AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Mar 3 Fév - 14:04









Remue méninge





Spoiler:
 
Finalement, je m’étais couché sans passer par la case cuisine. La fatigue prenait le pas sur mon petit creux. J’avais beau eu essayé d’être le plus discret possible, un bras qui m’enserra la taille pour me ramener vers son propriétaire, m’indiqua que j’avais réveillé Mick ou que celui-ci ne dormait pas. Il fut assez indulgent pour se contenter d’un tendre câlin avant que je m’endorme comme une  masse dans les bras de Morphée et dans les siens.

***

Les jours qui suivirent se découpèrent entre mes cours, les escapades de Mick qui violait son assignation à domicile grâce à cette clé électronique qui lui permettait de retirer son bracelet électronique, mes recherches sur les morts suspects du campus et la canalisation des pouvoirs de Max. Apprentis détective, cela ne s’apprend pas. Et il nous était difficile de fouiner dans le campus tout en restant discrets malgré nos capacités surnaturelles respectives.

« Ressaye là. » Pensai-je en mordant dans mon sandwich poulet mayonnaise. Max était en assis en face de moi, nous nous étions installé dehors pour manger et profiter de la température agréable. Puis ainsi, Max était plus au calme pour ses « exercices ». Là, il tentait de me connecter ou plutôt de m’envoyer les pensées de deux nanas qui discutaient chiffon sur un banc non loin de nous. J’écarquillais les yeux quand je remarquais le fossé qu’il y avait entre ce qu’elles pensaient et ce qu’elles se disaient. Vu de l’extérieure on aurait pu croire à deux très bonnes amies discutant amicalement. En vrai, l’une était jalouse de l’autre pour une histoire de mec et l’autre s’en délectait. Ces deux filles se détestaient. Max me sourit en haussant les épaules. Ils semblaient blasés.

« Le monde serait bien différent, si chacun pouvait entendre les pensées de chacun »

« Oui, plus pacifique ou tolérant peut-être » me répondit Max.

Je grimaçai, le mal de tête arrivait. « Là » pensai-je en pointant de mon index la zone douloureuse. Je vis Max fermer les yeux et froncer les sourcils. Puis la pression sur ma cervelle diminua, pour s’annihiler totalement. Tous les midis je lui imposai ce genre d’exercices et cela commençait à porter ses fruits. Max semblait savoir comment faire pour que nos discussions muettes ne me vrillent pas les neurones. Mais pour l’instant ça lui demandait une concentration monstrueuse qui l’épuisait aussi.

- Aller on arrête, dis-je à voix haute. Et comme tu as bien travaillé, tu as droit à une part de mon super bon gâteau.

Maxence me fit une grimace comique, mais fut vite alléché par la part que je lui tendais. L’avantage d’avoir un mec un peu coincé à la maison et doué en cuisine, c’est que j’avais souvent un en-cas à amener au campus. Alors que je me suçais les doigts pour ne rien gâcher de l’excellent entremet que m’avait fait Mick, je questionnai Max.

- Rien de nouveau ? Pas de rumeur de ton côté ? Et au fait c’est pour quand le match de Hand ?

© Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Ven 6 Fév - 11:43


Le mystère s'épaissit

Je parcourus les rayons  de la bibliothèque où étaient rangés les livres traitant du cerveau et du système nerveux. J'étais étudiant en droit et cette recherche n'avait aucun lien avec ce domaine. C'était pour améliorer ma "particularité" que j'avais besoin d'en savoir plus sur la manière dont fonctionnait l'esprit humain. J'empruntai donc le livre qui me semblait être le meilleur compromis entre le traité scientifique et le manuel simplifié.

J'avais une heure à patienter avant que Chad me rejoigne pour le déjeuner. On s'était mis d'accord sur le fait qu'on devait passer du temps ensemble pour que je puisse m'entraîner. Accepter d'être le cobaye d'intrusions mentales était une forte preuve d'amitié. Je lui en étais reconnaissant et voulais faire ça convenablement.

Je parcourus donc les pages plus ou moins compliquées afin de comprendre ce qu'il se passait dans la tête de quelqu'un lorsqu'il parlait ou entendait, lorsqu'on lui racontait une histoire ou bien qu'il se souvenait. Il y avait peut-être là la solution aux maux de tête que ça causait à Chad. Plus je lisais, plus ça rendait mon pouvoir scientifiquement défini. Même si la télépathie n'était pas prouvée ou bien même plausible, je possédais ce don et j'avais besoin de connaître la résultante de son utilisation chez les autres.

Ainsi je compris que ma manière de procéder ne devait pas être la plus efficace. Je devais adresser mes pensées à Chad de façon à ce que son esprit les perçoivent comme une dialogue et non pas comme des souvenirs proches. Ce devait certainement être ce genre de subtilités qui lui causait des migraines,  son esprit recevant trop d'informations au mauvais "endroit". Il fallait comprendre que voir, entendre ou parler n'activait pas les mêmes zones du cerveau. L'esprit et l'âme pouvaient être des notions abstraites, elles trouvaient tout de même une explication biologique. Ces définitions plus précises faisaient perdre un peu du mysticisme qui entoure mon pouvoir mais devenaient très utiles si je parvenais à les utiliser pleinement.

Max ?

Chad s'était planté à plusieurs dizaines de mètres devant moi avant de m'interpeller mentalement.

Salut Chad.

Je ne parvenais toujours pas à comprendre comment, parmi la foule d'étudiants qu'il y avait sur le parc du campus, Chad parvenait à me faire focaliser sur lui. Sans que je sois à la recherche de ses signaux psychiques, il trouvait à me parler. C'était aussi une des raisons pour laquelle je devais m'entraîner. Réussir à bloquer totalement mon esprit. Devenir hermétique aux autres serait très utile. Surtout pendant les crises qui m'assaillaient parfois et qui étaient le moment le plus dangereux avec mon pouvoir.

Je bloquai un mauvais souvenir afin de ne pas me démotiver avant même de commencer.

Chad et moi nous dirigeâmes vers la cafétéria pour acheter un sandwich et pouvoir déjeuner à l'extérieur. Installés ensuite au soleil, mordant dans les deux bons morceaux de pain que nous avions choisi, l'entraînement débuta davantage comme un jeu.

Malgré le silence, Chad et moi déjeunions bien ensemble, discutant mentalement et tentant des exercices pratiques.

Ressaye là.

Du menton, il me désigna les deux filles qui discutaient sur un banc un peu plus loin. L’ouïe de Chad était surdéveloppée, il aurait pu sans mal entendre ce qu’elles disaient. Mais c’était à moi de jouer le rôle de relai. Je pouvais capter leurs paroles à la seconde même où elle souhaitait les prononcer. Et plus que ça, je pouvais saisir leurs pensées muettes et leurs intentions dissimulées derrière cette amitié factice.

Comment ça se passe avec Bastien ?
(J’espère que ça ne durera pas vous deux…)

Super, il est tellement adorable.
(Tu crèves de jalousie ça se voit, si tu savais comme ça me fait plaisir…)

Et vous vous voyez souvent ?
(Dire qu’il me tournait autour pendant un temps…)

Il vient tous les soirs après les cours, il reste parfois plus tard. Et on ne fait pas nos devoirs, si tu veux savoir.

Oui, je vois bien.
(Quelle con*sse !)


Je coupai la connexion en regardant Chad. Il n’y avait rien d’intéressant à espionner ce genre de conversation. Et nous faisions ce même constat sur l’hypocrisie de deux personnes à premières vues amies.

Le monde serait bien différent, si chacun pouvait entendre les pensées de chacun.

Oui, plus pacifique ou tolérant peut-être.


Il plissa les yeux et me signala une migraine naissante. J’avais oublié de procéder différemment. Discuter avec lui et transmettre les pensées des autres n’avaient pas le même effet dans sa tête, je devais moduler en fonction de ce que nous faisions psychiquement. Je commençai aussi à ressentir une certaine fatigue, le genre de faiblesse qu’on éprouve après avoir forcé trop longtemps sur sa vue pour lire ou distinguer ce qui était écrit au tableau pendant les cours.

- Aller on arrête. Et comme tu as bien travaillé, tu as droit à une part de mon super bon gâteau.

Quand il me sortit ce dessert appétissant, Chad pensa à Mick et à leurs retrouvailles chaleureuses. Des images que je décidai de stopper pour préserver son intimité. Je le regardai néanmoins en souriant, jusqu’à ce qu’il en comprenne la raison. Nous rigolâmes de bon cœur, et il me dit vouloir me présenter le fameux Mick, un jour. Je n’avais pas de petite amie avec qui j’aurais pu partager mes malheurs autant que Chad et son copain pouvaient le faire, je leur souhaitais le bonheur comme on le fait avec un ami. Je savais qu’être un loup-garou ne devait pas faciliter le quotidien. Et en plus de ça, des évènements très perturbants venaient s’y greffer. Parfois, ma vie me semblait moins difficile.

- Rien de nouveau ? Pas de rumeur de ton côté ? Et au fait c’est pour quand le match de Hand ?

- Pas de rumeur ni de « rêves » la nuit dernière. J’ai bien dormi, ça fait du bien. Le match, c’est pour samedi prochain, en extérieur. Le coach n’a pas encore eu la confirmation sur nos adversaires. Il y a un entrainement ce soir d’ailleurs. Peut-être qu’il décidera de confirmer ton poste pour la compétition, histoire qu’on ait une vraie chance de l’emporter.

- On s’y retrouve là-bas alors, je ne dois pas perdre le rythme.

Chad m’offrit une accolade amicale et je lui souhaitai bon courage pour les cours de l’après-midi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Dim 8 Fév - 20:52









Le mystère s'épaissit




J’eus un temps de retard face au regard malicieux de Max. Je venais de penser à Mick en sortant le gâteau qu’il avait fait. Nous rîmes de concert. J’aimais Mick plus que tout, il était la composante principale de ma vie, je pensais donc à lui quasiment tout le temps. Max bénéficiait ainsi constamment de mon humeur amoureuse. Il m’avait assuré préférer cela aux mesquineries qui envahissent souvent l’esprit des gens, comme ses deux filles non loin de nous. Il ne s’offusquait pas non plus de cette relation gay, en fait Max était l’ami idéal qui ne juge pas. J’avais de nouveau ce sentiment que nous étions semblables d’un point de vue caractère.

Je fus rassuré quand il me dit qu’il n’avait plus fait de « mauvais rêve ». On pouvait considérer alors que le campus était calme pour l’instant. J’étais aussi soulagé d’apprendre qu’il dormait mieux. Max en avait besoin, son don lui prenait énormément d’énergie. Je fus content quand il me dit que le match avait lieu samedi prochain. Je voulais vraiment faire mes preuves, ne pas décevoir, ni Max, ni le coach.

- Il y a un entrainement ce soir d’ailleurs ajouta Max. Peut-être qu’il décidera de confirmer ton poste pour la compétition, histoire qu’on ait une vraie chance de l’emporter.

- On s’y retrouve là-bas alors, je ne dois pas perdre le rythme répliquai-je en me relevant.

Max en avait fait de même, on devait chacun rejoindre nos cours respectifs. Je lui fis une accolade pour le saluer et en profitai pour le toucher. Mes veines ne se mirent pas à noircirent. Max allait bien. J’avais fait cela presque de manière inconsciente. C’est sur le chemin qui m’emmenait à l’amphi que je me demandais s’il s’en était rendu compte. Je ne voulais pas qu’il me trouve trop intrusif.  En arrivant à l’amphi, je croisais ceux de ma promo qui repartaient dans l’autre sens… Cours annulé, le professeur était absent. J’étais contrarié car cela me faisait un trou énorme dans l’emploi du temps avant mon entrainement de hand. Je retournai donc sur le parking, autant aller poser mes affaires et passer du temps avec Mick.

Celui-ci était plongé dans des documents et fut satisfait de l’interruption que j’amenai en finissant plus tôt.

- Max a trouvé ton gâteau super bon, dis-je le nez dans le cou de Mick.

Puis je souris un peu bêtement en me remémorant l’hilarité de Max.

- Quoi ? Me demanda Mick.

J’ouvris la bouche et la refermai. Il ne pouvait comprendre le comique de situation puisque je lui avais caché le pouvoir de Max. Un œil sur l’anneau  qu’il porte à son doigt me convainc de tout lui dire. J’expliquai donc le don de Max. Mick était brusquement devenu sérieux. Il eut un sourire mitigé quand le lui dit que Max l’avait en cinémascope puisque je pensai constamment à lui. Sentant une inquiétude dans le cœur de Mick, je lui narrais tous ce qui s’était passé avec Maxence, depuis l’incident au bal qui lui avait ouvert la porte de mes noirs souvenirs, à l’attaque de son colocataire et sa fin funèbre. J’eus peur un moment que Mick prenne ombrage de mes cachoteries. Je m’excusai platement, disant que j’avais  entièrement confiance en Max et je n’avais rien dit pour ne pas ajouter à ce qui pesait déjà sur les épaules de Mick.

***

Les plaisanteries fusaient dans le vestiaire. Je nouais mon lacet quand Max me tapota l’épaule me pressant car le coach annonçait la composition de l’équipe pour samedi prochain. J’espérais fortement en être et de ne pas devoir me contenter du banc de touche.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Mar 10 Fév - 11:19


Le mystère s'épaissit

Chad me rejoignit devant le complexe sportif du campus. Les autres arrivèrent presque aussitôt. J’attirai l’attention de Chad vers le coach qui parlait de la rencontre de samedi prochain. Il attribua le poste préférentiel à tous les joueurs. C’était très positif. Mais il se tourna vers Chad, expliquant qu’il voulait le voir encore à l’œuvre aujourd’hui avant de lui laisser le poste vacant d’allier gauche.

Je lui offris une accolade d’encouragements en lui disant que c’était une certitude qu’il serait parmi nous, puis nous suivîmes les joueurs qui étaient déjà vers le gymnase.

Un des joueurs arriva en trombe dans notre dos, criant de venir vite et d’appeler les secours. Mon cœur s’affola parce qu’instinctivement j’avais penché mon esprit vers le sien. Avant d’aller à l’endroit qu’il indiquait, je savais déjà ce qu’on allait y trouver.

Avachi contre le mur du vestiaire, un mec, à priori de l’équipe de basket vu sa tenue, saignait des oreilles, des yeux et du nez. C’était pas joli à regarder. Chad et moi approchions doucement.

- Ne le touchez pas !

Un gars surgi des vestiaires avait clairement ordonné qu’on s’écarte. Chad tenta de lui dire de s’éloigner aussi. Dans un grognement, l’inconnu accroupi près du corps tourna la tête vivement dans notre direction. Il fuit luire ses yeux ambré pour faire comprendre à Chad ce qu’il était. Pour s’afficher clairement devant lui, il avait dû sentir qu’ils étaient semblables.

Le gars semblait détailler le cadavre à la recherche d’indices. Puis quand un attroupement commença à arriver, il partit. Celui qui avait donné l’alerte était revenu, téléphone à la main, en compagnie de notre coach qui demanda à tout le monde de s’écarter. Mais c’était trop tard. De près ou de loin, certains avaient remarqué les bizarreries sur le cadavre. La pilosité qui n’avait rien de naturelle et surtout les griffes qui dépassaient au bout de ses doigts.

Je commençai à penser que c’était Chad et moi qui attirions ces histoires. Nous arrivions souvent les premiers sur les lieux, ça commençait à m’inquiéter sérieusement. Pendant un temps nous nous demandions si un alpha tentait de créer une meute. Ça aurait expliqué pourquoi les personnes « infectées » circulaient librement jusqu’à ce qu’elles succombent. Mais Chad m’expliqua que leur mort ne ressemblait pas au rejet de la morsure. Et surtout que ces personnes n’avaient pas tout à fait l’air de loup-garou, mais plutôt d’hybrides difformes.

- Allez sur le terrain les gars. Laissez la police faire son boulot. Concentrez-vous sur l’entrainement !

Tapant dans ses mains, le coach nous ordonna d’aller dans le gymnase. Chad et moi étions dans les premiers à partir, nous n'avions pas envie de croiser l’inspecteur qui était sur cette affaire.

Tout le monde mit du temps à s’investir pleinement dans l’entrainement. Nous étions tous choqués par ce qui venait d’arriver.

- Allez les gars, défoncez-vous on commence les sélections du championnat dans une semaine contre une sacrée équipe !

Le coach nous motivait sans accepter de nous dire qui seraient nos adversaires. Quand il prit Chad à part, nous espérions tous qu’il valide sa participation au sein de l’équipe. De loin, je vis mon ami hocher la tête l’air satisfait. Quand il revint vers moi, il m’offrit un clin d’œil en levant les pouces pour signifier que c’était positif. Je lui tapai vivement l’épaule pour exprimer ma joie. J’étais content de pouvoir pratiquer le handball à la fac et qui plus est avec quelqu’un que j’appréciais vraiment beaucoup. Je tentai de mettre côté ce qui me minait le moral et les autres semblèrent en faire de même.

L’entrainement fut tout de même productif. Mais notre moral redescendit en flèche quand nous dûmes rejoindre les vestiaires. Je posai les yeux sur l’endroit où la victime avait été retrouvée. Les bandes jaunes nous y interdisaient l’accès.

Je mis pas longtemps à passer sous la douche et à me rhabiller. J’avais besoin de prendre une bouffée d’air frais. On ne savait rien de plus et quelqu’un avait encore fait les frais du phénomène qui devenait plus qu’effrayant. Ça aurait pu tomber sur moi ou sur un gars de l’équipe.

Chad qui me rejoignit essaya de me rassurer. Lui avait dans l’idée de retrouver celui qui nous avait barré la route près de la victime et de lui demander ce qu’il savait. Le fait qu’ils soient tous les deux des loups garou faciliterait peut-être le dialogue.

Le coach attendit que toute l’équipe soit réunie dehors pour nous dire de nous focaliser sur l’essentiel, le championnat et nos études. L’un des joueurs redemanda où est-ce que atterrirons pour le premier match de la compétition. Les sélections commençaient tôt et permettaient un premier tri avant le championnat à proprement parlé. Si on commençait par une équipe forte, qu’on se montrait meilleur, ça nous mettrait dans des bonnes conditions pour la suite.

- Bon, c’est pas si mal, on commence contre l’équipe de San Francisco, au moins ça nous fera voir du pays.

De mémoire, c’était une bonne équipe. Sûrement plus entrainée que nous, mais on avait quelques atouts. Les joueurs, et Chad, étaient vraiment bons. On avait une bonne chance de l’emportaient sur ceux-là.

J’accompagnai Chad jusqu’au parking, même si nous ne parlions pas, même en pensées, notre trouble était le même. Je tentai de parler d’un sujet plus léger.

- Tu vas retrouver Mick ce soir, ça va te changer les idées.

- Oui, t’as bien raison !

- Faudrait que tu me le présente un jour.

Je souris parce que c’était presque comme si j’avais déjà rencontré son petit ami. Il pensait beaucoup à lui. Ça devenait même un sujet de plaisanteries entre nous. Je rentrai à mon tour jusqu’à ma chambre étudiante. Je souhaitai une bonne nuit de sommeil, sans cauchemar.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Mer 11 Fév - 23:13









Le mystère s'épaissit




J’étais un peu déçu, le coach voulait encore analyser mon jeu ce soir pour se décider si je jouais ou non samedi. Max dut sentir ma déception de devoir encore faire mes preuves et me fit une accolade. J’aurais aimé que cela soit clair pour le coach et non qu’il tergiverse ainsi. Contraint, je pris donc  mon mal en patience et allais vers le gymnase avec les autres.

Un cri nous stoppa, quelques seconde après je savais à quoi à m’attendre grâce à Maxence. On se précipita vers le vestiaire. Le spectacle était morbide, un des joueurs de l’équipe de basket gisait au sol.

- Ne le touchez pas ! Dit un type qui analysait le cadavre.

Je m’approche quand même pour lui dire de s’écarter également. Le grognement qu’il me lance me stoppe net, je sens son aura et ses yeux se mettent à luire quelques secondes. Ok message reçu. A la manière dont il examine le cadavre je ne sais s’il est comme moi choquer par les signaux chimiques et visuels contradictoires qui émanent du mort.

- Allez sur le terrain les gars. Laissez la police faire son boulot. Concentrez-vous sur l’entrainement !

Le coach nous sortit de la torpeur qui s’était installée dans l’équipe. Je trouvais hallucinant qu’il n’annule pas l’entrainement. Il y avait tout de même un mort dans les vestiaires. Mais je ne me fis pas prier pour sortir de là. Sur le terrain, j’eus du mal à me mettre dans le jeu et je n’étais pas le seul heureusement.

- Allez les gars, défoncez-vous on commence les sélections du championnat dans une semaine contre une sacrée équipe !

L’idée d’affronter une équipe sérieuse me motiva. J’essayai donc d’être présent à chaque balle. Je finis la séance d’entrainement complétement vidé, mais serein malgré le drame du vestiaire. Le coach me fit un signe, son rythme cardiaque était stable, il devait donc m’annoncer une bonne nouvelle. J’eus la confirmation quelques seconde après qu’il me confiait le poste d’ailier gauche. Je fis un clin d’œil à Max et levai le pouce. A sa mine ravie, je sus qu’il était content.

Je sentis Max bouleversé au retour dans les vestiaires. Cette affaire commençait à l’ébranler. Vivant sur le campus, il était une cible potentielle. Je tentais de le rassurer comme je pus. Je lui expliquais que j’essayerai de retrouver l’autre loup pour savoir s’il en savait plus que nous. Le coach finit par nous en dire plus sur l’équipe qu’on allait affronter.

- Bon, ce n’est pas si mal, on commence contre l’équipe de San Francisco, au moins ça nous fera voir du pays.

San Francisco… Un frisson me parcouru le dos. Lors d’une discussion tardive avec Mick, on avait fini par se dire qu’on était au milieu d’un grand plan et que quoi qu’on fasse, on ira là où il a été décidé qu’on aille. C’est un sentiment de malaise que me donnait cette destination. Max m’accompagna jusqu’au parking, on marcha sans se parler, chacun plongé dans ses propres pensées.

- Tu vas retrouver Mick ce soir, ça va te changer les idées.

- Oui, t’as bien raison !

- Faudrait que tu me le présentes un jour.

- Oui ! Et je te propose qu’on ne retarde pas plus. Cela te dit un restau demains soir ? Par contre faut que tu te déplaces vers chez nous, car avec son bijoux de cheville Mick est coincé à un périmètre restreint.

Max accepta, cela me faisait plaisir qu’il ne fasse pas cas de la condamnation qui pesait sur les épaules de Mick.

***

La rencontre avec Mick s’était bien passée. Ils s’étaient bien entendu un peu à mes dépends par moment. Mais cela ne me dérangeait pas si je pouvais faire le lien. Pour l’heure, j’arrivais sur le parking où attendait le car qui devait transporter l’équipe à San Francisco. Je trimballai mon sac d’affaire quand je vis Max me faire un signe. Je donnai mon sac au chauffeur pour qu’il le range avec le reste et allai saluer Max.

« T’as une sale tête.»

« Mick ne m’a pas laissé beaucoup dormir parce qu'on voyageait séparément… »

« Ha ! Ha ! »

« Je vais me rattraper dans le car, laisse-moi la place vers la fenêtre si tu ne veux pas d’un loup qui roupille sur ton épaule. »

Nous prîmes place dans le bus, on quittait Beacon Hills pour affronter l’équipe de San Francisco. J’espérai sincèrement que ce voyage s’en tienne à un match de hand et une visite de simple vérification...

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Ven 27 Fév - 12:34


Le mystère s'épaissit

Je jetai un œil à la voiture garée plus loin sur le parking du campus. Mick était là, près à suivre le bus qui nous emmenait, Chad et moi, à San Francisco pour les sélections du championnat de handball. Ces deux-là étaient inquiets. Et moi aussi. J'avais accepté d'apporter mon aide parce que Chad est un ami, proche, à qui j'avais pu confier mon secret et le poids qu'il faisait peser sur ma vie. J'espérai qu'ils trouvent des réponses même si je devais les arracher de l'esprit de quelques personnes, je le ferai. J'avais été trop touché par la détresse de Mick pour ne rien faire.

Je m'installai, à la demande de Chad, dans le fond, choisissant les places nous permettant de garder un contact visuel avec Mick qui nous suivait de près.

Il fut un peu moins tendu lorsque nous sortîmes de la ville, slaloma entre les quelques voitures qui le séparaient du bus puis cala son allure pour ne pas se faire doubler à nouveau.

La discussion pendant le trajet s'orienta très largement sur la stratégie de jeu à établir pour le prochain match. Le coach ne fut pas avare en encouragements et se dit fier de tous les membres qui composaient l'équipe. Chad avait trouvé sa place dans un sport qu'il ne connaissait pas au départ. Je me demandai s'il y avait un domaine dans lequel il n'était pas bon. D'après ce que j'avais pu comprendre, son père lui avait inculqué ce désir d'excellence, gage de réussite.

Coupant le lien mental entre Chad et moi, je repensai à l'appel téléphonique que j'avais reçu la veille au soir. Je ne savais pas comment il avait pu avoir mon numéro mais Stephan m'avait contacté. Ses mots avaient été à la fois rassurants et inquiétants. Je devais être attentif durant ce voyage. Et le ton employé pour accentuer le verbe me disait qu'il s'agissait de garder ma capacité active.

Je savais que le père de Chad ne disait jamais rien au hasard. On pouvait avoir entièrement confiance en lui. D'ailleurs, la sincérité de Stephan m'était apparue clairement lorsqu'il avait promis de tout faire pour aider Mick.

Chad me donna un petit coup d'épaule et inclina la tête vers l'extérieur.

- Mick va bien ?

Je posai la question mentalement à l'intéressé qui tressaillit, encore peu habitué à mes intrusions psychiques.

- Oui,  il va bien. On devrait bientôt s'arrêter pour une pause selon lui.

C'est ce que confirma le coach quelques minutes plus tard. Le conducteur devait respecter un temps d'arrêt lors de long trajet.

Ça nous soulagea tous un peu de pouvoir marcher et décontracter nos muscles. Mick s'était garé à l'écart et entra après nous dans la station qui faisait office de buvette et de supermarché d'appoint.

Je le vis s'approcher l'air de rien pour venir discuter. Nous ne voulions pas que le coach ni les autres joueurs soient au courant de sa présence.

La pause fut rapide, il restait moins de trajet que ce que nous avions déjà parcouru. Ce fut en remontant dans le bus qu'une discussion à voix basse attira notre attention.

Les joueurs reparlaient de l'incident dans les vestiaires, le jour où ce gars avait été retrouvé mort. Chacun y allait de ses suppositions. Lorsque le mot "monstre" fut évoqué, Chad tiqua mais on ne pouvait pas en vouloir à ceux qui avaient bien vu les particularités physiques du cadavre. C'était une victime évidemment, et plus que ce que pouvaient imaginer les autorités. Chad et moi savions que le point commun entre ces meurtres était leur transformation en loup garou. Une mutation altérée qui n'était en rien normale, même pour Chad qui en savait plus long que moins sur le sujet.

Nous arrivâmes bientôt à destination. Je m'émerveillai de passer sur le Golden Gate et plus tard Chad pointa du doigt cette fameuse tour, la Transamerica Pyramid, qui était l'un des emblèmes de la ville et représentée sur beaucoup de cartes postales.

Le bus s'arrêta sur le parking de l'hôtel. Chad et moi tournâmes tous les deux la tête à la recherche de Mick.




Dernière édition par Maxence Reagan le Sam 7 Mar - 9:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Sam 28 Fév - 16:41










Quand San Francisco se lève




Dans le bus, je me collais au fond avec Max. On pouvait ainsi guetter si Mick suivait bien. J’avais eu l’intention de dormir un peu. La nuit avait été courte et le réveil bien trop matinal et je souhaitais mettre à profit les heures de bus pour un sommeil réparateur. Mais le coach ne l’entendit pas de cette oreille. Il nous rappela nos différentes combinaisons mise au point ces dernières semaines. J’avais un peu la pression, car je sentais l’attente de Max. C’est lui qui m’avait présenté à l’équipe, je ne devais pas le décevoir. J’étais plus à l’aise au volley, dont le terrain était plus restreint, mais le jeu n’en était pas moins dynamique qu’au hand. Toutefois, j’avais rapidement pris mes marques, il s’agissait d’être rapide et souple… mes capacités lupines me donnaient un avantage qui m’avait permis de m’adapter. Le reste n’était que s’approprier l’intelligence de jeu. Le coach et Max avaient été de bons conseils et je joue très facilement en équipe. Quand le coach finit par s’asseoir, je donnai un léger coup d’épaule à Max.

- Mick va bien ?

J’étais content d’être avec l’équipe, l’ambiance était joyeuse dans le bus, mais savoir Mick juste derrière nous, me donnait l’envie de le voir et d’être prêt de lui. Lui ne partait pas pour une balade de santé. Je souhaitai le rassurer avec ma présence et envia Max de pouvoir lui parler là.

- Oui,  il va bien. On devrait bientôt s'arrêter pour une pause selon lui.

- Super !

L’équipe descendit du bus et s’éparpilla sur l’aire de repos, avec Max on entra dans la boutique de service. Je regardai les sucreries en attendant Mick qui arriva un peu en décalé. Je fermai les yeux quelques seconde quand je sentis ses doigts se mêler aux miens. Sans rien laisser paraitre j’accrochai ses doigts dans une étreinte furtive. Max s’était éloigné par gentillesse. Je l’en remerciai mentalement. Mick m’expliqua ce qu’il pensait faire pour amener l’équipe à loger dans un lieu plus sure à son gout. Je soupirai car il allait passer devant pour repérer les lieux avant notre arrivé.

Pas le temps de d’éterniser qu’il faut repartir. Je vois la Camaro partir devant avec un pincement au cœur. Max essaye de me rassurer. Une heure plus tard le coach reçoit un appel. Je me rapproche de lui en prétextant emprunter une bouteille d’eau à un joueur. J’écoute et reconnais la voix de James qui se fait passer pour je ne sais quoi. Je laisse le coach fulminer au téléphone et retourne m’asseoir à côté de Max. J’avais fait un bref résumé mental à Max pour le changement d’hôtel. Le coach râla un moment jusqu’à ce que le chauffeur lui fasse remarquer que notre nouvelle destination était bien plus sympathique car d’un hôtel de catégorie moyenne, nous passions au grand luxe.

- Bon vous autres, dit le coach. On ne va pas au Paradisio hôtel mais au Mandarin oriental qui semble plus luxueux d’après notre chauffeur.

Une explosion de joie éclata dans le bus. La promesse de chambres luxueuse et de ses équipements avait redonné vie à l’équipe qui somnolait. Je fis un sourire entendu à Max. Comme les autres je regardai la ville par les vitres du bus. La baie s’offrait à notre regard. Le coach dut calmer l’équipe qui s’agitait comme des gamins dans le hall luxueux. Je cherchais en vain Mick du regard. J’essayai de taire mon inquiétude et pris le pass que me tendait le coach. L’équipe s’éparpilla dans l’hôtel. Max siffla quand il ouvra la porte de notre chambre. On se pressa d’entrer car l’entraineur somma de faire moins de bruit aux joueurs présents sur le même étage que nous. Nous avions une heure devant nous avant le repas. Puis après on reprenait directement le bus pour le stade où avait lieu la rencontre. Je pris le premier tour à la salle de bain, j’étais nerveux à cause du match.

- J’en ai pas pour longtemps, dis-je à Max.

Lorsque je refermai la porte, je ne pus m’empêcher de siffler… mais j’y resterai bien des heures dans cette baignoire…

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Lun 9 Mar - 12:44


Le mystère s'épaissit

Chad m’avait expliqué mentalement la raison de la mauvaise humeur soudaine du coach. Il me précisa que sa colère ne durerait pas longtemps quand il découvrira l’hôtel luxueux dans lequel nous allions finalement. Les autres joueurs furent également extatiques en arrivant à destination.

Le coach eut du mal à maintenir le calme et le silence lorsqu’il distribua les badges pour accéder aux chambres réservées pour l’équipe. Nous étions deux dans chaque, naturellement, Chad et moi étions ensemble. Les exclamations des joueurs couvraient la voix du coach qui réclamait le silence, et les autres clients de l’hôtel devaient nous entendre arriver dans les étages même avec les portes des ascenseurs encore closes.

Je sifflai à mon tour en découvrant la suite. Les larges baies vitrées donnaient l’impression de dominer une partie de la ville. Et le mobilier était très chic. Chad referma la porte, pressé par le coach qui souhaitait rester discret. J’étais fasciné en faisant le tour de la pièce.

- Mandarin oriental... Mick, ou James, je ne sais pas lequel a choisi, en tout cas ils n’ont pas fait les choses à moitié.

- J'ai ma petite idée... Je prends la salle de bain le premier, si ça t’ennuie pas.

- Non, vas-y, pas de problème, j’admire la vue.

- J’en ai pas pour longtemps.

Je m’installai sur le lit et repensai stratégie de jeu pour ne pas dévier sur la deuxième raison de notre venue en ville. Je laissai Chad et Mick gérait, me contentant de suivre. Et d’aider autant que possible comme l’avait suggéré Stephan. J’avais réussi à contrôler de mieux en mieux mon don télépathique, mais serait-ce suffisant ? Dans l’action, je me doutai qu’il y en aurait, pourrais-je éviter de broyer l’esprit de ceux qui seraient proches de moi, Chad et Mick compris.

Nous prîmes le déjeuner dans le restaurant de l’hôtel, il était à la hauteur du lieu. Cet aparté nous avez un peu détendu, car les sélections débutaient dans quelques heures. Nous étions prêts selon le coach, fier d’une équipe qu’il savait meilleure que l’année dernière.

Chad était content que Mick assiste à la rencontre. L’équipe adverse avait également un bon niveau. Rien n’était joué d’avance. C’était surtout la cohésion entre les joueurs qui comptaient, autant que la maitrise du sport.

C’était dans cet état d’esprit de cohésion que nous descendîmes du bus à l’arrière du gymnase apprêté pour l’occasion. De nombreux véhicules étaient garés de l’autre côté, des spectateurs et d’autres équipes déjà sélectionnées ou sur le point de l’être. Mick était parmi la foule de ce côté du bâtiment. Nous entrâmes dans les vestiaires, plus silencieux qu’à l’habitude, déjà dans l’état d’esprit pour affronter les Red Storm.

* * *

J’eus immédiatement un vertige en entrant dans le gymnase. Pas à cause des applaudissements qui causaient un vacarme, ni à cause de l’appréhension que j’apprenais à gérer. C’était un problème qui n’arrivait qu’à moi. Un mélange de pensées en tout genre qui me provoquait une indigestion mentale. Je fermai mon esprit  avec difficulté. Quand je croisai le regard de Chad, je lui fis part de mon malaise. Puis, en me focalisant uniquement sur lui, le reste s’estompa suffisamment pour être vivable. J’avais été idiot de ne pas songer à l’effet de la foule sur mon propre esprit. Comment ne pas lire quelque chose qu’on te collait sous les yeux.

Le coach nous donna rapidement d’ultimes conseils et nous encouragea à être au meilleur de nous-même. Le prochain match aura lieu à domicile pour l’équipe gagnante nous rappela-t-il.

Nous prenions place comme lors des entrainements, chacun avait un poste à la hauteur de ses compétences. Notre jeu était rôdé et nous connaissions également les joueurs adverses pour nous être documenté à leur sujet. Tyler, le capitaine tapa dans ses mains pour nous motiver. Nous étions tous les sept bien échauffés et prêt.

Le match démarra sur les chapeaux de roues, la fatigue encore absente permettait des mouvements précis et amples. Le ballon s’échappa rarement et fut intercepté à chaque tentative de marquer. Les erreurs ou faiblesses viendraient avec le temps. Pendant les premières minutes, il s’agissait de s’imposer, d’ouvrir une faille dans la défense adverse et de coordonner une attaque rapide.

La première équipe à gagner un point gagnait en confiance également. Et lorsque Chad réceptionna habilement le ballon, il me prévint en pensées d’une passe soudaine. C’était devenu une habitude de nous parler ainsi. Je crois que même avec un regard, le message serait passé. Ça n’était pas véritablement de la triche mais plutôt une complicité un peu spéciale.

J’armai mon bras avec force et lançai le ballon dans l’espace qui séparait deux joueurs déjà en train de se précipiter pour le bloquer.

Une main large le rattrapa au vol et modifia la trajectoire que j’avais insufflé à mon lancer. Le ballon fila sur le flan du gardien et s’écrasa au fond du filet. Tyler bondit de joie devant ce très beau tir que nous avions coordonné et repris immédiatement sa place sur le terrain.

Les joueurs adverses devinrent ainsi plus agressifs dans leur technique de jeu, cherchant par tous les moyens à percer notre ligne de défense et à récupérer le ballon à la moindre occasion. L’un des nôtres bloqua le passage à un opposant qui roula au sol après être tombé.

Il simulait, c’était évident. Encore plus pour moi qui avais accès à son jeu d’acteur de l’intérieur. L’arbitre suspectait la faute mais hésitait à appliquer une sanction ou une exclusion temporaire. Je n’osai pas influer son jugement. Notre coéquipier fut mis hors de cause, ce qui retira toute crédibilité au joueur adverse. D’un mouvement de la tête, Chad me fit part de sa satisfaction. Nouveau gain d’énergie collectif.

La suite du match se passa comme un jeu de ping-pong au niveau du score. Nous gagnâmes trois points, successivement égalisés par l'équipe adverse. Le premier tir réussi par Tyler nous accordait une faible avance.

Après de longues minutes où nous alternâmes techniques d’attaques et positions de défenses, la première partie du match toucha à sa fin sans changement de score.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Jeu 12 Mar - 16:13











Un match difficile


J’étais toujours couché sur Mick, l’écrasant de tout mon poids lorsque Max sorti à son tour de la salle de bain. Avec un autre ami, je me serais senti gêné, mais les capacités particulières de Maxence avaient finalement effacé une certaine pudeur entre lui et moi, du moins de mon côté. Il savait tout l’amour que j’éprouvai pour Mick et avait « vécu » bien malgré lui certains de nos moments intimes.

Je me relevai non sans avoir collé à Mick un suçon, comme marque de ma propriété. Le souci lorsque l’on sort avec un mec canon, c’est qu’il attire hommes et femmes sans distinction. Je me le savais acquis, mais je ne pouvais m’empêcher d’être jaloux quand quelqu’un s’approchait trop près de lui. Nous prîmes notre déjeuner dans le restaurant de l’hôtel. Comme l’équipe s’ajoutait à l’affluence, Mick put  manger avec nous sans attirer l’attention.

J’étais content qu’il assiste au match. Initialement, j’avais peur qu’il parte solo en éclaireur. Je me faisais du souci pour lui, de ce qu’on allait trouver. Puis il était évident que quelqu’un nous traçait. La présence de Robin, cette nouvelle lettre anonyme, rien ne nous disait que cette « entité » était bienveillante. L’autre raison de mon contentement, était de savoir que Mick me regarderait pendant le match. Il n’y avait pas mieux comme moteur de motivation que la personne que vous aimez. Les conversations avaient rapidement basculées sur le hand et le match à venir. Ma crainte pour l’après match fut happée dans l’effervescence générale.  

Je fus impressionné par le monde qu’il y avait autour du gymnase quand on descendit du bus. Je prenais alors toute la mesure de l’importance de cette rencontre et de l’honneur que m’avait fait le coach de me prendre sur le terrain alors que je n’avais disputé encore aucun match avec l’équipe. Il faisait un pari sur mes capacités à gérer le stress d’une telle rencontre. Je souris à Max qui me donna une petite claque dans le dos pour m’encourager. L’agitation de l’équipe s’était muée dans un silence de concentration. Nous étions tous impressionnés de l’ambiance qui reniait. C’est à ce moment-là que je vis Max tituber légèrement. Je compris immédiatement ce qu’il ressentait. Même sans être télépathe, l’ambiance était pesante, je devinai ce qu’il devait endurer à ce moment-là. On avait oublié cette composante ! Allait-il pouvoir s’isoler de la foule lors du match ? Je le regardai et lui serrai l’épaule.

« Max ! Concentre-toi sur mes pensées. »
« Oui »
« Ça va aller ? »
« Oui, ça va le faire ».

J’accentuai la pression de ma main, pour lui faire sentir ma présence. Il savait tout de moi. Mes pensées lui étaient donc moins perturbatrices, car il n’avait plus rien à violer dans mon esprit qu’il ne le sache déjà. Il n’avait donc pas à me bloquer pour se protéger. Je visualisai le gros suçon que j’avais offert à Mick, cela fit rire Maxence et lui permit de décompresser de son oppression.

Les cris des gens résonnaient dans le gymnase. J’entendais un ballon qui dribblait. L’arbitre vérifiait l’état de la balle qui allait nous servir. Enfin on se mit en position, Max au centre, moi sur l’aile gauche. Un dernier regard, l’arbitre siffla le début de la première manche. Nous n’étions pas les favoris, les Red Storm jouaient à domicile. Sans être agressifs, les spectateurs étaient de manière évidente pour l’équipe adverse. On devait trouver notre force en nous-même et dans la cohésion de l’équipe. Le match avait démarré et un rythme intense s’était imposé d’entrée. On entendait les cris des joueurs, le bruit des baskets qui crissent sur le revêtement plastique du sol. Le ballon circulait rapidement, il fallait être vif. Enfin je réussis à récupérer une balle un peu courte au nez d’un attaquant adverse. Mentalement j’appelai Max et lançais le ballon sans attendre de le voir. Il récupéra la balle de manière précise, et il dribbla un peu pour se faufiler à l’avant puis tira entre deux joueurs. L’angle de tir n’était pas bon, mais il savait que j’avais pris l’avance nécessaire. Je plongeais au-dessus de la ligne de réparation et déviait juste ce qu’il fallait la trajectoire du ballon qui alla s’encastrer dans les buts. Notre capitaine vint me claquer la main en signe de joie. Cette première mise à score en faveur de notre équipe était de bonne augure. Évidemment, la ligne adverse se fit plus agressive, n’appréciant pas les sifflets de déception de leurs supporteurs. Le premier incident arriva par un attaquant adverse qui chuta devant un de nos défenseurs. On frôla l’exclusion de notre défenseur. Max me fit savoir que l’arbitre se doutait de la simulation et siffla la poursuite du jeu.

Nos deux équipes étaient d’un niveau comparable, l’écart de point était faible et vite rattrapé. Aucune tendance ne s’affichait clairement, les fautes commençaient à arriver de part et d’autre. Quand l’arbitre siffla la fin de la première mi-temps, nous menions que de deux points. Avance ridicule qui laissait présager une deuxième mi-temps tendue. En retournant sur le banc de touche, je cherchais Mick du regard. Avec le malaise de Max au début et le match qui avait démarré à fond dès le début, je n’avais pas pu le localiser. Ce fut difficile au milieu de ce brouhaha, mais je finis par le voir sur la tribune en face de nous. Mick leva son pouce en signe d’encouragement. Je lui répondis de la même manière en joignant mes mains en forme de cœur sur ma poitrine. Le coach interrompit cet échange muet, en venant nous haranguer pour la suite du match. On reprenait nos forces, la pause de dix minutes touchait à sa fin. On allait devoir encore tenir trente minutes.

L’équipe se motiva et retourna sur le terrain pour la deuxième partie de la rencontre. Je notai immédiatement qu’en face, l’ambiance avait changée. Cela ne plaisait pas que l’on mène, même de si peu de point. La partie s’engagea et effectivement une certaine violence s’installa sur le terrain, coups d’épaule, genoux qui cognent, le fairplay du début était loin. Je ne me laissai pas intimider et si je ne répondais pas aux bousculades, je les encaissai sans broncher et sans que cela me dévie de ma course. Les fautes commençaient à s’enchainer, nos adversaires nous poussant dans nos retranchement.

Un coup de sifflet signale un joueur adverse à terre. Il se tient la cheville en grimaçant. « Il simule » me dit Max. « Je sais…. ». Malheureusement cela tombe sur notre défenseur  qui a eu le même souci à la première mi-temps. La sanction tombe : expulsé. Les revendications de Tyler n’y font rien, on poursuit avec un joueur de moins. Une minute après, le pseudo blessé, gambade comme un cabri. Le mécontentement déconcentre notre équipe, Tyler doit pousser une gueulante pour que les gars se ressaisissent. Je n’aime pas le regard malveillant de nos adversaires.

« Max ? »
« Oui ? »
« Tu te focalises sur moi et Tyler. »
« Ok »

J’approche rapidement notre capitaine et lui explique brièvement mon idée. On va passer en force à trois joueurs. Il hésite, mais mon regard déterminé lui donne confiance. On se replace pour la remise en jeu. Cela semble bien parti, Max joue son rôle à merveille et comme on communique par la pensée, il peut focaliser son regard sur Tyler. La technique marche, on reprend une avance et on creuse enfin un écart. En face, cela s’organise. La rage de se faire dominer à domicile amène au choc frontal, on perd Tyler qui sort du terrain en boitant. Malheureusement son remplaçant n’est pas aussi efficace en attaque. Le joueur adverse qui est fautif n’est même pas pénalisé. Je questionne Max.

« Il se connaissent… » Me dit Max dégoûté.
« Alors plus de scrupule Max, tu te sers de tes capacités et moi des miennes ».

La suite du match est quasiment irréaliste. Je suis systématiquement au bon endroit, au bon moment. Nos adversaires tentent de résister, mais je me fais bulldozer, toujours à la limite de la faute. Max me prévient quand l’arbitre a les yeux ailleurs et celui qui a blessé Tyler se mange le sol violemment. J’ai été si rapide que même lui ne comprend pas comment il a chuté.

Je suis si concentré que je n’entends même plus la foule qui s’anime devant ce jeu si précis et si efficace. Je ne sens même pas la fatigue, l’adrénaline et la rage de vaincre me font tenir. Et je suis nettement avantagé par ma nature, les adversaires s’épuisent à essayer de me stopper. Quand leur capitaine arrive enfin à me bloquer, je lui souris et jette le ballon au sol sans même regarder. Un rebond et il atterrit directement dans la main de Max qui marque dans la foulée. Alors qu’on recule pour l’engagement, je vois Max vaciller. Il est épuisé. Subrepticement je me rapproche de lui et lui attrape le bras mes veines noircirent immédiatement. Je me colle contre lui pour masquer mon bras.

- On a une avance confortable, lève le pied, on joue en défense. Dis-je avant de rejoindre ma place.

Mon soulagement était une goutte d’eau. Je sentais qu’il était prêt à s’écrouler. Il restait cinq minutes de temps de jeu. On avait déjà fait rentré un remplaçant pour Tyler… Max allait devoir tenir. Les plus rageurs de l’équipe adverse n’étaient pas aveugles non plus, ils prirent un malin plaisir de cibler Max. Je pris les commandes, Max ne pouvant plus assurer le remplacement de Tyler en tant que capitaine, j’organisai le jeu clairement en défense, faisant un mur pour que rien ne passe. Libéré de ma fonction d’ailier, j’arrivai à la rescousse. Je profitai d’une bousculade pour envoyer le ballon en touche loin de nos cages.

« -Max ? »

Il était livide, le jeu était plus qu’agressif, j’imaginai sans mal les pensées mauvaises de nos adversaires. La fatigue aidant, Max devait être dans un capharnaüm de pensées cauchemardesques et de haine. L’arbitre siffla enfin la fin du match sur notre victoire. Je n’eus pas le temps de crier ma joie avec les autres, car je réceptionnai Max qui manquait de s’étaler sur le sol. Tyler arriva en boitant, inquiet. Je le rassurai en lui disant que je gérai la situation pendant que lui gérai le reste de l’équipe. Je portai plus que je traînai Max dans les vestiaires. Il fallait l’isoler de cette foule. J’évitais de lui parler en pensée, utilisant ma voix pour le ramener dans la réalité. Il était brûlant ! D’un coup de pied, j’envoyais un banc glisser sur le carrelage des douches, assis Max à cheval dessus juste sous une paume de douche et enfonçais le bouton poussoir. Je m’assis en face de lui en lui tenant les mains. L’eau tiède faisait du bien sur mon front en sueur. Nos vêtements se trempèrent doucement. Max finit par poser son front contre ma poitrine pour se caler. On ne disait rien, je le laissai reprendre pied en absorbant sa douleur et sa fatigue. Une odeur familière me fit tourner la tête. Mick était là, inquiet.

- Ça va aller, file, j’entends les autres arriver. Dis-je avec un sourire de remerciement pour être venu.

Je resserrai ma prise autour des mains de Max.

- Max ?


© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Ven 20 Mar - 15:48


Le mystère s'épaissit

Le sifflet signalant la mi-temps fut entendu avec soulagement. Je repris mon souffle, eus quelques courtes minutes de calme pendant lesquelles je me focalisai toujours sur Chad. Puis le coach vint nous encourager à accentuer notre jeu et à redoubler d’efforts. Sur ses directives, la pause prit fin et nous rejoignîmes le terrain en petites foulées.

Il peut mieux faire, c’est certain.

Je tournai la tête, intrigué, puis reportai mon attention sur le match. Je jetai un coup d’œil à Chad pour savoir si lui aussi avait senti le changement d’humeur de l’équipe adverse. Ses sens de loup lui permettaient de percevoir ce genre de signaux. Quant à moi j’avais directement accès à tout un tas de pensées plus ou moins agréables.

Nos adversaires ne se refusèrent aucun coup bas, mouvements d’épaules brusques ou coup de genoux dissimulés. Ils ne jouaient plus la partie en tant que telle mais souhaitaient nous déstabiliser. Chad fulminait intérieurement mais gardait son calme et ne répondait pas aux attaques dénuées de fair-play.

Un nouveau coup de sifflet bref signala un joueur adverse à terre. Une onde cérébrale plus tard je compris qu’il simulait. Je prévins Chad qui l’avait également compris.

Tyler découvrit rapidement que l’équipé était démotivée par la tournure du match. Il éleva la voix pour ressouder nos joueurs.

Max ?

Oui ?

Tu te focalises sur moi et Tyler.

Ok


À travers Chad, j’assistai à l’explication qu’il fournissait au capitaine de notre équipe. L’idée était de formé un peloton de tête et de passer en force. L’idée de Chad fonctionne bien et fait grimper le score proportionnellement à la haine de nos adversaires. Je n’eus pas le temps de prévenir Chad que deux joueurs fonçaient sur Tyler.

Il sortit du terrain en serrant le poing sur sa cuisse douloureuse tandis que le fautif n’attira même pas l’attention de l’arbitre. Je soupçonnai une entente frauduleuse et ça se confirma.

Ils se connaissent…

Alors plus de scrupule Max, tu te sers de tes capacités et moi des miennes.


Chad était aussi déçu que moi mais son idée me terrifiait. Le contenait mon pouvoir comme un barrage le ferrait pour empêcher des tonnes d’eau d’envahir une vallée habitée d’honnêtes gens. Si je lâchais prise… La rage envahissante qui s’empara des joueurs adverses me décida à agir. J’ouvrai mon esprit en me concentrant uniquement sur le terrain, oubliant le public autour de nous. J’eus la sensation de respirer plus facilement, sans être bridé.  Mais ça pouvait être dangereux. Et c’était incroyablement fatiguant.

À nous deux, nous changeâmes la tournure du match. Chad courrait vite, agissait avec souplesse et marquait assez de points pour pallier à tout retournement de la situation. Mais c’était quasiment impossible. Une passe de Chad me permit de marquer un joli but sous le regard effaré du gardien qui n’avait pas eu le temps de voir et de comprendre notre mouvement coordonné à la perfection.

Intéressant…

Puis le contre coup se fit sentir. Je sentis mes muscles devenir faibles et ma tête bourdonner. Je n’aimais pas ce signal, celui qui m’alertait que j’allais trop longtemps, que j’utilisais la télépathie depuis trop longtemps. Cette limite que Chad et moi nous efforçons d’éloigner grâce aux entrainements était pourtant bien présente.

Quelle bande de demeurés ! Bougez-moi ces connards ! Je prendrai bien un hot dog... Où sont les toilettes ?

Chad Wilder…


Après quelques foulées, je sens la poigne de Chad m’attraper le bras. La sensation de bien-être est immédiate, comme celle qui me reprit lorsqu’il s’éloigna.

- On a une avance confortable, lève le pied, on joue en défense.

Les cinq dernières minutes furent les plus longues du match. Je ne savais pas très bien comment je tenais encore debout. J’écrasai toutes les pensées qui me venaient sans réfléchir aux conséquences. Personne ne semblait affecté, mais j’étais trop confus pour m’en apercevoir. J’avais chaud et froid en même temps, comme une montée de fièvre difficile.

Max ?

Je laissai Chad prendre la main sur le match, il remplacerait parfaitement Tyler. Lorsque le coup de sifflet final retentit, je perdis le contrôle sur mon corps. Mon esprit était semblable à du métal chauffé à blanc. Chad me rattrapa au moment où je m’écroulais. Mes pieds rampaient au sol plutôt que de me soutenir.

- Max reprend toi ! C’est fini on a gagné !

Soudain, alors que je sentis que je venais de m’assoir, quelque chose de tiède m’enveloppa. J’étais en sueur, brûlant, mais j’eus froid en comprenant qu’il s’agissait d’eau ruisselant sur moi. Le contraste de température me ramena un peu à la réalité.

Je perçus plus clairement la voix de Chad qui tentait de me rassurer.

- Respire lentement. Fais le vide dans ton esprit.

Je laissai l’eau imbiber mes vêtements. La fraicheur me faisait du bien, comme le bruit de la douche sur lequel je pouvais me focaliser. Puis quelqu’un arriva derrière moi mais j’étais trop faible pour tourner la tête.

- Ça va aller, file, j’entends les autres arriver.

Effectivement, le reste de l’équipe qui savourait bruyamment la victoire pénétra dans les vestiaires. Je sentis la main de Chad se refermer sur les miennes et absorber la douleur.

- Max ?

- Ça va aller…

J’avais réussi à articuler trois mots et n’étais pas capable de plus. Je m’habillais tant bien que mal en silence. La migraine rugissait dans mon crâne. Il me faudrait du silence.

* * *

La chambre de l’hôtel fut plus propice à mon rétablissement. La présence de Chad me rassurait, je le voyais comme un phare. Je ne détournai pas les yeux et finissais par réussir à refermer la boite de Pandore dont ma télépathie était la clé.

- Pas trop difficile le match ?

- Le match en lui-même non, mais plutôt le mental de joueurs. Si tu savais combien d’entre eux avaient envie de t’écraser.

- C’est passé maintenant, prends le temps de te remettre.

J’inspirai à plein poumons puis relevai la tête vers Chad. Dans toute cette confusion j’avais quand même perçu autre chose.

- Il y a autre chose. Je crois que quelqu’un nous observait. Quelqu’un qui savait que tu étais là.

- Cette personne en avait après nous ?

- Elle ne savait pas pour moi, alors j’aurais pu entrer dans sa tête mais j’étais occupé par le match, je ne pouvais pas faire autre chose, je devais me concentrer et c’était difficile.

Chad me rassura, disant de ne pas m’inquiéter et que j’avais déjà fait de gros efforts. Tout ce que je souhaitais c’était que cet homme soit de son côté.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Dim 22 Mar - 15:37









Le mystère s'épaissit




- Max ?

- Ça va aller…

Entendre le son de sa voix me rassura. L’attitude de l’autre équipe m’avait lis hors de moi et je me rendais compte maintenant que j’en avais demandé beaucoup à Max. Il était encore livide alors que le reste de l’équipe envahissait les vestiaires de manière brutale. Tyler clopina jusqu’à nous et nous remercia chaudement. On avait clairement permis à l’équipe de gagner. Avec de la triche… Mais je n’avais aucun remord, mise à part l’état de Maxence.

Sur le trajet du retour, j’essayai de m’imposer comme une barrière mentale chaleureuse. Grâce à nos entrainements, Max s’était habitué à se faufiler dans mon esprit sans que cela lui demande de l’énergie et sans que ça me colle un mal de tête. Ma cervelle lui était territoire connu, pas comme celles des autres joueurs qui exultaient. Il ne fut pas difficile de décliner l’invitation à se retrouver pour boire un pot. La figure de Max lui valait une excuse légitime et j’arguai que je n’allais pas laisser mon pote tout seul.

Enfin au calme dans notre chambre, Max s’affala sur son lit. Je pris le temps de défaire nos sacs et mettre à sécher nos affaires trempées. Je mis en route la bouilloire mise à notre disposition avec des sachets de thé et d’infusion.

- Pas trop difficile le match ? Demandai-je doucement.

- Le match en lui-même non, mais plutôt le mental de joueurs. Si tu savais combien d’entre eux avaient envie de t’écraser.

Je souris. Pas besoin d’être télépathe pour savoir que beaucoup avaient eu envie de me voir chuter. Mais ils avaient beau eu me bousculer ou me faire tous les croche patte possible, j’étais resté debout. Pire j’avais forcé leur ligne défensive. Je les avais écrasés avec rage. Rage qui était retombée. Je lui apportai un mug fumant avec du thé fortement sucré. J’espère que ça le réconforterai un peu.

- C’est passé maintenant, prends le temps de te remettre.

- Il y a autre chose. Je crois que quelqu’un nous observait. Quelqu’un qui savait que tu étais là.

- Cette personne en avait après nous ? Demandai-je inquiet pour le projet de Mick.

- Elle ne savait pas pour moi, alors j’aurais pu entrer dans sa tête mais j’étais occupé par le match, je ne pouvais pas faire autre chose, je devais me concentrer et c’était difficile.

- Ne t’inquiète pas. L’important est que tu te reposes, car je suppose que tu ne vas pas vouloir rester à l’hôtel.

En effet, malgré sa fatigue il tenait à nous accompagner. J’essayai de m’interdire de penser à ce qu’il venait de dire. La seule personne qui pouvait me connaitre à San Francisco… Ou alors s’était l’organisation qui m’avait enlevé. Je sentis la présence de Mick avant qu’il ne frappe doucement à la porte. Alors que je lui dis d’entrer, je pris les mains de Max et le soulageai de sa douleur au mieux. Sa fatigue resterait, mais au moins il n’aurait plus mal. J’avais hâte qu’on retourne à Beacon Hills. Il fallait que je décide mon père à m’en dire plus.


© Fiche par Mafdet Mahes



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Jeu 26 Mar - 11:22


Le mystère s'épaissit

Je sommeillai contre la fenêtre du bus. Chad m'avait laissé sa place car il était trop perturbé pour vouloir dormir. Si cela n'avait pas paru suspect, il aurait fait le voyage de retour avec Mick.

Mais le coach, qui avait laissé un quartier libre à tous les joueurs pour le reste du week-end, avait pris soin de tous nous rapatrier pour rentrer à Beacon Hills.

L'équipe était encore dans l'allégresse de la victoire contre les Red Storm de San Francisco. Les battre à domicile nous avait donné un regain d'énergie pour les sélections suivantes qui auraient lieu sur notre campus. Tyler nous avait cherché après le match pour féliciter Chad de ses initiatives et pour me demander comment je me sentais. Il avait trouvé notre chambre vide. C'était au moment où nous commencions à suivre la piste qui irait s'enfoncer dans le passé de Mick. Et avant que ça ne dérape. J'avais eu peur mais j'avais également sentis un déclic. Comme la serrure de la porte d'un vieux grenier encore inexploré. Mais qui avait eu lieu non pas dans l'esprit de Mick mais dans le mien. Je n'avais pas pu lui être totalement utile car je refusais de faire souffrir quelqu'un à nouveau.

Je n'avais pas non plus oublié cette personne qui avait scruté Chad pendant la rencontre sportive. Absorbé par le jeu, je n'avais pas pu me focaliser sur l'esprit de l'inconnu pour déterminer s'il lui voulait du mal ou non. Je m'en voulais pour ça et même sans télépathie je savais que Chad était perturbé par la nouvelle. J'avais beau tenter de me rappeler, je n'avais aucun détail pertinent à lui donner sur l'identité de cette personne.

Le bus eut un sursaut et ma tête cogna contre la vitre. J'ouvris les yeux en chassant les réflexions qui me tenaient éveillés malgré la tentative de repos.

Chad remarqua mon retour à la réalité.

- Ça va ?

- Oui, j'essayais de me reposer un peu mais c'est difficile.

Il décrocha un sourire apaisant puis tourna la tête vers l'arrière du bus.

- Je m'inquiète aussi pour Mick, il doit être en train de remuer ses souvenirs.

- Je suis encore désolé pour ce qui est arrivé, je ne voulais pas.

Mes excuses avaient déjà été acceptées et Chad m'avait assuré, et rassuré, que ça n'était pas de ma faute mais que Mick connaissais les effets douloureux qu'il avait ressentis.

- Je suis aussi inquiet de rentrer à Beacon Hills. Je n'ai pas envie de trouver un paquet devant ma porte.

Je fis référence à mon colocataire et aux deux autres victimes sur lesquelles nous étions tombés par la suite. À moins que ce soit définitivement l'inverse. Mais pourquoi ces individus déshumanisés viendraient à notre rencontre ? Nous étions arrivés trop tard pour entendre leurs dernières paroles. Et le colocataire que je n'avais finalement jamais rencontré avant avait été trop enragé pour communiquer quoi que ce soit. Je me souvins parfaitement de sa peur et de l'incompréhension de ce qui lui arrivait.

Nous avions une nouvelle piste, celle de l'étudiant qui avait surgi dans le vestiaire et qui était un loup garou comme Chad. Peut-être menait-il l'enquête lui aussi.

Il faudrait qu'on retrouve ce gars.

J'avais parlé mentalement ce qui surprit Chad. Mais je sus qu'il était d'accord pour suivre cette éventuelle piste. Cette histoire lui rappelait des souvenirs horribles et mettre un terme à ça était une évidence.

Je regrettai de Chicago que la simplicité d'une vie d'étudiants lambda. Ce que je n'étais pas en réalité. Et malgré les péripéties plus qu'inquiétantes, je savais que j'avais ma place à Beacon Hills.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Mer 1 Avr - 15:50











Le mystère s'épaissit


Je regarde le plafond du bus, Max somnole à mes côtés, la tête en appuis sur la vitre. Je suis soulagé de rentrer à Beacon Hills. A l’aller, je m’étais imaginé tous les scénarios catastrophe possible. Et finalement, nous rentions tous les trois sains et saufs. Pour une réponse obtenue, Mick n’est pas un meurtrier, me voilà avec de nouvelles questions. Que cache la mémoire de Mick et qui me connaissait lors du match ? Je commence à me poser sérieusement la question, ne suis-je pas volontairement ciblé ? Je mettais mon enlèvement au Mexique sur le compte de la machination qui s’était faite autour de Derek. Mais n’y avait-il pas eu d’une pierre, deux coups ? Car finalement, ce coup de poignard Derek aurait très bien pu se le prendre ici à Beacon Hills.

Je repense à notre confrontation avec Elias. Qui avait tiré ? Qui avait appuyé sur la gâchette ? Stephan était resté muet après que nous sommes sortis de cette maudite boutique. J’avais averti Mick que j’avais malencontreusement croisé un des membres de ma chère famille et que mon identité réelle était de ce fait éventée côté chasseur. Je n’en voulais pas à Mick, de ne pas en avoir fait plus cas que de l’assurance de son soutient sans condition. La perspective de ce qu’on trouverait à San Francisco lui envahissait la tête. Je ne voulais pas non plus lui ajouter mes soucis. La vie de couple est certes un partage, mais l’amour c’est aussi ne pas accabler l’autre et parfois de savoir taire ses craintes. Je rêve d’une vie paisible avec Mick. Je veux y croire. Le bus fait un écart réveillant Max.

- Ça va ? Demandé-je.

- Oui, j'essayais de me reposer un peu mais c'est difficile.

- Je m'inquiète aussi pour Mick, il doit être en train de remuer ses souvenirs.

- Je suis encore désolé pour ce qui est arrivé, je ne voulais pas.

Max avait tenté de passer le blocage mémoriel de Mick. Mais comme avec Mafdet, ça lui avait provoqué de violentes douleurs. Max n’y était pour rien, mais semblait toujours culpabiliser. Moi, j’étais surtout inquiet de le laisser nous suivre en voiture. Mick aurait pu rentrer d’une traite, mais je lui avait demandé de nous suivre. Je ne pouvais être avec lui dans la Camaro noire, mais je voulais être pas loin.

- Je suis aussi inquiet de rentrer à Beacon Hills. Je n'ai pas envie de trouver un paquet devant ma porte.

Maxence me rappelle que nous deux aussi, on a un problème sur les bras au campus. Je deviens persuadé que tout cela a un lien. Et également de plus en plus la mauvaise impression d’être un dénominateur commun.

Il faudrait qu'on retrouve ce gars.

Je sursaute en entendant Max me parler mentalement. Mais en effet, il y avait ce type à retrouver, un loup comme moi. J’avais aussi une autre idée, mais je préférai tâter le terrain avant d’en parler à Max. Adriann Weizerling, le prof en criminologie. Ce type était aussi recommandable qu’un loup en perte de contrôle, mais au moins il n’irait pas crier sur tous les toits les aspects surnaturels de cette affaire. Je n’étais pas rassuré de savoir Max seul le soir dans ce campus.

A l’arrivée du bus, un peu de monde nous attendait. Des parents, des amis qui étaient au courant de notre victoire. Le bureau sportif avait même organisé une petite collation pour l’occasion. Moi, je n’avais qu’une hâte : rejoindre dans la Camaro qui était garée non loin. Mais, le match avait été gagné grâce à ma prestation et celle de Maxence. Nous étions, malgré nous le centre d’intérêt.  Et difficile de refuser la supplique de Dylan qui boitillait encore. J’acceptai donc disant que je devais dire bonjour à un ami avant.

- Je te rejoins Max, dis-je en filant voir Mick.

Je pris le temps de m’asseoir avec lui dans la voiture, après avoir posé mon sac dans le coffre. J’expliquai désolé que je devais faire bonne figure, le temps d’une heure ou deux. Mick m’assura qu’il allait bien, mais il avait un pli soucieux sur le front. Lui aussi avait un millier de question en tête. Je calai ma main sur sa nuque et collais nos fronts.

- Je t’ai assuré que je croyais en toi malgré la vidéo, malgré les preuves et tu vois, tu n’es pas un assassin. Mick, je crois en toi ! On trouvera le fin mot de cette histoire, je te le promets !

Son regard à la couleur troublante ne lâchait pas mes yeux. Je sais qu’il puisait en moi la force de poursuivre, comme lui était mon roc et mon point d’ancrage.

- A deux on est plus fort, dis-je avant de l’embrasser doucement et de ressortir de la voiture.

- Promis, cette –fois, je ne me colle pas dans le pétrin et rentre vite. A ce soir, je t’aime !

Je lui envoyai un dernier baiser avec les doigts et partit rejoindre Max et le reste de l’équipe particulièrement bruyante.



© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Lun 6 Avr - 12:42


Le mystère s'épaissit

Nous affrontâmes une foule moins difficile à l’arrivée du bus. Les personnes présentes étaient venues saluer notre performance pour le premier match des sélections. Une table avait été installée avec de quoi boire et manger. Les membres de l’équipe et le coach s’y dirigèrent tandis que Chad et moi tentions de nous éloigner. Dylan nous supplia de rester un peu pour savourer la victoire, ce que nous eûmes du mal à lui refuser.

- Je te rejoins Max, me dit Chad avant de s’éloigner à l’autre bout du parking. Là où Mick était garé.

Le coach me tira le bras pour me ramener avec le reste de mes camarades. Il chercha Chad des yeux pour regrouper le duo gagnant comme il nous appela puis se contenta de passer son bras au-dessus de mon épaule en signe de fierté.

J’appris que le match avait été filmé puisque certains avaient hâte de visionner l’enregistrement. La première moitié de notre rencontre avec les Red Storm s’était déroulé de manière classique. Puis leur agressivité face à notre jeu nous avait poussés, Chad et moi, à utiliser nos capacités respectives. Pour ne pas nous faire massacrer dans un premier temps puis pour remporter la victoire ensuite. J’espérai que l’aspect surnaturel de notre intervention réussie n’allait pas apparaître sur la vidéo. Je gardai à l’esprit la présence de cet homme qui observait Chad durant le match. Cela nous avait inquiété, d’autant plus que je n’avais rien pu apprendre sur lui.

Je discutai un peu avec les joueurs et les supporters encore en liesse pour notre victoire, quand Chad me rejoignit. Je lui servis un verre et fus content de voir un sourire s’étendre sur son visage. Mick avait un effet bénéfique sur lui. Et l’inverse était vrai également. Ils semblaient si fort à eux deux. J’enviai parfois leur relation car j’avais moi-même peur de m’investir auprès d’une petite amie éventuelle. Chad et moi avions construit rapidement une amitié forte. Mon pouvoir nous y avait aidés. Mais ça ne pouvait se passer aussi bien si je devenais plus intime avec quelqu’un d’autre. Je souris aux quelques jeunes filles qui mataient les joueurs. Sans grande conviction. Pourtant, l’une d’elle était très jolie.

Puis mon regard fut attiré ailleurs. Je brimai mon don qui en une fraction de seconde aurait pu s’immiscer dans l’esprit de la personne en face de moi.

Je donnai un petit coup d’épaule à Chad pour désigner ce mec qui nous regardait. Le même qui avait fait irruption dans les vestiaires lors de notre dernier entrainement. Un loup-garou, comme lui. Et qui s’était approché du corps sans vie de la quatrième victime.

On avait prévu de le retrouver pour lui poser des questions. Je sus que c’était le moment puisqu’il nous dévisageait. Était-il venu pour nous, à ce sujet ?

Je laissai Chad choisir le moment opportun pour entrer en contact avec lui. Ils étaient semblables et d’après sa réaction quand nous l’avons rencontré, il devait forcément être au courant de ce qui était en train de se passer. La majorité des étudiants sont des êtres humains. Seule une petite partie possédait un autre visage, celui dotait d’un attribut surnaturel. Ceux-là étaient plus à l’écoute de ce qui se tramait dans l’ombre du campus.

Nous pouvions certainement apporter et obtenir de l’aide. Je refusai de subir à nouveau l’expérience horrible de vivre ses dernières heures à travers les yeux d’une victime. Ce genre de cauchemar me terrifiait. La peur allait souvent de pair avec une perte de contrôle sur mon pouvoir. Et c’était l’une des choses que je voulais le plus éviter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Jeu 9 Avr - 15:39











Le mystère s'épaissit


L’ambiance était bonne enfant. Quand je rejoignis le groupe, Max était entouré telle une star. Avec amusement, je remarquai quelques supportrices qui essayaient de se faire remarquer de lui. Il était plutôt canon, et son rôle central dans notre match ajoutait à cette attraction. De mon côté, depuis que j’étais avec Mick, j’avais toujours clairement affiché mon statut de « en couple », et découragé, poliment mais fermement toute tentative de passer outre à ce fait. Lorsque j’étais avec Miya avant cela, c’était différent. A l’époque il s’agissait d’une union libre, du moins c’est ainsi que je l’avais comprise. La suite de notre histoire m’avait montré que cette « liberté » n’était que de façade. J’avais blessé Miya en laissant Mick entrer dans ma vie. La rupture avait été un arrachement. Je l’avais même haï après ce que j’avais subi au Mexique, le rendant responsable des ignominies subies. Mais le temps et les révélations de mon père m’avait permis de faire un tri et de mieux comprendre ce qui m’avait attiré chez Miya. Le loup que je suis avait pressentit notre lien, sans deviner qu’il pouvait être de sang. Ce cheminement n’était pas le même du côté de Miya. Je le savais toujours épris de moi. Mais je ne pouvais plus le regarder comme je regarde Mick. Je l’aime toujours, mais d’un amour d’une autre nature, d’un lien fraternel qui a été incestueux. J’aimerai pouvoir le serrer contre moi, mais je sais qu’il ne comprendrait pas mon geste. Je l’ai abandonné et il reste bloqué à ce stade. On ne s’est parlé que brièvement lors de cette fête. Mais j’ai largement ressenti son propre ressenti à mon égard. Si je me donne à fond avec Matthias sur les plans de sa future maison, c’est pour lui donner un cadre protecteur que mes bras n’ont plus à ses yeux.

Je souris à Max lorsqu’il me tendit un verre. J’apprécie notre amitié. Elle avait démarré un peu forcée par ses capacités, mais la suite avait bien été une volonté commune de partager un peu plus qu’une simple camaraderie. J’ai une grande confiance en lui et malgré ce qu’il s’est passé avec Mick à San Francisco, je lui laisse toujours mon esprit ouvert sans réticence. Je n’ai rien à lui cacher, ce fait admis par nous deux, nous libère de toute gêne qu’il pourrait y avoir avec ce don si intrusif. Notre manière de communiquer se passe souvent de parole. C’est tellement pratique d’aller à la base même de l’idée ou de la question. Il n’y a pas d’erreur d’interprétation possible. Je me demandai si Max ne se jetait pas sur ce fonctionnement avec moi car il devait constamment se contraindre avec les autres. Je sais qu’il s’interdit toute intrusion volontaire, mais c’est comme ne pas écouter une conversation entre deux personnes quand on est juste à côté. Ce don est un sens pour lui. Après c’est toute la nuance entre voir et regarder, entendre et écouter, ou sentir  et palper. A un moment ou à un autre on se fait toujours voyeur sans vraiment le vouloir. Mais autant en étant au milieu des autres, on sait qu’on peut nous voir ou nous entendre, chacun pense être à l’abri de sa tête. C’est toute la difficulté sociale de Max qui s’impose un code moral qu’il est si tentant de franchir.

La vidéo du match montre l’efficacité de notre coordination. Le coach parle d’intelligence de jeu, là où clairement on a triché face à des gens ordinaires. Mais je n’éprouve aucun remord. J’aurai joué franc jeu, si en face l’équipe adverse n’avait pas sorti cet antijeu. Puis je devais admettre que lorsqu’on a aligné les points, creusant l’écart de manière inexorable, j’en ai éprouvé un immense plaisir.

Ce fut un coup d’épaule de Max qui me fit remarquer le type qui nous observait. Le loup de l’autre fois, celui qui était dans les vestiaires quand un des joueurs avait découvert le cadavre. Ce type est un oméga, et il sentait parfaitement mon statut de bêta. Entre Ruby, Peter et Derek, ma meute a une puissance non négligeable. A part Miya qui n’en compte pas vraiment un, il n’y a pas de mineur. Et sans me vanter, je sais que je rivalise tout à fait avec mes frères de meute qui sont pourtant des loups nés. J’aurai tué Peter si Derek ne m’avait pas stoppé quand son oncle avait attaqué Mick. Et à ce moment-là, je n’avais pas encore fait cette mutation qui m’était arrivée à Boston. Et depuis que je savais que j’étais un « Argent », je me demandais si cela n’avait pas un lien. Je suis issu d’une longue lignée de chasseurs redoutables. Mon père biologique avait dévié des rangs, de même ma cousine Allison. Mais l’un comme l’autre à leur manière ils ont chassé, de manière plus humaine que le reste de cette famille de barbares.

Alors que je m’approche du gars, il recule. Je soupire, j’ai promis à Mick de ne pas m’attarder et d’éviter les embrouilles. Mais ce type cherche visiblement le contact, je ne vais pas le lui refuser quand Max et moi cherchons à éclaircir ce qui se trame sur le campus. On finit tous les trois par s’extirper de la fête improvisée qui se clairsème, pas mal de joueurs sont fatigués. Dans le recoin d’un bâtiment, l’oméga s’arrête enfin. Mes sens sont tout de même en alerte, au contact de Mick, j’ai pris ses habitudes de sonder l’environnement où je mets les pieds. « Il semble seul » dis-je à Max. Le type nous observe un moment, je sens une inimité contenue à mon égard. Je lève les mains en signe d’apaisement, je ne cherche pas à le dominer. Mais j’ai droit aux classiques d’usage, il s’imprègne de mon odeur, sa position est clairement animale, il reste souple sur ses appuis. Le message est clair : « On se parle, mais ne pense pas avoir le dessus sur moi ». Cela m’agace mais j'essaye de ne rien laisser paraître. Il me suffirait de pousser un peu mon aura, de montrer les crocs pour le faire plier sans même bouger. Mon passage éclair à la tête de la meute de Boston qui ne compte pas loin une trentaine de membres, m’a laissé quelques restes côté autorité, de la même manière que Derek qui est aussi un ancien alpha et également Peter. Quoique ce dernier y a laissé des poils avec sa résurrection.

- Je m’appelle Chad et lui c’est Max, dis-je comme entrée en matière.

- Je sais, moi c'est Dean…

Je me demandais ce qu’il allait nous dire. Donner des informations, nous aider, demander de l’aide ?



© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Mer 15 Avr - 8:40


Le mystère s'épaissit

Nous étions à l’écart comme semblait le souhaiter celui qui nous avait dévisagé plus tôt. À peine rentrés de San Francisco, nous replongions dans l’inquiétante affaire des meurtres sur le campus. Les faits étaient déjà suffisamment troubles mais les circonstances particulières de ses décès nous laissaient perplexes Chad et moi. Et nous n’étions pas les seuls à être en quête de questions. Les informations que nous possédions se résumaient à quatre victimes dont seulement trois sont connues du public. L’existence d’une première disparition nous avait été révélée de manière involontaire par les fédéraux enquêtant sur le campus. J’avais pu lire l’esprit d’un des agents après qu’ils nous aient surpris Chad et moi, en pleine nuit dans une des bâtiments de l’université. Nous savions également qu’avant leur mort, et parfois même après, les victimes présentaient des signes de transformation lupine. Les griffes, la pilosité accrue, les crocs et le comportement associé d’un animal blessé. Chad m’avait rapidement appris que ces transformations n’avaient rien de naturel. Et si ça ne l’était pas, ça devait être artificiel. Autrement dit, quelque chose ou quelqu’un s’en prenait aux étudiants en leur imposant les effets de la morsure. Qui ou quoi, comment et pourquoi ? Ce sont les questions cruciales que nous devons élucider.

J’espérai que le loup-garou qui nous avait retrouvés avant qu’on ne le fasse ait au moins une des réponses. Ou une idée sérieuse sur ce qui se produit depuis des semaines.

Il semble seul.

Chad voulut me rassurer sur la présence d’éventuels autres loups-garou autour de nous. Il me devança au moment où j’allais moi-même lui dire qu’effectivement personne ne nous écoutait. J’utilisais mon pouvoir en surface, juste pour m’assurer être en sécurité. À Beacon Hills, c’était parfois un luxe. Chad et Mick priaient toujours pour une tranquillité de vie qu’ils n’avaient évidemment pas.

L’inconnu toisa Chad qui répondit par une assurance clairement marquée. Il était sûr de lui et pensait à cet instant à la force qui reliait les membres de sa meute. Certainement l’une des trois meutes les plus importantes de la ville. La plus mature sans aucun doute. Son expérience en temps qu’alpha renforça également son autorité, qu’il ne voulait pourtant pas dominatrice sur cet oméga. Sauf si celui-ci l’y obligerait.

- Je m’appelle Chad et lui c’est Max.

- Je sais, moi c'est Dean…

Quelques secondes de flottement s’instaurèrent avant qu’il prenne la parole, légèrement plus serein.

- Est-ce que je peux vous faire confiance ?

- Tu peux.

Chad avait répondu avec franchise, en songeant qu’un loup-garou ne pouvait pas mentir à un autre. Il m’aurait fallu sonder l’esprit de Dean pour apprendre ce qu’il savait. Mais je ne fonctionnais ainsi qu’en cas d’urgence. Si j’outrepassais mes propres règles en temps normal, qu’en serait-il si la situation était désespérée ? Nous devions pouvoir fonctionner en instaurant la confiance mutuelle. C’était ce qu’il demandait.

- Je sais que vous êtes au courant pour les morts étranges qui ont été retrouvés.

Ce n’était pas une question. Lui et peut être bien d’autres devaient nous surveiller. C’était tout à fait possible, de manière discrète, au vue des capacités des loups-garou. Écouter à distance grâce à une ouïe fine et recueillir des informations olfactives sur les personnes et les lieux.

- La première victime que nous avons vu était le colocataire de Max. Avant cela, il avait disparu depuis plusieurs jours.

Chad me dit mentalement ne pas vouloir évoquer les dernières pensées que j’avais captées, ni les quelques images que mes cauchemars m’avaient transmis, afin de ne pas révéler mon pouvoir télépathique.

- C’est là qu’on a commencé à garder un œil sur vous.

C’était donc bien vrai, nous étions surveillés. Aujourd’hui, nous affichions clairement notre appartenance au camp des non-coupables. Nous enquêtions pour stopper ces massacres. C’était aussi simple que ça. Simple…Rien ne l’était. Effrayant, perturbant, inextricable.

- Et toi que faisais-tu dans les vestiaires ?

La question de Chad était claire. Nous cherchions des réponses, en faisait-il vraiment de même ? Il semblait inquiet et sa méfiance prouvait une certaine implication dans cette affaire. Quelque chose qu’il ne nous disait pas.

- Je cherche qui a fait ça.

Sa réponse était pleine de colère, mais sa motivation était clairement établie.

- Nous savons qu’une première victime est restée anonyme. Personne n’en a parlé et la découverte du corps a été étouffée. Sais-tu quelque chose à ce sujet ?

Chad avait sans doute perçu un détail dans la réponse précédente de Dean ? Quelque chose qui avait un rapport avec sa colère. Son cœur pouvait l’avoir trahi. La question trouva toute sa pertinence dans la réponse qu’il nous fournit.

- C’était ma petite amie. La première personne à être morte comme ça. Elle s’appelait Marissa.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Dim 19 Avr - 20:30











Le mystère s’épaissit


Le loup qui nous faisait face était sur ses gardes. Nous étions deux, il était seul, le rapport de force, s’il devait y en avoir un penchait en notre faveur.

- Est-ce que je peux vous faire confiance ? Demandé-t-il.

- Tu peux, lui répondis-je du tac au tac.

Je n’avais aucune hésitation, avec Max nous voulions éclaircir ce qu’il se passait sur le campus. Et quand nous aurons la solution, j’avertirai Ruby. Elle m’avait parlé du nouvel premier adjoint. J’avais imaginé que se faire reléguée au second plan, l’aurait vexée, mais en fait cela semblait lui convenir. A moins que Peter ne l’ait fortement encouragé à lever le pied. C’est pour cette raison, que je ne lui avais rien dit… encore une cachoterie qui me coutera une nouvelle remontée de bretelle de la part de mon alpha, mais là je pensai à son bien en ne lui donnant pas matière à se s’inquiéter plus que nécessaire.

- Je sais que vous êtes au courant pour les morts étranges qui ont été retrouvés.

Dean énonçait une évidence. Si nous avions chacun de notre côté été choqué par le mort des vestiaires, nous n’étions nullement étonnés. La suite me fit comprendre qu’il n’était pas seul et qu’il nous surveillait. Cela me mit mal à l’aise.

- La première victime que nous avons vue était le colocataire de Max. Avant cela, il avait disparu depuis plusieurs jours, précisais-je.

Je gardai pour moi les capacités de Max. On ne devait pas dévoiler tous nos atouts et Max était notre 21.

- C’est là qu’on a commencé à garder un œil sur vous, répliqua Dean.

On… « On » nous surveillait, le fait qu’ »on » nous parle maintenant, c’est que l’on pouvait supposer appartenir au même camp.

- Et toi que faisais-tu dans les vestiaires ?

- Je cherche qui a fait ça, me répondit Dean.

Je sens une pointe de colère, il maitrise sa voix, ses mots mais son cœur le trahi sur ses émotions réelles

- Nous savons qu’une première victime est restée anonyme. Personne n’en a parlé et la découverte du corps a été étouffée. Sais-tu quelque chose à ce sujet ?

- C’était ma petite amie. La première personne à être morte comme ça. Elle s’appelait Marissa.

- … Mes condoléances.

Il ne ment pas, je comprends donc sa réaction initiale. Je regarde Maxence qui jusque-là est resté silencieux. Il ne m’a rien communiqué, je suppose donc qu’il n’a pas tenté de percer les pensées de Dean. Et vu ce que ce loup vient de nous apprendre, c’est une bonne chose que Max se soit abstenu. Mes pensées lui sont librement ouvertes, mais c’est un consensus entre nous, une caractéristique particulière de notre amitié. Je sais que cela avait troublé Mick au début, mais maintenant qu’ils se sont rencontrés, il comprend. Max me taquine souvent lorsque je rêvasse sur le corps de Mick, je réplique en imaginant Max nu dans une piscine, les fesses mises en valeur. Il finit toujours par rougir face à mon air goguenard. Une question me vient à l’esprit.

- Tu parles de « on », vous êtes combien et qui sont les autres ?

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Dim 26 Avr - 21:40


Le mystère s'épaissit

La réponse de Dean me fit de la peine. Je compris en partie son comportement à la fois sur le qui-vive et pourtant troublé.

- Tu parles de « on », vous êtes combien et qui sont les autres ?

Des voix approchant nous obligèrent à nous mettre davantage à l’écart. Chad et moi relevions mentalement l’absence de réponse de Dean. S’il souhaitait rester vague, ça ne nous aiderait pas beaucoup.

- Je peux vous montrer quelque chose ?

- Nous te suivons.

D’instinct Chad s’avança le premier, pour me protéger sans doute et faire rempart à toute éventualité. Nous entrâmes dans un bâtiment par une issue de secours laissée ouverte, je ne connaissais pas l’endroit et Chad me confirma par la pensée qu’il ne savait pas non plus où ce couloir menait. À l’embranchement suivant, ma mémoire s’éclaircit. J’étais déjà venu ici, à travers les yeux d’une victime. Ces fameux cauchemars qui avaient en partie motivé ma décision de mettre un terme à ce qui arrivait sur le campus.

- Dis-moi ce que tu sens ?

Dean n’aurait pas eu besoin de poser la question à Chad, il avait déjà activé ses sens de loup-garou pour capter le moindre indice. L’un comme l’autre furent d’accord sur les perceptions que renvoyaient les lieux, les odeurs particulières et les sensations qu’elles véhiculaient. Grâce à notre lien télépathique, je pus également ressentir ces choses. Et elles vinrent amplifier la sensation de vécu que m’avaient déjà transmise les visions d’angoisses des victimes précédentes.

- Quand Marissa a disparu, j’ai fouillé tout le campus. Mais je n’ai trouvé cet endroit qu’après…que je l’ai retrouvée.

Ça a dû être encore plus difficile pour lui d’être présent à ce moment-là, était-elle à l’agonie ou avait-elle déjà rendu son dernier souffle ? Ce détail ne nous regardait pas.

Nous hésitions à poser une question, par respect pour sa défunte petite amie, mais Dean nous devança et donna des détails supplémentaires.

- Elle avait des crocs et les yeux jaunis, mais différent de nous. J’ai tout de suite pensé qu’elle avait été mordue et qu’elle n’acceptait pas la morsure. Elle savait pour moi et plaisantait sur le fait de vouloir me ressemblait. Mais ça n’était pas ça. Les seules marques qu’elle avait sur le corps étaient des traces de piqures au niveau des bras.

- Ce sont ces détails sur lesquels s’appuient les rumeurs d’une drogue néfaste qui sévirait sur le campus. C’est plus facile de camoufler des meurtres quand on attribue aux victimes un comportement dangereux.

Je n’avais encore rien dit mais osai énoncer à voix haute ce qui prenait forme dans mon esprit. Les gens finissaient par croire ce qu’on leur racontait, si l’explication convenait un tant soit peu pour ne pas faire basculer leur quotidien.

- Ces rumeurs sont fausses, Marissa était une fille sérieuse et… je suis sûr que les autres l’étaient aussi.

Chad demanda ce que pouvait être le point commun entre les victimes, s’il existait, ou si elles étaient choisies au hasard. La première possibilité aurait pu aboutir à une piste, voir même à nous aider à cibler les personnes susceptibles de subir cette expérimentation mortelle.

C’était la première fois que nous évoquions clairement la possibilité, qui devenait parfois certitude, que le compte de décès mystérieux ne s’arrêterait pas à ce stade.

- Il faudrait trouver le moyen d’examiner les corps.

Je n’aurais su dire pourquoi cette idée me sembla judicieuse. Chad m’avait parlé du professeur de criminologie qui côtoyait des cadavres mais ça me paraissait trop délicat de traiter avec lui. Dean eut une meilleure idée.

- J’ai un ami qui est étudiant en médecine, ils doivent avoir un accès à la morgue. Je vais voir ce que je peux faire.

J’imaginai rapidement une escapade nocturne dans un lieu déjà peu rassurant. Pour le moment, nous retournions au cœur de l’université et sortions cette fois-ci du bâtiment par une entrée principale. Quelques étudiants étaient sortis pour profiter de la fin du week-end.

Un gars apparut au coin d’un mur, il adressa un signe de la tête à Dean qui lui répondit par le même geste.

- Je vais devoir vous laisser.

Je ne cachai pas à Chad mon envie de retrouver ma chambre, pour évacuer les tensions du voyage à San Francisco d’où nous revenions à peine. Il avait eu son lot de bonnes nouvelles, mais de retour à Beacon Hills, elles s’effacèrent derrière la dure réalité.

- Tu ne m’as pas répondu. Quand tu nous as dit que vous nous surveilliez, de qui parles-tu et combien êtes-vous ?

Chad avait reposé calmement la question, il ne voulait pas que Dean s’échappe avant d’y avoir répondu. Et ça me convenait. Il était important pour nous de savoir ce qui gravitait autour de ce phénomène.

- Nous sommes nombreux, comme une grande famille.

Dean s’éclipsa sur cette phrase sibylline. Nous étions presque sûr de n’avoir rien à craindre de lui et de ses amis, à priori dans le même camp. L’heure avancée et la promesse que Chad avait faite à Mick nous força à stopper là notre investigation.

Comme à notre habitude, nous discutâmes encore par télépathie jusqu’à ce que la distance rompe le contact psychique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Lun 27 Avr - 22:34











Le mystère s'épaissit


Dean éluda ma question à savoir combiens ils étaient sur cette affaire.

- Je peux vous montrer quelque chose ?

- Nous te suivons.

Je passai devant Max, son don lui donnait une bonne capacité d’esquive, mais je me souviens de sa vulnérabilité lorsque le type du FBI nous avait coincés dans la salle de musique. Il me préviendrait en cas de danger, ma nature faisait que j’étais le tank de notre association. Dean nous amena dans un bâtiment dans lequel je n’étais jamais entré, ni Max apparemment. Tandis que nous marchions dans un couloir, Max maintenait avec moi son contact télépathique. Nos conversations muettes étaient devenues une habitude. Les entrainements de mon ami avaient porté leurs fruits : je ne souffrais plus de migraine lors de nos dialogues. A un embranchement, je compris que Max réagissait, il avait vu les lieux par les yeux d’une des victimes.

- Dis-moi ce que tu sens ? Me demanda Dean.

Il ne semblait pas avoir remarqué que le cœur de Max s’était accéléré, où il mettait ça sur l’appréhension de notre « balade ». Dès que Max s’était souvenu de l’endroit, j’avais déployé mes sens. J’étais moteur de mes perceptions, mais je savais que Max n’en perdait pas une miette. Il commençait à s’habituer à mes sens de loups.

L’endroit me parut étouffant, alors qu’une fenêtre était pourtant ouverte non loin. Ce n’était pas dû à un manque d’air, mais à un sentiment d’oppression qui régnait ici, un relent de frayeur et douleur venaient renforcer cette impression. Je fis signe à Dean que je percevais la même chose que lui. Ce n’était pas vraiment une odeur, mais plus comme une vibration.

- Quand Marissa a disparu, j’ai fouillé tout le campus. Mais je n’ai trouvé cet endroit qu’après…que je l’ai retrouvée.

Max et moi gardâmes le silence, pour laisser Dean poursuivre comme il le sentait.

- Elle avait des crocs et les yeux jaunis, mais différent de nous. J’ai tout de suite pensé qu’elle avait été mordue et qu’elle n’acceptait pas la morsure. Elle savait pour moi et plaisantait sur le fait de vouloir me ressembler. Mais ça n’était pas ça. Les seules marques qu’elle avait sur le corps étaient des traces de piqures au niveau des bras.

- Ce sont ces détails sur lesquels s’appuient les rumeurs d’une drogue néfaste qui sévirait sur le campus. Dit Max qui ouvrait la bouche pour la première fois depuis qu’on avait rejoint Dean. C’est plus facile de camoufler des meurtres quand on attribue aux victimes un comportement dangereux.

- Ces rumeurs sont fausses, répliqua Dean. Marissa était une fille sérieuse et… je suis sûr que les autres l’étaient aussi.

- Tu penses qu’il y a des points communs entre les victimes ? Demandai-je à Dean.

Dean ne sut pas nous répondre, mais s’il y avait un point commun cela pourrait nous permettre d’anticiper un peu.

- Il faudrait trouver le moyen d’examiner les corps. Repris-je.

Adriann m’avait donné quelques angles de recherche à pousser. De son côté, il m’avait rassuré sur le type du FBI.

- Je vais devoir vous laisser. Nous annonce Dean alors qu’un gars vient de pointer son nez visiblement pour venir le chercher.

Max me fit comprendre qu’il en avait aussi assez pour ce soir, et j’avais promis à Mick de ne pas trainer. Mais Dean n’avait pas répondu à ma question. Me savoir surveillé, me mettait mal à l’aise, pour moi, pour Mick aussi.

- Tu ne m’as pas répondu. Quand tu nous as dit que vous nous surveilliez, de qui parles-tu et combien êtes-vous ?

- Nous sommes nombreux, comme une grande famille.

Je poussai un soupir, Dean n’était pas décidé à nous le dire. Je ne sentais pas d’hostilité de sa part, mais je préférerai qu’il joue franc jeu. Je raccompagnai Max au pied de son bâtiment et filait rejoindre ma voiture. On discuta de chose et d’autre, par télépathie. On le faisait assez souvent pour mesurer les progrès de Max et puis aussi parce que c’était devenu presque naturel. Max était encore relativement seul à Beacon Hills, il restait discret sur une éventuelle fille qui pourrait faire battre son cœur, mais je devais être la seule personne à qui il se confiait vraiment. J’espérais sincèrement que son cercle d’ami s’agrandisse.

- C’est moi, dis-je en arrivant à l’appartement de Mick.

***

Je fus accaparé par un  projet avec la section artistique. C’est ainsi que je me liais d’amitié avec Matthias. Son regard sur mes plans de la maison de Miya, m’avait montré une autre façon de visualiser les volumes et les espaces. En attendant une éventuelle collaboration future d’un point de vue professionnel, Matthias m’avait invité à rencontrer un groupe dont il faisait partie. C’était un regroupement d’être comme nous. Ils s’entraidaient ensemble. Ma première rencontre avec eux avait failli tourner au grabuge. Certains d’entre eux étaient instables et sans l’aura d’un alpha pour les faire plier en cas de dérapage majeur…

Mais j’avais pu faire le lien avec Dean, c’était ce groupe qui nous avait à l’œil. Ce dont je fis part à Maxime par SMS le soir même. On ne fit que se croiser les jours suivants, prit chacun par nos cours, quand enfin on put se poser un midi.

- Le pote en médecine de Dean m’a contacté. Il va essayer de nous donner l’accès à la morgue demain ou après demain. Sinon, j’irais bien inspecter le bâtiment qu’il nous a montré. Tu en penses quoi ?

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Lun 4 Mai - 19:39


Le mystère s'épaissit

La veille, ma rencontre avec Matrim avait encore un peu plus éloigné la frontière de l’impossible. Je savais qu’avec son aide, mon pouvoir pouvait connaitre un essor considérable. Et je pouvais également l’aider à progresser. Nos différences permettaient d’autant plus de comprendre les subtilités de notre don.

Je rêvassais alors que le professeur expliquait une notion essentielle sur la protection de l’enfance. Le sujet était pourtant très intéressant, le droit social et familial m’avait toujours attiré.

L'enquête avec Chad occupait notre esprit avec des pensées confuses, c’était difficile de conjuguer une scolarité normale et des évènements qui ne l’étaient pas du tout. Si mon attention en cours était un peu moins assidue, je faisais en sorte que mes notes de ce semestre n’en pâtissent pas. Je travaillais davantage pour y arriver. Je me demandais souvent si mon pouvoir de télépathie, dont l’utilité était en parfaite adéquation avec cette filière pour laquelle j’étais intimement destiné, ne m’avait pas poussé dans cette voie, ou si c’était l’inverse. Le destin, la vie, le karma ou toute autre force de l’univers avaient des raisons que même la sagesse ignorait.

Avec Chad et Dean que nous avions rencontré très récemment, nous avions décidé de nous rendre à la morgue afin de trouver des indices supplémentaires sur les victimes retrouvées sur le campus. Nous ne nous vîmes pas beaucoup durant la semaine, accaparés l’un et l’autre par les obligations de nos cursus. Nous étions dans le creux de la vague. Il n’y avait pas eu de nouvelle victime. Je comptai secrètement les jours qui s’écoulaient en l’absence d’une mauvaise découverte.

Durant la pause déjeuner, quelques jours plus tard, Chad et moi nous retrouvâmes. Avant que nous parlions du SMS qu’il m’avait envoyé, je demandai si Mick allait bien depuis qu’on était rentrés. Nous n’avions pas beaucoup parlé de ce voyage, pris dès notre retour dans le quotidien jamais banal de Beacon Hills. Je savais que Chad et lui avaient été tous les deux soulagés par ce que nous avions découvert. Je l’avais été également. Car même s’il avait la confiance aveugle de Chad, j’étais rassuré de savoir que Mick n’avait pas commis une chose atroce. Cette discussion n’était pas une mesure de politesse mais un réel intérêt pour eux, que je considérais comme des amis.

- Le pote en médecine de Dean m’a contacté. Il va essayer de nous donner l’accès à la morgue demain ou après-demain. Sinon, j’irais bien inspecter le bâtiment qu’il nous a montré. Tu en penses quoi ?

C’était une visite peu agréable en prévision. Ce genre d’endroit mettait mal à l’aise tout le monde. Hormis peut-être les personnes qui y travaillaient. Le point positif, s’il pouvait en avoir un, c’était que ce genre d’endroit demeurait vide de pensées parasites. Ce qui ne devait pas être le cas pour les souvenirs, très certainement peu agréables, qui étaient emmagasinés dans les murs et le mobilier. Matrim ne s'y sentirait pas bien. Je ne regrettai pas de lui avoir caché ce sur quoi Chad et moi enquêtions. Moins il y avait de personnes impliquées, mieux c’était.

Ainsi, nous étions dans l’attente de la confirmation de cet autre étudiant. Était-il dans la confidence ou Dean avait-il trouvé un prétexte plausible ? Là encore nous avancions sans savoir tout ce qui pouvait s’emmagasiner sur cette affaire.

- J’en dis qu’il vaudrait mieux qu’on ne se fasse pas attraper comme la dernière fois. Une visite dans une morgue en pleine nuit, ça sera difficile à justifier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Ven 8 Mai - 18:28











Le mystère s'épaissit


Visiter la morgue ne nous enchantait guère. Nous étions tous deux loin de ce genre de cursus scolaire. Mais c’était un mal nécessaire si on voulait espérer avancer.

- J’en dis qu’il vaudrait mieux qu’on ne se fasse pas attraper comme la dernière fois, dit Max. Une visite dans une morgue en pleine nuit, ça sera difficile à justifier.

- Oui, on tentera d’être plus discret que la dernière fois.

J’avais dans l’idée d’aller fouiller le bâtiment où Dean nous avait amené. L’endroit où il avait retrouvé sa petite amie. La cafétéria était calme, les partiels faisaient déserter les trainards. On mangea donc tranquillement se racontant ce qu’on avait fait depuis notre retour de San Francisco. Quand j’expliquai à Max que j’avais fait un shooting photo avec Mick et un ami photographe, il m’avoua le connaitre. Il me raconta leur rencontre et les pouvoirs étranges de Matrim qui dans un sens étaient un peu semblables à ceux de Max, tout en étant différents.

Je ris lorsqu’il me raconta que le photographe le trouvait visiblement à son gout. Je le rassurai en lui disant qu’il avait visiblement trouvé l’âme sœur avec un des étudiants en art, celui avec qui j’avais un devoir commun. Je le questionnai pour lui demander où il en était lui côté cœur. Je le voyais trainer avec ceux de sa promo, et avec sa tête de beau gosse il semblait attirer vers lui filles et garçons sans distinction. Mais, je n’avais jamais entendu son cœur s’emballer comme le mien pouvait le faire quand je pensais à Mick. J’écoutai sa réponse. Son don le mettait mal à l’aise avec ce genre de relation. Je réfléchissais si j’aimerai que Mick sache tout de mes pensées. En fait non, pas parce que j’avais quelque chose à lui cacher, mais juste que parfois je souhaiter l’épargner de tracasseries inutiles. On se donna rendez-vous dans le milieu de l’après-midi. On avait chacun un cours avant.

***

Je suis le premier sur les lieux. J’attends Max à l’entrée du bâtiment le nez plongé dans un livre. Je suis mal à l’aise, je n’aime pas l’atmosphère qui règne ici. Et c’est avec soulagement que j’entends Max dans ma tête. Le professeur les a retenus et il va bientôt les libérer. Il s’excuse de ne pas m’avoir parlé plus tôt, mais autant quand on s’éloigne en étant connecté on arrive à discuter avec une grande distance entre nous, autant arriver à me percevoir à grande distance pour étanlir le lien semble plus difficile, voire même exceptionnel. Max dit que j’ai quelque chose de spécial qui nous permet une telle facilité de de dialogue muet. Quinze minutes plus tard il arrive enfin.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Jeu 14 Mai - 18:58


Le mystère s'épaissit

Quand Chad évoqua les photos qu’il avait prise avec Mick, j’enchainai en racontant avoir rencontré le photographe qui était leur ami. Je souris en regardant ma fourchette. C’était avec ça que Matrim m’avait fait une première démonstration de son pouvoir, sa bestiole comme il l’appelait. Je confiai à Chad cette sensation que j’avais éprouvé, trouver quelqu’un de similaire à moi, qui capable de me comprendre. Je savais sans même lire dans ses pensées qu’il ne serait pas jaloux mais plutôt content que je puisse également me tourner vers une nouvelle personne pour ce qui concernait ma bizarrerie.

Il me questionna ensuite pour savoir si je côtoyais d’autres personnes, ou quelqu’un avec qui j’aurais envie d’être plus proche. Mais je l’avouai à mon ami, côté cœur, ma vie était à l’opposé de l’agitation qui occupait nos temps libres.

- C’est difficile d’imaginer une relation quand tu as la possibilité de savoir ce que l’autre ne dit pas. Ça peut paraitre très utile mais je sais que c’est vite dérangeant. Et si je dois être sincère, qui croirait à l’existence d’un tel pouvoir, même si la démonstration est très facile à établir ? Pour qu'elle l’accepte, c’est encore autre chose.

Chad tenta de me rassurer, expliquant que je n’étais déjà plus le même qu’avant notre rencontre, je parvenais à vivre de mieux en mieux avec mon don et le faire taire parfois devenait moins difficile.

- Matrim aussi m’a dit que je finirai par trouver la bonne personne. Toi et Mick vous êtes un peu un modèle de stabilité, comme un arbre majestueux qui reste droit même dans la tempête la plus violente.

Je soufflai de cette solitude qui était parfois oubliée et d’autres fois si écrasante.

- Au moins si je ne peux pas influencer le destin pour trouver l’âme sœur, je peux me rendre utile et tenter d’empêcher que des cadavres ne soient semés sur le campus.

Chad hocha la tête face à cette évidence. Qui d’autre que nous agissait pour stopper ça ? Le monde tournait peut être bien autour de quelques personnes. Au moins en ce qui concernait Beacon Hills.

La pause déjeuner fut courte, nous devions nous retrouver après les cours pour inspecter plus en détail le bâtiment que nous avait indiqué Dean. Nous nous séparâmes dans le hall et je me dépêchai de rejoindre l’amphithéâtre.

Deux heures plus tard, alors que le professeur achevait ses explications, il nous demanda de rester quelques minutes. J’envoyai aussitôt ma conscience prendre contact avec Chad pour m’excuser de mon retard.

- Comme je vous l’ai dit en début de semestre, vous aurez la possibilité de participer activement à plusieurs travaux pratiques. Aujourd'hui, j’ai une proposition intéressante et très sérieuse pour trois d’entre vous.

Les bavardages de fin de cours s’estompèrent.

- Les procédures pénales faisant appel à un jury sont de plus en plus rares, car comme vous le savez l’autorité du procureur augmente considérablement depuis plusieurs années. Cependant, trois audiences auront lieu prochainement. Et nous avons été autorisés à proposer des étudiants en droit pour être nommés jurés. Y a-t-il des volontaires ?

Je levai la main immédiatement. Avant même d’y avoir réfléchi. L’instant d’après, je songeai à ce que pouvait impliquer mon don de télépathie. J’avais la capacité de trouver quelque chose de précieux en matière de justice. La vérité sans possibilité d’être camouflée. Mais sans réelles preuves, il me faudrait convaincre les autres. J’eus une pensée pour Matrim. Nous ferions effectivement de bons enquêteurs.

* * *

Je sortis de l’amphithéâtre et me dirigeai d’un bon pas là où m’attendait Chad. Il fut content de me voir arriver car cet endroit ne lui inspirait rien de bon. Quand Dean nous avait montré cette aile du bâtiment, je m’étais souvenu avoir traversé ces couloirs en étant connecté à l’esprit d’une des victimes. Nous n’avions pas voulu lui révéler. Maintenant que nous étions que tous les deux, fouiller plus précisément les alentours était plus simple.

- On commence par où ?

Je suivis Chad qui se servait de ses sens de loup-garou pour retrouver la piste tangible que lui et Dean avaient repérée. C’était un itinéraire olfactif et sensoriel qui nous mena à…

Un bureau ?

La piste s’éloignait dans d’autres couloirs mais Chad avait perçu avec plus d’intensité que quelque chose se trouvait derrière cette porte. La pancarte sur le battant en bois nous indiqua qu’il s’agissait de l’espace réservé au professeur de biologie du campus.

Chad actionna la poignée et ouvrit la porte qui n’était pas verrouillée. D’une manière minutieuse, nous commençâmes à regarder puis fouiller ce qui se trouvait dans cette pièce. Ce n’étaient pas les prochains sujets de devoirs qui nous intéressaient mais tout ce qui pourrait paraitre suspect et qui n’aurait pas sa place ici. Nous évoquâmes plusieurs théories en regroupant ce que nous savions déjà. La piste d’un savant fou n’avait rien de comique. Le fait était clair. Si les transformations en loups-garou des victimes n’étaient pas naturelles, c’était qu’elles avaient été provoquées artificiellement.

Tu trouves quelque chose ?

Il restait un tiroir fermé à clé que nous ne pouvions fouiller sans laisser une trace d’infraction. Mais en toute logique, un bureau laissé ouvert ne pouvait contenir d’informations précieuses.

Chad me signala rapidement deux présences dans le couloir puis jeta un coup d’œil circulaire. C’était une pièce sans fenêtre, sans autre échappatoire que la porte par laquelle nous étions arrivés. Nous nous précipitâmes dans le local de rangement qui se trouvait au fond de la pièce.

J’étais connecté à l’esprit de Chad et bénéficiais de ce qu’il entendait. Une conversation banale entre le professeur et une élève à priori très impliquée dans le travail qu’il lui avait confié.

Je me savais capable de leur refuser l’envie d’approcher de notre cachette. Mais la jeune fille sortit du bureau. Elle fut rapidement suivie par le professeur après qu’il ait récupéré des documents dans un tiroir. Il les plaça dans une mallette comme nous indiquèrent les deux cliquetis des attaches métalliques. Je n’aurais pas eu le temps de fouiller leur esprit et accordais le bénéfice du doute avant toute tentative de vol psychique.

Nous restâmes silencieux plusieurs minutes pour nous assurer qu’il n’y avait plus personne à proximité.

Nous inspectâmes une dernière fois le bureau, toujours en prenant garde à remettre les choses à leur place pour ne pas signaler notre visite.

Il n’y avait rien de ce côté-là. Ou c’était bien dissimulé ou nous étions sur une fausse piste, poussés en avant par une paranoïa grandissante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Dim 17 Mai - 21:32











Le mystère s'épaissit


Soulagé de voir Max arriver, je range mon cours sur les résistances des matériaux dans mon sac.

- On commence par où ?

- On commence là où Dean nous a lâchés et je tente de capter l’épicentre de ce que j’ai senti la dernière fois.

Comme je ne sais pas expliquer avec des mots ce que je perçois vraiment, le laisse ouvert mon esprit pour que Max s’y greffe. Il comprend alors qu’il ne s’agit pas de simples odeurs, mais d’émotions. Comme beaucoup d’animaux, je peux sentir la colère, la peur ou la joie. Et dans les couloirs dans lesquels on avançait, ce n’est pas la joie qu’exhalaient les murs. La piste était ténue. Plusieurs fois, je rebroussai chemin pour être certain de moi. Puis enfin, j’attrapais une piste de plus en plus tangible. D’un pas plus assuré je nous emmenais vers ce qui visiblement était un bureau.

« Un bureau ? »

Un nom sur la porte, indiquait le nom d’un professeur de biologie. Je restai quelques secondes à écouter pour être certain qu’il n’y avait personne à l’intérieur. Doucement je tournai la poignée de ma porte qui à ma plus grande surprise se révéla être non verrouillée.  La pièce n’avait pas de fenêtre, nous prîmes soin de refermer avant d’allumer. Rapidement on se divisa les lieux pour chercher un indice, quelque chose qui nous mettrait sur une piste tangible. Avec Max, on se demandait qu’elle puisse être l’implication de ce professeur. Simple conseillé, investigateur ou pire, le boucher qui opérait ?

« Tu trouves quelque chose ? »

« Rien »

J’avisai un tiroir sous le bureau qui était fermé à clé. Je sondai Max pour savoir si je forçais la serrure avec l’inconvénient de laisser une trace de notre passage. On convint tous deux qu’il ne devait pas y avoir grand-chose de compromettant vu que la porte du bureau n’était pas verrouillée. Je pensais au don de Matrim, là il aurait pu nous être utile en captant ce que ce professeur aurait pu laisser sur les objets de la pièce, mais aussi les tourments que cela pouvait lui provoquer. Je perçus la présence de deux personnes qui arrivaient en direction du bureau et avertis Max. Pas de fenêtre pour s’échapper, on se terra rapidement dans un local de rangement attenant au bureau. Le professeur et une élève entrèrent dans le bureau. Ils discutaient d’un travail qui semblait motiver la fille. Max me dit être prêt à les repousser mentalement si jamais ils décidaient de venir dans le local où nous étions cachés. Cependant, l’étudiante sortit rapidement. Le professeur la suivit peu de temps après avoir manœuvré le tiroir récalcitrant et un attaché-case.

On patienta un moment pour s’assurer que le professeur ne reviendrait pas sur ses pas avant d’inspecter une nouvelle fois le bureau. On ne trouva rien de plus concluant que la première fois. Avec un soupir de déception je sondais le couloir avant de dire à Max que la voix était libre. On déambulait comme deux étudiants lambda.

« J’espère qu’on aura plus de chance pour la morgue, bien que cela ne m’enchante pas d’aller là-bas. »

Maxence était du même avis, mais je comprenais son implication à cette affaire. Après tout, il avait failli y passer avec son colocataire en totale perte de contrôle. On se quitta devant sa résidence.

***

Le contact de Dean m’a appelé dans la soirée. Il allait « oublier » de fermer une porte de service. Nous permettant ainsi d’entrer par une issue discrète. Par contre, il ne voulait pas être mêlé à tout cela, donc une fois à l’intérieur, on devra se débrouiller. Ce ne fut pas une mince affaire que de persuader Mick de ne pas venir. Si on se faisait prendre, il retournait directement en prison.

Avec Maxence, on a décidé de se rendre à la morgue à pied, préférant ne pas faire repérer ma voiture pas très courante à Beacon Hills. Je me suis garé sur le campus où Maxence m’attendait déjà. Le chemin jusqu’à l’hôpital se fait en silence. Nous sommes tous deux plongé dans une introspection personnelle. La morgue, ce n’est pas vraiment un lieu où on entre sereinement.

Quand j’aperçois la porte dérobée, je ne peux m’empêcher de frémir. Je ne suis pas encore à l’intérieur, que je sens l’odeur de la mort, et des corps en décomposition. Je sens aussi des relents de peur et de souffrances. J’ai les poils qui se hérissent à l’idée que je vais devoir pousser mes sens au lieu de me fermer à cette misère humaine qui m’agresse.

« Prêt ? »

Maxence hoche la tête. J’actionne le bouton de porte, celle-ci s’ouvre comme convenu. Le couloir sur lequel elle donne est sombre. Quand la porte se referme dans notre dos avec un clic, j’ai l’impression que la grille d’un piège se referme sur nous.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 754
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Mer 20 Mai - 20:59

Chad Wilder, vous venez de recevoir une lettre:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Maxence Reagan

avatar

Messages : 137
Réputation : 21
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]   Ven 22 Mai - 16:48


Le mystère s'épaissit

La visite du lendemain soir fut moins agréable en tout point de vue. Le contact de Dean avait expliqué à Chad qu’il laisserait la porte de service ouverte. Ce qui nous permettrait d’accéder discrètement au bâtiment de l’hôpital qui abritait la morgue de Beacon Hills. Au vu des différents habitants – pour ne pas dire créatures – qui peuplaient cette région de la Californie, le lieu avait de quoi être encore plus effrayant qu’il ne l’était déjà par définition.

Cette fois là, ce fut Chad qui arriva en retard alors que je l’attendais sur le parking du campus. Il s’excusa en expliquant que Mick était retissant à ce qu’il s’aventure dans une morgue en pleine nuit. Je compris qu’il s’inquiétait de ne pas nous accompagner pour s’assurer qu’en cas de problème nous serions trois plutôt que deux.

Le trajet fut silencieux, hormis quelques paroles échangées mentalement sur ce que nous pourrions trouver. Comme tout un chacun, je n’appréciai pas entrer dans un hôpital. La télépathie me donnait accès à toutes les pensées sombres parfois lugubres des nombreux patients qui s’y trouvaient. Leur douleur, leur lassitude, leur colère aussi m’étaient désagréables. Mais l’endroit où nous allâmes était dénué de ce genre d’inconvénients. Ceux qui s’y trouvaient ne pouvaient plus s’en plaindre.

Chad lâcha un léger soupir de dégout. Ses sens de loup-garou lui permirent, à contre cœur, de percevoir plusieurs informations notamment des odeurs et des impressions, comme il l’avait fait dans l’aile du campus où Dean avait retrouvé sa petite-amie.

Grâce aux instructions que nous avions, nous trouvâmes la porte facilement. Elle donnait effectivement sur un endroit peu exposé, ce qui nous convenait parfaitement.

- Prêt ?

J’acquiesçai, faussement serein. Chad actionna le bouton de la porte qui s’ouvrit aussitôt.

Celle-ci donna sur un couloir désert et sombre. C’était le genre d’endroit qu’une personne avisée ne venait pas visiter sans une bonne raison, aussi triste et délicate soit-elle.

La porte se referma derrière nous, s’en suivit un clic qui n’eut rien de rassurant. Dès que nous fîmes un pas en avant, les lumières s’allumèrent en vacillant d’un bout à l’autre du couloir. Il n’y avait pas de caméra de surveillance, la sécurité étant assurée par le verrouillage des portes. Qui voudrait entrer par effraction dans une morgue sinon une personne sacrément dérangée, ou d’autres avec une motivation justifiée ?

Nous avançâmes doucement, regardant autour de nous. Sur les murs, de grandes baies aux vitres floutées donnaient sans doute sur des salles d’autopsie. Nous choisîmes de commencer nos recherches dans ce qui semblait être le bureau dans lequel toutes les informations devaient être centralisées.

En cherchant par date et par zones, nous constituâmes une pile de dossiers qui traitaient tous des victimes ayant été retrouvées sur le campus et qui se rapportaient aux conditions étranges sur lesquelles nous enquêtions Chad et moi.

Chaque dossier comportait sur sa couverture le nom du défunt, la cause supposée de la mort et le numéro du casier réfrigéré dans lequel il était conservé.

- Je ne suis pas sûr de vouloir aller ouvrir ces…frigos.

Je laissai à Chad juger si c’était utile ou non. Les informations des fichiers médicaux pouvaient être très utiles si nous mettions la main sur un indice compréhensible pour les néophytes que nous étions.

Nous commençâmes par prendre connaissance du premier cas qui nous avait sauté aux yeux. Il s’agissait de l’autopsie faite sur la petite amie de Dean. Les photos ressemblaient exactement à ce que nous pouvions voir dans la plupart des films policiers. La victime photographiée sur la table métallique. Chad crispa les poings, sans doute parce que cette vision lui remémorait les expériences qu’il avait subies. Mais lui était vivant et pleinement conscient de ce qui lui arrivait.

- Ça va ?

Je reconnus ensuite le document qui concernait mon colocataire – celui qui aurait dû l’être s’il n’était pas mort à l’heure actuelle. Faire ce constat me mit mal à l’aise. Nous étions dans l’antre des défunts, c’était sans doute pire qu’un cimetière. La transition vers l’au-delà semblait bloquée le temps d’examens scientifiques. J’eus un frisson désagréable dans le dos.

Quelque chose nous interpella. Plusieurs organes avaient été soustraits des cadavres. Des analyses de tissus, de sang et d’autres particularités physiques – la paraphrase était évidente pour désigner les éléments physiques se rapportant aux loups-garou –  avaient été faites. Chaque dossier comportait la mention « Confère rapport d’analyses biologiques ». Un document qui n’était pas fourni. Ce fut ce qui nous alerta. Quelque chose était dissimulé, car nous ne voyions pas l’intérêt de ne pas conserver les données au même endroit. C’était évident que le secret de l’existence de telles créatures n’allait pas être exposé si facilement, mais nous pressentions autre chose.

Nous essayâmes à tout hasard d’allumer un ordinateur pour trouver une trace de ce fichier mais se connecter nécessitait un identifiant et un mot de passe.

Nous restâmes longtemps à lire et relire toutes ces informations sur papier. Hormis le fait que les autopsies aient été faites de manière minutieuse et complète, rien ne nous fournissait un lien entre les différentes victimes.

- Chad, regarde…

Je pensais trouver un point commun mais celui-ci ne reliait que les trois premiers cas.

- Ce n’est pas totalement inutile.

Chad plaça les trois feuilles les unes à côté des autres de façon à afficher clairement les différentes dates de décès. J’énonçai à voix haute la conclusion partielle que nous pouvions retirer de cette première mais maigre piste.

- Les trois premières victimes avaient un groupe sanguin AB+, par contre après une période de calme, si on peut dire ça, la nouvelle victime avait un groupe sanguin 0-. Mais nous sommes sûrs que ces personnes étaient liées, au minimum par leur…disparition, vu que nous avons tous les deux remarqués les mêmes caractéristiques physiques.

Je n’eus pas besoin d’expliciter de quoi il s’agissait. Ces étudiants malchanceux avaient connu des transformations en loup-garou inachevées et même imparfaites d’après Chad.

- Concrètement, si je ne me trompe pas, le groupe sanguin 0- est donneur universel, c’est assez répandu, tandis que le groupe AB+ est receveur universel mais reste relativement rare.

Chad confirma mes quelques connaissances en biologie et m’informa qu’il était justement du groupe 0-. Je plaisantai sur son caractère altruiste, toujours prêt à donner de sa personne et sachant difficilement dire non. Mais ce fut grâce à sa gentillesse que nous nous étions rencontré puisqu’il avait accepté d’être mon parrain à mon arrivée sur le campus.

- Je ne sais pas ce qui aurait pu changer après cette date pour que la fatalité, ou les responsables de ce carnage, élargissent son choix de victimes.

Silencieusement, nous pensâmes à la même chose. Ou peut-être avais-je perçu la réflexion angoissante qui s’était faufilé dans l’esprit de Chad. Cette période pendant laquelle il n’y avait plus eu de victimes survenait peu de temps après l’enlèvement de Chad au Mexique. Ses souvenirs de cette détention étaient malheureusement précis. Le psychopathe qui jouait avec son corps avait prélevé son sang pour d’obscures raisons. Ça pouvait  ne pas être lié, ne l’était pas forcément. Je l’espérai de tout cœur. Car la culpabilité était un acide puissant qui pouvait ronger même un mental d’acier.

J’indiquai à Chad le registre de la morgue sur lequel figurait une visite du professeur de biologie de l’université. Nous n’avions rien trouvé de particulier dans son bureau mais sa venue augmenta notre suspicion. Il avait très bien pu consulter les mêmes dossiers que nous et avait peut être même eu accès aux fichiers informatiques.

Nous n’avions rien d’autre à examiner. Du moins pour ce qui était des preuves matérielles. Il y avait des choses que seul Chad pouvait distinguer. Je laissai donc mon ami inspecter ce qui se trouvait autour de nous tandis que j’entrepris de prendre en photo toutes les pièces qui constituaient les dossiers.

Alors que je finissais de tout remettre en ordre comme ça l’était à notre arrivée, je tournai la tête vers Chad qui semblait fixer la porte dont le panneau indiquait l’emplacement des cellules réfrigérés. C’était évident qu’en venant à la morgue nous devions passer par là. Si la mort se faisait présente dans tous les documents qui étaient classés ici, elle n’était que plus réelle lorsqu’elle drapait les corps inanimés.

- Tu es sûr de vouloir entrer là-dedans ?

Les sens de Chad devaient être à la fois une aide précieuse et un fardeau dans le cas présent. Je le laissai passer le premier en imaginant d’avance le grincement métallique des civières d’outre-tombe sur lesquelles les cadavres attendaient qu’on les en soustrait pour leur cérémonie funèbre.




Dernière édition par Maxence Reagan le Jeu 28 Mai - 15:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le mystère s'épaissit [PV Chad & Maxence]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le mystère de l'Atlantide
» Stardust, le mystère de l'étoile.
» Le Mystère de la Pleine Lune
» cicatrice de shanks mystère résolus.
» Gavyn Ezra McKeagan-Chad Murray.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Campus :: Quelque part sur le campus-
Sauter vers: