AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Badges


Classement au
10 août 2019


Amance Jouve

►►►◄◄◄


Alex Cormier

►►►◄◄◄


Peter Hale



Classement au
27 juillet 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Isaac Lahey

►►►◄◄◄


Mathieu Lamy



Classement au
6 juillet 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Peter Hale



Classement au
22 juin 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Amance Jouve



Classement au
08 juin 2019


Derek Hale

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
25 mai 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
11 mai 2019


Richard Turner

►►►◄◄◄


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Mafdet Mahes



Classement au
27 avril 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Richard Turner



Classement au
13 avril 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Andy Turing



Classement au
30 mars 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Arizona Blake



Classement au
16 mars 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Amadeï Caïmbeul



Classement au
2 mars 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Wesley Beaumont

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro



Classement au
16 février 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Vicky Anderson

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
2 février 2019

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez
 

 La face cachée de Lucifer PV Tobias

Aller en bas 
AuteurMessage
Chad Wilder

Chad Wilder

La face cachée de Lucifer PV Tobias Symbol17
Âge du personnage : 24 ans
Humeur : vengeresque
La face cachée de Lucifer PV Tobias Derek_10
Messages : 1033
Points : 1057
Réputation : 104
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

La face cachée de Lucifer PV Tobias Empty
MessageSujet: La face cachée de Lucifer PV Tobias   La face cachée de Lucifer PV Tobias EmptyJeu 13 Juin - 11:32

La face cachée de Lucifer
Chad
ft.
Tobias
Point Chrono:
 

Une semaine que les deux autres m’ont lâché au pied de mon immeuble. Il y a certains visages que je n’ai pas envie de revoir. Mais entre ce que l’on souhaite et la réalité, il y a souvent un grand écart. C’est compliqué avec Mick, alors quand je pousse la porte du Pink Print, il me croit avec Derek qui me couvre. Les ennuis que Mick prévoyait me tombent dessus. Mon nouvel alpha n’avait rien objecté, mais son regard en disait long. J’ai des soucis avec le permis de travaux pour le tripot qu’Aless veut ouvrir. Il y a un nouveau flic en ville, un mec qui colle son nez partout. Jusqu’aux services techniques de la mairie, jusqu’à éplucher les demandes de permis et cibler le nom d’Amaro.

Il est évident que sur mes plans, la cave est bien surdimensionnée par rapport à l’espace réservé au bar qui ne sert que de couverture. J’avise Jerry qui essuie des verres derrière le comptoir.

- Bonjour, Jerry, j’ai besoin de voir le patron s’il te plaît.

Le personnel du bar me connaît vu que je suis à l’origine des plans de rénovation du Pink Print. Je les avais consultés pour connaître leurs besoins. Je crois que le résultat leur plaît.

- J’avertis le boss. Tu veux boire quelque chose en attendant ?
- Non, je n’en ai pas pour longtemps.

Et moins je glande ici, moins… Il faut que je fasse attention à l’odeur de clope du loup. Mick n’est pas né de la dernière plus et humain ou pas, il a du nez. Je reste planté là, me poussant quand les serveurs passent. Heureusement Garnet n’est pas de service. Il me donne des boutons bien que… maintenant que je le connais un peu mieux… Non ! C’est un crétin !

- Navré Chad, mais le Boss va en avoir pour un moment. Tu peux repasser ?
- Non, je vais attendre.
- Je t’offre un verre pour patienter. Que veux-tu ? C’est le patron qui offre.

Je regarde les bouteilles rangées dans son dos. Si c’est Aless’ qui rince autant choisir parmi ses meilleures bouteilles.

- Le single malt anglais au bout de la rangée, s'il te plait. Sans glace et sans olives.

Mon père m’avait éduqué le palais. Boire pour la subtilité des arômes et ne jamais aller jusqu’à l’ivresse, car autant boire de l’alcool à brûler. Je ne crains plus l’ivresse, mais je suis toujours fan des alcools raffinés, même si au final je bois rarement. Mick reste toujours sobre, finalement je touche à l’alcool uniquement dans ce bar. Je vois la tête de mon loulou froncer les sourcils. Juste un verre, je ne tente pas le diable. Il me faut bien la puissance de ce breuvage pour ruminer comment je vais annoncer la tuile à Aless. Sans parler que cette affaire peut m’attirer des ennuis, car c’est mon nom qui est sur les plans. Je soupire et vais m’installer au bar. Deux tabourets sont libres. J’ai le choix entre un type avachi sur le comptoir, la dégaine défaite de celui qui noie un chagrin et un autre en costume de luxe parfaitement droit sur son siège. Mon choix est vite fait. Je m’installe, salue de la tête mon voisin, puis regarde ma trombine dans le miroir. Il faudrait que je me coupe les cheveux, ma frange cache mes yeux. Mais j’ai tant à faire.

Jerry pose ma consommation devant moi sur un rond de carton et demande à mon voisin s’il veut autre chose. Par habitude, je mémorise le nom qui est prononcé : monsieur Rapier et la boisson commandée. Le nom m’est vaguement familier, je suis presque certain de l’avoir déjà entendu quelque part. Mais impossible de dire si c’est à Beacon Hills ou quand j’étais à Boston. Je l’observe par l’intermédiaire du miroir. L’âge, sa tenue impeccable, le visage neutre, il ne dépareillerait pas dans les salons de Boston où mes parents m’ont traîné. C’est vrai que c’est à l’autre bout du pays, mais à seulement quelques heures d’avion… Un détail sur ce gars. Son précédent verre sent l’alcool, alors que c’est un soft-drink qu’il a commandé pour suivre. L’homme semble raisonnable contrairement à l’autre avachi qui commande une nouvelle vodka.

Je rêvasse un peu. Sur le chantier de notre maison qui a enfin repris après le sabotage de l’autre apprenti voyou. Je veille au planning, mais je ne me leurre pas. Un tel chantier sera ponctué d’imprévus. J’espère simplement que cela sera gérable et ne remettra pas le projet en cause. J’ai hâte d’être dans cette maison. J’ai l’impression que ce déménagement donnera un nouvel envol à mon couple. Mick ne se formalise pas d’habiter chez moi, mais c’est symbolique. La maison sera notre vrai chez nous.

Puis il y a notre mariage. Rien n’est fixé. Pas de date, pas de liste d’invités. Si cela ne froisserait pas mon père et Papy moineau, j’aurais déjà traîné Mick à la mairie avec deux témoins. Mais voilà, je suis loup, fils de chasseur, petit-fils de Chaman… Une carte de visite lourde à porter. Puis difficile de penser mariage avec la mère de Mick en danger on ne sait où.

Alessandro se fait attendre. Le gars à l’allure British ne bouge pas beaucoup. Je commence à trouver cela étrange. Nouveau coup d’œil dans le miroir, il reste impassible. C’est quand il lève son verre que je remarque la bosse sous sa veste. Je cherche les plis qui trahiraient un holster, les trouve. Un homme à Aless’ ? Cela serait étonnant, je n’ai jamais croisé sa squadra ici. L’Italien cloisonne sa vie, je suis bien placé pour le savoir. Puis je remarque un détail pourtant majeur, mais qui ne m’avait pas sauté aux yeux. Il lui manque un bout de phalange à la main gauche.

Une arme, un bout de viande en moins… Dans quelle gueule l’a-t-il perdu ? Car il faut ajouter Beacon Hills à l’équation et sa manière de se tenir immobile comme s’il était à l’affût. Pourtant il ne regarde rien de spécial. C’est plus une allure mécanique. Il repose son verre lentement. Gestes mesurés, précis. Jerry connaît son nom, il est donc un habitué. Aless ne peut ignorer la présence d’un homme armé dans son bar, or je sais qui lui arrive de vendre des armes aux chasseurs…

Chasseur, c’est ce que m’inspire cet homme. Mince, il vient de capter mon regard. Sombre est le sien dans le miroir. Naturel, je dois rester naturel.

- Chouette endroit, dis-je en levant mon verre à son attention.



© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



La face cachée de Lucifer PV Tobias Signe_10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t4-chad-wilder-l-homme-loup http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t69-chad-so-pretty-shy-boy
Tobias Rapier

Tobias Rapier

La face cachée de Lucifer PV Tobias Symbol23
Alias : Le Freak
Âge du personnage : 44 ans
Humeur : Laconique
Messages : 517
Points : 537
Réputation : 66
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque
La face cachée de Lucifer PV Tobias Retors11

La face cachée de Lucifer PV Tobias Empty
MessageSujet: Re: La face cachée de Lucifer PV Tobias   La face cachée de Lucifer PV Tobias EmptyLun 17 Juin - 12:49

Tobias Rapier & Chad Wilder


La face cachée de Lucifer



Sa vie n'a jamais autant ressemblé à une course qu'en ce moment. Même ses années de traque à travers le monde ont des airs de joyeuse colonie de vacances reposante à souhait en comparaison avec le rythme effréné des journées et des nuits qu'il enchaîne. Pour tout cela, une seule coupable. Quelques mois à peine et elle vient de débarquer dans la vie du chasseur qui avait oublié le bazar que pouvait causer un si petit être en si peu de temps. Ses nuits trop courtes, ses disputes avec l'oiseau qui ont reprit vu que ce dernier semble juger qu'un bébé est une bonne raison pour lui adresser la parole à nouveau. Les cernes reviennent lui manger le visage comme s'il elles n'étaient jamais vraiment parties du paysage. Il jongle entre les copies, le lait pour bébé et les devis pour faire des travaux dans l'appartement dont il finalise l'achat.

Son répit se fait rare, pourtant il a envie de passer au Pink, l'endroit lui manque de plus en plus. Il profite de la présence de la petite à la librairie. Wesley et lui se sont revus. Début de conversation houleux, la rupture ayant échaudé les esprits. Mais le jeune homme semble avoir encore assez d'affection à son égard en stock pour lui donner un coup de main avec la petite. Voir même accepter sa sale tête dans les environs, que la petite Alice soit présente ou non. Les journées se suivent, et là où le professeur espérait être bien vite débarrassé de son fardeau, il craint à présent d'entendre son téléphone sonner. Déjà démoralisé malgré lui à l'idée de laisser la petite entre les mains des services sociaux.

Les cours viennent de s'achever plus tôt que prévu. Sa dernière classe est partie en balade Dieu seul sait où. Bien heureux d'échapper à ce genre de corvée qui impliquerait de balader des lycéens, il savoure cette bulle d'oxygène imprévue dans son planning, gare sa voiture non loin du bar. Thom Yorke s'efface pour laisser place au silence quand la main du professeur coupe la musique, glisse le CD dans la boite à gants aux côtés de son arme de secours et d'un nuancier de couleurs.

Il s'engouffre dans le bar, cherche des yeux son ami qui semble occupé pour le moment. Ils n'ont pas vraiment eu le temps de se parler ces derniers temps. Lors du dernier passage de l'anglais, il a été troublé par un odieux personnage aux rustres manières. Qui s'est révélé être un flic. Visiblement l'italien s'est attiré les foudres d'un fouineur doté d'une plaque des forces de l'ordre, Tobias préfère éviter que ce genre de personne en vienne à s'intéresser à lui également. Certes il est techniquement hors de tout soupçons, mais ne veut pas jouer avec le feu inutilement. Il n'aime les poulets que lorsqu'ils sortent rôtis du four.  Leur simple présence suffit à lui donner des envies de meurtre.  En plus ce gaillard semble plus tenir du crétin qu'autre chose, avec des manières douteuses, un goût prononcé pour les crises de nerfs en public. Loin d'un comportement acceptable aux yeux de l'anglais. C'est quand Jerry s'approche de lui, demandant ce qu'il veut boire au professeur que ce dernier relève la tête. Sa première commande a une nette tendance à toujours rester la même.

-Bonjour. Double whisky sans glace je te prie.

Le barman le fixe, en quête de plus d'informations visiblement. Tout en gardant une expression aussi neutre que la Suisse, Tobias détaille son choix, ou plutôt s'en décharge sur les épaules de Jerry.

-Je te laisse le libre choix de la bouteille. Tant que tu ne tapes pas dans le petit singe.

Celui là il ne l'aime pas. Enfin, le soucis se situe autre part. C'est la cervelle du professeur qui relie cet alcool à de mauvais et bien sombres souvenirs. Première bouteille sur laquelle il a réussi à mettre la main dans les heures qui ont suivi la mort de sa femme et de son fils. Lors de sa première visite au Pink, se souvenir cuisant avait eu pour conséquences un geste malheureux et particulièrement dégoûtant. La madeleine de Proust avait quitté sa bouche pour retrouver son verre dès que ses papilles avaient reconnu ce parfum aux notes de déchéance et de solitude.

Son verre posé face à lui sur son disque de carton, il inspire un instant avant de porter le délicat objet à sa bouche. Ses yeux se ferment une fraction de seconde alors que l'alcool lui caresse le palais. Jerry est déjà reparti, renseigne un homme qui cherche après Alessandro. Visiblement cette fois ce n'est pas un flic au vu de l'échange entre les deux protagonistes.  Le verre de l'anglais se vide un peu plus à chacune de ses gorgées alors qu'à côté ça en refuse un pour finalement changer d'avis quelques minutes après. Tobias sourit brièvement derrière son verre, l'oreille tendue vers la commande. Intrigué il laisse son regard passer sur le miroir derrière le bar, cherche s'il connaît le visage du jeune homme. C'est alors qu'il se demande si ce visage inconnu appartient à un ami de l'italien, ou bien à un de ses hommes qu'il se tend en sentant le nouvel arrivant s’installer près de lui.

Lèvres pincées, il vide son verre, vexé de se retrouver avec de la compagnie aussi proche de lui alors qu'il aurait largement préféré conserver un peu de sa tranquillité chérie. C'est quand Jerry lui propose de prendre un nouveau verre sur la bouteille qu'il tient toujours en main qu'il se reprend. Il laisse son verre vide finir sa course dans la main du barman avant de lui répondre, sa voix froide habituelle lui permettant de dissimuler sa gêne sans difficultés.

-Ce serait prendre le risque d'abuser des bonnes choses. Un thé. Earl Grey avec un peu de lait.

Et ce serait surtout prendre le risque d'enchaîner les verres et de finir ivre avant même de devoir aller récupérer la petite Alice. Hors de question de conduire en état d'ébriété avancé alors qu'il aura cette petite vie dans sa voiture avec lui. Ses démons ne sont jamais bien loin, toujours dans l'ombre, prêts à sauter sur la première occasion pour lui faire faire des écarts de conduite qu'il évite à présent. Droit comme la justice, il attend jusqu'au moment où une tasse d'eau fumante est posée face à lui accompagnée d'un peu de lait dans un second récipient. D'un geste automatique, il déballe le sachet de thé avant de le plonger dans l'eau sans se soucier du monde qui l'entoure. Son voisin semble calme, suffisamment poli pour ne pas infliger sa présence à ceux qui sont à ses côtés. Cela convient parfaitement à l'anglais jusqu'au moment où son regard croise celui du jeune homme dans le miroir. Il est en train de le fixer. Même quand il se rend compte qu'il vient d'être prit en flagrant délit, le blond ne cesse pas ce petit manège pour autant. Sans faire de réflexion sur cet acte de voyeurisme Tobias attrape la ficelle du sachet de thé, enroule ce dernier sur sa petite cuillère pour récupérer les dernières gouttes qui pourraient s'en échapper. Une fois l'objet bien essoré, il s'en débarrasse, le colle dans un coin de sa soucoupe avant de se tendre quand le voyeur lui adresse la parole.

Dents serrées, il attrape le lait, garde le silence alors qu'il en fait couler une lampée dans sa tasse. L'ajout teinte le thé de sa gourmandise, c'est quand il plonge sa petite cuillère dedans que Tobias se rend compte que le jeune homme le fixe à présent sans faire en sorte de conserver une quelconque discrétion.

Un léger soupir et il finit par se rendre compte qu'on attend une réponse de sa part. Réponse qu'il n'a pas envie de donner, mais si cet homme connait Alessandro l'ignorer sciemment serait prendre le risque de faire mauvais genre. De sa voix peu chaleureuse, il finit par obtempérer, donnant une réponse qui se veut courtoise.

-Chouette je ne sais pas. Mais disons que ce qu'on y sert est excellent et que le service vaut largement ses pourboires.

Pas de réponse. Visiblement il est encore loin de maîtriser l'art délicat et rarement intéressant de la discussion. Il porte sa tasse à ses lèvres, la décharge d'une gorgée de thé avant de se forcer à continuer. Si Alessandro arrive à parler à ses clients sans distinction c'est que ça ne doit pas être si compliqué. Il se tourne légèrement vers son voisin. Le jauge du regard. Cela lui confirme que non, cet homme n'est pas un des habitués du bar. En presque un an de passages quasiment quotidiens au Pink, il aurait déjà vu ce garçon s'il fréquentait lui aussi ce lieu de façon assidue.

-De plus le patron est un ami. Ce doit aussi être votre cas. Il offre peu souvent des verres aux inconnus. Et cette catégorie de personnes ne demande que très rarement à le voir en arrivant.

Exception faite des flics enragés sans uniforme. Tobias finalement se prend au jeu, ses lèvres se fendant d'un sourire moqueur alors qu'il dévisage un peu plus son voisin. Le jeune homme semble savoir se tenir en société si on oublie le fait qu'il ait les yeux qui traînent sur ses voisins de tabouret.

-En tout cas même si vous désignez cet endroit comme quelque chose de "Chouette", vous n'êtes pas un de ses habitués. Sinon vous ne seriez pas venu vous asseoir à côté de moi, et vous n'auriez pas non plus cherché à engager la conversation.

Le professeur reprend sa position initiale sans perdre de temps, regard rivé droit devant lui, ses yeux fixant le miroir sans vraiment le voir. Dans un geste monotone il reprend sa cuillère, remue sa consommation sans se soucier de ce qui l'entoure.  

©️️clever love.




I'm a man of wealth and taste
Sympathy for the devil (RS)
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3197-tobias-plus-qu-un-ami-un-veritable-ennemi-termine#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3355-carnet-d-adresses-du-brittish
Chad Wilder

Chad Wilder

La face cachée de Lucifer PV Tobias Symbol17
Âge du personnage : 24 ans
Humeur : vengeresque
La face cachée de Lucifer PV Tobias Derek_10
Messages : 1033
Points : 1057
Réputation : 104
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

La face cachée de Lucifer PV Tobias Empty
MessageSujet: Re: La face cachée de Lucifer PV Tobias   La face cachée de Lucifer PV Tobias EmptyLun 24 Juin - 15:46

La face cachée de Lucifer
Chad
ft.
Tobias

Aussi volubile et gai qu’un croque-mort. Les secondes s’égrènent, ma question prend les couleurs d’une rhétorique qui ne demande plus de réponse. En soit ce n’est pas si anormal, je suis resté trop vague pour obtenir une réponse précise. J’aurais pu trouver mieux, mais je me suis laissé surprendre par la froideur de son regard.

Mais, absence de réponse ne signifie pas qu’il n’y en a pas une. Plus subtile, ou grossière suivant le point de vue. Du mien, je perçois le sentiment d’appartenir à une caste supérieur qui n’a pas à suivre les codes sociétaux de la masse. Une allure pédante qui irriterait bien du monde, sauf que j’ai nagé dans ce milieu jusqu’à mes dix-huit ans. Les murs qu’affichent certaines personnes ne sont pas forcément infranchissables. Ils sont souvent une armure qui sert de filtre, de tamis anti-casse-pieds. Je me souviens d’une des règles transmises par mon père : ne jamais se répéter quand on est certain d’avoir été clairement entendu. J’attends donc un retour, le visage affable. Retour qui survint une fois le sachet de thé essoré et le nuage le lait posé en pivoine blanche dans la tasse. Lait plus thé égalent Britannique. Un Irlandais ou un Ecossais aurait rajouté une lampée de whisky. L’homme me fait penser à une relation de mon père, un avocat d’un cabinet célèbre de Philadelphie. Jamais repas n’avaient été aussi silencieux quand il était présent.

-Chouette je ne sais pas. Mais disons que ce qu'on y sert est excellent et que le service vaut largement ses pourboires.

Sa voix se fait enfin entendre. Cela commence par un beau retour sur mon toupet d’avoir osé troubler sa quiétude. « Chouette » n’est évidemment pas le meilleur des adjectifs. Il se dit satisfait du service. Alessandro se tient dans un panel de moyenne à haut de gamme. Il évite les clients sans le sou tout en déjouant le piège de l'établissement rigide. Pour le côtoyer souvent, je le sais excellent commercial. C’est un pro. Dans beaucoup de domaines…

-De plus le patron est un ami.

Les amis du patron ne sont pas des enfants de cœur, sauf peut-être l’alpha que j’ai déjà vu traîner ici et qui, de par son statut, ne peut ignorer la face cachée de l’Italien. Je n’ai pas relancé, pourtant l’ami proclamé devient plus loquace.

- Ce doit aussi être votre cas. Il offre peu souvent des verres aux inconnus. Et cette catégorie de personnes ne demande que très rarement à le voir en arrivant.

Fin observateur le bougre. Je ne dis mot, mais incline du chef dans une demi-réponse qui peut vouloir dire tout et son contraire. Le refroidissant Anglais se tourne vers moi, mon père avait raison : ne jamais se répéter, laisser le poisson croire qu’il maîtrise la joute. J’avale une gorgée de mon whisky qui offre les promesses de l’étiquette sur la bouteille. Le verre de l’ivrogne en devenir choque le zinc. J’ai bien fait de ne pas m’asseoir à côté de lui, il sent le désespoir et la sueur acre. Toujours pas d’Italien en vue. Je ne m’impatiente pas, car je sais qu’il n’est pas du style à me faire mariner. Je ne rapplique jamais ici pour rien.

-En tout cas même si vous désignez cet endroit comme quelque chose de "Chouette", vous n'êtes pas un de ses habitués. Sinon vous ne seriez pas venu vous asseoir à côté de moi, et vous n'auriez pas non plus cherché à engager la conversation.

Diction parfaite et leçon de morale qui cinglent. Le Britannique a sorti son fiel comme une huître évacue la vase qui encombre sa coquille pour se refermer dans la foulée. L’idée du mollusque me fait sourire. De l’autre côté, le désespoir sur patte vient de tomber de son tabouret. Jerry l’aide à se relever et l’invite vers la sortie. Cette fois, c’est moi qui pivote sur mon siège pour ne pas parler à un reflet dans un miroir.

- Certains ivrognes sont plus stables que d’autres. Voyez dans ma préférence de tabouret, l’instinct de l’architecte que je suis qui préfère se coller près de l’ouvrage le moins branlant.

Il croyait faire illusion avec son thé nuageux ? Alcoolique un jour, alcoolique toujours. Toute sa gestuelle trahit l’accro. Un accro repentis ? J’esquisse un sourire. Cela fait longtemps que je n’ai pas croisé ce genre de spécimen. La côte ouest ne pratique pas l’art de la joute verbale comme de l’autre côté du pays. Il a jugé à notre différence d’âge qu’il serait le plus apte à me tailler un costard avec subtilité. Je laisse mon missile traverser son blindage et exploser dans son ventre. Ne pas jubiler lorsque l’on fait mouche, recommandait mon père. Je me retiens donc de regarder dans le miroir l’effet de ma répartie. Je laisse passer une éternité ou deux avant de reprendre.

- Si je ne suis pas au fait de quel postérieur se visse sur quel tabouret, c'est que je fréquente ce bar plutôt quand il est vide de clients. Quant à ne pas connaître l’établissement… Je suis l’architecte qui a établi les plans de reconstruction après l’incendie et l’agrandissement du sous-sol. J’en connais le moindre recoin, mieux que le propriétaire lui-même. Je ne suis pas son ami… plutôt un partenaire d’affaires.

Comprends ce que tu veux par affaires mon gars, mais comprends aussi que je n'obéis pas aux ordre de l'Italien. Chose rare quand on tourne autour de lui. Je bois une lampée de mon verre que je fais traîner. Une pétarade reconnaissable entre toutes se fait entendre de la rue. La Harley de l'autre idiot. J'espère qu'il va directement filer dans l'appartement d'Aless et na pas venir pointer son sale museau au bar. D'ordinaire il passe par la porte de service, risque minime.




© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



La face cachée de Lucifer PV Tobias Signe_10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t4-chad-wilder-l-homme-loup http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t69-chad-so-pretty-shy-boy
Tobias Rapier

Tobias Rapier

La face cachée de Lucifer PV Tobias Symbol23
Alias : Le Freak
Âge du personnage : 44 ans
Humeur : Laconique
Messages : 517
Points : 537
Réputation : 66
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Je suis ce souffle dans votre nuque
La face cachée de Lucifer PV Tobias Retors11

La face cachée de Lucifer PV Tobias Empty
MessageSujet: Re: La face cachée de Lucifer PV Tobias   La face cachée de Lucifer PV Tobias EmptyJeu 27 Juin - 18:23

Tobias Rapier & Chad Wilder


La face cachée de Lucifer



Il est sur le point de reprendre sa tasse en main pour la soulager d'une nouvelle gorgée de thé quand un fracas trompe le silence tout relatif qui règne dans le bar. L'arsouille à la vodka vient de s'écrouler sur le sol, chutant de son tabouret après un verre qui était sans aucun doute celui de trop. L'abus d'alcool nuit gravement au sens de l'équilibre. C'est ce qu'on pourrait inscrire sur les bouteilles, photo de l'alcoolique effondré sur le plancher des vaches en guise de preuve pour calmer les ardeurs de ceux qui veulent noyer leurs malheurs sans être capables de conserver un minimum de dignité. Tobias se tend quand l'auteur de cette gêne sonore se fait sortir par le barman, passant entre lui et la porte. C'est plus instinctif que nécessaire. Réflexe malheureux d'un homme fuyant les contacts comme la peste. Juste histoire de s'assurer de rester hors de portée d'un corps qui pourrait malencontreusement le frôler. Lèvres pincées il reprend son souffle quand Jerry retourne derrière le bar, se sentant plus en sécurité sans voisin proche.

En parlant de voisin, c'est le jeune homme aux yeux baladeurs et aux adjectifs inappropriés qui reprend la parole, ayant visiblement prit les dires du professeur pour ce qu'ils auraient pu être. Une invitation à discuter, et même à répondre à ses questions qui n'avaient aucun intérêt, sinon celui de montrer un minimum de politesse.

Il est surpris et le mot est faible. Amusé même. C'est d'ailleurs pour cette raison que les commissures de ses lèvres s'élèvent un peu plus vers le ciel, une respiration plus sifflante que les autres lui échappant alors qu'il se fait mettre lui aussi dans la case des alcooliques. C'est ce qu'on appelle du culot. C'est d'ailleurs la cause de son rire, enfin si on peut réellement nommer ce sifflement comparable à celui d'un chat asthmatique tentant d'évacuer une boule de poil ainsi. Sa façon de montrer son amusement est comme toutes les autres facettes de sa vie. Usée, sans saveur et acariâtre. Une réplique cinglante au bout de la langue, il se contente toutefois de la garder pour lui. Nier serait stupide car faux. Il se contente donc de répondre au silence de son voisin par son jumeau. Ses yeux sombres dévient pourtant sur le jeune homme. Visiblement bien éduqué, ou en tout cas sachant faire semblant.  

Il parle beaucoup. Comme Alessandro. Mais les mots utilisés sont corrects, les tournures de phrases amusantes. Les sourcils du britannique se froncent alors qu'entre deux informations telles que sa profession et son lien avec l'italien le jeune homme mentionne un incendie. Tobias n'était pas là quand le feu a voulu dévorer le bar. Des conséquences de l'incendie, il ne connaît rien si ce n'est l'Etna un peu roussi par les flammes dans le bureau d'Alessandro. Ses lèvres se pincent à la mention d'affaires. Avec l'italien cela peut vouloir dire tout ou rien. L'anglais hésite, puis finalement opte pour la légalité après un dernier regard posé sur son voisin à travers le miroir. Il fait trop cul-bénit pour tremper dans la part sombre de la vie d'Alessandro. Et se vanter d'une telle chose dans un bar, en plein jour serait là la preuve d'un grand manque de jugeote. Surtout si peu de temps après le passage d'un poulet en liberté qui semble avoir perdu le chemin de la friteuse. L'architecte à l'air intelligent. Cela confirme donc sans mal l'hypothèse de la légalité.

Amusé ou intrigué. Incapable de réellement mettre un mot sur le sentiment que fait naître en lui l'architecte, Tobias pose sa cuillère contre le zinc avant de pivoter sur son tabouret. Face à face avec ce curieux qui titille sa cervelle. Chose trop rare pour être négligée. Sa jambe droite passe au dessus de sa jumelle, la main gauche du professeur glisse sur son pantalon noir hors de prix pour lisser un pli. Ses lèvres se fendent d'un rictus peu avenant alors que son attention est attirée par une souillure qui tranche sans mal avec la semelle rouge d'une de ses chaussures. Il fait racler son pied contre le tabouret, ne bronche pas à l'entente de ce son inconvenant avant de prendre la parole. Malice naissante dans ses orbes noires.

-Disons tout simplement qu'avec le temps et la pratique on apprend à ne plus choir de son perchoir. Mais je pense qu'on peut en effet me mettre dans la même catégorie sociale que ce pauvre homme à la dignité défaillante.

Seuls les abrutis se vexent pour quelques mots. Même si l'anglais a lui aussi des difficultés lorsque arrive le moment d’aborder certains sujets, son alcoolisme n'est pas un tabou. Cela signifierait qu'il lui accorde une certaine importance, et qu'il éprouve de la honte à la pensée de cet état de fait. Tant que Mary et Charles ne sont pas mentionné en général il sait rester courtois, flegmatique. Chez les britanniques ce serait paraît-il, dans le sang. Derrière le bar Jerry se stoppe un bref instant, fixe l'anglais, visiblement curieux de le voir entretenir une conversation avec une personne qui n'est pas son patron. Le barman fixe ensuite la tasse devant le professeur, puis les deux hommes avant de s'éloigner quand il sent que sa curiosité vient de se faire remarquer.

-Vous venez pendant les heures de fermeture, moi après le lycée et parfois en soirée quand le lieu n'est pas trop bondé. Ce cher Jerry est visiblement perturbé à l'idée de me voir parler avec un inconnu, tasse de thé comme seule consommation. Vous auriez vu sa tête le jour où je suis venu ici accompagné en quête d'un instant romantique. Cela valait mille fois sa mine actuelle. N'est ce pas Jerry ?

Le professeur se tourne vers le barman, sourire plus cruel que charmant aux lèvres. L'homme bafouille, ses joues gagnent quelques nuances de couleurs plus rosées puis il s'éloigne sans demander son reste. Tobias l'aime bien, mais a un gros soucis en ce qui concerne les petits curieux. Son voisin de tabouret regagne son attention en moins de temps qu'il ne lui en a fallu pour la perdre.

-Monsieur Rapier. Tobias. J'enseigne la littérature quand je ne fais pas rougir les barmans.

©️️clever love.




I'm a man of wealth and taste
Sympathy for the devil (RS)
signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3197-tobias-plus-qu-un-ami-un-veritable-ennemi-termine#top http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t3355-carnet-d-adresses-du-brittish
Chad Wilder

Chad Wilder

La face cachée de Lucifer PV Tobias Symbol17
Âge du personnage : 24 ans
Humeur : vengeresque
La face cachée de Lucifer PV Tobias Derek_10
Messages : 1033
Points : 1057
Réputation : 104
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

La face cachée de Lucifer PV Tobias Empty
MessageSujet: Re: La face cachée de Lucifer PV Tobias   La face cachée de Lucifer PV Tobias EmptyLun 8 Juil - 22:53

La face cachée de Lucifer
Chad
ft.
Tobias

Le mot “affaire” fait tiquer mon voisin. C’était volontaire de ma part. Cela confirme qu’il connaît la face cachée de l’Etna. L’homme me scrute, m’analyse et me jauge. Je regarde mon reflet dans le miroir. Je sais de quoi j’ai l’air. De ce que je suis : un gentil fils à papa friqué. Une allure que mon père m’a appris à user. De plus, mon caractère affable va dans ce sens. Si ma transformation en loup a au début faire ressortir en moi la violence qu’il existe en tout homme, sentiment exacerbé par le deuil de ma sœur, le caractère que j’ai hérité à la naissance est toujours là. Je suis un gentil, c’est vrai. Seulement la vie m’a fait trop de vacherie et mon cœur s’est durci. J’espère trouver un jour la quiétude avec Mick, loin du danger et des complots. Ma crainte est sur le fait que Mick sache se poser le jour où il aura fait la lumière sur son passé. Je crains que le dénouement de sa quête ne me le prenne.

Je lance un sourire, celui qui fait naître des fossettes sur mes joues. Je n’ai pas de mal à avoir un regard candide, je n’ai qu’à être moi-même. Car lorsqu’aucun de mes proches n’est menacé, je suis le plus paisible des hommes. Mon voisin se pare d’une carapace urticante, les lèvres fendues d’un rictus, il joue à merveille le vieil aigri. Ce que j’ai pu en manger à Boston. Pères ou grands-pères de mes camarades de classe, ou encore les amis banquiers de mon père, des avocats ou des hommes politiques. Pour ne pas être impressionné, mon père m’avait un soir de gala donné l’astuce suivante : imagine-les nus. Et cela marche très bien. Mais pas besoin d’un tel artifice avec mon voisin de tabouret. Depuis j’ai grandi et affronté pire qu’un vieux rabat-joie qui pense avoir tout vécu.

-Disons tout simplement qu'avec le temps et la pratique on apprend à ne plus choir de son perchoir. Mais je pense qu'on peut en effet me mettre dans la même catégorie sociale que ce pauvre homme à la dignité défaillante.

Je suis surpris. Il ne s’offusque pas de mon estocade. Non, en fait il est malin, très malin. Au lieu de me contrer, il accompagne mon élan. Un peu comme au judo où on désarçonne son adversaire en pliant sous son assaut et non en résistant. Je ne suis pas le seul surpris, derrière le comptoir, Jerry essuie le même verre depuis bien trop longtemps.

J’apprends que l’homme est professeur et à nouveau il prend le contre-pied de son auditoire en mouchant Jerry. Le pauvre barman en prend pour son grade et sa curiosité. C’est du grand art que celui de couper l’herbe sous les pieds de son adversaire. Cet homme a l’esprit affûté, ce qui le range du côté des dangereux. Il serait préférable de l’avoir en allié plutôt qu’en adversaire.

-Monsieur Rapier. Tobias. J'enseigne la littérature quand je ne fais pas rougir les barmans.
-…

Voilà d’où je le connais ! Le collègue de Peter, celui qui est responsable de la mort d’une des bêtas de la meute Shepherd. J’avais répondu à l’appel de leur alpha. Comment ne pas succomber à ce hurlement de douleur quand Willem Shepherd s’apprêtait à incinérer sa bêta au Nemeton. Cela m’avait rappelé l’attaque du manoir. Ma mère qui protège Jordan et qui meurt à sa place, un carreau d’arbalète en pleine poitrine. Les chasseurs n’ont pas d’honneur. Qu’Alessandro emploie un type cruel et sans état d’âme, capable d’éliminer une innocente louve « par jeu » ne m’étonne pas. Amaro est le mal, qu’il emploie des démons n’est pas étonnant.

… Ses démons m’ont aidé à sauver Mick au Mexique. Je l’utilise, il m’utilise. Ce point est ma principale source de conflit avec Mick. Mick qui tenait une torche quand le manoir de Derek est parti en fumée, habitants compris. Tobias Rapier est encore en vie, pourquoi ? Alors que Shepherd me semble être un ami d’Alessandro. L’Italien sait tisser sa toile. Je me rends compte que je tarde à lui rendre sa politesse.

- Wilder. Chad Wilder. Je…

J’allais ajouter que nous avions des connaissances communes en la personne de Peter Hale et Mafdet Mahes, mais cela serait avouer que j’ai une accointance avec les loups. Tobias Rapier lève un sourcil.

- Rien…

Pourquoi Shepherd ne l’a pas descendu ? Je devrais peut-être demander à Mafdet.  Mais ma druide a l’empathie d’un caillou. Questionner Peter me semble non envisageable. Il était déjà acariâtre, c’est encore pire depuis le départ de Ruby. Ruby était-elle au courant ? Elle était présente à l’appel de Willem. Sa louve a commencé à déconner juste après. Elle se serait fait un plaisir de déchiqueter un chasseur tueur d’innocente. J’ai abandonné mon idée d’éradication massive des chasseurs. Mick m’a convaincu que ce n’était pas la solution et que j’allais y perdre mon âme. Seulement si les membres de ma meute savent se défendre, il n’en est pas de même pour Ian. Le fils de Peter est trop jeune. Je dois savoir si Tobias Rapier est un danger ou pas pour nous.

- Chad ! Le patron t’attend dans son bureau.
- Merci Jerry. Au plaisir monsieur Rapier. J’ai été ravi de faire la connaissance d’un « amico » d’Alessandro.

Je descends de mon tabouret et après un ultime salut de la tête, je prends le chemin de l’arrière-salle et du bureau de l’Italien. Nous avons un foutu Richard Turner sur les bras. Cela m’ennuie, car il me semble être un chic type et un bon policier. Un moralisateur me dirait que je n’avais qu’à ne pas frayer avec le gangster de la ville. Je lui rétorquerais qu’un Richard Turner ne pourrait rien contre une brigade de chasseur sans scrupule aidé de berserks, ni contre une organisation d’état secrète. Que ce soient mes ennuis ou ceux de Mick, les forces de l’ordre ne peuvent rien pour nous. Je me retrouve du mauvais côté de la barrière malgré moi.


Spoiler:
 

© Fiche by Mafdet Mahes

► Que cache Chad ? ◄



La face cachée de Lucifer PV Tobias Signe_10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t4-chad-wilder-l-homme-loup http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t69-chad-so-pretty-shy-boy
 
La face cachée de Lucifer PV Tobias
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sighild - La Face cachée des Eryllis
» lucas || la peur est la face cachée de l'imagination, c'est le prix à payer, le revers de la médaille.
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» [Mission D] - Pile, Chat Saignant. Face, Chat Saignant Epicé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Restaurants / Bars :: Pink Print : Bar gay friendly-
Sauter vers: