la différence.
-et puis j’ai passé beaucoup de temps à observer, étant seul depuis longtemps… Si je prends quelque chose en photo, je veux que ça apporte au moins un peu d’émotion ou de beauté, sans la trafiquer.

- Je veux une copie des photos. Tu peux les garder mais ne les utilises pas à des fins commerciales, .

Ayant récupérer son appareil, Matrim hésita.
-Tu veux essayer ? Prendre une photo de ta chère maison ? Peut-être plus près ? Je peux te guider, comme ça elle te sera vraiment personnelle Dit-il, un grand sourire sur son visage, ses yeux pétillants.
{ Humeur : rassuré }


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Ven 6 Fév - 11:36





Les images du bonheur futur

Derek & Matrim
Alors que je fais défiler inlassablement les images, Matrim m’explique sa passion pour la photographie. Son discourt est effectivement celui d’un passionné.  

- La lune est tellement magnifique quand on ne la force pas… Tiens, regarde, sur toi elle a l’air pratiquement de te faire la cour, c’est fascinant.

Je tique un peu, car on ne peut pas dire que c’est une histoire d’amour entre la lune et moi. Mais plus un conflit avec une tentatrice bien sournoise. Je sens l’astre lunaire qui va bientôt être à son apogée mensuel. L’animal en moi s’électrise et se galvanise dans ces périodes. Tous le travail d’un loup, n’est pas forcément de lutter contre son influence, mais plutôt de la comprendre et de dompter ses instincts les plus primaires. C’est un vrai travail de connaissance de soi.  

- Et puis j’ai passé beaucoup de temps à observer, étant seul depuis longtemps… Si je prends quelque chose en photo, je veux que ça apporte au moins un peu d’émotion ou de beauté, sans la trafiquer.

Je n’y connais pas grand-chose à l’art, mais je comprends ce que Matrim m’explique et comment il perçoit sa passion. Je m’interroge sur moi, sur mes propres passions. J’aime le basket, mais cela appartient au passé, Adulte, je n’ai plus vraiment le temps ni l’occasion d’y rejouer. Cela m’agace d’analyser ma vie par ce que les autres m’ont dit. J’aimerai savoir ce qui me fait vibrer actuellement, mais ma mémoire me fait défaut. Ai-je une activité qui me rend heureux comme la photographie semble le faire pour ce photographe ? Je l’espère sincèrement.

- Tu veux essayer ? Prendre une photo de ta chère maison ? Peut-être plus près ? Je peux te guider, comme ça elle te sera vraiment personnelle.

Je le regarde étonné. Moi prendre des photos ? Je crois que je n’ai jamais vraiment pris une photo de ma vie, sauf pour faire une bêtise. En tout cas certainement pas pour capturer un instant, un lieu cher… Je regarde le manoir, le premier étage est terminé, reste le deuxième puis le toit à faire. Des photographies, il y en avait affiché sur les murs ou les commodes. Toute la famille Hale s’étalait à des âges différents. Je me souviens qu’avec Peter on commentait les ressemblances entre les cousins les oncles et tantes. Toi tu as le nez d’untel, les cheveux  de celui-là… Tout a disparu dans les flammes. Toute la mémoire familiale s’est envolée en fumée.

Tous est à refaire, à reconstruire et à revivre… Bientôt Ruby accouchera des enfants de Peter… Je regarde l’appareil de Matrim et je me dis qu’il faudrait que je m’en achète un, pour de nouveau couvrir les murs et les meuble de visages souriants, d’afficher de nouveau le bonheur et la joie de vivre. J’acquiesce doucement. Mais je suis intimidé et ému. Oui, ces photos seront personnelles, mais elles ne seront pas de si bonne qualité que celles que Matrim vient de faire. Car j’ai bien compris qu’il ne s’agit pas de simplement viser et d’appuyer sur un bouton.

- Je veux bien, mais je n’y connais rien aux réglages.




(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Ven 6 Fév - 20:08


Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Ce Derek avait l’air à la fois paumé, et tellement sûr de lui. Quelque chose d’extrêmement intriguant pour Matrim, qui n’avait, en matière de relations humaines, que ses souvenirs d’étudiants et ceux de son clan pour comparaison. Il avait été solitaire mais protégé dans ce dernier, et anonyme parmi les étudiants. De la drague, des plans, des soirées bitures, mais aucune relation amicale réelle, personne à qui faire découvrir quelque chose.

Derek était plus jeune, bien que de peu, surement, par rapport à Matrim. Mais surtout, il y avait une lueur d’intérêt, et quelque chose de plus touchant, de plus nostalgique, dans son regard, alors qu’il se portait sur les photos.
Cependant, la remarque un peu naïve de Matrim à propos de la lune eut l’air de crisper le jeune homme. Ne sachant pas pourquoi, mais ne voulant pas jouer les curieux, cette information se perdit bien vite dans son cerveaux occupé à nouer une relation, alors que l’atmosphère se détendait.

Plus intéressant, chaque fois que Matrim lui expliquait quelque chose, une compréhension semblait naitre dans son regard. Par des mouvements subtils, Matrim croyait capter du regret, des interrogations, du trouble. Avec une bienveillance sincère, il lui tentait de se rapprocher de lui, après tout peut-être était-ce là deux solitudes qui se rencontraient…
Alors que Matrim lui proposait de prendre lui-même une photo, deux yeux ronds comme des billes, mais emplis d’émotions le fixèrent. Ce fut, en soit, une superbe récompense pour Matrim. Il aimait faire plaisir. Enfin fallait pas trop lui chier dans les bottes non plus, mais il aimait vraiment voir des personnes heureuses. Bon. D’accord… Les mecs en particulier, mais de toutes façons celui-ci était trop jeune, et puis ce n’était pas le propos.

A présent qu’il tournait son regard vers le manoir, il semblait réfléchir, nostalgique, ou un peu triste, Matrim ne saurait le dire. Derek braqua de nouveau ses yeux vers l’appareil, et le mentaliste sentit presque le verrou de la méfiance céder. Son acquiescement fut une vraie joie pour le jeune photographe, et son cœur se serra un peu, imaginant sans peine que derrière ça se cachait un drame. Etait-il seul comme lui-même avait pu l’être ?

- Je veux bien, mais je n’y connais rien aux réglages.

Matrim se rapprocha donc de Derek, et entrepris de lui montrer l’essentiel :
-je m’occupe des réglages de base. Mais en gros, toi, il faudra que tu fasses trois trucs essentiels : UN, choisir ton cadrage. Plein de gens pensent que si on mitraille, yen aura forcément une de bonne. Mais si tu choisis avant, ce sera TON choix. Ta photo. Et DEUX, tu appuis doucement sur le déclencheur, la.

IL prit délicatement la main de Derek pour appuyer avec l’index de ce dernier sur le déclencheur, mais pas à fond.

-tu entends le petit bruit ? En appuyant à peine, ça fera le réglage. Je sais, c’est classique, je t’apprends rien. Mais c’est mieux de régler un peu plus manuellement, après ce réglage de base.Je t’aiderai. TROIS, quand tu es prêt, tu bouges plus du tout. La respiration est ton ennemie ou ton alliée. Guide-la pour appuyer au bon moment. Pour qu’elle ne fasse pas tout bouger…
Il mit ensuite une main sur l’épaule de Derek, sans penser être familier, mais il avait tellement besoin de contact humain que c’était tout à fait naturel pour lui.

-je te suis, c’est toi qui choisis ce que tu veux prendre comme photo. Ici ou plus près… ça doit être magnifique dedans…
{ Humeur : rassuré }



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Sam 7 Fév - 21:44





Instant immortel

Derek & Matrim
Matrim semblait sincèrement intéressé à ce que je fasse mes propres photos. Était-ce pour se racheter d’avoir pénétré sur une propriété privée? Ou était-il ainsi, spontané ? En tout cas, il se rapprocha de moi et me détailla globalement son appareil photo. C’était un modèle professionnel qui comportait beaucoup de réglage possible.

- Je m’occupe des réglages de base. Mais en gros, toi, il faudra que tu fasses trois trucs essentiels : UN, choisir ton cadrage. Plein de gens pensent que si on mitraille, y en aura forcément une de bonne. Mais si tu choisis avant, ce sera TON choix. Ta photo. Et DEUX, tu appuis doucement sur le déclencheur, la.

C’est vrai que j’aurai pensé à mitrailler puis éliminer quatre-vingt-dix pour cent pour garder que le meilleur. Mais je comprenais ce qu’il essayait de me faire comprendre : faire une image choisie et non au hasard d’une prise de vue. Pour me faire mesurer la délicatesse du déclencheur, Matrim me pris la main et me guida. L’autofocus de l’appareil se mis en action, bougeant l’objectif.

- Tu entends le petit bruit ? En appuyant à peine, ça fera le réglage. Je sais, c’est classique, je t’apprends rien. Mais c’est mieux de régler un peu plus manuellement, après ce réglage de base. Je t’aiderai. TROIS, quand tu es prêt, tu bouges plus du tout. La respiration est ton ennemie ou ton alliée. Guide la pour appuyer au bon moment. Pour qu’elle ne fasse pas tout bouger…

Ses conseils étaient très simples et d’une évidence enfantine. Et pour le bougé, les photographes utilisaient souvent un pied rétractable. Je ne voyais en rien, ce que ces conseils allaient donner de mieux. Matrim semblait marcher à l’instinct. C’est un don que je n’avais pas, du moins pour ce genre d’exercice. Je faillis me dégager lorsqu’il posa sa main sur mon épaule. Je n’aime pas spécialement le contact rapproché des autres mecs, quoi que peut en dire Stiles. Mais était-ce les battements réguliers de son cœur, ou je ne sais quoi d’autre, j’obtempérai. Levant le nez sur le manoir, les souvenirs affluèrent.

La Maladie et la Mort font des cendres
De tout le feu qui pour nous flamboya.

- Je te suis, c’est toi qui choisis ce que tu veux prendre comme photo. Ici ou plus près… ça doit être magnifique dedans…

- Je n’ai pas les clés sur moi…

Ce qui n’était techniquement pas un mensonge. Je ne les avais effectivement pas sur moi. Mais il y avait bien un jeu caché dans l’écorce d’un arbre à proximité de là. Mais je ne souhaitais pas prendre des photos de cet intérieur qui n’avait plus rien à voir avec le passé. Cette maison avait été conçue pour accueillir une meute entière.  A ma demande, Chad avait modifié l’aménagement intérieur initial pour tenir compte de la réduction drastique de ma famille. Des cloisons avaient été supprimées, les pièces élargies. Il y avait bien moins de chambre, plus de pièces affectées aux loisirs et aux activités des futurs occupants.

Non ce qui m’intéressait, c’était de revoir le manoir tel qu’il avait été, comme sur les photos prises par Matrim. Je le secouais intérieurement, évacuant les mauvais souvenirs, si on pouvait appeler ça des souvenirs puisque je tenais l’histoire de mes neuf dernières années par ce que m’en avaient dit Peter, Ruby, Chad et Stiles.

Je m’approchais donc du porche et visais la porte. Celle-ci était neuve, en bois de cèdre rouge. Si elle n’avait plus la patine que je lui connaissais, elle était identique à l’ancienne qui avait œuvrée pendant plus de deux cents ans. Je voyais le perron par l’écran lumineux de l’appareil qui déjà corrigeait numériquement le manque de lumière. Je me souvins qu’il y avait un pot de fleur avant, là à côté de la porte avec un buis que ma mère taillait de manière à en faire une spirale. Il n’y avait plus rien, les débris devaient être avec le reste des poutres calcinées qui étaient non loin de nous avec divers déchet de chantier. Je fis ce que Matrim m’avait dit : viser, appuyer doucement pour laisser l’appareil s’ajuster, puis je bloquais ma respiration. L’afficheur me montrait une image totalement quelconque. Elle était fade et plate. Je renonçais à appuyer totalement pour que l’appareil la prenne.

- Je crois que c’est inutile, dis-je un peu déçu mais réaliste sur mes capacité à saisir ce que je voulais.



(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Mar 10 Fév - 0:03




Se planteront bientôt comme dans une cible
Derek& Matrim
Derek absorbait les conseils comme un enfant absorbe le monde. Avide, anxieux, intrigué, tellement vivant.. Matrim sentit une légère réticence lorsqu’il posa sa main sur son épaule, aussi il l’enleva bien vite, ne sachant pas ce qu’il y avait derrière ça. Et puis, alors même que l’appareil n’était pas encore dans ses mains, il sentit le premier déclic. Le plus important. Celui dans la tête de Derek. Ce dernier releva les yeux, et une foule d’émotions y passèrent, avec sans doute leur lot de souvenirs. Matrim en fut également ému, comprenant que quelque chose avait eu lieu ici même, et que ce jeune homme voyait surement ce qu’il y avait eu avant cette ruine. Il fit une drôle de moue, pensif, presque nostalgique à son tour.

- Je n’ai pas les clés sur moi…

Matrim haussa les épaules. Peu importe, ça lui allait très bien ici aussi.

-pas de soucis, ce qui compte c’est ce que tu y projettes. Il fit un mouvement encourageant à Derek et ce dernier se rapprocha de la porte, du seuil. Tout un symbole. Le passage, l’ouverture, mais aussi l’enfermement. Yin. Yang… Son choix était crucial, il déterminerait en quelque sorte l’âme de la photo. Matrim y avait projeté son propre romantisme, Derek y projetterait quelque chose de beaucoup plus personnel. Cela fit sourire Matrim, envieux de ce que Derek allait pouvoir en retirer.

Retenant presque son souffle en même temps que Derek, Matrim le vit pratiquement appliquer à la lettre ce qu’il lui avait conseillé. Il approuva mentalement, tout fier de son jeune « élève ». Mais ce dernier sembla tout d’un coup s’affaisser sur lui-même, visiblement mécontent de lui-même.

- Je crois que c’est inutile, dis-t-il, visiblement très déçu.

- Alors ça, surement pas ! Le corrigea Matrim. Un mec comme toi ? Capable de me toiser avec suffisamment d’assurance pour que je me sente comme un gamin pris en train de faire une connerie ? Que dalle ! Il s’approcha du jeune homme, le décala légèrement sur la gauche, appuya une nouvelle fois sur ses épaules pour le faire se baisser un peu, et regarda l’écran. Il ajusta un peu la bague du diaphragme, et son pouvoir, de façon très subtile, se mit en marche sans que lui-même ne le sache.

- Voilà, c’est ton choix, et c’est le bon ! Elle sera superbe, parce que tu vas y projeter ce que tu veux y attendre. C’est une porte, un seuil, ça signifie beaucoup de chose. Le passé, le futur, elle peut se fermer, s’ouvrir.. Tout comme toi ou moi.
Il lui laissa le temps de prendre sa photo, confiant.

Puis il s’approcha du seuil lui-même.
- tu as eu cet instinct, tu comprends ? Tu as choisi exactement ce qu’il fallait. Ces murs, cette porte, c’est du concret, ça signifie…

CONTACT.

Rien ne se passa lorsqu’il mit la main sur la porte, mais en revanche, dès qu’il toucha le mur, il vacilla, pris dans un premier temps sous une euphorie. Une série d’image le submergea, des images de grandeur, de bonheur, il y vit Derek, le même, mais souriant, heureux, il vit les lustres, les réceptions, les lumières, et en même temps des gens simples, sages, comme en contact avec la nature. Son passé de druide le lui affirmait aussi surement que l’information soudaine et choquante que tout ça appartenait à un passé à présent révolu…

Ses yeux s’arrondirent sous l’effet de la surprise, alors qu’il voyait défiler comme dans un bal tous ces événements. Et puis le cauchemar commença, pour l’instant très flou…
Matrim était perdu, pris par ces pensées. Il savait qu’il avait le pouvoir de creuser, de savoir quel allait être le cauchemar, mais le fallait-il ?

-tout.. tous ces gens ? ! Qu’est-ce qui se passe, il y a une grande louve, et… de la beauté, des rires, des paroles de sages… Et tous ces gens, si beaux, si pleins de vie… Mais comme une ombre, comme… de la fumée, une odeur de fumée…

(c) Fiche par Mafdet



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Mer 11 Fév - 12:29





Le Plaisir vaporeux
fuira vers l'horizon


Derek & Other
Je me sentais idiot à dire que je n’arriverais pas à faire cette photographie. Ce n’est pourtant pas compliquer d’appuyer sur un bouton, mais en voyant les prises faites par Matrim, j’avais compris que cela ne se résumait pas à cela. Je ne sentais pas ce qu’il avait essayé de m’expliquer.

- Alors ça, surement pas ! Me corrigea Matrim. Un mec comme toi ? Capable de me toiser avec suffisamment d’assurance pour que je me sente comme un gamin pris en train de faire une connerie ? Que dalle !

C’était sans compter sur l’enthousiasme de ce type que je ne connaissais pas quelques minutes auparavant. Je ne savais pas si je devais être satisfait ou pas de l’effet que je lui avais fait. Au minima, il me semblait que j’avais la carrure pour virer les intrus d’ici. Une nouvelle fois il se rapprocha de moi, modifiant ma position et toucha les bagues de l’objectif. Je ressentis comme une sorte de chatouillis dans les mains comme si l’appareil avait vibré dans mes mains, mais sans vraiment le faire.

- Voilà, c’est ton choix, et c’est le bon ! reprit Matrim. Elle sera superbe, parce que tu vas y projeter ce que tu veux y attendre. C’est une porte, un seuil, ça signifie beaucoup de chose. Le passé, le futur, elle peut se fermer, s’ouvrir… Tout comme toi ou moi.

J’appuyai enfin sur le déclencheur puis analysais le résultat pendant que Matrim s’était avancé vers la porte. La photographie était pas mal, je ne retrouvais pas l’entrée que je connaissais, mais l’image avait une vie propre.

- Tout.. tous ces gens ? ! Qu’est-ce qui se passe, il y a une grande louve, et… de la beauté, des rires, des paroles de sages…

Je lève le regard vers Matrim. De quoi parle-il ? Il s’appuie contre le mur et a le regard vague. Son rythme cardiaque s’est accéléré et ses signaux chimiques ont changé. Il n’est plus le même qu’il y a quelques instants.

- Et tous ces gens, si beaux, si pleins de vie… Mais comme une ombre, comme… de la fumée, une odeur de fumée…

Je me crispe soudainement méfiant. Qui est-il que veut-il ? Même sans être du coin, il n’est pas difficile de comprendre que le manoir a brûlé, il suffit de regarder le tas de poutres et de planches carbonisé sur le tas qui sert de poubelle au chantier. Le drame a été relaté dans le journal local. J’ai été lire l’article pour me persuader de la véracité de ce que me disait Peter.

- Qui es-tu ? Dis-je doucement en reculant prudemment.



(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Jeu 12 Fév - 20:24




Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Derek& Matrim
Matrim se laissait gentiment dériver sur les images grandioses qui étaient apparues. Il savait le cauchemar à portée de main, si il le désirait, mais il ne souhaitait rien de tel à cet instant. Pourtant il sentait que cétait important. Il voyait se profiler le manoir tel qu’il était avant, l’étage qui n’existait à présent plus, et plein de photos, donc le contenu était flou, mais qu’il savait pouvoir focaliser si besoin. IL commençait à mieux comprendre pourquoi Derek avait semblé si ému. Il y avait ici une partie de son histoire, a présent révolue. Pourtant quelque chose ne collait pas. Quelque chose le chiffonnait, sans arriver à mettre le doigt dessus. C’est comme si ce passé était récent, ce qui ne pouvait pas être le cas, il ne connaissait pas bien le coin, mais cette destruction, probablement un incendie, ne devait pas être récent. Comment Derek pouvait-il être mêlé à ces souvenirs plus lointains ? Son pouvoir déconnait à plein tube, visiblement.

Mais lorsqu’il vit l’expression de Derek, il ôta bien vite la main. Il se sentait comme un voleur de souvenir, ce qui était techniquement vrai, mais bien loin de ses intentions. Avec un tel don, la tentation était si forte que ce genre de choses se faisait presque machinalement. Mais cette fois ci, il contrôlait. Derek le regardait de nouveau avec méfiance. Et merde !  Voilà qu’il fallait de nouveau le rassurer. En même temps, comment lui en vouloir, il devait passer pour une espèce d’hurluberlu ou un junkie peace and love… Il allait devoir être plus convaincant, car il y avait surement un truc à creuser ici, et peut-être une aide à apporter.

- Qui es-tu ? Lâcha-t-il en reculant prudemment.

Matrim soupira.

-exactement celui que je t’ai dit.. Et un peu plus… Écoutes, ce qui ce passe ici est suffisamment étrange, alors je me lance… Il se dandina, mal à l’aise, mais quelque chose lui disait qu’il avait intérêt à jouer franc jeu avec le jeune homme ou ça finirait en jus de boudin…

-je peux… hmm… capter les souvenirs des objets, des lieux… en posant ma main dessus. Ça marche pas tout le temps, et c’est parfois dur de remonter le temps, mais les bâtisses comme ici emmagasinent suffisamment de force pour me permettre de le faire… Et suffisamment de drame aussi.
Devant le sourcil relevé de Derek, Matrim hocha la tête.

-je sais.. C’est qui ce dingue ? Tu me prends pour une sorte de charlatan avide de sensations ou je sais pas quoi…. Va falloir que je te prouve alors… hmm.. un truc simple…

Il faillit prendre une des planches laissée à l’abandon et se ravisa. Pas bon. Un truc plus calme, plus serein. Plus neutre… Il fouilla sur lui, et en sortit une petite sphère de verre, qu’il avait toujours sur lui « au cas ou ». Il hocha la tête, satisfait et quelque peu amusé de voir Derek qui ne le le lâchait pas du regard. On pouvait presque voir un écriteau « crétin fanatique » se dessiner au-dessus de Matrim lorsqu’on voyait le regard de DereK. Il fallait se dépêcher avant qu’il n’appelle l’HP ou Dieu savait quoi d’autre..

Il reposa de nouveau les mains sur le mur, et choisis de remonter le film, comme un dvd, en accéléré, afin d’isoler une partie ou il voyait derek. Le même que maintenant… Entouré de ces gens si beaux et pleins de grâce… Une petite séquence, car trop chargée en émotion, et donc la bille de verre serait trop ordinaire pour en contenir plus… IL transféra immédiatement les souvenirs dans la bille… Son regard était resté ordinaire, car pour ce genre de manipulation, c’est lui et non sa « bestiole » qui intervenait.
Il lui lança en précisant

« attrapes… » . Puis « au contact, tu verras ce que j’ai vu… Après si tu penses toujours que je suis dingue, on ira se murger la gueule dans un bar, et tu me laisseras chez les fous.. Si tu me crois, par contre, je vais peut être pouvoir t’être utile… Dans tous les cas, tu auras tes photos, promis.» Il le regardait, intensément. Il espérait qu’il le croirait, il n’avait fait que dire une vérité. Mais tellement barrée qu’elle était dure à avaler.

(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Dim 15 Fév - 17:59





Chaque instant te dévore un morceau du délice

Derek & Matrim
- Qui es-tu ?

Ma question fusa, directe. Je n’ai pas l’habitude d’y aller par quatre Chemins, je sais reconnaitre les démonstrations surnaturelles et là Matrim venait en faire une belle.

- Exactement celui que je t’ai dit... Et un peu plus… Écoutes, ce qui ce passe ici est suffisamment étrange, alors je me lance…

Un peu plus… tu parles Charles… Il a intérêt à être explicite le loustic, car j’ai la patience d’un loup affamé devant une biche.

- Je peux… hmm… capter les souvenirs des objets, des lieux… en posant ma main dessus. Ça ne marche pas tout le temps, et c’est parfois dur de remonter le temps, mais les bâtisses comme ici emmagasinent suffisamment de force pour me permettre de le faire… Et suffisamment de drame aussi.

Je levais un sourcil intrigué. Je me disais que cette capacité pouvait être un vrai fardeau.

- Je sais.. C’est qui ce dingue ? Tu me prends pour une sorte de charlatan avide de sensations ou je sais pas quoi…. Va falloir que je te prouve alors… hmm… un truc simple…

Il cherche à prouver ses dires. Il pense parler à un simple ado de ce qu’il y a le plus ordinaire. Une personne qui veut bien imaginer l’impensable mais dans le contexte d’un jeu vidéo ou d’un film. Il ne peut deviner ce que je suis, après tout ce n’est pas gravé sur mon front !

La suite me surprit, je ne le lâchais pas des yeux alors qu’il semblait se transformer en prestidigitateur. Il retoucha le mur du manoir avec une bille de verre à la main. Je commençai à m’impatienter me demandant si la première fois il n’y était pas allé au culot comme une voyante de pacotille.

- Attrapes…

Je réceptionnai la bille qu’il tenait juste avant.

- Au contact, tu verras ce que j’ai vu… Après si tu penses toujours que je suis dingue, on ira se murger la gueule dans un bar, et tu me laisseras chez les fous... Si tu me crois, par contre, je vais peut-être pouvoir t’être utile… Dans tous les cas, tu auras tes photos, promis.

Je n’entendis pas, ou plutôt n’écoutais plus la fin de ce qu’il me dit. Des images s’imposèrent à mes yeux. C’était si réaliste que je tandis le bras pour toucher celui d’un Peter, jeune comme je l’avais quitté avant de me réveiller sans mémoire. Ma mère, mes sœurs étaient là, c’était l’anniversaire de Cora, j’avais hâte qu’elle ouvre le CD que je lui avais choisis. Je regardais avidement la scène qui se jouait devant moi, mes larmes se mirent à couler sans que j’en aie même conscience. Ce que je recherchais éperdument, ce que j’avais perdu d’après les dires du vieux Peter était devant moi, éclatant de couleur et de vie. C’est là que je me vis moi-même, un peu plus jeune… ces images appartiennent bien au passé. Le temps de quelque secondes, je me demande si ce type est capable de m’envoyer dans ce passé heureux. Ma vie actuelle est une non-vie. J’ai un mec pour petit ami… Impensable… Je suis devenu une armoire à glace parait-il… ça encore je veux bien l’accepter. Mais en l’état, je n’ai pas d’existence légale, mes anciens amis  ont fait leur vie. J’ai l’impression d’être un fantôme… l’image s’efface pour laisser place au manoir en reconstruction qui m’apparait flou, de l’eau me brouille la vue.




(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Mar 17 Fév - 20:46




A chaque homme accordé pour toute sa saison. ;
Derek& Matrim
J’avais bien fait de ne pas trop trainer à emmagasiner un court moment, car Derek semblait avoir la patience d’un jeune chien fou.. Mais pas forcément l’humeur joueuse, ou alors c’était un jeu qui me dépassait… Après m’avoir octroyé un joli sourcil arqué, preuve qu’il me croyait au minimum ravagé du bulbe, il attrapa, parfaitement d’ailleurs, je dois dire, la bille que je lui lançais… Je souris, car le reste allait maintenant être plus simple. Ici, il ne pouvait plus il y avoir d’artifice. D’ailleurs son expression changea du tout au tout immédiatement. Je vis le moment atteindre son regard, cette petite étincelle d’intérêt, puis d’émotion. Ça me démangeait presque de le prendre en photo tellement il était lumineux à ce moment.

Puis je le vis tendre le bras, comme pour toucher une des images qui s’imposait maintenant à son esprit. J’avais appris depuis longtemps à regarder ces images comme un film en transparence, mais j’imaginai sans mal l’effet que ça faisait les premières fois… Je le regardai, patient, bienveillant, attendant que le petit film se termine. Mais je ne m’attendais pas à ce qui suivit. L’émotion devint plus forte, et ce n’était pas de la joie, mais de la tristesse. Oh merde ! La larme qui coulait maintenant sur sa joue m’accusait comme un témoin appelé à la barre. Qu’est-ce que j’avais fait ? Et surtout pourquoi ça le touchait autant ? Il ne pouvait pas être concerné, il avait le même âge que maintenant… J’étais totalement bouleversé par l’expression sur son visage.

-Derek ? Ça va ? Oh merde, mec… Je suis désolé, je voulais pas… T’es sûr que ça va ?
Je m’approchai, réellement inquiet..

Comment se faisait-il… Et soudain j’eus comme une intuition… Ce n’était pas le premier truc bizarre que j’allai devoir traiter, et surement pas le dernier… Mais… Ce jeune homme avait d’une façon ou d’une autre du voyager dans le temps… Putain la vache ! C’était possible ça ? Et il avait l’air désorienté… Je posai une nouvelle fois la main sur son épaule, je pouvais pas m’en empêcher…

-Derek ? Si tu veux, je peux stoker dans un matériau plus noble, … je peux … te donner toutes ces images, mais j’aime pas du tout te voir comme ça, ça fait mal à voir… Son regard franc, têtu, me fis déglutir… Il n’allait pas me lâcher maintenant… Seulement je soupçonnais déjà ce qui allait se passer…. L’odeur de fumée, c’était pas bon.. Si je creusais dans cette direction, j’allais remuer de la merde… Et lui comme moi on n’était pas équipé pour patauger dedans… Mon esprit se mit à carburer à plein régime. Je devais me préserver et donc transférer sans visionner, ce qui n’était pas trop dur. Mais par contre, lui, je ne pouvais pas lui livrer l’ensemble d’un seul coup, ce serait beaucoup trop… Son chagrin serait fatal… Il fallait donc que je me débrouille pour lui distiller l’information…

-ok Derek, ça va me prendre une bonne demi-heure, mais je vai glaner tout ce que je peux ici… Je vais disposer ça la dedans…. Je sortis des pierres semi précieuse d’un étui… Fais chier, ça me coutait une blinde encore ce truc… Bientôt, avec toutes mes emmerdes, j’allais devoir envisager un casse…

- tu en prendras soin hein ? J’en ai plus beaucoup, et .. je suis pas très riche… Mais j’ai qu’une parole, je vais t’aider…

Je pris une grande inspiration, et m’assis en tailleur sur le perron. Disposant les pierres les unes contre les autres, en ligne, devant moi, je les préparais à recevoir leur charge… En fait, c’était un peu comme des piles rechargeables… Quand leur capacité de « stockage » était dépassée, ça s’arrêtait… Mais là, je créais un lien entre elles, ce qui faisait que l’information pouvait « déborder » dans la suivante, puis la suivante… Elles délivreraient ensuite leur information.. A quiconque, je ne pouvais me permettre le luxe de dépenser de l’énergie pour les personnaliser à un individu… Et ce serait beaucoup trop long.

La suite fut très pénible, et très longue.. Mais quand ce fut fait, je me relevais, la tête tournant un peu, avec les pierres dans mes mains. Je les plaçais bien vite dans leur étuis pour ne pas subir leur assaut, et en gardait une… Il leur manquait l’impulsion pour les activer…

-bien, je vais te les donner une par une, tu y vas mollo… Je sus au regard froncé de Derek qu’il ne l’entendait pas ainsi.

-file moi tout ou je vais m’énerver… et tu ne veux pas que je m’énerve….… ça avait le mérite d’être clair… Je le regardais, estimant mes chances de le battre de vitesse… Il avait fait preuve de rapidité en attrapant la bille de verre… Hmm.. Pas sur ce terrain, pas avec mon matériel sur moi…

Je soupirai. On en arrivait la, finalement… Mais quelque chose dans son attitude m’alerta… Il.. Changeait en quelque sorte..

Pris d’une certaine panique, ou urgence, ou intuition, je ne saurai le dire, je fis un geste idiot… Je lui lançais la première pierre, et compris bien vite, du coup, le sens de cette expression… Je pris mes jambes à mon cou, espérant que la première pierre l’occupe assez pour que je puisse prendre le large…. Estimant avoir fait un peu de distance, j’envoyais une impulsion dans une deuxième pierre, ayant repéré leur « ordre » par couleur, et la lâchait sur le sol, poursuivant mon pas de course… Bientôt, j’allai devoir tricher si je voulais maintenir une distance..

(c) Fiche par Mafdet



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Jeu 19 Fév - 22:05






Trois mille six cents fois par heure, la Seconde

Derek & Matrim
Ma gorge est nouée par l’émotion, ces images… c’est presque comme si c’était hier pour ma mémoire défaillante. Mais la réalité me prend au tripes. Ce passé heureux est révolu, ces rires, cette famille aimante est partie en fumée.

-Derek ? Ça va ? Oh merde, mec… Je suis désolé, je voulais pas… T’es sûr que ça va ?

La voix de Matrim me ramène au présent. A ma réalité, moi coincé dans un corps d’ado qui n’est plus le mien et ma mémoire défaillante qui fait que j’ai oublié les gens du présent. Je regarde ce type aux pouvoirs étranges. Sa sollicitude est sincère, je le sais, car scruter les rythmes cardiaques est une habitude, question de survie.

-Derek ? Si tu veux, je peux stoker dans un matériau plus noble, … je peux … te donner toutes ces images, mais j’aime pas du tout te voir comme ça, ça fait mal à voir…

Me donner ces images ? Ai-je envie de voir la suite ? Car la suite… je n’étais pas présent d’après Peter. Cet incendie a fait ce que je suis devenu… Je le scrute, la cervelle en pleine cogitation. Peter, Stiles, Chad ou Ruby m’ont raconté chacun ce que j’avais vécu avec eux. Mais écouter un récit, ou le vivre en image… Cela semblait si réel… si vrai… Se pourrait-il…

- Je… Il me manque les neuf dernières années de ma vie là, dis-je en montrant mon front. Tu serais capable de me les montrer ? Enfin peut-être pas le… l’incendie. Toute ma famille y est passée. Et avant de perdre la mémoire, je n’en savais ce que mon oncle m’en a raconté… Je ne veux pas changer ce que je suis sensé savoir par moi-même.

- ok Derek, ça va me prendre une bonne demi-heure, mais je vais glaner tout ce que je peux ici… Je vais disposer ça la dedans…

Je hochai de la tête et le regardai faire. Il sortis un sac avec des pierres colorées.

-  Tu en prendras soin hein ? J’en ai plus beaucoup, et ... je suis pas très riche… Mais j’ai qu’une parole, je vais t’aider…

- Il semblerait que je ne suis pas dans le besoin, je te les rembourserai si tu me rends la mémoire et ainsi l’accès à mes pass bancaires…

Matrim s’installa sur le sol du porche et étala les pierres devant lui. Je m’assis non loin de lui et le regardai œuvrer en silence. Au début, il passait d’une pierre à l’autre assez rapidement, puis son rythme décru. Je sentais la fatigue le saisir. Je faillis lui demander s’il voulait que je soulage sa douleur, puis je me rendis compte que cela serait dévoiler ma nature. C’était idiot car s’il voyait vraiment ce qui s’était passé dans cette maison, il comprendrait que les gens qui l’habitaient étaient des loups pour certains d’entre eux.

- Bien, je vais te les donner une par une, tu y vas mollo…

- Quoi ? File moi ça, je pense que tu vas préférer ne pas me voir énervé…

A quoi bon la prudence, il devait déjà savoir ! Je laissai le loup venir, ma carrure prit de l’amplitude, et stoppais semi transformé. Je ne voulais pas qu’il me fasse une crise cardiaque ou qu’il fasse un truc débile et se blesse. Je voulais juste récupérer les billes. Matrim démarra en trombe et se mit à détaler comme un lapin, j’allais suivre quand je vis une bille sur le sol. Je la pris pour la coller dans ma poche et poursuivre ce voleur de souvenirs. Je ne pus pas faire un pas de plus, totalement assailli par les images.




(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Ven 20 Fév - 17:17




Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix. ;
Derek& Matrim
CONTACT. Au toucher, la pierre était froide, mais pas longtemps. Au moment où Derek mis la main dessus, elle s’activa, délivrant son message venu du passé. L’on y voyait, sereine, la vie s’écouler dans le manoir, avec des allers et venues étrange. Il y avait une femme, en particulier, que tous les gens semblaient respecter avec une réelle révérence… Plusieurs gamins l’appelaient par son prénom..

- Talia, Talia, refait le encore… Elle fit mine de les gronder, haussant la voix, mais comme les garnements s’éparpillaient gaiement, elle se transforma, en magnifique louve, et franchit le perron pour aller se perdre dans la forêt plus loin.
Derek et Peter étaient là, et Derek dit, les yeux grands ouverts

-plus tard, je pourrai faire pareil
-Rêve ! Contra le jeune Peter, et tous les deux rirent bien fort. Les scènes se succédaient rapidement, pour parfois ralentir, comme si Derek visionnait un dvd en accéléré, et qu’une main invisible s’attardait sur une scène. En vérité, la pierre avait stocké, en plus des images, les charges émotionnelles particulièrement liées à Derek. Matrim n’y était sans doute pas étranger, mais sans doute, également, n’avait-il pas contrôlé cette particularité. La scène s’arrêta de nouveau, alors qu’une Talia assise sur les marches de l’escalier expliquait calmement, la main dans les cheveux de Derek, une différence fondamentale entre leur clan et d’autres garous.

-Il y a plusieurs façons de devenir un loup, tu vois… Tu peux avoir été mordu, avoir survécu à des blessures d’un loup, ou encore, comme nous, hériter de ça. Tu es un loup naturel, Derek. Cela te demandera du temps pour te contrôler complètement, mais tu auras en ça un avantage…
-Et il en aura bien besoin ! Lui dit une fille, aux longs cheveux châtains, en lui tirant la langue.
-Laura ! embêtes pas ton frère, il va devenir important pour la famille, tu verras !
-Ouais, on verra !
(…)

Derek avais pris de l’ampleur, de la force, de la vitesse, il était.. Quelque chose. Quelque chose que je n’avais pas le temps d’analyser, car pour son propre bien je ne pouvais me permettre de lui lâcher tous ses souvenirs d’un seul coup. Je n’avais pas eu le temps de lire les informations, mais elles étaient tout de même passées par moi. Je compris en tout cas bien vite que la famille de

Derek, et donc lui aussi, étaient en partie des loup-garou. Ce n’était pas le premier que je rencontrai, aussi je savais à peu près à quoi m’en tenir, mais la dernière fois que j’avais mélangé mon pouvoir à celui d’un loup, j’avais eu vraiment du bol de m’en sortir… Je comptais donc, malgré le danger, lui donner les pierres une à une, pour préserver son esprit… Je me simplifierai vraiment la tâche à tout lui lâcher, mais j’aurai alors sur la conscience la destruction potentielle d’un jeune esprit. Nul ne pouvait emmagasiner tout ça d’un coup… Surtout pas la dernière partie. Il fallait que je me pose, le temps de me débarrasser de l’horreur que j’avais entraperçu. Tous ces corps, brulés vifs… C’en était trop…

Au moment ou Derek mis la main sur ma deuxième pierre, je me rendis compte qu’il avait, malgré les premières visions, déjà rattraper mon avance. Pas bon… pas bon du tout.. Je réfléchissais à toute vitesse pour trouver un truc à faire, et mon regard tomba sur le sol… solide, terre, graviers, mais pas partout… Je décidais de marcher uniquement sur les dalles de grés, pour le mettre en confiance, et me retournant quelques instants, j’envoyais ma bestiole déstabiliser les deux dernières. Pas assez pour causer une catastrophe, suffisamment pour le ralentir un peu… Je laissai ensuite tomber une troisième pierre, comme une récompense, quelques pas plus loin… Encore un peu plus loin, Derek touchait la deuxième pierre.. J’avais savamment dosé le passé lointain et le passé plus récent, pour que Derek puisse se reconstruise. J’espérais sincèrement qu’on ira boire un coup ensuite… Surtout si je devais courir comme ça longtemps.

CONTACT.. La deuxième pierre délivre son message. C’est un Derek adulte, beau, fort, qui arrive dans les environs, mais avec une part d’ombre en lui… il est au volant de sa camaro, et il regarde le panneau d’avertissement, illuminé par les phares de sa voiture. Il hésite. Ses émotions sont fortes : il ne voulait pas revenir, il a perdu son statut d’alpha, en sauvant quelqu’un… quelqu’un de proche… Mais cette partie-là est encore floue. Un tour de matrim ? Dur à savoir… Les images s’accélèrent et Derek se voit entrer, observer l’escalier et se projeter dans une reconstruction… Mais il tourne la tête, et tombe sur Stiles. Un stiles perdu dans ses pensées, au regard livide. Sacrifice ! le mot claque, et Derek sait qu’ils sont trois. Trois à avoir fait un sacrifice. Mais ce n’est pas la l’important… L’important c’est stiles. Et Derek sait qu’il est son seul espoir, et qu’il faut qu’il le prenne dans ses bras…
(…)


(c) Fiche par Mafdet



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Sam 21 Fév - 14:15






D'insecte, Maintenant dit :
Je suis Autrefois


Derek & Matrim
Encore ces images. La vision me coupe dans mon élan. Je suis de retour dans le manoir, je suis bien plus jeune. Ma mère est au milieu du grand salon, cela doit être un mercredi car mes cousins sont là aussi. Cela court partout, on joue à « loup », une variante de « chat ».

- Talia, Talia, refait le encore…

Je reconnais la voix qui dit ces mots, le défaut de prononciation dû à une dent de lait tombée. J’avale ma salive, ma cousine aux longues boucles brunes n’est plus de ce monde. Elle voulait devenir infirmière pour aider les gens qui souffrent. Comme beaucoup des mien, elle avait cette empathie si particulière. Les Argent ont décimé une famille de bienfaiteurs, ne comprenant pas que c’est nos capacités animales qui nous rendent si proche des autres, si à l’écoute des non-dits. Peter est là aussi, il sait ce qu’il va se passer, mais est comme à chaque fois ébahi et un peu jaloux des transformations de sa sœur. Ma mère était une noble louve, notre meute était respectée grâce à elle. Les loups hostiles passaient vite leur chemin. Les Hale veillaient de leur mieux à la quiétude de Beacon Hills.

Talia était sublime sous sa forme de louve. Il se dégageait d’elle une nitescence bienveillante qui forçait au respect. Les gamins autour d’elle partirent dans une ronde dans un état d’alacrité crescendo.

- Plus tard, je pourrai faire pareil, murmuré-je en même temps que mon double dans l’image.
- Rêve ! Contre Peter qui est incapable de cet exploit comme tout le reste de la meute.

J’avance de quelque pas, mes yeux regardent maintenant le hall d’entrée et le magnifique escalier de bois qui monte aux étage. Mes pieds eux se prennent dans une racine, je trébuche et retrouve mon équilibre. Je sens la main de ma mère dans mes cheveux, instinctivement je porte ma propre main sur ma tête, l’impression s’estompe. Il faut que je lui demande qui il est. Matrim m’apparait comme un véritable magicien.

Ma mère me parle des loups, de notre clan, de la réalité des chasseurs et des nôtres qui perdent le contrôle. Elle n’est pas contre l’ordre des chasseurs, mais déplore la haine qui anime certains d’entre eux.

- Il y a plusieurs façons de devenir un loup, tu vois… Tu peux avoir été mordu, avoir survécu à des blessures d’un loup, ou encore, comme nous, hériter de ça. Tu es un loup naturel, Derek. Cela te demandera du temps pour te contrôler complètement, mais tu auras en ça un avantage…
- Et il en aura bien besoin ! Dit ma sœur, en lui tirant la langue. Je lui rends la pareille.
- Laura ! Embêtes pas ton frère, il va devenir important pour la famille, tu verras !
- Ouais, on verra !
- Je serai l’alpha ! Dis-je avec la certitude de la candeur.
- Faudrait déjà que tu arrives à me rattraper dit-elle en partant dehors en courant. Je m’élance à sa suite. Un jour, je courrai plus vite qu’elle !

L’image s’estompa, je secouai en vain la pierre, puis la mis dans ma poche. Matrim était facile à suivre, je sentais son odeur, il devait me donner ces pierres ! Alors que je l’aperçus entre deux arbres, un éclat sur le sol me fit baisser le nez sur une deuxième pierre. Je grognai en comprenant qu’il avait l’intention de me les filer au compte-goutte. Je n’aime pas qu’on se joue de moi, je m’élance pour finir de le rattraper, mais c’est la vision qui me rattrape.

Je mets un moment avant que mon cerveau veuille bien admette ce qu’il voit : moi adulte. J’ai grandi et une barbe drue me couvre les joues. Ce qui me choque et en même temps me fait plaisir, c’est ma carrure. Je comprends mieux pourquoi là je nage dans mon blouson en cuir. Su j’aime l’allure que j’ai plus vieux, je n’aime pas mon regard. J’ai l’impression d’être anéanti… Cora ! Un flash semble me brûler le cerveau quand je me souviens… la baignoire et l’eau gelée, cette mort clinique, le retour en ayant laissé entrer ouverte la porte des ombres.

Mon moi adulte erre dans le manoir. Celui-ci n’est pas encore en reconstruction, je vois l’état du désastre. Un prénom me vient : Kate… Qu’a-t-elle à faire la dedans ? Un bruit sourd, celui d’un corps qui chute… Stiles. Je me vois le prendre dans mes bras avec une infinie douceur et aspirer son mal. Stiles va mourir si je ne fais rien. Déclic. Je ne vois plus les images que Matrim a stocké, mais bien celles de ma mémoire quand je teins Stiles dans mes bras… Ce jour-là a été le déclenchement de notre relation. Ce jour-là j’ai admis avoir besoin de lui et pas seulement comme ami… Un frisson me parcours le corps et me fait trembler. Je revois le Stiles d’aujourd’hui, lui qui me regarde avec tristesse parce que je ne me souviens pas de lui. La sensation est étrange, si je me souviens maintenant bien de ce jour dans le manoir où nous étions tous les deux à la dérive, je ne retrouve pas ce sentiment d’amour que je perçois pourtant dans mon souvenir. Je sais que je me suis mis à l’aimer à ce moment-là, mais je n’éprouve pas ce sentiment maintenant. Est-ce lié à mon corps d’adolescent ?

Comme avec la première pierre, les images s’épuisent. Matrim en a profité pour s’éloigner, je file sa trace. Il m’agace à se sauver ainsi, il a ma mémoire entre ses mains, il doit me donner ces pierres ! Alors que je coure, je sens le sol se dérober sous mes pieds. Je chute et amortis ma chute en faisant une roulade. Je grogne de nouveau, puis mes yeux tombent sur une nouvelle pierre.  Je me promets de lui faire passer un sale quart d’heure quand je vais le rattraper. D’ailleurs, je suis tenté d’attraper la pierre avec ma manche, pour ne pas activer la vision et de courser ce type. Mais l’envie de savoir est bien trop forte.

CONTACT…

Je suis dans le manoir, adulte, et je bouge une poutre calcinée qui gêne le passage.

- Tiens, tire par-là Chad, dis mon moi de la vision.

J’aperçois Chad. Il était venu avec le reste de la meute quand j’avais brusquement rajeuni. Et de tous ceux qui étaient présents ce jour-là, c’est lui qui m’avait inspiré le plus confiance. Il m’avait même laissé m’échapper feignant d’être trop lent quand je suis passé près de lui, alors qu’il était le dernier à se pointer au loft.

Je suivis la scène qui se déroulait sous mes yeux, nous prenions des mesures pour que Chad fasse des plans. Il m’explique les améliorations que l’on peut apporter, comme de faire un noyau central en béton, tout en laissant les extérieurs en bois. Plus solide et moins sensible au feu… Je m’écoute déballer mes idées, mes envies. J’ai une impression de déjà-vu. Oui, j’ai bien eu ces idées, faire moins de pièces et gagner de l’espace car seulement deux familles vont habiter ici… Peter et Ruby, puis moi et… Stiles.

Chad parle posément, me guide sur quelle genre de pièces mettre en fonction de l’orientation. Le manoir abritait plusieurs familles. J’avais le luxe d’avoir ma propre chambre, mais Cora et Laura se partageait la leur avec une autre cousine. C’était d’ailleurs souvent une source de dispute. Je trouvais cela comme une juste compensation dans cet univers de filles. Alors que je suis Chad dans son métrage, une nouvelle porte de ma mémoire s’ouvre enfin. Les images qui en sortent me font froid dans le dos. Le Mexique, une église abandonné, un complexe moderne et Chad dans un état… Je suis venu le sauver de cet enfer. Il y a Peter et Ruby. Un japonais… Mianamy ? Non… Miyavi! Et un humain… “Ne me regarde pas Mick…” La suite est floue jusqu’à ce que je me souvienne d’une brulure au ventre. Celle qui semble m’avoir fait rajeunir et oublie.

La pierre elle continue à me montrer différente phase de reconstruction du manoir et mes longues discussions avec Chad. Je relève le nez quand la pierre s’épuise et que je lui fais rejoindre les deux première dans ma poche. Où est ce clown que je l’attrape ?!



(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Dim 22 Fév - 15:56




Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !
Derek& Matrim
La, j’avais un vrai problème. Mon plan marchait, concernant la mémoire de Derek, je le voyais aux expressions fugaces qui l’avaient parcourues, mais je n’avais pas pris le temps d’observer plus avant, sachant à quel point j’étais désavantagé pour le semer.. Surtout que je ne cherchai pas vraiment à le semer… Neuf années, merdes ! Il lui manquait neuf années, et je ne pouvais que le mettre sur la voie, forçant son propre esprit à tout reconstituer..

Je lui garantissais un bon mal de tronche, même si sa condition de loup le ferait passer assez vite, mais si je ne distillai pas ces informations au compte-goutte, c’est un électro-ancéphalo plat qui aurait récompensé ma flemmardise et ma peur. Car, oui, j’avais peur, parce que je me rappelai ma rencontre avec Chad et la façon dont ça pouvait tourner si Derek ne se contrôlait pas suite à une révélation trop violente. J’avais l’impression étrange qu’il connaissait Chad, d’ailleurs, sans doute des images que j’avais glané sans vraiment les voir. Chad était venu ici ? Peut-être cela pouvait jouer en ma faveur, si... non, QUAND il me rattraperait... Ça n’allait pas faire un plis, je ne pouvais pas masquer mon odeur, et je n’étais pas aussi rapide que lui…

La pierre suivante que je lui réservais serait assez décisive dans la reconstruction de son esprit, mais pour l’avoir en main, la, maintenant, je supposai qu’elle allait lui faire du mal. Je ne lui montrerai jamais la dernière, l’incendie, elle me susurrait des horreurs indicibles que je n’avais pas envie de voir. Je ne connaissais pas les détails, mais les grandes lignes, et je n’avais pas envie de creuser. Et j’étais sûr que ça n’apporterait rien de bon à ce jeune Derek. Pour le reste, il avait besoin de savoir…

La pierre sur la souche d’arbre ne manquerait pas de l’attirer.
Mais je suis trop fasciné par lui pour fuir, ce que j’aurai du faire, pourtant. Alors je le vois s’approcher. Il m’a vu également et il est très énervé. Je vais surement le regretter bientôt, mais je lui fais un signe vers la pierre. Une lueur de défit illuminant son regard, je m’attend presque à ce qu’il me saute dessus, mais il prend néanmoins la pierre.

CONTACT.
Derek dans sa peau de jeune, Derek amoureux. Elle est jolie, blonde, et elle s’appelle Kate. De jeu de séduction en jeu de séduction, elle se rapproche de lui, elle lui susurre des mots doux, elle dit même qu’elle est amoureuse. Bientôt elle obtient sa totale confiance, et il l’amène dans son cher manoir.. Elle s’approche de lui, et l’embrasse.

Mais c’est une Kate adulte, qui joue avec sa proie. Derek adulte, torse nu, torturé, de la douleur électrique encore dans les muscles, et Kate, impitoyable, qui rigole.. « Regardez-moi ça, il s’est bien développé celui-là ». A ses pieds, deux de ses hommes, inertes… C’est une chasseuse, et elle l’a trahit, même si sa trahison est encore un peu floue, il n’y a pas de doutes possible. Elle s’est joué de lui, elle a infiltré les Hales pour mieux les chasser, les détruire… Elle le nargue, dans son propre manoir, en ruine..

Le même phénomène que pour les autres pierres se produit, alternant images en accéléré et arrêt sur une scène. Stiles. Encore… Derek le prend dans ses bras, soulage sa douleur. Il enrage de ne pouvoir faire plus, il sait qu’il a perdu son statut d’Alpha pour sauver Cora. Mais cora est vivante, grâce à lui.. Mais alors comment a-t-il été Alpha ? Les images ne le disent pas. Elles ne soufflent que la douleur, que Derek absorbe. Elles ne montrent que l’amour naissant, le désespoir qui donne la force, les nouvelles lois dans les certitudes de Derek. Derek assoupis, Stiles assoupi, un moment rare, partagé, réellement, et pas volé… Tic-tac, tic-tac. Derek entend de nouveau l’horloge. Cela le rassure, son cœur se sert, il s’accroche à stiles comme à une bouée, et un autre loup, scott, est là, expliquant ce qu’il a fait pour sauver stiles…

Il a une ombre en lui, mais il n’en saura pas plus avec cette pierre.
A la place, elle lui montre une scène horrible. Laura. Laura, coupée en deux, Derek l’enterrant… Laura, qui était une alpha si noble, si fier… Derek qui se jure de la venger… Stiles qui accuse Derek, devant la police, avec un certain Scott.. Les images se brouillent pour laisser la place à un combat sans merci, contre Peter ! C’est lui, lui le meurtrier de Laura ! Mais il est vaincu, et Derek est un alpha… Plus tard, tout est pardonné, il n’était pas dans son état normal, il ne voulait pas tuer Laura… Peter n’est plus mort… Et il va redonner vie au manoir…
(…)
Je regardais le visage de Derek, soucieux. Cette pierre-là était intense, et donnait de nombreuses clefs, mais pas toutes.. J’avais peur pour lui, je souffrais de le voir souffrir, mais j’attendais, comme un fou que j’étais, qu’il se précipite sur moi. Il fallait que je sois au contact, j’en avais besoin pour la suite. Derek en avait besoin, même si il ne le savait pas encore.
Aussi je fis face, stoïquement, quand il me fonça dessus pour me plaquer au sol. Ça allait faire mal, mais je m’accrochai à son blouson..

CONTACT. Je me focalisai pour lui transmettre, d’abord par la parole, puis par l’intermédiaire de son blouson lui-même, tout l’amour qui existait entre lui et stiles. Ce qu’ils ont vécus, l’horreur de la clinique, des tests sur stiles. Je n’y comprenais rien, je ne vis même pas les détails, mais j’investis son blouson, mes yeux virant au vert, parsemé de lueurs dorées, pour que son blouson lui transmette ses vérités, et le lien si fort qui existe entre lui et ce stiles. Alors que je me sens partir, peut être sous les coups de Derek, je ne saurai le dire, je me fais la réflexion que ce stiles doit être quelqu’un de très spécial, et que si je survis à tout ça, ça pourrait être intéressant que je discute avec lui pour aider Derek… Je n’ai pas peur, ma bestiole, comme d’habitude, embarquant tous mes sentiments, mon être, dans son travail… Mais j’ai tout de même le temps de me dire qu’il fallait que je protège mon appareil photo…

(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Mar 24 Fév - 13:51






Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !

Derek & Matrim
J’ai la cervelle en ébullition, enfin des zones d’ombre s’éclairent. Les morceaux que me donnent Matrim, s’emboîtent, revivre ainsi ces fragments de passé font de déclic qui ne s’est pas fait quand Peter m’a raconté exactement la même chose. C’est peut-être l’impression de revivre cela, des moments que je n’avais pas oublié et d’autres si. Les liens se refont entrouvrant d’autres portes de ma mémoire. Je suis avide de savoir, bien que je sente qu’une partie ne va pas me plaire, mais on me l’a déjà contée. Je suis préparé à revivre cette horreur… perdre les siens en une seule journée. J’ai peur de voir cet incendie, Peter est resté soft sur ce point, me disant que ne l’ayant pas vécu, je n’avais pas en savoir tous les morbides détails. Mais il était important que je me souvienne d’avoir perdu ma famille. Je le sais, mais ce savoir ne m’appartient plus. J’ai le sentiment que c’est la clé de tout le reste, de celui que je suis finalement devenu.

Les morceaux d’un puzzle géant s’emboîtent, j’en devine les manques. J’ai presque un regard extérieur à ce que j’ai vécu. Mon histoire me semble totalement dingue, comme si le sort s’acharnait sur moi. Je secoue la tête en me disant que cela ne pourrait même pas être retenu pour la pire des séries TV pour teenagers. C’est trop gros, trop absurde,… trop systématique.

Je me redresse pour de nouveau courir après ce photographe qui se fait désirer pour les informations qu’il me distille avec parcimonie. J’ai de nouveau la maitrîse de certains souvenirs, ceux liés à ma famille ainsi ce qui relie au manoir dans son état de reconstruction. Mais il me manque l’essentiel, l’impulsion qui m’a fait aller de l’avant, ce qui a fait que je ne me suis pas effondré.

Matrim est là, à quelques pas, il n’a pas fui ou oublié de le faire tellement fasciné par le spectacle que je dois donner. J’en ai assez qu’il me donne ma vie morceau par morceau, je bondis. Cette fois, je ne touche aucune de ses pierres tant que je ne l’ai pas attrapé et maitrîsé !

Dans mon élan, nous chutons sur le sol. Il est plus corpulent que moi, sa masse m’entraîne, nous roulons un peu sur quelques mètres. Le sol est parsemé de rochers qui affleurent, j’arrive à nous freiner en plantant les griffes de ma main gauche dans le sol. La tête de Matrim stoppe à cinq centimètres d’une roche aux arrête vives. Je veux le stopper, pas le tuer. Alors que je lui enserre la gorge pour l’obliger à tout me donner, ses mains s’agrippent à mon blouson.

- Arrête de me filer ça au compte…

Une image s’impose, une salle blanche trop éclairée, moi adulte à la limite des larmes. Dans mes bras, en blouse de patient, Stiles. Il n’y a pas  que l’image qui m’ébloui, j’ai aussi les tripes qui se tordent sous l’angoisse, la peur d’une fin, l’horreur de la mort, encore. L’anxiété de perdre de nouveau quelqu’un de cher et de précieux à mes yeux.

- Stiles…

Je le sers contre moi. Je veux prendre sa place, prendre sa maladie, mourir à sa place. Je veux qu’il vive, il est si important pour m… Important ? Alors que je m’accroche à son visage parsemé de grains de beauté, le décor change, il fait sombre, il fait froid lorsque cette chose avec un masque me touche. Stiles… Il a changé, son regard… me fait peur, j’ai l’impression de voir un démon.  Je le repousse brutalement, ce n’est pas Stiles, ce n’est plus lui, quelque chose a pris son esprit. Encore cette sensation de se faire abandonner… Il faut l’arrêter, le tuer. Je ne peux m’y résoudre, je ne veux pas perdre celui que j’aime. Aime ?  Je m’arrête sur ce mot et la sensation que je sens naitre dans mon cœur, une douce chaleur m’enveloppe, aussitôt refroidi par le cri de Scott. Un cœur vient de cesser de battre, celui d’Allison. Les souvenirs s’enchaînent, Isaac blessé, Chris totalement anéanti et moi qui serre Stiles enfin redevenu lui-même.

La nuit qui m’entoure reprend son droit, la lune blafarde, illumine la forêt de sa lueur obombrée. Je serre quelqu’un entre mes bras, mais ce n’est pas Stiles…  Je lâche Matrim, comme pris en faute et me recule. Mes doigts se mêlent à la terre que je griffe pour reprendre pied dans la réalité. Ce ne sont plus ses pierres étranges, mais bien mes souvenirs  qui font un gigantesque maelström dans ma tête. Je suis perdu, coincé dans ce corps de gamin qui n’est plus le mien. Je me souviens de ce que j’ai dit à Stiles lors de la fête de la ville. Je lui avais dit qu’il devait me reconquérir, que si je ne me souvenais plus des sentiments que j’éprouvai pour lui, je ne refusai pas la réalité de ce que j’étais devenu et ni qui mon cœur avait finalement choisit. Stiles… on doit parler…

Matrim s’est redressé et me regarde assis en tailleur. Dans ses mains, son appareil photo. Je me sens penaud, je le scrute pour voir si je l’ai blessé, mais il semble bien allé quoiqu’un peu sonné peut-être.

- Désolé… Je… je crois que j’ai retrouvé l’essentiel… J’ai déjà d’autres fragments de ma mémoire qui se débloquent là… merci…

Je ne sais que trop dire. Grâce à lui j’ai fait un grand pas en avant, je me souviens l’essentiel de ce qui s’est passé pendant ces neuf ans qui me faisaient défaut. Je sors les pierres que j’avais ramassées et les lui redonne. J’en ai plus besoin.

- Tu… tu as ce qui s’est passé au manoir ?

Matrim hoche la tête, il a compris de quoi je parle. Des flammes, de l’horreur sans nom… de l’enfer.

- Tu peux l’effacer ?

J’ai le souvenir de ce que Peter m’en a raconté pour m’expliquer pourquoi son loup était devenu fou, si fou qu’il en avait assassiné Laura. Je ne souhaite à personne de voir ses images et de vivre cet enfer.




(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Jeu 26 Fév - 10:31




(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Derek& Matrim
Il y a un moment entre les moments, un espace entre les possibilités, où je ne sais plus vraiment où je suis. Il s’est jeté sur moi, mais ma bestiole est déjà dans son blouson, prenant avec elle ma peur et la conscience de mon environnement. Je sais que nous roulons, et je sais que je me cogne, à plusieurs reprises. Une petite partie de mon esprit enregistre la pierre qui se trouve à quelques centimètres de mon crâne vulnérable. Une petite partie de mon esprit soupir de mécontentement en constatant que je suis encore de ce monde, et que j’ai encore beaucoup à faire…Jusqu’à présent je n’ai vécu que partiellement les fragments du passé de Derek. Juste le temps de transférer. Mais au contact direct que j’effectue à présent, je subis à mon tour les visions.

Mes yeux s’embuent en même temps que les siens alors que je vois ce fameux Stiles , dans une chambre d’hôpital. Je souffre en même temps que lui alors qu’il tente de sécher ses larmes et de comprendre d’où vient ce sentiment si fort. Je n’ai pas le filtre habituel, mon corps, mes objets, pour me détacher de la partie émotionnelle. Je prends tout ce qu’il prend, le bon comme le mauvais. Je pensai avoir été blindé avec ce que j’avais vu pour Chad. Je me rends compte que ce monde est décidément plein de souffrances, et que les loups qui me fascinent tant semblent la proie privilégiée de l’acharnement du destin. Je ne faiblirai pas, j’ai promis. A mon père. Je ne peux pas être un druide, mais je peux tout de même les aider…

Ma peur me paralyse pratiquement, alors que je revis en même temps que Derek son combat contre la… chose qui a pris possession de Stiles. Le drame me frappe de plein fouet alors que la fille meurt et que le garçon survit, libéré, dans les bras de Derek. Quand enfin tout se termine, Derek me repousse, comme choqué de me tenir entre ses bras. Je ne lui en veux pas. C’est un tout autre homme qu’il doit serrer, mais il semble s’en rendre compte aujourd’hui. Je ne sais pas ce qui est arrivé, mais je comprends que sa version adulte aime ce garçon, et que sa version adolescente se combat elle-même pour se donner le droit de l’aimer. Alors que ses griffes fouaillent la terre, je le regarde combattre ses souvenirs, les intégrer, un pli soucieux barrant mon visage.

Je me redresse, alors que je vois Derek reprendre pied.
-Désolé… Je… je crois que j’ai retrouvé l’essentiel… J’ai déjà d’autres fragments de ma mémoire qui se débloquent là… merci…

Je souriais, d’un sourire fatigué.
-ça va Derek ? Je sais pas ce qui t’es arrivé, et je me suis débrouillé pour ne pas regarder les images au moment du transfert. Mais je n’ai pas eu le choix pour celles qu’on vient de vivre ensemble. C’est… intense…J’espère que ça va aller, tu es fort, d’après ce que j’ai vu…

Alors qu’il me redonne mes pierres, il me pose la question qui me tracasse également.
- Tu… tu as ce qui s’est passé au manoir ?
Je hochai gravement la tête. De la merde. De la merde qu’il ne faut pas remuer…
- Tu peux l’effacer ?
Je secouais la tête…

-un seul moyen, Derek. Le vivre, comme pour les autres.. J’ai pas eut le temps de poser des blocages, trop long… Et je savais pas que c’était si.. Dégueulasse… Et les souvenirs seront ancrés dans la bâtisse, mais ce que tu fais les effacera. La reconstruire effacera toute cette merde… D’ailleurs j’ai capté brièvement… Tu connais Chad ? Je souris au souvenir de cette rencontre
-c’est le premier… comme toi que j’ai rencontré. Un mec bien… Je l’ai aidé. Je vais t’aider.

je fis quelques pas…
-on pourrait enterrer cette pierre, profondément. Mais j’ai l’impression que tôt ou tard, la merde remonte dans cette ville. Des fouineurs, partout…. Ou sinon… Oh putain, je sens que je vais le regretter… Derek ?
Je tremblais comme une feuille… Je n’avais rien d’un héros courageux, d’un type vertueux que rien n’effraie. J’étais terrorisé par ce que j’allais faire…Mais je possedai le seul truc qui pouvait permettre de traverser ça.. Le détachement... Comme pour le reste... Enfin je l'espérait...

-Derek… Si jamais tu vois que.. ça change, autour de nous, que.. Des trucs bougent ou se déforment, et que ça devient dangereux… Tu m’assommes. Cherche pas. Tu bourrines, tu m’assommes… ça vaudra mieux pour nous deux…
Je ne voulais pas que Derek voit la suite. Si, quelque part, dans sa reconstruction, il avait besoin de voir ces images, elles étaient toujours présente, dans les murs et je l’aiderai de nouveau…
Je m’assis de nouveau, retirant, en tremblant, la pierre de ma sacoche… Je la regardait, comme on regarde une barrière électrique qu’on a l’intention de toucher… Stupide.. Stupide… Dangereux et stupide. Je respirai un bon coup avant de plonger en enfer.
CONTACT.

(c) Fiche par Mafdet



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Ven 27 Fév - 13:14





Qu'il ne faut pas lâcher
sans en extraire l'or !


Derek & Matrim
- Ça va Derek ? Je ne sais pas ce qui t’es arrivé, et je me suis débrouillé pour ne pas regarder les images au moment du transfert. Mais je n’ai pas eu le choix pour celles qu’on vient de vivre ensemble. C’est… intense…J’espère que ça va aller, tu es fort, d’après ce que j’ai vu…

Fort… Ce que me disent mes souvenirs, c’est que beaucoup de monde s’appuie sur moi. J’ai la désagréable sensation d’être passé brusquement d’un stade adolescent sans contrainte, à adulte avec beaucoup de responsabilité. J’ai l’impression que l’on vient de me poser une charge monstrueuse sur les épaules. Je fais un vague signe à Matrim pour lui dire que ça va… à peu près. Je suis dépité quand il me dit qu’il est impossible de décharger la pierre qui contient les images de l’incendie. Vue la charge émotionnelle que je me suis prise avec les autres souvenirs, je pense qu’il y a de quoi devenir fou avec celle-là. On doit la cacher ou mieux la détruire…

- Un seul moyen, Derek. Le vivre, comme pour les autres... J’ai pas eu le temps de poser des blocages, trop long… Et je savais pas que c’était si.. Dégueulasse… Et les souvenirs seront ancrés dans la bâtisse, mais ce que tu fais les effacera. La reconstruire effacera toute cette merde… D’ailleurs j’ai capté brièvement… Tu connais Chad ?

- Chad ? Oui nous sommes de la même meute. Il est architecte, c’est lui qui a fait les plans pour reconstruire. Il m’a beaucoup aidé en travaillant avec moi sur ce…

Au fur et à mesure que je parle, je me rends compte que c’est bien par mes propres souvenirs que je raconte ce qui s’est passé et non pas par ce qu’on m’en a raconté. Je souris à Matrim, car c’est comme une délivrance. Je suis toujours coincé dans ce corps d’adolescent, mais il y a une évolution de mon état, qui sonne comme une promesse que tout va redevenir comme avant.

- C’est le premier… comme toi que j’ai rencontré. Un mec bien… Je l’ai aidé. Je vais t’aider.

Je suis content pour Matrim qu’il est croisé Chad en premier comme loup garou, il n’y a pas plus doux et gentil que lui. Nous nous sommes relevé et nous retournons vers le manoir.

- On pourrait enterrer cette pierre, profondément. Mais j’ai l’impression que tôt ou tard, la merde remonte dans cette ville. Des fouineurs, partout…. Ou sinon… Oh putain, je sens que je vais le regretter… Derek ?

Je me retourne vers Matrim, l’idée de cacher la pierre me convient. Les profondeurs du manoir peuvent en faire une bonne cachette. Et si un imbécile, s’obstine à vouloir la toucher… Je préviendrai les miens, ceux de ma meute… Mais pourquoi il tremble ainsi ?

- Derek… Si jamais tu vois que.. ça change, autour de nous, que... Des trucs bougent ou se déforment, et que ça devient dangereux… Tu m’assommes.  Cherche pas. Tu bourrines, tu m’assommes… ça vaudra mieux pour nous deux…

Avant que je comprenne ses intentions, il s’est de nouveau assis sur le sol et attrape cette pierre funeste.

- Non ! Crié-je.

Je lui ai attrapé le poignet, mais c’est trop tard. Aux soubresauts de son corps, je sais qu’il a plongé en enfer. Et à la brusque montée  de température, je comprends qu’il vient de m’y embarquer aussi. La nuit fraîche et paisible s’efface pour une horreur sans non. Je suis aveuglé par une lumière violente, j’ai l’impression que je vais étouffer.

- Ce n’est pas réel, ce n’est pas réel…

Je martèle ces mots essayant d’occulter les visions et la souffrance qui me vrille les tripes. Ma main se referme sur quelque chose. Cogner… je dois cogner pour que cela s’arrête. Alors je frappe de toute mes forces pour faire taire ces cris, éteindre ce brasier.

Le hululement d’une chouette me sort de ma torpeur. Je suis allongé sur le sol, je sens la terre sous mes doigts, elle s’amalgame avec quelque chose de poisseux sur mes mains. Je me redresse et découvre Matrim inanimé sur le sol. Son visage est intact, mais son torse laisse apparaitre de larges hématomes accompagnés de griffures. La mémoire de ce qui vient se passer me revient de plein fouet.

- Oh le con ! Matrim !

D’une main j’aspire sa douleur, de l’autre j’essaye de le faire revenir à lui.

- Hey !



(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Sam 28 Fév - 19:15




Souviens-toi que le Temps est un joueur avide Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.
Derek& Matrim
Derek était peut être fort, mais j’avais l’impression qu’il venait de recevoir un sacré coup au moral. Le pauvre avait dû être sacrément malmené dans les minutes précédentes, et je ne pouvais décidément pas lui faire vivre ce cauchemar. J’étais heureux de savoir qu’il connaissait Chad. Et que ce dernier était impliqué dans la reconstruction de ce magnifique manoir… Le connaissant, il allait en faire un truc carrément fantastique, tout en respectant les désirs de Derek. Le nouveau sourire de Derek sur son visage le rendait lumineux. J’étais pleinement satisfait d’avoir fait tout ça, je me sentais bien…Le plus étrange, dans tout ça, c’était que j’avais le temps de penser à ces choses...

Je me rendis compte, en me faisant cette réflexion, que ses pensées venaient seulement d’une partie de moi. L’autre était en train de subir de plein fouet l’horreur de ce qui s’était passé ici. Il y avait bien eut un incendie... Mais le plus effrayant, ce n’est pas lorsque je mis le pied en enfer. Le plus effrayant, c’était le cri de Derek, et sa main qui m’enserrait le poignet. Le fou ! Nous voilà tous les deux embarqués pour l’horreur qui nous attendait…je crois que je n’ai jamais autant poussé cette partie-là de mon don. Je mis toute ma conviction, toutes mes forces dans le « filtre » entre moi, la pierre, et Derek, mais je sentais qu’il subissait malgré tout une partie de l’horreur. Tout devenait oppressant. Mon crâne était prêt à exploser alors que les émotions d’angoisse, de peur, de souffrance m’envahissaient, en même temps que les cris de tous ces pauvres gens… Mon dieu, oh mon dieu ! Pensai-je, moi qui n’étais pas croyant… La douleur, elle, était bien réelle. Sans doute étais-je allé trop loin avec mon pouvoir, imbécile que j’étais. Mais alors comment expliquer cette douleur à la poitrine ? Mon cœur qui lâchait ? Un arrêt cardiaque ? Je tentais de soulever un bras, dans une demi-conscience, mais rien. C’était peut-être bien ça…

Quelque chose dans l’enchainement des événements me fit penser à ma rencontre avec Chad. Peut-être que mon sourire s’affichait aussi sur mon visage, et pas seulement dans mon esprit, quand je revis Chad absorber ma douleur, se mettre lui aussi en danger pour réparer ce qu’il avait fait… Je ne regrettai pas ce que j’avais fait pour lui. Je ne regrettais pas ce que je faisais pour Derek…
- Hey ! Me dis Chad.
-je sais, pas ta faute ! T’inquiètes, Chad murmurai-je, très affaiblis. Ça valait le coup… Et j’ai toujours voulu.. En rencontrer un… Faut…. Pas rester là.. Juste une ambulance, et ça ira... T’inquiètes pas pour moi…Et j’ai une assurance pour la boutique…

La chouette hulula, approuvant ma déclaration. Une chouette ? Dans ma boutique ?
Une dernière petite claque de la part de Derek finit de me réveiller complètement… La pierre était à quelques centimètres de ma main, Derek avait posé une main sur mon torse… L’histoire se répétait, mais de façon moins dramatique, a priori. Ça faisait un mal de chien, mais ça partait aussi très vite, sous l’action de Derek… Je regardais l’ampleur des dégâts… Je fis une moue perplexe…

-hmpf… Note pour plus tard… Avant de déconner avec mon pouvoir, s’assurer que ce n’est pas pour un loup que je fais ça… Je tentais de rire, mais sans grande conviction… Mon père m’avait appris tout ce qu’il savait des loups. Il y avait des lacunes, bien sûr... Nul ne pouvait vraiment tout savoir sur eux, à part eux-mêmes…Je connaissais la difficulté de se contrôler. Surtout pour un jeune loup… Mon père prenait des risques pour eux, et ce n’est pas parce que je n’avais pu suivre sa route que j’allais me débiner… Surtout qu’en les aidant, je combattais cette vieille salope voleuse de souvenirs…

Je me redressai, ma tête tournant un peu, et je ne pu rester bien longtemps debout. Je chancelai déjà.. Perte de sang, encore… ça devenait une habitude. Mais l’hôpital ne serait pas requis cette fois-ci…
-bon… je suppose que finalement, tu préfères enterrer ça ? … Prend un truc, pour pas être au contact, met le dans le petit sac, et allons enterrer ça ensemble… si tu veux bien… Derek ? T’en fais pas, ok ? Je voyais la culpabilité sur son visage, et ça ne lui allait pas bien. Pas après tout ce qu’il avait vécu, pas après que je l’ai vu se mettre en danger pour stiles..

-tu as de quoi me désinfecter et quelques pansements à l’intérieur ? Les ados ça a toujours les doigts sales... Alors les griffes, j'imagine même pas plaisantai-je pour le mettre à l'aise...
- Enfin t'es plus vieux qu'un ado... Bref...Je vais pouvoir rendre ça plus efficace.. Rien d’aussi spectaculaire que tes guérisons, mais je me débrouille pas si mal… Enfin si ma tête veut bien rester deux secondes vissée sur mon cou, et virer ceux qui sont en train de faire une boum dedans…

(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Mar 3 Mar - 18:58





Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi ! Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Derek & Matrim
- Hey !
- Je sais, pas ta faute ! T’inquiètes, Chad murmura Matrim. Ça valait le coup… Et j’ai toujours voulu.. En rencontrer un… Faut…. Pas rester là... Juste une ambulance, et ça ira... T’inquiètes pas pour moi…Et j’ai une assurance pour la boutique…

Chad ? Matrim le connait ? Ce point commun me plut, car Chad ne laisse pas approcher n’importe qui. Il est gentil et serviable, même trop, mais je fais confiance à son instinct. Je ne sais pas de quoi Matrim  parle, mais il était totalement à l’ouest. La fraicheur de la nuit dut lui remettre les idées en place.

- hmpf… Note pour plus tard… Avant de déconner avec mon pouvoir, s’assurer que ce n’est pas pour un loup que je fais ça…

Il tentait de plaisanter, mais il devait avoir mal. J’avais frappé fort pour l’assommer.  Je n’avais pas sorti les griffes mais il avait quelques égratignures sur le torse.

- Bon… je suppose que finalement, tu préfères enterrer ça ? … Prend un truc, pour pas être au contact, met le dans le petit sac, et allons enterrer ça ensemble… si tu veux bien… Derek ? T’en fais pas, ok ?

Je hochai la tête et tendis la paume de ma mais avec mon mouchoir pour qu’il y dépose la pierre. J’étais un peu penaud, même si c’est lui qui m’avait demandé de l’assommer. C’est un gars bien, je le sens. Je m’en veux de l’avoir blessé.

- Tu as de quoi me désinfecter et quelques pansements à l’intérieur ? Les ados ça a toujours les doigts sales... Alors les griffes, je n’imagine même pas continue-t-il en plaisantant.

- Je… je n’ai pas sorti mes griffes, ce sont juste mes ongles et la force des coups. Je suis désolé….

Ses blessures étaient superficielles mais il y en avait un nombre certain. Sa peau devait le bruler, sans parler des hématomes là où j’avais cogné. Enfin t'es plus vieux qu'un ado... Bref...Je vais pouvoir rendre ça plus efficace.. Rien d’aussi spectaculaire que tes guérisons, mais je me débrouille pas si mal… Enfin si ma tête veut bien rester deux secondes vissée sur mon cou, et virer ceux qui sont en train de faire une boum dedans…

- Y a rien de cela à l’intérieur, mais j’ai mieux…

J’appliquais mes paumes contre son torse et me concentrais. Ma mémoire revenue, je savais que j’avais absorbé bien pire… Stiles et ses crises de panique. Au bout de cinq minutes, les griffures appartenaient au passé et les hématomes étaient presque résorbés. Mon calme et le fait que je l’avais obligé à rester assis lui permirent de reprendre ses esprits.

-Ma famille possède un lieu… particulier pour garder ce genre de chose, dis-je en désignant le mouchoir contenant la pierre. Pour l’instant, on va le cacher dans une cachette qui à tenue toute mon enfance.

Je ne pouvais pas amener Matrim à notre « coffre » qui se trouvait sous le lycée actuel. Alors je l’orienté vers l’arrière du manoir. A une vingtaine de mètre, il y avait un vieil arbre qui ne payait pas de mine. Son tronc était noueux et surtout, il était cerné par des buissons de houx. Ce qui éloignait les curieux. Le corolaire c’est qu’on devait se blesser un peu pour atteindre une fente. L’arbre était creux, il avait gardé les trésors d’une longue lignée d’enfants de ma famille. Étrangement, les peluches oubliées ici ne pourrissaient pas, comme si l’arbre avait une capacité étrange.

Martrim fut étonné de me voir m’engouffrer dans les épines. J’enfonçais mon bras et tâtonnais pour trouver le fond de la brèche pour y déposer le mouchoir. Mes doigts croisèrent ce qui devait être un ballon et une poupée.

- Voilà, c’est à l’abri le temps nécessaire. Tu veux que je t’invite à manger… les autres m’ont blindé le frigo de nourriture…

Je me sentais con, dans ce corps de gamin et les souvenirs et le raisonnement d’un adulte.





(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Jeu 5 Mar - 16:26




Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard, Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,.
Derek& Matrim
ça allait un peu mieux, mais ce n’était pas encore la joie.. Les pulsations lancinantes, douloureuses, menaçaient mon équilibre, aussi je pris la précaution de ne pas brusquer mon champ de vision par des mouvements trop rapides.
Je lui tendis la pierre, emballé dans un mouchoir, et Derek la pris avec milles précautions. Il faut dire qu’elle n’avait rien de plaisante…

- Je… je n’ai pas sorti mes griffes, ce sont juste mes ongles et la force des coups. Je suis désolé….

Me répondit-il lorsque je lui demandai des désinfectants et autres pansements.

-pas grave, Derek. Je peux m’en prendre qu’à moi-même… Mon père me l’a assez dit : le contrôle, pour les loups, c’est difficile. Surtout quand la lune est presque pleine, comme ça…. Oh.. Oui…

Je passais une main derrière ma nuque, gêné.

-mon père hmm ? C’était un druide.. Un émissaire, comme certain parmi vous les appellent… Il a voulu m’enseigner sa voie, mais mon don particulier n’était pas compatible avec… le reste. Mais j’ai quand même suivis son initiation. Le plus important : vous aider, apporter notre aide, même si ça nous met en danger… Je suis pas druide, mais je fais de mon mieux.
Je lui souris de nouveau, heureux d’avoir pu aider, à ma façon…

Après m’avoir indiqué qu’il n’y avait rien de tout ça ici, il appliqua sa main sur mon torse, pour faire partir la douleur. Cette capacité était décidément bien pratique…. C’est à ce moment-là que je pu me rendre compte que c’était effectivement relativement superficiel, pas du tout du même acabit que ma rencontre avec Chad.

Il était très calme, très pro. J’étais assis, à le regarder. C’était tellement étrange. Je savais bien sûr que sa mémoire lui était revenue, du moins en partie, mais je n’arrivai pas à m’imaginer que c’était sa version adulte, coincée dans ce corps plus jeune, qui était en train de me guérir. Un loup naturel. Je ne savais même pas que cela pouvait exister. Et pourtant, il avait bien fallu un premier ? Mon père n’avait décidément pas tout dit pendant mon apprentissage… Ses livres ne m’indiquaient pas tout non plus… Quand ce fut fini, il m’aida à me redresser

-Ma famille possède un lieu… particulier pour garder ce genre de chose, dis-je en désignant le mouchoir contenant la pierre. Pour l’instant, on va le cacher dans une cachette qui a tenue toute mon enfance.

Je le suivis donc, près d’un tronc d’arbre noueux, couronné de houx et de mystère. Je fus assez étonné de voir Derek y plonger son bras, et eut un tic nerveux de la paupière en pensant à la douleur des épines. Bien sûr, il guérissait tout de suite, mais la douleur devait bien être présente.

- Voilà, c’est à l’abri le temps nécessaire. Tu veux que je t’invite à manger… les autres m’ont blindé le frigo de nourriture…

Je lui souriais franchement, grattant machinalement mes égratignures. Mon tshirt était déchiré, j’avais l’air d’un clodo avec un appareil valant… un certain prix. Inutile de dire que si je croisais un flic, c’était le trou, PUIS les questions…
-avec plaisir, le temps de se remettre de tout ça. Et puis si tu as de quoi transférer, je te donne de suite tes photos. Sinon tu viendras les chercher toi-même à ma boutique, je te ferai des tirages gratos… Tu aurais pas de la bière par hasard ? Et .. euh.. un tshirt ? Mais plutôt de ta version … disons… plus étoffée, plaisantai-je… Son gabarit futur correspondait à peu près au mien, de ce que j’avais vu…

Au bout d’un moment j’osai lui demander.
-tu as une idée de comment c’est arrivé ? J’veux dire… comment on a pu te faire revenir dans ce corps, et voler tes souvenirs ? Si tu veux pas en parler, c’est pas grave… Derek ? Je suis heureux de t’avoir rencontré. J’ai vu ce que tu as fais dans ton passé… T’es un mec bien…

(c) Fiche par Mafdet



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4805
Points : 4523
Réputation : 202
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Sam 7 Mar - 16:59





Où le repentir même. Oh ! la dernière auberge !

Derek & Matrim
Je fus content que Matrim accepte mon offre je lui en devais une belle. Dette dont une simple pizza n’était pas à la hauteur, mais c’était un début vers autre chose.  

- Avec plaisir, le temps de se remettre de tout ça.

Je l’invitai à me suivre. Il siffla quand il aperçut la Camaro. Ruby n’aimait pas que je la prenne, car je pouvais attirer les contrôles de flic. Et la photo sur mon permis n’était plus vraiment ressemblante… On arriva au loft sans encombre.

- Si tu as de quoi transférer, je te donne de suite tes photos. Sinon tu viendras les chercher toi-même à ma boutique, je te ferai des tirages gratos…

J’indiquai à Matrim le bureau sur lequel se trouvait mon ordinateur. L’écran montrait une image freezée sur le dernier film que j’étais en train de regarder avant de sortir.

- Qu’est-ce que tu veux boire ? Demandai-je alors qu’il transférait les photos sur mon disque dur.

- Tu aurais pas de la bière par hasard ? Et .. euh.. un tee shirt ? Mais plutôt de ta version … disons… plus étoffée, demanda-t-il en riant.

J’attrapai ce qu’il demandait dans le frigo et lui lança la canette qu’il rattrapa habilement.

- J’ai que ça, des vêtements « plus étoffés »… On se pose pour boire et manger un morceau et je te file ça.

- Tu as une idée de comment c’est arrivé ? J’veux dire… comment on a pu te faire revenir dans ce corps, et voler tes souvenirs ? Si tu veux pas en parler, c’est pas grave… Derek ? Je suis heureux de t’avoir rencontré. J’ai vu ce que tu as fait dans ton passé… T’es un mec bien…

- Le coup de poignard que j’ai reçu au Mexique… La lame devait être empoisonnée ou je ne sais quoi. Mon oncle Peter n’a jamais eu vent d’une pareille histoire. Grace à toi, j’ai retrouvé la mémoire. Tu ne peux pas savoir combien ça me soulage. Car honnêtement avant je ne voyais pas de solution et commençais à penser que cet état serait définitif.

Matrim avait réussi à débloquer ma mémoire, c’est donc que ce sort était réversible. Je devais m’armer de patience. Mais j’étais plus serein pour la suite.

- Toi aussi t’es un mec bien ! On se mange ces pizzas et je t’invite à te servir de la salle de bain t de piocher dans ma pile de fringue ? On est grosso modo du même gabarit… enfin avec ma forme adulte. Terminais-je avec un soupire.

Avant je tournai en rond car je ne me rappelais de rien, maintenant je bouillonnai dans ce corps de gosse.



(c) Fiche par Mafdet


I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 504
Points : 696
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: L'horloge (PV Derek)   Lun 9 Mar - 12:24




Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard !.
Derek& Matrim
En suivant Derek, je ne m’attendais pas à tomber sur sa bagnole. Vache ! Une belle bête, si je pouvais me permettre de penser ça… Après un instant de réflexion, je décidais que je pouvais me permettre. Je le suivis donc dans son appart… vache ! Son loft, donc, et je me trouvais soudain très minable dans mon 2 pièces aménagé. Je n’avais pas succombé aux sirènes de mon pouvoir. J’aurai pu en effet devenir riche relativement facilement, mais je supputai également que ça m’aurait attiré beaucoup d’emmerdes… Mon appart m’allait très bien comme ça… Enfin… Si on oubliait l’oppression qui suintait des murs… Mais j’avais mon atelier pour m’évader…

Derek m’ayant indiqué ou je pouvais lui filer ses photos, je m’exécutais, heureux de ce dénouement normal. J’étais satisfait du résultat, sur tous les plans, et les photos que Derek avait fait lui-même étaient pas mal du tout. Pendant qu’il ne me regardait pas, je fis un « post it » électronique sur son écran, choisissant sa photo personnelle, et ajoutant « sois fier de ce que tu es et de ce que tu accomplis. Matrim »
Il tomberait dessus plus tard.
Ayant choppé la bière au bond, je l’ouvris et appréciait son goût frais et prononcé..
- J’ai que ça, des vêtements « plus étoffés »… On se pose pour boire et manger un morceau et je te file ça.

Je hochais la tête, ça pouvait effectivement attendre. Et puis je n’étais pas pudique du tout, de toutes manières. Derek avait l’air moins perdu, comme si tout d’un coup cette aventure lui redonnait les clefs, et la façon de les utiliser. Il était confiant, même sa démarche avait changée. Lorsque je l’interrogeais sur l’origine de son état, il me surprit en me répondant. Je ne m’y attendais pas réellement, et j’étais flatté qu’il m’accorde suffisamment de confiance pour se livrer.

-Le coup de poignard que j’ai reçu au Mexique… La lame devait être empoisonnée ou je ne sais quoi. Mon oncle Peter n’a jamais eu vent d’une pareille histoire. Grâce à toi, j’ai retrouvé la mémoire. Tu ne peux pas savoir combien ça me soulage. Car honnêtement avant je ne voyais pas de solution et commençais à penser que cet état serait définitif.

Un poignard capable de faire ça ? Il y avait bien un des bouquins légué par mon père qui parlait de genre de.. D’envoutement ? Et j’étais moi-même capable de transférer certaines propriétés à des objets, sans parler de la vieille salope qui avait piétiné mon enfance et mon être… Mais ça, non… J’étais un peu apeuré de savoir que ce genre de choses existait.

-Toi aussi t’es un mec bien ! On se mange ces pizzas et je t’invite à te servir de la salle de bain t de piocher dans ma pile de fringue ? On est grosso modo du même gabarit… enfin avec ma forme adulte. Soupira-t-il
Je lui souris franchement, reconnaissant pour ses paroles. Moi, un mec bien ? Vraiment ? … Je n’en étais pas si sûr, mais ça faisait d bien à entendre… L’odeur des pizzas sembla communiquer directement à mon ventre affamé, aussi, après un bruit pas franchement classe, qui nous fit rire tous les deux, c’était presque inévitable avec la bière, on se rua franchement sur la nourriture, s’accrochant à la moindre bouchée comme des barrettes hello kitty sur les cheveux d’une ado hystérique.

Derek avait l’air tout de même triste ou agacé. On le serait à moins. Avoir sa mémoire d’adulte dans un corps de post adolescent… Je lui dis donc
-ca va aller, Derek. Je ne sais pas comment régler le deuxième problème, mais je peux chercher…J’ai des livres et je suis têtu.. Et puis peut être que maintenant, ça va se résorber tout seul… Ou par un autre moyen, peu importe. J’ai appris dans ma vie que même si on nous salope notre passé, ou qu’on tente de le faire pour notre avenir, ya toujours un moyen de renverser un truc. Et crois-moi, des saloperies, j’en ai vécu… Je soupirai à mon tour…

Quand nous eûmes finit de bouffer, je m’étirais, ce qui me fit immédiatement regretter ce geste… Il ne me restait certes que des bleus, mais ça faisait mal quand même. Je profitais donc de l’invitation pour aller prendre une douche bien chaude. L’eau qui ruisselait sur mon corps me fit un bien fou… Je pensais à tout ce que j’avais vécu ce soir, et j’avais un sentiment de plénitude… J’avais pu agir, et dans le bon sens… C’est tout ce qui importait. Je finis par trouver un tshirt sympa, dans sa pile de fringue, et l’enfilait. On était effectivement à peu près foutu pareil.

Lorsque je revint, je tournais sur moi-même pour lui montrer.
-merci, ils sont sympas… Bon, je vai pas te tenir la grappe plus longtemps, tu sais où je suis, en ville, et voici mon numéro. Je griffonnai mon portable sur un morceau de carton restant d’une des pizzas.
- tu n’hésites pas, Derek. Sincèrement.. Si je trouve quelque chose, je te dirais… Merci pour cette rencontre, conclus-je, souriant sincèrement.
Avant de franchir le seuil, je lui redis une nouvelle fois.
-Derek ? Ça va aller. Ce que tu fais, ça efface tout ça… Et le reste se remettra en place aussi. Puis je m’enfonçais dans la nuit, j’avais une longue marche à faire pour rentrer chez moi.

(c) Fiche par Mafdet


MERCIIIII:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'horloge (PV Derek)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'horloge (PV Derek)
» L'Horloge qui dit tout
» Derek Boogaard meurt à l'âge de 28 ans
» Signature de contrat - Derek Boogaard
» Inscription de Derek Sagan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Manoir Hale-
Sauter vers: