AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
15 septembre 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Andy Turing




Classement au
31 août 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Andy Turing


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
18 août 2018

Isaac Lahey


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Lewis Walton




Classement au
4 août 2018

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Amance & Willem


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
21 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski




Classement au
6 juillet 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Fiesta de MARDI GRAS

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 791
Points : 864
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:28


I LOOK RIDICULOUS



Aaron avait eu vent un peu plus tôt dans la journée qu'une soirée déguisé était organisait le soir même au Loft de Derek, un lieu que Aaron n'avait jamais découvert, mais il trouverait bien de toute façon, il était bien décidé à participer à la fête, bien que la dernière fut interrompu par les chasseurs. Il devait absolument prévenir Scott et Ruby de son propre cas... C'était une affaire importante qui pouvait avoir son importance.

Après avoir opté pour un vieux habillement de la guerre de sécession, des années 1861 à 1865, qu'il avait pu trouver dans un vieux carton du grenier de la maison familiale vide, lors de son retour à Beacon Hills il avait offert un tour du monde à ses parents, manière de leur faire un cadeau après deux ans d'absence et surtout histoire de pouvoir régler les histoires surnaturelles de la ville sans les mettre en danger.
Pour l'instant il concevrait cette maison, mais il avait l'intention d'en faire construire une, il observait déjà les terrains disponible, mais cette futur maison serait grandiose, et il y mettrait les moyens.

Une fois déguisé, il monta dans sa nouvelle voiture, une autre folie que le brun c'était permit depuis son retour d'Angleterre, il y avait apprit que même loup, on pouvait perdre rapidement la vie, c'était pourquoi il fallait profiter un maximum de tout cela avant qu'il ne soit trop tard, et comme rouler en Porshe Cayenne à presque 19 ans n'était pas suffisant à son gout, il avait opté pour une sportive, ou plutôt une super sportive avec une magnifique Ferrari F12, un V12 surpuissant, elle était toute neuve, ce soir allait être sa première sortie.

Un bruit de moteur assourdissant, pour le plus grand plaisir du jeune homme, démarra le trajet qui le mènerait au Loft de Derek, sur le trajet, il se demandait quels ruses ou bien quels maléfices, Stiles avait utilisé pour réussir à obtenir l'accord du loup-garou à prêter son Loft comme salle de soirée...
Se rapprochant du centre ville, il se laissa guider par le bruit généré par la musique mais aussi à son odorat, tachant d'utiliser légèrement ses pouvoirs afin de flairer la trace de la présence d'un loup qu'il connaissait. Mais ce fut le son qui fut le plu rapide et ainsi il trouva son chemin, préférant garer sa voiture un peu loin du lieu de la fête, il trouva un emplacement, près d'une belle Camaro, le type de véhicule typiquement américain.
Il entra ensuite dans le bâtiment, la fête se déroulait très haut, comme en témoignait les lumières qui apparaissaient dans le ciel.

Après son ascension il se trouva devant une grande porte coulissante, probablement faite en métal très résistant, le vigile le laissa prendre place à la fête et c'est alors qu'il fut témoin d'une belle action, Chad, Scott, Isaac et Stiles tentant de stopper Derek qui se ruait vers qui ? Aaron n'en avait pas la moindre idée, une fille un garçon, qui que ce fut, il ne le connaissait pas. Son flair lui indiquait également la présence de Ruby, qu'il repéra en tenue rouge comme à son habitude près du bar en présence d'un homme que le jeune garçon ne connaissait pas, Il remarqua également la présence de Maf' la Prof de Physique et Druide à ses heures perdues, face à un homme, il avait l'air étrange et il était lui aussi inconnu. Il capta aussi la présence d'un autre inconnu, près du petit groupe de Scott, et Chad, il y avait de nouveau loup à Beacon Hills, son instinct le poussait à la prudence, Aaron se fit discret mais son aura d'alpha tyran (apparemment c'est comme ça qu'on appelle un Alpha qui a tué un ou plusieurs Beta) allait le trahir, même si elle avait grandement changée depuis le voyage en Angleterre, elle se voulait plu écrasante, plus puissante et de ce fait plus inquiétante pour des inconnus, mais pour ceux qui connaissaient l'Alpha n'avaient aucune inquiétude, et pourtant il y avait de quoi.

Aaron devait s'entretenir au plus vite avec les deux autres Alpha...
Il tacha de se frayer un chemin dans la foule, en direction de Ruby déguisait en petit chaperon rouge, une fois à porté, il salua l'homme à ses côtés, une homme assez grand mais bien plus petit qu'Aaron étant basketteur, il culminait presque à 1m90, il présenta sa main à cette inconnu pour une bonne poigne de loup-garou:

-C'est la première fois que je vous vois en ville il me semble, Je suis Aaron Lawford, content de vous rencontrer. Puis il fit la bise à Ruby, lui glissant alors quelques mots. Ruby il faudrait qu'on se parle avec Scott plus tard ... Il faut que je vous communique quelques choses d'important...

Il n'y avait aucune chance que l'un des deux alphas ne comprennent ce que Aaron souhait leur dire, après tout un Alpha perdant le contrôle de ses pouvoirs à cause d'un puissant gain de pouvoir c'était rare. Et la pleine lune approchait, voilà pourquoi Aaron se devait dans le cadre de la collaboration des trois meute, les mettre au courant.
Quelqu'un vint vers lui lui proposant un verre, mais il refusa, il devait rester le mettre ce soir.
Cependant il allait profiter pleinement de cette soirée. Il se lança finalement, s'inclinant noblement et s'adressant à Ruby il fit acte d'une belle mise à scène théâtrale, en invitant la belle louve pour une danse, ce qui par ailleurs lui permettrait de se rapprocher de Scott, enfin qu'il puisse lui informer son souhait de s'entretenir avec lui.

-Mademoiselle, M'accorderiez-vous une danse ? Très chère ...

Tendant alors sa main vers l'adjointe du Shériff à la fin de sa révérence il attendit une réponse...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 522
Points : 680
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:29





Dovahkiin

La fiesta suivait son cours. Les différents protagonistes étaient là. Du moins ce petit monde de Beacon Hills dont j’avais la tâche. Certains manquaient à l’appel soit parce qu’ils étaient trop jeunes ou au contraire trop vieux. L’image de Peter Hale tenant son doigt sectionné dans son tee-shirt s’imposa. Je revois ce fameux soir, me demandant si je n’aurais pas dû attendre un peu qu’ils ne le découpent en plusieurs morceaux. Ces gens semblaient vouloir garder Derek entier. Ce qui ne semblait pas être le cas pour son oncle. Je me souviens surtout de ce sentiment de grand ras le bol, à la fin de cette mission. Depuis quand une sentinelle ressent-elle de la lassitude ? Et cette foutue mémoire de Mickaël qui me résiste. Je sens que si je passe en force, je le tue. Depuis que je suis à Beacon Hills, la source de vie se fait obscure et mystérieuse. Me contraignant de plus en plus, à agir suivant mon propre libre arbitre. J’ai l’impression de tâtonner, de me tromper. N’ai-je pas fait une erreur, en tentant de pirater l’ordinateur de Mick ? Pourquoi je vois seulement maintenant les conséquences de cet acte sur certains futurs ? Je n’aurais pas agi ainsi, si j’avais vu… avant.

En parlant du loup, Je vois Chad et Mick arriver ensemble. Le prix n’est-il pas potentiellement lourd, pour que ces deux-là se trouvent ? Bien qu’ils soient une des solutions de ces futurs possibles. Je remarque que Chad bloque sur un gars que je n’ai pas souvenir d’avoir déjà vu ici. A sa réaction, je devine que Mick n’est pas au courant de ce qui se passe entre Chad et ce nouveau qui semble être plus qu’un simple loup. Encore du travail ? Dieu que Beacon Hills attire les être les plus étranges. Rien ne se dit entre Chad et ce Luka, du moins oralement. Ils se connaissent et je sens de la tension chez le jeune architecte. Boston, la ville de la côte est qui fut le témoin du sombre passé de Chad. Est-ce dans cette ville que ces deux loups se sont rencontrés ? Je ne poursuis pas plus mes interrogations quand je vois Mick entrainer Chad sur la piste de danse. Si je galère à éclaircir le passé de Mick, au moins je pense, quand je vois de la manière dont il regarde son ami, lui avoir embelli son présent.

C’est l’aura de Ruby qui me ramène au présent. Je comprends immédiatement la situation en voyant Miyavi faire son numéro. Derek arrive dans son loft, avec Stiles à ses côtés. Il est visiblement furieux. J’apprécie pleinement comment se gère la situation. Chad et Ruby d’une part, Scott, Isaac et Stiles d’autre part. Leur action non violente fait mouche. La fureur du jeune Hale retombe. Stiles va devoir être inventif s’il ne veut pas en subir les conséquences. J’étais satisfaite, me sentant enfin utile. Mon influence sur Scott portait ses fruits. Derek semblait pouvoir se maitriser. Dans une de mes visions, il balançait la sono sur le sol. Je me félicitais d’avoir initié cette fête. Cela permettait d’affermir certains liens, comme l’union des meutes de la ville. Je levais un sourcil inquiet quand j’aperçus Aaron aller vers Ruby. L’alpha semblait tracassé par quelque chose. J’allais fouiller de ce côté quand l’atmosphère changea du tout pour tout.

Les danseurs se figèrent, la musique stoppa. De l’autre côté de la foule qui s’était comme écartée d’une ligne commençant par moi et finissant par cet homme qui me regardait, là où tous les autres étaient figés. Une sentinelle ! Qu’est-ce qu’une sentinelle faisait ici, alors que j’y étais ? Notre rôle, nos pouvoirs font qu’on ne se croise quasiment jamais. Nul besoin de deux d’entre nous au même endroit. Je tends mes sens vers lui. Un nom s’impose à mon esprit. Erick Dovahkiin.

Où ai-je fauté ? Que n’ai-je pas vu, pour qu’une autre sentinelle sente l’appel vers Beacon Hills ? Est-ce lié à ce sentiment de découragement que j’ai depuis quelques temps ? Mes visions plus que parcellaires ? Deviendrai-je inefficace ? Suis-je en train de perdre mes capacités de sentinelle ? Pourquoi n’ai-je pas prévu son arrivée ? Ce tourbillon de questions me donne le vertige. Que vais-je faire du reste de mon éternité, si le rôle qui me l’a octroyé échu ?

Je me reprends. Je dois en apprendre plus sur cet homme déguisé en Achille. La tenue lui sied à merveille. En fait, il semble aussi surpris que moi de cette rencontre. Les rares fois où j’ai croisé un des miens, c’est que l’un de nous était en transit. Rencontres fortuites et éphémères. Je m’avance et fais la moitié du chemin qui nous sépare. Il fait le reste du trajet. D’un haussement de sourcil explicite, je tends les bras. Il fait de même et referme ses mains sur ma taille, alors que les miennes se posent sur ses épaules. La musique reprend à ce moment-là. Les danseurs recommencent à danser. J’ai besoin d’un contact physique pour en savoir plus. Nous ne parlons pas. Il sait ce que je tente de faire et ne me repousse pas. Je glisse un doigt sur sa peau, dans l’encolure de sa tunique grecque. Comme je m’y attendais, je vois sa longue vie passée, ce qu’il a fait tout le long de ces nombreux siècles d’existence, mais rien sur sa mission actuelle. Rien sur ce que j’ai manqué. Car j’ai forcément raté quelque chose pour qu’une autre sentinelle soit appelée.

C’est un ancien dieu, Tyr. Prédestiné à devenir une sentinelle. Moi qui n’ai été une déesse que par simple méprise des hommes sur ma réelle condition, moi qui me suis juste égarée dans une forêt il y a cinq mille ans et des poussières. En temps normal, je ne réagirais pas ainsi. Mais nous ne sommes pas dans des temps normaux. Pour la première fois de son histoire, moi, Mafdet Mahes je suis totalement aveugle aux futurs. L'effondrement me guette.

- Dovahkiin signifie « Enfant de Dragon » en langue draconique. Quel rapport avec le seul Ases qui eut le courage de sacrifier sa main dans les crocs de Fenrir ?

Il comprit également ma question muette : « Que viens-tu faire ici ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:31


Haut(e) Volt(i)age





Au moment où nous avons engagé un contact physique, le temps avait repris son cours comme une bulle de savon qui aurait éclaté. Nul n’aurait pu saisir la puissance dissimulée dans nos quelques pas de danse. Deux sentinelles réunies en un même lieu c’était sans précédent.

- L’enfant du dragon en effet, vous êtes aussi cultivée que ravissante. Il fut un temps où le dieu du ciel maitrisait le pouvoir du Thu'um, ai-je ajouté en guise de réponse.

Elle avait vu mon passé comme j’avais vu le sien. Elle en connaissait les détails c’est pourquoi j’avais saisi la question implicite derrière ce discours.

- Il semblerait qu’il s’agisse encore une fois d’une affaire de loup, ai-je dit en réponse au souvenir du fils de Loki qu'elle avait mentionné.

Mais Mafdet saisit mes pensées et termina ma phrase à demi-mots.

- Mais pas seulement.

- En effet, je crains qu’un poison s’insinue jusqu’au cœur de cette ville, avouai-je.

Je percevais les inquiétudes qui ébranlaient la druide, une certaine fierté qui pouvait être blessée et que je tentais de rassurer.

- Ne doutez pas de vos actions ici. Ma présence n’est pas due à une erreur de votre part. Il est plus vraisemblable de conclure que nos forces réunies seront nécessaires pour maintenir l’équilibre. Il semblerait qu’il soit fortement menacé.

Sans la quitter des yeux, je lui transmettais l’image du jeune homme qui accompagnait le propriétaire des lieux, ainsi que les paroles qu’un professeur avait adressées à une élève au sujet d’un Shinigami. D’autres pions étaient en jeu mais je ne percevais pas leur influence.

J’avais à mon tour de nombreuses questions sur nos dons respectifs. La source de vie nous offrait-elle les mêmes visions ou bien cette capacité était-elle en partie liée à notre propre conscience ? Mafdet était elle aussi une druide mais il semblait évident qu’il s’agissait là aussi d’une étiquette facilitant son implication dans la vie de chacun. Le savoir c’est le pouvoir. Et nous avons tous deux plusieurs siècles derrière nous. Bien trop pour que des mortels saisissent notre réelle identité.

Mafdet nous orienta vers le bar comme deux adultes normaux l’auraient fait dans ce genre de soirée. Les sujets de conversations étaient nombreux pourtant nous ne savions pas vers lequel nous orienter. La découverte récente de l’un et de l’autre suffisait à nous plonger dans un questionnement intérieur troublant.

Nous savourions un cocktail alcoolisé en nous faisant la remarque que la majorité des personnes présentes n’étaient pas en l’âge d’en consommer.

- Vous avez réussi à apporter de la cohésion au sein des meutes, je dois avouer que vos actions sont aussi subtiles que réussies. Nous pourrions déplorer certaines pertes si nous ne savions pas tous les deux qu’il s’agissait d’un poids important dans la balance.

Mafdet dans son habit de déesse ne cacha pas son implication dans les mésaventures qui avait eu lieu à Beacon Hills. Elle pouvait parler sans demi-mesures ni embarras puisque seule une sentinelle pouvait comprendre la mission qui incombe à ses semblables. Pourtant je percevais une certaine retenue de sa part.

- Il y a des décisions à double tranchant, ai-je ajouté.

Soudain, je sentis le regard de Mafdet sur moi. Sa force aurait pu briser le verre qu’elle serrait dans sa main. Elle me dévisageait d’une manière accusatrice. Mes dons de clairvoyance ne furent pas nécessaires pour que je comprenne. Elle me prenait pour un usurpateur.



Revenir en haut Aller en bas
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 791
Points : 864
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:31


Si l'on m'avait dit que d'être radier d'être de l'armée, quitter la seule chose qu'on avait connue depuis près de dix années et être séparé de ses frères et soeurs d'une meute qui ne pouvait plus rien pour vous et vous aurez volontiers chasser si vous ne fuyiez pas à temps réserver des surprises j'aurais eu moins de remords. Oh loin de moins l'idée de ne pas ressentir encore aujourd'hui, après deux mois d'errances une profonde douleur qui m'enserrait la poitrine ou encore l'habituelle tristesse qui me dévorait des heures durant que je n'oubliais que dans la lecture, le sport ou encore dans des moments comme celui ci. La jeune femme m'expliqua brièvement que j'avais bien fait d'essayer de me mêler à la population de Beacon Hills même si, comme elle me le précisa, les différents masques ne m'aideraient pas à tous les reconnaître par la suite. Je ne pus m'empêcher de dévorer du regard mon interlocutrice, bien que de manière polie et en gardant un visage de marbre tout en détournant mon regard juste assez pour ne pas paraître ni grossier ni maladroit. Bien proportionnée son costume - en l'occurrence terriblement sensuel - mettait en valeur sa taille fille, ses jolies jambes bien découplées et également sa maigre poitrine. Cependant ce qui m'attirait le plus chez elle c'était ses beaux cheveux libres et qui dégageaient une douce odeur boisée avec une légère pointe de jasmin, ce qu'il fallait pour être attirante. Ce mélange de deux odeurs si elles n'étaient pas dissociées donnait un délicat arôme de caramel épicé mettant, pour ainsi dire, l'eau à la bouche. Une odeur qui me rappelait... "Nuits d'Arabie de Christian Louis" murmurai je en inspirant fortement et en souriant.

Cette odeur était si douce et plaisante qu'elle me rappela immédiatement le magasin du créateur de parfum indépendant qu'était cet homme. Lorsque j'étais entré dans cette petite boutique au coeur de Bayonne, alors que je m'entraîné auprès du 1er RPIMa des troupes armées de la France, j'avais échangé de longs discours avec l'homme à l'origine de délicieuses odeurs... Elle enchaîna cependant sur une explication tout à fait plausible de ma perte de contrôle à l'entrée de la soirée. Il était fort probable qu'en effet cela soit dû à la présence de tant de loups garous qui m'étaient inconnus. Leur présence devait terriblement mettre à mal mon instinct de protection du territoire sur lequel je vivais depuis quelques jours seulement et mes nerfs étaient aussi tendus qu'une corde de guitare.

"En effet, je m'étais habitué à la présence de mon ancienne meute, et nous ne rencontrions que peu. Une telle présence doit vriller plus que je ne le pensais l'instinct de la Bête..."

Cette conversation à demi mots était un véritable plaisir et une joute amicale entre deux "confrères" atteint de lycanthropie. Ne pas parler de cette malédiction ou bénédiction, tout dépend du point de vue que l'on adopte, en tant que tel était plaisant mais surtout l'intérêt de garder tout cela le plus secret possible. En soit je n'avais guère parler à une personne si plaisante depuis fort longtemps qui plus est et je notai son nom, Ruby, qui allait bien avec son costume pour le coup, dans un coin de ma tête et lui sourit lorsqu'elle précisa sa spécialisation.

"En effet aucun mal à comprendre cela. Les femmes ne sont elles pas connues pour être capable de traquer jusqu'à la moindre trace de leur disparu petit ami et étrangement retrouvé à la trace de chacun de ses rendez vous, galants ou non ? De vraies expertes !, une petite blague qui ne faisait pas de mal..., En effet maintenant que j'y pense il vaut mieux être en poste officieux dans ce genre d'événement. Les jeunes savent se contrôler d'eux même et votre présence accentuera ce phénomène de manière inconsciente. Alors ainsi vous êtes trois à dominer cette ville ? Il est étrange à s'attendre à une ville. Les élections doivent être difficiles hahaha ! Mais sinon... Vous auriez une place pour un nouvel habitant et confrère ?"

Je lui rendis un grand sourire, charmeur au possible et me tournai vers la scène qui se déroulai plus haut. Apparemment l'hôte de la soirée n'appréciait guère la surprise qu'on lui avait réservé et se dirigeait droit vers la jeune femme - ou homme je ne savais vraiment pas à vue d'oeil - avec l'air de vouloir régler le problème. D'un autre côté je le plaignais... Puis un homme vint nous interrompre et je le suis serrer la main, ressentant aussitôt la puissance qui émanait de lui. Il était certainement le deuxième Alpha malgré sa jeunesse apparente.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:33



You'll be Happy If You Try






Je n’ai jamais eu l’occasion de voir le loft avant ce soir, mais je ne doute pas une seconde qu’il n’a rien à voir avec cela habituellement. Les couleurs sont tellement nombreuses, variées et vives qu’elles en sont presque agressives pour mes yeux de louve. J’ai bien du mal à imaginer Derek vivre dans un endroit pareil. J’oublie rapidement cette considération pour me perdre dans la foule. Il y a de la musique et pour moi c’est amplement suffisant. Contrairement à beaucoup d’autres, je ne suis pas choquée le moins du monde par le look du soir de Miyavi. Je trouve même qu’il le porte assez bien même si ce n’est pas dans ses habitudes d’appuyer autant son côté androgyne. C’est pour cette raison qu’il a choisi de porter cela. Il avait eu à s’habiller ainsi pour un album mais il n’avait pas vraiment aimé. Il aimait jouer de son aspect féminin, mais il restait un homme et fier de l’être. Il ne se sentait pas femme, il se sentait juste lui. Nous en avions longuement parlé à plusieurs reprises quand il devait adopter ce look en concert. Mais il faut avouer que ce soir, cela sied parfaitement à l’esprit Carnaval.

Je me laisse happer par la foule et j’accepte la musique et le rythme. J’adore danser. Miyavi a trouvé sa passion dans la musique, le chant et le show et moi, je me suis jetée corps et âmes dans les études et dans la danse. Je me suis révélée plutôt douée. J’avais le rythme dans le sang, probablement grâce à ma mère, elle-même danseuse. J’ai eu l’occasion de travailler avec des danseurs et des chorégraphes vraiment très talentueux comme Daniel Cloud Campos, Adam G. Sevani ou encore Harry Shum Jr. dont je m’inspire beaucoup pour mes mouvements de freestyle. Madd Chadd m’a appris comment bloquer mes muscles pour imiter les robots et Twitch m’a appris une façon de danser en usant de ma colère ‘une façon que je n’aurais jamais imaginée. Et tant d’autres. Je n’ai pas eu l’occasion de vraiment danser depuis mon retour en Amérique, mais j’aimerais vraiment m’y remettre.

Pour l’heure, mon esprit est alerté par une aura menaçante envers Miya qui vient tout juste de prendre la parole en bon animateur de soirée. Sauf que là, le messager va finir par se faire buter ! Ici, c’est comme à Sparte. Le messager est responsable de ses mots. Je me glisse vers la scène. Si Derek parvient à passer ceux qui tentent déjà de l’arrêter, moi, il ne me passera pas. La main sur la baguette qui dissimule un aiguillon, je reste sur mes gardes. On n’est jamais trop prudent. Malgré tout, je suis émue. Chad, Scott, Isaac, Stiles et même Ruby, ils se sont tous interposés. Avec soulagement, je comprends que Derek se calme. Je sens Miyavi se détendre. Mais quel imbécile aussi. Je m’avance vers Isaac, le plus proche de moi, dernier rempart avant moi si Derek ne s’était pas calmé. Je glisse mes doigts entre les siens pour attirer son attention. Je souris et articule le mort « merci ».

Je souris à nouveau et le tire vers moi, l’invitant à danser. Je ne peux m’empêcher de sourire encore et encore à le voir s’illuminer ainsi sous la lumière bleue. Nous sautons sur place et nous tournons autour. Nous jouons. Comme c’est bon de ressentir un tel lien. Nous nous arrêtons presque de danser lorsque l’ambiance bonne enfant engendre un de ces cercles où les gens sont poussés vers le milieu pour montrer ce qu’ils savent faire. Certains dansent vraiment bien, d’autres font les idiots et tous s’amusent et moi, le rythme me démange ! Tellement qu’Isaac ne tarde pas à me pousser vers l’intérieur du cercle. Je me tourne vers lui, à la fois indignée et ravie. Il ne m’a encore jamais vu danser. Mais cela va changer, surtout que c’est Happy, de C2C qui résonne.



Et oui, là, je suis heureuse alors que je me déchaîne sur la piste, je finis par attirer Isaac, puis Scott et même Stiles avant de pointer Isa de ma baguette pour qu’elle nous rejoigne elle aussi. Elle hésite mais j’attrape sa cape et la tire vers nous refermant ainsi le cercle tandis qu’une autre chanson commence.

Revenir en haut Aller en bas
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 522
Points : 680
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:33





Equilibrium

Erick Dovahkiin ne nia pas connaitre l’art du Thu'um. Les pouvoirs des sentinelles sont différents. Quelles sont ses capacités ? Ses capacités? Quelle est sa puissance ? Tant de questions qui me remettent en cause.

- Il semblerait qu’il s’agisse encore une fois d’une affaire de loup. Dit-il.

Une histoire de loup ? A Beacon Hills ? Pas besoin d’être sentinelle pour deviner que les problèmes viennent des loups. La ville entière est un concentré de surnaturel. On atteint la masse critique ici. Est-ce la raison de sa venue ? Que va-t-il se passer que je ne puisse gérer ? Si j’ai jusqu’à présent réglé les choses par touches légères, incitant plus qu’en contraignant. Je n’utilise même pas un pour cent de mes capacités. Je peux raser la ville si besoin. Donc pourquoi une deuxième sentinelle ? Qu’est-ce que je ne peux pas raser ?

- Mais pas seulement. Dis-je, pas dupe de sa réponse parcellaire.

- En effet, je crains qu’un poison s’insinue jusqu’au cœur de cette ville. Répondit-il.

Cela ne me donnait toujours pas de réponse à sa présence. Serais-je aveugle à certains futurs ? Si c’était le cas, mes agissements risquaient d’être inappropriées et dangereuses.

- Ne doutez pas de vos actions ici. Ma présence n’est pas due à une erreur de votre part. Il est plus vraisemblable de conclure que nos forces réunies seront nécessaires pour maintenir l’équilibre. Il semblerait qu’il soit fortement menacé.

Une image mentale s’imposa, celle de Stiles. Puis celle de Peter et d’Isabella et d’un dieu psychopompe. Celui-là je l’avais manqué. Concernant Stiles, je savais que son sacrifice avait eu une conséquence. Son état de santé se dégradait, mais pas seulement. Cependant, s’il était dans les visions de ce Dovahkiin, c’est que le problème était sérieux et ne concernait pas uniquement le fils du sheriff. J’orientais mon cavalier du moment vers le bar. Même si l’ivresse m’était inconnue, j’avais besoin de quelque chose de revigorant.

Je crois que mon interlocuteur était aussi égaré que moi par notre confrontation, ou laissait paraitre cette impression. Il avait vu mon passé comme j’avais vu le sien. Mais on avait autant de réponses que de questions nouvelles. La discussion tourna sur le banal de situation. Puis il me fit des compliments sur ma gestion des deux meutes majeures de Beacon Hill. J’expliquais mes actions faites ici. Inutile de le cacher. Quel que soit la position réelle de ce druide, il serait au courant tôt ou tard. Et vraisemblablement au plus tôt. D’un côté, c’était agréable de parler de mon rôle à quelqu’un qui en comprenait tout le sens. Toutes les implications et surtout les enjeux.

- Il y a des décisions à double tranchant. Dit-il.

Que sait-il et que je ne vois pas ? Je me raidis à sa remarque. Que voulait-il me signifier ? Une sentinelle ne parle pas pour rien dire. On ne fait pas la conversation, aucun de nos mots ne sont des banalités ou des futilités. Parle-t-il du passé ? Du présent ? Ou du futur ? Rien ne me disait de partir, donc ma place était bien à Beacon Hills. Deux sentinelles ? Il y en a une de trop non ? A moins qu’il n’agisse pas pour l’équilibre. Il ne serait pas la première sentinelle à dévier de son rôle. Je me souviens de Ptah de la triade de Memphis. Ptah maitre de la vérité, de la justice et de l’éternité. Ptah au beau visage qu’il fallut stopper. Même la source de vie fait des erreurs en choisissant ses sentinelles. Est-il un de ceux-là ? Si oui, alors le chaos n’est pas loin. Car je ne pourrais pas le stopper avec des subtilités.

- Une décision non prise est un chaos assuré. Répliquais-je. Il est important de bien choisir son côté de la balance.

Et toi, Erick Dovahkiin sur quel plateau appuies-tu? Mon attention fut happée du côté de Ruby. Le troisième alpha de la ville venait de faire son apparition. Et la nouvelle qu’il amenait ne présageait rien de bon. Avec ce druide dont j’étais incertaine, le mélange pouvait se faire explosif.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:34


Trouble



Je ne sais pas pourquoi ils m’ont envoyé ici, mais ce qui est certain, c’est que j’ai vraiment beaucoup à faire. Je ne vais pas chômer. Quelques minutes, entouré de tout ce monde, et je sens déjà au moins quatre grands dangers potentiels. Et je crois que je ne suis pas au bout de mes peines. Et être intervenu dans la vie d’une bonne partie des impliqués ne va vraiment pas me faciliter la tâche. Mais qu’importe. C’est sans doute ainsi que cela doit se passer. J’oublie un peu ma situation de Kamiga pour me concentrer sur ma situation de bêta. Je suis ici pour me trouver une meute après tout ! Mais chaque rencontre est susceptible de…Aoutch. Je retiens de justesse un grognement alors qu’on me bouscule et que moi-même je bouscule une jeune femme. Un contact et Amaterasu m’explique ce qu’elle est. Ama a su repousser l’intrusion, mais je vais devoir prendre garde à ne pas trop la toucher tout de même.

Je m’excuse auprès d’elle et m’assure qu’elle n’a pas été blessée dans la bousculade. Elle me sourit et m’assure qu’elle va bien d’un simple signe de la tête. C’est vrai qu’avec cette musique, il n’est pas évident de parler ou tout du moins, de se faire entendre, mais il semble y avoir autre chose. Je détourne mon attention de ce détail quand je la vois rougir et essayer de se cacher. Je lui souris et à mon tour fais un signe de la tête.

- « Ne vous cachez pas. Vous êtes magnifique. Cette robe vous va merveilleusement bien au teint. Les brunes portent le rouge avec un glamour inégalable. »

Merci, me souffle Ama.

Je le pense. Je n’ai jamais vu plus belle femme que toi dans ton kimono rouge et blanc, le jour où nous nous sommes rencontrés.

J’ai l’impression de la sentir rougir en moi. Je ne sais pas comment elle arrive encore à être flattée. Je ne suis rien comparé à elle.

Et pourtant, aujourd’hui tu es tout pour moi, Luka, mon hôte.

Je reporte mon attention sur Isabella qui m’explique par des gestes pourquoi un détail me turlupinait un peu plus tôt. Elle est muette. Une créature dont le chant est une spécialité serait muette ?

Sa voix ensorcelle les hommes.

Je comprends mieux. Voilà qui est aimable de sa part de ne pas parler finalement. Evidemment, elle n’est pas censée savoir que je sais. Je hoche donc la tête puis lui assurer que je comprends. Je le vois ensuite s’approcher du bar et se pencher puis se raviser. Je m’approche à ses côtés et lui demande ce qu’elle veut boire ou du moins quelque chose s’en approchant puisque je me contente du « quoi », les paume en l’air, puis de « boire », un signe lui très imagé. J’ai appris à me faire comprendre en langue des signes dans la meute de Sayo, mais je suis loin de savoir tout dire. Quelque geste plus tard, je lui commande un Mojito et j’en profite pour commander un Banacolada.

Au moment où je me retourne vers elle avec nos deux vers, surgit un jeune comme que j’ai déjà croisé il y a quelques mois lors de l’une de mes missions. Il lui claque une bise sur la joue. Il s’est donc accepté comme Alpha. En voilà une bonne chose. Il semble plus en harmonie avec son loup. Ce n’est pas encore une symphonie mais c’est en cours semble-t-il. Son masque à la main, il me dévisage et me demande finalement si nous nous sommes déjà croisé. Comment toujours, lorsqu’on me pose cette question, j’esquisse un sourire.

- « Je voyage beaucoup, il est bien possible que nous nous soyons croisés un jour. Mais il faut aussi croire que j’ai un physique assez banal car on me fait souvent cette réflexion. »

Je ne réponds pas vraiment oui, pas vraiment non. Je n’apporte aucune précision parce que même si je n’ai pas à lui cacher, je n’ai pas pour objectif qu’il se souvienne de notre rencontre. J’étais simplement en mission. Je suis sauvé d’une interrogation plus poussé par l’arrivée de Chad. Ce garçon que j’ai croisé il y a quelques années, et que j’ai retrouvé en cours de CAO. Puis-je réellement dire qu’il m’a sauvé ? J’en doute si l’on considère le silence embarrassant qui s’installe. Nous ne nous saluons que d’un signe de tête, mais nous ne sommes pas à l’aise. Nous avons vu l’un de l’autre des choses qu’aucun de nous ne veux révéler.

Le garçon blond qui accompagne Chad me serre la main à son tour. D’une façon protectrice il prolonge le contact. Il est donc très proche du loup. Mais ce qui m’étonne c’est que lui-même est…non, je devrais vraiment arrêter d’être surpris en fait. Je crois que cela va être mon quotidien dans cette ville. Le blond pas si inconnu que cela enlace les doigts de son compagnon et l’extirpe de cette étrange ambiance pour aller le faire danser. Peu après, un asiatique, non pas que ce soit évident à deviner, mais je connais déjà son odeur, encore un, bref, il monte sur scène et prononce à petit discours pour vraiment démarrer la fête pile au moment où l’hôte involontaire des lieux arrive.

Derek Hale. Mon cœur loupe un battement quand je l’aperçois. Mon esprit s’échappe, je repense à Laura. La douleur de sa perte me brûle encore les entrailles et si…s’il lui arrivait la même chose ? Non, j’empêcherai que ça arrive ! Et c’est à ce moment-là que tous mes sens s’embrouillent et que ma rage vient pulser dans mes veines. Cela ne peut signifier qu’une seule chose. Il y en a un, ici. Mais l’instant d’après, une sorte de calme serein et puissant s’impose à moi. J’ai soudain l’impression de me retrouver dans cet entre-deux monde que j’ai visité lorsqu’Amaterasu est entrée en moi. Comme si une puissance bien plus grande s’imposait dans toute la salle.

Cette impression disparaît tout aussi vite. Tout revient à la normal. La sensation de haine a disparue elle-aussi. Il est retourné dans son terrier le fourbe, mais je le trouverai ! Je ne remarque qu’une nouvelle aura, entrée dans la pièce pendant cet étrange moment de quiétude, l’aura d’un alpha qui a du mal à se contrôler du fait d’un fort afflux de puissance. S’il est un éventuel danger immédiat, il n’est pas celui qui me préoccupe le plus. Je LE trouverai !

Mon attention est détournée lorsqu’un cercle se forme non loin de nom. Une louve, que j’ai croisée en même temps que Miyavi en fait, danse avec un talent subjuguant. Puis elle attire quelques personnes dans le cercle qui se referme sur la foule. J’en profite pour m’éloigner d’eux, de Scott surtout qui est encore suspicieux et je retombe sur Chad et Mick. Je m’approche de Chad et tout en les regardant, son compagnon et lui, je lui demande une danse. Il faut que l’on surpasse cela, que l’on mette tout cela à plat et surtout, il doit tenir sa langue. Je le sens proche de son compagnon, mais personne ne doit savoir ce dont je suis capable, où IL finira par entendre, et il fuira.

Revenir en haut Aller en bas
Mickael Wayne
Administrateur
avatar


Humeur : Observateur

Messages : 1481
Points : 1477
Réputation : 227

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:34


Juste une mise au point




La présence de Derek sème une tension palpable auprès des loups dont je connais l’identité. Je sens la main de Chad qui quitte la mienne et d’un mouvement furtive il se retrouve aux côtés de son frère de meute. Le geste qu’il lui adresse se veut rassurant alors qu’il aurait pu être plus puissant. Le propriétaire des lieux se calment lorsque les lycans et surtout Stiles le lui demandent.

Mon attention quitte quelques minutes le petit groupe pour se fixer su Mafdet qui danse avec un homme, que je reconnais avoir croisé l’après-midi même. Les deux sont apparus dans la foule comme si d’une seconde à l’autre on les avait posé là. Je jugerais sentir une aura crépitante émaner de ce couple étonnant.

Je me glisse derrière Chad pour lui signaler ma présence. Je pose ma main doucement sur mon épaule comme il l’a fait avec Derek. À la différence près que mon geste porte aussi les sentiments que j’éprouve pour lui. Il m’a laissé en arrière pour régler une affaire de loups mais j’ai envie de passer cette soirée avec lui. Miya remet de l’ambiance dès qu’il remonte sur scène en adressant un clin d’œil à Chad. Voyant son autre petit ami sain et sauf, Chad peut se détendre. Définir Miya de la sorte remet ma place en question. Je suis le deuxième arrivé dans l’histoire et si Chad devait un jour choisir entre nous deux, est-ce qu’il privilégiera la relation de longue durée ? La personne qu’il connait le mieux ? Comme souvent les doutes à ce sujet s’envolent quand il s’approche pour m’embrasser.

Mary-Jaycee est observée par tous lorsqu’elle entame une chorégraphie rythmée. Elle est douée et je salue son talent en sifflant comme les autres invités. Quelques passionnés viennent l’accompagner et ce groupe improvisé me fait me souvenir des pas de danse que j’avais appris à la Nouvelle-Orléans. Je glisse un regard à Chad et lui murmure qu’il va découvrir quelque chose qu’il ne soupçonnait pas chez moi. Je n’ai rien d’un artiste mais j’ai toujours apprécié le message qu’un corps pouvait transmettre. Scott et Isaac s’approchent aussi. L’ambiance est aussi « Happy » que le refrain qui résonne dans tout le loft. Chad me regarde bouger en rythme et je vois sur son visage qu’il aime me voir me trémousser ainsi. Je l’invite à venir se serrer contre moi et bientôt nous sommes avalés par la foule savourant la fête. Mais parmi les invités qui se sont avancés je reconnais Luka. J’avais entendu son prénom plus tôt et l’avait gravé dans ma mémoire comme un détail essentiel. Il nous dévisage Chad et moi et lui propose une danse. Est-ce l’euphorie de la soirée ou la politesse, je ne sais pas, mais Chad accepte l’invitation et guettant ma réaction. Leurs mouvements sont presque chastes mais ce gars profite que je tourne le dos pour changer d’angle d’attaque.

Si j’avais senti le malaise entre eux deux, je n’avais rien dit par respect pour Chad. Mais ce rapprochement est de trop. Je tique silencieusement et décide de me montrer plus malicieux. Une réaction puérile certes mais qui cache un message bien particulier. Je remarque un gars qui n’arrête pas de me fixer depuis que j’ai mis un pied sur la piste de danse. Comme il voit que je le regarde aussi avec insistance il finit par s’approcher. Son torse nu est couvert de peinture fluo dessinant deux larges griffures. Je danse avec cet inconnu s’en jamais m’écarter de Chad et de Luka. Je veux qu’ILS me remarquent. De la même manière que j’avais joué à être provocateur avec Chad à nos débuts, je mimais d’approcher mes lèvres suffisamment près pour un baiser avec cet inconnu. Sans franchir le cap, le regard perplexe de Chad me suffisait.

Cette manière amusante de marquer mon territoire peut au ou faire sourire Chad ou alors le mettre en garde d’une manière un peu brusque. D’ailleurs si Miya partage aussi sa vie, pourquoi aurait-il l’exclusivité avec moi ? J’aimerais qu’il se pose cette question. Et qu’il puisse trouver dans mes yeux la réponse. Je ne veux que lui. Mais puisque je n’ouvre mon cœur à personne, gare à celui qui, une fois entré, s’amuse à le détruire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:35


Who is the target ?



- Une décision non prise est un chaos assuré, répliqua Mafdet. Il est important de bien choisir son côté de la balance.

Une manière détournée de me demander de quel côté je suis. Elle ne parvenait pas à me cerner. Et pour cause c’était moi qui empiétais sur son territoire. Si elle ne se savait pas en faute, l’utilité d’une deuxième sentinelle était à remettre en question. Et l’une des solutions pouvait être que je sois du mauvais côté. Mais ça n’était pas le cas. J’œuvrais pour l’Ordre comme je l’avais toujours fait. Toutefois posait-elle ces questions par rapport à ce qu’elle avait vu des méthodes que j’ai dû employer par le passé ?

- Choisir un chemin lumineux n’est pas toujours la décision la plus judicieuse. Une direction balisée peut elle aussi conduire à un gouffre. Pour trouver la bonne voie il faut parfois traverser les ténèbres et poursuivre de l’autre côté.

Ma réponse était restée vague. Je l’avais fait exprès. Mafdet devait apprendre par elle-même qui j’étais et comment je menais mes missions. Notre attention à tous les deux fut attirée par l’arrivée d’un jeune homme à l’aura forte. Il était loup et alpha. Je l’avais deviné alors que Mafdet tendait son esprit vers le mien pour me révéler la cause de son trouble. Nous pouvions sentir la puissance qu’il peinait à contrôler. Son loup s’agitait et grognait à l’humain de le laisser s’en délecter. Sage décision que de résister à des instincts trop vifs. Je me remémorai cette meute de loups que j’avais dû décimer car incapable de maitriser leur pulsions meurtrières. Deux villages avaient été laissés en ruine après leur carnage. Suite à cela, j’avais préféré émettre une mise en garde plutôt que d’agir. Mais à la nuit tombée, la meute sauvage s’était mise en chasse. Aucun n’avait survécu lorsque la terre les avait engloutis.

Le jeune homme qui venait de rejoindre la fête se prénommait Aaron comme me l’apprit Mafdet, et il ne semblait pas sur le point de perdre la raison mais il fallait surveiller ses actes. Le fil du temps m’était inaccessible alors que j’essayais de percevoir s’il causerait du désordre. Outre des lycans, il y avait beaucoup d’innocents ce soir. Hors de question qu’il y ait des morts inutiles. Reprendre la vie n’était jamais un acte anodin. Même pour une sentinelle qui avait vu périr d’innombrables hommes et femmes, parfois de sa propre main, la vie était d’une valeur inestimable.

Mafdet se tenait à l’écart, tendant l’oreille pour capter la conversation que l’alpha troublé avait avec ses semblables. Je reconnus la sensation spéciale d’une sentinelle se tenant prête à agir. Chacune d’entre nous avait sa propre marque. Mes dons étant en partie liés aux cieux et à l’air, je sentais la puissance glisser sur ma peau comme un souffle lorsque je souhaitais la libérer. Pour la sentinelle qui m’accompagnait à présent, l’empreinte était plus sauvage, plus féline. Nous tournâmes légèrement la tête l’un vers l’autre. Il n’allait peut être rien se produire mais nous étions deux sur ce coup là.



Revenir en haut Aller en bas
Ruby Hale

avatar



Messages : 183
Points : 264
Réputation : 29
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:35


Quelques danses en perspectives






Je discute tranquillement avec Cahir, un loup fraichement arrivé et pour une fois, ce n’est pas un adolescent.  C’est un homme vraiment charmant et charismatique. A l’opposé de Peter, mais tout de même. Et puis, je ne sais toujours pas ce que Peter attends de moi, de nous, de la meute…Et puis, c’est vraiment agréable de se sentir…désirée. Je l’entends d’ailleurs murmurer ce qui me semble être le nom d’un parfum.

- « Est-ce que je vous inspire ? J’espère qu’il sent bon. »

Je souris et je reprends la parle pour émettre une hypothèse quant à sa perte de contrôle. Une hypothèse qui semble tout à fait plausible selon lui. Je lui parle de ma spécialité, la traque. Je fais un sous-entendu à propos de nos capacités surnaturelles mais il le détourne en un propos bien macho qui me fait sourire car je sais qu’il se fait juste plaisantin.

- « Nous sommes plus expertes encore à l’art de faire de la vie d’une maîtresse et du fauteur un véritable Enfer. »

Je fais une petite mimique et adopte un regard rieur. C’est vraiment agréable de pouvoir profiter d’une telle discussion avec quelqu’un. A la fois légère et sérieuse, pleine d’autant de banalités que de précieux détails. Cahir reconnait ensuite qu’il est plutôt malin de venir en tant que civil. Les jeunes n’en craignent pas moins mon autorité mais ils ne se sentent pas menacés. Il revient ensuite sur le fait que nous soyons trois meutes.

- «Oui. Il est vrai que pour une ville de cette taille, il est étrange de pouvoir constater que trois meutes vivent sans êtres rivales. Nous sommes même alliées pour dire vrai.

A ce moment-là, Derek et Stiles arrivent et je pousse mon aura pour tenter de calmer Derek, mais je ne suis pas la seule à avoir réagi. Chad, évidemment, a senti la colère de son frère de meute, mais il n’y a pas que lui. Scott, Isaac, MJ et même Stiles. Ils se sont tous interposés pour protéger Miyavi de la colère de Derek. Ces liens qui se sont créés sont à chérir avec soin. Lorsque l’ancien alpha est calmé, je bride mon aura et recentre mon attention sur Cahir.

- « Pardonnez-moi pour cette interruption Cahir. Comme vous avez pu le constater de vous-même, nous sommes très soudés. Les trois meutes de cette ville s’entraident sans chercher à se dominer. Et pour répondre à votre question. Il reste bien entendu de la place. Je pense qu’aucun alpha n’est contre l’agrandissement de sa famille. Vous avez le choix. Et si cette question m’était adressée plus personnellement, je serais ravie de vous accueillir. Sachez seulement que nous sommes une famille, nous nous protégeons les uns les autres et nous comptons les uns les autres. Protéger, dans ma meute, ne passe pas par le mensonge. Famille, protection, confiance et soutien. Si ce sont des valeurs qui vous siéent, alors vous êtes le bienvenu. Ah, et si vous entrez dans ma meute, nous pourrons peut-être passer au tutoiement, qu’en pensez-vous ? »

Je tends alors ma main, paume vers le haut, signe d’invitation, de confiance. Mais nous sommes ensuite interrompus par Aaron.

- « Cahir, je vous présente Aaron. Le second alpha dont je vous ai parlé. Aaron, je te présente Cahir Quinn. Il vient d’arriver en ville.

Je n’ai pas le temps de savoir si Cahir accepte d’être dans ma meute ou non qu’Aaron fait une révérence pour m’inviter à danser. Je souris et retiens un soupire avant de me tourner vers Cahir.

-« Cher Cahir, je vous laisse réfléchir, cette proposition reste en l’état, nous ne sommes pas pressés. Vous voulez sans doute rencontrer Scott et parler plus à Aaron avant de me répondre. Et si vous voulez savoir comment je fonctionne, vous pouvez parler au grognon qui a failli tous nous jeter dehors. Il est l’un de mes bêtas et un vieil ami. En attendant, veuillez m’excuser, mais une dame ne peut refuser une telle invitation. Vous m’accorderez une danse ensuite très cher ? »

Je me lève et me joins à Aaron.

- « Comment te sens-tu, Aaron ? »

Je parle de la perte de Dylanne mais aussi de cette puissance qui émane de lui et qui n’est clairement pas contrôlée.

- « Calme-toi. Ce qu’il t’arrive est normal. Tu vas devoir t’entraîner pour contrôler cet afflux de puissance. Tu vas devoir apprendre à ne faire qu'un à nouveau avec ton loup. Je peux t’aider si tu le souhaites. »




© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Hale

avatar



Messages : 81
Points : 106
Réputation : 19
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:36


Retrouvailles costumées

La nuit avec Ruby avait été explosive. Elle avait même murmurée, encore serrée contre moi, son souhait que je ne la quitte pas. Son aura d'’alpha faisait taire le loup en moi et la femme forte qu’elle était rendait mon côté humain heureux. Je n'’avais pas l’'intention de gâcher cette relation.

La journée de cours avait été des plus banales et les heures s’'étaient écoulées avec lenteur. Ruby m’'avait envoyé un message pour me demander si je comptais faire une apparition à la soirée organisée pour mardi gras. J’'avais répondu que je ne savais pas encore ce que je comptais faire en sachant pertinemment que ma soirée serait à l’image de cette journée. Vide d’'intérêt. Je décidai de ne pas l'’informer de ma venue et de me rendre presque clandestinement à cette fête pour adolescents. Elle aurait voulu que je la surprenne tant par ma venue que par le choix du déguisement, imposé comme droit d’entrée.

Je n’'avais aucunement l’'envie de venir à cet évènement vêtu d’un costume ridicule. J’'avais donc choisi un smoking que j'’avais assorti d’'un nœud papillon. Une tenue relativement classique. Mais qui avait le mérite de l'’élégance. Et si cet accessoire était de trop, j'’imaginais sans peine les doigts habiles de Ruby me le retirer. J’'enviais dès à présent nos prochains moments d’'intimité. Ses caresses m’électrisaient. Je ne pouvais retenir mon désir lorsqu’elle était près de moi si bien que cette attirance pouvait paraitre trop sauvage alors qu’elle était sincère.

Le lieu de rendez-vous ne manquait pas non plus de m'’interpeller. Je doutai que Derek ait donné son accord pour que son loft soit pris pour une discothèque l'’espace d’une nuit. J’'aimerais voir sa tête au moment où il découvrira cette « surprise » pour le moins encombrante.

La musique fracassante que je perçus depuis l’'extérieur confirma que mon neveu n'’irait pas de main morte avec l’'organisateur de la soirée. On me laissa entrer dans les lieux sans un mot. Était-ce parce qu’'on croyait Peter Hale chez lui ? Je ne vivais pas avec Derek et cela était une bonne chose autant pour lui que pour moi. Il était ma seule famille mais cela ne justifiait pas que chacun envahisse le territoire de l’autre. Nous n’'étions pas suffisamment proches pour le moment. Ou peut-être le serons jamais.

Je cherchais des yeux la femme pour qui j'’avais décidé de venir et je ne tardai pas à la remarquer. Elle était très belle. Déguisée en petit chaperon rouge, elle n’'avait pourtant rien d'’une innocente. Profitant qu'’elle me tourne le dos, je m’avançai pour poser ma main au creux de ses reins. Je n’'eus aucun doute sur le fait qu’elle m’ait reconnu. Ma bouche vint lui offrit un baiser longuement voulu.
Je sentais l'’odeur d’'autres hommes autour de Ruby. J’'avais promis de ne pas m'’enfuir et j’'espérais qu'’elle n'’ait pas elle-même changé d’'avis. Prenant sa main dans la mienne, je l’'ai attirée à l’'écart pour profiter de nos retrouvailles.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 791
Points : 864
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:36


Liens




Je m’amuse comme un fou. Tout compte fait mon déguisement fait sensation. Je danse en rythme non loin de Jaycee. Je ne sais plus où sont passés Scott et Bella’. Je souris à Jaycee qui danse vraiment bien. Elle est en rythme avec la musique. Je la sens se détendre et se lâcher. Je suis content qu’elle est rejoint la meute. C’est non seulement une louve de qualité qui nous a rejoint, mais c’est aussi une personne de bien et aussi pour ne rien gâcher une très jolie femme. J’aime sa vivacité, son tonus et sa force de caractère. La musique est bien, les déguisements des autres sont amusants. Du coin de l’œil j’aperçois enfin Scott, il est avec Bella et un type déguisé en mousquetaire. J’ai l’impression de le connaitre, mais je ne sais pas d’où. Je vois aussi Chad qui arrive avec Mick. Ils sont vraiment classes ces deux-là. Leurs costumes sont coordonnés et je parierais mes crocs qu’ils ne se sont même pas concertés. Je regarde Chad, il semble à l’aise dans ses relations avec ses deux hommes. Je me retourne vers Scott. Nous n’en sommes pas à ce point. Déjà vis-à-vis de Melissa. Si Stiles a réussi à passer le cap avec son père, avec un effet plus ou moins heureux. JE ne sais pas comment réagirait celle qui m’a ouvert sa maison, si elle sait que je lui prends aussi son fils. Pire si elle savait que je le partage avec Bella’… Je crois que notre relation est bien plus complexe que le triangle amoureux que forment Miyavi, Chad et Mick.

Je me remets à danser, cherchant des yeux Jaycee que j’ai perdu de vue du coup. Quand soudain je sens un appel. Sans réfléchir je bondis. Derek ! Bien évidemment, il n’était pas au courant pour la fête dans son loft. Miyavi vient de faire son malin une fois de trop. Il est clairement la cible de l’ancien alpha. Je ne pense pas aux conséquences, je me place face à mon ancien alpha et pose ma main sur mon torse. Miya est mon frère de meute, même s’il reste indépendant et pas encore vraiment lié à nous. Du moins, c’est ainsi que je le considère. Avec Stiles, cela nous fait un nouveau lien avec la meute de Ruby. E m’aperçois que j’ai pris un très gros risque à me mettre sur la trajectoire qui sépare un loup de sa proie. Avec soulagement je sens l’aura de Ruby. Puis je vois la main de Chad sur l’épaule de Derek. C’est vrai qu’ils sont dans la même meute. Scott est intervenu aussi, il tient le bras du loup. Sans vraiment le forcer, c’est presque juste un contact. Je souris en voyant la tête de Stiles dépasser dans le dos de Derek. La violence n’aura pas été nécessaire. Il a suffi que l’on rappelle nos liens. Je sens Derek s’apaiser. On a tous agit de concert. Le voyage en Angleterre nous a laissé solidaires les uns des autres. Les meutes de Ruby et de Scott savent faire équipe. Celle d’Aaron est encore trop dispersée, et Dylanne était morte.

Derek entraine Stiles sur la piste de danse. Ce dernier va devoir assurer, car je pense que le loup va lui demander réparation. Cependant cela me fait plaisir de les voir ensemble. Couple improbable, mais couple quand même. Ils semblent aller mieux depuis qu’ils vivent leur attirance aux yeux de tous.

Jaycee a glissé ses doigts dans les miens. Et me remercie de m’être interposer pour protéger son frère. Je serre sa main et lui souris. Je la regarde, inutile de parler et d’expliquer ce qui pour moi était une évidence.  Miya fait implicitement partie de la meute. Cependant, on a tous senti qu’il faudrait du temps au japonais pour s’y sentir à l’aise. Rien ne presse, mais les liens fraternels sont quand même là. Jaycee m’entraine à danser, je la suis ravi. Nous dansons ensemble, bougons sur le même rythme, la même cadence, bien que Jaycee fait cela bien mieux que moi. Qu’importe, je m’amuse, je suis heureux. Un cercle se forme, je pousse Jaycee au centre. Sa démonstration de danse est époustouflante. Ensuite elle nous attire les uns après les autres. Nous voilà dans un aggloméra d’amis, de frères et sœurs. Pris d’une impulsion subite, j’embrasse Jaycee puis Bella’ et enfin je serre l’épaule de Scott. Je pense qu’il n’est pas prêt à plus de démonstration en public. Enfin je crois.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 791
Points : 864
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:37



you and me

Je regardais le mousquetaire en me demandant bien pourquoi subsistait en moi la folle impression de l’avoir déjà rencontré dans le passé. Il finit par me dire que son apparence était banale. Je devais sûrement le confondre avec un autre. Stiles et moi avions croisé tellement de personnes au cours de nos voyages. Faisant un sourire à Bella, je la prenais par les hanches et m'apprêtais à lui murmurer à l’oreille si elle voulait danser avec un pauvre diable. Mais mes plans furent compromis par l’arrivée de Derek qui se dirigea avec la ferme intention de faire passer un mauvais moment à celui que je considérais comme mon frère de meute.

Me dirigeant rapidement en direction du loup, je posais ma main sur son bras, lui intimant silencieusement de conserver son calme. Pas comme un alpha le ferait avec un beta, mais bien comme un ami et un frère. Isaac était en avant de celui-ci, Stiles était en arrière et Chad avait une main sur son épaule. Ruby nous observait et je sentais son aura nous entourer. Elle avait un halo à la fois puissant et maternel : elle était une louve d’exception. Nos meutes avaient su agir de concert et cela me faisait sourire.

Je retournais voir la nymphe et lui prit une de ces mains. Déposant un baiser sur celle-ci, je lui demandais si elle voulait bien m’accorder une danse. Aux côtés de Stiles et Derek, Isaac et Jaycee, Mick et Ethan, nous dansions et apprécions la soirée. Puis je me permis d’attirer la jeune femme vers moi et de déposer mes lèvres sur les siennes. Baiser qui me fit oublier tout ce qui se passait autour de moi : le loup qui avait perdu le contrôle, le mystérieux humain qui dansait avec une des personnes que je ne voulais pas voir, mon frère de meute excentrique qui avait un plaisir sans pareil à jouer les malins. Notre danse fut cependant interrompue par la sœur de ce dernier qui nous invitait à la rejoindre dans le cercle des danseurs. En allant les rejoindre, je perçus un homme qui dansait avec notre professeure de chimie. Et qui ne cessait de regarder mon meilleur ami comme si celui-ci était un monstre. Je ne savais qui était ce nouveau aux apparences nordiques. Le contact visuel entre lui et moi fut court. Mais je ne le laisserai pas faire quoi que ce soit à Stiles.

Je sentais le rythme cardiaque de mon cœur accélérer en pensant à mon ami, mais mon ancre me permit de garder contact avec le monde autour de moi. Les lumières et les danses, ce moment de détente que nous nous permettions de passer en meute. Isaac finit cependant par embrasser les deux filles avant de déposer sa main sur mon épaule. Mon regard prit une couleur rouge au-dessous de mon masque sous les effets de la colère : je me demandais vraiment si mon frère de meute avait des sentiments sincères envers moi. Les mots étaient peut-être sortis trop rapidement dans cette forêt lors de nos retrouvailles. Je savais que je repoussais le contact, mais je le désirais en ce moment-même.

-Je suis frustré, lui soufflais-je.

La réponse de mon beta me fit sourire. « Sexuellement ? ». Il ne saurait mieux dire. Le dernier contact de ce genre avait eu lieu dans notre tanière lors de notre partie à trois. Interrompue par le fait que nous n’ayons eu avec nous aucun préservatif. Tout comme nos roulades dans les feuilles lors de nos retrouvailles. Mais le moment n’avait pas été propice pour que je me laisse aller à vivre notre amour. Il fallait à ce moment-là que je commence à former ma meute et assumer mes responsabilités en tant que chef de celle-ci. Mais maintenant, plus rien ne pouvait vraiment me retenir. Ma meute était heureuse et je devenais progressivement un meilleur leader. « Bien sûr que tu sais comment être un alpha ». Tu avais cru en moi quand je ne croyais même pas pouvoir devenir un loup digne de ce nom qui saurait diriger une des trois meutes de la ville. Mais je restais encore un adolescent qui avait besoin de se laisser aller. Entraînant mon frère de meute dans un coin à l’écart, je le regardais quelques secondes avant de mettre mes mains aux creux de ses reins et de l’embrasser. Baiser chaste qui devint rapidement plus passionné. Approfondissant celui-ci sans le moindre ressentiment, je me laissais aller dans cette délicieuse folie.  Mes yeux avaient repris leur teinte marron, mais une brume les recouvrait sans que je ne puisse rien faire pour la repousser. Une de mes mains remonta pour passer dans les cheveux de mon beta alors que l’autre allait caresser son torse avant de se diriger vers le mien. Doucement, je déboutonnais deux boutons de ma chemise grise tout en jetant un regard innocent à mon frère de meute.

-Alors? Tu veux danser avec Jaycee ou tu veux peindre mon corps?

Je savais que nous procurer de la peinture ne serait pas le moindrement difficile. Il y avait un stand un peu plus loin pour nous maquiller. Et peu importe si je ne passerai plus sous le radar avec des couleurs sur le corps. Tout ce qui comptait pour le temps d’une soirée était mon propre plaisir. Je retournais voler un baiser à mon frère de meute sans la moindre retenue. Aucune idée du temps que nous passions dans ce coin à augmenter nos chaleurs corporelles. Fermant les yeux et appréciant le contact de nos deux corps. Oubliant que tout pouvait tourner au vinaigre si rapidement. Je ne suis pas seulement un alpha : je suis aussi un humain.

Je pouvais cependant sentir au bout de quelques secondes que nous ne nous trouvions plus seuls dans notre petit coin de paradis. Les deux autres alphas nous regardaient. Rougissant, je passais la main sur ma bouche et tentait de leur faire un sourire. Aucun mot ne pourrait dire combien je me retrouvais embarrassé en ce moment. Ils étaient certainement au courant de notre lien. Mais me faire surprendre ainsi était un peu déconcertant. Je m’excusais auprès de mon frère avant d’entraîner les autres chefs de meute sur le toit du bâtiment. Ils semblaient vouloir parler de quelque chose d’important et il nous fallait être loin de toutes ces oreilles indiscrètes.  

-Que se passe-t-il? leur demandais-je.

Je n’avais pas écouté les conversations durant la soirée. Regardant mon camarade alpha, je pouvais clairement sentir sa puissance qui n’était pas encore contrôlée, un peu comme les betas qui venaient de subir une transformation. Il avait des problèmes avec son loup. Et je lui viendrais en aide. Car si un beta qui ne sachant contrôler ses pouvoirs pouvait être dangereux, alors un alpha qui avait sa propre meute… Ça laissait envisager le pire.


© By Halloween sur Never-Utopia




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Stiles Stilinski

avatar



Messages : 461
Points : 523
Réputation : 48

Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:38




Fiesta de MARDI GRAS
Just a Trick




Je savais que ce n’était pas bien, mais comment aurais-je pu refuser ça ? Miyavi avait fait cette bouille absolument adorable de chat Potté et Danny était venu me voir en me rappelant le coup du T-shirt de Derek. Et Aiden et Ethan en avaient rajouté une couche en rappelant qu’on devait bien une bonne soirée à Danny et Lydia après tout ce qu’ils avaient vécu. Et j’ai bien envie d’une petite fête, moi !

J’avais donc convaincu Derek de passer sa journée avec moi. Ce fut plutôt facile en fait, après cette visite à l’hôpital. C’était une carte facile à jouer, mais j’avais tout de même honte de la sortir de ma main. C’était un peu bas. Enfin, je n’allais pas regretter surtout que la journée avait été vraiment délicieuse. Juste tous les deux à chercher les derniers accessoires de nos déguisements. Cela avait d’ailleurs été une véritable bataille pour savoir ce que nous allions porter. Mais nous avions fini par tomber d’accord sur quelque chose qui lui allait plutôt bien, à mon humble avis, et que moi, j’allais m’éclater à porter. Un duo X-men : Wolverine et Cyclope. Autant dire qu’ils sont aux antipodes l’un de l’autre, un peu comme nous. J’avais réussi à simuler une mauvaise cicatrice sur mes yeux et j’avais mis des lentilles rouge brillantes et des lunettes avec des verres rouges.

Je trouvais que le rôle de Wolverine allait bien à Derek. J’avais réussi à sculpter des griffes dans un mousse thermo formable que j’avais ensuite peinte. Et grâce aux astuces de quelques cosplayeur, merci les réseaux sociaux, j’avais trouvé le moyen de les fixer à des armatures qui se portent un peu comme des gants que j’avais trouvé à bas prix sur e-bay. Il était juste...magnifique.

Tout se passait bien jusqu’à ce qu’il comprenne que nous avions choisi son loft pour faire la fête. Une fois la voiture arrêt, je sortis en vitesse et je tentai de le calmer tout en marchant à reculons alors que lui continuait d’avancer. S’il entre et qu’il laisse éclater sa colère, ce sera un carnage !

- « Derek, ne grâce pas la fête. On en a tous besoin en ce moment. Scott, toi et moi avons bien mérité de nous mettre dans la peau d’un autre le temps d’une soirée. En plus c’est la première fête que tu feras avec ta meute. C’est aussi la première de la meute de Scott, enfin de la version agrandie. Et Danny en a aussi très envie. Tu sais qu’il a été cool avec nous. Sans parler de Lydia, elle a l’impression de devenir folle en ce moment, ça va lui faire du bien. Et Ruby t’as bien dit qu’elle te révèlerait qui elle était vraiment ce soir, non ? Ce serait dommage de mettre sa mise en scène par terre. Et puis il y a la meute d’Aaron aussi. Après la perte de Dylanne, même si nous on n’est pas autant touché, pour la meute, ça doit être dur. Qu’ils ne soient que deux ça ne change rien. Et en plus c’est aussi la première vraie soirée que Chad va passer avec Mick, c’est Miyavi qui me l’a dit. Allez Derek, s’il te plaît. IL n’arrivera rien de grave. Ruby et Mafdet sont là, elles calment tous les étudiants rien que par leur présence. Derek s’il te plaît. »

Et histoire d’ajouter à ma veine, Miyavi était justement en train de faire son speech quand nous sommes entrés. Et Derek manifestait une très grande envie de le bouffer et j’avais beau sortir tous les arguments du monde, ça ne changeait rien. A quelques mètres de Miyavi, je décidais de carrément sauter sur son dos. Mais je restais une crevette par rapport à lui. Mon maigre poids n’y changeait rien. Je ne fus cependant pas le seul à agir. Ils s’étaient tous interposés, les deux meutes confondues. Je me penchai dans la nuque de Derek et soufflai combien je l’aimais avant d’embrasser la peau juste sous son oreille. Je savais qu’il frissonnait toujours quand je faisais ça.
Derek se calme. Je e demande tout de même ce qu’aurait donné un kanima félin déchiqueté. Je soupirai de soulagement alors que mon amour se retournait vers moi. Le Dj lança un slow justement à ce moment-là et je me retrouvai collé tout contre Derek. Il me marcha sur le pied en guise de punition mais semblait vraiment calmé. Etait-ce ce soutien entre les deux meutes qui avait fait cet effet. Il faut bien avouer que c’est impressionnant à voir.

Plus tard dans la soirée, alors que je ne quittai pas Derek d’une semelle, j’aperçus Scott et Isaac s’embrasser. Je ne sais pas encore combien de temps ils vont être capables de jouer au jeu du « j’aime tout le monde dans la meute », ça pourrait bien changer bientôt…Mais j’attendais avec impatience qu’ils arrêtent de se voiler la face. Mon frère, mon Scotty, il méritait d’avoir quelqu’un comme Isaac. Quelqu’un qui l’aimait, qui n’allait pas le faire souffrir. Il allait devoir arrêter de faire comme s’ils aimaient tout le monde de la même manière. Si je savais Mary-Jay parfaitement conscient de cela, je craignais qu’Isabella ressente de la peine. Je la savais très sensible.
Je me tournai ensuite vers Chad. Je savais que Derek gardait un œil sur les membres de sa meute. Et je le sentais un peu tendu.

- «  Qui est-ce ? Tu le connais ? » demandai-je en parlant du mousquetaire.

Sans savoir pourquoi, je sentais quelque chose en moi. Ce mousquetaire. Quelque chose nous liait. Je ne savais pas quoi. J’étais pourtant certain de ne l’avoir jamais vu. Mais, il y avait quelque chose. Comme si j’avais…mais quoi ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar



Messages : 175
Points : 222
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:39

Chaton Rescapé



Pourquoi ai-je accepté d’animer la soirée, déjà ? Ah, oui, parce que j’adore faire le show. Mais est-ce que ça vaut vraiment le coup de se faire arracher la gorge avec les dents par l’hôte des lieux et accessoirement frère de meute de mon petit copain ? Je ne sais pas encore. Je savais que j’aurais dû lire les conditions  écrites en tout petit ! Je le savais !

Je recule d’un pas. Même si je suis un Kanima, contre un loup comme Derek, je ne donne pas cher de ma fourrure ! Mais quelque chose arrive. Les deux meutes se mettent en travers de la route du loup. Ils agissent de concert avec une harmonie remarquable. Et puis, franchement, la tête de Chad et de Mick c’est juste trop bon. Mais quand même, j’ai vraiment failli y passer là. Pfiou ! Chad se tourne vers moi et me sourit un peu exaspéré et moi, je hausse les épaules avec un sourire gêné.

La musique repart et l’ambiance est à la fête. Jaycee en vient même à montrer ce qu’elle sait faire. Chad, lui, est de nouveau dans les bras de Mick qui se montre plutôt doué en danse lui aussi. J’observe tout ce monde que je fais danser. Je garde surtout un œil sur Chad et Mick évidemment. Je vois d’ailleurs le nouveau loup s’approcher, le mousquetaire. Il invite Chad à danser. Il a vraiment du succès mon loup d’amour. Je tends tout de même l’oreille, ou plutôt mon instinct. Sans espionner, je reste attentif, au moins au cœur de Chad. Si quelque chose se passe mal, je suis prêt à intervenir.  

Si moi ça m’amuse, Mick, lui a un loupé. Je les observe une minute et vois le petit manège de Mick qui s’approche d’Ethan et se met à danser bien trop collé-serré avec lui. Je secoue la tête en me moquant doucement. Le Dj a repris la main et je ne suis là que pour animer alors je peux me permettre de descendre de scène. Je m’approche de Danny et lui tapote l’épaule pour lui montrer ce que je vois. Puis je vais à la rencontre d’Ethan et Mick. Je leur tapote l’épaule et ils arrêtent de danser. Je montre Danny à Ethan et celui-ci s’empresse d’aller à sa rencontre, tout penaud. Moi, j’attrape presque Mick au vol et je le colle à moi.

- « Tu serais jaloux ? Le grand Mick si inaccessible est jaloux ?! Qui l’aurait cru ?...Moi en fait…c’est même assez évident. »

Il n’est pas vraiment dans le move et continue de fixer Chad. Je soupire bruyamment et l’attire brusquement contre moi. J’approche mes lèvres de son oreille de façon sensuelle.

- « Arrête de te la jouer Don Juan abruti. Tu crois vraiment que si Chad ne t’aimait pas comme un fou j’aurais laissé un type aussi dangereux et aimant à emmerde que toi entrer dans sa vie ? »

Je le vois encore tourner son regard vers Chad. Sans aucune gêne, j’attrape son visage et le force à me regarder.

- « Hey, Mick, je te parle. C’est pas parce que je suis grimé en nana que je suis moins fort que d’habitude alors arrête de m’ignorer. »

Il aurait pu me frapper sur le champ, mais il ne le fait pas et je sais pourquoi. Il capté un truc dans mon regard. Un truc que je cache à Jay depuis un moment, un truc que je fais passer pour un stress pour ma prochaine tournée à Chad. C’est facile en même temps. Nous ne nous voyons pas beaucoup. Entre mes répétitions et le temps qu’il passe avec Mick. Je ne lui reproche pas, hein, attention, du tout, mais j’essaye de mes laisser seuls. Je sais que Mick n’est pas encore…prêt…

- « Je vais partir un moment. Je ne sais pas encore quand et encore moins combien de temps, mais je vais partir. J’ai deux ou trois petites choses à régler par rapport à mon passé. Et j’ai besoin de toi pour le calmer. Tu dois l’empêcher de me suivre. Alors arrête de faire le con. Tu es important pour lui Mick. Tu n’as donc pas conscience de l’état dans lequel il s’est mis pour toi ? Il s’est fait torturé pour toi, il s’est torturé lui-même l’esprit pour toi, arrête de flipper. Il t’aime. Je ne lui demanderais jamais de choisir entre toi et moi. J’aimerais te demander de ne pas le faire, parce que tu le feras souffrir, mais je ne peux pas, parce que je sais très bien que cette relation, basée sur la liberté entre lui et moi, c’est quelque chose de difficile à comprendre. Mais ne fais pas le con avec lui. Tu vois bien qu’il n’est pas à l’aise avec ce type alors n’en rajoute pas une couche. Et promets-moi. Promets-moi que tu le retiendras, même si vous vous engueulez pour ça, juste retiens le, ok ? Promets-moi que tu le feras.»

Il finit par accepter alors je souris et le tire soudainement plus près encore. Je m’approche de ses lèvres.

- « Tu veux le faire languir, je sais comment faire moi ! »

Je me dresse un peu plus et m’empare de ses lèvres. Je tente, on ne sait jamais !


© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 791
Points : 864
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:40


EXPLICATIONS




Aaron afficha un sourire lorsque Ruby accepta son invitation à danser. Ainsi les deux alpha ses dirigèrent vers la piste de danse et après quelques pas, la louve rouge se lança et demanda au brun comment il allait:

« Comment te sens-tu, Aaron ? »

C’était naturellement une questions à double réponses, la première était si il allait bien lui dans sa vie et la deuxième faisait sans aucun doute référence à l’aura capricieuse d’Aaron qu’il avait du mal à contenir. Pas la peine de mentir, puis il n’était pas là pour cela.

-Si tu parles de ma santé explosive, de mes sens décuplés et de ma puissance accrue alors je ne me suis jamais sentit aussi bien. En revanche j’ai perdu mon contrôle total … Dès que je repense à elle, j’ai énormément de mal à me contrôler même si je lutte et que pour l’instant je gagne contre mon loup j’ai peur …

C’était un mot qu’il n’avait plus prononcé depuis … il ne savait pas depuis combien de temps exactement, mais Ruby en louve expérimentée au allure maternelle apporta son soutien au jeune alpha.

« Calme-toi. Ce qu’il t’arrive est normal. Tu vas devoir t’entraîner pour contrôler cet afflux de puissance. Tu vas devoir apprendre à ne faire qu'un à nouveau avec ton loup. Je peux t’aider si tu le souhaites. »
-J’espérais que tu répondes ça … j’acceptes ton aide avec plaisir …

En tuant sa Beta, Aaron avait perdu son ancre, ou disons plutôt que cette dernière n’était plus suffisante pour le loup qu’il était devenu. Beaucoup plus puissant entre autre, mais aussi plus froid… Mais il faisait tout les efforts possible pour rester celui qu’il était avant son départ pour l’Angleterre.
Au même moment une silhouette apparu derrière Ruby, l’attrapant pas les hanches et déposant un baiser sur ses lèvres. C’est Peter Hale, Aaron aurait espéré un peu de politesse, après tout Ruby et lui étaient tout deux en train de parler, mais il ne broncha pas, il tourna juste la tête à la recherche de Scott, c’est alors qui vit cette action incroyable se produire sous ses yeux, Scott plaquant Isaac contre un mur et l’embrassant … Aaron les savait très proche mais jamais il ne se serait douté à se point … Les petits cachotiers ! C’était la tendance chez les loup-garous ces derniers temps visiblement …

Alors il retourna la tête, essayant de profiter de la soirée, c’est alors qui sentit Scott se rapprochait qui lui indiquer de la suivre, entraînant alors Ruby dans notre démarche vers le toit de l’immeuble.

-Que se passe-t-il? leur demandais-je.

Aaron recommença alors son explication:

-Comme je le disais à Ruby, je rencontre quelques petits problèmes de contrôle, si j’arrive à me contrôler assez pour être un brin civiliser, je suis terrorisé à l’approche très prochaine de la pleine lune… Ma meute, mes Betas, mes amis, et plus récemment Lydia … sont ceux qui me sont le plus cher, j’ai peur de ce que je pourrais leur faire… Je vais avoir besoin de votre aide durant cette nuit là…

Il lança alors son regard sur Ruby, c’était une demande difficile qu’il allait faire alors il cherchait assez de sérénité pour le dire
-Ruby … Tu es la plus puissante d’entre nous, puis il regarda Scott: Toi aussi Scott.
Vous êtes tout les deux de très bons alphas.  Mais lorsque les rayons de la pleine lune me frapperont je ne sais pas comment j’agirai, il est possible que je devienne qu’une bête sanguinaire incontrôlable, si c’est le cas, pour vous, pour vos meutes et pour la mienne, et pour nos amis, il ne vous restera qu’un seul choix …

L’ambiance ce fit plus glaciale tout à coup, un peu comme les yeux humains d’Aaron.

-Si je deviens incontrôlable,il ne vous restera que la souffrance, cela me rendra humain à nouveau. Mais vous ne devrez pas vous dérober, si vous devez me briser tout les os de mon corps pour cela, faites le juste sans état d’âme je guérirai. Je peux compter sur vous ?

Il regarda Ruby puis Scott attendant ainsi leurs réponses.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 522
Points : 680
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:40



L’union fait la différence

Je tendais l’oreille à ce que disait le jeune Aaron. Des trois alphas de la ville, c’était le moins à l’aise dans son rôle d’alpha. Son envie de briller, ce besoin de puissance lui jouent des tours. J’avais noté que Ruby et Scott étaient bien plus sollicités par les nouveaux loups qui arrivaient en ville. Les plus âgés se tournaient naturellement vers Ruby comme cet ex-militaire, les autres vers le charismatique Scott dont l’aura était pacifique. S’il est de bon ton qu’ils soient trois meutes, ce qui évite une opposition bilatérale forte, il ne faut pas qu’une des pointe ce triangle s’affaiblisse ou au contraire s’exacerbe. Et vu l’agitation d’Aaron, cela m’en avait tout l’air d’en prendre le chemin. Si Ruby n’arrivait pas à le recadrer, je me devrai d’agir. C’est à ce moment-là que je me souvins de la présence d’Erick. Je n’avais jamais eu d’autre sentinelle dans les pattes. Je le sentais aux aguets, il analysait la situation avec ses propres données. Arrivait-il à l même conclusion ? J’avais l’avantage de l’ancienneté dans cette ville. Mais je ne doutais pas qu’il serait vite au parfum de ce qui se passait par ici.

Je me remémorais ses mots. « Choisir un chemin lumineux n’est pas toujours la décision la plus judicieuse. Une direction balisée peut elle aussi conduire à un gouffre. Pour trouver la bonne voie il faut parfois traverser les ténèbres et poursuivre de l’autre côté. » En effet, la voie de la simplicité est rarement la bonne. Du moins pour les affaires qui nous concernent. De ce que j’avais vu de son passé, de ses méthodes, nous étions radicalement opposés. Complémentaires ? Il était lié à l’air du fait surement de sa précédente nature divine. Alors que j’étais liée à la terre et à la nature. Celle qui m’avait engloutie quatre-vingt-dix ans durant. Je pouvais créer des tremblements de terre si grands qu’ils étaient capables d’engloutir une ile-continent. J’avais aperçu Erick créer de puissantes tempêtes qui n’avaient rien à envier côté destruction. Nos pouvoirs étaient différents, nous amenant à aborder nos missions sous des angles différents. De plus, ce n’était pas un métamorphe. J’étais liée à ma nature féline, qui pouvait parfois paraitre cruelle.

Je me tournais vers lui. Qu’avait-il vu au sujet de Stiles pour que cela l’interpelle. Il n’avait pas mentionné Scott ou bien Derek qui avaient eux aussi des problèmes liés à leur sacrifice. C’est vrai que ces deux-là semblaient aller mieux, alors que Stiles plongeait doucement, mais inexorablement.  Du coin de l’œil, j’aperçus Chad et Mick interrompu par ce nouvel bêta déguisé en mousquetaire. Je sentis la tension monter, le problème potentiel. Encore un. Cela me fit penser que pour l’instant, j’étais dans une impasse avec Mick. Était-ce une raison de la présence d’Erick ? Si d’autant, il était du bon côté de l’équilibre. Rien ne m’indiquait son orientation, je me fiais donc à mon libre arbitre. Même si sa venue me perturbait et m’avait fait me remettre en cause le temps d’un instant, je décidais de lui faire confiance. On pouvait surement agir ensemble et combler nos lacunes respectives. S’il s’avérait qu’il soit à la solde du chaos, alors je m’interposerai. Cependant, dans un tel cas, pas sûr que Beacon Hills s’en relève. Espérons que mon intuition soit bonne.

- Soit, puisque vous… Euh puis-je me permettre le tutoiement ? Après un hochement de sa part, je poursuivis. Je bloque sur deux problèmes en ce moment. Tu as mis le doigt sur l’un d’eux : Stiles Qui s’effondre alors que ces deux amis qui ont subi le même sacrifice semblent se remettre. Et Mickaël Wayne dont la mémoire a été bloqué par un ordre de chasseur dont je n’arrive pas à définir l’étendu ni les motivations profondes. Ce sais juste que la famille Hale, le loup grognon que tu as vu à l’œuvre, est plus ou moins impliquée.

J’avais exposé ce qui me préoccupait sur le moment et qui me semblait assez ardu à résoudre sans mort d’homme. Que cela soit les deux protagonistes que je venais de nommer, ou de leur entourage immédiat. Je faisais face à ce nordique. Tellement avide de son passé, que je n’avais pas prêté attention à son passé proche. Je ne savais pas vraiment depuis combien de temps il était en ville, ni s’il avait un logement fixe. Nous sommes peut-être immortels, mais tout de même soumis aux petits tracas quotidien. J’attendais sa réaction quand Miyavi passa près de nous. Je fronçais les sourcils. Nouveau problème à l’horizon. Dieu que cette ville est fatigante.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 982
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:41

Agacement

Je me sentais bien. Derek avait finalement renoncé à égorger Miya, ce qui m’arrangeait bien. J’y tiens à mon chaton ! Je lui fis tout de même un regard désapprobateur. On n’a pas idée vraiment ! Puis, c’est quoi ce look de fille ! Ok, je n’ai pas vraiment de préférence à ce sujet. Mais ce qui est certain, c’est le mec que j’aime chez Miya, pas le… la… enfin ce truc ! Je laisse la "japonaise" continuer d’animer la soirée et me recolle contre Mick. J’étais bien avant que Derek perde son sang-froid.

Je découvre une facette de Mick que je ne connaissais pas. Il est très bon danseur et très séduisant à bouger ainsi. Je le laisse m’entrainer. Je suis content d’être venu à cette fête. Le mois passé avait été intense et lourd. Nous avions enfin réglé nos soucis de confiance, d’approche. Les choses étaient enfin claires. Du moins c’est ce que je croyais. Brusquement je sentis Mick se raidir. En suivant son regard, je m’aperçus que Luka s’est approché de nous. Que veut-il ? Je crains le pire quand il me fixe. J’hallucine quand il me demande de danser avec moi. Je regarde Mick, ne sachant pas trop comment réagir. Je ne lui ai pas encore parlé de Luka. Le sujet est difficile pour moi et je n’avais vraiment pas envie de plomber l’ambiance du moment. Et voila que mon plus gros défaut me colle de nouveau dans l’embarras. Moi et mon impossibilité à dire non ! J’accepte l’invitation de Luka en me traitant intérieurement de crétin et d'idiot. Non mais sérieux, j’étais si bien avec Mick.

Puis je réalise les implications de cette invitation. En sortant avec deux mecs, je ne fais plus trop attention à cela. Surtout que mon frère de meute est lui-même avec un gars. Sans parler de Scott et Isaac que j’ai aperçus plus loin, bien occupés. Luka vient d’inviter un mec à danser sans vraiment être gêné à ce qu’on lui colle une étiquette de gay. Il me semblait pourtant qu’il sortait avec une fille à Boston. A moins qu’il soit comme moi ? Je reste assez droit, raide en fait. Nous suivons la musique sans rien dire. Je suis gêné, je sens le regard de Mick sur ma nuque. Le connaissant, il doit bouillonner. En parlant de chaleur, je perçois les mains chaudes de Luka sur mes hanches à travers ma chemise. Il ne fait pas de gestes déplacés, même si ma cape cache ses mains. C’est aussi un loup, normale que sa température soit plus élevée, surtout sur cette piste de danse où il y a du monde. Mais bon, ce contact me trouble. Je veux m'en aller ! Cependant, je confirme qu’il n’est pas gêné de tenir un autre homme ainsi. Nouvelle galère me voilà.

- Tu cherches à faire quoi là ?


Je chuchote presque. Même avec la sono à fond, je sais qu’il m’entend. Sur le même ton, il m’explique qu’il souhaite qu’on passe au-dessus de ce que l’on a vécu à Boston lui comme moi. On se lance alors dans une discussion à voix basse. Je lui dis que j’ai encore beaucoup de mal avec ce qui s’est passé là-bas. Que le voir, me refait vivre ces moments horribles. Luka s’en excuse et souhaite vraiment que je le vois autrement. Son cœur dit qu’il ne ment pas. Alors que je lève les yeux mon regard intercepte ce que je qualifierai une vacherie. Mick qui se frotte à un autre type ! Approchant ses lèvres de l’autre et regardant dans ma direction… Mais il croit quoi ? Que je drague Luka ? Jamais il ne me fera confiance ? Je lui fais les gros yeux et pince la bouche. Le mouvement de la danse me le fait perdre de vue. J'enrage. En plus de la réminiscence d’un passé violent, je dois composer avec un sentiment que je ne connaissais pas jusque-là, du moins avec Miya. La jalousie. Bordel, je ne supporte pas qu’il aille se coller contre ce type. Je l’ai de nouveau dans mon champ de vision, j’essaye de lui faire comprendre du regard que franchement ce n’est pas drôle. Je n’arrive pas à déchiffrer le regard que me lance Mick. Me met-il au défi ? Me prouve-t-il que je puisse ne pas être le seul qui compte à ses yeux ? Cela me mine, car je sais pertinemment qu’il n’a pas la même notion de liberté de couple que Miya. Mais puis-je lui reprocher d’aller voir ailleurs alors que je lui impose de me partager avec le chat ?

Luka, que je n’écoute plus, à dû s’apercevoir de ce manège et l’impact que cela me fait. Il entend parfaitement mon cœur qui dérape. Brusquement, je sens son étreinte se resserrer. L’espace de sécurité chaste qui nous séparait s’est réduit à néant. J’allais râler, disant que je ne voulais pas jouer ce jeu idiot, quand Mick revenant dans mon champ de vision était aux prises avec Miya cette fois-ci. A quoi ils jouaient tous les deux ? Miya aussi voulait me faire culpabiliser ? Je sentais le souffle de Luka dans mon cou, me disant qu’il souhaitait que l’on efface le passé et que l’on reparte sur de nouvelles bases. J’avais la tête pleine de sentiments contradictoires. D’un côté Luka qui semblait vouloir être amical, voir même un peu trop, vu où ses mains se décalaient vers mes reins. Les deux autres guignols qui se bécotaient en me regardant. Le vase était plein. Je me ressaisi, m’éloignant un peu de Luka. Je lui demandais de ne rien dire à qui que ce soit de ce qu’il savait de moi de mes actes à Boston. Je voulais garder la maitrise des informations que je lâchais à Miya et Mick. Il me confirma qu’il n’avait pas l’intention d’en parler et qu’en retour il souhaitait que je taise la scène dont j’avais été témoin un soir. Je hochais la tête signifiant mon accord sur cet arrangement commun. Je tairai son secret et inversement.

Je profitais que la musique change de rythme et que les danseurs se mettent à sauter pour m’extirper des bras de Luka. Je le plantais là et me faufilais sur la terrasse. J’avais besoin d’air et de solitude. L’air frais me fit du bien, j’étais en nage. Je m’assis sur une murette, les jambes dans le vide. Trop de choses se télescopaient. Boston qui se rappelait cruellement à moi avec la présence de Luka. Mike qui flirtait avec un autre. Me faisant largement comprendre que lui aussi pourrait aller voir ailleurs. Mais bordel ! Je n’ai jamais caché que je ne romprais jamais avec Miya. Et ce n’est pas moi qui suis aller chercher ce Luka ! Ce qui me blesse le plus, est que je sais pertinemment que Mick n’est pas du genre à courir deux lièvres à la fois. Pourquoi vouloir me heurter de la sorte ? Et Miya qui en rajoute une couche. Je sais qu’il n’est pas mal intentionné et que Mick lui plait. Mais là, ce n’était vraiment pas le moment à ce genre de jeu. Plus l’autre qui en a profité pour se coller contre moi. C’est vrai qu’il ne connait que l’ancien Chad. Maintenant, je suis incapable de jouer ce genre de jeu qui peut heurter et blesser ceux que j'aime.

J’ai froid, j’ai envie de rentrer, de me coller sur ma palette graphique et qu’on me fiche la paix. Je n’avais pas tous ces soucis quand j’étais célibataire. Rien que l’image de Mick et Ethan me fait grincer des dents. Cette soirée avait si bien commencé. Puis flute, si on ne me fait pas confiance au moindre doute, qu’ils s’amusent ensemble. J’ai froid et cela n’a rien avoir avec l’hiver qui se termine. J’en ai ma claque. Je me casse ! Je me redresse pour sauter. Pas question que je retourne là dedans et risquer de les croiser.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar


Humeur : Observateur

Messages : 1481
Points : 1477
Réputation : 227

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:41


Le triangle sonne le glas





Miya est descendu de scène et après avoir suivi Ethan des yeux jusqu’à ce qu’il se soit suffisamment éloigné, il s’est collé à moi.

- Tu serais jaloux ? Le grand Mick si inaccessible est jaloux ?! Qui l’aurait cru ?...Moi en fait…c’est même assez évident.

Je l’écoute tout en fixant Chad toujours serré contre ce type que je ne connaissais pas. Moi jalousie ? Je ne l’aurais pas pensé mais cela me gêne cette proximité soudaine alors je peux bien m’avouer être jaloux. Miya approche délicatement sa bouche de mon oreille.

- Arrête de te la jouer Don Juan abruti. Tu crois vraiment que si Chad ne t’aimait pas comme un fou j’aurais laissé un type aussi dangereux et aimant à emmerde que toi entrer dans sa vie ?

Je sais Miya très protecteur avec Chad mais qu’est-ce que l’amour quand je ne suis même pas sûr que notre relation soit stable. Le japonais m’oblige à le regarder en prenant ma mâchoire dans sa main.

- Hey, Mick, je te parle. C’est pas parce que je suis grimé en nana que je suis moins fort que d’habitude alors arrête de m’ignorer.

Le chanteur commence à m’agacer et ce type aussi ! S’il croit que je ne remarque pas que ses mains descendent sur le cul de Chad il se trompe.

- Je vais partir un moment.

Je serre les poings pour me retenir d’aller dire ce que j’en pense au mousquetaire qui se frotte à mon mec. Puis la phrase de Miya atteint mon cerveau et je retrouve la lucidité que cet accès de jalousie avait fait disparaitre. Partir ? Le ton employé me signale aussitôt qu’il ne parle pas d’un simple voyage.

- Je ne sais pas encore quand et encore moins combien de temps, mais je vais partir. J’ai deux ou trois petites choses à régler par rapport à mon passé. Et j’ai besoin de toi pour le calmer. Tu dois l’empêcher de me suivre. Alors arrête de faire le con. Tu es important pour lui Mick. Tu n’as donc pas conscience de l’état dans lequel il s’est mis pour toi ? Il s’est fait torturé pour toi, il s’est torturé lui-même l’esprit pour toi, arrête de flipper. Il t’aime.

Entendre quelqu’un d’autre et surtout Miya annoncer cela me fait chavirer le cœur. C’est une autre tension qui éveille mon instinct. Le japonais prépare quelque chose qui le met mal à l’aise. Il cache ce trouble en s’exprimant clairement mais je ne suis pas dupe.

-  Je ne lui demanderais jamais de choisir entre toi et moi. J’aimerais te demander de ne pas le faire, parce que tu le feras souffrir, mais je ne peux pas, parce que je sais très bien que cette relation, basée sur la liberté entre lui et moi, c’est quelque chose de difficile à comprendre. Mais ne fais pas le con avec lui. Tu vois bien qu’il n’est pas à l’aise avec ce type alors n’en rajoute pas une couche. Et promets-moi. Promets-moi que tu le retiendras, même si vous vous engueulez pour ça, juste retiens le, ok ? Promets-moi que tu le feras.

Je n’avais pas l’intention de demander à Chad de choisir l’homme avec qui il préférait être. Je vis cette relation au jour le jour. Avec ses avantages et ses inconvénients. Miya rend Chad heureux et je le respecte pour cela. Sa présence n’a jamais été un réel poids mais plus un sujet de doute quant au sérieux de notre couple. Dans ce genre de contexte il est difficile d’imaginer l’avenir. Pourtant si Miya quitte Beacon Hills, Chad sera profondément touché et je serais le seul à pouvoir combler le vide qu’il ressentira. Notre relation deviendra-t-elle peut être « normale ». La révélation de Miya me trouble et bouscule des questions dans ma tête. Mais devant son expression plus que sérieuse, j’accepte. Pour Chad. Pour nous.

Alors Miya me tire un peu plus près de lui et approche ses lèvres des miennes. Je sais que je lui ai toujours plus. Les regards qu’il me porte sont différents de ceux qu’il adresse à Chad mais son attirance est visible.

- Tu veux le faire languir, je sais comment faire moi !

Nos lèvres fusionnent dans un baiser étrange. Le contact est infime mais bien réel. Nous nous repoussons mutuellement. Chad n’a pas loupé une seconde de la scène. Sceller une promesse par un baiser c'est original. De tout façon, rien entre Chad, Miya et moi n'est ordinaire. Comme presque tout dans cette ville. Ses habitants, surtout.

- J'empêcherai Chad de te suivre et je le rendrais aussi heureux que possible, dis-je.

Ma curiosité en prenait un coup mais je compris la gravité des faits dont il me cache l'existence. Je vis la même chose alors je le comprends. Je suis Miya des yeux alors qu’il se dirige à la suite de Chad qui part d’un pas lourd vers la terrasse extérieure. De loin, je les observe tous les deux.

Je ne saurais peut être jamais ce qu’ils se disent à cet instant. Mais je respecte leur intimité. C’est comme cela que notre relation à trois fonctionne. Chacun tentant de rester à sa place. Lorsque Miya s’éloigne de Chad, je me dirige à sa rencontre. Nous ne nous disons rien mais un échange visuel vaut tous les mots.

Je me rapproche de Chad et pose ma main sur son épaule, prenant appui pour l’embrasser dans le cou. Il ne me repousse pas mais ne réagit pas non plus. Je m’assois à ses côtés, les jambes dans le vide. Je descends ma main sur la sienne et le rassure quant à mes motivations. J’espère qu’il sent que personne d’autre que lui n’a de place dans mon cœur. Chad ne semble pas de meilleure humeur. Ses muscles se contractent. Il fait un mouvement vers l’avant.

Je saute avec lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar



Messages : 175
Points : 222
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:42

Not Even A Last One



Je dois bien avouer que je m’attendais à presque tout, mais certainement pas à ça. Je ne pensais pas que Chad réagirait ainsi. Je n’ai pas fait ça pour le faire craquer de colère. Je voulais le faire languir, lui donner envie de nous rejoindre. Mais je l’ai énervé. Je l’ai énervé…comme si…comme si…Je pars à sa suite, laisse Mick et rejoins mon loup sur le balcon. Je retrouve Chad, à deux doigts de sauter par-dessus la rambarde pour se barrer.

- « Chad ! »

Il s’arrête mais ne se tourne pas vers moi. Je soupire et je m’avance.

- « Chad, s’il te plaît. Permets-moi de te parler. »

Il accepte, se rassois et je me pose à ses côtés.

- « Je suis désolée. Je ne pensais pas…Je ne voulais pas t’énerver. Je voulais juste…Je voulais que tu penses à autre chose. Ce type semblait te faire penser à des trucs pas cool. Et que tu n’aies pas à t’en faire par rapport à Mick. Et puis, je croyais que nous voir tous les deux, nous bécoter, ça te donnerait envie de nous rejoindre. Je croyais que tu serais content de nous voir ensemble. Je ne m’attendais pas à ce que ça te mette en colère. »

Je baisse les yeux et fronce les sourcils. J’inspire profondément.

- « Est-ce que ça t’énerve de me voir avec lui ? Je sais que tu n’es pas jaloux de lui. Nous n’avons pas cette relation-là tous les deux ; Mais, est-ce que tu es jaloux de moi ? est-ce que ça t’énerve de me voir avec lui ? De voir que ce n’est pas toi dans ses bras ? »

Je crois qu’il prend lui-même conscience de cela. Il n’y a probablement jamais pensé de cette manière et pourtant. La réaction qu’il a eu ce soir, le fait que le baiser que j’ai volé à Mick l’ai fait craqué d’agacement, ça en dit long. Je suis contraint de me taire. J’ai compris, mais ça ne m’empêche pas d’avoir mal. Une fois de plus, j’ai compris avant lui d’ailleurs…

- « Je ne te demanderais jamais de choisir Chad, tu le sais. Ca n’aurait aucun intérêt. J’aime trop ma liberté pour cela. Mais je sais que tu ne peux pas avoir la même relation avec Mick. Tu ne le désires pas plus que lui. Et il faut être honnête…Tous les deux, nous sommes diamétralement opposés. Loup et panthère. Classe et excentrique. Carré et biscornu. Masculin et androgyne. Ca ne veut pas dire que tu ne seras plus mon ancre ou que je n’accepte plus d’être la tienne. Mais peut-être qu’on devrait s’en tenir à des gratouilles et des câlins chastes, parce que je ne pourrais pas me passer des gratouilles et des câlins chastes !! Ca non alors ! Je…je ne dis pas que je veux mettre un terme à nous. Au contraire. Mais…juste…Qu’est-ce que tu veux ? Sois sûr de ce que tu veux réellement ? Nous pouvons être juste amis. Si c’est ce qu’il faut pour que tu sois heureux. Ça ne me gêne pas. Tout comme je sais que Mick ne te demanderas pas de choisir non plus parce qu’il ne veut que ton bonheur, tout comme moi, et bien moi, je te demande juste de savoir ce que tu veux… »

Je soupire. Je ne pensais pas être capable de le dire…Je l’embrasse et souris, comme à mon habitude.

- « Mais bon, rassure-toi, tu as amplement le temps d’y réfléchir ! Liberté oblige !! Enfin, je te laisse avec ton chéri. Il a des choses à se faire pardonner. Et ne vous en faites pas pour moi. De toute façon je dois animer la soirée !! »

Un dernier baiser et je me lève et avance vers Mick. Nous échangeons un regard. Un simple regard lourd de sens. « Respecte ta promesse » dit le mien, et lui me promet de le faire. Je me fonds dans la masse et remonte sur scène le temps de pousser l’ambiance à son comble puis je descends à nouveau dans la foule. Je cherche Scott du regard, mais je ne le vois pas. En revanche, je trouve rapidement Isaac. Je m’approche de lui et lui demande de me suivre dans les coulisses improvisées pour récupérer des glaçons. Une fois en bas, je profite que nous soyons seuls pour lui parler et lui demander, comme je l’ai fait avec Mick, de prendre soin de Jay.

« Je dois partir pour des raisons personnelles, mais je sais qu’elle ne me laissera pas faire. Je dois le faire Isaac. Alors Scott et toi, vous devez la retenir ! s’il vous plaît, faites-moi confiance. Ne me suivez pas et retenez-là, ok ? Promets le moi. »-

Une fois en haut je traverse la salle et vais dans les coulisses. Je suis rapidement rejoint par une personne déguisée en fantôme de Belphégor avec une grande cape noir et un masque recouvrant bien son visage. Quand elle le retire, parce qu’il s’agit bien d’une fille, son visage est maquillé exactement comme le mien. Sa capuche retirée dévoile la même coiffure que la mienne. Nous échangeons nos vêtements et en dehors de ses seins qu’elle dissimule sous ma veste pleine de couleur, il est difficile de voir que ce n’est pas moi.

- « Tu es sûr que tu veux faire ça ? »

- « Certain. »

- « Jay va te détester et ton mec aussi. »

- « Sans doute. »

Elle me regarde et se résigne. Je ne changerai pas d’avis. Elle retourne se mêler à la foule et fait parfaite illusion. Moi aussi je fais de même, désormais caché sous un masque, je me dirige doucement vers la sortie. Une fois dehors, je me dirige vers une voiture noire. Un type en sort et hausse un sourcil.

- « Tu reviens de toi-même au bercail chaton ? »

- « Vous pensiez que j’allais résister ? »

- « Un minimum. »

- « Je n’ai pas changé de nom depuis que j’ai quitté ma cellule. »

- « Tu voulais que l’on te retrouve. »

- « … »

- « Pourquoi ? »

- « Parce que je suis un chasseur avant tout. »

- « Tu n’as rien chassé ici. »

- « Vous rigolez, vous avez vu ce qu’il y a ici ? Je ne chasse pas du gibier si je ne peux pas le bouffer ! »

- « Et la louve ? »

- « Elle est morte peu après notre départ. »

- « Je vois. La pauvre chérie n’a pas supportée la perte du blandinet. »

- « Ou le viol collectif, au choix. On y va ? »

Je monte dans la voiture et nous nous mettons en route. Je regarde l’appartement réduire dans le rétroviseur et en profite pour virer mon maquillage.

- Est-ce que vous serez mon maître ? »

- « Non. Je n’ai pas ce privilège. »

- « Vous ou un autre. Vous devez juste savoir que j’attendrais d’être à quelques heures de route pour me soumettre. Mon maître actuel sonnerait l’alerte et nous aurions trois meutes de loups sur le dos. »

- « C’était prévu. »

- « Comment ça se passe maintenant ? »

- « Tu es trop docile. »

- « Je vous l’ai dit. Cette vie m’agace. La chasse me manque. Trop casse pied ici. »

- « Tu as vraiment été bien élevé. »

« Et donc, comment ça se passe ? »-

-« Je ne suis pas au courant de cela. »

Je soupire et hausse des épaules. Ce n’est pas étonnant. Je profite du voyage pour me changer, défaire mes tresses, nettoyer mon visage. Bref, retrouver une apparence potable. Il ne me reste qu’à couper ma longueur et repasser sur une teinture noire, et ça le fera. Presque deux heures plus tard, nous arrivons enfin.au milieu de nulle part. Un homme avec une grande classe nous attend. Je comprends tout de suite que ce sera lui, mon nouveau maître. Il est accompagné de l’un de mes anciens geôliers.

- « Voilà le bâtard prodigue ! »

- « Voilà le stupide violeur à p’tit queue ! »

- « Silence ! »

Il en impose l’inconnu.

- « Vous serez mon maître ? »

- « Et toi, mon Kanima. Et dès lors, tu n’ouvriras plus la bouche que quand je te
le dirais. Oublie ce que tu as vécu avec les Argent. Après votre départ, il n’en restait que quelques-uns en vie. Ils se sont tournés vers nous. Et nous, sommes tes maîtres. Tu as compris ? »


Je le regarde. Nous sommes suffisamment loin maintenant.

- « Oui, maître. »

J’ai l’impression d’entendre le cri déchirante de Jay d’ici. J’ai grande peine à retenir mon propre cri. Et puis je passe sous le contrôle de cet homme. Son sang-froid me glace le sang. Cet homme est dangereux, et je suis désormais son arme.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:43


Out of control






Mafdet se tenait prête à intervenir pour contenir un alpha assailli par une nouvelle puissance. Aaron venait d’entrer et nous le fixions tous les deux. Elle prit la parole pour me délivrer ce qui occupait son esprit.

- Je bloque sur deux problèmes en ce moment. Tu as mis le doigt sur l’un d’eux : Stiles qui s’effondre alors que ces deux amis qui ont subi le même sacrifice semblent se remettre. Et Mickaël Wayne dont la mémoire a été bloqué par un ordre de chasseur dont je n’arrive pas à définir l’étendu ni les motivations profondes. Je sais juste que la famille Hale, le loup grognon que tu as vu à l’œuvre, est plus ou moins impliqué.

Un jeune homme aux allures féminines passa devant nous. Je perçus le lien entre lui et ce Mickael que Mafdet venait de me présenter. Le futur concernant ce Miyavi fut trouble. Ce soir il quitterait la ville. La suite fut insondable. Les possibles futurs étaient trop entremêlés pour que je puisse en analyser le contenu.

En reportant mon attention sur Aaron qui n’était plus à portée de nos regards, une vision particulièrement précise défila dans mon esprit. S’il ne se contrôlait pas à la prochaine pleine lune, un carnage aurait lieu. Le risque plus grand encore serait que le secret ne puisse être maintenu. Nous devions être prudents car jusqu’à présent il s’en était fallu de peu que les faits surnaturels survenant à Beacon Hills s’ébruitent hors de la ville. Le shérif Stilinski et son adjointe se donnaient du mal pour dissimuler les preuves parfois accablantes.

Si le commun des mortels se précipitait dans cette ville, le fanatisme et la peur seraient de terribles fléaux. Maitriser quelques individus ou une ville entière était chose faisable. Mais maintenir l’ordre à plus grande échelle était nettement plus ardu. C’était sans doute l’une des raisons qui justifiait la présence de deux sentinelles ici. Si nous échouons, les conséquences seraient désastreuses. Je savais que des ennemis tapis dans l’ombre jubilaient de cette éventualité.

J’indiquai à Mafdet de me suivre et nous nous sommes engagés vers le toit du loft. Je n’entendais pas les paroles d’Aaron mais en prenais connaissance en percevant le cours du temps. Si nous avions été dans la même pièce, j'aurais pu étendre mon contrôle de l'air environnant pour capter ses mots. Cela importait peu car ma vision était très claire. Je fis irruption aux côtés des trois alphas, Mafdet sur les talons.

- S’ils ne le font pas je m’en chargerai.

Scott et Ruby avaient fait volteface en m’entendant prononcer ces mots. Aaron se crispa, sans doute offusqué que je me sois immiscé dans leur discussion mais je repris la parole avant lui.

- Il me semble que ta meute n’a pas de druide, je me trompe ?



Revenir en haut Aller en bas
Chad Wilder

avatar


Humeur : vengeresque

Messages : 982
Points : 992
Réputation : 91
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:43

(In)Fortuna



O Fortuna,
velut luna
statu variabilis,
semper crescis
aut descrescis;
vita detestabilis
nunc obdurat
et tunc curat
ludo mentis aciem,
egestatem,
potestatem
dissolvit ut glaciem.

J’allais me casser de cette fête qui n’en n’était plus une pour moi. Trop d’images négatives défilaient sous mes yeux. J’avais pensé que mes deux mecs auraient eu un peu plus d’intelligence sur ce coup-là. J’étais déçu. Mick ne pouvait certes pas savoir ce que je revivais avec la présence de Luka. Mais la connexion animale que j’avais avec Miya aurait dû indiquer à celui-ci que ce n’était vraiment pas le moment de ce genre de jeu. En d’autres circonstances, cela m’aurait fait rire et même comblé qu’ils se rapprochent. Mais là, je me battais avec des images d’un passé que je n’assumais pas. La voix de Miya m’arrêta. Je restais immobile attendant de savoir ce qu’il voulait.

- Chad, s’il te plaît. Permets-moi de te parler.

Je me rassis en soupirant. Comme toujours incapable de dire non. Alors que je ne voulais absolument pas discuter et plutôt me renfermer dans ma coquille.

- Je suis désolé. Je ne pensais pas…Je ne voulais pas t’énerver. Je voulais juste…Je voulais que tu penses à autre chose. Ce type semblait te faire penser à des trucs pas cool. Et que tu n’aies pas à t’en faire par rapport à Mick. Et puis, je croyais que nous voir tous les deux, nous bécoter, ça te donnerait envie de nous rejoindre. Je croyais que tu serais content de nous voir ensemble. Je ne m’attendais pas à ce que ça te mette en colère.

J’écoutais en silence. Miya était totalement à côté de la plaque ! J'allais pour le détromper, puis me retins. Comment pouvait-il penser cela ?  Comment osait-il seulement le penser ? Me pensait-il si égoïste. Sa méprise me blessait, autant que son jeu inopportun avec Mick.

- Est-ce que ça t’énerve de me voir avec lui ? Je sais que tu n’es pas jaloux de lui. Nous n’avons pas cette relation-là tous les deux ; Mais, est-ce que tu es jaloux de moi ? Est-ce que ça t’énerve de me voir avec lui ? De voir que ce n’est pas toi dans ses bras ?


Jaloux de lui ? Que les deux gars que j’aime se rapprochent ? Non bien au contraire. Cela m’ôterait un peu de cette culpabilité que j’ai envers Mick, de lui imposer cette relation à trois qui est contre sa nature. La suite de son discourt m’atterre. Ne pas mettre un terme à nous ? Mais qu’es-tu en train de faire là, sinon rompre ? Ou du moins t’effacer pour me laisser le champ libre avec Mick. J’ai envie de lui hurler ce que je pense et ressens. Mais, l’accumulation de ce soir me fait serrer les dents. Me laissant incapable de m’exprimer. Miya me demande ce que je veux, me laisse un choix. Celui de le lâcher. Ai-je jamais exprimé un tel désir ? Doute-t-il à ce point de ce que je ressens pour lui ? Ai-je failli ces derniers temps en étant concentré sur Mick ? La liberté dont il se vante semble se faire façade, s’il s’est senti délaissé ou moins aimé ?

- Mais bon, rassure-toi, tu as amplement le temps d’y réfléchir ! Liberté oblige !! Enfin, je te laisse avec ton chéri. Il a des choses à se faire pardonner. Et ne vous en faites pas pour moi. De toute façon je dois animer la soirée !!

Sors immanis
et inanis,
rota tu volubilis,
status malus,
vana salus
semper dissolubilis,
obumbrata
et velata
michi quoque niteris,
nunc per ludum
dorsum nudum
fero tui sceleris.

Soudain à son cœur je sens qu’il a déjà pris sa décision. Il ment. Il me ment ! Il me donne un choix qui n’en est pas un. Son baiser a un goût d’adieu. Je n’ai pas dit un mot. Le laissant dans son erreur. Cela lui apprendra de penser à ma place. Ce soir, je ne suis pas apte à discuter. Je l’appellerai demain pour mettre les choses au clair. Il est hors de question pour moi de le laisser s’éloigner. Il compte autant pour moi que Mick. Oui nous sommes différents. Et alors ai-je envie de dire. Oui il me choque grimé en fille. Mais je ne l’en aime pas moins. Demain je l’attrape entre quatre yeux et je lui dis mes quatre vérités et mes sentiments pour lui. Ce soir, je veux juste être tranquille. Mais c’est raté quand je sens la main de Mick sur mon épaule. Je ne réagis pas quand je sens ses lèvres dans mon cou. Je suppose qu’il est au parfum pour Miya. Quand il s’installe à côté de moi sur la murette, je regarde obstinément mes pieds au-dessus du vide. Je n’enlève pas ma main quand il pose la sienne dessus. J’ai envie de râler, de les engueuler tous les deux. Mais le besoin de réconfort est plus fort. Et c’est ce que fait Mick, me rassurant sur ses sentiments, ma place auprès de lui. Je l’écoute quand il me parle. J’écoute aussi ses silences. Je suis incapable de parler, toujours sous le choc de ce que je prends comme une trahison de la part de Miya. Je ne sais combien de temps on reste là, les pieds battant le vide. Je vois une voiture passer en bas.

La fatigue et la lassitude se font pesantes. Je veux rentrer, seul. Sans un mot, je bascule dans le vide. Ce qui serait un acte suicidaire pour un humain, est juste le chemin le plus court entre moi et ma palette graphique. Mon cœur fait un bond, quand je m’aperçois que Mick saute avec moi. Mais à quoi joue-t-il ? Les prises possibles sont trop éloignées, même pour lui. Dans un réflexe, je le ceinture à la taille d’un bras, alors que de l’autre, je freine notre chute attrapant le moindre relief de la façade avec mes griffes. L’atterrissage est brutal, mais se fait sans dégât. Je repose Mick sans ménagement sur le sol.

- Mais sérieux, tu joues à quoi là ? Vous avez décidé de me rendre dingue ce soir ou quoi ?


J’explose. Tous ce que j’avais retenus entre mes dents serrées. Toute ma rage, ma frustration et ma déception tombent sur Mick. Je lui hurle dessus, lui disant qu’il est un crétin et bien plus encore. Mes mots vont bien au-delà de mes pensées. Il se prend en pleine figure, tout mon ressenti sur ce maudit passé et mon exaspération des attouchements de Luka. Ma jalousie de l’avoir vu flirter avec Ethan. Ma colère de voir Miya me prêter des pensées que je n’ai pas. Ma peine de le voir fuir, me fuir. Je cris, je beugle. Il est bien loin l’étudiant affable que je suis habituellement.

- Mais merde quoi ! Dis-je pour ponctuer la fin de ma logorrhée.

Je reste là, en face de lui, les bras ballants, vidé. Mick ouvre ses bras, je m’y précipite. Je m’agrippe à lui. Ma haine s’est envolée aussi soudainement qu’elle a éclaté. Il se fait doux et réconfortant. J’apprécie qu’il ne parte pas sur la défensive et calme le jeu en se taisant. Le long baiser que nous échangeons me réchauffe un peu le cœur. Doucement, il m’entraine vers la Camaro. Je me laisse faire, lui abandonnant ma personne, incapable de toutes initiatives. Je suis un peu groggy. Je ne dis plus rien, alors que Mick m’inonde d‘attentions et de mots gentils. Il démarre doucement et à la direction qu’il prend, je comprends qu’il me ramène chez lui. Je ne proteste pas. C’est surement mieux ainsi, au lieu que j’aille faire l'ermite derrière mon ordinateur. Je regarde les lampadaires défiler faisant alterner ombre et lumière. Oui, demain j’irai voir Miya et on s’expliquera tous les deux. On lèvera les malentendus. Cela serait trop stupide d’arrêter ainsi.

Ce vide ? Qu’est-ce que ? Au même moment j’entends un hurlement terrible. Celui d’une louve blessée. Ce vide ? Je ne réfléchis pas, alors que Mick roule à vive allure, j’ouvre la portière et sorts. Je roule sur le sol m’écorchant les mains et le visage. Je ne sens même pas la douleur de l’impact. Quand ma chute stoppe, je suis déjà à moitié transformé. Et je me mets à hurler. Hurler de douleur, hurler de fureur. La douleur de ce lien qui se casse rejoint celle de Mary-Jaycee. Nous hurlons de concert notre peine et notre désarroi. Miya qu’as-tu fait ? Je perds le contrôle. Mon loup se sent trahi. Même Nineko n’a rien dit. Il ne pouvait ignorer les intentions de son hôte. Si le point d’ancrage avec Miya est encore là, il est brutalement devenu faible et tenu.

Sors salutis
et virtutis
michi nunc contraria,
est affectus
et defectus
semper in angaria;
hac in hora
sine mora
corde pulsum tangite,
quod per sortem
stermit fortem
mecum omnes plangite!

Combien de temps mettra-t-il à s’effacer ? Je sens le lien se déliter, brins après brins. Je hurle mon refus, j’enrage. Je ne perçois pas les sillons que mes griffes font sur l’asphalte. Je laboure la route comme un coin de terre. Je ne comprends pas. Pourquoi ? Le désarroi de Jaycee amplifie le mien. C’est comme si nous entrions en résonnance. Ma douleur amplifiant la sienne. Sa peine alimentant ma fureur. Je perçois l’aura de Ruby, interrogative, inquiète. Deux bêtas hurlent à la mort, rameutant leur meute. Mais il est trop tard. Miya est trop loin, on ne peut le stopper. Il a déjà changé de maitre. Nous a effacés de sa vie. Ma voix se casse alors que les brulures sur mes mains cicatrisent.

- Pourquoi Miya ? Je murmure, ma voix n’est qu’un souffle infime.

Je sens deux bras puissants me serrer. Mick. La Camaro. C’est là que je réalise que je suis descendu de la voiture en route. Je m’accroche à lui, le reste de mon ancre. Exhorte mon loup à se calmer. A s’accrocher à cette ancre, de ne pas basculer dans la folie où la série d’épreuve de la nuit m’entraine. Le loup reflux peu à peu. Mais mes yeux restent d’or. L’animal veut bien se calmer, mais reste présent. Je ne sais comment je me retrouve assis sur le lit de Mick. Je suis comme assommé. Je me laisse faire. Il me parle, je n’entends rien. Je ne sais pas si je serais capable de trouver le sommeil, mais je lève les bras quand il m’ôte mon costume. Je m’abandonne à la seul personne qui peut  m’aider à ne pas plonger.
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 791
Points : 864
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:44


Il y'a ces gens là monsieur, oui monsieur il faut vous dire monsieur, que ces gens là on ne cause pas monsieur. On ne cause pas... On aime. Tout du moins c'est que je pensais en cet instant précis alors que mon interlocutrice m'adressa un sourire flamboyant, remarquant calmement et sans offusquée l'intérêt que je lui portais. Je me rapprochais doucement d'elle et lui posai ma main sur la taille, la serrant tendrement et lui fis un clin, tout en me penchant, collant presque ma joue contre la sienne. Contrôlant soigneusement ma voix pour lui donner des intonations sensuelles à la fois provocantes et conspiratrices - à l'image même de l'homme qui dit du mal de son voisin le plus proche - et lui murmurait tout doucement à l'oreille quelques mots doux pour lui faire plaisir :

"Si vous m'inspirez ? Pas du tout mais je puis vous dire bella ces quelques mots...


Un jour le Diable vint sur Terre surveiller
Les riches intérêts qui faisaient sa fortune
Et, satisfait, il me vit errant dépouillé
De toute dignité, avançant avec peine

Son ombre s'étendit sur moi, malsaine
Et pourtant se fut comme accueillir un ami
Comme si je voyais la plus belle des reines
Et je lui adressai ses mots avec bonhomie :

"Hola beau voyageur que faites vous ici ?
En ces terres d'orage et de désespoir ?"
M'envoûtant tel Hamelin il me répondit :
"Je suis le maître de ces terres d'espoir."

Et regardant cette profonde désolation
Il me dit de ces traîtres et captivants mots :
"Je suis le Maître des désirs et des passions
Venu voir comment se portent mes agneaux."

Et m'entourant des exquis bras du réconfort,
A mon attentive oreille il susurra :
"Dis moi ce qui te rendrait si puissant et fort
Que le malheur et la colère tu oublieras"

Accroché à un tel espoir, je lui racontai :
"Il est bien une femme qui se joue de moi
Mon coeur est lacéré par sa déloyauté
Envers celui qui la porte si haut en soi"

Pensif il me sourit et me tendit sa plume
"Es tu prêt mon ami à signer un contrat ?
Qui te permettrait un jour de rafler l'âme
De celle à laquelle tu porte ton estime ?"

Ma réponse fut celle des faibles, des couards
Mais l'espoir en moi venait de s'embrasser
Et je signai le contrat tel un charognard
Mon peine, mon dégoût venaient de trépasser

Dès lors que la plume toucha ce maudit papier
Il se grava à jamais sur mon coeur le nom
De la maudite qui osait m'estropier
Qui m'avait vendu au Père des confessions

Mais pour celle qui ne me regardait plus
J'étais prêt à tout, même au plus terrible
Celui qui verrait mon sacrifice absolu
Et qui ferait devenir l'allié du faible

Car au Diable mon âme j'aurais vendu...
"

Je m'éloignai dès lors d'elle et lui adressai un clin d'oeil juste avant qu'elle ne dût s'éloigner pour régler un problème. En effet elle sentait incroyablement bon, en plus d'être d'une rare beauté mais je pris une attitude quelque peu plus distante, bien que toujours confiant et aimable à souhait. En effet elle m'apprit que sa meute était prête à accueillir un nouveau membre et me proposa d'enter dans sa meute. Je hochai la tête juste avant d'être présenté à l'homme qui se prénommait Aaron. Légèrement plus grande que moi je l'appréciai au premier regard bien qu'il semble hésitant dans sa façon de se déplacer ou de parler. Il ressemblait à un chiot - excusez la métaphore mais tel était le cas - cherchant à devenir un véritable prédateur en l'espace de quelques heures. Sûrement était il un nouveau Alpha comme cela pouvait arriver, mais à un tel âge... Si jeune pour porter une telle responsabilité qu'il m'inspirait force de pitié. Enfin alors que les danseurs s'éloignait mon choix était fait : la meute de Ruby serait celle que je choisirai. Lorsque je remarquai l'homme qui la prit par la taille et l'embrassa sans sourciller. Ainsi elle avait déjà un homme ? Force de déception... Fronçant les sourcils j'haussai les sourcils et me dirigeai droit vers l'homme à qui on avait caché la soirée du moins jusqu'à maintenant.

"Salut l'ami ! A ce qu'il paraît tu es un collègue de Ruby ? Enchanté, j'espère un jour l'être également. Cahir Quinn pour te servir... Alors comme ça t'a eu la surprise de découvrir ton loft dans cet état ? Mauvaise surprise pour sûr !"

HRP:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Mickael Wayne
Administrateur
avatar


Humeur : Observateur

Messages : 1481
Points : 1477
Réputation : 227

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 11:45


Cry




[/color]

Je sens les bras puissants de Chad me rattraper. De ses griffes il racle le mur pour ralentir notre chute. À croire que son loup non plus n’a pas envie de me laisser tomber brutalement au sol. J’ai confiance en lui et ce geste qui aurait pu paraitre stupide ou suicidaire en est la preuve. L’atterrissage est amorti mais il me libère avec brutalité. Je me doute de ce qu’il ressent. Cet amalgame de colère et d’incompréhension qui fait battre la veine au creux de son cou. Quand il fait un pas en arrière, je saisis l’explosion qui se prépare avant même qu’il ouvre la bouche.

- Mais sérieux, tu joues à quoi là ? Vous avez décidé de me rendre dingue ce soir ou quoi ?

« Tu ». « Vous ». Je sais bien que Miya et moi sommes le sujet de son tourment. Mais il ne craquerait pas pour ce rapprochement soudain si quelque chose ne le minait pas déjà avant cela. Ses mots sont forts et blessants, les insultes fusent lorsqu’il parle de ce gars dont il vient de m’apprendre le prénom. Ethan, je me foutais de ce gars. Mais je ne lui en tiens pas rigueur. Il semble si exaspéré que cela me fait de la peine d’imaginer qu’il rumine tout cela depuis un moment. Miya est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

If anyone asks
I'll tell them we both just moved on
When people all stare
I'll pretend that I don't hear them talk
Whenever I see you
I'll swallow my pride
And bite my tongue
Pretend I'm okay with it all
Act like there's nothing wrong


Après s'être déchainé, Chad n’a plus de force. Incapable de parler, il plonge contre moi alors que je lui ouvre les bras. Je ne ressens pas de colère face à ce qu’il a dit. J’ai simplement envie de le réconforter. Je mets toute ma tendresse dans notre baiser. Je sens que cela lui fait du bien et qu’il se calme. Nous restons l’un contre l’autre quelques minutes, sans bouger. Puis je garde mon bras autour de sa taille et nous retournons jusqu’à la Camaro que j’avais garé à l’écart des autres. Je ne fais même pas attention aux sifflements qui proviennent d’un groupe de mecs restés à l’entrée du loft. Je me moque de ce qu’ils peuvent penser. Chad s’installe dans la voiture avec des gestes mécaniques, trop troublé pour être pleinement conscient. Je prends la direction de chez moi tout simplement parce que j’habite plus près et que je pressens que Chad a besoin d’être rapidement au calme. Je roule à vive allure en gardant une main sur sa cuisse pour lui montrer que je suis présent. Il est plongé dans une réflexion intérieure. Soudain, je le sens se crisper et retenir sa respiration. Je le sens aussi agité qu’une boussole sur un aimant. Je ne comprends l’ampleur de ce qui se passe que lorsqu’il ouvre la portière et saute de la voiture.

Is it over yet?
Can I open my eyes ?
Is this as hard as it gets ?
Is this what it feels like to really cry ?
Cry


Je le vois rouler sur la route dans le reflet de mon rétroviseur. Je jette un coup d’œil en face de moi avant de donner un violent coup de volant et de faire demi-tour pour parcourir la distance qui me sépare de lui. La surprise a augmenté mon temps de réaction mais il n’est pas loin devant. Chad se relève tant bien que mal, le regard braqué dans la direction que nous venions de quitter. Que se passe-t-il là-bas qu’il puisse ressentir d’ici ? À genoux sur le sol, je l’entends hurler. Non, ça n’est pas son cri qui transperce la nuit. C’est celui d’un loup, de son loup. Il souffre. Chad aussi sans aucun doute pour qu’il perde le contrôle et laisse la transformation avoir lieu. Je ne vois qu’une raison qui puisse le ravager autant. Le départ de Miya. J’avais lu dans les yeux du japonais que ce qu’il ferait n’allait pas plaire à Chad et j’avais promis de le retenir. J’ai mal pour lui, je l’aime et je déteste le voir souffrir. Je sais qu’il sent le lien avec son ancre s’étirer ou se rompre.

If anyone asks,
I'll tell them we just grew apart
Yeah what do I care
If they believe me or not
Whenever I feel
Your memory is breaking my heart
I'll pretend I'm okay with it all
Act like there's nothing wrong


Je m’approche de lui sans crainte. C’est un loup-garou désespéré qui gémit sur la route, creusant des sillons sur l’asphalte mais ça reste mon petit ami. J’entends le cri d’un autre lycan au loin. Leur douleur doit être similaire. Je ne peux pas le comprendre mais je peux être là pour le soutenir. Je presse son épaule pour lui signaler ma présence et ce sont deux grands yeux aux pupilles ambré qui se posent sur moi. Si je ne savais pas que l’alcool n’a pas d’emprise sur les lycans je parierais que Chad est saoul tant ses mouvements ne sont pas coordonnés. Il est bouleversé, ravagé. Miya venait de le blesser si profondément qu’il allait falloir énormément de temps pour qu’il s’en remette. Et si j’avais bien analysé ce qu’il se passait, avant ce déchirement qu’il a ressenti, Chad était déjà en proie à d’autres problèmes.

Is it over yet ?
Can I open my eyes ?
Is this as hard as it gets ?
Is this what it feels like to really cry ?
Cry


Nous rentrons tant bien que mal chez moi et je l’accompagne jusqu’à sur le lit. Je l’aide à se mettre à l’aise en retirant son costume. Nous restons l’un contre l’autre. Je remonte la couverture car notre escapade nocturne nous a refroidis. Je passe ma main dans son dos puis la garde immobile sur son bras. Je ne bouge pas et le laisse dans cette position rassurante, serré contre moi. Je sens son souffle léger sur mon torse mais je sais qu’il ne dort pas. Après l’incompréhension et la colère viennent les larmes. Ses joues sont humides et il ne s’en cache pas.

Cry...
Suite des aventures de Mick & Chad:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 522
Points : 680
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Fiesta de MARDI GRAS   Jeu 20 Nov - 12:38



Alliance

La tension était palpable pour celui qui est attentif.  D’un côté cette foule de jeunes qui s’amusaient et se défoulaient dans cette soirée underground. Insouciante jeunesse, ou du moins qui abuse de ce défouloir avant de rendosser le sac de leur vie le lendemain. Quelle étrange sensation de ne pas être seule consciente des forces qui se mettaient en place. Je sentais qu’Erick était moins perplexe que moi sur notre présence commune en ce lieu. Question de tempérament ou de nature ? Je n’avais pas vraiment eu le temps d’analyser les bribes de son passé qui avaient défilées de manière stroboscopique sous mes yeux clos. S’était-il déjà retrouvé dans une configuration similaire ? Je n’ai fait que croiser les miens au cours des siècles. Juste échangé un regard depuis un quai de gare, chacun dans une direction différente. Rarement mots fut échangés, encore moins un contact.

Ce soir étais une grande première. L’enjeu final devait être de taille. Si j’étais attentive à ce qui se passait autour de moi, je prenais un nouveau recul. Je regardais cet homme, nouvelle composante de l’équation complexe du temps qui s’écoulait. Le costume qu’il portait ne le déguisait pas, mais le mettait en valeur et comble de malice montrait une partie de son identité. Celle d’un guerrier.

Les temps ont changés. Alors que cela faisait déjà deux siècles que j’avais rangé mes deux épées. Je le voyais bien lui, comme Achille, abattre une vie à coup de pilum à l’âge du numérique. Nous sommes semblables par le rôle qui nous a été donné. Nous sommes différents sur nos manières d’être et d’agir. Sa sauvagerie à peine masquée titillait la mienne que j’avais muselée pour m’adapter à ce monde moderne. Nous sommes puissants et alors ? Pourquoi devrais-je m’en excuser ? Je n’avais pas choisi mon rôle, comme on ne choisit pas de naitre. Prenez-vous en à mon créateur ! Une sorte de rage sourde me montait au ventre. M’étais-je trop retenue. A trop vouloir rester invisible, à trop vouloir les ménager n’avais-je pas oublié que je n’avais pas de parti à prendre. Pas de compassion à avoir, ni aucune concession à faire. Je suis Mafdet Mahes ex-pseudo déesse Égyptienne, ex-Bastet, ex-enfant Atlante, ex-rien. Aujourd’hui je suis immortelle et détentrice d’une force que je n’utilise pas sauf si vous m’y obligez.

Mon attention se reporta de nouveau sur les deux alphas, Ruby et Aaron. Les prémisses d’un vacillement se sentaient, m’effleurant la peau comme une légère brise. Erick fut plus prompt à interagir, m’invitant à le suivre. Nouvelle donne. Je découvrais le travail d’équipe, moi qui agis en solitaire depuis le début de la civilisation. L’idée me plus, comment allons-nous arriver à concilier nos action sans nous marcher sur les pieds. Je devais composer avec lui, comme lui avec moi. La configuration fit naitre une flamme de curiosité et d’excitation. Il y  avait longtemps que je n’avais pas ressenti une telle motivation. Je suivis le druide.

- S’ils ne le font pas je m’en chargerai. Dit Erick aux trois alphas présents sur le toit.

Ceux-ci se crispèrent à cette intervention. Ma présence calma leur réaction. Ils savaient que je ne laisserais aucun troubles fête, ingérer dans les affaires de ma meute, ni celle de Scott où j’officiais par intérim en l’absence de Deaton.  

- Il me semble que ta meute n’a pas de druide, je me trompe ? Poursuivit-il.

En effet, Erick semblait plus direct dans ses interventions. Il était vrai qu’Aaron n’avait pas de druide attitré. J’avais failli intervenir à l’arrivée de Dylanne Chade, pour stopper le chaos qu’elle avait commencé à mettre que ce soit avec Derek où bien avec Ruby au poste de police. La vision d’un futur récurrent montrant sa mort, m’avait conduit à laisser faire. Était-ce une erreur ? Les conséquences sur Aaron semblaient devenir non négligeables.

Je voyais le regard perplexe de chacun, ne sachant pas trop comment réagir face à mon impulsif confrère. Je crois que je devais préciser sa nature au risque de lui déplaire s’il voulait garder l’anonymat. De toute manière, il semblait qu’on se dirigeait vers une action forte. Il devrait se dévoiler un jour ou l’autre. Surtout auprès de l’alpha qu’il prétendait vouloir guider en tant que druide. Ce qui serait une bonne chose. Aaron avait besoin d’un druide actif. Et il ne devrait pas rejeter un tel élément qu’était Erick. Et dans un sens, cela maintiendrait un équilibre avec la meute de Ruby et celle de Scott.

- Je vous présente  Erick Dovahkiin, druide… et sentinelle. Dis-je d’une voix calme.

Inutile qu’ils soient au courant que cette situation était tout à fait exceptionnelle. Ils avaient déjà bien assez d’inquiétudes. Qu’une sentinelle s’occupe de la meute d’Aaron donnerait un lien qui n’existait pas encore avec celle de Ruby. A l’instar des liens entre Scott et Ruby qui se faisait par les compagnons de leurs membres. Souder les meutes, pour se préparer au pire. Pour affronter le pire, car j’étais certaine qu’on y échapperait pas. La présence d’Erick prouvait que cette fois-ci, je n’arriverai pas à louvoyer en tuant dans l’œuf les futurs chaotiques.

La déesse Égyptienne que j’incarnais, se tenait à côté du Héro grec. Nous attendions la réaction et les décisions des loups qui nous faisaient face.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fiesta de MARDI GRAS
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» MARDI GRAS
» Fiesta de MARDI GRAS
» Mardi Gras
» petite terrine de foie gras saumon lentilles
» CAKE AU FOIE GRAS ET FRUITS SECS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Appartements :: Loft de Derek Hale-
Sauter vers: