AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
23 juin 2018

Scott McCall


►►►◄◄◄

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
9 juin 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Vicky Anderson


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
26 mai 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alex


►►►◄◄◄

Tobias Rapier




Classement au
11 mai 2018

Tobias Rapier


►►►◄◄◄

Charlie & Alex


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
28 avril 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Samael Washington


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
14 avril 2018

Caracole O’Brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
31 mars 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Scott McCall




Classement au
17 mars 2018

Theo Raeken


►►►◄◄◄

Lydia Martin


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
4 mars 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Leoric & Derek


►►►◄◄◄

Charlie Crowley




Classement au
17 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Derek Hale




Classement au
3 février 2018

Leoric Teniala


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
20 janvier 2018

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Leoric Teniala




Classement au
6 janvier 2018

Derek Hale


►►►◄◄◄

Connor Edenfield


►►►◄◄◄

Therence Garnet





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

  Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Jeu 20 Nov - 13:08

Suite du RP qui se trouve ICI
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Jeu 20 Nov - 13:08


Une autre voie


Nous quittions la fête organisée pour Mardi Gras. Les tourments qui y avaient lieu n’étaient pas de notre ressort à cet instant. J’empruntai une route qui rallongea le trajet mais Mafdet et moi appréciâmes la ballade. Durant cette escapade à vive allure, nous nous sentions tous deux des personnes plus ordinaires qu’à l’accoutumée. Bien qu’immortels nous n’étions pas dépourvus de sentiment la compréhension mutuelle de l’un et de l’autre avait donc créé un lien particulier. Nous étions deux inconnus pourtant nous nous connaissions. Nous savions les contraintes et les privilèges de nos existences.

Je stoppai la Ducati devant la demeure de Mafdet dont l’adresse me fit sourire.

- Une adresse pareille, cela ne s’invente pas ! Dis-je.

- J’aurais tué pour l’avoir.

Son sourire fut presque aussi carnassier que celui qu’elle avait adressé aux hommes devant le loft. Je savais pertinemment qu’elle n’était pas une enfant de cœur lorsque cela s’avérait nécessaire. Pourtant ni elle ni moi n’ôtions une vie à des fins personnelles. Je compris en revanche qu’elle était le genre de femme à savoir ce qu’elle voulait. Et à réussir à obtenir ce qu’elle souhaitait.

Mafdet s’éloigna en direction de sa porte d’entrée qu’elle ouvrit aussitôt. Elle ne la referma pas et jaugea de loin ma réaction en m’adressant un regard par-dessus son épaule. L’invitation à entrer était limpide. Elle s’engagea à l’intérieur alors que j’ouvrai mon esprit à plusieurs éventualités. Les futurs possibles défilaient si rapidement qu’un être humain en serait devenu fou. Mais les sentinelles vivaient avec ce don dès l’instant où elles étaient nommées par la source de vie. Cette double vision était devenue aussi naturelle que de respirer.

La brise se leva à nouveau et je sentis le fourmillement particulier envahir mes doigts. Je tendis le bras vers la porte d’entrée qui se referma doucement. La moto fut plus bruyante en filant dans la rue.

Je ne revis Mafdet qu’une semaine plus tard lorsque je pris mon poste de professeur d’Histoire à l’université. Nous conservions un lien fort bien qu’elle ait compris que je ne souhaitais pas m’investir même dans une relation même purement physique. C’était une femme d’action et une sentinelle. Elle comprit sans mal que ma mission était trop importante pour que je m’égare. Loin de l’écarter, je partageai avec elle mes actions et notamment mon rôle de druide auprès d’Aaron. Le jeune alpha semblait canaliser de mieux en mieux la puissance qu’il avait nouvellement acquise. Je gardais encore un œil sur lui mais il n’était plus une menace.

Pourtant, deux pleines lunes plus tard, je constatai l’échec. Ce fut la sentinelle qui ne put empêcher la mort d’un innocent. Aaron n’était pas fautif. La menace était venue d’ailleurs. Un sbire tapis dans l’ombre. Je connaissais la méthode. Une habile tromperie qui était parvenu à rester invisible à mes yeux. L’odeur du sang avait alerté mes sens. Mes pouvoirs s’éveillèrent à la seconde où je sus que les choses avaient mal tourné. En sortant du bâtiment, le ciel s’obscurcit. Mon courroux sera fatal à celui qui avait osé bousculer l’équilibre de la sorte. Sacrifier un pion ne l’effrayait pas. Mais qu’il craigne les vents, la tempête et ma rage.

Ce possible futur me ramena à l’instant même où je sondai le cours du temps en vue de prendre une décision le soir du bal costumé. Chaque acte, même le plus insignifiant, avait une conséquence. Un grain de sable ou un léger souffle de vent pouvait engendrer un désordre plus grand : l’effet papillon comme l’appelaient les mortels. Ce que j’avais vu des évènements à venir requérait que je prenne un autre embranchement. Une voie sur laquelle Mafdet Mahes était à mes côtés.

Je descendis de la Ducati, dépliai la béquille et me dirigeai vers l’entrée du 666 Evil Road. Mes doigts frôlèrent le battant et je perçus des visions plutôt intimes concernant Mafdet et un certain Alexis. Par respect, je bloquai ces dernières en refermant la porte. La seule pièce éclairée me renseigna sur la destination de la sentinelle. Je m’approchai d’un pas léger en sachant que nous partagions le même désir. J’entrai dans la salle de bain et la détaillai du regard alors qu’elle se tenait dos à moi. Ses cheveux étaient détachés mais laissaient visible sa chute de reins. Je soulevai doucement la poignée derrière moi.

Cette porte se referma sur le corps dénudé de Mafdet.



Revenir en haut Aller en bas
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 513
Points : 672
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Jeu 20 Nov - 13:10



Deux sentinelles

Le jet de la douche me fit un bien fou, évacuant poussière et sueur. J’aimai l’ambiance de vapeur d’eau qui régnait dans la salle de bain au bout de quelques instants. Cela me rappelait l’ambiance tropicale de mon lieu de naissance. Les gouttes d’eau glissaient sur mon corps comme les lignes des futurs défilaient dans ma tête. Décidément, pour une soirée sensée être calme, j’en voyais défiler des possibilités, d'éventuelles conjonctures. Aucunes ne se réaliseront, sauf une. Autant les futurs probables sont légions, autant le passé est unique et immuable. Le passé… J’avais vu la vie d’Erick défiler sous mes yeux en quelques secondes, pourtant j’avais cette impression de ne rien savoir de lui. Ou de n’avoir vu que l’évidence. Le mystère de sa présence à Beacon Hills rejoignait celui de la cervelle verrouillée de Mickaël. Sans parler de ce qu’il avait pressentit au bal et que je n’avais pas vu.

Je rinçais l’aloès Vera de mon shampoing, un léger courant d’air m’indiqua sa présence. Je gardais les yeux fermés non pour le mystère, mais le shampoing me pique les yeux. Détail insignifiant qui fit que je restais de dos et continuait à me rincer le visage. Nouveau courant d’air, la porte de la douche qui s’ouvre. Est-on vraiment fait pour nous entendre, lui le venteux, moi la tellurique ?

Je cale mon dos contre son torse et laisse venir les sensations. Elles sont multiples. En premier lieu le côté charnel. Déjà plusieurs heures que nous flirtions à fleurets non mouchetés. Cela aiguise les sens et l’appétit. Je me retourne, il est magnifique. Aussi sauvage qu’un guerrier riche de son passé.  Je pose mes bras sur ses épaules, il enserre ma taille. Deuxième niveau de contact. Notre nature prend le dessus. Je perçois son passé proche, son hésitation à entrer et accepter mon invitation. Trier, analyser, et faire un choix. C’est en sorte le résumé de nos vies.  Je me hisse sur la pointe des pieds et viens chercher ses lèvres. Baiser mouillé sous le jet de la douche. Ses mains caresse ma peau, en découvre les courbes. Je glisse une main sur sa nuque attirant son visage vers le mien, toujours plus prés. Serrés, nous nous faisons curieux de l’autre. Je suis des doigts sa mâchoire volontaire, le trapèze de ses épaules. Il est bel homme et le sait.

Je frissonne, l’eau devient tiède, puis froide. Le ballon d’eau chaude s’est tari. Je coupe l’eau dans un cri. Cela fait rire Erick. Foutu nordique ! C’est certain, il ne craint pas le froid. Je tremblote et sorts la main pour attraper une serviette quand il arrête mon geste. Il secoue la tête négativement et me ramène contre lui. Doucement je sens les gouttes d’eau quitter mon corps. Mes cheveux flottent doucement comme sous l’action d’un sèche-cheveux invisible. Nos deux corps sont au centre d’un petit tourbillon d’air tiède. Je sens cette brise me caresser et suivre la moindre parcelle de mon corps. Les doigts d’Erick ne sont pas en reste et suivent des lignes invisibles dessinées par l’air qu’il maîtrise. Ses lèvres sur ma gorge me réchauffent le cœur et le corps.

- L’essayer c’est l’adopter. Dis-je en murmurant.

Je ne me laisse pas facilement impressionner, mais on ne croise pas des Erick Dovahkiin à chaque millénaire. Finalement, nous somme aussi secs que lorsque que nous sommes entrés dans la douche. J’apprécie sa facétie et remonte ma cuisse le long de sa jambe. Il passe alors ses mains sous mes fesses et me soulève. Je remonte mon autre jambe et lui enserre la taille de mes cuisses. Avec mes bras, je m’accroche à ses épaules. Erick sort de la douche à reculons, heurte légèrement le mur, un peu déséquilibré. Je souris et remonte plus haut, les jambes au niveau de sa taille. Pas besoin de le guider, il sait où se trouve ma chambre. La porte de la salle de bain s’ouvre sur un courant d’air. Dans le couloir, je tressaille sous la différence de température avec la salle de bain. Tout en marchant et me portant, Erick attrape mes lèvres. D’autres frissons m’accaparent. Mais rien à voir avec une quelconque frilosité.

Se retournant, il s’allonge sur le lit m’entrainant avec lui. En position semi assise, je me penche au-dessus de lui, mes cheveux tombent en cascade sur son torse. Je le regarde comme une gourmandise, un fruit convoité. Je sens son envie durcir sous mes fesses. L’attente avant la tempête des sens est une douce torture. Chacun pouvant voir d’avance ce qui va se passer. Vivant avant de l’avoir vécu cette explosion de sensations. Là aussi, plusieurs possibilités. Je vois à son regard et à des sourires fugaces que cela défile aussi dans sa tête. Quelle étrange et délicieuse sensation d’avoir un alter ego sous mes doigts, mes cuisses. Je plonge enfin dans son cou, mordillant sa peau comme un mets exquis. J’ai vu ce qui le fait réagir. Mes doigts partent à sa découverte. Glissent sur sa peau, dessinant et redessinant le contour de ses muscles. Mes lèvres suivent toutes aussi joueuses. Je sens ses mains jouer avec ma chevelure, son séchage les a fait un peu gonfler et me donne l’impression d’avoir une crinière. Il frissonne lorsqu'une de mes mains s’égare sur sa fierté, qui se redresse immédiatement sous ma sollicitation. Je lis son envie dans ses yeux. Comprends qu’il consent à me laisser mener la danse, pour l’instant. Je poursuis mon exploration. Mes lèvres remplacent ma main, suivant chaque contour, chaque relief. Ma langue vient taquiner sa chaire, mon cœur s’accélère, le sien aussi. Joueuse je m’interromps pour mieux le faire languir. Mes doigts s’accrochent aux siens et je replonge sur l’objet de mon désir. Il se cambre, je m’enivre de son parfum, de son gout.

Puis, je laisse de côté toutes mes visions des futurs, pour une fois me concentrer que sur une seule chose : le présent et la seconde qui s’écoule. Je regarde sans pudeur ce corps d’homme qui s’offre. J’accélère le rythme, Erick se redresse à demi, je sens son impatience. Il veut être actif, être acteur des sensations qui montent par vagues. Je le soumets à une ultime torture, effleurant ce bourgeon à la peau si fine, suivant lentement le frein qui en descend. J’agace ses sens, me plait à savourer son impatience gorgée de sang. Quand je le sens au bout de sa rénitence, je me redresse sur les genoux. Erick vient nicher ses lèvres entre mes seins, cueillant mes deux globes aux creux de ses paumes. Il me rend mon tourment de divines manières. Une de ses mains se place sur mes reins, me cambrant la taille. L’autre se perd doucement vers mon nid secret. Du bout d’un doigt, il cherche la vénus, ce mont du plaisir, le bouton de tous les sens. Ses caresses m’extirpent un râle, il se fait plus inquisiteur, plus possessif et dominateur. Je me donne.

Le temps du tâtonnement se termine, le besoin impérieux prend le dessus sur l’exploration et la curiosité. Je me couche sur le dos, prête à l’accueillir. Erick ne se fait pas prier pour venir me rejoindre. Sans être brutal, il se fait empressé. L’exaltation nous prend, on s’emballe, nous mélangeant avec fougue et ardeur. Le lit tangue tel un bateau soumis au plus violent des ouragans. Les coups de reins, les mains qui s’accrochent, qui caressent. Un maelström de sensation nous prend au ventre. Chacun possédant l’autre. Peau contre peau, je ressens ce qu’il éprouve. La réciproque m’enflamme. Nos gestes s’accélèrent, le rythme s’intensifie. Je le tiens avec force. Je sais que je ne peux le blesser. Je me laisse totalement emporter par la vague de plaisir qu’il me procure. Nous crions ensemble notre jouissance. Je m’écoule sur le dos, Erick dans mes bras. Il faut du temps à nos corps pour calmer les tressautements qui les animent encore.

Je me sens apaisée et pas seulement d’un point de vue charnel. Je n’en sais pas plus sur les zones d’ombre qui se cachent à mes dons. Mais j’ai le sentiment que la présence d’Erick est primordiale. Je ne comprends pas le dessein de la source de vie de nous avoir réuni, de nous avoir uni. Mais cela fait cinq mille ans que je lui fais une totale confiance. Je ne vais pas douter maintenant. D’autant plus que tout cela est loin d’être déplaisant.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Jeu 20 Nov - 13:11


Et maintenant ?



Peau contre peau. Nus, l’un contre l’autre, je découvris Mafdet sans far. C’était la femme que j’avais rejoint, pas la sentinelle. Elle se retourna et posa ses bras sur mes épaules. Afin de se grandir pour atteindre mes lèvres. J’appréciai ses caresses lentes, ses mains baladeuses découvrant mon corps. Puis elle émit un petit cri lorsque l’eau devint froide. Je sentis les frissons sur sa peau et riais de son exclamation. Elle s’apprêta à sortir de la douche lorsque je la rapprochai contre moi. Je n’utilisais mes pouvoirs que pour mes missions mais après tout Mafdet n’était pas une simple mortelle. Je laissai mon esprit contrôler l’air environnant. Un souffle tiède vint nous envelopper, séchant chaque parcelle de notre corps. Ce vent intime qui visitait sa peau agitait aussi ses cheveux. Elle était désirable. Mes lèvres goutèrent le creux de son cou.

- L’essayer c’est l’adopter. Dit-elle tout bas.

Mafdet se fit plus téméraire. D’une jambe elle m’enlaça la cuisse. Je plaçai mes mains sous le galbe de ses fesses pour la soulever et la porter contre moi. Elle enserra ma taille et eut un petit sourire en sentant mon intimité réagir à son rapprochement sauvage. D’un courant d’air, la porte s’ouvrit sur le couloir. Je nous dirigeai vers sa chambre, sachant par une vision où elle était située. Elle frissonnait de froid autant que d’envie lorsque j’embrassai l’un de ses seins. Puis, un pas de plus nous conduisit sur son lit. Assise à califourchon sur moi, elle observait mon corps sans cacher son désir. Je sentis que la terre pourrait s’ouvrir sous notre couche si elle le souhaitait. Elle dégageait une aura de puissance et de tension sexuelle enivrante.

Mafdet se plaça de sorte que ses mains complétaient le plaisir qu’offraient ses lèvres. Une tempête naquit dans mon corps, si je ne savais pas retenir mon pouvoir nous aurions été soufflés par un ouragan. Bien moins agréable que la démonstration que j’avais faite sous la douche. Je ne pus retenir l’envie de lui faire l’amour. Elle se redressa sur les genoux et je vins frotter ma barbe naissante sur sa poitrine. Elle frissonna. Une main forte chercha une position confortable pour l’aider à se cambrer. Mon autre main fut plus tendre cherchant à stimuler l’objet de son plaisir. Sa respiration devint de plus en plus anarchique, troublée par les sensations que je faisais naitre.

Elle finit par s’allonger sur le dos, me laissant le loisir d’observer à mon tour l’ensemble de son corps. Sa beauté m’avait séduite dès la première fois que je l’avais croisée. J’avais rencontré beaucoup de femmes. Jamais un tel tempérament ni une intelligente aussi affutée dans un corps si séduisant. Alors que mes lèvres embrassaient son bas ventre, je dessinais du bout des doigts une rune spéciale sur sa peau. Le symbole invisible enfin tracé près de son cœur, je laissai mes caresses devenir plus intimes. Mafdet arqua le dos de plaisir. Les minutes qui suivirent nous amenèrent tous les deux vers un orgasme bruyant et exquis. Nous nous sommes laissés reprendre nos esprits encore serrés l’un contre l’autre.

Le matin était plus proche que le début de la nuit. Bien que sentinelle, j’étais aussi un homme et je me demandai si Mafdet souhaitait que je reste avec elle ou que je la laisse seule. Bloquant les visions qui allaient survenir si je la regardais dans les yeux, je la questionnai du regard.

Et maintenant ?



Revenir en haut Aller en bas
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 513
Points : 672
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Jeu 20 Nov - 13:11



Wind of change

Une première fois. Chose quasi improbable après plus de cinq mille ans d’existence. La première fois que je faisais l’amour avec un de mes semblables. Nos origines, notre histoire sont différentes. Lui le vrai dieu, moi la fausse déesse. Lui le vent, moi la terre. Nos pouvoirs personnels sont distincts. Cependant ceux liés à notre statut de sentinelle sont semblables.

Le fait que je n’ai rien à apprendre à l’homme qui se trouve près de moi, ajoute à l’étrangeté du moment. Nos corps se sont mêlés, nos esprits aussi. Intensifiant ce moment charnel. Jamais luxure pouvait être si totalement partagée. Erick se redresse et me regarde d’un air interrogateur. Si je sais que pour lui aussi c’est une première, je le sens moins étonné ou surpris de notre présence en un même lieu, pire dans un même lit. Les zones d’ombre persistent, voir même s’agrandissent à mes yeux. J’hésitai à étendre mon don. La proximité charnelle pourrait en intensifier l’efficacité. Pourtant je sentais l’imminence du déséquilibre. La balance vacille et frémit. Toutefois, je n’en connais point les balanciers. Sensation d’être un jouet dans les mains d’une entité supérieure.

Je ne maitrise pas. Loin de m’affoler, j’en prends conscience. Ce n’est pas la première fois que les voix des futurs m’apparaissent comme parcellaires. Mon champ de vision est tronqué. J’ai l’assurance de ne pas défaillir ou faiblir. Une sentinelle est immuable. Et ne disparaitra qu’avec la source de la vie, à la toute fin. Deux possibilités s’offre à mon raisonnement. Je regarde l’homme aux yeux d’un bleu azur. Aucun doute sur son visage. A peine une question muette. Quel intérêt à avoir deux sentinelles en un même lieu, si elles perçoivent les mêmes lignes du temps ? Aucun. Cela ouvre la possibilité qu’Erick voit ce qui m’est caché. Loin de m’en offusquer, je prends cela comme une information, une donnée.

La question suivante est pourquoi ? Là interviennent ces deux possibilités. Soit, comme souvent, la source de vie ne souhaite pas que j’agisse et me laisse aveugle. Soit… je suis partie prenante du futur et nul ne peut voir son propre avenir. La connaissance engendre un paradoxe qui annihile cette voie. Si je suis impliquée qui d’autre qu’une autre sentinelle peut équilibrer la balance ? Mais impliquée dans quoi, pour que cela m’enlève ma neutralité ? La magie du Nemeton m’aurait-elle atteinte ? Suis-je engagée avec trop de monde ? Beacon Hills est une concentration de surnaturel. Me forçant à agir et guider deux meutes. L’arrivée d’Erick m’arrange bien avec les nouveaux problèmes d’Aaron. Déjà que j’ai loin d’avoir mon taffe de sommeil…

D’ailleurs en parlant de dormir. Mon anima se rappelle à mon bon souvenir, soulignant que l’on est loin des seize heures de sieste quotidiennes de ceux de sa race. Je souris intérieurement. Il y a bien longtemps que j’ai imposé mon rythme à la bête, la calquant sur un rythme humain. Cependant ces dernières semaines ne m’ont vue que dormir à peine trois heures par nuit. Trop peu pour le félin, bien assez pour m’agacer sur le premier loup sarcastique qui passe. Je pose ma main sur le torse de celui qui partage ma couche et me blottis telle une chatte.

- Je ne sais pas pour toi, mais j’ai besoin de quelques heures de sommeil avant que je devienne particulièrement grognonne. Ah oui, pour parler boulot, j’aimerai te faire rencontrer quelqu’un. Cet humain qui a sa mémoire verrouillée. Je me demandai si tu ne pouvais pas l’aider, sans que cela le tue évidement.

Je me rappelais cette plongée avec Mickaël, dans les bois. Plongée dans son passé. Nous nous étions fracassés contre un mur. La douleur avait été à la hauteur de ce mur impénétrable. J’avais eu le sentiment que j’aurais pu franchir ce mur, au prix d’une intense souffrance, au prix de la vie de Mickaël.

Je m’endormis paisiblement, la tête posée sur l’épaule d’Erick. Mon sommeil fut paisible et réparateur. Lorsque je me réveillai, la bête était satisfaite. Je m’étirai langoureusement entre les draps, pour m’apercevoir que la place à mes côtés était vide et froide. L’oiseau s’était envolé. Entourant un des draps autour de moi, je me levais. Un coup d’œil par la fenêtre me montra l’emplacement vide, où était la Ducati D’Erick. Je devais vraiment dormir profondément pour ne pas l’avoir entendu démarrer son engin.

Un post-it était collé sur une bouteille de lait sur la table de la cuisine. Dans une belle calligraphie à l’ancienne, il y avait un numéro de téléphone de noté ainsi que les initiales E.D. La force de l’habitude ? Il n’a pas l’habitude que ses conquêtes d’une nuit connaissent ses coordonnées sans qu’il ait besoin de les donner. Je collais le papier sur la porte du frigo en souriant. Me demandant s’il y aurait d’autres fois, d’autres moments hors du temps comme celui de cette nuit. Je me sentais reposée et requinquée. Prête à couler un ou deux continents. Monsieur Dovahkiin semblait avoir un effet certain sur ma personne. Ce sont les piles chargées à bloc que je vidais la bouteille de lait.

Je tapotais un message à Mick, lui disant que j’avais peut-être une solution pour sa mémoire. Quand j’appuyais sur envoi, des images s’imposèrent à mon esprit. Je vis Mick salement amoché et inconscient. Chad qui se battait comme un beau diable. Cela se passait au manoir des Hale et n'arriverait que dans vingt-quatre heures. Devais-je intervenir ? J’avais une certitude, l’humain ne devait pas mourir. Oui, mes certitudes s’affinaient. La clé de ce que je présentais était dans la cervelle de ce gars. Si Erick échouait qui pourrait débloquer sa mémoire ? Chad ? Je voyais l’architecte embrasser son compagnon et le soigner. Au lieu d’essayer d’entrer comme des voleurs, est-ce que les sentiments de Mick pour Chad pourraient le… ?

J’envoyai un message à Erick, lui donnant même les coordonnées de Mick. Je voulais que la sentinelle puisse aussi agir à sa façon. Je ne savais pas de quelle manière tout cela allait me revenir. Trop de possibilité s’offraient à mon regard pour en privilégier une. Je lâchais le drap qui couvrait ma nudité et allais dans le couloir. Je sortis pas la chatière.

Un chat noir s’installa sur la selle de la Kawasaki et entreprit une belle sieste sous le soleil de printemps.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Jeu 20 Nov - 13:12


Intégration


Au petit matin, je sortis du lit en douceur. Mafdet, encore endormie, semblait douce et fragile. J’invoquais mentalement une once de pouvoir pour envelopper la chambre dans le calme absolu. Le son est la vibration mécanique de l’air, élément que je contrôlais, de manière brusque ou subtile comme à cet instant. Pas une onde sonore ne viendrait perturber la sentinelle qui reprenait des forces dans les draps que je venais de quitter. Une précaution judicieuse car le moteur de la Ducati n’aurait pas manqué de la réveiller. Je ne partais pas comme un bandit mais nous étions libres. Et Mafdet et moi allions nous retrouver quelques heures plus tard.

Le campus fourmillaient de jeunes gens dont les actions futures n’avaient d’importance ni pour l’équilibre futur ni pour ma mission présente. En revanche, quelques individus retinrent mon attention. Chad Wilder. Il était le petit ami de ce Mickael dont m’avait parlé Mafdet. Les visions autour de l’orphelin étaient confuses et ne s’étendaient pas au-delà de quelques jours. Il y avait aussi ce personnage troublant qui jetait des regards sur l’élève architecte. J’entrai dans le hall en demandant par politesse à l’accueil où se situait le bureau du chef du département d’histoire. En m’orientant dans un couloir, je m’avançai vers un tableau d’affichage. Je sortis un post-it rose de ma poche et laissai un court message.

04:15 PM Bâtiment D

Je savais que Mafdet reconnaîtrait le clin d’œil au petit papier laissé dans sa cuisine le matin même. La sentinelle n’avait pas cours avant l’après-midi et je savais qu’elle tomberait sur le mot en passant à cet endroit. Un court jeu de pistes qui nous ferrait sourire tous les deux. Un groupe d’élèves s’approcha de la porte située à côté de moi. Le professeur arriva derrière eux. Sans avoir tendu mon esprit à une quelconque investigation sur l’inconnu, j’appris des pans de son passé. Cet homme était un né-loup, il avait subi d’atroces souffrances, était mort une fois puis était revenu à la vie. Mafdet avait croisé sa route. Et Mickael Wayne croisera la sienne dans 24 heures. Je ne pouvais saisir au premier regard si cet homme était plus bénéfique que néfaste. Peter Hale n’était pas un des noms qui m’avaient conduit ici, pourtant je sus qu’il faisait partie de ce qui allait arriver à Beacon Hills.

Le chef du département d’histoire m’invita à entrer dans son bureau. J’en ressortis quinze minutes plus tard avec le badge du parking et le statut de nouveau professeur.



Revenir en haut Aller en bas
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 513
Points : 672
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Jeu 20 Nov - 13:13



No angels, only sentinels.

Un chat ne dort jamais vraiment profondément. Ma séance sur la selle de ma moto me renseigna sur les rumeurs du quartier. Il est toujours bon de savoir ce qui se trame autour de son lieu d’habitation. Je compris ainsi qu’Erick avait dû faire quelque chose de particulier. Car j’étais bien la seule à ne pas avoir entendu le rugissement de sa Ducati lorsqu’il avait pris congé sans me réveiller. Prévenance, ou une manière d’éviter les embarras de situation après une nuit, ma fois torride. En fait, je m’en moquais. Combien de temps allons nous, nous croiser ? A moins que la source de vie juge nécessaire de faire des duos pérennes. Dans ce cas, cela signifiait que l'équilibre du monde était en sérieux danger.

Je passai bien cinq minutes à m’étirer courbant ma colonne vertébrale dans des angles impossibles, comme seuls les chats en sont capables. Je repassais par la chatière et filais sous la douche. Je n’avais pas cours avant l’après-midi. J’avais eu la confirmation par mail que le tassement de vertèbres du professeur que je remplaçais était sévère et que le pauvre gars ne pourrait vraisemblablement plus s’assoir avant un bon moment, prolongeant d'autant mon remplacement. Je mis dans un coin de la cervelle d’aller lui rendre visite, non pas par courtoisie de ma part, mais plutôt pour me rafraichir la mémoire sur la physique que l’on enseignait actuellement en lui serrant la main.

Je pris plaisir à cuisiner un repas consistant à midi. J’avais une faim digne d’un fauve. C’est vêtue d’un jean, d’un tee-shirt blanc basique et de ma veste en cuir que j’enfourchais ma ninja. Je fis hurler le moteur, histoire d’agacer une deuxième fois mes voisins et pris la direction du campus. Je me garais sur le parking réservé aux enseignants et partis rejoindre la salle des professeurs. Sur le chemin, je croisai Chad qui me salua d’un hochement de tête. Il discutait avec un gars à la peau halée. J’aurais juré que le brun tentait vainement de faire rire le blond. J’allais m’appesantir un peu plus sur les deux jeunes gens quand une aura lupine détourna mon attention. Peter Hale ! Mon énervant confrère serait-il également en poste sur le campus ? Il semblerait que oui. Je me demandai ce que Ruby pouvait bien lui trouver. Certes il était bel homme… quand il avait le bon ton de se taire. Nous nous croisâmes dans un salut courtois.

Je bifurquais dans le couloir qui menait à mon but quand une tache rose dans ma vision périphérique, attira mon intention. Je m’approchais du tableau d’affichage et reconnus l’écriture. Erick était visiblement passé par là. Du bout des doigts, j’effleurais le papier rose. Une vision m’assaillit, je vis une salle de classe, des cartes, une mappemonde et un badge. Professeur d’histoire, voilà donc la couverture qu’il avait choisie. Se rapprochait-il d’une cible particulière ? J'écartais une quelconque surveillance de sa part sur ma personne, quoique...

Ma case courrier étant libre de tout papier, j’allais d’un pas serein dans l’amphi du bâtiment des sciences, disserter sur la physique ondulatoire. Si certains étudiants esquissèrent un sourire grivois quand je mentionnais la fente de Fresnel, les calculs sur la réfraction qui suivirent les firent paniquer. Les partiels approchaient doucement mais surement. Je connaissais le sujet qui allait échoir et je savais déjà quels étudiants allaient foirer.

A la fin de mes deux heures de cours, je me pris un sandwich au distributeur et allais m’installer du côté du bâtiment D. J’avais bien poussé mon esprit vers ce qui m’attendait là. Mais je commençais à avoir l’habitude, dés qu’il s’agissait d’Erick, il y avait toutes les possibilités possibles sans réelle tendance qui se dégage. Je ne pouvais que laisser venir. Ma curiosité éveillée, j'attaquais mon sandwich avec appétit. Décidément, j’avais les crocs.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 513
Points : 672
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Jeu 20 Nov - 13:13

Suite à l'event de la Lune rousse dans la forêt Ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar


Humeur : Féline

Messages : 513
Points : 672
Réputation : 146

Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Sam 22 Nov - 22:38




Go Away


Scott avait passé sa rage sur moi. Je n’étais que plaies et fractures. Cela ne devrait pas m’atteindre et pourtant…

Pourtant… Le true alpha m’avait laissée pour morte sur ce tas de feuilles qui s’imbibaient de mon sang lentement. Son loup avait eu sa dose de bestialité. J’espérai que l’humain s’en sortirait et pourrait rebondir. Mais alors que j’étais réduite à l’état de loque, le cœur battant si faiblement que même un loup ne pouvait l’entendre. Les flashes du passé étaient venus me hanter. Ma vie d’avant… ma vraie vie, celle où j’étais une simple mortelle avançant aveuglément dans la vie sans avoir aucune idée de ce qui m’attendrait le lendemain.

Puis il y eut cette présence amicale et rassurante. Erick. Il était le seul ici à comprendre ce qui se passait, ce que j’étais, mes choix et mes actions. Son pouvoir m’entoura et m’enveloppa d’une douce chaleur faisant refluer la douleur. Je restai tout de même sans pouvoir bouger aussi faible qu’un bébé qui vient de naitre. Je lui avais murmuré mon prénom. Je ne pensais pas que ses visions étaient allées si loin dans ma propre histoire. Quoique je n’en savais rien en fait. Quand je compris que j’étais tout simplement sa mission, je doutais de ce qu’on avait vécu ensemble jusqu’à présent. Je me retrouvai dans la peau de « l’objet d’une mission ». J’en éprouvai l’amertume de m’être fait manœuvrée. D’être dans la peau de celle qui subit et non plus dans le rôle de la sentinelle qui tient les rênes. L’approche d’Erick avait-elle été calculée entièrement pour ce moment précis ? Le rapprochement intime n’avait-il eut lieu  uniquement pour que je lui fasse confiance ?

Alors que le druide sentinelle m’emportait je ne sais où, les questions se télescopaient dans ma tête. J’avais l’impression d’être réduite au rang de marionnette. Erick m’avait expliqué le choix qui s’offrait à moi. Certes j’avais souris face à cette opportunité de poser un peu mes valises. La haine qui s’était cristallisée autour de moi, de mon rôle de sentinelle avait fini par m’atteindre. Beacon Hills était particulier semble-t-il. J’avais déjà vécu pire par le passé. La source de vie était-elle consciente qu’en envoyant ici une de ses sentinelles, celle-ci s’en trouverait affectée ?

Le trajet m’apparaissait comme un long couloir obscur où seule la voix d’Erick et sa chaleur étaient présentes. Alors qu’on arrivait dans un lieu qui m’était inconnu et que je supposais être l’appartement d’Erick, je me demandais si mon esprit n’avait pas déjà fait son choix… Erick me posa doucement sur un lit. J’allais lui dire que j’allais souiller son lit avec mes blessures qui, si elles me faisaient moins souffrir, mettraient du temps à cicatriser.

Je m’apercevais que je commençais à raisonner comme un humain. Là où une sentinelle se moque de ce que les autres ressentent pour elle, car elle n’est là que pour sa mission, l’humain ramène tout à lui et se centre sur sa personne. Depuis qu’il m’avait ramassée dans la forêt Erick s’était montré amical et présent. Mais je sentais une différence avec son attitude antérieure. Tombait-il le masque, puisque la vraie raison de sa mission était enfin dévoilée. Pourquoi j’avais ce pincement au cœur ? Pourquoi je me sentais blessée ?

Le temps joue des tours s’écoulant à des vitesses différentes. Depuis combien de temps étais-je chez Erick ? Mes plaies cicatrisaient doucement. Le plus long étaient les fractures ouvertes. Je n’avais pas répondu à Erick car en fait j’étais fâchée contre lui. Ce qui est totalement idiot, je connaissais pourtant le fonctionnement d’une sentinelle… Oui, je crois que sans l’avoir formellement formulé mon choix était fait. De toute manière ce choix n’intervenait pas de manière aléatoire. Je devais servir les desseins de la source de vie d’une autre manière. Par contre mes réactions étaient influencées par mes sentiments… humains. Et là la logique ou la raison n’avaient plus de sens. Adossée aux coussins je regardai Erick qui m’amenait mon repas sur un plateau. Je scrutais l’homme cherchant vainement une faille dans sa carapace qui m’aurait permis de lire en lui. Si l’homme était hermétique, l’arrangement du plateau repas démontrait un petit plus qui je l’espérais, n’était pas qu’un vœu pieu, ou le fruit de ma folle imagination.

Le destin était celé et pour un temps qui durerait le temps d’une vie, la source de vie me parla. Ce n’était point des mots, comme toujours les pensées s’affichaient dans ma tête. Peu à peu je sentais mes pouvoirs de sentinelle refluer. Les voies des futurs possibles s’éteignaient à mes yeux. Comme n’importe quelle personne, j’avancerai avec seulement mon libre arbitre comme juge. Le temps aurait de nouveau une emprise sur moi. J’allais de nouveau vieillir. Par contre mon lien avec mon animal totem resterait. Je pourrai toujours musarder à loisir sous ma forme chat ou me défendre avec mes griffes de panthères. Je prenais le rôle d’un métamorphe comme un autre.

- Tu restes sur Beacon Hills, demandai-je alors que je piochai dans le plateau joliment agencé.

Codage © Mafdet



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Sam 22 Nov - 22:50


Page blanche


Ouvrant faiblement les yeux, Mafdet commença à distinguer l’appartement dans lequel je l’avais emmené. Ici personne ne pouvait l’atteindre. Elle put se rétablir, plus rapidement puisqu’enveloppée dans un cocon de pouvoir. Le temps finirait l’ouvrage délicat d’une guérison si intense.

Elle me fixa. D’abord dans le vague, certainement plongée dans des réflexions intérieures, puis plus intensément. Son esprit étant déjà vif, je l’imaginais en ébullition. Elle avait compris. Son regard insistant fit également naître une question dans mon esprit. Une sentinelle pouvait-il entretenir une relation avec une mortelle ? Comment saisir ce à quoi elle pensait. Si ma mission venait de prendre fin, l’espace d’un instant, c’est l’homme qui se questionnait. Comprendre une femme était parfois aussi difficile que d’analyser le flot du temps.

Nous nous fixions sans ciller lorsque le changement opéra. La sentinelle refluait, rappelée à elle par la source de Vie.

Mafdet n’était pas femme à abandonner la partie. Disparaître aurait été une sentence plus qu’un cadeau. Alors qu’elle avait le choix, je compris le cours de ses pensées. Elle désirait rester à Beacon Hills, et, bien que choisissant de laisser pendant un temps ses pouvoirs de sentinelles, elle demeurerait une femme félin. La nature même de sa personnalité s’ajustait à cette capacité de métamorphose. Joueuse au sourire carnassier, ce qui faisait de Mafdet celle qu’elle était ne disparaissait pas.

De la même manière que le flot de pouvoir accordé à ma semblable s’estompait, la raison de ma présence devenant futile, je sentis une vague nouvelle m’envahir. Je n’avais jamais vécu pareille expérience. Notre existence de sentinelle était déjà surprenante, mais se sentir investi de cette manière était différent. C’était comme regarder à l’intérieur d’une pièce par une autre fenêtre. Ce nouveau point de vue était intéressant et grisant.

Cette transition prenait tout son sens dans mon esprit. Est-ce que Mafdet saisissait également ? Nouvellement mortelle, avait-elle, l’espace d’une seconde, encore conscience de ce qui arrivait ? Je ne saurais le dire. Et ces multiples préoccupations ne devaient plus l’importuner. Elle gardait ses souvenirs mais ne pouvait plus interférer comme elle le faisait par le passé.

Le passé était ce qu’il était. Le sien lui parvenait par vague et lui montrait que tout pouvait reprendre en ce jour, continuer son histoire là où elle l’avait laissé, à quelques cinq millénaires près, loin de son île natale. Le présent était tout de même inestimable.

L’avenir…C’était bien là tout le champ d’action d’une sentinelle. Et j’appréciais également la chance qui m’était offerte.

- Tu restes sur Beacon Hills ? Demanda Mafdet.

En guise de réponse, j’affichai un sourire radieux. Le bleu azur de mes yeux n’en finirait pas de se poser sur cette femme. Et quelle femme !

- Bien entendu, dis-je en m’installant en face d’elle.

Il y avait nécessité d’une sentinelle à Beacon Hills, et puisque Mafdet avait une vie devant elle, ses missions devinrent miennes.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !   Sam 22 Nov - 22:51

La suite ici
Revenir en haut Aller en bas
 
Immortellement votre ! [PV Erick & Mafdet] Warning >16 ans !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est votre caractéristique préférée ?
» Le patronus de votre personnage
» Votre Opening One Piece préféré !
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» Legolas:Mon arc est votre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Dans la ville :: Quartiers résidentiels :: 666 Evil Road-
Sauter vers: